In my diary, you appear in the short chapter of happiness !

 :: the city of cap harbor :: Woodbridge Avenue :: New Hanover Library
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 16/10/2016
›› Commérages : 107
›› Pseudo : --
›› Célébrité : Shia Labeouf
›› Schizophrénie : --
›› more about me

In my diary, you appear in the short chapter of happiness ! ✻ ( Dim 23 Oct - 12:49 )


Nila & Elijah


In my diary, you appear in the short chapter of happiness !


Mon regard parcourait les rangées de livres dans les hautes étagères, guidé par les doigts de ma main qui tâtonnaient le dos de couverture de chaque livre, comme ferait un marcheur sur le plan de sa carte pour retrouver son itinéraire. De gauche à droite, descendant de la rangée la plus haute jusqu’à la plus basse, je cherchais un livre particulier. Et malgré ma bonne mémoire, il était impossible pour moi de me remémorer l'emplacement exact de chaque ouvrage dans cette immense librairie qui faisaient en plus office de bibliothèque. « Là ! C'est celui-ci ! » m'étais-je alors exprimé à haute voix, satisfait de ne pas trop avoir fait attendre le client. C'était un homme d'une cinquantaine d'année, à l'apparence calme et distinguée, qui était venu à la librairie pour des conseils. Il était en recherche d'ouvrages sur la guerre de sécession et était, sans me vanter, tomber sur la bonne personne. Non pas que je sois un expert dans ce domaine, mais comme je lis tout sur tout et n'importe quoi, j'avais une très bonne culture générale, ce qui me permettait d'être de bon conseils guider les clients dans leurs lectures. « C'est un recueil d'anecdotes, de faits d'armes et de témoignages très complet. Sublimés de temps en temps par des illustrations, cartes et photographies ! C'était un professeur d'histoire qui me l'avait conseillé et je dois dire que je n'ai pas été déçu. »  De loin cela pouvait passer pour de la vente pure, mais c'était loin d'être le cas ! J'essayais juste de conseiller au mieux des passionnés de lecture dans leur recherche.


L'homme feuilleta le bouquin et fut convaincu par mon argumentaire. Quelques minutes plus tard, nous étions au comptoir et j'emballais le livre avec soin dans un sac en papier recyclable que nous offrions à nos clients, pour le transport de leurs livres achetés ici. Le client me paya avec sa carte bancaire, le montant qui était imprimé au dessus du code barre. Puis, il reparti, tandis que je le remerciais et lui souhaitais de passer une bonne soirée. Car oui, ma montre m'avait indiqué qu'il était pas loin de 18h45 et qu'il ne me restait qu'un petit quart d'heure avant que la libraire ne ferme. Il ne restait d'ailleurs que quelques clients qui lisaient à une table. J'en profitai, de mon coté, pour reprendre ma place à mon bureau, afin de commander le livre que je venais de vendre à l'instant. Il était important de garder un stock conséquent de livres dans la librairie, histoire que les gens qui viendraient à chercher un livre n'aient pas la mauvaise surprise de devoir attendre, et devoir repasser plus tard. Les yeux rivés sur l'écran, je parcourais le logiciel de gestion pour faire la démarche classique de réapprovisionnement du livre désormais manquant.

Code by Fremione.


_________________
Elijah Newton

Once you're immersed in a book, the world around stops to exist. You can run, you can fly and do what ever the author allow you to live

Revenir en haut Aller en bas
Friends can break your heart too

❝ Family don't end with blood ❞
Friends can break your heart too
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 21/10/2016
›› Commérages : 65
›› Pseudo : LovelyKat.
›› Célébrité : Vanessa Hudgens.
›› more about me

Re: In my diary, you appear in the short chapter of happiness ! ✻ ( Mer 26 Oct - 21:28 )


Eijah & Nila


In my diary, you appear in the short chapter of happiness !


La veille, en quittant le studio de tournage, le producteur de la série fantastique dans laquelle je tenais le premier rôle aux côtés d'Andrew, m’avait dit qu’il souhaitait faire un double épisode dans une ambiance un peu spéciale. Il m’avait confié vouloir intégrer des enfants à la série, histoire de la rendre un peu plus angoissante. Il avait parlé de « Carrie », le fameux livre de Stephen King, pour pouvoir coller avec la fête d’Halloween qui approchait à grand pas. J’avais hoché la tête, lui confiant que je connaissais vaguement l’histoire mais sans n’avoir jamais lu le roman ou vu les nombreux films qui s’en étaient inspirés. Il avait alors déchiré un bout de papier sur lequel il avait griffonné l’adresse d’une librairie, en insistant bien sur le fait qu’il était indispensable que je lise le livre pour pouvoir totalement m’imprégner de l’atmosphère. Voilà comment j’étais arrivée ici, devant la New Hanover Library. Ce n’était pas la librairie dans laquelle j’avais l’habitude d’aller, je ne la connaissais même pas. A vrai dire, j’avais toujours cru qu’il s’agissait d’une bibliothèque. Et même si j’avais passé beaucoup de temps dans la bibliothèque universitaire, à travailler jusqu’à pas d’heure, je n’avais plus le temps désormais de me « détendre » ainsi. Maintenant, il me fallait acheter les livres et les lire sur le tournage entre deux scènes ou pendant que la coiffeuse et le maquilleur s’occupaient de moi. En consultant ma montre, je réalisais que la boutique fermait dans un quart d’heure, il me fallait alors faire vite.

En entrant, je fus surprise par la taille de la pièce et la hauteur des étagères. Clairement, quinze minutes ne seraient probablement pas assez pour trouver le bouquin que je cherchais. Je me dirigeais alors vers le bureau qui faisait office d’accueil et de caisse pour demander de l’aide. En chemin, un homme d’âge assez avancé me sourit et me souhaita une bonne soirée. Je lui rendis son sourire et fis un signe de la main, comme pour le saluer. Avant de pouvoir entendre, je ne m’étais jamais rendu compte à quel point les personnes âgées étaient polies, elles vous souriaient automatiquement et vous souhaitaient toujours de passer une bonne journée. Arrivée devant le comptoir, je posais le bout de mes doigts et jouais avec mes ongles sur le bois, ce qui attira l’attention de l’homme derrière. Je m’apprêtais à le saluer lorsque je croisais son regard, son prénom résonna dans ma tête « Elijah ». Les yeux écarquillés et le sourire aux lèvres, j’ouvris la bouche et la refermais. La surprise laissa place à la joie de le retrouver. Je ne savais même pas qu’il habitait Cap Harbor, mais tout était de ma faute. Après mes études, j’avais disparu pendant un an, coupant souvent les ponts avec les gens que je ne connaissais pas depuis longtemps. J’avais continué de parler à mes parents et Ellie, mais certains autres de mes amis étaient malheureusement passés à la trappe, comme Elijah. Sans même demander la permission, je fis le tour du bureau pour le rejoindre et le prendre dans mes bras.

Code by Fremione.


_________________
SAME OLD LOVE
We keep this love in a photograph, we made these memories for ourselves. Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen still. So you can keep me inside the pocket of your ripped jeans, holding me closer 'til our eyes meet. You won't ever be alone, wait for me to come home.
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 16/10/2016
›› Commérages : 107
›› Pseudo : --
›› Célébrité : Shia Labeouf
›› Schizophrénie : --
›› more about me

Re: In my diary, you appear in the short chapter of happiness ! ✻ ( Jeu 27 Oct - 12:35 )


Nila & Elijah


In my diary, you appear in the short chapter of happiness !


Quelques clics de confirmation plus tard, le livre était commandé et la date de livraison était affichée. Les délais étaient rapides, malgré le fait que nous n’étions pas dans une grande ville. Mes yeux rivés sur l’écran, je ne m’étais même pas rendu compte que quelqu’un avait approché le comptoir. Ce ne fut que le bruit des ongles qui dansaient sur le bois du comptoir, qui me fit lever la tête vers la personne qui attendait sagement que je lève la tête. Mais quelle ne fut pas ma surprise lorsque mon regard se posa sur des traits aussi familiers et auxquels je ne m’attendais absolument pas. Nila ! Mon amie, ma complice, et ma plus belle rencontre de l’université de Duke. Nous nous étions perdus de vue après le cursus universitaire, il y avait quelques années, et jamais je n’avais pensé pouvoir la croiser à nouveau. Son visage doux et son sourire lumineux apparaissaient pour moi comme une illusion de mon esprit. A croire que je rêvais et qu’elle n’était qu’une apparition à laquelle je ne pouvais croire. Mais tout ceci était bien réel… D’ailleurs, en quelques secondes, la jeune femme contourna le bureau, tandis que je me levai de ma chaise avec hâte, pour nous retrouver l’un et l’autre dans une accolade, comme nous le faisons à l’époque, pour se réconforter ou simplement parce que nous ne nous étions pas vu depuis quelques jours.

Nila était à nouveau là, dans mes bras et moi dans les siens. Ses beaux cheveux bruns qui caressaient ma joue. Son odeur, toujours agréable, qui éveillait en moi des souvenirs olfactifs synonymes de merveilleux moments passés ensemble, à cette époque innocente qui fut sans doute la période la plus heureuse de ma vie. Mes yeux se fermèrent quelque secondes, comme si je voulais profiter de cet instant et des sensations qui me revenaient. J’étais vraiment heureux de l’avoir retrouvée, en cet instant, car après l’université, je pensais bien l’avoir perdue à tout jamais.

Quelques secondes plus tard, notre accolade prit fin, lorsque nous nous écartions l’un et l’autre, avant que mes yeux ne plongent dans les siens. Il était difficile pour moi de cacher ma joie et j’avais d’ailleurs fais totalement abstraction de tout ce qui se passait autour de nous. Les clients, les étagères, tout ceci avait disparu de mon esprit. Alors, en prenant soin de bien articuler comme je le faisais auparavant, j’avais confié à Nila avec un sourire des plus sincères « Nila ! Je suis tellement content de te revoir ! Tu vas bien ?». J'étais confus et ne savais pas trop comment amorcer la conversation. Mais quelque chose avait changé dans cette habitude-là. A aucun instant le regard de la jeune femme avait quitté le mien pour aller se concentrer à lire sur mes lèvres. C’était étrange, mais je préférais attendre sa réaction éventuelle avant d’entreprendre quoi que ce soit en langage des signes.

Code by Fremione.


_________________
Elijah Newton

Once you're immersed in a book, the world around stops to exist. You can run, you can fly and do what ever the author allow you to live

Revenir en haut Aller en bas
Friends can break your heart too

❝ Family don't end with blood ❞
Friends can break your heart too
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 21/10/2016
›› Commérages : 65
›› Pseudo : LovelyKat.
›› Célébrité : Vanessa Hudgens.
›› more about me

Re: In my diary, you appear in the short chapter of happiness ! ✻ ( Dim 6 Nov - 18:21 )


Eijah & Nila


In my diary, you appear in the short chapter of happiness !


Retrouver Elijah fut tellement bon que je le serrais un peu trop fort contre moi, et peut-être un peu trop longtemps. Je fermais les yeux, savourant le moment comme si d’un instant à l’autre il allait disparaitre une nouvelle fois, même si de nous deux, j’étais celle qui avait disparu sans donner de nouvelles.
Avoir été sourde m’avait permis de développer mes autres sens, notamment mon odorat, et ce dernier fut comblé de retrouver le doux parfum d’Elijah, le même qu’à l’université. Etrangement, aucun souvenir ne refit surface juste une sensation de bien-être, une sensation de douceur, comme quand j’allais rendre visite à mes grands-parents et que l’odeur des plats cuisinés envahissait la pièce et me ramenait directement à l’époque de l’innocence de mon enfance. La même sensation que l’on ressent lorsque l’on est fatigué et qu’on se glisse dans notre lit le soir, les jambes et les paupières lourdes. C‘était ce qu’Elijah représentait pour moi, le calme.
Lorsque notre accolade prit fin, une soudaine angoisse vint me serrer l’estomac, Elijah n’était pas au courant de tout ce qui m’était arrivé durant ses années où nous nous étions perdus de vue. Et s’il m’en voulait de ne rien lui avoir dit ? Et s’il ne m’appréciait pas en tant que personne entendante ? C’était ridicule et je le réalisais lorsqu’il me regarda. Je ne sais pas pourquoi je m’étais soudainement inquiétée pour cela, je n’avais eu cette réaction avec aucun de mes amis, mais Elijah c’était différent. Il avait été là lorsque j’avais été seule, loin de tous, à l’université de Duke.

Entendre sa voix m’émeut, je ne m’attendais pas à ça, en fait je ne m’attendais à rien du tout. Peut-être plus grave ou différente, je n’en savais rien, je sais juste que ce n’était pas ce que j’avais imaginé. J’avais eu la même réaction avec tous mes proches : mes parents, Ellie, Hannah, Sophia et maintenant Elijah. Je me remémorais toutes ces fois où il avait parlé, oubliant que je ne l’entendais pas et qu’il s’était senti bête après. Toute souriante, je fis mine de ne pas avoir remarqué qu’il avait parlé et m’éloignais de lui pour signer : j’ai une surprise pour toi. Un peu nerveuse, j’avalais difficilement ma salive. Pour lui comme pour moi ça allait être la découverte, alors d’une voix mal assurée, je déclarais « Je vais bien merci, et toi ? Comment tu vas depuis tout ce temps ? » Je lui souris, fière de moi, de la surprise que je venais de provoquer chez lui. Un brin de malice traversa mon regard avant que l’inquiétude ne le remplace voyant qu’il ne répondait pas.

Code by Fremione.


_________________
SAME OLD LOVE
We keep this love in a photograph, we made these memories for ourselves. Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen still. So you can keep me inside the pocket of your ripped jeans, holding me closer 'til our eyes meet. You won't ever be alone, wait for me to come home.
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 16/10/2016
›› Commérages : 107
›› Pseudo : --
›› Célébrité : Shia Labeouf
›› Schizophrénie : --
›› more about me

Re: In my diary, you appear in the short chapter of happiness ! ✻ ( Lun 7 Nov - 12:30 )


Nila & Elijah


In my diary, you appear in the short chapter of happiness !


Revoir Nila me parler dans le langage des signes me remémorait d’agréables souvenirs du passé. A l’université, c’était un peu notre langage secret. Celui que nous étions quasiment les seuls à pouvoir utiliser et comprendre. Je revois encore le regard médusé des autres étudiants qui ne pouvaient qu’observer nos gestes, nous qui discutions sous leur nez sans qu’ils ne puissent comprendre le moindre sens de la discussion. Une sorte de super pouvoir qu’on avait parfois l’impression d’avoir par rapport aux autres, et j’avais toujours été très honoré que Nila m’ait apprit ce langage pour mieux communiquer avec elle.
Après avoir pris un peu de distance, elle m’annonça par ces gestes dont j’essayais de bien me souvenir leur signification, qu’elle avait une petite surprise pour moi. Je n’eus pas le temps de réfléchir à ce que cela pouvait bien être, qu’une douce mélodie vint caresser mes tympans. Sa voix ! C’était bien la voix de Nila que je venais d’entendre et qui répondait à ma question en plus. Comment était-ce possible ? Avait-elle prit des cours d’orthophonie pour parler ? Peu probable étant donné son élocution aussi fluide et compréhensible que n’importe quelle personne. Il n’y avait qu’une possibilité pour cela : le fait qu’elle entende également ! Tant de questions qui me firent bloquer quelques instants. Peu à peur, l’émotion me gagnait. Moi qui n’avais entendu d’elle que des petits mots à l’université, je me trouvais comme envouté par ce son et sa voix qui s’adressait à moi.
Sur mon visage figé, apparut soudainement un sourire qui laissa ensuite la place à un petit rire. L’expression de la joie et de l’émerveillement en même temps. « Tu parles !? C’est génial ! » J’étais tellement heureux pour elle ! Je me disais que sa vie devait en être complètement changée depuis et que cela avait dû lui ouvrir pas mal de portes. Pendant un court instant également, une légère angoisse effleura mon esprit. Alors que nous venions juste de nous retrouver, n’allait-elle pas me trouver différent ou moins intéressant qu’à l’université ? Toujours ce manque de confiance en soi qui revenait régulièrement hanter mon esprit. Mais au final ce qui était important c’était que Nila parlait et, sans doute, entendait ! Enfin… il me restait à le vérifier.
Sourire aux lèvres, pour répondre à son regard malicieux qui m’avait toujours fait craquer, je m’approchai d’elle en prenant ses mains machinalement comme nous le faisions parfois à l’époque. « Cela veut dire que tu entends maintenant ? ». Mes yeux étaient plongés dans les siens, si sombres et pétillants. Eux n’avaient pas changés et me faisaient toujours le même effet lorsqu’ils m’observaient. L’impression de fondre littéralement et de me perdre dans l’océan brun de ses iris.

Code by Fremione.


_________________
Elijah Newton

Once you're immersed in a book, the world around stops to exist. You can run, you can fly and do what ever the author allow you to live

Revenir en haut Aller en bas
Friends can break your heart too

❝ Family don't end with blood ❞
Friends can break your heart too
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 21/10/2016
›› Commérages : 65
›› Pseudo : LovelyKat.
›› Célébrité : Vanessa Hudgens.
›› more about me

Re: In my diary, you appear in the short chapter of happiness ! ✻ ( Ven 11 Nov - 22:00 )


Eijah & Nila


In my diary, you appear in the short chapter of happiness !


J’avais déjà vu Elijah rire plusieurs fois, à maintes et maintes reprises en réalité. Nous signions et puis soudain, un sourire venait éclairer son visage et tout son corps était pris de soubresauts. Malgré mon handicap, j’avais vite compris ce qu’était de rire car moi aussi je riais, mais en silence j’imagine. Pendant nos années d’études, je l’avais observé, et parfois même il avait ri jusqu’aux larmes, mais jamais je ne l’avais entendu rire, jamais. Alors aujourd’hui c’était étrange, limite gênant en fait. Comme si l’entendre rire violait son intimité, comme si pendant des années il avait fait ça en silence pour une raison. Je fus si surprise par cette réaction que je ne pus m’empêcher de le suivre, et me voilà projetée des années en arrière, dans une bibliothèque à rire avec celui qui était devenu mon meilleur ami, mon acolyte. Il prit alors mes mains dans les siennes et plongea son regard dans le mien. Un sourire des plus niais s’installa alors sur mon visage et j’hochais la tête, les yeux pétillant de malice. « Tu ne vas jamais me croire, j’ai tant de choses à ta raconter ! ». Je le poussais alors doucement en arrière jusqu’à ce qu’il s’asseye sur son fauteuil, puis je poussais les papiers sur son bureau et m’aidais en sautant pour m’y installer. « C’est une histoire de fou je te jure ! Quand je suis rentrée à Duke, j’ai lu une étude sur un chirurgien européen capable de faire des miracles pour les gens sourds, comme moi. C’est pour ça que j’ai travaillé pendant toutes ses années, j’ai économisé pour pouvoir me payer le voyage et l’intervention. Je n’en ai parlé à personne, pas même à mes parents. J’avais trop peur de donner des faux-espoirs à mes proches. » J’aurais voulu tout lui raconter d’un coup mais je marquais tout de même une pause, histoire de le laisser digérer tout ça. Il venait tout de même d’apprendre que durant toutes nos années d’études je lui avais mentis. A plusieurs reprises il m’avait interrogé sur mon souhait de retrouver l’ouïe, si j’avais déjà pensé à subir des interventions ou me faire poser des implants auditifs. A chaque fois j’avais répondu par la négativité, prétextant être heureuse comme j’étais et n’avoir besoin de rien d’autre. La vérité c’était que depuis le début j’avais pris contact avec ce chirurgien pour intégrer son essai clinique et que tout ce que j’avais fait durant toutes ces années n’avait pour seul but de rejoindre son institut. Je consultais ma montre, l’heure de la fermeture approchait à grands pas. « Il commence à se faire tard, si tu m’autorises à pénétrer dans votre salle de pause sacrée je peux nous préparer des cafés pendant que tu fermes, on sera plus tranquilles pour discuter comme ça. » Je lui fis un clin d’œil et sans même attendre sa réponse, sautais du bureau pour me poster debout devant lui, les poings sur les hanches.  La vérité c’était que j’étais si heureuse de le retrouver que je n’avais pas du tout envie de le laisser partir de si tôt, j’avais envie de rattraper le temps perdu, quitte à lui faire faire des heures supplémentaires. « Alors, partant pour un petit briefing ? » Pas un seul instant je réfléchis au fait qu’il puisse avoir des choses à faire, une sortie de prévue ou même une famille à retrouver après le travail.

Code by Fremione.


_________________
SAME OLD LOVE
We keep this love in a photograph, we made these memories for ourselves. Where our eyes are never closing, hearts are never broken and time's forever frozen still. So you can keep me inside the pocket of your ripped jeans, holding me closer 'til our eyes meet. You won't ever be alone, wait for me to come home.
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 16/10/2016
›› Commérages : 107
›› Pseudo : --
›› Célébrité : Shia Labeouf
›› Schizophrénie : --
›› more about me

Re: In my diary, you appear in the short chapter of happiness ! ✻ ( Sam 12 Nov - 20:05 )


Nila & Elijah


In my diary, you appear in the short chapter of happiness !


Quelques instants après ce contact entre nos mains, et nos regards, je fut dirigé vers ma chaise de bureau par Nila qui semblait ne plus tenir de tout me raconter. Elle était pétillante, débordante d'énergie et semblait parler comme un moulin à parole ce qui était totalement inhabituel pour moi et contraire à tous les souvenirs que j'avais de la jolie brune. Elle qui était si calme et silencieuse à l'université. Enfin en apparence, car j'avais eu la chance, a force de trainer a ses cotés, de pouvoir déceler la moindre de ses émotions dans son regards, ses mimiques !
En tout cas, en cet instant, n'importe qui aurait pu dire que Nila semblait toute enjouée.  Je l'écoutais me raconter comment elle en était arrivé là. Cela me fit comprendre qu'elle avait bien caché son jeu et dissimulé ses espoirs d'entendre un jour. Mais comment lui en vouloir ? Elle avait fait ça d'elle même ce qui me confirma ce que je pensais déjà d'elle : qu'elle était quelqu'un de forte et pleine de ressources. C'était super de la revoir ! Elle était différente aujourd'hui mais elle semblait si heureuse que je ne pouvais m’empêcher de me réjouir pour elle.

Il se faisait tard, plus aucun client n'était présent, je venais de le constater en balayant les alentours du regard. Par ailleurs, le moniteur qui se trouvait vers le bureau à coté du mien, semblait me montrer des images désertes de la bibliothèque qui provenaient directement des caméras de surveillance. Ce soir, ce serait à moi de fermer boutique, alors après tout pourquoi ne pas céder à la tentation de prolonger un peu pour écouter Nila me raconter sa vie.« Attends, deux secondes ! » Je me levai de ma chaise pour actionner la fermeture des portes, histoire d'être sur que personne n'entre. Après quoi, j'ouvris la porte de la salle de pause à mon ancienne meilleure amie pour qu'elle entre, comme elle me l'avait proposé juste avant.« Fais comme chez toi ! Y'a une machine à dosettes là... ». Dis-je en désignant le coin de la pièce prévu à cet effet. Cet endroit était une petite bulle réservée uniquement aux employés ! Mais hors des heures d'ouvertures, je pouvais bien me permettre de recevoir une vieille connaissance pour quelques minutes de plus ! J'avais la chance d'avoir pour patron un gérant plutôt souple et tolérant avec ses employés, du moment que le travail demandé était fait et bien fait.« J'imagine que ta vie est complètement changée maintenant ? ». De mon coté, j'avais passé les mains dans le petit buffet qui se trouvait à proximité pour en ressortir deux tasses que je tendis ensuite à Nila qui s'était proposée pour faire le café. Les dosettes étaient en évidence sur la table, dans des petites rangements verticaux en acier. Tout était là pour faire le café !

Code by Fremione.


_________________
Elijah Newton

Once you're immersed in a book, the world around stops to exist. You can run, you can fly and do what ever the author allow you to live

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞


›› It's my life
›› more about me

Re: In my diary, you appear in the short chapter of happiness ! ✻ ( Aujourd'hui à 20:47 )

Revenir en haut Aller en bas

In my diary, you appear in the short chapter of happiness !

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Woodbridge Avenue :: New Hanover Library
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération