California never felt like home to me until I had you on the open road ✻ NIA

 :: postcard for far away :: Lieux divers :: Around the world
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 28/02/2016
›› Commérages : 512
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Ashley Perfect Benson
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Joyce Hamilton (Selena Gomez), Ryan Oakley (Chris Wood), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

California never felt like home to me until I had you on the open road ✻ NIA ✻ ( Sam 1 Oct - 16:00 )



California never felt like home to me
until I had you on the open road
NIA is in da place

Les cheveux au vent, Mia sait bien que ce n'est pas raisonnable pour elle de faire cela et pourtant, elle n'arrive pas à s'y empêcher. Elle risque très certainement de tomber malade ou au minimum, d'avoir une voix grave le lendemain matin. Mais peu importe, elle profite de la vue, de la musique et surtout de la compagnie de Noah à ses côtés. D'ailleurs, elle ne sait aps comment il a réussi pour les faire partir avec de l'avance. Peut-être parce qu'ils se sont levés tôt ? Ou tout simplement l'excitation de partir de Los Angeles pour rentrer un peu plus dans les terres ? La jeune femme ne sait pas et la question n'est pas si importante que cela. Le plus important, c'est qu'elle va pouvoir écrire cette article. « I'd go hungry; I'd go black and blue, I'd go crawling down the avenue. No, there's nothing that I wouldn't do to make you feel my love. » La belle ne résiste pas à chanter la chanson actuelle passant dans l'habitacle de la voiture. C'est Adèle, alors il est plutôt difficile de résister à la tentation. Malheureusement pour Noah. Mia est loin d'avoir une voix aussi douce et jolie que la chanteuse anglaise, mais tant pis. Noah fera avec ! Il n'a pas vraiment le choix enfaîte. « L'orage était violent par ici aussi ... » Niveau boue, on ne pouvait pas trouver plus. Même la route, qui, en temps normal, devait être propre et nettoyée, semblait avoir vécut une nuit atroce. « Noah ? » Ca va faire à peine trente minutes qu'ils sont parties de l’hôtel, mais la blonde a déjà sa vessie qui crie des SOS. Pourtant, le brun lui avait bien dit de faire attention parce qu'il n'avait pas dans l'optique de s'arrêter en cours de route. Malheureusement, il le devrait. « Je dois faire pipi ... » qu'elle marmonnes dans un souffle. « Je te promet que je serais aussi sage que ... Que ce que tu veux après ! » Et promis, elle ne l'embêterais plus. Mia fait ses yeux doux. « S'il-te-plait. » Il pouvait pas lui dire de se retenir pendant encore une heure voir plus tout de même ? Si. Mais il est gentil et galant, donc le français s'arrête à une petite station essence afin qu'elle puisse se sentir moins lourde en l'espace de quelques secondes. Et comme Mia a conscience qu'elle aurait du prévoir tout ceci avant le départ, elle achète une boisson et une entrée petits légumes frais qu'ils pourront déguster quand leur ventre leur criera famine Et le point bonus ? C'est pas de la graisse, donc ils ne grossiront pas ! « En route, mauvaise troupe ! » Oui. Bon. Ça sonnait un peu mieux dans sa tête. « Je suis calme. J'arrête. Tiens ... Pour me faire pardonner de cet arrêt. » Et c'est donc dans un silence presque solennel qu'ils reprennent la route.

« ATTENDS ! J'ai pas compris. » Elle est blonde, il ne faut pas oublier. Donc elle avait mis des petites chaussures toutes mignonnes pour marcher dans le vignobles. Noah avait fermement tenu à s'arrêter ici-même afin de lui faire une première explication toute simple sur le raisin et la culture de ce dernier. Oui. C'était super comme idée ! Mais il allait bien trop vite pour la blonde qui faisait bien plus attention à ne pas marcher dans la boue que de l'écouter. « En grooos, t'es entrain de me dire qu'en fonction de la maturité du raisin, on a pas le même vin à la fin ? » Pourquoi il lui lance un regard aussi ... Étrange ? « Tu parlais de raisin non ? » Non. Le français était enfaîte sur un tout autre point. « Oh. D'accord. » Mia s'en veut un peu de ne pas avoir tout suivit. Le pauvre, il doit croire qu'elle en a rien à faire. En vrai, elle veut juste sauver ses chaussures. « J'écoutais hein. Tu marches juste trop vite pour moi. » L'excuse du jour, bonjour ! « Et donc ... Tu disais ? » Elle se mordille la lèvre inférieure alors qu'elle le voit repartir dans son petit monologue et marcher sans aucune difficulté parmi les vignes. Très bien, la blonde n'a pas entendu la fin de sa phrase et elle ne suit toujours pas ce nouveau rythme. « Zut ! Zut ! Zuuuuuuut. » Elle a pas fait attention et marché dans la boue. Sa chaussure est toute marron et son jean risque de finir de la même sorte. Enfin non, il finit de la même sorte quand elle perd équilibre et finit le cul dans une flaque. « Et crotte ! » Oui, les gros-mots, c'est toujours pas d'actualité chez la blonde. Voilà ... Elle avait l'air d'une idiote. Elle ne pouvait décidément pas se présenter ainsi devant les parents de Noah. « Va falloir que je me change avant qu'on aille chez tes parents. » qu'elle dit en se relevant et en tentant, vainement, d'enlever un peu de boue présent sur elle. « Y'avait une station essence quelques kilomètres plus tôt. On a qu'à aller là ? » S'il-te-plait Noah. C'est une question de vie ou de mort. « Comment ça non ? » Voilà que la blonde court derrière lui, et qu'il se met à rire. « Mais je peux pas aller chez eux comme ça. Ils vont me prendre pour une SDF ! »

_________________
Come to me, Ravenheart
Messenger of evil, what's the news ? ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. The ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/06/2016
›› Commérages : 59
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : ian somerhalder
›› Schizophrénie : Charlie la petite blonde énergique et Ava l'irlandaise qui adore les leprechauns
›› more about me

Re: California never felt like home to me until I had you on the open road ✻ NIA ✻ ( Dim 2 Oct - 20:09 )



❝ california never felt like home to me until i had you on the open road❞
Nia
Ils avaient réussi à se réveiller ou plutôt à sortir du lit car Noah avait ouvert les yeux bien avant Mia. De longues minutes s’étaient écoulée pendant lesquelles il l’avait observé dormir. Puis se rendant doucement compte qu’il ne pouvait contrôler le temps, il avait essayé de la réveiller. Un échec assez cuisant. Il ne devait le réveil de Mia qu’à l’appel de Hope. Celle-ci semblait vouloir s’assurer que sa meilleure amie était encore entière. Un sourire amusé sur les lèvres, le brun s’était levé et avait laissé les filles à leurs discutions. Lui avait préféré ouvrir les volets pour laisser pénètre la lumière. Dommage, ils n’avaient pas le droit au grand ciel bleu californien. Les résidus de l’orage étaient encore présents et le ciel gris n’annonçait pas une belle journée. Heureusement pour Noah, le déjeuner qui arriva rapidement dans leur chambre lui changea les idées. Autant dire qu’une fois de plus il ne mit pas longtemps à engloutir son plateau ainsi que la quasi-totalité de celui de la blonde… « Ah oui au fait, je vais pas le revoir. » Il préfère préciser, un petit sourire se dessine au coin de ses lèvres, sur son visage qu’il sait si bien rendre angélique. Il n’avait pas vraiment eu le temps de lui préciser hier, sauf que Noah jugeait cette information capitale.

Noah avait beau être célibataire depuis pas mal de temps, il connaissait encore certaines choses. D’un autre côté, il avait une sœur et savait parfaitement que les demoiselles mettaient toujours une plombe avant d’être prête. Autant dire qu’il avait bien préparé son coup. Parce que d’un il était pressé de retrouver ses parents et parce qu’il était tout simplement hors de question qu’il conduise dans les bouchons qui se formaient aux heures de pointe sur les grands axes de la cité des anges. Noah ne savait pas ce qu’il était pire : son envie de silence ou celle de jeter la blonde par la fenêtre. Il tourna sa tête vers elle avant de tourner la tête de désespoir. « Tu es pire qu’un chat qu’on égorge ! » Qu’il hurle dans l’habitacle en espérant qu’elle l’entende, mais la blonde semble bien plus intéressée par la chanson qu’elle est en train de chanter… Quoique non, ce n’était pas chanter. À ce niveau-là, ça s’appelait tout simplement un attentat. Bon en fait, Mia n’était pas parfaite, elle chantait vraiment comme un pied. « Tu devrais essayer de bosser dans la police, je suis sûre qu’on te prendrait pour faire parler les prisonniers. » Oui, suffirait de la faire chanter une demie heure et ils finiraient par craquer ! C’était obligé.

Une heure plus tard, Mia était enfin silencieuse et Noah prenait plaisir à observer le paysage. « Je dois faire pipi ... » Hein ? Il la regarde, elle semble sérieuse en plus. Le brun fini par jeter un regard sur sa montre. « Mais ça fait juste une heure qu’on est parti ! » Rien du tout, même un enfant pourrait se retenir. « Je t’avais dit de pas boire autant de thé ! » Voila maintenant, fallait qu’elle aille aux toilettes. « D’accord ! » Finit-il par dire avant de prendre la première sortie vers une station-service. Noah aurait parfaitement pu l’attendre dans la voiture, mais il n’aime pas vraiment l’idée de la laisser partir toute seule. On ne sait jamais sur quel malade on peut tomber. C’est accoudé sur le comptoir qui l’observe évoluer. Elle est en train de refaire le plein de nourriture. Enfin si des légumes peuvent être qualifiés de nourriture. « Votre femme ? » Lui demande le vendeur. « Nope. » Laisse échapper Noah alors que Mia dépose devant eux son arsenal.  « En route, mauvaise troupe ! » Allez, courage !!! Il peut le faire, plus qu’une heure de route ils seront enfin dans le vignoble de ses parents.

« Mais qu’est-ce que tu fais ? » Il l’observe d’un regard perplexe. « Non mais Mia tu peux pas éviter la boue, y en a partout ! » Et hors de question qu’il la prenne sur ses épaules. Va falloir qu’elle s’y habitue de toute manière, c’est ça le travail en pleine nature. « Ils doivent être dans un des bâtiments annexes. » En effet, personne n’est à la maison pour les accueillir et Noah n’a pas besoin d’ouvrir la porte pour le savoir. Si sa mère était là, elle serait déjà venue les accueillir, il n’y a donc pas beaucoup d’autres solutions. Il faut qu’ils se rendent un peu plus loin, là où ses parents stockent leurs matériels agricoles. « Le raisin, il faut savoir le cueillir au bon moment, parce que si tu le cueilles trop tard ou trop tôt, tu peux faire foirer toute ta récolte… » Il tente bien d’expliquer les bases du métier à Mia, celle-ci semble bien plus intéressée par le sol boueux que parce qui lui raconte. Un sourire amusé se dessine sur ses lèvres, autant dire que le séjour risque de lui faire les pieds. Il y a de fortes chances pour qu’elle en sorte changer. Soit elle allait adorer la campagne, soit elle allait détester, mais ce qui était certain, c’était que les premiers jours allaient être très difficiles pour la blonde. « Et crotte ! » Noah se retourne… Ah bhé voila, ce qui devait arriver, arriva… Mia les fesses dans une flaque de boue. Il n’en faut pas plus pour que Noah éclate de rire. « C’est bon tu ne pourras pas tomber plus bas ! » Il s’approche d’elle et la relève avec facilité, c’est qu’elle est toujours aussi légère qu’une plume. « Hors de question ! » Oui et ce n’était pas négociable. « Noah ! » Le brun tourne la tête, cri hystérique, ça c’est sa mère qui ne met pas longtemps avant de les rejoindre. « Mon dieu ! Mais ! » Elle regarde Mia… puis regarde ce nouveau son fils, avant de lui donner une tape sur l’épaule. « Pourquoi tu l’as amené ici avec ces chaussures, tu aurais pu lui prêter des bottes, ce n’est pas comme ça qu’on traite une invitée. Je te n’ai pas élevé comme ça ! » Hein ? Quoa ? Mais il a rien fait. Il est innocent le pauvre. « Et enlève tout de suite ce sourire de ton visage ! » Il allait essayer, mais ce n’était pas sur qu’il y arrive. « Va faire quelque chose d’intéressant, va aider ton père tiens ! Un arbre est tombé vers le chai. » Quoi ? Mais il était censé être en vacances d’abord.. « Mais je suis tout propre ! » « Va te salir ! » Y a que lui qui trouvait qu’il y avait quelque chose de pas logique dans ce qu’elle était en train de lui dire. « Mia c’est ça ? » Sa mère reporte toute son attention sur la blonde. « Tu peux m’appeler Lucie, laisse tomber les Madame Legrand, ça me vieillit, mais tu peux m’appeler Lulu si tu veux. » La bouche grande ouverte, le brun roule des yeux, elles devraient signer un pacte de l’amitié tant qu’elle y est. « Qu’est-ce que tu fais encore là toa !? » Dit-elle en regardant son fils. « Ok… j’y vais… » dit-il avant de reprendre sa route, laissant Mia aux griffes de sa mère qui l’entraînait avec elle vers la maison familiale. . « Je vais te montrer la salle de bains et ta chambre. » Il aimait pas du tout cette idée, c’était pas bon, elle risquait de raconter pleins de connerie à SA blonde et ça il aimait pas du tout !!!


© Pando

_________________
You can't blame gravity for falling in love.
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times. It settles for less than perfection and makes allowances for human weaknesses. .
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 28/02/2016
›› Commérages : 512
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Ashley Perfect Benson
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Joyce Hamilton (Selena Gomez), Ryan Oakley (Chris Wood), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: California never felt like home to me until I had you on the open road ✻ NIA ✻ ( Dim 9 Oct - 20:26 )



California never felt like home to me
until I had you on the open road
NIA is in da place

« Tu es pire qu’un chat qu’on égorge ! Tu devrais essayer de bosser dans la police, je suis sûre qu’on te prendrait pour faire parler les prisonniers .» Mais non. La blonde a une voix super douce et belle ... Il a juste mal nettoyé ces oreilles ce matin. Pas grave. Elle peut comprendre qu'il préfère entendre celle d'Adèle. C'est vrai que elle, au moins, elle ne fait pas de fausses notes. C'est un immense privilège. Un privilège que Noah aurait bien gardé longtemps puisque la belle le coupe à nouveau, prétextant une pause pipi. « Mais ça fait juste une heure qu’on est parti ! » Mais justement, une heure, ça correspond à soixante minutes, c'est donc un temps non négligeable pour une vessie. « Je t’avais dit de pas boire autant de thé ! » Mia souffle, faisant valser quelques mèches de devant ses yeux. « J'en ai pas bu tant que ça. » Un litre, sincèrement, c'est rien du tout. « D’accord ! » Oh yeaah ! Parce qu'elle ne pouvait plus tenir dix minutes de plus. C'était soit elle allait trouver un WC, soit elle faisait ses besoins sur elle-même. Elle préférait largement la première option : plus glamour et plus classe. Puis cette petite pause lui permettait aussi de remettre un peu d'ordre dans son maquillage très léger et ses cheveux. Merci la petite brosse ayant une place dans son sac sinon elle aurait fini avec une crinière digne d'un lion.

« Mais qu’est-ce que tu fais ? » Elle tente du mieux qu'elle peut de ne pas salir ses chaussures. Est-ce que Noah se rend compte du prix qu'elle a mis pour les avoir ? Elle avait du économiser comme jamais. Alors, oui, désolé, elle allait prendre son temps pour avancer dans le vignoble. « J'évite de me salir les pieds. » S'il en comprends pas, et bien ... Elle ne sait pas quoi faire d'autres. « Non mais Mia tu peux pas éviter la boue, y en a partout ! » Mais justement ! C'est pas normal ça. « Y'en a pas autant à Cap Harbor. Ils pouvaient pas mettre du goudron ? » Bien-sûr, faut toujours qu'elle parle plus vite qu'elle ne pense. S'il y avait du goudron, il n'y aurait pas de vignoble et donc pas de vin. « Enfin, des petits passages seulement ... » Pour qu'elle puisse poser ces petits pitoux dessus sans risquer d'être marron. « Ils doivent être dans un des bâtiments annexes. » Et c'est loin, les bâtiments annexes ? « D'accord. » Elle allait demander au brun si elle devait encore faire attention pendant un long moment ou non mais voilà qu'il se remet en route, le pas pressant. Ces chaussures à lui sont pleines de boues, et il ne semble pas affecter par ce désastre. Mais ! C'est injuste. « Le raisin, il faut savoir le cueillir au bon moment, parce que si tu le cueilles trop tard ou trop tôt, tu peux faire foirer toute ta récolte… » Et voilà ... Elle a, à nouveau, perdu le fil de la discussion parce que le français va bien trop vite pour elle. Mia ne peut même plus garder la tête en bas sinon, elle ne sait même pas où elle est. Il n'en faut pas plus pour qu'elle glisse et se retrouve les fesses à terre. Super. Sa journée allait être désastreuse à ce rythme. « C’est bon tu ne pourras pas tomber plus bas ! » Non, non. Il n'a pas le droit de faire de l'humour à ce moment précis. « C'est même pas drôle d'abord. » Elle peut mettre à la poubelle tout ce qu'elle porte. Elle a limite envie de pleurer la perte de tout ceci. Bon, au moins, Noah pouvait l'autoriser à aller se changer, non ? « Hors de question ! » Pardon ? Elle ouvre la bouche en grand. Il pouvait pas être aussi méchant ! Oh. Elle allait le traiter d'ours en carton sauf qu'elle n'a pas le temps, une voix féminine se fait entendre. « Noah ! » Oh. Flûte de flûte. Maman Legrand est là ... « Mon dieu ! Mais ! » Hawn. Oui. Elle sait. Elle n'est pas belle à voir. Elle est toute honteuse. Mia baisse le regard à terre, les joues un poil cramoisie. Elle a l'impression qu'on va la disputer. « Pourquoi tu l’as amené ici avec ces chaussures, tu aurais pu lui prêter des bottes, ce n’est pas comme ça qu’on traite une invitée. Je te n’ai pas élevé comme ça ! » Des bottes ? Genre ... Des bottes d'hiver ? Pas celles en plastique toute verte qui ne suivraient pas avec sa tenue ? « Faut pas le disputer, il était pressé de venir vous voir. » On ne rouspète pas son amoureux. « Et enlève tout de suite ce sourire de ton visage ! » Oui. Là, par contre, Mia approuvait totalement cette remarque. « Va faire quelque chose d’intéressant, va aider ton père tiens ! Un arbre est tombé vers le chai. » Le chai ? « C'est quoi ? » Qu'elle murmure assez bas pour que Noah soit le seul à entendre. « Mais je suis tout propre ! » Et ! « Moi aussi je l'étais. » Sourire ravageur, dans trois, deux, un ... « Va te salir ! » Bon courage ! Mia est prête à lui faire un petit signe de main avant de comprendre que la maman de Noah va rester seul avec elle. WHAT ? non. Elle n'est pas prête. « Mia c’est ça ? » « C'est ça, Madame Legrand. » Elle est bien polie et toute mignonne. Cette femme l'impression complètement. « Tu peux m’appeler Lucie, laisse tomber les Madame Legrand, ça me vieillit, mais tu peux m’appeler Lulu si tu veux. » Heu ... Okay ? Pas sûr que la blonde y arrive de suite. « D'accord .. » Lucie était bien trop sur pile pour la blonde. « Qu’est-ce que tu fais encore là toa !? » Mia tourne le visage vers Noah. Ah non ... Il allait pas l'abandonner ? « Ok… j’y vais… » Oh. C'est très méchant monsieur le journaliste. « Je vais te montrer la salle de bains et ta chambre. » La maman passe un bras en dessous de celui de Mia et l'emmène tranquillement vers la maison. Pendant plus de cinq minutes, la blonde réponds aux questions toutes simples et rudimentaires de Lucie : son âge, son métier, ses passions, si son fils est gentil avec elle. Elle ne peut pas dire le contraire, Noah est un homme très bien éduqué. « Et voilà ta chambre. Je vais aller te chercher quelques habits pour que tu puisses te débarbouiller. » Mia acquiesce et enlève déjà ses chaussures pour les mettre dans un plastique qu'elle avait trouvé dans un coin. « Merci. C'est très gentil. » Elle patiente simplement quelque minutes avant que Lucie ne revienne, botte en caoutchouc dans les bras, suivit d’un jean et d’un t-shirt. Un petit tour à la salle de bain et là Voila fin prête. Bon, le tout est un poil trop grand mais tant pis. Mia fera avec. Elle trouve même ça bien trop rigolo à son goût. La fashion week en aurait honte. « Tu apprécies Noah ? » Les deux femmes marchent côte à côte dans le vignoble, sur le point de rejoindre Noah et le papa. « Oui. Il m’évite souvent de faire trop de conneries. » D’ailleurs, le simple fait de voir le brun entrain de travailler au loin, lui donne envie de le rejoindre en courant pour qu’il voit sa tenue de fermière. « Pas plus ? » Comment ça ? Mia est blonde, il ne faut pas l’oublier. Elle a toujours besoin de quelques secondes pour que l’information monte au cerveau. « Vous voulez dire am ... » Deux mains se posent sur ces hanches et elle hurle à plein poumon. Oh GOD ! « Je viens de faire une crise cardiaque ... » Et pourtant, c’est simplement Noah qui avait voulu lui faire une petite frayeur. Pour le coup, il s’était absolument pas loupé. « Je peux t’aider ? » Ou peut-être pas. L’arbre qui gênait avait été déplacé. Du coup, boulot finit, retour à la maison. « Je sais. Ma tenue est super sexy ! » Valait mieux qu’il arrête de sourire de la sorte, c’était franchement pas drôle. « C’est ta maman qui me les a passé. » En vrai, Mia attendait juste de récupérer sa valise et de pouvoir se changer. Le style champêtre : oui, mais pas de la sorte. « Elle m’a proposé que tu me montres la vieille ferme et qu’on aille à un endroit aussi ... » Mia réfléchit pendant quelque secondes. « Je crois que c’était une crique. Et que les amoureux y allaient souvent. » Bon, c’était pas leur cas, mais voilà. Si c’est romantique, c’est amplement suffisant pour que la blonde y jette un coup d’œil. « J’ai déjà faim ... » Pourtant, elle avait mangé comme pas deux lors du petit-déjeuné. À croire que le fait d’être dehors et de respirer l’air frais lui creusait le ventre. « Oh. J’y pense. Tu voudras bien rester un peu avec moi ce soir ? Je voudrais écrire l’article au fur et à mesure et comme tu connais mieux les termes que moi, tu pourras me réexpliquer les petits trucs que j’aurais pas compris. » Puis si elle s’endormait à nouveau dans ses bras, ça la gênait absolument pas. Elle avait super bien dormi finalement.

_________________
Come to me, Ravenheart
Messenger of evil, what's the news ? ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. The ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/06/2016
›› Commérages : 59
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : ian somerhalder
›› Schizophrénie : Charlie la petite blonde énergique et Ava l'irlandaise qui adore les leprechauns
›› more about me

Re: California never felt like home to me until I had you on the open road ✻ NIA ✻ ( Mer 12 Oct - 19:40 )



❝ california never felt like home to me until i had you on the open road❞
Nia
Mia est la nature, c’est pas encore gagné… C’est clair et net , la blonde est une citadine dans l’âme et Noah trouve ça assez amusant. Lui arrivait à se fondre dans la masse quand il mettait un pied dans une grande ville, mais pour Mia mettre un pied à la campagne semblait plus difficile que prévu. C’est vrai que les petites chaussures à talons n’étaient pas franchement adaptées pour marcher sur ce genre de chemin. Noah avait opté pour une paire de boots qui faisaient très bien l’affaire. « Y'en a pas autant à Cap Harbor. Ils pouvaient pas mettre du goudron ? » Quoa ? Détruire toute cette nature pour lui faciliter la vie et pour qu’elle garde ses chaussures au propre, la bonne blague. C’était hors de question. Noah il n’aimait pas spécialement la boue, mais il faisait avec comme de nombreuses personnes depuis des millénaires. Sans oublier que faire goudronner ce genre de route, ça coûtait aussi une blinde et que l’argent servait souvent à autre chose. Le plus souvent, les vignerons préféraient se contenter de chemin en cailloux, mais pour aller d’une parcelle à une autre. « Tu finiras par t’y habituer . » Il était certain qu’elle pouvait y arriver, dans quelques jours elle affronterait sûrement la boue sans l’ombre d’une hésitation, mais pour le moment elle semblait avoir décidé de faire corps avec elle. Noah était un gentleman, raison pour laquelle, il aida la belle blonde à se remettre sur ses pieds. « C’est juste un peu de terre.. » Il essaie de minimiser l’accident, mais y a de fortes chances pour que la tenue de la blonde soit bonne à jeter à la poubelle. Elle venait d’apprendre une leçon, la prochaine fois qu’elle mettrait les pieds ici, elle serait sûrement habillée en conséquence. Oui parce qu’avec toute cette histoire, sa mère allait lui enlever sa blonde et ça Noah, il n’appréciait pas vraiment.  D’un parce qu’il aimait être avec la blonde et qu’il n’appréciait pas vraiment d’être séparé d’elle et de deux parce qu’elle allait se retrouver avec sa mère et qu’il connaissait assez bien cette dernière, pour savoir qu’elle mènerait sa petite enquête. Elle ne pourrait pas s’en empêcher et Mia allait devoir répondre à des questions sûrement assez gênantes. Le problème c’est que Noah pouvait difficilement tirer la situation à son avantage, pas avant maman Legrand dans les parages. Parce que quand elle était là, c’était un peu elle qui menait son monde à la baguette et le brun avait appris depuis longtemps qu’il valait mieux pour lui qu’il file droit. D’autant plus qu’elle avait raison sur un point, Mia devait se changer, passer par la case douche et revenir dans une tenue plus adaptée à ce mode de vie. Le truc c’est qu’il aurait préféré que ça soit lui qui s’occupe de tout ça. Non pas qui l’amène dans la douche, quoique l’idée de… Non fallait qu’il arrête tout de suite. Noah soupira une bonne fois pour toutes, direction le chai, pour y retrouver son père. Il ne put s’empêcher cependant de jeter un coup d’œil derrière lui. Sa mère avait déjà pris Mia sous le bras, un sourire amusé se dessina sur les lèvres du brun. La blonde allait tomber sur plus bavarde qu’elle, un vrai miracle. Au moins, elle ne risquait pas de s’ennuyer avec sa mère dans le coin. « Tien te voilà » Noah releva la tête pour poser son regard sur son père. « Salut ‘Pa, comment ça va ? » Noah donna une bonne accolade à son père. « Ça va, on pas eu trop de dégâts. » C’était son père tout craché, penser aux vignes au lieu de penser à lui. « Je pensais à toi, si tu avais pas trop de cholestérol, ce genre de truc ! » Un sourire amusé se dessine sur son visage de gosse. « Je vais très bien. Mes analyses sont sûrement meilleures que les tiennes. Allez bouge toi, aide-moi. » Noah s’exécute et enlève sa veste en cuir qui pose sur un arbre, toujours debout celui-ci. « Bha dit-on, il a pris cher. » L’arbre, d’une taille respectable s’est écroulé, ses racines sont désormais à l’air libre. « Va falloir que tu rebouches. » « Ouais, c’est très bien que tu sois là ! » Super, il savait ce qu’il allait faire durant le courant de la journée : reboucher le trou pour éviter qu’une Mia aventureuse de se tordre la cheville en voulant jouant à cache-cache. Le brun attrape la tronçonneuse avant de se mettre à couper le tronc, tout en balançant le bois découpé dans le godet du tracteur que son père a amené pour l’occasion. Au moins ça leur évitera de devoir se promener avec des bûches sur des centaines de mètres. « T’étais pas censé amener une fille de la ville ? » C’était tout son père, il n’était pas spécialement fan des citadines. Disons qu’il ne les trouvait pas vraiment adapté à son mode de vie. « Si, mais, elle a rencontré maman…. » Son père soupire, avant de regarder le ciel. « Pauvre enfant… » Le père et le fils se mettent à rire avant de reprendre là où ils s’étaient arrêtés. Il leur faut une bonne demi-heure avant de venir à bout du tronc et de toutes les branches qui composaient l’arbre. Dommage, Noah l’aimait bien cet arbre. Il s’y installait souvent pour écrire, les branches lui offraient une bonne stabilité, et il avait toujours aimé monter dedans. « Oh… je comprends pourquoi tu restes là bas… » Hein ? Quoa ? Il ne faut pas beaucoup de temps à Noah pour qu’il comprenne que son père parle de Mia. « Quoa ? Mais non… » Non non pas du tout. « Pas ça avec moa, Noah, je t’ai créé je te rappelle. » « Ouais je sais, pas la peine d’aller plus loin, merci. Je connais l’histoire de la dune… » Merci, l’histoire de sa conception il avait entendu des milliers de fois. « Mais non, ne remets pas ton tee shirt ! » râle son père, alors que Noah attrape le tissus en se dirigeant vers la blonde. Désolé pour son père, mais il l’enfile, histoire que Mia ne voit pas son corps luisant de transpiration, ce qui n’est pas spécialement glamour. Le brun enlève ses gants et les fourre dans sa poche arrière, c’est toujours impressionnant de voir à quel point les automatismes reviennent vite. Noah n’est pas là depuis une heure et il a déjà repris ses marques. Bien trop occupée à parler avec sa mère, la blonde ne le remarque pas,alors il ne se prive pas pour la tapoter sur l’épaule. Il n’en faut pas plus pour que la blonde bondisse sur place, il lui a foutu la trousse. « Noah ! Nom d’un chien ! Quand vas-tu devenir adulte ! » Il se prend même une tape sur l’épaule à son tour. Hé Ho, il a trente ans, plus besoin de le taper, ça ne marche même pas en plus. Noah regarde sa mère, puis Mia… Elles ont l’air normales… « Vous avez bien parlé toutes les deux ? » Ou comment tenter de savoir ce qu’elles ont bien pu se dire. « Oui des conversations de filles que tu ne pourrais pas comprendre ! » Quoi ? Quelles conversations ? Et si Noah peut très bien les comprendre, il est un professionnel en la matière ! Noah regarde sa mère partir, rha des fois il a envie de l’étrangler, tellement qu’elle l’énerve ! « Je sais. Ma tenue est super sexy ! » Faut dire que ça la change, mais Noah ne trouve pas que ça entache la beauté de la blonde, ça se pourrait même qu’il apprécie de la voir comme ça. « Qui a dit que t’étais sexy dans d’autres tenues ? » Quoa ? Sa mère est partie, c’est bon, il a droit de la taquiner et ça se voit d’ailleurs, comme ça s’entend, parce que la voix du brun est tout, sauf sérieuse. « Elle m’a proposé que tu me montres la vieille ferme et qu’on aille à un endroit aussi ... » Heu… oui d’accord… mais ce n’était pas près des vignes, ils n’étaient pas censés travailler sur la viticulture ? « Je crois que c’était une crique. Et que les amoureux y allaient souvent. » Noah se met à éclater de rire. « Ah ma mère n’a pas perdu de temps on dirait… » A croire qu’elle a envie que Noah et Mia lui pondent des petits enfants dans la minute. « Tu peux me dire ce qu’une crique romantique a en rapport avec le vin ? » Et il sourit de toutes ses dents, parce qu’il a de plus en plus l’impression que la blonde commence à faire des pas dans son sens. Tout doucement, elle est en train de se rapprocher de lui et ça, c’est une belle évolution.  « J’ai déjà faim ... » « On n’a pas mangé hier soir, ne t’inquiète pas tu vas pouvoir te rattraper. » Et lui aussi d’ailleurs, même si pour le moment le brun n’éprouvait aucune sensation de faim, ce qui était assez rare pour le souligner. « Oh. J’y pense. Tu voudras bien rester un peu avec moi ce soir ? Je voudrais écrire l’article au fur et à mesure et comme tu connais mieux les termes que moi, tu pourras me réexpliquer les petits trucs que j’aurais pas compris. » Il voulait bien être avec elle tous les soirs si elle le lui demandait, ce n’était pas du tout un problème. « Aucun souci, je serais ton wikipedia en beaucoup plus sexy, je te l’accorde. » Oui, lui au moins il avait des abdos et en plus il tenait chaud. « Si tu veux, je te présente mon père, il veut te montrer le chai et après je t’amène à la crique ? » De toute façon, il ne lui laisse pas vraiment le choix, vu qu’il prend sa main dans la sienne et la tire derrière lui. « Le chai, c’est l’endroit où l’on fait la vinification. Quand l’on transforme le raisin en vin. »

Cinq minutes plus tard, les deux jeunes gens foulent l’intérieur du chai ou sont entreposés de gigantesques cuves. « Vous voilà  !» Son père ne met pas longtemps à arriver, très heureux d’avoir de la visite et sûrement de la si jolie visite. « Vous devez être Mia, Noah m’a beaucoup parlé de vous. Je m'appelle Jean. » Pitié faite qu’il se taise maintenant. Noah sourit à Mia en haussant les épaules, qu’elle ne l’écoute pas, il n’a pas beaucoup parlé d’elle, c’est plus énormément qu’il faudrait dire en fait. « On est en fin de cuvaison, ça veut dire que le vin est quasiment terminé. Bientôt on met tous en bouteille et on s’apprête à recommencer pour une nouvelle année. » Dit-il après une très longue explication sur la vinification pendant laquelle Noah s’est quelque peu assoupi adossé à une cuve. « Venez, on va à la cave, je vais vous faire faire goûter une de nos meilleures années. » Mia est chanceuse, tout le monde n’a pas cette chance. Noah a toujours adoré descendre à la cave, la fraîcheur, les odeurs, les voûtes, les fûts, c’est une ambiance qu’on ne retrouve nulle part ailleurs. « C’est un vin qu’on a récolté lorsque Noah est né. Une très bonne année, enfin si on oublie l’idiot derrière toi.» Merci Papa, toujours sympathique. « Je dirais plus que l’année a été merveilleuse grâce à moi. » Son père sort les verres et laisse couler le vin à l’intérieur de ceux-ci. « Allez-y, dite moi ce que vous en pensez. » Et autant dire qu’il se moque totalement de l’avis de Noah. Non, il attend celui de la blonde. « Fermez les yeux, laissez-vous emporter par les saveurs et dite moi à quoi ça vous fait penser ! » Un sourire amusé se dessine sur le visage du brun. Allez Mia, courage, ta vie dépend de ce moment, faut pas que tu te plantes. Vas-tu oui ou non être accepté dans la famille Legrand. Elle a intérêt à y arriver, c’est un peu son intronisation, elle ne peut pas se louper.


© Pando

_________________
You can't blame gravity for falling in love.
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times. It settles for less than perfection and makes allowances for human weaknesses. .
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 28/02/2016
›› Commérages : 512
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Ashley Perfect Benson
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Joyce Hamilton (Selena Gomez), Ryan Oakley (Chris Wood), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: California never felt like home to me until I had you on the open road ✻ NIA ✻ ( Dim 16 Oct - 17:55 )



California never felt like home to me
until I had you on the open road
NIA is in da place

« Tu finiras par t’y habituer. » Peut-être. Ou peut-être pas. Quoi qu’il en soit, ce dont elle est sûr, c’est qu’elle ne s’y habitue pas tout de suite. Oh ça, non. Elle est loin d’avoir voulu devenir fermière dans sa vie et ce passage actuellement dans sa vie lui prouve qu’elle a fait le bon choix. « C’est juste un peu de terre.. » Un peu de terre ... Mia ferme les yeux un instant pour ne pas lui dire que cette terre venait de saccager ses habits ET ses chaussures. Noah savait à quel point elle faisait attention à ses affaires. Elle venait, par une stupide chute, de tout foutre à la poubelle. Dégoûtée. Elle aurait dû prévoir qu’avec l’orage allait être plein de boue. Noah aurait même pu le lui rappeler. Bon. Il lui avait conseillé de changer de chaussures. Mais tout de même ! Il aurait dû jouer son rôle de grand garçon plus correctement. Mia est encore un petit bébé perdue dans la masse. C’est surtout le bébé de Noah ! Dans ce mal, il y a tout de même Maman Legrand qui apparaît comme une fleur pour sauver la journée. La blonde qui avait eu une trouille bleue de se retrouver avec elle, toute seule, avait finalement plutôt bien apprécier les premières discussions. Lucie était ouverte et très joyeuse. Ça lui faisait du bien de pouvoir, enfin, parler de chose de filles. Noah ne pouvait pas comprendre la mode ou toutes ces choses qui font que la blondinette soir une fille et pas autre chose.

Une douche rapide, de nouveaux habits bien dans le style fermier, et voilà les deux jeunes femmes sur la route du retour. Lucie lui parle encore, posant quelque petites questions. Certaines sont d’ailleurs assez personnelles mais Mia se garde bien de le lui dire. Manquerait plus qu’elle semble désagréable ! Hors de question. Finalement, elles se font couper par Noah qui, par un simple touché, arrive à effrayer Mia. Oh. Doux jésus. Elle s’était vu mourir. « Noah ! Nom d’un chien ! Quand vas-tu devenir adulte ! » Oh ... Mais non. La belle regarde Lucie puis Noah. Faut pas lui faire la morale pour si peu. Il est gentil dans le fond. Et Mia a peur de tout. Ça aurait été un papillon qui se serait posé sur sa main, elle aurait hurlé de la même manière avant d’être émue par ce petit spectacle. « Vous avez bien parlé toutes les deux ? » Mia se mordille la lèvre inférieure. Oui. En effet. Elles ont bien parlés et la blonde doute qu’elles aient fini. Lucie semblait curieuse d’attendre une réponse et elle n’était pas sûr d’avoir très bien compris la question. « Oui des conversations de filles que tu ne pourrais pas comprendre ! » Oui, enfin, elles n’ont pas non plus parlé de choses sensible. La demoiselle attends néanmoins que Lucie s’écarte un peu pour parler plus personnellement à Noah. « Elle est gentille. Et t’en fais pas, elle n’a pas été trop embêtante avec ces questions. » Juste l’essentielle. C’est assez compréhensible, non ? Elle voulait savoir avec qui son fils travaillait et si elle était quelqu'un de bien ou non. Bon, c’est certain qu’elle doit avoir plus de style dans d’autres vêtements. On ne se moque pas. « Qui a dit que t’étais sexy dans d’autres tenues ? » Oh. Le vilain ! « Toi, si ma mémoire est bonne. » Mais peut-être oubliait-il facilement les compliments qu’il lui faisait ? Peu importe. Elle allait tout de même lui parler de cette crique ! Lucie lui avait donné plus qu'envie d’aller là-bas. « Ah ma mère n’a pas perdu de temps on dirait… » Mia ne comprends pas où il veut en venir. « Comment ça ? » C’est tout à fait normal que sa mère mette en valeur le territoire qu’elle connait. Elle aurait fait de même s’ils seraient à Cap Harbor. Il y a pas mal de coin super romantique ou même juste, à voir, en Caroline du Nord. « Tu peux me dire ce qu’une crique romantique a en rapport avec le vin ? » « Et bien ... » Elle n’en a aucune idée. Peut-être juste l’atmosphère ? « Je manquerais pas de demander ça à ta maman. » Mais même s’il n’y a aucun rapport, la blonde est bien décidé à ce que Noah l’y emmène. « Puis tu me dois un bain de minuit je te rappelle. » L’endroit ne doit pas être si prisé que cela, ça pourrait être amusant de finir le voyage sur cette note. Mais pour le moment, la seule chose dont rêve la belle, c’est d’être assise à une table avec une assiette remplie « On n’a pas mangé hier soir, ne t’inquiète pas tu vas pouvoir te rattraper. » Oh yeah. « Bientôt ? » Son ventre se met à gronder en même temps. Désolé. Elle place ses deux mains sur son estomac, amusée par la situation. « J’ai jamais eu aussi faim de toute ma vie ! » Et Mia se met à rire. Franchement, le brun va croire qu’elle est un ventre sur patte alors qu’elle ne mange jamais tant que ça. C’est le voyage qui doit lui ouvrir l’estomac, impossible autrement. Tout comme c’est le voyage qui l'a poussé à vouloir toujours avoir le brun à ses côtés. Elle ne pensait certainement pas apprécier sa compagnie autant. « Aucun souci, je serais ton wikipedia en beaucoup plus sexy, je te l’accorde. » Elle pouffe de rire, collant sa tête sur son épaule. « WikiNoah ! C’est certain que c’est de suite plus charmant. » Et que c’est la raison pour laquelle elle le garde pour elle. « Si tu veux, je te présente mon père, il veut te montrer le chai et après je t’amène à la crique ? » Ça lui semble être parfait. « Oui ! » Même si elle ne sait toujours pas ce qu’est le chai. « Le chai, c’est l’endroit où l’on fait la vinification. Quand l’on transforme le raisin en vin. » Oh. « Je suis directe dans le bain ! »

« Vous voilà  !» Qui est-ce ? Mia tourne sur elle-même avant de tomber sur un homme qui ressemble plus ou moins à Noah. Monsieur Legrand lui-même ! « Bonjour ! » La politesse avant tout. Le stress viendra par la suite. La belle tendis la main, ne sachant pas réellement ce que font les français pour dire bonjour. Peu importe à vrai dire. « Vous devez être Mia, Noah m’a beaucoup parlé de vous. Je m'appelle Jean. » Jean. Très bien. « Ravie de pouvoir faire votre connaissance ! » Néanmoins, la belle n’a as zappé la partie « beaucoup entendu parlé de vous ». Elle lance un regard pleins de questions à Noah, qui se contente d’hausser les épaules. Mhm. Elle demanderait plus tard ce que tout ceci signifiait. « Vous pouvez m’expliquer ce que vous faites ? » A défaut d’avoir un papier et un stylo sur elle, Mia sort son portable et le met sur enregistreur. « Ca ne vous gêne pas ? Je suis pas sûr de pouvoir tout retenir .. » Puis ça éviterait aussi qu’elle pose trois fois la même question ! « On est en fin de cuvaison, ça veut dire que le vin est quasiment terminé. Bientôt on met tous en bouteille et on s’apprête à recommencer pour une nouvelle année. » Mais ... Mia écarquille les yeux. « Et les vins de plusieurs années ? Je veux dire, quand ils ont cinq ans d’âge, comme le whisky ou autre gros alcools, ils vieillissent dans les bouteilles et pas dans les cuves ? » Attention, première question de la blonde et sûrement pas la dernière. « Venez, on va à la cave, je vais vous faire faire goûter une de nos meilleures années. » Genre ? Jean ne pouvait pas rendre Mia plus heureuse. « Je vous suis ! » A petits pas, elle arrive à descendre jusque dans la cave pour voir les centaines de bouteilles entassées. « Mais vous avez pas peur lors des tremblements de terre ? » La Californie en avait souvent en plus ... Gosh. Toutes ses bouteilles cassées, ça lui briserait le coeur. « C’est un vin qu’on a récolté lorsque Noah est né. Une très bonne année, enfin si on oublie l’idiot derrière toi.» Un sourire se pose sur son visage alors qu’elle regarde l’étiquette collée. « Je dirais plus que l’année a été merveilleuse grâce à moi. » « toujours aussi modeste. » Maiiiiiiiiiis. Encore une question ! « Vous n’étiez pas en France a ce moment là ? » Donc, si elle suit bien la chronologie, c’est un vin français et non américain. C’est sûrement le pourquoi du comment il est bon. « Allez-y, dite moi ce que vous en pensez. » Elle a le droit de stresser ? Oui ! Sa main tremble alors qu’elle s’empare du verre. « La couleur est très belle en tout cas ! » C’est l’une des choses importante du vin. Qui dit belle couleur, dit que la personne aura envie de le goûter. « Fermez les yeux, laissez-vous emporter par les saveurs et dite moi à quoi ça vous fait penser ! » Okay. Elle va faire ce que papa Legrand lui demande. Elle ferme les yeux et sent le vin. « Il doit être sucré, non ? Année très ensoleillée je parie. » Elle rouvre les yeux et boit une petite gorgée. Ah oui, en effet. Le vin est un poil moins brute que ceux qu’elle a pu goûter, auparavant. « Oh je sais ! » Ce petit goût en plus, assez caractéristique. « Il a pas été embouteillé tout de suite, non ? » Faut juste qu’elle retrouve le nom là ... « Il a été mis en fût de chêne ! » merci Wikipedia et ses recherches minimales avant de partir. Si elle ne savait pas tout, elle avait eu la chance de retenir certains passages. « Il est excellent en tout cas. Je suis persuadé que vous le buvez au moment de noel, en servant le fromage. » Pourquoi elle parle d’alimentation ? Elle a suffisamment faim comme ça. Néanmoins, elle ne peut pas refuser quand Jean lui propose de goûter une autre cuvée. « Je vous suis ! » Elle va peut-être plus jamais le quitter. Il va devenir son meilleur ami à se rythme la.

Mia ne sait pas combien de verres elle a bu et donc, de ce fait, de vin qu’elle a goûter mais bon dieu, ça devient légèrement difficile pour elle de marcher droit. Heureusement qu'on lui propose de retourner à la maison, sinon, elle aurait dormi sur place. « J’crois ... » Elle pouffe de rire sans même savoir pourquoi et elle est obligé de poser sa main devant sa bouche pour s’arrêter. « J’suis un pitit peu saoul. » Sinon, la vie est belle et papa Legrand est déjà bien loin dans les vignes. C’est fou ça, comment il marche vite. « J’aime bien ton papa. Il est gentil. Et beau. Comme toi ! » Quoi que ... « Non, toi t’es plus beau. Tu ressembles à un gros nounours tout doux et tout mignon. » Elle avait envie de lui faire un câlin et puis, son regard est capté par un verre de terre entrain de mourir et les larmes lui viennent aux yeux. « Il est entrain de souffrir ! » Et c’est horrible. Tellement horrible qu’elle sa cache les yeux. « Faut l’emmener au vétérinaire. » mais comme elle peut pas conduire, elle laisse Noah s’en charger. Mia, elle, elle continue sa route tant bien que mal vers la ferme. Mais sa tête tourne un poil trop et elle est vite obligé de se tenir aux ficelles reliant les vignes pour ne pas finir à terre. « On ira quand même à la crique hein ? » Et il peut pas dire non. Elle a pas envie qu’il se dise non de toute façon. Le vent se lève un peu et un frisson lui parcours l’échine. « IL FAIT FROID ! » Et qu’elle est la meilleure façon de ne plus avoir froid ? Se blottir dans les bras de Noah, et réclamer une bouteille de vin. « J’espere qu’on finira les bouteilles, se serait con de les avoir ouvert pour rien. »

_________________
Come to me, Ravenheart
Messenger of evil, what's the news ? ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. The ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/06/2016
›› Commérages : 59
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : ian somerhalder
›› Schizophrénie : Charlie la petite blonde énergique et Ava l'irlandaise qui adore les leprechauns
›› more about me

Re: California never felt like home to me until I had you on the open road ✻ NIA ✻ ( Mar 25 Oct - 19:21 )



❝ california never felt like home to me until i had you on the open road❞
Nia
« Elle est gentille. Et t’en fais pas, elle n’a pas été trop embêtante avec ces questions. » Connaissant sa mère, cela ne voulait dire qu’une chose, elle était en train de préparer le terrain, mais dans quelques jours, une fois la confiance installait, elle n’hésiterait pas à creuser plus loin. Noah n’a jamais vraiment compris d’où lui venait cette curiosité maladive. En tout cas, c’était un gêne récessif et héréditaire, vu que sa mère en avait hérité. Elle était aussi curieuse que sa mère et autant dire que Noah était heureux que celle-ci ne soit pas là. Oui, parce qu’il n’avait pas envie de passer cette semaine à répondre aux questions de sa cadette. « Elle fait que commencer. » Il préfère prévenir la jeune femme, histoire qu’elle se prépare à la suite et qu’elle ne soit pas surprise par la future contre-attaque de madame Legrand. « Si elle t’embête trop, hésite pas à lui dire que c’est privé et que tu ne veux pas partager tous des petits secrets avec elle, ça la vexera, mais elle s’en remettra. » Elle s’en remettait toujours. Heureusement, parce que dans le cas contraire, Noah n’aurait pas pu poser un pied chez eux.

« Toi, si ma mémoire est bonne. » « Ah ? » Il joue au surpris, haussant les épaules d’un air dubitatif. « J’ai dû oublier ! » La vérité est tout autre car Noah est loin d’oublier l’élégance de la jeune femme. D’ailleurs en y pensant, il ne met pas longtemps à se rappeler la veille et donc Mia en bikini et autant dire qui lui tardait de l’amener vers un tour sur une plage du coin, histoire de pouvoir profiter une fois de plus de cette jolie vision. La crique tombe donc à point nommé, encore faut-il trouver le temps d’y aller. « Comment ça ? » Il ose un sourcil, parfois la candeur de la belle blonde le surprend, tout en l’amusant. « Parce qu’elle croit qu’on est ensemble… » il lui répond comme si ça coulait de source, c’était un peu le cas pour sa mère. « Elle veut me mettre en couple avec toutes les filles qui croisent mon chemin. » Autant donc dire beaucoup. « Par exemple, la dernière fois, elle a invité la fille des voisins à dîner, soit disant pour l’aider à traduire un texte. » C’était franchement pas pour le texte qu’elle s’était trouvée là. Charmante, d’ailleurs, mais pas assez bien pour plaire à Noah, y avait pas eu ce petit truc en plus, qui ressentait à chaque fois qu’il se trouvait en compagnie de Mia. « C’était une fan de la rubrique. » Oui…et aussi et beaucoup de lui, mais bon y avait de quoi, il était bien conversé pour un trentenaire et il faisait partie des seuls encore sur le marché, sans problèmes et sans enfants, autant dire une espèce rare. En tout cas ce qui est certain, c’est que Mia a vraiment envie d’aller à cette crique, Noah, moins, parce qu’il voit déjà sa mère hurler de joie en pensant avoir réussi son coup. Noah tente donc de faire changer la blonde d’avis, autant essayer de faire entendre raison à un taureau qui charge. « Puis tu me dois un bain de minuit je te rappelle. » Hein ? Et pourquoi ça ? Non pas un bain de minuit… Mia, Bikini, nuit… il aime pas cette combinaison. Ou enfin, il aime beaucoup cette combinaison il n’aime juste pas ce que ça insinue. Il allait devoir encore prendre pas mal sur lui, parce que la blonde devenait de plus en plus proche, de plus en plus sereine, mais lui devait quand même continuer à garder une certaine distance. Autant dire une mission assez difficile si Mia se promène en pleine nuit devant lui en Bikini. Heureusement pour le moment Mia ou plutôt le ventre de Mia semble avoir une autre idée en tête. Vu comment il gargouille, cela doit vouloir dire qu’elle meurt tout simplement de faim et d’ailleurs elle ne met pas bien longtemps à le faire savoir. « Bientôt ? » « Oui dans une heure je pense… » Sa mère était sûrement partie faire à manger, ce qui leur laissait quelques temps avant le déjeuner pour visiter l’exploitation et quoi de mieux de commencer par le chai sous la houlette de son père. C’est assez amusé que Noah regarde la scène défiler devant ses yeux, il espère que Mia a bien tout écouter, parce que son père c’est pas le genre d’homme à aimer répéter, ce qui est étrange parce qu’il aime apprendre aux autres et qu’il est intarissable quand il parle de vin. Si bien que Noah ne me pas longtemps à sentir l’ennui pointer le bout de son nez, mais cela ne semble pas affecter Mia. Un point positif car il a cœur que ce petit séjour lui plaise. La campagne, ce genre de vie, ça lui ressemble pas mal, si elle déteste ça, les choses se compliqueraient pas mal.

« Elle est gentille. Et t’en fais pas, elle n’a pas été trop embêtante avec ces questions. » Connaissant sa mère, cela ne voulait dire qu’une chose, elle était en train de préparer le terrain, mais dans quelques jours, une fois la confiance installait, elle n’hésiterait pas à creuser plus loin. Noah n’a jamais vraiment compris d’où lui venait cette curiosité maladive. En tout cas, c’était un gène récessif et héréditaire, vu que sa mère en avait hérité. Elle était aussi curieuse qu'elle et autant dire que Noah était heureux que celle-ci ne soit pas là. Oui, parce qu’il n’avait pas envie de passer cette semaine à répondre aux questions de sa cadette. « Elle fait que commencer. » Il préfère prévenir la jeune femme, histoire qu’elle se prépare à la suite et qu’elle ne soit pas surprise par la future contre-attaque de madame Legrand. « Si elle t’embête trop, hésite pas à lui dire que c’est privé et que tu ne veux pas partager tous des petits secrets avec elle, ça la vexera, mais elle s’en remettra. » Elle s’en remettait toujours. Heureusement, parce que dans le cas contraire, Noah n’aurait pas pu poser un pied chez eux.


Heureusement pour lui la belle semble intéressée et ne met pas longtemps à poser des questions. « Et les vins de plusieurs années ? Je veux dire, quand ils ont cinq ans d’âge, comme le whisky ou autre gros alcools, ils vieillissent dans les bouteilles et pas dans les cuves ? » Le père de Noah observe son fils, il y est pour rien lui si elle pose des questions de ce genre. « Hé bien…Si on vide pas les cuves, on peut pas faire les prochaines vendanges… Donc oui les vins vieillissent en bouteille. D’ailleurs logiquement, on devrait appeler vin quand il se trouve en bouteille, avant il est encore en train de se faire, mais le vin évolue ensuite continuellement. » Un comme les êtres humains en fait, sauf que lui pouvait posséder une vie bien plus longue. « Mais vous avez pas peur lors des tremblements de terre ? » Noah se marre, y a que Mia pour poser ce genre de questions. « Si on avait peur de la nature, on ne ferait pas de vin, faut s’adapter… » Entre la chaleur, le manque d’eau, les pluies parfois torrentielles, les tempêtes et maintenant les tremblements de terre, faire du vin ne relevait pas de la facilité. « Si on veut pas avoir de problème faut travailler en bureau, mais ce n’est pas ma philosophie. Je deviendrais dingue enfermer entre quatre murs, je me demande comment tu peux y arriver… » il termine sa phrase en regardant son fils. « Je m’adapte. » Ouais c’est ça la clé de la réussite, bien qu’il se doit d’avouer qu’il ne pourrait pas vivre en plein centre-ville de New-York.

Voilà venu, le moment tant attendu de la dégustation. C’est le vin préféré de Noah d’ailleurs et pas uniquement parce qu’il est tiré de son année de naissance, mais parce qu’il est fruité, légèrement boisé et qu’il a cette puissance des vins anciens. « Vous n’étiez pas en France à ce moment-là ? » « Oh si, mais vous voyez il y à des bouteilles dont on ne sépare jamais. Je pourrais les vendre bien sûr, parce que voyez c’est un vin qui vaut de l’or, mais c’est sentimental et chez nous, on ne vend pas le sentiment. » Non, on préfère le boire ! et c’est tant mieux ! « Il doit être sucré, non ? Année très ensoleillée je parie. » « Tout a fait ! » Son père est content et Noah aussi du coup. Au moins, ils semblent bien s’entendre et ça c’est cool. « Il a été mis en fût de chêne ! » Le regard du père de Noah s’émerveille. « Oh, je l’adore cette petite. » Noah lui continue de les observer, un brin amusé tout en sirotant son verre. Quant a savoir si on le sert à Noel avec du fromage, le père de Noah agite sa main devant son visage. [color=#916624]« Vous rigolez, on le sert dès l’apéro ! » Ouais…Parce qu’y a même pas d’eau à table en fait. « Tu sais que t’es pas censé le boire hein… » Qu’il murmure à l’oreille de la belle quand elle a fini de boire son verre. Parce qu’en temps normal quand on déguste du vin, on le garde en bouche pour en détester les saveurs puis on le recrache. « Venez avec moi, j’en ai un autre qui va vous plaire ! » Quoi ? Noah il n'est pas du tout d’accord. C’est mieux de garder Mia loin des bouteille. « Papa ! on a pas que ça à faire. » Son père râle avant de déboucher une autre bouteille. « Noahhhh ! Je suis en train de la cultiver, alors si tu permets… » Le brun roule des yeux, il craint le pire…

Bha voilà, une heure plus tard, il se retrouve avec une blonde qui a du mal à marcher droit. « Merci Pa… » « Mais ce n'est pas de ma faute, si les Américaines elles ne tiennent pas l’alcool. » « Elle est suédoise à la base. » « ça doit être pour ça !» . Noah roule des yeux tout en jetant un coup d’œil à la blonde qu’il préfère tenir histoire qu’elle ne finisse par tomber de nouveau dans la boue. « J’suis un pitit peu saoul. » « Non ? Tu crois ? » A ce niveau-là, plus besoin de croire, la preuve est faite, mais il doit bien avouer que pour le coup, elle est assez mignonne, ça change des fois où il l’a ramené chez elle sans qu’elle n’arrive à le reconnaitre. Là, au moins, elle est encore présente, même si elle plane pas mal. « J’aime bien ton papa. Il est gentil. Et beau. Comme toi ! » Il sait pas vraiment s’il doit prendre ça pour un compliment. « Non, toi t’es plus beau. Tu ressembles à un gros nounours tout doux et tout mignon. » Il éclate de rire. « Je suis tout doux, c’est la première fois qu’on me fait un si joli compliment. » Autant dire qu’il allait s’en souvenir. La prochaine fois qu’elle lui dirait qu’il pique à cause de sa barbe mal rasé, il lui répondrait qu’elle ment, parce qu’il est le plus doux des nounours. Dommage que Nounours, ça mette un peu à mal sa testostérone... « Il est en train de souffrir ! » Bien sûr que Noah souffre, elle est en train de lui assassiner le bras… il est même sûr qu’il va avoir des traces de griffes. Sauf qu’il comprend bien vite qu’elle parle d’un vers de terre. . « Faut l’emmener au vétérinaire. » « Oué, non, je vais le sauver. » Prenantson courage à deux mains, il attrape la bestiole et la pose un peu plus loin dans de la terre meuble pour qui puisse s’y enfoncer. « Et voilà, sauvé ! » Et même pas besoin de l’amener chez le vétérinaire. Noah me met pas longtemps à revenir vers Mia, il a vraiment peur qu’elle finisse par se casser la figure. Finalement, il finit par passer son bras autour de sa taille, parce que ça devient de pire en pire. « On ira quand même à la crique hein ? » « Oui, mais pas tout de suite. » Il a pas envie qu’elle finisse noyée. « IL FAIT FROID ! » « Attend… » Gentleman, il retire sa veste et la pose sur les épaules de la blonde, tout en l’amenant vers la demeure familiale des Legrand. « J’espere qu’on finira les bouteilles, se serait con de les avoir ouvert pour rien. » « Ouais… Vraiment dommage. » En fait Noah est bien décidé à les vider lui-même, dans l’évier, histoire de ne pas revivre ce genre de désagréments, même si c’est drôle.

« Mais qu’est-ce qui s’est passé… » Demande sa mère juste après qu’il soit rentré dans la maison avec une Mia légèrement émerveillée par tout ce qui croise son chemin. « Papa l’a fait boire. » Un peu trop, il en va de soi. « Je vais lui en toucher deux mots. Tu devrais aller la coucher, si elle a faim plus tard, tu auras plus qu’à réchauffer. Faut que j’aille faire les courses. » Ok, Noah acquiesce avant de prendre le couloir qui mène à la chambre de Mia. Il finit par réussir à la coucher, mais il doit se battre cinq bonnes minutes avant qu’elle ne le lache. « Ton nounours revient avec de la bonne glace… Laisse-le partir.. » Dire qu’il a un gros plan sur ses lèvres.. Rha il refoule cette envie de l’embrasser avant de lui donner un coussin qu’elle ne met pas longtemps à serrer contre lui. « Je reviens… » Gros mensonge, il est bien décidé à revenir, mais pas tout de suite.

Il revient deux heures plus tard, un verre d’eau à la main, une aspirine dans l’autre. Quand il frappe à la porte, la voix enrouée de Mia ne met pas longtemps avant de l’accueillir. Ah c’est bon elle vient d’émerger. « C’est gros nounours ! » Il passe la tête par la porte avant de passer le reste du corps. Son regard glisse sur la belle blonde, visiblement assez gênée. « Hmmm tiens, c’est pour toi. » Il lui tend le verre et le cachet avant de tirer une chaise vers la blonde pour s’y asseoir à l’envers, parce qu’il a toujours adoré poser ses mains sur le dossier pour y faire reposer sa tête. « Je suis allé voir, le vers de terre, il est bien rentré chez lui ! » Ou il est mort, mais il l’a pas vu, on va être optimiste et dire que c’est la seconde option. Noah ne met pas longtemps avant d’éclater de rire. « C’est la première fois que mon père arrive à saouler quelqu’un aussi vite… Le vin français, ça laisse des traces ! » Et il se marre, oui parce que c’est assez drôle. Surtout la tête de Mia, on dirait qu’elle s’est coiffée avec un pétard. « Tu sais on dirait que tu ressembles…rha celle dans Harry Potter qui tue Sirius… :Bellatrix, mais en beaucoup plus jolie quand même. » Faut qu’il le souligne, parce que même comme ça, elle reste toujours aussi charmante la jolie blonde.



© Pando

_________________
You can't blame gravity for falling in love.
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times. It settles for less than perfection and makes allowances for human weaknesses. .
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 28/02/2016
›› Commérages : 512
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Ashley Perfect Benson
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Joyce Hamilton (Selena Gomez), Ryan Oakley (Chris Wood), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: California never felt like home to me until I had you on the open road ✻ NIA ✻ ( Sam 5 Nov - 0:29 )



California never felt like home to me
until I had you on the open road
NIA is in da place

« Elle fait que commencer. » Mia arbore un sourire rassurant. C’est normal et compréhensible que la mère de Noah veuille poser des questions et en apprendre plus sur la jeune femme qui partage la vie de son fils. Non pas de façon sentimental. Ils ne sont pas encore à ce stade. Mais plus de façon amical. Après tout, ils passent leur vie à deux dans un bureau les trois quart de la semaine. Il y a de quoi vouloir obtenir quelques informations. « Si elle t’embête trop, hésite pas à lui dire que c’est privé et que tu ne veux pas partager tous des petits secrets avec elle, ça la vexera, mais elle s’en remettra. » Mais ! « Non ! » qu’elle s’exclame avec un peu trop de voix. « Jusqu’ici ta maman à été très gentille et pas trop indiscrète. Je ne la vexerai pas. » Déjà Parce que c’est malpoli, mais aussi car elle en est fichtrement incapable. Faire de la peine pour être tranquille ? Non. Elle préfère encore devenir aussi rouge qu’une tomate et bégayer que d’être méchante. « J’ai dû oublier ! » Noah, oublier ? Mais oui, bien-sûr. « Enlève ce petit sourire en coin, veux-tu. » Mia a bien compris que le jeune homme faisait exprès de l’embêter. « Parce qu’elle croit qu’on est ensemble… » Hein ? « Quoi ? » La jeune femme est persuadé qu’il vient de dire une énorme connerie. Malheureusement, il semble bien trop sérieux. « Mais on a rien d’un couple. » Tout du moins, quand ils sont en compagnie d’autres personnes. A deux, ça change complètement et la jeune femme semble prendre ses aises. Noah à ce petit don. « Elle veut me mettre en couple avec toutes les filles qui croisent mon chemin. » Mhm. Mia le prend assez mal. Elle est limité jalouse sans même connaitre la véritable raison. « Par exemple, la dernière fois, elle a invité la fille des voisins à dîner, soit disant pour l’aider à traduire un texte. » Oui. Et ? « C’était une fan de la rubrique. » Elle n’était pas la seule. « Tu ne veux pas qu’on parle des jeunes femmes qui te font des déclarations d’amour par courrier non plus ? » Bon Dieu, elle a vraiment pris la mouche. La simple idée d’imaginer Noah en bonne compagnie lui donne envie ... De vomir. Dans cette tristesse, le ventre de la blonde se fait entendre. De quoi détendre légèrement l’atmosphère. « Oui dans une heure je pense… » Vivement ! La blonde ne tiendra pas cinq minutes de plus.

Le temps passe vite une fois en compagnie de Monsieur Legrand. Mia a comme l’impression de voir Noah, en plus vieux et encore plus rigolo. La belle est bien contente d’avoir, enfin, un verre d’alcool entre les doigts. Mia à la désagréable sensation que cela faisait une éternité qu’elle n’avait pas bu. Ça lui manquait et en même temps, elle se rendait de plus en plus compte que cette addiction la rendait encore plus triste et monotone. « Hé bien…Si on vide pas les cuves, on peut pas faire les prochaines vendanges… Donc oui les vins vieillissent en bouteille. D’ailleurs logiquement, on devrait appeler vin quand il se trouve en bouteille, avant il est encore en train de se faire, mais le vin évolue ensuite continuellement. » Oh ! Mais c’est qu’elle en découvre des choses aujourd’hui. Mia hoche la tête, un peu perplexe. Si elle le pouvait, elle irait voir ce qui se passe dans ses énormes cuves. « Si on avait peur de la nature, on ne ferait pas de vin, faut s’adapter… » Un point pour papa Legrand. « Pas faux. » C’est juste que les tremblements de terre, ça doit faire tellement de dégâts que Voila. Puis la Californie a souvent ce genre de soucis. « Si on veut pas avoir de problème faut travailler en bureau, mais ce n’est pas ma philosophie. Je deviendrais dingue enfermer entre quatre murs, je me demande comment tu peux y arriver… » Mais non. Il ne faut pas s’inquiéter pour cela. « Je m’adapte. » Aussi. « Le journal donne sur le parc. On y est en cinq minutes à pieds. » Et c’est vraiment le bonheur quand on a besoin de souffler pour se ressourcer. « Vous devriez venir visiter. Ça me ferait plaisir. » L’invitation était lancée à eux de décider s’ils voulaient la prendre ou la jeter à la poubelle. En attendant une réponse, qu’il pourrait dire plus tard, Mia se met tranquillement à déguster le vin. « Oh si, mais vous voyez il y à des bouteilles dont on ne sépare jamais. Je pourrais les vendre bien sûr, parce que voyez c’est un vin qui vaut de l’or, mais c’est sentimental et chez nous, on ne vend pas le sentiment. » C’est tellement dir avec amour. La blonde est toute émue. « Vous avez raison. » c’est la seule chose qu’elle arrive à dire avant de se laisser aller avec le goût de l’alcool. « Tout a fait ! » Rha. Elle le savait ! « Oh, je l’adore cette petite. » Mow. C’est gentil. Elle sent un peu ses joues rougir. « Je vous apprécie aussi. » Maintenant, que la dégustation continue. Avec quoi elle le mettrait ? De la viande rouge, sûrement. Ou du fromage. « Vous rigolez, on le sert dès l’apéro ! » Mia éclaté de rire. « Bien-sûr ! J’aurais dû y penser. » Elle peut parfois être bête. « Tu sais que t’es pas censé le boire hein… » Sérieux ? Son regard passe de son verre à Noah et elle finit par hausser des épaules. Elle ne pouvait pas jeter un si bon cru. « Venez avec moi, j’en ai un autre qui va vous plaire ! » Oh yeaaah. « J’vous suis ! ». . « Papa ! on a pas que ça à faire. » Ah bon ? Elle était venu pour cela, à la base. En découvrir plus sur le vin, c’est primordial, donc le goûter rendre dans le lot. « Noahhhh ! Je suis en train de la cultiver, alors si tu permets… » Oui, permettez le.

« Merci Pa… » Oh oui. Elle à oublier de remercier le papa. Mia se déplace pour prendre Monsieur Legrand dans les bras et le remercier. « Merci ! » Puis, elle retourne à ses occupations du mieux qu’elle peut. « Mais ce n'est pas de ma faute, si les Américaines elles ne tiennent pas l’alcool. » Américaine ? Mia grimace. « Elle est suédoise à la base. » Non. Elle est suédoise tout court. « Ouais ! » La suédoise la moins suédoise de la planète, enfaite. « ça doit être pour ça !» Pour ça que quoi ? Elle comprends plus rien. « Non ? Tu crois ? » Ils se disputent, c’est ça ? C’est tellement triste. Mais peu importe. Mia oublie rapidement ce qu’elle pensait pour passer un autre sujet. Il faut absolument qu’elle dise à Noah qu’il est doux, qu’il ressemble à un ours aussi et qu’il est beau. Parce que ouais, il est grave beau Noah. Il a des yeux tellement bleu qu’elle a l’impression d’être dan l’océan indien la blonde. « Je suis tout doux, c’est la première fois qu’on me fait un si joli compliment. » Vraiment ? La jeune femme pose ses deux mains au niveau de son coeur, surprise par la gentillesse du français. « Je suis contente d’être la première. » C’est toujours mieux que la dernière ou l’intermédiaire. « Mais Ouqis, t’es aussi doux qu’un ... Qu’un ours ! En peluche. Ça donne envie de te faire pleins de câlins. » Malheureusement, Mia ne peut pas lui en faire car un verre de terre est entrain de mourir sous ses yeux. Oh. Mon. Dieu. Le pauvre ! « Oué, non, je vais le sauver. » Ce héros. « J’ai toujours su que tu étais un prince. » Ou pas. Mia va certainement oublier les trois quarts de cette conversation, de tout façon. « Et voilà, sauvé ! » La blonde l’applaudit et dépose un petit baiser sur sa joue. « C’est bien. Je suis contente. » Passons à autre chose ! « Oui, mais pas tout de suite. » Pourquoi ? Elle fait des yeux doux. « Mais t’avais dit oui ... » C’est bien la première fois que Mia tente d’user du charme : voix de bébé avec Noah. Espérons que ça fonctionne. Et voilà qu’elle a froid maintenant. « Attend… » Elle arrête de bouger le temps que le gentil prince lui pose sa veste sur les épaules. « Ah.» Un soupire de quiétude sort de ses lèvres. « Ouais… Vraiment dommage. » Mais oui. Pauvres bouteilles de vin. « Faut au moins boire quelque verres. On va pas tout jeter. » Elle aime pas le gaspillage.

Sa chambre est tellement belle. Et chaude. Et floue aussi ... Holà la. Pourquoi a-t’elle autant bu ? « Ton nounours revient avec de la bonne glace… Laisse-le partir.. » Hein ? « Non ... » Elle a besoin de son nounours pour trouver le sommeil, la petite. « Je reviens… » Promis ? « Bon. D’accord. Je t’attends. » Mais ces yeux se font de plus en plus lourd et Mia finit par s’endormir paisiblement.

Son rêve n’est pas vraiment un rêve. Elle ne se souvient de rien si ce n’est des coups contre la porte qui la fond émerger. « C’est gros nounours ! » Pardon ? Elle pose une main sur sa tête pour qu’elle arrête un peu de tanguer. « Pourquoi tu dis ça ? » A ce qu’elle sache, elle a dormi tout seul, sans nounours. « Hmmm tiens, c’est pour toi. » Oh. Des cachets pour la tête. « Merci. » qu’elle murmure en prenant le tout et le verre d’eau. Promis, plus jamais de sa vie elle boit un verre d’alcool. P.R.O.M.I.S. . « Je suis allé voir, le vers de terre, il est bien rentré chez lui ! » D’accord. Elle fronce un peu les sourcil et ... Oh non. Non, non, elle a pas fait ça. « Dis moi que c’est un tour de mon imagination. » Vu son regard, elle comprend qu’elle s’est montrés oui son mauvais jour à Noah. Que quelqu’un la tue, merci. « C’est la première fois que mon père arrive à saouler quelqu’un aussi vite… Le vin français, ça laisse des traces ! » C’est la fatigue, plus l’excitation et les mélanges qui ont provoqués tout ça. « J’étais pas saoule. » Elle tente surtout de se persuader. Elle a honte. Au moins, quand elle fait ça dans les bars : personne ne la connait. « Tu sais on dirait que tu ressembles…rha celle dans Harry Potter qui tue Sirius… :Bellatrix, mais en beaucoup plus jolie quand même. » Pardon ? « Non ! » Elle a une crinière de lion, c’est ça ? Mia se rue vers le miroir présent dans la pièce pour mesurer les dégâts. Bien-sûr, elle se prends le pied dans les draps et se ridiculise un peu plus face au brun. C’est vraiment pas son jour. « Mais c’est une catastrophe ... » Elle a jamais été aussi « moche » de toute sa vie, devant quelqu’un. Même Jay ne voit pas cette horreur. Mia s’empare d’un élastique et fait une queue de cheval. Au moins une chose de faite. « J’ai dit des conneries, c’est ça ? » Noah devrait arrêter de rire, ça la rend mal-a-l’aise. « Je suis assez honteuse comme ça, Noah. » Nom d’un chien, un peu de respect. « Dis moi que tes parents m’ont pas vu. » Si c’est le cas inverse, elle ne sort plus de cette chambre. « Je suis désolée. Je voulais pas finir dans cet état. Mais ... Les vins de ton papa sont quand même super bon. Je pouvais pas lui dire d’arrêter. Ça lui faisait tellement plaisir. » Et pour rien au monde, elle voudrait que papa Legrand perde son sourire. « Il est quelle heure ? » Mia ne voit pas de réveil. « T’veux pas qu’on regarde un film ou qu’on commence l’article ? » ça lui changerait les idées et lui ferait oublié sa gueule de bois. « J’apprécie beaucoup ce que tu as fait pour moi. C’est vraiment très gentil. » Tellement gentil que Mia résiste pas au fait de tapoter sur les coussins à côté d’elle pour que Noah la rejoigne. « Pourquoi tu as pas voulu faire viticulteur ? Ça se voit que tu aimes la nature, pourtant. »

_________________
Come to me, Ravenheart
Messenger of evil, what's the news ? ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. The ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/06/2016
›› Commérages : 59
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : ian somerhalder
›› Schizophrénie : Charlie la petite blonde énergique et Ava l'irlandaise qui adore les leprechauns
›› more about me

Re: California never felt like home to me until I had you on the open road ✻ NIA ✻ ( Mer 9 Nov - 18:41 )



❝ california never felt like home to me until i had you on the open road❞
Nia
Noah referme délicatement la porte derrière lui, faut dire que Mia est dans un sacré état. Il a cependant connu pire , là au moins elle se souvient de lui, ce qui n’était pas toujours le cas. Un sourire amusé se dessine sur ses lèvres quand il se souvient du moment où elle l’a comparé à un gros nounours. Au moins ça veut dire qu’elle se sent en sécurité avec lui, même si ça reste peut-être un peu réducteur, mais pas grave, il va s’en contenter. Abandonnant la jolie blonde dans son lit pour qu’elle fasse une bonne petite sieste, Noah descend dans le salon avant de partir flâner dans la cuisine. Il ne met pas longtemps à trouver la fournée de cookies que sa mère avait dû faire juste avant leur arrivé, il avait senti la bonne odeur dès qu’il avait mis les pieds dans la maison, mais avec Mia au bras, impossible de pouvoir partir à la recherche de son casse-croute préféré. Il ne fait donc pas prier pour s’installer sur la table avec un verre de lait et les cookies bien sûr. Comme un vrai gosse, le grand brun trempe les cookies dans le laitage avant de les avaler tout cru. Il en engloutit 5 avant de se décider à refermer la boite pour éviter de tous les manger. Là, il est déjà certain que sa mère va lui taper sur les doigts. Ce n’était pas de sa faute si elle faisait les meilleurs cookies du monde, du coup, il était obligé d’y céder, lui la pauvre petite âme sans défense. Le brun se relève, range le lait dans le frigo, nettoie son verre et le replace là où il l’a trouvé. Ni vu ni connu, bien qu’il ne soit pas encore capable de refaire apparaître des cookies disparus.

Noah finit par sortir de la cuisine pour partir en direction de la voiture. Il sort les valises et monte le tout dans la maison, déposant celle de Mia juste devant sa porte. D’ailleurs en parlant de la blonde, il ouvre la porte pour jeter un coup d’œil, faudrait pas qui lui arrive quelque chose ! Mais elle dort paisiblement serrant contre son petit cœur l’énorme coussin rose que sa mère a dû spécialement mettre là pour l’occasion, après tout ce n’est pas souvent qu’elle reçoit une potentielle belle fille. D’ailleurs en parlant de belle fille, faut que Noah continue sur le sujet, parce que Mia n’a pas l’air de vraiment apprécié. Sa blonde serait-elle jalouse ? Si c’est le cas, ça veut dire qu’il est sur la bonne voie. Après un dernier coup d’œil, il referme la porte pour la laisser profiter pleinement de ce moment de calme et se dirige à son tour vers sa chambre qui n’a pas changé depuis la dernière fois qu’il y a mis les pieds. Noah ne prend même pas la peine d’ouvrir sa valise, il se contente de jeter un coup d’œil dans son placard. Il en sort un vieux jean et un tee-shirt blanc qui lui moule les pectoraux. Parfait, ça lui donne un look négligé mais sexy, rien de mieux pour séduire une Mia qui fait ses premiers pas à la campagne. Avant tout de chose, il préfère tout de même passer par une étape importante. Celle de la douche, parce qu’il faut bien avouer qu’il ne sent pas la rose. Il se n’est pas douché depuis son départ, il en rêve depuis hier soir, alors autant dire que le jeune français ne met pas longtemps avant de se glisser sous la douche italienne. Il laisse l’eau glisser sur son corps  - ça s’appelle une vision de rêve – avant de s’adosser contre la paroi du mur pour en profiter plus longuement. Noah est bien chez ses parents, c’est toujours sympa de revenir ici. Finalement, après vingt bonne minute passées sous la douche  - On va dire merde à l’écologie pour une fois - Il finit par en sortir. Un coup de serviette plus tard, il sort enfin de la salle de bains. Noah n’a pas pris le temps de se sécher les cheveux, faut dire qu’il n’en a pas une épaisseur folle, puis on est en Californie et autant dire qu’il fait chaud, très chaud. Il jette un coup d’œil à sa montre, c’est peut-être le bon moment pour aller jeter un coup d’œil à Mia, mais hors de question d’y aller les mains vides. Y a de fortes chances pour qu’une enclume s’amuse à faire du trampoline dans sa jolie tête, alors il préfère prendre les devants pour éviter qu’elle ne lui demande, puis ça prouve une chose, monsieur est prévoyant et surtout il aime bien prendre soin de la jolie blonde, même quand elle est bourrée et que cela s’est passé juste devant ses parents. Au moins, elle n’a pas besoin de cacher son petit défaut, c’est bon elle est déjà fichée, bien que ses parents soient sûrement loin d’imaginer que Mia a vraiment un problème avec l’alcool. Avant de rentrer dans sa chambre, Noah tente de regrouper tout le sérieux dont il peut faire preuve. Faut dire qu’il a bien envie de se marrer. L’idée de se déguiser en ours en peluche lui est même venue en tête, mais hélas, il ne possède pas de tel costume dans sa garde-robe. Dommage. Il passe la main dans sa tignasse brune, encore humidifié par sa douche récente, avant de faire son apparition dans la chambre de la blonde. Elle vient visiblement d’émerger des bras de Morphée. Un rictus se dessine sur les lèvres de Noah, il ne l’a jamais vu comme ça. En temps normal, la blonde est toujours tirée à 4 épingles, même quand il l’a ramené bourré chez elle. Là… bien, c’est un peu le contraire, elle ne ressemble à rien, mais il la trouve toujours aussi charmante. Même avec sa tignasse qui tente de capter les stations de radios du coin. Pas de chance, ici ils ne captent rien, si ce n’est la Wifi via le satellite, c’est qu’ils sont un petit peu paumé, mais ça fait aussi le charme du lieu.

« Pourquoi tu dis ça ? » Un air déçu se dessine sur le visage du brun. Rha non, elle allait pas avoir oublié le plus beau compliment qu’elle ne lui a jamais fait. A savoir qu’il est un séduisant nounours et qu’en plus d’être super beau – peut-être que ça elle n’a pas dit, mais Noah extrapole – il est aussi tout doux. « Héééé ! tu n’as pas le droit de retirer tes compliments. Y a une heure j’étais un nounours tout doux et voilà que t’as déjà oublié. » Il soupire en luttant pour ne pas éclater de rire, mais Noah se connait et sait particulièrement qu’il n’arrivera pas à garder son sérieux encore très longtemps. Il lui tend le cachet et le verre d’eau avant de se laisser tomber sur une chaise, visiblement bien amusé par la scène qui se déroule devant ses yeux. Et comme il n’est pas décidé à la laisser s’en sortir aussi facilement, il met le vers de terre sur le tapis. Oui, oui, cette pauvre âme innocente, destinée à mourir, heureusement, par chance, sa route avait croisé celle de Mia et grâce à elle, il pourrait encore couler quelques heures de vie heureuse. Parce qu’il avait l’air assez stupide la bestiole pour se contorsionnait dans tous les sens, sans arriver à avancer. « Dis moi que c’est un tour de mon imagination. » Un large sourire se dessine sur son visage, tandis qu’il fait un signe négatif de la tête. « Tu te n’en souviens pas ? T’étais super choquée pourtant, j’ai même cru que tu allais pleurer ! » Le petit saligaud, voilà qu’il profite pleinement de la situation. Bon faut dire que pour le coup, ce n’est peut-être pas totalement de sa faute. Si le père de Noah n’avait pas décidé de lui faire gouter à quasiment chacun de ses grands crus, on en serait pas là. « J’étais pas saoule. » Noah éclate de rire, c’est bon il ne peut plus se retenir. « Heu si je te jure !. » Oui, oui, il en était même certain et pas qu’un peu en plus, mais bon, elle avait eu de la chance une fois de plus de pouvoir compter sur le brun. Puis, heureusement, bourrée, elle était du genre attachiante.

Amusé, Noah profite de la situation. Parce que sa blonde il la connait très bien et il sait parfaitement que Mia ne se serait sûrement jamais montré devant lui, si elle savait la tête qu’elle avait à ce moment précis. Et évidemment en gentleman, il ne trouve rien de mieux que de la comparer à un des personnages de la saga culte du sorcier à la cicatrice. « Non ! » Si !!! Sauf qu’elle est blonde et beaucoup plus sexy, ce petit air fatigué lui va très bien, puis c’est attendrissant de la voir sous un autre jour, plus elle, d’une certaine manière, avec ses fragilités. « Fais attention ! » Il râle en le voyant passer à deux doigts de se casser la figure sur le parquet, il l’aurait sûrement rattrapé, parce qu’il faut dire qu’il a tendance à être un peu très protecteur avec elle. Il n’a pas envie qu’elle se pète une jambe en se prenant un pied dans sa couette. Le pire c’est qu’elle en est bien capable. « Mais c’est une catastrophe ... » Noah se lève à son tour et se met derrière la brune. Amusé il s’amuse à toucher ses cheveux du bout de l’index. « Si, si, on dirait bien !!! »  Il ne faut pas beaucoup pour que la blonde décide de mettre fin à tout ça en se faisant une queue de cheval. « On aurait pu aller fêter Halloween , t’aurais pas dû y toucher ! » Ouais c’était dommage. « Toi en bellatrix, moi en nounours, je suis sûr qu’on aurait pu ramener un paquet de bonbons. » Et Noah, il adore les bonbons ! Surtout les guimauves. « J’ai dit des conneries, c’est ça ? » Noah rit, il peut pas faire autrement, il hausse les épaules. « Ah part que tu me vouais un amour sans borne ? » Mouwaha, qu’il adore ce moment, rien que voir le regard paniqué de la blonde lui donne envie d’éclater de rire dans la seconde. « Je blague. » Il précise quand même, histoire qu’elle évite de lui faire une crise cardiaque. « Dis moi que tes parents m’ont pas vu. » Il hausse les épaules. « Je peux pas dire ça, parce que sinon je te mentirais ! » Ouais et c’est beau de mentir, même quand on s’appelle Noah et qu’on a trente piges. « T’inquiète, ils ont vu pire. » Après tout, les cuites dans la famille ça arrive assez souvent... D’ailleurs pour les repas de famille des Legrand, le plus souvent tout le monde finissait par dormir sur place, histoire que la famille reste au complet encore quelques années de plus.  « Je suis désolée. Je voulais pas finir dans cet état. Mais ... Les vins de ton papa sont quand même super bon. Je pouvais pas lui dire d’arrêter. Ça lui faisait tellement plaisir. » « C’est pas grave, faut que tu apprennes à lui dire non, pis ce sont des vins d’âge, ils sont forts. » Oui, ils envoyaient et ce n’était pas étonnant que Mia est fini par leur succomber. « Il est quelle heure ? » Il regarde rapidement sa montre. « 17 heures passées… » Le temps passe vite, difficile de lutter contre lui.  « T’veux pas qu’on regarde un film ou qu’on commence l’article ? » Ah non, il veut pas travailler, pas aujourd’hui, c’est pas drôle, puis il est trop tard. Nan il préfère la première option : regarder un film, ça le tente beaucoup plus. « Un film ? » Oui, il fait même l’innocent, alors que l’idée d’être collée contre la blonde est loin de lui déplaire. Est-ce qu’il a un film d’horreur en stock au moins ? il réfléchit, mais rien ne lui vient en tête, la loose…  « J’apprécie beaucoup ce que tu as fait pour moi. C’est vraiment très gentil. » « Ouais… mais je pouvais pas te laisser comme ça, t’aurais pu tomber dans le puit et du coup… » Il laisse la phrase en suspens avant de la terminer. « Qui aurait payé mon salaire ! » Bha ouais ! Noah était un garçon très pragmatique. « Qui m’aurait amené mes cookies chocolat noix de pécan ? » Héhé y avait ça aussi. « Donc en pensant le pour et le contre, je me suis dit que c’était mieux si je te sauvais la vie. » Un sourire taquin se dessine sur ses lèvres tandis qu’il se laisse tomber sur lit avant de donner un petit coup de coude à la blonde. « Nan, sérieux, c’est normal, qu’est-ce que tu voulais que je fasse d’autre. Puis en plus maintenant je sais que je suis tout doux et c’est le plus beau compliment qu’on m’a jamais fait ! » Yeahh ! Il s’en souviendra de celui-là, c’est certain.

« Pourquoi tu as pas voulu faire viticulteur ? Ça se voit que tu aimes la nature, pourtant. » Tiens voilà une question sérieuse. Hmm, Noah réfléchit quelques instants, c’est vrai que la question s’est posée à lui. « Parce que je préfère écrire, j’utilise mon amour de la nature autrement. » Y avait de ça, mais y avait aussi une autre raison. « Mon frère a toujours voulu reprendre le domaine, lui c’était vraiment son truc, il avait rien d’autre, il vivait pour ça, mais j’ai eu la chance d’avoir l’écriture et de pouvoir faire un choix. » Comme ça au moins tout le monde était content, mais si la question était de savoir si Noah était nostalgique du vignoble français, la réponse était : Oui, totalement. Un jour ou l’autre de toute manière, il se voyait s’acheter une petite maison perdue près d’un lac ou un truc comme ça, avec une nature luxuriante ou il pourrait vivre paisiblement avec sa petite famille. Joli tableau, encore fallait-il qu’une certaine blonde, ici présente, décide d’abandonner ses talons aiguilles. Quoique avant d’en arriver là, fallait peut-être qu’il arrive à les séduire.

« Tu veux que j’aille te chercher un truc à manger ou tu préfères attendre le repas de ce soir ? »
Oui parce que s’il se souvient bien, avant qu’elle ne finisse légèrement alcoolisée à cause des vins de son père, elle était affamée. « En film j’ai pas trop truc à te proposer, je dois avoir la trilogie du seigneur des anneaux et ma mère doit avoir ses films romantique, genre coup de foudre à Notting hill. Elle est fan d’Hugh Grant » Et il n’avait compris pourquoi d’ailleurs.



© Pando

_________________
You can't blame gravity for falling in love.
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times. It settles for less than perfection and makes allowances for human weaknesses. .
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 28/02/2016
›› Commérages : 512
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Ashley Perfect Benson
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Joyce Hamilton (Selena Gomez), Ryan Oakley (Chris Wood), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: California never felt like home to me until I had you on the open road ✻ NIA ✻ ( Mer 16 Nov - 10:30 )



California never felt like home to me
until I had you on the open road
NIA is in da place

Mia se revoit encore enfiler les verres de vin dans la cave du père de Noah. Elle n’y allait pas de main morte. Un coup par-ci, un coup par-là. Il ne restait jamais une seule goutte. Pas étonnant, donc, qu’elle finisse à moitié dans les vapes et complètement hors de contrôles. Cette fois-ci, néanmoins, elle avait réussi à garder un semblant de raison. Même si ce qu’elle avait dit été désordonné et ne suivait aucun fil de discussion, la blonde avait dit ce qu’elle pensait à voix-haute sans vraiment réfléchir. Elle pensait certainement que tout ceci serait oublié, qu’elle l’oublierait elle-même comme les trois quarts du temps où elle finit avec bien trop d’alcool dans le sang. Puis, elle avait dormi pendant ... Un certain moment puisqu’elle se trouvait dans un lit douillé et chaud. Bon dieu, elle pourrait rester ici pendant encore de longues heures à ne rien faire que continuer de dormir. Mais elle n’oubliait pas pour autant que Noah était là et qu’il l’observait, mais qu’il se surnommait aussi « gros nounours ». Nope ... Elle avait pas dit ça ? D’accord, tout ce qu’elle avait fait depuis son dernier verre de vin était légèrement flouté, voir même complètement brumeux dans son esprit. Mais, jamais, ô grand jamais, elle ne l’aurait surnommé de la sorte. C’est pas du tout son style. Mais elle sait que si. « Héééé ! tu n’as pas le droit de retirer tes compliments. Y a une heure j’étais un nounours tout doux et voilà que t’as déjà oublié. » Elle ne les retire pas. Enfin pas complètement. Disons juste que Mia ne sait plus vraiment sur quelle pied danser. Elle est gênée mais aussi un poil honteuse par tout ceci. « Non. Non ... Mais c’est l’alcool qui m’a fait dire cela. » Il pouvait comprendre, non ? Ça devait lui arriver aussi, de temps en temps. Par contre, le coup du vers de terre, ça, c’était passé dans les filets de l’oublies. « Tu te n’en souviens pas ? T’étais super choquée pourtant, j’ai même cru que tu allais pleurer ! » Elle secoue la tête de droite à gauche. Ça ne lui dit trop rien, même vaguement. « Je pleure pour un rien. Tu le sais. » Et le vers de terre devait être dans un sale état pour qu’elle arrive au stade des larmes. Tout comme elle est dans un sale état actuellement. Comment ça, c’est cheveux ne sont plus ondulé et sans noeuds ? « Heu si je te jure !. » Non, non et non. Ça ne va pas. C’est absolument pas présentable ! « Fais attention ! » Mia grogne un peu. Elle fait attention, c’est juste que la couette est tombé amoureuse de son pied et qu’elle a eu du mal à se séparer. Elle a juste failli tomber mais dans le pire des cas, la chute n’aurait pas pu la blesser. C’est pas comme si le lit se trouvait à plusieurs mètres de hauteur. Et voilà la révélation ! La jeune femme est devant le miroir et observe la catastrophe capillaire qu’elle a obtenu en dormant. C’est impossible. « Si, si, on dirait bien !!! » Elle doit rêver ... « Y’a rien de drôle. C’est horrible ... » Elle ressemble à un porc-épic. « On aurait pu aller fêter Halloween , t’aurais pas dû y toucher ! » Oh ! Elle lui donne une petite tape sur sa main qui joue avec une des ses mèches. «J’aime pas Halloween. Ça fait peur. » Et Mia est une peureuse. « Toi en bellatrix, moi en nounours, je suis sûr qu’on aurait pu ramener un paquet de bonbons. » Meeh. « Mais c’est une méchante Bellatrix. Je l’aime pas ! » Ce qui voulait dire qu’elle ne disait pas non, pour autant, à une soirée avec Noah le jour d’Halloween. C’est juste que c’était pas son truc. Trêve de plaisanterie. Mia attache ses cheveux pour arrêter le massacre et se dirige à nouveau vers le lit. Qu’est-ce qu’elle avait d’autres comme conneries pendant sa « convalescence » ? « Ah part que tu me vouais un amour sans borne ? » QUOI ? Elle a pas dit ça ? Elle ne s’en souvient absolument pas. Ses yeux s’écarquillent légèrement, ses joues rosissent. Oh diantre ! Noah allait croire qu’elle était sous son charme Ce qui n’est pas faux. et qu’elle veut profiter de son corps. C’est pas faux non plus. « Je blague. » Elle a l’impression que ses poumons avaient cessé de respirer pendant quelque secondes. « C’est vrai ? » Elle se sent de suite mieux si c’était une blague. Mia n’est pas encore prête à passer de célibataire à en couple, même pour les beaux et incroyable yeux du brun. « Je peux pas dire ça, parce que sinon je te mentirais ! » Noooooon. C’est la fin de sa vie. « T’inquiète, ils ont vu pire. » Mais même. « La honte. » La blonde met ses deux mains sur ses joues. Elle a vraiment mal joué son arrivé. Ils peuvent pas faire un retour dans le temps ? « Ils doivent me prendre pour ... Une alcoolique. » Elle l’est, en plus. Mais elle déteste l’avouer. Puis, c’est pas que sa faute non plus si elle a bu autant. Le papa de Noah aurait pu y aller mollo avec les verres. « C’est pas grave, faut que tu apprennes à lui dire non, pis ce sont des vins d’âge, ils sont forts. » Jamais de la vie elle dira non au papa Legrand. « Tu sais très bien que je sais pas dire non. Je veux pas le décevoir. » Mais elle note dans un coin de sa tête que plus le vin est vieux, plus il va être fort et plus elle va être saoule. « C’est le mélange qui m’a fait perdre la tête. » Et c’est vrai. Entre le rouge, le blanc et autres vins, Mia, elle savait plus vraiment ce qu’elle avait goûté ou non. Enfin, peu importe. Le mal était passé, son mal de tête commençait peu à peu à diminuer. Merci Noah pour le cachet. Mais son ventre, lui, continuait de crier un peu famine. Il était quelle heure exactement ? « 17 heures passées… » Ses yeux deviennent deux petites billes. « Mais j’ai dormi pendant des heures ... » Elle n’allait plus savoir se rendormir cette nuit. Si. C’est une marmotte en vrai. Bon. Et bien vu l’heure, autant travailler ou regarder un film en attendant le dîner. « Un film ? » Oui. Un film. « Tu veux pas ? » Il peut très bien refuser, elle comprendrait. Apres tout, il a déjà fait beaucoup pour elle. « Ouais… mais je pouvais pas te laisser comme ça, t’aurais pu tomber dans le puit et du coup… » Le puit ? Quel puit ? Mia n’en a pas croisé un seul et pourtant, elle cherche dans sa mémoire. « Qui aurait payé mon salaire ! » Oh ! Le petit clown est de retour. Cette remarque la fait rire quelque peu. « C’est vrai qu’il te faut de l’argent pour nourrir cet estomac. » Et sans patronne, difficile d’avoir cet argent pour ce nourrir. « Qui m’aurait amené mes cookies chocolat noix de pékan ? » probablement une autre femme du Ravenheart qui est sous son charme. Mia n’a aucun doute là dessus. « Donc en pesant le pour et le contre, je me suis dit que c’était mieux si je te sauvais la vie. » Trop d’honneur. La blonde est touché. «Qui viendrait t’embêter dans ton bureau parce qu’elle n’arrive pas à travailler aussi ? » Et qu’elle a besoin de sentir une présence masculine rassurante à ses côtés. Mia aime de plus en plus passer du temps avec le français. Entre son accent qui la rend toute chose, les remarques adroites du jeune homme et leurs petits jeu fort bien sympathique, elle en serait presque sous le charme. « Nan, sérieux, c’est normal, qu’est-ce que tu voulais que je fasse d’autre. Puis en plus maintenant je sais que je suis tout doux et c’est le plus beau compliment qu’on m’ait jamais fait ! » Oh. Il n’avait pas le droit de remettre ça sur le tapis. La blonde rigole, prend un des coussins du lit et l’envoie valser dans sa chevelure parfaite. « C’est pas drôle. Je sais même pas pourquoi j’ai dit que tu étais doux. T’as même pas une peau de bébé ! » Alors peut-être que cEtait plus dans le sens attentionnée et tendre qu’il fallait le prendre. En tout cas, si c’est ça, alors elle a bien fait de le dire car c’est la vérité.

La blonde s’installe confortablement dans le lit. Il allait être compliqué pour elle de sortir. Elle a élu domicile et serait capable de devenir une sang-sue pour ne plus devoir bouger. « Parce que je préfère écrire, j’utilise mon amour de la nature autrement. » Heu ... « En détruisant les arbres ? » Elle est blonde, faut pas la taper. « Mon frère a toujours voulu reprendre le domaine, lui c’était vraiment son truc, il avait rien d’autre, il vivait pour ça, mais j’ai eu la chance d’avoir l’écriture et de pouvoir faire un choix. » C’est mignon, et gentil et ça correspond parfaitement au style du brun. « Ton frère doit être fière de toi. » vraiment. Il a choisi de laisser la passion de ce dernier et de choisir la deuxième qu’il avait. Elle trouve ça vachement poétique. « Tu veux que j’aille te chercher un truc à manger ou tu préfères attendre le repas de ce soir ? » Oulah. Choix difficile. Il lui faut un peu de temps pour réfléchir. « Si je mange maintenant, je mangerais plus ce soir. Et je voudrais pas que ta maman pense que je n’aime pas ce qu’elle fait. » Déjà car elle se trouverait malpolie, puis ensuite Parce qu’elle peut très bien attendre encore un peu avant de manger. Elle n’allait pas mourir d’ici là. « En film j’ai pas trop de truc à te proposer, je dois avoir la trilogie du seigneur des anneaux et ma mère doit avoir ses films romantique, genre coup de foudre à Notting hill. Elle est fan d’Hugh Grant » Tout sourire, elle réponds fièrement : « Seigneur des anneaux ! » C’est pas le film qu’elle préfère, mais elle ne veut pas non plus obliger Noah a regarder un film à l’eau de rose qu’il n’apprécierait peut-être.

La blonde le laisse partir et elle se lève du lit, cherche quelque vêtements propre dans sa valise et court dans la salle de bain se changer rapidement. Un petit jean et un haut simple. C’est toujours mieux que les habits de fermière qu’elle portait sur le dos. Puis, elle profite aussi de ce moment pour se brosser les cheveux et se faire un petit chignon un peu décoiffé. Voila ! Elle se sent bien mieux ainsi. Elle range les vêtements de fermière dans un petit placard et ouvre la porte. Elle ne s’attendait pas à ce que Noah soit déjà revenu et elle sursaute en le voyant dans la chambre. « Faut vraiment que tu arrêtes de me faire peurs de la sorte. » Le pauvre, il avait rien fait d’extraordinaire, c’est juste elle qui flippé pour un rien. « Allez ! Lance le film. » Mia prend un peu d’élan et saute dans le lit. Ce dernier l'a fait rebondir et elle atterrit sur Noah. Au lieu d’être gênée comme pas deux, elle semer à rire comme jamais et sa tête vient se poser dans le cou du jeune homme. « Pardon. Je t’ai pas fait mal au moins ? » Se serait bien sa veine, tiens ! « Faudra trop que tu me passes ton parfum, je suis amoureuse ! » Qu’elle finit par dire en se laissant tomber sur le côté, le corps toujours collé à celui du brun néanmoins. Et ouais, sincèrement, elle serait capable d’acheter le parfum de Noah et d’en mettre sur ses oreillers ... #LesPremiersSentimentsSontLà « J’te préviens. J’ai peur des méchants dans ce film. » Autrement dit, Noah doit se préparer à une Mia sauvage qui cacherait sa tête quelque part. Le film débute et Mia est pas dedans, complètement. Enfaite, elle passe plus de temps à observer Noah qu’autre chose. C’est rigolo comment sa bouche forme parfois un mini-sourire, mini-rictus suivant les actions qu’il se passe. Si bien que quand le générique de fin de fair attendre, la blonde n’a vu, ni le temps passé, ni l’intégralité du film. Well done Mia. « Ah, attends. » Une mèche de ses cheveux vient de faire sa rebelle et se pose sur le visage du brun. Délicatement, elle la replace et ne résiste pas au fait de lui faire un baiser sur la joue. Voila. C’est bien mieux. Puis, tant qu’on y est, autant le chatouiller. « A l’attaque ! » Elle va mourir si Noah arrive à reprendre l’avantage.

_________________
Come to me, Ravenheart
Messenger of evil, what's the news ? ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. The ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/06/2016
›› Commérages : 59
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : ian somerhalder
›› Schizophrénie : Charlie la petite blonde énergique et Ava l'irlandaise qui adore les leprechauns
›› more about me

Re: California never felt like home to me until I had you on the open road ✻ NIA ✻ ( Jeu 24 Nov - 19:15 )



❝ california never felt like home to me until i had you on the open road❞
Nia

« Non. Non ... Mais c’est l’alcool qui m’a fait dire cela. » Noah soupire, il n'est pas du tout d’accord avec ça « Non l’alcool t’a juste permis de dire ce que tu refusais de me dire quand t’es sobre ! » La différence était de taille. Bien sûr qu’il était un gentil nounours tout doux, depuis le temps qu’il attendait qu’elle lui fasse un compliment du genre. Bon, il aurait pu rêver mieux, mais il allait se contenter de ça. Parce que d’une certaine façon, c’était quand même la preuve qu’elle se sentait en sécurité avec lui et ça c’était quand même une jolie évolution. Si elle lui faisait confiance et si elle se sentait en sécurité avec lui, cela signifiait qu’il ne faisait pas totalement fausse route. Il espérait juste qu’elle ne le voit pas comme un grand frère protecteur, ce n'était pas trop ce qu’il souhaitait, même s’il ressentait le besoin, presque vital, de la protéger. Il a toujours l’impression qu’elle est fragile et qu’elle a besoin de lui. Pourtant, il le sait, la demoiselle a du caractère et malgré ses fragilités, elle n’a sûrement pas besoin de lui. Peut-être que c’est finalement plus lui qui a besoin d’elle. « Je pleure pour un rien. Tu le sais. » Il acquiesce, parce que oui il la connaît et que c’est vrai. « Juste un peu. » Qu’il dit avec un léger sourire amusé en sachant parfaitement que de toutes ses connaissances, Mia est sûrement celle qui est la plus apte à pleurer quand elle remarque quelque chose de tristesse, comme un chien abandonné, un enfant qui pleure ou un vers de terre perdu dans une nature hostile et sauvage.

« Y’a rien de drôle. C’est horrible ... » Bha si, lui, il trouve ! Elle a une tête assez exceptionnelle faut bien le dire. « Je pense pas que j’aurais la chance de te revoir comme ça, alors j’apprécie ! » Héhé qu’est-ce qu’il aime la titiller, elle plonge toujours tête baissée dans ses petites blagounettes et il adore ça. Puis Mia, il la voit toujours tirée à 4 épingles, comme ça, avec son maquillage qui en a pris un coup, ses cheveux qui se sont dressés sur sa tête, d’une certaine manière, il a l’impression d’être plus proche d’elle. «J’aime pas Halloween. Ça fait peur. » Non c’est pas vrai ? pas ça ? « Quoa ? » C’est un choc pour le grand brun. Parce que Halloween pour Noah ce n'est franchement pas le truc qui lui fait peur, nan c’est la journée où on peut manger des bonbons toute la journée, sans que l’on ne dise rien et qu’on les mange aussi devant les gosses impolis qui frappent à la porte. « On peut pas pas aimer Halloween, c’est super fun. Je suis un vampire hyper sexy en plus, tu manques vraiment quelques choses. » Pour essayer d’être dans le même thème que la blonde, il aurait pu se transformer en voldemort, mais il trouvait ça beaucoup moins sexy. « Mais c’est une méchante Bellatrix. Je l’aime pas ! » « Oué moi non plus, mais je t’aime toa alors c’est pas grave ! » Oups, peut-être qu’il aurait pas du dire je t’aime comme ça, mais il ne l’a pas dit comme une révélation, plus comme un moyen de lui dire que même en Bellatrix il continuerait à l’appréciait. « Dire qu’elle a tué Sirius ! » Il s’en était jamais remis ! Même s’il préférait le seigneur des anneaux, il aimait aussi beaucoup Harry Potter, mais les livres, parce qu’il était franchement allergique à l’acteur qui jouait Harry.

Noah aime jouer avec la blonde et son petit manque de confiance en elle qui la rend finalement si attachante. « C’est vrai ? » Qu’elle lui demande après qu’il ait légèrement déformé la réalité à son avantage. « Pourquoi tu aimerais que ça le soit ? » Lui il aimerait bien à vrai dire, il attend ça depuis quelques désormais, mais il ne peut pas le faire à sa place et il a vite compris qu’avec la jolie blonde, il faut savoir se montrer patient et la laisser venir, même si ce n’est pas facile pour lui. Heureusement Noah sait se montrer patient, heureusement, puis faut dire qu’il semble près à l’attendre très longtemps la belle blonde, même s’il sait qu’il finira sûrement un jour par la confronter à ses sentiments, histoire d’éviter d’avoir un dentier quand Mia comprendra ce qu’il ressent pour elle. « Mais non c’est pas vrai, ne t'inquiète pas. » Il sourit, rit même, pour détendre l’atmosphère avant de s’asseoir à ses côtés. « Ils doivent me prendre pour ... Une alcoolique. » Peut-être parce qu’elle a un gros problème avec l’alcool, mais ça elle ne sait pas qu’il est au courant. Elle n’a encore pas compris que son bon samaritain qui la ramène chez lui en toute sécurité se trouve juste à côté d’elle. « S'ils prenaient pour des alcooliques tous ceux qui ont pris des cuites à la maison, ils en connaîtraient beaucoup ! » Oui parce qu’entre son frère, ses amis, la famille, les cuites s’étaient une chose assez courante chez la famille Legrand. « Je te jure Mia, ce n’est pas grave du tout, ils ont aucune raison de t’en tenir rigueur » et ils le ne feront pas. « Tu sais très bien que je sais pas dire non. Je ne veux pas le décevoir. » Ah Mia, toujours incapable de dire non, ce que Noah a toujours du mal à comprendre d’ailleurs. « C’est pas parce que tu dis non aux gens que tu les déçois Mia. Tu as le droit de le faire et heureusement d’ailleurs ! » Oui parce qu’on sait jamais, si un mec veut coucher avec elle et qu’elle ose pas lui dire non ! Rha, il préfère même pas penser à l’idée, mais sur ce coup, il se fait peut-être des films. « Je suis pas sûre que le mélange soit vraiment en cause, j’ai jamais vu quelqu’un boire des verres de vin comme ça, t’es incroyable ! » Elle avait une descente d’enfer la belle blonde, de quoi surprendre même le père de Noah. Bon par contre le résultat était sûrement pas celui escompté.

« Mais j’ai dormi pendant des heures ... » En effet, mais elle devait sûrement en avoir besoin, puis c’est peut-être mieux qu’elle n’est fait que dormir finalement, c’était mieux que de voir Mia squatter les toilettes pour vomir son trop-plein d’alcool. Heureusement, elle n’était pas arrivée à ce point-là. A part un gros mal de tête, elle allait rapidement pouvoir prendre ses marques chez les Legrand. Faut bien avouer que Noah n’a pour le moment aucune envie de bosser, il préfère regarder un film, faut juste qu’il se décide sur le film en question. D’ailleurs en parlant boulot, il ne met pas trouver un autre moyen pour titiller la jolie blondinette, disons que d’une certaine manière, il teste un petit peu son attachement. «Qui viendrait t’embêter dans ton bureau parce qu’elle n’arrive pas à travailler aussi ? » C’est vrai qu’elle passe très régulièrement dans celui-ci. À tel point que Noah se demande pourquoi elle ne casse pas cette foutue cloison qui les sépare. En temps normal, il apprécie son intimité, surtout pour écrire, mais la présence de Mia ne l’a jamais dérangé, c’est même le contraire. Bien qu’il doive avouer qu’en sa présence, il est moins concentré, ayant un peu trop tendance à l’observer qu’à répondre à tout son courrier ou à bosser sur un article. « C’est pas drôle. Je sais même pas pourquoi j’ai dit que tu étais doux. T’as même pas une peau de bébé ! » Noah il le sait, c’est pourtant clair comme de l’eau de roche. « Bha parce que c’est la verité. » Et pour qu’elle en soit sûre, il approche même sa tignasse de la brune. « Vas-y, teste, tu vas voir, aussi soyeux et doux qu’un chat angora ! » Le brun se marre avant de reprendre son sérieux, ou du moins d’essayer, parce que Noah se montre bien plus souvent enfantin que vraiment adulte, mais il sait l’être, quand la situation l’exige.

En compagnie de Mia, Noah trouve toujours des sujets de conversation, ou peut-être que c’est elle ou les deux. Disons que d’une certaine manière, ils ne s’ennuient pas quand ils sont ensembles, ce qui manquait grandement à ses autres relations où le brun finissait rongé par l’ennui. Avec la blondinette, il avait l’impression qu’ils avaient toujours quelques choses à dire et le silence s’installait, la présence de l’autre suffisait à les satisfaire. Une raison qui poussait sûrement encore un peu plus le brun à s’attacher à elle. « En détruisant les arbres ? » Il se marre, il n’a jamais pensé en fait. Il pourrait se contenter d’écrire sur l’ordinateur comme la plupart des personnes qui sont auteures désormais, mais il aime le support papier. « Va falloir que je trouve du papier qui protège les arbres. » Par contre, il était pas sûr que cela existe, mais il pouvait toujours chercher. En tout cas, il n’avait pas du tout l’impression d’avoir fait quelque chose d’extraordinaire vis-à-vis de son frère. Disons que tout, c’était fait naturellement, chacun avait trouvé sa place et tout avait finalement coulé de source. « Ton frère doit être fière de toi. » Hmm il hausse les épaules. « Je suis pas vraiment certain de ça, peut-être que si je sors un livre, il le sera, mais on sait toujours bien entendu par contre, on a toujours été très lié. » Ce qui rendait finalement l’éloignement pas hyper facile pour les deux frères, mais ils communiquaient régulièrement et ils y étaient fait, ce n’était pas comme s’ils avaient le choix de toute façon.

« Si je mange maintenant, je mangerais plus ce soir. Et je ne voudrais pas que ta maman pense que je n’aime pas ce qu’elle fait. » Okay c’est noté, ils allaient attendre l’heure du repas alors, histoire que Mia puisse manger avec tout le monde, que sa mère la cuisine et que Noah ait envie de disparaitre très loin. « Ok ma mère sera contente comme ça, va encore pouvoir te poser pleins de questions. » et la connaissant, ça allait encore être des questions dérangeantes, mais bon, il ne pouvait pas la changer. Le point positif, c’est qu’elle allait s’occuper de Mia comme de sa propre fille, c’était mieux que de la laisser à l’écart, même s’il avait sûrement préféré éviter que sa mère ne soit pas trop intrusive. « On a qu’à regarder le film pour patienter. » Autant dire que quand elle dit le seigneur des anneaux, le brun ne met pas longtemps à lancer le film, parce qu’il l’adore. « Je t’ai déjà dit que c’est ma trilogie préféré, en particulier les deux tours, les livres de Tolkien, c’est ce qui m’a poussé à écrire . » Gosse, il avait dévoré la plupart de ses livres et il avait voulu faire pareil, s’il en était là aujourd’hui et si Mia pouvait le compter parmi ses employés et bien c’était parce qu’il avait lu le seigneur des anneaux, tout simplement.

Noah laisse la blonde se blottir contre lui, son petit changement de tenue n’est pas passé inaperçu et il trouve l’attention sympathique. Quoiqu’elle n’a peut-être pas fait ça pour lui, mais plus pour elle, pour changer de sa tenue précédente qui n'était pas si séduisante que ça, bien que cela n’ait pas du tout déranger l’auteur. « Me faire mal ? Nope ! » Il la regarde d’un air amusé, comme si elle pouvait lui faire mal, elle aussi légère qu’une plume et faut bien avouer qu’il adore quand elle se colle contre lui. En fait , elle ne lui fait pas mal, elle lui fait du bien et il n’a aucune envie qu’elle se décolle de lui. D’ailleurs, histoire qu’elle soit bien, il décale son bras pour ne pas lui faire mal, le posant délicatement dans son dos. Autant profiter de la situation c’est pas si souvent que ça arrive. Quoique ça semble devenir de plus en plus régulier. « Faudra trop que tu me passes ton parfum, je suis amoureuse ! » Il hausse un sourcil , tourne sa tête vers Mia tandis qu’un sourire charmeur se dessine sur son visage. « Ah mais c’est pas possible, parce que mon parfum se mèle à mon odeur corporel, du coup pour avoir la même faut m’adopter ! » Et il sourit de toutes ses dents avant de reporter son regard sur l’écran. « J’te préviens. J’ai peur des méchants dans ce film. » Qu’il en soit ainsi, il la sert un peu plus contre lui –juste histoire de la protéger- . « Tu peux toujours me sauter dessus en cas de grande grande peur ! » Même si elle n’a pas peur d’ailleurs, elle peut lui sauter dessus quand elle veut en fait.

Le film commence et Noah plonge tout de suite dedans. Faut dire que c’est un fan, un vrai, il connait toutes les répliques, tous les détails et à chaque fois, il cherche à trouver ce qui a bien pu lui échapper, mais faut bien avouer qu’il a tellement regardé ce film que plus rien ne le surprend, mais il a toujours le poil qui se hérisse, ce qui veut sûrement dire qu’il est toujours aussi sensible à la communauté de l’anneau. Le générique retentit plus de deux heures plus tard et Noah ressent une pointe de déception, rapidement balayée par la présence de la jolie blonde. « Ah, attends. » Parfois il se demande si elle a la notion de l’effet qu’elle peut lui faire, sûrement pas, parce qu’elle ne se comporterait surement pas comme ça si elle le savait. Un jour, il va finir par l’embrasser sans réussir à se contrôler, elle ne lui facilite pas la tache. Il la regarde remettre la mèche en place, maudissant celles qui n’ont pas bougé, parce que ce petit moment ne dure pas assez longtemps pour lui. Il tressaillit au simple contact de ses lèvres sur sa joue. Un jour ou l’autre, il va devoir se décider à lui dire ce qu’il ressent, il ne peut pas continuer comme ça encore longtemps, mais Noah a peur de la perdre. Il sait à quel point l’amour est un sujet assez épineux pour la blonde, il n’a pas envie qu’elle se sente trahie, qu’elle pense que sa proximité ne soit dû qu’à son attirance pour elle, il a y toujours eu plus que ça. Alors il hésite et finalement, il ne bouge pas. Il est plongé dans ses pensées quand elle se rue sur lui. C’est bon elle veut anéantir toute sa volonté en fait.

« A l’attaque ! » Quooa ??? Voilà qu’elle profite de sa faiblesse, mais ce n'est pas juste. Noah jure, il a une grande faiblesse, les chatouilles. Pendant quelques longues secondes de torture, la demoiselle a l’avantage, le brun se tord comme un asticot, incapable de se retenir pour ne pas rire. Heureusement, il finit par retourner la situation à son avantage et se retrouve bien rapidement. La jeune femme se retrouve donc rapidement étalée sur lit sous les assauts chatouilleux d’un Noah des plus amusé. « Tu vas voir ! » On ne se n’attaque pas à Noah Legrand comme ça. Allez savoir pourquoi, mais sûrement parce la blonde réussit à se décaler. Il s’écroule sur elle, retenant son visage juste à quelques millimètres de celui de la blonde. La seule chose qu’il voit ce sont ses lèvres et il sent toute sa volonté disparaitre. Heureusement pour lui, ou malheureusement, tout dépend de là où on se place. La mère de Noah ouvre la porte pile à ce moment et autant dire que de son point de vue la scène n’est peut-être pas aussi enfantine qu’elle était censée l’être. « Oh mon dieu » Noah se redresse avant de tourner la tête vers sa mère, elle aura pas pu frapper bordel. « Faite comme si je n'étais pas là ! Je suis jamais venue ! » Et elle referme la porte derrière eux, avant de rajouter. « On mange, mais finissez ce que vous avez commencé ! » Oh Gosh ; le brun sait même plus ou se mettre, il se contente de se laisser tomber sur le lit, légèrement désespéré. « Un jour, je te le dis, elle aura ma peau !! » Mouais, ce qui est certain c’est qu’elle doit être aux anges. Y a même de fortes chances pour qu’elle soit déjà en train de penser à la manière de ré décorer la maison pour accueillir ses futurs petits enfants

© Pando

_________________
You can't blame gravity for falling in love.
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times. It settles for less than perfection and makes allowances for human weaknesses. .
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 28/02/2016
›› Commérages : 512
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Ashley Perfect Benson
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Joyce Hamilton (Selena Gomez), Ryan Oakley (Chris Wood), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: California never felt like home to me until I had you on the open road ✻ NIA ✻ ( Dim 11 Déc - 16:02 )



California never felt like home to me
until I had you on the open road
NIA is in da place

Mia avait combien de chance pour finir bourrée chez les Legrand ? Très peu. Beaucoup. Elle en a pleinement conscience et c'est pour cela qu'elle ne l'assume absolument pas. La blonde était persuadé qu'elle pourrait tenir quelque jours sans vraiment boire. Ah ! La blague. Il aura suffit que le père de famille sorte la première bouteille de vin pour qu'elle soit presque incapable de dire non à la suite. Une bouteille, une seconde, une troisième ... Elles n'ont pas arrêtés jusqu'à ce que ce cher Noah finisse par mettre un terme. Là voilà désormais dans un lit heureusement, pas toute nue à faire du mieux qu'elle peut pour se tenir droite et avoir fière allure. Non, elle n'a pas raconté de grosse bêtise alors qu'elle était saoule. Non, elle n'a pas dit tout cela sans réfléchir. « Non l’alcool t’a juste permis de dire ce que tu refusais de me dire quand t’es sobre ! » Comment que c'est trop pas vrai ! Mia ouvre la bouche en grand et pointe un doigt vers lui. « Non ! » Le son sort enfin de sa bouche après quelque secondes de choc. « Je peux dire tout ce que je veux quand je suis sobre. » C'est vraiment n'importe quoi de dire le contraire. Elle n'a pas de gêne. Ou alors, très peu. Le brun peut sortir souvent de grosse bêtises tout de même  C'est même pas croyable. A part quand il lui fait une réflexion sur ses cheveux. Outch. Elle avait pas prévu d'avoir cette coiffure aujourd'hui. « Je pense pas que j’aurais la chance de te revoir comme ça, alors j’apprécie ! » Mais il n'y a, justement, rien à apprécier. « Ferme les yeux ! » Mia n'a jamais été aussi déroutée par son image que celle actuelle. Jamais de la vie elle pourrait se promener avec pleins de nœuds dans ses épis d'or. Et malgré la petite blague sur Halloween, ça ne passe pas vraiment. Elle aime pas ça. « Quoa ? »  « J'ai dit que j'aimais pas Halloween. » Pour une seule et bonne raison : la peur. « On peut pas pas aimer Halloween, c’est super fun. Je suis un vampire hyper sexy en plus, tu manques vraiment quelques choses. » Un vampire ultra sexy ? Mia pouffe de rire avant de se retourner. Comment a-t'il eu cette idée ? « Tu attends donc le moment parfait pour me mordre ? » Elle le taquine, bien-sûr. « J'ai eu de la chance hier soir, donc. » Il aurait pu la croquer durant son sommeil. « J'aime juste pas les films d'horreurs et certains déguisements sont tellement réels qu'ils me font peur. » Genre, la femme enceinte qui se colle des bras et pieds de poupées sur le ventre, avec du faux-sang ... Brr. Rien que d'y penser, elle a la chair de poule. Elle aime pas non plus Bellatrix. « Oué moi non plus, mais je t’aime toa alors c’est pas grave ! » Oh. « C'est gentil ça. Moi aussi je t'aime bien. » Et la blonde lui offre son plus beau sourire. « Dire qu’elle a tué Sirius ! » Oh Diantre. Le pire jour de sa vie. « J'en ai pleuré pendant au moins une semaine ... » Voir même peut-être deux, vu l'émotive qu'elle est.

Quelle idée de parler amour. C'est LE sujet que la demoiselle a du mal à assumer. Elle adore ça, pourtant. Voir des films à l'eau de rose la fait toujours chavirer et elle se dit que la prochaine histoire qui devra se faire à la télévision : se sera celle inspirée de sa vie. Hors. C'est jamais le cas et elle attends encore et toujours le grand amour. Peut-être qu'elle en est en partie responsable. C'est fort possible même. Mais ce n'est pas sa faute si avec son expérience désastreuse, elle a peur. « Pourquoi tu aimerais que ça le soit ? » Et bien, en voilà une bonne question. « Je ne sais pas. » Elle finit par hausser les épaules. « J'ai pas réfléchi à ça. » Mais il est possible qu'elle est réfléchi à d'autre chose. avec Mia, tout est possible ! « Mais non c’est pas vrai, ne t'inquiète pas. » C'est tout de même rassurant dans ce cas. Et ça va de suite largement mieux. Enfin, jusqu'à ce qu'elle se souviennent qu'elle avait tout de même bu suffisamment pour ne pas marcher droit et avoir dit des choses insensées et, le pire : être probablement passé devant les parents de Noah. « S'ils prenaient pour des alcooliques tous ceux qui ont pris des cuites à la maison, ils en connaîtraient beaucoup ! » Meeeeeeeeeeeeeh ! « Oh. Je suis pas la seule ? » C'est de mieux en mieux. Est-ce que c'était de la sorte que le brun tenté d'amadouer les femmes avec qui il passait son temps parfois ? « Je te jure Mia, ce n’est pas grave du tout, ils ont aucune raison de t’en tenir rigueur » D'accord. D'accord ! Elle capitule. Un hochement de tête et un petit sourire et là voilà entrain d'expliquer le pourquoi du comment elle a réussi à finir saoule. « C’est pas parce que tu dis non aux gens que tu les déçois Mia. Tu as le droit de le faire et heureusement d’ailleurs ! » Aussi. Mais c'est juste que c'est pas dans sa nature. La jeune femme a rarement du dire "non" et elle a rarement entendu "non", aussi. « Tu seras mon coach des non dans ce cas ! » Parce qu'elle sait très bien qu'elle en est incapable. « Je suis pas sûre que le mélange soit vraiment en cause, j’ai jamais vu quelqu’un boire des verres de vin comme ça, t’es incroyable ! » Qu'il se moque ! Elle le verra bien une fois dans le même cas que lui. « T'es pas drôle ! » Mais ça la fait rire quand même et elle finit par lui faire un petit bisou sur la joue. Il en a de la chance ! « Vas-y, teste, tu vas voir, aussi soyeux et doux qu’un chat angora ! » Vraiment ? On verra ! Elle passe sa main dans la tignasse du brun et donne son verdict. « Pas mal, pas mal ! » Elle lui offre un sourire un brin taquin. « Les pointes méritent un petit soin. » Et Mia veut bien lui donner plein de conseils pour le coup.

« Va falloir que je trouve du papier qui protège les arbres. » Simple ! Très très simple même. « Faut prendre le recycler ! Ou celui qu'on prends au Ravenheart. L'argent qu'on donne en plus permet de replanter les arbres coupés ! » Alors certes, ce papier a tendance à avoir une certaine odeur, ou à coûter un poil plus cher. Mais ça en vaut la peine non ? « Je suis pas vraiment certain de ça, peut-être que si je sors un livre, il le sera, mais on sait toujours bien entendu par contre, on a toujours été très lié. » Il n'y a pas besoin de sortir quoi que se soit pour qu'une personne soit fière de l'autre. Aux yeux de Mia, tout le monde à de quoi être fière de l'autre, même pour quelque chose qu'on peut qualifier parfois de débile. « Moi j'en suis sur ! » Elle lui posera la question quand elle le verra. Si c'est le cas un jour d'ailleurs. Car si ce dernier est en France, Mia, elle, est aux USA ! Il va falloir bouger et pour le moment, elle est bien là ou elle est, au côté de Noah. « Ok ma mère sera contente comme ça, va encore pouvoir te poser pleins de questions. » Pas étonnant. Elle a déjà répondu à certaines, elle répondra aux prochaines. « C'est normal qu'elle veuille savoir qui je suis en même temps ! » Bien que certaines questions soient plus accès sur un futur avec Noah qu'autre chose. « Je t’ai déjà dit que c’est ma trilogie préféré, en particulier les deux tours, les livres de Tolkien, c’est ce qui m’a poussé à écrire. » Elle savait pour les livres préférés, mais pas pour ce qu'il l'a poussé à écrire. « Et bah ! » En voilà des choses impressionnantes. « Je me suis toujours imaginé que c'était Baudelaire ou Voltaire qui t'avait poussé à écrire ...  » Elle pose une main devant sa bouche pour éclater de rire. « Je m'attendais pas à ça, pardon. Je ne me moque absolument pas. » Promis. « C'est pour ça que ton histoire, hier, c'était un peu de la science fiction ? » Elle comprends mieux, maintenant. Même si elle a pas entendu la fin du récit.

« Me faire mal ? Nope ! » Sait-on jamais qu'elle est la tête lourde. Ou que Noah ne veuille pas qu'elle s'installe de la sorte ? « J'ai la tête dure, tu sais. C'est presque une boule de bowling. » Ou une boule remplis de bêtise aussi ... Ça passe. « Ah mais c’est pas possible, parce que mon parfum se mèle à mon odeur corporel, du coup pour avoir la même  faut m’adopter ! » Elle hausse un petit sourcil et fait une petite moue de tristesse. Snif. Elle rêvait déjà de ce parfum. « Pas grave ... » Elle trouverait la solution. « Je t'adopte dans ce cas. Tu seras mon coussin personnel. C'est la classe non ? » Et elle l’appellerait ... « Oh.Je te nommerais : Noanours, de ce fait ! » Une contraction entre le prénom et le surnom de quand elle était bourrée : nounours. « Tu peux toujours me sauter dessus en cas de grande grande peur ! » Heu .. ? « On va éviter que tu meurs étouffer ! » qu'elle réponds à moitié morte de rire.

Le film passe. Et si Mia pensait tomber de fatigue ou être absorbée par ce dernier, c'est plutôt Noah qui a eu droit à avoir le regard de la belle sur lui.  Maintenant, faut qu'ils bougent et qu'ils se réveillent un peu. Et pour cela, la blonde de vingt-trois ans n'a rien de mieux comme idée que de faire une bataille de chatouille ! Et elle compte avoir le dernier mot. « Tu vas voir ! » Hey ! On n'a pas le droit d'utiliser les faiblesses de l'autre à son avantage. Voilà qu'elle se retrouve emprisonnée sous Noah qui ne esse, à son tour, de la chatouiller. Elle allait se venger, il allait voir ça ! « Oh mon dieu » QUOI ? Mia arrête tout et plante son regard dans celui de Noah. Elle a fait quelque chose de mal, c'est ça ? « Faite comme si je n'étais pas là ! Je suis jamais venue ! » Oh ... La blonde réalise enfin pourquoi la mère de Noah réagit de la sorte : leur position. Le rouge lui monte au joue et elle tente de contrôler son rire du mieux qu'elle peut.  « On mange, mais finissez ce que vous avez commencé ! » Ça suffit pour que le brun se détache d'elle et qu'il s'assoit à ses côtés. « Un jour, je te le dis, elle aura ma peau !! » Un jour, mais pas aujourd'hui. « Elle a dit que j'avais le droit de finir e que j'avais commencé ... » C'est avec un air des plus innocents qu'elle lui jette un coussin en pleine poire et qu'elle court comme une fleur vers la porte d'entrée. « Madame Legrand, vous vous êtres trompé ! » Non, elle n'arrivera pas à l'appeler par son prénom. « Il ne se passait rien ... » qu'elle finit par dire quand elle arrive à son niveau.

Plusieurs jours après ...

La blonde n'aurait jamais cru autant apprécié la nature que depuis qu'elle avait débarqué dans ce lieu. Là voilà qu'elle marche avec des bottes couvertes de boue sans chercher à se plaindre. Elle a le sourire qui ne la quitte plus et elle écoute avec prudence et délicatesse tout ce qu'on lui dit. D'ailleurs, son article n'avait jamais été aussi facile à écrire. Elle avait trouvé toute l’inspiration qui lui manquait dans ce coin de tranquillité et elle s'était juré de remercier comme il se doit la famille Legrand : la père, la mère, le fils et les personnes qui l'avaient accueillie. « C'est grave si j'ai pas envie de repartir ? » qu'elle demande à Noah, alors qu'ils sont tous les deux dans la chambre. Les valises sont pratiquement prête. Ils leur restent très peu de temps avant de devoir reprendre la route et revenir à Cap Harbor. « Diis ... » Elle profite qu'ils ne soient qu'à deux pour faire cette petite demande. « Etant donné que Hope a décidé de partir faire le tour du monde et que je me retrouve toute seule à gérer le magazine. Est-ce que .. » Elle le fait ou elle le fait pas ? Elle a un poil peur de sa réaction. « Est-ce que tu voudrais pas reprendre ses parts et m'aider à le gérer ? » Elle se mordille la lèvre inférieure, le regard fixer sur ses pieds qui se balancent dans le vide. Elle y avait réfléchi depuis un moment à ça, même que sa sœur adoptive était favorable à tout ceci. Alors, voilà, elle venait tout juste de sauter le pas. « C'est mûrement réfléchi. Et si je te le propose à toi, c'est parce que j'ai confiance. Je sais que tu vas pas me lâcher. Puis t'es là depuis le début, t'as bien le droit d'avoir ton mot à dire et de prendre des décisions. » La blonde se lève, s'approche de Noah et le prends dans ses bras. « Puis j'ai pas envie que tu m'abandonnes après cette semaine qu'on a passé ensemble alors s'il-te-plait, dit oui. Je te promets que tu regretteras pas. »

_________________
Come to me, Ravenheart
Messenger of evil, what's the news ? ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. The ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/06/2016
›› Commérages : 59
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : ian somerhalder
›› Schizophrénie : Charlie la petite blonde énergique et Ava l'irlandaise qui adore les leprechauns
›› more about me

Re: California never felt like home to me until I had you on the open road ✻ NIA ✻ ( Jeu 15 Déc - 23:54 )



❝ california never felt like home to me until i had you on the open road❞
Nia
Rester sage ? Une possibilité ! Il y penserait le jour ou les poils arrêteraient de lui polluer le visage. Ce qui voulait dire pas avant un bon bout de temps. On avait beau lui répéter, surtout sa mère, qu'il était trop enfant pour un trentenaire, Noah n'arrivait pas à gagner en maturité. A vrai dire, peut-être ne le voulait-il tout simplement pas ? Depuis toujours, il avait cette tendance à trouver les adultes franchement ennuyant. Non il n'a pas le syndrome de Peter Pan, mais il possède l'imagination débordante d'un enfant, alors oui parfois le monde carré des adultes et sans magie à tendance à ne pas le passionner, ce qui ne veut pas dire qu'il n'arrive pas à trouver sa place. Disons juste qu'il ne peut tout simplement pas rentrer dans le moule et qu'il n'y arrivera sans doute jamais. Puis, il aimait la personne qu'il était, il n'avait pas envie de changer, surtout que cela semblait plaire à la blonde qui se trouvait avec lui à ce moment précis. Alors en y réfléchissant, autant ne rien changer et demeurait ce bon vieux Noah, amoureux fou de cookies.

Il beau dire que Mia parlait beaucoup, il n'était pas mal dans son genre, même si parfois il parlait beaucoup trop vite, sans vraiment penser à l'impact que pouvait avoir ses paroles. Le pire étant sans doute ses hallucinations pas du tout fine. Heureusement pour lui ou peut-être malheureusement, la blondinette tombait toujours dans le piège, mais ne comprenait décidément pas où il voulait en venir. Pourtant il tentait bien de lui tendre la perche, mais dès que ça devenait trop sérieux ou trop glissant pour elle, elle bottait en touche. Et autant dire pour ça elle méritait le ballon d'or. Noah a beau essayé de voir s'il est trop entreprenant avec la blonde, il n'en a pas vraiment l'impression et commence sérieusement à se demander ce qui cloche chez lui. Pourtant avec les autres filles, il a toujours réussi à obtenir ce qu'il voulait, mais avec Mia c'est une toute autre histoire et pour le coup il est franchement assez perdu. Parce qu'ils sont proche, assez proche et que garder ses distances commencent à devenir de plus en plus difficile pour lui. Il sait bien qu'un jour il devra lui dire avant que la situation soit intenable, mais il retarde l'échéance, songeant peut-être que cela finira par devenir plus facile. En tout cas, si Mia doute encore de ce qu'elle ressent pour Noah, il n'en est pas de même avec l'alcool qui semble être bien souvent son meilleur ami. Le brun n'a jamais abordé le sujet avec elle, parce qu'il n'a pas envie qu'elle sache qui la ramenait plus d'une fois. Pas parce qu'il craint qu'elle soit en colère, mais tout simplement parce qu'il a peur que cette aveu fasse qu'elle s'éloigne de lui par honte ou quelque chose du genre. Suffit de voir comment elle réagit en pensant à la réaction de ses parents pour comprendre qu'elle est franchement gênée vis à vis de ses problèmes de boissons. Il aimerait lui dire qu'il est là pour elle et qu'elle ferait mieux de passer chez lui quand ça ne va pas, mais ça non plus, il ne peut pas lui dire sans se vendre. La situation est loin de lui plaire, pas vraiment parce qu'elle est alcoolique, car c'est le terme, mais plus parce qu'il a peur qu'il lui arrive quelque chose. Qu'elle tombe sur un malade, qu'elle ait un accident de voiture. Les possibilités étaient multiples et cela était loin de rassurer Noah. Mia elle avait ce petit défaut de toujours vouloir faire plaisir aux gens sans réussir à leur dire non, c'était tout à son honneur, mais il craignait que cela ne finisse par lui retomber dessus, qu'elle en souffre plus qu'elle n'en récolte du bonheur. Parfois, il faut savoir se protéger des autres. « Tu seras mon coach des non dans ce cas ! » Un sourire amusé se dessine sur les lèvres du français. « Je vais avoir du boulot. » Oui parce que depuis qui la connaît, il l'a rarement vu dire non même à ses employés. Autant donc dire que le brun n'est pas prêt de réussir, mais le jeu en vaut la chandelle et Noah n'est pas du genre qui abandonne facilement. « Je suis sûre que tu peux y arriver, ce soir, tu dis à mon père que tu veux pas de vin. » Et pour faciliter la chose, il allait interdire à son père d'en mettre sur la table, comme ça au moins, il prenait aucun risque et Mia non plus !

Il ne sait même plus comment ils vont pour arriver à parler écologie, hmmm sûrement à cause de la tonne de feuille que Noah gaspille pour écrire car Monsieur déteste le faire sur un ordinateur. Qu'est-ce que vous voulez c'est pas de faute s'il aime former les lettres avec un crayon. « Faut prendre le recycler ! Ou celui qu'on prends au Ravenheart. L'argent qu'on donne en plus permet de replanter les arbres coupés ! » Il allait y penser, parce qu'il aimait la nature, la forêt et donc les arbres et qu'il se refusait d'être responsable de la disparition de la forêt amazonienne. « J'ai plus qu'à piquer les feuilles du journal alors ! » Elle pouvait pas lui dire non, surtout pas quand il affichait un tel sourire au bord de ses lèvres.

Nope, lui ne trouve pas ça super normal que sa mère pose toutes ses questions à Mia. Elle aurait pu le faire sans souci, si elle n'en posait pas des très personnelles. Parce qu'elle était du genre à creuser le plus loin possible et si Mia ne lui disait pas ouvertement que ses questions la dérangeait, il la connaissait assez bien pour savoir qu'elle continuerait jusqu'à ce qu'elle est obtenue toutes ses réponses. « C'est normal qu'elle veuille savoir qui je suis en même temps ! » « ça serait le cas si je devais t'épouser, mais je crois que c'est pas d'actualité. » Bien qu'il s'agisse d'une éventualité qui lui plaisait, même si pour le moment se marier ne faisait franchement pas partie de ses envies, il aimait bien sa vie actuelle. Le mariage, c'était bien, mais pas tout de suite, fallait déjà qu'il trouve une femme qui lui donnait envie de se marier, peut-être même qu'elle se trouvait à côté de lui, mais le moment leur relation n'était pas assez avancée pour qu'il y songe. Faudrait déjà qu'elle commence.

« Je me suis toujours imaginé que c'était Baudelaire ou Voltaire qui t'avait poussé à écrire ...  » Quoa ? Il la regarde d'un air effaré. Comment elle avait pu croire ça ? Parce qu'il était français. Ok, il avait lu Baudelaire, Voltaire même Rousseau, mais sa préférence était toujours aller à Chateaubriand. Mais ça avait toujours été plus pour se cultiver que par réel plaisir. Non les seuls livres qui le passionnaient se passaient dans des pays imaginaires ou la vie ne ressemble pas à celle que l'on connaît. « Je m'attendais pas à ça, pardon. Je ne me moque absolument pas. » Il est obligé de la croire ? Il penche la tête, avant qu'une moue vexée se dessine sur ses lèvres. Quoi ? C'était mal d'être fan de fantastique ! C'était mieux que les romains à l'eau de rose ! « C'est pour ça que ton histoire, hier, c'était un peu de la science fiction ? » Pis c'était pas du tout de la science fiction. Calme, il doit rester calme, mais il peut pas s'empêcher d'avoir cet air de gamin dégoutté. « Ouais, bha tu en sauras pas plus. » Oui, il était peut-être un peu vexé, mais faut bien que ça lui arrive parfois à ce grand garçon. « Pis c'est fantasty, c'est pas de la science fiction c'est pas pareil.  La science fiction exploite la science, comme retour vers le futur par exemple ou je sais pas …. Comme 1984 d'Orwell » Un livre super d'ailleurs en pensant. « Le fantasy y a pas vraiment ce côté réel, c'est un monde inventé, magique, c'est féerique, merveilleux, c'est assez différent en fait. » Elle avait intérêt à le retenir, il le dirait pas deux fois, il était assez attaché à cet univers, interdiction de mélanger. Comment ça il jouait sur les mots ? Fallait bien qu'il fasse le vieux pour certains trucs. « Fin bref, je vais pas t'ennuyer avec ça . » Oui parce que c'était sa passion, pas celle de la blonde et qu'après avoir pris sa petite cuite, elle n'avait sûrement pas envie qu'il lui fasse un cours de littérature. Autant regarder un film et donc profiter de la meilleure trilogie fantasy au monde : Le seigneur des anneaux.

Il est assez amusé de voir Mia se collait contre lui, faut dire que c'est loin de le gêner, elle peut même faire ça autant de fois qu'elle désire, cela ne le dérange pas le moins du monde. « J'ai la tête dure, tu sais. C'est presque une boule de bowling. » Par contre pour ça, il était au courant. « J'ai remarqué. T'es un peu butée. » Mais peut-être pas autant que lui qui pouvait peut-être parfois se montrer assez agaçant dans le style. « Mais j'aime bien ta tête » Et tout le reste aussi. « Je t'adopte dans ce cas. Tu seras mon coussin personnel. C'est la classe non ? » « Je sais pas... » Oui fallait qu'il réfléchisse à a question. « Je suis pas certain d'être fait pour être un coussin.. » Même s'il se savait parfaitement douillé, elle pourrait pas en trouver un meilleur, ça c'était certain par contre. « Oh.Je te nommerais : Noanours, de ce fait ! » Sur le coup, il peut pas s'empêcher de se marrer. « Bon ok ça marche, j'ai toujours rêvé d'être un Noanours ! ».

Par contre il n'avait jamais rêvé que sa mère tombe sur la scène qui était en train de se dérouler. Non pas qu'ils étaient en train de faire quelque chose de mal. Non parce que si ça avait été le cas, Noah aurait bien pris soin de fermer la porte à clé, histoire de pouvoir profiter de la blonde sans être déranger par une maman légèrement intrusive. Il la connaît et sait pertinemment qu'elle doit déjà être en train de songer à ses petits enfants. Sauf que non, c'est juste hors de questions, faut vraiment qu’elle arrête de se faire des films. Puis c'est pas de la faute de Noah si c'est marqué en gros sur son visage qu'il est dingue de la blonde. Ça veut pas non plus dire qu'ils vont s'envoyer en l'air dans toute la maison, bien que l'idée en elle même soit franchement pas déplaisante. « Laisse tomber c'est pas la peine. » Oui, Mia est juste en train de brasser du vent, parce que madame Legrand quand elle a une idée en tête, elle ne l'a pas à la cheville. « ça finira par lui passer. » Enfin, il l'espère, parce qu'il n'a pas envie qu'elle vienne fouiner encore plus dans sa vie, surtout que la connaissant elle en serait franchement bien capable.

xxxx

Le brun savait apprécier ses petites vacances, encore plus en compagnie d'une jolie blonde répondant au nom de Mia. Fallait dire que vivre ensemble 24h24 et bien ça les rapprochait finalement plus qu'il ne l'aurait pensé et ça c'était top. Au moins ça voulait dire qu'il existait une certaine compatibilité entre eux. Noah se plaisir sous la chaleur californienne, il avait rapidement retrouvé les gestes qui étaient les siens depuis l'enfance, quand il accompagnait son père dans les vignes, participer aux taches de l'exploitation l'apaiser. Il aimait se lever tôt le matin pour partir s'occuper des vignes. C'était de toute manière impossible de le faire l'après midi, la chaleur était trop accablante. Mia était par contre, beaucoup moins habitué que lui à se lever de bonne heure pour aller travailler à l'extérieur, raison pour laquelle il faisait souvent le choix de la laisser profiter d'un peu de repos. Elle était une acharnée du travail, finalement ici, elle décompressait et ça ne pouvait lui faire que du bien. Puis aujourd’hui c'était le jour de leur départ. D'ailleurs s'il ne voulait pas rater leur avion, il était grand temps qu'il file sous la douche et finisse -enfin- sa valise.

« C'est grave si j'ai pas envie de repartir ? » Il tourne la tête pour poser un regard franchement amusé sur la jolie blonde qui semble finalement assez déçue de quitter la campagne et la demeure des Legrands. « Je croyais que t'aimais pas trop la campagne ? » Oui il la taquine, comme toujours, il peut pas s'empêcher. « Peut-être que si tu es sage, je te ramènerais. » Uniquement si elle était gentille avec lui et qu'elle lui offrait une montagne de cookies noix de pécan ! « Diis ... » Il la regarde d'un air curieux avant de refermer sa valise. Voilà qui est fait, ça sent le départ. « Quoa ? » Tout un coup, elle semble sérieuse, ce qui suffit pour inquiéter Noah. Qu'est-ce qu'elle veut lui dire qui requiert cette gravité. « Étant donné que Hope a décidé de partir faire le tour du monde et que je me retrouve toute seule à gérer le magazine. Est-ce que .. » Heu... Elle voulait qu'il bosse plus ? Qu'il l'aide au magazine ? Le seul truc c'est qu'il comprenait pas pourquoi cela la stressait autant, il allait pas la manger quand même. « Est-ce que tu voudrais pas reprendre ses parts et m'aider à le gérer ? » Pour le coup c'était inattendu.. très inattendu... la mâchoire de Noah se décroche. « Heu... » Il sait franchement pas quoi dire. Il n'y a jamais pensé à vrai dire. « C'est mûrement réfléchi. Et si je te le propose à toi, c'est parce que j'ai confiance. Je sais que tu vas pas me lâcher. Puis t'es là depuis le début, t'as bien le droit d'avoir ton mot à dire et de prendre des décisions. » Heu... Oui... mais ça lui fait quand même bizarre et tout d'un coup ça sonne comme pas mal de responsabilités, sauf que Noah c'est pas vraiment son truc. Il se passe la main dans sa tignasse brune, franchement il sait pas trop quoi en penser. Encore fallait-il qu'il trouve le courage de résister à la jolie blonde qui s'avance vers lui, parce que pour le moment la seule chose qu'il arrive à se faire s'est la regarder se rapprocher. Elle le prend dans les bras et il ne peut pas s'empêcher de regarder pendant quelques secondes vers le ciel. Un jour, elle va vraiment le rendre dingue. « Puis j'ai pas envie que tu m'abandonnes après cette semaine qu'on a passé ensemble alors s'il-te-plait, dit oui. Je te promets que tu regretteras pas. » En fait, non c'est bon, il est dingue... L'abandonner ? Pourquoi il ferrait ? « Mia... » Il la pousse gentiment, juste assez pour pouvoir plonger son regard de la blonde et lui caressait la joue. « Je veux pas t'abandonner Mia et c'est vraiment pas du tout en rapport avec le magazine. » En fait à ce moment précis, il s'en fou un peu, beaucoup... « J'ai aucune raison de partir, parce que je veux être avec toi, ravenheart ou pas.. » Okay, il allait vraiment sur un chemin dangereux pour le coup. Il pouvait pas se la fermer une bonne fois pour tout, arrêter de dire des conneries ! Même si ça en était pas vu qu'il le pensait. Il savait qu'elle avait une peur panique de se retrouver seule, alors avec tendresse, il l'attrape dans ses bras et la serre contre lui, déposant sa tête dans le creux de son cou. « Je te promet de rester près de toi, tant que tu voudras bien de moa.. » Si c'est pas bien dit, encore fallait-il qu'elle veuille de lui et qu'elle prenne pas la poudre d’escampette. Il décale un peu sa tête pour coller son front pile contre celui de la blonde. « J'ai une folle envie de t'embrasser.... » Oui, c'était donc le moment précis pour que Mia le frappe ou le morde, enfin n'importe quoi pour qu'elle lui signale son désaccord, parce que sinon, il répondait franchement plus de rien.


© Pando

_________________
You can't blame gravity for falling in love.
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times. It settles for less than perfection and makes allowances for human weaknesses. .
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 28/02/2016
›› Commérages : 512
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Ashley Perfect Benson
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Joyce Hamilton (Selena Gomez), Ryan Oakley (Chris Wood), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: California never felt like home to me until I had you on the open road ✻ NIA ✻ ( Mar 27 Déc - 23:42 )



California never felt like home to me
until I had you on the open road
NIA is in da place

Mia ne sait pas dire non. Elle a pourtant tout essayé. Un peu comme ces personnes qui se rongent les ongles et qui achètent toutes sortes de produits pour arrêter : vernis poivrée, boule anti-stress ... Toutes ces petites choses qui au final n’aboutissent à rien. Mais la blonde a de la chance, elle vient de se trouver un coach et ce dernier va lui permettre de tenir cette bonne résolution. « Je vais avoir du boulot. » Elle se pince un peu les lèvres, légèrement amusée. Oui. Niveau boulot, Noah aurait de quoi faire. La blondinette n’était pas l’élève la plus assidue et la plus facile. Elle aime bien n’en faire qu’a sa tête. Et surtout, elle aime par dessus tout faire plaisir aux personnes qui lui posent des questions. Pour cela, Mia a le « oui » facile. Mais il faut vraiment qu’elle arrive parfois à dire l’inverse. . « Je suis sûre que tu peux y arriver, ce soir, tu dis à mon père que tu veux pas de vin. » Les yeux bleu de Mia perdent de leur vivacité. Impossible ! Elle ne pourra jamais dire non à un verre de vin, et encore moins si c’est celui du père de Noah. « Même pas un verre ? » Noah pouvait la laisser déguster encore un seul et dernier verre ... Juste un. Promis. Elle dira non au prochain, ou tentera de dire non aux prochains car ceci n’est pas gagné. « Bon ... D’accord. » finit-elle néanmoins par dire, un peu boudeuse. Elle devait suivre les conseils de son coach et elle ferait du mieux qu’elle peut peu pour refuser de façon la plus cordiale possible le verre de vin. Se serait dure, compliqué. Une véritable bataille en elle-même, mais elle y parviendrait. Tout comme elle est persuadé que le brun parviendrait à devenir un poil plus écologique. La jeune femme a fait attention à tout : comme acheter du papier recycler. « J'ai plus qu'à piquer les feuilles du journal alors ! » Le rire du brun la fait rire aussi. Il peut ! Mia ne lui dirait rien. Elle n’est même pas sûr de le voir, de toute façon. Et sans preuve, elle ne pourra pas faire grand chose. « Tu sais que je ne te le refuserais pas. » N'est-ce pas, qu'il le sait ? Bien-sûr ! Cet homme semble la connaitre comme personne d'autre, ce qui a bien le don de l'énerver un petit peu. « ça serait le cas si je devais t'épouser, mais je crois que c'est pas d'actualité. » Oh. Oui. C'est évident. Mais en même temps, si Mia était à la place de la mère de famille, elle voudrait tout de même des informations. Mariage ou pas ! « Ouais, bha tu en sauras pas plus. » Comment ça ? Elle a rien dit de méchant à ce qu'elle sache. Alors pourquoi Noah prend-t'il la mouche ? « Mais je veux en savoir plus ... » C'était pas sa faute si elle s'était endormie dans ses bras ... « Pis c'est fantasty, c'est pas de la science fiction c'est pas pareil.  La science fiction exploite la science, comme retour vers le futur par exemple ou je sais pas …. Comme 1984 d'Orwell » Bien chef ! « Du fantasy, je note. » Elle a beau travaillé dans le littéraire, le journalisme ne lui apprend pas tout ceci. « Le fantasy y a pas vraiment ce côté réel, c'est un monde inventé, magique, c'est féerique, merveilleux, c'est assez différent en fait. » Elle hoche la tête, prête à en apprendre plus. « Fin bref, je vais pas t'ennuyer avec ça . » Oh mais non. Il était si bien partie. « Ca ne m'ennuie absolument pas. » Noah ne l'ennuie jamais de toute façon.

« J'ai remarqué. T'es un peu butée. » Pardon ? Mia, butée ? C'est même pas vrai. « J'aime juste que les choses soient bien faites. » Rien de plus. Elle haute un peu des épaules. Finalement, ce n'est pas être butée d'agir de la sorte, n'est-ce pas ? « Mais j'aime bien ta tête » C'est gentil. Un sourire s'étire sur ses lèvres roses. « J'aime bien la tienne aussi. » Et même son corps. Corps qui allait devenir son nouveau refuge et son nouvel oreiller de service ! « Je sais pas... » Mais si ! « Ah .. » On va aller loin comme ça. « Je suis pas certain d'être fait pour être un coussin.. » Dommage. « Pourtant, je t'assure, tu es très confortable. » Donc parfait pour être coussin. Puis, ça ne la gêne absolument pas que son coussin soit multifonctionnel. « Bon ok ça marche, j'ai toujours rêvé d'être un Noanours ! » Mia éclate de rire et pose une main sur le ventre du brun pour se mettre à son aise. « Noanours ... » C'est bien le surnom le plus nulle et le plus mignon en même temps qu'elle est donné à quelqu'un.

✻✻✻

Mia n'a plus envie de partir. Genre, vraiment. Elle a adoré sa semaine en Californie et elle donnerait cher pour pouvoir rester encore un petit bout de temps. Elle ne sait pas si c'est l'atmosphère ou le fait d'avoir passer tout ce temps auprès de Noah, mais quelque chose à changer en elle. Elle se sent plus libre, plus femme. « Je croyais que t'aimais pas trop la campagne ? » Et bien ... Elle se pince les lèvres, rougie un peu. « C'est toujours pas mon truc ... » Les mouches et les verres de terre, elle apprécie pas trop. « Mais disons que ça fait du bien de voir un peu plus de verdure que d’habitation ! » Ça change de ces buildings dont elle connait la taille par coeur. De ses toits qu'elle n'a cessé de regarder pendant plusieurs heures durant, lors de ses soirées de tristesse à l'orphelinat. « Peut-être que si tu es sage, je te ramènerais. » Mia et ne pas être sage, ce n'est pas une équation connue. C'est même plutôt un gros problème mathématiques que personne ne peut résoudre. « Je suis toujours sage. » A tel point que cette semaine de liberté et d'air pure lui a permis de remettre ses idées en place. Elle qui hésitait sur son avenir, commence à le voir se tracer tout doucement. Elle ne dirait pas que ce dernier est clair, mais malgré quelques coins flous et quelques embûches, elle sait qu'avec Noah à ses côtés, elle arrivera toujours à vaincre tout ceci. Alors, oui, elle veut qu'il prenne quelque part du Ravenheart pour l'aider à le gérer. « Quoa ? » Il faut qu'elle répète ? « J'aimerai qu'on gère à deux le magazine. » 'est aussi simple que cela. « Heu... » Ca veut dire oui ou non ? La jeune femme se perd et le stress l'emporte. Elle explique donc qu'elle a eu tout le temps d' réfléchir, que ce n'est pas une décision prise sur un coup de tête. Même Hope, sa soeur, est d'accord face à ce choix. « Mia... » Oui ? « C'est mon prénom. » Qu'il l'excuse, elle a peur de sa réponse désormais. « Je veux pas t'abandonner Mia et c'est vraiment pas du tout en rapport avec le magazine. » Oui ... Il en sait rien ça. Tout le monde semble l'abandonner à un moment venu. « J'ai aucune raison de partir, parce que je veux être avec toi, ravenheart ou pas.. » C'est tellement ... Mignon. Et surprenant à la fois. « Je te promet de rester près de toi, tant que tu voudras bien de moa.. » Pourquoi elle ne voudrait plus de lui ? Et pourquoi ces paroles sonnent quelque chose d'autre ? La blonde ne comprend pas tout ou, en vérité, fait semblant de ne pas comprendre. « J'ai une folle envie de t'embrasser.... » Sur les lèvres ? Est-ce qu'elle en a envie au moins ? Ses yeux se perdent dans ceux du brun. Elle est bien tenté de succomber. Elle arrive même à se dire qu'elle en a envie depuis un bon bout de temps. Alors, lentement, elle commence à approcher ses lèvres de celles de Noah ... Mais elle dévie sa trajectoire au dernier moment. Non. Elle ne peut pas l'embrasser. Elle n'est pas prête. Pas encore. Alors, pour se laisser le temps de réfléchir, elle préfère jouer la carte de : l'incompréhension. Finalement, ses lèvres se posent sur la joue de l'écrivain. « Ca veut dire que tu acceptes ? » La blonde se met à regarder ses chaussures, des plates. Elle a bien retenu la leçon de son jour d'arrivée avec des talons. « Noah, je .. » Comment peut-elle expliquer ce qui se passe en elle-même ? Elle est perdue, terrorisée. Certes, elle voulait faire genre qu'elle n'avait pas compris, mais finalement, après quelques secondes de réflexion, elle trouvait que se serait bien trop méchant. « Je peux pas. » Mia a encore le coeur un peu trop fragile pour se permettre de le donner à quelqu'un d'autre. Elle n'a pas encore fini de se reconstruire. Elle a besoin d'un peu plus de temps. « Je t'apprécie, vraiment. Mais ... Je suis pas prête à aimer quelqu'un de nouveau. Pas tout de suite en tout cas. Et j'ai beau savoir que je peux te faire confiance, j'ai l'impression que ça va beaucoup trop vite pour moi. » En même temps, on disait qu'un coup de foudre, ça ne se contrôlait pas. « Je sais même pas ce que je ressens à ton égard ... » Peut-être qu'elle est amoureuse sans même s'en rendre compte? Peut-être qu'elle est tout simplement entrain de tomber sous son charme de Don Juan Français. Ou alors, ils partagent juste cette alchimie qu'on qualifie de très bons amis. « Tu m'en veux, hein ? » qu'elle finit par demander d'une toute petite voix. Elle aurait pas du être aussi honnête, elle venait sûrement de mettre fin à cette belle relation qu'ils avaient. « Tu vas t'éloigner un peu de moi, du coup ... A cause de tout ça. » A cause de son manque de confiance en elle et en l'amour. « Je suis désolée. Je m'en veux ... Je viens de tout gâcher. » Et, probablement parce que Mia n'avait pas assez pleurer durant son voyage, voilà que les larmes se mettent à ruisseler lentement le long de ses joues et elle ne résiste pas au fait de s'accrocher au t-shirt du brun, pour peut-être, la dernière fois. « Pardon. » Elle devrait, un jour, réussir à pouvoir contenir ce trop plein d'émotions qui la font passer du rire aux pleurs en quelques secondes. La blonde s'éloigne de Noah, le regard vide et les épaules affaissées. Elle qui n'avait plus envie de repartir à Cap Harbor n'attends plus que ça. Elle se dit que peut-être tout ceci était une blague, un rêve, voir même un cauchemar. Il est possible qu'ils soient déjà dans l'avion et que d'ici quelques minutes, elle va ouvrir les yeux et se rendre compte qu'elle venait de tout s'imaginer, de tout inventer. Malheureusement, plus le temps passe, et plus elle se rend compte que non, tout vient de se produire et qu'il y a désormais un fossé aussi grand que l'océan atlantique entre Noah et elle. Les parents de ce dernier ne comprendront certainement pas d'où viennent leurs gênes, ou tout du moins, la gêne que porte Mia sur ses épaules. Ses derniers vêtements sur le dos et dans son sac de bagage, elle jette un dernier coup d’œil à la pièce pour se remémorer l'endroit, quand elle l'aura quitté. « Noah ? » Mia ne le trouve plus. Il est déjà partie et là voilà qu'elle a à nouveau envie de se mettre à pleurer. Non ! Cette fois-ci, elle allait réussir à se contenir et à ne pas se transformer en fontaine à eau. Mais c'est tout simplement trop dure. Elle se sent tellement mal qu'elle est obligé de s'allonger sur le ventre dans le lit pour devenir la madeleine qu'elle a toujours été. Puis, lentement, elle sent une main dans ses cheveux, e qui lui fait remonter le regard : oh ... Noah est revenu. « J'ai cru que tu voulais plus de moi ! » Autrement dit, elle n'a jamais été aussi contente de le voir à côté d'elle. D'ailleurs, elle lui saute au cou. Elle a besoin d'un câlin et Noah est l'un des rares à savoir comment l'apaiser. « J'ai le droit de revenir sur ma décision ? » Pas celle concernant les parts du Ravenheart, mais l'autre ... Celle sur les sentiments. « J'ai juste besoin de quelques jours pour être sur de moi. » Puis pour en parler à Jay, Olivia, et à sa meilleure amie. Oui, rien que ça. « Pour être sûr que je vais faire le bon choix. » Parce qu'elle a bien conscience que Noah ne va pas attendre indéfiniment et qu'il ne va pas non plus la laisser réfléchir pendant des années et des années, ce qui pourrait très bien lui convenir, à Mia. « Je suis bien avec toi. Et j'aime bien être avec toi. Mais je .. Et si ça fonctionne pas Noah ? » Et s'ils n'étaient pas fait pour être ensemble ? « Et si les gens font courir des rumeurs au boulot ?! » C'est que des femmes, c'est fort possible que cette éventualité arrive. « Et si tu es plus là pour moi, comment je vais faire ? » La jeune femme prends la main du brun dans la sienne. Elle peut encore en poser des dizaines et des dizaines, des questions de ce genre. « Je suis pas la fille que tu crois en plus. Je risque de te décevoir, et j'ai pas envie. » Est-ce qu'elle doit lui dire maintenant que la boisson et elle, c'est une histoire qui dure depuis quelques années. « Je suis tout le temps entrain de boire et de sortir .. Je sais même pas comment je rentre chez moi le soir. Tu mérites une femme bien mieux que moi. » Une femme qui sera comment le rendre heureux.

_________________
Come to me, Ravenheart
Messenger of evil, what's the news ? ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. The ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/06/2016
›› Commérages : 59
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : ian somerhalder
›› Schizophrénie : Charlie la petite blonde énergique et Ava l'irlandaise qui adore les leprechauns
›› more about me

Re: California never felt like home to me until I had you on the open road ✻ NIA ✻ ( Mer 4 Jan - 22:17 )



❝ california never felt like home to me until i had you on the open road❞
Nia
Toutes les bonnes choses ont une fin, n'est-ce pas. Leurs petites vacances aussi et il est désormais grand temps pour Noah et Mia de quitter la Californie pour retrouver la Caroline du Nord. Au revoir chaleur, marcel et tong, bonjour au bonnet, polaire et autres joyeusetés de l'hiver. Noah aimait bien cette période, sûrement habituée aux hivers de son enfance, quand le gel recouvrait le vignoble et qu'attendre le bus devenait bien rapidement un enfer. D'une certaine manière, il préférait le froid à la chaleur, au moins dans le 1er cas, il pouvait toujours rajouter une couche, monter son chauffage ou se vautrer devant un bon feu. Quand il faisait chaud, impossible d'enlever une couche supplémentaire. La seule chose à faire, était d'attendre que cela passe en essayant d'organiser sa journée pour ne pas travailleurs aux heures les plus chaudes. En tout cas, malgré sa réticence aux fortes chaleurs, le brun ne s'était pas mal débrouillé et ses automatismes étaient redevenus bien rapidement. Ses vacances n'avaient donc pas été de tout repos, mais le brun avait apprécié chaque moment passé en compagnie de son père dans les vignes, parlant de tout et de rien, c'était le genre de chose qui lui manquait à Cap Harbor. Bien que pour une fois, les choses soient un peu différentes grâce à la présence féminine de Mia et ce n'était pas au brun que ça risquait de déplaire. En vérité, il avait plus qu'apprécier la présence de la blonde, ce qui le poussait à croire que quelque chose pouvait peut-être finir par exister entre eux. En tout cas, il l'espérait, à lui de ne pas faire, tout foirer ou ne pas briser les ailes de la blondinette qui se confiait chaque jour un peu plus à lui. En tout cas, il a quand même réussi à faire apprécier la campagne à sa patronne, car oui, faut pas non plus qu'il oublie que c'est le cas. « C'est toujours pas mon truc ... » Il hausse un sourcil, franchement assez amusé, parce qu'il sait bien qu'elle a sûrement plus apprécié qu'elle ne le pense ou veut lui avouer. « Mais disons que ça fait du bien de voir un peu plus de verdure que d’habitation ! » Donc en fait, là, elle vient de dire qu'elle aime bien la campagne, c'est en tout cas de cette manière que cela sonne pour Noah. Parfait, encore un point positif, parce que vu l'attachement qu'il a la verdure, vivre avec une fille qui ne supporte pas un brin d'herbe risquait d'être compliqué, voir carrément impossible. Surtout qu'elle n'a pas vu le meilleur, faut absolument qu'il trouve le temps de l'amener en France pour lui faire découvrir les terres de son enfance, sans oublier leur petite maison vers Marseille, histoire qu'elle entende le chant si harmonieux des cigales. Rien que le fait de les entendre et on se croit en vacance. « Je suis toujours sage. » Mouais, il en est pas vraiment sur de ça, surtout qu'y a comme une ombre au tableau. « Hmm vu que la campagne c'est pas ton truc, je suis pas sûr de pouvoir trouver quelque chose qui te convient. » Oui parce que dans sa liste de vacances, les buildings et autre gratte ciel n'en faisaient tout simplement pas partie. Noah avait besoin de se ressourcer et pour ça, il recherchait le calme, certains pensaient peut-être que c'était dû à leur différence d'âge. Sauf que Noah s'était toujours montré comme ça. Aussi fêtard qu'il puisse avoir été et soit d'ailleurs encore, il ressentait toujours à un moment ou à un autre, le besoin de partir dans un endroit posé ou l'on peut tout simplement prendre son temps et profiter de son écoulement, secondes après secondes, en savourer chaque minute comme si elle était la dernière. Et cela, il n'y arrivait que dans des endroits où la nature reprenait ses droits. 

Pour le moment, la conversation était tout à fait normale, jusqu'à ce que Mia lâche une toute petite bombe. En tout cas, assez grosse pour que Noah se demande ce qui avait bien pu lui passer par la tête. S'il pouvait se montrer bon écrivain, bon journaliste et répondre aux exigences souvent très pointues de ses lectrices, cela ne faisait cependant pas de lui un chef d'entreprise. D'ailleurs, c'était bien le genre de truc qui ne l'avait jamais attiré, tout simplement parce qu'il était trop lui pour savoir gérer une entreprise. Que ça soit clair, il était quand même quelqu'un avec la tête souvent dans les nuages, les responsabilités, c'était bien, mais pas quand on avait trop. Sans oublier que lui à la base ce qu'il aimait ce n'était pas diriger un magasine, c'était tout simplement écrire. Après tout, lui, rêvait de devenir romancier, c'était un peu le but de sa vie, si on oubliait ses rêves sentimentaux dans lesquels une belle blonde se montrait bien trop régulièrement présente. Il met tellement de temps à décrocher quelques paroles, que Mia préfère lui redire ce qu'elle vient finalement tout juste de lui annoncer. « J'aimerai qu'on gère à deux le magazine. » Oui, c'est exactement ça qu'il a compris. Il sait parfaitement que c'est un beau signe de confiance qu'elle est en train de lui faire, le seul petit souci, c'est que Noah ne sait pas du tout si ça le tente ou pas. Il voit bien le stress qui monte chez la jolie blonde et aimerait vraiment pouvoir lui dire de ne pas s’inquiéter, mais pour le moment, il est un peu trop sur les fesses pour réagir, c'est qu'il n'a pas vraiment eu le temps de réfléchir à la question. Un léger sourire amusé se dessine sur ses lèvres quand elle lui confirme qu'elle s'appelle bien Mia. Autant pour lui, il va essayer de ne pas l'oublier, même si faut dire que c'est sûrement le premier mot auquel il pense le matin quand il se lève. Évidement faut qu'elle le prenne dans ses bras, parce qu'elle est tactile et surement en recherche d'affection, sauf que Noah, lui, parfois, il ne capte pas les bons signaux et à force qu'elle soit proche de lui, il se dit que ça serait peut-être le moment de parler plus sérieusement d'eux. Grosse erreur qu'il comprend à la seconde où il lui dit qu'il veut l'embrasser. Okay, il n'aurait tout simplement pas pu trouver pire, mais quel con ! Parfois, il ferait mieux de tourner sa langue plusieurs fois dans sa bouche avant de parler. Vous voulez ruiner une relation avant même qu'elle ne débute. Pour cela, rien de plus simple, il suffit tout simplement d'appeler Noah Legrand ! Et voilà qui s'appelle se prendre un vent. Allez c'est le premier, mais il s'en remettra, peut-être qui peut lui faire croire que c'était une vanne ! Non, mauvaise idée... c'est bon vient de se faire griller, faut tout simplement qu'il l'accepte. En tout cas y en a une qui perd pas le nord et c'est bien Mia. Sur le coup, ça en est presque drôle. . « Ca veut dire que tu acceptes ? » Heu ? Il avait dit ça quand ? Avant ou après avoir dit qu'il crevait d'envie de l'embrasser. « Nope je crois pas... » Qu'il laisse glisser entre ses dents alors qu'il lâche la jeune femme pour lui rendre sa liberté et aussi pour reprendre ses distances, tout simplement parce que c'est mieux comme ça.« Noah, je .. » Heu oui, qu'elle lui dise, il était près. Il était trop vieux ? C'était pas son type ? Elle l'aimait bien, mais rien de plus, il s'était trompé sur toute la ligne. Elle n'avait pas vraiment besoin de lui dire, c'était assez clair. Bon, ça faisait mal à son petit ego, mais il finirait bien par s'en remettre, du moins, il l'espérait, parce que pour le moment, il sentait son cœur se déchirait en deux et ça faisait un mal de chien. Le plus dur demeurait sûrement de rester là, devant elle, alors qu'il crevait d'envie de disparaître. « Je peux pas. » Ouais ça, il venait de le comprendre... Elle avait été assez claire pour le coup. « Je t'apprécie, vraiment. Mais ... Je ne suis pas prête à aimer quelqu'un de nouveau. Pas tout de suite en tout cas. Et j'ai beau savoir que je peux te faire confiance, j'ai l'impression que ça va beaucoup trop vite pour moi. » Trop vite.... lui il a l'impression qu'ils avancent comme deux escargots qui ont été amputés ! Mais c'est peut-être parce qu'il va vite en besogne, quoiqu'en y pensant, il a toujours laissé du temps à la blonde, il aurait sûrement mieux fait de continuer au lieu de la jouer romance à deux francs. 


« Je sais même pas ce que je ressens à ton égard ... » ça ne voulait pas dire non, mais pourtant, qu'est-ce que c'était blessant. Noah se le prend en pleine tronche, mais il tient bon et pour se détendre, il passe sa main dans sa tignasse brune tout en déglutissant. Il serait peut-être bien un jour qu'il dise un mot, voir deux, pour essayer de restaurer un dialogue, parce que pour le moment, Mia elle fait un peu un monologue. « Tu m'en veux, hein ? » Ah non, ça par contre il le sait et sur le coup, il peut lui donner une réponse claire. « J'ai pas à t'en vouloir parce que tu ne ressens pas la même chose que moi, c'est la vie. » Il lui sourit, et même si cela lui coûte, il est franchement heureux d'y arriver, d'avoir la force nécessaire pour d'une certaine manière d'accepter le rejet. color=#ad6284]« Tu vas t'éloigner un peu de moi, du coup ... A cause de tout ça. »[/color] Pfff, cette situation est franchement pas plaisante. Lui mentir aurait pu être une option, sauf que Noah c'est pas le genre de personne à tourner autour du pot, encore moins à bercer les gens d'illusions. « J'en sais rien... » Faut déjà qu'il digère tout ça, parce que pour le moment, il est peu trop retourné pour savoir quoi faire et quoi penser. « Je suis désolée. Je m'en veux ... Je viens de tout gâcher. » Elle a pas à s'en vouloir, elle n'y est pour rien. « Non, c'est moi, j'aurais peut-être mieux fait de me taire ... » Ouais comme souvent, il avait encore manqué une occasion de se la fermer. « Tu vas quand même pas t'en vouloir pour quelque chose que tu as pas fait ! » Parce que finalement, elle n'a rien demandé de tout ça, c'est lui qui les a mis dans cette situation, c'était donc à lui d'assumer.

« Mais Mia... tu vas pas pleurer... » 
Bha si, voilà qu'elle pleure et qu'elle s'accroche à son tee-shirt. Bon alors pour garder ses distances, c'est franchement raté et pour le coup, alors qu'en temps normal, il l'aurait prise dans ses bras, il ne sait même pas s'il peut le faire ou pas, si elle lui autorise ce droit ou si elle risque de mal le prendre. Alors vu qu'il n'en sait rien, il ne fait rien, totalement paumé le petit français. 

Elle finit par s'éloigner pour lui tourner le dos, alors que son cœur lui crie de la rejoindre, il reste immobile. « Tu veux que j'y aille peut-être, je t'attends dans la voiture ? » Elle a peut-être besoin d'air, lui aussi d'ailleurs et le souci, c'est qu'ils ont encore tout le trajet retour à faire ensemble. « Je peux partir demain si tu préfères... » Oui et la laisser rentrer seule, si cela est plus vivable pour elle, la dernière chose qui veut, c'est de lui imposer sa présence. « Heu... je vais mettre les affaires dans la voiture ! » Voilà, il allait faire ça, la laisser réfléchir et lui allait prendre un grand bol d'air. Autant dire qu'il ne met pas longtemps à sortir dehors pour respirer à grands coups. Ça va aller, ça va aller... Mais quel grand con ! Putain ! De colère, il envoie son pied dans la roue avant de se mettre à gémir. C'est que ça fait mal bordel ! Il a oublié que les roues ont toujours raison, son pied par contre, il perd très, trop, souvent la bataille. Les minutes passent, elles défilent et finalement, Noah décide de repartir retrouver la blonde. De un parce qu'il n' a pas envie qu'elle rate son avion si elle a décidé de le prendre sans lui et de deux parce qu'il s'inquiète tout simplement de pas la voir arriver. Quand il la découvre, elle est allongée sur le lit et Noah ne peut pas s'empêcher de s'en vouloir d'être la cause de son état. Délicatement, il s’assoit à ses côtés et laisse sa main glissée dans sa chevelure blonde pour lui indiquer sa présence. « J'ai le droit de revenir sur ma décision ? » Pas celle concernant les parts du Ravenheart, mais l'autre ... Celle sur les sentiments. « J'ai juste besoin de quelques jours pour être sur de moi. » Heu ? Nouveau beug de la part de Noah qui pour le coup ne la suit plus du tout, mais il saisit qu'il y a peut-être une chance et que tout n'est pas complètement mort. Autant donc se raccrocher à ce petit espoir. « Pour être sûr que je vais faire le bon choix. » Point positif, cela veut donc dire qu'elle n'a pas pris de décision et qu'il a donc 50% de chance qu'elle finisse par l'accepter dans sa vie, mais d'une autre manière. Un large sourire se dessine sur son visage, un peu comme celui d'un enfant à qui l'on promet un très joli cadeau. « Pour ça faut que je te ramène rapidement à Cap Harbor alors ? » Il arque un sourcil, légèrement taquin, la connaissant, elle a sûrement besoin de se retrouver en compagnie des gens qui comptent pour elle et ils se trouvent en Caroline du Nord. « Je suis bien avec toi. Et j'aime bien être avec toi. Mais je .. Et si ça fonctionne pas Noah ? » Noah la regarde éberlué, y a quelques minutes, elle avait trop peur et là, elle pense à l’éventualité que cela pourrait arriver. Il comprend finalement où est le problème, c'est pas lui, pas même les sentiments qu'elle pourrait éprouver à son égard, le souci, c'est qui la freine vraiment, c'est la possibilité que s'ils commencent quelque chose, cela se finisse mal. Alors finalement, il ne peut être que touché et attendri par la belle blonde, parce que finalement sa plus grande crainte c'est de le perdre lui et ça, ça veut un peu tout dire, et ça ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd. « Hmm alors je devrais trouver un autre corps pour essayer de te reconquérir et continuer jusqu'à y arriver ! » Ou comment lui dire, que lui n'était pas près d'abandonner si facilement, qu'il voulait se battre pour elle, pour obtenir et garder son cœur. « Et si les gens font courir des rumeurs au boulot ?! » Il ne peut pas s'empêcher de rire, elle est exceptionnelle. « Rha j'ai pas pensé à ça ! » Mouais, grand problème, mais que se passerait-il si des rumeurs se promenaient à poils dans les locaux du ravenheart. « Que je porte des slips kangourou ? » Non elle voulait pas parler de ça ? Oui d'accord, ce n'était pas drôle, mais bon, il recherchait avant tout à détendre l'atmosphère. Heureusement, Noah s'est rapidement retrouvé son sérieux. « Je me moque de ce que les gens peuvent raconter, ce qui se passe entre nous ça ne les regarde pas ! » Et Noah était particulièrement doué pour feindre l'ignorance. « Et si tu es plus là pour moi, comment je vais faire ? » Hmm, pour ça faudrait, déjà qu'il soit plus là pour elle, ce qui pour le moment n'était pas du tout d'actualité. « Oui,mais je suis là !  Alors pourquoi ça changerait ?» Maintenant, demain et peut-être même pour toujours, enfin ça il se le gardait pour lui, il ne fallait pas non plus qu'il passe pour le romantique de service, il avait son honneur de mâle à défendre quand même. Il la regarde glisser sa main dans la sienne et la resserre automatiquement autour de celle de la blonde. « Je suis pas la fille que tu crois en plus. Je risque de te décevoir, et j'ai pas envie. » Ah, et comment pouvait-elle le savoir ? « Me dit pas que t'as des cadavres dans le placard ! » Il prend un air apeuré, avant de lui sourire, finalement assez amusé par la situation, parce qu'il sait que rien de ce qui pourra lui dire ne changera sa vision d'elle. « Je suis tout le temps en train de boire et de sortir .. Je sais même pas comment je rentre chez moi le soir. Tu mérites une femme bien mieux que moi. » C'était donc ça, depuis le temps qu'il avait envie d'en parler avec lui. L'amusement sur son visage disparaît et Noah devient sérieux, son regard abandonne le visage de Mia pendant quelques secondes pour se diriger vers leurs mains entrelacées. Délicatement, il caresse celle de la blonde avec tendresse. « Ah.... Vaut que je t'avoue quelque chose aussi... » Noah il n'est pas alcoolique et ne collectionne par les barbies. « La fameuse personne qui te ramène, c'est moi... » Il avait cherché à lui dire une multitude de fois, mais il n'avait jamais réussi à le faire. « J'ai jamais réussi à te le dire, j'avais peur que tu le prennes mal et que tu t'éloignes de moi. C'est comme ça que j'ai rencontré Jay ... » Et oui, ils lui avaient menti quand elle les avait découverts chez eux devant un match à siroter des bières. « Je te veux comme t'es Mia avec des qualités, des défauts, tes forces et tes faiblesses. » Même si pour le coup, il était bien décidé à réussir à arrêter son addiction à l'alcool. Cela risquait d'être difficile, mais Noah n'était pas le genre de mec à renoncer face aux difficultés et pour Mia, il était prêt à tout. « Bon alors je te ramène à Cap Harbor où tu préfères prendre l'avion toute seule ? » Oui, le temps tournait et l'avion n'allait pas les attendre. Quand à Noah, il était près à  faire ce que préférait la blonde, il pouvait la suivre ou rester ici, à elle de faire son choix, même si le brun préférait et de loin la raccompagner. Après ce qu'ils venaient de se dire, il ne voulait tout simplement pas la quitter, m

© Pando

_________________
You can't blame gravity for falling in love.
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times. It settles for less than perfection and makes allowances for human weaknesses. .
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 28/02/2016
›› Commérages : 512
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Ashley Perfect Benson
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Joyce Hamilton (Selena Gomez), Ryan Oakley (Chris Wood), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: California never felt like home to me until I had you on the open road ✻ NIA ✻ ( Lun 9 Jan - 21:39 )



California never felt like home to me
until I had you on the open road
NIA is in da place

« Hmm vu que la campagne c'est pas ton truc, je suis pas sûr de pouvoir trouver quelque chose qui te convient. » Mais ! Ca n’a beau pas être son truc, Mia à tout de même fait tout ce trajet jusqu’a ses parents. Et c’est dans la véritable campagne qu’elle a vécut pendant une longue semaine. Elle y a d’ailleurs  vécut de très jolie moment et compte bien en vivre des nouveaux en compagnie du brun. Encore fallait-il qu’elle arrive à le décider car il ne semble pas du même avis qu’elle. « Certes. » Mia affiche une petite moue d’enfant sage. « Mais je vais pas mourir non plus si on retourne à la campagne ... » Parce que Noah sera la pour protéger la blondinette des bottes de terre. Donc, Mia n’avait plus aucun risque à faire cet effort pour aller dans les endroits boueux et remplis de verdure. À vrai dire, ce changement d’atmosphère lui avait fait le plus grand bien. Elle avait pu réfléchir à diverses choses, plus ou moins importante. Elle avait retrouver son imagination, son envie d’écrire à ne plus s’arrêter. Elle n’en revenait pas d’avoir écrit aussi rapidement son article sur le vin. Noah et ses parent l’avaient aidé comme jamais et elle savait qu’elle pouvait être fière du papier qu’elle rendrait à son professeur. D’ailleurs, elle omettrait de lui dire qu’elle avait voyagé pour trouver toutes ses réponses. C’était mieux de faire croire que la blonde en connaissait réellement tout un rayon sur le raisin et sa transformation.

Peu importe de penser à ceci maintenant. Mia à autre chose en tête. Elle avait déjà cette petite proposition dans ses valises lorsqu’elle s’envolait pour la Californie. Hope était partit vivre de nouvelles aventures, abandonnant partiellement le magazine. En vérité, elle lâché juste son poste de chroniqueuse et passait en tant que blogueuse. La chaîne YouTube commençant à se faire un petit nom, elle posterait ses aventures au fur et à mesure, permettant de donner ses avis sur certaines activités et permettant aussi de donner des nouvelles à sa famille. Enfin ... Là n’est pas le soucis. Mia est heureuse que sa soeur prenne son envole. Elle l’est juste un peu moins en ce qui concerne la direction du magazine. Hope arrivait à stopper certaines idées, a en développer d’autres. Elle avait bien plus de caractère que la blonde et sans elle, Mia risquait de ne plus savoir quoi faire. Alors, instinctivement, elle allait proposer à Noah de l’aider à gouverner ce royaume qu’elle avait pris soin de construire. Dirait-il oui ? Mia l’espère. Elle prie même. Et pourtant, ce n’est aucunement une réponse à sa question qu’il lui fait. Non ... Il laisse ses sentiments se dévoiler et Mia est bien incapable de savoir quoi faire désormais. Ceci voulait-il dire indirectement qu’il acceptait son nouveau poste ? « Nope je crois pas... » Oh. La blonde pince les lèvres, baisse la tête. Donc il préfère la laisser prendre ses rompre décisions. Bien. Elle le note. Et elle tente de prendre sur elle pour expliquer ce qu’elle ressent au fond d’elle-même : elle ne le sait même pas. « J'ai pas à t'en vouloir parce que tu ne ressens pas la même chose que moi, c'est la vie. » Non. Elle n’a pas dit qu’elle ressentait pas la même chose. Justement, elle est incapable de savoir ce qui se passe au niveau de son corps. Elle n’a pas encore finit de faire son deuil de Jason ... « J'en sais rien... » Mia souffle. Elle est perdue et elle sent clairement le malaise entre Noah et elle s’installait. Elle s’en veut. Elle se sent mal. « Non, c'est moi, j'aurais peut-être mieux fait de me taire ... » Non. Parce qu’a force de garder ça pour lui, il allait souffrir. Puis maintenant qu’il avait dévoiler ce petit secret, il souffrait encore plus. « Tu pouvais pas cacher ça indéfiniment. » Mia n’aurait pas réussi, elle, par exemple. Mais maintenant, ça explique certaines petites choses et ça lui donne envie de se donner une mini-baffe. Elle avait été si aveugle que cela ? Apparemment, oui. « Tu vas quand même pas t'en vouloir pour quelque chose que tu as pas fait ! »  Et bien, Mia est égale à elle-même et si, elle va s’en vouloir. Elle n’est plus aveugle et elle voit bien qu’elle vient de briser le cœur du jeune homme contre son gré. « Mais Mia... tu vas pas pleurer... » Une Mia qui ne pleure pas n’est pas une Mia. Alors bien sûr qu’elle aurait pu s’enfuir pour pleurer ailleurs, mais non. Elle n’a pas assez de courage et elle éclate en sanglot et se raccroche à la première personne qu’elle croise : Noah.

« Tu veux que j'y aille peut-être, je t'attends dans la voiture ? » Pourquoi c’était si compliqué l’amour ? Pourquoi la belle ne savait jamais ce qu’elle désirait à ce niveau ? Pourtant, elle avait réussi à avoir une discussion avec Jason. Elle lui avait pardonné ses erreurs. Elle s’était pardonné sa propre erreur. Et pourtant, elle savait qu’elle avait peur. Peur que tout recommence, peur qu’elle est réussi à grandir pour rien. Comment elle pouvait savoir si Noah était le bon ? Car ouïe l'île a besoin de se sentir en sécurité. Elle ne veut pas retomber aussi bas qu’elle ne l’a fait. Elle sait d’avance qu’elle sera incapable de remonter la pente. « Je peux partir demain si tu préfères... » Elle entends les mots que dit Noah, mais elle est bien trop dans ses pensées pour tenter de les comprendre. Alors, elle reste silencieuse, les mains tremblantes dans sa valise et elle se mord frénétiquement sa lèvre inférieure. Assez. Elle a assez pleurer pour aujourd’hui. Elle n’allait pas quitter la Californie les yeux rougies et le visage baignant de larmes. Elle devait montrer patte blanche face aux parents de Noah. Ils ne devaient pas savoir qu’elle venait d’anéantir en miette le coeur de leur fils. « Heu... je vais mettre les affaires dans la voiture ! » Mia range avec difficultés ses derniers vêtements. Elle a presque hâte de sortir de cette chambre, maintenant. Il y règne comme une atmosphère sombre et triste. Tellement triste qu’elle est effrayé de voir qu’elle est toute seule dans cette pièce. Il est partie ? Il l’a abandonné ? Elle n’était pas prête et ses larmes reprennent. Ah. Nom d’un chien, il faut qu’elle arrête d’être aussi dépendante des personnes qui l’entourent. Un jour, elle finirait par les étouffer. Mais pour le moment, elle vient de retrouver Noah qui est revenu comme par magie. Elle est désormais sûr d’une chose, elle a besoin d’un peu de temps pour réfléchir. « Pour ça faut que je te ramène rapidement à Cap Harbor alors ? » Bien qu’elle adore la Californie, sa maison et sa famille, ainsi que ses amis, se trouvent à Cap Harbor. « Oui. » C’est auprès d’eux et de leur conseils qu’elle pourra comprendre réellement ses sentiments. Bien que, là, elle a une grande idée de tout ce qui se passe. Mia se remet lentement de ses émotions, et elle reste perplexe face au changement d’humeur du brun. Pourquoi il lui sourit de la sorte ? « Hmm alors je devrais trouver un autre corps pour essayer de te reconquérir et continuer jusqu'à y arriver ! » Ah. Il ne perds pas le nord. « On tombe pas amoureux d’un corps. » Et ceci, c’est quelque chose d’important pour la jeune femme. Noah pourrait être petit, avec un gros nez et des yeux marrons ... Il arriverait tout de même à conquérir le cœur de Mia. Mais ce qui la préoccupe, c’est ce que vont penser les gens autour d’eux. Elle est jeune, elle est encore étudiante. Noah est plus mature, plus virile ... Et s’ils pensent que le brun fait ça pour une augmentation ! « Rha j'ai pas pensé à ça ! » Mais elle oui, et elle va finir par se traumatiser à force de laisser son cerveau divaguer. « Que je porte des slips kangourou ? » Quoi ? Elle essuie ses dernières perles salées et fronce les sourcils ? « Tu portes des slips kangourou ? » Vu la grimace qu’il fait, elle comprend que c’est un non. « C’était même pas drôle ... » Qu’elle dit, non sans offrir un faible sourire. « Je me moque de ce que les gens peuvent raconter, ce qui se passe entre nous ça ne les regarde pas ! » Oui. Mais Mia elle voudrait bien parler de leur histoire, si jamais il y en a une. En vrai, elle se pose dix fois trop de question. « Oui,mais je suis là !  Alors pourquoi ça changerait ?» Pourquoi ? Mais c’est simple. « Tu as dit que tu n’en savais rien si tu allais t’éloigner ou non. » Ça sonnait pourtant comme un : oui, je vais m’éloigner et je ne serais plus là. De quoi l’inquiéter. « Me dit pas que t'as des cadavres dans le placard ! » Elle allait mourir avec ses blagues toutes nulles. « Je suis pas une meurtrière.  » Elle est pas capable de faire du mal à quelqu'un. Même si elle vient d'en faire à Noah s'en vraiment le vouloir. La blonde, elle préfère vivre dans le bonheur et la joie. Enfin, faut pas oublier l'alcool non plus. « Ah.... Faut que je t'avoue quelque chose aussi... » Elle lève le regard pour le planter dans les yeux bleu océan du brun. Avoir des sentiments à son encontre, c'était pas quelque chose de suffisant ? A croire que non. « Oui ? » Elle a la trouille, un petit peu. « La fameuse personne qui te ramène, c'est moi... » Elle écarquille les yeux et ouvre sa bouche en un "o" parfait. « Non ! » Elle le croit pas. « J'ai jamais réussi à te le dire, j'avais peur que tu le prennes mal et que tu t'éloignes de moi. C'est comme ça que j'ai rencontré Jay ... » Mais ... « Pourquoi je l'aurais mal pris ? » Bien au contraire. « Je trouve ça adorable. » Et un petit sourire se dessine sur ses lèvres alors qu'elle prends la main de Noah dans la sienne. « Je te veux comme t'es Mia avec des qualités, des défauts, tes forces et tes faiblesses. » Soulignant bien les défauts, car pour l'instant, elle s'en trouve pas mal. « Donc c'est toi, le prince charmant ? » Ou en tout cas, celui qui s'en rapproche le plus. « Bon alors je te ramène à Cap Harbor où tu préfères prendre l'avion toute seule ? » Toute seule ? « Tu oserais pas me laisser toute seule dans un aéroport quand même ? » Mon Dieu ... Il voulait qu'elle se perde et qu'elle finisse sa vie en Tasmanie. « On rentre à deux, je réfléchis et ... Et on verra par la suite. » Elle dépose un rapide baiser sur le coin de ses lèvres avant de se lever. « Allez, viens. On va être en retard après ! »

THE END.

_________________
Come to me, Ravenheart
Messenger of evil, what's the news ? ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. The ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞


›› It's my life
›› more about me

Re: California never felt like home to me until I had you on the open road ✻ NIA ✻ ( Aujourd'hui à 19:07 )

Revenir en haut Aller en bas

California never felt like home to me until I had you on the open road ✻ NIA

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers :: Around the world
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération