Samuel ♦ Family portrait

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 22/05/2017
›› Commérages : 24
›› Pseudo : Jo'
›› Célébrité : Chloé Norgaard
›› Schizophrénie : Nope pas encore !!
›› more about me

Samuel ♦ Family portrait ✻ ( Lun 22 Mai - 21:19 )


Family portrait
Sam & Deva


Encore une petite gorgée, juste une petite pour m'aider à franchir le pas. Je n'avais pas la moindre idée de ce qui m'attendait en me pointant à Cap Harbor. D'accord, j'étais censée rencontrer mon vieux seulement je n'étais pas sûr que lui soit open pour rencontrer une fille dont il ne connaissait absolument pas l'existence jusqu'à aujourd'hui. Alcool n'aurait pas dû être la solution mais sur le moment je n'avais trouvé que ça pour me donner assez de courage pour me pointer devant chez lui. La bouteille de vodka à la main, mon regard se promenait sur la façade de la baraque. Bon ça n'avait rien à voir avec la maison qu'occupait ma mère à Austin mais j'étais persuadée de m'y habituer, il suffit juste de faire preuve de beaucoup d'imagination. J'avais amené le goulot de nouveau à mes lèvres avant de m'appuyer sur la barrière. J'avais baissé mon regard sur le papier froissé que je tenais dans ma main avant de faire une grimace en relevant mon regard sur le numéro. _ Le 3... ouais c'est ça !!! J'avais ramassé le bout de papier dans la poche arrière de mon jeans avant d'essayer d'ouvrir le portillon. _ Bordel à queue !!! Je m'énervais sur le foutu loquet qui semblait vouloir me résister. _ Bon bah y a plus qu'à !!! J'avais refermé ma bouteille, passé mon sac par dessus le portillon avant de finalement me préparer à escalader l’Everest... ou l'ivresse au choix. Une jambe après l'autre, je ne savais pas comment j'avais fait mais j'avais réussi à déchirer mon jeans. Un merde sonore avait franchi mes lèvres alors que j'essayais de voir non sans mal l'ampleur des dégâts. Jouant les toupies, j'avais abandonné l'idée avant de finir la tête la première dans la pelouse. Un coup de pied dans le portillon, je savourais ma victoire avant qu'il ne s'ouvre comme par magie. _ C'est pas cool ça !!! J'avais fait une moue dépitée avant de finalement reprendre mon sac et ma bouteille pour me diriger vers la porte arrière de la maison. Il était tout juste 4h15 du matin, j'allais tout de même pas frapper à la porte d'entrée. En fait, j'avais dans l'idée de tout bonnement m'incruster chez mon père, m'installer et faire les présentations à une heure plus que convenable... Dans mon petit cerveau embrouillait, ça me semblait être un bon plan.

Me retrouvant devant la fameuse porte, j'avais tourné la poignet avant de laisser un soupir franchir mes lèvres. Il avait peur de quoi franchement ? Au pire, une fille essaierait de s'introduire chez lui illégalement... Maintenant, j'allais devoir casser la vitre pour pouvoir entrer, c'était pas malin de sa part franchement. _ Sans bruit. J'avais cassé la vitre grâce à un caillou avant de lever les épaules avec nonchalance. _ Mouais, bah on fait ce qu'on peut hein. J'avais passé mon bras pour ouvrir la porte avant d'être surprise en voyant un chien. J'avais fait un pas pour reculer, j'étais pas vraiment habituée car j'en avais jamais eu à moi. _ Salut... heu... toutou... Bon on aurait pu faire mieux, seulement j'allais tout de même pas approcher ma main pour voir si elle avait une plaque. C'est que j'en avais encore besoin de mon bras. Mon doigt sur mes lèvres, je lui demandais explicitement de ne pas faire de bruit pour ne pas réveiller le maître des lieux. _ Gentil chien.... HANNN MAIS T'ES TROP BEAU TOI !!! Une boule de poil venait de débouler derrière le premier chien. Ne faisant plus attention du tout au bruit, j'avais fini à genou, jetant mon sac et posant ma bouteille pas trop loin de moi. _ En plus t'es tout doux, c'est qui le chien le plus beau du monde !!!! Oui c'est toi !!!! Le deuxième était finalement venu lui aussi réclamer des caresses. Un bon point, j'avais les animaux de la maison dans la poche apparemment. Me relevant non sans difficulté, j'avais titubé quelque peu avant de cogner dans quelque chose, ou alors quelqu'un... Mon regard s'était relevé sur le visage d'un homme qui semblait pas vraiment content de voir une parfaite inconnue chez lui en pleine nuit. _ Salut. Un sourire forcé sur les lèvres, j'avais reculé tout de même de deux bons pas. _ ça baigne vieux ? Quoi la moindre des politesses c'était de lui demander si tout allait bien pour lui. Mon regard s'était attardé sur les traits de son visage, j'avais pas pu m'empêcher de faire une grimace. _ ça, c'est ta tronche de tous les jours ? J'avais appuyé mes mots en désignant vaguement son visage. J'avais fait une moue avant d'attraper de nouveau ma bouteille pour en boire une gorgée. _ T'en veux ? T'as l'air d'en avoir plus besoin que moi. Je l'avais dépassé pour jeter un œil à l'intérieur, c'était pas si mal au final. M'appuyant contre le mur, j'avais l'impression que toute la maison dans son ensemble tanguait, c'était déstabilisant et assez ennuyeux surtout que j'avais une chose importante à lui dire. J'avais soufflé un bon coup avant de me retourner et de lever les bras. _ Je suis ta fille !!! SURPRISE !!!
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 02/06/2016
›› Commérages : 784
›› Pseudo : Clairinette
›› Célébrité : Norman Reedus
›› Schizophrénie : Sasha ₪ Draven ₪ Axel
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Samuel ♦ Family portrait ✻ ( Mar 23 Mai - 13:10 )




Deva + Sam
« Family Portrait »
- Va te faire mettre ducon ! balançais-je  en adressant un doigt d'honneur par la vitre baissée du camion, à un enfoiré de chauffard qui me fait une queue de poisson après m'avoir doublé comme un dément, manquant de provoquer un accident avec un camion qui venait en face. Il y en a qui sont trop pressés d'arriver chez eux les pieds devant ... ! J'ai eu une sale journée, éreintante, caniculaire et truffée d'emmerdes en tout genre entre un client pas content, un appel de mon ex femme qui s'est plaint à propos de notre fils et un soucis sur la route qui m'a fait perdre trois bons quarts d'heure sur mon planning de la journée. Aussi, rentrer me pieuter à la maison devient mon seul objectif. La semaine a été merdique, il est temps que ça se termine. Et ce repos, je le trouve uniquement sur les coups de minuit alors qu'il m'est difficile de trouver le sommeil ces derniers jours. Sans doute des insomnies dues à la chaleur de cette fin Mai. L’Été approche à grands pas.  Je dors la fenêtre ouverte mais rien n'y fait. J'ai les nerfs à force de me tourner et retourner dans le lit. Mais finalement, le rencontre les bras de Morphée qui m’accueillent et me réconfortent d'un sommeil apaisant ... ou presque ... car finalement, c'est après environ trois petites heures de sommeil à peine, coupé en plein milieu d'un rêve sympathique, que j'ouvre un œil sur le radio réveil, alerté par un bruit suspect. Il y a du bruit au rez de chaussée, comme un bris de verre.

Ni une ni deux, je bondis du lit. Je doute que ce soient les chiens. Un nouveau bruit m'alerte. Je choppe une batte de base ball que je planque dans un coin de la pièce. C'est marrant comme cliché d'ailleurs, mais efficace la plupart du temps. En descendant les escaliers discrètement, je trébuche sur le jouet de ma "chiote" - La chiote c'est Ashley, et je trouvais que chiote ça sonnait bien - Bref, trébuchant ainsi sur la dernière marche, je me cogne méchamment le tibias en me rattrapant au meuble en face et lâche un juron. Dans l'élan de colère qui me gagne face à la douleur, je décide d'oublier la discrétion puisque j'ai déjà probablement averti de ma présence avec le bruit quand j'ai heurté le meuble.
J'entends une voix, ce qui m'interpelle aussitôt et je me dirige alors dans sa direction. Je me trouve alors face à une môme à genoux, semblant s’extasier devant mes chiens. Tu crois qu'ils auraient jappé ces cons-là ?! Non, ils se font papouiller tranquillou !

- T'es qui bordel de merde ? Une gonzesse à Morgan ??!!

Tu te relèves dans le même temps où ces paroles m'échappent, et tu te cognes alors à moi. T'as l'air complètement décalquée. Mon regard est aussitôt attiré par la bouteille de Vodka non loin. Attends un peu, Morgan n'est pas dans les environs en ce moment, impossible qu'il ait pu venir squatter ici cette nuit avec une copine.

_ Salut.

J'arque un sourcil, la batte toujours dans une main. Je l'ai toutefois rabaissée en voyant cette môme face à moi. C'est con comme on change d'attitude face à une fille, pourtant, il pourrait s'agir d'un piège. Il y aurait pu avoir un type avec elle et qu'elle serve de leurre. Certes, ce n'est pas le cas j'ai eu l'occasion de faire rapidement le tour des pièces. Humpf ... et puis ça m'étonnerait vu son état. Et puis dans le genre discret on fait mieux vu sa tignasse bariolée. Bordel, j'ai à faire à quoi, un petit poney arc en ciel ?! Non sérieux, je nage en plein délire, c'est pas possible ... je me frotte un instant les yeux, la tête complètement dans le pâté. Autant dire que ça n'aide pas à analyser clairement la situation. Je choppe ton sac pour voir si tu ne m'a rien tiré.

_ça baigne vieux ?

- T'es qui ? T'es toute seule ? Qu'est-ce que tu fous chez moi putain ?! Crache l'info avant que je perde patience, lâchais-je, menaçant.

Tu esquisses une drôle de grimace en me regardant puis me rétorque :

_ça, c'est ta tronche de tous les jours ?

- Tu veux que je te la montre ma tronche des mauvais jours ?! T'es quoi ? Une foutue camée qui se tape un tripe en pénétrant chez les gens ?

Tu t'envoies une rasade de Vodka sous mes yeux. Je rêve, tu te rinces le gosier tranquillement devant moi comme si ta présence ici état normale et que tu ne craignais rien.

_ T'en veux ? T'as l'air d'en avoir plus besoin que moi.

- Ferme ton claque merde et explique moi ce que tu fous ici avant que je ne prenne l'envie de jouer avec ce joujou, arguais-je en agitant la batte.

Tu passes devant moi sans te préoccuper de quoi que ce soit. T'as l'air salement éméchée et alors que tu t'appuies contre le mur comme pour retrouver un semblant de stabilité, tu prends une grande inspiration et me lances un truc complètement invraisemblable.

_ Je suis ta fille !!! SURPRISE !!! ldéclares-tu en levant les bras pour feindre le dit effet de surprise.

- DEHORS !!! Dégage de là ! Tes farces tu te les carres bien profond ! m'insurgeais-je alors que je pète un câble face à l'énormité de ce que tu viens de me balancer. J'ai autre chose à foutre que d'accorder du temps à une foutue paumée dans ton genre. Tentes ta chance avec quelqu'un d'autre ou trouves-toi une autre planque pour cuver !

Je te choppe par le col et empoigne ton sac au passage pour te faire sortir. Toutefois, tu sembles vouloir demeurer face à la porte et je te refile alors un coup de pied au cul, sans y aller trop fort non plus, pour te faire dégager. Claquant la porte derrière toi, je repère les bris de verre au sol. Je me demande si tu es du quartier, quoi que je t'aurais retenu avec ta tignasse. Les chiens manquent de marcher dans les morceaux de verre tranchants et je prends un instant pour les éloigner et les fermer dans la cuisine. Et je tilte alors sur un doute en revenant ramasser les débris. Je n'aurais sans doute pas du te laisser filer dans ton état. Il pourrait t'arriver n'importe quoi. Je ne te connais pas et tu t'es introduit chez moi comme ça en brisant une vitre mais ce n'est pas une raison pour te laisser trainer comme ça toute seule. Sans compter que si je n'ai rien remarqué d'anormale en dehors de ta présence, tu as bien pu me tirer tout de même quelque chose, aussi, découvrir ton identité aurait été un bon point au cas où. Je me demande vraiment comment tu as atterris là. Putain, si j'étais sortie de mon état à demi ensommeillé plus vite, j'aurais sans doute pu réagir plus intelligemment.
Je file tout de même jeter un coup d’œil dans la rue pour voir si je te vois au loin et pouvoir ainsi avoir l'occasion de te rattraper, mais rien, plus une trace. Décidément, cette journée de merde se poursuit ! Et faire un tour en bagnole à cette heure ne me tente pas franchement; tu dois déjà être loin ou alors tu as pris  les petits chemins par derrière le lotissement.

© 2981 12289 0

_________________
ALWAYS NEED TO MOVE, CAN'T STAY HOME.
© okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 22/05/2017
›› Commérages : 24
›› Pseudo : Jo'
›› Célébrité : Chloé Norgaard
›› Schizophrénie : Nope pas encore !!
›› more about me

Re: Samuel ♦ Family portrait ✻ ( Mar 23 Mai - 15:58 )


Family portrait
Sam & Deva


J'avais posé mon regard sur celui qui était censé être mon vieux, avant de froncer les sourcils en l'entendant me parler d'un Morgan. Je connaissais tout un tas de mec mais j'avais pas souvenir d'un Morgan. J'avais simplement secoué la tête négativement, avant de me dire que c'était une très mauvaise idée. Posant ma main sur mon front l'espace que quelques secondes, j'avais jeté un œil à la batte que mon vieux tenait dans sa main. J'avais rien trouvé de mieux que de lui dire salut, alors que visiblement on était carrément pas dans le même mood. J'avais fait une grimace en l'entendant me poser toutes ces questions. _ Tu peux pas baisser d'un ton, tu me donnes mal au crâne. Posant de nouveau mon regard sur lui, je comprenais à cet instant que la rencontre ne se passerait pas exactement comme je l'avais imaginé. D'ailleurs, à cette pensée j'avais laissé un léger rire franchir mes lèvres. Bon, si je faisais preuve d'un minimum de politesse en lâchant un compliment. J'avais détaillé les traits de son visage avant de faire une sorte de grimace suivi d'un commentaire pas forcément agréable sur la tronche qu'il se payait au réveil. _ Parce que ça c'est pas ta tronche des mauvais jours ? Mon pauvre vieux, t'as dégusté avec les années. Prenant une nouvelle gorgée de ma vodka, je présumais qu'il était temps pour moi de cracher le morceau sur le pourquoi de ma venue. J'avais pris une profonde inspiration avant de me lancer, me tenant tout de même à ce que je pouvais pour ne pas trop tanguer. La réaction de mon cher petit papa n'avait pas tarder, et je devais avouer que le hoquet de surprise avait été de mise. _ Mais t'es un vrai connard, je suis pas paumée je te dis que je suis ta fille. Il allait me foutre dehors sans même me laisser le temps de dire ou de faire quoi que ce soit. Bon j'essayais de bafouiller le moins possible mais à présent j'avais le visage fermé alors que je regardais celui en qui j'avais fondé mes espoirs après l'échec d'Austin. J'avais pas eu le temps de dire Vodka qu'il m'attrapait par le col pour me foutre dehors. _ D'OÙ TU ME TOUCHES !!! LÂCHES-MOI !!! J'avais beau essayer de me débattre, c'est qu'il avait la moelle mon vieux. J'avais eu gain de cause, il m'avait bien lâché mais pour mieux me donner un coup de pied au cul par la suite. _ OHHHH !!! J'avais regardé la porte se refermer derrière moi avant de lancer la bouteille sur la maison. _ PARFAIT !!! DE TOUTE façon, j'ai pas besoin de toi... D'un coup, j'avais perdu de mon assurance, surement parce que j'éprouvais une déception énorme d'avoir encore tout fait foirer. J'avais posé ma main sur mes yeux avant de faire demi-tour et de prendre un chemin qui menait apparemment derrière les maisons. Je pestais contre le fait d'avoir laissé ma moto devant l'épicerie, même si de toute manière j'aurais pas été en état de la conduire. Glissant une cigarette entre mes lèvres, je ne savais absolument pas où j'allais mais là tout de suite j'en avais rien à foutre. Titubant sur le trottoir, je faisais un effort surhumain pour ne pas m'asseoir là et attendre... Quoi ? J'en savais trop rien mais ça serait tout de même moins fatiguant que de marcher sans but précis. J'avais tiré une latte sur ma cigarette avant d'entendre une voiture ralentir pour s'arrêter à côté de moi. Les flics ? Bah voyons, je vois pas bien comment ça aurait pu être pire. Un soupir avait franchi mes lèvres avant de me pencher en faisant un sourire à peine forcé à M'sieur l'agent. _ C'est 50 euros la pipe et 200 si tu veux la totale mon beau...Je me mordillais la lèvre alors que je me relevais en riant malgré le fait que j'avais tenté de garder mon sérieux le plus longtemps possible. Bon, vous vous en doutez ça ne les avait pas du tout fait marrer, d'après moi il fallait qu'il retire le balai qu'ils avaient dans le cul. D'ailleurs, je ne m'étais pas fait prier pour leur en faire la remarque.

Assise devant le bureau d'un des flics qui m'avait arrêté, je voulais juste qu'on me foute la paix, limite qu'on me foute en cellule pour pouvoir être au calme. _ Je vous dis que c'est pas la peine de l'appeler, c'est un vieux con doublé d'un enfoiré, il ne bougera pas son cul pour moi. Bah quoi, J'allais certainement pas leur donner le numéro de ma mère alors j'avais lâché le bout de papier où se trouver celui de mon père. J'avais levé les yeux au ciel en entendant ce flic me faire la morale, si seulement c'était la première fois. D'ailleurs, il m'avait automatiquement parlé de mon casier en me précisant qu'il serait peut être temps d'arrêter les conneries. Je lui avais fait un joli doigt d'honneur avant qu'il m'offre l'hospitalité. Assise par terre le long du mur de ma cellule, mon regard était perdu sur les grilles. J'avais fait une moue avant de lever très légèrement mes fesses pour attraper la photo qui se trouvait dans la poche arrière de mon jeans. J'avais l'esprit embrouillé mais je savais une chose c'était que j'avais surement gâché mes chances d'apprendre à connaître mon vieux. J'avais laissé un bâillement trahir mon état de fatigue, mais en même temps j'avais fait la route d'Austin à ici en peu de temps et j'avais pas vraiment pris le temps de dormir avant tout ça. _ HEYYY, JE PEUX AVOIR UNE CLOPE ? J'avais relevé mon regard vers le couloir avant de laisser un soupir franchir mes lèvres. _ OH !!! J'AI DES DROITS !!! Un sourire en coin s'était dessiné sur mes lèvres, je donnais pas mon maximum là, je pouvais carrément devenir une chieuse à plein temps.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 02/06/2016
›› Commérages : 784
›› Pseudo : Clairinette
›› Célébrité : Norman Reedus
›› Schizophrénie : Sasha ₪ Draven ₪ Axel
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Samuel ♦ Family portrait ✻ ( Mer 24 Mai - 10:24 )




Deva + Sam
« Family Portrait »
5h48 du mat ... Si je m'étais attendu à une nuit pareille, je crois que j'aurais créché dans un motel en cours de route plutôt que de rentrer à la maison. A la place, incapable de prévoir l'invraisemblance d'une telle succession d'évènements, je me trouve désormais au poste de police, à cette heure improbable, installé sur un siège inconfortable face à cet homme en uniforme, un ancien pote d'école que je connais bien pour l'avoir non seulement connu à cette époque mais être aussi pour ainsi dire un brin habitué à ces lieux, ayant eu l'occasion de m'y retrouver moi-même en cellule de dégrisement par le passé ou venant y récupérer Morgan à l'occasion. Pas les meilleurs, ça je peux te le dire !

La quarantaine comme moi, coupe en brosse, le cheveu clair, les traits marqués par le temps et par son métier, il me présente les faits après avoir échangé deux-trois banalités. Il a son propre bureau, la fenêtre est grande ouverte vu la tiédeur de l'air. Il s'en grille une et m'en propose en me tendant le paquet dans lequel je pioche à mon tour. Me calant dans le siège dans une position un peu plus confortable tandis que j'allume ma clope, il me présente ainsi les faits. Nous évoquons ce bout de papier où étaient griffonnées mes coordonnées. Puis il mentionne ton nom de famille, ayant pu jeter un coup d’œil à tes papiers un peu plus tôt lorsqu'ils t'ont pincé. D'ailleurs, il ne me cache pas la façon dont tu les a accueilli lorsqu'ils t'ont interpellé dans la rue. Malgré tout, ça le fait sourire et un sourire amusé malgré moi s'esquisse à son tour discrètement au coin de mes lèvres lorsqu'il balance que la môme a de qui tenir niveau répartie. De mon côté, je n'arrive toujours pas à réaliser que tu puisses être ma gosse. Et comme pour renforcer ce malaise, Walter me balance :

- Alors comme ça, t'as fricoté avec la petite Shepperd dans le temps ? Cachotier ! Sérieux, tu n'avais vraiment aucune connaissance par rapport au fait que t'avais une môme quelque part ?!

Je lui adresse un regard courroucé.

- J'te rappelle que Shepperd a quitté la ville du jour au lendemain. Je ne sais même pas où elle a vécu à partir de là. Tu savais toi ? lui dis-je d'un air de dire "ferme-la, t'en sais pas plus que moi pour le coup". Sans compter qu'il la connaissait tout aussi bien à l'époque et qu'il avait même un sacré béguin pour cette dernière, soit dit en passant.

- Ça craint ... les femmes et leurs coups tordus ... je me demande ce qu'elles ont dans la caboche parfois.

Je ne relève pas et demeure un instant songeur.

- Si tu comptes bien Mink, la Shepperd, elle a du se carapater au moment où elle a appris qu'elle était enceinte, ça coïnciderait, non ?

- Qu'est-ce que j'en sais, tu m'as pas donné son âge à cette gosse, rétorquais-je un peu revêche. De toute façon, à quoi bon extrapoler autour des circonstances et autres probabilités ? Cette môme en cellule, on est certain que c'est la mienne ?

- Tu veux que je passe un coup de fil à sa mère ? Ça me dérangerait pas tu sais ... balance-t-il l'air tout-à-fait intéressé. Tu m'étonnes qu'il sauterait sur l'occasion de pouvoir la recontacter, peu importe le prétexte.

- T'en pinces toujours pour elle, lâchais-je comme une simple constatation.

- Comment oublier un minois pareil !

- Je l'ai bien fait, rétorquais-je en haussant un sourcil.

- Ouais sauf que toi, tu te l'ai fait !

- T'as la frustration tenace, mec. constatais-je sans la moindre animosité. J'expire la fumée de ma clope alors qu'on recentre la conversation sur toi.

- La môme a un casier.

- Hmm ça change ... glissais-je dépité. Je ne mentionne pas que tu m'a rendu une visite plus tôt en pétant ma vitre à l'arrière de la maison pour t'introduire tranquillou à l'intérieur. Inutile d'ajouter ça à ton dossier.
Comment suis-je censé encaissé tout ça, putain ?! Écrasant ma clope dans le cendrier, je demande à Walter.

- Elle vient d'où au juste ?

- Austin. Il semble que la môme tenait à te rencontrer.

- Trouve-moi le numéro de sa mère, il faudra que je la contacte. Je me demande si elle est au courant de sa venue.

Walter semble sur le point de vouloir me révéler quelque chose de délicat tandis qu'il tapote sur son clavier et griffonne un mot sur une carte qu'il me refile alors, mais bientôt un de ses collègues déboule dans le bureau, requérant sa présence urgente sur les lieux d'un accident qui vient de se produire. Il donne des instructions à un de ses hommes qui me conduit alors après son départ, auprès de toi.

_ HEYYY, JE PEUX AVOIR UNE CLOPE ?

Arrivant par l'autre côté, tu ne me remarques pas tout de suite. Tu as néanmoins du entendre le bruit de nos pas. Un foutu mélanges de sentiments contradictoires se mélangent dans mon esprit.

_ OH !!! J'AI DES DROITS !!!

- Une chieuse avec ça ... glissais-je en me plantant devant les barreaux, farfouillant dans l'une de mes poches pour récupérer mon paquet de clopes. Je m'approche et t'en lance une puis te tend mon briquet.

- Fais au moins l'effort de te lever si tu veux l'allumer.

Le bleu à côté de moi m'indique qu'il est interdit de fumer ici. Il me connait lui aussi. Je lève la main vers lui pour l'arrêter aussitôt.

- Arrête ton manège, tu me connais. Dis-moi plutôt quand vous êtes censés la libérer. Je compte pas trainer ici des plombes.

- T'es son père à ce qu'on dit ... ? dit-il sur un ton à demi railleur.

Foutue petite ville. Je sens que ça va vite faire le tour ! Je lui adresse un regard lui indiquant qu'il a pas intérêt à me glisser quelconque autre réflexion déplacée. Je le sens trop venir, on peut limite déjà voir à son regard ce qu'il pense. Entre Morgan et maintenant cette môme qui se trouve au poste, on dirait que la "famille" a ses habitudes dans ce genre de lieu.

- Hmm ...  c’est bon, tu peux l'emmener.

Il ouvre la cellule et te laisse sortir tandis que je suis déjà en marche, quelques mètres devant. Je signe leur foutu papelard et nous nous dirigeons alors vers la sortie. Je demeure silencieux jusqu'à la voiture. Je n'ai quasi pas dormi de la nuit, cette putain d'histoire m'est tombée sur le coin de la gueule sans que je ne m'y attende ni n’ai le temps de digérer l'info ou au moins de m'y préparer un peu. Je suis incapable de savoir comment aborder les choses en cet instant. Par où commencer ? Néanmoins, tandis qu'on rejoint le pick-up, je songe à la conversation avec Walter. Tu viens d'Austin d'après ses dires, à part si tu t'es carapatée de chez toi depuis plus longtemps et que tu as erré ailleurs entre temps. Je me demande comment tu as fais le trajet jusqu'ici. Bus ? Voiture, autostop ?

- Dis-moi, comment t'as débarqué ici au juste ? lâchais-je un peu abruptement alors que je croise les bras sur le toit du véhicule tandis que tu te tiens de l'autre côté.

© 2981 12289 0

_________________
ALWAYS NEED TO MOVE, CAN'T STAY HOME.
© okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 22/05/2017
›› Commérages : 24
›› Pseudo : Jo'
›› Célébrité : Chloé Norgaard
›› Schizophrénie : Nope pas encore !!
›› more about me

Re: Samuel ♦ Family portrait ✻ ( Mer 24 Mai - 23:55 )


Family portrait
Sam & Deva


Assise dans le fond de ma cellule, je savais d'hors et déjà que la nuit allait être longue. Du moins, c'est ce que je pensais jusqu'à ce que je relève mon regard sur la voix qui semblait s'adresser à moi. J'avais levé un sourcil intrigué, en pensant mentalement qu'en fait le vieux con avait bien voulu bouger son cul apparemment. Je m'étais relevée légèrement histoire d'attraper la clope pour la glisser entre mes lèvres. J'avais levé les yeux au ciel en soupirant tout ne me relevant pour pouvoir prendre le briquet qu'il me tendait si gentiment. Je me demandais bien ce qui l'avait fait changer d'avis après tout il avait été plutôt clair quand il m'avait viré de chez lui à coup de pied au cul. Un sourire s'était malgré moi dessiné sur mes lèvres, alors que je posais mon regard sur le flic qui semblait s'écraser devant mon vieux. J'avais fait un pas laissant ma main attraper un barreau devant le bleu qui était pas si mal à bien y regarder. J'avais allumé ma cigarette avant de cracher ma fumée pile dans la face de ce type car j'aimais pas vraiment ses insinuations aussi vrai qu'elle pouvait l'être. Je m'étais décalée une nouvelle fois en l'entendant dire à mon vieux qu'il me laissait sortir. C'était pas trop tôt j'avais failli attendre enfin j'avais gardé ça pour moi car bon fallait pas trop tenter le diable. Posant mon regard sur mon père, j'avais suivi bien sagement sans oublier de reprendre mon sac au passage. Appuyée le long du mur qui se trouvait à proximité, j'attendais que mon vieux s'occupe de la paperasse, là tout se suite, j'avais juste envie de m'effondre quelque part et de dormir quelques heures. J'avais pris une longue respiration en me retrouvant dehors, tirant la dernière latte de ma cigarette, je donnais une pichenette dans mon mégot pour l'envoyer un peu plus loin sur le parking. À vrai dire, je ne savais pas vraiment ce que je faisais... Monter ou ne pas monter dans son pick-up, j'avais froncé les sourcils avant de me stopper alors qu'il faisait le tour du véhicule. _ Ici, tu veux parler de là ? J'avais pointé le poste avec mon pouce avant faire une moue amusée. Bien évidemment, j'avais compris où il voulait en venir, enfin j'avais laissé un soupir franchir à nouveau mes lèvres. _ Je suis arrivée en moto, je l'ai laissé devant l'épicerie quelque part... C'était peut être une petite ville mais en même temps je venais de débarquer et je n'étais pas encore habituée au changement. _ D'ailleurs, il est temps pour moi d'aller la récupérer. J'avais passé mon sac sur mon épaule avant de regarder autour de moi. Je n'avais pas la moindre idée de la direction à prendre, en même temps j'avais encore le cerveau embrumé par l'alcool. _ Ecoute, je te remercie pour ce que t'as fait avec eux, j'avais montré vaguement le poste à nouveau avant de passer mes mains sur mes yeux. _ C'était sympa de te rencontrer le temps que ça a duré mais maintenant je vais m'arracher alors ça serait aimable si tu pouvais m'indiquer la direction à prendre pour retrouver cette foutue épicerie. J'essayais tant bien que mal de rester polie et de soigner mon vocabulaire mais c'était peine perdue d'après moi. Je lui avais montré une version de moi qui était pire que tout et je n'étais pas sûre de pouvoir faire pire pour être franche. J'avais posé mon regard de nouveau sur lui avant de me dire que je lui devais surement des excuses pour le bordel que j'avais foutu chez lui. Seulement, j'étais pas douée pour ce genre de chose, à vrai dire c'était bien plus facile de lui parler quand l’euphorie dû à l'alcool parlait pour moi. _ Je suis désolée pour la vitre cassée et de t'avoir réveillé en pleine nuit. C'était pas cool mais je ne savais pas comment... J'avais suspendu ma phrase avant de froncer les sourcils tout en regardant mon reflet dans le pick up. J'avais détourné mon regard avant de lever les épaules avec nonchalance. _ Enfin je m'excuse quoi. Oui bah, c'était pas si mal non ? De toute façon, c'était à prendre ou à laisser. Cependant, je me demandais s'il me croyait à présent, s'il pensait que je pouvais être réellement sa fille. J'avais fait une moue en me mordillant la lèvre avant d'attraper la photo que j'avais rangé dans mon jeans. J'avais posé mon regard dessus avant de lui lancer par dessus le pick-up. _ C'est ma mère qui m'a filé cette photo de toi seulement elle m'a jamais dit pourquoi t'avais pas voulu de moi. Mon regard planté dans celui de mon père, je voulais juste savoir pourquoi où j'allais je finissais toujours par être rejeté. _ Je vais pas t'emmerder plus longtemps, je veux juste savoir si tu étais au courant ou pas que j'existais ? Et après je me casse. J'avais avalé ma salive avec difficulté, alors que je sentais que j'allais finir par être malade. Une boule s'était formée dans ma gorge et pourtant j'essayais réellement de contenir mes émotions. Mes ongles s'enfonçaient dans les paumes de mes mains avant que je secoue légèrement la tête. J'étais consciente de ne pas lui laisser le temps de répondre à ma question mais au moins je crois que ça me permettait de ne pas être déçue par la réponse qu'il pourrait me donner. _ Laisses tomber, de toute façon c'est pas important. J'avais repositionné mon sac sur mon épaule. _ Ciao. J'avais fait un pas avant de me raviser. _ T'aurais pas une clope pour la route ? Bah quoi, j'en avais plus et surtout j'avais pas un sous en poche pour m'en racheter. J'abusais ? Peut-être un peu mais qui ne tente rien n'a rien.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 02/06/2016
›› Commérages : 784
›› Pseudo : Clairinette
›› Célébrité : Norman Reedus
›› Schizophrénie : Sasha ₪ Draven ₪ Axel
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Samuel ♦ Family portrait ✻ ( Mer 31 Mai - 11:02 )




Deva + Sam
« Family Portrait »
Tu te stoppes alors que je fais le tour du véhicule et pose mes bras en appui sur le toit.

- Dis-moi, comment t'as débarqué ici au juste ? lâchais-je un peu abruptement.

_ Ici, tu veux parler de là ? t'amuses-tu un instant en pointant le poste de police derrière toi. Je suis arrivée en moto, je l'ai laissé devant l'épicerie quelque part...

J'hausse un sourcil à la mention de moto et ne peut m'empêcher de songer qu'on a apparemment un point commun.

_ D'ailleurs, il est temps pour moi d'aller la récupérer.

Je t'observe d'un air dubitatif un court instant.

- Attend, tu crois pas repartir en brêle comme ça ?

_ Écoute, je te remercie pour ce que t'as fait avec eux. C'était sympa de te rencontrer le temps que ça a duré mais maintenant je vais m'arracher alors ça serait aimable si tu pouvais m'indiquer la direction à prendre pour retrouver cette foutue épicerie.

- Fais pas chier la môme, te lançais-je l'air de te dire, ferme-la et grimpe mais tu ne sembles pas tilter, le regard un instant ailleurs tandis que j'ouvre la portière. Je m'y prends sans doute mal mais je n'ai pas le temps de préciser ma pensée que tu ajoutes des excuses, l'air quelque peu mal à l'aise avec ce genre de détails.

_ Je suis désolée pour la vitre cassée et de t'avoir réveillé en pleine nuit. C'était pas cool mais je ne savais pas comment... Tu marques un temps d'arrêt, l'air soucieuse ou incertaine, j'ai du mal à déterminer. Enfin je m'excuse quoi.

Je passe un instant une main sur mon visage.

- Je crois que l'heure ne se prête pas au pourquoi du comment une telle idée a pu te passer par la tête. Mettons ça sur le compte de la vodka et passons, glissais-je.

Tu te mordilles la lèvre, l'air plongée dans tes réflexions et tu fais alors glisser un cliché que tu as sorti à l'instant de ta poche.

_ C'est ma mère qui m'a filé cette photo de toi seulement elle m'a jamais dit pourquoi t'avais pas voulu de moi.

Je bloque totalement sur tes mots alors que mes doigts s'emparent de la photo. Je reste un instant interdit, sans dire un mot. Ce cliché me ramène loin en arrière et m'évoque pas mal de souvenirs parmi tout le flot de doutes qui m'assaillent. Des doutes sur la conduire à tenir dans une telle situation et les mots à employer, car ceux concernant ma paternité se sont désormais bel et bien envolés.

_ Je vais pas t'emmerder plus longtemps, je veux juste savoir si tu étais au courant ou pas que j'existais ? Et après je me casse. ... Laisses tomber, de toute façon c'est pas important. Ciao.

- Deux minutes, tu veux ? ai-je à peine le temps de réagir alors que je cherche à tempérer le flot de mots qui m'assaillent pour ne pas paraitre agressif en t'exposant ma propre vision des choses, voulant aussi éviter d'accabler ta mère en te révélant que je n'étais strictement pas au courant, mais tu t'éloignes déjà avant de revenir sur tes pas.

_ T'aurais pas une clope pour la route ?

- Reviens par là et laisse-moi en placer une au lieu de te carapater direct. Il t'est pas venu à l'esprit que je pouvais juste ne pas être au courant de ta foutue existence ??!! m'emportais-je malgré moi. Et voilà c'est loupé pour le temps que j'ai passé à chercher mes mots. Impulsif toujours. Et l'heure n'aide pas vraiment. Tu grimpes, allez hop hop ! On récupèrera ta bécane demain. Compte pas te carapater comme ça après avoir débarqué comme une tornade dans ma vie. Je ne suis pas venu te récupérer ici pour que dalle, mets-toi bien ça dans ta petite tête. Je te fais signe de grimper alors que je m'installe au volant, te lançant d'ailleurs par la vitre ouverte, que t'auras de quoi taper dans le paquet entier de clopes si ça te chante.

- Ta mère est au courant de ta présence ici ? te demandais-je un peu plus tard alors que l'on quitte le parking, te faisant signe de me passer le paquet de clopes tout neuf qui se trouve dans la boite à gants. Je l'ouvre d'un coup de dent pour virer le film autour et esquisse un petit geste sec pour faire surgir l'un des bâtons de nicotine, lequel je chope alors du bout des lèvres. Briquet la môme ... please ? lâchais-je avec un petit sourire en coin à ton adresse.


© 2981 12289 0


_________________
ALWAYS NEED TO MOVE, CAN'T STAY HOME.
© okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: Samuel ♦ Family portrait ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Samuel ♦ Family portrait

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération