Retrouvons nous autour d'un verre, la poubelle attendra ► Astrid

 :: the city of cap harbor :: The Nora's Cafe & Restaurant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 04/11/2016
›› Commérages : 51
›› Pseudo : Houx
›› Célébrité : Will Higginson
›› Schizophrénie : None.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Retrouvons nous autour d'un verre, la poubelle attendra ► Astrid ✻ ( Mar 15 Nov - 0:05 )

Retrouvons nous autour d'un verre, la poubelle attendra

Gabriel

&

Astrid

La journée était passée, lentement, douce. Le soir pointait désormais le bout de son nez, et il commençait à faire plutôt frais mine de rien. Je regardais à travers la fenêtre, les nuages qui n'existaient plus, ils avaient été remplacés par des petites loupiotes qu'on aimait appeler étoiles. Elles brillaient désormais, certaines de façon plus forte que d'autres. La lune n'était pas pleine, elle se contentait d'apparaître en quartier ce soir. J'aimais bien ces saisons, froide et bientôt hivernales, où la nuit tombait plus vite que d'habitude. J'aimais bien le soir, sans savoir pourquoi. J'aimais l'idée d'être un peu caché par toute cette couleur sombre, comme si on pouvait marcher, aller et venir dans toutes les rues de façon sournoise, sans que personne ne puisse forcément nous reconnaître. J'observais les passants, certaines en couple, d'autres seuls. Quelques fois même une bande d'amis passait devant ma fenêtre, et levait la tête en apercevant que je les observais de temps à autre. Je ne suis pas curieux, mais ils passaient devant mes yeux, alors je n'avais pas vraiment d'autre choix que de les regarder quand ils se posaient sur mon regard, ça me semblait logique. Je me demandais où ils pouvaient bien aller tous ensembles. Sans doute dans un bar ou bien chez eux, faire une soirée entre amis, films et pizzas, quelque chose de ce genre. Je n'avais rien à leur envier pour ce soir pourtant, car moi aussi, j'avais des choses de prévues. Je regardais le lampadaire qui trônait dans ma rue. Dans quelques minutes à peine je serais moi aussi en train de me déplacer à travers les rues de Cap Harbor, les mains dans les poches, ou bien fumant une autre cigarette, je ne savais pas encore. Mais en tout cas, j'aurai moi aussi besoin de sortir, malgré le petit froid qui se tenait maintenant dans l'air. Il me faudrait affronter le vent et le froid comme un grand garçon, mais j'étais fin prêt.

J'avais éteint ma cigarette sur le rebord de la fenêtre, la laissant tomber en cendres jusqu'au sol. J'avais soupiré, regrettant déjà la chaleur et le réconfort de mon appartement. Je me suis éloigné du rebord, fermant la fenêtre simplement, sans broncher. J'étais encore en t-shirt, et je n'étais même pas encore totalement habillé. Je devais encore me préparer, mais j'avais la flemme de quitter la pièce qui avait été si bien chauffée. Je me suis étiré doucement, un peu fatigué par ma journée de travail, mais qu'importe, ce soir était important pour moi et je tenais à voir mon amie. En fait, cela faisait longtemps que je n'avais pas eu le temps de voir ma meilleure amie, elle avait été à New-York pendant quelques temps, et malheureusement, j'ai du me priver d'elle pendant tout ce temps. Elle était une des rares personne que j'aimais voir régulièrement sans me lasser, je lui parlais de tout, en tout cas presque, elle me connaissait autant que je la connaissais, et dès qu'il se passait quelque chose dans ma vie, je ressentais le besoin de lui en parler. Alors c'est vrai que, tout ces moments où j'avais du faire mes journées sans elles, avaient été plutôt chiants. Mes meilleures soirées étaient bien souvent en sa compagnie, et elle m'avait manqué je dois bien l'avouer, même si, je ne lui dirais jamais, je ne voulais pas qu'elle se sente trop importante, de toute façon, je ne suis pas du genre à parler de mes sentiments, elle le savait bien. Avec Astrid, c'est toute une histoire. La première fois que je l'ai rencontré, je l'ai détesté tout de suite. Elle m'était apparue comme hautaine. En fait, elle était un peu comme moi, et celle que je pensais superficielle et froide, n'était en réalité qu'une petite copie de moi-même que j'allais adorer bien rapidement. Pour preuve, elle était désormais ma meilleure amie, et ce pour le meilleur mais surtout le pire. Parce qu'entre elle et moi, c'était plutôt disputes et vulgarité que amour et baisers. Et pour tout avouer, j'adore ça.

J'avais fini par enfiler une tenue banale mais en tout cas correcte. J'avais prévu de l'emmener dîner, mais j'avais essayé de laisser la surprise le plus longtemps possible. Je ne lui avais annoncé que hier soir que je l'emmenais dîner, et j'espérais que ça lui ferait plaisir, car ce n'était pas dans mes habitudes d'être aussi généreux, mais bon, une occasion spéciale méritait au moins ça, et vu le temps que nous ne nous étions pas revus, je lui devais bien ça. J'avais énormément de choses à lui raconter, et je savais que elle en aurait aussi. Trop de choses à dire, trop de choses à critiquer, trop de choses à faire avec elle. Je me doutais bien, que ça finirait mal comme souvent, mais quelques verres suffiraient à nous réconcilier, c'est qu'on avait nos petits rituels tous les deux. Une fois prêt, j'avais rapidement pris mes clefs, et j'étais parti dans la rue, rejoignant les passants qui tremblaient de froid. Je n'avais qu'un blouson, et pourtant je n'en faisait pas autant qu'eux. Haussant les épaules en les croisant, je continuais ma route simplement. Au bout d'un petit moment, j'avais fini par arriver devant le restaurant. Le temps de prendre une dernière cigarette, et je restais dehors, préférant l'attendre pour entrer. Je n'avais pas envie d'attendre comme un con.

Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 31/10/2016
›› Commérages : 91
›› Pseudo : Lena
›› Célébrité : Chrissy Costanza
›› Schizophrénie : Erin Badass Winchester & Jasper Sexy Todd
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Retrouvons nous autour d'un verre, la poubelle attendra ► Astrid ✻ ( Dim 20 Nov - 14:55 )






Gabriel & Astrid


Retrouvons nous autour d’un verre, la poubelle attendra.

Cap Harbor, cette petite ville insignifiante qu’Astrid avait fuit pendant une bonne partie de sa vie. Voilà que maintenant, elle y était de retour alors que ça faisait plus de huit ans qu’elle n’y avait pas mit les pieds. En fait, elle s’était promit de ne jamais y revenir, tout simplement parce qu’elle était persuadée ne pas y avoir sa place. Dans sa tête, elle n’était pas faite pour les petites villes, surtout pas en sachant que ses parents y vivaient encore. Certes, elle était contente de pouvoir passer à nouveau du temps avec son petit frère, lui il lui avait manqué, mais ses parents, c’était pas le cas. Ils l’avaient tellement emmerdés avec ses études, sa façon de se tenir, enfin tous ces trucs de riches, qu’elle en avait rapidement eut marre. Et dès qu’elle l’avait put, elle était partie sans se poser plus de questions que ça. C’est d’ailleurs après son départ de Cap Harbor pour New York qu’Astrid avait rencontrée Gabriel. Elle avait accompagné Caden voir sa soeur une fois en Europe, dans un petit patelin non loin de Londres si ses souvenirs étaient bons, et elle avait rencontrée celui qui lui faisait maintenant office de meilleur ami. Et pourtant au début c’était pas gagné. Même maintenant en fait, on pourrait pas croire qu’ils sont meilleurs amis. C’est pas rare qu’ils se prennent la tête pour des conneries, mais, ils savent aussi bien déconner entre eux et ça c’est le plus important. Et puis, quand il le fallait, Gab savait être sérieux et écouter Astrid se plaindre parce qu’elle s’était plantée sur un truc, chose qui arrivait très souvent. Comme avec Caden par exemple. Les deux là avaient toujours étés très proches, inséparables depuis qu’ils étaient tous petits. Et ils auraient put continuer à être les meilleurs amis du monde si ce genre de sentiments ne s’était pas développé entre eux. Mais bon… La brune n’y pouvait rien, si elle était tombée amoureuse de lui. Et elle y pouvait rien, d’être complètement paumée et toujours fiancé à ce mec, Silas, pour qui elle n’avait plus aucun sentiments, et cela depuis longtemps. En fait, elle était même pas certaine d’en avoir eut un jour.

Enfin bon, ce soir là elle avait pas vraiment envie de se prendre la tête avec ça, du moins pas tout de suite, alors ses idées noires, elle les sortit assez rapidement de sa tête. N’ayant pas eut le temps d’annuler son dernier cours de la journée vu que monsieur ne l’avait prévenu que la veille, qu’il voulait se faire une bouffe avec la petite chanteuse, Astrid avait dû se préparer en quatrième vitesse pour être à l’heure. Enfin, déjà qu’habituellement elle était pas du genre à être ponctuelle… C’était pas comme ça qu’elle allait être aidée! Surtout qu’elle avait pas encore eut le temps de vider tous les cartons depuis son déménagement, et la paire de chaussures qu’elle voulait était dans l’un de ces cartons… Mais lequel, ça c’était un mystère. Bien sûr, avec la chance qu’elle avait, la brune avait dû vider tous les cartons jusqu’au dernier pour trouver ce qu’elle voulait. Elle s’était prise à râler comme une forcenée, et insultait le monde entier à partir du moment où un nom lui passait par la tête. Elle enfila ensuite ses chaussures en quatrième vitesse, parce que bien sûr du coup elle était en retard, et attrapa sa veste et son sac au vol avant de sortir de chez elle. Heureusement que ça, elle avait pas eut à le chercher. Mais au bout de quelques pas, elle se rendit compte que son chien Syfy l’avait suivit. Décidément celui là, il voulait vraiment pas la lâcher hein! Astrid soupira, et fit demi tour pour l’enfermer dans la maison. « Je reviens, promis, j’en ai pas pour longtemps! » Haha, c’est pas bien de mentir. Au moins elle avait réussit à le rentrer, et pouvait enfin partir tranquillement. Devant retrouver Gabriel au café de la ville et étant déjà pas mal en retard, la brune décida de prendre sa voiture pour s’y rendre. Elle sa tâta même à faire quelques petits excès de vitesse, mais s’en dissuada. Après tout, elle n’était plus à New York, même si là bas c’était toléré car faisant partit du quotidien de la ville, ici ce n’était pas le cas.

En arrivant, Astrid avait eut de la chance, elle avait pas eut trop de mal à se trouver une place pour se garer, et au final, elle était pas tellement en retard que ça. Posant son sac sur son épaule, elle sortie du véhicule et verrouilla les portières avant de se rendre au restaurant. Elle ne tarda pas à repérer son meilleur ami, une cigarette déjà presque terminée au coin des lèvres, et un sourire presque automatique s’afficha sur son visage. Mine de rien, il lui avait sacrément manqué ce petit con d’Edgecombe, et ça se voyait. Arrivée devant lui, elle ouvrit les bras en grand, son sourire toujours affiché sur son visage. « Tu sais que ta tête d’attardé m’a manquée? » Oui, c’était une façon assez courante qu’avait Astrid pour saluer son meilleur ami. Une vieille habitude qui était restée ancrée, et qui pouvait surprendre certaines personnes quelques fois, quand on les connaissait pas. De toute façon, ils étaient tous les deux assez surprenant en soi, alors forcément, eux deux amis, ça donnait quelque chose d’assez atypique. Enfin, Astrid ne tourna pas plus autour du pot, et vit quand même faire un petit câlin à son pote, chose qui ne lui arrivait pas très souvent, il fallait l’avouer. Elle n’était pas quelqu’un de spécialement tactile en fait, certainement parce que dans sa famille, c’était pas vraiment le genre de truc qui se faisait du coup… Et bien elle n’y était tout simplement pas habituée. Mais ça lui arrivait de faire des efforts comme là, maintenant.

COSMIC SHEEP.

_________________


We can be heroes
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 04/11/2016
›› Commérages : 51
›› Pseudo : Houx
›› Célébrité : Will Higginson
›› Schizophrénie : None.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Retrouvons nous autour d'un verre, la poubelle attendra ► Astrid ✻ ( Ven 25 Nov - 10:06 )

Retrouvons nous autour d'un verre, la poubelle attendra

Gabriel & Astrid

Fumer, c’était quelque chose qui me faisait du bien. J’avais pris cette bonne ou mauvaise habitude, c’était selon le choix de chacun, assez jeune en fin de compte. Ça avait commencé  au collège, on aurait pu croire que c’était comme pour les autres gamins, par pur mimétisme, en voyant les mecs de la classe s’y mettre tous en même temps mais en fait non, la raison avait été différente. A ce moment-là, j’avais eu ce qu’on peut appeler des problèmes familiaux, et j’avais eu envie de m’évader, de rendre ma mère folle, ou mon père, n’importe qui, j’avais juste envie de leur foutre les nerfs, de les entendre crier après moi, de faire chier tout le monde en fait. J’avais eu besoin de trouver quelque chose pour évacuer mes nerfs, ma frustration et ma colère. Lorsque j’avais eu 16 ans, ça avait été la pire période de ma vie, c’était sans aucun doute le moment le plus pénible que j’avais eu à traverser. Alors entre les soirées, les bouteilles vides, les filles, j’avais forcément eu une cigarette dans les doigts à un moment donné, et du coup, j’avais aimé ça. Pas tant parce que ça m’amusait de me crever les poumons doucement, seulement, c’était la seule chose qui parvenait à me calmer réellement. Je veux dire, l’alcool me rendait con, plus que je ne l’étais déjà dans tous les cas, l’herbe me rendait parano, et encore j’en avais pas fumé plus de cinq fois en tout, alors oui, la cigarette, ça avait été le seul vice qui marchait bien. Ça avait le don de m’envoyer un peu ailleurs, ça m’apaisait, ça m’occupait les mains et l’esprit. Voilà, c’était rien de très original mais ça m’occupait, je fumais toujours un paquet au moins par jour quand j’en avais le temps. Et finalement, aujourd’hui, c’était ma 7ème que je tenais entre mes doigts. J’avais vu Astrid arriver de loin, j’avais reconnu sa voiture qui cherchait à se garer, elle avait réussi rapidement ce qui dans cette ville, était un exploit en soin, surtout à cette heure-ci, quand tout le monde allait et venait dans les rues.

J’avais enfin terminé ma cigarette, et je m’étais étiré doucement. Je l’avais laissé tomber sur le sol, l’écrasant du talon le plus fortement possible, pour être certain qu’elle soit bien éteinte. J’avais souris doucement en voyant mon amie venir vers moi, les bras ouverts. Elle m’avait manqué, tellement manqué. J’avais depuis un moment, commencé à considérer Astrid comme ma meilleure amie. En fait, ça n’avait pas vraiment bien commencé entre nous, c’est le moins que l’on puisse dire. A notre rencontre, le courant avait été glacial voir électrique. Je l’avais prise pour une fille hautaine et superficielle, elle m’avait semblé chiante, et égocentrique. Je n’avais pas tout de suite compris, que c’était un genre de carapace, une protection externe, un genre à se donner. Moi non plus, il faut dire que je n’avais pas forcément été un exemple de bonté quand j’avais parlé avec elle pour la première fois. De toute façon, je ne suis pas particulièrement doué en relations humaines, et nos deux caractères combinés, n’avaient rien donné de bon. A force de se prendre la tête, de pousser des coups de gueule et de s’insulter à tout va, ça avait fini par nous amuser et j’avais compris que au final, elle me ressemblait beaucoup. Le truc, c’est que notre amitié est unique et vraiment particulière, c’est l’amour vache entre nous. On passe notre temps à s’engueuler, on est jamais d’accord, on se prend la tête, on se fait la gueule, mais jamais bien longtemps. Et c’est pour ça que je l’adore, que je lui parle sans filtres. Elle me connait, elle sait que je peux être un vrai con, et j’adore ça. Pas besoin de me cacher, pas besoin de faire semblant d’être un bon garçon, elle savait tout ou presque de moi, et je pouvais être aussi naturel que j’en avais envie. J’avais eu un large sourire, ouvrant les bras à mon tour en la voyant débarquer, la serrant un instant, avant  de passer un bras autour de son cou, venant l’embrasser sur la joue avec hâte.

« Han t’es trop mignonne. J’aimerai te dire que t’es aussi jolie qu’avant et que t’as pas changé mais j’ai l’impression qu’un bon kilos est passé par là. » Voilà, quand je parlais de conneries, de je t’en foutrai plein la gueule mais je t’aime, c’était comme ça. Entre nous on pouvait se vanner, se dire nos quatre vérités sans problèmes ça faisait toute notre force. J’étais content de la voir, mais je n’allais pas lui avouer aussi facilement, après tout, ça se mérite.
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 31/10/2016
›› Commérages : 91
›› Pseudo : Lena
›› Célébrité : Chrissy Costanza
›› Schizophrénie : Erin Badass Winchester & Jasper Sexy Todd
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Retrouvons nous autour d'un verre, la poubelle attendra ► Astrid ✻ ( Jeu 1 Déc - 15:39 )






Gabriel & Astrid


Retrouvons nous autour d’un verre, la poubelle attendra.

Astrid était impatiente de retrouver son meilleur ami. En fait, ça faisait tellement longtemps qu’ils ne s’étaient pas vus qu’elle avait tout un tas de choses à lui raconter. Bon, pas tellement en fait, elle allait surtout développer ses états d’esprit, mais rien que ça, ça allait bien prendre une heure. Elle avait aussi besoin de son avis, sur toute cette situation, d’un petit oeil venu de l’extérieur. Et elle savait que Gabriel serait honnête avec elle, il tournerait pas autour du pot en lui disant qu’il y avait de l’espoir s’il ne le pensait pas. Après, il savait aussi que la brune était une battante, et qu’elle n’était pas prête de laisser tomber les choses comme ça. Sinon, elle ne serait pas là aujourd’hui. Elle serait certainement encore à New York, à vivre dans cet appartement en plein Brooklyn, avec son fiancé qu’elle n’aimait pas. Ou alors, elle était juste extrêmement têtue, il devait y avoir de cela aussi. Enfin, de toute façon, elle était aussi revenue pour avoir des explications avec ce mec qu’elle aimait et pour qui elle était prête à tout quitter et qui s’était envolé sans rien dire, sans explications, sans même un petit mot, ou un message laissé sur son répondeur, rien. Là, c’était aussi son amour propre qui en avait prit un coup. Même si elle se montrait toujours aussi fière en apparence, depuis le départ de Caden, ce n’était pas vraiment le cas en réalité. Voir pas du tout, pour être honnête. Elle était blessée, et se sentait vraiment nulle, même si elle se demandait ce qu’elle avait bien put faire de mal, mis à part avoir prit un peu de temps pour se décider à se séparer de son fiancé. Chose qu’elle n’avait pas fait au final. Parce qu’elle détestait être toute seule, et que même si elle était avec un homme qu’elle n’aimait pas, et bien, pour l’instant, ça lui convenait. Mais ça n’allait pas durer longtemps toute cette histoire. Astrid sentait déjà qu’elle était sur le point de craquer et de tout laisser tomber, même si elle savait que ce n’était pas la bonne solution. Gab pourrait l’aider de ce côté là aussi. Il la tirerait par la peau du cul jusqu’à ce qu’elle se reprenne, et peut être qu’elle en avait bien besoin.

Bien sûr, comme souvent, Astrid était en retard. Mais pour une fois, c’était pas complètement de sa faute, ses animaux n’avaient pas voulus la laisser partir, même s’il le fallait bien. Elle avait toujours du mal à les laisser seuls à la maison, même s’ils se tenaient compagnie mutuellement. Enfin, surtout au début en fait, quand elle avait adoptée Mystic. Sa trouille bleue, c’était qu’ils ne s’entendent pas, et qu’elle doivent confier Mystic à une autre famille. Mais heureusement, elle avait eut de la chance, et ils étaient comme frère et soeur tous les deux. Qui a dit que les chats et les chiens ne pouvaient pas s’entendre? Pour Astrid, c’était de la pure bêtise, il fallait juste les habituer un peu l’un à l’autre. Et maintenant, Mystic s’occupait même de nettoyer les oreilles de Syfy, comme quoi! Et fait, ça avait été un peu pareil pour Gabriel et Astrid. Elle était le chat, et lui le chien, en apparence, ils étaient incapables de s’entendre, et au début c’était bien le cas, mais maintenant, ils étaient les meilleurs amis du monde. Bon d’accord, ils haussaient souvent le ton, et c’était pas rare que des insultes voltigent dans leur conversation, mais au final, ils s’adoraient, c’était le principal. Ils avaient juste une façon assez spéciale d’exprimer leur affection mutuelle. Ils étaient les frères Salvatore, sans les crocs, et un peu moins sexy. Quoique… Ça leur arrivait souvent d’avoir des crocs tout de même! Alors, on va dire avec moins de classe… Parce que quand l’un des deux ouvre la bouche, ils ont pas la subtilité de Stefan ou l’humour de Damon. Astrid se désespérait quelques fois. Elle comparait quand même la relation qu’elle avait avec son meilleur ami à des personnages de série… Inimitable, cette fille.

Enfin bon, elle était quand même bien contente de retrouver son meilleur ami, et elle le lui fit comprendre à sa manière, d’une façon très élégante, comme toujours. au moins, il avait eut droit à un petit câlin à la clé, il avait déjà gagné ça! Et puis elle, elle avait eut droit à un petit bisou, qui lui fit échapper un sourire. C’était cool! « T’espionne ma balance ou quoi? » Ce qui ne l’étonnerait pas, en fait, même si elle savait pas trop comment il pourrait bien s’y prendre pour ça… Mais bon, avec la technologie de maintenant, c’était franchement pas le genre de truc qui relevait de l’impossible. « Si tu veux tout savoir, j’ai une nouvelle cicatrice, parce que je me suis plantée un couteau dans la cuisse le mois dernier. Sans le faire exprès. » Et le pire, c’est que c’était vrai, en faisant à manger en plus. Autant dire que ça lui avait bien coupé l’appétit cette fois là, mais elle s’en était remise depuis. Comme quoi, ça lui arrivait d’être maladroite de temps en temps, même si c’était plus rare que Gaëlle, la soeur de Caden. « Et toi alors, qu’est ce que t’as de croustillant à me raconter? » Astrid, curieuse? Noooooon à peine!

COSMIC SHEEP.

_________________


We can be heroes
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 04/11/2016
›› Commérages : 51
›› Pseudo : Houx
›› Célébrité : Will Higginson
›› Schizophrénie : None.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Retrouvons nous autour d'un verre, la poubelle attendra ► Astrid ✻ ( Ven 9 Déc - 20:39 )

Retrouvons nous autour d'un verre, la poubelle attendra

Gabriel & Astrid

L'amitié, c'était toujours quelque chose de plus ou moins compliqué. Les liens qui unissent deux personnes, sont tous uniques et particuliers. Seulement, certains comptes plus que d'autres. Et à mes yeux, ma relation avec Astrid était parfaite. C'est vrai, après tout, que demander de plus. On était amis, on n'avait aucune attirance l'un pour l'autre, et ça facilitait bien les choses, d'avoir une amie, avec laquelle je pouvais mes soirées et mes nuits, sans que rien d'étrange ne se produise entre nous. Astrid, lors de notre rencontre, ça avait été plutôt mouvementé. En fait, de mémoire, on s'était plus insulté, que parler. On s'était regardé, on avait commencé à rire à gorge déployée, et moi qui n'arrêtait pas de tousser, entre ma cigarette et mes rires trop forts, et puis, on s'était revu une fois, quelques semaines plus tard, et puis encore une autre fois. Les petits rendez-vous avaient duré un bon petit moment, avant que je ne prenne conscience, qu'elle était spéciale à mes yeux. Je n'éprouvais aucune attirance pour elle, mais c'était bien plus important et bien plus précieux, ce qui nous unissait désormais, c'était l'amitié, la vraie, celle où on peut se dire qu'on s'aime, parce qu'on s'aime, mais c'est pur, c'est fraternel, l'amour vache, c'était nous. Entre coups de gueules, insultes, mensonges, haine. On se balançait toujours tout à la gueule sans aucun filtre et c'est ça que j'aimais dans notre relation. Je n'avais pas mis bien longtemps, à la considérer, finalement, comme ma meilleure amie et rien d'autre. Ni plus ni moins. Astrid, était ma meilleure amie. Et je ne lui avais jamais dit. J'étais bien trop fière pour avoir que je puisse avoir ce genre de lien pour quelqu'un, ce genre de considération. Mais j'étais certain qu'elle le savait de toute façon. Elle me connaissait par coeur, tout comme je la connaissais. Elle était moi au masculin, et j'étais elle au féminin. Au début, ça faisait presque peur tellement on se comprenait tous les deux. Parfois, on pouvait même se parler d'un simple regard, et partir en fou rire sans aucune raison. C'était ça, notre relation. Alors que je vous dit, qu'elle est parfaite, c'est parce que c'est vrai. On n'a pas besoin d'artifices, pas besoin de se le dire tous les jours, pas besoin de passer des heures au téléphone pour le savoir. Je lui disais tout, et j'espérais que elle aussi, pouvait se confier à moi, sans rien craindre. J'avais eu envie de la voir pendant tout son voyage à New-York.

Une amie comme ça, ça vous manque rapidement. Et puis j'avais toujours quelque chose à raconter de toute façon, elle savait bien que, moi, il m'arrivait de nouvelles aventures tous les jours, si ce n'était toutes les heures. Alors, la voir, me faisait déjà le plus grand bien. Je me retenais de la serrer encore contre moi, la bise suffira. Je ne tenais pas à faire des effusions de sentiments, ce n'était pas du tout mon genre. Je préférais lui faire comprendre que je l'adorais en me disputant avec elle ou bien en lui faisant une remarque peu sympathique. C'était ma façon de lui dire que je l'aimais. Comme ça, elle était la seule à comprendre, comme un code secret entre nous. Oui c'est vrai, que on était assez atypique comme meilleurs amis, mais ça m'allait bien. C'était nous tout simplement. Lorsqu'elle était partie, j'avais eu beaucoup de rebondissements dans ma vie. Et puis, je ne me sentais pas très bien par rapport à Raphael en ce moment. Je me sentais souvent mal à l'aise, rapport à son fils. Je ne me sentais plus vraiment à ma place, c'était compliqué dans mon esprit. J'avais aussi besoin de lui parler de Isis. Alors là, la situation était déjà plus catastrophique, je l'avais quand même demandé en mariage sur un coup de tête par excès de colère et de jalousie. Et maintenant j'étais bien dans la merde puisqu'elle m'avait dit oui. Bref, beaucoup de trop choses s'étaient passées, et je devais lui en parler pour ne pas péter un câble. C'est d'ailleurs pour ça que j'étais parti de l'appartement en laissant ma fiancée à elle-même. Pour voir Astrid, pour lui raconter ma putain de vie, mais aussi écouter la sienne bien sûr. J'avais soupiré, soulagé de l'avoir à nouveau à côté de moi. J'avais tant de choses à dire et à faire avec elle encore.

« Ouais. Elle m'préviens à chaque fois que ta graisse augmente. » Je souriais. J'avais presque terminé ma cigarette. Le froid était un peu plus glacial qu'avant. Maintenant qu'elle était arrivé, j'avais bien hâte de rentrer au chaud, je dois bien l'avouer. J'avais eu un petit rire de ricanement moqueur. J'aimais bien, à peine arrivée, on commençait déjà. Je n'ai jamais dit qu'on était subtils et malins, mais ça m'allait aussi quand c'était gratuit. Du moment qu'on se foutait de la gueule l'un de l'autre, de toute façon, moi ça me va tout à fait. « Toujours aussi douée...Tu te l'es planté pour perdre un peu de tes énormes cuisses en fait ? » J'avais écrasé ma cigarette par terre, la frottant au sol avec la plante du pieds. « J'aurai dû t'emmener au ciné, t'auras pas eu besoin de bouffer à nouveau. » J'avais roulé des yeux en souriant. Non mais comment elle avait pu se faire un truc pareil, c'était une catastrophe ambulante cette fille, c'est pas possible quoi. Mais c'est aussi pour ça que je l'apprécie après tout. « Tellement de trucs. Mais viens, on va entrer au chaud pour en parler. » J'avais ouvert la porte du restaurant, attendant qu'elle passe de moi. Un peu de galanterie tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 31/10/2016
›› Commérages : 91
›› Pseudo : Lena
›› Célébrité : Chrissy Costanza
›› Schizophrénie : Erin Badass Winchester & Jasper Sexy Todd
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Retrouvons nous autour d'un verre, la poubelle attendra ► Astrid ✻ ( Jeu 22 Déc - 15:29 )






Gabriel & Astrid


Retrouvons nous autour d’un verre, la poubelle attendra.

Certaines personnes disaient que l’amitié entre fille et garçon était impossible, qu’il y avait forcément une forme d’attirance derrière et qu’au bout d’un moment, les deux allaient finir par sortir ensemble. Et bien, Astrid trouvait ça complètement débile. Bon d’accord, c’était ce qu’il s’était passé au final avec Caden, et encore, ça c’était pas très bien finit. Enfin, la brune savait pas très bien si c’était véritablement finit, et c’était pour ça qu’elle avait fait le voyage jusqu’ici et qu’elle avait prit la décision de quitter New York. Mais bon, on s’éloigne du sujet. L’amitié. Bien sûr que c’était possible sans qu’il y ait d’attirance plus forte, la chanteuse l’avait constatée avec Gabriel. Et puis dans ce cas, c’est comme dire qu’on peut tombé amoureux de son frère, son cousin, ou même son père aussi hein. Parce que c’est aussi une sorte d’amitié qui se construit entre les membres d’une même famille. C’est d’ailleurs pour ça qu’on dit souvent d’un ami proche qu’il est comme notre frère. Et bien Gab, c’était le grand frère qu’Astrid n’avait jamais eut. Bon ok, elle avait aussi son vrai petit frère, mais c’était différent. Elle avait pas la même complicité avec lui, et ressentait beaucoup plus le besoin de le protéger qu’autre chose. C’était différent, comme toutes les relations qu’elle avait eut dans sa vie, et qu’elle aurait encore par la suite. Aucune ne se ressemblaient, elles étaient toutes parfaitement uniques et qui engendraient des sentiments différents les uns des autres. Et c’était pour cette raison qu’Astrid n’aimait pas tellement collé des étiquettes sur les relations qu’elle avait avec son entourage, du genre, toi t’es mon meilleur ami, toi t’es ma confidente, etc. C’était juste ses amis, et ils avaient tous leur importance dans sa vie, c’était tout. Après, oui, il y en avait certains qui se trouvaient au dessus des autres, mais c’est un peu le même cas pour tout le monde. Il y a toujours ces personnes qu’on aime un peu plus que les autres et qui sont tout simplement indétrônables. Pourtant, on a pas forcément envie de faire du favoritisme ou quoique ce soit, en tout cas, dans la tête d’Astrid, c’était pas son intention. Justement, elle aimait pas tellement cette notion de faire passer des personnes avant les autres sans forcément de raison valable. Du coup, elle se basait sur la confiance qu’elle avait envers ces personnes. Et elle savait qu’elle avait entièrement confiance en Gabriel, qu’il connaissait absolument tout (enfin presque) de sa vie, et qu’elle pouvait encore lui en dire sans craindre que ça tombe dans l’oreille de quelqu’un de malintentionné envers elle. A l’époque, elle ressentait aussi cette confiance à l’égard de Caden, mais maintenant qu’il était partit sans rien lui dire, qu’elle ne savait pas ce qu’il devenait, et qu’il avait coupé les ponts sans lui donner aucune explication… Et bien c’était un peu plus compliqué. Elle ne savait pas quoi faire, et elle ne savait pas non plus si elle devait lui parler à coeur ouvert quand elle le reverrait. De ce côté là, elle était complètement perdue. Mais elle savait que Gab serait de très bon conseil, parce qu’il l’avait toujours été. Et même s’il allait certainement se foutre d’elle, elle avait pas peur de lui demander ce genre de choses. Elle entamerait certainement le sujet dans la soirée, mais elle allait quand même attendre un peu. Astrid voulait pas direct plomber l’ambiance avec ses problèmes alors que les deux meilleurs amis venaient juste de se retrouver, ce serait quand même vachement dommage.

Du coup, elle était super contente d’être rentrée à Cap Harbor et de pouvoir retrouver son ami. Même si cette ville, elle en était pas vraiment fan de base. Sa vie à New York lui manquait quand même pas mal. La grande ville, la liberté, la joie, c’était là bas qu’elle s’était sentie vraiment bien avant de se rendre compte qu’elle n’était finalement pas à sa place. Certes, elle avait connue ce vent de liberté, cette séparation de sa famille dont elle avait besoin. Mais au final, sa place était ici, dans cette petite ville, auprès des gens à qui elle tenait. C’était ces personnes qui formaient sa vie et lui donnaient un véritable sens, être loin d’eux, ça la rendait mal. Et c’était en grande partie pour cette raison qu’elle avait décidée de rentrer chez elle. Bon d’accord, il y avait toujours ses parents, mais elle pouvait largement les éviter, c’était pas une chose impossible à faire. Et puis au moins, elle pouvait à nouveau voir son petit frère et prendre soin de lui, parce qu’elle s’était bien rendue compte à quel point elle avait put s’éloigner de lui, et mine de rien, elle s’en voulait d’être partie. Mais elle espérait pouvoir arranger les choses, prendre un nouveau départ, et faire du ménage dans sa vie. Un grand ménage, de grandes décisions qu’elle prendrait au fil des jours. Comment ses fiançailles par exemple. Astrid ne savait pas encore où cette histoire allait la menner. Est-ce qu’elle finirait par se marier à cet homme qu’elle n’aimait pas? Elle n’en savait rien, et n’en était pas certaine, c’était bien pour cette raison qu’elle repoussait sans cesse la date de la cérémonie en sortant des excuses plus ou moins crédibles. De toute façon, son fiancé devait bien sentir qu’il y avait quelque chose qui clochait, et encore plus depuis qu’ils étaient arrivés ici. Elle se concentrait principalement dans les cartons, la décoration de la maison, ses animaux, son travail, ses projets professionnels. En fait, elle ne laissait même plus de place à cet homme qui partageait sa vie, mais jusque là, ça n’avait pas l’air de le déranger. En fait, elle n’en savait rien, parce qu’ils avaient toujours eus assez de mal à communiquer tous les deux. C’était… Etrange, oui. De toute façon, sa vie avait toujours été assez compliquée, et en vieillissant, les choses ne s’arrangeaient pas tellement, bien au contraire. Elle avait l’impression que tout devenait de plus en plus compliqué et que toutes ces décisions pouvaient avoir un impact beaucoup plus important que par le passé. C’était pour cette raison que pour l’instant, elle se concentrait surtout sur des choses plutôt futiles et sans véritable importance.

Mais la brune avait quand même besoin de parler de ces choses qui la tourmentaient, elle pouvait pas les laisser de côté et vivre avec comme si de rien était. Bien sûr, elle pouvait faire illusion devant les autres, mais pas devant Gabriel, il la connaissait beaucoup trop bien pour ça. Elle savait que cette soirée allait lui faire du bien, et pourquoi pas, lui faire voir les choses avec un peu plus de clarté qu’avant. Elle l’espérait, au moins. Mais elle avait surtout besoin de se détendre. Du coup, en entendant parler de sa soit disant graisse, Astrid avait donnée un léger coup de coude à son ami avec un petit sourire boudeur. Celui là sérieusement, les conneries qu’il pouvait sortir, ça se comptait à la seconde! « J’vais désactiver les notifications alors! » Et une connerie de plus! Sérieusement, il n’y en avait pas un pour rattraper l’autre, vraiment pas, surtout quand ils étaient lancés comme ça. Au moins, on pouvait dire qu’ils ne s’ennuyaient jamais tous les deux. « Voilà, c’est ça, mon cerveau a comprit que j’étais trop grosse, mais visiblement ça a pas marché… » En même temps, ça faisait plusieurs mois qu’elle avait arrêtée le sport. Il faudrait sérieusement qu’elle s’y remette d’ailleurs. Peut être qu’elle s’inscrirait au cours de danse qu’elle suivait quand elle était ado, dès qu’elle aurait le temps, ça lui ferait du bien. Parce que la salle de sport, c’était pas vraiment son truc. Il lui fallait un sport un eu plus artistique, et lié à sa façon de vivre, et donc à la musique. La danse, c’était ce qu’il y avait de mieux pour elle. « Tu sais que j’adore bouffer, et j’espère pour toi qu’il y a des pâtes! » Ça faisait un moment qu’Astrid n’en avait pas mangé, ce qui était assez étonnant. Les pâtes, c’était carrément son dada, et elle les mangeait de toutes les façons possibles et inimaginables. Peut être qu’elle aurait dû ouvrir un resto italien… Mais en fait, elle n’était pas très douée en cuisine, donc c’était pas une bonne idée. « Je veux tous les détails, tout ce que j’ai loupé, t’as pas le choix, même si ça doit prendre des heures. » Oui, Astrid était une grande curieuse, mais Gab y était habitué depuis le temps. Il était aussi habitué aux questions assez bizarres qu’elle se posait de temps en temps et qui n’avait littéralement aucun sens. En fait, elle n’était jamais sortie de sa période du pourquoi quand elle était gosse, jamais. Elle entra dans le restaurant, alors que son meilleur ami lui tenait la porte, et s’amusa à faire une espèce de révérence carrément débile. « Merci m’sieur! » Une fois entrés, un serveur vint immédiatement à leur rencontre et les guida à une table bien sympathique, non loin d’une fenêtre qui leur permettait de jeter un coup d’oeil sur une petite place entourée d’arbres dont les feuilles tombaient au sol en cette période automnale. Un beau tableau, en somme. Astrid retira sa veste avant de s’asseoir, bien contente d’être au chaud, même si ses mains étaient encore glacées. « Allez, balance! Comment va Isis? » Ah, la fiancée de Gabriel. Astrid l’aimait bien. Elle la trouvait mignonne, marrante, et surtout super gentille. Elle était assez différente de Gab mais, la brune pensait que c’était vraiment une femme qui était faite pour lui. En tout cas, elle ne lui a jamais donné aucune raison qui pourrait prouver le contraire. Bon, ok, y avait eut tout le délire avec leur famille, l’histoire de demi-soeur et tout ça mais… Dans la tête d’Astrid, c’était pas ce qu’il y avait de plus important. Tout ce qu’elle voulait, c’était que son meilleur ami soit heureux, et surtout, qu’il ne fasse pas la même connerie qu’elle sur certains points. Après, elle était pas encore au courant de tout, donc bon, peut être que son point de vu changerait, même si elle ne le pensait pas.

COSMIC SHEEP.

_________________


We can be heroes
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 04/11/2016
›› Commérages : 51
›› Pseudo : Houx
›› Célébrité : Will Higginson
›› Schizophrénie : None.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Retrouvons nous autour d'un verre, la poubelle attendra ► Astrid ✻ ( Dim 1 Jan - 23:58 )

Retrouvons nous autour d'un verre, la poubelle attendra

Gabriel & Astrid

Il y a des personnes dans ma vie, qui comptent énormément, d’autres dont j’en ai rien à foutre, et puis il y a celles, au premier regard dont je n’avais rien à foutre et qui finalement, maintenant, comptent énormément. Astrid, c’était la seule dans cette situation. Je la considérais comme ma meilleure amie, mais les premières minutes qui avaient suivies notre rencontre, n’avaient pas vraiment été bonnes. Ce qui, quand j’y repensait était plutôt amusant, c’est que finalement, dans le fond, on avait du se détester autant l’un que l’autre. Je m’en souviens très bien. Arrogante, hautaine, froide, c’était les seuls traits de caractère que je lui avais trouvé de prime abord. Je n’avais pas eu envie de la connaître plus que ça, je ne suis pas du genre à accorder une seconde chance, et souvent je ne reviens jamais sur ma première idée, quand je m’en fait une des gens, alors pourquoi, ça avait été différent pour elle, c’était plutôt simple en fin de compte. Quand nous nous étions rencontrés, c’était à une soirée chez un ami en commun, et puis, on s’observait de loin. J’avais adopté le même comportement qu’elle, histoire qu’on me foute la paix de toute la soirée et que je puisse boire tranquillement. Donc logiquement, elle m’avait pris pour un con, et à raison. Seulement, elle comme moi, on ne savait pas qu’on faisait semblant, moi pour avoir la paix, elle pour se faire une carapace. Au final j’aurais pu la prendre pour une conne pendant très longtemps, si je ne m’étais pas décidé à lui parler seul à seul. C’était plutôt étrange, mais on avait fini par se retrouver tous les deux, et on avait discuté. Finalement, notre humour était le même, et on s’était vite rendus compte qu’on était pareils. Je l’avais mal jugé, et je m’en étais voulu, mais je me suis largement rattrapé depuis, puisqu’elle est aujourd’hui ma meilleure amie. Je ne regrettais rien, et j’étais heureux d’avoir eu l’occasion de découvrir la véritable Astrid ce soir-là. Ce qui était génial, c’est que nous avions conservés ce petit côté vache entre nous, entre vannes complètement pourries et remarques désagréables mais ironiques, on se comprenait parfaitement, et cette relation m’allait. Je savais que ma fiancée en était un peu jalouse, sage et tendre, elle était complètement hors de nos délires,  et je me retenais souvent avec elle, ce que je n’avais jamais besoin de faire avec ma meilleur amie. Je me sentais toujours libre avec elle. Je pouvais parler de tout et de rien, elle ne me jugeait pas, ça m’allait très bien comme ça. Je ne crois pas beaucoup aux grandes histoires d’amitié, le genre qui dure toute une vie, pourtant avec Astrid, je n’en avais jamais douté. On se ressemblait beaucoup trop pour se séparer un jour, et quand bien même, je ne l’aurai pas supporté.

« Si ton cerveau avait compris que tu es déjà trop grosse, t’aurais refusé de venir au restaurant et on serait allés boire un verre à la place. » Je riais un peu. Elle me connaissait pour que je me permette ce genre de remarques, je ne l’épargnais jamais, mais elle non plus, donc ça ne me dérangeait pas de jouer sur un terrain physique, je savais qu’elle était assez intelligente pour prendre du recul sur la question, de toute façon elle était clairement une belle fille et j’étais là pour lui rappeler, si elle venait un jour à en douter, ça sert aussi à ça un meilleur ami après tout. « Bah je sais que t’adores bouffer, tu me le montre bien assez. Il y a des pâtes putain, ça me tue d’entendre ça en tant que cuisiner, sérieux tu manges que ça ou quoi, faudra que tu reviennes à la maison que je te fasse un vrai plat digne de ce nom. » Je soupirais, souriant un peu aussi. Ça faisait si longtemps que je ne l’avais pas vu, que j’avais pas mal de recettes à lui faire manger, en général elle testait pour moi quand ma goûteuse officielle ne le pouvait pas, ce qui était plutôt rare. Mais j’aime cuisiner pour mes amis, et elle n’échapperait pas à une nouvelle invitation, depuis le temps que j’attendais son retour. « Oh mais ça prendra des heures mais c’est pas comme si t’avais le choix, bien sûr que tu va écouter toute ma vie de merde, en détails. Et tu feras exactement la même chose de ton côté. » C’était pas négociable de toute façon. Je souriais, entrant finalement dans le restaurant après elle. Les portes claquant derrière nous, laissant le froid au dehors. D’ailleurs j’avais commencé à avoir froid, j’étais donc bien content de rentrer au chaud. Je nous avais réservé une table vers le fond, histoire d’être tranquilles. Ici, on laisse souvent traîner ses oreilles, et je préférais qu’on puisse s’isoler un peu du reste des gens. On s’était alors installés rapidement, comme un vrai couple, mais l’idée ne me dérangeait pas, on nous prenait parfois pour un couple, et je dois avouer qu’on était plutôt beaux tous les deux, ça flattait toujours un peu l’ego. J’avais pris la carte qu’on me tendait. Même si je connaissais déjà le menu, car je venais souvent ici. « Elle va bien…On prépare le mariage tous les deux, même si je suis pas vraiment pressé d’y être. C’est assez stressant tout ça. Enfin bon tu vois le genre, même si vous les filles vous aimez choisir les gâteaux et les serviettes pour le grand jour. » Je souriais un peu. « Et toi ? Raconte un peu, t’as fait quoi tout ce temps en m’abandonnant lâchement ici ? »

Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 31/10/2016
›› Commérages : 91
›› Pseudo : Lena
›› Célébrité : Chrissy Costanza
›› Schizophrénie : Erin Badass Winchester & Jasper Sexy Todd
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Retrouvons nous autour d'un verre, la poubelle attendra ► Astrid ✻ ( Jeu 12 Jan - 18:54 )






Gabriel & Astrid


Retrouvons nous autour d’un verre, la poubelle attendra.

Certains n’assument pas leur façon d’être. Ils essayaient de masquer leurs défauts du mieux qu’ils le peuvent, de diverses manières, et au final, deviennent quelqu’un d’autre. Astrid n’était pas comme ça. Elle ne cachait pas ses défauts, à personne. Elle savait très bien qu’elle était arrogante, elle savait très bien qu’elle était hautaine, ou encore froide et beaucoup trop franche pour ce monde d’hypocrites. Mais elle s’en fichait, parce qu’elle ne voulait pas changer la personne qu’elle était. Elle était fière d’être elle, elle était fière de son caractère de merde, de sa musique qui ne décollait pas, de ses animaux. Après, elle était pas fière de tout, comme tout le monde en fait. Elle avait fait des erreurs, elle le savait, elle en avait conscience. Elle n’avait pas toujours prit les bons choix, loin de là, autant dans sa vie privée que dans sa vie professionnelle. Heureusement qu’elle était d’un naturel optimiste, et qu’elle avait des gens autour d’elle qui étaient là pour la soutenir, même s’ils étaient pas très nombreux. Dans le cas contraire, elle aurait probablement déjà tout abandonné et serait devenue caissière dans un supermarché avant de se tirer une balle dans la tête. Ou alors, elle aurait continuée ses études d’avocate, et aurait fait comme si tout allait bien, à se bourrer d’anti-dépresseurs, ou d’autres conneries de ce genre. Ouais, Astrid ne voyait pas vraiment sa vie d’un très bon oeil. Elle savait qu’il y avait pire hein, il y avait toujours pire, mais ça l’empêchait tout de même pas de se morfondre de temps en temps, et de réfléchir à des choses qui au final n’avaient pas énormément d’importance. Du style, qu’est ce qu’il ce serait passé si à cet instant j’avais pris cette décision, comment ce seraient enchaînées les choses, si au final je m’étais retenue de dire ça… Des questions qui resteraient sans réponses et qui ne servaient pas à grand chose. On ne pouvait pas revenir en arrière, personne ne le pouvait, même pas Dieu. Mais on pouvait décider de la suite des événements en prenant les bons choix. Après tout, autant pour sa carrière que pour sa vie sentimentale, tout était entre les mains d’Astrid à présent.

Mais bon, la brune n’avait pas forcément envie de penser à tout ça tout le temps. C’était pas pour rien qu’elle retrouvait son meilleur ami ce soir. Elle avait besoin de se changer les idées, et de retrouver quelque chose de familier ici. Enfin, elle connaissait cette ville par coeur hein, elle y avait grandie, mais quelque chose de familier plutôt dans le sens rassurant. Parce que Cap Harbor en elle-même ne la rassurait pas pour autant. Elle y avait des bons souvenirs, oui, mais pas que, aussi des mauvais. D’ailleurs, depuis qu’elle était revenue, elle évitait certains endroits, comme la maison de ses parents, ou encore son ancienne école. Elle était pas une élève harcelée, les autres avaient toujours eus trop peur d’elle pour venir lui chercher les noises, mais c’était pas pour autant qu’elle y gardait ses meilleurs souvenirs. Ses meilleurs souvenirs, elle les gardait surtout dans le petit parc de la ville. Ce petit endroit magnifique en automne quand les feuilles recouvraient l’aire de jeux, rassurant en hiver quand la neige se déposait, formant un drap fin, et d’un blanc immaculé. Elle s’était toujours sentie bien, à cet endroit, et depuis qu’elle était revenue, elle avait dû s’y rendre au moins dix fois. C’était même un endroit inspirant pour elle. C’était sur la balançoire de ce parc qu’Astrid avait composée sa toute première chanson. Chanson qu’elle avait toujours gardée secrète d’ailleurs. Déjà parce qu’elle était totalement nulle, mais aussi parce qu’elle parlait de Caden, et qu’à l’époque, leur relation n’était pas aussi profonde que les paroles rédigées sur cette petite feuille pouvaient le montrer. C’était un peu son jardin secret, en fait.

Autant dire qu’elle n’allait pas parler de ça ce soir, même avec Gabriel. Elle aimait bien avoir ses petits secrets quand même, et elle ne pensait pas que c’était quelque chose d’indispensable à savoir, en réalité. Puis de toute manière, il l’avait pas mérité. Fallait pas commencer à lui parler de sa balance alors qu’elle avait même pas encore un verre dans le nez. Dans l’estomac. Enfin, vous avez compris, faites pas genre. « On peut boire un verre et manger, en général ça se mari bien. Mais tu choisis le vin parce que j’y connais rien. » Astrid adorait manger, oui, c’était une grosse bouffeuse. Vraiment, elle adorait ça. Et elle adorait boire aussi, mais en soirée. Donc en général sa carte de boisson se composait essentiellement de… Tequila. Autant dire qu’elle irait pas très loin si elle commençait les shoot de tequila dès l’apéritif, oui. Pas que Gabriel serait pas en capacité de la ramener chez elle hein, mais elle avait pas tellement envie de finir ivre en plein milieu d’un restaurant et de se trouver dans l’incapacité de manger son dessert. Là c’était certain qu’ils seraient foutus à la porte, parce qu’elle allait péter une crise. Le dessert, c’était ce qu’elle préférait, et bourrée, elle était encore plus insupportable que sobre. Oui, c’est possible. « Eh, on a pas tous un bac plus douze en cuisine, monsieur j’me la pète derrière mes fourneaux. » Est ce qu’elle le cherchait? Oui, peut être un peu. Voir beaucoup, mais c’était son passe temps. Et son petit sourire fier le montrait bien. « Je peux pas et être douée en musique, et savoir cuisiner. C’est l’un ou l’autre. » Et c’était un fait. C’était peut être pour ça qu’elle avait autant de cuisiniers dans son entourage, comme ça, elle avait pas besoin de faire un effort. Et puis au pire, les plats préparés, et les pizzas livrées, c’était bien aussi. Ouais, Astrid aimait vraiment pas cuisiner, c’était évident.

Avant d’entrer, la brune ne se gêna pas pour exiger le récit de toutes les choses qui étaient arrivées dans la vie de son meilleur ami et dont elle ignorait encore l’existence. Oui, elle était curieuse, et exigeante, mais de toute façon, il s’était pas gêner pour lui exiger la même chose alors, il avait pas vraiment à se plaindre. En fait, Astrid espérait que la vie de son meilleur ami ces derniers temps était beaucoup plus divertissante, et moins merdique que la sienne, histoire qu’elle ne désespère pas trop. Ou au contraire, que son désespoir atteigne un point sans retour possible. Il y avait deux possibilités qui gagneraient le duel en fonction de son humeur et de l’état dans lequel elle allait finir ce soir. Pas trop amochée quand même, ce serait cool, elle avait presque passée l’âge de ces conneries. Enfin bref. Les deux amis avaient finis par s’installer face à face, le menu du restaurant en main, et les yeux d’Astrid en parcouraient vaguement les lignes alors qu’elle demandait à Gabriel comment se portait sa fiancée. Bah oui, quand même, elle l’aimait bien, la petite Isis, elle était adorable. Puis elle allait bien avec Gab, et pour entendre ça sortir de la bouche de la brune… C’est que c’était vraiment vrai. En général, elle avait pas une très bonne opinion des gens, et c’était sans aucun doute pour ça qu’elle avait pas beaucoup d’amis au final. « Tu rigoles, c’est super chiant, d’accorder les couleurs. Mais le pire, c’est le plan de table: la prise de tête la plus énorme du monde et un possible motif de divorce alors que la cérémonie n’a même pas encore eut lieu. » Elle exagérait peut être un peu, mais à peine. C’était compliqué, de trouver une place pour tout le monde. Parce qu’il fallait pas que la tante Marcy soit assise à côté de la cousine Jeanne, sinon, ça allait déclenchée la troisième guerre mondiale. Oh, et puis il fallait pas que Paul le cochon soit en face de Lucie la sainte-ni-touche. Un vrai bordel, entre les ivrognes, les gens qui se détestaient, et ceux qui s’aimaient un peu trop. « Mais attends… C’est quoi ce « je suis pas pressé d’y être »?  Tu vas pas te défiler quand même? » Pas qu’Astrid l’en croyait capable, mais presque. Il y avait un truc dans le son de sa voix qui la chiffonnait, pour être honnête. Est ce qu’il lui cachait un truc? Peut être, ou alors il avait tout simplement prévu d’en parler un peu plus tard dans la soirée. En tout cas, si c’était le cas, c’est que le sujet devait être délicat. « Je t’ai pas abandonnée, je me suis juste… Absentée. » Est-ce qu’elle essayait de se justifier? Oui, un peu. « Au final ça a pas servit à grand chose, parce qu’à New York, ils veulent pas de ma voix. Ou alors ils veulent peut être pas de moi tout court. Les pauvres, ils vont le regretter un jour. » Elle l’espérait, en tout cas. Sérieusement, elle avait pas fait tout ce travail pour rien. Puis elle comptait pas laisser tomber aussi, c’était l’avantage d’être têtue comme une mule et ambitieuse, en plus de ça. « Oh, et la date du mariage a encore été décalée. A juillet, cette fois, on sait pas encore trop quand. » Oui, encore. Cette fois, Astrid avait sortit l’excuse du déménagement, et des frais qu’ils avaient déjà à régler avec tout ça. Même si ses parents s’étaient déjà engagés à payer une bonne partie du mariage, elle voulait pas en profiter. Et surtout, elle voulait décaler le plus possible, histoire de voir si elle avait une chance avec Caden ou pas. Qu’est ce qu’elle pouvait être une garce quand même. Elle avait besoin d’un verre.

COSMIC SHEEP.

_________________


We can be heroes
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞


›› It's my life
›› more about me

Re: Retrouvons nous autour d'un verre, la poubelle attendra ► Astrid ✻ ( Aujourd'hui à 5:22 )

Revenir en haut Aller en bas

Retrouvons nous autour d'un verre, la poubelle attendra ► Astrid

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: The Nora's Cafe & Restaurant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération