(clyde) fire meet gasoline

 :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 29/03/2017
›› Commérages : 43
›› Pseudo : HARLEEN.
›› Célébrité : Emma cutie Watson
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), solveig blackbird (kovalenko), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum)
›› more about me

(clyde) fire meet gasoline ✻ ( Sam 22 Avr - 0:01 )

Lola, elle court partout Lola, elle est en retard ce matin, son réveil a décidé de faire grève et ce n'est que quand elle a entendu sa sonnette qu'elle s'est réveillée, c'était Daphné, la petite voisine d'à côté qui s'était inquiétée de ne pas avoir entendu la porte se claquait et elle avait raison Daphné, de s'inquiéter parce que Lola, elle n'est jamais trop en retard, elle est même bien trop en avance tout le temps. Elle jongle alors, boit une gorgée de café pendant qu'elle enfile son pull, croque un bout de tartine pendant qu'elle met son jean. Elle a envie de se baffer d'être en retard, en plus, aujourd'hui, elle doit rendre une ébauche de son travail, le cahier des charges remplis de moitié, alors elle se dit que ce n'est vraiment pas la journée pour être en retard. Elle tâche son jean, tant pis. Elle passe un coup d'éponge dessus, balance cette dernière dans l'évier et attrape son sac, sa veste et ses clés de voiture pour finir par filer jusqu'à l'entreprise. C'est ses derniers mois de stage, elle ne peut pas se permettre de le louper, de louper ne serait-ce qu'un jour, ou même une heure. Etrangement, la circulation est fluide et elle remercie dieu et tout ce qui est possible de remercier pour cela. Quand elle arrive en bas des bureaux, elle attrape ses affaires, manque de tout faire tomber et finit par abandonner son tumbler de café dans la voiture, elle est bien trop énervée comme ça. Quand elle entre dans la partie publicité de l'entreprise, elle salue ses collègues qui sont occupés et elle se sert un café à la machine cette fille est indécise avant de se mettre au boulot. Elle en a déjà marre de cette journée qui est épuisante, autant moralement que physiquement, elle a besoin de vacances, mais en tant que stagiaire, elle ne peut pas demander un RTT à son patron. Alors elle se contente d'abdiquer, compte les jours sur ses doigts qui la mènent à des jours fériés qui tombent bien et soupire quand elle se rend compte qu'il en reste encore bien trop. Et c'est encore pire quand elle se rend compte que son logiciel est en train de planter, qu'elle s'énerve sur son mac, sur son logiciel, sur un peu tout ce qui lui passe devant les yeux. Jusqu'à ce qu'il y est un blackout total. Bon, elle voit ses collègues qui la regardent, certains la fusillent du regard, et elle voit Jules qui vient la voir, un peu énervé « T'es sérieuse Lola ? Tu viens vraiment de faire planter tout les ordinateurs de la boîte ? » Elle écarquille alors les yeux, et se cache timidement derrière ses mains. « Je suis désolée... Je savais pas que je pouvais faire planter tout le réseau. » Et il la regarde de bas en haut « Maintenant tu le sais, j'te laisse aller l'annoncer au grand patron. » Elle cligne des yeux plusieurs fois, elle n'a jamais eu à faire au grand patron. Pas même pour son entretien. Elle pourrait le croiser dans les couloirs, qu'elle ne saurait pas à quoi il ressemble. Ca lui fait juste un pincement au coeur parce qu'elle sait que son nom de famille est similaire à celui de Clyde, mais ça ne reste pas dans sa tête. Quand elle toque au bureau du grand patron, elle sent que ça se compresse un peu dans sa poitrine mais elle entre tout de même quand il lui dit de le faire. « Je suis désolée chef, c'est moi qui a fait planté tout le réseau. » Et elle n'ose même pas relever la tête, elle se sent un peu bête sur le coup et grimace un peu avant de s'assoir en face du bureau et de relever la tête « Mais je me rattraperais ! Je ferais des heures supplémentaires ce soir si vous le désirez !. » C'est étrange cette sensation qui la prend tout de même quand elle ose enfin poser un regard qui dure plus d'une minute sur le jeune homme. Il lui dit quelque chose mais ça doit être son imagination qui lui joue des tours, c'est impossible autrement. Vraiment impossible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 20/04/2017
›› Commérages : 110
›› Pseudo : Getget (Gaëtane)
›› Célébrité : rami malek
›› Schizophrénie : sevan martell, holia millson, ness mathews, andrea reagan
›› more about me

Re: (clyde) fire meet gasoline ✻ ( Lun 24 Avr - 19:35 )

clyla ⊹ Clyde est en facetime avec l’équipe de Sony avec laquelle il rêve de travailler quand soudain l’image se fixe devant lui. Un problème de connexion ? C’est impossible il a l’un des meilleurs réseaux de toute la ville puis soudain le message d’alerte s’affiche lui annonçant que sa connexion a été interrompue. Il a peine le temps de lire le message avant que son ordinateur ne lui affiche plus qu’un vaste écran noir. « Putain c’est quoi ce bordel ! » Clyde, grogne, marmonne, il cherche par tous les moyens à rallumer son ordinateur quand quelqu’un frappe à sa porte. « Quoi ?! » Bonjour l’amabilité, ça donne envie de rentrer. Lorsqu’il pose les yeux sur elle il oublie tout le reste pendant un court instant. « Je suis désolée chef, c'est moi qui a fait planté tout le réseau. » Bien sur il est au courant que Lola travaille pour lui, ou plutôt effectue son stage ici, c’est même lui qui a insisté pour qu’elle soit prise et comme il est le grand patron et bien tout le monde avait obéit aux ordres. Il ne peut pas nier qu’il aime ça, le fait qu’on le respecte, qu’on ne discute pas ses ordres. Il est celui qui décide. Cela lui rappelle certainement l’époque où il combattait dans la rue, la plupart avec du respect pour lui. Non. En fait ce n’était pas du respect, c’était de la peur et Clyde adorait les voir avoir peur. Il est donc au courant que Lola est dans la boîte. Il se plait à l’observer de temps à autre lorsqu’il passe dans les couloirs, mais toujours sans jamais qu’elle ne le voit. Il fait même tout pour l’éviter, jusqu’à se cacher dans un placard à balai lorsqu’elle passe. Si si je vous jure c’est déjà arrivé. C’est idiot car si ça se trouve elle ne le reconnaitrait même pas. Pourtant lui il l’a reconnu. Ses yeux, son sourire, à la seconde où il l’a vu tous ses souvenirs lui sont revenus en tête comme une violente gifle. Un rappel douloureux du passé. « Mais je me rattraperais ! Je ferais des heures supplémentaires ce soir si vous le désirez !. » Lorsqu’elle croise enfin son regard il la fixe. Silencieux. Il ignore complètement si elle savait pour qui elle travaillait avant de rentrer dans ce bureau. La manière dont elle l’appelle patron lui fait penser que non mais alors pourquoi n’a-t-elle aucune réaction en le voyant ? C’est comme si elle ne le connaissait pas. Clyde prend alors la décision de faire comme si c’était le cas et de toute manière ici il est son patron, il n’est pas là pour copiner avec elle. La vérité c’est qu’il ignore complètement comment agir avec elle après toutes ses années alors il décide de rester lui-même ou plutôt celui qu’il est devenu après tout ce temps. Il se rendra certainement compte plus tard que ce n’était pas la décision idéale. « Vous vous rendez compte Mademoiselle Fitzsimmons que j’étais en plein dans une conversation très importante  avec un de nos potentiels futur collaborateurs avant que vous ne foutiez en l’air tout le système informatique » Il n’est ni gentil, ni amical. Il est froid, distant. Il est Clyde le patron, Clyde celui que l’on respecte et il ne se rend pas bien compte de l’aspect glacial qu’il peut avoir. « Premièrement vous arrivez en retard, deuxièmement vous mettez en panne tout le réseau » Il la fixe, droit dans les yeux sans décrocher de son visage une seule seconde. « Vous savez que si vous souhaitez travailler chez nous à la suite de votre stage il va vous falloir être plus ponctuelle que ça et il va également falloir que vous sachiez vous servir d’un ordinateur bon sang » Il ne parle plus à Lola la fille dont il est tombé amoureux il y a environ 15 ans, il parle à une employée sans se rendre compte de la méchanceté de ses propos. Il regrette déjà la façon dont il lui a parlé mais la vérité c’est qu’il ignore comment lui parler. Cette distance qu’il a installé à son entrée dans le bureau c’est son moyen de défense, son moyen de stopper toutes ses émotions. De barrer le chemin à n’importe quel sentiment stupide qu’il a pu ressentir à l’époque. Il ne sait que trop bien ce que ces émotions nous font, elles nous rendent heureux, l’espace d’un moment et puis tout fini par voler en éclat. Un jour ou l’autre, d’un instant à l’autre tout est fini, écrasé, piétiné, réduit en miette. S’il la traite comme une employée alors elle n’est plus cette fille dont il est tombé fou amoureux. Elle n’est plus cette fille qu’il a quitté car il avait trop peur qu’elle découvre ce qu’il était devenu. Cette fille qu’il a quitté car c’était devenu trop douloureux, car il était désormais seulement capable de ressentir la douleur physique.

_________________
I LOOSE MYSELF

≈ J'avais tout, sauf l'essentiel. La vérité, c'est que je m'ennuyais dans la vie. Il me manquait quelqu'un avec qui partager ce succès. Une âme sœur, une complice, une partenaire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 29/03/2017
›› Commérages : 43
›› Pseudo : HARLEEN.
›› Célébrité : Emma cutie Watson
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), solveig blackbird (kovalenko), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum)
›› more about me

Re: (clyde) fire meet gasoline ✻ ( Mar 25 Avr - 21:59 )


✻ ✻ ✻
I'm not down again, I turned the page the story's mine no more watching the world from my doorstep passin' me by. And I'll just keep changin' these colors, colors, colors, colors. I'm not in the same place that I was, I was, I was, I was


Lola, elle ne sent vraiment pas cette semaine, déjà lundi, son pneu a crevé, le mardi, elle oublie ses clés et aujourd'hui, aujourd'hui, elle est arrivée en retard. Et elle enchaîne les boulettes. Elle n'a pas brisé de miroirs pourtant, alors pourquoi est-ce qu'elle a la poisse ? Elle s'est peut-être simplement lever du pied gauche. Ca doit être simplement ça. Mais elle s'en veut d'avoir la poisse comme ça, parce que ça arrive jusqu'au boulot. Et elle aime son boulot et se dit que ça lui fait de l'expérience pour le jour où elle ouvrira sa propre boîte de publicité, mais elle n'a pas encore le diplôme adéquate. Mais elle espère pouvoir l'obtenir. Enfin, quand elle fait planter l'ordinateur et donc tout le réseau de la boîte, elle doute un peu d'elle, quand elle foule le long couloir pour arriver jusqu'au patron qu'elle n'a jamais vu et dont elle ignore le visage, elle doute encore plus. Mais, ses doutes s'effacent parce qu'elle n'est pas comme ça, elle n'est pas du genre à douter autant. Ce n'est pas elle. Elle assume et ne doute plus. Même quand le patron lui hurle presque dessus quand elle entre dans la pièce, elle ne doute pas. Elle n'ose pas le regarder, n'ose pas poser un regard sur lui, de peur de voir de la haine dans ses yeux. Elle n'aime pas voir la haine dans le regard des gens, elle qui fait tout pour que le monde soit beau, pour que le monde sourit. Elle aime sourire Lola, et personne ne lui retirera son sourire la poésie. Mais quand elle daigne enfin le faire, elle a ce petit pincement au coeur qui lui est familier. Mais ce n'est que le fruit de son imagination, elle en est persuadée. « Vous vous rendez compte Mademoiselle Fitzsimmons que j’étais en plein dans une conversation très importante avec un de nos potentiels futur collaborateurs avant que vous ne foutiez en l’air tout le système informatique » Elle déglutit un peu avant de répondre d'une voix presque assurée « Je n'ai pas vraiment compris ce que j'avais fait en vérité. Enfin je veux dire, j'ai toujours utilisé le logiciel de cette façon et il a miraculeusement planté. Je ne sais vraiment pas ce qu'il s'est passé. » Et elle soupire un peu avant de s'asseoir dans le siège en face de son patron. Son regard fuyant un peu pour ne pas le détailler et ne pas passer pour une tarée. « Premièrement vous arrivez en retard, deuxièmement vous mettez en panne tout le réseau Vous savez que si vous souhaitez travailler chez nous à la suite de votre stage il va vous falloir être plus ponctuelle que ça et il va également falloir que vous sachiez vous servir d’un ordinateur bon sang » Elle se sent obligée de soutenir son regard. Mais elle sait que c'est une très mauvaise idée, mais elle est têtue Lola, et elle déteste qu'on lui parle de la sorte. Elle déteste qu'on la traite comme une moins que rien. Elle et son caractère de cochon. « Mais je sais me servir d'un ordinateur ! Sinon, je ne serais pas en dernière année d'études. Sinon, je n'aurais pas été acceptée dans ce domaine. Et désolée pour mon retard mais si vous chipotez pour trois minutes... J'espère pour vous que demain je ne vous vois pas arriver avec quatre minutes de retard. » Puis elle lève les yeux au ciel avant de détourner le regard. Est-ce que c'est lui ? Est-ce qu'il oserait lui parler de la sorte ? Elle n'espère pas. Elle aimerait sortir de ce bureau mais elle ne partira pas sans savoir. « Je peux vous poser une question ? » Oh puis même s'il ne lui donne pas l'autorisation, elle la prend quand même « Vous êtes de la famille de Clyde ? Rashmi ? Enfin c'est peut-être indiscret mais ... vous me faites penser à lui. Mais je rêve peut-être. Et si ce n'est pas le cas, vous risquez de me prendre pour une grosse folle. Mais tant pis. » Et au fond d'elle, elle espérait que ce soit lui, pour ne pas passer pour une folle. Parce que ce pincement au coeur, ce n'est pas rien, ce n'est pas une sensation anodine. Elle n'est pas là pour rien, et Lola, elle en est persuadée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 20/04/2017
›› Commérages : 110
›› Pseudo : Getget (Gaëtane)
›› Célébrité : rami malek
›› Schizophrénie : sevan martell, holia millson, ness mathews, andrea reagan
›› more about me

Re: (clyde) fire meet gasoline ✻ ( Jeu 27 Avr - 14:55 )

clyla ⊹ Tous les êtres humains utilisent des mécanismes de défenses, on ne peut pas dire qu’ils sont bons ou mauvais ils sont simplement nécessaires. Chaque personne à le sien, sans vraiment le savoir, sans vraiment s’en rendre compte elle va alors réduire ou annuler les effets désagréables des dangers réels ou imaginaires. Elle va permettre à la personne l’utilisant de réduire son angoisse, de se protéger de ce qu’elle pense être mauvais pour elle. Certaine personne vont utiliser l’humour pour se protéger, d’autres encore vont demander de l’aide, du soutien. Pour Clyde c’est un tout autre mécanisme. Pour lui les émotions, bonne comme mauvaise sont synonymes de souffrance. L’amour est synonyme de souffrance. Pour s’éloigner au maximum de tout cela il se refuse à exprimer la moindre émotion -mais tu n’est pas un vampire Clyde tu peux pas couper tes émotions- En fait non il se refuse à ressentir certaines émotions. Il se refuse à aimer. En voyant Lola devant lui aujourd’hui son cerveau se mit à bouillir, toutes les capsules de souvenirs qu’il a pu enfouir dans sa tête lui revinrent en mémoire une à une. La méchanceté est le seul moyen qu’il trouva pour permettre de stopper leur progression. « Je n'ai pas vraiment compris ce que j'avais fait en vérité. Enfin je veux dire, j'ai toujours utilisé le logiciel de cette façon et il a miraculeusement planté. Je ne sais vraiment pas ce qu'il s'est passé. » Le brun fronce les sourcils et l’observe pendant qu’elle s’installe sur le fauteuil face à lui. Ayant baissé la garde un nouveau souvenir réussit à passer la barrière. La lettre, la dernière lettre qu’il lui a écrite. Elle lui revient en tête, mot pour mot. Alors il reprend la parole, la dévalorisant, mettant en doute ses compétences. Jamais il n’aurait osé lui parler ainsi autrefois. Jamais. Et il aurait certainement réglé leur compte à toutes les personnes essayant de lui parler ainsi. Mais il n’était plus son chevalier et elle était maintenant seule face à lui. Pourtant il semble qu’elle sache se défendre toute seule aujourd’hui. Elle n’est plus ta Lola pense t-il un court instant. Et ce n'est plus une adolescente non plus. Elle ne baisse pas les yeux et lui fait face. Sans crainte. Sa le fait presque sourire.  « Mais je sais me servir d'un ordinateur ! Sinon, je ne serais pas en dernière année d'études. Sinon, je n'aurais pas été acceptée dans ce domaine. Et désolée pour mon retard mais si vous chipotez pour trois minutes... J'espère pour vous que demain je ne vous vois pas arriver avec quatre minutes de retard. » Jamais il n’aurait pensé qu’elle puisse avoir autant d’aplomb. Il a envie de sourire et pourtant il garde son masque. Puis finalement il lui demande un peu amusé « Et qu’est ce que vous ferez si c’est le cas mademoiselle Fitzsimmons ? Vous me dénoncerez ? Mais a qui ? » Aurait-elle oublié en face de qui elle se tient ? La vérité c’est que s’il décidait de ne pas venir pendant une semaine il serait la seule personne à pouvoir se blâmer. « Je peux vous poser une question ? » Qu’est ce qu’elle peut bien vouloir lui demander « Non vous feriez mieux de retourner travailler » Oui sans ordinateur ça va être compliqué mais quelqu’un va bien finir par résoudre ce problème. Pourtant il semble qu’elle se contrefiche de sa réponse puisqu’elle pose sa question. « Vous êtes de la famille de Clyde ? Rashmi ? Enfin c'est peut-être indiscret mais ... vous me faites penser à lui. Mais je rêve peut-être. Et si ce n'est pas le cas, vous risquez de me prendre pour une grosse folle. Mais tant pis. » Il avait donc raison. Elle ne l’avait pas reconnu. Qui pourrait lui en vouloir après tout, il s’est passé 16 ans, 16 longues années. Il pourrait lui mentir mais il sait que tôt ou tard elle finira par apprendre la vérité. Pourtant comment va-t-elle réagir lorsqu’il lui dira que c’est bien lui. « J’ai toujours pensé que tu me reconnaitrais à l’instant où tu me verrais… » Vous trouvez le comportement de Clyde étrange ? Un peu bipolaire ? Oui et bien c’est bien possible qu’il le soit un peu. « Finalement après avoir habité sur tous les continents je me retrouve à nouveau dans cette ville. Avec toi. » Comme autrefois aurait-il osé ajouter s’il ne craignait pas les reproches qu’elle pourrait lui faire. En laissant son regard se perdre derrière elle Clyde remarqua deux de ses employées en train de rire derrière les vitres de son bureau et soudain la lumière de son écran vint éclairer son visage. Il venait de comprendre ce qu’il c’était passé. « Je pense que c’était leur façon de te dire bienvenue apparemment » Un bizutage ? Certainement et Clyde était également tombé en plein dedans et ne lui avait pas laissé la moindre chance de s’expliquer avant de l’enfoncer « Il semble que tu ne mérité pas mes paroles. » Désolé. C’est ce que l’on doit dire normalement Clyde. D.E.S.O.L.E. C’est pourtant pas si compliqué et puis tant qu’il y est il pourrait bien s’excuser pour d’autres choses aussi.

_________________
I LOOSE MYSELF

≈ J'avais tout, sauf l'essentiel. La vérité, c'est que je m'ennuyais dans la vie. Il me manquait quelqu'un avec qui partager ce succès. Une âme sœur, une complice, une partenaire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 29/03/2017
›› Commérages : 43
›› Pseudo : HARLEEN.
›› Célébrité : Emma cutie Watson
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), solveig blackbird (kovalenko), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum)
›› more about me

Re: (clyde) fire meet gasoline ✻ ( Lun 8 Mai - 23:54 )


✻ ✻ ✻
I'm not down again, I turned the page the story's mine no more watching the world from my doorstep passin' me by. And I'll just keep changin' these colors, colors, colors, colors. I'm not in the same place that I was, I was, I was, I was


Parfois quand elle se réveille, Lola sent que cette journée va être compliquée à vivre, mais ce matin elle ne l'aurait pas deviné. Elle s'était dit que ça avait mal commencé mais pas que ça allait mal continuer surtout, elle n'en revenait pas d'avoir fait planter tout le serveur et surtout de s'être retrouvé chez le grand patron comme une enfant de cinq ans prise sur le fait de la faute. Comme quand elle était au lycée et qu'elle finissait chez le principal parce qu'elle avait encore fait des conneries. Le bon vieux temps. Mais elle a vieilli maintenant, et ça l'énerve toujours autant de se faire punir injustement. Et c'est une première pour elle de finir dans ce bureau parce qu'elle n'avait jamais eu l'occasion d'y venir et de toutes façons, en tant que stagiaire, on lui refusait quasiment toujours l'accès aux réunions, elle devait simplement écouter, abdiquer, ce qui était assez difficile pour elle quand on y pense. Elle n'aimait pas suivre comme un toutou les ordres. Mais il fallait qu'elle le fasse pour avoir un bon dossier de stage et donc un bon mémoire. Elle ne s'attendait pas le moins du monde à ce qu'il la rabaisse de la sorte et elle ne serait pas Lola Fitzsimmons si elle ne se rebellait pas ne serait qu'un peu. Alors elle tentait de faire preuve d'intimidation ou au moins, de se défendre du mieux qu'elle le pouvait, c'était assez pathétique quand les mots sortaient de sa bouche mas au moins elle ne restait pas silencieuse et ne baissait pas la tête en acquiesçant la chose. Elle peut voir un fin sourire qui se dessine sur les lèvres de son patron, mais elle n'en tient pas rigueur, elle continue juste à s'énerver un peu sans vraiment hausser le ton. « Et qu’est ce que vous ferez si c’est le cas mademoiselle Fitzsimmons ? Vous me dénoncerez ? Mais a qui ? » Ah... un point pour le boss, elle soupire en levant les yeux au ciel « Je trouverais bien à me plaindre, ne vous en faites pas. » Il lui serait possible de mordre, elle le ferait sans hésiter. Elle ne pouvait s'empêcher de dire la question qui lui brûlait les lèvres, plus les secondes passaient, plus elle se demandait si ce n'était pas lui, celui qu'elle avait trop longtemps attendu avant de se dire qu'il ne reviendrait pas, qu'i ne reviendrait jamais, qu'il l'avait abandonné purement et simplement, celui qui lui avait simplement brisé le coeur pour la première fois de sa vie. « J’ai toujours pensé que tu me reconnaitrais à l’instant où tu me verrais… » Elle écarquille alors les yeux et sent son cœur qui s'affole un peu, c'est impossible « C'est vraiment toi... » Elle croit rêver, elle cligne des yeux pour réagir, ne pas rester stoïque. Elle ne sait pas quoi dire qui pourrait la faire passer pour une personne normale et censée « Finalement après avoir habité sur tous les continents je me retrouve à nouveau dans cette ville. Avec toi. » Elle aurait envie de pleurer si elle n'était pas au travail, combien de fois elle avait eu envie de parcourir la terre entière pour le retrouver ? Combien de fois elle avait espéré se réveiller de ce cauchemar ? « Je n'y croyais plus... » Elle ne croyait pas qu'elle allait finir par le retrouver un jour, surtout sur le même lieu de travail. Quand l'écran se rallume, elle souffle de soulagement « Je pense que c’était leur façon de te dire bienvenue apparemment » Elle fronce alors un peu les sourcils avant de se retourner et voir ses collègues qui se fendent la poire « J'ai comme envie de tuer quelqu'un et aussi, je veux des bretzels. » Elle rit alors de bon coeur avant de le détailler un peu plus. Alors c'est vraiment lui, c'est vraiment son premier amour qui est là, en face d'elle. « Il semble que tu ne mérité pas mes paroles. » Elle hausse alors les épaules et répond d'une voix neutre « C'est pas grave, je comprend que tu aies pu être en colère. » Et elle laisse un fin rictus apparaître sur ses lèvres « Je n'en revient pas que tu sois ici... » Il y a la mémoire qui lui revient peu à peu et elle ose demander finalement « Mais pourquoi après tout ce temps... pourquoi maintenant ? je t'ai tellement attendu Clyde, j'avais l'impression de devenir folle puis tu t'es effacé peu à peu de mon esprit mais pas dans mon coeur loveuse » Et elle se rend compte qu'elle parle sûrement trop mais elle en a envie, elle a envie d'une conversation sérieuse « Tu sais ce qui arrive aux gens qui gardent tout pour eux ? Ils deviennent vieux, tristes et bizarres. » Elle se lève alors pour rejoindre la porte qu'elle verrouille et elle baisse le store pour montrer qu'il y a du monde dans le bureau « Je sais même pas si c'est une bonne idée de faire ça, mais je pense qu'on a des choses à se dire tu ne crois pas ? Pourquoi t'es là Clyde ? Pourquoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 20/04/2017
›› Commérages : 110
›› Pseudo : Getget (Gaëtane)
›› Célébrité : rami malek
›› Schizophrénie : sevan martell, holia millson, ness mathews, andrea reagan
›› more about me

Re: (clyde) fire meet gasoline ✻ ( Sam 20 Mai - 17:45 )

clyla ⊹ Cap Harbor est une petite ville tout le monde sait ça. Tout le monde connait tout le monde ici du moins c’est ce que l’on pense et pourtant il est si facile de se faufiler à travers les habitants. La preuve en est, Clyde est revenu en ville depuis presque deux ans et c’est pourtant la première fois qu’il se retrouve réellement dans la même pièce que Lola. Durant plusieurs mois il avait pensé qu’elle était au courant de son retour à CH mais qu’elle avait décidé de l’ignorer simplement parce que c’était plus simple ainsi. Ou bien parce qu’elle n’avait plus rien à lui dire après toutes ces années. Mais lorsqu’elle rentra dans son bureau il comprit qu’elle ignorait qui il était. Il la regarda dans les yeux et ce qui il vit l’effraya. Elle ne le reconnaissait pas, et elle s’adressa à lui comme s’il était un total inconnu, comme s’il était seulement son patron et n’avait jamais rien été de plus. Alors il joua la carte de l’anonymat et se fit simplement passer pour son patron. Ce qu’il est. Pendant plusieurs minutes. Il lui parla comme à une vulgaire employé jusqu’à ce qu’elle lui demande finalement s’il était de la famille Rashmi. Il aurait pu continuer à jouer le jeu et lui mentir mais il n’en avait pas envie. Être un inconnu à ses yeux le rendait malade. « C'est vraiment toi... » Il était déçu qu’elle ne l’ai pas reconnu plus tôt et pourtant pouvait-il réellement lui en vouloir ? Il l’a abandonné il y a tant d’années maintenant alors il est normal que son visage ai fini par s’effacer de sa mémoire petit à petit. A-t-il tant changé que ça ? Son style vestimentaire certainement puisqu’aujourd’hui il porte un costume qu’il n’aurait jamais pu rêver s’offrir autrefois. Il lui semble pourtant qu’elle elle est toujours la même comme si son visage était resté figé dans le temps et dans son souvenir. « C’est vraiment moi.. » Et ben non en fait caméra caché c’est pa lui !! Ouais bon ok c’est pas drôle. « Je n'y croyais plus... » Il la regarde, il lui semble entendre un soupçon de nostalgie dans sa voix qui le fait sourire et le rend triste à la fois. « J'ai comme envie de tuer quelqu'un et aussi, je veux des bretzels. » Clyde se met à rire, c’était donc sa journée de bizutage apparemment. Qui aurait cru qu’ils finiraient par se retrouver dans ces conditions. Elle semble finalement lui pardonner pour lui avoir crié dessus un peu plus tôt. Tant mieux car en réalité jamais il n’avait voulu lui parler de la sorte. « Je n'en revient pas que tu sois ici... » A vrai dire même après deux ans pour lui aussi c’était toujours étrange de se retrouver à nouveau dans cette ville où il avait grandi. Il avait grandi ici et pourtant il avait presque l’impression d’être un étranger dans sa propre ville. Un imposteur. Le petit garçon qui avait grandi ici n’avait plus rien à voir avec le patron de cette entreprise. « Mais pourquoi après tout ce temps... pourquoi maintenant ? je t'ai tellement attendu Clyde, j'avais l'impression de devenir folle puis tu t'es effacé peu à peu de mon esprit mais pas dans mon coeur » La poitrine du brun se contracte à l’écoute de ses mots. Il lui a fait du mal il le sait, à vrai dire il leur a fait du mal à tous les deux mais à l’époque il pensait que c’était la seule solution. Est-ce qu’il aurait agi autrement si cela c’était passé aujourd’hui ? Peut-être bien. Tout ce qu’il retient de cette phrase finalement c’est qu’elle ne l’a pas totalement effacé de sa vie. « Tu sais ce qui arrive aux gens qui gardent tout pour eux ? Ils deviennent vieux, tristes et bizarres. » Peut-être qu’il était déjà tout ça après tout. Vieux, triste et bizarre. Peut-être qu’il était trop tard pour le sauver. Lorsqu’il la vit se diriger vers la porte il l’interpella « Attends ! » Il était persuadé que leur conversation allait s’arrêter là et il s’y refusait mais ne quitta pas la pièce. Au contraire elle décida de s’y enfermer avec lui. Il fronce les sourcils et la regarde faire « Je sais même pas si c'est une bonne idée de faire ça, mais je pense qu'on a des choses à se dire tu ne crois pas ? Pourquoi t'es là Clyde ? Pourquoi ? » Il plisse les yeux comme s’il ne comprenait pas la question. Et pourquoi ne pourrait-il pas être là ? Est-ce que le fait d’être parti l’a condamné à être banni hors de cette ville ? Le brun se lève alors et passe de l’autre côté du bureau, s’appuyant les fesses contre celui-ci. « Je suis là parce que c’est chez moi. Parce que je n’ai jamais voulu partir, quitter cette ville, te quitter toi… » Après avoir voyagé partout à travers le globe, après avoir vécu dans des dizaines de villes et de pays différents il a finalement toujours su qu’il finirait par revenir ici. « A vrai dire je ne sais pas vraiment ce que tu attends comme réponse Lola. Je voulais revenir chez moi c’est tout. » Elle dit qu’ils ont des choses à se dire mais quoi exactement ? « Après toutes ces années tu crois vraiment que l’on a encore des explications à se donner ? » Parce qu’il n’a aucune envie de lui dire qu’il l’a abandonné car il n’était plus l’homme de qui elle était tombé amoureuse. Il n’a aucune envie de lui montrer la part d’ombre qui existe en lui et qu’il tente d’ignorer désormais. « J’ignores ce que tu veux savoir exactement mais vas-y. Demande moi et j’essayerais de répondre »

_________________
I LOOSE MYSELF

≈ J'avais tout, sauf l'essentiel. La vérité, c'est que je m'ennuyais dans la vie. Il me manquait quelqu'un avec qui partager ce succès. Une âme sœur, une complice, une partenaire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 29/03/2017
›› Commérages : 43
›› Pseudo : HARLEEN.
›› Célébrité : Emma cutie Watson
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), solveig blackbird (kovalenko), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum)
›› more about me

Re: (clyde) fire meet gasoline ✻ ( Sam 27 Mai - 10:47 )


✻ ✻ ✻
I'm not down again, I turned the page the story's mine no more watching the world from my doorstep passin' me by. And I'll just keep changin' these colors, colors, colors, colors. I'm not in the same place that I was, I was, I was, I was


Lola avait tant de fois rêvé que Clyde soit ici, à Cap Harbor, qu'il n'ait jamais abandonné le navire si subitement, il lui avait brisé le cœur, il lui avait fait vivre un enfer sans vraiment le savoir mais elle avait tenté de faire bonne figure devant tout le monde. Comme elle le fait tout le temps, toujours le sourire. Il n'y avait que Sasha qui avait été au courant qu'elle avait été triste au point de ne plus sourire une fois la porte fermée. Et elle était persuadée que si jamais elle le lui disait, Sasha allait se mettre dans une colère noire, alors elle gardait cette information dans un coin de sa tête comme pour le garder juste pour elle, qu'elle seule soit au courant et pas les autres. Non, elle voulait le garder pour elle et c'était tout. Mais qu'était-il l'un pour l'autre ? Certainement plus grand chose puisqu'elle n'avait même pas été foutue de le reconnaître, elle n'avait pas été foutue de reconnaître celui qui avait été le premier homme de sa vie. Seul le temps le leur dira certainement, seul le temps est maître de leur destin. Peut-être qu'ils ne seront plus rien, peut-être qu'ils seront tout. Elle n'en sait que trop rien la brune. « C’est vraiment moi.. » Elle soupire un instant, ferme les yeux et tente de se canaliser pour éviter de pleurer, de lui hurler dessus ou même de rire nerveusement. Dans des situations pareilles, on ne sait jamais vraiment comment réagir et parfois, nos réactions ne sont pas les bonnes, alors elle tente de se calmer et remet ses idées en place. Elle s'autorisait alors à le regarder, le détailler un peu plus, il était plus marqué avec le temps non je ne dis pas qu'il a vieilli, et il était aussi beau que dans son souvenir. Elle remarquait que cela pouvait être gênant d'être observé de la sorte, alors elle détournait son regard pour finir par aller fermer la porte à clé. Personne n'avait besoin de savoir que Lola Fitzsimmons avait déjà eu une aventure avec son patron. « Attends ! » « Je ne pars pas. » C'est peut-être ce qu'elle aurait voulu qu'il lui dise quand les parents Rashmi avaient décidés de partir de Cap Harbor, quand ils avaient décidés de les séparer alors qu'ils n'étaient que des adolescents je ne pars pas... qu'elle aurait voulu qu'il prononce. Je ne pars pas. Une phrase avec tant de significations. Lola sentait son cœur qui se gonflait un peu dans sa poitrine quand elle revenait lui faire face. Elle avait tant de questions mais si peu de réponses espérées qu'elle se demandait si elle n'aurait pas dû partir finalement. « Je suis là parce que c’est chez moi. Parce que je n’ai jamais voulu partir, quitter cette ville, te quitter toi… » Elle serrait les dents et détournait le regard, c'est douloureux en fait. Elle n'aurait jamais imaginé cela, que ce soit aussi douloureux d'entendre qu'il n'avait jamais voulu la quitter « Tu aurais pu rester, on aurait trouvé une solution. » Toujours accabler l'autre, Lola rejetait souvent la faute sur les autres, surtout quand il s'agissait des bêtises qu'elle avait fait, elle les rejetait sur ses frères. Mais là, ce n'était peut-être pas la meilleure des choses à faire. Qui sait ? « A vrai dire je ne sais pas vraiment ce que tu attends comme réponse Lola. Je voulais revenir chez moi c’est tout. » Et ne pas la prévenir ? Ne pas lui dire qu'il était revenu ? Elle ne comprenait pas, elle aurait pu comprendre, il aurait pu lui dire, après tout, c'était lui qui avait arrêté d'envoyer des lettres, c'était lui qui avait arrêté, pas elle. Elle, elle attendait, elle attendait une lettre, un jour où elle n'y pensait plus, elle s'était dit qu'elle en recevrait une. Mais elle s'était trompée. « Et tu ne m'a pas prévenu... » Elle s'était imaginé que ça se passerait autrement, elle s'était imaginé qu'il aurait toqué chez elle, qu'il aurait trouvé où elle habitait et qu'il serait venu la prendre dans les bras. Lola Fitzsimmons croit bien trop aux romans d'amour, c'est sûrement cela qui lui a valu un mariage, suivi d'un divorce, parce que rien ne se passe comme dans les contes de fées. « Après toutes ces années tu crois vraiment que l’on a encore des explications à se donner ? » Elle hausse les épaules, peut-être qu'ils n'ont plus rien à se dire c'est sûrement cela, plus rien à se dire du tout. « J’ignores ce que tu veux savoir exactement mais vas-y. Demande moi et j’essayerais de répondre » Elle secoue alors négativement la tête avant de passer une main dans ses cheveux, elle a envie de lui hurler dessus une fois de plus. Mais ce n'est pas la solution « Pourquoi tu as arrêté de m'écrire ? » Ils s'étaient promis qu'ils s'écriraient jusqu'au retour du jeune homme « Pourquoi tu n'as pas eu la jugeotte de m'écrire une lettre d'adieu si tu en avais assez ? Je ne t'aurais pas attendu, je n'aurais pas... espéré te voir débarquer chez moi. » Elle se pince les lèvres en fermant les yeux « J'ai toujours naïvement penser que tu reviendrais en fait, jusqu'à ce que je me décide à tourner la page. Mais bizarrement, y'avait toujours quelque chose qui me rappelait toi pendant un long moment. » Comme des photos qu'elle avait retrouvé en emménageant avec Jay, la boîte de souvenirs qu'elle gardait précieusement dans un tiroir de sa commode qui apparaissait sous ses yeux quand elle n'y pensait plus « Mais je ne t'en veux pas, la rancoeur et la tristesse sont passés, maintenant, il y a juste l'incompréhension. Mais peut-être que comme tu dis, on a plus rien à se dire » Et ça lui fend le cœur à la publiciste, tant d'années de séparations et si peu de choses à se dire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 20/04/2017
›› Commérages : 110
›› Pseudo : Getget (Gaëtane)
›› Célébrité : rami malek
›› Schizophrénie : sevan martell, holia millson, ness mathews, andrea reagan
›› more about me

Re: (clyde) fire meet gasoline ✻ ( Sam 10 Juin - 15:22 )

clyla ⊹ « Je ne pars pas. » Comme une promesse, un aveu. Une plainte, un regret. Regret qu’il ne l’ai pas retenu plus tôt, qu’il l’ai laissé filer pendant toutes ces années. Clyde sait que ces quelques mots veulent dire bien plus, l’amertume vient prendre place au creux de sa gorge. La culpabilité du passé refait surface lui mettant une gifle au passage. Cette promesse qu’il avait fait il y a si longtemps, celle de ne pas partir, de ne pas l’abandonner. Il avait promis qu’il reviendrait, il ignorait quand et comment mais il lui avait promis. C’est la première promesse qu’il brisa et ce fut surement la plus douloureuse. « Tu aurais pu rester, on aurait trouvé une solution. » Il lui semble entendre l’adolescente qui à l’époque déjà lui disait la même chose. A travers ces lettres elle lui demandait de revenir, elle lui promettait qu’une fois ensemble tout irait mieux, qu’il trouverait un moyen de vivre leur histoire. Mais la réalité l’avait frappé, cette vérité qu’il avait eu du mal à accepter, cette vérité qu’aujourd’hui encore elle ne semblait pas vouloir accepter « Lola tu sais que je ne pouvais pas rester. Quand bien même j’aurais tenu tête à mes parents et qu’ils m’avaient laissé ici j’aurais fait quoi ? J’aurais vécu ou ? » Les familles Fitzsimmons et Rashmi étant en froid il n’y avait aucune chance pour que les parents de Lola acceptent de l’héberger. A l’époque il n’avait rien, il était dépendant de ses parents. Il avait besoin d’eux pour le nourrir, le loger, l’habiller. Il avait besoin d’eux pour vivre tout simplement et ça même avec toute sa bonne volonté Lola n’aurait rien pu y faire. Il sait qu’il n’a pas toujours agit comme il faut, il sait qu’il lui a fait une promesse et qu’il a été incapable de la tenir et pourtant après toutes ces années il ne comprend pas ce qu’elle attend de lui. Elle veut qu’il s’excuse ? Alors il le fera si c’est ce qu’elle veut mais est-ce que ces mots qui ont 10 ans de retard ont une si grande importance ? Est-ce que s’excuser pour tout le mal qu’il lui a fait fera une différence ? Après tout ce temps ce serait dérisoire. « Et tu ne m'a pas prévenu... » Et voila qu’elle l’accable un peu plus. Mais il ne comprend pas ses reproches. Pourquoi l’aurait-il prévenu ? Elle aurait voulu qu’il débarque à nouveau dans sa vie comme si rien ne s’était passé ? « Pour te dire quoi Lola ? Pour te dire hey, je suis de retour, reprenons ou l’on c’était arrêté ? » Jamais il n’aurait osé il s’en voulait bien trop de la façon dont il l’avait laissé. Il était persuadé qu’elle lui en voulait assez pour ne plus jamais lui adresser la parole. « Venir frapper à ta porte n’aurait fait que faire remonter à la surface des souvenirs que j’ai eu trop de mal à enterrer. » Il a beau y réfléchir encore et encore, analyser les paroles de Lola. Il ne comprend pas ce qu’elle attendait de lui. Appuyé debout contre le bureau il la regarde décide d’accepter de répondre à toutes ces questions. Puisque les réponses qu’il semble lui avoir donné jusque-là ne semble pas lui convenir. « Pourquoi tu as arrêté de m'écrire ? » Clyde fronce les sourcils. A l’époque il lui a donné une réponse à cette question en lui écrivant sa dernière lettre. Certes ce n’était pas la vérité mais comment aurait-elle pu le savoir ? Peut-être parce qu’elle le connaissait bien trop et qu’elle savait que jamais il n’aurait mis fin à leur relation sans une bonne raison. « Tu sais pourquoi » Répond-il la tête baissé. Il a promis de lui répondre et il s’est promis à lui-même de lui répondre le plus sincèrement possible mais ça il était incapable de lui dire. Elle ne lui pardonnerait certainement pas. En fait elle ne comprendra certainement pas. « Pourquoi tu n'as pas eu la jugeotte de m'écrire une lettre d'adieu si tu en avais assez ? Je ne t'aurais pas attendu, je n'aurais pas... espéré te voir débarquer chez moi. » Clyde secoue la tête. Il ne comprend pas. Il se souvient presque mot pour mot de la lettre qu’il lui a écrite cette année-là, après des mois d’échanges. Les mots qu’il avait employés ne laissez aucune place aux doutes alors pourquoi donc lui demandez-t-elle ça ? « J'ai toujours naïvement penser que tu reviendrais en fait, jusqu'à ce que je me décide à tourner la page. Mais bizarrement, y'avait toujours quelque chose qui me rappelait toi pendant un long moment. » Clyde sent son cœur se serrer. Alors elle l’a attendu ? Pendant tout ce temps elle l’a attendu ? Mais pourquoi ? « Je ne comprends pas…Pourquoi tu penserais que je reviendrais ? Cette dernière lettre que je t’ai envoyé je t’ai dit que j’avais trouvé quelqu’un d’autre je t’ai dit de tourner la page. Pourquoi tu as pensé que je finirais par revenir ? » Clyde se passe une main dans les cheveux essayant de comprendre ce qu’il l’avait poussé à agir de la sorte. Puis finalement l’évidence le frappe. Elle n’a jamais reçu cette lettre. C’est évident sinon pourquoi lui dirait-elle une chose pareille ? « Tu n’as jamais reçu cette lettre c’est ça ? » Et a en juger par son regard c’est évident. « Mais je ne t'en veux pas, la rancœur et la tristesse sont passés, maintenant, il y a juste l'incompréhension. Mais peut-être que comme tu dis, on a plus rien à se dire » Est-ce vrai ? Est-ce vraiment ce qu’il pense ? Est-ce qu’il n’a vraiment plus rien à lui dire ? « Non. C’est juste que… J’ai toujours pensé que tu me détestais pour ce que j’avais fait. En vérité c’était plus facile de vivre en me disant que tu me haïssais » Se dire qu’elle le détestait lui donné une bonne raison pour rester loin de cette ville, loin d’elle. « Si tu savais combien de fois j’ai voulu revenir, combien de fois j’ai voulu revenir juste pour te voir, t’apercevoir » Comme il le fait depuis des mois dans son entreprise sans qu’elle ne soit au courant. « Dans cette lettre je te disais de tourner la page. Et je le pensais, je voulais que tu sois heureuse et j’étais persuadé que tu le serais plus sans moi. Cependant j’étais incapable de revenir. Je n’aurais pas supporté te voir dans les bras d’un autre. » Il la regarde un instant, détaillant son visage. « Je n’étais pas prêt à te partager, même si c’est moi qui t’ai laissé filer »

_________________
I LOOSE MYSELF

≈ J'avais tout, sauf l'essentiel. La vérité, c'est que je m'ennuyais dans la vie. Il me manquait quelqu'un avec qui partager ce succès. Une âme sœur, une complice, une partenaire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 29/03/2017
›› Commérages : 43
›› Pseudo : HARLEEN.
›› Célébrité : Emma cutie Watson
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), solveig blackbird (kovalenko), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum)
›› more about me

Re: (clyde) fire meet gasoline ✻ ( Mar 27 Juin - 21:20 )

]

✻ ✻ ✻
I'm not down again, I turned the page the story's mine no more watching the world from my doorstep passin' me by. And I'll just keep changin' these colors, colors, colors, colors. I'm not in the same place that I was, I was, I was, I was


Elle se souviendrait presque toujours la sensation qu'elle avait eu quand elle s'était rendue compte qu'il ne reviendrait pas, que c'était foutu, qu'il n'y avait plus de retour en arrière possible. Que la haine des parents avait entâche l'amour des plus jeunes et qu'ils avaient finit par réussire ce qu'il voulait, les séparer. Non, Lola et Clyde n'étaient pas dans le film Jeux d'enfants à penser qu'ils étaient inséparables, non, ils l'étaient et ils avaient appris, difficilement pour la brunette, à vivre séparé. On dit que la distance ne détruit pas les gens qui s'aiment, et bien ce proverbe sorti de nul part de ma tête est totalement faux. Elle avait réussi à détruire ce qu'ils avaient. « Lola tu sais que je ne pouvais pas rester. Quand bien même j’aurais tenu tête à mes parents et qu’ils m’avaient laissé ici j’aurais fait quoi ? J’aurais vécu ou ? »Elle lève les yeux au ciel, il y a toujours des solutions à tout, Lola trouve toujours des solutions, elle aurait pu demander à sa grand-mère qui lui cède tout, elle aurait pu trouver une solution. « On aurait trouvé une solution bon sang ! » Elle ne voulait pas s'énerver contre lui alors elle se taisait, se pincer les lèvres pour éviter de dire des bêtises, pour éviter d'être méchante, mais elle allait finir par vraiment l'être et peut-être qu'ils ne seraient définitivement plus rien l'un pour l'autre, que des inconnus, ou bien que des simples collègues. Elle se demandait d'ailleurs ce qu'elle allait dire à ses collègues quand elle sortirait du bureau. C'était pour m'engueuler ! ou bien C'est mon ex. Ah non, elle n'allait certainement pas leur dire cela, parce qu'elle entendait déjà ses collègues qui allait la vanner tout le temps sur le fait que le grand boss était son ex et qu'elle ne l'avait pas remarquer. Mais elle continuait à l'accabler. Elle ne voulait pas faire cela, mais elle se sentait obligée. Elle se protégeait en quelques sortes. « Pour te dire quoi Lola ? Pour te dire hey, je suis de retour, reprenons ou l’on c’était arrêté ? » Elle souffle pour montrer son mécontentement, elle ne veut pas se fâcher contre lui, elle a cette boule qui grossit dans son cœur et qui ne va pas tarder à exploser. Elle risquerait de franchir le point de non-retour, de faire que les choses ne sont plus réparables, de briser les choses en mille morceaux si elle n'attend pas de réfléchir avant de dire quelque chose  « Venir frapper à ta porte n’aurait fait que faire remonter à la surface des souvenirs que j’ai eu trop de mal à enterrer. » Elle le regarde, ses yeux se perdent le long de son visage, comme si elle avait envie d'imprimer une nouvelle fois les traits qu'elle connaît toujours par cœur. « Ca a été pareil ici, mais j'aurais préféré savoir que tu étais de retour en ville que de l'apprendre aujourd'hui... J'ai l'impression d'avoir été prise pour celle que l'on pigeonne, celle qu'on prend pour une imbécile. Et s'ils ne m'avaient pas bizuter, ce jeu aurait durer encore longtemps ? Si je peux appeler ça un jeu ? » Elle se posait trop de questions Lola, se demandait si c'était bien normal de s'en poser autant, mais après tout, c'était la vérité, comme aurait-elle su qu'il était revenu s'il n'avait pas osé le lui dire ? S'ils n'avaient pas été confrontés à cause de ses collègues ? Comment est-ce que cela se serait-il passé ? « Tu sais pourquoi » Non elle ne sait pas, elle continue à parler, elle laisse les mots qu'elle garde en elle depuis trop longtemps sortir, s'échapper dans un ton qu'elle ne veut pas spécialement. « Je ne comprends pas…Pourquoi tu penserais que je reviendrais ? Cette dernière lettre que je t’ai envoyé je t’ai dit que j’avais trouvé quelqu’un d’autre je t’ai dit de tourner la page. Pourquoi tu as pensé que je finirais par revenir ?  Tu n’as jamais reçu cette lettre c’est ça ? » Elle le regarde, le regard qui veut tout dire, le regard qui laisse sous-entendre que non, elle a une boule dans la gorge maintenant. Elle a envie de pleurer, mais elle sait qu'elle est bien plus forte que ça. « Non je ne l'ai jamais reçu. Ou alors on a tout fait pour que je ne la lise pas. Mais j'ai toujours pensé que la lettre s'était perdue. . Mais tant mieux pour toi si tu avais trouvé quelqu'un. Et merci de l'avoir écrit même si je n'ai jamais eu l'occasion de la lire. » Et présentement, elle aimerait la retrouver cette foutue lettre, il faudrait qu'elle aille voir sa mère ou bien voir Sasha, pour lui demander s'il était au courant de l'existence de cette foutue lettre. Elle espérait que ce ne soit pas lui qui ait eu l'idée de lui cacher parce qu'elle ne sait pas comment elle le prendrait. Les mots qu'elle tentait d'avoir été presque rassurants.« Non. C’est juste que… J’ai toujours pensé que tu me détestais pour ce que j’avais fait. En vérité c’était plus facile de vivre en me disant que tu me haïssais » Elle secouait la tête négativement, elle ne pouvait pas le détester. « Non... » ça sonne comme un murmure. Comment pouvait-elle le détester ? C'était impossible, même avec toute la volonté du monde, elle ne pouvait pas le faire. « Si tu savais combien de fois j’ai voulu revenir, combien de fois j’ai voulu revenir juste pour te voir, t’apercevoir » Elle lui souriait un peu en le regardant, se mordant l'intérieur de la joue pour éviter de faire des choses qu'elle regretterait sûrement plus tard. « Dans cette lettre je te disais de tourner la page. Et je le pensais, je voulais que tu sois heureuse et j’étais persuadé que tu le serais plus sans moi. Cependant j’étais incapable de revenir. Je n’aurais pas supporté te voir dans les bras d’un autre. » Si seulement il savait qu'elle s'était mariée, que ça s'était soldé par un échec, qu'elle avait trompé son mari... Il ne la reconnaîtrait certainement pas. Elle n'était plus sa Lola, celle qu'il avait connu alors qu'ils étaient tout jeunes. « Je n’étais pas prêt à te partager, même si c’est moi qui t’ai laissé filer » Elle souriait un peu et tentait de mettre de l'ordre dans ses esprits pour pouvoir parler sans buguer. Elle ne savait pas vraiment ce qu'elle pouvait dire sur le moment, alors elle se décidait à laisser parler son cœur « Tant que tu étais heureux, c'est ce qui m'importe, j'ai longtemps espéré que tu reviennes, mais moi aussi je suis passé à autre chose. » Je me suis mariée. « Mais ça n'a pas duré longtemps, à croire que mes relations sont vouées à l'échec. » Elle hausse un peu les épaules avant de soupirer « Mais je suis contente de voir que tu vas bien, je suis contente de voir que tu es toujours celui que je voyais dans mes songes parfois. » Puis elle ne sait pas vraiment ce qui lui prend mais elle se lève, se laisse guider par ses pieds et elle vient doucement faire le tour du bureau pour venir l'enlacer, ne bougeant plus. Son cœur retrouvant un rythme presque normal. Il avait toujours eu le mérite de calmer les battements de son cœur et c'est ce qu'il venait de faire, une fois de plus, peut-être la fois de trop.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 20/04/2017
›› Commérages : 110
›› Pseudo : Getget (Gaëtane)
›› Célébrité : rami malek
›› Schizophrénie : sevan martell, holia millson, ness mathews, andrea reagan
›› more about me

Re: (clyde) fire meet gasoline ✻ ( Mer 5 Juil - 15:04 )

clyla ⊹ Au-delà de ce qu’elle peut penser ce n’est pas la distance qui les a détruits, qui a détruit leur relation. Non cette lourde tâche, ce fardeau revient exclusivement à Monsieur Rashmi. Il est celui qui a entrainé Clyde dans quelque chose d’illégal, de mauvais, quelque chose qui a terni son âme jusqu’au plus profond de lui-même. Il a fini par lui faire apprécier cette noirceur. Clyde ne pensant pas de retour en arrière possible il a alors décidé de couper les ponts avec elle, car il n’était plus celui dont elle était tombé amoureuse, ce Clyde la avait disparu et il refusait qu’elle l’attende indéfiniment « On aurait trouvé une solution bon sang ! » Elle a toujours été la plus optimiste d’eux deux, elle a toujours été celle qui leur aurait fait franchir les obstacles les plus haut pourtant ce jour-là il l’a abandonné, a arrêté de croire en elle et est tout simplement monté dans cette voiture sans un mot. L’oublier avait été si dur qu’il n’avait pas eu la force de venir la voir à son retour. Et puis pour lui dire quoi ? « Ca a été pareil ici, mais j'aurais préféré savoir que tu étais de retour en ville que de l'apprendre aujourd'hui... J'ai l'impression d'avoir été prise pour celle que l'on pigeonne, celle qu'on prend pour une imbécile. Et s'ils ne m'avaient pas bizuter, ce jeu aurait durer encore longtemps ? Si je peux appeler ça un jeu ? » Elle a raison il le sait. Si on ne l’avait pas envoyé dans son bureau aujourd’hui surement aurait-il continué à l’éviter pendant des semaines encore, des mois peut-être. Peut-être aurait-il attendu la fin de son stage chez lui pour se faire connaître. Il voulait du temps, plus de temps. « Je ne te prends pas pour une imbécile Lola. J’ai juste pensé que c’était peut-être plus facile ainsi » Pour elle, comme pour lui. Est-ce qu’elle aurait accepté ce stage si elle avait su que c’était l’entreprise de Clyde ? Elle lui pose des questions, trop de questions. Finalement c’est peut-être de cela dont il avait peur il y a quelques heures encore. De devoir donner une réponse à toutes ces interrogations. Il n’a jamais aimé mentir pourtant il y a été contraint. Il lui rappelle alors cette lettre ou il a surement écrit un de ses premiers mensonges, cette lettre qu’il avait espéré répondrait à toutes ces questions. Cette lettre dont visiblement elle n’avait jamais eu connaissance et il s’en rendait compte au fur et à mesure de ses propos. « Non je ne l'ai jamais reçu. Ou alors on a tout fait pour que je ne la lise pas. Mais j'ai toujours pensé que la lettre s'était perdue. . Mais tant mieux pour toi si tu avais trouvé quelqu'un. Et merci de l'avoir écrit même si je n'ai jamais eu l'occasion de la lire. » La lettre a parfaitement pu se perdre en route et pourtant malgré tout il est persuadé que ce n’est pas le cas, il est persuadé que cette lettre est arrivée à la bonne adresse seulement pas dans les mains de son destinataire. Clyde leur en veut et il s’en veut à lui-même également. Pendant toutes ces années il pensait avoir fait les choses correctement alors qu’en réalité on l’avait privé de ce droit. On l’avait fait passer pour un lâche, comme si le fait qu’il est déjà l’impression d’en être un n’était pas suffisant. « Si j’avais su que tu ne l’avais pas eu je te jure que j’en aurais envoyé d’autres, des dizaines d’autres. Jusqu’à ce que tu l’ai » Oui il aurait même inondé sa maison de lettre, comme quand Harry reçoit sa lettre pour Poudlard ! Finalement cette conversation prenait un tournant auquel il n’aurait jamais pensé. Il décida de franchir un instant le mur qu’il avait construit tout autour de lui afin de laisser parler son cœur. Il ignore pourquoi il lui dit tout ça, peut-être parce que face à elle il est vulnérable. Il l’a toujours été. « Tant que tu étais heureux, c'est ce qui m'importe, j'ai longtemps espéré que tu reviennes, mais moi aussi je suis passé à autre chose. » Heureux ? Oh non il ne l’était pas, pendant des années il ne l’a pas été. Mais il se réjouissait qu’elle elle ait pu l’être, qu’elle ait réussi à tourner la page comme il a réussi à le faire également des années après. « Mais ça n'a pas duré longtemps, à croire que mes relations sont vouées à l'échec. » Il se mordit la joue afin de ne pas sourire. Il ne voulait pas sourire parce qu’il était heureux que sa relation soit terminé, non il voulait sourire parce qu’il se retrouvait dans ses paroles. Lui aussi pensait que toutes ces relations étaient vouées à l’échec. « Des fois je me dis que toutes les relations sont vouées à l’échec, à un moment ou à un autre » Pessimiste bonjour. Il ne croit plus en l’amour depuis bien longtemps maintenant. « Mais je suis contente de voir que tu vas bien, je suis contente de voir que tu es toujours celui que je voyais dans mes songes parfois. » Il se met alors à fixer le sol, baissant la tête, prêt à lui dire qu’il est loin d’être celui qu’elle voit dans ses souvenirs. Il voudrait être cet homme à nouveau, juste pour elle, mais cela lui semble impossible. Lorsqu’il l’entend marcher il pense alors qu’elle s’en va, relève la tête et l’observe s’approcher de lui avant de l’enlacer. Il ignore ce qui l’a conduite à ce geste mais ce qu’il sait c’est qu’à présente il refuse de la laisser partir. Il entoure alors ses bras autour d’elle, humant son parfum et se sentant soudain nostalgique. Cet instant aurait pu lui rappeler de bon souvenirs mais en réalité sa lui rappelait juste tout ce qui avait changé pendant toutes ces années. Son parfum n’était plus le même, même sa façon de le prendre dans ses bras n’était plus la même. « Je ne suis plus ce garçon dont tu te souviens Lola… » Murmura-t-il finalement avant de relâcher son emprise sur elle. « Mais je suppose qu’on a tous les deux changés… » Juste histoire de ne pas dire « Moi j’ai changé en quelque chose que tu détesterais » Soudain il a une idée qui lui semble folle, une idée qu’il n’aurait certainement pas eu si elle n’était pas venue l’enlacer. Il hésite un instant, une seconde, puis deux. « Je ne sais pas si tu es au courant mais le fils de Mme la maire se marie dans quelques semaines. Et… enfin je me disais que tu pourrais m’y accompagner » A peine as-t-il terminé sa phrase qu’il se demande si ce n’était pas une erreur. « Tu peux dire non » Insista-t-il comme si cela ne semblait pas évident. « Je ne veux pas que ce soit étrange pour toi si des personnes de la boite nous croisent là-bas » Il sait que si on les voit ensemble les gens vont parler mais il lui a fait cette proposition parce qu'il en avait réellement envie. Pour une fois il n'a pas réfléchit avant de parler et sa lui fait du bien. « Je te demande ça en tant que Clyde, pas en tant que patron alors je ne veux pas que tu te sentes obligé de quoi que ce soit »

_________________
I LOOSE MYSELF

≈ J'avais tout, sauf l'essentiel. La vérité, c'est que je m'ennuyais dans la vie. Il me manquait quelqu'un avec qui partager ce succès. Une âme sœur, une complice, une partenaire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: (clyde) fire meet gasoline ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

(clyde) fire meet gasoline

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération