I need a favor ✣ Aaron

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
LOVE MAKES A FAMILY.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 12/10/2016
›› Commérages : 221
›› Pseudo : Lena
›› Célébrité : Marie Avgeropoulos
›› Schizophrénie : Astrid beauty Botwin & Jasper Sexy Todd
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

I need a favor ✣ Aaron ✻ ( Ven 21 Oct - 16:34 )



I need a favor
Aaron & Erin
Cela faisait à peine deux semaines qu’Erin avait décrochée ce petit boulot à temps partiel dans ce pub sympathique et accueillant. Elle qui avait toujours évitée ce genre d’endroits, autant dire qu’elle ne pensait pas devoir y travailler un jour. Mais la vie étant ce qu’elle était, ce travail, elle en avait besoin, et plus que jamais. Après, il est vrai que c’était assez compliqué à gérer. Entre son travail de dresseuse, où elle essayait de faire décoller son entreprise, le temps passé au pub, et sa vie de couple avec Flavien… Autant dire qu’elle n’avait presque plus aucune minute pour elle. Mais bon, c’était bien la brune qui avait prit la décision de venir travailler ici, et tout ça sans en parler à son compagnon, en plus. Pas qu’elle voulait spécialement le lui cacher mais, le sujet n’était tout simplement pas venu sur le tapis. Et puis, de toute manière, elle avait déjà une petite idée de sa réaction. Le fait qu’elle se démène comme une malade pour ramener de l’argent chez eux… Ça risquait de pas tellement lui plaire. Mais entre ses visites régulières à l’hôpital pour son suivit, et son affaire qu’il fallait qu’elle lance… Elle n’avait pas le choix si elle voulait voir une once d’espoir pour qu’ils s’en sortent ici et ne repartent pas pour l’Angleterre. Et puis merde, son mariage, elle le voulait aussi! C’était une raison de plus pour rentrer complètement claquée à la maison le soir.

Et justement, ce jour là, la brune avait besoin d’un petit service que seul son patron pouvait lui offrir. Il faut dire que le temps partiel, ça rapporte quand même pas grand chose. Et qu’elle avait besoin d’un peu plus, du moins pour cette semaine, vu qu’elle venait de recevoir une offre d’un organisme pour l’éducation de trois chiens de race. Et bien sûr, il fallait qu’elle avance la chose avant de se faire grassement payer. Enfin, autant dire que sans une fortune familiale qui suivait derrière, c’était assez compliquée financièrement de monter sa propre affaire sans se retrouver à la rue. Et ce n’était certainement pas les parents d’Erin qui allaient l’aider. De toute manière, elle ne voulait plus avoir aucun contact avec eux, et ils seraient certainement pas sur la liste des invités à son mariage. Elle pouvait très bien se passer d’eux, et de toute façon, elle savait très bien qui se souciait véritablement d’elle pour avoir la peine d’attirer sa sympathie.

Enfin bon. Ce jour là, elle était arrivée au pub un peu en avance, histoire de pouvoir discuter avec son patron de ses potentielles heures supplémentaires. Et bien heureusement, il était dans son bureau. Enfin, d’après l’une de ses collègues qui était déjà là. Elle ne se souvenait même plus de son prénom d’ailleurs. Sérieusement, Erin devrait vraiment penser à faire un effort de ce côté là. Elle s’était donc rendue à l’arrière du bar, posant ses affaires dans le casier qui lui avait été assigné à son arrivée, puis elle s’était dirigé vers le bureau du grand patron. La porte était entrouverte, et par politesse, la jolie brune toqua avant d’en ouvrir complètement le battant. « Bonjour. » La jeune femme fit quelques pas timides à l’intérieur, affichant un léger sourire sur son visage cerné par l’inquiétude, et aussi un peu de fatigue. « Excusez moi si je vous dérange mais… J’aimerais vous parler de quelque chose. » Erin ne s’était jamais sentie aussi mal de sa vie. Déjà que prendre un boulot en plus de sa passion n’était pas vraiment l’idéal pour égaillée sa fierté, mais en plus demander des heures supplémentaires parce qu’elle avait peur de ne pas y arriver… C’était carrément le pire qu’elle pouvait imaginer. Sa tumeur, à côté, ça avait été de la danette, pour elle.
Codage par Emi Burton

_________________

love is medicinal, you know

Toi et moi, être à deux, et être heureux, c'est tout ce que je veux | © Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 13/10/2016
›› Commérages : 91
›› Pseudo : .
›› Célébrité : Matt Bomer
›› Schizophrénie : Sain d'esprit
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I need a favor ✣ Aaron ✻ ( Lun 24 Oct - 17:04 )




"I need a favor"


Erin & Aaron








Le pub d'Aaron avait, en quelques années pris beaucoup d'ampleur. Ou du moins, repris beaucoup d'ampleur. Reprenant, au final, l'établissement, de ses parents, le benjamin de cette fratrie qui avait un peu poussée les deux à prendre leur retraite, jamais il n'aurait cru pouvoir faire des chiffres équivalents à ceux de son père. Cet homme était des plus agréable, chaleureux, il avait semble-t-il, un don pour la parlotte, trouver les bons plans et les bonnes idées pour rendre plus attractif son pub. Peut-être était-ce tout simplement dû au nom de ce dernier que cet établissement avait si bien repris du poil de la bête. Peut-être aussi que, d'anciens habitués, sûrement grâce au bouche à oreille, avaient finit par comprendre que c'était le petit dernier des McDermott qui avait repris l'affaire et que, potentiellement, l'endroit pourrait être des plus agréables, comme dans leur souvenir. A cela, l'ancien boxeur ne pouvait qu'espérer ne pas détruire leur espoirs distinctifs. Bien sûr, il avait changé quelques petites choses dans ce lieu, à commencer par le nom de celui-ci, le baptisant en hommage à sa chère fille disparue, Reagan, mais aussi quelques éléments de déco, rajoutant quelques petites choses sur la boxe, comme ses ceintures ou quelques articles de journaux de sa grande époque ou de celle de ses boxeurs préférés. A part cela et quelques remises à neuf, le veuf avait préservé l'ambiance et l'authenticité de ce lieu qui avait tant occupé son enfance. De toute façons, il ne pouvait que s'interdire de gros changements, ces lieux étaient chers à de très nombreuses personnes, il ne le pouvait tout simplement pas.

Ainsi, face à cette montée des chiffres dont il peina même à croire durant un bon moment, notre home ne put se résoudre qu'à embaucher de nouvelles têtes. Cuisinier, plongeur, serveur et serveuse, renouvelant régulièrement ses employés. Attention, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, ce n'était pas pour cause de licenciement. Bien entendu, il y eu un très petit nombre d'employés dont Aaron dut se résoudre à se séparer pour faute grave, mais, dans le fond, notre homme était des plus agréables et des plus compréhensifs envers celles et ceux qui travaillaient pour lui. Non, la raison de ces départs était bien plus simple ; une partie de ces gens n'étaient là qu'à temps partiel, à côté des cours, ou en attendant de trouver mieux, alors, bien sûr, l'employeur savait qu'ils n'étaient que de passage, devant se retrouver bien rapidement de nouvelles personnes, en remplacement. Mais, une poignée d'années à travailler, son pub connut l'apogée et, l'homme dut employer un peu plus de personnes, en particulier des serveuses, toutes plus belles les unes que les autres et, dans le lot, notre homme eut quelques surprises. Des perles comme il se plaisait à les appeler, bonnes travailleuses, motivées et pleine d'envie de faire les choses comme il le fallait. Toutes avaient leurs histoires, leurs problèmes, leurs secrets et leurs peines, mais toutes étaient de très bonnes personnes, avec qui Aaron apprécia travailler et garda de bons souvenirs.

En repensant à une certaine d'entre elle, Erin, il y avait une journée qui lui revenait en mémoire, une entrevue, peut-être la première fois où ils discutèrent réellement, si longtemps, depuis leur entretien. Mais, peut-on réellement parler de discussion lorsqu'il est question d'entretien pour un travail ? Certainement pas. C'était une journée comme de nombreuses autres avant celle-ci, et de nombreuses  autres qui suivirent. Aaron était arrivé en avance, pour vérifier que tout allait bien, qu'il ne manquait rien, que les approvisionnements avaient étés fait, mais aussi vérifier les comptes. La comptabilité n'avait jamais vraiment été son truc, mais, il fut bien forcé de s'y mettre. Il était absolument hors de question de faire travailler sa mère ou son père, se contentant de leur demander des conseils de temps en temps, ou leur posant des questions sur quelques petites choses dont il ne comprenait pas, ou n'était pas certain. Dans la salle et dans l'arrière-boutique, une poignée d'employés s'affairaient à préparer l'ouverture qui n'aurait su tarder, tandis que lui était tout simplement dans son bureau, regardant les chiffres, les nouveaux CV qu'il survolait, quand, tout à coup, une petite frappe sur la porte le fit sortir de ses rêveries, avant que de l’entrebâillement surgit le charmant visage de cette jeune femme, Erin. C'était une très belle femme, qui était un peu plus jeune que lui, dotée d'une paire d'yeux exceptionnelle et surtout, inimitable, elle était aussi particulièrement chaleureuse, agréable et travailleuse, tout pour plaire à son employeur en somme. Cependant, en ce jour, une certaine inquiétude et un certain malaise semblaient habiter son visage, ce qui étreignit presque l'ancien sportif. Timidement, la demoiselle avoua avoir quelque chose à lui demander, tout en le vouvoyant. Cela l'exaspéra presque. Malgré tout, ce fut avec un grand sourire qu'il l'accueilli tout en se levant de son son siège, l'invitant à venir s'asseoir face à lui d'un geste de la main. « Allons, entre, je t'en prie. Ferme juste la porte derrière toi et … S'il te plaît, arrête de me vouvoyer. C'est … Enfin, ça me gêne quoi. J'ai peut-être que deux ou trois ans de plus que toi, j'ai l'impression d'être un petit vieux. » Riant avec douceur, il attendit poliment que la belle se soit assise avant d'en faire de même de son côté. « Tu n'a pas l'air au mieux, tu vas bien ? Quelque chose s'est passé ou .. Je ne sais pas, c'est pour ça que tu viens me voir ? Allez, détends-toi, tout va bien. Respire un coup et dis moi tout. Mais, avant, peut-être que tu veux un petit remontant ? Ça t'aidera peut-être. » Toujours souriant, le propriétaire tira un large tiroir d'où il tira deux verres et une bouteille de whisky, sa marque préférée, s'en servant un avant de proposer à son interlocutrice si elle en voulait aussi.

Code by Sleepy

_________________

   En attendant les temps qui feront de nous des héros. En attendant les temps, veux-tu les conter? En attendant les temps qui nous emmèneront là haut, j'apprendrai doucement à aimer. Le petit homme est jeune mais connait le souffle de la guerre. Vivant seulement pour être à la hauteur des contes de fées qu'il lisait déjà depuis tout gamin.
crédit : code par quantum mechanics || Gif Hunt || CornflowerBlue
Revenir en haut Aller en bas
LOVE MAKES A FAMILY.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 12/10/2016
›› Commérages : 221
›› Pseudo : Lena
›› Célébrité : Marie Avgeropoulos
›› Schizophrénie : Astrid beauty Botwin & Jasper Sexy Todd
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I need a favor ✣ Aaron ✻ ( Ven 28 Oct - 18:06 )



I need a favor
Aaron & Erin
Londres manquait quelques fois à Erin. Il fallait dire qu’au fil des années, et s’y était fait ses petites habitudes. Et puis, elle y avait aussi passée une grande majorité de sa vie, même si la plupart du temps, elle s’était retrouvée dans un lit d’hôpital. Mais elle pouvait toujours admirer l’agitation des rues londoniennes à travers la fenêtre de sa chambre, et cette vue, elle ne s’en était jamais lassée. Il lui arrivait de temps en temps d’être nostalgique et de vouloir retourner dans sa ville natale, même l’espace d’un petit week end. Elle passerait chez son marchand de glace préféré pour y déguster ce parfum qu’elle adorait et qu’elle n’avait jamais réussis à retrouver jusque là. Elle se baladerait ensuite dans ce petit parc où elle avait l’habitude d’aller régulièrement quand elle avait besoin de prendre un bol d’air. Et puis, elle emmènerait une fois de plus Flavien dans ce restaurant qu’elle adorait. Et puis, elle avait tellement de souvenirs dans cette ville… Pas forcément que des bons, c’est bien vrai, mais ce n’était pas les mauvais qui lui restaient à l’esprit. C’était ses sorties avec Raphaël, ses soirées passés devant la télé dans son petit appartement avec Flav… Toutes ces petites choses, qu’ils reproduisaient à Cap Harbor, oui, mais qui ne serait jamais aussi authentiques qu’elles ne pouvaient l’être au sein de la capitale anglaise. C’était dans cette ville que la brune avait rencontrée ces personnes qui étaient maintenant si importantes pour elle et qu’elle était prête à suivre partout. Rien que pour ça, elle ne pouvait pas complètement haïr cette ville, même si c’était tout de même totalement exclut pour elle d’y vivre à nouveau. Il y avait beaucoup trop de risques pour qu’elle y croise sa famille, et ce genre de petit désagrément, elle préférait l’éviter. Même si elle ne serait pas contre leur foutre son bonheur en pleine face, rien que pour les faire rager un peu.

Enfin, son bonheur n’était pas tout rose quand même, il faut bien l’avouer. Ayant coupée tous les ponts avec sa famille, Erin a aussi dit adieu au peu d’argent que son père aurait put lui prêter. Même s’il aurait certainement refusé étant donné qu’il avait déjà versé une fortune lors de son hospitalisation, et qu’il s’en était même plaint parce que cette pauvre petite famille devait se priver à cause de la cadette malade et qui emmerdait tout le monde. Comme si Erin y était pour quelque chose. Et puis, de toute manière, elle n’en voulait pas, de cet argent. Elle préférait nettement se débrouiller toute seule que de devoir faire l’hypocrite face à ces gens, et par conséquent, tomber aussi bas qu’eux. C’est pourquoi elle avait décidée de sacrifier un peu de son temps libre, et du temps passer avec ses animaux pour travailler dans ce pub. Même si elle même ne buvait pas tellement, pour ne pas dire presque jamais, et qu’elle ne fréquentait pas spécialement ce genre d’endroits habituellement, c’était le seul poste qu’elle avait trouvée en ville et avec autant de rapidité. On pouvait dire qu’elle avait eut de la chance, et elle en était plutôt contente. Même si elle était complètement naze en ce moment, elle savait que c’était la meilleure chose à faire.

Mais voilà, un travail à mi-temps, ça dépanne pas tellement. Et quand on a besoin d’un petit peu plus d’argent, et bien on va demander des heures supplémentaires à son patron. C’était pour cette raison que la brune s’était empressée dès son arrivée d’aller toquer à la porte du bureau de son patron. Avec une légère pointe d’inquiétude dans le regard, la jeune femme avait ensuite avouer à son patron qu’elle avait une petite faveur à lui demander, en espérant au plus profond d’elle qu’il accepterait, parce qu’elle en avait vraiment besoin. Sans parler que noël se rapprochait à grand pas, ce qui l’inquiétait encore plus. Elle ne voulait pas passer à côté des cadeaux pour ses proches, surtout que certains d’entre eux avaient réellement besoin de cette petite pointe de solidarité festive pour retrouver le sourire, même si ce n’était que pour quelques heures. Décevoir les gens, Erin aimait pas trop ça. La jeune femme entra dans la pièce suite à l’invitation de son patron, et comme demandé, elle referma la porte derrière elle avant de s’installer au bout de l’une des chaises présentes face au bureau. Elle aimait pas tellement ce genre de situation. Le sérieux pour elle, c’était assez floue, d’ailleurs ce n’était pas pour rien qu’elle travaillait à son compte, à la base. C’était elle qui dictait les règles, et le jour où elle aurait des employés, si elle avait envie de bien se marrer avec eux, et bien elle le ferait. Mais là, c’était différent. C’était elle, l’employée.

Erin laissa un léger sourire lui échapper à la remarque d’Aaron. Il était vrai qu’ils n’étaient pas très éloignés, au niveau de l’âge. Mais la jeune femme le vouvoyait surtout parce qu’il était son patron. C’était une forme de respect, quoi, et bien la seule chose qu’elle avait gardée du peu d’éducation donnée par ses parents. « D’accord, comme v… Comme tu veux. » Ça allait être compliquée cette histoire mais bon, c’était pas quelque chose d’impossible non plus. Puis au final, ce n’était pas plus mal. Ça permettrait d’être un peu plus détendue au travail, et de pas avoir peur de sortir une connerie à tout bout de champ. Parce que pour ce genre de trucs, Erin était carrément une spécialiste. C’était pas pour rien qu’elle était en couple depuis deux ans avec Flavien, ces deux là se ressemblaient sur certains points. « Je viens te voir pour te demander un petit service… Et non merci, c’est gentil pour le verre, je commence dans une demi-heure, c’est peut être pas une bonne idée. » Sans parler que le whisky, c’était pas vraiment son truc. Étant la boisson de prédilection de son paternel, Erin préférait éviter de boire ce truc qui lui rappelait pas les meilleurs souvenirs de sa vie. Elle eut d’ailleurs un léger mouvement de tête en y repensant. Décidément, même à des milliers de kilomètres d’eux, elle arrivait quand même à y penser. Elle reposa alors son regard vert sur son patron, essayant de ne pas avoir une mine trop suppliante, parce qu’elle détestait demander ce genre de choses, mais elle avait pas vraiment le choix. « J’aurais besoin de quelques heures supplémentaires, si c’est possible. » Elle se gratta l’arrière de la tête, comme elle le faisait toujours quand elle se retrouvait dans des situations gênantes comme celle là. Elle s’attendait bien à la question du pourquoi, et bien sur elle y répondrait, parce que de toute manière elle n’avait rien à cacher. Tout comme à l’entretien qu’ils avaient eut pour son embauche, Erin avait clairement fait comprendre à Aaron qu’elle ne resterait pas travailler ici toute sa vie, et qu’elle avait juste besoin de ce boulot le temps que son affaire se lance et qu’elle puisse vivre de sa passion comme elle avait put le faire par le passé à Londres. Sa franchise aurait put l’empêcher d’avoir ce poste, mais au final, Aaron l’avait quand même embauché, et rien que pour ça, Erin était plus que certaine que cet ancien boxeur avait un véritable petit coeur d’or.
Codage par Emi Burton

_________________

love is medicinal, you know

Toi et moi, être à deux, et être heureux, c'est tout ce que je veux | © Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞


›› It's my life
›› more about me

Re: I need a favor ✣ Aaron ✻ ( Aujourd'hui à 18:50 )

Revenir en haut Aller en bas

I need a favor ✣ Aaron

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération