every little thing she does ✻ Sarah

 :: the city of cap harbor :: Police & Firefighter department cap harbor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
We keep this love in a photograph

❝ Family don't end with blood ❞
We keep this love in a photograph
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 20/06/2015
›› Commérages : 702
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Charlie King Hunnam
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Ryan Oakley (Chris Wood), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

every little thing she does ✻ Sarah ✻ ( Dim 27 Nov - 18:11 )



Every little thing she does
SARAH is in da place

« Tu ne ... Non ! » Il la voit cette petite fripouille avec cette petite brosse arriver vers lui pour lui démêler ses cheveux. Sauf qu'on ne touche pas à ses cheveux et encore moins une gamine de cinq ans. « Non, non ! » Brent se lève de son siège pour se mettre à marcher rapidement en rond pour, tenter, d'éloigner la demoiselle. Cette dernière ne semble absolument pas perdre patience et le suit partout. Mais ... C'est une véritable plaie ! « Fait le à ta poupée, elle en a grand besoin ! » Le blond se dirige d'ailleurs vers la Barbie qui a des cheveux, très court, à la garçonne. Mhm ... Dans ses souvenirs, c'est des cheveux de princesses, voir même de sirènes qu'elles ont. « Bon ... » Il allait devoir se laisser faire. Heureusement, il voit sa petite soeur pointer le bout de son nez et il saute sur l'occasion pour aller la rejoindre, laissant la gamine rejoindre son siège en boudant. #SorryNotSorry « EMMA ! » Il a besoin de son aide, maintenant, tout de suite. Il court du mieux qu'il peut, mais son genou lui fait atrocement mal. « Qu'est-ce que tu fais ici ? » Brent ne sait plus vraiment où se cacher. « C'est une longue histoire. Tu vas rire ...  » Non ? Elle veut pas rire ? Pourquoi elle avance dans les couloirs ? « J'ai besoin de doliprane. J'en ai plus aucun et mon genou ne veut pas me laisser en paix depuis le début de la semaine ... » Non. Brent ne vient pas de quémander à sa petite soeur de lui filer une boite de médicaments en catimini. Si, c'est ce qu'il vient de faire. « Je ne peux pas. On en a déjà parler. » Meh. « S'il-te-plait. » « Non. Tu n'as qu'à aller prendre quelque chose au centre commercial ... » Rha ! Tête de mule va. Brent tente la petite moue mais il finit par se faire distancer. Bon. La blondinette de soeur à surement raison. Il va devoir aller au centre commercial. Du mieux qu'il peut, il remonte sur sa moto pour aller chercher ce dont il a besoin.

Mais qui dit centre commercial, dit aussi un monde monstre. Brent n'arrive pas à atteindre le bon rayon et se fait pousser en tout sens. Il râle, se bataille et avec chance, au bout d'une heure, il arrive enfin à trouver des cachets qui pourront peut-être lui faire du bien. Reste plus que la caisse ! Par contre, celui qui a voulu inventer thanksgiving, c'était une très mauvaise idée. Ca aurait du se prévoir ce genre de chose. C'est pas deux jours avant qu'il faut aller acheter les ingrédients pour la dinde. Enfin ... Brent est probablement trop prévenant. Muni de sa boite, il arrive à une caisse et paye ce qu'il doit. Il avait juste oublier qu'il allait sonner en passant les portiques. Il explique à la caissière que c'est à cause des plaques au niveau de son genou mais elle ne veut rien entendre. La sécurité débarque, Brent explique la même chose mais se voit contraint de les suivre pour "plus d'explications". « J'ai eu un accident de moto, mon genou est foutu et donc, je sonne à cause des plaques mises pour le réparer. » Les papiers ? Heu ... Oui ! Il les avait. Ils sont juste chez lui. « Je les ai oublié ... » On lui apprend qu'il va devoir aller faire un tour au commissariat car, en plus, on a trouvé sur son t-shirt une étiquette. Maiiiiiiiiiiis ... IMPOSSIBLE !

Il boude, assis sur un siège moche et horrible qui lui donne mal au derrière. Il attends qu'un ou une policière débarque pour qu'il puisse, enfin, s'expliquer. Mais on ne semble pas vouloir lui montrer un intérêt particulier. A moins que ? Oui ! Cette charmante brune arrive vers lui. « Ca va être rapide : Je sais pas pour le t-shirt et c'est mon genou qui sonne ! » Il lui fait son plus beau sourire et se lève. « Je peux y aller maintenant ? » Wait. Pourquoi elle réponds par un "non" ? Il a été gentil, poli. Il s'est expliqué et ... Et ça ne semble pas convenir à la policière. « Ecoutez. Il est tard. On est fatigué. Je vous promet de revenir demain pour qu'on mette tout ceci au clair bien que se soit évident que le soucis ne provient pas de moi. » Pourquoi elle ne veut toujours pas ? Mais elle est méchante cette jeune femme ! Brent finit par souffler et s'asseoir à nouveau. « S'il-vous-plait ? » Promis, c'est pas pour l'embêter. « Je pourrais au moins avoir quelque chose à boire ? Merci. »

_________________
FIRE MEET GAZOLINE
i want to be with you. the only person in this world who believes i'm good. i've been down the same road for too long to stay, no i can't do this, i don't want this no more. about time the bird flies, about time that i try going my way, go my own way without you.
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 27/05/2015
›› Commérages : 477
›› Pseudo : Une Flo sauvage ♥
›› Célébrité : Zoeey Deschanel
›› Schizophrénie : Boris ✻ Eliott ✻ Oscar
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: every little thing she does ✻ Sarah ✻ ( Dim 18 Déc - 15:56 )












Etre coincé au bureau parce que son partenaire avait de la paperasse en retard c'était le truc le plus horrible du monde. Le pire dans tout ça, c'était que la mienne était faite, mais par solidarité Didier avait décrété que je devais rester tant que James n'aurai pas fini. Je trouvais ça complètement injuste. Et je le faisais bien comprendre à James en soufflant régulièrement, en croisant les bras et en essayant de le regarder méchamment. Je disais bien essayer, parce que ça ne fonctionnait absolument pas. « Je te déteste James. » « Non c'est faux, tu m'aimes et tu le sais » Ouais c'était peut-être le cas avant, mais plus maintenant que j'étais obligé de le regarder faire. « Pourquoi tu remplis pas tes dossiers au fur et à mesure ? Ca serait tellement plus simple et je serais pas obligé de passer ma soirée ici. J'ai un Alec sauvage qui m'attend à la maison » Et j'avais très envie de le retrouver. Puis James il avait Lauren et ses enfants. Alors s'il pouvait être gentil et se dépêcher, ça m'arrangerait. « Tu sais Sarah, si tu m'aidais, ça irait plus vite. » Alors c'était hors de question. « Non je le ferais pas. C'est une question de principe » C'était son problème – qui était aussi devenu le mien – mais il était hors de question que je le fasse à sa place. Par contre mes principes ne m'empêchait pas d'aller nous chercher à boire et à manger. Comme quoi je n'étais pas si horrible que ça avec lui. Je n'étais qu'amour et prévenance. Puis au moins aller en salle de repos me permettait de me dégourdir les jambes.
Je traversais tranquillement l'accueil armé de deux cafés et de petits gâteaux quand je fus interpellé par le sergent. Je le sentais mal, je le sentais très mal. « Miller, j'ai besoin de vous pour prendre une déposition. On nous a ramené à un gars du centre commercial qui aurait volé un tee-shirt et qui sonne en passant les portics » Alors oui je voulais bien, mais ce n'était pas mon rôle de faire ça. En tout cas ça ne l'était plus. On pouvait pas demander ça à une nouvelle recrue ? « C'est que j'ai de la paperasse à faire, j'ai pas le temps de m'en occuper. Demander à quelqu'un d'autre. » Innocemment je pensais que ça suffirait et je repartais. « Il n'y a personne et je sais que vous regardez Campbell travailler. » Comment il était au courant de ça d'abord ? Didier pouvait pas s'empêcher de parler. C'était nul. Je n'avais pas le choix. Un gros soupir m'échappais. « Je vais déposer ça et je m'en occupe. C'est son dossier ? »   Du bout du nez je montrais le dossier sur le bureau. Il me confirmait et je le prenais sous le bras. Je remontais dans notre bureau comme si toute la misère du monde venait de s'abattre sur moi. « De ta faute, je dois prendre la déposition d'un gars qu'on accuse de vol dans un centre commercial. » James ne me répondait rien, trop occupé à boire son café et mangé. J'avais de la chance, j'avais quand même droit à un sourire d'excuse. Pfff c'était pas suffisant. « Et si tu pars sans moi, je te fais la peau. » Oui, oui j'étais sérieuse. De toute façon il était tellement long à faire ses papiers que j'avais le temps.

Un faux sourire au sergent et j'entrais dans la salle où était gardé….Brent Hamilton. D'accord, tout allait bien se passer. « Bonjour je suis l'inspecteur Sarah Miller, je vais m'occuper de votre cas, même si ce n'est plus vraiment mon rôle de faire ça » Je souriais à ce fameux Brent, tout en me disant que je n'avais pas gravit les échelons et réussi à avoir des promotions pour faire ça. Mais bon ce n'était pas de sa faute à lui si tout le monde était parti. Bon c'était de sa faute s'il était là, mais ça s'arrêtait là. « Ca va être rapide : Je sais pas pour le t-shirt et c'est mon genou qui sonne ! » Huum, il y avait quelque chose dans sa phrase qui m'échappait et son sourire n'aidait pas non plus à ce que j'arrive à me concentrer. « Votre genou sonne ? Genre on appuie sur un bouton et il se met à jouer des chants de noël ? » C'était en disant ma phrase à voix haute, que je me rendais compte à quel point c'était stupide. Mais j'étais fatiguée et on me forçait à être ici alors j'avais des excuses. En tout cas Monsieur Beau Sourire pensait vraiment qu'on allait en arrêter là, parce qu'il était déjà debout, prêt à partir. « Je peux y aller maintenant ? » Il était mignon, mais non. « Non je suis désolé, mais ça va pas être possible. Pas tout de suite en tout cas. » Non par contre, si on faisait ça vite et que je trouvais ses explications plausibles alors dans une demi-heure on pourrait tout les deux sortir de cet endroit et rentrer tranquillement. « Ecoutez. Il est tard. On est fatigué. Je vous promet de revenir demain pour qu'on mette tout ceci au clair bien que se soit évident que le soucis ne provient pas de moi. » J'étais bien d'accord avec lui, il était tard et c'était à cause de James que je me retrouvais ici. La vie était injuste. Tout ça, parce que j'étais trop gentille. « Plus vous irez vite dans vos explications, plus vite je pourrais vous laisser partir. » Je n'allais pas dire que j'avais son destin entre les mains, mais presque. On m'avait vaguement expliqué pourquoi il s'était fait embarqué et je pensais sérieusement que celui qui en était le responsable avait fait preuve d'un excès de zèle. Le problème, c'était qu'il fallait que je remplisse les papiers. « S'il-vous-plait ? » Il fallait qu'il arrête d'essayer de me soudoyer, ça n'allait pas fonctionner. Je secouais négativement la tête, nupe on allait le faire maintenant et rapidement pour le bien de tous. « Je pourrais au moins avoir quelque chose à boire ? Merci. » C'était demandé si gentiment que je ne pouvais pas refuser. « Oui bien sur. Je pensais qu'on vous avez déjà proposé quelque chose » Ce qui aurait été la moindre des choses depuis le temps qu'il était là. « Qu'est ce que vous voulez ? Café ? Thé ? Soda ? Jus de fruits ? Eau ? » Divers choix se proposait, il n'avait qu'à demander et j'irais lui chercher. « S'il vous plaît, ne faite pas comme tout ces gars qui me demande une bière et des frites.» Ces gens là étaient les plus lourds du monde. Le pire c'était quand en plus ils me demandaient de revenir en uniforme parce que c'était plus sexy. Ma main sur leur gueule serait plus sexy aussi. En plus ce Brent semblait sympa, alors je n'avais pas envie d'être méchante avec lui, ou de le retenir plus que nécessaire.
Son choix fait, je l'abandonnais quelques minutes pour revenir avec ce qu'il m'avait demandé et je m'asseyais en face de lui prête à l'écouter. « Alors raconté moi cette histoire de genou qui sonne » C'était sûrement du à une opération quelconque, je me doutais qu'il ne s'était pas ouvert le genou pour cacher un article et ensuite refermer le tout. Ca serait une technique de vol inédite ceci dit. Discrètement je regardais s'il n'y avait pas de sang sur lui, mais non aucune trace donc je pouvais écarter cette hypothèse. « Concernant le tee-shirt c'est pas pour être méchante, mais il semble un peu trop vieux pour que vous l'ayez volé dans ce magasin » Bah quoi, on voyait qu'il avait bien vieilli et que les couleurs étaient un peu passé. « Et j'imagine que vous vous promenez pas non plus torse nu dans les rues et les magasins » Après s'il était du genre exhibitionniste pourquoi pas, mais j'en doutais quand même.




lumos maxima

_________________
Talking to the moon.
J’ai entendu dire que quand on est perdu le mieux à faire c’est de rester où on est et d’attendre qu’on vienne vous chercher, mais personne ne pensera à venir me chercher ici.@ ALASKA.


Dernière édition par Sarah Miller le Sam 7 Jan - 11:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
We keep this love in a photograph

❝ Family don't end with blood ❞
We keep this love in a photograph
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 20/06/2015
›› Commérages : 702
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Charlie King Hunnam
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Ryan Oakley (Chris Wood), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: every little thing she does ✻ Sarah ✻ ( Ven 30 Déc - 11:09 )



Every little thing she does
SARAH is in da place

Comment, diable, avait-il fait pour finir dans ce poste de police. Le grand blond n'avait pas demandé autant de retournement de situation dans sa journée. Son genou lui faisait déjà bien assez souffrir pour rajouter d'autres complications dans le lot. Pourtant, le destin a tendance à toujours l'envoyer et le foutre dans le pétrin. Un jour, il portera plainte contre celui-ci : il ne veut pas devenir une pizza un jouet ! Non. Brent a envie de jouer lui-même, avec sa propre vie, et pas que quelqu'un lui mette des barreaux ou des intersections avec divers choix. De toute façon, il commence à être habitué : il fait toujours le mauvais. La preuve en est, voilà déjà quelques temps qu'il est seul dans cette salle blanche remplie de vitre teinté. Il est persuadé qu'on est entrain de l'observer et ça le rendrait presque mal à l'aise. Presque, parce que pourquoi on l'observerait triturer ses mains et souffler toutes les trente secondes ? Ceci n'a aucun sens. Comme ça n'a aucun sens de le faire patienter aussi longtemps pour une petite affaire de rien du tout où le principal interpellé n'est même pas un danger. Ou même un voleur, tant qu'on y est. Brent ne ferait pas de mal à une mouche alors comment aurait-il trouver l'audace de voler ce t-shirt ? Il est même pas si beau que ça ! Dans le fond, s'il aurait réellement voulu voler, il en aurait pris un beaucoup plus cher, beaucoup plus chic et beaucoup mieux repasser. Enfin, peu importe. Il est coincé là et il n'a plus qu'à prendre son mal en patience. Quoi que ... Peut-être que le destin lui sourit un peu, finalement. Une jolie brune aux yeux de biche fait son entrée. Elle est venu le délivrer, il le sent. « Bonjour je suis l'inspecteur Sarah Miller, je vais m'occuper de votre cas, même si ce n'est plus vraiment mon rôle de faire ça » D'accord. Ca, c'est dit : Brent est une sous-merde, celle qu'on donne au nouveau policier recruté qui doivent montrer leur preuves. Mais une question lui trotte dans la tête : Depuis quand les inspectrices de police sont aussi canons ? Même dans le peu de série et de films qu'il regarde, elles ne sont pas aussi jolie. Ah, Hollywood ... Que des mensonges ! Des mensonges, Brent, il en a horreur. Alors il joue cartes sur table et dit la vérité. C'est son foutu genou d'handicapé qui sonne et son t-shirt est aussi vieux que l'âge de Pierre. « Votre genou sonne ? Genre on appuie sur un bouton et il se met à jouer des chants de noël ? » Brent écarquille les yeux quelque secondes. Cette Sarah Miller est entrain de se foutre de sa poire, là ? « Heu .. Non. » Se serait bien plus drôle de cette manière. « J'ai juste pleins de vis et des plaques de métal ... Donc ça sonne aux portiques. » Mais s'il le faut, il demanderait à avoir un bouton pour jouer les chants de Noël. Pas de soucis pour cela ! Pas sûr que tout ceci plaise aux femmes, et encore moins que cela devienne une technique de drague réputé mais si ça pouvait le faire rire, ça pouvait être une solution acceptable. De toute façon, Brent n'est pas un désespéré en amour. Il a juste accepté que ce genre d'histoire de couple n'était pas fait pour lui. Qui voudrait de cette merde sur jambes ? Cette même merde sur jambe qui aimerait partir loin du poste de police. « Non je suis désolé, mais ça va pas être possible. Pas tout de suite en tout cas. » Mais il vient de tout expliqué ! Le monde est complètement injuste. « Plus vous irez vite dans vos explications, plus vite je pourrais vous laisser partir. » Justement, il vient d'aller aussi vite que Flash. Il dit la vérité mais celle-ci ne semble pas vouloir fonctionner. Il n'allait tout de même pas mentir pour pouvoir sortir d'ici ? Non. Cette idée ne lui avait même pas effleurer l'esprit. « Oui bien sur. Je pensais qu'on vous avez déjà proposé quelque chose » Et bien non, ses collègues l'avaient juste conduit ici sans ménagement, l'avait fait s’asseoir et puis ... plus rien jusqu'à ce que cette beauté vienne dans la pièce. « Faudra dire à vos collègues d'être plus cool les prochaines fois. Je suis pas un meurtrier. » Juste un petit message discret, comme ça. « Qu'est ce que vous voulez ? Café ? Thé ? Soda ? Jus de fruits ? Eau ? » Tout ça ? Brent à la panoplie et il n'arrive pas à s'arrêter sur un choix. Chaud ou froid ? Sucré ou non ?« S'il vous plaît, ne faite pas comme tout ces gars qui me demande une bière et des frites.» Le blond hausse un sourcil, surpris. « On vous demande des frites et des bières ? » Voilà que Brent explose de rire. Ah nan ... C'est pas possible. « J'espère au moins que quand vous les laisser partir, ils ne sont pas en état d'ébriété sur la route. » Se serait bête qu'à peine un pied dehors, ils doivent à nouveau revenir en cellule pour vingt-quatre heures. « Un café avec un morceau de sucre, s'il-vous-plait. » Le jeune homme patiente quelques minutes avant que Sarah ne revienne, son café entre les mains. « Merci. » souffle-t'il, tout en venant lover ses mains autour du gobelet bouillant. Le stress lui fait avoir froid. « Alors raconté moi cette histoire de genou qui sonne » Ca commence à dater, mais si cela peut le permettre de sortir d'ici, il le ferait. « C'était y'a six ans. » Six ans ... Le temps passe vite et pourtant, il a l'impression que c'était hier. « J'étais énervé à cause d'une broutille, j'ai pris la route et j'ai eu un accident de moto. Je suis resté plusieurs jours dans le coma et les médecins ont fait de leur mieux pour rafistoler mon genou. » Et malgré les heures de rééducation, de soins, et de massages, Brent avait toujours mal. A croire qu'il lui manquait désormais quelque chose. « J'ai un papier, normalement, avec une radio, pour montrer que je sonne à cause des vis et des plaques mais j'ai complètement oublié de le prendre. » Avec  cette douleur chronique, Brent s'était précipité pour prendre des médicaments sans même réfléchir à quoi que se soit d'autres. Il n'avait même pas sa pièces d'identité et son permis avec lui. « Concernant le tee-shirt c'est pas pour être méchante, mais il semble un peu trop vieux pour que vous l'ayez volé dans ce magasin » Enfin quelqu'un qui a un cerveau ! « On m'a répondu que c'était à la mode, les vieux t-shirt. Mais oui, il est vieux. J'ai juste dû oublier de couper l'étiquette ...  » Cette foutu étiquette qui sonne et qui l'a fait atterrir dans ce lieu. « Et j'imagine que vous vous promenez pas non plus torse nu dans les rues et les magasins » Pas encore ! « Juste dans mon jardin ! » quand il fait chaud, pas comme aujourd'hui. « Vous êtes quand même bien plus sympa et bien plus charismatique que vos amis ! Au moins, vous me prenez pas pour un méchant ! » parce que Brent est tout, sauf méchant. Il ne pourrait pas se faire surnommer : le nounours, s'il était cruel. « De toute façon, je pense que la marque de ce haut n'est pas vendu dans le magasin où j'étais ! » Il lui semble juste .. « Vous voulez que je l'enlève pour que vous vérifier ? » Il est comme ça, Brent, serviable. Que la réponse soit oui, ou non, il est déjà entrain de soulever le bas de son t-shirt pour l'enlever et le poser sur la table. L’étiquette qui sonne est bien présente sur le côté, et il ne se prive pas pour lui envoyer un regard des plus méchants, et l'autre étiquette est là, elle aussi, assez vieillie mais pas suffisamment pour qu'on ne puisse plus rien déchiffrer. « Abre .. » Comment ça se dit ce truc ? « Abrecrombie ? » Bref, il abandonne. « Bref, tenez, j'arrive pas à lire à voix-haute ! » Brent se rassoit et boit plusieurs gorgées de son café en attendant. « Vous pensez que je vais pouvoir y aller maintenant ? Mais si vraiment vous voulez, on peut téléphoner à ma sœur, elle garde tous les tickets de caisse, elle doit avoir celui de ce haut ! » Petit sourire en biais, limite timide. Si sa soeur venait ici, elle allait faire un scandale et Brent voudrait faire de son mieux pour éviter ceci.

_________________
FIRE MEET GAZOLINE
i want to be with you. the only person in this world who believes i'm good. i've been down the same road for too long to stay, no i can't do this, i don't want this no more. about time the bird flies, about time that i try going my way, go my own way without you.
Revenir en haut Aller en bas
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur


›› It's my life
›› Cap Harbor since : 27/05/2015
›› Commérages : 477
›› Pseudo : Une Flo sauvage ♥
›› Célébrité : Zoeey Deschanel
›› Schizophrénie : Boris ✻ Eliott ✻ Oscar
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: every little thing she does ✻ Sarah ✻ ( Sam 7 Jan - 11:54 )












Si je me retrouvais dans cette situation, c'était uniquement de la faute de James. Je le maudissais sur plusieurs génération, mais gentiment quand même, parce que je voulais pas qu'il lui arrive quelque chose de trop grave. Toujours était-il qu'on me demandait de m'occuper d'un gars qui sonnait sous les portiques et qui avait volé un tee-shirt. Ils étaient mignon au poste de police, mais je n'avais plus fait ce genre de chose depuis des années. Pour peu que tout les formulaires aient changé, jamais je ne m'y retrouverais. Avec la chance que j'avais, ce garçon allait rester ici toute la nuit parce que j'étais incapable de me souvenir comment remplir les formulaires. Pour ma décharge, la dernière fois que je l'avais fait, remonté à au moins 7 ans. Autant dire une éternité. J'étais un peu trop habitué aux meurtres, à la drogue et aux viols pour m'occuper de ça. En plus au vu de son inculpation, c'était un peu vache de le retenir juste pour ça. Enfin bon, après ça me regardait pas. Armé de mon plus beau sourire et de toute ma patience, j'entrais dans la pièce où était mon fameux détenu. Okay avec sa barbe il pourrait faire peur, mais il avait tout de la tête du gars qui disait la vérité. Par politesse et pour pas qu'il puisse me donner des surnoms ridicules je me présentait. Peut-être que je n'aurai pas du dire que ce n'était plus mon rôle de faire. Bah tant pis, c'était dit maintenant. Ce qui m'interpellais le plus, c'était que son genoux sonnait et j'ai pas pu m'empêcher de faire une blague. Ce n'était pas gentil, je le savais, mais je me trouvais drôle d'accord. « Heu .. Non. » Évidemment que non, mais je trouvais ça quand même beaucoup moins joyeux. « J'ai juste pleins de vis et des plaques de métal ... Donc ça sonne aux portiques. » Tout de suite c'était plus logique. La logique tuait tout le fun en fait. « Et j'imagine que vous n'avez pas vos papiers sur vous, pour prouver que c'est normal » Ben non, ça serait bien trop facile comme ça sinon et surtout il ne se retrouverait pas ici.
Forcément, il voulait sortir le plus vite possible d'ici. Ce que je pouvais aisément comprendre, surtout qu'il attendait depuis un petit moment. Le problème c'était qu'il allait devoir encore une raconter son histoire. Ensuite, un simple contrôle d'identité et ça devrait être un jeu d'enfant de le faire sortir. Surtout que moi aussi je voulais rentrer chez moi. Je savais que pour lui ça devait être fatiguant et je me sentais désolé, mais je ne pouvais pas faire autrement. Il en profitait pour me demander s'il pouvait boire quelque chose. Bien que oui il pouvait. Je lui faisais part de mon étonnement en apprenant que personne ne lui avait proposé. « Faudra dire à vos collègues d'être plus cool les prochaines fois. Je suis pas un meurtrier. » Si je les croisais je voulais bien, mais rien n'était moins sûre. « Techniquement se sont mes collègues, mais je n'ai pas l'occasion de les croiser très souvent. A part mon équipe, je n'ai pas vraiment le temps de faire amie-ami avec les nouveaux. » Pourquoi je lui racontait ça ? Ca ne servait à rien en plus. On allait mettre ça sur le coup de la fatigue et je préférais lui demander ce qui pouvait lui faire plaisir tout en lui suppliant de ne pas me demander une bière et des frites. « On vous demande des frites et des bières ? » Malheureusement oui. « Dans mes jeunes années, quand je portais encore l'uniforme oui, c'est arrivé bien trop souvent » Voilà qu'il se mettait à rire. En même temps oui, je le comprenais et je souriais. « Si vous voulez tout savoir, pour mon premier jour, on m'a même proposé du sexe en échange d'une libération » A l'époque j'étais jeune et sans expérience et j'avais regardé le gars sans trop comprendre avant de lui balancer un verre d'eau à la figure pour lui remettre les idées en place. Par moment, c'était vraiment nulle d'être une femme. « J'espère au moins que quand vous les laisser partir, ils ne sont pas en état d'ébriété sur la route. » Pourtant ça serait tenter pour donner encore plus d'argent à l'état. « Non, on préfère garder les bières pour nous » En fin de journée, une bière ça pouvait toujours faire du bien. « Un café avec un morceau de sucre, s'il-vous-plait. » « Je vous apporte ça de suite »

En sortant de la salle de repos, je croisais le sergent. Mon sourire le plus ironique et je repartais avec mes deux tasses. « Merci. » Je lui répondais en souriant. C'était quand même la moindre des choses. Je m'installais en face de lui et lui demandais de me raconter son histoire. Enfin surtout celle du genou. « C'était y'a six ans. » Il allait me raconter l'histoire de l'Europe de l'ouest comme Joey dans Friends ? Ca pourrait être drôle. « J'étais énervé à cause d'une broutille, j'ai pris la route et j'ai eu un accident de moto. Je suis resté plusieurs jours dans le coma et les médecins ont fait de leur mieux pour rafistoler mon genou. » Ah ouais quand même. Le gars ne faisait pas les choses à moitié quand même. « Je suis navrée pour vous » J'avais envie de lui demander si par temps humide c'était plus douloureux, mais j'avais peur de me montrer trop indiscrète. « J'ai un papier, normalement, avec une radio, pour montrer que je sonne à cause des vis et des plaques mais j'ai complètement oublié de le prendre. » C'était le pourquoi du comment de sa présence ici. « Les gens deviennent de plus en plus paranoïaque avec ce qui se passe dans le monde et ils ne savent plus faire la différence avec les vraies urgences » Combien de fois, on devait envoyer des patrouilleurs chez des particuliers parce qu'ils entendaient des bruits bizarres et qu'il y avait une bombe chez eux.
Enfin ça c'était la première partie du problème, le suivant c'était le fameux tee-shirt. Je ne voulais pas me montrer grossière, mais le sien me semblait un peu trop usé pour être neuf. « On m'a répondu que c'était à la mode, les vieux t-shirt. Mais oui, il est vieux. J'ai juste dû oublier de couper l'étiquette ...  » Bien sur, bien sur. « Décidément, je ne comprendrais jamais rien à la mode. » C'était un aveux qui ne servait à rien, mais c'était la vérité. Puis après c'était une question de logique. Le gars ne c'était quand même pas promené à moitié à poil pour piquer un tee-shirt. Ou alors il avait jeté le sien dans le rayon, mais ça serait tiré par les cheveux quand même. « Vous êtes quand même bien plus sympa et bien plus charismatique que vos amis ! Au moins, vous me prenez pas pour un méchant ! » Alors ça c'était gentil. On faisait pas assez de compliments à nous les flics. « Je vous remercie. Et je vous rassure, vous avez pas une tête de psychopathe. » Loin de là même. Je ne dirais pas qu'on pourrait lui donner le bon dieu sans confession, mais quand même. « De toute façon, je pense que la marque de ce haut n'est pas vendu dans le magasin où j'étais ! » « Je vous crois, ne vous inquiétez pas » « Vous voulez que je l'enlève pour que vous vérifier ? » Alors oui, mais non. Ca pourrait être très mal interprété. « Non, je vous assure que ça ira » Ma phrase n'avait eu aucun effet sur lui et en voulant me lever pour l'en empêcher, Sarah la gaffe avait fait son retour et je m'étais emmêler les pieds dans la table et je tombais de tout mon long et évidemment en voulant me relever, je me cognais. « Putain de bordel de couilles à pute » En me relevant je me retrouvais nez à nez avec les abdos de Brent. Okay ce gars était vraiment bien foutue. « Je suis désolé, je ne suis pas aussi vulgaire d'habitude » Si en fait je l'étais, mais seulement quand il n'y avait personne. Demain j'allais sûrement avoir une belle bosse. Cela n'empêcher absolument pas Brent Hamilton de rester torse nu, bien décidé à lire l'étiquette de son tee-shirt. « Abre .. » « Abrecrombie ? » Il essayait de communiquer avec moi ? « Bref, tenez, j'arrive pas à lire à voix-haute ! » Le gars était tellement à l'aise, que ça le dérangeait pas de s'asseoir et continuer à boire son café « C'est Abercrombie, vous y étiez presque » Juste des lettres inversées, ça allait. « Maintenant, vous voulez bien remettre votre tee-shirt s'il vous plait ? Si un supérieur se pointe, je risque d'avoir des problèmes » Et lui aussi par la même occasion. C'était enfin chose faite et je me sentais quand même mieux de ne plus avoir une vue plongeante sur ses abdos. « Vous pensez que je vais pouvoir y aller maintenant ? Mais si vraiment vous voulez, on peut téléphoner à ma sœur, elle garde tous les tickets de caisse, elle doit avoir celui de ce haut ! » Si ça ne tenait qu'à moi oui, il partirait tout de suite. Mais si je voulais finir mon dossier et partir il me fallait absolument une copie de son attestation de vis et plaque dans le genou. C'était la pièce manquante, mais on pouvait toujours s'arranger. « Je veux bien vous laissez partir, mais à une seule condition » Et si elle n'était pas remplie, il faudrait encore trouver une autre solution. « Il faut téléphoner à votre soeur » Je voyais sa grimace, c'était drôle. « Elle n'aura pas besoin de se déplacer. Juste de me confirmer votre histoire et après je vous laisse partir en vous faisant promettre de revenir demain avec vos papiers » C'était plutôt un bon compromis non ?



lumos maxima

_________________
Talking to the moon.
J’ai entendu dire que quand on est perdu le mieux à faire c’est de rester où on est et d’attendre qu’on vienne vous chercher, mais personne ne pensera à venir me chercher ici.@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞


›› It's my life
›› more about me

Re: every little thing she does ✻ Sarah ✻ ( Aujourd'hui à 5:23 )

Revenir en haut Aller en bas

every little thing she does ✻ Sarah

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Police & Firefighter department cap harbor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération