Ghost of the past + BIRD

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 18/06/2017
›› Commérages : 142
›› Pseudo : getget (gaëtane)
›› Célébrité : Tyler Blackburn
›› Schizophrénie : sevan martell, holia millson, ness mathews, clyde rashmi
›› more about me

Ghost of the past + BIRD ✻ ( Mar 27 Juin - 16:25 )

Spiegan ⊹ Aujourd’hui était un de ces mauvais jours et comme souvent il avait donc décidé de terminer sa soirée de la même façon que la veille. Quelques verres dans un bar, beaucoup trop de verres en réalité. Andrea a deux façons de terminer ce genre de soirée. Soit il finit au commissariat soit il finit sur le toit de son immeuble à discuter avec sa sœur décédée. Ce soir il avait choisi la seconde option, après avoir retrouvé le chemin le menant vers son appartement il monta les marches de l’escalier de secours et fini par se poster sur le bord de l’immeuble. Assis, les jambes dans le vide. C’est à ce moment-ci que son téléphone se mit à sonner. Qui pouvait bien l’appeler à cette heure-ci ? Serait-ce un appel de l’au-delà ? Embrumé par l’effet de l’alcool Andy mets plusieurs secondes avant de décrocher. Une photo de sa sœur s’affiche alors sur l’écran. Pas celle qui est morte je vous rassure. « Aaaaaallo ! » « Andy ? T’es ou ? Un ami m’a dit qu’il t’a vu au Blue Lagoon et que t’étais pas en grande forme j’allais passer te chercher » Depuis la mort d’Alaska, Mia à tendance à vouloir se prendre pour la grande sœur alors que c’est lui l’ainé. C’est à lui de prendre soin d’elle « Tout va bien je suis rentrée, je prends l’air » Bien sur Mia sait ce que cela signifie, elle connait son frère « Andrea va te coucher, tu sais que c’est dangereux en plus de s’asseoir là-haut » Seulement ce soir il n’est pas d’humeur à écouter ses reproches il veut qu’on le laisse tranquille « Et c’est dangereux de se tailler les veines alors lâche moi tu veux. Bonne nuit soeurette » Il sait qu’il va regretter ces paroles et pourtant il raccroche. Mia a appris à comprendre ses réactions avec le temps et pourtant il n’empêche que ce soir il l’a surement blessée en lui disant une chose pareille mais pour l’instant Andrea ne semble pas l’avoir compris. Il sort alors une cigarette de sa poche et la porte à sa bouche. Il regarde la flamme du briquet vaciller devant ses yeux un instant avant de finalement allumer sa clope. C’est assez amusant à voir,  s’enivrer de l’air frais de la nuit semble lui faire tout autant de bien que de tirer sur ca cigarette. Il s’amuse d’ailleurs à alterner les deux, appréciant le bien que chacune de ces inspirations lui procure. La chaleur de la journée c’est dissipé laissant place à une brise légère, douce, fraiche. Autrement dit bien plus appréciable pour lui. Andrea déteste les chaudes journées d’été, il pourrait vivre en hiver toute l’année si seulement c’était possible.  Assis là, en haut de son immeuble il lui semble que rien ne peut l’atteindre, tout est silencieux, ce n’est que le moteur des quelques voitures passant dans la rue qui le ramène à la réalité. On pourrait penser qu’être seul à cette hauteur, au bord du vide pourrait lui donner une impression d’être le roi du monde mais non. Être roi ne l’attire en rien, trop de poids sur les épaules, de responsabilités. Tout le monde sait qu’il n’est pas fait pour ça. Non il préfère se dire qu’il est un petit être égaré, sans attache, sans personne. Qui sait peut-être que Peter Pan va surgir derrière lui pour l’emmener au pays imaginaire. Et comme si ces prières avaient été entendues il lui semble entendre un bruit. Il se retourne alors rapidement et scrute la nuit en espérant y voir quelque chose. Mais il n’y a rien, ce n’était surement que les pas d’un chat en train de chasser ou bien de sa proie en train de fuir. Il reprend alors le cours de son activité, autrement dit fumer sa cigarette et perdre son regard sur les lumières de Cap Harbor qui disparaissent petit à petit au fil des minutes. Cap Harbor semble s’endormir tandis qu’il reste assis là à ne rien faire. Puis comme il le fait souvent il se mit à penser à voix haute, à parler à voix haute à un fantôme du passé. Alaska. « T’aurais jamais été cap de monter ici avec moi. T’aurais eu trop peur » Alaska était presque tout aussi folle que lui, capable de réaliser n’importe quel défi mais le vertige était surement sa plus grande peur. Mais peut-être qu’il l’a surestimé, peut-être qu’elle serait monté. La réponse il ne l’aura jamais. Ici entre terre et ciel il se permet de penser à elle, il lui parle comme si elle était assise à côté de lui comme il le fait souvent. C’est son moyen à lui d’avancer. De ne pas oublier et de ne pas l’oublier.  A nouveau du bruit le faire revenir à la réalité. Il se retourne « Qui est là ? »


Je ne me doutais pas encore que ce jour où tu m'avais dis que chaque fois que je verrais les étoiles je penserai à toi tu m'avais jeté une malédiction. Et depuis quand la nuit règne et que les étoiles brillent, c'est mes larmes qui brillent tout autant. — .


Dernière édition par Andrea Reagan le Dim 3 Sep - 14:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 22/10/2016
›› Commérages : 117
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : lily collins
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), solveig blackbird (kovalenko), anya arsenault (e. rossum) , lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

Re: Ghost of the past + BIRD ✻ ( Mer 19 Juil - 21:43 )

ça se creuse un peu plus dans sa poitrine, le coeur qui bat un peu trop vide, le creux un peu trop prononcé. Bird, elle a l'impression de mourir et de survivre en même temps, la tête hors de l'eau une heure et l'envie de se foutre en l'air l'autre heure. Alaska qui hante ses pensées pendant qu'elle est là, devant son ordinateur a regardé les photos qui défilent. Alaska et elle dans leur arbre, Alaska et elle enlacées, Alaska qui sourit, Alaska qui fait une grimace. Elle les regarde tout le temps quand elle a envie de se faire un peu de mal, sans vraiment vouloir s'en faire physiquement. Violence un peu moral. Elle a encore l'image de Pépito l'italien qui est venu chercher des noises à Matthias, elle a encore la sensation d'avoir l'arme entre ses mains tremblantes. Elle ne sait même pas si elle aurait été capable de le tuer on se fait un remake d'oitnb. Mais elle s'était sentie vivante l'oiseau, vivante un instant. Mais il était vite parti. Quand elle claque l'écran de son ordinateur, elle enfile un tee-shirt trop grand au dessus de son short trop court, ses baskets et elle sort en claquant la porte, parce qu'elle a vu que Matthias avait oublié ses clés et de toutes façons, personne ne peut entrer sans un badge, mais la petite voisine du rez-de-chaussée va encore dire à Matthias qu'il est idiot et elle va lui ouvrir quand il va lui supplier de le faire. Quand elle marche dans la rue, elle ne réfléchit à rien, rien d'autre de plus que le fait qu'Alaska lui manque, il y a les jours avec et les jours sans, aujourd'hui c'est un jour sans. Le soleil est là, la chaleur est présente mais il lui manque quelque chose, le creux ne se résorbe pas. Bird soupire et quand elle passe devant l'immeuble qu'elle ne connaît que trop, elle regarde le ciel, n'aperçoit rien d'autre que le gratte-ciel trop haut, ne distingue même pas le toit. Elle monte alors, les escaliers sans trop réfléchir, ne veut pas prendre l'ascenseur, cet engin de malheur qui lui fait tellement peur. Quand elle arrive sur le toit, elle s'empêche de faire du bruit mais elle n'est visiblement pas discrète, parce qu'elle le voit, assis sur le rebord de la fenêtre, ce jeune homme qu'elle ne connaît que trop. Ce jeune homme qui ne l'appréciait certainement pas. Mais elle pouvait venir ici, après tout, l'endroit ne lui appartenait pas. Elle aurait pu se mettre sur un autre côté mais elle bute cette fois dans une canette vide et elle soupire « Qui est là ? » Elle le regarde, et apparait, à la seule lumière des réverbères, déglutit un peu. « Salut. J'suis Bird. Je sais pas si tu me reconnais. » Après tout, la dernière fois qu'il l'avait vu, elle était de noire vêtue, ses lunettes de soleil sur le nez et son frère a ses côtés pour l'épauler. Elle avait même dû perdre quelques kilos depuis. Elle s'humidifie les lèvres et vient s'installer à côté de lui, les pieds dans le vide, et elle secoue ses pieds doucement. « Alaska elle aurait pas eu peur de monter si j'étais là. On l'a déjà fait. Je lui avais bandé les yeux et je l'avais emmené ici. Bien évidemment, je ne l'avais pas forcé à se pencher, ni même à s'asseoir ici. Mais elle l'avait déjà fait. » Et Bird, elle ne le regarde même pas, elle a le regard perdu dans l'immensité de la ville qui semble si petite. « Alaska elle avait ce grain de folie que j'aimerais retrouver dans tout les regards du monde. » qu'elle prononce finalement en s'allumant une cigarette en tendant le paquet à Andrea qui semblait avoir fini la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 18/06/2017
›› Commérages : 142
›› Pseudo : getget (gaëtane)
›› Célébrité : Tyler Blackburn
›› Schizophrénie : sevan martell, holia millson, ness mathews, clyde rashmi
›› more about me

Re: Ghost of the past + BIRD ✻ ( Mar 1 Aoû - 13:45 )

Spiegan ⊹ Aujourd’hui était l’un de ses nombreux « mauvais jours ». Ces jours ou il ne veut parler à personne sauf à elle, ces jours ou un rien, une simple contrariété peut le mettre hors de lui, ces jours ou tout le monde en prend pour son grade. Ce soir c’était Mia qui avait fait les frais de sa mauvaise humeur. Elle essayait simplement de le protéger mais Andy ne voulait pas qu’on le protège il voulait juste qu’on le laisse tranquille. Il regretterait ses paroles c’est certain mais pour l’instant il était bien trop occupé à discuter avec sa défunte sœur sur le toit de son immeuble. Il était monté là le jour de son enterrement, il avait passé la nuit entière ici et avait fini par s’endormir sur le sol froid et dur. Réveillé quelques heures plus tard par les rayons du soleil. Tout le monde l’avait cherché ce soir là, on pensait qu’il avait lâché prise. Qu’il avait décidé d’abandonner la vie comme Mia avait voulu le faire autrefois. Pourtant plus d’un an plus tard le voila à nouveau ici, au même endroit, toujours bien vivant. Les battements de son cœur contre sa cage thoracique le prouvant. Pourtant est-ce vraiment une preuve ? Parce qu’il se sent mort à l’intérieur. Il ne supporte plus d’écouter les gens autour de lui lui dire que ça va finir par aller mieux. Parce que c’est faux et puis de toute manière cela veut dire quoi aller mieux ? Cela veut dire que ce sera moins douloureux ? Qu’il pensera moins à elle ? Qu’il l’oubliera ? C’est hors de question ! Alors c’est peut-être pour ça qu’il continue à lui parler malgré cette frontière qui les sépare désormais. Mais ce soir il ne semble pas être seul sur ce toit, il a entendu du bruit il en est presque sur. Un instant il pense que c’est Mia qui l’a trouvé et qui veut le faire revenir à la raison. Mais la brune qui sors alors de la pénombre ne ressemble en rien à sa petite sœur. « Salut. J'suis Bird. Je sais pas si tu me reconnais. » Il reste silencieux, la dévisageant de haut en bas. Tout ce qu’il revoit d’elle ce sont les larmes coulant sur ses joues derrière ses lunettes noires. Mais son prénom. Bird. Il s’en souvient. Alaska n’était pas vraiment du genre à se confier à son frère mais un jour elle avait prononcé ce nom il s’en souvient. Et ce dont il se souvient également c’est qu’elle été avec elle le jour ou son monde c’est effondré. Quelques heures, quelques jours il ne sait plus bien, avant que tout ne s’arrête. Avant que sa vie ne s’arrête. Cette fille, cette fille au nom stupide il la déteste sans vraiment la connaître. Il la déteste parce que la dernière conversation qu’il a eu avec sa sœur c’était à son sujet. La raison pour laquelle il n’était pas avec elle à ce moment-là c’était parce qu’ils s’étaient disputés au sujet de cette fille. « Je sais qui tu es. T’étais avec elle ce jour-là » Il voulait qu’elle dégage de son toit, qu’elle le laisse tranquille mais elle semblait bien décidé à rester puisqu’elle vint s’asseoir à côté de lui. Comment osait-elle ? « Alaska elle aurait pas eu peur de monter si j'étais là. On l'a déjà fait. Je lui avais bandé les yeux et je l'avais emmené ici. Bien évidemment, je ne l'avais pas forcé à se pencher, ni même à s'asseoir ici. Mais elle l'avait déjà fait. » Et voila qu’il la déteste encore plus, comme si c’était possible. Elle était resté là, tapis dans l'ombre à l'écouter parler à sa défunte soeur. L’entendre parler d'elle ainsi le mets hors de lui. Parce qu’il a soudain l’impression qu’elle la connaissait plus que lui et ça le tue. Il voudrait lui dire de se taire mais il ne peut s’empêcher de voir alors le fantôme de sa sœur marcher à côté de lui. Faisant l’équilibriste sur le bord de l’immeuble. « Alaska elle avait ce grain de folie que j'aimerais retrouver dans tout les regards du monde. » Cette fois-ci s’en ai trop. Il ne supporte pas d’entendre le nom de sa sœur dans sa bouche. « La ferme tu veux » Il regarde alors le paquet de cigarette qu’elle lui tend et fini par en prendre une. « Tu parles d’elle comme si tu la connaissais mieux que quiconque mais t’étais qui pour elle hein ? » Et c’était une question purement rhétorique « Son obsession du moment, sa nouvelle lubie rien de plus » Du moins il n’acceptait pas qu’elle puisse avoir été plus. « Sortir avec une fille c’était nouveau. C’était excitant. Alaska aimait les challenges et tu n’étais que l’un d’entre eux voila tout » Il finit par mettre la cigarette dans sa bouche, l’alluma et recentra son attention sur les immeubles face à lui s’étendant sur des mètres, des kilomètres peut-être même. Il aurait voulu que cette fille ne soit qu'une nouvelle excentricité de sa soeur mais ce n'était pas le cas. Elle l'aimait. Elle l'aimait plus que ce qu'il voulait bien admettre. La preuve en est, elle était monté ici avec elle quand lui le lui avait demandé des dizaines et des dizaines de fois sans succès.


Je ne me doutais pas encore que ce jour où tu m'avais dis que chaque fois que je verrais les étoiles je penserai à toi tu m'avais jeté une malédiction. Et depuis quand la nuit règne et que les étoiles brillent, c'est mes larmes qui brillent tout autant. — .


Dernière édition par Andrea Reagan le Dim 3 Sep - 14:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 22/10/2016
›› Commérages : 117
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : lily collins
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), solveig blackbird (kovalenko), anya arsenault (e. rossum) , lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

Re: Ghost of the past + BIRD ✻ ( Dim 20 Aoû - 23:48 )

Elle n'était pas du genre à détester les gens Bird, elle les aimait plus qu'elle ne les détestait. Mais s'il y avait bien une personne qu'elle n'aurait jamais détesté, c'était Alaska. Alaska, elle lui faisait vibrer le coeur de la plus belle des façons, toujours, avec ses mots, ses caresses et ses envies d'ailleurs. Elles étaient parties, pas loin, mais elles étaient parties en amoureuses comme elles aimaient le dire. Elles qui n'avaient pas vraiment assumer leur relation au début, elle était devenu la plus belle des choses aux yeux de Bird. Mais malheureusement, Bird savait qu'elle ne faisait pas l'unanimité dans le coeur de la famille de la jeune Alaska. Bird savait que son frère ne la portait pas dans son coeur, qu'il ne l'aimait pas vraiment. Mais elle avait Lissa qui lui remontait le moral, elle avait Lissa qui lui disait que ce n'était rien et qui les accompagnait parfois pour faire un tour, parce que Lissa comprenait qu'Alaska faisait le bonheur de Bird, mais Andrea ne le comprenait pas. Il ne comprenait pas qu'Alaska était heureuse avec Bird. Non, il ne comprenait pas, il était trop jaloux. Il était jaloux de la relation qu'entretenait les deux jeunes femmes. Après tout, Bird, elle n'était pas là pour se faire aimer du frère de la demoiselle, non. Il n'était pas celui qui lui donnait l'aval de sortir ou non, et s'il ne les comprenait pas, c'était tant pis pour lui. Mais elle ne s'attendait pas à le retrouver sur ce toit, non. Elle pensait qu'il aurait pu être partout sauf ici. Elle aurait dû se douter que ce serait le contraire. Après tout, c'était Alaska qui lui avait dit qu'elle voulait monter explicitement sur cet immeuble, il devait bien y avoir une raison. Et la voilà la raison. Quand la voix du jeune homme demande qui se trouve là, elle ne peut s'empêcher de venir semer le trouble et venir se présenter. Elle ne voulait pas rester dans l'ombre, elle n'était jamais vraiment rester dans l'ombre. « Je sais qui tu es. T’étais avec elle ce jour-là » Elle fronce les sourcils et le regarde, la machoire qui se contracte. Elle ne méritait aucunement sa haine. Elle ne voulait pas qu'il la haïsse mais il le faisait certainement gratuitement. « Et alors ? C'est pas comme si elle était chez moi depuis plus d'une semaine. » Bird elle montrait les crocs, à quoi ça sert de haïr l'Oiseau alors que ce n'était pas rare qu'elle soit chez elle ? Elle aurait pu mourir alors qu'elle 'était sur le chemin, il lui aurait tout mit dans la figure parce qu'elle était parti de chez elle ? C'était stupide et inutile. Et puis, elle lui dit tout, elle ne veut rien lui cacher à cet homme qu'elle ne connaît pas. Non, elle n'a rien à lui cacher, elle lui dit tout ce qu'elle ressentait pour Alaska, ce qu'elle ressentait pour cette demoiselle qui lui donnait envie de vivre. Et vivre ça implique ne pas fumer de merde, mais elle ne peut s'empêcher de le faire et de lui en proposer une par la même occasion, mais elle a bien envie de retirer son geste « La ferme tu veux Tu parles d’elle comme si tu la connaissais mieux que quiconque mais t’étais qui pour elle hein ? » Bird ouvrait la bouche mais il lui coupait le sifflet. « Son obsession du moment, sa nouvelle lubie rien de plus » Alors non, elle n'était pas d'accord mais elle le laissait continuer. Elle voulait savoir jusqu'où il était capable d'aller. « Sortir avec une fille c’était nouveau. C’était excitant. Alaska aimait les challenges et tu n’étais que l’un d’entre eux voila tout » Elle clignait des yeux l'oiseau et allumait sa cigarette a la suite avant de secouer négativement la tête. Est-ce qu'il venait vraiment de dire cela ? Est-ce qu'il venait vraiment de dire qu'elle avait la tête d'un challenge ? « Pardon ? Un challenge ? Je ne crois pas. » Sa voix cingle dans l'air et elle se met à rire nerveusement « Si j'étais un challenge, explique moi alors pourquoi elle me disait qu'elle m'aimait à chaque fois qu'on faisait l'amour ? » Elle lève les yeux au ciel un instant « Tu sais, elle m'avait dit que t'étais l'une des plus belles choses de sa vie, elle était certainement aveuglée par le fait que tu étais son frère. » Et elle se pinçait les lèvres un instant « Mais je ne pouvais pas nier le fait qu'elle t'aimait sincèrement. » En même temps, ils avaient le même sang, ils étaient de la même famille, elle ne pouvait pas lui retirer ça. « Mais elle m'aimait tout autant. » Et ça, il ne pouvait pas lui dire le contraire, elle lui avait dit avant de mourir. Elle lui avait même demandé de prendre soin d'Andy. Et Bird lui avait malheureusement promis. Et elle sait qu'elle regretterait sûrement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 18/06/2017
›› Commérages : 142
›› Pseudo : getget (gaëtane)
›› Célébrité : Tyler Blackburn
›› Schizophrénie : sevan martell, holia millson, ness mathews, clyde rashmi
›› more about me

Re: Ghost of the past + BIRD ✻ ( Dim 3 Sep - 14:14 )

Spiegan ⊹ Comme si cette journée n’avait pas été déjà suffisamment mauvaise voilà que cette fille venait de la lui gâcher encore plus. Ce toit c’est point-ci dire l’un des seuls endroits où il se permet de penser à sa défunte sœur, de parler avec elle. C’est son endroit à lui, celui ou il se laisse aller à tout un tas de pensées toute plus délirantes les unes que les autres. C’était son sanctuaire et elle venait d’y pénétrer. Puis, comme si ce n’était pas suffisant elle avait décidé de venir s’asseoir juste à côté de lui. Andy n’a jamais accepté la présence de Bird dans la vie de sa sœur, il n’a jamais accepté qu’elle puisse avoir une place aussi importante dans son cœur parce qu’il en avait toujours été le seul détenteur. Alors il s’est mis à la détester, le jour même ou il a compris l’importance qu’elle avait pour Alaska, sans apprendre à la connaître, sans même avoir une raison valable. Il c’est juste mis à la détester. Comme ça. Elle sait qu’il ne la porte pas dans son cœur alors pourquoi prendre le risque de s’approcher de lui. Pense-t-elle que parce qu’ils souffrent tous les deux de la perte d’Alaska il va oublier un instant la haine qu’il avait pour elle ? Se disant qu’ils doivent se soutenir l’un l’autre dans cette dure épreuve, et bla et bla et bla ? Non certainement pas et il le lui fait rapidement comprendre. « Et alors ? C'est pas comme si elle était chez moi depuis plus d'une semaine. » Bird a du caractère et Andy est persuadée que c’est une chose qu’Alaska aimait chez elle. Il connait sa sœur il est persuadée que parfois elle s’amusait à l’emmerder juste pour la voir s’énerver. Parce qu’elle était comme ça Alaska elle aimait emmerder son monde et elle aimait encore plus se faire pardonner ensuite. Andy et elle s’amuser souvent à qui ferait hurler leur mère en premier, pour le plus grand malheur de madame Reagan malheureusement. Heureusement qu’il y avait Mia, plus calme, plus douce. Il ne fait même pas attention à la réponse de la brune, peu importe ce qu’elle dira il la tiendra toujours pour responsable de la mort de sa sœur. Après tout il faut bien un coupable non ? Et après s’être accusé lui-même pendant des mois c’est finalement sur Bird qu’est retombée la faute. Il sait que c’est idiot, il sait que cette attaque aurait pu survenir à n’importe quel moment, il le sait et pourtant l’accepter est trop difficile. Andy est piquant, méchant, les mots sortent de sa bouche à une vitesse folle. Mia en avait pris pour son grade quelques minutes plus tôt et c’était maintenant au tour de Bird qui tout comme sa sœur n’avait rien fait pour mériter tout ça. Elle était juste arrivé au mauvais moment, le mauvais jour même en fait. « Pardon ? Un challenge ? Je ne crois pas. » Bien sur que non elle n’était pas un challenge. Alaska aimait Bird et Bird aimait Alaska et il ne pouvait rien y changer. « Si j'étais un challenge, explique moi alors pourquoi elle me disait qu'elle m'aimait à chaque fois qu'on faisait l'amour ? » Ses paroles le dégoûtent, il détourne la tête ne voulant pas entendre un autre son sortir de sa bouche mais elle ne s’arrête pas là. Il a décidé d’être méchant et elle ne compte pas le laisser faire sans répliquer. « Tu sais, elle m'avait dit que t'étais l'une des plus belles choses de sa vie, elle était certainement aveuglée par le fait que tu étais son frère. » Cette fois-ci s’en est trop il ne peut pas rester muet une seconde de plus « La ferme ! Tu ne connais rien de moi ! J’ai toujours été là pour elle, pendant plus de 20 ans. T’as été là combien de temps toi hein ? » Il ne peut pas nier que la présence de Bird dans la vie d’Alaska lui a fait un bien fou, elle souriait à nouveau, elle se levait à la première heure pour aller la voir et se coucher à pas d’heure juste pour espérer passer quelques minutes de plus avec elle. Mais à ses yeux leur relation n’est en rien comparable avec celle qu’il entretenait avec Alaska. « Mais je ne pouvais pas nier le fait qu'elle t'aimait sincèrement. » Il ose alors la regarder à nouveau sachant pertinemment qu’elle n’avait certainement pas terminé sa phrase et il pouvait presque parier ce qu’elle allait lui dire ensuite. « Mais elle m'aimait tout autant. » Ah ben s’il avait su il aurait misé plus gros sur son pari. « Peu importe de toute manière elle n’est plus là pour le dire elle-même » Le ramenant ainsi brutalement à la dur réalité. Andy se mit alors à penser que si un quelconque paradis existe et que sa sœur y est arrivé alors elle doit certainement être en train de les observer tous les deux à cet instant. Et elle doit certainement être en colère de les voir se déchirer ainsi l’un l’autre. « Il y a une photo de vous deux dans sa chambre dans mon appartement, je l’ai trouvé en rangeant… » Ce n’était que la chambre d’amis et pourtant c’était rapidement devenu « sa » chambre tellement elle passait du temps dans l’appartement d’Andy. « Tu pourras la récupérer si tu veux » C’était soit ça soit elle partirait aux ordures lorsqu’il déménagerait dans quelques semaines.


Je ne me doutais pas encore que ce jour où tu m'avais dis que chaque fois que je verrais les étoiles je penserai à toi tu m'avais jeté une malédiction. Et depuis quand la nuit règne et que les étoiles brillent, c'est mes larmes qui brillent tout autant. — .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 22/10/2016
›› Commérages : 117
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : lily collins
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), solveig blackbird (kovalenko), anya arsenault (e. rossum) , lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

Re: Ghost of the past + BIRD ✻ ( Mer 11 Oct - 22:32 )

Si elle s'était doutée qu'elle devrait le confronter aujourd'hui, elle serait restée couchée. Elle ne voulait pas le voir, encore moins l'affronter. Elle avait toujours dit à Théo qu'Andrea était celui qu'elle redoutait le plus de croiser quand elle irait voir Alaska sur sa tombe. Elle ne voulait pas le croiser, ni lui parler, mais visiblement, ce soir, elle allait être forcée de le faire. Et c'est ce qu'elle tentait de faire, habilement. Elle pensait aussi que cela se passerait mieux, qu'elle n'aurait pas besoin de prouver elle ne sait quelles évidences qu'Alaska et elle étaient heureuse. Elle aussi, elle aurait voulu qu'Alaska reste ici, elle aussi, elle aurait voulu qu'Alaska continue à vivre intensément chaque jour de sa vie, mais la maladie l'a emporté et depuis ce jour, elle est infiniment triste. Elle ne comprenait pas tellement ce qu'il lui reprochait. Ce n'était pas elle qui s'était disputée avec Alaska une semaine avant qu'elle entre à l'hôpital pour ne jamais en ressortir, ce n'est pas elle qui a fuit quelques temps avant l'enterrement. Ce n'est pas elle non plus, qui tente de rejeter la faute sur les autres. Non c'est Andrea. Et Bird sait pertinemment qu'Alaska n'aimerait pas cela. Qu'Alaska ne tolérerait pas qu'ils se déchirent, elle lui avait dit une fois que son frère ne l'aimait pas mais qu'elle aimerait que ça s'arrange, comme ça, elle serait la plus heureuse du monde. Elle aurait voulu rester calme, mais suite à ses accusations, elle ne pouvait pas. Non, c'était plus fort qu'elle, ses mots étaient presques trop assassins et elle s'en voulait quelques secondes après les avoir prononcés. « La ferme ! Tu ne connais rien de moi ! J’ai toujours été là pour elle, pendant plus de 20 ans. T’as été là combien de temps toi hein ? » Elle serre les dents la brune et le regarde « Ne me redit plus de me la fermer d'accord ! Je m'en fous de ne rien connaître de toi et en vérité, je n'en ai pas envie. Parce que t'as l'air d'être un pauvre con prétentieux. Et j'ai été là assez de temps pour lui donner envie de sourire ! » Oui parce qu'Alaska avait systématiquement le sourire quand elle était avec Bird, elle arrivait à la faire sourire rien qu'en lui parlant, parce qu'elle disait souvent bien trop d'âneries pour faire rire sa blonde. Elle était comme ça Bird, elle voulait qu'Alaska soit heureuse juste pour pouvoir l'être à son tour. Elle se la joue provocatrice l'oiseau, elle ne veut pas qu'il pense qu'elle est la pire des personnes, elle ne veut pas qu'il pense qu'elle lui avait volé Alaska. Alors elle se la joue a la fois provocatrice et douce. « Peu importe de toute manière elle n’est plus là pour le dire elle-même »  Elle ferme les yeux pour s'empêcher de pleurer, le savoir lui donne toujours autant envie de pleurer même si elle s'en rend compte au fur et à mesure des jours qui passe qu'elle ne revient pas, qu'elle ne franchira plus la porte avec un pot de glace et un film complètement stupide. Elle haussait alors les épaules « Merci de me remettre devant une vérité que je souhaitais à tout prix oublier. » Oui, elle ne voulait plus penser qu'Alaska n'était plus là. Elle ne voulait plus se dire qu'elle n'était plus que poussière, qu'elle était une étoile parmi tant d'autres et qu'elle ne la retrouverait sûrement jamais. Elle verra bien, Théo lui a toujours dit que rien n'était impossible, mais elle ne vet pas croire qu'il y a une vie après la mort. « Il y a une photo de vous deux dans sa chambre dans mon appartement, je l’ai trouvé en rangeant…  Tu pourras la récupérer si tu veux » Bird est sceptique, elle regarde Andrea du coin en fronçant un peu les sourcils. Est-ce qu'il était sincère, est-ce qu'il n'avait pas déjà brûlé la photo en lui jetant un sort ? Elle finissait alors de tirer sur sa cigarette qui s'était consumée toute seule et elle balançait le mégot dans le vide, le fixant jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus parce qu'il fait trop noir. « Je passerais chez toi alors. » Elle ne le regarde plus et elle parle, fixant les immeubles illuminés et les lumières qui s'éteignent parfois, annonçant que la nuit est déjà à un stade bien avancé. « Tu sais, je suis désolée. Je suis désolée que tu penses que c'est de ma faute, quand elle est arrivée chez moi en pleurant parce que vous vous étiez prit la tête encore plus violemment que d'habitude, je lui ai dit qu'il ne valait mieux pas qu'elle en tienne compte et qu'il fallait qu'elle t'envoie un message pour s'excuser. » Elle revoit la scène dans sa tête et elle la secoue pour chasser les images mais elles sont bien trop fortes. « Mais elle n'a pas voulu. Je lui ai dit tous les jours de le faire, mais elle n'a jamais voulu le faire. Elle était têtue. Tu le sais bien. » Bird se relève alors avant de rajuster sa veste « Je comprend que tu me détestes, et ne t'en fais pas. Je me déteste aussi. » Elle pourrait partir mais elle n'en a pas envie, elle a envie de marcher. Puis peut-être qu'il finirait par se confier maintenant qu'ils ont posés les bases, maintenant que la haine est partie. Ou du moins, c'est ce qu'elle se plait à penser. La haine est partie, il ne reste plus rien de l'animosité, que du vide, comme le vide qu'Alaska a laissé dans son coeur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 18/06/2017
›› Commérages : 142
›› Pseudo : getget (gaëtane)
›› Célébrité : Tyler Blackburn
›› Schizophrénie : sevan martell, holia millson, ness mathews, clyde rashmi
›› more about me

Re: Ghost of the past + BIRD ✻ ( Dim 22 Oct - 13:47 )

Spiegan ⊹ « Ne me redit plus de me la fermer d'accord ! Je m'en fous de ne rien connaître de toi et en vérité, je n'en ai pas envie. Parce que t'as l'air d'être un pauvre con prétentieux. Et j'ai été là assez de temps pour lui donner envie de sourire ! » Andy la regarde avec dégoût elle lui balance cette réflexion en pleins visage comme pour lui dire : toi tu n’étais là que pour la faire crier ou pleurer. Jusqu’à ce que Bird rentre dans sa vie c’était lui qui la faisait sourire, il s’amusait à lui lancer des défis, à relever les siens, c’était lui qui collé ce sourire sur ses lèvres. Et puis elle est arrivée et le brun à commencé à se méfier, à faire des conseils déguisés à sa sœur, des conseils qui ressemblaient plus à des reproches. Ce que cette fille semblait insinuer c’était qu’elle l’avait fait sourire quand lui en était devenu incapable et cela le déchirait. Il serre les dents, il a envie de la gifler, de frapper dans quelque chose. Mais à la place il se contente de poser ses mains sur le muret ou il se tient, serrant le bord de toute ses forces et laissant son regard s’enfuir vers les lumières qui éclairent la ville. Cette fille il la déteste. Il la déteste parce qu’elle arrivait à faire ce qu’il n’était pas capable de faire, il la déteste parce qu’elle n’était pas lui. Il la déteste pour tellement de raisons différentes, tellement de raisons stupides. Si Alaska était là elle les aurait certainement giflé tous les deux pour se dire des choses aussi dur l’un à l’autre. Mais comme Andrea venait de le rappeler elle n’était plus là. « Merci de me remettre devant une vérité que je souhaitais à tout prix oublier. » Il tourne alors un instant la tête vers elle puis fini par regarder à nouveau le vide. Si depuis le début de cette conversation il ne cherche qu’à lui faire du mal cette fois-ci ce n’était pas son intention. Mais Andy est maladroit. Comme s’il souhaitait finalement se rattraper, faire la paix, ou tout simplement faire plaisir à Alaska il finit par confier à Bird qu’il a retrouvé une photo d’elle d’eux dans la chambre qu’Alaska avait l’habitude de squatter. Cette photo il n’en veut pas alors autant la donner à la brune plutôt que de la brûler comme si c’était un objet démoniaque. Andrea suit également le mégot des yeux, silencieux. « Je passerais chez toi alors. » Il acquiesce simplement de la tête, ne prenant pas la peine de la regarder. L’atmosphère qui était jusqu’à lors électrique devient finalement pesante et froide. « Tu sais, je suis désolée. Je suis désolée que tu penses que c'est de ma faute, quand elle est arrivée chez moi en pleurant parce que vous vous étiez prit la tête encore plus violemment que d'habitude, je lui ai dit qu'il ne valait mieux pas qu'elle en tienne compte et qu'il fallait qu'elle t'envoie un message pour s'excuser. » Andy tend l’oreille, fronce les sourcils. Ou est-ce qu’elle veut en venir ? Elle lui avait réellement dit de s’excuser ? Il secoue la tête et soupire. « Mais elle n'a pas voulu. Je lui ai dit tous les jours de le faire, mais elle n'a jamais voulu le faire. Elle était têtue. Tu le sais bien. » Il secoue à nouveau la tête, il refuse de la croire. Ses yeux le brulent, au bord des larmes. « Je comprend que tu me détestes, et ne t'en fais pas. Je me déteste aussi. » Le brun réalise alors brutalement qu’il n’est pas le seul à s’en vouloir, à se détester. Alaska est morte alors qu’elle était avec elle et il se rend finalement compte de l’impact que cela a pu avoir sur elle qui est resté là, impuissante. Elle se lève alors et il tourne la tête pour la regarder derrière lui. Puis il détourne à nouveau le regard. « Elle a vraiment refusé de m’appeler ? » Demande t-il. Connaissant pourtant déjà la réponse à cette question. Sa sœur était têtue, surement l’une des personnes les plus têtues qu’il connaisse. Bien sur qu’elle avait refusé. Elle voulait le blesser, elle voulait lui faire mal, juste assez pour qu’il s’en veuille, juste assez pour qu’il puisse à nouveau se retrouver. Fusionnel comme avant. Finalement ce silence l’avait fait souffrir bien plus que ce qu’elle espérait certainement. Il finit par tourner la tête vers elle, repassant une jambe du bon côté du mur, maintenant à califourchon sur celui-ci. « Je ne te déteste pas plus que je ne la déteste elle de ne pas m’avoir rappelé ou encore que je me déteste moi de ne pas m’être excusé. Je crois que j’ai juste besoin de trouver un coupable » La colère est une étape du processus de deuil, c’est ce que le médecin lui a dit peu de temps après la mort de sa sœur. Mais c’est quoi la prochaine étape ? Parce qu’il a l’impression d’être bloqué la depuis toujours. Il finit par passer sa deuxième jambe reprenant petit à petit contact avec le sol. « Je suis peut-être qu’un petit con mais j’aimais ma sœur plus que ma propre vie. » Lorsqu’il avait appris pour son cancer il aurait donné tous ses organes si ça avait pu la sauver. « Et tu l’aimais aussi » Il ne peut désormais plus le remettre en doute. « Et je suis sur que s’il y a un espèce de paradis ou d’autre monde qui existe alors à l’heure qu’il est Al’ est surement installé confortablement dans un fauteuil avec un pot de pop corn et elle nous observe. » Comme elle l’aurait fait devant un film autrefois, pleurant de rire devant une comédie, pleurant à chaude larmes à la moindre émotion trop intense, hurlant à la fille du film d’horreur de ne pas prendre ce chemin là et de rester enfermé chez elle. « Je suis sur qu’elle essaie même de nous lancer des pop corn dessus pour nous faire taire » Finit-il par dire en riant.


Je ne me doutais pas encore que ce jour où tu m'avais dis que chaque fois que je verrais les étoiles je penserai à toi tu m'avais jeté une malédiction. Et depuis quand la nuit règne et que les étoiles brillent, c'est mes larmes qui brillent tout autant. — .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 22/10/2016
›› Commérages : 117
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : lily collins
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), solveig blackbird (kovalenko), anya arsenault (e. rossum) , lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

Re: Ghost of the past + BIRD ✻ ( Mer 22 Nov - 14:08 )

Si Bird ne devait mettre qu'un seul mot sur les sentiments qui l'assaillaient quand elle pensait à Alaska et à sa mort, c'était de la culpabilité. Elle s'en voulait de ne pas avoir vu qu'elle allait mal, de ne pas chercher à comprendre pourquoi elle ne souriait plus, pourquoi la nuit, elle ne dormait plus. Elle aurait dû chercher à comprendre pourquoi Alaska ne voulait pas pardonner à son frère. Elle se pose aussi souvent la question qui n'était autre que est-ce qu'Alaska savait qu'elle allait mourir. Est-ce qu'elle l'avait senti. Mais au moins, elle était parti sans vraiment souffrir et Bird, elle se souviendrait toujours des derniers mots qu'elle avait eu. Elle l'aimait. Et elle lui avait aussi demandé de prendre soin d'Andy. Mais est-ce qu'elle le ferait Bird ? Elle ne sait pas. Elle ne sait même pas comment elle pourrait lui annoncer cela alors qu'il est là, devant elle, à cracher cette haine qu'elle accepte sans rien dire, elle essaye vainement de montrer les dents mais c'est impossible. Elle n'arrive pas à être vrament méchante avec lui. Elle voudrait qu'il comprenne qu'elle aimait Alaska, qu'elle l'aimait du plus profond de son être et qu'elle est sûrement tout aussi mal que lui de savoir que son ange n'est plus là, qu'elle n'est plus là pour la faire sourire. Elle aimerait qu'il comprenne tout cela sans avoir besoin d'utiliser des mots. « Elle a vraiment refusé de m’appeler ? » Bird laissait planer le silence, elle ne savait pas vraiment quoi dire et puis elle ne voulait pas lui faire de plus de mal.  « Je ne te déteste pas plus que je ne la déteste elle de ne pas m’avoir rappelé ou encore que je me déteste moi de ne pas m’être excusé. Je crois que j’ai juste besoin de trouver un coupable » La brune essuyait une larme solitaire qui venait de rouler le long de sa joue et elle levait les yeux au ciel pour éviter que de nouvelles perles salées ne viennent prendre place sur ses joues. « Tu aurais raison de me détester, j'aurais fait la même chose si j'étais toi. » Oui elle aurait détester la dernière personne qui aurait été avec Théo s'il venait de mourir alors qu'ils étaient en froid. C'était un processus tout à fait normal. « Je suis peut-être qu’un petit con mais j’aimais ma sœur plus que ma propre vie. Et tu l’aimais aussi  Et je suis sur que s’il y a un espèce de paradis ou d’autre monde qui existe alors à l’heure qu’il est Al’ est surement installé confortablement dans un fauteuil avec un pot de pop corn et elle nous observe. » Elle riait un peu avant d'imaginer Alaska dans son fauteuil, en train de râler et de toute faire pour qu'ils se réconcilient, elle pouvait le voir en plein dans le mille. Elle l'imaginait, son air rieur et son envie de bien faire. De faire en sorte que tout le monde soit heureux autour d'elle. C'était ça Alaska, le bonheur des autres avant son propre bonheur. Toujours.  « Je suis sur qu’elle essaie même de nous lancer des pop corn dessus pour nous faire taire » Bird le regardait alors du coin de l'oeil, un fin sourire dressé sur les lèvres. Si elle avait osé, elle l'aurait prit dans ses bras pour qu'Alaska soit heureuse. « Elle doit sûrement se dire aussi que nous sommes de mauvais acteurs.
Qu'elle a déjà vu un meilleur film. Mais je suis sûre aussi qu'elle doit être heureuse de voir qu'on a arrêté de se hurler dessus. Et je suis contente de savoir que tu ne me détestes pas. »
Bird sortait alors un carnet de son sac où elle notait son numéro « Si jamais un jour tu veux m'appeler pour savoir des trucs sur Alaska, ou même si tu veux que je passe récupèrer la photo n'hésite pas. » Elle se levait alors et déposait une main sur l'épaule qu'elle serrait doucement « Et merci d'avoir compris » Elle filait par la suite, dans la nuit noire. Elle n'avait pas envie de rester ici plus longtemps, elle voulait juste finir sur une bonne note. Et se réconcilier avec le frère de l'amour de sa vie était une bonne façon de finir cette journée.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: Ghost of the past + BIRD ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Ghost of the past + BIRD

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération