Sunday Bloody Sunday [Lincoln]

 :: the city of cap harbor :: Silverlake Bar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/10/2016
›› Commérages : 307
›› Pseudo : Daria
›› Célébrité : Cara Delevingne
›› Schizophrénie : Ethan Ash-sexy-ford, Marty McSchtarbé
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Sunday Bloody Sunday [Lincoln] ✻ ( Sam 5 Nov - 19:54 )

Sunday, bloody Sunday

   

« Junior, tu te couches, oui ou merde ?! »

Junior. C’est comme ça qu’elle surnomme le nouveau, parce qu'il est nouveau, alors qu'il est en fait bien plus âgé qu’elle et qu'il s’appelle Lincoln, chose qu’elle sait pertinemment mais qu’elle a fait semblant d’oublier, comme à son habitude, pour montrer combien elle se fout des gens qui l’entourent. Le pauvre gars se fait plumer, mais ce n’était pas faute de l’avoir prévenu. MacLewis est sans pitié. Surtout qu’elle se dit qu’un mec de son âge, s’il joue à leur table alors qu’il n’est pas expert, c’est qu’il a de l’argent à perdre. Tout le contraire de Daria qui, du haut de sa jeunesse insolente, maîtresse du bluff, joue au poker parce qu’elle a de l’argent à amasser. « Il s’appelle Lin… » - « Je m’en fous ! », coupe t-elle. La concentration est de mise. Difficile de tenir une conversation normale quand Daria est là pour vous dire de la fermer. Alors qu'elle a eu des mains de merde à peu près toute la soirée et qu'elle a surtout gagné des manches par le bluff, la petite teigneuse affiche une moue victorieuse lors de sa dernière partie. C'est la meilleure main du soir (voire de la semaine), elle sait donc dès le début qu'elle va l'emporter et tout amasser. Durant le jeu, c'est l'hécatombe, les gens se couchent un à un, jusqu'à ce qu'ils ne soient plus que trois pour le bras de fer final. « Coyote, Betty Boop, on arrête le massacre, montrez vos cartes », exige la jolie blonde au caractère merdique. Ils sont verts quand c’est au tour de Daria de montrer les siennes, elle les explose tous avec un foutu carré de valets qu'ils n'ont clairement pas vu venir. Triomphante, Daria ricane et tire sa révérence. Elle amasse son butin qu’elle range dans son Estpack d’adolescente. « Allez, ciao les loosers ! » lance t-elle à la cantonade en jetant son sac sur l’épaule, avant de déguerpir dare-dare.

Une fois dehors, la teigne sort son paquet de clope de sa veste en cuir et en tire une entre ses dents. Elle la fume joyeusement tout en sillonnant le parking pour rejoindre sa voiture, un objet de collection qu’elle essaie de chérir comme la prunelle de ses yeux (la blonde a un peu de mal à être prudente au volant). Cette 1968 Plymouth Road Runner 383, Daria a réussi à l’obtenir d’un homme sénile qu’elle a chouchouté bon gré mal gré pendant cinq putains d'années dans l’espoir qu’il mette son nom sur son testament pour ce bien en particulier… le plus beau jackpot jamais empoché par cette grosse imposteur, qui a quand même eu un sacré pincement au coeur à la mort du vieil homme, même si elle ne l'avouerait certainement pas. Elle pourrait être riche, si elle revendait cette caisse aux enchères, mais elle ne le fera pas parce qu’en réalité, Daria est attachée à la rareté, à la beauté, et pas à l’argent. Non, pas à l’argent, même si elle se donne des airs de rapiat en jouant au poker, en pariant, en mettant des couteaux sous la gorge des gens pour récupérer ce qu’on lui doit, tout ça, ce n’est qu’un prétexte, une image d'égoïste avare qu’elle aime bien véhiculer. Daria se montre plus mauvaise qu’elle ne l’est réellement, elle veut qu’on n'attende rien d’elle, qu’on n’espère rien d’elle, qu’on la méprise comme elle se plait à mépriser le monde qui l’entoure. Mais cette teigneuse qui ne fait confiance à personne… elle a en réalité bien plus de cœur qu’elle n’osera jamais l’admettre.

En chemin, une boule de stress se forme dans sa poitrine tandis qu'elle a l'impression qu'on la suit. Ramenant son poing serré contre elle, celui qui tient ses clés, Daria baisse la tête et se prépare à l'envoyer dans la tronche de la personne qui risque de vouloir lui chiper son sac. Elle connaît les risques d'être une poule aux oeufs d'or, surtout que ce soir, il y avait pas mal de têtes qu'elle ne connaissait pas au Silverlake. Finalement, les pas s'éloignent. Daria range son sac dans le coffre, jette son mégot, et s'installe au volant de son joli bolide en lâchant un soupir de soulagement. C'est bon, personne ne va essayer de la tuer ! Le stress a quand même du mal à redescendre. Petit coup d’œil dans le rétro, et marche arrière rapide. Daria ne se retourne avec un léger temps de retard pour regarder derrière et… avant qu’elle ne puisse comprendre quoi que ce soit, le cul de son véhicule percute le flan d’un autre (qui n’avait pas une allure correcte non plus étant donné qu’ils sont sur un parking). La jolie blonde subit une forte et brusque secousse, mais sa ceinture l’empêche de se retrouver la tronche écrasée sur le volant. Ça fait un peu mal quand même, c'est comme si son coeur lui était sortit de la poitrine ! Après le choc, elle reste une demi-seconde les yeux grands ouverts de stupeur, le temps de réaliser ce qu’il vient de se produire, et lâche un long cri strident en comprenant que, dieu, sa précieuse voiture a pris cher ! Elle détache sa ceinture en s’y emmêlant frénétiquement les bras, ouvre la portière n’importe comment, sort en se cassant à moitié la gueule et se précipite vers l'arrière. La première chose dont elle prend note, c’est que le conducteur de la voiture qu’elle a percuté est conscient, et qu’il n'a pas l’air trop mal, et Daria s’en désintéresse donc aussitôt pour feindre qu’il n’a jamais existé. Elle se rend compte, au final, qu’elle n’est pas trop à plaindre. Son magnifique tas de ferraille ancien détient une résistance à tout péter, la blonde a ainsi le plaisir de constater que, contrairement au gars qu’elle vient de percuter, les dommages matériels sont aussi mineurs que les dommages physiques sur elle. RAS, quoi !

« Mon Dieu, pardonne mes blasphèmes, je ne douterai plus jamais de ton existence ! », soupire t-elle en joignant les mains, se foutant complètement de l’autre mec.

(c) naehra.



Dernière édition par Daria MacLewis le Dim 6 Nov - 3:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 30/10/2016
›› Commérages : 168
›› Pseudo : mr.turtle
›› Célébrité : Andrew Lincoln
›› Schizophrénie : Le sauveur de tortues, kiné pour les gens cassés : Remy Mayfield
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Sunday Bloody Sunday [Lincoln] ✻ ( Dim 6 Nov - 1:56 )

- J'ai envie de frapper cette nana qui nous a plumé.
- Ça ne sert à rien mec. Elle a gagné notre argent. Demain elle aura moins de chance et on pourra récupérer notre argent.
- J'ai mieux, on récupère notre argent là maintenant.

- Moi je vais y aller aussi. Je quitte. soupira-t-il, ne voulant pas davantage entendre cette discussion et ne voulait pas être mêlé à ce qui pourrait être appelé du vol.
- Ok Lincoln. Au moins toi, t'es sympa comme joueur ! On se revoit ?
- Je verrai... Probablement oui.


Échange rapide de poignée de mains, de paroles. Linc récupéra son argent et le rangea dans un petit sac. Bon, il ne s'en était pas trop mal sorti, il repartait avec la même somme qu'il avait au départ. Il avait gagné au début, la chance du débutant et il finissait par tout perdre au fur et à mesure depuis que cette Daria était arrivée. Elle était une joueuse assez redoutable et fallait le reconnaître, une bonne bluffeuse. Elle avait un parfait don d'énerver les gens dont Linc qui essayait de garder le calme depuis tout le début. Il la tolérait, il s'était fait plumé quand même... Mais au moins ça lui avait permis de se mettre dans le bain, il connaissait les règles du jeu et comment analyser les joueurs... Ce n'était pas un jeu de carte, peu importe si y avait des bonnes cartes ou des mauvaises, l'important c'était de savoir bien s'en servir. C'était tout un art. Il se couchera moins con ce soir, c'est sûr.

Peut-être que c'était une idée, mais elle n'était pas forcément bonne. Cela n'allait pas remplacer son boulot, peut-être que Linc avait espoir que ça pourrait redresser un peu la situation financière, mais aussi pour progresser en poker contre ses frères, il était celui qui perdait assez régulièrement. Cependant, à force de perdre assez souvent, il savait comment éviter les situations classiques et ça l'avait aidé ce soir. À part cette Daria qui avait gâché sa soirée et qui l'avait mis plus ou moins de mauvaise humeur.

Daria était une blonde, assez impolie comme si elle cherchait volontairement à se faire des ennemis, que les gens la détestent. En fait, elle avait l'air de s'en foutre de l'opinion des gens, elle n'hésitait pas à être cassante et à se faire mal voir. Lincoln n'était pas psy et franchement, ce genre de chose lui donnait mal à la tête, mais il observait bien et il pouvait plus ou moins reconnaître ce genre de comportement. Pas parce qu'il était comme ça lui-même, en fait, il ne savait pas trop, mais c'était un peu familier ou soit c'était l'effet du poker qui le rendait attentif sur la façon d'être chez les personnes, doublé de l'expérience.

Enfin bref. En dehors de cette fille, il avait passé une bonne soirée, qui rattrapait un peu sa journée de merde. Le matin avait bien débuté, avec une balade à cheval, mais après, l'après-midi, c'était un rendez-vous avec la banque qui l'avait miné. Linc ne savait pas trop quoi faire, il n'avait pas l'envie de reprendre le métier pour le moment et puis, il avait repensé à l'idée du poker, la soirée dont il avait entendu parler d'un ami. Voilà comment il s'était retrouvé ici.

Bon, il était parti parce qu'il se sentait fatigué et aussi parce qu'il en avait marre ... Et aussi parce qu'il avait l'impression que ça partait trop loin avec cette discussion de récupérer l'argent. Les autres joueurs semblaient être super remontés contre cette fille qui avait tout gâché, elle était venue comme une tornade en prenant tout l'argent. Lincoln avait perdu ce qu'il avait gagné et s'était senti mal à l'idée qu'il était pas loin de tout perdre. Il n'avait pas pris tout l'argent qui lui restait bien sûr, juste de quoi rester pour une soirée.

Enfin bref, il était sorti et respira enfin l'air frais. Il voyait la fille blonde, sûrement Daria encore qui marchait et qui allait sûrement vers le parking. Bah tient, lui aussi il allait vers le parking... Il la suivit un petit peu avant de trouver sa voiture en premier. Il s'y installa et déposa l'argent à côté de son pied, ne voulant pas laisser ce petit sac à la vue de tous. Il ne savait jamais à quoi s'attendre, il y avait bien des gens qui cassaient les vitres et qui chopaient l'argent comme ça. Un truc de ouf. Il démarra la voiture tranquillement, comme d'habitude et comme c'était plus ou moins un habitué, il connaissait le parking du bout de ses doigts. Il recula la voiture après avoir vérifié des deux côtés et roula vers la sortie tranquillement, en prenant un peu d'allure...

Sauf que l'inattendu se produisit.

En fait. Il ne comprit rien à ce qui s'était passé. Normalement un putain de choc comme celui-ci, ça devait l'aider à avoir une illumination ! Mais au contraire ! Il avait l'impression qu'il était devenu plus abruti, faudrait que ces gens qui ont eu ce genre de choses expliquent un peu mieux là ! Il avait vu tout blanc d'un coup, avec une douleur subite et la sensation de se propulser vers le côté. Il avait entendu un bruit et puis plus rien, ses oreilles commençaient à siffler. Tout s'était arrêté, il ne bougeait plus, il avait même relâché son volant et avait l'impression d'avoir mal à la poitrine à cause de la ceinture, puis le airbag qui s'était activé.

- C'est ... Quoi ... CE BORDEL ?! finit-il dans les pensées alors qu'il essayait de reprendre ses esprits et analysa la situation.

Il entendit un cri assez strident, comme si ce n'était pas suffisant les petits acouphènes dans ses oreilles, ainsi que la tête qui tournait. Lincoln lâcha un soupir et porta la main contre la tête qui lui faisait mal. Sang ? Oh merde. Il s'était pris l'arrière de la voiture en plein côté gauche ? En plein côté conducteur ? Ce connard de conducteur venait pas de défoncer la portière et bousiller son rétroviseur, d'autres dégâts dont il n'avait aucune idée ? Premier réflexe, c'était détacher la ceinture, essayer d'ouvrir la portière et ça ne marchait pas, forcément, elle était défoncée ... Il pouvait pas trop bouger de là où il était. Il essaya en grimaçant et en grognant de douleur, de s'extirper du côté droit de la voiture. C'est au moment où il réussit à ouvrir la portière et qu'il essaya de se remettre debout, ce qui était une mauvaise idée, puisqu'il était pas totalement capable de se tenir debout dans un premier temps à cause de sa jambe, sûrement à cause de la tête qui tournait. Il se tint en équilibre en s'appuyant contre la voiture tout en faisant attention à sa main qui lui faisait un mal de chien. Ah bordel, tout le côté gauche lui faisait super mal, c'était pas étonnant non plus après le choc qu'il s'était pris... !

Il vit cette blonde de malheur, la pouffiasse qui l'avait plumée tout à l'heure au poker. Elle réagissait comme si ça l'amusait de défoncer la voiture des autres ! Bon ok, tout à l'heure ça allait, il tolérait le poker mais là ...

- Espèce de fille de pute ! Ça t'amuse de défoncer la voiture des autres comme ça mais je te jure que ça va pas du tout être drôle quand tu vas devoir rembourser les réparations connasse !! s'énerva-t-il quand il reprit enfin ses pensées, quand il réalisa toute la situation.

Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/10/2016
›› Commérages : 307
›› Pseudo : Daria
›› Célébrité : Cara Delevingne
›› Schizophrénie : Ethan Ash-sexy-ford, Marty McSchtarbé
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Sunday Bloody Sunday [Lincoln] ✻ ( Dim 6 Nov - 18:16 )

Sunday, bloody Sunday

   

Le monsieur, qui fait une petite danse du ventre en se déplaçant sur le siège passager afin de pouvoir sortir de sa caisse, est très, très furax. « Espèce de fille de pute ! », Daria laisse tomber les mains le long de son corps et se tourne vers lui, avec une petite mine mi inquisitrice, mi curieuse, l’air de dire : Oui, c’est moi, que puis-je pour vous ?

« Ça t'amuse de défoncer la voiture des autres comme ça mais je te jure que ça va pas du tout être drôle quand tu vas devoir rembourser les réparations connasse !! » Vexée, Daria ? Ha. Ha. Elle préfère les insultes aux convenances, ça lui glisse donc complètement sous les pompes. Enfin, elle ne comprend pas pourquoi il traite sa mère de pute. D’une certaine façon, c’en était peut-être un peu une, certes, mais ce n’est pas elle qui a foutu en l’air sa caisse, c’est Daria. Et donc c’est Daria, la catin. Ils sont bizarres les gens, je vous jure. Elle ne le voit pas très bien à cause de l’obscurité de la nuit, il faut un temps d’adaptation à ses yeux avant qu’elle le reconnaisse enfin : « Junior ? » dit-elle en haussant un sourcil, le petit brin de surprise et de nonchalance dans sa voix calme tranche complètement avec le ton colérique de l’autre homme.

Une demi-seconde plus tard, elle fronce les sourcils tandis qu’elle tique sur ses paroles, et elle s’emporte aussi : « Je vois clair dans ton jeu, vieux shnock ! Jette un œil à ma voiture, pis regarde ta ferraille toute moche ! A qui profite le crime, hein ?! T’as fait exprès de t’mettre sur ma route parce que j’t’ai plumé ! AVOUE ! ». Ça semble logique, elle avait bien remarqué comme il était calme, patient, à table, un comportement foutrement suspicieux comparé aux autres avec qui elle s’est prise la gueule plus d’une fois. De toute façon Daria, si vous êtes trop sympa, elle ne peut pas vous sentir, parce que vous chlinguez l’autosuffisance, la condescendance et la putain d’hypocrisie. Ce type là, avec sa caisse à la con, il devait avoir plein de trucs à y faire réparer sans avoir assez de thune, alors du coup, autant se la faire cartonner par quelqu’un qui pourra payer un ravalement de façade entier ! Et ouais, la blonde salut l’initiative, c’est malin, c’est chien, c’est digne d’elle ! Bravo Lincoln, t’es un beau connard et t’as parfaitement raison d’agir ainsi, on ne dirait pas comme ça mais t’as l’approbation de Daria. Tu t’en fous ? Elle s’en fout. Par contre, elle ne montre rien de ce qu’elle pense. Daria, elle, elle fait semblant d’être furieuse aussi qu’on veuille lui chiper du fric, pour répondre à sa réputation de rapiat, reine du moi-moi-moi. Les poings serrés, elle ponctue ses paroles non pas en tapant d’un seul, mais en tapant des deux pieds sur le sol, c’est possible oui, et ça ressemble à un petit saut rageux qui fait crier le bitume à cause des talons de ses bottes cavalières. Comme elle n’a pas froid aux yeux, Daria s’approche de l’homme en contournant la voiture pour le rejoindre, puisqu’il a pas bougé de sa place, tout en braillant : « T’auras pas un rond de ma poche ! ».

Son regard émeraude à la lueur de la lune, qui lance des éclairs, s’arrête alors sur la jambe ensanglantée de l’homme, et elle fige sur place. Ce n’est pas si… grave, hein ? se demande t-elle, et le pire, c’est qu’elle n’a pas peur de Lincoln, ni des conséquences que ça peut avoir sur son porte-monnaie si elle doit lui faire réparer ça aussi. Non. Mais s’il ne pourra plus jamais marcher convenablement à cause d’elle, les remords la boufferaient, parce qu’elle s’en fout beaucoup moins qu’elle le prétend. « Bah voilà ce qui t’arrives, à trop faire l’con ! », grince t-elle sans se démonter pour autant, parlant comme si c’était lui qui s’était fait ça tout seul comme un grand. « Bouge-toi, je t’amène aux urgences ! » s’exclame t-elle en sautant sur le capot de sa voiture défoncée. Elle fait deux pas dessus (la flemme de contourner à nouveau, surtout qu’elle est déjà foutue, cette bagnole, de toute façon) et saute de l’autre côté pour retourner auprès de sa Plymouth Road Runner. En ayant percuté Lincoln, maintenant, elle a assez de place pour se dégager par une petite marche avant, et une autre arrière, et vu la manœuvre un peu trop rapide à la Dr. Dre qu’elle fait, avec crissements de pneus inclus, on dirait qu’elle n’a pas du tout retenu la leçon de son accident. Daria aurait pu se barrer aussi sec sans se retourner, vous me direz, mais non, elle n’est pas ce genre de garce, et elle s’arrête à quelques mètres de Lincoln pour l’inciter à se ramener. Hors de question d’aller l’aider à marcher par contre. Daria déteste toucher les autres autant qu’on la touche. Il n’a qu’à se ramener à cloche-pied ou en rampant, elle s’en contrefout total.

« Magne ton cul, j’ai pas toute la nuit ! »

(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 30/10/2016
›› Commérages : 168
›› Pseudo : mr.turtle
›› Célébrité : Andrew Lincoln
›› Schizophrénie : Le sauveur de tortues, kiné pour les gens cassés : Remy Mayfield
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Sunday Bloody Sunday [Lincoln] ✻ ( Dim 6 Nov - 20:37 )

Junior ? Oui forcément qu'elle ne l'avait pas reconnu, avec toute l'obscurité. Lui il pouvait la reconnaître parce que personne d'autre que Daria ne pouvait avoir une telle silhouette, il n'avait pas vu qu'elle s'était garée ici et elle n'avait pas activé les phrases à temps en plus. Quelle connasse. Elle l'avait fait exprès, il en était sûr, elle prenait un malin plaisir de faire chier les gens comme ça en défonçant les biens, sauf que là... Linc n'allait pas la laisser s'en tirer. C'en était hors de question. Il n'avait pas les moyens de réparer sa voiture en plus, elle tombait super mal ! Il voulait bien la réparer lui-même, mais là ... C'était tout le côté gauche qui était défoncé, il devait changer la portière sûrement. Il devait regarder les dégâts de plus près. En tout cas, c'était drôle le contraste, mais Daria le jouait tellement bien. Ils venaient de s'échanger les rôles. Tout à l'heure elle n'était pas calme durant le jeux alors que lui oui, maintenant c'était l'inverse.

« Je vois clair dans ton jeu, vieux shnock ! Jette un œil à ma voiture, pis regarde ta ferraille toute moche ! A qui profite le crime, hein ?! T’as fait exprès de t’mettre sur ma route parce que j’t’ai plumé ! AVOUE ! »

Ou pas.

En plus le plus drôle dans tout ceci, c'était que Lincoln y avait pensé quelques jours plus tôt quand il avait eu son instant de frayeur en remarquant que sa voiture ne voulait pas démarrer du tout, un bon petit matin. Il avait pensé que ce serait bien que quelqu'un déclenche un petit accident, sans gravité mais qui pourrait l'aider dans la réparation de cette voiture. Apparemment, le ciel l'avait entendu et voilà qu'il se retrouvait face à une Daria énervée aussi. Enfin, Lincoln ne se laissa pas déstabiliser, il garda toujours son expression de colère et énervé. Il eut ce moment de stupeur comme quoi il était surpris par l'accusation de cette fille, après tout, peut-être qu'il y avait pensé, mais il ne lui laissera pas dire ça.

- Ce que je voulais tout simplement faire, c'était de quitter cet endroit ! T'es une putain de parano ! Tu penses que ça m'aurait plu de risquer ma vie en me faisant défoncer par une connasse comme toi ?! T'avais même pas allumé tes feux à l'arrière et t'es apparu comme une putain de magicarpe sauvage... Ou un putain de Ronflex qui décide de bloquer cette voie ! T'es pas Seule Au Monde ! Un moment donné va falloir assumer tes responsabilités ! s'énerva-t-il avec ces comparaisons de merde. Excusez-le, il s'était pris un coup sur la tête.

Il n'avait même pas tilté que c'était sa caisse en plus, elle était plutôt du genre à avoir un conducteur et qu'elle se mette à l'arrière de sa voiture. Elle ne devrait pas conduire cette nana en fait ! Non mais Lincoln s'en foutait de ce que pouvait dire Daria, elle n'avait rien pour prouver qu'il avait intentionnellement foncé pour se prendre la voiture. Il y avait rien qui pouvait prouver ça, il était peut-être dans une situation de merde avec sa voiture, il ne comptait même pas se faire défoncer, mais c'était fait. Il pouvait passer au plan B. Le remboursement.

« T’auras pas un rond de ma poche ! ».
- Ah ouais ?! Tout est contre toi ! T'pourras rien faire pour inverser la situation. Assume que t'es une mauvaise conductrice ! Et qu'est-ce que t'as là à regard...er ma jambe comme ça...? finit-il dans les pensées.

Linc avait arrêté de parler en suivant le regard de la P.A.S (Pétasse À Sac) à sa jambe, il haussa les sourcils surpris et comprit pourquoi il sentait pas trop la jambe pour le moment. Il avait mal, c'était sûr, vraiment mal mais il avait mal partout en même temps, mais il ne s'était pas rendu compte qu'en plus de saigner à la tête, il saignait à la jambe.

- Oh putain bordel de merde, c'est pas vrai ...
- Bah voilà ce qui t’arrives, à trop faire l’con !
- Mais t'es gonflée toi !
répliqua-t-il faussement scandalisé pour qu'elle dise ça.
- Bouge-toi, je t’amène aux urgences !
- ... Quoi ? »


Il avait bien entendu ou ... ? Ses oreilles devaient toujours siffler. Parce que c'était pas possible cette fille, elle gueulait tout à l'heure en l'accusant de faire quelque chose dont il n'y avait pas pensé depuis des jours. Là elle voulait l'emmener aux urgences. Bon ok, c'était parce qu'il saignait assez et s'il restait planté là comme un con, il allait y passer. Bon... Oui. Fallait aller aux urgences.

Il allait râler quand elle monta sur son capot mais ne dit rien, espérant qu'elle se casse la gueule comme une grosse merde mais ce n'était pas ce qui s'était produit. Linc finit par bouger et tout ce qu'il réussit à faire, c'était de boitiller comme un con jusqu'à s'appuyer sur le capot pour avancer un peu et l'empêcher de prendre la fuite. Enfin, elle avait dit qu'elle l'emmènerait aux urgences, mais elle pouvait bien faire son coup de pute et partir sans rien dire. Elle était parfaitement capable de faire ça. Il la vit bouger comme une malade, comme si l'accident ne l'avait pas perturbée... À croire qu'elle en causait beaucoup et qu'elle remboursait jamais.

« Magne ton cul, j’ai pas toute la nuit ! »

Ok bah elle plaisantait pas. Elle allait vraiment l'emmener aux urgences... Et sa voiture ? Après tout elle était foutue, personne ne viendra la voler et puis il avait récupéré l'argent qu'il avait mis dans la poche de sa veste. Il ne voulait pas que les types lui volent, il ne faisait pas trop confiance aux gens de ce coin, y avait des voleurs.

- Essaye de marcher avec une telle blessure, j'aimerai bien t'y voir toi !

Et il restait toujours énervé. Forcément, il y avait de quoi. Au moins il pouvait salir sa voiture de son sang, elle allait criser c'était sûr, mais qu'elle assume jusqu'au bout ! Il traina avec difficulté jusqu'à la voiture et s'y installa lourdement après avoir ouvert la portière avec difficulté.

- Raah ! T'as de quoi faire un garrot je sais quoi dans cette bolide ? À moins que t'aimes que je tache tout partout ! fit-il toujours énervé bien sûr. S'il était blessé c'était à cause d'elle. Il vit mieux avec la lumière de la voiture sa blessure à la jambe, une sale coupure. Oh ouais. C'est moche. Il s'était vraiment fait défoncé en fait.
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/10/2016
›› Commérages : 307
›› Pseudo : Daria
›› Célébrité : Cara Delevingne
›› Schizophrénie : Ethan Ash-sexy-ford, Marty McSchtarbé
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Sunday Bloody Sunday [Lincoln] ✻ ( Lun 7 Nov - 20:30 )

Sunday, bloody Sunday

   

Comme toute personne ayant eu une enfance pourrie qui se respecte, Daria ne connaît pas trop Pokemon, si ce n'est de nom. Du coup, quand il lui sort un vocabulaire un peu trop élaboré que sont Magicarpe ou Ronflex, compagnie, la blondinette le rembarre en étant à côté de la plaque : « C'est fini Ghostbuster abruti ?! ». Néanmoins, venant de cette imprévisible et teigneuse demoiselle, cette question sortie de nul part ne doit pas trop choquer.  « Je suis pas parano, j'ai juste un don pour repérer les crevards ! ». Et voilà qu'ils se mangent la gueule comme des ados. « Ah ouais ?! » Il continue sa phrase et elle braille en même temps que lui, ne pouvant donc pas l'écouter : « T'as déboulé comme un connard alors que c'est limité à 20 sur un parking, tu l'as cherché ! ». Ils se taisent en même temps en remarquant le soucis de sa jambe, avant que Daria ne se dévoue pour voler à son secours parce qu'en réalité, il lui fait de la peine le vieux schnock, et qu'elle s'en veut de lui avoir démoli la jambe (même si elle est toujours un peu persuadée que cet accident, il le voulait). Elle est sensible, Daria, c'est un côté qu'elle dissimule derrière une grande gueule et un je-m'en-foutisme très convaincant. Vu comment elle a traité Lincoln, elle s'attend à devoir le houspiller une bonne trentaine de minutes pour le convaincre de se bouger mais elle se trompe. Il n'est pas comme elle qui, dans sa fierté dantesque, n'aurait jamais accepté la main tendue et se serait contentée de la mordre. En fait, Lincoln, on va dire qu'il est moins con qu'elle, il sait reconnaître quand il a besoin de quelqu'un, même si le quelqu'un est une couillonne. Ainsi donc traine t-il sa carcasse jusqu'à la voiture de Daria et s'installe sur le siège passager.

« Raah !
- Ta gueule !
- T'as de quoi faire un garrot je sais quoi dans ce bolide ? À moins que t'aimes que je tache tout partout !
- L'autre il m'prend pour Docteur House ! s'énerve t-elle, en passant la première.

Avant d'appuyer sur l'accélérateur, Daria détourne le regard une petite seconde pour s'intéresser à la jambe de Lincoln, qu'elle voit mieux à la lumière de la voiture, et pousse un petit cri choqué parce que, elle aussi, elle avait sous-estimé les dégâts. Et elle ne crie pas par peur pour sa caisse ou quoi, mais par peur pour lui. Se reprenant, elle braille tout de même : « Tu vas tout dégueulasser ! » afin de ne laisser aucun doute sur le fait qu'elle n'en a rien à foutre de sa tronche, même si ce n'est pas du tout crédible parce qu'elle s'était presque envolée pour aller récupérer sa voiture afin de l'emmener aux urgences. Et, plus con encore, dans son coup de frayeur, elle a lâché l'embrayage à l'arrêt, avec la première enclenchée, ça fait tressauter la bagnole, un truc de dingue, avant de la faire caler, comme s'ils n'avaient pas été assez secoués avant ! Foutue contradiction, foutue image de connasse qu'elle aura du mal à faire reluire après ça, même si pour l'instant, elle arrive à sauver les apparences. Peut-être plus pour longtemps. La voilà qui trouve une solution, et pas des moindres, pour la jambe de ce gars. Retirant sa veste en cuir par de brusques coup de bras, Daria attrape ensuite les pans de son pull blanc à manches longues qu'elle relève au-dessus de sa tête.

Elle le retire en lâchant un « Wouh ! Strip-tease ! », en mode "Bats-les-steaks" se retrouvant donc en soutif. Cette fille sans pudeur s'en fout un peu de se retrouver avec ses petits nibards à moitié à l'air, même si ce vieux con ne mérite clairement pas de mater. « Démerde-toi avec ça », elle lance le tissus sur les genoux du gars d'un geste désinvolte du bras, puis renfile sa veste sans prendre la peine de la fermer. Ceci fait, la jolie blonde redémarre la voiture, embraye et accélère en faisant crisser les pneus. Elle grille une priorité en sortant du parking, se fait klaxonner, et présente son majeur levé en évidence pour que le gars de derrière voit bien. Techniquement, Daria a un estropié avec elle, ça lui donne la priorité, et basta. « Tu t'en sors avec ton truc Junior ? », Daria s'arrête à un feu rouge et jette un coup d'oeil d'elle-même sur ce qu'il a fait. « Putain comment tu l'as mis, on dirait une momie ! Non seulement t'es con mais en plus t'es un boule- » Le mot se termine par un grand éclat de rire incontrôlé et c'est dommage, qu'elle ne rit pas plus souvent, Daria, elle ressemble à une gamine joyeuse, ça la change, même si en fait, elle se fout quand même de la gueule d'un pauvre gars qu'elle a à moitié foutu en l'air. C'est pas sympa quoi. Elle termine le front sur le volant, tordue de rire de sa connerie (et parce qu'il faut dire qu'elle est un peu en stress aussi). « Merde, c'est vert ! », remarque t-elle quand elle relève le nez, calmée d'un coup.

« Ta gueule, connard ! », crache t-elle comme si elle s'adressait au rétroviseur, à l'intention du gars de derrière qui la klaxonne, et qui ne peut pas l'entendre.

(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 30/10/2016
›› Commérages : 168
›› Pseudo : mr.turtle
›› Célébrité : Andrew Lincoln
›› Schizophrénie : Le sauveur de tortues, kiné pour les gens cassés : Remy Mayfield
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Sunday Bloody Sunday [Lincoln] ✻ ( Lun 7 Nov - 22:05 )

S'il était plus jeune, plus con et s'il n'avait pas autant mal, il aurait dit non niet. Hors de question de monter dans la voiture d'une tarée qui ne semblait pas conduire, qui était trop nerveuse, un danger public sur la route. Elle allait sûrement les tuer et c'était la crainte numéro une de Linc, mais en même temps vu l'état de sa jambe, il pouvait quand même mourir et ne pas compter sur l'aide des autres pour le moment. Il fallait faire vite et il ne pouvait pas réfléchir plus longtemps. Et puis merde pour la fierté, il avait encore des choses à faire et devait rester en vie ! Ce ne sera pas à cause de Daria qu'il ira tout capoter ! Il avait besoin de son aide que ça lui plaise ou non.

- L'autre il m'prend pour Docteur House !
- HAHA elle est bonne celle là !
répliqua-t-il dans un faux rire avant de reprendre plus sérieusement et énervé. Tu penses être comparable à House ?! T'as pas le profil pour être ce mec ! Je te demande pas non plus de me soigner, mais me donner un truc ! Ça demande pas 8 ans d'études à moins que ce soit trop pour ta petite cervelle !

Il ne voulut pas entendre ce qu'elle avait à dire.

- Oh mais ta gueule et conduis avant que je remplisse ta voiture de mon sang parce que tu veux rien me donner !

Ah bah ça, c'est vrai. Ça ne demandait pas 8 ans d'étude de lui donner quelque chose qui pouvait faire d'office de garrot mais comme il pouvait toujours rêver maintenant et devait se calmer s'il ne voulait pas faire changer d'avis à la blonde. Bon et puis comme vengeance, il pouvait salir la voiture avec du sang et puis voilà. Ah et rembourser les réparations ainsi que les soins merde ! Qu'elle le veuille ou non, elle était responsable et elle devait payer, peu importe ce qu'elle pouvait penser, ce n'était pas volontaire. Lincoln ne voulait pas se péter la jambe pour une réparation, il avait une fille qui allait se réveiller un jour ou l'autre, il ne savait pas quand exactement, mais il était persuadé qu'elle se réveillera un jour.

Oh il était sûr qu'elle allait le jarter devant les urgences et repartir comme une voleuse. De toute façon elle n'allait pas s'en tirer, il la retrouvera assez facilement parce qu'il connaissait son nom et prénom, à quoi elle ressemblait et quelle voiture elle avait (surtout qu'avec un arrière un peu défoncé, ça se trouverait assez facilement). Pourtant, elle était différente quand elle avait vu sa jambe tout à l'heure, comme si elle venait de se rendre compte de la gaffe qu'elle venait faire. Oui parce que c'était sa faute, pleinement sa faute et qu'il n'avait pas volontairement cherché à se faire défoncer. Il ne savait plus à quelle allure il roulait, mais elle ne pouvait pas lire son tableau de bord et juger dans l'obscurité qu'il roulait trop rapidement.

Puis un cri se fit et Linc sursauta presque en l'entendant, il ne s'était pas attendu à ce qu'elle agisse comme ça.

- Tu vas tout dégueulasser !
- C'est ce que je te disais depuis tout à l'heure mais tu semblais t'en fou... AOW !


Il s'était interrompu parce que oui, mademoiselle avait une conduite assez nerveuse et avait oublié sur le moment qu'il ne fallait pas lâcher l'embrayage. Forcément ils étaient tous les deux pris d'une secousse et Linc ne s'était pas remis du choc de la ceinture en avait mal à nouveau. Elle le faisait exprès ou quoi pour conduire comme ça ?! Elle avait intérêt à bien conduire pour ne pas donner raison à Linc ! Sauf que ... Sauf que ... Bah merde quoi. C'était une évidence qu'elle ne savait pas conduire.

En fait Lincoln ne savait plus trop quoi penser sur le coup parce qu'elle avait beau jouer les connasses sans coeur, elle restait néanmoins consciente des dégâts qu'elle faisait. Surtout les dégâts physiques, elle ne voulait pas qu'il en souffre pour le reste de sa vie et Linc espérait que ce n'était que superficiel, mais vu comment il perdait du sang, c'était loin de l'être. Après tout, il n'était pas non plus Dr.House lui. Il était charpentier merde ! Enfin ex-charpentier. Enfin bref, Daria n'était pas qu'une simple connasse qui s'en foutait des autres, elle voulait l'aider et l'emmener aux urgences... À sa manière, c'était sûr.

Ouais il ne s'attendait pas à ça du tout. Un moment donné, elle changeait d'humeur et finit par agir, elle enleva sa veste avec difficulté, sûrement dû au stress et à l'énervement de devoir se coltiner d'un vieux râleur comme lui. Lui il avait posé sa main libre contre son torse, sous la ceinture qui lui avait fait mal encore. Rah il était sûr qu'il n'allait pas reprendre la voiture pour un certain temps ... Et le plus tard possible était après-demain, il en avait besoin pour les courses et ne voulait pas que quelqu'un l'aide pour ça. Il avait déjà assez fait chier le monde ces deux dernières années.

- Wouh ! Strip-tease !
- T'es pas mon genre !
 répliqua-t-il en mode pas intéressé.


Ah ça non. Ça avait le mérite d'être clair, c'était sûr. Il ne voulait pas la toucher, c'était sûr et puis il se demandait ce qu'elle était en train de foutre là à se dénuder, à moins que c'était bien ce qu'il pensait dans le fond ? Elle lui donnait un garrot ? Sérieusement, cette fille, il ne la comprenait pas. D'un côté elle s'en foutait des autres, là elle montrait tout le contraire. Il n'allait pas chercher à la comprendre, ce n'était pas son problème, tant qu'il restait toujours vivant ! Bon il la regarda complètement indifférent, comme si voir les filles torses nues ne le dérangeait pas du tout. Au contraire, il était même habitué et ça avait le mérite de le calmer pour quelques secondes avant de se prendre le pull blanc sur les genoux.

- Démerde-toi avec ça
- Mieux que rien.
Et un merci ? Nan. Elle comptait ne pas lui donner un garrot tout à l'heure, fallait le faire plus tôt.

Il se focalisa sur sa tâche en essayant de se faire un bandage, garrot il ne savait pas quoi. Ce pull était trop épais et indomptable. Sérieux ? Il s'attendait à un tissu plus simple parce que là... Bon c'était vraiment pas son truc les premiers secours, il avait vu comment les gens se débrouillaient dans les séries et là, c'était pas du tout la même chose et puis cette putain de main gauche refusait de plier les doigts sans que ça fasse mal. Il put observer en même temps la conduite de la blonde, enfin observer ... Il sentait surtout ! Elle roulait assez rapidement, grillait une priorité, faisait des doigts d'honneur à tout va. C'était du joli et faisait tellement une belle contradiction sur ce qu'était Daria.

- Tu t'en sors avec ton truc Junior ?
- Au moins tu m'appelles pas House parce qu...
- Putain comment tu l'as mis, on dirait une momie ! Non seulement t'es con mais en plus t'es un boule-
- Mais vas y là ! Ton pull est trop épais comment veux-tu que je fasse un garrot avec une main qui est même pas .. EH ! RIGOLE PAS ! Y A RIEN DE DRÔLE !! CON...
Ah non merde. C'était rouge. Elle pouvait pas conduire. En fait c'était peut-être mieux comme ça...


Lincoln lâcha un gros soupir fatigué et laissa poser la tête contre le dossier du siège passager. Il se sentait étrangement fatigué par ce qui venait de se passer et en plus du rire assourdissant de Daria. Il n'aurait jamais cru qu'elle rigolerait en fait... Elle était passé à tout, la colère, les insultes, la peur, maintenant les rires. Il manquait plus que...

- Ok la prochaine étape ce sont des larmes... marmonna-t-il pour lui-même avant de penser qu'elle était tout bonnement tarée.

Ouais en fait, Linc était monté avec une tarée de la vie. Une tarée qui se foutait des autres, une tarée égoïste mais qui s'inquiétait des personnes qui souffraient par sa faute (oui il tenait à souligner que s'il avait mal à la jambe c'était sa faute), une tarée qui avait plein d'argent et qui refusait de rembourser aux autres. Une tarée qui cherchait à énerver les gens et à n'avoir que des ennemis.

Une tarée tout simplement.

- Eh quand tu auras fini de rire comme un chimpanzé, tu remarqueras que ...
- Merde, c'est vert !
- ... C'est vert.
termina-t-il entre-temps bien qu'il s'était fait coupé la parole.


Bon c'était quand même impressionnant qu'elle semblait récupérer son calme mine de rien. Elle passait d'un sentiment à l'autre, elle n'était pas bipolaire par hasard ? Aaah. Mais est-ce que les gens pouvaient arrêter de klaxonner en même temps qu'il pouvait arrêter de l'analyser ? Ce serait cool pour sa pauvre tête.

- T'es tarée tu le sais ça ... ? fit-il tout calme lui aussi.

Ce n'était pas bon signe alors que ce gars était toujours énervé dans le fond, énervé par ce qui venait d'arriver. Il voyait le pull blanc se tacher en rouge et soupira en recommençant son "bandage" provisoire, destiné à retarder le saignement. La coupure n'était pas belle du tout et n'avait rien de superficielle, il ne savait pas contre quoi il s'était cogné et préférait ne pas trop le savoir.

- Ta conduite est toujours comme ça ... ? Parce que je te jure, tu devrais reprendre des cours si tu veux pas détruire ta voiture dans le futur prochain.

Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/10/2016
›› Commérages : 307
›› Pseudo : Daria
›› Célébrité : Cara Delevingne
›› Schizophrénie : Ethan Ash-sexy-ford, Marty McSchtarbé
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Sunday Bloody Sunday [Lincoln] ✻ ( Mar 8 Nov - 20:56 )

Sunday, bloody Sunday

   

« T'es pas mon genre ! » Bah voyons, et pourquoi t’as pas encore détourné la tête alors, vieux con ? « Dommage, toi t’es carrément le mien papy Junior ! », ironise t-elle avec une petite grimace moqueuse. En fait, quand l’un dit un truc, l’autre ne peut juste pas fermer sa gueule. Pour Daria, c’est presque comme un jeu parce que, non, elle n’est pas en colère et elle s’en fout des remarques désobligeantes et insultes en tout genre de Lincoln. En vérité, la seule émotion qui lui traîne dans les pattes, c’est bien de l’inquiétude pour ce vieux schnock, qu’elle dissimule derrière de grandes giclés de Va te faire foutre (et ce fameux éclat de rire, parce que c’est quand même un boulet de compétition). Elle essaie de ne pas y penser, à ce truc qui lui rappelle que malgré tous ses efforts pour ne plus en avoir un, son cœur est encore là et il bat parfois d’angoisse pour des connards qui ne le méritent pas.

« T'es tarée tu le sais ça ... ?
— Hm ? Merci », répond-elle très sincèrement, sans la moindre once d’ironie cette fois.

Elle sait ce que ça signifie, tarée, pour des gars comme lui. Ça veut dire dangereuse, pour elle et pour les autres, certes, mais ça veut aussi dire qu’elle n’est pas dans les normes, ça veut dire que son mental est différent, qu’elle est différente, et ça tombe bien d’ailleurs, qu’elle soit différente. Parce que les autres, ces gens qui se targuent d’être normaux, sains d’esprits, et bien élevés, ne représentent qu’une masse poisseuse et informe d’hypocrisie, de ramassis de conneries, d’égoïsme. Daria part du principe que si chacun était vraiment fidèle à sa nature, à ses envies, tout le monde devrait être ‘taré’. Daria n’a pas de règles, elle n’est pas corrompue par les faux-semblants, les codes, les principes, elle est juste libre. Alors merci, Lincoln, de dire à voix haute ce qui a de quoi la rendre fière. « Ta conduite est toujours comme ça ... ? Parce que je te jure, tu devrais reprendre des cours si tu veux pas détruire ta voiture dans le futur prochain ». Bah voilà qu’il se remet à critiquer ce vieux con ! Daria rétorque, pour la forme : « J’y peux rien si je suis trop dynamique pour un vieillard sénile dans ton genre ! Et pis tu me stresses, je vois ma banquette tâchée d’ici, ça m’donne des sueurs froides ! ». Voilà, la banquette, rebelote la bonne excuse pour faire croire encore qu’elle n’en a rien à foutre de lui alors que si c’était vraiment le cas, il ne serait même pas là.

Sans autres dommages, ils arrivent finalement à l’hôpital en un temps record, et la demoiselle se gare sur une place handicapée juste devant l’entrée. C’est pas pour se la jouer thug (elle n’a plus besoin de faire ses preuves en la matière), c’est pour mâcher le travail à l’autre estropié. « Sors de la caisse, que j’puisse fermer ! » ordonne t-elle en s’éjectant la première dehors. Daria attend qu’il s’exécute avant de verrouiller ses portières. Puis elle court vers l’entrée de l’hosto en lui gueulant: « J’vais chercher quelqu’un pour t’aider à marcher ! ». Bah non elle ne l’aidera pas elle-même, y en a d’autres qui sont payés pour tripoter, merci bien ! N’empêche qu’elle est d’une efficacité à tout péter. Daria n’a même pas mis les pieds 5 secondes à l’intérieur qu’elle ressort déjà avec un mec à blouse blanche. A la base, faut dire qu’elle a fait flipper tout le monde avec sa veste ouverte révélant ses petits nénés en soutif : ils ont cru voir débarquer une pauvre femme tout juste violée, ça a été la douche froide dans le hall d’entrée (alors qu’il n’y avait que trois personnes de garde présentes, parce que les urgences la nuit, c’est pas du tout le gros délire qu’on voit dans les films, c’est très calme). Bref, ça a eu le mérite de capter l’attention, parce qu’entre le mec à la gastro, et les quatre autres hypochondriaques qui étaient passés avant qu’elle ne déboule, ils devaient tous se faire bien chier ici. Du coup, lorsque MacLewis ramène l’infirmier auprès de Lincoln, lui, il n’a même pas eu le temps de trainer sa carcasse sur deux mètres. Daria, quand elle se dévoue, elle devient facilement la Wonder Woman du petit peuple. Intéressez-vous au nombre de minutes qui se sont écoulés entre le moment où elle a pris conscience de la jambe blessée du gars, et celui de sa prise en charge actuelle, vous seriez sur le cul de la rapidité. Accompagné par la teigne, l’infirmier soutient Lincoln pour l’aider à marcher et le faire traverser le hall éclairé de grandes lumières blanches qui t’arrachent les yeux quand t’as trop trainé dans l’obscurité. Pendant ce temps la blondinette ne manque pas de le harceler :

« Vous avez vu sa jambe ? Il s’appuie dessus, un peu, là, nan ? Ça ne doit pas être trop grave du coup ? », Ouais, comme s’il pouvait voir au travers des bandages de momie de l’autre abruti. Bref, elle te pose ces questions un peu dure à répondre alors que le gars, il essaie tant bien que mal de faire son travail : « Monsieur, votre nom et pré… » « LINCOLN ! », braille Daria d’impatience sans lui laisser terminer sa phrase, et elle se rend compte qu’elle venait de faire savoir que non, elle n’a pas oublié son prénom, petit détail qu’elle noie derrière un amas de colère :

« Vous me répondez, oui ?! J’vais pas me répéter !
— Mademoiselle, on ne l’a même pas encore examiné… »


(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 30/10/2016
›› Commérages : 168
›› Pseudo : mr.turtle
›› Célébrité : Andrew Lincoln
›› Schizophrénie : Le sauveur de tortues, kiné pour les gens cassés : Remy Mayfield
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Sunday Bloody Sunday [Lincoln] ✻ ( Mer 9 Nov - 14:43 )

Forcément que la conduite de Daria était nerveuse, elle n'était pas la seule à l'être, qui pourrait être super calme après un tel accident ? Avec une telle blessure à la jambe ? Tous les deux n'étaient pas calme du tout. Daria, ça se ressentait dans sa manière de conduire et puis Linc avait toujours une rancune quant à sa manière de reculer sa voiture. Ils pouvaient bien toujours gueuler pour savoir qui était le fautif, il n'y aura personne pour confirmer les propos de l'un ou de l'autre. Linc n'était pas calme non plus parce qu'il voyait le sang et ne se sentait pas trop en forme pour s'énerver davantage. Ce qui était mauvais signe, alors il avait besoin de parler pour s'occuper l'esprit et ne pas faire une connerie par la suite. Bon oui, il râlait, il avait compris que s'il parlait tout à fait normalement, ça n'allait pas le faire. Il jouait avec Daria à " je parle, ferme ta gueule" , parce que ouais, ils étaient comme des ados à se prendre la tête comme ça et ça faisait longtemps d'un côté qu'il n'avait pas parlé à quelqu'un d'aussi taré. A croire qu'il aimait bien être en compagnie des gens tarés...

-J’y peux rien si je suis trop dynamique pour un vieillard sénile dans ton genre ! Et pis tu me stresses, je vois ma banquette tâchée d’ici, ça m’donne des sueurs froides !
- La prochaine fois repense y avant de défoncer la voiture de quelqu'un ! Ça t'évitera ce genre de situation !

C'était un message qui pouvait être interprété d'une autre manière, ils se gueulaient dessus, se disputaient, mais derrière ces mots y avait toujours un message. Enfin, Lincoln n'en savait trop rien mais il y croyait pas l'histoire de la blanquette, parce qu'elle l'avait vu saigner depuis le début donc, forcément elle aurait dû le laisser ou continuer à s'engueuler sans le laisser monter dans la voiture. Alors il savait que c'était une manière détachée à Daria pour dire qu'elle s'en foutait de sa santé alors que c'était le contraire, sinon elle ne se démenait pas à conduire nerveusement jusqu'aux urgences alors que lui, s'il râlait et s'énervait, c'était qu'il allait bien. Du moins c'était ce qu'il voulait croire.

Quand ils furent arrivé à l'hôpital, sur le parking, Lincoln ne broncha pas quand Daria lui donna un ordre. Il ne dit rien même et s'exécuta avec difficulté et s'appuya contre le plafond de la voiture quand elle verrouilla les portières. Il ne dit toujours pas un mot quand elle s'éloigna pour aller chercher quelqu'un pour l'aider à marcher. C'était finalement inutile de dire qu'elle courait avec un manteau ouvert, montrant son soutif à la vue de tous, elle devait être le genre à s'en foutre honnêtement. Lincoln lâcha un gros soupir trouvant qu'être debout n'était pas une très bonne idée, alors marcher... ça faisait un putain mal de chien et avait l'impression qu'il tirait sur sa blessure rien qu'en étant dans cette position, même en bougeant ne serait ce un peu la jambe. Cependant, il pouvait bouger les orteils, c'était peut-être bon signe.

Il n'eut quand même pas eu le temps de penser plus qu'il vit déjà un gars venir avec elle vers lui. Maintenant qu'il avait enfin l'infirmier avec lui, il s'attendait à ce que Daria s'en aille mais non, elle restait quand même à ses côtés. Elle était toujours là et ne se contentait pas de s'enfuir. En fait dans le fond, cette fille avait un coeur bien qu'elle essayait de le cacher à tout le monde, là ce n'était pas passé inaperçu chez Linc.

- Vous avez vu sa jambe ? Il s’appuie dessus, un peu, là, nan ? Ça ne doit pas être trop grave du coup ? Linc ne put s'empêcher de faire un micro-sourire à peine perceptible. Ouais elle s'inquiétait.
- Monsieur, votre nom et pré ...
- LINCOLN !
- Hemsworth ... Finit-il sans avoir eu besoin de dire son prénom et regarda Daria surpris.  


Quoi ? Elle n'avait pas oublié son prénom ? Fallait s'y attendre forcément. C'était une carapace qu'elle s'était forgée et elle cherchait à être détestée des gens. Elle retenait tout des personnes aussi, que ce soit leur prénom, âge et tout ce bazar. Quelque part, Linc était un peu amusé alors qu'il ne devait pas l'être, il ne pouvait pas s'en empêcher. Les gens intelligent préféraient rester bêtes pour éviter d'être entouré de gens bêtes qui se disaient être intelligents. C'était un peu près le même schéma chez elle;

- Vous me répondez, oui ?! J'vais pas me répéter !
- Mademoiselle, on ne l'a même pas encore examiné ...
- Eh ! Calme-toi ! Je ne suis pas au bord de la mort non plus !
- Hm... Vous avez perdu beaucoup de sang...? Que s'est-il passé ?
- Accident de voiture. Je conduisais... J'ai dû heurter un objet tranchant, je ne sais pas, je n'ai pas compris ce qui s'est passé.
- Mademoiselle ? Vous étiez dans la même voiture que lui ?
- Pff. Non. Elle est l'autre conductrice. fit-il avec un léger rire rien qu'à l'imaginer dans sa propre voiture, Daria ne voudrait pas y monter. Nos voitures se sont heurtés.
- Vous allez bien mademoiselle ?
- Je suis sûr que oui... marmonna-t-il, il avait pu l'observer depuis tout à l'heure. A part d'être stressée et chiante, elle allait bien.


Il s'assit sur le lit des urgences avec une grimace et l'infirmier commença à défaire la drôle de compression faite par Linc. Il continuait à poser des questions et l'autre répondit dès qu'il pouvait tout en grognant de douleur quand l'infirmier dégagea le tissu du pantalon avec les ciseaux, c'était pas agréable cette sensation.

- C'est vous qui aviez fait ça ? demanda l'infirmier à Daria avec un drôle d'air en montrant le pull blanc.
- Non moi. Elle était occupée à conduire.
- Ah ...
-  Quoi ?
- Rien.  

C'était quoi ce Ah étrange ? Linc lança un regard interrogateur à l'infirmier croyant comprendre ce qu'il ne voudrait pas comprendre : La façon dont c'était fait, c'était vraiment merdique ? Il pouvait le dire hein ! C'était pas comme si c'était facile d'en faire alors que l'autre conduisait et que lui n'était pas médecin ! Il lâcha un gros soupir et là, il aurait voulu dire quelque chose. Mais il fallait éviter d'être mal vu par les infirmiers, car ils avaient le pouvoir dans l'hôpital et pouvaient faire attendre les gens désagréables assez longtemps, peu importe la blessure tant qu'ils ne tournent pas l'oeil.

- C'est une sale coupure, une plaie profonde... Vous avez bien fait de faire une compresse . Je vais chercher un médecin pour un second avis, mais ce qui est sûr, c'est que vous aurez besoin de point de sutures, à priori vous avez agi assez vite en venant ici. En attendant, restez ici. fit-il après avoir fait les premier soins assez douloureuses


Il avait de la chance, il y avait pas beaucoup de monde aux urgences et il avait l'espoir d'être pris en charge assez rapidement. Il détestait venir ici depuis l'accident de sa femme et de ses filles, ça lui rappelait de mauvais souvenirs, mais il y pensa pas tout de suite, ses pensées dans l'action, la crainte d'être obligé de rester encore plus longtemps, puis aussi il était toujours avec elle. Elle n'était pas partie, pourquoi ? Parce qu'elle était réellement inquiète ? Il bougea un peu la main gauche et sembla avoir moins mal.

- Eh, merci de m'avoir ramené ici.

Ouais parce que c'était grâce à elle qu'il était là. D'ailleurs, sans elle, il n'aurait pas eu un accident de voiture aussi...!
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/10/2016
›› Commérages : 307
›› Pseudo : Daria
›› Célébrité : Cara Delevingne
›› Schizophrénie : Ethan Ash-sexy-ford, Marty McSchtarbé
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Sunday Bloody Sunday [Lincoln] ✻ ( Ven 11 Nov - 20:10 )

Sunday, bloody Sunday

   

« Eh ! Calme-toi ! Je ne suis pas au bord de la mort non plus ! » Ça y est, il sait… non, il croit qu’elle s’inquiète. Et qu’est-ce que ça la soule… : « M’en fous ! Si tu dois crever, fais ça vite parce que j’ai pas que ça à foutre ! Et ça m’évitera d’avoir à prouver mon innocence ! » Entre deux braillements, l’infirmier qui emmène l’estropié essaie à nouveau de faire son boulot (il va bien finir par y arriver !), surtout que Daria ne va pas insister pour donner davantage raison à ce que semble penser l’autre vieillard. Elle est là parce que, même si elle s’en bat la race, y a des lois qui la contraignent tu vois, et qu’elle doit n’en faire qu’à sa tête dans la mesure où elle peut garder sa liberté et ne pas finir en taule (ou en hôpital psychiatrique). Lincoln raconte en très gros ce qu’il s’est passé, oubliant de préciser qu’il roulait trop vite sur un parking au passage, bah ouais, parce qu’il vaut mieux, pour lui, mettre en exergue qu’elle l’a percuté. Quand l’employé demande si elle va bien, la blondinette ouvre la bouche mais c’est Lincoln qui la devance en répondant à sa place. Il se prend pour son daron ou bien ? « La ferme ! », elle tourne ensuite son regard courroucé vers l’infirmier, qui doit se demander pour la troisième fois consécutive : Mon dieu sur quelle énergumène je suis tombé ? « Ouais ça va, vous voyez bien que j’marche ! ». Quand le type dépose Junior sur un lit, Daria reste dans un coin de la pièce et croise les bras en attendant patiemment.

« C'est vous qui aviez fait ça ? » Non mais sérieux, il me demande ça à moi ? « Vous m’prenez pour une brêle ? » raille t-elle tandis que Lincoln répond en même temps : « Non moi ». Ouais, rendons à César ce qui est à César je vous prie. « Ah ... » « Quoi ? » « Rien. » Daria esquisse un fin rictus narquois. Gros autiste, va.  « Voyez, il est super maladroit » intervient-telle, prenant l’infirmier à témoin, comme pour faire savoir que, tiens, peut-être qu’au volant il n’est pas mieux, tiens, peut-être que c’est lui qui est responsable de l’accident. L’homme ne relève pas, mais tu vois bien à sa tronche qu’il approuve que l’autre est un boulet. Ces gens-là, qui se taisent par politesse, elle les trouve vachement risibles. C’est ça, petit mouton, baisse la tête devant papy. Daria pose son popotin sur la seule petite chaise de la pièce et écoute le diagnostic en feignant le désintérêt.

L’espace d’un court instant, Daria reste bouche bée. Elle est presque heurtée d’être remerciée, mais se ressaisit bien vite: « J’ai pas fait ça pour toi ! Si je t’avais laissé dans ta merde, ça aurait été cinq ans de prison, j’tiens à ma liberté ! ». Bon, le nombre d’années de prison, elle l’a un peu balancé au hasard, n’empêche que c’est effectivement un délit passible d’emprisonnement. Daria aurait pu ne rien dire, et accepter les louanges parce qu’elle est censée n’en avoir rien à carrer de ce qu’on pense d’elle… mais elle n’avait pas pu s’empêcher de se justifier telle une enfant prise en faute. Rah, qu’est-ce qu’il l’énerve ce vieux schnock ! Elle croise les jambes et prend enfin le temps de refermer son blouson parce qu’il fait un peu frisquet dans la pièce. Dans l’agitation, elle avait crevé de chaud et maintenant, la pression est comme retombée. « Bon, vieux con, parlons intérêts. T’as une assurance pour ta caisse ? Avec toutes les merdes que je paye, y a moyen que j’en ai une pour les accidents, mais je crois que ça ne couvre que ce qui m’appartient… je sais plus ». Elle fronce un peu les sourcils tandis que son regard se perd sur le côté. Voilà ce qui arrive quand tu signes des contrats en t’en battant un peu trop les couilles de ce qu’il y a marqué. Daria adore lire, mais bon, les conneries dans ce genre là, elle ne peut pas se pencher dessus plus de 30 secondes. On verra ça plus tard (ça risque d’être important si elle est mise en cause pour l’accident, en effet). « Pour les frais d’hôpital, j’te demande pas, on en a forcément, à ton âge ». Ça c’est ce qu’elle croit. Daria ne sait pas que ce gros couillon est sur la paille !

(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 30/10/2016
›› Commérages : 168
›› Pseudo : mr.turtle
›› Célébrité : Andrew Lincoln
›› Schizophrénie : Le sauveur de tortues, kiné pour les gens cassés : Remy Mayfield
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Sunday Bloody Sunday [Lincoln] ✻ ( Ven 11 Nov - 21:35 )

- Voyez, il est super maladroit
- Maladroit n'est pas le mot adéquat ! Essaye de faire ça pendant que l'autre conduit comme s'il était sur une piste de course. Tu verras que c'est pas si facile que ça avec une main en moins !
répliqua-t-il pour se défendre

L'infirmier fronça les sourcils et nota pour lui avec cette histoire de la main. Lincoln lança un léger regard noir à Daria parce qu'il avait clairement compris ce qu'elle voulait insinuer en disant qu'il était maladroit. Elle voulait faire comprendre à l'infirmier que Linc était maladroit dans sa conduite, alors que ce n'était pas vrai. Il était charpentier merde, un des gars les plus adroits quand il s'agissait de fixer le clou dans un mur ! En tout cas, l'infirmier ne dit rien pour ne pas entrer dans leur dispute et préféra continuer son travail. Ca vaut mieux pour sa propre survie ...!

Après le diagnostic posé et l'infirmier parti chercher le médecin. Lincoln remercia Daria parce que c'était la moindre des choses à faire, c'était surtout le seul moment où il la remerciera parce qu'il ne le fera probablement jamais après, surtout qu'il pouvait regretter immédiatement. Forcément, Daria réagit de manière assez amusante pour lui et en même temps, il s'en doutait qu'elle agirait comme ça, c'était prévisible même ! Il leva les yeux au ciel, déjà agacé par ses paroles.

- J’ai pas fait ça pour toi ! Si je t’avais laissé dans ta merde, ça aurait été cinq ans de prison, j’tiens à ma liberté !
- Pff héhé. Mais oui, c'est ce qu'on dit...
dit-il avec un ton méchamment moqueur.


En tout cas, c'était vrai que c'était ce qui arriverait à Daria s'il crevait, bien qu'elle aurait pu jouer sur le fait que les absents ont toujours torts, en gros si Linc était mort... Il ne serait pas là pour contredire Daria, disant qu'elle était la fautive à reculer comme une tarée, venue de nulle part. Elle s'en serait bien tirée...! Sauf que malheureusement pour elle, il était toujours vivant et toujours aussi chiant. Il se sentait moins bien qu'avant néanmoins, même s'il était arrivé à l'hôpital, il avait l'impression que toute la pression était retombée et que d'autres douleurs apparaissaient que ce soit à la main ou encore à ses côtes et sa tête en dehors de sa jambe. Il passa sa main sur le front pour le masser et soupira quand Daria voulut parler d'intérêt et ça lui donnait déjà mal à la tête.

- Bon, vieux con, parlons intérêts. T’as une assurance pour ta caisse ? Avec toutes les merdes que je paye, y a moyen que j’en ai une pour les accidents, mais je crois que ça ne couvre que ce qui m’appartient… je sais plus.
- Une couverture basique. Ca couvre seulement les dommages que je t'ai causé.
marmonna-t-il en enlevant la main du front

Et ça le faisait chier, il avait dû prendre une assurance la plus basique pour éviter d'avoir à payer trop cher. Il se ruinait déjà avec les soins qu'il payait pour sa fille et pour son cheval, il ne pouvait pas totalement assurer pour sa voiture parce qu'il savait la réparer et il n'avait jamais eu de gros accident auparavant; Il ne pensait pas que cela allait lui arriver un jour en réalité. Eh ben merde, c'était arrivé quatre mois après avoir changé d'assurance. Karma de merde.

- Pour les frais d’hôpital, j’te demande pas, on en a forcément, à ton âge
- Ah carrément ? Je te rappelle que c'est de ta faute que je me retrouve dans cet état-là !

Linc ou l'art de mettre une bûche dans un feu qui allait presque s'éteindre. Il était trop fier pour dire qu'il était sur la touche et qu'il ne pouvait pas tout payer pour l'hôpital... Enfin si peut-être mais il aura du mal à finir son mois alors qu'il avait à peine commencé. Les choses allaient devenir trop difficiles et il comptait sur Daria qui devait payer tout cela. En plus, son assurance ne couvrait pas totalement les dégâts pour sa voiture et ça le faisait chier, grave chier...

Tout le faisait chier. Sa voiture, elle, l'assurance, l'hôpital, la jambe. Tout.

Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/10/2016
›› Commérages : 307
›› Pseudo : Daria
›› Célébrité : Cara Delevingne
›› Schizophrénie : Ethan Ash-sexy-ford, Marty McSchtarbé
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Sunday Bloody Sunday [Lincoln] ✻ ( Sam 12 Nov - 18:23 )

Sunday, bloody Sunday

   

«Maladroit n'est pas le mot adéquat ! Essaye de faire ça pendant que l'autre conduit comme s'il était sur une piste de course. Tu verras que c'est pas si facile que ça avec une main en moins ! »

Mais... AH ! Au nom de ses intérêts et de sa réputation de rapiat, Daria peut pas le laisser vaincre cette joute verbale : « Une course ?! C'est pas moi qui faisait un excès de vitesse sur un parking ! », contre-attaque t-elle avec virulence, les poings serrés. L'honneur est sauf. Enfin, à moitié. Dès que l'infirmier se barre, il en prend un autre coup.

« Pff héhé. Mais oui, c'est ce qu'on dit... », rétorque Lincoln à son excuse minable, et il a tellement raison de se foutre d'elle qu'il mérite d'avoir le dernier mot. Daria essayait de se renseigner, l'air de rien, sur ses assurances parce qu'en vérité, selon le code de la route, il est bien vrai qu'elle n'avait pas la priorité, même si les "convenances" (vous savez, le truc dont elle se bat la race) contraignent bien souvent les usagers à s'arrêter pour faciliter la manoeuvre à la personne qui sort sa caisse. Bref. Y avait de la suite dans l'argumentation.

« Une couverture basique. Ca couvre seulement les dommages que je t'ai causé
— Bon bah si moi j'ai une couverture basique aussi, ça pourra couvrir les dommages que tu crois que je t'ai causé. J'te propose ça Junior, c'est parce que tu m'fais pitié ! »

Et dire qu'ils étaient presque sur le point de tomber sur un accord... mais la remarque sur l'assurance santé, qu'elle est persuadée qu'il possède, ça le fait tiquer. « Ah carrément ? Je te rappelle que c'est de ta faute que je me retrouve dans cet état-là ! » Non mais pourquoi il argumente, là, ce gros chieur ?! Il n'avait qu'à pas être sur son chemin, tiens !  « Ma faute ?! Même si c'était l'cas, j'te signale que moi j'ai pas d'assurance santé ni pour moi, ni pour les papys, ok ? Donc tu vas prendre la tienne parce que c'est fait pour ça ! » Elle fronce légèrement les sourcils en le regardant un court instant d'un air suspicieux, et il n'a pas besoin qu'il lui dise quoique ce soit pour qu'elle comprenne. T'es un livre ouvert, Lincoln, avec ta tronche gênée là !  Frappée plus de colère que de stupeur, la blonde crache furieusement : « T'as PAS d'assurance ?! » C'est sur cette tirade joyeuse, chantonnante et énamourée, que le médecin choisit de débarquer. Daria ne le salue même pas, se contentant d'envoyer des éclairs de son regard à Lincoln Putain de Merde Hemsworth.

Au bout d'un moment, la teigneuse se rend compte qu'on s'adresse à elle. Ah, qu'elle parte pour qu'on puisse prendre en charge le vieux ? Les fameux points de suture, oui, oui. La fameuse hygiène, oui, oui.  « Ouais je me casse ! », rétorque t-elle donc au médecin en se levant,  « Et plutôt deux fois qu'une ! ». Daria quitte les lieux le menton haut, laissant le temps à l'autre vieux de réagir sur le fait qu'elle a intérêt de rester dans le coin. En effet, elle ne va pas complètement se barrer, elle a des droits à faire valoir, elle aussi ! Pour la forme, elle claque la porte en sortant, et va se poser dans la salle d'attente. Elle n'est pas pressée qu'on la rappelle.

(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 30/10/2016
›› Commérages : 168
›› Pseudo : mr.turtle
›› Célébrité : Andrew Lincoln
›› Schizophrénie : Le sauveur de tortues, kiné pour les gens cassés : Remy Mayfield
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Sunday Bloody Sunday [Lincoln] ✻ ( Sam 12 Nov - 20:21 )

« Une course ?! C'est pas moi qui faisait un excès de vitesse sur un parking ! », Lincoln se mit à rire jaune.
- Ah elle est bonne celle-là ! Comment peux-tu être sûre que je faisais un excès de vitesse ?! Tu pouvais pas voir mon tableau de bord et ne me reconnaissais même pas dans l'obscurité !

Ah non mais non hein. Il n'allait pas lui laisser avoir le dernier mot parce que c'était comme ça et puis elle avait qu'à faire attention et prendre le temps de signaler qu'elle allait sortir, là il aurait arrêté et il l'aurait laissé faire parce que merde quoi... Ce n'était pas de sa faute ! Il faisait attention et se démerdait bien pour ne pas faire face à une situation assez critique ...

L'assurance.

Bordel de merde de cul d'âne. C'était le truc le plus chiant au monde et qui allait emmerder Lincoln pour un long moment s'il ne réglait pas sa situation comme il le faudrait. Rien que de rester deux heures à attendre, il en aurait pour 2 000$ (vécu), alors il avait de la chance d'être rapidement pris en charge et espérait que ça n'allait pas couter trop cher... De toute façon tout coûtait trop cher...! Quand même bien, il avait cru qu'ils s'étaient calmés et qu'ils discutaient comme des adultes, c'était Linc qui venait de reprendre là où ils s'étaient arrêtés, il était toujours celui qui préférait avoir le dernier mot et il était tombé sur le même genre de personne. C'était quand même drôle ce point de commun, mais terriblement chiant ...!

« Ma faute ?! Même si c'était l'cas, j'te signale que moi j'ai pas d'assurance santé ni pour moi, ni pour les papys, ok ? Donc tu vas prendre la tienne parce que c'est fait pour ça ! »

Quoi ?

Non.

Putain non.

Lincoln fut sans réaction sur le moment quand il apprit et comprit maintenant qu'il avait tout un autre point en commun avec Daria : les assurance. Tous les deux avaient une putain d'assurance basique pour leur voiture, histoire de payer moins cher en même temps (parce que merde 200$ par mois pour ça, c'était déjà cher). Tous les deux n'avaient pas une assurance santé. Lincoln n'en avait pas eu besoin parce qu'il se débrouillait très bien pour ne pas se faire blesser jusque là, il ne s'embarquait pas dans des bagarres non plus et puis il a préféré sacrifier son assurance pour son cheval. Il grogna un peu et détourna le regard, assez gêné et énervé à la fois.

« T'as PAS d'assurance ?! »
- MAIS ...
Il ne termina pas ce qu'il allait dire que le médecin arriva avec l'infirmier.

Bon, c'était le silence sur le coup et y avait une grosse tension, un échange de regard assassin. Linc n'avait même pas fait gaffe au médecin qui ne savait pas placer une pour l'instant. Il avait l'impression d'assister à une dispute de père-fille que c'en était bizarre. Ce dernier finit par racler la gorge et invita Daria à quitter la pièce pour pouvoir commencer les soins.

« Ouais je me casse ! »
Ouais casse-toi... Non casse-toi pas putain ! Enfin reste pas loin... pensa Linc qui pensa qu'il devait intervenir.
- Et plutôt deux fois qu'une !
- Eh ! T'as intérêt à rester à côté dans le coin ! On en a pas fini !!
fit-il avant qu'elle claque la porte assez violemment. Il lâcha un soupir et reposa la tête contre l'oreiller du lit.

Mais qu'est-ce qu'elle est fatigante cette nana...

Il avait passé une bonne heure à discuter médecine, Linc s'était montré attentif pendant le diagnostic et le médecin s'était montré particulièrement lourd quand il avait remarqué la faiblesse musculaire dans sa main. Il voulait faire des radios mais Lincoln avait réussi à dire non, il ne pouvait pas se permettre ça. Ce problème n'allait pas lui couter la vie non plus donc il allait bien en dehors de la jambe et deux côtes felées, une plaie ouverte à la tête, avec une légère commotion. C'était assez rapide peut-être, mais le temps que le médecin recouse sa jambe, c'était horriblement désagréable bien que c'était anesthésié, c'était aussi dégueulasse. Linc aura du mal à regarder sa propre jambe pour quelques jours..

Il quitta la salle avec les béquilles, le médecin et l'infirmier. Il fut invité à aller voir à l'acceuil pour les dossiers et tout ce qui était question d'assurance, Linc réussit à cacher sa grimace et hocha silencieusement la tête avant de les remercier. Parce que oui, fallait les remercier ces gars-là, ils lui avaient sauvé la vie, parce que sinon il se retrouvait comment un con à saigner jusqu'à la mort. Il chercha du regard la salle d'attente et s'y dirigea sans hésiter, en espérant retrouver Daria là-bas. Il la retrouva et finit par s'installer à côté d'elle tout en déposant les béquilles à côté de lui. Il lui jetta le pull blanc tâché sur les genoux de la jeune femme.

- Tient, t'as oublié ça. Une pause, il ne dit rien pour l'instant comme s'il cherchait ses mots. Il n'avait pas envie de justifier pourquoi il n'avait pas d'assurance et il ne le fera pas Ils nous laisseront pas partir tant qu'on aura pas payé. Ils savent que j'ai pas d'assurance grâce à toi qui a gueulé à un moment où il fallait pas. Merci encore. Bon c'était pas le même merci que tout à l'heure.


Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/10/2016
›› Commérages : 307
›› Pseudo : Daria
›› Célébrité : Cara Delevingne
›› Schizophrénie : Ethan Ash-sexy-ford, Marty McSchtarbé
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Sunday Bloody Sunday [Lincoln] ✻ ( Lun 14 Nov - 15:26 )

Sunday, bloody Sunday

   

Daria n'en revient pas d'elle-même. Oui, elle fait semblant de s'étonner de son propre comportement, histoire de se voiler encore la face qu'elle n'en n'a pas rien à foutre du papy. Elle se dit qu'en fait, c'est juste de la curiosité morbide, voilà. Elle veut savoir au final s'il boitera toute sa vie ou pas, et en apprenant la nouvelle d'un oui ou d'un non, sa curiosité sera satisfaite, parce que ça, elle veut bien le reconnaître, qui lui arrive d'être curieuse. C'est paradoxal avec le fait de s'en foutre, mais on peut accorder les deux, elle y arrive. Pour passer le temps, la jolie blonde sort son smartphone (le troisième en date, elle a cassé le premier, et le deuxième, elle l'a paumé dans les bois), puis lis un peu les news et les actus sur internet. L'opération prend tellement de temps qu'elle finit mieux informée sur l'actu qu'un président. Les jambes croisées, le dos courbé, la tête proche de l'écran, elle se fige et cligne des yeux lorsqu'on lui balance un chiffon blanc-rouge tout rapiécé sur les genoux. Ah, mais... c'est son pull ! Du moins... ce qu'il en reste. Daria lève le nez et tourne un regard courroucé vers Lincoln, qui s'est installé à côté d'elle.

« J'lai pas oublié, il est complètement mort ! Avoue que t'as fait semblant de ne pas voir la poubelle en sortant ! ». Ouais c'est trop calme ici, faut qu'elle râle, Daria, n°1 mondial de la casse-couillerie depuis 2004, sinon on se fait chier.

« Ils nous laisseront pas partir tant qu'on aura pas payé. Ils savent que j'ai pas d'assurance grâce à toi qui a gueulé à un moment où il fallait pas. Merci encore.
- Bah ouais t'as raison ! C'est ma faute si t'es pas assuré à ton âge ... ! »

Daria constate alors que Lincoln a les yeux baissés vers ses genoux à elle, comme s'il avait constaté un truc bizarre. « Mais qu'est-ce que tu regar... ! », elle s'interrompt après avoir baissé les yeux à son tour, tombant sur son portable dont l'écran affiche encore la tronche de Vladimir Poutine en photo. Elle venait de lire l'un de ses discours pour tuer encore plus le temps, juste avant que Lincoln ne débarque. Non mais oh, il croit qu'elle va perdre la face ? Spontanément, elle lui râle une impro blasée : « Ouais, VVP c'est le fantasme de mes nuits, mon oxygène, ma raison de me lever le matin, voilà tu sais tout ». Daria, quand elle veut, elle peut devenir une vraie drama queen. Si vous cherchez encore à comprendre les pourquoi et les comment de son comportement, c'est que justement, vous n'avez rien compris. Du coup, elle aussi, elle regarde discrètement les genoux de Lincoln, mais c'est plutôt pour faire un constat mental de sa  jambe blessée, chose qu'elle ne laisse pas paraître puisqu'elle poursuit, toujours avec son amabilité légendaire : « Bref, qu'est-ce que ça peut te foutre abruti ! On a un autre problème plus important, je te rappelle, c'est que moi, j't'ai dit que t'auras pas un rond de ma poche, et je compte m'y tenir... ! Tu peux passer ta vie ici, c'est pas mon problème ! »

Ouais, cette rapiat, elle a un sac plein de frics dans son coffre, et pourtant faut pas chercher. Sa réputation est en jeu. Ce qu'elle ne sait pas c'est que, heureusement, y a une autre bonne poire qui va sortir le porte-monnaie pour ce boulet de compétition...

(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
LOVE MAKES A FAMILY.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/10/2016
›› Commérages : 32
›› Pseudo : Loys
›› Célébrité : James Marsden
›› Schizophrénie : Non, tout va bien pour le moment.
›› more about me

Re: Sunday Bloody Sunday [Lincoln] ✻ ( Mar 15 Nov - 14:20 )


Sunday bloody Sunday

- ELVIO — DARIA — LINCOLN -



Je vous dis pas la galère pour sortir de la maison avec la petite femme suspicieuse qui m'y attend de pied ferme. Je ne comprends pourquoi elle doute quand je lui dis que ma cousine a crashé une autre voiture avec la sienne. La réputation de Daria n'est pourtant plus à refaire ! Certes il est tard, mais franchement, un homme infidèle serait plus subtil que ça, non ? Je ne comprends pas non plus comment elle peut encore douter de moi après toutes ces années, mais que voulez-vous.

Entre ces deux cas sociaux de Daria et Sloan —ce n'est pas une façon de parler de sa famille, j'en ai bien conscience,— je ne sais même plus où donner de la tête. L'un que je dois récupérer au poste de police, l'autre avec son accident de voiture... dont je suis persuadé qu'elle est responsable, bien que l'on ne m'eut pas donné les détails. Tout ce que je sais, c'est que sa voiture a percuté celle de quelqu'un 'boiteux' qu'elle a embarqué, probablement aux urgences, avec elle. Une chance que je m'entends bien avec les gars qu'elle maltraite, c'est l'un d'eux qui m'a prévenu, le Coyote — qui est pourtant, étrangement, celui avec qui elle s'est déjà battue plus d'une fois ! Ils savent que je tiens à cette petite teigne, malgré tous les efforts de celle-ci pour me faire fuir à chaque fois que je croise sa route. J'espère qu'elle va bien et que la personne blessée qu'on m'a recensé ne couvre pas un truc ingérable avec sa jambe... ou ses deux jambes. En tout cas, moi non plus, je n'ai pas une conduite qui respire le bon sens avec mes excès de vitesse.

Je me gare sur le parking des urgences et, avant d'entrer, je repère la voiture de collection de Daria qui n'a quasiment pas un seul pet. Miraculée, quoi, c'est sacrément rassurant. Une fois dans le hall, je repère Daria à l'ouïe, on n'entend qu'elle, une voix chantonnant de bienveillance qui raisonne entre les murs. C'est à peine ironique ce que je viens de dire. Ça finit de me soulager, d'ailleurs, car ça veut au moins dire qu'elle va assez bien pour garder sa cordialité exemplaire.

Je l'aperçois, assise. « Louss », je l'interpelle de son nom de famille salement mâchouillé, un surnom calqué sur cette manie qu'elle a de toujours en donner aux autres, « ça ne me dérange pas d'avoir de tes nouvelles mais je préfère, premièrement, quand elles sont bonnes, et deuxièmement, quand c'est toi qui les donne ». Pour ces deux trucs là, je peux toujours courir. Avec la face irritée que je lui offre, j'ai l'air d'un daron qui vient récupérer sa fille, affichant l'inquiétude pour elle qui va avec, en prime. « Tu n'as rien ? », je préfère m'assurer.  Je tourne ensuite la tête vers la personne assise à côté d'elle et je tique, un homme d'environ mon âge qui me dit vraiment quelque chose. Les yeux un peu plissés, il me faut trois bonnes secondes pour faire marcher les méninges et me remémorer ce que ce visage m'évoque.

« Lincoln ? », je m'étonne, une fois que l'ampoule dans ma tête s'est allumée. Sacré bail, j'en perds mes moyens ! Je repère sa jambe emplâtrée et je me dis merde, le boiteux que Daria emmenait aux urgences, dont on me parlait au téléphone, c'est lui. D'un côté, ça me fait plaisir de le revoir, mais de l'autre, j'aurais vraiment préféré que ce soit dans d'autres circonstances. Je suis carrément embarrassé, en gros. «  T'as pris un sacré coup mon vieux... vraiment désolé », je le plains en me grattant la nuque de la main gauche, embêté, et lui tend la droite pour le saluer tout de même. Et oui, je m'excuse parce que clairement, ce n'est pas Daria qui va le faire.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.
Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 30/10/2016
›› Commérages : 168
›› Pseudo : mr.turtle
›› Célébrité : Andrew Lincoln
›› Schizophrénie : Le sauveur de tortues, kiné pour les gens cassés : Remy Mayfield
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Sunday Bloody Sunday [Lincoln] ✻ ( Sam 19 Nov - 23:40 )

« J'lai pas oublié, il est complètement mort ! Avoue que t'as fait semblant de ne pas voir la poubelle en sortant !
- Ouais pour te faire chier. ».

En réalité, le médecin ne voulait pas jeter le pull et Linc n'avait pas trouvé de poubelle et quand il en avait vu un, il ne pouvait pas jeter le pull parce qu'il avait les mains prises avec les béquilles. C'était déjà assez chiant et puis pour bien faire chier Daria qui n'aimait pas voir le sang et encore moins ses affaire bousillés. Il lui avait balancé le pull sur les genoux et puis voilà. À cause d'elle, Linc ne pouvait pas sortir tant qu'il n'aura pas payé et le pire, c'était qu'il n'avait pas l'argent pour payer tous les dégâts.

Et bien sûûûûûûr ! C'était sa faute s'il n'était pas assuré à son âge ! Forcément ! il n'avait jamais eu d'emmerdes jusqu'à maintenant et puis il était solide en général. Il se rappelait bien de l'accident qu'il avait eu dans les chantiers et s'en était sorti tout simplement avec une entorse au poignet, il n'avait pas eu besoin de passer à l'hôpital qu'il savait déjà soigner ça tout seul. Enfin, c'était une grosse connerie à ne pas refaire en même temps.

Linc regarda le pull sur les genoux de Daria avant de voir une drôel d'image sur le téléphone, il ne pensait pas qu'elle s'intéresserait à ce gars. Il n'écouta plus la jeune femme en essayant de voir à quel moment la photo avait été prise. C'était sûrement un article d'un journal, pas question que cette nana s'intéresse à lui !

« Ouais, VVP c'est le fantasme de mes nuits, mon oxygène, ma raison de me lever le matin, voilà tu sais tout
- Conneries.».
Il n'y croyait pas du tout, c'était tellement n'importe quoi que c'en était pas vrai.
« Bref, qu'est-ce que ça peut te foutre abruti ! On a un autre problème plus important, je te rappelle, c'est que moi, j't'ai dit que t'auras pas un rond de ma poche, et je compte m'y tenir... ! Tu peux passer ta vie ici, c'est pas mon problème !
- Ça va devenir ton putain de problème si tu veux, si c'est ça qui manque ! »


Ah ben, il se gênerait pas lui ! Alors là, pas du tout même ! Cependant, une voix interrompit Linc et même Daria. Il se pencha un peu pour mieux voir le gars et fronça les sourcils quand il crut le reconnaître, déjà sa voix lui était familière alors le visage l'était encore plus. Qui était ce gars ? Il l'avait déjà vu quelque part ... En plus il connaissait Daria et semblait la réprimander comme un daron le ferait pour un gosse, c'était un petit peu drôle qu'il eut du mal à cacher son sourire presque moqueur. Il croisa finalement le regard du gars qui semblait être de la même famille que Daria, ils se regardaient tous les deux... Apparemment, il était aussi familier à ce gars ...

« Lincoln ?
- ... Elvio ? »


Il n'était pas trop sûr au départ, mais maintenant, il le savait ! Oh bordel, il revoyait un ancien copain, camarade de conneries, il ne l'avait pas revu depuis des années... Deux ans, voire trois. Oh il ne savait plus trop, mais c'était certain qu'ils avaient définitivement perdu contact depuis le décès de Danny.

« T'as pris un sacré coup mon vieux... vraiment désolé
- Err... J'avoue que j'aurai préféré qu'on se retrouve autrement... Daria est ta soeur ou ... ? »


Pour qu'il se permette de parler à quelqu'un comme ça, oui y a moyen qu'ils fassent parti de la famille et Elvio en avait plus ou moins parlé. Linc avait un peu de mal à se dire qu'il avait pris un coup de vieux, mais ces derniers temps c'étaient ce que disait certaines personnes qui le voyaient pour la première fois après quelques années, mais ne releva pas et prit la main d'Elvio pour la serrer pour le saluer. Bon drôle d'endroit et de moment pour se retrouver. Il n'aurait jamais cru que sa soirée s'enchaine par les retrouvailles d'un ami.

Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/10/2016
›› Commérages : 307
›› Pseudo : Daria
›› Célébrité : Cara Delevingne
›› Schizophrénie : Ethan Ash-sexy-ford, Marty McSchtarbé
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Sunday Bloody Sunday [Lincoln] ✻ ( Sam 26 Nov - 22:49 )

Sunday, bloody Sunday

   

« Ça va devenir ton putain de problème si tu veux, si c'est ça qui manque ! »

Elle lui ricane au nez. « Et comment que ça va devenir mon problème, vieux con ? T’as pas de preuve, pas de chantage à faire, même pas d’assurance, t’as rien. Bah ouais, t’es à poil Junior ! », se moque t-elle avec un grand sourire vicelard, les yeux plissés de dédain. Daria, même quand elle est en tort, c’est vous qui êtes en tort. Sachez-le. Louss. Coupée dans son élan de pimbêcherie, elle entend ce surnom, elle reconnaît la voix, et paf, t’as la racine de ses cheveux qui se hérisse et ses épaules qui se crispent. « Bordel, manquait plus que lui ! » braille t-elle de mécontentement. Sa voix éraillée d’agacement résonne dans tout le hall, tu m’étonnes qu’il l’ait pistée à l’ouïe. Mais n’empêche, qu’est-ce qu’il fout aux urgences à cette heure là ? La blondinette l’apprend rapidement : c’est pour elle qu’il est là. Et la teigne a beau le regarder avec ses grands airs, elle a tout l’air d’une gamine sacrément boudeuse quand elle se fait sermonner par son grand cousin. Non mais il se prend pour son daron ou quoi ? Va falloir qu’il arrête avec ses sales manies !

« Tu n’as rien ?
— T’as deux yeux, Mott ! Tu regardes et tu te réponds toi-même ! », rétorque t-elle de mauvaise foi.

Il voit bien qu’elle est en forme bon sang, et que c’est l’autre qui a la jambe massacrée ! D’ailleurs dès qu’Elvio prend le temps de s’y intéresser, y a comme un éclair de lucidité qui traverse son regard. « Lincoln ? » Daria sursaute presque et fronce les sourcils en regardant le type à côté d’elle. Ils se connaissent en plus, ces deux guignols ? Sacré paire ouais ! Son petit nez qui rebique va de l’un à l’autre tandis qu’elle tourne la tête pour les regarder un à un successivement. Et l’autre abruti qui dit qu’il est désolé ! Il est bien le seul tiens ! « Daria est ta sœur ou… » Ouais, faites comme si j’étais pas là, bande d’abrutis. N’empêche qu’elle réagit, piquée à vif : « Sa sœur ?! Ça m’ferait mal ! Et puis quoi encore ? », elle se lève pour faire face à Elvio, le menton levé de mépris. Il a beau être bien plus grand qu’elle, la blondinette réussit le pari de quand même le regarder de haut. Elle est fortiche, Daria, quand il s’agit d’exprimer l’étendu de son dédain pour le monde qui l’entoure, et plus particulièrement sa "famille".

« Qu’est-ce que tu fiches ici d’abord ? Qui a cafté ? » Elle tourne un instant la tête vers Lincoln, mais se répond mentalement à elle-même : non, ça ne peut pas être lui. Il avait l’air surpris qu’Elvio soit ‘lié’ à elle. Vu leurs caractères complètement opposés, pas de doute qu’il y aurait de quoi être sur le cul quant à leur lien de parenté. Mais justement, où était la parenté ? Elvio, il avait vécu dans sa petite famille, et elle, elle avait grandi comme une orpheline, malgré des parents (vivants) et des oncles/tantes qui n’en avaient juste jamais eu rien à foutre d’elle. Vous la voyez où, la famille ? La ressemblance physique, on repassera aussi. Une blonde aux yeux verts, et un brun aux yeux bleus. Le seul point commun qu’ils ont, et qu’ils partagent avec Sloan, c’est le petit nez en trompette. En tout cas, si ce n’est pas Lincoln, ça doit être un des gars qui jouait avec eux au poker, qui a prévenu le cousin… ça signifie que l’autre schnock n'est peut-être pas si à poil que ça dans cette affaire, s'il a un témoin occulaire de l’accident. Avec une petite enquête menée, cela mettrait Daria dans une position probablement délicate. L’échappatoire ? Payer les réparations de Lincoln, que l’assurance ne couvre pas, soit l’hôpital.

« Tu sais quoi j’m’en fiche ! », dit-elle avec le signe de bras négatif et nerveux qui va avec, « Puisque t’es là, tu n’as qu’à te rendre utile. Cet abruti… », elle désigne Junior d’un signe blasé de la main, « … n’a pas d’assurance, il ne peut pas sortir d'ici sans payer, et les gars l’ont plumé au poker, il n’a pas un rond pour se tirer ! » Elle jette un coup d’œil furibond à Lincoln pour signifier que, non, il n’a pas intérêt à dire que c’est elle qui l’a plumé, puis ramène son attention sur Elvio « Et toi, comme t’as des billets de 100 qui te sortent du trou d’balle chaque fois que tu fais un pas, en attestera cette foutue Rolex à 10 000 boxes que tu portes au poignet, j’suppose que payer ses soins ne te fera pas trop d’mal ! ». On ne dirait pas comme ça, mais elle est pas mal méthodique dans ses argumentations, la p’tite MacLewis.

(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞


›› It's my life
›› more about me

Re: Sunday Bloody Sunday [Lincoln] ✻ ( Aujourd'hui à 18:50 )

Revenir en haut Aller en bas

Sunday Bloody Sunday [Lincoln]

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Silverlake Bar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération