Brother, let me be your shelter ✻ THOMAS

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street :: Heaven Central Park
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 23/05/2016
›› Commérages : 515
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Luke Cutie Mitchell
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood) & Mia Smith (Ashley Benson), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Brother, let me be your shelter ✻ THOMAS ✻ ( Lun 8 Mai - 22:03 )



Brother, let me be your shelter
THOMAS ☽ Brother, let me be your shelter. Never leave you all alone. I can be the one you call when you’re low. Brother, let me be your fortress when the night winds are driving on. Be the one to light the way, bring you home.


« S'il-te-plait, Papa ! » Le regard de chien battu que lui lance Sam et le fait qu'il l'est appelé Papa font automatiquement craqué le grand blond. Non, décidément, il ne peut rien lui refuser, même quand ce que lui demande son fils va finir par l'agacer. Alec penche un peu la tête sur le côté, faisant mine de réfléchir avant de sortir, dans un souffle, un jolie : « Bon, d'accord. » Sam le remercie en courant et hurlant jusque sa chambre. Ou, dans le cas actuel, la chambre qu'il a choisi en arrivant chez le Winterfell. Autant dire que ça changeait un peu, d'avoir un gosse à la maison, mais aussi la mère de ce dernier, avec qui, sans vraiment l'avoir voulu, des tensions se sont crées. Ils ont un peu de mal à se parler, à se comprendre. Mais un jour ou l'autre, ils y arriveront. Le blond en est persuadé. De toute façon, il va falloir qu'ils fassent avec. Sam avait le droit de passer du temps avec Avalon, tout comme avec Alec. L'arc et les flèches dans ses petites mains, le jeune garçon revient à ses côtés, un sourire aussi jusqu'au oreille. « Prêt ? Tu n'as rien oublié ? » Alec récupère les affaires afin de lui facilité la marche. Faut dire qu'à quatre ans, il a parfois encore du mal à tenir correctement sur ses deux jambes. Il ne voudrait pas risquer de le blesser en le laissant porter ses jeux. Sam acquiesce et les voilà, après un rapide baiser à Avalon, entrain de marcher vers le parc. Le blond aurait très bien pu prendre la voiture, mais il préférait profiter du beau temps. Et puis, il n'était qu'à une dizaine de minutes de ce grand terrain d'herbe et d'arbre. Ça ne leur coûtait pas grand chose, si ce n'est faire un minimum de sport. Chose qui, par chance, plaisait au petit garçon. Sincèrement, Alec était heureux d'avoir eu la chance de le rencontrer si jeune et de ne pas avoir perdu trop d'année. Sam n'avait donc pas pu se sentir abandonné. Peut-être que plus tard, il demanderait juste les raisons de ces trois ans sans le militaire, mais la réponse serait simple : On le pensait mort, comme il pensait l'irlandaise morte. Enfin ... Il n'allait pas s'aventurer sur ce terrain glissant aujourd'hui. Non. Il préfère s'amuser et continuer d'apprendre à Sam à tirer au tir à l'arc. C'est pas encore chose gagné malgré les divers essais fait depuis deux semaines. Ils n'ont fait que ça. « Tire sur ta corde ... Doucement. Et lâche. » Sam effectue avec précision et peu d'agilité ce que lui dit le blond. Si la première flèche atterrie plus ou moins proche de la cible en carton, la deuxième, elle, finit sa course sur les fesses d'un monsieur. Alec se retient de rire mais Sam, lui, est déjà partie. « Chut. Va t'excuser crapule. » Il prends la main de Sam et marche jusqu'à cette tête blonde qui vient tout juste de se retourner. « Thomas ? » Et bien ! En voilà une surprise. « Pardon pour la flèche. » Ah oui ... C'est vrai. Alec ne peux plus retenir son rire. « J'lui apprends à tirer. » Mais, comme il a pu le constater, ce n'est pas encore gagné. Mais bon, peut-être qu'à force de s’entraîner, il deviendra un tireur d'élite. Pas certain que sa maman apprécie. Elle risque de finir par tuer Alec pour avoir mis leur fils dans un métier des plus dangereux. « Ca fait un bail qu'on s'était pas croisé. Ça va ? » Faut dire qu'entre le boulot, Sam, Avalon et ses nuits blanches, Alec avait eu quelque peu du mal à retrouver un rythme. Il avait cependant de la chance dans tout ce bazar. Thomas le comprenait toujours. « Je te présente Sam. Mon fils. » Le blond n'avait pas encore pu le lui présenter. Alec le prends dans ses bras pour que le petit garçon soit à leur hauteur. Ce dernier se cache très vite le visage, jouant au gêné. « Enfin ... Ses cheveux. » Ca irait mieux d'ici quelques secondes. Le jeune homme le repose sur le sol et Sam s'empresse de récupérer ses flèches et de s'amuser à nouveau à tirer. Oh diantre ... Ils feraient mieux de se mettre derrière lui. Alec s'empresse donc de bouger, suivit de près par Thomas. « Il aimerait devenir Robin des Bois .. » qu'il souffle, faible sourire sur les lèvres. « Question importante, d'ailleurs : t'es contre ou pour les tampons périodiques ? » Il avait vu ce reportage dernièrement, ça l'avait quelque peu troublé. « Bref, sinon, qu'est-ce que tu faisais ? »


our story was epic, y'know
My heart is gold and my hans are cold If the morning light don't steal our soul, we will walk away from empty gold. Dark as midnight sun, smoke as black as charcoal fills into our fragile lungs. Cause when our demons come, dancing in the shadows to a game that can't be won. Feel like we've been falling down like these autumn leaves. But baby don't let winter come, Don't let our hearts freeze.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 17/04/2017
›› Commérages : 89
›› Pseudo : SA.
›› Célébrité : Sam Claflin
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Brother, let me be your shelter ✻ THOMAS ✻ ( Mer 17 Mai - 3:14 )

❝Brother, let me be your shelter .❞ You're my brother, and i will always protect you.Une de ses énièmes journées sans Darcy. Quelle horreur, mais quelle idée j’avais eu d’aimer une femme devenu amnésique ? Il n’y avait pas plus douloureux que d’aimer une femme qui n’a aucun souvenir de votre relation. J’aimais pas les faux-semblants, mais je n’avais pas le choix, c’était une des directives impératives du médecin : Ne pas la bousculer. Même si parfois ça me démangeait sévère, je me faisais docile et le meilleur ami possible alors que j’avais des envies dévorantes de l’embrasser. Bref. Aujourd’hui ça allait être journée détente. Au programme, photographie au parc, restaurant gastronomique et peut être même un cinéma. Une journée sans Darcy, une journée sans amnésie, une journée pour moi. Je pris mon appareil photo dernier cri, rutilant d’efficacité, l’objectif était dans le sac, parfait. Je regardais ma batterie et pris celle de secours, puis fermais les portes de l’appartement en direction de mon lieu sacrée. Je n’étais pas très loin du parc, et puis la marche à pied c’est bon pour la circulation sanguine. De temps à autre je m’arrêtais pour capturer des scènes de la vie quotidienne, comme un homme assis buvant son café, son journal à la main. Ou encore une scène de ménage terminant sur un baiser. Le lever du soleil ou quelqu’un qui écoute de la musique en dodelinant de la tête. Les gens semblaient heureux, et hors du temps. Ils ne se doutaient même pas de tout ce qui pouvait se passer à l’extérieur. Et heureusement pour eux, moi je savais, et bien malgré moi, j’en cauchemardais chaque nuit. J’essayais de vivre comme eux, simplement et naïvement, mais c’était bien trop dur. J’étais arrivé au parc, je pris des clichés, à droite à gauche. Un enfant riant aux éclats, ou encore une femme enceinte. Et bien naturellement, je ne pus m’empêcher de penser à Darcy, et à cette discussion qu’on avait eu sur les enfants. Ce jour-là, je n’avais pas été très coopératif, ni compréhensif d’ailleurs. Elle avait émis son souhait, et moi je m’étais fermé comme une huitre, réfutant l’hypothèse d’en avoir, ayant trop peur. Peur qu’eux aussi perdent leurs parents comme je l’avais vécu. Elle n’avait trop rien dit, se montrant compréhensive, mais j’avais bien vu dans son regard qu’elle était attristé. En y repensant, j’avais été trop dur avec elle. Et il fallait à tout prix que je pense à elle plus qu’à moi, je devais affronter mes peurs, quelles qu’elles soient. Dans mes pensées, je ne vis même pas la grand-mère, que je percutais doucement. Je m’excusais immédiatement et ramassais son sac, en la prenant par les épaules.

« - Oh excusez-moi Madame, je ne vous ai pas vus. Vraiment je suis désolé. Passez une bonne journée ! »

A la fin de ma phrase, la grand-mère s’en allait en soupirant et je reçu une flèche dans le derrière. Aie. Je me frottais le fessier puis je me retournais en voyant une petite boule de cheveux, armé d’un grand gaillard que je connaissais par cœur. L’enfant aussi, puisque Darcy m’en parlais souvent. Sam, le fils d’Avalon et de ce grand con, mais mon meilleur ami, Alec. Je riais doucement, tout en continuant de me frotter le derrière. Le petit s’excusait et je lui fis un clin d’œil, avant de regarder Alec.

« - C’est rien va, j’ai juste perdu un bout de fesse. Ça repoussera ! Alec. Grand C… O… N…, tu m’as manqué mon frère. »

Je rangeais mon appareil dans sa sacoche puis, je lui tendais la main pour le saluer, mais lui fit une accolade un peu plus bousculé, en riant. Il me parlait de la durer sans se voir, et il était vrai que lui comme moi nous avions fait un bout de chemin depuis notre dernière vus. J’étais vraiment content de le voir. Il me présentait Sam, qui se cachait alors que l’on s’était déjà vu plusieurs fois chez Darcy. Je riais, en ébouriffant la tignasse du petit, un peu gauche.

« - Je vais bien mon frère, et toi alors ? Salut Sam ! Enchanté d’enfin te connaître dans les formes… Oui. Je l’ai vus plusieurs fois j’ai Darcy, mais en coup de vent. Et puis, il a ta tête, je peux que me douter que c’est ton fils ! Le pauvre ! »

Je riais de ma boutade, puis haussais un sourcil quant à la question du robin des bois, puis des tampons. Question qui m’interpellait, je ne m’étais jamais interroger sur le sujet. Je me frottais l’arrière du crâne, puis répondit d’un éclat de rire.

« - Hum, la précision ça n’a jamais été ton fort Alec, fait appel à un pro ! « je me désignais du doigt » La preuve tu lui apprends à viser les croupions ! Pour ce qui est des tampons, pour avoir essayé, ce n’est pas confortable… … … Je rigole, j’en sais rien du tout mon frère, je me suis jamais posé la question ! »

Je riais puis, lui désignait mon appareil photo, lui montrant la bête de technologie.

« - Hum, je suis photographe amateur, j’étais en mode « je prends tout ce qui me plais, en photo. Plus sérieusement, j’essaie d’augmenter la taille de mon book pour essayer d’exposer en galerie. »

© 2981 12289 0



   
I CAN LIVE UNDERWATER

   
When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 23/05/2016
›› Commérages : 515
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Luke Cutie Mitchell
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood) & Mia Smith (Ashley Benson), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Brother, let me be your shelter ✻ THOMAS ✻ ( Mer 24 Mai - 21:40 )



Brother, let me be your shelter
THOMAS ☽ Brother, let me be your shelter. Never leave you all alone. I can be the one you call when you’re low. Brother, let me be your fortress when the night winds are driving on. Be the one to light the way, bring you home.


Alec revit en ce moment. C'est un tout nouveau lui qui se promène dans ce parc, en compagnie de son fils, Sam. Oui, il revit. Il réapprend à vivre pour la simple et bonne raison que désormais, il a un but. S'il sourit, c'est pour Sam. S'il montre une joie de vivre, c'est pour lui aussi. Il est devenu essentiel pour son bien-être et parfois, Alec, il prends peur. Quand il voit le comportement qu'il a avec Avalon, il doute. Alec se dit qu'il n'arrivera jamais à avoir une relation de la sorte, à rattraper les quatre ans de séparation qu'ils ont eus. Il se dit que peut-être, au fond de lui, Sam n'éprouve pas les même chose pour lui que pour sa maman. Peut-être qu'il lui en voudra plus tard ... Le blond, il a tendance à réfléchir de trop et a perdre facilement le peu de confiance qu'il gagne au fur et à mesure du temps. S'il en parlait avec Ava, elle lui taperait sur les doigts et pas qu'un peu. Elle lui dirait qu'il est débile de penser à des choses pareils parce qu'elle le voit, elle. Elle voit que Sam est heureux d'être à ses côtés et d'avoir un père désormais présent. Mais malgré toutes ces choses, Alec, il a du mal. Il fait avec. Néanmoins, aujourd'hui, il a décidé de ne pas se prendre la tête. Il fait beau, chaud. Le parc est remplis de monde mais il arrive à trouver un petit endroit plutôt calme pour qu'il continue d'apprendre à Sam à tirer avec un arc. Un jour, il y arriverait tout seul et comme un grand. C'est juste pas aujourd'hui. Non. Aujourd'hui, il lance les flèches sur les fesses des passants, plus particulièrement sur celle de son meilleur ami : Thomas. Bordel, il lui avait manqué ! « - C’est rien va, j’ai juste perdu un bout de fesse. Ça repoussera ! Alec. Grand C… O… N…, tu m’as manqué mon frère. » Il rigole quand il entends le gros-mot dit de la sorte. Oui, vaut mieux éviter que Sam apprenne ce vocabulaire. « Quelques cours de sport et le bout de fesse sera rebouché. » Lui aussi, il peut le taquiner, parce que leur relation est comme cela. Ils se taquinent, s'embêtent un peu et puis, ils rigolent. Ils ne peuvent pas et ne savent pas se disputer. Ça ne leur viendrait même pas. « - Je vais bien mon frère, et toi alors ? Salut Sam ! Enchanté d’enfin te connaître dans les formes… Oui. Je l’ai vus plusieurs fois chez Darcy, mais en coup de vent. Et puis, il a ta tête, je peux que me douter que c’est ton fils ! Le pauvre ! » Ah oui ?Alec n'a pas été mis au parfum. Il ne savait pas qu'il avait déjà croisé Sam. A priori, Sam ne lui raconte pas tout. « Ca va, ca va. » Il continue sa route, sa reconstruction. Tout comme Thomas. « Alors comme ça, tu as déjà vu la fripouille ? » Le blond ne résiste pas au fait de chatouiller un peu son fils avant de le déposer par terre. « Comment ça, le pauvre ? Tu insinues que je suis moche ? Ou que je suis tellement beau qu'il va briser des coeurs ? » Si Thomas ne prends pas la deuxième option, l'ancien militaire va lui en faire voir de toutes les couleurs. Un vrai feu d'artifices. Alec sera bien obligé de lui rappeler qui avait réussi à coucher avec l'une des militaires filles de leur section, le premier. « - Hum, la précision ça n’a jamais été ton fort Alec, fait appel à un pro ! » Béh ! C'est vil, ça, McAllister. Mais c'est pas totalement faux non plus. « Dommage que je ne connaisse pas de pro ... » qu'il souffle, l'air de rien. Mais à vrai dire, Thomas devrait prendre sa place pour lui donner des cours. C'était lui le meilleur dans ce domaine et ça c'était confirmé sur le terrain. Alec, lui, était un peu plus stratégique. « J'me suis quand même amélioré ! » qu'il annonce, un peu fière. Il proposerait bien une partie de paintball, mais il a un peu peur de la réaction de son frère d'arme. Et si, malencontreusement, ça fait resurgir trop de souvenirs ? Le blond secoue légèrement la tête pour retrouver ses esprits. Ce n'est pas le moment de s'égarer et de penser à tout ceci. « - La preuve tu lui apprends à viser les croupions ! Pour ce qui est des tampons, pour avoir essayé, ce n’est pas confortable… … … Je rigole, j’en sais rien du tout mon frère, je me suis jamais posé la question ! » Alec ouvre la bouche en grand quand il apprends que Thomas, le Thomas qu'il connait a essayer des tampons .. Mais il soupire de soulagement en apprenant que ce n'était qu'une boutade. « Espèce de gros nul ! » L'ancien militaire rigole, frappe un peu l'épaule de son ami et reprends de plus belle dans son fou rire. « J'ai vraiment cru que tu l'avais fait ! » Non aps que ça l'aurait gêné. Alec n'est pas très regardant vis à vis de l'orientation sexuelle et des pratique des autres. Mais il aurait quelque peu était surpris de ne pas savoir ce genre de chose vu qu'ils sont assez proche. « - Hum, je suis photographe amateur, j’étais en mode « je prends tout ce qui me plais, en photo. Plus sérieusement, j’essaie d’augmenter la taille de mon book pour essayer d’exposer en galerie. » Alec opine de la tête. Il lui en avait déjà parlé, de son envie de faire une galerie. « T'as pas de contact avec une personne ayant une galerie ou quoi ? » Il a tendance à tout oublier, le blond. Il mérite parfois qu'on le frappe à la tête pour tout faire emmagasiner. « Et avec Darcy ... ? » Alec, il sait qu'il entre dans un sujet assez complexe alors, il préfère s'assoir sur le sol vert et frais pour être un peu plus à l'aise. Et d'ici, il peut voir son fils s'éclater avec son arc et ses flèches. Qu'est-ce qu'il est adorable. « Avalon m'a dit que ça "allait". » Le blond ne prenait pas vraiment le temps de prendre des nouvelles de Darcy personnellement. Il avait toujours des échos des gens qui l'entouraient. « C'est pas trop pesant ? » Il est bien placé pour savoir que la perte d'une personne, celle qu'on juge être la femme de sa vie, est plutôt déprimant. Certes, Darcy est toujours vivante, mais elle a oublié les parties les plus importantes de sa vie.


our story was epic, y'know
My heart is gold and my hans are cold If the morning light don't steal our soul, we will walk away from empty gold. Dark as midnight sun, smoke as black as charcoal fills into our fragile lungs. Cause when our demons come, dancing in the shadows to a game that can't be won. Feel like we've been falling down like these autumn leaves. But baby don't let winter come, Don't let our hearts freeze.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 17/04/2017
›› Commérages : 89
›› Pseudo : SA.
›› Célébrité : Sam Claflin
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Brother, let me be your shelter ✻ THOMAS ✻ ( Dim 25 Juin - 2:45 )

❝Brother, let me be your shelter .❞ You're my brother, and i will always protect you.Voir mon frère d’arme avec son fils, me fit chaud au cœur. Je le savais avec Avalon, je le savais heureux et enfin en quête de rédemption. Il le méritait ce bonheur, plus que quiconque d’ailleurs. Avec tout ce qu’on a vécu merde, il avait le droit d’être heureux. Et puis Avalon, c’est la femme de sa vie, la seule capable de le chambouler, de le révéler à sa véritable nature. Puis elle lui a donné un fils, le plus beau cadeau du monde en somme. Je me doutais que ce n’était pas une mission facile pour lui, être si sérieux, si responsable. Mais je le savais capable, et le voir se comporter ainsi avec Sam, me donnait raison de croire en lui. Il transpirait le bonheur. Mais il me renvoyait aussi dans la figure la précarité de ma situation. Lui avançait dans la vie, et moi je faisais du sur place. Je stagnais dans ma vie, même si j’avais Darcy, j’étais désormais seul. Maudit accident, il m’avait retiré l’avenir d’une famille proche. Je secouais légèrement la tête pour revenir au sujet, et riait face à ce frère toujours égal à lui-même.

« - T’es fou, c’est plus simple la chirurgie esthétique. Un fessier à la Kim Kardashian ça fait rêver non ? »

Je faisais mine de réfléchir avant d’éclater de rire et de faire un non de la tête, balançant mes bras le long de mon corps.

« - A bien réfléchir, le sport ça coûte moins cher, et puis je me vois pas avec ça, je passerais plus les portes après ! »

Je pouffais de rire, puis le vit proche de son fils. Il lui ressemblait tellement, frimousse blonde, regard rieur, aussi timide que lui, mais tellement blagueur quand on le connait bien. Tornade à ses heures perdues. Chez Darcy, à chaque fois qu’il venait c’était Tchernobyl après son passage chez elle ! Comme son père en soit ! Il continuait sa reconstruction, sainement et ça faisait plaisir à voir. Je souriais doucement à Alec, à ce petit bout de gars avant de rire aux mots de mon frère. Il déposait son fils au sol, non sans le chatouiller, et l’un comme l’autre on regardait ce petit gars partir jouer.

« - Oui, chez Darcy. Comme elle le garde régulièrement, il lui refait souvent sa déco. C’est drôle. Il me rappelle quelqu’un ! »

Je levais les yeux au ciel en sifflotant, avant de prendre le bâton qu’il me tendait pour le battre. Erreur mon frère, erreur fatale ! Je levais un sourcil, le sourire taquin.

« - Bien sûre que t’es moche ! De nous deux, c’est moi le beau gosse pas toi ! Il tient d’Avalon pour sa belle gueule ! »

J’éclatais de rire, avant de me reculer vivement avant de m’en prendre une vilaine. J’étais plié de rire en le voyant se décomposer puis l’attrapait virilement par les épaules, le chahutant un peu.

« - Prends pas la mouche princesse ! Je déconne ! T’es beau comme un camion ! »

Il était mon frère, et il était normal que l’on se taquine un peu. Après tout lui et moi, c’était l’histoire d’une vie. On avait vécu tellement de chose ensemble qu’on se connaissait quasiment par cœur. On s’aimait vraiment, et ça c’était chouette. Et puis il me le rendait tellement bien. Tel Tic et Tac, inséparable, des jumeaux complémentaires. Sur le terrain il était le cerveau, j’étais le corps. Il était le stratège, j’étais la précision du geste. Un tout. Et quand il me taquinait sur le fait qu’il ne connaissait pas de pro, je levais un sourcil amusé. Lui comme moi savions que j’étais le meilleur. Il m’avouait s’être amélioré et je lui tapais sur l’épaule.

« - Il était temps ! C’est bien mon frère, je suis fier de toi ! »

Puis son visage se décomposait sur ma réponse au sujet des tampons, et je fus pris d’un fou rire, tant son visage se stupéfiait, limite la bouche ouverte !  Une claque sur l’épaule amplifiait mon rire, et je regardais mon ami rire autant que moi. Qu’il est bête celui-là, une découverte de la sorte je lui en aurais fait part à tous les coups quand même !

« - Bah ouais, je l’ai bien vu à ta tête ! Puis tu sais bien que je t’aurais fait part de ma découverte si ça aurait été le cas, on se dit tout frère ! »

Je riais encore un peu, puis me calmais en respirant calmement, sujet sérieux qu’est mon avenir. Je n’en avais aucun en fait. Je cumulais des petits boulots pour vivre, mais rien de très probant quant à ma carrière dans la photographie. Je fronçais les sourcils à sa question, répondant simplement et honnêtement.

« - Non. Aucun. Mais tu connais ma tchach facile, je vais trouver ! »

Un clin d’œil complice, puis vint la question qui fâche : Darcy. Je fermais les yeux brièvement, en soupirant audiblement pour répondre sa question, avant de rire faiblement et de le rejoindre au sol. Il fallait bien en parler, et puis peut-être que ça me ferait du bien après tout. Nos regards étaient posés sur Sam, tandis que je lui parlais à cœur ouvert.

« - Physiquement elle va bien. Elle a recouvert toutes ses capacités physiques, elle a même repris le travail. Mais le reste. Je te jure Alec, elle ne se souvient de rien. Juste de notre amitié, alors que moi. Bah moi comme un con, je me souviens de tout. De notre amour, notre histoire. Et putain, ce que c’est dur ! J’en viens même à regretter d’être parti loin d’elle, sans ça, elle n’aurait jamais eu d’accident. »

J’étais amer, et en réalité, je me sentais coupable de son accident. Car je savais que j’en avais été la cause, si nous n’étions pas pris la tête, elle n’aurait pas été distraite et peut-être qu’elle l’aurait vu cette voiture… Je soupirais, avant de tourner ma tête vers Alec.

« - Si tu savais comme c’est dur d’aimer quelqu’un qui ne se souvient pas qu’elle t’aime. Ma vie est tellement merdique dite comme ça ! Bien qu'il est vrai que ma vie sans elle est fade. »

J’étouffais un rire sombre, avant de rabattre mon regard sur le fond du parc. Triste. Ouais, c’était ça ma vie de tous les jours.

© 2981 12289 0



   
I CAN LIVE UNDERWATER

   
When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 23/05/2016
›› Commérages : 515
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Luke Cutie Mitchell
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood) & Mia Smith (Ashley Benson), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Brother, let me be your shelter ✻ THOMAS ✻ ( Dim 9 Juil - 15:50 )



Brother, let me be your shelter
THOMAS ☽ Brother, let me be your shelter. Never leave you all alone. I can be the one you call when you’re low. Brother, let me be your fortress when the night winds are driving on. Be the one to light the way, bring you home.


Il n'y avait bien que son fils pour rater ses tirs et envoyer une fléchettes en plastiques dans le derrière de son meilleur ami, sans même le vouloir. Heureusement que tout le monde savait rire et qu'il connaissait donc cette petite bouille blonde, ça permettait de pouvoir rire de cette bêtise. Et avec Thomas, rares étaient les fois où ils ne rigolaient pas. « - T’es fou, c’est plus simple la chirurgie esthétique. Un fessier à la Kim Kardashian ça fait rêver non ? » Alec penche la tête sur le côté, laisse son regard se poser sur les fesses de son bras droit. Ses lèvres font une petite moue dubitative. Apparemment, la même idée de dégoût les traverses en même temps. Quand Thomas secoue la tête négativement, Alec s'écrit d'un jolie : « Non. » Un cul de la sorte, ça fait rêver personne. Sauf le mari de Kim. Mieux vaut rester naturel, avec ses formes et ses défauts. Il faut s'accepter comme ils sont. Mais bon, Thomas ne doit pas avoir trop de mal. Il est musclé. Il est grand. Il est blond/brun. Il a des yeux a faire roucouler toutes les femmes du monde. Il est loin d'avoir besoin de chirurgie esthétique pour plaire. « Puis bon, est-ce vraiment nécessaire d'avoir un cul de la sorte, pour nous, les hommes ? » Question existentielle du jour, bonjour. « - A bien réfléchir, le sport ça coûte moins cher, et puis je me vois pas avec ça, je passerais plus les portes après ! » Il acquiesce, non sans rejoindre son compagnon dans son rire. « J'imagine tellement le truc. » Ce genre de connerie, ils l'auraient fait avant. Dans les couloirs de la caserne. Devant les mentors. Ils les auraient emmerdés comme jamais. Se serait fait punir comme toujours. Mais ils en auraient garder de tellement bons souvenirs. C'est surement grâce à cela qu'ils en sont là aujourd'hui : toujours ensemble, toujours ami, toujours proche l'un de l'autre peut importe ce qui se passait. « J'exisge d'être là si tu le fais un jour ! » Il n'a pas le droit de refuser. « - Oui, chez Darcy. Comme elle le garde régulièrement, il lui refait souvent sa déco. C’est drôle. Il me rappelle quelqu’un ! » Ah. La crapule. Alec dépoe un petit baiser sur son front avant de le laisser gambader juste à côté d'eux. « Je ne vois absolument pas qui. » Pourtant, il cherche. Mais non, ça ne lui vient pas. « - Bien sûre que t’es moche ! De nous deux, c’est moi le beau gosse pas toi ! Il tient d’Avalon pour sa belle gueule ! » Non, mais ! C'est la meilleure. « Je suis déçu de toi ! » Alec pensait secrètement que Thomas avait eu un faible pour lui. « Moi qui pensait que j'étais ton idole, ton maitre Yoda, l'homme auquel tu voulais ressembler ... » Oui, il était déçu. « - Prends pas la mouche princesse ! Je déconne ! T’es beau comme un camion ! » Non, qu'il ne s'en fasse pas. Pas pour si peu. « WOW. Je ne pouvais rêver mieux d'être comparé à un camion. T'as l'art de savoir draguer mon vieux. » Ou pas. En tout cas, s'il dit des choses de la sorte à Darcy, c'est pas étonnant qu'elle a du mal à savoir où elle en est avec lui. « - Il était temps ! C’est bien mon frère, je suis fier de toi ! » Merci, merci. Alec avait finit par faire quelques efforts et arrêté de compter sur Thomas. « Il le fallait. Tu n'étais plus là pour couvrir mes arrières. C'est d'ailleurs parfois compliqué de travailler avec une autre équipe. » Faut dire qu'ils faisaient tellement la paire à deux. Ils étaient tellement habitués. « - Bah ouais, je l’ai bien vu à ta tête ! Puis tu sais bien que je t’aurais fait part de ma découverte si ça aurait été le cas, on se dit tout frère ! » Pas faux. Pas faux ! Il opine de la tête. « C'est vrai. » D'ailleurs, comme ils se disent tout il en est où dans le boulot ? « - Non. Aucun. Mais tu connais ma tchach facile, je vais trouver ! » Il espère.« L'offre de venir travailler pour la CIA tient toujours, si jamais. » Le blond le lui avait proposé il y a un moment déjà, mais son ami avait refusé en bloc. Alec pouvait parfaitement comprendre qu'après la guerre, travaillait dans un peu le même milieu, ça pouvait être compliqué. Et puis, ça demandait beaucoup d'heure aussi. Peut-être qu'il préférait les passer auprès de Darcy, c'est compréhensible. « - Physiquement elle va bien. Elle a recouvert toutes ses capacités physiques, elle a même repris le travail. Mais le reste. Je te jure Alec, elle ne se souvient de rien. Juste de notre amitié, alors que moi. Bah moi comme un con, je me souviens de tout. De notre amour, notre histoire. Et putain, ce que c’est dur ! J’en viens même à regretter d’être parti loin d’elle, sans ça, elle n’aurait jamais eu d’accident. » Alec souffle. Il n'arrive pas à comprendre ce que vit Thomas. Il n'a jamais été dans cette situation. Mais il compati. « Pourquoi ... Pourquoi est-ce que tu ne prends pas les devants et que tu lui avoues ? » S'il l'aime, alors autant lui dire. Retarder l'échance, se serait faire pire que mieux. « - Si tu savais comme c’est dur d’aimer quelqu’un qui ne se souvient pas qu’elle t’aime. Ma vie est tellement merdique dite comme ça ! Bien qu'il est vrai que ma vie sans elle est fade. » Oh, il peut le comprendre. « Avalon a encore des sentiments pour moi ... » Et lui ? Lui, il se remet doucement de sa rupture. « Et crois-moi, le fait qu'elle l'ait dit, même si c'est un peu plus compliqué dans notre relation, ça lui a fait le plus grand bien. » Certes, ils ont du mal à rester assis l'un en face de l'autre, à avoir des discussions des plus sérieuses. Mais ça passera, avec le temps. Elle trouvera quelqu'un d'autre, ou Alec finira par tomber amoureux d'elle, une deuxième fois. « Je pense ... Je pense que tu devrais aller la voir, lui expliquer ce que tu ressens, lui dire que tu l'aimes, que tu veux être avec elle. » C'est le mieux à faire à ses yeux. Mais en-est'il capable ? « Si elle t'aimait avant, elle t'aime toujours. Pourquoi ça aurait changer, ça ? » Bonne question.


our story was epic, y'know
My heart is gold and my hans are cold If the morning light don't steal our soul, we will walk away from empty gold. Dark as midnight sun, smoke as black as charcoal fills into our fragile lungs. Cause when our demons come, dancing in the shadows to a game that can't be won. Feel like we've been falling down like these autumn leaves. But baby don't let winter come, Don't let our hearts freeze.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 17/04/2017
›› Commérages : 89
›› Pseudo : SA.
›› Célébrité : Sam Claflin
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Brother, let me be your shelter ✻ THOMAS ✻ ( Mar 25 Juil - 18:58 )

❝Brother, let me be your shelter .❞ You're my brother, and i will always protect you.Alec c’est plus qu’un frère, c’est mon jumeau, c’est mon double. Notre amitié avait été d’une simplicité impressionnante, ça avait accroché de suite pour ne jamais plus se détacher. Pour toujours et à jamais, c’était notre devise avec cette poignée de main virile. Rare avait été les disputes, quelques discordances et encore, mais beaucoup de rire, de connerie, de discussion. C’était plus qu’un ami, c’était un confident, il savait tout de mon fonctionnement et je savais tout du sien. Pas de jalousie entre nous, au contraire, on profitait des qualités de chacun pour s’élever toujours plus haut. Et puis il n’y en avait pas un pour rattraper l’autre en matière de connerie. La preuve avec Kardashian et Alec qui reluquait mes fesses en imaginant les choses. Non ce n’était pas possible une chose pareille ! C’était inhumain, même si ça devait être confortable pour s’assoir. Je riais à sa question existentielle, lui lançant un clin d’œil complice.

« - Les femmes aiment bien les petits fessiers chez les hommes, retiens ça mon ami ! Et file travailler ça, à la musculation, t’es ramolli de ce côté-là ! »

Il riait, tout comme moi, imaginant la scène avec un cul pareil. Alors je mimais mon gros derrière, une démarche de canard, essayant de passer un pas de porte et ramant de toutes mes forces pour passer cette porte imaginaire avant de rire comme un con de mes conneries. A tous les coups, on l’aurait fait à la caserne, et on aurait été de corvée de patates pendant un siècle au moins ! Mais promis, un jour je me déguiserais en Kim K. !

« - Promis, à Halloween, ça sera mon déguisement ! A condition que tu sois mon Kanye West ! »

Je riais de nouveau avant de le voir feindre l’ignorance concernant les décorations. Il a toujours été bordélique, à la caserne, je lui avais sauvé la mise à de nombreuses reprises, lui évitant le mitard pour son bordel ou ses rangers introuvables. C’était Alec, il était ainsi, toujours la tête ailleurs, et complètement à côté de ses pompes parfois. Mais il était mon pote et je le kiffais comme ça. Je lui avouais qu’il était moche, et que si Sammy était beau c’était uniquement grâce à Avalon, et je le vis sourire comme un âne, nullement affecté par mes paroles au contraire de ses mots à lui. Il n’avait jamais été déçu par moi, et ce n’était pas prêt de changer. Je riais à ses paroles, comme un abruti, avant de me mettre à genoux et de l’implorer.

« - Oh grand maître, vous êtes si bon, si beau avec vos oreilles en pointes vertes et le poil aux oreilles ! Je vous admire maître, d’être aussi poilu ! »

J’éclatais de rire, la tête sur la pelouse, avant de regarder Alec, qui semblait amusé de mes conneries. Il vantait mes techniques de drague et je me frottais les cheveux en mode l’Oréal (parce que je le vaux bien), le regard rieur.

« - Et encore t’as pas tout vu, elles tombent toutes à mes pieds avec des mots pareilles, avec l’œillade qui va bien, ça marche à merveille ! »

J’imitais alors l’œillade de pervers, avant de rire de plus belle et de bousculer légèrement l’épaule de mon ami, en souriant. Il n’avait jamais accepté ma décision d’abandonner tout ça, même s’il n’a jamais pris ça comme un abandon, je sentais dans son regard que notre complicité sur le terrain lui manquait vraiment. Moi aussi en un sens, mais je n’étais pas prêt à remettre ma vie en jeu.

« - Je me doute. Je suis irremplaçable ! Mais tu trouveras ton pair frère. Tout ça pour moi c’est du passé, j’ai raccroché les skis ! »

Je souriais et baissais le regard sur l’herbe, songeant à ce que serait ma vie si je recommençais tout ça. J’avais le terrain dans la peau, l’adrénaline des missions à risque, la confiance absolue en mon partenaire, mais une nouvelle donne était désormais dans l’équation : la peur. Et la peur paralyse, et je n’étais pas prêt à l’affronter. Peut-être devais-je en parler à Alec. Vint le sujet Darcy, sujet cher à mon cœur, plombant mon quotidien chaque jour, me noyant dans le désespoir. Il avait connaissance d’une partie du problème, mais pas de tout. Et ainsi simplement il me demandait, le pourquoi de l’absence de vérité. Parfois, j’aurais envie de lui hurler la vérité toute nue, de l’embrasser à pleine bouche, de la plaquer contre un mur et lui prouver à quel point elle me manque. Mais je n’en avais pas le droit… Je soupirais et regardais mon ami :

« - Je n’en ai pas le droit. Le médecin a été formel : Je ne dois pas brusquer les choses, au risque que son état s’aggrave encore plus. Crois-moi que sinon elle le saurait depuis un bail. »

Je soupirais de nouveau, puis me frottais la base du coup, avant de me passer la main dans les cheveux. Mes problèmes de cœur, me bouffait la vie, mais à croire qu’il n’y avait pas que moi que ça bouffait, lui aussi en avait. Et Avalon en était le cœur. Il m’avouait qu’elle l’aimait toujours, et lui semblait ne pas savoir quoi faire de cette vérité. Je levais un sourcil amusé, et regardait mon ami.

« - Et ? Toi aussi tu l’aimes Frère, alors retente ta chance. Elle est ton grand amour depuis le jour où tu as posé tes yeux sur elle. Alors pourquoi tu ne laisses pas les choses se faire ? »

J’étais sincère, il était un couple complet, et ce tragique accident avait mis fin à leur amour. Autant qu’ils reprennent tout depuis zéro, ils seraient ainsi heureux. Je pris une grosse bouffée d’air frais, et souriais à l’éventualité de tout dire à Darcy. Mais tout était bien plus compliqué que ça, et ça Alec ne le mesurait pas de l’extérieur.

« - Je pense qu’elle m’aime au fond d’elle, tu verrais comment elle rougit et sourit comme une nunuche quand elle me voit, y’a aucun doute ! Mais c’est plus compliqué que ça, j’ai peur des conséquences de tels mots sur sa personne. »

© 2981 12289 0



   
I CAN LIVE UNDERWATER

   
When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 23/05/2016
›› Commérages : 515
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Luke Cutie Mitchell
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood) & Mia Smith (Ashley Benson), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Brother, let me be your shelter ✻ THOMAS ✻ ( Jeu 24 Aoû - 16:25 )



Brother, let me be your shelter
THOMAS ☽ Brother, let me be your shelter. Never leave you all alone. I can be the one you call when you’re low. Brother, let me be your fortress when the night winds are driving on. Be the one to light the way, bring you home.


« - Les femmes aiment bien les petits fessiers chez les hommes, retiens ça mon ami ! Et file travailler ça, à la musculation, t’es ramolli de ce côté-là ! » Alec continue de poser son regard sur les fesses rebondies de son amis. Qu'est-ce qu'elles ont, ses fesses à lui ? Certes, il n'a pas la chance d'en avoir beaucoup, mais elles sont quand même là. En tout cas, on lui fait parfois la remarque d'avoir des fesses de Mamadou. Et shit ! Alec se met à rire lentement. C'était toujours comme cela avec Thomas prêt de lui. Ils parlaient, partaient dans des délires sans fin que seuls eux pouvaient comprendre. « Je retiens. Et crois-moi, je bosse sur ça en ce moment. » Malheureusement, il devait aussi travailler les bras, le dos et les cuisses. Autant dire que son programme de musculation 'était loin d'être une partie de plaisir. Heureusement, l'ancien militaire avait encore du jus et de la patience en lui pour supporter tout cela. Mais il n'en restait pas moins réaliste. Son corps commençait peu à peu à fléchir. Bientôt, il ne pourrait plus faire tout ce qu'il fait. Les marques et blessures de la guerre sont toujours ancrés et gravés en lui. Son genou le lâche parfois, son coeur s'emballe pour aucune raison et sa tête ... Sa tête reste toujours l'endroit le plus compliqué et le plus fou chez lui. Parfois, il se demande s'il ne serait pas devenu fou si Thomas n'avait pas été là tout le long de cette longue épreuve. « - Promis, à Halloween, ça sera mon déguisement !  A condition que tu sois mon Kanye West ! » Sourire narquois sur les lèvres, le blond tends la main. « Promesse tenue. Je me transformerais en ton mari, ma Kimie ! » Par contre, il allait devoir dévaliser le magasin de la ville en stock de poudre noir. Se ne sera pas du gâteau pour le faire devenir très bronzé afin qu'il ressemble un minimum à ce fameux Kanye West, lui qui est peu bronzé de base. « - Oh grand maître, vous êtes si bon, si beau avec vos oreilles en pointes vertes et le poil aux oreilles ! Je vous admire maître, d’être aussi poilu ! » MEH ! Alec éclate de rire, loin de prendre toutes ces remarques au sérieux. Comment aurait-il pu les prendre au sérieux ? C'est tout de même son ami de longue date en face de lui. C'est le Thomas d'avant, celui de la caserne. Celui qui le faisait rire jusqu'à pas d'heure et qu'il maudissait le lendemain matin d'avoir écouté au détriment de ses heures de sommeil. Mais grâce à lui, il avait vécut les meilleurs trois ans dans la caserne. Ils avaient réussi leur paris. Alec lui doit plusieurs chandelles. A dire vrai, il lui doit même la vie. « - Et encore t’as pas tout vu, elles tombent toutes à mes pieds avec des mots pareilles, avec l’œillade qui va bien, ça marche à merveille ! » Il n'en croit pas un strict mot. « Evidemment. » Qui ne tomberait pas aux pieds de cet adulte au regard perçant ? [color:aeab=#6699.cc]« Tu les THE man que tout le monde veut avoir pour lui. » Malheureusement, désolé, mais il n'est plus disponible. « Dommage que tu sois épris de moi. Tu devrais leur dire au lieu de leur laisser un peu d'espoir. » Et voilà, c'était repartie pour les conneries, cette fois-ci, assis dans l'herbe, le regard de temps à autre rivé sur Sam qui s'amuse. « - Je me doute. Je suis irremplaçable ! Mais tu trouveras ton pair frère. Tout ça pour moi c’est du passé, j’ai raccroché les skis ! » Alec acquiesce. Oui, il le sait. Mais personne n'arrive à remplacer ce bras droit que faisait Thomas. Il le comprenait sans qu'aucun mot ne sorte. Ils se comprenaient mutuellement, pour dire la vérité. Et c'était surement pour cela que ça fonctionnait aussi bien entre eux et dans leur propre unité. Ils mettaient de l'ambiance sans pour autant savoir trouver du sérieux pour les situations que le demandaient. « Ouais ... Je sais. Mais j'aime bien retenter ma chance. » Qui sait ? Si le blond a réussi à trouver un juste équilibre ainsi, peut-être que son compère aussi. A sa propre manière, bien entendu. « - Je n’en ai pas le droit. Le médecin a été formel : Je ne dois pas brusquer les choses, au risque que son état s’aggrave encore plus. Crois-moi que sinon elle le saurait depuis un bail.  » Il souffle. Il est vite perdu. « C'est la merde ... » Et pas qu'un peu, malheureusement pour lui. « Mais ... Non, laisse tomber, question idiote. » Alec s'allonge sur le sol et regarde le ciel bleu. La vie se transforme peu à peu en différentes histoires pleines de complications. « - Et ? Toi aussi tu l’aimes Frère, alors retente ta chance. Elle est ton grand amour depuis le jour où tu as posé tes yeux sur elle. Alors pourquoi tu ne laisses pas les choses se faire ? » Il hausse des épaules, laisse ses mains tomer à côté de ses hanches. « Parce que ... » Il a peur ? Il n'est pas sur et certain de ses sentiments ? « C'est pas aussi simple. J'étais avec Sarah depuis plusieurs mois. Je l'aimais ... » Peut-être pas de façon aussi forte que ça avait été avec Avalon, mais tout de même. Il lui avait brisé le coeur, avait brisé le sien par la même occasion. Il ne pouvait pas se jeter dans les bras de la brune comme cela. « Puis ... Je sais pas. C'est plus comme avant. Mais assez parlé. » Alec préfère revenir aux problèmes de Thomas. « - Je pense qu’elle m’aime au fond d’elle, tu verrais comment elle rougit et sourit comme une nunuche quand elle me voit, y’a aucun doute ! Mais c’est plus compliqué que ça, j’ai peur des conséquences de tels mots sur sa personne. » OH. « C'est adorable ! » Peut-être même romantique. « Alors pourquoi ne l'embrasses-tu pas ? » C'est une solution tout aussi envisageable. « Thomas, mon cieux, tu mérites d'être heureux. Tu mérites de vivre une belle vie auprès d'elle. Vois avec les médecins si tu peux pas t'arranger comme çA. Ou tente de lui faire comprendre que toi aussi, tu ressens des choses pour elle. Tente le coup du regard là ... Dont t'as parlé toute à l’heure. Elle va tomber à tes pieds.» Avec de l'humour, ça passe toujours mieux.


our story was epic, y'know
My heart is gold and my hans are cold If the morning light don't steal our soul, we will walk away from empty gold. Dark as midnight sun, smoke as black as charcoal fills into our fragile lungs. Cause when our demons come, dancing in the shadows to a game that can't be won. Feel like we've been falling down like these autumn leaves. But baby don't let winter come, Don't let our hearts freeze.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: Brother, let me be your shelter ✻ THOMAS ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Brother, let me be your shelter ✻ THOMAS

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street :: Heaven Central Park
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération