I miss you (Mallory)

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence :: Fresh Market
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2016
›› Commérages : 229
›› Pseudo : Bloup - Petit prince
›› Célébrité : Bradley Cooper
›› Schizophrénie : Seulement Bradley
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

I miss you (Mallory) ✻ ( Mar 23 Aoû - 19:26 )


   
I miss you

   
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Mallory & Flavio

   
Qui aurait crût qu'à mon âge une éventuelle peine de cœur était encore possible ? En général à mon âge, tous -ou presque tous- les hommes sont en couple voir marier avec des enfants, moi ? Je suis toujours l'éternel célibataire qui aime toujours en secret sa meilleure amie depuis des années. Mallory est au courant de tout ce que je ressens pour elle, mais nous sommes comme bloqués tous les deux, peut-être à cause de nos parents ou bien alors de notre fierté, je ne sais pas trop quoi qu'il en soit tout ça commence à faire beaucoup. Nous ne sommes plus des enfants, nous savons ce que nous voulons et ce que nous voulons tous les deux c'est être ensemble, Mallory ne me l'a clairement jamais dit, mais je la connais assez pour être sûr de ça, tout comme elle peut l'être pour moi aussi. Je ne sais pas encore si je perds mon temps à l'attendre ou non, après tout peut-être que aujourd'hui elle est amoureuse d'un autre, même si j'en doute fortement ça peut tout de même arriver.

Aujourd'hui c'est mon jour de repos, je ne travaille pas à l'hôpital, mais je bosse tout de même encore sur mon essai clinique à la maison, je dois dire que ça me prend la tête toutes ces recherches, mais ça en vaut la peine. Je pense que justement, si j'étais en couple je ne me serais pas lancé là dedans étant donné que ça demande énormément de temps. Puisque personne ne m'attend le soir à la maison autant me rendre utile pour des millions de personne, enfin … encore faut-il que j'y arrive évidemment. Ce matin j'ai donc pris mon temps, c'est la première fois depuis bien des mois maintenant que j'arrive à dormir alors j'ai préféré en profité au maximum. Il est environ dix heures lorsque je décide de sortir de mon lit pour me prendre une petite douche et ensuite mon petit déjeuner, simplement je remarque rapidement qu'il n'y-a pas grand chose dans mon frigo et dans mes placards sont également vide. Les courses, c'est carrément un enfer pour moi, qu'on se le dise, j'ai horreur de ça, mais il faut bien me nourrir non ?

Je me prépare donc pour partir en direction du super marché, d'une manière réellement nonchalante, je ne sais même pas ce que je vais acheter. J'entre alors à l'intérieur et déambule presque comme un insomniaque dans les rayons tout en prenant certaines choses, même des choses dont je n'ai pas réellement besoin, aller savoir pourquoi. Il serait tout de même grand temps que je me donne un grand coup de pied aux fesses pour me sortir de cet état-là. À croire que la vie en a contre moi, puisque j'ai comme l'impression de voir une silhouette que je connais plutôt bien, tout au bout du rayon ou je me trouve...
   
   

_________________

Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/07/2016
›› Commérages : 87
›› Pseudo : © chaton
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : Neila Callahan
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Mar 23 Aoû - 19:55 )

I miss you
Flavio Spencer ❧ Mallory Hope

Je me souviens de ça comme-ci c'était hier. C'était agréable, c'était même davantage que ça étant donné que j'aurais aimé que nos lèvres ne se séparent jamais. Nos parents, ignorent qu'on s'est embrassés, à leurs yeux c'est une amitié qui est censé nous lier, une amitié fraternelle comme elles disent. Ce n'est pas fraternel ce que j'ai envie de faire à ses côtés, c'est frustrant de se dire qu'à trente cinq ans, d'ici quelques jours, trente six ans, je n'aurais toujours rien dans ma vie privée.

J'ai réussie dans ma vie professionnelle, j'ai été psychiatre et désormais, je suis assistante sociale. Malgré que j'ai changé de travail, c'est un succès, ça fait au minimum cela que j'ai réussi. Sauf que ça devient de plus en plus dur de faire comme-ci il ne s'était rien passé, comme-ci nous étions que deux amis, comme-ci j'étais simplement que sa meilleure amie comme c'est le cas depuis toujours. Nous nous connaissons depuis tant de temps qu'on sait tous les deux ce qu'on veut, mais, est-ce qu'on est prêts à mettre de côté notre amitié, si longue et si pure, afin de la transformer en quelque chose de plus concret ? Et puis, est-on prêts à affronter nos mères ?

Je sais aussi qu'il côtoie cette femme. Je ne sais pas s'ils sont ensemble, mais je sais qu'il la côtoie, c'était d'avant ce fameux baiser entre nous, alors je suppose que c'est toujours le cas. Je ne sais pas de quelle manière je dois réagir, sans doute devrais-je me moquer de cela et même être heureuse étant donné que je suis sa meilleure amie, mais ce n'est pas le cas. J'ai qu'une envie, c'est d'encastrer cette femme dans un mur, et dire à Flavio à haute voix que c'est lui que je souhaite à mes côtés, que c'est ce que j'ai toujours souhaité.

Je dois aller faire des courses, j'ai un colocataire qui risque de vouloir à manger dans son assiette dès qu'il sera chez moi, et je dois admettre que cela me fera de la compagnie, ces temps-ci je vois moins Flavio, sans doute trop occupé. Alors que je me tourne afin de me saisir d'un paquet de céréales, j'aperçois cet homme que je connais tant et depuis si longtemps, qui hante mes journées et mes nuits, au loin, dans le rayons. Je ne peux pas faire comme-ci je ne l'avais pas vu. Je m'approche et puis alors, esquisse un léger sourire. Parce que malgré tout, il me manque.

« Tiens, je pensais justement à toi devant les céréales, je me demandais si tu aimais toujours celles au chocolat, je vais devoir en racheter, mon colocataire adore ça lui aussi. » dis-je alors que j'embrasse sa joue, difficilement.

electric bird.

_________________
I want you
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2016
›› Commérages : 229
›› Pseudo : Bloup - Petit prince
›› Célébrité : Bradley Cooper
›› Schizophrénie : Seulement Bradley
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Mer 24 Aoû - 20:14 )


   
I miss you

   
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Mallory & Flavio

   
Évidemment je suis toujours en contact avec elle, il est impossible pour moi de faire comme ci rien ne s'était passé et surtout faire comme ci elle n'existait pas. Je pense qu'au fond, depuis des années nous savions tous les deux que nous étions fait l'un pour l'autre. Certain disent qu'une amitié homme-femme n'existe pas, j'étais persuadé du contraire jusqu'a pas si longtemps et puis je dois dire qu'aujourd'hui je ne sais plus trop quoi penser de tout ça. Peut-être que j'ai tellement appris à connaître Mallory qu'aujourd'hui je vois en elle la femme de ma vie, celle qu'il me faut. C'est vrai, j'ai pas réellement eu de relation sérieuse, j'ai pas de « premier amour » pour moi ce premier amour c'est elle est depuis toujours j'ai jamais cherché plus loin. Aucune femme que j'ai côtoyé ne lui arrive à la cheville. Peut-être suis-je trop difficile après tout ou alors simplement j'ai tellement Mallory dans la peau, que les autres femmes s'en rendent compte ? J'ai toujours espoir de finir ma vie à ses côtés, je suis peut-être trop rêveur, mais il paraît que l'espoir fait vivre alors pour le moment je continue comme ça. Le baiser que nous avions échangé voulait quand même dire beaucoup, il y-a eu cet instant magique entre nous, mon corps tout entier a été traverser par une vague de frisson et une sensation étrange dans le ventre. Et oui, ce n'est pas réservé qu'aux femmes tout ça, même les hommes peuvent être amoureux et romantique quand ils le souhaitent.
 
Aujourd'hui c'est l'heure des courses, c'est pas forcément mon moment favori, mais si je ne le fais pas qui le fera à ma place ? Je vis tout seul et donc je dois me débrouiller pour trouver du temps pour les tâches ménagères. Je pourrais me payer une femme de ménage, disons que mes moyens me le permette, mais étant malgré tout quelque peu maniaque j'avoue que j'aurais du mal à supporter l'idée qu'une étrangère touche à mes affaires. Parano ? Mais non voyons simplement très ordonné. J'ai beau venir ici faire mes courses, je ne connais toujours pas les rayons et j'y perds un temps fou, j'essaie tout de même de rester calme, c'est pas vraiment le moment de m'énerver surtout que j'ai l'impression de reconnaître la femme que j'aime non loin de moi. « Tiens, je pensais justement à toi devant les céréales, je me demandais si tu aimais toujours celles au chocolat, je vais devoir en racheter, mon colocataire adore ça lui aussi. » C'est bien elle, toujours aussi sublime et aussi souriante, un vrai rayon de soleil. Lorsqu'elle dépose ses lèvres sur ma joue je dois avouer que j'apprécie le moment et automatiquement je me mets à sourire également. Son colocataire … Pas vraiment quelque chose qui m'enchante, l'idée qu'un homme vive sous le même toit qu'elle me rend jaloux, oui je l'avoue. C'est moi qui devrai être à cette place là. « J'aime toujours les mêmes oui même si par moment j'ai l'impression d'être un enfant lorsque j'en prends. » Dis-je tout en souriant, essayant d'oublier le passage sur le colocataire. « Comment vas-tu ? »
   

_________________

Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/07/2016
›› Commérages : 87
›› Pseudo : © chaton
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : Neila Callahan
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Mer 24 Aoû - 21:43 )

I miss you
Flavio Spencer ❧ Mallory Hope

On dit souvent qu’une amitié homme/femme est fausse. C’est toujours agrémenté d’émotions qui font qu’on est obligatoirement amoureux, légèrement. Jusqu’à maintenant, j’y croyais qu’à moitié, je demandais à avoir une preuve et j’ai désormais cette preuve sous mes yeux, je suis tombée amoureuse de mon meilleur ami, qui aux yeux de nos parents qui sont eux-mêmes meilleurs amis nous estiment comme étant des frères et sœurs. Nous sommes amoureux et ça, ça semble être extraordinaire, dégoûtant même, d’après nos parents, quand j’ai essayé d’aborder le sujet auprès de ma mère qui est compréhensive d’habitude, elle m’a tout simplement fait comprendre que j’étais juste, totalement égarée, que ma dernière relation était sans doute récente et que j’étais juste… égarée. C’est ça. Je n’ai même pas dit à ma mère que j’étais amoureuse de Flavio, j’ai tout juste évoquer dans l’hypothèse où nous étions ensemble, juste comme ça, et elle a commencé donc à me rire au nez et à dire que mon ancienne relation - qui n’en était pas une - était en train de m’embrouiller et que nous étions comme frère et sœur. A-t-on envie d’embrasser son frère normalement ? A-t-on envie de sentir ses mains sur notre corps ? Cela m’étonnerait sauf que je me suis résignée à dire cela à ma mère, elle n’aurait pas compris sans doute.

A chaque fois que je suis à ses côtés, mes yeux scintillent, je mordille mes lèvres et j’ai des papillons qui s’installent dans mon ventre, signe que je suis amoureuse, au départ je croyais que j’étais malade, et malgré tout cela m’est apparu comme une évidence, c’était non pas une maladie, mais des symptômes évident que j’étais amoureuse. On peut dire que j’étais malade d’un côté, on appelle ça, la maladie de l’amour. Aujourd’hui, je dois faire des courses, mon colocataire arrive d’ici quelques heures et je doute que je puisse le nourrir d’amour et d’eau fraîche. Alors que je m’engouffre dans l’allée, j’aperçois que celui qui hante mes songes depuis quelques mois, même voir des années et depuis toujours, est ici aussi, non-loin.

Ce qu’il ignore c’est que mon dit colocataire est un enfant de deux ans que j’accueil tandis que leurs parents qui sont des amis que j’adore, voyageront au Népal. Un sourire aux lèvres, je constate qu’il est toujours identique à la fois précédente où nous nous sommes vus, il est toujours aussi séduisant et ses lèvres sont toujours aussi jolies et appellent les miennes. C’est dans un automatisme que je me mordille la lèvre inférieure.

« Ces céréales sont devenues aussi les miennes, et je me considère comme une adulte, après au diable ce que pensent les gens. » dis-je alors dans un rire. « Ca va merci, j’ai hâte de ne plus être seule quelques temps, et toi ? » demandais-je alors que j’observais ce qu’il y avait dans ses mains. « Tu es de repos aujourd’hui ? Et tu ne m’as même pas appelée ?! » ajoutais-je tout en souriant.

electric bird.

_________________
I want you
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2016
›› Commérages : 229
›› Pseudo : Bloup - Petit prince
›› Célébrité : Bradley Cooper
›› Schizophrénie : Seulement Bradley
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Mer 24 Aoû - 22:52 )


   
I miss you

   
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Mallory & Flavio

   
Je crois bien que si tout ça ne tenait qu'à moi, j'aurais déjà tout plaqué et enlever Mallory pour partir tous les deux dans un pays lointain. L'Australie, la France, ou même la Chine pourquoi pas, peut importe du moment que je suis avec elle le pays m'importe peut. En parler à nos parents est presque une mission impossible, à croire que ce que nous pouvons ressentir l'un pour l'autre est de l'inceste alors que nous ne sommes même pas de la même famille, nous n'avons donc pas le même sang, où est le problème ? Si Mallory avait été une cousine éloignée j'aurais pu comprendre, mais là rien ne nous relie à part l'amitié de nos mères. C'est quand même fou de se dire qu'à notre âge, nous sommes obligés presque de nous cacher, en tout cas de cacher nos sentiments l'un pour l'autre de peur d'être mal vu par nos familles. Et si le soir où j'ai embrassé Mallory les choses avaient dérapé ? Si nous avions couché ensemble ? Et si suite à ça elle était tomber enceinte ? Le drame dans nos familles ! J'aimerais être père, j'aimerais que la mère de mes enfants soit Mademoiselle Hope j'en rêve depuis tellement longtemps maintenant. La retrouver là, dans ce magasin me donne envie de l'embrasser comme un fou, mais je sais que si je fais ça je vais nous faire encore plus de mal à tous les deux et je ne veux pas lui en faire, bien au contraire je donnerais tout pour qu'elle soit heureuse et ne manque jamais de rien.
 
Je ne sais pas du tout qui est ce fameux colocataire, je sais juste que c'est un garçon et ça suffit amplement pour me rendre jaloux, mais ça, j'essaie de le cacher au maximum. Ces derniers temps il faut dire que nous ne nous sommes pas souvent vue tous les deux, étant pris par l'hôpital je ne possède pas de vacances pour cette année. « Ces céréales sont devenues aussi les miennes, et je me considère comme une adulte, après au diable ce que pensent les gens. » Ce rire est ma plus belle mélodie, je pourrais écouter la jolie blonde rire pendant des heures sans jamais m'en lasser. « Tu as vu, on en devient vite accros à ces choses-là quand même. » Lui dis-je en parlant des céréales. « Oui tu as raison après tout, nous sommes assez grands pour savoir ce que nous voulons. » Ou presque, puisque dans notre cas nous sommes quand même légèrement coincé. « Ca va merci, j'ai hâte de ne plus être seule quelques temps, et toi ? » J'avale difficilement ma salive et décide de sourire malgré tout. « Moi ? Oh pas grand chose, j'arrive bientôt à la pratique concernant mon essai clinique, autant dire que j'ai encore des nuits blanches à passer. » Si d'habitude je ne suis pas forcément stressé en ce qui concerne mon boulot, je dois avouer que là je le suis tout de même légèrement. « Tu es de repos aujourd'hui ? Et tu ne m'as même pas appelée ?! » Meilleur ami ? Amant ? Meilleur ami avec avantage ? Je ne sais plus trop où me placer. « Oui j'ai réussi à avoir un jour. Je pensais que tu étais au boulot, je … Je ne voulais pas te déranger. » Excuse bidon puisque je mourais d'envie de la revoir …
   

_________________

Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/07/2016
›› Commérages : 87
›› Pseudo : © chaton
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : Neila Callahan
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Jeu 25 Aoû - 0:17 )

I miss you
Flavio Spencer ❧ Mallory Hope

Si cela ne tenait qu’à nous, nous nous serions sans doute enfuis ensemble et nous serions heureux accompagnés de nos enfants d’un chien sans doute étant donné qu’il a toujours aimé avoir des animaux. C’est une illusion dans laquelle je me suis souvent égarée, tout cela ayant un objectif déterminé, celui de résister à cette envie d’embrasser ses lèvres, d’être à ses côtés, de céder à cette tentation que j’ai des difficultés à mettre de côté. Nos familles sont strictes, et malgré tout à nos âges, nous sommes incapables de tenir tête à ces derniers sachant que nous savons que cela risque de tourner au drame familiale, je suis sûre que si je dis à ma mère que je suis amoureuse de cet homme qu’elle dit être mon frère - alors que nous n’avons aucun lien de sang - elle croira sans doute au départ que je me moque d’elle et si elle comprend que je suis sérieuse - à songer que je sois assez courageuse afin de tenir tête à ma mère - alors elle me dira que c’est un pêché, surtout elle qui n’a jamais été croyante. Je soupir intérieurement à ce sujet, je suis totalement éprise de mon meilleur ami et je dois oublier malgré tout, tout cela. J’essaie, depuis que nos lèvres se sont enlacées, qu’elles ont dansées ensemble, sans succès, j’ai même envie de davantage, mais comme lui, je dois arrêter d’y songer et me conduire comme une meilleure amie.

C’est un enfant de deux ans qui sera d’ici quelques heures, à mon domicile. Il a grandi depuis que je l’ai vu il y a quelques mois, et il commence à faire des phrases, c’est si mignon que cela me donne à moi aussi, envie d’avoir des enfants. Je souris légèrement tandis que je me mets à écouter alors ce qu’il dit après qu’un rire se soit échappé de ma gorge. C’est vrai, ces céréales, on y est accro dès la première fois, autant que je suis accro à ses lèvres depuis la première et unique fois où nous nous sommes embrassés.

« Oui, on devient accro à tant de choses quand on a essayés, c’est vrai. » acquiesçais-je tandis que ses yeux croisaient les miens. « Oui, tant qu’on sait ce qu’on veut, alors c’est l’essentiel. » dis-je dans un sourire, dissimulant ma déception de savoir effectivement ce que je veux, mais étant pieds et poings liés à propos de nos familles, de nos amis. Ils nous estiment tous comme des amis de longue date, des ami(e)s c’est tout. Il commence à évoquer son travail, il a accepté de faire des essais cliniques et non seulement on se voit tout juste une fois de temps en temps et ajoutant à ça qu’il est davantage auprès d’autres femmes qu’à mes côtés, ce qui a ce don exceptionnel de m’agacer. « Je dois travailler sur des dossiers, des enfants maltraités, si tu veux je ferais quelques nuits blanches à tes côtés, sauf si tu es déjà accompagné, évidement. » suggérais-je. Je suis stressée, un dossier qui engage deux enfants maltraités dont un bébé de 6 mois me mets les nerfs à vifs depuis quelques temps. « Je suis toujours au travail, mais tu sais que je travaille à la maison la majorité du temps et qu’en plus, je suis aussi en visite, alors cela n’aurait pas été un souci, même si je travaillais. » dis-je simplement dans une légère moue. « Si tu n’avais pas envie, tu n’as pas à te justifier, tu sais ce n’est pas grave, Flav’. » dis-je dans une moue d’autant plus insistante. Je sais, je devrais avoir honte de faire ça, dire ça alors que nous savons tous les deux que nous mourrons d’envie d’autre chose ensemble.

electric bird.

_________________
I want you
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2016
›› Commérages : 229
›› Pseudo : Bloup - Petit prince
›› Célébrité : Bradley Cooper
›› Schizophrénie : Seulement Bradley
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Ven 26 Aoû - 17:09 )


   
I miss you

   
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Mallory & Flavio

   
En étant l'homme dans tout ça je devrais peut-être prendre les devants et faire quelque chose, mais quoi ? Si moi je suis prêt à être renié par ma famille par amour pour elle est-ce que Mallory en serait capable ? Est-ce qu'elle serait capable de couper les ponts avec sa mère juste pour moi ? Je ne peux pas lui imposer ça étant donné que je sais la relation qu'elle entretient avec sa mère je ne veux pas la rendre plus malaheuse que ça. Je dois avouer qu'à part partir loin d'ici tous les deux je ne trouve pas d'autre solution pour le moment. Peut-être devrions nous faire entendre raison à nos parents, leur dire que non, ce n'est pas quelque chose d'inceste puisque nous ne somme pas de la même famille, nous n'avons pas le même sang dans nos veines, nous avons juste grandi ensemble et les sentiments ont évolué en même temps que nous. Cette histoire est vraiment quelque chose qui me prend la tête. D'un côté cet amour inconditionnel pour Mallory et de l'autre la peur de perdre nos familles. Dans ce rayon ou nous nous retrouvons, nous commençons à parler de céréale, ou bien alors d'un sous-entendu. « Oui, on devient accro à tant de choses quand on a essayés, c'est vrai. » Lorsqu'elle parle comme ça je ne pense évidemment pas aux céréales, mais bel et bien à ses lèvres que j'ai eu la chance d'embrasser. « Oui, tant qu'on sait ce qu'on veut, alors c'est l'essentiel. » Et moi ce que je veux c'est toi ... Est-je le droit de le lui dire ? Je me contente simplement de la dévorer des yeux. « Je dois travailler sur des dossiers, des enfants maltraités, si tu veux je ferais quelques nuits blanches à tes côtés, sauf si tu es déjà accompagné, évidemment. » Je ne sais toujours pas comment fait Mallory pour faire ce boulot, moi j'aurais envie de tuer toutes ces personnes qui osent faire du mal à des enfants. « Non non je ... J'aimerais beaucoup oui. » Je sais bien que là dedans elle fait référence à Meredith et je dois avouer tout de même que la voir jalouse me rassure. « Je suis toujours au travail, mais tu sais que je travaille à la maison la majorité du temps et qu'en plus, je suis aussi en visite, alors cela n'aurait pas été un souci, même si je travaillais. » Elle veut donc me voir plus souvent, je sourie instinctivement à cette envie là puisque j'ai la même. « Si tu n'avais pas envie, tu n'as pas à te justifier, tu sais ce n'est pas grave, Flav'. » Là alors c'est une grimace que j'affiche sur mon visage. « C'est pas ça du tout Mallory, tu sais que bien que j'ai envie d'être avec toi ... De passer du temps avec toi je veux dire, simplement lorsque je suis dans mes recherches je suis légèrement grognons tu me connais et je ne voulais pas m'imposer tout simplement. Maintenant que tu me dis ça, si tu es prête à supporter un vieil ours grincheux alors ... » Dis-je en souriant.
 

   

_________________

Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/07/2016
›› Commérages : 87
›› Pseudo : © chaton
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : Neila Callahan
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Ven 26 Aoû - 17:45 )

I miss you
Flavio Spencer ❧ Mallory Hope

Ce n’est pas incestueux ce qu’on éprouve, ce n’est pas de notre faute si nos parents estiment qu’ils sont de la même famille. Ils nous ont imposés de nous côtoyer, ma mère m’a même envoyée chez eux afin de me punir quand je suis rentrée tard un soir, aider nos nouveaux voisins, c’était le deal. Sauf qu’elle n’avait pas prévue que, quelques années après, je tombe amoureuse de ce voisin. Je pense qu’elle s’en doute, ça se voit comme le nez au milieu de la figure, mais, généralement je sais qu’elle fait celle qui ne sait pas, et la seule fois où j’ai mentionné une hypothèse où Flavio serait plus qu’un ami et qu’il serait à mes côtés autrement qu’en étant un frère, alors j’ai compris que ce n’était même plus la peine d’essayer. Pourtant, plus le temps passe et plus mon addiction à Flavio s’agrandi, c’est terrible de ressentir ça, côtoyer quelqu’un qu’on aime sans avoir le droit de le lui dire, sans avoir ne serait-ce le droit que de le regarder comme-ci je me perdais dans son propre regard et que je rêvais secrètement que nos lèvres se joignent. Je suis comme désemparée, nous sommes coincés dans ce genre de situation, coincé et maudits. Comme Roméo et Juliette, quoi que je puisse espérer avoir une meilleure fin, il faut l’admettre.

Alors, comme-ci c’était naturel, on se met à évoquer des céréales que j’achète, ce n’est pas franchement des céréales dont je parlais quand j’ai indiqué à Flavio qu’on devenait vite accro à ce qu’on essayait, mais bel et bien de ses douces lèvres qui se sont posées une unique fois sur les miennes et que des fois, quand je ferme les yeux, j’ai l’impression de sentir. Je voudrais crier à Flavio que je veux uniquement qu’on soit ensemble, mais je n’ai pas le droit de faire ça. Il est proche aussi de sa famille, et je ne peux pas lui demander de faire ça. Finalement, fuir serait sans doute une bonne idée, mais, ce serait un peu comme agir tels des adolescents qui se rebelleraient contre leur parent. C’est peut-être ce qu’on est, deux adolescents comme à l’époque où nous nous sommes connus cherchant à fuir la désapprobation de nos parents. Je soupire entre mes lèvres, si délicatement qu’il ne le remarque pas, et heureusement d’ailleurs.

Je sais que ce que je fais est difficile, autant que je trouve que son métier est difficile. A chaque fois que j’ai des envies de meurtres auprès de parents, je fais ce qu’on appelle dans la psychologie, la respiration consciente. Ce n’est pas efficace dans toutes situations, mais généralement cela fonctionne pour bons nombres d’entre elles. Je souris quand il me dit qu’il aimerait bien. « On a qu’à se dire la semaine prochaine, et si tu veux, passe à la maison que je te présente mon colocataire, je suis sûre que tu vas l’adorer. » informais-je souriante. Je devrais sans doute avoir honte de jouer là-dessus, mais entendre dire que finalement je suis toujours importante à ses yeux malgré qu’il s’éloigne de moi de plus en plus, c’est rassurant. Je l’écoute et alors qu’il dit qu’il veut être avec moi, j’ai comme un coup de couteau qui me fend le cœur, parce que moi aussi, je meurs d’envie d’être avec lui, toujours, jusqu’à l’éternité. « Je crois que si jusqu’à maintenant je t’ai supporté, je peux encore te supporter même quand tu as mauvais caractère, et puis, si je travaille sur mes dossiers, je pense que je ne ferais même pas attention à ton caractère. » déclarais-je dans un rire. Un cil sur sa joue, je me mordille la lèvre tandis que je m’approche, et caresse sa joue afin de faire tomber ce cil. Sa peau contre la mienne durant quelques secondes et, j’ai cette impression de mourir d’envie. Qu’il me soit interdit me rend folle, parce que c’est le seul que j’aime. « Tu avais un cil… » dis-je afin de me justifier alors que ce n’était pas grand-chose. « Tu aurais le temps de prendre un verre après ? Je veux dire, qu’on finit ça et qu’après avoir tout rangé chez nous, on se prend un verre ensemble ? » demandais-je. « A moins que tu ais d’autres projets, ce qui serait normal, je te demande au dernier moment comme ça, sans prévenir. » dis-je dans un rire.

electric bird.

_________________
I want you
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2016
›› Commérages : 229
›› Pseudo : Bloup - Petit prince
›› Célébrité : Bradley Cooper
›› Schizophrénie : Seulement Bradley
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Dim 28 Aoû - 18:50 )


   
I miss you

   
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Mallory & Flavio

   
Voir ou revoir Mallory me fais du bien et en même temps me brise le coeur, savoir que je ne peux pas la toucher ou l'embrasser comme j'en aurais envie me brise de l'intérieur, mais qu'est-ce que je peux faire d'autre ? Je pense qu'elle ressent la même chose que moi. Finalement, être ensemble est autant destructeur qu'agréable, je ne peux pas rester trop longtemps loin d'elle, c'est impossible pour moi elle est comme un aimant et je ne peux rester trop longtemps sans elle. Ce retrouver ici, totalement par hasard pour une fois, me fais sourire malgré tout puisque je me dis que même le destin souhaite nous réunir. L'envie de ses lèvres me brûle de l'intérieur, je pourrais le faire, je pourrais déposer mes lèvres sur les siennes et lui offrir le plus merveilleux des baisers, simplement je sais que si je fais ça je nous fais plus de mal qu'autre chose puisque nous aurons envie de recommencer et probablement de plus et je ne peux pas, nous ne pouvons pas aller plus loin que ça. Je soupire un bon coup tout en la regardant de la tête au pied, elle est toujours aussi sublime, quoi qu'elle porte c'est toujours la plus belle femme de la terre à mes yeux et je m'estime tout de même très chanceux de faire partie de sa vie. Nous parlons alors de nourriture, enfin plus précisément de céréale au chocolat une discussion complètement banal en fin de compte, mais rempli malgré tout de sous-entendus puis la conversation dérive alors sur le travail où j'annonce à ma meilleure amie dont je suis fou amoureux qu'en ce moment mes recherchent me prenne tout mon temps. Ces recherchent qui a la fois, m'empêche de voir Mallory et ma famille comme je souhaite, mais aussi qui peut faire de moi un grand médecin et surtout sauver des vies, pour le moment je n'en suis pas encore là malheureusement, mais j'espère quand même y arriver un jour.
 
« On a qu'à se dire la semaine prochaine, et si tu veux, passe à la maison que je te présente mon colocataire, je suis sûre que tu vas l'adorer. » Me dit-elle lorsque nous mettons en place un mini emploi du temps pour nous voir, puisque Mallory aussi travail beaucoup la nuit sur ses dossiers qui ne lui laisse aussi, pas énormément de répits. Je sourie au départ, car oui je serais plus qu'heureux de me retrouver chez elle sauf que ... J'oublie ce fameux colocataire qu'elle me rappelle visiblement très rapidement. « Ah oui ? Pourquoi ça ? Il est médecin aussi ? » Lui dis-je sans même un sourire cette fois-ci, je suis réellement intrigué, mais surtout très jaloux et puis d'abord, pourquoi un colocataire maintenant alors qu'elle à toujours vécu toute seule chez elle ? « Je crois que si jusqu'à maintenant je t'ai supporté, je peux encore te supporter même quand tu as mauvais caractère, et puis, si je travaille sur mes dossiers, je pense que je ne ferais même pas attention à ton caractère. » Oui c'est vrai elle a raison, elle me connait par coeur je ne l'oublie pas et je me contente alors de rire. « Oui c'est pas faux, mais j'ai réellement si mauvais caractère que ça ? » Lui dis-je en riant, mais ma question était réellement sincère, après tout je ne me vois pas et si je suis pénible, j'aimerais tout de même le savoir.

L'une de ses mains s'approche alors de moi pour me caresser délicatement la joue, ce si léger contact m'a fait accélérer mon corps et m'a donné les frissons, stupide ? Non tout simplement la réaction d'un homme éperdument amoureux d'une femme qu'il ne peut pas avoir pour le moment. « Tu avais un cil… » Se sentait-elle obliger de justifier son geste ? Le sourire que j'affiche sur mon visage reste bloquer sur mes lèvres. « Tu aurais le temps de prendre un verre après ? Je veux dire, qu'on finit ça et qu'après avoir tout rangé chez nous, on se prend un verre ensemble ? » Je sors petit à petit de mes pensées pour me rencontrer sur ce qu'elle me demande. « A moins que tu ais d'autres projets, ce qui serait normal, je te demande au dernier moment comme ça, sans prévenir. » Je secoue alors la tête de manière positive, comme un enfant à qui on promet une bonne glace au chocolat. « Bien sûr, oui bien sûr que oui j'accepte avec plaisir. C'est mon jour off alors je suis libre, tout à toi. » Dis-je en souriant avant de rajouter. « C'est quand tu veux où tu veux jolie blonde, tu le sais. »
   

_________________

Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/07/2016
›› Commérages : 87
›› Pseudo : © chaton
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : Neila Callahan
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Dim 28 Aoû - 23:17 )

I miss you
Flavio Spencer ❧ Mallory Hope
Autant c’était agréable de voir Flavio, autant c’était une souffrance continue de savoir qu’on ne pouvait pas être ensemble. J’ai goûté à ses lèvres une fois et j’ai cette sensation d’être déjà dépendante de ce goût si agréable et étonnant qu’il a lorsqu’il m’embrasse. Je sais qu’on éprouve des choses similaires, des émotions intenses, autant agréables que désagréables quand je pense au fait que finalement, nous ne pourrons pas être ensemble tant que nos parents n’auront pas acceptés qu’on puisse être amoureux. Je suis sceptique, je doute qu’il accepte un jour qu’on soit ensemble, alors que c’est ce que j’aimerais de tout mon cœur, avoir Flavio pour moi et avoir une famille avec lui. Qu’il soit de ma famille parce que je deviendrais sa femme, et la mère de ses enfants, tout simplement. Sauf que malheureusement ce n’est pas possible, pas tant que nos parents estimerons que nous sommes de la même famille.

J’aimerais être assez courageuse afin d’aller voir ma mère, d’imposer à celle-ci qu’il s’agit de Flavio que j’ai choisi afin qu’on soit ensemble, sauf que j’ignore sa réaction et cela m’effraie depuis que j’ai ces sentiments à l’égard de Flavio. Je suis très proche de ma famille, autant que Flavio est proche de sa famille, et si nous mettons un terme à nos liens familiaux pour être ensemble, je ne suis pas sûre qu’on soit pleinement heureux. Comme je ne suis pas sûre que Flavio soit prêt à cela, tout comme moi d’ailleurs. Je suggère à Flavio qu’on se voit la semaine prochaine, qu’il rencontre alors mon colocataire. Un colocataire de deux ans, sauf que ça, je dois admettre que je n’ai pas envie de lui dire, et constater qu’il s’agace du fait que j’ai un colocataire, me fait plaisir, énormément plaisir même. « Non il n’est pas médecin, sauf que je suis sûre malgré tout que tu vas l’adorer, tu verras, fais-moi confiance, j’ai souvent raison. » attestais-je. Il est même méfiant, comme-ci j’avais déjà menti quand je disais quelque chose de ce genre. Si Flavio m’apprenait un jour qu’il était en colocation avec une femme, je crois que je serais capable de commettre un meurtre. Un rire s’échappe alors qu’il me demande s’il a vraiment si mauvais caractère que cela. « Non, évidemment que tu as un caractère agréable, sauf quand tu n’as pas assez dormi évidemment. » acquiesçais-je dans un sourire à l’attention de Flavio.

Alors, dans un geste naturel, ma main se dépose sur sa joue et mon envie d’embrasser ses lèvres est de plus en plus intense. Ce léger contact m’a donné tout simplement envie d’être ensemble, cela m’a tout simplement donné envie d’être à ses côtés tout de suite et être heureux ensemble, sentir chaque matin, ses lèvres embrasser les miennes, sentir ses mains parcourir ce corps que j’ai, autant de fois qu’il aura envie de le découvrir. « Tout à moi ? Vraiment ? » demandais-je un sourire taquin dans cette phrase à double-sens. « Allons-y alors. » dis-je. Nous payons nos articles, je n’en avais pas tant que ça, ce qui manquait afin d’accueillir mon colocataire sera acheté sur le tard. Nous quittons alors ce magasin et déposons toute nos affaires chez nous.

Une fois libres, nous nous rejoignons au bar non-loin du quartier, à mi-chemin de nos domiciles, j’attends devant l’endroit du rendez-vous. J’embrasse sa joue de nouveau, je sais qu’on s’est déjà vus cependant je dois dire que cela m’est difficile d’être éloignée de Flavio. Surtout que je dois en profiter, j’ignore quand est-ce que je le verrais la prochaine fois. « J’adore ton parfum, comme d’habitude. » dis-je sans m’en rendre vraiment compte. Nous entrons à l’intérieur. « Arrête de me faire ce regard de garçon de six ans, tu sais que je résiste pas, tu as quelque chose à me demander ? » demandais-je dans un grand sourire alors que je commande ce que je veux comme boisson, un mojito.

electric bird.

_________________
I want you
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2016
›› Commérages : 229
›› Pseudo : Bloup - Petit prince
›› Célébrité : Bradley Cooper
›› Schizophrénie : Seulement Bradley
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Mar 30 Aoû - 17:05 )


   
I miss you

   
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Mallory & Flavio

   
C'est peut-être, voir même très certainement horrible ce que je vais dire, mais j'ai malgré tout l'impression que ça soit la seule solution pour Mallory et moi. Pour être tranquille, pour que nous puissons vivre tous les deux ensembles, parfois il m'arrive de me dire qu'il va tout simplement falloir attendre la mort de nos parents. C'est horrible pas vrai ? Je le sais et pourtant j'aime mes parents de tout mon amour et je souhaite qu'ils vivent encore et encore, mais lorsque je me retrouve face à Mallory je me pose souvent cette question. "Serions-nous enfin libre ?" Lorsque cette pensée me vient en tête je fais tout pour l'en éloigner, pour penser à autre chose et me dire qu'il y-a quand même une autre solution et nous arriverons bien un jour à trouver cette solution pour nous deux et pour nos familles. Il va bien falloir un jour ou l'autre qu'ils se rentrent en tête que nous ne sommes pas de la même famille. Par moment je me demande même si cacher notre éventuelle relation ne serais pas mieux ?

Nous sommes toujours dans ce rayon et Mallory me propose de passer la semaine qui suit et évidemment j'accepte puisque j'attends que ça depuis bien longtemps maintenant. Alors que je suis dans cette phase de joie à l'idée d'être seul avec elle très bientôt elle évoque, une nouvelle fois, ce colocataire. « Non il n'est pas médecin, sauf que je suis sûre malgré tout que tu vas l'adorer, tu verras, fais-moi confiance, j'ai souvent raison. » Elle est donc sûre et certaine que je vais adorer ce colocataire improvisé ? Comment peut-elle être si sûr de ça alors qu'elle connait tout de même ma jalousie ... Serais-ce un animal à quatre pattes ? Puisque j'adore ça ? Non quand même pas. « Tu sais que tu m'intrigues énormément là quand même ? Je crois que je vais tellement chercher à comprendre que je vais pas dormir. Tu vas faire de moi un insomniaque. Bravo Mallory ! » Dis-je accompagné d'une moue faussement boudeuse, comme-ci avec ça elle allait me dévoiler la vérité alors qu'à première vue elle compte bien me faire attendre. Je l'interroge par la suite sur mon caractère, parce que c'est vrai j'aimerai quand même savoir si je suis si pénible que ça. « Non, évidemment que tu as un caractère agréable, sauf quand tu n'as pas assez dormi évidemment. » Et autant dire quand même qu'en ce moment je manque de sommeil justement. Je me promets à partir de ce moment, de dormir la nuit avant d'en passer une nuit blanche avec elle, histoire d'être quand même agréable. « C'est pas faux. »

Alors que je ne m'y attendais pas, la main de Mallory effleure ma joue. Visiblement un cil gênant, peut importe de toute façon elle n'avait pas besoin d'explication pour ça. Elle m'invite ensuite à prendre un verre et comment refuser ? Impossible ! « Tout à moi ? Vraiment ? » Ma phrase est à double sens et Mallory l'a compris. Je me contente de sourire en hochant la tête, bien sûr que je suis a elle et depuis le début même. « Allons-y alors. » Nous passons en caisse, tout comme elle je n'avais pas pris grand chose, disons le minimum pour survivre quelques jours encore. Chacun rentre chez lui de son côté. Une fois les courses ranger, je retrouve Mallory dans un bar. « J'adore ton parfum, comme d'habitude. » Me dit-elle après m'avoir fait la bise, une bise que je m'empresse de lui rendre. « Et moi j'adore le tien. » Et l'odeur de sa peau également. « Arrête de me faire ce regard de garçon de six ans, tu sais que je résiste pas, tu as quelque chose à me demander ? » Je ris légèrement tout en plongeant mon regard dans le siens. Est-ce que je dois réellement lui dire ce que je souhaite ? Après tout qu'est-ce que je risque ? Ici il n'y-a pas nos parents après tout. « Tes lèvres me manquent, ta peau me manque ... » Nous n'avions pas couché ensemble, mais je devais avouer que j'en rêvais.
   

_________________

Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/07/2016
›› Commérages : 87
›› Pseudo : © chaton
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : Neila Callahan
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Mer 31 Aoû - 19:45 )

I miss you
Flavio Spencer ❧ Mallory Hope
C’est horrible de songer à ça et je suis sûre que ceux qui ont connus ce souci ont déjà songés à ça. C’est naturel d’essayer de trouver une solution à un éventuel moyen d’être heureux. C’est ce que j’essaie de faire, j’essaie d’être heureuse auprès d’hommes qui ont tout ce qu’il faudrait afin que je sois épanouie, sans succès. Je suis triste, désespérée à chaque fois que je songe à Flavio. C’est sans doute à ses côtés que je devrais être et malgré tout ce sont des hommes qui me sont sans importance qui sont à mes côtés, sans cesse. J’ai des amis, c’est une évidence, ils sont gentils, et un d’eux a souhaité davantage. C’était hors de question, c’est mon meilleur ami qui a ce statu à mes yeux, c’est celui qui sera un père envers mes enfants, celui qui sera un mari envers sa femme, et un meilleur ami comme ce qu’il est depuis toujours. Je sais que je dois sans doute être dans une forme d’excès, songer à ça alors que c’est simple comme situation, c’est un choix qu’on nous impose, soit notre amour, soit nos parents. Ce sont deux formes d’amour, deux formes distinctes.
Amour familial et amour véritable, c’est un choix impossible et je commence à considérer que je devrais tout simplement imposer mon choix de partenaire, d’amour véritable, aux membres de ma famille.

Nous sommes dans ce rayon, à discuter céréales. C’est évident que c’est une manière de nous aborder sans songer à cette gêne qui nous transperce alors qu’on aimerait simplement nous arracher nos vêtements et vivre simplement notre histoire. C’est dans des sous-entendus tout juste dissimulés que je fais comprendre au jeune homme qu’à mes yeux, c’est difficile, autant qu’aux siens. Je suggère alors à celui-ci qu’on ait du temps ensemble, ce qu’il accepte sans grandes difficultés. « C’est dommage, c’est vrai, sauf que ça te fera songer à moi comme ça, si je t’empêches de dormir. » indiquais-je dans un sourire malicieux. Il y a des jours où j’ai des difficultés à m’endormir, justement, c’est à propos du jeune homme, des fois je me dis que je souhaiterais tout simplement tout arrêter, arrêter de me mentir et aller jusqu’à son domicile et qu’on fasse l’amour. « Si on doit avoir des nuits blanches ensemble je t’assure que tu as intérêt à être agréable, sinon, sache que je me vengerais, ma vengeance sera un calvaire. » menaçais-je dans un sourire tandis que j’ajoutais. « Je suis sûre que si jamais tu étais désagréable à un moment donné, un bisou aura un pouvoir exceptionnel de t’adoucir. » dis-je innocemment.

Oui, je devrais avoir honte de faire tant de sous-entendu. Je m’autorise à toucher sa joue, douce comme d’habitude, une barbe légèrement naissante. Je souris quand il accepte ce verre. Ce dit verre est juste une excuse afin qu’on soit ensemble. Je comprends sa phrase à double-sens et nous sommes assez adultes afin de savoir que c’est inutile de faire semblant, cependant ajoutant une légère subtilité. Une fois qu’on a fini de ranger nos affaires, chacun de notre côté, je me dépêche d’aller le rejoindre, adoptant un air décontracté quand j’arrive. « Je voudrais un flacon de ton parfum, que j’en mette sur mes vêtements, histoire de t’avoir toujours à mes côtés. » annonçais-je sans m’en rendre compte. Il me dit alors que mes lèvres lui manquent, que mon contact manque à ce qu’il est, je soupir d’envie et sans attendre, j’approche de celui-ci, je m’arrête dans mon élan. On ressemble à deux adolescents. « Si elles te manquent, je t’en prie. » ordonnais-je déposant mon index sur mes lèvres, signe qu’il devait embrasser ces dernières. Je me mords la lèvre inférieure et alors, sans attendre une seconde supplémentaire, j’embrasse ses douces lèvres mettant ainsi mes bras autour de sa nuque. « Juste afin d’enlever ce manque que tu as ressenti, c’est tout. » annonçais-je innocemment.

electric bird.

_________________
I want you
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2016
›› Commérages : 229
›› Pseudo : Bloup - Petit prince
›› Célébrité : Bradley Cooper
›› Schizophrénie : Seulement Bradley
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Ven 2 Sep - 19:32 )


   
I miss you

   
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Mallory & Flavio

   
Ce qui est sûr dans tout ça, c'est que Mallory est la personne la plus importante à mes yeux, celle pour qui je pourrais tout donner sans hésiter une seule petite seconde. Je vais tout faire pour rester auprès d'elle le plus longtemps possible dans sa vie. Je sais pertinemment qu'un jour ou l'autre nous allons nous retrouver c'est obligatoire puisque nous sommes faits l'un pour l'autre, pour moi c'est simplement une évidence. Dans ce rayon nous continuons à parler de tout et de rien rempli de sous-entendus et elle m'annonce alors cette histoire de colocataire que je n'arrive toujours pas à comprendre. Comment ? Quand ? Pourquoi ? Je ne sais pas du tout. Visiblement d'après Mallory je vais adorer cette personne, je reste malgré tout, septique et attend de voir ... Même si je suis un véritable curieux. « C'est dommage, c'est vrai, sauf que ça te fera songer à moi comme ça, si je t'empêches de dormir. » Me dit-elle lorsque je lui apprends qu'à cause de ses petits mystères je ne vais pas beaucoup dormir de la nuit. Est-ce que je dois lui avouer que je pense déjà à elle la nuit ? Que rêve d'elle ? « Pas besoin de ça pour penser à toi et rêver de toi tu sais ? » J'essaie de rire légèrement, histoire de ne pas paraître trop sérieux malgré tout, j'entre dans son jeu, c'est finalement agréable d'ailleurs. « Si on doit avoir des nuits blanches ensemble je t'assure que tu as intérêt à être agréable, sinon, sache que je me vengerais, ma vengeance sera un calvaire. » Je tourne alors ma tête pour la regarder, de manière sérieuse. Des nuits blanches ensembles,, ça aussi ça peut porter à double sens non ? « Du genre quoi ? histoire de savoir ce qui m'attend au cas où. » Oui je suis curieux, toujours, Mallory le sait bien, j'aime bien tout savoir, ou presque. « Je suis sûre que si jamais tu étais désagréable à un moment donné, un bisou aura un pouvoir exceptionnel de t'adoucir. » Elle vise juste, c'est une évidence. J'affiche alors un énorme sourire sur mes lèvres. « Je vais être trèèèès désagréable alors. »  Cette fois-ci je sourie de toutes mes dents et oui, comme un enfant.

Nous nous donnons rendez-vous dans un bar pour prendre un verre tranquillement. Une bise sur nos joues comme-ci nous nous retrouvons pour la première fois de la journée et nous voilà entré dans l'établissement. « Je voudrais un flacon de ton parfum, que j'en mette sur mes vêtements, histoire de t'avoir toujours à mes côtés. » Finalement, je suis ravi de cette journée hors de l'hôpital, j'ai même l'impression que Mallory est encore plus proche de moi qu'auparavant. Inutile de préciser l'état de mon coeur depuis ses fameuses courses. « Tu n'as pas peur que je devienne ton fantasme ? Pire, ton obsession ? » Je sourie légèrement tout en plongeant mon regard dans le sien. Résister à ses lèvres est bien trop compliqué pour maintenant, je décide de lui avouer, être clair. Après tout ici qu'est-ce que nous risquons ? Les personnes autour de nous s'en fiche complètement. « Si elles te manquent, je t'en prie. » Alors que je décide de m'approcher c'est elle qui prend les devants et dépose ses lèvres sur les miennes. Voilà alors que nos langues s'entremêle pour quelques minutes, pour ensuite nous séparer. « Juste afin d'enlever ce manque que tu as ressenti, c'est tout. » Je regarde toujours Mallory dans les yeux, amoureusement, tout en passant l'une de mes mains sur ses joues. « Un jour tout ce que nous traversons ne sera plus qu'un mauvais souvenir. » Je garde cette intime conviction, réussir à convaincre nos têtes de mule de parents.
   

_________________

Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/07/2016
›› Commérages : 87
›› Pseudo : © chaton
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : Neila Callahan
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Ven 2 Sep - 20:52 )

I miss you
Flavio Spencer ❧ Mallory Hope
Je sais que ce que je vais dire est idiot sauf que je sais aussi que c’est ce à quoi je songe depuis qu’on se connait. Nous étions adolescents, il m’a déjà offert un rein et m’a offert désormais son cœur, et j’ai offert mon cœur à Flavio à cet instant quand nous étions à la piscine, et que j’étais prête à me faire disputer, qu’il m’a protégée. Il m’a protégée alors que j’étais une inconnue, une fille d’une voisine. Une voisine qui était la meilleure amie de sa mère. Il m’a défendue. Je n’en avais pas conscience mais tout depuis notre adolescence me prouvait jour après jour que j’étais amoureuse, que c’était mon grand amour. Je sais, c’est idiot de se dire qu’à trente-cinq ans, je suis capable de croire au grand amour et il n’y a qu’avec cet homme que j’y crois. Flavio m’a sauvé, j’ignore comment j’ai fait afin de croire un instant que ce n’était pas cet homme qu’il me fallait, tout cela car mes parents sont idiots.

Quand nous sommes dans ce rayon, je m’aperçois à quel stade il m’a manqué, je peux tout simplement affirmer que ma vie est morne sans lui, et que c’est épuisant de faire comme-ci je n’étais pas follement amoureuse de lui. Je suis amoureuse de Flavio qui m’est essentiel, qu’il s’agisse d’un ami et/ou d’un amant, il m’est essentiel et depuis qu’il est dans ce travail et qu’il a accepté cet essai, je deviens folle d’une absence qu’il m’impose tandis qu’il s’amuse avec sa collègue, quelque chose qui m’énerve tant, sauf que je n’ai pas le droit de me conduire comme une adolescente jalouse. Je dois être sérieuse et agir comme une adulte. J’écoute alors ce qu’il me dit, affirmant qu’il n’est pas nécessaire que je l’empêche de dormir afin qu’il songe à moi, je souris instantanément. J’ai oublié qu’il était si adorable et de quelle manière il me faisait fondre à chaque fois. « Souvent, je songe à ce qu’on ferait si nous étions ensemble... » commençais-je ayant utilisé des termes de nouveau à double-sens. « Je veux dire si tu étais venu à la maison et qu’on se faisait une soirée ensemble, tu sais. » ajoutais-je dans un sourire. Sans cesse nous faisions des sous-entendus, alors que quand nous nous envoyons des messages nous avons le temps de réfléchir et de modifier nos messages. Quand nous sommes face à face, c’est impossible, ça sort comme ça vient. C’est tout, et c’est mieux je trouve malgré que ce soit difficile des fois. Il me dit alors qu’il compte être extrêmement désagréable, mon visage s’incline. « Si tu es excessivement désagréable je risque de d’étouffer de bisou alors. » affirmais-je dans un rire.

Sur le lieu du rendez-vous, j’embrasse ses joues, sens son parfum et me décide à dire à Flavio que son odeur est agréable, chose que j’aurais dû garder dans mon esprit mais qui s’est échappé de mes lèvres sans que j’y sois préparée. Il me demande alors si avec son parfum, je ne crains pas qu’il devienne mon fantasme et mon obsession, je lui aurais bien dit que c’était déjà le cas, mais je dois trouver une manière de lui dire. Je ne peux décemment pas lui dire que je ne veux tout simplement pas qu’il soit mon obsession parce qu’il l’est déjà et que je ne peux pas me passer de lui. « Qui a dit que ce n’était pas déjà le cas ? » soufflais-je à Flavio. Son regard se perd dans le mien pendant qu’il me dit que mes lèvres lui manquent. Nous ne nous sommes embrassés qu’une fois, et c’est déjà devenu un besoin. Je le regarde, il s’approche et allant trop lentement à mon goût, alors je décide d’embrasser ses lèvres et je sens nos langues se mêler et mes mains se glisser sur son torse. A chaque fois, je me justifie. Sans arrêt. Sa main sur ma joue, je ferme quelques secondes les yeux. « Si nous étions mariés ils n’auraient rien à dire. » dis-je simplement. Je lève les yeux et regarde Flavio. « On s’assoit ? On est au milieu du chemin. » demandais-je. Nous allons nous assoir alors que je lui tiens la main et je me mets à côté de lui sur la banquette. Une serveuse alors arrive, évidemment si cela avait été un homme, cela n’aurait pas été drôle. Elle regardait Flavio comme un morceau de viande. Je me crispais, de sa voix elle demandait si nous voulions quelque chose après avoir indiqué sèchement ce que je voulais, je me tournais vers Flavio et lui lançait un regard noir, j’avais l’impression de me conduire comme une gamine jalouse. « Ne dis surtout rien, je sais. » dis-je alors que je sais tout simplement qu’il est amusé de ma réaction face à cette… femme.

electric bird.

_________________
I want you
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2016
›› Commérages : 229
›› Pseudo : Bloup - Petit prince
›› Célébrité : Bradley Cooper
›› Schizophrénie : Seulement Bradley
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Mar 6 Sep - 0:03 )


   
I miss you

   
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Mallory & Flavio

   
Peut-être bien que nos mères ont toujours refuser l'évidence de notre amour simplement à cause de cette histoire de greffe. Peut-être qu'elles se disent tout simplement que comme Mallory possède l'un de mes reins, une éventuelle union, des enfants et tout le reste est impossible pour nous. Ce qu'elles ignorent en revanche c'est que tout ça ne pose aucun problème, nous n'avons pas le même sang pour autant même malgré la greffe, nous restons deux étrangers l'un pour l'autre au niveau de notre génétique. C'est peut-être ce sujet-là que je devrais mettre sur la table avec ma mère, l'histoire de la greffe. Bref pour le moment nous n'en sommes pas là et je préfère ne pas penser à ma mère ou bien à la sienne lorsque nous sommes ensemble, ces moments-là sont presque devenus rare alors autant en profité au maximum. « Souvent, je songe à ce qu'on ferait si nous étions ensemble... » J'y pense également très souvent c'est vrai, même tous les jours en réalité. « Je veux dire si tu étais venu à la maison et qu'on se faisait une soirée ensemble, tu sais. » J'affiche un petit sourire sur mon visage, il est certain que nous serions peut-être bien plus proche que nous le sommes ici. « Les choses auraient été différente je pense, oui ... » Elle sait très bien de quoi je parle, mais est-ce que si nous avions été chez elle, prête, peut-être, à passer à l'acte, l'aurions-nous fait réellement ? Connaissant les avis de nos familles aurions-nous transgressé la fameuse règle que nous avaient imposer nos mères ? Quelle que soit la réponse, j'attends depuis tellement longtemps Mallory que j'aurais probablement fait les choses sans y mettre les formes. « Si tu es excessivement désagréable je risque de d'étouffer de bisou alors. » Ce n'est pas un soucis pour moi et elle le sait très bien, je compte d'ailleurs mettre ce plan en œuvre dès que cette soirée "boulot" se fera.

Avoir mon parfum sur elle, étrange idée, mais tout de même tellement romantique. Oui, un homme aussi peut-être romantique par moment. Pour rire, je lui demande alors si avec ça elle n'a pas peur que je devienne son obsession. « Qui a dit que ce n'était pas déjà le cas ? » Je m'attendais malgré tout à cette réponse et je dois dire que là je suis littéralement en train de rougir, car je sens la chaleur monter sur mes joues. « Tu vois, tu me fais rougir ! C'est pas bien ça Mademoiselle Hope. » Ce nom de famille je l'ai toujours aimé, finalement Mallory est mon espoir à moi. « Si nous étions mariés ils n'auraient rien à dire. » Peut-être qu'un jour tout ça sera une réalité, en tous les cas je me force à y croire, j'ai envie d'y croire de toutes mes forces. Alors que je suis plongé dans mes rêves, Mallo me sort de mes pensées. « On s'assoit ? On est au milieu du chemin. » Effectivement je ne l'avais même pas remarqué. Je secoue alors la tête et l'entraîne à une table où nous nous posons tranquillement. Une serveuse arrive rapidement, Mallory passe sa commande de manière assez froide ... Je sais pourquoi elle agit comme ça et j'avoue que tout ça me fait rire, malgré tout si la situation était inversée, j'aurais eu la même réaction. « Ne dis surtout rien, je sais. » J'essaie de retenir mon rire, mais c'est assez compliqué. « C'est tellement mignon ça ! » Dis-je en riant.

   

_________________

Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/07/2016
›› Commérages : 87
›› Pseudo : © chaton
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : Neila Callahan
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Dim 25 Sep - 17:46 )

I miss you
Flavio Spencer ❧ Mallory Hope

C’est difficile de se dire qu’elles sont incapables de comprendre qu’on est amoureux. C’est déprimant quelques fois de se dire que je serais heureuse à ses côtés et qu’elles aiment mieux voir une amitié au sein de notre amour étant donné que d’après elle, nous sommes comme frère et sœur. C’est comme ça depuis longtemps, depuis qu’elles se sont retrouvées et qu’elles croient que nous nous considérons comme tel, alors que c’est tout à fait différent de ce que nous éprouvons chacun de nous. Je sais ce que j’éprouve envers cet homme, il sait exactement que je suis amoureuse de ce qu’il est, et je dois admettre que des fois c’est difficile de savoir que c’est réciproque. Nous sommes amoureux, c’est tout et nous sommes damnés. Nous sommes condamnés à être séparés.

Nos mères estiment que nous sommes du même sang, comme-ci nous étions sortis du même endroit, alors que c’est totalement faux. Nos mères s’entendent à merveille, elles s’adorent et s’estiment comme deux sœurs, cependant ce n’est pas notre cas, nous sommes deux âmes sœurs, c’est tout ce que nous sommes, et nos mères ont des difficultés à accepter cela. Je confie malgré moi, à mon meilleur ami, que je songe souvent à ce que nous ferions si nous étions ensemble, et comme cela prêtait à confusion, je me sentais obligée d’ajouter des détails à la situation.

« Sans aucun doute, et cela ne m’aurait pas déplus tu sais. » admettais-je dans un sourire.

A sa réponse, c’est tout ce que j’ai trouvé à dire, effectivement c’est exactement ce à quoi je songe, cela n’aurait pas été désagréable, je sais même que j’aurais été heureuse et même épanouie d’être à ses côtés. Je demandais à Flavio quel était son parfum, même si je connaissais cette odeur depuis toujours, j’aimerais avoir un vêtement qui appartienne à Flavio dans mon lit. Je sais, c’est idiot et je dois arrêter d’être si fleur bleue. Surtout que cela ne me ressemble pas. Ma dernière relation avec un homme - afin d’oublier Flavio - a été un désastre, moins il me touchait, mieux c’était.

« Je crois qu’en fait, c’est ce que je cherche à faire, mon cher. » confessais-je riant.

Alors, je suggère de nous marier, une idée folle que je suggère alors qu’elle me traverse les idées. Ce serait dangereux de se marier alors que nous ignorons si nous sommes prêts à cela tandis que nous n’avons tout simplement pas essayés d’être ensemble. Cependant, c’est la seule solution que je verrais afin d’être avec elle sans que nous soyons obligés de faire semblant. Je constate alors qu’à un moment donné, une serveuse qui nous sert semble s’intéresser de près à Flavio. Je soupire et dit de manière froide ce que je souhaite commander, ainsi, je déclare immédiatement que c’est mieux qu’il se taise. On sait tous les deux pour quelle raison j’agis de cette façon.

« Ce n’est pas si mignon, et admet que si c’était un serveur et qu’il avait fait pareil, tu aurais sans doute été loin de rire comme à l’heure actuelle. » annonçais-je grimaçant. « Je suis sûre que mon voisin te plaira également, il est tout aussi charmant que cette serveuse. » dis-je me vengeant légèrement dans un grand sourire.
electric bird.

_________________
I want you
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2016
›› Commérages : 229
›› Pseudo : Bloup - Petit prince
›› Célébrité : Bradley Cooper
›› Schizophrénie : Seulement Bradley
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Jeu 29 Sep - 21:40 )


   
I miss you

   
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Mallory & Flavio

   
Il faut faire avec pour le moment en tout cas, car je suis sûr que tout finira par s'arranger, peut-être qu'ils leurs faut tout simplement du temps pour accepter ou essayer de nous voir autrement et surtout comme deux adultes. Elles sont de la vieille école toutes les deux et tellement obstiné que finalement, il faut probablement laisser faire les choses. Mallory m'avoue que parfois elle nous imagine ensemble et inutile de dire que j'y pense aussi très souvent, simplement, je sais que pour le moment les choses sont difficiles alors forcément j'essaie de ne pas trop me faire souffrir tout seul et essaie de ne pas trop y penser tout de même. « Sans aucun doute, et cela ne m'aurait pas déplus tu sais. » Me dit-elle lorsque je lui confit que les choses seraient très certainement différente. Je ne peux m'empêcher de sourire c'est une évidence, je me sens même assez timide pour être honnête. Il parait que le meilleur moyen de résister à la tentation c'est d'y céder, simplement je sais que je ne peux pas lui faire ça, je sais que si je fais ça je vais probablement la blesser et je ne veux pas, nous devons d'abord trouver un moyen avec nos familles avant de faire ou dire quoi que ce soit de plus à propos de nous deux. « Je crois qu'en fait, c'est ce que je cherche à faire, mon cher. » Je sourie une nouvelle fois en ajoutant, “ Mission réussi, bravo !”

Une serveuse arrive pour prendre la commande, je sais rien qu'à sa façon de parler que Mallory est énerver et en même temps je pense que la serveuse l'a également remarqué. Elle repart avec notre commande noté sur un bout de papier, retenir deux choses n'étaient pas énorme, mais bon pourquoi pas. Lorsque je regarde Mallory celle-ci me demande de ne rien dire, mais c'est plus fort que moi et je suis obligé de la taquiner en lui disant que c'est tellement mignon. « Ce n'est pas si mignon, et admet que si c'était un serveur et qu'il avait fait pareil, tu aurais sans doute été loin de rire comme à l'heure actuelle. » Effectivement, là mon sourire disparait comme par magie avec ses mots. “ Bon d'accord c'est vrai, j’admets !” Je m'arrête alors de rire, enfin du moins j'essaie de rester sérieux, pas simple. « Je suis sûre que mon voisin te plaira également, il est tout aussi charmant que cette serveuse. » Elle ne me laisse pas le choix, je fronce les sourcilles évidemment comme un enfant mécontent. “ Arrête !”
   

_________________

Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/07/2016
›› Commérages : 87
›› Pseudo : © chaton
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : Neila Callahan
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Mer 5 Oct - 19:07 )

I miss you
Flavio Spencer ❧ Mallory Hope

Nous commençons à nous égarer alors que j’essaie de me convaincre que je dois attendre. Attendre était quelque chose que nous étions obligés de faire, attendre qu’elles acceptent que nous sommes amoureux, attendre qu’elles acceptent que nous soyons ensemble. Sauf que si elles refusent toujours cela, nous serons malheureux jusqu’à notre mort, et je dois dire qu’actuellement, je suis malheureuse de devoir l’estimer comme un meilleur ami alors que mes songes sont toutes sauf aussi pures qu’une meilleure amie détient envers un de ses amis. Il s’agissait d’envies incontrôlables qu’il fallait maitriser sans cesse et cela devenait fatiguant, surtout quand nous étions devant nos parents, étant donné que ce soir, nous étions seuls, accompagnés de nos consciences et tout juste ce qu’il faut de culpabilité, ceci dit, au diable cette culpabilité qui commence à m’envahir.

Une serveuse arrive alors et se charge de prendre notre commande. Ainsi, quand il remarque que je suis froide et distante, alors que d’habitude je suis douce et gentille, il comprend que quelque chose m’a déplu. Il s’agissait de sa manière d’observer Flavio qui me dépassait, elle faisait comme-ci j’étais inexistante, je crois que si j’avais été moins gênée de cette sensation de jalousie, j’aurais immédiatement collé une gifle à cette serveuse, sans me retenir d’une quelconque manière. « A moins que ça te sois égal, évidemment. » indiquais-je alors dans un léger soupir. Il s’arrête de rire alors que je le regarde, j’ai une furieuse envie d’embrasser ses lèvres, de crier que de toute façon, j’irais jamais faire une telle chose, qu’un serveur serait un moins que pas grand-chose à côté de ce qu’il était à mon égard, et puis je me résignais. « Qui est jaloux maintenant ? » interrogeais-je alors que je souriais d’un large sourire. C’était vrai, c’était mesquin, cependant d’une manière générale, j’étais rassuré. « Je crois que j’ai envie d’aller voir cette serveuse, tu crois que je peux ? » demandais-je innocemment. Jalouse, c’était le cas, sauf qu’il fallait que j’arrête, elle a juste regardé Flavio, comme-ci elle allait le manger, certes, sauf que… Merde. « Non, en fait, je crois que je vais faire pire. » annonçais-je fière de ce à quoi j’ai songé.

Cette serveuse, faite de silicone s’approchait et déposait alors nos commandes. Alors qu’elle restait quelques instants, espérant sans doute quelque chose de la part de Flavio, je me saisissais de sa main et la déposait sur mon ventre dans un grand sourire, et dans un jeu de cinéma, joué à la perfection - alors que je n’étais même pas actrice. « Je suis si contente que notre enfant soit un garçon, tu sais. » dis-je alors que j’embrasse ses lèvres faisant ainsi comprendre à cette garce qu’elle n’aurait aucune chance.
electric bird.

_________________
I want you
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2016
›› Commérages : 229
›› Pseudo : Bloup - Petit prince
›› Célébrité : Bradley Cooper
›› Schizophrénie : Seulement Bradley
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Dim 9 Oct - 15:56 )


   
I miss you

   
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Mallory & Flavio

   
Elle est jalouse, je crois que je découvre ce côté enfin, je savais que c'était une femme jalouse, mais je dois avouer que je ne l'imaginais pas autant finalement. Est-ce que je dois prendre peur ? Au moins elle prouve qu'elle tient à moi et c'est quand même déjà beaucoup je trouve. Je me moque gentiment d'elle, mais elle inverse très rapidement la situation et évidemment là … ça ne me fait plus rire du tout. « A moins que ça te sois égal, évidemment. » Je fronce les sourcilles, comme un enfant pas content. “Bien sûr que non et tu le sais ça !” Dis-je en soufflant. L’arroseur arroser finalement … Oui moi aussi je suis jaloux mais ça depuis des années, j'ai toujours été jaloux des hommes qui se sont approchés d'elle c'est comme ça et pas autrement. J'ai essayé de faire des éfforts mais ça n'a pas marché. « Qui est jaloux maintenant ? » Elle prend un malin plaisir à me torturé finalement et cette fois-ci je fronce les yeux. “Tsss, méchante !” C'est enfantin … Nous sommes deux enfants par moment et ça fait du bien. « Je crois que j'ai envie d'aller voir cette serveuse, tu crois que je peux ? » Hum, là je crois bien que j'ai peur. Qu'est-ce qui lui passe par la tête ? La frapper ? Non quand même pas à ce point après tout elle a juste eu un regard envers moi. J'avoue je me pose des centaines de questions à la minute. “Tu veux faire quoi exactement.” Je sais que Mallory à déjà son idée de la tête et elle est tellement prise là dedans qu'elle ne m'écoute même pas et continue toute seule comme si elle se parlait à elle même a ce moment-là. « Non, en fait, je crois que je vais faire pire. » Bon est bien là je crois que je prends peur tout simplement.

Au même moment la serveuse arrive toute contente et nous dépose nos deux verres, de mon côté je suis mal à l'aise et je ne sais que faire. Mallory prend alors ma main et la dépose sur son ventre, je me laisse faire, mais ne comprend pas de suite où elle veut en venir. « Je suis si contente que notre enfant soit un garçon, tu sais. » Tout deviens plus clair évidemment. J'essaie de me retenir pour ne pas rire, mais c'est quand même compliqué. Au lieu de dire quelque chose, je profite de cette excuse pour approcher de nouveau ma bouche de celle de Mallory est bien entendu lui déposer un beau baiser, un baiser qui entremêle nos langues pour quelques longues minutes, tellement longues finalement que je ne vois même pas la serveuse repartir.
   

_________________

Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/07/2016
›› Commérages : 87
›› Pseudo : © chaton
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : Neila Callahan
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Dim 16 Oct - 19:43 )

I miss you
Flavio Spencer ❧ Mallory Hope

Je sais que je suis jalouse et que techniquement je dois maitriser cette jalousie étant donné que nous sommes simplement deux amis. Nous savons que nous sommes davantage, outre une longue amitié qui nous unis, je sais que je suis amoureuse de cet homme depuis longtemps, et c’est agaçant de devoir faire sans cesse, des sourires et encourager à ce qu’il se trouve quelqu’un. Je suis sûre que nous serions heureux ensemble si nos parents étaient plus ouverts, sauf que c’est un fait qu’ils refusent et des fois j’aurais envie de les secouer et de leur dire que c’est notre vie et qu’ils se mêlent de ce qui les concernent. Sauf que je sais aussi que j’aime mes parents, autant que Flavio aiment ses parents, alors nous faisons avec cette situation malgré qu’elle soit difficile. « Je sais, c’est difficile, tu sais. » indiquais-je dans un soupir.

Cela fait des années que nous sommes jaloux quand quelqu’un de différent nous approche respectivement, et effectivement, je serais toujours jalouse des femmes qui s’approchent de Flavio, surtout cette femme qui lui tourne autour depuis qu’elle a intégré le service dans lequel Flavio travaille. Il continuait de se moquer de moi, alors maintenant que la situation était inversée, il savait ce que j’éprouvais, quoi que je me doute que ce n’est sans doute pas, l’unique fois où il ressentait cela. « Oui je sais, arrête de faire cette tête, c’est pas grave, c’est normal d’être jaloux. » indiquais-je, me moquant légèrement.

A vrai dire, cette serveuse était agaçante. J’étais une femme, je savais exactement de quelle manière elle agissait et cette manière qu’elle essayait d’attirer l’attention m’agaçait intérieurement. Alors, quand elle s’approchait de nouveau afin de nous amener nos verres, j’inventais tout un stratagème dans mon esprit et effectuait ce dernier dès qu’elle fut à nos côtés, indiquant que j’étais heureuse que notre enfant à venir soit un garçon. Un véritable mensonge qui éloigne un nombre important de vipères comme elle. Alors que je souris à Flavio, je sens ses lèvres se déposer sur les miennes, j’espérais qu’il fasse cela. Ses lèvres ont un goût que je n’oublierais sans doute jamais, et je dois dire que plus le temps passait et plus j’aimais les sentir ses lèvres. Nos langues qui dansent et nous sommes à bout de souffle quand cela s’arrête. La serveuse à disparue. Je regarde Flavio et lui murmure. « Je rêvais que tu fasse cela. » indiquais-je embrassant de nouveau ses lèvres furtivement. « T’es à moi Flavio. » informais-je non comme une menace, mais plutôt comme une promesse. « Je crois que se retenir sera plus difficile qu’avant après avoir goûté d’aussi nombreuses fois à tes lèvres. » dis-je me mordillant la lèvre. « J’ai l’impression d’être une adolescente, tu sais ? » indiquais-je tout en me mettant à rire. « Je sais que je suis insistante mais, je suis sûre que tu vas adorer mon colocataire. » informais-je alors.

electric bird.

_________________
I want you
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2016
›› Commérages : 229
›› Pseudo : Bloup - Petit prince
›› Célébrité : Bradley Cooper
›› Schizophrénie : Seulement Bradley
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Jeu 20 Oct - 16:54 )


   
I miss you

   
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Mallory & Flavio

   
Un jour notre situation changera j'en suis persuadé, j'en suis même arrivé à croire au destin c'est pour dire comme je crois en nous, en ce futur couple. Je pense cependant qu'il ne faut peut-être pas bousculer les choses, je sais que nos mères sont assez ''fragiles'' et qu'elles tiennent également l'une comme l'autre à leur forte amitié c'est pourquoi je ne voudrais pas leur gâcher ça. En parallèle rien ne nous empêche à Mallory et à moi de nous voir, de nous embrasser et voir plus non ? Du moment que nous sommes consentant tous les deux où est le soucis ? Je pense qu'évidemment nous garderons ce secret pour nous et que nous attendrons le moment venu. J'ai déjà suggéré à Mallory de préparer doucement de son côté sa mère et je fais de même avec la mienne, je pense qu'au fur et à mesure du temps nous allons y arriver. « Je sais, c'est difficile, tu sais. » La jalouse ça ne se contrôle pas, je le sais, mais je sais aussi qu'elle peut être destructrice et ça en revanche je ne veux pas. Nous sommes tout deux jaloux des étrangers qui peuvent nous approcher, c'est à la fois mignon, mais aussi pénible de devoir lutter au quotidien contre ça. Heureusement, nous ne nous voyons pas tous les jours et nous ne sommes donc pas 24h/24 ensemble sinon imaginez le désastre. « Oui je sais, arrête de faire cette tête, c'est pas grave, c'est normal d'être jaloux. » Visiblement lorsque je le suis je dois faire une tête bizarre, je me mets donc à sourire légèrement, « J'ai une si mauvaise tête lorsque je le suis ? » Après tout je ne me vois pas alors je ne sais pas.

Lorsque la serveuse nous rapporte notre commande, Mallory visiblement très exaspéré se met à jouer un rôle et fait croire que nous sommes un couple en attente d'un heureux événement. Cette situation là j'aimerais beaucoup la jouer en vrai, que Mallory soit réellement enceinte de moi et que tout aille bien dans nos familles, mais pour en arriver là j'ai bien peur que le chemin soit encore long. Pour jouer ce petit jeu à fond, je décide d'embrasser Mallory, en même temps c'était l'occasion ou jamais. « Je rêvais que tu fasse cela. » Me dit-elle lorsque je me retire. La serveuse n'est plus là et tout a fonctionné. « C'était une bonne excuse pour t'embrasser. » Dis-je en souriant. « T'es à moi Flavio. » Mon cœur se met à battre de plus en plus fort dans ma poitrine et là je sais que je suis en train de rougir complètement car j'ai chaud sur l'ensemble de mon corps. « Je crois que se retenir sera plus difficile qu'avant après avoir goûté d'aussi nombreuses fois à tes lèvres. » Pendant un court instant, je me dis que tout ce qui nous attend finalement ne va être que plus beau. Nous sommes déjà si accro l'un à l'autre rien qu'en nous embrassant alors lorsque nous serons passé à l'acte tous les deux les choses seront encore plus fortes. « Et puis en même temps la prochaine fois ça sera encore plus fort. » C'est du moins comme ça que je vois les choses. « J'ai l'impression d'être une adolescente, tu sais ? » Je ris tout doucement tout en la regardant de nouveau dans les yeux. « Je crois que moi aussi, c'est marrant. » Pourtant à l'adolescence tous les deux nous n'étions que meilleurs amis, ou peut être plus finalement, sans le savoir. « Je sais que je suis insistante mais, je suis sûre que tu vas adorer mon colocataire. » Cette fois-ci ce n'est pas un sourire que je lâche, mais un soupire. « Pourquoi tu y tiens absolument, à ce que je le rencontre ? »
   
[

_________________

Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/07/2016
›› Commérages : 87
›› Pseudo : © chaton
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : Neila Callahan
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Ven 21 Oct - 3:54 )

I miss you
Flavio Spencer ❧ Mallory Hope
Un jour, elle changera sans doute, sauf que jusqu’à maintenant, elle est identique. Chaque fois que je suis à ses côtés, j’ai une envie d’embrasser ses lèvres qui me sont si agréables, j’ai envie qu’il enlève ses vêtements et goûter à ce que chaque couple possède quand ils s’aiment. Si nous décidons de précipiter ces événements indéniables, je sais que cela sera sans doute un échec, nos deux mères seront également anéanties, sauf qu’égoïstement, malgré que j’aime mes parents et que j’aime également sa mère, je dois dire que j’aimerais tout abandonner et quitter Cap Harbor auprès de l’homme que j’aime et oublier qu’elles existent, juste le temps qu’elles s’habituent à la situation. Sauf qu’on sait tous les deux qu’elles sont incapables d’accepter cela, et qu’on devra travailler cela avec du temps, sinon nous risquons tout simplement de précipiter les choses et de créer des tensions, et c’est tout ce que nous souhaitons éviter. Depuis que nous sommes entrés dans cet endroit, nos lèvres se sont quelques fois rencontrées, et je dois dire que je m’habitue aisément à cela et j’ose espérer que cela dure quelques temps, jusqu’à ce que nous soyons prêts à dire à nos mères, ce qu’il fallait afin d’être heureux. Je sais que ma mère essaiera avant tout de me faire connaitre des hommes, c’est malgré tout embarrassant, surtout depuis que je discute avec elle d’une éventuelle possibilité que je sois amoureuse de Flavio, qu’elle estime de notre famille et donc, qu’elle juge incapable d’être un potentiel compagnon à mon égard. « On se connait depuis des années, je connais chacune de tes expressions, surtout que tu sais qu’on a toujours été jaloux, quand nous étions adolescents, tu te souviens ? Je croyais que c’était juste une amitié, je veux dire qu’on se considérait comme deux meilleurs amis, sauf qu’admet que c’est bizarre que deux meilleurs amis soient jaloux des autres qu’ils approchent... » indiquais-je dans un soupir. Je devais admettre que cet amour qu’on avait était sans doute plus ancien que ce que nous avions pensés. A dire vrai, je sais que déjà à l’époque nous étions attirés, c’était sans doute différent de l’amour, sauf que nous étions déjà possessifs l’un envers l’autre alors cela devait forcément être un signe.

Quand cette serveuse s’avance de nouveau, je mets un plan auquel j’ai songé à exécution et indique à Flavio que je suis heureuse que notre enfant soit un garçon. Je sais, c’est bas de faire cela, il aurait sans doute pu avoir quelqu’un auprès de ce qu’il était, il aurait eu un agréable moment à ses côtés, sauf que c’était au-dessus de mes forces, il m’appartenait. Sans aucune prétention évidemment, c’est tout sauf un objet à mon égard, sauf que c’est difficile d’abandonner face à tant de menaces. Je sais que quand nous serons ensemble, cette jalousie disparaitra, sauf qu’attendant ce moment, je suis légèrement jalouse et possessive, sans excès et je sais que je dois m’abstenir d’agresser qui que ce soit, ces femmes étant une menace à mon bonheur. « Comme-ci tu avais besoin d’une excuse. » déclarais-je alors que je hochais la tête, dans un léger sourire tandis que je mourrais d’envie d’embrasser de nouveau, ces si jolies lèvres qu’il avait. Sans que j’arrive à contrôler mes mots, je disais à Flavio qu’il était à moi, et alors, je sentis que j’étais devenue rouge, comme-ci j’étais une adolescente de quinze ans. Je souris à Flavio et puis alors, je songe à une nuit ensemble, déjà, alors que nous nous sommes tout juste autorisés à nous embrasser. « J’ose espérer que ce soit d’ici peu de temps, je veux dire, qu’on se verra de nouveau. » avertissais-je alors. Je voulais éviter d’être éloignée de Flavio, je savais que c’était égoïste, sauf que j’avais ce besoin d’être à ses côtés. Nous nous mettons à rire quand je dis que je ressemble à une adolescente, que je me sens comme une adolescente. « C’est tout sauf marrant, je te signale que j’étais avec un crétin à l’époque et d’ailleurs tu me l’as clairement dit que c’était un abruti, et malgré que ce soit vrai, tu as été dur. » indiquais-je alors dans un sourire. Il détestait déjà ceux que je fréquentais. On se connaissait depuis un an, et alors, il m’a dit que celui avec lequel j’étais - après le premier crétin que j’ai fréquenté et qui m’a trompée- , était également un abruti. « Arrête d’avoir cette expression et fais-moi confiance, je veux simplement que tu fasses parti du quotidien que j’ai ces temps-ci, c’est tout, et je suis pressée de voir ta réaction. » indiquais-je dans un sourire avant de déposer un baiser sur sa joue. « T’es cap de dire à tout le monde qu’on est… ? » demandais-je à Flavio alors que je m’arrête simplement. Qu’est-ce qu’on est ? Je sais que je suis amoureuse de Flavio, sauf que jusqu’à maintenant, c’était dans ma tête, et j’ai jamais dit à voix haute que je l’aimais. « Je veux dire, qu’on est meilleurs amis ? » demandais-je alors dans un soupir. « Ou alors, que tu veux m’embrasser ? » indiquais-je dans un grand sourire innocent.

electric bird.

_________________
I want you
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2016
›› Commérages : 229
›› Pseudo : Bloup - Petit prince
›› Célébrité : Bradley Cooper
›› Schizophrénie : Seulement Bradley
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Mar 25 Oct - 19:31 )


   
I miss you

   
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Mallory & Flavio

   

J'ai tout simplement mal au ventre lorsque j'imagine Mallory avec un autre homme. Je sais que je dois être patient je sais aussi que peut être nous ne serons réunis que seulement à la mort de nos parents qui sait, ce qu'évidemment je ne souhaite pas, la mort de nos parents. Mon dieu, c'est horrible tout de même d'en arriver à penser à ça, je crois bien qu'il faut que j'arrête de penser, ça sera bien mieux pour moi et heureusement Mallory me coupe, « On se connait depuis des années, je connais chacune de tes expressions, surtout que tu sais qu'on a toujours été jaloux, quand nous étions adolescents, tu te souviens ? Je croyais que c'était juste une amitié, je veux dire qu'on se considérait comme deux meilleurs amis, sauf qu'admet que c'est bizarre que deux meilleurs amis soient jaloux des autres qu'ils approchent... » En me disant cela elle me fait remonter bien des années en arrière. Il est vrai que c'était déjà le cas à l'époque sauf que pour ma part je pensais plus à une jalousie amicale. Plus jeune, j'ai jamais imaginer Mallory dans mon lit par exemple, ma mère me parlait tellement d'elle comme une sœur que je ne m'imaginais pas une seule seconde quelque chose comme ça entre nous. Tout ça était donc peut-être inconscient, je dois bien avouer que la psychologie est un mystère pour moi, j'étudie le cerveau il est vrai, je le connais par cœur, mais j'avoue qu'il referme tout de même des mystères. « A l'époque je pensais que c'était simplement amical, la peur de te perdre. Je pense qu'en réalité tout ça était bien là oui effectivement, mais dans notre inconscient. C'est étrange quand on y repense des années après finalement. » aujourd'hui tout à bien changer et c'est vrai qu'à l'époque nous ne pensions pas en arriver là aujourd'hui tous les deux.

Nous nous embrassons une nouvelle fois grâce à la petite mise en scène de Mallory pour faire fuir la serveuse qui, selon elle, me dévorait des yeux. Je dois quand même avouer que je ne fais pas même pas attention, mais Mallory elle, fait attention pour deux. « Comme-ci tu avais besoin d'une excuse. » Me dit-elle lorsque je lui avoue pour le baiser. Elle m'avoue à demi mot qu'arrêter de s'embrasser est quelque chose de compliquer et c'est la même chose pour moi sauf que je lui déclare que la prochaine fois tout ça sera encore plus fort, « J'ose espérer que ce soit d'ici peu de temps, je veux dire, qu'on se verra de nouveau. » Si je ne vois pas aussi souvent Mallory c'est en partie à cause de mon boulot, mais surtout de ma recherche, cet essai clinique me tiens réellement à cœur et je sais que Mallory le comprend du moins j'espère sincèrement. « J'espère aussi. » Je ne façonne pas mon emploi du temps, je suis presque esclave de l'hôpital même si je prends mon boulot vraiment à cœur. « C'est tout sauf marrant, je te signale que j'étais avec un crétin à l'époque et d'ailleurs tu me l'as clairement dit que c'était un abruti, et malgré que ce soit vrai, tu as été dur. » Elle se met à évoquer le passé et visiblement ce passage-là a vraiment marqué la blondinette. Je me permets de rire, « Bah quoi ? C'était la vérité et puis grâce à moi tu as évité bien des ennuis. » Dis-je en me vantant. « Arrête d'avoir cette expression et fais-moi confiance, je veux simplement que tu fasses parti du quotidien que j'ai ces temps-ci, c'est tout, et je suis pressée de voir ta réaction. » De nouveau son fameux colocataire, ce mystère commence vraiment à me tracasser. « Hum ... » J'ai beau essayer de percer son mystère dans ses yeux je n'y arrive pas. Je vais devoir attendre patiemment, autant dire une mission compliquée pour moi. « T'es cap de dire à tout le monde qu'on est… ? » Je repose mon regard sur elle, un regard interrogateur car je ne comprends pas vraiment ce qu'elle cherche à me dire. « Je veux dire, qu'on est meilleurs amis ? » J'ai du mal à comprendre les femmes en général et je dois dire que là je ne comprends pas justement. Où veut-elle en venir ? « Ou alors, que tu veux m'embrasser ? » J'arque toujours mon sourcille en la regardant. « Pourquoi tu souhaites que tout le monde le sache ? »
   

_________________

Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/07/2016
›› Commérages : 87
›› Pseudo : © chaton
›› Célébrité : Rachel McAdams
›› Schizophrénie : Neila Callahan
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Mer 26 Oct - 23:08 )

I miss you
Flavio Spencer ❧ Mallory Hope
Je sais qu’il est réputé à l’hôpital, je sais également que toutes ses collègues sont à baver sur ce qu’il est tant il est génial, et elles ont raisons. Je sais également que j’évite d’aller à l’hôpital, je sais que si je croise une fois le regard d’une de ces femmes, je risque de commettre un meurtre. Ce n’est pas un risque, je crois même que c’est une certitude que si je venais à croiser une des femmes qui travaille avec Flavio et qui bavent sur lui, je serais capable d’au moins, leur mettre un poing dans leur figure de garce. Je crains qu’elles me le prennent, qu’elle me le pique et qu’il m’oublie, qu’il oublie qu’on est censés s’aimer. Je l’aime, moi, c’est une certitude.

Cela fait des années que je suis amoureuse de Flavio. A dire vrai, je crois que c’est le cas depuis toujours, quoi que peut-être pas, je ne sais pas réellement depuis quand je l’aime. Nous étions deux enfants quand nous nous sommes rencontrés. Adolescents plus exactement, mais étant plus âgée aujourd’hui j’ai cette sensation de connaitre Flavio depuis toujours, qu’il est une partie de moi, sans même que ce soit parce que je sois amoureuse de lui. Outre ça, effectivement, nous sommes liés depuis toujours, depuis longtemps. A jamais, je l’espère. Je me surprends même des fois, devant la glace à me toucher le ventre, espérant un jour, que moi aussi, je pourrais être mère. « Oui, à l’époque on se considérait comme de la même famille, mais j’avoue qu’avec les années, cette jalousie est restée et désormais, nos émotions l’un envers l’autre, sont différentes, alors je pense que cette jalousie signifiait bien quelque chose… » indiquais-je dans une légère moue.

Nous nous embrassons et alors, je mets en scène un moyen de faire qu’elle s’en aille. Je n’aime pas cette femme et je m’habitue à embrasser Flavio. Je fais savoir à Flavio que je compte le revoir d’ici peu de temps, et qu’il est hors de question qu’on s’éloigne, mais après tout, peut-être que c’est ce qu’il veut, après tout, peut-être qu’il souffre tant de cette situation qu’il aimerait mettre de la distance. Tout s’envole, mes doutes et mes craintes, quand il me dit qu’il l’espère aussi. Peut-être dit-il cela afin de me faire plaisir. Je sais qu’il est pris par son travail et ses recherches et je le comprends. « Oui, sauf que j’aurais aimé être heureuse quelques temps, même si cela aurait sans doute été que temporaire. » indiquais-je alors que je tirais ma langue. « Quoi que je n’ai pas été mieux à ton égard, j’admets. » admettais-je alors.

Je rêve de savoir ce qu’il va dire quand il verra que ce qu’il considère intimement comme une menace, est un enfant dont il n’a rien à craindre. Je souris alors quand je constate son expression impatiente et à moitié agacée. Je regarde alors Flavio et demande s’il serait capable de dire à tout le monde, qu’on est… meilleurs amis. A dire vrai, j’allais dire autre chose, mais ne sachant pas ce que nous sommes, je me suis contentée de dire quelque chose qui est déjà une évidence. « Je souhaites que tout le monde le sache. » répétais-je. « Mais, ce n’est pas grave, ne t’inquiète pas. » me résignais-je.

electric bird.

_________________
I want you
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2016
›› Commérages : 229
›› Pseudo : Bloup - Petit prince
›› Célébrité : Bradley Cooper
›› Schizophrénie : Seulement Bradley
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Dim 6 Nov - 19:45 )


   
I miss you

   
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...
Mallory & Flavio

   

Je crois au destin, je crois à cette magie et je me dis que le mien le destin c'est de finir avec Mallory. Je pense que c'est écrit quelque part et qu'un jour nous serons unis simplement, il ne faut pas brusquer les choses et surtout nos parents car se serait la fin du monde pour nous deux. Je sais que maintenant nous sommes plus que grand et nous sommes aussi en mesure de faire ce que nous souhaitons, sauf que ce n'est pas si simple que ça. En plus d'être encombré par nos familles nous avons nos métiers. En tant que neurochirurgien je suis pas mal occupé encore plus depuis mon essai clinique. A vrai dire, je me suis lancé là dedans pour essayer d'oublier mes soucis et je dois avouer que ça marche même au-delà de mes espérances et même voir plus puisque je ne trouve plus de temps pour moi. Je ne peux plus faire marche arrière, j'arrive au moment fatidique, celui de passer à la pratique sur des personnes atteinte de la maladie est volontaire et je ne peux plus arrêter, pas maintenant puisque des tas de gens compte sur moi. Bref, aujourd'hui j'ai réussi à trouver du temps pour faire mes courses et en même temps pour passer du temps avec Mallory croiser au magasin, encore un coup du destin probablement. « Oui, à l'époque on se considérait comme de la même famille, mais j'avoue qu'avec les années, cette jalousie est restée et désormais, nos émotions l'un envers l'autre, sont différentes, alors je pense que cette jalousie signifiait bien quelque chose… » Évidemment avec quelques années de plus je vois les choses différemment maintenant et je pense qu'elle aussi d'ailleurs pour me dire ça. « Il faut croire au destin, c'est pour ça. » Finalement, c'est peut-être encore une preuve …

« Oui, sauf que j'aurais aimé être heureuse quelques temps, même si cela aurait sans doute été que temporaire. » Me lance-elle lorsque nous parlons de son ex d'il y a maintenant bien des années. « Oui peut-être, mais si j'avais rien dit tu m'aurais fait la tête quand même. » Vraiment pas simple pour moi à l'époque de comprendre les filles même si je dois avouer qu'encore aujourd'hui j'ai du mal. « Quoi que je n'ai pas été mieux à ton égard, j'admets. » J'ai pas eu non plus énormément de conquête de mon côté. « Au moins on est quitte. » De ce côté là c'est certain et c'est plutôt drôle à vrai dire il faut l'avouer. Par la suite je ne comprends pas trop le raisonnement de Mallory « Je souhaites que tout le monde le sache. » Mais que tout le monde sache quoi ? Que visiblement nous sommes des meilleurs amis, oui j'ai réellement du mal à comprendre l'intérêt mais je répond tout de même à Mallory. « Tu sais que les gens ne vont même pas m'écouter ? » Dis-je en riant. « Mais, ce n'est pas grave, ne t'inquiète pas. » Je soupire discrètement puis rajoute, « Explique moi juste l'intérêt de dire à ces personnes au bar que nous sommes meilleurs amis. Soit ils ne vont pas m'écouter, soit ils vont me répondre qu'ils s'en fichent tu sais. » Non je ne me défile pas, mais je veux seulement comprendre.
   

_________________

Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞


›› It's my life
›› more about me

Re: I miss you (Mallory) ✻ ( Aujourd'hui à 14:46 )

Revenir en haut Aller en bas

I miss you (Mallory)

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence :: Fresh Market
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Aller à la page : 1, 2  Suivant ( )



Outils de modération