TAOLINE + L'amour d'une mère n'est pas forcément inné !

 :: the city of cap harbor :: Pacific medical center
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 01/02/2016
›› Commérages : 71
›› Pseudo : LKD
›› Célébrité : Lindsay Morgan
›› Schizophrénie : nullement par ici.
›› more about me

TAOLINE + L'amour d'une mère n'est pas forcément inné ! ✻ ( Mer 17 Aoû - 20:21 )



Tao & Ysaline


L'amour d'une mère n'est pas forcément inné !

Huit mois et demi. Je venais d’expulser l’enfant. Je ne connais rien de ce dernier, je ne suis pas sûre de pouvoir l’aimer, je ne sais juste pas où je suis. J’ai comme l’impression que ma vie avait pris une direction différente de celle que j’avais tant convoitée. Je me retrouvais maman ? Non pas possible. J’étais encore sous le choc. Oui, j’avais vécu cette grossesse de façon à ce que personne ne le sache. Sauf Tao. Sans lui, je serais sans doute déjà morte, perdue je ne sais où. L’enfant, le nouveau-né était né depuis une bonne heure, les infirmières me chouchoutaient tout en me laissant seule, j’avais demandé à ne pas voir l’enfant, à ne pas voir son visage. Mon estomac était douloureux à en croire que l’accouchement de ce bébé avait arraché quelque chose dans mon être, une supposée hémorragie ? Non, ce n’était pas ça après la confirmation du médecin comme quoi j’allais bine. Alors, je comprenais. Je n’étais pas si bête et pas si folle. Je me sentais comme vidée, comme si quelqu’un m’avait fait revivre ce viol dont j’avais été victime. Je tentais d’oublier depuis le début, mais j’avais une piqure de rappelle à chaque fois que je baissais les yeux sur mon ventre arrondis. Ce matin quand je m’étais levée, je me sentais bien loin de moi l’idée de souffrance qui m’attendait dans les heures à venir. Tao était là et ce fût lui qui m’avait amené à l’hôpital, J’avais refusé qu’il entre avec moi dans la salle d’accouchement, cela était bien trop difficile pour moi. Je ne savais pas comment j’allais me sortir de cette situation. Tao avait menti pour moi, il avait sacrifié une bonne partie de sa vie de célibataire avec moi, sa meilleure amie. Il n’avait rien eu de plus que des sourires et parfois des crises d’angoisse. Me supporter, n’était en rien facile et je m’en doutais, mais il n’avait jamais flanché pour le coup. Allongée sur ce lit d’hôpital, je pensais à toutes ces questions qu’avait amenées ce médecin qui était surtout psychologue, mais qui ne voulait pas se présenter ainsi. Il m’avait proposé l’adoption en me voyant avoir tant de mal à accepter de voir cet enfant .Je ne connais rien de ce dernier, son poids, son sexe … que pouvais-je vouloir retenir de lui ? Étant donné que le père de cet être n’était autre qu’un monstre. Il m’avait volé un bout de mon âme, ma virginité et ma liberté d’être. Je me sentais si mal et si désorienté. Je fermais les yeux tentant d’oublier ce que je venais de vivre, peut-être qu’en m’endormant tout finira par redevenir la petite vie que j’avais auparavant. Cela comprenait ma famille complétement défaite de toute part au vue des enfants et surtout des pères qui n’étaient jamais les même ou presque … ma mère était la seule chose qui nous unissait tout en nous laissant désireux de ne pas devenir comme elle. J’étais désireuse d’avoir des enfants, d les avoir avec l’homme que j’aimais et ne jamais en changer, sauf si la mort nous sépare ? Aucune idée, mais ce n’était vraiment ce schéma-là qui avait l’air de se présenter face à moi. Je m’étais donc laissée aller à m’endormir dans les bras de Morphée, je n’étais pas sereine, même mon rêve, cauchemar me donnait envie de me réveiller. Mais, je n’en fis rien luttant pour continuer de dormir. J’avais fini par dormir pleinement, alors que je ne captais même pas que quelqu’un venait de rentrer dans ma chambre, finalement ce fût le bruit du couloir qui m’éveilla. Je souriais un peu en voyant Tao dans ma chambre. « Salut ! » Que je lançais à mon meilleur ami, alors que je commençais déjà à fondre en larme. « Je suis désolée … je m’étais jurée de ne pas craquer … » je baissais un peu la tête soufflant un peu, alors que je tentais de me retenir de pleurer. Pourquoi je pleurais ? Je n’en savais même pas la raison. « Je ne sais pas quoi faire … » Que je disais. « Je ne l’ai pas vu ... » Je ne connaissais rien de mon bébé et pourtant je me disais que Tao avait menti à tout le monde y compris à ses parents pour m’aider et pouvais-je l’abandonner ainsi ? Aucune idée. Il me fallait du temps pour tout mettre en ordre dans ma tête, mais je voulais surtout l’aide de Tao.


LUCKYRED


_________________
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 01/02/2016
›› Commérages : 129
›› Pseudo : Petit_Biscuit
›› Célébrité : Steven R. McQueen
›› more about me

Re: TAOLINE + L'amour d'une mère n'est pas forcément inné ! ✻ ( Mar 23 Aoû - 16:40 )


Tao & Ysaline  


L'amour d'une mère n'est pas forcément inné !

  Tao n’a pas l’air de s’arrêter alors qu’il tourne en rond dans la salle d’attente de l’hôpital depuis il ne sait combien de temps. Des heures se déroulent alors que les seuls fois où il a quitté la pièce c’est pour se rendre aux toilettes mais c’est tout. Il n’a rien mangé, de peur de ne pas être là pour entendre des nouvelles d’Ysaline. Elle n’est pas entre la vie et la mort, elle est en train d’accoucher, ce qui est un acte qui arrive plusieurs fois par secondes dans le monde mais bon, il ne peut s’empêcher de se faire du souci pour celle qui est sa meilleure amie. Tout le monde pense qu’il est le père, on trouverait sans doute étrange de le voir là et non pas en salle de travail mais Ysaline n’ayant pas voulu qu’il l’accompagne, il n’a fait qu’accepter son choix. Alors au lieu d’être aux première loges, il est là à se prendre la tête et en trouvant le temps affreusement long. Tao avait été là lorsqu’elle avait ressenti les premières contractions alors que l’accouchement n’était prévu que dans quelques semaines alors il n’avait pas attendu avant de l’emmener ici. Il ne travaille pas, que ce soir alors autant dire qu’ils ont eu de la chance car Tao avait été directement là. Il ne pense pas qu’il aurait été apte à l’accoucher. Il a déjà assisté à ce genre d’évènement mais au vu de la situation, il aurait eu du mal à garde ses esprits et il ne pense pas qu’Ysaline aurait acceptée de pousser tout en voyant son meilleur ami l’accoucher. Mais bon, avec des si on refait le monde et ça ne sert pas à grand-chose étant donné qu’ils sont arrivés à temps à la maternité et qu’elle a très vite été pris en charge par l’équipe médicale. Quoi qu’il arrive, il n’a prévenu personne. Il n’a pas envie qu’on le félicite alors que ce n’est pas son bébé. L’idée de le faire passer en tant que tel vient de lui mais alors que sa meilleure amie ne sait toujours pas ce qu’elle veut faire de son rôle de mère, il ne veut pas le crier au monde entier. Tao n’aurait sans doute pas supporté de devoir parler aux téléphones avec tout le monde prenant des nouvelles. Ca l’aurait occupé le temps de tourner en rond mais ça l’aurait encore plus rendu nerveux, stressé de savoir Ysa’ mal non loin de là et surtout toute seule. Finalement, il vit une infirmière s’approcher pour lui annoncer. « L’accouchement de mademoiselle Coolidge c’est très bien passé. Vous pourrez la voir bientôt ! » Bientôt ? Pourquoi bientôt ? C’est maintenant qu’il le souhaite. Essayant de faire jouer ses relations, Tao réussi à obtenir quelques informations comme le fait qu’un psychologue de l’hôpital a été appelé pour lui parler. Il se doute de la raison de sa venue et encore une fois il avait envie d’aller la rejoindre mais malgré son statut de pompier, c’était impossible. Ce fut quelques temps plus tard que le jeune homme eu l’accord d’aller la voir et il ne se fit pas prier. Entrant doucement dans la chambre pour ne pas la réveiller, Tao repéra directement un fauteuil près du lit alors il le rejoignit alors qu’il essayait de faire le moins de bruit possible. Ysaline ne mit pas longtemps avant de se réveiller. « Hey ! » Dit-il doucement, lui offrant un sourire confiant avant de la voir fondre en larmes. Il a franchement horreur de la voir de la sorte mais bon, il faut qu’elle évacue tout ça. « T’as pas à t’excuser, il faut que ça sorte ! » Parfois pleurer est le meilleur des remèdes mais au vu de ce qu’elle a vécu, elle risque d’en avoir pour un moment avant de tout évacuer. « T’as pas à prendre de décisions maintenant, il faut que tu penses à toi, à ce que tu veux » Il vient prendre la main de sa meilleure amie et qui au fond est plus que cela même s’il ne lui a jamais fait comprendre « Ca va aller, tu es forte et je serais toujours là ! » C’est une promesse qu’il gardera toujours, un peu sa marque de fabrique. « Tu as besoin de quelque chose ? Je peux partir te chercher à manger ou à boire ! » Il est prêt à être aux petits soins même s’il compte avant tout être présent auprès d’elle.

 
LUCKYRED

Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 01/02/2016
›› Commérages : 71
›› Pseudo : LKD
›› Célébrité : Lindsay Morgan
›› Schizophrénie : nullement par ici.
›› more about me

Re: TAOLINE + L'amour d'une mère n'est pas forcément inné ! ✻ ( Ven 26 Aoû - 21:45 )


Tao & Ysaline  


L'amour d'une mère n'est pas forcément inné !

  Pour la plupart des femmes ce moment est une chose particulièrement agréable, douloureux, mais emplie de bonheur quand on dépose leur bébé sur elle. Leur peau rentrant en contact avec la leur. Enfin, j’en avais toujours entendu beaucoup de bien. Mais, peut-être que les autres n’avaient pas vécu la souffrance et l’envie de mourir que j’avais pu ressentir ces derniers mois. L’envie de ne plus faire un avec cet être qui était en moi. Je l’ai haïs et puis de temps à autre aimer, mais cela était grâce à Tao qui avait tout fait pour je l’apprécie. Après, il savait que je ne savais clairement pas ce qui allait se passer suite à mon accouchement. Je ne savais pas comment agir, et quoi faire surtout. J’étais comme perdue et c’était assez déplorable pour le coup. Je regardais un peu ma chambre, tentant d’oublier ce que je venais de faire, de vivre. Je ne voulais pas savoir quoi que ce soit sur l’enfant, mais cela ne me laissait pas sans un petit pincement au cœur. Oui, je pensais clairement au fait que c’était mon sang et ma chair, mais aussi celui de l’homme qui c’était comporté comme un sauvage sur ma personne. Le psy m’avait parlé, mais cela ne servait à rien, pas pour le moment, mais il avait tenté de me faire bouger les choses rapidement et tout. Comment faire pour ne pas plonger dans l’angoisse de ne pas avoir le choix de choisir moi-même et d’un côté je n’étais même pas sûre de pouvoir le faire. Je finissais par m’endormir, penser encore et encore était une chose éprouvante dans le fond. Oui, mais je ne savais clairement pas quoi faire pour le coup, alors la fatigue finissait par me laisser partir dans les bras de Morphée. Je me retrouvais éveillée quelques minutes après à mon avis, m’apercevant que Tao était ici avec moi dans la chambre. Voir Tao, je me m’étais à pleurer, car toutes mes pensées nez s’étaient même pas vraiment préoccupé de lui, de sa vie qui avait touché par ma faute, à cause de cet acte de violence. Bref, j’oubliais qu’il avait dû dire à sa mère qui était le père, comment allais-je faire. J’étais obligée de craquer … je n’avais plus de force. En pensant à cela, j’avais fini par craquer, pleurer bêtement alors que je ne le voulais pas, surtout me montrer à nouveau faible devant Tao. Je mordais ma lèvre tentant de me calmer, mais c’était comme me donner un faux espoir sur le fait de ne pouvoir me retenir. Mon regard croisant celui de mon meilleur ami, je soufflais. « Non, je n’en ai marre de pleurer … je pensais avoir vidé mes larmes de mon être … mais je me suis trompée ! » Que je disais dans un murmure. Tao dans toute sa bonté continuait de me soutenir, d’être là pour ma personne, alors que j’en mettrais ma main à couper, je n’ai pas été d’une tendresse dingue avec lui parfois dans mes mots. Je secouais la tête exaspéré, car c’était lui que ça touchait aussi dans cette histoire. « Non … Tao … tu es mêlé à cette histoire et cela me fait mal pour toi ! » Que je disais en tentant de me redresser, mais mon corps était meurtri de cet accouchement. Je ne pensais pas pouvoir supporter cette douleur pourtant, je l’avais fait. « Non, je ne suis plus forte … je ne le suis plus ! » Que je disais, car oui, je ne l’étais pas. Mordant ma lèvre, je soufflais un peu en le regardant. « J’ai envie de rien … me laisse pas, je veux parler. » Que je disais à Tao. Je prenais sa main, le tirant à moi. C’était la première fois que j’osais me plonger dans ses bras. Ça faisait du bien, j’oubliais tout.


 
LUCKYRED


_________________
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 01/02/2016
›› Commérages : 129
›› Pseudo : Petit_Biscuit
›› Célébrité : Steven R. McQueen
›› more about me

Re: TAOLINE + L'amour d'une mère n'est pas forcément inné ! ✻ ( Jeu 29 Sep - 17:00 )


Tao & Ysaline  


L'amour d'une mère n'est pas forcément inné !

  Tao ne sait pas ce qu’il aurait fait avec Ysaline si tout cela ne serait pas arrivé. Est-ce qu’il aurait fini par lui avouer ses sentiments ? Est-ce qu’il aurait tenté de sortir de la friendzone dans laquelle il a l’impression de se trouver sans avoir tenté au préalable ? Il ne sait pas et il ne le sera jamais puisqu’Ysaline a connu quelque chose d’horrible et que par conséquent il l’a aidé dans sa manière sans pour autant prendre le coté amoureux, juste le meilleur ami prêt à tout pour son amie. Tao ne sait pas non plus s’il aurait agi de la même façon si dans sa tête Ysaline était restée une simple amie. Encore une fois, il ne pourra pas avoir de réponse. Les choses arrivent, sans qu’on ne comprenne pourquoi et comment et on doit faire avec. Pourtant, même si Tao est le supposé père de l’enfant à naitre dans la tête des autres, la sienne de tête est concentré sur Ysaline, à se faire du souci pour elle que ce soit dans l’accouchement que dans son état psychologique. Si le docteur est venu le prévenir pour lui dire que l’accouchement s’est bien passé, il n’en est rien quant à son état psychologique. Il ne sait même pas si l’équipe médicale se doute de quoi que ce soit puisqu’il ne l’a pas suivi pour l’accouchement ou encore parce qu’Ysaline ne ressemble pas à toutes ses futures mères, heureuses de A à Z de leur rôle de mère à venir. Tout ce que Tao veut c’est la voir de ses propres yeux et surtout être là pour la soutenir. Quand il fait des promesses, il les tient et outre ce fait, c’est important pour lui d’être auprès d’elle. Restant silencieux, il l’observe quelques fois sans pour autant se comporter tel un psychopathe observant ses victimes. La voyant se réveiller puis pleurer le met quelque peu mal à l’aise mais ce n’est pas pour autant qu’il va fuir. Si c’était le cas il serait parti depuis longtemps et ne se serait pas comporté comme un futur père après qu’ils se soient pris la tête car elle lui en voulait de son comportement envers elle. « T’as pas à vouloir rester forte, les coups de moue ne sont pas une honte à avoir et tu sais bien que devant moi tu peux te lâcher ! » A sa connaissance il est le seul à connaitre son secret alors si elle peut paraitre faible devant quelqu’un, c’est bien devant lui alors qu’elle en profite. « Moi ? Je suis qu’un grain de sable dans cette histoire, t’en fais surtout pas ! » il est prêt à mentir, trouver des subterfuges s’il le faut. Il n’est plus à ça près. « Avec le temps ça viendra ! » Il veut rester confiant. Si elle ne l’est pas alors il le sera pour elle. Il ne peut pas comprendre ce qu’elle vit, ni même se servir de ce qu’il a vu avec son travail qui l’a fait rencontrer certaines personnes ayant subi des choses telles qu’elle puisque tout le monde vit des choses différentes et agis différemment en fonction de cela. Il peut juste être présent pour elle, c’est tout. « D’accord je reste ! » dit-il avec douceur. Il ne sait pas trop quoi lui dire pour ne pas la brusquer ou quoi que ce soit, il veut seulement qu’elle aille mieux et parfois le silence ça aide. Retirant finalement ses chaussures, il grimpa sur le lit pour prendre place au côté d’elle et la garder tout contre lui. « Parles, ça te fera du bien et tu sais que je ne jugerai pas ! » Il l’a fait une fois mais il s’en veut alors il est certain qu’il ne le refera plus. Maintenant il sera honnête du moins si on oublie les sentiments qu’il porte à la jeune femme. Attendant une réponse de sa part il passa un bras sous sa tête pour lui faire un câlin qu’il espère, ne sera pas vu comme étant déplacé.
 
LUCKYRED

Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 01/02/2016
›› Commérages : 71
›› Pseudo : LKD
›› Célébrité : Lindsay Morgan
›› Schizophrénie : nullement par ici.
›› more about me

Re: TAOLINE + L'amour d'une mère n'est pas forcément inné ! ✻ ( Mer 5 Oct - 22:04 )


Tao & Ysaline  


L'amour d'une mère n'est pas forcément inné !

  Se sentir horrible et à la fois soulagée, cela était une sensation atroce à mon goût. Je ne connaissais rien de cet enfant que je venais de mettre au monde. Après tout, un accouchement ce n’était pas rien ? Non, ce n’était pas rien. C’était une chose même importante pour énormément de femmes. Elles étaient nombreuses à aimer leur enfant dès le début de la grossesse, moi je n’étais sûre de rien. Peut-être que beaucoup pourrait comprendre cette douleur et cette peine qui fait rage à la fois dans mon être, mais moi j’ai encore du mal à tout mettre en ordre pour pouvoir avancer. Je venais de m’endormir, il fallait que j’évacue de mon corps la fatigue qui exaspérait mon organisme depuis bien trop de mois. Dormant, je ne captais pas vraiment l’arrivée de mon meilleur ami, mais la porte avait tout de même un peu grincé et je me retrouvais face au jeune homme. Il était encore là présent pour moi et cela me soulageait à un tel point que je n’aurais pas pu l’imaginer. À peine éveillée que les larmes avaient finalement rejoins mes joues encore rosée de l’averse que j’avais donné avec mes larmes à mon visage. Je regardais Tao soufflant et tentant de me calmer, mais c’était comme impossible, improbable que cela ne se déroule que je n’en pouvais plus. Je me demandais pourquoi c’était tout aussi compliqué, pourquoi alors que cet autre être n’était plus en moi. Malgré mes sanglots, je parviens à entendre les dires du jeune homme secouant la tête, car j’étais complétement pas d’accord. Je mordais un peu ma lèvre soufflant un peu plus. « Je n’en peux plus de pleurer, de ne pas me sentir bien et heureuse. Je ne sais pas ce que je suis sensée faire après tout. » Je le regardais et je commençais à me dire que ce n’était pas juste pour lui d’être encore là, après tout ce pauvre Tao n’avait plus la possibilité de vivre sa vie, d’être amoureux d’une fille cela me débectait. « Non tu es plus que ça Tao … tu es important comme moi, je suis en train de détruire ta vie et tes possibilités d’avoir une histoire d’amour avec une autre fille. Vu que tout le monde pense que tu es le père, y compris ta famille… je ne vais pas pouvoir me pardonner … je me sens tellement horrible ! » Autant dire que même si les larmes c’étaient calmé, là ce n’était pas le cas, elles étaient en train de revenir et à grand bol cette fois-ci. « Et si ça ne vient plus ? » Après tout, j’avais peut être perdu pour toujours le fait de ne pas être faible. Oui, je ne savais pas si j’allais pouvoir refaire confiance à qui que ce soit sauf à Tao et dans le fond, je savais que je n’allais pas pouvoir lui blloquer sa vie à jamais. Comment fait pour tout faire revenir à la normal. « Merci tao … promis je te dérangerais plus après ça … » Je pinçais ma lèvre entres mes dents et soufflais un peu. Le perdre me faisait peur, mais ce n’était pas un choix qui m’appartenait que de le perdre ou non, dans le fond. Tao n’était pas un objet ou un pion que je pouvais manier à ma guise. « Si je le garde comment tu vas faire ? Si je le fais adopter que vas-tu faire ? » Parler ? Oui, j’allais déterminer ce qu’attendait comme choix de ma part Tao. Larguée au plus haut point.

[une heure plus tard ]

«Je me dois de vous demander de rentrer monsieur, votre compagne pourra rentrer demain. » Je regardais l’infirmière qui demandait à Tao de rentrer. Je le regardais souriant un peu alors que je prenais sa main pour y déposer un baiser. « Merci à toi … » Que je lui lançais heureuse malgré que j’étais encore confuse pour le coup. Des tas de question me restait en suspend et surtout l’une d’entre elle me pourrissait mon esprit : devais-je garder mon enfant ? il faudrait au moins que je sache son sexe pour cela. M’enfin, j’avais peut être plus de temps.



 
LUCKYRED


_________________
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 01/02/2016
›› Commérages : 129
›› Pseudo : Petit_Biscuit
›› Célébrité : Steven R. McQueen
›› more about me

Re: TAOLINE + L'amour d'une mère n'est pas forcément inné ! ✻ ( Sam 15 Oct - 19:22 )


Tao & Ysaline  


L'amour d'une mère n'est pas forcément inné !

  Sans doute que Tao en fait trop ? Peut-être mais c’est ainsi. Elle est à la fois sa meilleure amie mais aussi la fille dont il est fou donc pour elle il pourrait tenter de déplacer des montagnes si elle lui demandait. Alors, peut-être que là c’est l’extrême, se faire passer pour un futur père mais Ysaline ne lui a rien demandé, c’est lui-même qui a pris la décision sans la consulter au préalable. Il lui a ensuite fait la promesse et s’il sait qu’elle ne lui en voudrait pas de ne pas la tenir, c’est sans doute Tao qui s’en voudrait s’il changeait sa parole. Présent dans tous les moments comme à l’hôpital même s’il n’est pas venu dans la salle de travail à la demande de la jeune femme sous l’incompréhension de la sagefemme et des infirmières autour, il est quand même là à son réveil quelques heures plus tard, n’ayant pas quitté l’enceinte de l’hôpital pendant tout ce temps. « Tu dois laisser faire les choses ! » Il ne peut pas vraiment lui dire quoi faire. Après tout il n’est ni dans sa tête ni dans sa situation, il peut juste être présent et l’encourager à faire comme bon lui semble. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réactions avec tout ce qu’elle a vécu. Personne ne peut prétendre avoir la bonne réaction que tout le monde doit suivre. « Dis pas ça… » Dit-il en fermant les yeux quelques secondes avant de reprendre son souffle et poursuivre « C’est moi qui ait voulu t’aider, tu ne m’as rien demandé, c’était mon choix ! » Oui, elle n’a pas à s’en vouloir, qu’importe ce que les autres pourront croire. Ils sont entrés dans un immense mensonge mais il reste persuadé qu’il y a toujours des solutions pour s’en sortir alors il ne se fait pas de souci pour ça. Sans doute est-ce qu’il est aidé par le fait d’être amoureux d’elle ? Peut-être mais c’est un secret qu’il garde lui aussi cacher. « Tu verras, ne te prend pas la tête avec ça ! » chuchote-t-il pour se montrer réconfortant même s’il n’est pas certain de l’être dans le fond. Il n’est pas certain d’en faire assez. « Ne dis pas ça, je serais toujours là qu’importe les situations ! A la vie à la mort tu te souviens ? » C’est ce qu’ils se disaient quand ils sont devenus meilleurs amis, Tao s’en souviendra sans doute toujours. « On trouvera… je trouverais des solutions dans les deux cas ne t’inquiètes pas, je trouverais des excuses pour l’adoptions et si tu le gardes, je pourrais t’aider avec lui ! » Dit-il sans trop réfléchir tellement ça lui parait naturel. Peut-être qu’il s’incruste trop dans sa vie après tout. Peut-être qu’elle a besoin d’être seule et surtout pas son meilleur ami pour avancer mais il n’y pense même pas. Il veut l’aider, être là sans réfléchir au fait que peut-être il en fait trop. Ysaline n’est pas au courant de ses sentiments envers elle, ils ne sont pas en couple et pourtant ce n’est pas rare que Tao se comporte comme tel, sans que ce soit un jeu. Il faudrait qu’il se réveille avant d’être qualifié de vrai canard.

Plus tard

Il n’avait pas vu le temps passer si bien qu’il ne s’attendait pas à ce qu’on vienne le mettre gentiment à la porte. Il regarde alors Ysaline pour être sure qu’elle n’a pas besoin qu’il reste encore un peu. Au diable le règlement. « Ca va aller ? » Demande-t-il simplement, oubliant presque qu’ils sont trois dans la pièce et non plus tous les deux. Protecteur dans l’âme il vient lui faire un tendre baiser sur le front. « Au pire je peux sortir mon badge de pompier ! » Dit-il pour l’amuser même s’il dit cela sérieusement dans le fond. Si son métier peut l’aider, autant s’en servir pour une fois. Regardant son amie, il finit par détourner le regard. Se comporter comme un petit copain n’est pas facile et lorsqu’il commence à la regarder avec son regard de merlan fris il essaye de penser à autre chose. Plus facile à dire qu’à faire, il n’y a pas de doute à avoir là-dessus.

 
LUCKYRED

Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 01/02/2016
›› Commérages : 71
›› Pseudo : LKD
›› Célébrité : Lindsay Morgan
›› Schizophrénie : nullement par ici.
›› more about me

Re: TAOLINE + L'amour d'une mère n'est pas forcément inné ! ✻ ( Sam 22 Oct - 15:07 )


Tao & Ysaline  


L'amour d'une mère n'est pas forcément inné !

  Mon regard ne quittait pas celui de Tao. Je ne cessais de me demander comment je pourrais ne pas m’inquiéter de toutes ces choses qui étaient en train de se passer. « C’est compliquée de laisser faire, alors que je ne sais pas où j’en suis crois-moi. » Que je lui disais avec douceur, tout en tentant toujours de calmer cette avalanche de larme qui rendait mes joues rouge. Je n’arrivais pas encore à assimiler le fait que de comment toute cette histoire allait prendre ou non fin. Comment allais-je laisser la vie de Tao ? Totalement détruite. Ou alors ça pourrait l’aider à chopper facilement de nouvelle fille, vu qu’il était de nouveau célibataire ? Mais il faudrait sans doute que je disparaisse du plan ? Alors que j’étais loin de vouloir lui dire adieu, au revoir à cette amitié qui était pour moi sacré. « Ouai, mais on ne savait pas que tout cela serait si compliqué et c’est tout le monde qui attend que tu reviennes avec moi et un enfant. Mais, je ne sais pas si je me sens capable d’affronter ça, de regarder cet enfant sans penser à … » N’osais-je pas finir ma phrase pour dire que je me voyais très mal supporter de poser mon regard sur cet enfant qui avait été créé par une nuit d’horreur. « Comment tu veux que je me prennes pas la tête ? » Que je lui disais en soufflant un peu, car c’était bien facile à dire qu’à faire pour être honnête. Je venais happer sa main avec la mienne, souriant un peu plus, tout en soufflant. « Ouai, mais j’ai l’impression que pour le coup tu as donné plus que moi … j’ai l’impression d’avoir pris plus que je n’aurais dû en gâchant ta vie … » Que je lui lançais tout en sentant mon cœur se briser légèrement. « Tu aurais pu être fiancé avec une fille formidable et tout … alors comment je fais ? Je gâche peut être tes chances de trouver l’amour de ta vie … » Que je disais tout en frissonnant à cette idée. Ne sachant pas si c’était le fait. « Lui ? » Que je demandais. Me demandant si c’était le fait que mon enfant était un petit garçon ? Je ne savais pas si c’était une fille ou plutôt un garçon, alors étrangement l’entendre dire lui cela me paraissait étrange. « Mais si je le garde, tout le monde va penser que tu es le père, que tu es son père, tu auras des choses à lui devoir, tu auras du mal à trouver une fille qui va apprécier d’avoir à supporter un enfant avec une mère qui est proche de toi … comment tu peux tout gérer ? » Que je lui demandais. « Je ne veux pas que tu restes célibataire toute ta vie, ça serait du gâchis pour toi ! » Que je disais en souriant, finissant par lâcher sa main et je m’apercevais qu’à force de parler avec lui, j’allais beaucoup mieux, j’étais plus détendue et moins en pleurs, une larme par ci par là.

[plus tard ]


Je haussais les épaules. « Je n’en suis pas sûre, mais je n’ai pas le choix. » Que je lui disais en souriant doucement à mon ami, alors que l’infirmière venait juste de refermer la porte, sans doute pour nous laisser le temps de se dire au revoir. Je fermais les yeux quand ses lèvres venaient se déposer sur mon front. « Ça me dérangerait pas … mais tu penses que ça changerait quelques choses ? » Que je lui demandais tout en souriant un peu plus et venant lui déposer un baiser sur sa joue. « J’aimerais limite que tu dormes ici, mais je ne veux pas abuser. » Je ne veux pas, mais j’apprécierais beaucoup le faire dans le fond. C’était bien compliqué du coup.



 
LUCKYRED


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞


›› It's my life
›› more about me

Re: TAOLINE + L'amour d'une mère n'est pas forcément inné ! ✻ ( Aujourd'hui à 14:47 )

Revenir en haut Aller en bas

TAOLINE + L'amour d'une mère n'est pas forcément inné !

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Pacific medical center
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération