Et un, deux, trois pinceaux, et un, deux, trois minions [Feat Minions Team]

 :: the city of cap harbor :: Woodbridge Avenue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 19/09/2016
›› Commérages : 46
›› Pseudo : Houx
›› Célébrité : Iain de Caestecker
›› Schizophrénie : //
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Et un, deux, trois pinceaux, et un, deux, trois minions [Feat Minions Team] ✻ ( Sam 24 Sep - 23:46 )




Le dernier client était en train de traîner des pieds dans la boutique. Il avait l'air incroyablement narcissique. Il se tenait parfaitement droit, bien habillé, rasé de près. Il ne manquait pas une occasion de se regarder dans les quelques rares miroirs qui étaient semés sur les murs de la galerie d'art. Il avait à son bras droit, une jeune femme sûrement bien trop jeune pour lui, mais pas encore assez pour n'être que sa fille. Elle aussi, était superficielle. Une robe moulante bien trop courte qu'elle ne cessait de remontrer discrètement, une paire de talons qu'elle maniait avec difficulté, et du maquillage aussi mal étalé que sur la plupart des toiles de maître affichées au mur. La soirée de vernissage avait été plutôt fructueuse. Mais le couple se tenait devant la toile la plus coûteuse, et sans aucun doute, la plus laide aussi. Ils commentaient le travail de peinture avec des mots qui ne voulaient rien dire, et qui ne reflétaient rien. Je soupirai derrière son comptoir, rangeant les dernières cartes de visites qui n'avaient pas trouvé preneur.Observant ces deux idiots. Je ne supportais pas ça. Encore des gens qui croyaient s'y connaître en matière d'art. Encore un vieillard qui ne pensait qu'à finir avec la plus chère des toiles dans son salon pour impressionner dans les soirées mondaines. Heureusement, ce genre de clients étaient plutôt rares dans la galerie. J'avais réussi à faire vivre mon projet de façon modeste et populaire. J'encourageai les artistes locaux et jeunes, prometteurs, tout comme je l'étais, sûrement. Lorsque enfin l'homme se tourna vers moi, il claqua des doigts pour me faire signe de venir les rejoindre. Grossière erreur. Si il y avait quelque chose que je en supportais pas, c'était bien ce genre d'attitude. Mais en bon commerçant, j'esquissa un beau sourire dont j'avais le secret et me dirigea vers le couple d'un soir. Comme je m'en étais douté, l'homme passa rapidement à la caisse, ne manquant pas de répéter le prix haut et fort à l'attention de sa dulcinée. Vers 21h00, ils s'en allèrent enfin. Je pus enfermer la porte mais laissa les lumières. Car ce soir, c'était une soirée spéciale qui allait se dérouler bien à l'abri des regards. Une soirée comme je les aimait. De la peinture, des potes, et à boire. Beaucoup à boire.

Les chevalets étaient en place, alignés sagement l'un à côté de l'autre. Les toiles étaient délicatement posées dessus. Blanches, neutres, encore toutes vierges d'inspiration. Le sol avait été recouvert d'une épaisse et large bâche de protection ainsi que la plupart des meubles alentours. Par terre, de gros pots de peintures étaient disposés en cercle. La palette qui s'offrait à mes yeux me ravissais. Cyan, Cobalt, Roi, Magenta, Ocre, Coquille...Tant de nuances, tant de couleurs qui bientôt viendraient prendre vie sur une délicate toile de la meilleure qualité. Des pinceaux de différentes tailles étaient posés dans une petite encoche sur les chevalets. J'observai avec impatience les lieux, vérifiant avec soin de ne rien avoir oublié. Plus loin sur une table, des bières de toutes marques étaient installées. De l'alcool plus fort aussi. Quelques paquets de cigarettes pour certains aussi. Des saloperies de snacks bon marché, mais c'était les meilleurs, il faut le reconnaître. Lorsque tout était prêt, je m'en alla décrocher les toiles à proximité. C'était mieux d'être prudent. Je savais très bien que l'idée de mettre un pinceau entre les mains de ses deux amis était très risquée, voir carrément stupide. Surtout dans une galerie remplie d’œuvres aussi onéreuses. Pour être honnête, ça m'amusai presque de m'imaginer Kevin ou Bob gâcher une toile à 30 000€. Quoique, si ça se trouve, elle se vendrait encore mieux. Après tout, allez comprendre l'art contemporain. Des traits grossiers sans but jetés un peu partout. Typiquement le genre de choses que je me refusai d'exposer. Un peu mollasson après une telle journée, je m'étais étiré doucement. J'avais hâte d'initier mes amis à mon métier, à ma passion. En règle générale, je préférais éviter de trop leur en parler. C'est vrai que quand on est pas là dedans, quelqu'un de trop dynamique et passionné, ça peux vite agacer. Mais ce soir j'avais pour une fois, la bonne excuse. Je serais le professeur et eux les élèves. Pour une fois on m'écoutera. Enfin, ça restait à prouver. L'éclat vierge des toiles le rendait fou. J'avais terriblement envie de commencer maintenant, tout de suite. L'art n'attends pas, et moi non plus.

Tout fin prêt, il ne restait plus qu'à attendre les deux minions. Un peu angoissé, j'espérais du fond de coeur, sincèrement que ma soirée serait réussie. A vrai dire, l'enjeu était important pour moi. Tout ce qu'e je voulais c'était faire plaisir à mon meilleur ami. Lui faire passer un bon moment, loin des soucis de la vie. Pour moi, l'art était une fuite du temps et des autres. Pinceau en main, on se sentait libre et insouciant. Comme si  un portail se formait, et qu'on s'y échappait quelques instants. Quelque part, je souhaitais au fond de moi, que pour un soir, mon ami pourrait un peu s'échapper lui aussi, peu importe où, mais partir loin. Loin des problèmes, loin des autres, pour se retrouver enfin sois-même. Je me mis à me frotter les yeux. La journée m'avait vraiment  épuisé mais qu'importe. Voir smes amis allait me faire retrouver mon dynamisme. Rapidement, je sorti mon portable de ma poche et tapa rapidement un SMS "Rentrez par l'arrière du magasin, je ferme la porte." Ce serait suffisant. Joignant la parole à l'acte, j'étais allé fermer la porte principale à clef et baissa les stores de la galerie. C'était comme à Vegas. Ce qui se passe dans la galerie d'art, reste dans la galerie d'art. Question de principes. Personne n'avait besoin d'assister au massacre qui se déroulerait en ces lieux. J'observai l'heure d'un petit coup d’œil impatient. Complètement fébrile.Je n'attendais plus qu'une seule chose, que les pots de peinture soient ouvert, que les pinceaux s'expriment, et que je puisse entendre les rires de mes amis s'écraser entre les murs. Même si j'avais attendu cette nuit d'amitié avec joie depuis qu'elle avait été prévue, je ne pouvais pas me mentir, j''étais au fond de moi, assez angoissé. En réalité, j'avais, en organisant cette initiation de peinture, une autre petite chose en tête, mais rien de bien méchant. J'avais juste encore un peu honte, de me permettre de juger et réconforter mes amis sur leurs histoires de coeur et de vie, quand moi même, je n'avais pas encore été totalement honnête envers eux. Je m'en voulais c'est vrai, et je comptais sur cette soirée pour me rattraper.

Depuis des années, je m'étais plongé dans le silence concernant certains passages de ma vie. Depuis des années, j'avais pleuré et cauchemardé sur certaines choses que je n'assumais pas auprès de ma famille et de mes amis. Anxieux, j'avais pour ce soir, décidé de leur en parler enfin. Avec un peu de chance, cela leur fera oublier leurs soucis. Ou avec moins de chance, ça finirait par gâcher la soirée ou voir les faire carrément fuir. Mais c'était mes amis, et je leur faisais confiance. Mes secrets avaient bien trop attendus d'être révélés. Pensif, je m'approchai de la porte de l'arrière boutique. J'avais décidé de les attendre là-bas, plutôt que de stresser bêtement en fixant des toiles blanches qui n'attendaient que leur bourreau. Je sentais malgré moi mes doigts qui tremblaient un peu et mon coeur qui battait. J'espérais sincèrement ce soir, avoir le courage de leur parler en face, sans faire de marche arrière. Je devais croire en moi, tout simplement, autant qu'ils croyaient en moi. Car je sais, que je peux leur faire confiance. Qu'aucun d'eux ne me jugera jamais. Car ils sont mes meilleurs amis. C'est la famille que j'ai choisi. Ils sont là pour moi, et le seront toujours. C'était sans doute la seule chose dont je ne doutais pas dans la vie, l'amitié qui nous unissait. Cette simple pensée me rendit plus léger. Et c'est avec le sourire, que j'attendais.


Dernière édition par Sami Windham le Dim 16 Oct - 0:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 07/03/2016
›› Commérages : 281
›› Pseudo : ginger squid, a.k.a. laura ♥
›› Célébrité : Richard F*cking Madden ♥
›› Schizophrénie : Bree, Ellie & Zoé
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Et un, deux, trois pinceaux, et un, deux, trois minions [Feat Minions Team] ✻ ( Ven 30 Sep - 23:26 )


radioactive
Friends are there when you laugh, Good friends are there when you cry, But best friends never leave your side.

Spoiler:
 

Ce soir, Sami a décidé de nous initier à l'art de la peinture, Bob et moi. Je ne sais pas pourquoi il ne l'a pas fait avant, parce que ça fait longtemps qu'il peint et qu'il a sa galerie dans laquelle je me fais toujours un point d'honneur de passer aux soirées importantes qu'il organise lors de nouvelles expositions. Je pense que c'est parce que je suis officiellement pas flex dans ma vie depuis le départ de Casey et qu'il veut me remonter le moral. Parce que Sami est comme ça, quand il aime il ne compte pas ! Idéalement, Bob ne serait pas de la partie mais... Bon. Ce n'est pas que je n'aime plus Bob, non pas du tout ! Bob reste le second homme de ma vie après Sami. Mais j'ai peur qu'il me regarde et lise sur mon visage que je fricote avec sa soeur. Et décide de m'assassiner ensuite. Il y a cette logique là. Parce que je ne suis pas bien en avance et que je n'ai pas non plus envie que Sami m'assassine, oui je crains beaucoup pour ma survie en ce moment, j'appuie sur le champignon et roule un peu trop vite. Mais il n'y a pas grand monde ce soir sur la route, alors ça passe. Et si un agent de police me demande, ma femme est en plein accouchement. J'arrive finalement avec quelques minutes d'avance et me gare devant la galerie qui est fermée. Maiiiis ! Pour la peine, je prends le temps de m'en griller une. Jusqu'à ce que je reçoive un SMS de l'artiste pour qu'on passe par l'arrière du magasin. Ce qui me laisse penser que Bob n'est pas encore arrivé. Très bien très bien ! Je fais donc tout comme on m'a dit et passe dans l'autre rue pour entrer par derrière. Cette phrase peut être fichtrement tendancieuse. Et puis je tombe nez à nez avec un Sami sauvage, frais et pimpant et grand sourire aux lèvres. Un Sami comme on les aime ! Immédiatement, un sourire prend place sur mes lèvres pour faire écho au sien, et j'ouvre les bras en grand en sautillant jusqu'à lui pour lui faire un câlin. Bruce, cette pute à câlins. « Je suis même pas en retard ! » Je l'informe pour le saluer. Je suis un grand fan de la ponctualité en ce qui concerne le travail, mais il est vrai que je peux me laisser aller lorsque je dois retrouver des amis... Mais là, ça va ! Je suis méga large ! Bob, en revanche... « Boris doit être en plein ébats avec sa conquête du samedi soir. » En vrai, je ne sais pas où il est. Mais ça ne m'étonnerait absolument pas ! Je tire une dernière bouffée de ma cigarette et laisse le mégot tomber par terre, n'oubliant pas de l'écraser du bout du pied pour ne pas foutre le feu partout. « Tu vas bien ? Tu as préparé les mouchoirs pour sécher tes larmes devant notre manque évident de talent ? » Non parce que concrètement, je n'ai pas tenu un pinceau depuis... Le cours d'art plastique d'il y a dix ans ? Cette soirée va être un véritable désastre. Ou une révélation ! Mais je mise plus sur le désastre quand même. Finalement, un Bob sauvage apparaît, les mains dans les poches comme s'il n'était pas vraiment en retard. Je lui souris pour l'accueillir, comme d'habitude. J'évite cependant un tantinet son regard, parce que... J'ai peur qu'il soit télépathe. « T'es en retaaaaard ! » J'accuse ! « Où étais-tu ? Qui est plus important que nous ? » Boris nous trompe. C'est triste.

_________________
I think I'm brilliant.

≈ My goal is to be so hot at my wedding that my "something blue" is everyone's balls.



Dernière édition par Bruce Matthews le Mar 8 Nov - 23:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 11/07/2016
›› Commérages : 88
›› Pseudo : floutch ♥
›› Célébrité : Kit Blbl Bg Harington ♥
›› Schizophrénie : Eliott, Oscar & Sarah
›› more about me

Re: Et un, deux, trois pinceaux, et un, deux, trois minions [Feat Minions Team] ✻ ( Mer 12 Oct - 20:47 )











J'étais rentré tard hier, ou tôt ce matin je ne savais plus trop. Tout ce dont je me rappelais c'était d'une soirée un peu beaucoup trop arrosé. D'une femme dans les toilettes et voilà. Est ce que j'avais couché avec elle ? Est ce que je lui avais tenu les cheveux pendant qu'elle était en train de vomir ses tripes ? Est ce qu'on avait parlé de la pluie et du beau temps ? Honnêtement, je n'en avais aucun souvenirs. Est ce que je le vivais mal ? Huuum non je le vivais plutôt bien. La seule chose que je vivais vraiment mal, c'était ma gueule de bois.
Dans la journée je m'étais réveillé plusieurs fois en pensant que j'allais vomir, mais en fait non rien ne venait. Par dépit j'avais bu un coca en me disant que ça passerait ou ça casserait et Dieu soit loué c'était passé et après cela je m'étais senti beaucoup mieux. Bon je n'étais pas frais comme un gardon, mais au moins je n'étais plus vaseux. Il n'y avait plus que de la fatigue en moi et contre ça, je connaissais le meilleur moyen, c'était de dormir tout simplement. En plus j'avais une relation plutôt exclusive avec mon lit et ma couette et on s'entendait merveilleusement bien à 3. A croire qu'ils m'étaient destinés. Je devais aussi avouer que la bouteille d'eau aujourd'hui était l'une de mes meilleures amies. Il fut un temps où au lycée on devait suivre une formation sur l'alcool. Enfin ce n'était pas obligatoire, mais 2 élèves par classe était choisi pour ensuite pouvoir tout expliquer aux autres. Étonnement mon prof de communication n'a pas eu l'ombre d'une hésitation en me désignant. Aujourd'hui encore je me posais les questions sur le pourquoi du comment, mais en même temps je n'avais pas voulu me plaindre, parce que ça me permettait d'éviter 2 jours de cours.
Sur le principe, l'idée était excellente, je pensais réellement que j'allais pouvoir apprendre des choses de ouf, mais en fait c'était tout simplement nul à chier. Tout ce qu'on nous avait dit je le connaissais déjà et ça me rendait triste. La seule chose que j'avais vraiment apprise, c'était comment éviter la gueule de bois. C'était hyper simple, mais en même temps hyper compliqué, parce qu'en soirée on ne pensait absolument pas à ce genre de chose. L'astuce pour ne pas être déshydrater et pour éviter la gueule de bois c'était de tout simplement boire un verre d'eau entre chaque verre d'alcool. Évidemment dit comme cela, c'était génial, mais une fois qu'on était en soirée, on ne pensait plus du tout à ce genre de chose et hier soir je n'avais pas du tout penser à boire de l'eau. Enfin si en fin de soirée j'avais bu de la bière. Parce que selon moi la bière ce n'était pas de l'alcool. Mais ça c'était encore un autre débat.

Durant ma longue journée/soirée de comatage, j'avais quand même eu la bonne idée de garder mon téléphone à proximité. Je savais que ce soir je devais rejoindre les deux hommes de ma vie et je ne voulais pas faire défaut à cette soirée et j'avais mis un réveil en route. Le problème c'était qu'une fois que le réveil c'était enclenché, je l'avais tout simplement arrêté et replongé ma tête dans l'oreiller. C'était mal, mais je me disais que j'avais encore 5 minutes devant moi. Les 5 minutes c'était transformé en heure et c'était en recevant le message de Sami disant de passer par derrière que je me rendais compte que j'étais vraiment à la bourre.
A ce niveau, deux solutions s'offraient à moi. Soit je ne me mettais pas en retard et j'allais à la galerie comme un clochard, soit j'arrivais en retard en prenant le temps de prendre une douche. Comme j'étais quelqu'un de très propre sur moi, je prenais ma douche en un temps record et je résistais à l'envie de me laver les cheveux et les attacher tout simplement. Les laver c'était prendre le risque d'arriver avec 3h de retard. Je ne pouvais vraiment pas faire ça à Kevin et Sami.
Un dernier coup d’œil dans le miroir et j'étais fin prêt et presque pas en retard en quittant mon appartement.

Tel un prince, j'arrivais les mains dans les poches. Le truc quand on était en retard c'était d'arriver le plus naturellement possible et moi je le faisais avec la classe en plus. J'affichai un grand sourire en entrant, une soirée avec Kevin et Sami c'était vraiment le plan parfait. « T'es en retaaaaard ! » Absolument pas, c'était un mensonge. « C'est faux, c'est juste vous qui êtes en avance. » La meilleure des défenses c'était l'attaque, ma maman m'avait toujours dit ça. Elle maîtrisait cette technique un peu trop bien d'ailleurs. « Enfin techniquement Sami travaille ici donc la question de l'avance ou du retard ne se pose pas » C'était même plutôt logique. Pour Kevin par contre. Je m'approchais de lui avec un grand sourire et passait un bras autour de ses épaules « Je sais que de me voir te donne des ailes et c'est pour ça que tu es en avance » Voilà, j'avais fini ma défense et je me sentais plutôt fier de moi, j'étais même persuadé d'avoir réussi à les convaincre que j'étais pas en retard, mais en fait ça n'avait pas du tout marché. Bon après ils avaient l'habitude. J'avais cette tendance à arriver un peu trop souvent en retard. « Où étais-tu ? Qui est plus important que nous ? » Je n'avais pas le choix, j'allais devoir briser le petit coeur de Kevin et Sami « Okay, je vous trompe avec mon lit et ma couette » C'était la triste vérité, j'étais en train de dormir et c'était le message de Sami qui m'avait réveillé. « Toi qui aime  ton lit plus que moi, tu peux comprendre » Et s'il me disait le contraire, je me sentirais vraiment trahi.

Je délaissai Kevin pour Sami en espérant qu'un jour sa sagesse déteindrais sur moi. Pourtant depuis que je le connaissais, ça n'avait absolument pas fonctionné, mais c'était qu'un détail. Aujourd'hui c'était lui le grand chef et j'allais faire tout ce qui était en mon pouvoir pour essayer d'être sérieux. Ce n'était pas gagner, mais sur un malentendu ça pouvait fonctionner. « Dit nous tout qu'est ce qu'on doit faire !! » J'étais motivé comme jamais pour faire une véritable œuvre d'art. « Tu crois qu'on pourra accrocher nos œuvres dans ta galerie et devenir millionnaire ? » Oui, oui j'y croyais dur comme fer. Je savais que tout au fond de nous des véritables artistes se cachaient.



lumos maxima

_________________
Friendship is everything.

≈ Friendship is like peeing on yourself: everyone can see it, but only you get the warm feeling that it brings..



Dernière édition par Boris Schopenhauer le Sam 12 Nov - 22:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 19/09/2016
›› Commérages : 46
›› Pseudo : Houx
›› Célébrité : Iain de Caestecker
›› Schizophrénie : //
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Et un, deux, trois pinceaux, et un, deux, trois minions [Feat Minions Team] ✻ ( Dim 16 Oct - 1:07 )



Ok, rien qu'à entendre cette voix, rien qu'à reconnaître ce rire, je savais que Kevin était arrivé à destination. Je n'avais plus fait attention à l'heure, tout ce qui importait en fin de compte, c'était d'avoir mes deux meilleurs amis auprès de moi. Même si ma galerie ne pensait sans doute pas la même chose, craignant sans doute d'être repeinte de façon totalement catastrophique par ces deux handicapés du pinceau. J'étais bien heureux de le voir, et son petit câlin m'avait ravi, alors vite vite, je m'étais empressé de lui rendre à mon tour. Après tout je n'allais pas dire non à un peu de réconfort face à la terrible épreuve qui allait m'attendre toute la soirée et certainement toute la nuit en y réfléchissant bien. Il avait l'air plutôt en forme et franchement je crois que ce n'était pas une très bonne nouvelle pour mes toiles. «Ouais ouais pas en retard. Pour une fois je suis fière de toi. » Je lui avais donné une petite tape dans le dos. Il était bien énergique, alors que mes derniers clients, m'avaient littéralement aspirés toute énergie vitale il y avait de cela à peine une heure même pas. Allez, après tout j'étais sûr que sa vitalité allait devenir communicative très rapidement, et de toute façon il valait mieux parce que gérer ses deux schnock en même temps n'allait pas être une mince affaire, et d'ailleurs je n'avais franchement pas du prendre le temps de réfléchir correctement avant de proposer une telle soirée à Kevin et Bob. « Boris doit être en plein ébats avec sa conquête du samedi soir. »  J'avais levé les yeux au ciel, pourquoi me sortir un truc pareil moi qui avait tant d'imagination, bravo, maintenant j'avais de terribles images en tête. « Pourquoi tu me dis ça ? J'ai pas envie de vomir sur mes toiles. » J'avais eu du mal à retenir un rire moqueur. Pauvre Bob, mais en même temps sérieusement, je préférais ne pas m'imaginer la chose. Vraiment pas non. Je le regardais finir sa cigarette, mais qu'est-ce qu'il pouvait me donner envie d'un griller une alors. A chaque fois c'était la même chose, ce mec m'influençait terriblement, et ça depuis que nous étions jeunes. Il avait toujours été un modèle à suivre pour moi, même dans les conneries, ok, surtout dans les conneries.   « Tu vas bien ? Tu as préparé les mouchoirs pour sécher tes larmes devant notre manque évident de talent ? »  Alors c'était pas faux, j'aurai certainement du en prévoir vu le massacre artistique dont j'allais être le témoin et l'organisateur. Au nom de l'art je plaide coupable, qu'on me couvre de peinture et qu'on me jette dans le fleuve. «En fait j'ai surtout préparé les sacs à gerbe et la bière pour oublier. Je crois que je vais avoir mal au coeur face au gâchis de peinture que je rends possible. » J'avais évité le petit tu va bien mignon et poli. Comment dire, non vraiment ça n'allait pas trop. J'espérais pouvoir le cacher mais le sujet que je voulais aborder avec eux ce soir n'était pas vraiment sujet à me mettre à l'aise. Préférant ignorer la question, j'avais eu le plaisir de ne pas avoir à y répondre en voyant débarquer Boris.

Petit débat sur l'heure et le retard qui s'en suivit. J'étais entre temps, allé chercher une bière pour chaque minion présent, leur posant devant eux, sans poser de questions. Ouais une soirée réussie, c'était aussi une soirée à boire. De toute façon pour les supporter je n'avais pas le choix, il fallait que je trouve de quoi faire passer la douleur visuelle qu'ils allaient m'imposer toute la nuit. Enfin je dis ça, mais j'étais vraiment content de les voir. Même si ça allait me coûter deux toiles. J'avais préféré oublier le prix de chacune d'entre elles, ça ferait moins mal à la fin, quand elles ressembleront à deux vieilles croûtes sorties du garage de mémé grâce à leur talent. « Où étais-tu ? Qui est plus important que nous ? » Ouais bonne question. Comment pouvait-on faire passer une blondasse ou une brune d'ailleurs, avec ses deux amis. « Okay, je vous trompe avec mon lit et ma couette"   D'accord, fin du game. Message reçu. «En même temps si c'pour un lit et une couette on peut pas lutter j'crois... » Et en disant cela je pensais avec amour à mon propre lit. Au moins il ne massacrerai pas l'amour de l'art ce soir, lui. Je levai les yeux au ciel en les observant. Je sentais déjà que la soirée allait être inoubliable.  « Dit nous tout qu'est ce qu'on doit faire !!"  J'avais presque eu envie de fuir rien qu'en l'écoutant dire ça. «Alors déjà essayez de ne pas massacrer la galerie ce serait sympa. Bien que je ne doute pas de vos capacités à repeindre des murs. » Je lui avais au passage ébouriffé la tignasse comme on le fait à un gamin. Pour une fois, c'était moi qui allait gérer, j'étais dans mon élément. Je m'étais toujours senti un peu inférieur à ces deux beaux mâles bruns, mais question peinture, c'est clair que j'allais m'imposer ce soir. Pas de bataille possible .« Tu crois qu'on pourra accrocher nos œuvres dans ta galerie et devenir millionnaire ? » J'avais haussé un sourcil, en le fixant de bas en haut, l'air de dire, t'es sérieux là. Mais réveille toi, t'es plus sous la couette petit Bob. Et puis j'avais eu un petit rire amusé, haussant les épaules, allez, après tout, on pouvait croire à tout dans la vie. «Je crois que si j'accroche vos tableaux ça me permettra d'en vendre deux fois que d'habitude parce que les autres œuvres passeront pour du De Vinci. » Ce n'était pas totalement faux non. Allez, pas de mauvaise langue. J'avais désigné du doigt les chevalets qui se tenaient un peu plus au fond dans la galerie. Et bien sûr, toutes les boissons et le ravitaillement nécessaire se trouvaient sur une table juste à côté.

«Alors ça se passe là bas les gars. C'est ici même que le respect de l'art va mourir, agonisant le long des poils de vos pinceaux. »

C'est parti, la guerre commence.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 07/03/2016
›› Commérages : 281
›› Pseudo : ginger squid, a.k.a. laura ♥
›› Célébrité : Richard F*cking Madden ♥
›› Schizophrénie : Bree, Ellie & Zoé
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Et un, deux, trois pinceaux, et un, deux, trois minions [Feat Minions Team] ✻ ( Mer 9 Nov - 0:30 )


radioactive
Friends are there when you laugh, Good friends are there when you cry, But best friends never leave your side.

« Je suis même pas en retard ! » Et coucou à toi aussi, Sami ! Pour une fois que je ne suis pas en retard... Oui, je suis méga fier de moi ! J'ai eu peur de m'être attardé chez Rachel, mais finalement non, tout va bien. Le monde est sauf. «Ouais ouais pas en retard. Pour une fois je suis fière de toi. » Je souris largement à mon meilleur ami en le relâchant. Ok, j'veux bien être mignon et ne pas l'étouffer de câlins. Nous sommes des mecs virils esh esh ! EN REVANCHE, une certaine autre personne est en retard ! « Boris doit être en plein ébats avec sa conquête du samedi soir. » Cela ne m'étonnerait pas de Bob. Ce type est un queutard, mais on l'aime comme ça ! « Pourquoi tu me dis ça ? J'ai pas envie de vomir sur mes toiles. » Je glousse comme un gueux à l'image. « Eh, tu sais pas, ça pourrait faire quelque chose de sympa, s'il faut ! » En attendant que le trio d'or soit au complet, je décide de m'intéresser à Sami uniquement. Il le mérite, Sami. Je l'aime depuis toujours, toujours number one dans mon coeur sisi big up à lui. Je suis demande donc s'il va bien. Et s'il est prêt à nous voir échouer dans son art qu'est la peinture. « En fait j'ai surtout préparé les sacs à gerbe et la bière pour oublier. Je crois que je vais avoir mal au coeur face au gâchis de peinture que je rends possible. » J'acquiesce vivement, toujours en riant. Oui. Oui, il y a de fortes chances que ça se termine comme ça. Mais promis, je ferais de mon mieux !

Bob arrive finalement, comme une fleur. « T'es en retaaaaaard ! » Et je suis une grosse balance. Mais je le vis bien, ça va. Parce qu'il fait frais dehors, on entre immédiatement à l'intérieur de la galerie où nous attendent collations et art. Bien. Très bien ! Pendant ce temps, Bob se cherche des excuses et je l'écoute faire, un sourire amusé sur les lèvres. Surtout les yeux au ciel, aussi. Damn, Steffi déteint sur moi. Be cool, Bruce. Be cool. « Où étais-tu ? Qui est plus important que nous ? » J'ai déjà songé à rejoindre la police, oui pourquoi ? « Okay, je vous trompe avec mon lit et ma couette ! » Mroh mais okay, très bien on fait comme ça ! « Pfff. PJ va. » PJ égal petit joueur, pour les non intimes. « En même temps si c'pour un lit et une couette on peut pas lutter j'crois... » Je croise les bras contre mon torse, faussement blessé dans mon ego de mâle dominant pas trop mais meilleur ami beaucoup. « On devrait te suffire ! » Mon coeur est brisé, voilà.

Mais comme on n'est pas là pour élever les vaches avec un torchon.... PEIGNONS ! Enfin, non. Qu'est-ce qu'on doit faire, avant ? « Alors déjà essayez de ne pas massacrer la galerie ce serait sympa. Bien que je ne doute pas de vos capacités à repeindre des murs. » Roh, beh merci de la confiance ! « Ouiii capitaiiine ! » Ohohohoh. #génériquedeBobleponge #paietesréférences. Hum. Non, je me calme tout de suite. Ce soir, je suis sage et Sami commande. .« Tu crois qu'on pourra accrocher nos œuvres dans ta galerie et devenir millionnaire ? » Je ris à la demande de Bob... Parce qu'il a de l'espoir, ok ? C'est beau, j'ai presque envie de verser une petite larme pour lui ! « Je crois que si j'accroche vos tableaux ça me permettra d'en vendre deux fois que d'habitude parce que les autres œuvres passeront pour du De Vinci. » AH mais en fait c'était une super bonne idée ! Bon, Bob ne deviendra pas millionnaire du coup mais... ça peut être utile pour Sami ! C'est l'essentiel. Je tends une main pour pat-pater l'épaule de Bob. Ça va aller chaton, ça va aller !

« Alors ça se passe là bas les gars. C'est ici même que le respect de l'art va mourir, agonisant le long des poils de vos pinceaux. » « OKAAY ! De toute façon, de ne jour, il n'y a plus aucun respect. » Je me dirige, tout guilleret, vers les chevalets. Et j'attrape un pinceau. ET BAM. Question existentielle, direct, balayette dans les genoux ! « Oh mais... Je peins quoi ? Et de quelle couleur ? » Voilà voilà. Sami, ton métier est dur, je souffre pour toi. Je sais que Sami aime bien peindre Steffi, et moi aussi j'aimerai bien la peindre surtout si elle est nue, aherm mais... Boris. « Bob ! Tu veux poser pour nous ? » Histoire qu'on fasse vraiment un joli doigt d'honneur à l'art de la peinture, ouais !

_________________
I think I'm brilliant.

≈ My goal is to be so hot at my wedding that my "something blue" is everyone's balls.

Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 11/07/2016
›› Commérages : 88
›› Pseudo : floutch ♥
›› Célébrité : Kit Blbl Bg Harington ♥
›› Schizophrénie : Eliott, Oscar & Sarah
›› more about me

Re: Et un, deux, trois pinceaux, et un, deux, trois minions [Feat Minions Team] ✻ ( Sam 12 Nov - 22:15 )











C'était méchant de m'accuser d'être en retard, même si c'était vrai. Pour me défendre, j'essayais de les embrouiller en prétendant que c'était eux qui était en avance et en toute logique j'étais juste à l'heure. Si mes deux meilleurs potes étaient complètement cons ça aurait pu fonctionner, mais ils ne l'étaient pas – heureusement pour nous – et puis ils avaient bien trop l'habitude de mes retard. Bruce trouvait donc normal de me faire passer un interrogatoire pour savoir où et avec qui j'étais. Limite je me sentais mal de les décevoir on disant juste que j'étais dans mon lit enroulé dans ma couette comme un burritos. Parce que selon Bruce j'étais un petit joueur, je lui faisais mon plus beau fuck en essayant de lui faire lire sur mes lèvres un beau FDP. C'était beau l'amour. Sami lui était compréhensif au moins. Sami c'était le meilleur voilà. « On devrait te suffire ! » Quand ils auront une fonction couette sur eux, ça sera bon. « La prochaine fois je vous appelle et on dort tout les trois » Threesome les gars. Oklm.

Faire de la peinture n'était pas exactement la chose que je préférais au monde, mais c'était le grand kiffe de Sami et ça pouvait être très drôle de pouvoir en faire. Peut-être qu'il allait nous demander de nous mettre nu et de peindre une toile avec notre corps. Ca pourrait être drôle. Bien sagement avec Bruce on attendait les instructions de chef Sami. « Alors déjà essayez de ne pas massacrer la galerie ce serait sympa. Bien que je ne doute pas de vos capacités à repeindre des murs. » Okay, donc interdiction de balancer de la peinture partout. « Ouiii capitaiiine ! » Il ne manquait plus que Bruce se mette au garde à vous. « N'en fais pas trop quand même. » Ou alors il savait quelque chose que je ne savais pas. Sami allait nous distribuer des bons points en fonction de nos tableaux c'était ça le truc ? C'était pour ça que Bruce se montrait aussi attentif aux consignes ? Huum c'était louche tout ça. .« Tu crois qu'on pourra accrocher nos œuvres dans ta galerie et devenir millionnaire ? » Ca me dérangerait pas de devenir riche. En tout cas, ça faisait beaucoup rire Bruce. Je comprenais absolument pas pourquoi. Peut-être qu'un véritable Picasso se cachait en nous. « Je crois que si j'accroche vos tableaux ça me permettra d'en vendre deux fois que d'habitude parce que les autres œuvres passeront pour du De Vinci. » Je savais pas si c'était méchant ou pas cette phrase. Est ce que cela voulait dire qu'il n'avait aucune confiance en nos talents artistiques ? Au pire ce n'était pas grave, tant que c'était pour les affaires de Sami ça allait. Puis en plus j'étais pat-pater alors tout allait bien. « Je suis sûr que tu pourrais avoir des surprises ! » Non c'était faux, si j'arrivais à faire un soleil ça serait déjà un miracle.

« Alors ça se passe là bas les gars. C'est ici même que le respect de l'art va mourir, agonisant le long des poils de vos pinceaux. » Il était poétique le Sami en fait. « OKAAY ! De toute façon, de ne jour, il n'y a plus aucun respect. » « Sus au respect » Oui, oui je partais en croisade. Installé devant mon chevalet, j'attrapais un pinceau et le regardais d'un air d'autoroute. « Oh mais... Je peins quoi ? Et de quelle couleur ? » De toute évidence Bruce se posait encore plus de question que moi. Ceci dit, je n'étais pas beaucoup plus avancé que lui. « Tu peux peindre la beauté de la vie. » Moi aussi je pouvais être poétique quand je le voulais. « Bob ! Tu veux poser pour nous ? » D'accord j'étais beau gosse, mais quand même. « Je savais que ton plus grand rêve c'était d'avoir une peinture de moi pour l'accrocher dans ta chambre » Jusqu'à présent il avait juste était trop timide pour demander à Sami de me peindre. « Pour pas vous rendre jaloux, je vais pas me mettre à poil » Puis de toute façon il faisait trop froid pour faire ça. Par contre il fallait que je trouve une bonne pose. Je pourrais faire le penser, mais c'était trop passe partout. Du coup je préférais me mettre de trois quart, de tourner la tête vers eux et de miner un air faussement surpris avec la main devant la bouche. Boris roi de l'actor Studio.
Pour autant au bout de 5 minutes j'en avais déjà marre et abandonnait ma pose, mais pas ma place. « Sami après on pourra faire des bombes de peintures avec des ballons et les balancer sur une toile pour voir ce que ça donne ? » A la condition qu'il avait des ballons évidemment. Ça pourrait être drôle non ?





lumos maxima

_________________
Friendship is everything.

≈ Friendship is like peeing on yourself: everyone can see it, but only you get the warm feeling that it brings..

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞


›› It's my life
›› more about me

Re: Et un, deux, trois pinceaux, et un, deux, trois minions [Feat Minions Team] ✻ ( Aujourd'hui à 8:54 )

Revenir en haut Aller en bas

Et un, deux, trois pinceaux, et un, deux, trois minions [Feat Minions Team]

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Woodbridge Avenue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération