Sorry, it was not a you I was talking [Jesse & Thalia]

 :: the city of cap harbor :: Woodbridge Avenue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 17/10/2016
›› Commérages : 46
›› Pseudo : Gwen
›› Célébrité : Jenna Dewan
›› Schizophrénie : Nop
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Sorry, it was not a you I was talking [Jesse & Thalia] ✻ ( Mer 2 Nov - 14:50 )

Sorry, it was not a you I was talking.

feat. Jesse & Thalia

Il y a des jours où je suis persuadée qu'une personne nous suit dans l'unique but de faire en sorte que les vingt quatre heures qui constituent une journée complète, soit un véritable calvaire. Ma journée avait très mal commencé, panne de réveil, je me suis levé en sursaut, en voyant que mon réveil n'affichait pas d'heure, j'ai vite compris que je n'avais plus d'électricité dans la maison. Je me suis donc muni de mon cellulaire pour me diriger vers la sortie de ma chambre sans embûche. Jusque-là, je n'avais pas trop à me plaindre. Malheureusement, quand j'ai voulu prendre une douche, l'eau froide m'a très vite assailli au moment du rinçage. Je n'apprécie pas vraiment ce genre de surprise dès le matin. J'ai ensuite glissé sur le carrelage de ma salle de bain et j'ai stoppé ma course dans la sèche serviette. Je n'étais pas du genre poisseux, mais là je devais avouer qu'il était temps pour moi d'aller me dénicher une pâte de lapins ou un trèfle a quatre feuilles, enfin brèves n'importe quoi qui pourraient me porter chance et m'aider à survivre à cette journée. Je ne parlerais même pas du passage du petit déjeuner, qui a été inexistant étant donné que je n'avais aucun moyen de me chauffer une tasse de café, j'ai donc décidé de me procurer cette petite boisson chaude et énergisante au Starbucks au coin de ma rue. J'étais en retard au travail, j'ai donc rapidement dû me préparer, sans omettre une petite touche de maquillage pour être présentable auprès des patients. Je sors de chez moi et avant même de monter dans ma voiture je remarque que les deux pneus à l’arrière sont absents. Oui, on m'avait volé mes pneus arrière. J'ai donc pris la décision de courir jusqu'au travail, même si j'ai hésité à retourner directement dans mon lit pour simuler une bonne grippe. J'ai pris deux minutes supplémentaires pour me prendre un café, je ne pouvais pas commencer ma journée de travail sans cette boisson, je ne survivrais pas sans mon café matinal. C'est en courant la main sur mon gobelet afin d'éviter toute éclaboussure que je suis arrivée devant l’hôpital. J'ai affiché un sourire, fier de ne pas avoir fait tomber ma boisson et d'être parvenue jusqu'ici sans aucune embûche. Je pensais que la journée serait sans doute mieux par la suite.

Mon service a commencé rapidement, étant donné que j'étais en retard, j'ai dû me farcir un patient très très désagréable. Vous connaissez les légendes sur les petits vieux en manque qui ne se sentent plus devant une ravissante jeune femme? Je confirme qu'elles existent! Je suis tombée sur un vieux pervers qui ne parvenait pas à garder ses mains en place. Il a dû me toucher les fesses une bonne dizaine de fois, sans compter ma poitrine et ses propos plus que douteux. Il a fallu toute la volonté du monde pour ne pas étriper ce type sur-le-champ. La pause de midi arrivant je soupire de soulagement. Enfin, une pause, un moment pour souffler. Je me dirige à la cafétéria avec une collègue pour manger tranquillement, je récupérer mon plateau et me dirige vers la table. Une fois installer j'étais prête à attaquer mon repas, je peux vous assurer que se remplir l'estomac après une journée pareil est vraiment agréable. Il ne me restait plus que deux heures à tenir, sachant que mon cher petit vieux était encore hospitalisé, on ne trouvait pas la maladie qu'il l'avait amené dans notre enceinte, mais je priais pour que ce soit fait au plus vite, je ne supporterais pas ses mains baladeuses une minute de plus. Mes deux dernières heures ont été impitoyables, je n'en pouvais plus, je n'avais qu'une chose en tête rentrer chez moi. Ma supérieure débarque une demi-heure avant que je ne termine mon service avec un bouquin a la main. " Thalia je peux te demander un service." Je lève les yeux vers elle, fronçant les sourcils, j'espérais que ce n'était pas de faire du rab aujourd'hui, j'en aurais été incapable. " J'ai ce livre à ramener à la bibliothèque, tu peux le faire pour moi? Je dois le rendre ce soir avant qu'il me facture ce bouquin. Je ne peux pas m'y rendre mon fils à une audition pour entrer dans son équipe de basket, j'aimerais vraiment être là pour lui." Je soupire intérieurement, comment lui refuser et faire de la peine à son fils qui serait certainement déçu de ne pas voir sa mère à un des moments les plus importants de sa scolarité. " Bien sur, mets le dans mon sac dans les vestiaires." Elle m'adresse un large sourire et me remercie au moins quatre ou cinq fois avant de repartir le pas léger. J'étais vraiment trop gentille. Ma journée était enfin terminée, je dépose négligemment ma blouse et mes chaussures dans mon casier pour revêtir mes vêtements de civils. Il était assez tard et je suis arrivé tout juste à la bibliothèque pour rendre le livre. C'était enfin le moment de rentrer, je fouille dans mon sac pour trouver mon portable quand ce dernier le file entre les doigts pour finalement se perdre dans une grille dans le sol. " ce n'est pas vrai!" Je soupire, passent mes mains dans mes cheveux. " Non mais tu y crois toi de vivre des journées aussi pourries?" Je me mettais encore à parler seule, c'était peut-être stupide, mais c'était une manie que j'avais, de plus j'évitais de tout casser en agissant ainsi. Je lève les yeux au ciel pour m'agenouiller afin de tenter de récupérer mon cellulaire. " Soit sympa viens là!" Je ne parvenais pas à l'attraper. " Qu'est-ce que j'ai fait dans une vie antérieure pour mériter un tel traitement" Je reste assise par terre observant mon téléphone impuissant et démuni. " Tu crois vraiment que ça existe des journées aussi pourries que la mienne?" Je me pose souvent des questions, oui je sais c'est dérangeant peut-être, mais j'étais ainsi, comme je dis souvent je me parle souvent à moi-même, car j'ai besoin de l'avis d'un expert. C'était plutôt une repartie que je lance à mes amis, mais en réalité je suis perdue quand j'agis ainsi.

made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas

Sorry, it was not a you I was talking [Jesse & Thalia]

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Woodbridge Avenue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération