(noah) alcohol and patheticity.

 :: postcard for far away :: Sometimes they back
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2017
›› Commérages : 70
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : alina cutiepie Kovalenko ♥
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum), lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

(noah) alcohol and patheticity. ✻ ( Mar 28 Mar - 21:58 )


✻ ✻ ✻
alcohol and patheticity.
,
.


L'alcool qui prend le dessus, Solveig elle soupire accoudée au bar. Qu'est ce qu'elle fait dans cette ville ? Est-ce qu'au moins, Andrew ne s'est pas trompé, est-ce qu'au moins, Dean habite ici ? Elle n'en sait rien, n'a même pas prit le temps de le chercher pour le moment, elle a juste eu le temps de poser ses cartons, commencer à rechercher une maison, une villa, parce qu'elle ne veut pas rester dans cet appartement. C'est petit, elle a l'impression d'être dans une boîte à chaussures. De ne pas être à sa place, elle a besoin d'espace, d'une pièce pour pouvoir peindre les toiles vierges avec plein de couleur, elle a envie de se remettre à la peinture. Les plaques de la cuisinière ne chauffe pas vraiment, elle n'a même pas de four. Elle ne peut pas faire la cuisine, pas faire de pâtisseries, elle est tellement triste. Elle a le cœur triste, le cœur qui se morcelle un peu dans sa poitrine. Elle aimerait faire demi-tour, retourner à Cambridge et rester dans ce grand appartement qu'elle aimait tant, rempli de souvenirs avec Dean, mais au moins, elle pouvait vivre confortablement. Demain, elle enchaîne les rendez-vous pour devenir directrice des lignes éditoriales d'un journal et elle stresse. Elle n'a pas envie, elle déteste les entretiens. Elle a toujours détester ce qui était oraux, entretiens et tout le toutim, alors reprendre une nouvelle vie dans une nouvelle ville, c'était la pire des choses pour elle. Elle se regarde dans le miroir, passe ses mains sur son visage avant de se dire qu'il faut qu'elle sorte. Elle enfile son manteau, ses chaussures et elle claque la porte, salue son voisin qui lui fait un sourire et elle s'enfuit de cette pièce qui est son purgatoire. Elle rentre dans un bar, salue la barmaid et s'installe en face du comptoir, en commandant une bûche de shots de vodka, elle a u moins besoin de cela pour pouvoir oublier. Elle les enchaîne et elle commande un mojito, un homme le lui offre et elle penche doucement la tête en avant. « Merci. » Elle déglutit quand il se rapproche d'elle. Non, elle n'est pas en état. Elle se lève alors, titube un peu. « Je … Je dois y aller. » Et l'homme se rapproche d'elle « Mais votre mojito ? » Elle lui tend. « Je n'en veux plus. Merci. » Et quand elle sort dans la nuit noire, elle rajuste son manteau Tu vois dans quel état j'me met Dean ? Tu vois quel effet tu fais sur moi ? J'ai le cœur qui saigne, j'ai le cœur qui me fait mal rien qu'à penser à toi.  Elle a envie d'hurler dans la nuit, crier sa peine, tout ce qui lui fait du mal. Elle voudrait hurler. Hurler à en perdre sa voix. Mais en attendant, elle avance dans la rue et quand elle arrive devant l'immeuble, elle fronce les sourcils. Attrape ses clés de maison et elle ne sait pas ce qui lui prend, elle glisse ses clés avec tout ses porte-clés dans la fente de la boîte aux lettres la pire des phrases à écrire avant de se rendre compte que ça passe et qu'elle n'a pas ses clés de boîte, ils sont dans son appartement. Quand elle met sa main dans le petit endroit pour pouvoir récupèrer ses clés, sa main ne passe pas. Elle explose alors de rire avant de paniquer parce qu'elle n'arrive pas à retirer sa patoune. Bon. Quand elle voit le nom sur la boîte, elle se rend compte que ce n'est pas le sien. Elle s'est trompée de boîte. Bon sang. Elle ne peut s'empêcher de rire et elle tente de se calmer en voyant quelqu'un qui arrive. Elle prend un air mi-sérieux, mi-amusé. « Ex... Excusez mooooooi ! J'ai un problème, j'ai... j'ai coincé mes clés dans une boîte qui n'est pas la mienne et … ma main est coincé. » Elle se met à rire avant de sentir ses joues qui s'empourprent. « Vous n'avez pas une radio chez vous ? Histoire de récupèrer mes... » Puis elle soupire « Ce n'est même pas ma boîte. Je suis pathétique. Je suis bourrée et pathétique. Je vais dormir ici je pense. Je suis un boulet. Excusez moi. Par*hip*don. Bonne soirée. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/06/2016
›› Commérages : 80
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : ian somerhalder
›› Schizophrénie : Charlie la petite blonde énergique et Ava l'irlandaise qui adore les leprechauns
›› more about me

Re: (noah) alcohol and patheticity. ✻ ( Mer 29 Mar - 18:41 )



alcohol and patheticity.
Solveig & Noah



La Californie était loin derrière lui, les vignes aussi et si le français une certaine nostalgie à vivre loin de ce qui l’avait toujours connu. Au fond de lui, il savait qu’il venait de faire bon le choix, encore depuis sa rencontre avec une jolie blonde. Pour le moment, il ne connaissait pas son prénom, si ce n’est son nom de famille Smith. C’est comme ça qu’il l’a appelé en tout cas, il sait se tenir lors d’un entretien d’embauche. Il finira surement par apprendre son nom, vu qu’elle n’a pas mis longtemps avant de lui dire qu’il était pris. Autant dire que cette annonce l’avait ravi et ce n’était pas uniquement parce qu’il venait de trouver du travail. Les références de Noah étaient bonnes très bonnes. Du travail, il pouvait en trouver assez facilement, mais une si jolie patronne, ça par contre, ça risquait d’être un brin plus compliqué. Voilà pourquoi, il avait décidé de poser ses valises à Cap Harbor. Il aimait bien le coin en plus, c’était tranquille et il préférait ça à l’effervescence des grandes villes. Après tout, il avait grandi en pleine campagne, entourée d’hectares et d’hectares de vignes, ses premiers voisins se trouvaient à plus de 2 kilomètres, de quoi vous faire apprécier les grands espaces. Alors évidemment, le français n’était pas un fan des mégalopoles, il ne s’y sentait pas à l’aise. Sans oublier qu’un environnement paisible l’aider à écrire. Il avait un roman a écrire et pour ça, il avait besoin d’être bien. C’était d’ailleurs pour ça, que Noah sortait régulièrement courir. En cette fin de soirée où l’était touchait à sa fin, il avait attendu la fin de soirée pour partir faire son petit footing d’une trentaine de minutes durant lesquelles il parcourait environ 6 kilomètres. Il ne faisait pas encore froid, mais on sentait le changement de saison arriver. Le temps était, en tout cas, beaucoup plus vivable qu’en Californie. Au moins quand il respirait, il avait vraiment l’impression que cela servait à quelques choses. Près de Los Angeles respirait demander des efforts en été, tant l’air pouvait être chaud. Ici, le climat était plus clément, mais il regrettait quand même sa tendre région bordelaise, surtout la côte atlantique et ses soirées passaient au bord de la plage avec son frère et sa sœur. Ravalant ses pensées, le brun continua son avancé, un jour ou l’autre, il allait vraiment devoir s’acheter un chien, mais pour le moment, il ne pouvait pas vraiment se le permettre, il ne savait pas encore s’il allait rester et il ne se voyait pas faire supporter à un animal des changements de lieu répétitifs. Enfin bref, tout vient a point, il faut juste savoir patienter.

Le temps s’était rafraîchi, mais il faisait encore assez chaud pour que Noah sente la sueur collait son tee-shit à son dos. Il arrivait en vue de son appartement et commença à ralentir l’allure pour se mettre à marcher d’un pas vif. Il dé-bouchonna sa bouteille et but quelques gorgées d’eau avant de porter son regard sur une jeune femme qui se trouvait devant les boites aux lettres. Il l’avait déjà vu une ou deux fois dans le quartier, sans vraiment savoir où elle habitait. En tout cas, la demoiselle se trouvait la main dans sa boite aux lettres, ce qui était assez louche. Enlevant ses écouteurs qu'il laissa pendre autour de son cou, Noah porta la main sur son téléphone et coupa la musique tout en s’approchant de la jeune femme. « Vous cherchez quelque chose ? » lui demanda-t’il alors qu’elle se retournait pour lui faire face. Avec ses yeux exorbités et son odeur d’alcool, il comprit tout de suite qu’elle était tout sauf sobre.

« Ex... Excusez mooooooi ! J'ai un problème, j'ai... j'ai coincé mes clés dans une boîte qui n'est pas la mienne et … ma main est coincé. » Ah oui d’accord, il posa son regard sur la main de la jeune femme visiblement prise au piège de sa boite aux lettres. Il dut prendre sur lui pour ne pas éclater de rire, mais la scène valait le détour. « Elle est cannibale. » Laissa t’il échapper tout en s’approchant d’elle. « Vous mettez souvent vos mains dans des boites aux lettres ? » Une passion peut-être ? Mais vu qu’elle semblait avoir perdu ses clés, ça voulait sûrement dire non. Farfouillant dans sa poche, il en sortit son propre trousseau de clés. L’une d’entre elle, ouvrait la boite aux lettres. « Ce n'est même pas ma boîte. Je suis pathétique. Je suis bourrée et pathétique. Je vais dormir ici, je pense. Je suis un boulet. Excusez moi. Par*hip*don. Bonne soirée. » Il haussa les épaules. « Pathétique peut-être pas, bourrée par contre, c'est fort possible. » Dit-il avec un sourire en coin avant de s’approcher de la boite aux lettres. « Vous avez de la chance, je suis le propriétaire de cette boite aux lettres qui semblent adorer les mains. » Elle en était peut-être fétichiste. En tout cas le brun l’ouvrit et appuya légèrement sur la main de la demoiselle pour lui rendre sa main qui après quelques secondes fut libérer de son entrave. « Tenez. » Il déposa les clés dans sa main et referma sa boite aux lettres. « Vous habitez loin ? » Oui, parce que vu son état, il ne voyait pas comment elle pouvait rentrer chez elle sans qui lui arrive un autre souci ? Elle avait de chance, Noah aimait jouer les chevaliers servants, il n’avait rien de mieux à faire pour la fin de cette soirée.[/quote]

_________________
You can't blame gravity for falling in love.
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times. It settles for less than perfection and makes allowances for human weaknesses. .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2017
›› Commérages : 70
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : alina cutiepie Kovalenko ♥
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum), lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: (noah) alcohol and patheticity. ✻ ( Dim 7 Mai - 22:40 )

[quote="Solveig Blackbird"]

✻ ✻ ✻
alcohol and patheticity.
,
.


C'est le mal qui rôde, le mal qui ronge, elle n'aime pas être ici, cette ville ne lui convient certainement pas. Peut-être qu'elle devrait faire le chemin inverse ? Partir simplement et ne plus penser qu'elle pourrait retrouver Dean aussi facilement que cela lui paraissait il y a de cela quelques jours. Elle n'est pas patiente, mais à quoi pensait-elle ? Qu'elle allait le retrouver comme ça ? En un claquement de doigts ? Qu'il reviendrait simplement ? Rien n'est simple, elle devrait le savoir la rousse, que rien ne se passe jamais comme elle le désire et qu'il ne reviendrait peut-être certainement jamais. Mais la contradiction prenant place dans son esprit, elle aime cette ville autat qu'elle la déteste, elle aime les gens, les personnes qu'elle peut croiser et qui lui sourient le matin quand elle a juste envie de pleurer, elle aime se balader le long de la plage. Mais elle n'aime pas être seule, elle est un esprit de contradiction à elle toute seule et ça l'agace au plus haut point d'être comme ça. Elle n'avait jamais été aussi faible, jamais été aussi désespérée après une de ses séparations, même s'il n'y en avait pas eu énormément. Elle n'en pouvait plus d'être de la sorte et c'était certainement pour cela qu'elle était sortie ce soir, toute seule, c'est très bien de sortir toute seule. Même si personne ne serait là pour l'aider à compter ses mojitos, lui dire que c'était pas sérieux, qu'il ne fallait pas. Elle noyait son chagrin dans l'alcool et elle détestait toujours autant les gueules de bois qui étaient drôlement à répétition en ce moment. Elle ferait bien de se faire une carte de fidélité chez Doliprane et Ibuprofène pour contrer tout ces maux de tête, mais elle se dit que si jamais un jour elle se lasse de se réveiller avec la tête qui semble avoir un marteau piqueur, il ne vaudrait mieux pas.

C'est donc pour cela, qu'elle se retrouvait là, la peine non estompée, le coeur toujours aussi lourd à réfléchir philosophiquement si sa main pouvait passer dans la fente d'une boîte aux lettres. Elle n'en savait que trop rien avant ce soir et cette question ne lui avait pas franchement traversé l'esprit. Qui aurait une question de la sorte de toutes façons ? Quelqu'un de saoul, certainement, mais quelqu'un de sobre ? Jamais. Elle n'y avait jamais pensé et vu son état d'alcoolémie dans le sang, on peut confirmer que les personnes saoules, ont vraiment des questions cons qui leur viennent en tête. « Vous cherchez quelque chose ? » Elle aurait pu sursauter mais elle avait encore un minimum de jugeote pour se dire qu'il ne fallait pas qu'elle le fasse parce qu'elle risquait de se faire très mal. Elle ne voulait pas souffrir elle est pas venue la pour souffrir okay ? « ma dignité peut-être ? » qu'elle murmure avant de devenir un peu plus expressive en expliquant sa situation à l'homme qui semble revenir d'une course. « Elle est cannibale. Vous mettez souvent vos mains dans des boites aux lettres ? » La rousse explose alors de rire avant de vouloir se cacher sa bouche des mains sans pouvoir le faire, évidemment. Elle hausse alors les épaules en soupirant « Non, je sais pas, question stupide qui vient de me parvenir dans la tête et je déteste rester sur des questions sans réponses. » qu'elle finit par répondre en fermant les yeux un instant pour faire en sorte que la terre arrête de tourner si vite. « Pathétique peut-être pas, bourrée par contre, c'est fort possible. Vous avez de la chance, je suis le propriétaire de cette boite aux lettres qui semblent adorer les mains. » Quand il s'approche d'elle, elle a un petit mouvement de recul, elle ne veut pas qu'un homme s'approche, elle est un peu paranoïaque sur les bords, et elle n'a même pas son spray au poivre avec elle, alors à part un coup de genoux mal placés elle ne sait pas ce qu'elle peut faire. Mais ses yeux se mettent à briller quand elle se rend compte de ce qu'il vient de lui dire « Amen, je suis sauvée ! » qu'elle s'exclame avant de se mettre à rire. Au moins, elle n'aura pas à dormir ici et se faire réveiller par la petite voisine qui s'inquiéterait (ou pas) pour elle. Elle se frottait le poignet quand elle le récupérait « Tenez. Vous habitez loin ? » Est-ce qu'elle devait lui dire où elle habitait ? Est-ce qu'elle avait confiance en cet homme qu'elle ne connaissait pas ? « Ma conscience ne veut pas que je te dise ou j'habite mais je combats la petite voix de ma tête ! J'habite au cinquième étage, avec mon chat Peluche. Je t'offre un verre ? » L'information inutile du soir, bonsoir. Elle ouvrait alors la porte et attendait qu'il s'engouffre avant d'appuyer sur le bouton d'appel de l'ascenseur en se tenant contre la paroi, fixant le type avec un petit sourire « OH ! Question à 1000 points ! Est-ce que tu sais comment on met un préservatif masculin ? » Le malaise, bonjour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/06/2016
›› Commérages : 80
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : ian somerhalder
›› Schizophrénie : Charlie la petite blonde énergique et Ava l'irlandaise qui adore les leprechauns
›› more about me

Re: (noah) alcohol and patheticity. ✻ ( Sam 20 Mai - 18:45 )



alcohol and patheticity.
Solveig & Noah



Elle était toute jolie cette demoiselle, bien qu’un tout petit peu bourrée. Bon d’accord, elle était bien bourrée. Noah connaissait ça, enfin, il lui était déjà arrivé de se retrouver dans un tel état, mais le plus souvent, il finissait allongé dans un lit et pas la main coincée dans une boite aux lettres. Désormais, âgé d’une trentaine d’années, il était devenu un peu plus responsable et surtout moins apte à supporter les lendemains de cuite, il avait donc mis un petit frein aux soirées arrosées, pour tenter de devenir plus mature. Il y arrivait assez bien, même si ça ne l’empêchait pas de finir bourrer par ci par là. Quoique là, ça faisait quelques temps que ça ne lui était pas arrivé et rien de vraiment étonnant, vu qu’il n’était plus en France. Il n’avait plus ses amis, ni son frère. Tout le monde était marié, à part lui, le vilain petit canard du groupe. Bon d’un côté vu les mariages que certains avaient contractés, il préférait être seul, qu’avec une dépressive ou une fille qui lui prendrait la tête dans moins de 2 ans. Enfin, bref, tout ça pour dire, qu’il pouvait d’une certaine manière comprendre l’état de la jeune femme. Bien qu’il ne trouve cela pas très séduisant de la part d’une femme. Mais bon, il allait arrêter là, il ne voulait pas se faire traiter de sexiste. En tout cas, il n’allait pas rentrer chez lui et laissait la jeune fille avec la main dans sa boite aux lettres. Pas qu’il lui en tienne vraiment rigueur, disons qu’il s’agit plus de question d’honneur. On ne laisse pas une fille dans cette situation, un point c’est tout.

« ma dignité peut-être ? » Au moins, elle arrive encore à remarquer que la situation n’est pas à son avantage. Lui, se contente de lui sourire, avant de hausser les épaules. « Je ne crois pas qu’elle se trouve à l’intérieur. » dit-il tout un indiquant la fameuse boite aux lettres qui retenaient désormais la main de la jeune femme. « Non, je sais pas, question stupide qui vient de me parvenir dans la tête et je déteste rester sur des questions sans réponses. » Il voudrait bien savoir à quoi elle pense pour le coup. « Et c’est quoi cette question stupide, j’ai toujours aimé les Quizz. » Peut-être parce qu’il avait toujours été éduqué avec pleins d’autres enfants et qu’ils trouvaient toujours des moyens de s’amuser, perdus en plein milieu de vignes. Faire des Quizz ou des blindtests faisaient donc partie de ses activités régulières. En tout cas, quand il était gamin.

« Je vais pas vous manger. » Il n’était pas cannibale, ni serial killer et il n’abusait jamais des demoiselles en détresse. Mais bon, vu ce qu’on entendait dès qu’on allumait la télé, on pouvait facilement comprendre l’inquiétude de la jeune femme. Elle ne le connaissait pas, donc elle se méfiait, réaction logique et sûrement indispensable pour survivre dans ce monde. « Ma conscience ne veut pas que je te dise ou j'habite mais je combats la petite voix de ma tête ! J'habite au cinquième étage, avec mon chat Peluche. Je t'offre un verre ? » Il la regarde d’un air amusé, avant de se mettre à rire. « Peut-être que tu devrais écouter ta conscience. » Même si pour le coup, la demoiselle ne risquait vraiment rien en compagnie de Noah. Ce n’était pas lui qui lui sauterait dessus. Non, lui, c’était un séducteur et vu qu’il venait d’arriver en ville, il allait se tenir à distance de ce genre de jeu pendant quelques temps. Juste histoire qu’il se sorte de la tête, la jolie blonde qui l’avait embauché quelques semaines plus tôt. « J’ai un chat aussi, Copernic » Et lui aussi, c’était une grosse peluche. « Un verre peut-être, mais je ne suis pas contre un café. » Il referme rapidement sa boite aux lettres et fourre ses clés dans la poche de son jogging. Elle semble encore assez nette pour réussir à l’amener jusqu’à l’ascenseur. « OH ! Question à 1000 points ! Est-ce que tu sais comment on met un préservatif masculin ? » Heu… il reste interloqué pendant quelques longues secondes… « Je suis même un expert. » Oui, parce qu’il en avait enfilé une centaine. « Mais je ne te montrerai pas ça ce soir ! » Nope, il allait être sage, se contenter de boire son café et s’assurer que la jeune femme soit en sécurité. Un sourire taquin se dessina sur ses lèvres. « Et toi ? » Était-elle une experte en la matière ? Nan parce qu’il ne voulait pas se faire agresser, c’était un garçon pur…Enfin… presque !


_________________
You can't blame gravity for falling in love.
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times. It settles for less than perfection and makes allowances for human weaknesses. .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2017
›› Commérages : 70
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : alina cutiepie Kovalenko ♥
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum), lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: (noah) alcohol and patheticity. ✻ ( Sam 27 Mai - 11:50 )


✻ ✻ ✻
alcohol and patheticity.
,
.


La dernière fois -à son souvenir- qu'elle avait bu autant et avait fini dans un état aussi lamentable, c'était le premier soir où Dean était parti. Quand il avait décidé de quitter le navire après une violente dispute et qu'elle lui avait dit que tout était fini, mais elle ne le pensait pas, elle n'avait pas voulu dire cela sauf que c'était sorti tout seul. Et elle s'en était mordu les doigts les quelques jours qui avaient suivis jusqu'à vouloir s'excuser, mais il était parti. Il avait fuit simplement. Et elle, elle était restée là, à vouloir ramasser les morceaux de son cœur brisé et elle avait épongé sa souffrance dans l'alcool, ce qui n'est pas très très intelligent tout de même. Elle avait fini tellement mal qu'elle s'était échouée chez Echo, sa meilleure amie, la seule qui avait tenté de comprendre les choses, qui avait tenté de la conseiller pour le pire comme pour le meilleur. Echo qui avait supporté ses cauchemars, ses doutes et ses questionnements sans jamais rien dire, sans jamais se plaindre. Mais Echo n'était plus là, elle était parti à Paris elle, elle avait fui les Etats-Unis parce qu'elle avait ses propres problèmes. Et Solveig ne pouvait pas lui en vouloir. « Je ne crois pas qu’elle se trouve à l’intérieur. » Elle aurait bien voulu retrouver sa dignité sur le moment, parce qu'elle se trouvait complètement conne de boire de la sorte parce qu'elle se sentait seule. Ce n'était pas dans son habitude mais elle se demandait bien si elle ferait pas mieux de repartir simplement au lieu de se mettre minable de la sorte, mais deux êtres qui s'aiment finissent toujours par se retrouver, c'est ce qu'on dit non ? Alors la petite voix dans sa tête lui avait dit de rester ici et que ça irait mieux un jour. « J'ai cru pendant un moment. Désolée. » qu'elle prononce en baissant la tête. Elle se sentait totalement stupide, vraiment. « Et c’est quoi cette question stupide, j’ai toujours aimé les Quizz. » Elle réfléchissait un instant, saisissant son menton entre deux doigts et arborant une tête assez sérieuse, plus moyen de se souvenir de cette question. Voilà qu'elle va développer Alzheimer en plus de la gueule de bois.  « AH JE ME SOUVIENS ! Est-ce que ma main pouvait passer dans la fente de la boîte aux lettres !!! » Elle a presque hurlé ses mots et elle ferme la bouche avant de se mettre à rire « J'aime trop les quizzs aussi ! C'est trop cool ! » Sauf les quizz un peu stupide genre est-ce que votre mec est fidèle ça, elle préférait ne pas savoir. « Je vais pas vous manger. Peut-être que tu devrais écouter ta conscience. » Elle tente de juger s'il peut être méchant et le passe au scanner Solveigien nouveau mot Et elle finit par sourire « Bon, ça va, ma conscience me dit que tu ne mens pas alors je peux te faire confiance. Et ne me mange pas ! Je suis trop jeune pour mourir ! » Enfin, elle voulait bien mourir si elle ne souffrait pas, elle ne voulait pas mourir torturée, c'était la pire des choses. Elle était assez flipette quand il s'agissait de souffrir alors voilà. Elle voulait mourir paisiblement. Elle parlait alors de son chat Peluche. Mais elle oubliait de mentionner Clyde, son bébé husky. . « J’ai un chat aussi, Copernic » Ohhhh, elle semble attendrie devant le jeune homme, Solveig pourrait ouvrir une SPA si elle avait une grande maison, mais pour le moment, ce n'était pas vraiment d'actualité « Moi c'est un chat siamois ! Enfin c'est une femelle ! Et j'ai un bébé husky aussi ! Clyde. Il est trop beau, je l'aime. » Même si c'était Dean qui lui avait offert, elle l'aimait vraiment ce chien et elle ne voulait pas qu'il grandisse, parce qu'il devenait un peu chiant. « Un verre peut-être, mais je ne suis pas contre un café. » Un café ? A cette heure-ci ? Solveig haussait un sourcil interrogateur « T'es bizarre toi quand même... » Oui parce qu'elle aurait pu lui offrir une bière, ou un verre de whisky ou un verre de vodka mais il réclame un café. Enfin question bizarrerie, Solveig est un peu pareil quand elle se décide de vouloir savoir s'il sait mettre un préservatif. « Je suis même un expert. » Sa bouche fait un O et elle écarquille les yeux « Mais je ne te montrerai pas ça ce soir ! » avant de faire une moue boudeuse puis de se mettre à rire deux secondes après  « J'suis déçue. » qu'elle dit avec un air espiègle sur le visage avant de secouer négativement la tête « Non mais... je rigole hein ! Te fache pas ! » Elle dit des choses qui n'ont ni queue ni tête quand elle est saoule et jamais elle ne pensait qu'elle pourrait l'inviter pour qu'ils passent dans les draps de la rousse. « Et toi ? » Elle se pointe alors du doigt « Moooooooooi ? » Est-ce qu'elle avait une tête à coucher à droite à gauche déjà ? Sûrement. Elle se met à réfléchir « Bien sûr que oui voyons ! Je pourrais te montrer... Ouais non. Chut Solveig. Oui je sais en mettre voyons. » Trop de voyons dans sa phrase. « Oublie je veux pas te montrer ! C'était des bêtises ! Mais oui je sais en mettre un ! » Et tandis qu'ils parlaient, ils venaient d'arriver sur le palier de la rousse, elle ouvrait alors la porte et laissait Clyde faire la fête à son invité « Un café alors ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: (noah) alcohol and patheticity. ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

(noah) alcohol and patheticity.

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Sometimes they back
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération