To recall the love we knew

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence :: Freedom Stadium
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
SD's mommy

❝ Family don't end with blood ❞
SD's mommy
http://www.screw-destiny.com/ Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 17/02/2016
›› Commérages : 293
›› Pseudo : Lully (aline)
›› Célébrité : Emma perfect Watson
›› Schizophrénie : Hannah ≡ Sophia ≡ Jeremy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

To recall the love we knew ✻ ( Mer 9 Nov - 22:38 )

elary
✻To recall the love we knew


Mary était contrariée ces dernières semaines. Par tout un tas de choses qui mettaient son esprit en ébullition. Elle n’avait pas l’habitude que son esprit soit accaparé de la sorte. Dans sa vie il y avait son abruti de frère, son abruti de meilleur ami et puis la danse. Ça se résumait à plutôt rapidement et c’était quelque chose qui lui correspondait. La danse habitait son esprit, semblant ne pourvoir penser qu’à ça. De temps à autre une petit contrainte venait noircir le tableau mais jamais rien de trop expansif. Elle ne savait donc pas gérer ce genre d’imprévus. Les imprévus émotionnels, ceux qu’elle ne sait dirigeait de la main de fer qu’elle a pourtant. Ceux qu’elle ne comprend pas. Elle est rationnelle, et elle n’ouvre sa carapace qu’à un cercle fermé de personne dans son intimité. Et puis évidement, à un cercle beaucoup plus important mais moins intrusif, les spectateurs. Mary était une autre personne sur scène. Elle en est consciente, son frère en est conscient également. Ryan certainement moins. Mais c’était ça qui faisait le fondement de sa vie, c’était au fond comme une double vie, voir une double personnalité. Quiconque voulait percevoir la vraie Mary se devait de la voir danser.  Puisqu’elle ne sait gérer ses émotions exclusivement que par la danse, elle s’était acharnée ces derniers jours. Encore une fois elle ne savait pas se contenir lorsqu’il s’agit de ralentir la cadence et écouter son corps. Toute danse digne de son grade se doit d’écouter son corps. Mary en est pourtant incapable. Comme elle est incapable de gérer sa vie privée et c’est bien là tout le gouffre de son mal être et de son instabilité qui peut être un jour finiront par lui couter sa vie professionnelle. Elle n’en doutait pas, si elle continuait comme ça de se surmener simplement pour échapper à ces sentiments qu’elle ne maitrisait pas pour justement se persuader qu’elle les maitrise. Ce n’est que mascarade. Sa vie entière semble n’être qu’une mascarade.
Aujourd’hui encore, la danseuse était à l’académie de danse de la ville où le maire lui prête gracieusement une salle en échange de quelques cours et interventions en danse pour les élèves. Cet arrangement lui correspondait bien, un échange équivalent qui lui était aussi enrichissant. Et aujourd’hui encore elle en faisait trop. L’entrainement avait commencé doucement. Elle avait cette méthode rigoureuse et une routine spécifique dont elle ne pouvait s’écarter. Minutieusement elle effectuait avec concentration. D’abord les étirements pour se mettre en condition. Quelques mouvements de barre au sol avant de passer à la barre. C’était extrêmement répétitif et rébarbatif chaque jour, mais y échappait que rarement.  C’était sa routine rassurante. Elle aimait pratiquer ces mouvements à la barre, doucement, avec délicatesse et précision. Mais évidemment rien ne valait mieux que le véritable entrainement. Mary changeait la musique grâce à sa télécommande et s’élançait au centre du parquet. Elle virevoltait alors avec grâce et élégance. Son corps entier accompagnait la mélodie, chaque muscle à sa propre contribution aux mouvements. Ses mouvements de pied et de jambes sont assurés, ses doigts et son port de tête précis et au service de l’enchainement. L’un ne va pas sans l’autre, la danse forme le tout. Discipline d’une rare rigueur qui correspond parfaitement au tempérament de la fougueuse brune qui peut se canaliser en à peine une minute. Les minutes passent, Mary enchaine la chorégraphie encore et encore. Réglant avec précision chaque détail. Recommençant sans lassitude les enchainements qui ne lui paraissent pas parfaits. La fatigue la gagne, son corps est chaud et humide, son cœur est affolé mais elle ne veut pas s’arrêter. Elle se perd dans le tourbillon de bien être que lui procure la danse. La musique raisonne, ses chaussons salis de magnésie glissent et sautent sur le parquet. Elle devrait s’arrêter là et faire une pause, mais elle est incapable de se décider et continue les enchainements encore plusieurs minutes. Son cerveau est comme déconnecté et elle souhaite avec force ne plus avoir de pensées parasites et pour cela elle doit continuer. Mais penser ça est déjà une pensée parasite. Elle finit par laisser tomber son corps fatigué et humide sur le sol après un enchainement. Game over. Elle a pu s’échapper mais il faut forcément revenir à la réalité. Difficile pourtant d’accepter cette réalité alors elle reste là sur le sol dans la même position dans laquelle elle s’est laissé tomber, le visage dans le creux de son bras comme pour se protéger du monde extérieur.

Sa respiration est haletante et son cœur bat à tout rompre. Elle pense s’accorder quelques minutes sans bouger, à rester amorphe, commencer doucement à rentrer dans la phase détente pour évacuer les tensions avant les étirements finaux. Mais à peine est-elle sur le sol depuis quelques seconde que des pas raisonnent sur le parquet. « Matthew ! Combien de fois je t’ai dit d’enlever tes chaussures avant d’entrer ! » S’écrie-t-elle sans même lever la tête. Matthew il adore se pointer sans prévenir pour lui voler la salle et profiter de ce privilège. Matt c’est son partenaire, sa moitié. Son âme sœur de la danse en quelque sorte, celui en qui elle offre une confiance des plus aveugles pendant leurs performances. Une main se pose alors sur son épaule, elle sursaute et relève la tête. Son regard se pose alors sur une toute autre personne. «  Eliott ? » Elle se redresse pour s’assoir. Elle ne comprend pas. Pourquoi il est là ? Et comment il sait qu’elle s’entraine ici ? Elle soupçonne évidement Simon de le lui avoir dit, mais soit. « Que. Qu’est-ce que tu fais ici ? » Son ton était loin d’être agressif. Elle l’aurait pourtant été, mais elle est interloquée et surprise. Son regard se plongeait dans le sien. Ses yeux semblaient véhiculer tout un tas d’émotions différentes. Venait-il de la voir danser ? Elle se frottait le front. Elle était contrariée qu’Eliott puisse l’avoir vu dans son jardin privé et surtout dans son élément. « Enfin, je veux dire. Pourquoi t’es là au juste ? » C’était la grosse question. Pourquoi il était venue la chercher ici ?
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 09/09/2015
›› Commérages : 289
›› Pseudo : Floutch ♥
›› Célébrité : JGL LE BEAU GOSSE
›› Schizophrénie : Bob ; Oscar & Sarah
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: To recall the love we knew ✻ ( Jeu 24 Nov - 17:24 )












Depuis la fameuse soirée où j'étais arrivée à l'improviste chez mon frère je n'avais pas revu Mary et ça me frustrait un peu trop beaucoup. En même temps c'était un peu de ma faute, je les avais accusé d'avoir couché ensemble alors que ce n'était absolument pas le cas. Je devais l'avouer, elle me manquait et peut-être que j'étais amoureux d'elle. Enfin ce n'était pas peut-être, c'était même sûr. Le problème c'était qu'avec ce qui s'était passé je n'osais pas vraiment lui envoyer un message, même pour dire des conneries. De son côté, elle ne semblait pas avoir envie de prendre des mes nouvelles puisque c'était silence radio.
En revanche j'avais revu Sasha. En même temps c'était un peu normal, il était mon frère. Toute cette histoire avait été bien vite oublié entre nous. Je lui avais expliqué que j'avais réagi uniquement comme ça, parce que j'étais jaloux. Alors oui je savais que c'était stupide, mais voilà c'était comme ça. Au moins maintenant il savait que j'étais toujours amoureux de Mary. Le seul problème dans ma vie, c'était d'essayer d'en parler avec la principale concernée et ça, c'était carrément une autre paire de manche. C'était pour ça que j'avais besoin de Sasha. J'avais besoin de ses conseils. Qu'il m'aide à trouver quelque chose à faire pour parler à Mary et tout ça.
Ce jour là, j'aurai mieux fait de ma casser une jambe plutôt que d'écouter ses conseils. Selon lui, je devais tout simplement parler avec Mary, être franc avec elle et lui dire ce que je ressentais. Je me rappelais lui avoir rigolé au nez ce jour là, arguant que si je faisais ça, il y avait fort à parier que Mary me tape et m'envoie promener comme c'était pas possible. J'avais donc laissé Sasha et ses idées de côtés et je réfléchissais à un plan pour lui avouer sans lui avouer. Genre l'inviter dans un resto, ou lui faire une chasse au trésor, donc le trésor serait mon amour. Oui, j'étais prêt à passer beaucoup de temps à faire une chasse au trésor, plutôt qu'aller parler directement à Mary. C'était compliqué dans ma tête.

Après des jours intenses de réflexion, je n'avais toujours pas trouvé comment faire comprendre à Mary que je l'aimais toujours. Mon idée de chasse au trésor était un véritable désastre et personne ne voulait m'aider à construire des cadeaux ou même créer des indices. Selon Ellie « J'avais des idées complètement foireuse et elle n'avait pas envie de se retrouver dans la merde à cause de moi. » . Cimer la famille quoi. Je devais me débrouiller seul et au final je devais bien avouer que les conseils de Sasha n'était pas si nul que ça. Il fallait juste que je trouve le courage nécessaire pour cela.
J'avais eu besoin de quelques jours supplémentaire encore pour trouver ce fameux courage et finalement un matin je m'étais décidé. Qu'est ce qui avait changé ce jour là ? Je n'en avais aucune idée, mais en tout cas je m'étais levé avec l'idée de parler à Mary de toute cette situation. Le problème qui se présentait, était maintenant de savoir où elle pouvait bien se trouver. On était en pleine semaine et en pleine journée donc elle ne serait certainement pas chez elle. Donc ça me laissait le choix d'aller voir si elle n'était pas à la salle de danse ou dans un ailleurs dont je ne connaissais pas l'existence. Tout ce que j'espérais, c'était qu'elle ne soit pas avec Ryan. Mon corps ne supporterait pas ça et je serais obligé de vomir sur ce pauvre type.

En arrivant à l'académie, je ne savais absolument pas où je devais me rendre. Heureusement pour moi, il y avait une grand-mère à l'accueil. « Bonjour, est ce que Mary McMahon est présente aujourd'hui » Si elle était pas là, mon courage s'envolerait une nouvelle fois et il me faudra une semaine encore avant de le retrouver. « Oui bien sur, vous la trouverez dans la salle de danse » Elle était mignonne, mais je me doutais qu'il ne devait pas y avoir qu'une seule salle. A grand coup d'explication, j'avais réussi à trouver la bonne salle. Elle était là, en train de danser et elle était tout simplement sublime. Je restais comme un con devant la porte à regarder par la fenêtre. Je ne voulais pas la déranger et en même temps je me disais que si j'ouvrais la porte elle s'en rendrait compte et alors ça briserait la magie de ce moment. Surtout, il y avait fort à parier qu'elle ne soit pas très contente de me voir la regarder danser.
Au bout d'un moment, Mary s'était arrêtait de danser et s'était allongé sur le sol. Elle s'était vraiment allongé où alors elle venait de tomber dans les pommes ? Je n'étais pas sûr et ça me faisait un peu peur.
Quelques minutes étaient passé et je ne la voyait toujours pas bouger. Cette fois j'étais vraiment inquiet et j'entrais dans la salle. Au final la porte était très silencieuse et j'aurai pu m'installer tranquillement pour la regarder, mais ce n'était pas le plus important, rapidement je me dirigeais vers la scène. « Matthew ! Combien de fois je t’ai dit d’enlever tes chaussures avant d’entrer ! » Alors ça, j'étais pas prêt. C'était qui Matthew d'abord ? Un danseur. « Je te voyais plus bouger, je me suis inquiété et du coup entendre ta voix c'est rassurant » Et promis la prochaine fois j’enlèverais mes chaussures. «  Eliott ? » En personne. Ma main toujours sur son épaule, je l'aide à se redresser tout en lui souriant. Elle n'avait pas l'air en colère de me trouver ici. C'était plutôt une bonne chose. « Tu danses merveilleusement bien » Oui,  toujours commençait par des compliments, même s'ils pouvaient me tuer. « Que. Qu’est-ce que tu fais ici ? » J'avais vu de la lumière et j'étais rentré. C'était une raison suffisante ? Ou alors je pouvais dire que j'avais envie de me mettre à danser. « Enfin, je veux dire. Pourquoi t’es là au juste ? » Alors ça, c'était déjà une question beaucoup plus compliqué. La réponse était simple,  mais en même temps non. Me posant sur mes fesses, je passais ma main sur la nuque, baissant les yeux en même temps. « Je crois qu'il faut qu'on parle Mary » Et ce n'était sûrement pas ma meilleure entrée en matière. « Tout va bien rassure toi, mais il y a des choses que je dois te dire et t'expliquer aussi sûrement » Tout se mélangeait dans ma tête, je ne savais même plus par quoi commencer. « Mais tu vas bien ? Tu veux que je te ramène une bouteille d'eau ou de quoi grignoter ? » J'étais aussi courageux qu'un paresseux.




lumos maxima

_________________


baby i'm perfect for you
Think of me like Yoda, but instead of being little and green I wear suits and I'm awesome. I'm your bro, I'm Broda ! • sheepirl.

Revenir en haut Aller en bas

To recall the love we knew

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence :: Freedom Stadium
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération