Pour vivre heureux, vivons cachés ҩ BBS

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
> True love kiss will break any curse.

❝ Family don't end with blood ❞
> True love kiss will break any curse.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 02/08/2016
›› Commérages : 157
›› Pseudo : Chat chou
›› Célébrité : Adelaïde Kane la magnifique ♥
›› Schizophrénie : Jacob, a.k.a Docteur Grognon
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Pour vivre heureux, vivons cachés ҩ BBS ✻ ( Dim 6 Nov - 1:04 )



Il avait les mots
M’a rendue accro
Je voyais déjà l’avenir dans ses bras



La chaleur de ses bras, un cocon dont je ne m’étais jamais doutée qu’un jour il serait mien. Mais il l’est. Je suis tombée amoureuse de Bruce Matthews comme on s’endort ; d’abord doucement puis tout à coup. C’était tellement soudain que ça en a été presque brutal, mais les faits sont là. Une fois de plus, je me réveille à ses côtés et je le regarde dormir, comme souvent. Il a l’air si fragile et en même temps si paisible que je reste parfois des heures tournée vers lui à le regarder. Je suis tombée amoureuse de Bruce Matthews, le meilleur ami de mon frère, plus vieux que moi de trois ans. Le plus dingue dans tout cela, c’est que lui aussi. Les mois passent à une allure folle, il me rend heureuse et je suis tellement épanouie. La seule chose qui me dérange un peu c’est de ne pas pouvoir crier sur tous les toits que je suis amoureuse d’un homme exceptionnel... mais c’est compliqué. En même temps, ça rend les premiers mois de notre relation plus intimistes. Pour vivre heureux, vivons cachés. C’est vrai que nous sommes plus heureux, car les bases de notre couple sont plus solides, mais ça m’attriste de ne pouvoir en parler à personne. La raison ? Je ne peux pas. Enfin, je ne veux pas c’est contradictoire, je sais. En effet, tant que mon frère n’est pas au courant, je me vois mal le dire à qui que ce soit d’autre, même si je pourrais très bien me confier à Sami. Par principe, je veux que Boris soit le premier à qui je le dirai. C’est très difficile de lui mentir et de devoir rester impassible quand je me retrouve avec Bruce en sa présence, mais je ne me sens pas encore la force de lui dire. C’est bizarre, puisqu’après tout Bruce est son meilleur ami, il devrait donc savoir que c’est quelqu’un qui est bien pour moi, mais mon très cher frère ne raisonne pas comme le commun des mortels. Je redoute le jour de la révélation, et je redoute énormément sa réaction. Parfois, quand j’y pense, une boule se forme dans le fond de ma gorge. J’ai horreur de cette rivalité masculine omniprésente dans tout ça. Certes, Bob et Bruce s’adorent parfois trop même, mais je sais que l’égo de Bob le poussera à avoir une réaction puérile et enfantine. Ça me fatigue d’avance, et ça me fait peur, et je ne veux pas être la cause d’une éventuelle rupture amicale entre eux. Les débuts de notre histoire d’amour ont été plutôt chaotiques. Depuis une soirée de « répétitions » pour notre futur groupe de musique avec Bruce, j’ai commencé à le voir autrement. J’ai d’abord eu le béguin pour lui puis ça s’est transformé en amour petit à petit l’oiseau fait son nid. Puis il y a eu cette autre soirée, l’anniversaire de mon amie Luann. J’ai croisé Bruce alors que j’étais saoule, il m’a sauvé d’un pauvre type quel gentleman avant de passer la fin de la soirée avec moi, jusqu’à ce que je prenne un bain de minuit et lui avoue mes sentiments naissants. Il m’a simplement regardé, les bras ballants, et n’a rien dit. Je me souviens de l’effet que ce silence a eu pour moi et j’ai réalisé que j’étais plus attachée à lui que ce que je voulais bien admettre car ça m’a brisé le cœur. Enfin, il y a eu ce voyage en Allemagne, avec mon frère, Bruce et une de leurs amies. Il m’a suivie un soir, j’ai failli le tuer, je me suis enfuie, il m’a rattrapée, m’a avoué ses sentiments, m’a embrassé et voilà où nous en sommes aujourd’hui. Ça a été dur d’en arriver là et il nous reste une épreuve de taille, mais ça en valait la peine. Alors que je suis toujours en train de penser tout en admirant ma belle au bois dormant, il ouvre doucement les yeux. « Bonjour. » Que je lui dis doucement, en souriant. Il me sourit avant de m’attirer contre lui. « Bonjour Schopie. Bien dormi ? » Je dépose un baiser sur le bout de son nez. « Comme un bébé. » Je m’écarte de lui à contrecœur pour aller dans la salle de bain mais il me retient par le bras et je me blottis encore quelques minutes contre lui.

J’ouvre un œil, puis l’autre et porte mon attention sur le réveil posé sur la table de chevet. Onze heure. Nous nous sommes rendormis comme des enfants et voilà qu’il est tard maintenant, moi qui voulais travailler un peu ce matin... Mais bon, c’est bien aussi de profiter du week-end pour se reposer. Je prends le plus de soin possible à m’écarter du corps inerte de mon copain sans le réveiller pour me diriger vers la salle de bain. Quelques dizaines de minutes plus tard, je sors de la pièce, pomponnée, et vois Bruce ouvrir un œil. [color=#ad4c4c « Où est-ce que tu pars comme une voleuse ? »[/color] Je ris tendrement en m’approchant du lit. « Je ne vais nulle part comme une voleuse M. Matthews, je sors simplement acheter de quoi nous sustenter ce midi. » « Noooooooon, reste avec moi. » Il me fait toujours craquer quand il veut que je reste avec lui... Mais la faim l’emporte Schopenhauer ou pas Schopenhauer. Je rassemble toutes mes forces pour résister à l’attractivité de ce lit. « Vous savez que je vous aime M. Matthews, mais la faim remporte ce round. » Je m’approche de lui, amusée avant de lui murmurer à l’oreille. « Promis je ne serais pas longue et je te rapporte ton plat préféré. » Je dépose un baiser sur la commissure de ses lèvres avant de l’embrasser tendrement. « A tout à l’heure ! » Je fuis rapidement en direction de la porte, avant d’être à nouveau happée par les bras de mon cher et tendre, laissant échapper un petit ricanement amusé. Une fois dans la rue, le froid me glace le sang quelques secondes et je m’emmitoufle un peu plus dans mon épais manteau. Je me promène ainsi plusieurs minutes avant de retrouver une chaleur corporelle convenable. Je pense à Bruce, comme toujours, tout en marchant en direction du Nora’s Restaurant. Parfois, je me dis que ce n’est pas possible que personne ne perçoive le changement chez moi. Quand je me regarde dans une glace, je me trouve plus rayonnante et plus souriante qu’avant depuis trois mois. Je n’ai jamais eu de vraie histoire d’amour dans ma vie. Ma vision différente, selon les normes d’aujourd’hui, de l’amour fait que je ne me suis jamais laissée tomber amoureuse. L’idéalisme dont je fais preuve me fait dire que l’amour est la plus belle chose au monde et qu’elle est un précieux cadeau. Aimer et être aimer en retour est quelque chose de magique. J’ai changé. J’ai trouvé celui qui est peut-être mon âme-sœur et je lui ai fait don de la  chose la plus précieuse que je possédais. Je n’avais pas pensé que ce serait pour lui, et si on me l’avait dit il y a quelques années je ne l’aurais pas cru, mais les faits sont là. J’ai offert à Bruce Matthews ce que je n’ai jamais voulu offrir à personne d’autre. Ce n’était pas spécialement pour lui prouver mon amour, parce qu’il y a d’autres façons de le faire, mais c’est juste le bon et je ne regrette absolument pas mon choix. En revanche, si Bob l’apprend, je suis morte. Un frisson me parcourt l’échine ; j’ai vraiment peur de tout dire à Bob. J’essaye de me rassurer en me disant que ça ne sera peut-être pas aussi terrible que ce que j’imagine, mais je préfère tout de même me préparer au pire. Sur ces pensées effrayantes, je pénètre dans le restaurant pour commander une tarte au poireau à Bruce il a peut-être des tendances homosexuelles finalement et prends une portion de pâtes à la carbonara pour moi, avant de reprendre mon chemin en sens inverse.

En ouvrant la porte de l’appartement de l’homme que j’aime, je le vois apparaître très vite dans le salon pour venir à ma rencontre et me prendre dans ses bras. « Tu m’as manquéééééé ! » Nous rions en chœur devant tant de clichés puis je pose mes lèvres sur les siennes afin d’y déposer un rapide baiser. « J’ai ramené le déjeuner ! Ce sera une tarte aux poireaux pour vous monsieur. » « Ouh, tu sais comment me parler toi ! » Un baiser sur le front et à table. Après avoir mangé, nous nous installons devant une émission quelconque dans le canapé. Très vite, comme à notre habitude, ça dégénère et on se chamaille à coup de chatouilles. « Je te préviens, si tu continues c’est ceinture pendant trois semaines. » « Faudrait déjà que tu tiennes cinq minutes face à mon corps d’Apollon ! » Je hausse les épaules et lève les yeux au ciel. « Ne te crois pas irrésistible Bruce Matthews. Je peux totalement te résister. » Nous savons très bien, l’un comme l’autre, que c’est totalement faux. Mais ça m’amuse de le titiller et de lui faire croire que c’est possible que je pense un jour à lui résister. Comme pour me prouver mon erreur, il s’approche un peu plus de moi. « Vraiment ? » Rien que sentir son souffle sur ma peau m’embrase littéralement. Je soutiens son regard, l’air impassible, alors que ce n’est vraiment qu’une façade, et croise les bras sur ma poitrine. Sans que je puisse réagir, il se jette à l’assaut de mes lèvres et je ne réponds plus de rien. Il vient se placer au-dessus de moi pendant que j’approfondis notre baiser. Mon corps est un brasier ardent et mon souffle se fait de plus en plus court quand tout à coup j’entends la porte s’ouvrir. Je ne réagis complètement qu’à l’entente d’une voix familière. « Oups. » Bruce se redresse immédiatement. « Désolé mec, je ne voulais pas te déranger avec ta nouvelle conqu... » Alors que je me redresse à mon tour, je vois le visage de Bob changer du tout au tout, passant de l’amusement à... la colère ? Le choc ? Je ne sais pas encore exactement mais je devrais bientôt être fixée. De toute évidence, le canapé me cachant, il n’avait pas vu que c’était moi sa « nouvelle conquête ». Et puis d’abord qu’est-ce qu’il fait là ? Pourquoi est-ce qu’il a pris la manie de faire comme chez lui en entrant chez Bruce ou même chez moi d’ailleurs comme ça lui chante ? Je crois mourir. Enfin non, je veux mourir, sur le champ, s’il vous plaît. C’est le moment le plus gênant de ma vie et tout simplement le pire moment. J’étais si euphorique il y a encore quelques secondes... D’ailleurs je ne sais même pas quoi dire. Qu’est-ce que je peux faire ? Je pousse doucement Bruce pour pouvoir me lever, remettant mes cheveux à leur place. Mes joues rosées traduisent quelque chose que Bob ne veut sûrement pas connaître, alors elles rosissent encore plus de gêne. Qu’est-ce que je peux lui dire ? « Salut » ? « Qu’est-ce que tu fais là » ? « Je suis la Maddie de toutes les excuses de Bruce depuis trois mois parce qu’en réalité il n’était pas vraiment avec Maddie mais avec moi » ? Tuez-moi, par pitié, que la foudre s’abatte sur moi ! Je n’étais pas prête à tout dire à Bob même si en soi je ne fais rien de mal. Les yeux de Bob passent de Bruce à moi, nous jugeant de toute évidence, et j’ai l’impression que leur sentence est irrévocable au revoir. Je dois dire quelque chose. Mais quoi ? Le calmer ? Je ne sais même pas vraiment ce qu’il ressent. Bon, ce silence malaisant dure depuis trop longtemps maintenant. Je me lance. Je fais un pas vers Bob qui recule et lève une main vers moi comme pour me stopper. J’ai l’impression d’être une petite fille prise en faute. J’ai juste envie de lui dire que je ne suis pas une petite fille et que je ne commet pas d’erreur, que j’aime Bruce et que c’est comme ça, qu’il le veuille ou non même si je détruis ses envies de mariage avec lui. « Bob. Je... » Je jette un regard vers Bruce qui m’invite à poursuivre. Il a l’air tout aussi mal à l’aise que moi mais maintenant qu’on est pris sur le fait, on ne peut plus faire autre chose que de tout lui dire. « Bruce et moi sommes ensemble depuis trois mois. » Je vais y aller petit à petit et prendre la température avant d’en dire d’avantage.


_________________
× BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 07/03/2016
›› Commérages : 281
›› Pseudo : ginger squid, a.k.a. laura ♥
›› Célébrité : Richard F*cking Madden ♥
›› Schizophrénie : Bree, Ellie & Zoé
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Pour vivre heureux, vivons cachés ҩ BBS ✻ ( Mer 9 Nov - 1:21 )


size matters
A day without sunshine is like, you know, night.

Vous avez devant vous un homme comblé. Un homme beau, joyeux, heureux... Bref. Un homme nouveau. Très sincèrement, si demain je me réveillais avec l'idée de m'engager dans l'armée des Huns pour combattre Mulan, ça ne m'étonnerait même pas un peu ! En attendant, c'est avec beaucoup moins de poésie que j'observe ma petite-amie et son joli fessier quitter ma chambre. Steffi est partie à la chasse. Et si je ne bouge pas de ce lit dans les cinq prochaines secondes, le risque que je me rendorme est très élevé. « OKAY ! » Je repousse d'un mouvement vif les couvertures et me lève. Allez, direction la douche ! Bon, certes la douche aurait été meilleure et plus écologique si Steffi était venue avec moi mais... Eh, on ne peut pas tout avoir ! Parce que je suis un homme heureux, je chante tout ce que je sais en me savonnant de Axe. Je suis irrésistible. Et propre. Très vite, je suis frais et pimpant pour le retour de ma somptueuse petite-amie. Malheureusement, après trente secondes passées à fixer la porte dans l'espoir qu'elle s'ouvre je me lasse, et vais m'échouer comme une grosse larve dans mon canapé. Je reste un homme, et les hommes sont des fainéants. L'amour ne résout pas tout.

Je n'ai pas le temps de méditer sur le sens profond de la vie que la porte d'entrée fait du bruit. Si c'est Lana, je pleure. Oui Bruce est toujours un sensible de la vie. « STEFFI ! » Le monde est beau est rose, c'est bel et bien Steffi qui fait son retour. Parce que je suis un prince charmant, je me diriger vers elle pour la serrer dans mes bras et la faire tournoyer. Voilà. C'est beau. « Tu m’as manquéééééé ! » Nous sommes des gueux, et j'ai le droit à un bisou magique. « J’ai ramené le déjeuner ! Ce sera une tarte aux poireaux pour vous monsieur. » Oooh, elle sait comment me parler ! « Ouh, tu sais comment me parler toi ! » Et parce que, ouais, moi je dis oui, nous mangeâmes. J'ai vraiment l'impression d'écrire un conte de fées là quand même, c'est perturbant. Parce qu'aujourd'hui c'est dimanche et qu'on n'a rien de mieux à faire, mes fesses retrouvent le canapé. Ça, c'est l'union qui durera toute ma vie... Même si j'ai l'espoir que mon union avec Steffi durera toute ma vie également. #lebiglove Mais parce que le documentaire animalier sur les pingouins ne me fait rire que trois minutes, vous avez vu, ça tourne au drame les pingouins cocufiés ! je me décide d'aller embêter la jolie brune. Non, je ne suis pas un grand gamin avec un constant besoin d'attention. J'ai juste constamment besoin de son attention à elle. C'est différent. « Je te préviens, si tu continues c’est ceinture pendant trois semaines. » MEH. Je refuse ! Un sourire taquin vient quand même prendre possession de mes lèvres... Si elle veut jouer à ça, on peut ! « Faudrait déjà que tu tiennes cinq minutes face à mon corps d’Apollon ! » Et le pire, c'est qu'elle n'a pas l'air convaincue. C'est triste, le manque de confiance au sein de notre couple. « Ne te crois pas irrésistible Bruce Matthews. Je peux totalement te résister. » Ahah, challenge accepted. « Vraiment ? » Je demande en me rapprochant pas subtilement du tout d'elle. J'attends quelques secondes encore avant de poser mes lèvres contre les siennes, un peu brusquement, juste pour lui faire comprendre que c'est une mauvaise idée que de me provoquer dans ma masculinité. Ou une bonne idée, au choix. Je pose mes mains d'une part et d'autre de sa taille et exerce une légère pression sur son corps, non sans arrêter de l'embrasser, pour la pousser à s'allonger sur le canapé.

Et les événements auraient pu tourner d'une manière... passionnée et jouissive, si j'avais un meilleur ami poli et bien élevé. Mais Bob n'est pas comme ça. Bob aime croire qu'ici est sa quatrième maison, et entre sans jamais frappé. Et ce que je crains qu'il n'arrive depuis trois mois, que Bob me trouve en compagnie de sa soeur, fini par arriver de la pire manière qu'il soit. A l'entente de son « Oups. » même pas désolé, je me redresse. Mon regard se plonge dans celui de Steffi, et je prie une seconde pour que le temps s'arrête et que nous puissions courir loin. Ou qu'elle devienne invisible. Malheureusement... Urg. « Désolé mec, je ne voulais pas te déranger avec ta nouvelle conqu... » Ma nouvelle conquête montre son visage à Bob, et Bob ne dit plus rien. Bob devient tout blanc. On va tous mourir. Steffi et moi avons l'air de deux adolescents pris en faute grave... C'est un peu le cas, je crois ? On a tous l'air con, et j'ai envie de crier. Un truc pas drôle. Je ne sais pas. Juste pour relâcher la tension. Mentalement, j'attends juste que l'image ait finie de faire le tour du cerveau de Bob et qu'il vienne me frapper. « Bob. Je... » Mon regard trouve celui de Steffi et j'acquiesce avec un très maigre sourire. Vas-y. Au point où on en est... Et puis, il fallait bien qu'il sache un jour ? Le coup vient dans trente secondes. « Bruce et moi sommes ensemble depuis trois mois. » AWH, non ! Fallait pas préciser, mon dieu... ll va vraiment vouloir m'assassiner, maintenant. « AVANT QUE TU NE ME FRAPPES. » Je tente. Je tiens à la vie, oui merci. « Sache que j'ai été un parfait gentleman avec Steffi, et que j'ai toujours été gentil avec elle et qu'il est possible que je l'aime un peu d'amour. Et que tu as le droit de lancer le premier coup, mais ne m'en veut pas si je réplique. Voilà, la parole est à toi. » Drapeau blanc les gars. Drapeau blanc.

_________________
I think I'm brilliant.

≈ My goal is to be so hot at my wedding that my "something blue" is everyone's balls.

Revenir en haut Aller en bas
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 11/07/2016
›› Commérages : 88
›› Pseudo : floutch ♥
›› Célébrité : Kit Blbl Bg Harington ♥
›› Schizophrénie : Eliott, Oscar & Sarah
›› more about me

Re: Pour vivre heureux, vivons cachés ҩ BBS ✻ ( Sam 12 Nov - 22:13 )












Cela faisait déjà 10 jours que Zoé m'avait appris qu'elle était enceinte. J'aurai pu dire 10 jours que j'avais appris que j'allais être papa, mais Dieu merci, tout comme moi Zoé ne voulait pas de cet enfant. Elle voulait juste mon aide pour pouvoir avorter en toute tranquillité. Dit comme cela, ça sonnait affreusement horrible, mais non ça ne l'était pas. Alors oui toute les vieilles cathos coincées du cul devait crier au scandale, qu'on avait pas le droit d'ôter la vie d'un être et tout le blablabla, mais quand on y réfléchissait, c'était bien mieux comme ça. D'une parce que Zoé et moi on était proche, malheureusement pas de la bonne façon et elle m'avait bien fait comprendre qu'elle ne voulait plus avoir à faire à moi. Deux, comme ni elle, ni moi ne voulions de cet enfant, le garder n'apporterait que des emmerdes. Et trois, j'avais trop peur des enfants et je n'avais pas forcément envie de gâcher la vie d'un être qui serait sous ma responsabilité. Puis en vrai je pourrais sortir des centaines de raison pour approuver la décision qu'on avait prise avec Zoé, mais ça serait long et fatiguant et j'avais le courage. Puis surtout, il y avait autre chose qui me perturbait. Cela faisait 10 jours que j'étais au courant et je n'en avais pas encore parlé à Bruce. Alors oui j'avais promis de ne rien dire à personne, mais Bruce ce n'était pas n'importe qui, c'était l'homme de ma vie, alors il avait le droit d'être au courant. J'avais aussi besoin de ses conseils. Parce que Zoé me manquait et que je ne savais pas comment gérer ce genre de chose. C'était tout nouveau pour moi et j'avais pas vraiment prévu ça. Enfin je veux dire, évidemment j'adorais Zoé, à chaque fois on passait de très bons moments ensemble et puis l'embêter était devenu mon passe temps favori, mais admettre qu'elle me manquait n'était pas vraiment prévu au planning.

J'essayais de comprendre comment on en était arrivé là. Pourquoi elle avait voulu mettre de la distance entre nous. Alors oui évidemment le fait que je l'ai mise enceinte devait y jouer pour beaucoup, mais ce n'était pas une raison suffisante selon moi. Enfin quoi, ce n'était quand même pas la première que des amis faisaient accidentellement un enfant ensemble. Selon moi on était pas les premiers et on ne sera absolument pas les derniers. Du coup, non je ne comprenais pas pourquoi elle ne voulait plus me voir. Elle me manquait et ça me perturbait. Est ce que ça voulait dire que j'avais des sentiments pour elle ? Ou alors c'était juste son amitié qui me manquait ? C'était le flou artistique dans mon cerveau et j'avais besoin de Bruce pour y voir plus clair. Il était mon maître à penser. Enfin peut-être pas non plus, mais voilà quoi. Puis après j'irai voir Sami. Parce que Sami était un grand sage.

En arrivant chez Bruce, ce que j'espérais tant était enfin arrivé. Enfin je le supprenais avec une femme dans une position qui ne laissait guère place à l'imagination concernant la suite. Une personne normale n'aurai jamais pu voir ça, parce qu'une personne normale aurait frappé avant d'entrer, moi je ne prenais plus cette peine depuis longtemps. De toute façon ce n'était pas comme si il avait quelque chose à me cacher. Enfin j'allais rencontrer la fameuse Maddie qui me volait l'homme de ma vie. Il avait annulé bien trop de soirée à cause d'elle et je n'étais pas très, très content. Ceci dit, pour l'instant j'étais bien trop occupé à sourire comme un imbécile pour lui en vouloir. Je faisais semblant d'être désolé, mais évidemment ce n'était pas le cas. Enfin jusqu'à ce que je vois réellement qui était sous Bruce.
Je m'arrêtais net, comme si Hermione avait utilisé le sort de pétrification contre moi, sauf que je ne tombais pas à la renverse. Ça ne pouvait être vrai. Ça ne pouvait pas être Steffi. Non, non, non je refusais d'y croire. « Bob. Je... » Okay le sosie de Steffi avait la même voix qu'elle, mais ça ne voulait pas dire pour autant que c'était elle. En même temps qu'elle essayait de faire un pas vers moi, j'en faisais un en arrière. Le vérité s'inscrivait très clairement devant moi, mais je n'avais tout simplement envie d'y croire. « Bruce et moi sommes ensemble depuis trois mois. » Une autre claque dans la gueule. « La ressemblance avec ma sœur est plus que frappante, même au niveau de la voix, mais vous ne pouvez pas être ma sœur. » Oui dans ce genre de situation, je ne changeais pas mes habitudes et je faisais l'imbécile. A la différence qu'aujourd'hui je faisais ça pour ne pas péter un câble. « AVANT QUE TU NE ME FRAPPES. » Je haussais les épaules en faisant une tête d'innocent. Pourquoi j'aurai envie de frapper mon meilleur ami. Ah oui, parce qu'il couchait avec ma petite sœur pardi. Je devais avouer que l'idée de le taper ne m'avais pas traverser l'esprit, mais maintenant qu'il le disait, c'était plus que tentant. « Sache que j'ai été un parfait gentleman avec Steffi, et que j'ai toujours été gentil avec elle et qu'il est possible que je l'aime un peu d'amour. Et que tu as le droit de lancer le premier coup, mais ne m'en veut pas si je réplique. Voilà, la parole est à toi. » Alors là, ça me faisait une belle jambe qu'il se comportait comme un gentleman avec ma sœur. « Mais t'es sérieux ? De toute les meufs présentes sur terre il fallait que tu choisisses ma sœur. MA SOEUUUR !! » Non, je ne m'énervais pas, je restais très calme. « Et sérieusement, si je n'étais pas arrivé, vous auriez gardé ça secret encore combien de temps ? Bob il est teubé, on peut tout lui cacher il découvrira rien » J'étais vexé et surtout je me sentais trahi. Je pensais que Bruce n'avait aucun secret pour moi, mais je me trompais lourdement. Qu'est ce qu'il avait du se marrer à se foutre de ma gueule depuis 3 mois. « Et toi ! » Cette fois je me tournais vers Steffi. « En fait non je sais même pas quoi te dire. » Parce que si je me mettais à l'insulter pas de doute que Wilhelmine aurait vent de tout ça et je prendrais cher. « Oh mon Dieu mais t'as pris la virginité de ma soeur » Face à cette horrible vérité, j'avais besoin de m'asseoir. J'avais commencé à me diriger vers le canapé et puis finalement je reculais d'horreur en le pointant du doigt. Définitivement je n'irais plus sur ce canapé. Faire les cents pas c'était bien mieux. Ouais j'allais faire ça pour essayer de retrouver un semblant de calme.





lumos maxima

_________________
Friendship is everything.

≈ Friendship is like peeing on yourself: everyone can see it, but only you get the warm feeling that it brings..

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞


›› It's my life
›› more about me

Re: Pour vivre heureux, vivons cachés ҩ BBS ✻ ( Aujourd'hui à 18:51 )

Revenir en haut Aller en bas

Pour vivre heureux, vivons cachés ҩ BBS

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération