Can you help me? ❄︎ Achille

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 31/10/2016
›› Commérages : 91
›› Pseudo : Lena
›› Célébrité : Chrissy Costanza
›› Schizophrénie : Erin Badass Winchester & Jasper Sexy Todd
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Can you help me? ❄︎ Achille ✻ ( Ven 11 Nov - 17:07 )





Can you help me?
Euh… Je sais pas, c’est la secrétaire ou le stagiaire?


Astrid ne pensait pas être contente d’être de retour à Cap Harbor. Même si elle n’avait pas encore eut l’occasion de revoir tout le monde, l’idée de pouvoir passer du temps avec son petit frère lui faisait plaisir. D’ailleurs, il allait falloir qu’elle pense à lui rendre visite très vite, sinon, il allait lui en vouloir d’apprendre son retour par quelqu’un d’autre qu’elle, c’était certain. Mais bon, pour l’instant, elle avait pas eut vraiment le temps. Avec l’emménagement, tous les cartons à déballer, les meubles à monter, les papiers à mettre en ordre… C’était un peu la bazar. Et puis, il fallait aussi qu’elle pense à sa carrière. Chez elle, la brune avait aménagée une pièce pour donner des cours de chants. Elle avait fait venir son piano de New York (d’ailleurs, quelle galère, ce truc!) et avait essayée de faire une petite pièce plutôt sympa et accueillante. Après, il fallait qu’elle se trouve des élèves, c’était peut être ça le plus compliqué. Elle connaissait du monde ici, à l’époque, mais en huit ans, la ville et ses habitants avait pas mal changée, et la chanteuse se sentait un peu perdue.

Une bonne chose en tout cas, c’était qu’un label avait ouvert il y a peu de temps. Une véritable opportunité pour Astrid qui cherchait à faire décoller sa carrière. A New York, elle avait pas tellement réussit, mais il fallait le dire, là bas, la concurrence était grande, et même beaucoup trop. Revenir à ses racines, et tenter de se faire connaître ici était ce qu’elle avait de mieux à faire. En réalité, c’était son dernier recours. Même si à la base elle n’était pas revenue pour ça, il n’était pas question pour elle de laisser tomber son rêve. La musique, c’était sa passion, depuis toujours, et ça le serait à jamais. Astrid avait la chance d’être une jeune femme assez têtue et battante, qui ne laissait jamais rien tomber, peu importe les épreuves qu’elle pouvait bien affronter. Sa première victoire avait été d’abandonner ses études de droit que ses parents lui avaient imposés et de quitter la ville. Au final, elle était revenue, et ne comptait toujours pas aller dans leur sens. De toute façon, c’était elle le vilain petit canard des Botwin. Son frère, lui, suivait les traces de leurs parents. Enfin, en partie. Il était en fac de droit, oui, mais pas pour devenir avocat. La brune savait qu’il se destinait à devenir huissier, mais elle n’était pas certaine que ses parents aient eus la même version qu’elle. Son frère était pas idiot, il savait très bien ce que leur parents diraient s’ils l’apprenaient. Ça lui plaisait pas tellement qu’il leur mentent et n’assume pas la voie qu’il avait choisit devant eux, mais elle respectait son choix. Tous deux étaient loin d’avoir le même caractère, et c’était comme ça que Sirius fonctionnait.

Enfin bon, après trois jours passée dans les cartons et dans son emménagement, Astrid s’était finalement rendue à ce label. En entrant, elle fut plutôt bottée par la décor et l’ambiance générale qu’elle percevait. Ça avait l’air d’être un endroit plutôt sympa et où la détente était de rigueur. En face d’elle, elle pouvait voir deux bureaux, dont un seul qui était occupé par un petit jeune devant son ordi. Un stagiaire, peut être? Ou alors c’était la secrétaire? Même s’il en avait pas la tête et qu’il paraissait très jeune, pourquoi pas. Elle même ne faisait pas son âge de toute façon, en grande partie à cause de sa petite taille, alors elle était pas vraiment à même de juger. Même si essayer de deviner la fonction que le brun avait ici l’amusait. Toute distraction était bonne à prendre. Elle s’approcha alors de lui, lui souriant gentiment, et glissant son sac de ses épaules pour le prendre dans sa main. « Bonjour. » Astrid se gratta le sommet du crâne. Elle savait pas trop quoi dire pour être honnête. C’était bien la première fois qu’elle se présentait de cette façon à un label. « Je sais pas si je devais prendre rendez vous ou quoi, mais j’ai une démo dans mon sac… Votre label à l’air cool alors, je me suis dis que j’y tenterais ma chance. » Vendre sa musique, ou se vendre elle même, c’était vraiment pas le truc d’Astrid. Elle avait beau avoir l’air d’une jeune femme un peu trop fière et plutôt jolie, c’était pas pour autant qu’elle avait une entière confiance en elle même. C’était tout le contraire, en réalité.
made by pandora.

_________________


We can be heroes
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/10/2016
›› Commérages : 189
›› Pseudo : Panda-Sama
›› Célébrité : Asa Butterfield
›› Schizophrénie : Noope
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Can you help me? ❄︎ Achille ✻ ( Mer 16 Nov - 13:54 )

Can you Help me ? #AstrilleJe n'avais pas particulièrement beaucoup d'heure de cours aujourd'hui. Juste trois ce matin. Pour le reste de la journée, j'étais totalement libre. J'aurais pu profiter ce temps aller réviser à la bibliothèque ou passer du temps au journal et travailler mes prochains articles. L'idée d'aller embêter Blaine me semblait pas mal aussi. Mais je ne connaissais pas son emploi du temps alors c'était peu complexe. Quoique, c'est moi qui me gênerait pour m'incruster à ses cours de littérature. Mais non. Maintenant, lorsque j'avais du temps libre, je devais aller travailler pour le label de Flavien. J'avais un contrat après tout et des horaires fixe. Je ne devais pas avoir plus d'une vingtaine d'heure par semaine vu qu'il s'agissait d'un job d'étudiant, mais c'était déjà ça. Puis j'aimais bien passer du temps ici. Il y avait une bonne ambiance en règle générale.

Cependant, aujourd'hui, c'était plutôt calme. La secrétaire étant malade, c'était moi qui la remplaçait plus ou moins. De toute façon, la plupart du staff était partis en enregistrement et c'était enfermé dans le studio. Et en général, j'étais presque sûr de ne voir personne de l'après-midi. C'était un peu ennuyeux. Mais je trouvais toujours quelque chose à faire. Si j'étais sensé m'occuper du réseau informatique, ce n'était pas comme si il y avait des problèmes toutes les cinq minutes à régler. Donc ça me laissait du temps pour réviser tout de même et bosser ses mes articles en attendant que quelque chose se passe ou qu'on ai besoin de moi quelque part. Quoique, en ce moment ce qui me préoccupait le plus, c'était Blaine. Il était génial comme je l'adorais… mais sûrement un peu trop justement. J'avais aucune idée de comment je devais gérer notre relation et d'un sens ça me faisait chier parce que je n'arrêtais pas d'y penser. Peu importe sur quoi j'essayais de me concentrer, ça revenait toujours sur lui.

Je me posais trop de question à son propos, il fallait que je me change les idées. Il fallait que je réussisse à focaliser mon esprit sur autre chose. Parce que visiblement, même essayer de réviser n'était pas assez. Alors, je m'aventurais sur internet, parcourant les articles de presse et surtout politique. Puis je tombais sur un discours de Michelle Obama. Cette femme… Elle était parfaite. Brillante, drôle, splendide, rayonnante, altruiste… Je laissais échapper un soupire, et fini par axer mes recherches sur elle. Je ne me lassais décidément pas de l'entendre parler, de défendre ses idées. Je crois que je pourrais passer des heures à regarder des vidéos ou lire des articles la concernant. Comme quoi, j'avais enfin trouver sur quoi focaliser mon esprit à présent. J'avais un peu oublié où j'étais quand soudainement une voix me sortis de ma rêverie.

- Oh ! Bonjour ! Désolé, j'étais un peu perdu dans mes pensées.

Ca faisait bien de dire ça tient. La jeune femme en face de moi semblait assez peu sûre d'elle. Apparemment elle était une artiste et souhaitait laisser une démo pour éventuellement que notre label s'occupe d'elle.

- Hum… Et bien, ce n'est pas vraiment à moi de m'occuper de ça normalement. Mais vu que la secrétaire est absente en ce moment… Attendez…

Je m'apprêtais à aller chercher l'agenda sur mon ordinateur et en voyant que c'était toujours Michelle Obama qui trônait sur mon écran, j'eus un instant de bug et ne pu m'empêcher de sourire, oubliant un instant ce que j'étais en train de faire. Puis je secouais la tête, rougissant légèrement en même temps :

- Oh… Désolé je… C'est l'effet Michelle Obama je crois… Vous ne trouvez pas qu'elle est juste parfaite ? Sérieux, je trouve qu'elle fait rêver sur tous les plans…

Attendez, est-ce que je n'étais pas en train de parler d'un de mes fantasmes à une parfaite inconnue là ? Merde, Ach… Qu'est-ce que tu fous, un peu de sérieux. Je m'éclaircis la gorge, fermait la page d'internet et allait chercher l'agenda.

- Hum… Oui… Je pourrais vous donner rendez-vous, mais pas avant un bon bout de temps en fait. Puis je ne sais pas si je peux vraiment vous en donner un comme ça. Ce serait sans doute mieux, si vous me laissiez votre démo et votre numéro. Comme ça, je les passerai à mon responsable dès qu'il sera libre et on vous recontactera pour vous donner une réponse.

Je fini ma phrase avec un petit sourire. Sincèrement, j'espérais que cette solution lui conviendrait, parce que je n'avais pas grand-chose de mieux. J'étais sensé m'occuper du réseau informatique moi ! Pas des futures recrues ! M'enfin vu qu'il n'y avait que moi… Il fallait que j'assume un peu.
© 2981 12289 0

_________________
«Slytherin produces more than its share of Dark wizards, but also turns out leaders who are proud, ambitious and cunning. Merlin is one particularly famous Slytherin»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 31/10/2016
›› Commérages : 91
›› Pseudo : Lena
›› Célébrité : Chrissy Costanza
›› Schizophrénie : Erin Badass Winchester & Jasper Sexy Todd
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Can you help me? ❄︎ Achille ✻ ( Ven 25 Nov - 16:17 )





Can you help me?
Euh… Je sais pas, c’est la secrétaire ou le stagiaire?


Une petite chose qui manquait à New York, c’était sans aucun doute la verdure. Bien sûr, il y avait Central Park, ce petit coin de nature au milieu de cette ville immense, avec des petits chemin pour s’y balader, et de grandes étendues d’Herbes où l’on pouvait pique-niquer les jours de beaux temps, ou encore ce lac, qui se transformait en patinoire à la période des fêtes de fin d’année. Mais ça ne valait pas les nombreux coins de verdure de Cap Harbor. Et c’était certainement ce qui lui avait le plus manquer. Oui, Astrid aimait la ville, elle aimait les grands bâtiments, les rues remplies de boutiques, et les gens qui courraient un peu partout dans cette ville agitée qui ne dormait jamais. Mais de temps en temps, elle aimait aussi se retrouver en pleine nature, avec son chien Syfy qui pouvait gambader comme bon lui semblait et profiter de cette petite liberté. D’ailleurs, la première chose qu’elle avait fait en rentrant, c’était ça, se balader dans le petit parc de la ville avec son chien, jouer à la balle avec lui. Elle aurait bien emmenée son petit chaton aussi, mais il était habitué à vivre en appartement, et puis, elle avait peur de le retrouver un jour écrasé sur la route si elle le laissait sortir. Et puis, il était encore tout jeune, il avait à peine huit mois, c’était pas vraiment l’idéal de le laisser se balader un peu partout dans la ville comme bon lui semblait. Surtout qu’Astrid pensait que c’était pas tellement son truc. Ce chat dormait tout le temps, vraiment, un vrai flemmard. Et quand il ne dormait pas, il venait quémander des petits câlins avant de s’endormir sur les genoux de la brune.

D’ailleurs, en partant pour le label, elle avait dû le tirer de ses genoux, chose qui n’avait pas été simple, il savait s’accrocher, le petit! D’ailleurs, les nombreuses marques de griffures qu’elle avait sur ses bras le prouvaient bien. Mais c’était pas le genre de truc qui la dérangeait. Ses petites bêtes, elle les adorait, alors quelques petites égratignures, ce n’était pas la mer à boire. Astrid avait quand même prit le temps de se désinfecter avant de partir, et de leur faire un petit câlin en leur disant qu’elle en avait pas pour longtemps. Et oui, elle était de celle qui parlait à ses animaux. En fait, des fois, et même souvent pour être honnête, elle leur racontait sa vie, et leur posait des questions existentielles auxquels ils ne pouvaient pas répondre. Mais ça lui donnait l’impression de ne pas réfléchir toute seule, et puis quelques fois, elle avait l’impression qu’ils la comprenait. C’est bizarre oui, mais pour elle, ses compagnons avaient une conscience et étaient capables de réfléchir comme elle le faisait. Surtout qu’elle avait remarquée qu’ils savaient toujours quand elle allait pas bien, même si elle ne le montrait pas, et ils étaient toujours les premiers à la réconforter. Comme quoi, le fait que le chien soit le meilleur ami de l’homme, ce n’était pas seulement une expression, c’était quelque chose de vrai. Mais les chats aussi arrivaient à repérer ce genre de choses, et Astrid avait de la chance que Mystic soit plutôt câlin que grognon.

Enfin bon, on va pas parler des animaux pendant cinq milles ans, même si Astrid serait bien capable de faire une thèse dessus un jour. Mais pour l’instant, elle était dans ce nouveau label, qui avait ouvert il y a peu de temps. La jeune artiste avait l’espoir de faire enfin décoller sa musique, même si New York avait été un véritable échec. Au moins, elle avait put prendre des cours, et améliorer son style musical, c’était déjà ça. En fait, elle se sentait plutôt confiante, elle avait l’impression que tout allait bientôt changé. Ce qui est peut être un peu idiot, mais il fallait bien avoir un minimum d’espoir pour que les choses décollent enfin. De l’espoir, et de la motivation surtout. En fait, la brune espérait que sa ville natale lui donnerait enfin l’opportunité qu’elle n’avait jamais eut ailleurs. Si elle était partie d’ici, c’était parce qu’elle n’avait aucun encrage qu’il lui permettrait de percer dans le métier, mais aussi parce qu’elle voulait s’éloigner de cette ville. Elle voulait s’éloigner de sa famille, de ces rues qu’elle connaissait sur le bout des doigts à l’époque. Maintenant, ce n’était plus tellement le cas, parce qu’en huit ans, la ville avait tout de même pas mal changée. Et c’était en partie ça qui l’avait motivé à revenir ce changement. Même si la véritable raison de son retour n’avait rien à voir avec sa carrière, ou encore le fait de renouer avec sa famille. Ce dernier point, de toute manière, elle n’en avait pas envie, mis à part être là pour son petit frère, mais c’était tout.

Entrant dans le label, Astrid s’était dirigée vers ce petit brun pour se présenter, et lui demander comment elle devait procéder, ou s’il y avait quelqu’un à voir, un rendez vous à prendre, ce genre de choses. C’était la première fois qu’elle faisait une démarche de ce genre alors du coup, elle ne savait pas du tout comment ça se passait. Heureusement qu’elle possédait une certaine assurance, et qu’elle savait plus que bien cacher cette panique qui grandissait en elle à chaque secondes. Au lieu d’être professeur de chant, elle aurait peut être dû donner des cours de self-control. Même si au niveau gestion de la colère, c’était pas tellement ça. Astrid faisait partie de ces filles qui s’emportaient facilement. Après, elle n’était pas du genre à hurler comme une hystérique, mais elle savait qu’elle pouvait être assez blessante dans ses propos, surtout quand son honnêteté et sa franchise se retrouvaient en puissance mille. Visiblement, le petit brun était un peu distrait quand elle l’interpela, et puis la brune se dit qu’il devait certainement être le secrétaire. Après tout, de son point de vue, il n’y avait rien de plus chiant comme boulot. « Y a pas de mal, je sais que ça peut être chiant de se retrouver derrière un bureau. » C’était bien pour ça qu’Astrid avait quittée l’école d’ailleurs. Etre toute la journée assise sur une chaise, c’était pas du tout son tripe, elle finissait toujours par s’ennuyer et regarder l’heure en attendant avec impatience que la sonnerie retentisse. C’était une jeune femme active, pleine de vie, elle avait besoin de bouger. Après c’était peut être pas tellement le truc à dire. Et s’il se vexait? Enfin bon, c’était trop tard là… Surtout qu’elle s’était loupée dans son interprétation, vu que le jeune brun lui signala que la secrétaire était absente, donc c’était pas ça son boulot. La brune fronça les sourcils, soudain curieuse. Ça lui brûlait les lèvres, de demander à ce petit ce qu’il faisait ici. Et si c’était le fils du patron? C’était pas impossible ça aussi. Enfin, il lui demanda de patienter un peu, se tournant à nouveau vers son écran, certainement pour consulter l’agenda numérique ou une connerie dans le genre. Mais il resta bloqué dessus, et la jeune femme se demandait ce qui devait bien lui passer par la tête avant qu’il lui donne des explications.

Astrid ne put s’empêcher de laisser un rire lui échapper. Il était mignon, ce petit, avec ces commentaires sur Michelle Obama. Et ça lui faisait du bien de rire un peu, même juste quelques secondes. Parce qu’il était vrai qu’elle n’avait pas vraiment eut l’occasion de rire ces derniers temps. « C’est une femme pleine de charisme et de bonne volonté, je ne peux pas dire le contraire. » L’une des seules célébrités qu’Astrid affectionnait pour être honnête. Même si elle ne voulait pas l’affirmée, elle avait l’impression que la femme du président américain était véritablement quelqu’un de bien, avec des convictions justes et une compassion que très peu de monde avait encore à l’heure actuelle. Bon, d’accord, la brune était pas vraiment du genre compatissante elle même, enfin, ça dépendait avec qui, on va dire. Elle avait même plutôt un caractère de merde, il fallait le dire, elle était difficile à vivre. Mais elle avait des valeurs, et si ça ne plaisait pas aux autres, elle s’en fichait pas mal. En entendant la réponse du jeune brun, Astrid ne put s’empêcher d’être déçue. Mais bon après, c’était logique, des rendez vous étaient déjà prévus, et en plus elle s’était pointée le jour où la secrétaire n’était pas là donc bon… Mauvais timing, il fallait le dire. « Super, je vous remercie! » Elle sourit tout de même, et posa son sac sur le bord du bureau pour pouvoir fouiller dedans, y cherchant sa démo. Qu’elle ne trouvait pas. Pourtant, elle était persuadée l’y avoir mise. Fronçant les sourcils, elle se mit à tout sortir du sac à main qui lui servait de valise. Trousse de maquillage, brosse à cheveux, papiers d’identité, déodorant, crème hydratante… Tout était là, sauf la démo, qu’elle avait dû laisser sur la table du salon. « Et merde, fais chier! » Qu’est ce qu’elle pouvait être tête en l’air quelques fois… Surtout que là c’était pas vraiment le moment. « Je viens de me rendre compte que j’ai pas la démo sur moi mais… Je vais envoyé un message à mon… Fiancé pour qu’il me la ramène. » Chose qu’elle fit de suite. Son fiancé… Sérieusement, il allait falloir qu’elle règle ce problème aussi, et vite. Mine de rien, la date du mariage approchait à grand pas, et elle ne pouvait pas laisser traîner les choses. Ça faisait déjà trois fois qu’elle décalait les festivités, pour gagner du temps, mais bientôt, ce ne serait plus possible, et elle le savait. Pourtant, elle en avait encore besoin de ce temps. Il lui fallait être sûre, chose qui n’était pas du tout le cas. Sûre qu’elle aimait son fiancé? Non, ça elle savait que ce n’était pas le cas. Mais plutôt sûre que l’homme dont elle était amoureuse était partie parce qu’il ne partageait pas ses sentiments. La vie pouvait être une sacré garce quelques fois, mine de rien, et l’amour, un beau merdier.
made by pandora.

_________________


We can be heroes
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/10/2016
›› Commérages : 189
›› Pseudo : Panda-Sama
›› Célébrité : Asa Butterfield
›› Schizophrénie : Noope
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Can you help me? ❄︎ Achille ✻ ( Mer 30 Nov - 19:46 )

Can you Help me ? #AstrilleJ'aimais mon travail, l'ambiance y était vraiment top, ce que je faisais m'intéressais. Puis j'aimais voir, comprendre comment le label fonctionnait. Cependant, je ne pouvais pas le cacher non plus, il y avait bien des moments où le temps me semblait affreusement long et où je m'ennuyais ferme. Comme dans l'immédiat. Heureusement, je n'étais pas trop nul pour trouver de quoi m'occuper non plus. Mais pour avoir déjà fait plusieurs stage et travail différents durant ma scolarité, celui-ci était sans conteste celui que je préférai. Sans doute parce que mon employeur était mon voisin, mon ami et surtout le genre de personnes avec qui il est impossible de s'ennuyer bien longtemps. Avec lui, même son lieu de travail pouvait se transformer en véritable terrain de jeu. C'était presque à se demander comment ce label pouvait aussi bien fonctionner. Mais Flavien n'était pas seul à travailler ici. Puis il était capable d'un étrange sérieux parfois, ça faisait presque peur, je vous jure.

En attendant, il y avait cette jeune femme qui semblait assez hésitante. Je fis donc de mon mieux pour l'aider. Ce n'était pas vraiment mon rôle, mais étant donné qu'il n'y avait personne d'autre pour le faire, autant que je m'en charge. Puis ça ne dérangeait pas tant que ça non plus. J'aimais bien rendre service. Et quitte à être là, autant être utile. Il n'empêche que j'eus un peu de mal à revenir sur terre, ce qui sembla amuser mon interlocutrice qui se montra compréhensive. Au moins elle n'était pas de ses personnes exigeant et mal-aimable qui se mettait à crier au moindre écart de conduite en estimant que leur personne valait mieux que tout et que les employé n'étaient que des machines créer pour assouvir leur désirs sans discuter. Ce qui était totalement faux, j'étais tout aussi humain que la demoiselle en face de moi.

Je ne pu m'empêcher de sourire, soulagé, en voyant que la jeune femme ne me jugeait pas trop par rapport à Michelle Obama. Je crois que peu de personnes sur cette terre devait connaître mon fantasme à l'égard de cette femme. Enfin, c'était assez hors propos. Mais je me permis de répondre :

- Il faudrait être fou ou sans coeur pour vouloir assurer le contraire en même temps…

J'accompagnais ma phrase d'un petit rire avant de redevenir plus sérieux et professionnel. J'essayais d'aider mon interlocutrice malgré tout, histoire qu'elle n'ait pas fait le déplacement pour rien non plus. Je me sentais coupable de ne pas lui donner de meilleure réponse. Mais une fois encore, elle se montra compréhensive, ce qui n'était pas sans me rassurer grandement. Je restais donc patient en attendant qu'elle me donne son enregistrement. De toute façon, je n'allais pas m'enfuir non plus. Ce serait inapproprié et super bizarre. Je voulais bien admettre que dans le genre, je n'étais pas super normal comme gars. Mais il ne fallait pas abuser non plus. J'avais un peu de savoir-vivre et de tenue. Mes parents n'avait peut-être pas été très présent durant mon enfance, mais ils m'avaient bien élevé quand même. Enfin, je pense… De mon point de vue, c'était le cas. Après, je ne pouvais pas émettre un jugement pour mes autres non plus.

Finalement mon interlocutrice m'annonça qu'elle n'avait pas son enregistrement qu'elle était sûre d'avoir pris. Je lui adressais une petite moue pour montrer que je compatissais. Ca arrivait à tout le monde d'oublier ses affaires. Etrangement, c'était toujours les choses les plus importantes qu'on oubliait en plus. Mais à être trop perdu dans ses pensées, à réfléchir à autre chose… je connaissais bien ça. Ca m'arrivait assez régulièrement. Souvent, c'était mes lunettes que j'oubliais d'ailleurs. Il faut dire que j'avais pris l'habitude de mettre des lentilles maintenant. Mais quand pour une raison X ou Y je n'en mettais pas et bien je devais repasser aux lunettes. Puis il y avait toujours ce moment dans la journée où je les oubliais quelque part. Enfin je m'en rendais compte assez rapidement, vu que je voyais quedal sans.

- Il n'y a pas de problème, on peut attendre. De toute façon ce n'est pas comme si j'avais vraiment autre chose à faire.

Je ris de nouveau histoire de détendre un peu l'atmosphère. Je ne fis pas de commentaire sur le fait qu'elle ai cité son fiancé. Mais ça m'étonnait assez. Je me demandais quel âge avait mon interlocutrice. Elle faisait très jeune. Mais j'étais bien placé pour savoir que le physique était parfois trompeur à ce niveau. En attendant, je pris un post-it et un stylo pour demander :

- Du coup, je peux prendre ton nom et ton numéro en attendant ?

Je souris avant de me rendre compte que ça pouvait être assez bizarre comme proposition alors je rajoutais :

- Oh ! C'est pour le label hein ! Pas pour moi… Je n'ai pas envie d'avoir de problèmes avec ton fiancé.

Je n'avais envie d'avoir de problèmes avec personnes. Quoique, j'avais une tendance à chercher les ennuis quand même. Et je savais que je serais capable de draguer une fille en présence de son petit-ami, juste pour mettre ce dernier sur les nerfs. C'était du déjà fait d'ailleurs. Quoi ? Je sais que j'ai une gueule d'intello, mais ce n'est pas pour autant que je ne suis pas un sale gosse. J'aime bien me moquer des autres en essayant sans cesse de les pousser à bout. Enfin, je ne faisais pas ça à tout le monde non plus. Juste les personnes qui me tapaient sur le système, celle qui se prenait pour ce qu'ils n'étaient pas et… Et mon frère, parce que… Ben c'est mon frère.
© 2981 12289 0

_________________
«Slytherin produces more than its share of Dark wizards, but also turns out leaders who are proud, ambitious and cunning. Merlin is one particularly famous Slytherin»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 31/10/2016
›› Commérages : 91
›› Pseudo : Lena
›› Célébrité : Chrissy Costanza
›› Schizophrénie : Erin Badass Winchester & Jasper Sexy Todd
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Can you help me? ❄︎ Achille ✻ ( Mer 14 Déc - 14:14 )





Can you help me?
Euh… Je sais pas, c’est la secrétaire ou le stagiaire?


Si Astrid avait quittée l’école, ce n’était pas pour rien. Cette fille était une véritable pile électrique, elle débordait toujours d’énergie, et trouvait toujours quelque chose à faire, peu importe ce que c’était. Même quand elle était en train de manger, elle faisait quelque chose à côté, elle y pouvait rien de rien, c’était comme ça. Et puis, elle aimait pas rapporter ce qu’elle pouvait faire maintenant au lendemain. Du coup, quelques fois, elle se retrouvait à être toujours debout à trois heures du matin pour finir un truc qu’elle pouvait faire de suite. Ce qui faisait râler son fiancé, mais c’était pas ça qui allait la faire changer, loin de là. Elle avait toujours fonctionné de cette manière, alors s’il était pas content, il savait où aller pour ne plus croiser son chemin, ce n’était pas comme si la brune s’en souciait réellement. Oui, ça pouvait paraître méchant, mais si elle était encore avec son fiancé… C’était parce qu’elle savait pas si l’homme qu’elle aimait réellement l’aimait aussi alors… Il était un peu comme une garantie. Si ça foirait avec Caden, elle pourrait toujours assurer son avenir, même si elle serait pas totalement heureuse. De toute façon, elle ne l’avait jamais vraiment été, alors ça ne lui changerait pas de ses habitudes. Même quand elle était petite, avec ses parents sur le dos pour les études, elle en avait déjà marre de la vie, et ces seuls moments d’égarement elle les passait avec Caden. Maintenant c’était Gab qui arrivait à la distraire de ses soucis quand tous les deux pouvaient se voir, et elle serait jamais assez reconnaissante envers lui pour tout ce qu’il avait déjà fait pour elle. Et elle essayait elle aussi de l’aider, mais elle était nettement moins douée que lui. Au moins, au niveau de l’argent, elle avait pas vraiment de quoi se plaindre, même si elle préférait se débrouiller par ses propres moyens, elle savait qu’elle pouvait piquer dans le compte en banque de ses parents quand elle avait envie de faire du shopping. Et c’était certainement ce qu’elle allait faire en sortant d’ici, parce qu’en revenant de New York, elle avait dû faire du tri dans ses fringues pour en emporter le moins possible et du coup… Bah, elle avait presque plus rien à se mettre. Et elle avait une représentation le soir même. Bravo Astrid.

Enfin, elle s’occuperait de ce soucis plus tard, pour l’instant, il fallait qu’elle reste concentrée si elle voulait faire bonne impression. Chose qui n’était pas évidente quand le petit stagiaire se mettait à parler de Michelle Obama. Heureusement qu’Astrid l’adorait, mais quand un sujet comme celui là était entamée, elle avait beaucoup trop tendance à laisser son cerveau dérivé de la conversation d’origine. Et en général cette conversation était importante, comme maintenant. « Bah, y en a plein des gens fous et sans coeur… » C’était pas pour plomber l’ambiance, mais c’était la vérité. Au cours de sa vie, la brune avait eut plus que l’occasion de croiser ce genre de personnes, et c’était pas vraiment quelque chose de joyeux, il fallait le dire. Déjà, ses parents étaient de cette espèce, parce qu’ils ne se souciaient que de leur petite personne, de leur boulot, et de l’image que l’on pouvait avoir d’eux. Ce n’était pas pour rien qu’ils avaient pétés un plomb quand ils avaient appris qu’Astrid avait arrêtée ses études, et qu’ils avaient bien étés contents quand elle avait quittée la ville pour partir se perdre à New York. Mais heureusement pour eux, ils avaient toujours leur fils parfait pour rattraper le coup. Quand ils allaient apprendre qu’il voulait en fait devenir huissier… La jeune chanteuse en rigolait déjà d’avance, ça allait être quelque chose d’épique.

En tout cas, elle rigolait moins intérieurement en se rendant compte qu’elle avait oubliée son enregistrement. Pourtant, elle était persuadée l’avoir mit dans son sac, mais elle avait dû le laisser dans la cuisine sans faire gaffe. L’inconvenant quand on était une pile électrique, c’était de ne pas faire forcément attention au détail et de partir en oubliant la moitié de ses affaires. C’était comme ça d’ailleurs qu’à l’école, Astrid oubliait sa trousse un nombre incalculable de fois. Encore une preuve qu’elle n’était vraiment pas faite pour ce genre de choses. Elle était peut être une bout en train, mais l’organisation et elle, ça faisait quinze. En quittant New York elle avait même faillit oublier son billet d’avion, c’était pour dire. Par contre, ses animaux, elle les oubliait jamais, et tant mieux d’ailleurs. A croire que son cerveau faisait le tri tout seul, c’était fou. « C’est tellement ennuyant que ça, les journées ici? » Pourtant, dans un label, il y avait toujours un tas de choses à faire, et quand on était passionné de musique comme Astrid, c’était vraiment le top. Elle avait toujours rêvée de bosser là dedans, et peut être que si elle avait laissée son rêve de devenir chanteuse de côté et qu’elle se serait investie dans des études, elle y serait arrivée. Mais son caractère l’avait poussée à faire connaître sa voix, et même avec elle même, avec sa raison surtout, elle était extrêmement têtue sur à peu près tout. Du coup, à 28 ans, elle était toujours à la recherche de ce rêve d’enfant de pouvoir enfin monter sur scène, et se produire dans une salle de concert pleine de monde qui serait venu seulement pour la voir elle, et pas d’autres artistes qui se produisaient en même temps. Peut être qu’elle n’y arriverait jamais, mais c’était son rêve, alors elle se devait d’essayer et d’affronter les échecs tant qu’elle le pouvait encore.

Elle vit alors le jeune homme sortir un stylo et des post-it pour prendre ses coordonnées. Et Astrid allait d’ailleurs les lui donner sans protester, étant donné que c’était son travail, et que c’était logique qui lui demande ce genre de choses pour pouvoir la recontacter par la suite. Mais visiblement, il avait pas put s’empêcher de se justifier, ce qui fit sourire légèrement la brune. « T’inquiète pas de ça, j’ai pas besoin de lui pour ce genre de choses. » Oh non, loin de là, même si elle savait que son fiancé était extrêmement jaloux. D’ailleurs, elle s’était toujours demandée si ce n’était pas lui qui avait fait fuir Caden. De toute façon elle avait pas encore la réponse pour l’instant, et elle ne savait pas quand elle l’aurait. Surtout qu’elle savait pas non plus quel genre de réaction elle allait avoir une fois qu’elle allait se retrouver face à lui. Parce qu’elle lui en voulait quand même pas mal de l’avoir abandonné sans rien dire. « Je m’appelle Astrid Botwin. » La jeune femme lui communiqua ensuite son numéro de téléphone, qu’elle connaissait par coeur, depuis le temps qu’elle l’avait. Déjà quand elle était ado, en fait, elle avait gardée le même depuis tout ce temps. Et elle se souvenait encore de son tout premier téléphone tout pourri qui lui servait surtout à jouer à Snake parce qu’elle adorait ça. Heureusement que maintenant, les téléphones avaient évolués, c’était quand même un avantage.
made by pandora.

_________________


We can be heroes
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/10/2016
›› Commérages : 189
›› Pseudo : Panda-Sama
›› Célébrité : Asa Butterfield
›› Schizophrénie : Noope
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Can you help me? ❄︎ Achille ✻ ( Ven 23 Déc - 23:48 )

Can you Help me ? #AstrilleJe voulais bien croire mon interlocutrice quand elle parlait des gens sans coeur de ce monde. Je n'avais pas envie de forcément m'afficher dès notre première rencontre, mais j'avais parfois l'impression d'en faire parti. Pas que je me mettrai à torturer des animaux ou que je tournerai psychopathe. Mais j'étais capable de faire part d'un manque cruel de compassion quand je le voulais bien. Il faut dire que j'étais très rancunier dans le genre. Et si il y avait une personne qui ne me plaisait pas, ça se sentait tout de suite. Au moins, sur ce point, je n'étais pas si hypocrite. Arrêtez de faire genre, on est tous un peu hypocrite. On a tous eu ce genre de moment où on a forcé un sourire et dit quelques paroles gentilles pour ne pas froisser notre interlocuteur. Personne n'était parfaitement honnête. Et si une telle personne existait, j'étais bien sûr qu'il n'était pas heureux.

Quelques part nous étions tous un peu sans coeur alors non ? Merde, j'étais en train de me lancer dans un débat philosophique tout seul là. Il fallait que j'arrête, sinon mon interlocutrice allait commencer à se poser de sincères questions sur ma santé mentale. Pourtant j'allais bien hein ! Je vous assure ! Même ma psy était d'accord pour le dire ! Et non, ce n'est pas parce qu'on voit un psy que tout de suite on est fou voyons. J'étais suivit depuis que j'étais tout petit. Simplement parce que j'avais un Q.I au dessus de la moyenne et que ce genre d'événement provoquait parfois un certain déséquilibre chez les enfants, notamment sur le plan social. Et c'est vrai que niveau intégration, je n'étais pas forcément au top. Mais ça aurait pu être pire. J'allais de moins en moins chez ma psy. Mais ça me faisait toujours du bien d'y faire un tour. Histoire de remettre un peu les pendules à l'heure.

Pendant que la jeune femme cherchait son enregistrement, je restais patient. Je connaissais cette légende sur les sacs des filles qui n'auraient pas de fond. Apparemment, dans cette situation, ça se vérifiait. Je m'attendais presque à ce que la brune commence à vider son contenu sur mon bureau. Mais non, elle semblait juste commencer à paniquer. Je la rassurais comme je pu et finalement, il fut convenu qu'on nous allions attendre son fiancé pour qu'il apporte l'enregistrement. Mais pendant sa recherche la demoiselle me demanda si c'était si ennuyant de bosser ici :

- Oh non ! D'habitude c'est bien plus animé que ça. C'est juste que tout le monde est en enregistrement et c'est un peu calme. Puis c'est aussi parce que je suis pas censé m'occuper du secrétariat normalement.

Ca ne me dérangeait pas de m'atteler à une telle tâche. Mais de base, ce n'était pas pour ça qu'on m'avait employé non plus. Je demandais donc son numéro et son nom à la jeune femme histoire qu'on puisse la rappeler si son enregistrement plaisait. Je me rendis compte que c'était tout de même assez bizarre de lui demander son numéro comme ça. Mais elle m'assura qu'il n'y avait pas de problème au niveau de son fiancé et je fronçais les sourcils sans comprendre. Cependant je ne fis pas de commentaire. Ce n'était pas mes affaires.

- Astrid… Botwin…. Ce nom me dit quelque chose… Vous n'avez pas… Un frère ou un cousin ici ?

Botwin… J'étais même sûr et certain de connaître quelqu'un qui portait ce nom. Je n'oubliais jamais un nom. Un des avantage à être une grosse tête. On oubliait rarement quelque chose. Enfin, pas si c'était important tout du moins. Un petit silence s'installa alors sans fiancé en vue. Je jetais un regard autour de moi avant de commencer à chantonner :

- Jingle bells, jingle bells, jingle all the way… What fun it is to ride In a one-horse open sleigh !

Je continuais ma petite chanson histoire de faire passer le temps. Je me demandais si le fiancé d'Astrid mettrai beaucoup de temps à arriver. En voyant en croisant le regard de la jeune femme, je cessais de chanter pour dire :

- Vu qu'on est pas au téléphone, on a pas de musique d'attente automatique alors je fais avec ce que j'ai, désolé…


Quoi ? On pouvait bien blaguer un peu non ? Je sais que c'était nul. Mais j'affichais quand même un sourire débile avant de me décider à entamer une conversation plus banale, certes, mais sérieuse.

- Ca fait longtemps que vous êtes fiancé ?

Sait-on jamais. Les gens aimaient bien parler de ce genre de truc en général, non ? Personnellement, je n'étais pas forcément un grand fan des couples. Mais je disais sûrement ça en temps que célibataire blasé. Enfin… C'était assez relatif, il y avait Blaine… Mais j'avais aucune idée de comment je devais décrire ma relation avec lui alors… Ca revenait un peu au même, non ?
© 2981 12289 0

_________________
«Slytherin produces more than its share of Dark wizards, but also turns out leaders who are proud, ambitious and cunning. Merlin is one particularly famous Slytherin»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 31/10/2016
›› Commérages : 91
›› Pseudo : Lena
›› Célébrité : Chrissy Costanza
›› Schizophrénie : Erin Badass Winchester & Jasper Sexy Todd
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Can you help me? ❄︎ Achille ✻ ( Mer 11 Jan - 12:38 )





Can you help me?
Euh… Je sais pas, c’est la secrétaire ou le stagiaire?


Astrid n’était pas une personne avec énormément de qualités. Et l’organisation n’en faisait claireent pas partie. Sans parler qu’elle était quand même pas mal bordélique, aussi. Mais elle s’y retrouvait, dans son bordel. Justement, quand c’était rangé, c’était le moment où elle ne trouvait plus rien. Sa nourrisse lui avait fait la guerre là dessus, quand elle était gosse et ado. C’était bien le seul point sur lequel elles étaient en désaccord. Mais bon, on pouvait pas changer ce qu’on était hein… C’était pas pour rien que son fiancé la laissait pas s’occuper du ménage. Il savait que la brune aurait soit la flemme, soit qu’elle foutrait encore plus le bordel, donc bon… Au moins, il pouvait pas se plaindre quand elle trouvait pas quelque chose et qu’elle le réveillait en pleine nuit. Parce que oui, ça lui arrivait de pas dormir, et de passer sa nuit à composer, ou à vider les cartons, ou à faire autre chose. Ça lui arrivait même très souvent, en ce moment. Ce qui aurait put expliquer sa tête de déterrée si elle ne s’était pas maquillée. Ah le pouvoir du maquillage, ça la sauvait pas mal quelques fois quand même. Surtout que là, même si elle l’aurait voulut, elle n’aurait tout simplement pas put fermer l’oeil. Astrid avait prévue de venir ici aujourd’hui, et bien sûr, elle appréhendait. Elle avait beau donner l’impression d’avoir une extrême confiance en elle et en son talent, en réalité, ce n’était pas le cas. Surtout après les nombreux échecs qu’elle avait endurée à New York. Mais elle était trop têtue pour abandonner, alors elle persévérait, tout en donnant des cours de chant à côté, parce qu’il fallait quand même qu’elle gagne sa vie, et même si elle pouvait compter sur son fiancé niveau finance, elle le voulait pas. Il suffisait d’une rupture pour qu’elle se retrouve dans la merde et qu’elle soit obligée de retourner chez papa et maman, chose qu’elle ne voulait absolument pas. Elle préférait largement se retrouver à la rue, à ce tarif là, c’était pour dire.

Et pourtant Astrid, c’était une fille qui aimait bien profiter des plaisirs de la vie. Elle avait beau possédée une morale, il ne fallait pas oublier qu’elle avait grandie dans une famille plus qu’aisée, alors forcément ça laissait des traces, même dix ans après. La jeune femme appréciait toujours les soins en institut, ou encore porter une veste à 500$, quand elle le pouvait. Oui, elle avait des goûts de riches, mais elle y pouvait pas grand chose. Peut être que si elle avait grandie dans une autre famille, les choses auraient étés différentes. Ses goûts, ses ambitions, ses envies auraient étés différentes. Elle même aurait put être différente. Mais ça, c’était une chose qui n’était pas vérifiable, malheureusement. Et puis au fond, Astrid ne voulait pas le savoir. Elle se convenait parfaitement à elle même pour être honnête, et elle pensait que c’était le plus important. Même si dernièrement elle avait fait des choix dont elle n’était pas fière, elle essayait de rattraper ses erreurs, et c’était pour cette raison qu’elle était de retour ici, à Cap Harbor. Il était temps pour elle de prendre ses responsabilités dans sa vie sentimentale, même si elle n’était pas tout à fait certaine d’être prête à faire ça. En fait, il fallait surtout qu’elle s’assure de ne pas s’aitre trompée puis… D’avoir les explications d’un certain blond avant, parce que sinon… Autant continuer dans le chemin qu’elle suivait depuis quelques années, au final, elle serait jamais totalement heureuse si elle n’était pas avec lui.

Enfin bon, pour l’instant, c’était pas vraiment la peine de penser à ça, il fallait le dire. En fait, elle attendait son fiancé pour qu’il lui ramène son boulot. Elle détestait se déplacer pour rien, alors il n’était pas question pour elle de partir sans rien laisser, et de revenir plus tard tout ça à cause d’un petit oubli de rien du tout, sérieusement. En attendant, elle essayait de faire la conversation, même si ce n’était pas vraiment son fort, surtout avec quelqu’un qu’elle ne connaissait pas, en fait. C’était délicat. Elle qui sortait tout le temps des conneries, c’était peut être pas vraiment le moment de le faire, il fallait le dire. « Ah bon? Qui s’en occupe, habituellement? » Ayant grandit ici, Astrid connaissait peut être cette personne. Même si elle ne connaissait pas absolument tous les natifs de Cap Harbor, elle en connaissait quand même pas mal. C’était l’avantage qu’elle avait eut de fréquenter un peu toutes les classes sociales de la ville. Parce que oui, elle était riche de base, mais elle crachait pas dans la gueule des pauvres pour autant, pas du tout en fait. Elle avait même de la peine pour eux, et quand elle pouvait les aider, elle le faisait. On est pas dans Gossip Girl les enfants. « J’ai un petit frère, Sirius. Vous devez avoir à peu près le même âge d’ailleurs. » Si Astrid avait bien tout comprit, son interlocuteur était étudiant, comme son frère, donc… C’était pas impossible qu’ils se soient déjà croisés à l’école, ou bien pendant une soirée. De ce côté là, son frère était aussi fou qu’elle, il fallait le dire. A croire que c’était de famille de faire la fête, boire comme un trou, s’éclater pendant quelques heures, et se retrouver avec une gueule de bois monstre le lendemain alors qu’on devait aller bosser. Enfin, Astrid s’était quand même calmée, depuis le temps, mais ça lui arrivait quand même encore de temps en temps, ce genre de choses.

Alors qu’Astrid attendait en silence, zieutant son téléphone toutes les trente secondes, parce qu’elle trouvait que son fiancé mettait pas mal de temps à venir de chez eux, elle fut surprise d’entendre Achille, qui se mettait à chanter, comme ça, à l’improviste. Elle se tourna vers lui, haussant légèrement l’un de ses sourcils, et un sourire finit par lui échapper. « Si je peux te donner un conseil, t’es dans une gamme beaucoup trop grave pour cette chanson. » Oui, c’était son côté prof de chant qui ressortait, elle y pouvait rien, c’était plus fort qu’elle. Pas que la brune ne supportait pas les gens qui chantaient complètement faux, elle n’irait pas jusque là, mais bon… C’était une artiste, alors forcément…. La conversation dériva ensuite sur les fiançailles d’Astrid. Elle aimait pas tellement parler de ça en fait, tout simplement parce qu’elle savait que cette histoire risquait de mal finir. Si elle repoussait constamment la date du mariage, c’était pas pour rien non plus. Elle n’était pas amoureuse, mais elle voulait la sécurité. C’était mal, oui, carrément cruel, même mais… Elle n’y avait pas foncièrement réfléchie, sur ce côté là. « Un an et demi. » Déjà, oui. Presque deux ans même. D’ailleurs, en parlant du loup, ce dernier venait de lui envoyer un message pour lui dire qu’il l’attendait devant le label. « Je reviens tout de suite. » Se précipitant à l’extérieur, la jeune femme récupéra l’objet de son travail et retour à l’intérieur, avant de poser l’objet si précieux sur le bureau du secrétaire remplaçant. « La voilà! »
made by pandora.

_________________


We can be heroes
Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/10/2016
›› Commérages : 189
›› Pseudo : Panda-Sama
›› Célébrité : Asa Butterfield
›› Schizophrénie : Noope
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Can you help me? ❄︎ Achille ✻ ( Lun 16 Jan - 22:51 )

Can you Help me ? #AstrilleCa faisait quelques temps que je bossais pour le label à présent. Sans doute pas aussi longtemps que d'autre. Mais l'entreprise étant relativement jeune, je connaissais bien tout ceux qui y travaillait. Surtout au vu de l'ambiance qui régnait. Tout le monde était super cool et détendu, c'était agréable comme condition de travail. D'ailleurs je n'étais pas sûr d'avoir déjà entendu quelqu'un se plaindre un jour. Puis une ambiance pareille, ça attirait les clients aussi. Personne n'aimait être stressé au travail. Surtout pas les musiciens, ils voulaient vivre de leur passion. Pas faire en sorte que cette dernière devienne le pire des calvaires. Et c'était une chose que je pouvais totalement comprendre. Pour avoir faire quelques stage dans d'autre entreprise, il n'y avait nulle part qui m'avait plus donné envie de rester qu'ici. Bon, j'étais bien sûr que je ne passerai pas ma vie à m'occuper du réseau informatique d'un label à temps partiel en plus. Mais au moins pour ce qui me restais d'année d'études… Enfin si Flavien avait toujours besoin de moi, bien sûr.

Je me montrais patient en attendant que le fiancé de mon interlocutrice apporte son fameux enregistrement. De toute façon, ce n'était pas comme si j'avais autre chose à faire. Si ce n'était continuer d'écouter des discours de Michelle Obama, en me demandant pourquoi une femme aussi extraordinaire n'était pas au pouvoir. Enfin, j'écartais mes idéaux politique de mon esprit. Ce n'était pas Michelle Obama la secrétaire du label dont la jeune brunette en face de moi voulait connaître l'identité. Je lui répondit le plus simplement du monde :

- Mme White. Bella White de son nom complet. C'est la secrétaire habituelle. Personnellement je suis sensé m'occuper du réseau et tout ce qui touche à l'informatique en général.

Ca pouvait sembler assez ennuyeux dit comme ça. Mais j'avais trop mon domaine d'étude pour ça. En fait, ça m'amusait bien de passer mes journées sur mon ordinateur. Je n'avais aucun problème avec ça. La conversation dériva alors que la jeune femme me donnait ses coordonnées. Et si son nom me disait quelque chose, c'était parce qu'en effet, je connaissais son frère. Sirius Botwin. Un sacré numéro celui là.

- Ah oui ! Je le connais il est en droit non ? On a fait quelques soirées ensemble.

J'adressais un sourire à Astrid, mais ne m'étalait pas sur le sujet. Il n'y avait pas énormément de chose à dire. Avec mes deux années d'avances, j'avais bien le même âge que son frère, mais nous n'étions pas de la même promo du coup. Donc je ne le connaissais pas plus que ça non plus. Je savais que c'était un gars sympa et c'est vrai qu'à y repenser, la brunette en face de moi lui ressemblait pas mal. Même niveau caractère, elle avait l'air de ne pas être du genre à se laisser marcher dessus facilement. Ce qui était une grande qualité dans le domaine de la musique, à coup sûr. Il fallait être un vrai tigre pour réussir à percer. Il y avait tellement de gens qui pensaient qu'ils suffisait seulement d'un peu de talent pour réussir. Si ous voulez mons avis, ils se faisaient de belles illusions.

Le silence retomba alors et je me mis à chanter histoire de faire passer un peu le temps. Ce n'était peut-être pas une très bonne idée en présence d'une personne comme Astrid qui devait être doué d'une oreille bien plus musicale que la mienne. Mais je m'en fichais un peu à vrai dire. Il ne s'agissait que d'une petite chanson de Noël. Puis j'avais bien conscience que le chant n'était pas un de mes plus grand talent. Je pourrais peut-être apprendre si je m'y mettais sérieusement, mais pour le moment ce n'était pas ma priorité. Je me mis donc à rire en entendant la réflexion d'Astrid à propos de ma performance musicale.

- Je prend note, merci ! Haha ! Heureusement que c'est pas moi l'expert en musique ici.

Sinon Astrid aurait pu s'enfuir en courant si c'était à moi de juger sa performance. D'ailleurs ne parlant de ça, Astrid eu à peine évoqué depuis combien de temps elle était fiancé, que son cher et tendre débarquait. Je n'eus donc pas le temps de m'en étonner ou même de réagir qu'elle était déjà partie et revint me donner son enregistrement. Je lui adressais un sourire en prenant l'objet et en collant le post-it avec ses coordonnées dessus.

- Merci bien très chère. Promis, je ferais en sorte qu'on te contacte rapidement, quitte à harceler le boss.


Sans perdre mon sourire, je lui adressais un clin d'oeil avant de poursuivre :

- Passe une bonne journée. Ce fut un plaisir de faire ta connaissance Astrid ! J'espère qu'on se reverra rapidement part ici !

Evidement que je lui souhaitais d'être engagé par notre label. Voyons, Astrid semblait être une jeune femme sympathique. Peut-être un peu tête en l'air, mais elle semblait sérieuse et déterminée. Après ce n'était pas à moi d'en juger. Cependant, je serais tout de même content de la voir ici plus souvent.
© 2981 12289 0

_________________
«Slytherin produces more than its share of Dark wizards, but also turns out leaders who are proud, ambitious and cunning. Merlin is one particularly famous Slytherin»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞


›› It's my life
›› more about me

Re: Can you help me? ❄︎ Achille ✻ ( Aujourd'hui à 19:07 )

Revenir en haut Aller en bas

Can you help me? ❄︎ Achille

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération