aaron + neila | My new job

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 21/02/2016
›› Commérages : 191
›› Pseudo : Chaton :D
›› Célébrité : Nina Dobrev
›› Schizophrénie : Non, du moins pas pour le moment.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

aaron + neila | My new job ✻ ( Jeu 20 Oct - 1:30 )

Aaron + Neila ₰ My new job.

I just know you saved my life, you saved me. I'mma be alright, you saved me. How can I stand next to you all alone and do nothing at all? It starts in my hands, straight to my bones, head spinning when you fall. With my heart safe and sound, I stay. And my feet on the ground, I say. I've never been higher. Let the world catch fire. Living, loving, I stay. ▲ Hedley


Ces temps-ci à l’hôpital, elle avait comme une impression d’étouffer. A dire vrai, ce qu’elle aimerait, c’est avoir des vacances, sauf qu’étant dans sa dernière année d’internat afin d’obtenir le diplôme qu’elle a toujours voulu, elle doit être sérieuse, et éviter de rater des cours et des jours de stage, surtout qu’à dire vrai, elle serait incapable de trouver une destination digne de ce nom afin de se détendre correctement et d’oublier. Alors, afin d’oublier de manière radicale, elle consomme des doses d’alcool excessive et elle couche à droite et à gauche, sauf que depuis cinq mois, elle a dû diminuer ses soirées arrosées étant donné que sa maladie, c’est-à-dire sa broncho-pneumopathie chronique obstructive à évoluée, de ce fait, ce qu’elle doit prendre comme médicaments est incompatible vis-à-vis de l’alcool qu’elle ingurgite chaque soirs. Il s'était écoulé sans doute deux heures depuis qu'elle a dit à ses collègues qu'elle quittait l'hôpital, qu'elle rentrait chez elle, et qu'elle irait dormir afin d'être prête vis-à-vis de cet entretien qui créait un stress conséquent depuis qu'elle savait le jour et l'heure que le propriétaire avait fixé. A dire vrai, elle n'a jamais été tant stressée envers les entretiens qu'elle a passés, sauf que c'était différent cette fois-ci, elle était connue de ce pub, elle y a longtemps été comme cliente. Une cliente qui a de nombreuses fois dépensé de l'argent dans de l'alcool et principalement du champagne. Une importante quantité de coupes de champagne. C'est peu glorieux et jusqu'à maintenant, les soirs où elle y était, elle n'a jamais rencontré le patron, à moins qu'elle ait toujours discuté auprès du patron et qu'elle ne se soit jamais aperçue et qu'elle n'ait jamais su que c'était ledit patron.

Un soupir s'échappait, sa montre indiquait que le rendez-vous fixé était d'ici une demi-heure. Neila devrait donc s'y rendre directement dès qu'elle quitterait alors l'hôpital. Quand elle eut terminée sa journée, c'est-à-dire quand elle eut terminée sa garde de nuit, elle se rendit jusqu'aux vestiaires dans lesquelles elle se dépêchait de se déshabiller et de s'habiller. Heureusement, elle avait un chemisier dans son casier, il était transparent et après tout elle se moquait éperdument de savoir qu'il l'était et jusqu'à maintenant, cela lui était égal. Une fois prête, elle quittait l'hôpital et indiquait à ses collègues à travers des messages, les informations qu'elle a sans doute oubliées, après tout, elle préfère les avertir deux fois plutôt qu'oublier complètement des éléments importants à propos des patients dont elle s'occupe. Toutes ses transmissions ont été faites, cela dit, elle n'est pas à l'abri d'un oubli. Au volant de sa voiture, elle conduit jusqu'au pub et réalise qu'elle à une coiffure absolument affreuse, elle soupire et alors évite de se regarder dans le rétroviseur central de sa voiture. Inutile de se désespéré plus qu'elle l'était déjà. Neila est tout sauf une femme désespérée, à vrai dire, elle adore s'amuser, boire et profiter de sa jeunesse, sauf qu'aller à un entretien après avoir travailler plus que douze heures, et apparaître telle une clocharde, c'est tout sauf elle. Bon, elle a malgré tout un chemisier, des chaussures à talons qui claquent à chaque pas qu'elle fait, et un slim noir qui met ses jolies fesses en valeur. Si ce n'est qu'un détail vis-à-vis de certaines femmes, Neila sait qu'elle adore ce genre de tenue, sans oublier le maquillage qui cache les poches et cernes qu'elle se paye sous les yeux à force de travailler autant.

Si elle travaille déjà tant, alors quel est l'intérêt de s'ajouter du travail ? C'est simple, c'est afin d'oublier. Oublier qu'elle est défectueuse comme ses parents le disaient lorsqu'ils étaient vivants, oublier qu'elle était tout simplement imparfaite alors qu'ils voulaient un enfant parfait. Un entretien qui permettrait clairement à Neila de profiter de la vie, croiser des personnes et surtout, s'occuper l'esprit. Après, elle verrait sans doute plus tard les soucis qui encombraient ses neurones. Une fois devant, elle quittait l'habitacle de sa voiture et entrait à l'intérieur. Un sourire s'étire et puis, elle croise le regard du barman habituel qu'elle à l'habitude de croiser chaque soir où elle est présente, il est brun, joli garçon et diablement attrayant, sans compter qu'il a des yeux à tomber par terre. Ajoutant à cela, des fesses de dieux, à savoir qu'elle était censée être ici afin de se faire embaucher, elle espérait qu'elle serait discrète sur sa manière de le détailler, comme à chaque fois qu'elle croisait ce dernier. S'approchant, elle déclarait.

« Salut joli brun, je t'ai manqué j'espère ? » dit-elle mielleuse. « J'ai un entretien, tu sais où est le propriétaire de ces lieux ? » dit-elle dans un sourire alors qu'elle regarde Aaron, qui est ledit propriétaire.

Sauf qu'elle l'ignorait et qu'elle se rendrait sans doute compte d'ici peu de temps que... c'était lui qu'elle devrait convaincre que c'est une excellente barmaid. A dire vrai, elle a déjà été serveuse, et barmaid sauf qu'elle manque d'expérience. Au moins, si jamais l'un des clients fait un infarctus, une cirrhose, et/ou un malaise, elle aurait tout ce qu'il faut afin de le secourir et même le soigner. Neila n'avait jamais tant discuté auprès de celui qu'elle croyait être un barman alors que c'était le propriétaire, à vrai dire, elle avait peut-être dit des choses, mais dans un état tel qu'elle les avaient oubliées, et si un jour il avait dit à Neila qu'il était le propriétaire de ces lieux qu'elle adorait, alors, ça aussi, elle l'aurait oublié.

« J'ai rendez-vous dans dix minutes, j'ai faillis être en retard. J'ai eu un patient qui a fait une overdose, ce fut chargé malgré tout, et je me suis libérée, tu as vu, je suis consciencieuse, si jamais il t'interroge, dit lui que je suis parfaite ! » dit-elle dans un léger rire.

©clever love.

_________________
I am
the queen



Dernière édition par Neila Callahan le Ven 21 Oct - 2:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 13/10/2016
›› Commérages : 91
›› Pseudo : .
›› Célébrité : Matt Bomer
›› Schizophrénie : Sain d'esprit
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: aaron + neila | My new job ✻ ( Ven 21 Oct - 0:49 )




"My new Job"


Neila & Aaron








Rouvrir le pub qu'avaient tenu ses deux parents durant de très longues années fut avant tout un honneur pour Aaron. A vrai dire, lui, n'avait jamais pensé faire quoi que ce soit d'autre que la boxe dans sa vie. Il n'avait pas non plus imaginé, ne serait-ce qu'un instant, que sa femme pouvait mourir, tout comme sa fille. Après tout, ces choses-là n'arrivent-elles pas qu'aux autres ? C'est ce que tout un chacun se raconte pour se rassurer et pourtant, cela peut surgir à n'importe quel moment, à n'importe qui, sans crier gare, sans le moindre coup de semonce.  Cela fut ressentie comme un coup de poignard dans le cœur, déchirant son âme, son être, son existence et sa vie. Dès lors, c'était comme une partie de lui qui s'était envolée vers d'autres cieux, comme pour offrir une partie de lui-même aux défuntes, afin qu'elles ne souffrent pas de cette séparation, lui laissant à lui et, à lui-seul le fardeau de la solitude. Ainsi, il ne fut plus jamais le même après cette tragédie mais, comment le pouvait-il ? Il avait perdu son âme-sœur, mais aussi sa plus grande passion, le même jour. Ainsi, poussé par sa sœur, après un long moment passé à déprimer et à errer sur ces terres sans le moindre but, notre homme rouvrit l'enseigne, tant chouchoutée par son père et sa mère. Rien n'aurait pu le prédestiner à ce genre de tâche. Oh, bien entendu, tout comme le reste de la fratrie, le benjamin participa de nombreuses fois lors de certains gros services, apprenant le métier dès son adolescence, pour pouvoir gagner un peu d'argent de poche, mais aussi pour servir de porte de sorties à n'importe qui, au cas où. Certains auraient pu penser qu'il était le plus concentré sur ce travail, le plus impliqué, ayant arrêté l'école assez tôt, mais, sa carrière démarra rapidement, ne l'obligeant qu'à aider de moins en moins, jusqu'à être entièrement débordé par les entraînements, les voyages, les sponsors, les combats et tout le reste. De fait, jamais, jamais Aaron n'aurait pu imaginer reprendre le commerce. Poussé par sa sœur et, ayant l'approbation de ses chers parents, il fut relativement heureux de pouvoir reprendre le travail, tout doucement, dans ce lieu si cher et tendre de son enfance. Cela lui redonna peu à peu le sourire, bien qu'il se faisait encore rare, mais, ce nuage sombre planant sur son esprit finit par se faire éventer, peu à peu par l'huile de coude et de la nostalgie. Il laissa pratiquement intact les lieux, changeant les tables et les chaises abîmées, il laissa ce bar d'origine, les décorations, mais, il se permit de faire quelques ajouts. En premier, il se permit de rajouter ses ceintures, au-dessus du bar, mais aussi quelques articles de journaux, encadrés, relatant ses grands exploits. N'y voyez pas une quelconque forme d'orgueil ou de vanité, non, c'était de la fierté, tout simplement. Mais plus que cela, c'est dans ce bar que le jeune Aaron rencontra ses premiers fans, eux qui l'avaient vu grandir, jusqu'à devenir un homme célèbre, sans eux, ils ne seraient rien et, cela les rendaient fiers, eux-aussi. Cependant, il y eut un changement, bien plus important. Radical et qui devait être fait. Selon le nouveau propriétaire, il ne pouvait en être ainsi, c'était au sujet du nom des lieux, qu'il changea pour quelque chose de plus familier. Quelque chose de plus important mais surtout, de plus fort. Bien plus fort. Le pub s'appellerait désormais le Reagan's, en honneur à sa fille disparue.

Son pub marcha bien plus que ce qu'il avait pu imaginer. Une partie des anciens habitués revinrent dans ce lieu, heureux de cette réouverture et, la clientèle se fit de plus en plus nombreuses. Tantôt des voisins, tantôt des anciens fans de la grande époque McDermott sur le ring, ou encore des passants et des étudiants en recherche d'alcools forts. A cela, Aaron mettait un point d'honneur à ne vendre que de l'alcool de qualité, pour que chacun en ait pour son argent. Tout était importé d'Europe et tous, pouvaient boire de très bonnes choses. Dès lors, l'ancien sportif dû se résoudre à embaucher des nouvelles têtes et, avec les allées et venues, il finit par rechercher de nouveaux employés, afin de l'épauler, lui qui n'avait plus une minute à lui. Sa recherche principale, des serveuses. Des jolies serveuses. Cela pouvait sembler sexiste et injuste mais, ne nous voilons pas la face, c'était le métier qui le voulait. Tout le monde sait qu'un tel service a une certaine tendance à attirer et fidéliser de nouveaux clients, tout simplement. Ainsi, après avoir posté des recherches un peu de partout, le patron finit par recevoir des candidatures et, une en particulier attira son attention. C'était une habituée des lieux, qui avait l'habitude de se mettre à l'envers régulièrement dans son enceinte. Une jeune femme des plus agréable. Si elle était belle ? Oh, oui. Belle comme le jour, belle comme l'aurore et le crépuscule. Ses traits, son sourire, sa silhouette, nul doute que les plus grands poètes n'auraient su poser des mots sur ce charme presque étranger de ce monde. Ce qui était sûr, c'est qu'Aaron n'aurait su la décrire avec fidélité, ni retranscrire ce qu'on pouvait ressentir face à une si belle femme. Nul doutes qu'une telle sylphide devait avoir une liste de prétendants, tantôt secret, tantôt insistant, suffisamment longue pour en écrire un livre. De fait, pareille femme ne faisait-elle pas une employée des plus parfaite ?

C'est par une agréable fin de matinée que la prétendante au poste arriva, rayonnante, dans ce pub qu'elle semblait si bien connaître. Plutôt bien habillée, malgré un chemisier un peu transparent mais, soyons honnête, cela ne le dérangea pas particulièrement, si bien que son regard s'égara quelques fois, discrètement, dans un sourire presque idiot. Bien maquillée, ou du moins, de la manière qui lui avait toujours plu, à savoir, finement, sans le moindre abus. Elle était parfaite, comme à son habitude, malgré une coiffure quelques peu négligée, voire bordélique. Cela s'expliquait sans doutes par le fait que la créature venue d'ailleurs, travaillait régulièrement de nuit à l’hôpital, ce qui était des plus courageux et, des plus louables. En plus de cela, notre ami ne voulait pas juger sur cela, il pouvait arriver à tout le monde d'avoir un petit imprévu et, il était difficile de juger sur de si petites choses.  A peine arrivée, la demoiselle salua celui qui rangeait bouteilles et verres derrière le bar, avec un petit compliment, ce qui lui fit afficher un léger sourire. La question qui vint le surpris quelques peu, lorsqu'elle le questionna sur le propriétaire. Pourtant, plusieurs fois ils avaient parlés de cela, mais, sans doutes que cette fameuse Neila était un peu trop éméchée pour s'en souvenir, alors, malicieusement, l'homme entra dans le jeu. « Il est pas bien loin, ne t'en fais pas. Tu t'es vraiment faite belle aujourd'hui, comptes-tu faire du charme au boss pour avoir plus de chances ? » Riant doucement, tentant tant bien que mal de ne pas laisser transparaître sa fine moquerie, celui qui se cachait finit par dégainer un verre avant de l'agiter délicatement dans sa direction. « Tu veux boire quelque chose ? Histoire de te donner un peu de force, de courage, ou je ne sais quoi. C'est la maison qui offre pour ce coup. » Bientôt, la jeune femme vanta ses mérites, demandant à son interlocuteur d'en faire de même, quand il en viendrait à croiser son supérieur, ce qui l'amusa quelques peu. Ne se lassant pas de ce jeu, il continua, un peu plus énigmatiquement cette fois-ci. « Oh, ne t'en fais pas, il le sait. Que tu es parfaite j'entends. Tu as discuté de très nombreuses fois avec lui, peut-être que tu t'en souviens toi, mais lui se souvient très bien de toi. Allez, installe toi, tu vas bientôt passer. » D'un geste de la main, avec un sourire, Aaron désigna une table avec deux chaises, avant de se faire couler une bière pour venir s'installer face à elle, avec un sourire victorieux et, moqueur. « Allons, tu as déjà vu quelqu'un d'autre aussi présent que moi dans cet endroit ? Allez, détends-toi, bois un coup, tout ira bien, pas besoin de paniquer. » Prenant une courte pause, l'employeur but une belle gorgée de ce nectar doré, afin de s'essuyer sa pilosité faciale blanchie par la mousse, avant de reprendre tout en douceur. « Alors, je vais être honnête, les CV, les lettre de motivation, je m'en cogne. Mais, bien comme il faut. De toute façons, la grande majorité du temps, c'est pris sur le net. Tout ce que je veux, c'est discuter un peu, voir ce que t'as dans la tête. Donc, dis-moi, déjà, tu as déjà travaillé dans un bar, un pub ou quelque chose ? Ou peut-être que tu as appris des cocktails de ton côté ? Tu as … » Riant légèrement, sans la moindre gêne, toujours un petit air taquin, Aaron la fixa droit dans les yeux, évitant à tout prix que son regard ne fuie à nouveau vers ces délicieuses contrées. « Semble-t-il, un certain amour pour la boisson, tu dois aussi savoir en faire, peut-être. Aussi, est-ce que tu as bien conscience que c'est quelque chose de physique et que, parfois, je peux avoir besoin de toi plus que prévu ? Je veux dire, est-ce que tu te sens capable de tenir ici et à l'hosto en même temps ? »

Code by Sleepy

_________________

   En attendant les temps qui feront de nous des héros. En attendant les temps, veux-tu les conter? En attendant les temps qui nous emmèneront là haut, j'apprendrai doucement à aimer. Le petit homme est jeune mais connait le souffle de la guerre. Vivant seulement pour être à la hauteur des contes de fées qu'il lisait déjà depuis tout gamin.
crédit : code par quantum mechanics || Gif Hunt || CornflowerBlue
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 21/02/2016
›› Commérages : 191
›› Pseudo : Chaton :D
›› Célébrité : Nina Dobrev
›› Schizophrénie : Non, du moins pas pour le moment.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: aaron + neila | My new job ✻ ( Ven 21 Oct - 2:31 )

Aaron + Neila ₰ My new job.

I just know you saved my life, you saved me. I'mma be alright, you saved me. How can I stand next to you all alone and do nothing at all? It starts in my hands, straight to my bones, head spinning when you fall. With my heart safe and sound, I stay. And my feet on the ground, I say. I've never been higher. Let the world catch fire. Living, loving, I stay. ▲ Hedley


A dire vrai, quand elle était enfant, ses parents étant déçus et désespérés d’avoir Neila comme descendance, elle s’est formée une carapace et quand elle a commencé à grandir, elle s’est occupée de ceux qu’elle croisait et qu’elle jugeait comme ayant besoin d’être protégés. Cela a commencé quand elle fut à l’école, à chaque fois qu’un de ses camarades se faisait maltraiter vis-à-vis des pires élèves qu’elle appelait communément les « enfoirés », elle était celle qui défendait et qui était prête à se battre afin d’y parvenir. Après, quand elle fut adolescente, elle s’est engagée dans des associations, deux exactement, et elle arrivait à avoir d’excellents résultats malgré les associations qui permettaient à Neila d’avoir une occupation hors de l’école et qui surtout, évitait à celle-ci d’être auprès de ses parents qui étaient négligeant vis-à-vis d’elle alors qu’elle, ce qu’elle demandait, c’était tout simplement être aimée. Sauf que ça, elle l’a jamais connu, être aimée, à chaque fois, cela s’est terminé dans des larmes, dans des drames, dans la souffrance, depuis, Neila fait tout ce qu’elle peut afin de s’épargner ça, cette souffrance quotidienne qu’elle a ressenti quand elle était enfant, et quand elle a osé faire confiance à quelqu’un. Soyons honnêtes, toutes les histoires qu’elle a tentée ont été un véritable échec, alors désormais, elle s’autorise à jouer, s’offrir des moments de plaisir, sauf qu’il est hors de question de devenir dépendante de quelqu’un, qui que ce soit, et surtout envers un homme qui une fois supplémentaire, se jouera d’elle. Neila a connu des histoires tristes, des histoires où quand elle croyait qu’elle serait heureuse - comme dans les contes de fées auxquels elle n’a jamais cru d’ailleurs -, qu’elle serait sans doute aimée et acceptée, elle était tout simplement utilisée, comme un lot de consolation. Un vulgaire jouet qu’on utilise. Neila a longtemps été tel un mouchoir et qu’on jette dès qu’on l’a utilisé. Sauf qu’elle a décidé que tout ça devait s’arrêter, alors, depuis sa dernière rupture, sa dernière histoire qui fut un échec, elle s’est juré qu’elle serait imperméable aux paroles des hommes, quelles qu’elles soient, histoire de se protéger et de vivre tout simplement quelque chose qu’elle aura décidé elle-même. Quand elle entreprend d’avoir une liaison auprès d’un homme, elle met des règles s’y tenant quoi qu’il arrive et mettant un terme à la relation quand cela devient sérieux, quand l’un des deux tombe amoureux. Jusqu’à maintenant, elle n’a pas eu de faire cela, elle n’est pas tombée amoureuse, et heureusement.  

Soit, quand elle eut quitté l’hôpital et qu’elle fut entrée dans cet endroit qu’elle trouvait sécurisant et rassurant, elle s’y sentait déjà comme-ci elle était chez elle. Neila était une habituée, elle s’en souvenait rarement étant donné qu’elle était souvent éméchée quand elle était dans cet endroit. Nombreuses ont été les fois où elle a été ramenée dans un taxi, tous commandés à chaque fois de la part d'un admirateur, elle s'est toujours doutée qu'il s'agissait de quelqu'un qui la connaissait, qui s'inquiétait de l'état dans lequel elle serait si elle prenait sa voiture. Cela lui était égal, à son réveil, elle ignorait ce qui s'était passé la veille alors de toute façon, ce n'était pas très important de savoir qui c'était. Immédiatement quand elle entrait, elle indiquait au barman habituel, du moins qu'elle avait l'habitude de voir chaque soir, qu'elle espérait qu'elle lui avait manqué. Ajoutant à cela, elle ordonnait gentiment à dire au propriétaire de ces lieux qu'elle était idéale s'il le demandait, ce qu'elle n'était clairement pas, il faut le savoir étant donné qu'elle était souvent du mauvais côté du comptoir, et qu'elle a longtemps été habituée à boire du champagne, c'est qu'elle a des goûts de luxe, du moins concernant ce qu'elle boit comme alcool, sinon, personne n'aurait jamais pu juré qu'elle était une enfant de riches parents qu'elle détestait. Nombreux ignoraient qui elle était, et c'était mieux ainsi. Postée derrière le comptoir à plaisanter auprès du barman, elle se met à rire, utilisant un regard insistant et un sourire aux coins des lèvres, elle déclarait après un court instant.

« Si ça peut m'aider à obtenir ce job, évidemment, tu sais que je peux être persuasive, quoi que je dois dire que j'ai oublié nos dernières conversations, tu sais. » dit-elle dans un léger sourire. « J'aurais dû mettre une jupe, sauf que sortant du travail, c'était difficile de faire mieux, j'ai un chemisier, c'est déjà ça. » dit-elle riant légèrement. « Il est comment ? Il est séduisant ? S'il est aussi beau que tu l'es, je t'assure que je l'invite immédiatement dans mon lit. » dit-elle alors dans un grand sourire qu'elle essayait de faire transparaitre comme innocent. Innocent et à la fois coupable. Neila était tout sauf un ange, tout ce qu'elle disait était calculé, sauf qu'elle ignorait totalement que cet homme qu'elle croyait être un barman quelconque - quoi que séduisant et qu'elle croquerait tout cru - était en réalité, l'homme auprès duquel elle s'apprêtait à avoir un entretien. Alors, elle s'asseyait et ôtait sa veste de cuire noire qu'elle mettait depuis que le temps s'était rafraichit. « Un verre d'eau, sinon je risque de dire des absurdités et je crois que c'est mieux que je sois sobre, si c'est comme avec toi quand j'oublie tout ce qu'on se dit chaque soir, je ferais mieux d'être sobre, tu m'as comprise quoi. » dit-elle alors dans une légère grimace quand elle pense à ces fois où elle a totalement oubliée qu'elle est même venue dans cet endroit et qu'elle s'est réveillée auprès d'un homme qu'elle ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam. Alors, à ces souvenirs, elle ordonnait à Aaron que s'il était interrogé qu'il devrait dire qu'elle était idéale, à tous les degrés, elle regardait Aaron qui disait qu'elle lui avait déjà parlé. Une des nombreuses choses qu'elle avait sans doute oubliée. « J'espère qu'à un moment donné, je n'ai pas été ridicule, sinon ça ne va pas m'aider, quoi que, bon, de toute façon, je verrais, ce n'est pas grave en soit. » dit-elle simplement.

Aussitôt où il s’asseyait face à elle, le sourire qu’elle avait d’habitude s’effaçait instantanément, comme-ci elle était gênée, ce qui était effectivement le cas étant donné qu’elle était sûre qu’il était tout simplement barman et qu'il travaillait ici. Neila se mordit la langue quand elle songeait au fait qu’il aurait dû la prévenir, l’avertir qu’il était le propriétaire de cet endroit, elle avait tout de même dit qu’elle était prête à le mettre dans son lit si cela pouvait l’aider à être embaucher, sans compter qu’elle avait également dit à cet homme qu’elle le mettrait également dans son lit s’ils étaient similaires physiquement, ce qui était le cas puisqu’il était ledit propriétaire. Ses couleurs revenaient peu à peu, elle lui donnait un léger coup dans l’épaule. « Tu aurais pu me le dire tout de suite que c’était toi, au lieu de me faire ce numéro comme ça ! » dit-elle fronçant les sourcils, avalant d’une traite, le verre d’eau qu’elle a demandé. « Soyons honnêtes, j’ai eu des jobs d’été dans ce domaine et j'étais convenable, cependant le domaine premier dans lequel je suis est le social, ceci dit, je sais faire des cocktails. » dit-elle alors qu'elle fronce les sourcils et se met à rire. « Comme tu dis j’ai eu un amour des boissons alcoolisées jusqu’à maintenant, et j’ai appris d’un ami, donc je suppose que c’est déjà ça, sinon, j’apprends vite, il suffit de me faire voir une fois et c'est mémorisé. » dit-elle alors qu’elle se mordille la lèvre inférieure dès qu’elle a fini de dire à Aaron ses compétences. « J'espère que dans cet entretien, tout ce que j'ai dit au soi-disant barman sera effacé, je veux dire, de l'entretien ? » Neila a toujours été honnête, aussi bien afin d’obtenir un emploi, qu’auprès de ses ami(e)s, même si la vérité doit être difficile à entendre, elle préfère largement la vérité au mensonge. Neila fronce les sourcils quand il se moque d’elle. « Tu veux dire, des heures supplémentaires ? » demande-t-elle alors. « Quand je quitte l’hôpital je suis à ta disposition, et quand je travaille de nuit, je peux échanger mes jours auprès de collègues si ça t'arrange, j'ai changé mes horaires, je travaille la journée et quelques fois durant la nuit. » dit-elle alors dans des phrases qui pourraient être interprétée de manière différente que leur sens premier. Il a toujours été comme un fantasme et s'il devenait alors un patron outre un psychiatre étant donné qu'elle lui a dit des tonnes de choses lors des soirées dont elle n'a aucun souvenirs, cela risque d'être problématique, cependant, elle s'en moque.
©clever love.

_________________
I am
the queen

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞


›› It's my life
›› more about me

Re: aaron + neila | My new job ✻ ( Aujourd'hui à 14:47 )

Revenir en haut Aller en bas

aaron + neila | My new job

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération