There was a time when i would have smiled at you + JEREMY

 :: the city of cap harbor :: Pacific medical center
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 23/02/2017
›› Commérages : 146
›› Pseudo : Getget (Gaëtane)
›› Célébrité : la douce et jolie Lily James
›› Schizophrénie : sevan martell, holia millson, clyde rashmi, andrea reagan
›› more about me

There was a time when i would have smiled at you + JEREMY ✻ ( Sam 22 Avr - 14:06 )

jeremy&ness ⊹ C’est le même rituel tous les mois. Ness emporte un livre dans son sac et se rend à l’hôpital pour passer son examen de routine. 30 minutes, 1 fois par mois c’est le temps qu’elle accorde à cette maladie qui a failli la tuer. Ce n’est qu’un contrôle de routine, juste pour s’assurer que la leucémie ne revient pas à l’attaque. Aujourd’hui ce rendez-vous à un goût particulier pour la jeune femme, aujourd’hui c’est l’anniversaire de sa « guérison ». Elle déteste ce terme. En plus c’est presque ironique quand on sait qu’à l’issue de ce rendez-vous le médecin pourrait parfaitement lui dire que la maladie est de retour. Tout le monde se souvient du jour de la fête nationale, du jour de l’anniversaire de ces parents mais elle est la seule pour qui cette date est si importante. A vrai dire cette date est le début d’un compte à rebours qui a commencé il y a 5 ans maintenant, le début d’un « tic tac » permanent qui lui rappelle juste qu’elle n’est qu’en sursit et que ce mal pourrait revenir à tout moment. Elle a refusé que Mason l’accompagne, pourtant il a insisté, il refusait de la laisser seul en ce jour si particulier mais autant pour elle que pour lui il était préférable qu’il ne vienne pas. Elle n’était pas prête à lui rappeler de possible souvenir de sa sœur qui pourrait le blesser, se sentant complètement incapable de savoir quoi dire pour le réconforter. Est-ce qu’on peut réellement trouver les bonnes paroles dans ce genre de situation ? Est-ce qu’il en existe seulement d’ailleurs ? Mais la raison de son refus est majoritairement égoïste. Ness ne parle pas de sa leucémie, personne ne sait l’effet que cela a eu sur elle, la façon dont ça l’a changé, les choses que ça lui a fait faire. Ces 30 minutes à l’hôpital c’est l’occasion pour elle de se laisser aller, d’avoir peur, de pleurer. C’est le seul moment qu’elle se laisse pour pouvoir penser à tout ça. 30 minutes. C’est court et pourtant trop long pour un mal qui est censé être guérit. Elle embrasse alors Mason sur la joue en quittant son petit appartement et lui promets de l’appeler dès qu’elle sera sorti. Histoire de prolonger son moment de solitude elle décide de se rendre au Pacific Medical Center à pied. Mason ne comprend pas pourquoi. Elle ne lui en veut pas et de toute manière elle serait incapable de lui expliquer pourquoi elle veut prolonger ce moment. Comme toujours elle arrive cinq minutes en avance et en profite donc pour ouvrir le bouquin qu’elle a emporté avec elle, juste histoire de lire quelques lignes, quelques pages. Chaque minute compte quand on est une accro de la lecture comme elle, chaque mot qu’elle peut lire est créer en elle une petite étincelle. Rapidement on vient la chercher et presque aussi rapidement elle ressort de cette salle blanche qu’elle a en horreur. Elle doit encore patienter plusieurs minutes avant que les résultats ne tombent. Elle va bien. C’est le verdict pour cette fois-ci et alors qu’elle devrait crier, sourire, sauter de joie elle remercie le médecin et reste impassible. A vrai dire cette annonce ne lui fait plus rien ressentir, mois après mois. La vérité c’est qu’elle attend désespérément le jour où on lui dira qu’elle ne va pas bien, que son cauchemar est de retour, elle l’attend désespérément car même après toutes ces années elle reste persuadé que ce jour arrivera. Et ce jour-là elle n’est pas sur d’avoir à nouveau la force de se battre.  Une larme perle, elle la retient. Elle en a donc pour un mois de plus. C’est idiot de penser comme ça elle le sait bien. Son médecin lui a pourtant répété mainte et mainte fois le pourcentage de chance que la maladie revienne. Il est faible. Ridiculement faible mais ce petit pourcentage prend bien trop d’importance pour la petite blonde. C’est surement pour ça qu’elle a autant besoin de l’adrénaline. C’est pour se sentir réellement vivante et pas seulement parce qu’on lui dit qu’elle va bien. Elle a besoin de sentir son cœur battre, ses membres trembler, sa respiration s’accélérer. Tu vas bien. Se répète-t-elle intérieurement pour se convaincre que c’est la vérité, pour se convaincre qu’elle doit sourire. Elle décide de terminer la page qu’elle était en train de lire puis elle se lève et marche en direction de la sortie, le visage figé. Comme un douloureux souvenir du passé il apparaît soudain dans son champ de vision. Jeremy. Il avance vers elle, ou bien marche-t-il simplement dans ce couloir sans la moindre intention. Elle l’a évité pendant toutes ces années et la voila désormais obligée d’emprunter le même couloir que lui. Ce couloir interminable. Elle baisse la tête et continue à avancer, espérant qu’ainsi elle passera inaperçu. Puis soudain elle l’entend prononcer son nom, elle pense un instant à continuer à avancer mais il effleure son bras d’une main pour l’arrêter. Elle stoppe alors sa fugue et relève la tête vers lui « Si tu as des questions le bureau d’accueil est par là-bas » Dit-elle en lui indiquant la file d’attente devant le bureau de la petite dame aux cheveux grisonnant. Elle le fixe alors pour savoir ce qu’il lui veut, s’il va oser demander quelque chose ou s’il va juste continuer son chemin. Il est si beau et il été à elle. Il était son Jeremy.

_________________
Get out, get ou of my head
Ne cherche pas à m'appeler, ni à savoir où je suis, ni comment je vis, je crois que ce n'est plus le problème. J'ai réfléchi, je pense que c'est la meilleure solution, faire comme toi, vivre de mon côté en t'aimant bien mais de loin. Je ne veux pas attendre tes coups de téléphone, je ne veux pas m'empêcher de tomber amoureuse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/05/2015
›› Commérages : 219
›› Pseudo : Lully (aline)
›› Célébrité : jamie dornan
›› Schizophrénie : Eirik ❖ Cassiopée
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: There was a time when i would have smiled at you + JEREMY ✻ ( Dim 25 Juin - 0:41 )


there was a time when
i would have smiled at you
nessy

C’est quand Jane ouvre doucement les yeux que Jeremy pose sa tasse sur la table de chevet, alerte. Il l’observe avec attention, tendu et crispé. Se rapproche de sa femme et l’aide à se redresser, ajustant les coussins derrière son dos. « Tu te sens mieux ? » Sa voix est inquiète et il ne peut le cacher. L’inquiétude fait maintenant partie intégrante de sa vie. Voilà six ans qu’il connait sa femme et autant qu’il a eu à s’occuper d’elle. Une blondinette à la santé fragile qui accapare toute son attention. Jane lui sourit doucement et hoche la tête. Jeremy s’éclipse alors dans la cuisine et revient avec un verre d’eau fraiche que la blonde engloutit sans broncher. Elle était tombée, inconsciente, encore. Ça lui arrivait parfois une perte d’équilibre, un malaise, et la voilà inconsciente pendant quelques minutes. Alors il la lève, la met au lit et soutient ses jambes pour faire repartir la circulation. Parfois Jer a l’impression d’être infirmer tant il doit s’occuper de petites choses de ce genre au quotidien. Voilà des années que la santé de sa femme se détériore, et elle écume les examens sans jamais mettre le doigt sur le truc qui cloche. Où en tous cas il y en a plusieurs et l’un entraine l’autre visiblement. Quand les médecins pointent quelque chose et qu’elle se soigne, soit ça ne fonctionne pas, soit autre chose pose problème. Alors ils savent juste qu’elle doit se ménager, ne pas faire d’effort physique trop important. Souvent il pense que c’est son corps qui a rejeté l’enfant, trop faible pour l’accueillir en son sein et le faire grandir correctement. Dans tous les cas Jane refusait désormais de parler d’enfant, alors il ne se posait plus la question. Surement avait-elle finit par penser comme lui. Se plaignant parfois d’être faible et incapable. Jane a beau avoir une santé fragile, elle n’en est pas pour autant une incapable. Tout au contraire, Jeremy la trouve incroyablement forte de faire face aux difficultés qui se dressent devant elle, toujours capable de mener quasiment la vie qu’elle souhaite mener et c’est selon lui le plus important. Voyant que sa femme se remet de ses émotions et semble pouvoir se lever, Jeremy part s’isoler un instant sur la terrasse. Il observe sans attention les nuages passer tandis qu’il se pose un tas de questions existentielles, comme à son habitude. Jeremy est un homme beaucoup trop hésitant, trop indécis et ça lui joue des tours à peu près tous les jours. Sa situation même est une conséquence de cette incapacité à arrêter ses choix. Il se sent effrayer de prendre de mauvaises décisions, mais c’est n’en prendre aucune qui est en fait une mauvaise décision, et sa situation commence à lui peser. Il a beau adorer sa femme, il sait qu’il tourne en rond et qu’il ne l’aime plus comme il l’avait fait. Quelque chose s’était brisé lorsqu’elle avait fait sa fausse couche, et bien qu’il pensait que le mariage allait guérir cette blessure il n’en a pas été le cas. Il n’aime plus sa femme. Elle le rejette lorsqu’il tante toute approche charnelle, mais il ne peut se résigner à la laisser seule. Ce n’est pas de la pitié, mais de l’affection. S’il pouvait s’occuper d’elle comme une meilleure amie, ça lui conviendrait tout à fait. Mais c’est bien trop délicat que de lui avouer que les désirs qu’elle n’assouvit pas le sont par une tout autre personne. Peut-être s’en doute-t-elle en fait. Et peut-être qu’elle aussi va voir ailleurs remarque, étant donné l’état de leur couple. Et pour dire vrai, maintenant ça lui est égal parce que désormais, il a effectivement l’impression de vivre avec sa meilleure amie. Toujours est-il que ce n’est visiblement pas aujourd’hui qu’il allait se décider à faire quoique ce soit, bien que Mila n’attende que ça. Alors s’il y a une chose qu’il est capable de faire, par contre, c’est aller jusqu’à l’hôpital récupérer les résultats d’Irm de Jane. Encore un, sur lequel, surement on ne saura encore une fois pas déceler exactement la source de son mal mais simplement en percevoir les symptômes. La vie de Jane se résume à soigner des symptômes d’une maladie invisible. Avant de partir, Jeremy embrasse le front de sa femme, et s’éclipse à l’extérieur. Il aimerait qu’on trouve enfin ce qui cloche, dans l’espoir que Jane retrouve une joie de vivre perdue, fatiguée de se battre contre l’invisible après tant d’années. Jeremy souffle un bon coup avant de pénétrer dans l’enceinte du centre hospitalier de la ville qu’il ne connait que trop bien. C’est le regard éteint et le pas lourd qu’il se dirige vers le servie approprié. Il regardait distraitement ses pieds, inconfortable de se retrouver ici. Son cœur manquait un battement quand il relevait la tête et que son regard se posa une seconde sur une silhouette qui lui était familière. L’observant un instant, il reconnaissait parfaitement là son premier amour. Malgré sa relation avec Mila, il ne l’avait pas revue depuis des années, et son souvenir venait écraser son cœur et lui rappeler toutes ses erreurs passées. « Ness » qu’il laisse échapper tandis qu’elle se trouve à un mètre de lui. Elle passe son chemin, les yeux rivés vers le sol. Sans y réfléchir à deux fois il attrape doucement son poignet, incapable d’articuler la moindre chose. Son regard se perd dans le sien un peu humide, elle lui indique l’accueil. « Je… Tu… » Il se sent alors de trop, illégitime, indigne. Il soupire, laisse glisser sa main, lâchant son emprise, sa peau effleurant la sienne. Jeremy s’éloigne, honteux qu’il a été toutes ses années de trahir l’une des personnes les plus chères à son cœur. Il continue son chemin, se retourne un instant, elle fait de même. Le brun se dirige d’un pas assuré récupérer les résultats de Jane. Attend quelques minutes, trépigne, hésite, s’impatiente. A peine les documents en main, il ne prend pas la peine de regarder, il n’y comprend rien, mais s’élance à la poursuite de Ness. Une fois à l’extérieur, sonde l’environnement et la voit un peu plus loin. Il s’approche, lui saisit une seconde fois le poignet pour la tourner vers lui. « Ness » Son altruisme l’emporte sur sa honte de lui faire face à nouveau. « Tu vas bien ? » qu’il souffle comme un idiot, mais son regard sincèrement inquiet par ces yeux et cette attitude qui ne lui disent rien qui vaille. « On peut discuter cinq minutes? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 23/02/2017
›› Commérages : 146
›› Pseudo : Getget (Gaëtane)
›› Célébrité : la douce et jolie Lily James
›› Schizophrénie : sevan martell, holia millson, clyde rashmi, andrea reagan
›› more about me

Re: There was a time when i would have smiled at you + JEREMY ✻ ( Mer 28 Juin - 16:21 )

jeremy&ness ⊹ Chacune de ses visites à l’hôpital Ness les redoute autant qu’elle les attend. Impatiente. Elle sait que ce simple entretien de 30 minutes peut à nouveau faire basculer sa vie dans un cauchemar. Elle sait que Mason lui a surement déjà envoyé trois messages afin de s’assurer qu’elle va bien, lui répétant certainement qu’il peut venir la rejoindre si elle le souhaite mais elle refuse de regarder son téléphone. Ce n’est que 30 minutes. Loin de tout. Une fois la visite terminé Ness range son livre dans son sac et se dirige vers la sortie. Jamais elle n’aurait pensé le croiser ici ce qui est idiot car après tout pourquoi ailleurs et pas ici ? Elle le regarde instant se demandant s’il vient ici pour lui ou s’il vient voir une connaissance puis lorsqu’elle croise enfin son regard elle baisse la tête. Si elle le pouvait elle disparaitrait certainement sur le champ. Elle avait pourtant réussi à l’éviter durant toutes ces années ce qui n’était pas chose facile dans une ville comme Cap Harbor mais elle y était parvenu. Elle avait tout fait pour rester loin de lui et ainsi elle avait fini par ne plus penser à lui ou du moins plus aussi souvent. Un instant elle pensa qu’en gardant la tête baissé il ne la verrait pas ou bien au mieux il n’oserait pas l’interpeller mais sa théorie tomba à l’eau lorsqu’elle l’entendit prononcer son prénom. Elle refuse de le voir, de lui parler alors elle ne se retourne pas mais il la stoppe en attrapant son bras. Elle ne lui adresse aucune marque de sympathie et son regard reste froid et distant ce qui semble le faire lâcher prise. Ness s’efforce alors d’accélérer son pas vers la sortie voulant à tout prix sortir de ce cauchemar. Pourtant quelques mètres plus loin elle tourne la tête, juste pour l’apercevoir. Juste une dernière fois avant d’effacer à nouveau son visage de son esprit. Comme s’il avait senti le regard posé sur lui il se retourna. Il n’en faut pas plus à la jeune Matthews pour stopper ce contact visuel et s’enfuir hors de cet hôpital qui décidemment lui apporte toujours plus de mauvaises choses que de bonnes. Elle prend le chemin en direction de l’appartement de son petit ami. Elle veut rentrer, tout de suite et oublier cet incident mais le parking est grand et elle n’est finalement pas si loin quand Jeremy stoppe à nouveau sa marche. « Ness » Une nouvelle fois cette syllabe résonne en elle comme une douce mélodie venant de lui. Une ancienne mélodie. « Tu vas bien ? » Pourquoi fait-il ça ? Pourquoi après tant d’années il tient à tenir cette conversation. Non elle ne va pas bien et certainement encore moins aujourd’hui. « Et bien disons que je pensais que cette visite à l’hôpital serait certainement le pire moment de ma journée mais finalement je vais peut-être réévaluer la chose » Elle retire son bras de son emprise ne supportant plus ce contact si doux qui lui semble si lointain et pourtant si familier. « On peut discuter cinq minutes? » Il veut discuter ? Mais discuter de quoi ? Elle ne veut pas lui parler, elle ne l’a jamais voulu et même aujourd’hui après toutes ces années elle refuse de le laisser s’expliquer. Les explications sa sœur les lui a données et elles ne l’ont pas satisfaite alors elle refuse d’entendre le même flot d’absurdité sortir de sa bouche. « Et pourquoi est-ce que je voudrais discuter avec toi ? » Elle sait qu’elle va lui sembler différente, plus forte, plus froide et c’est exactement ce qu’elle veut. Elle refuse qu’il voit la fille fragile qui existe encore en elle. La fille qui a pleuré pour lui durant des semaines. Elle refuse d’être cette fille faible face à lui. La vérité c’est qu’aujourd’hui elle le déteste autant qu’elle l’a aimé. Ce dernier verbe doit-il vraiment être au passé d’ailleurs ? Est-ce qu’un jour elle pourra réellement cesser de l’aimer ? Il était son premier amour et elle pensait qu’il serait le seul. Elle est persuadée qu’on ne cesse jamais d’aimer les personnes quand on leur a donné tant. Elle lui avait donné son cœur dans son intégralité, lui offrant la possibilité d’en faire ce qu’il voulait et c’est ce qu’il a fait. « Tu penses que le fait que je ne t’ai pas reparlé depuis ce jour-là est un simple oubli ? » Elle le regarde, relevant la tête vers lui qui fait bien une tête de plus. Autrefois elle trouvait cela rassurant, aujourd’hui cela la rend juste un peu plus vulnérable. « Je n’ai plus rien à te dire Jeremy et ça depuis le jour ou tu t’es tapé ma sœur ! » Elle est crue dans ses propos. Elle sait qu’il ne la connait pas comme ça seulement la Ness qu’il a connu il y a quelques années n’est plus la même que celle qu’il a face à lui aujourd’hui. Ou du moins elle fait tout pour ne plus être cette personne. Plus vraiment en tout cas. « Tu sais le temps est précieux dans une vie je ne le sais que trop bien et je viens déjà de perdre un bon moment dans cet endroit alors je n’ai pas envie de perdre une minute de plus avec toi »

_________________
Get out, get ou of my head
Ne cherche pas à m'appeler, ni à savoir où je suis, ni comment je vis, je crois que ce n'est plus le problème. J'ai réfléchi, je pense que c'est la meilleure solution, faire comme toi, vivre de mon côté en t'aimant bien mais de loin. Je ne veux pas attendre tes coups de téléphone, je ne veux pas m'empêcher de tomber amoureuse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/05/2015
›› Commérages : 219
›› Pseudo : Lully (aline)
›› Célébrité : jamie dornan
›› Schizophrénie : Eirik ❖ Cassiopée
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: There was a time when i would have smiled at you + JEREMY ✻ ( Mar 11 Juil - 16:56 )


there was a time when
i would have smiled at you
nessy

Jeremy ne s’attendait pas à croiser Ness à un moment pareil. Alors qu’il est sensé se préoccuper pour sa femme, la présence de son premier amour vient chambouler son cœur. Ce cœur abruti qui s’ouvre bien trop. Qui en aime bien trop. Jeremy avait fini par saisir les nuances de ces amours, chose qu’il ne faisait pas à l’époque. S’il avait vécu une véritable idylle avec Ness, il a fini par comprendre que dans son cœur elle était sa meilleure amie. Son âme sœur, mais de celles qui s’accrochent par un amour pur et dénué de désir charnel. Il avait eu du désir, il ne peut pas le nier, mais c’était au-delà de ça. Ce qu’il chérissait le plus au monde c’était sa présence et son importance dans sa vie. Elle l’avait choyé comme personne, accompagné dans ses doutes, conseillé dans ces choix qu’il ne sait jamais faire. Horrible indécision qui le fait courir chaque jour un peu à sa perte. Il a tout foutu en l’air avec Ness, il en est bien conscient. Jeremy n’a pas fait le bon choix. Mais avec Mila ça avait toujours été bien plus fort que lui, et ce n’est pas pour rien si des années après il avait suivi me même scenario. Si Ness et Jeremy faisaient tout pour ne jamais croiser le chemin l’un de l’autre c’est bien pour noyer une blessure profonde. Surement plus pour Ness que pour lui, mais il en a souffert lui aussi. Il s’était longtemps demandé si choisir Mila était la bonne chose à faire. Mais Ness était si jeune à l’époque que leurs attendent ne coïncidaient pas toujours. Cela étant, la revoir mettait son cœur à rude épreuve. Et tout ce qu’il cherchait à nier depuis des années lui revenait en pleine figure. Quand il la voyait il ne pouvait s’empêcher de penser à Mila et aux choix qu’il avait fait au détriment de Ness. S’il l’avait interpellé dans ce pauvre couloir d’hôpital, il se sentait en fait complétement illégitime de revenir comme ça dans sa vie. Elle vit surement beaucoup mieux sans que cet abruti n’interfère dans son quotidien. Alors il lâche prise, abandonne, fuit encore comme un lâche. Mais son corps se retourne, quelques mètres plus loin, pour l’apercevoir encore une fois. Il est étonné de voir qu’elle fait de même. Elle se retourne immédiatement et s’éclipse hors de l’hôpital. Lui reste troublé quelques secondes avant de finalement récupérer ce pourquoi il était ici.

Mais son esprit change vite d’avis. Sans trop savoir pourquoi, il s’élance à sa poursuite sans porter d’attention aucune aux résultats qu’il avait en main. Il la retient une seconde fois. Son ton est sec, son regard aussi. Elle se défait de son emprise. Jeremy est interloqué d’une telle réaction. Mais au fond c’est normal qu’elle soit en colère, elle a toute la légitimité de la terre à vouloir le détester. Il reste interdit quelques secondes, sans savoir quoi répondre à son affront. Finalement il ne donne pas suite, et lui demande s’ils peuvent discuter un instant. Il ne sait même pas de quoi il veut discuter. En fait, il veut juste être là à ses côté pour un instant. Et éventuellement savoir pourquoi elle se sent mal. Pourquoi elle est venue dans ce foutu hôpital. Il ne peut rien y faire, malgré les années passées, elle garde sa place dans son cœur. Et savoir qu’elle a peut-être quelque chose le lui fend. « Ecoute Ness. » Il pose sa voix, garde un ton calme pour ne pas laisser paraître qu’il est bien trop perturbé. « T’as toutes les raisons du monde de me détester. » Elle le coupe. Oui, il est bien conscient qu’elle l’a évité sciemment depuis toutes ces années. Malgré la présence de sa sœur, elle y était parvenue, à ne pas le croiser. Mais savait-elle au moins qu’il était encore avec Mila ? Il n’en était pas moins sûr, en fait. Il ouvre la bouche pour répondre qu’il est bien conscient de tout ça mais elle ne lui en laisse pas l’occasion. Ses mots sont crus, et son visage revêt une expression qu’il n’avait dès lors jamais vue. Il pouvait y lire la rage, et le visage qu’il avait vu dans ce couloir avait disparu.  Le brun recule d’un pas en se raclant la gorge interloqué par ses propos. « Je sais Ness. Et rien que je ne pourrais te dire ne satisfera ton cœur. Je le sais aussi. » C’était impardonnable, il en avait bien conscience. Mais peut-être qu’un jour elle comprendra la complexité de son amour, les blessures de son cœur. « Je te demande pas d’être amis. » Ses propos le chamboulent. Elle ne sait que trop bien que le temps est précieux dans une vie. Il relate chaque mot qu’elle vient de dire, et encore une fois ça ne lui dit rien qui vaille. Jane à l’habitude de tenir ce genre de propos et la comparaison n’est pas des plus rassurantes. « Attend. » Elle s’apprêtait à tourner les talons, il le sentait. « Je ne te demande pas de me pardonner, ni même d’essayer de comprendre. Accorde-moi cinq minutes de ce temps si précieux. Je ne le mérite certainement pas. Mais regarde-moi dans les yeux et ose me dire que tout ça ce n’était que du vent ? » Il souffle, pose le dossier sur le muret à sa droite et s’assoit à son tour. Maintenant c’est à elle de choisir, elle peut s’asseoir cinq minutes, ou tourner les talons et oublier tout ça. Il est idiot Jeremy, il y a bien plus de chance que le second scenario se produise. Mais elle a beau tenir une place de choix dans son cœur, il n’a plus aucune légitimité de la retenir. Même s’il le voudrait. Même s’il voudrait la revoir de temps en temps. Etre en bons termes et passer de bons moments. S’il n’avait pas eu de mauvais pressentiment en la voyant les yeux humides dans cet hôpital, il l’aurait surement laissé partir. Malgré tous ces mauvaises choix, Jeremy n’a toujours eut que des bonnes intentions. Et là encore, il ne voulait pas la blesser, juste lui offrir une présence, peut-être dans un de ces moments difficiles qu’on traverse tous. « Je sais ce qu’hôpital est souvent synonyme, et je te connais assez bien pour comprendre ton langage corporel Ness. » Il se détestait d’avoir ce genre d’intuition, mais avec sa femme, il savait reconnaitre ce genre de chose. Sa présence la rassurait autrefois, et il avait un mince espoir que malgré tout, ça soit encore le cas aujourd’hui. Si elle préférait qu’il se taise, il se taira, si elle veut le gifler, il lui tendra l’autre joue. Ce qu’il attend pour le moment, c’est comprendre ce qu’il en est réellement. Et quoiqu’il ait pu advenir durant toutes ses années, s’il finit par entendre qu’elle est malade, son cœur risque de s’émietter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 23/02/2017
›› Commérages : 146
›› Pseudo : Getget (Gaëtane)
›› Célébrité : la douce et jolie Lily James
›› Schizophrénie : sevan martell, holia millson, clyde rashmi, andrea reagan
›› more about me

Re: There was a time when i would have smiled at you + JEREMY ✻ ( Lun 17 Juil - 15:36 )

jeremy&ness ⊹ Jeremy avait été son premier amour, celui qu’elle avait tant aimé, celui pour qui elle avait tout donné. Mais aussi celui pour qui elle avait tant pleuré après avoir découvert sa trahison. Elle ne peut pas prétendre que sans cet incident ils seraient toujours ensemble aujourd’hui, personne ne peut connaître le futur mais elle aime penser que si. Ness était jeune et puis Ness est de ce genre de personne qui donne tout, lorsqu’elle aime c’est passionnément alors oui à l’époque elle pensait que Jeremy était l’homme de sa vie. Elle a passé 4 années à ses côtés et au cours de ses 4 années elle a grandi, murit, appris. Pas un seul instant elle n’a douté de lui, pourquoi l’aurait-elle fait alors qu’il était si bon avec elle. Il la chérissait comme la prunelle de ses yeux, il avait toujours une petite intention pour elle, un mot doux. Non vraiment rien n’aurait pu lui laisser penser que dans son dos alors qu’elle prévoyait un futur pour eux deux, lui était en train de commettre un acte impardonnable. Ness elle est faible, fragile et préfère se préserver en fuyant après ces quelques paroles.  « Ecoute Ness. » Elle le regarde, fixant ses prunelles puis fini par détourner le regard. « T’as toutes les raisons du monde de me détester. » Au moins il le reconnait c’est déjà ça. Bien sur qu’elle a le droit de le détester et elle ne compte pas s’en priver alors pourquoi tient-il tant à ce qu’elle lui parle. « Je sais Ness. Et rien que je ne pourrais te dire ne satisfera ton cœur. Je le sais aussi. » Aucune parole venant de sa part ne lui ferait lui pardonner, seulement le temps pourrait en être capable et pourtant aujourd’hui, des années après le pardon lui semble encore lointain. « Je ne te demande pas d’être amis. »  Et bien tant mieux car elle refusait d’être ami avec lui. En fait elle en était tout simplement incapable. Comment pourrait-elle accepter de le reléguer à cette place quand on sait qu’il a eu une place tellement plus importante dans son cœur. La place la plus importante. Et puis elle ne saurait pas comment être amie avec lui. Comment fait-on pour être simplement ami avec un homme qu’on a tellement aimé ? « Tant mieux parce que je ne veux pas être ton amie » Elle avait décidé de jouer la carte de la franchise avec lui malgré tout ce que ça lui coutait. Peu importe la haine qu’elle avait envers lui, lui parler ainsi ne lui était pas naturel et lui faisait mal. Mais elle voulait qu’il comprenne qu’elle ne comptait pas lui pardonner. « Attend. » Ness relève son regard vers lui pendu à ses lèvres malgré elle. « Je ne te demande pas de me pardonner, ni même d’essayer de comprendre. Accorde-moi cinq minutes de ce temps si précieux. Je ne le mérite certainement pas. Mais regarde-moi dans les yeux et ose me dire que tout ça ce n’était que du vent ? » Il y a quelques minutes elle avait décidé de le fuir à tout prix, la première fois sans lui adresser la paroles et la seconde après l’avoir renvoyé chier. Mais finalement elle se disait qu’elle devrait peut-être rester. Lui octroyer cinq minutes de son temps juste pour lui dire combien elle le déteste de milles façons différentes. Lui dire qu’elle le déteste surement autant qu’elle l’a aimé, autant qu’elle l’aime peut-être encore aujourd’hui. « Très bien cinq minutes. C’est tout ce que je te donne » Et elle était prête à mettre un minuteur pour ne pas lui laisser une seule seconde supplémentaire. Elle prit place à côté de lui, sans le regarder, fixant simplement les voitures au loin sur le parking. Si seulement elle avait pris sa voiture elle serait déjà loin et il ne l’aurait pas rattrapé. « Je sais ce qu’hôpital est souvent synonyme, et je te connais assez bien pour comprendre ton langage corporel Ness. » Soudain elle se sentit comme mise à nu face à lui, sans plus aucune intimité. Elle avait oublié qu’il l’a connaissait aussi bien. Elle sait ce qu’il attends, il veut savoir ce qu’elle faisait ici, dans ce lieu qui est si souvent signe de mauvaises nouvelles. A-t-il le droit d’exiger de telles réponses ? Certainement pas. « Tu veux savoir quoi Jeremy ? Pourquoi j’étais à l’hôpital ? » Elle ne lui laisse pas vraiment le temps à la réponse puisqu’elle enchaîne immédiatement. « T’as perdu ce droit le jour ou tu m’as trompé alors pourquoi est-ce que je te donnerais une réponse hein ? » Mais si elle a accepté de s’asseoir à ses côtés c’est bien pour une raison non ? « Je suis venue passer des examens c’est tout » Des examens de routine qui lui coûte pourtant tellement d’angoisse à chaque fois.  « Et puis de toute manière depuis quand ma santé t’intéresses-t-elle à nouveau ? » Elle lui en veut, elle lui en veut pour tellement de choses et elle compte bien en parler maintenant puisque que c’est ce qu’il voulait. Parler. « J’ai passé des mois dans cet hôpital, dans une de ses chambres et tu n’es jamais venu… Surement étais tu trop occupé à coucher avec ma sœur » A cette époque elle était en froid avec lui mais aussi avec Mila, mais la brune était venue à son chevet, l’avait aidé à battre cette maladie. Lui pour qui elle comptait tant apparemment, ou était-il ? A-t-il seulement pris des nouvelles ? « Je vous avais tous les deux rayés de ma vie. Mais Mila est revenu et même si je n’oublierais jamais ce qu’elle a fait elle est revenue et j’ai fini par lui pardonner » Elle relève la tête vers lui, la haine dans son regard fait doucement place à de la tristesse. « Toi tu n’es jamais venu… »

_________________
Get out, get ou of my head
Ne cherche pas à m'appeler, ni à savoir où je suis, ni comment je vis, je crois que ce n'est plus le problème. J'ai réfléchi, je pense que c'est la meilleure solution, faire comme toi, vivre de mon côté en t'aimant bien mais de loin. Je ne veux pas attendre tes coups de téléphone, je ne veux pas m'empêcher de tomber amoureuse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: There was a time when i would have smiled at you + JEREMY ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

There was a time when i would have smiled at you + JEREMY

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Pacific medical center
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération