No tomorrow without a yesterday. (Bella)

 :: the city of cap harbor :: Woodbridge Avenue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 23/06/2017
›› Commérages : 359
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Michael Fassbender
›› Schizophrénie : Joan Pryce (Italia Ricci) ≈ Asher James (Kevin Love)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

No tomorrow without a yesterday. (Bella) ✻ ( Dim 2 Juil - 0:51 )



✻ ✻ ✻
Here's to my future, here's to my yesterday, here's to change. Oh, here's to my yesterday, no tomorrow without a yesterday. Here's to my future, goodbye to yesterday.

Gio est probablement la seule personne sur terre qui soit capable de bouder devant une assiette de pancakes. Difficile de comprendre ce qui lui arrive, à notre italien. Même sa femme, qui prétend le connaître par cœur, semble déconcertée par le comportement de son mari. Elle l’observe en fronçant les sourcils, sans oser dire quoi que ce soit. Ces derniers temps, Gio est incroyablement grognon. On ne peut rien lui dire sans risquer de le contrarier. Gemma n’a pas envie de déclarer la troisième guerre mondiale, alors elle préfère rester silencieuse. Elle déguste son petit-déjeuner dans son coin, laissant son mari faire la tête dans le sien.

Gio finit tout de même par manger ses pancakes, non sans pousser un long soupir. La patience dont fait preuve Gemma est remarquable. N’importe qui à sa place aurait déjà enfoncer la tête de Gio dans son assiette. « Tu as mal dormi ? » Suppose-t-elle, sur un ton parfaitement calme et posé. Gio relève le regard vers sa femme et hausse les épaules. Il a envie d’être énervé, il ne sait pas pourquoi. Il ressent simplement cet étrange besoin de crier pour relâcher toute cette colère qu’il garde au plus profond de lui-même. Mais comment passer ses nerfs sur sa femme alors que cette dernière semble parfaitement apaisée ? Dans le fond, ce ne sont pas les pancakes, le problème. Il a toujours aimé les pancakes, surtout ceux de Gemma. Mais ce matin, il n’a pas envie de pancakes. Il n’a pas non plus envie de sourire. Lui-même est bien incapable de dire ce qu’il lui arrive. Il y a des jours avec, il y a des jours sans. Aujourd’hui, il s’agit d’un jour sans. Malgré ce mal-être inexplicable, Gio parvient à terminer son petit-déjeuner. Il avale son café dans la foulée, et apporte ses couverts sales jusqu’au lave-vaisselle. « Tu veux qu’on aille se promener aujourd’hui ? » Se balader dans les rues de Cap Harbor en compagnie de sa femme est bien la dernière chose qu’il veuille. L’italien se retourne vers sa femme, passant une main dans sa nuque. « Non. » Dit-il en secouant la tête. « Je vais plutôt aller courir. » Sans elle. La déception de Gemma est largement visiblement sur son visage. Gio en est désolé, mais il a bien compris qu’être collé à sa femme le rendait encore plus mal.

Puisqu’il n’a absolument pas envie d’emprunter le chemin habituel, Gio se laisse littéralement guider à travers la ville. Ses pas peuvent l’emmener où bon leur semble, notre homme est prêt pour l’aventure. Et c’est comme ça qu’il découvre l’existence d’un marché italien. Toute sa mauvaise humeur se dissipe instantanément, laissant place à l’émerveillement. Il se laisse enivrer par l’odeur des épices, absorbé par la couleur des légumes, charmé par l’accent des vendeurs. Son bonheur est tel qu’il pourrait littéralement danser sur place. Bien qu’il n’ait que quelques malheureux dollars sur lui, Gio se laisse tenter par l’expérience. Il se mêle à la petite foule existante, heureux comme un poisson dans l’eau. Gio, c’est un homme constamment en manque de son pays natal. Il a beau y retourner aussi souvent que possible, ce n’est jamais assez pour lui. Si ça ne tenait qu’à lui, il y aurait déménagé depuis bien longtemps. Malheureusement, sa femme tient à rester à Cap Harbor, tout comme la reste de sa famille. À quoi bon vivre en Italie si c’est pour se retrouver seul ? Aussi étonnant que cela puisse paraître, Gio aime la compagnie. Alors il prend sur lui et tente de survivre sur le territoire américain. La présence d’un marché italien à Cap Harbor ne peut que l’y aider.

Il déambule dans les allées avec une certaine lenteur mesurée afin de pleinement profiter de cet instant. Il ne s’arrête que lorsqu’il se retrouve devant un stand de charcuterie, sachant d’avance qu’il finira par craquer. Il s’agit là de son pêché mignon, difficile pour lui de résister. Le vendeur lui demande d’ailleurs ce qu’il désire ; Gio lui réclame quelques secondes supplémentaires de réflexion. Avec le peu d’argent dont il dispose, il ne pourra jamais acheter tout ce qui lui fait envie. D’où l’importance de réfléchir à ce qui compte le plus pour lui. Une chose est sûre : il ne peut pas se passer de charcuterie. Exactement au moment où il fait son choix, le vendeur se détourne de lui. « C’est pas contre vous, mais c’est moche de faire attendre les jolies femmes. » Gio tourne la tête et effectivement, une jolie jeune femme se trouve à ses côtés. D’ailleurs, il la reconnait, cette femme. Il la reconnait très bien, même. « Je ne veux pas paraître aigri, mais tu viens un peu de me piquer ma place. C’est pas cool. » Dit-il avec un sourire. « T'as de la chance que je sois de bonne humeur. » Il ne pouvait pas en dire autant il y a dix minutes. Comme quoi, un petit bout d'Italie peut vraiment changer l’humeur d’un homme comme Giovanni.

_________________
I WAS LIGHTNING
BEFORE THE THUNDER
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/05/2017
›› Commérages : 74
›› Pseudo : Croquette
›› Célébrité : Megan Fox
›› Schizophrénie : Megan Lindberg
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: No tomorrow without a yesterday. (Bella) ✻ ( Jeu 6 Juil - 1:09 )

No tomorrow without a yesterday. × ft. Giovanni & Arabella
Avec le temps, la vie nous fait découvrir de nouvelles personnes, de nouveaux lieux et de nouveaux sentiments qui, jusque là nous étaient inconnus. Si il y a bien quelqu'un que tu ne t'attendais pas à revoir à Cap Harbor, c'est bien Giovanni, cet ami avec lequel tu passais l'été à faire les fous au pensionnat. N'empêche ton caractère n'a pas vraiment changé avec le temps, il est devenu pire, parce que t'as réalisé que la vie est encore plus difficile que ce à quoi tu t'attendais en étant gamine. Quelque part, cette période de ta vie te manque, l’insouciance te manque, ne pas avoir à craindre pour ta sécurité te manque, et tu ferais beaucoup de choses pour retrouver ces instants précieux pour quelques heures. Tu as bien rapidement cessé de compter les mauvais coups que tu faisais avec ton frère et Gio, la bonne époque. Vu la situation de votre père, toi et Enzo n'aviez pas énormément d'amis et Giovanni à été l'un des seuls enfants à vouloir jouer avec vous. T'étais le genre de gamine à mettre la faute sur ton frère, ah, le nombre de fois où le pauvre à été punit parce que ta maman croyait à ta petite mine triste pendant que tu pointais ton frangin de l'index. 

Ce temps est maintenant révolu, et t'as atteint l'âge de 30 ans en mai dernier, t'as un peu de mal à l'accepter, mais ça va, de toute manière dans le métier que tu exerces, tu ne sais jamais quand ta vie peut se terminer juste sous tes yeux.  D'ailleurs, l'incident de la semaine dernière te l'a bien démontré une fois de plus. Avant de reprendre le boulot, tu dois attendre que ta plaie cicatrise un minimum au risque de tout foutre en l'air, tu dois donc rester tranquille, ce qui est trop difficile pour toi qui a l'habitude d'être bien occupée, c'est donc là l'occasion parfaite d'explorer la ville. C'est donc assise dans ta voiture de luxe que tu zieutes les lieux de la ville qui te semblent intéressants jusqu'à ce que ton regard océan ne se pose sur un marché Italien que tu n'avais encore jusque là pas découvert. Haussant les sourcils, la présence de ce marché te fait sourire et surtout il suffit à te faire sentir à la maison l'espace de quelques instants. 

Tu ne tardes pas à entrer dans ce merveilleux petit marché qui réussit à te faire voyager avec ces odeurs et l'accent utilisé par les employés. Tu restes là au milieu d'un rayon, les yeux clos et un immense sourire aux lèvres à laisser tes narines se délecter de ces odeurs familières. Tu murmures pour toi même : « Grazie mio dio ! ». Rapidement, tu attrapes un chariot que tu t'empresses de remplir de produits de ton pays natal, ton Italie adoré.  T'as de quoi garnir les armoires de ta toute nouvelle maison et surtout de quoi cuisiner tes plats favoris, quoi demander de mieux ? Surtout quand la nourriture américaine te rend malade, trop de gras, trop de bacon, trop de tout. Tes yeux bleus s'écarquillent d'eux-mêmes lorsque tu découvres le stand de charcuterie. Du prosciutto ! 

Tu te places donc derrière l'homme devant toi afin de pouvoir avoir de la charcuterie, mais sans réellement remarquer précisément la personne qui est avant toi. Aux dires de l'employé, tu secoues la tête de manière négative tout en souriant, mais en voyant le visage de l'homme en question, tu hausses un sourcil fortement avant de rire légèrement. « Je ne veux pas paraître aigri, mais tu viens un peu de me piquer ma place. C’est pas cool. T'as de la chance que je sois de bonne humeur. » Face aux dires de Giovanni, tu t'exprimes avec un sarcasme flagrant : « T'as déjà été de bonne humeur ? Bah dis donc, c'est l’événement de l'année ! » Ton sourire d'amusement se remplace par un nouveau sourire, mais taquin cette fois-là, alors que t'as presque envie de lui tirer la langue comme lorsque vous étiez gamins. « Je vais vraiment croire que ta femme t'as inséré un GPS je ne sais où ! Sérieusement, t'es au courant que l'Italie est à plus de 7700 kilomètres d'ici ? T'es très loin de chez toi mon enfant ! » Toujours sur un ton amusé tu secoues la tête de droite à gauche tout en ayant du mal à croire que Giovanni habite à Cap Harbor, à moins qu'il soit en visite ? Tu n'en sais trop rien, mais tu vas devoir éclaircir la situation et satisfaire ta curiosité. Tu t'excuses à l'employé avant de commander ce dont tu as envie et surtout besoin à ce stade-là. 

D'un coup d’œil subtil, tu remarques l'argent que tient Gio dans sa main et tu lui lances de nouveau : « Je savais que les temps étaient durs, mais pas à ce point-là ! Prend ce que tu veux, c'est moi qui régale ! » Toujours en souriant, tu remontes tes lunettes de soleil dans tes cheveux tout en jetant un coup d’œil de temps à autre à l'employé qui prépare ta commande.
code by lizzou × gifs by tumblr

_________________
Darling I'm a nightmare dressed like a daydream.
You're the king baby I'm your queen, wait the worst is yet to come ; screaming, crying, perfect storm. Boys only want love if it's torture
don't say I didn't say I didn't warn you. So it's gonna be forever or it's gonna go down in flames.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 23/06/2017
›› Commérages : 359
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Michael Fassbender
›› Schizophrénie : Joan Pryce (Italia Ricci) ≈ Asher James (Kevin Love)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: No tomorrow without a yesterday. (Bella) ✻ ( Dim 9 Juil - 0:25 )



✻ ✻ ✻
Here's to my future, here's to my yesterday, here's to change. Oh, here's to my yesterday, no tomorrow without a yesterday. Here's to my future, goodbye to yesterday.

Ce marché italien gonfle son petit cœur de bonheur. A cet instant précis, il sent que rien ne pourrait venir entacher sa bonne humeur. Pas même le fait qu’une femme arrivée après lui soit servi avant lui. Peut-être qu’il aurait râlé, si la femme en question n’avait pas été Bella. Ou peut-être pas. Gio est assez imprévisible dans son genre. Il boude aussi facilement qu’il sourit, ce qui est particulièrement déroutant pour son entourage. Pour le moment, Gio ne voit absolument (et heureusement) aucune raison de bouder, d’où son grand sourire de gamin heureux collé sur le visage. Il se dit que le hasard fait bien les choses et ça lui plait. Les chances qu’il tombe sur son amie d’enfance étaient proche de zéro, et pourtant… Ils sont là, tous les deux, réunis devant une montagne de charcuterie italienne. « J’trouve que t’exagères un p’tit peu. Ca m’arrive souvent d’être de bonne humeur. » Son sourire s’élargit légèrement. « Au moins une fois par mois. » Ce qui veut dire qu’il s’agit plutôt de l’événement du mois. Gio est doué pour l’autodérision. Bella s’étonne de le voir ici, à des milliers de kilomètres de l’Italie. C’est vrai qu’il n’a jamais dit qu’il habitait ici. Les deux amis se sont rencontrés en Italie il y a de ça des décennies, et se sont toujours croisés sur le sol italien. Gio n’a jamais voulu lui dire qu’en réalité, il vivait aux États-Unis. Parce que son cœur appartient à l’Italie et pour lui, ça a énormément d’importance. Sans parlé d’avoir menti, il a allègrement passé ce (gros) détail sous silence. « Qu’est-ce que je devrais dire pour toi, alors ? Cap Harbor c’est ma deuxième maison. » Il passe une main dans sa nuque et grimace un peu. « J’habite ici depuis que j’suis gosse. » Il marque une pause, le temps d’échanger un bref regard avec la brune. « Ah, j'te l’ai peut-être jamais dit. » Il feint l’innocence en haussant les épaules. Pour une raison qu’il ignore, il a l’impression d’avouer un crime. Quand il admet vivre ici depuis tout petit, les gens ont tendance à lui répliquer qu’il est bien plus américain qu’il n’est italien. Et ça lui déplaît. Il espère de tout cœur que Bella ne fera pas cette erreur. Sa bonne humeur, précédemment qualifiée d’immuable, risquerait de disparaître assez rapidement. Personne ne veut voir un Gio en colère, pas même lui.

Les billets qu’il tient entre ses mains ne sont évidemment pas significatifs de son niveau de vie. Ils témoignent plutôt de sa précipitation à quitter le domicile conjugal. C’est vrai qu’il a l’air affreusement pauvre, avec ses six dollars et quelques. Pas de quoi s’offrir tout ce qu’il désire vraiment, il le sait. « Mais non ! J’avais juste pas prévu de m’arrêter ici, et toute cette charcuterie, là… Pfff ! » Comme si tout était de la faute du vendeur. Il fallait bien qu’il blâme quelqu’un. Quelle idée de lui mettre toute cette nourriture sous les yeux ! Et c’est en regardant avec un certain émerveillement la nourriture qu’il revient sur ses paroles. « Non bon ok. Je te rembourserai, promis. » L’index collé contre sa bouche, il réfléchit à ce qu’il veut manger. Il choisit deux de ses produits favoris, puis donne les seuls dollars qu’il possède à Bella. « Garde-les, j’insiste. » Qu’il fait en lui lançant un clin d’œil. Naturellement, Gio aide la jeune femme à porter ses affaires. Ce n’est pas un goujat, quand même ! « Merci, vraiment. » Même s’il ne le dit pas, il se sent ridicule. Il n’a malheureusement pas pu refuser l’offre très généreuse de Bella. Dans tous les cas, il compte bien payer ses dettes. À condition qu’ils soient amenés à se revoir… « Je suis vraiment surpris de te voir ici. T’es là depuis combien et pour combien de temps ? » Cap Harbor a beau être une petite ville, Gio sera toujours aussi étonné de voir le nombre de connaissances qu’il peut retrouver ici. La plupart du temps, il se demande pourquoi les gens viennent dans cette ville, d’ailleurs. Quand on regarde les États-Unis dans leur ensemble, on remarque surtout et avant tout les grandes villes comme Los Angeles, San Francisco, Washington DC, New York City, Chicago… Ce sont des villes qui donnent envie, les meilleures destinations possibles pour vivre le rêve américain dans son intégralité. Et pourtant, c’est à Cap Harbor que l’on pose ses valises. Cette ville a un charme fou, Gio n’ira jamais dire le contraire. Il s’agit d’un endroit calme où il fait bon vivre, avec en plus des lieux sympathiques. Mais ça n’a rien à voir avec les plus grandes villes américaines. A Cap Harbor, il n’y a pas vraiment de folie nocturne, on peut facilement y trouver l’ennui. Ce qui explique d’autant plus la surprise de Gio. D’aussi loin qu’il se souvienne, Bella n’a jamais eu un tempérament très calme. Ce qu’elle fait ici demeure le plus gros mystère de sa journée. Pour le moment.

_________________
I WAS LIGHTNING
BEFORE THE THUNDER
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/05/2017
›› Commérages : 74
›› Pseudo : Croquette
›› Célébrité : Megan Fox
›› Schizophrénie : Megan Lindberg
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: No tomorrow without a yesterday. (Bella) ✻ ( Lun 24 Juil - 18:50 )

No tomorrow without a yesterday. × ft. Giovanni & Arabella
Tes avant-bras appuyés sur le caddie du marché Italien, tu ne cesse de regarder Gio, un sourire aux lèvres. Franchement, t'as encore du mal à croire que vous soyez là tous les deux, au même moment. Tu te souviens encore des mauvais coups que vous mettiez sur pied lorsque vous étiez gosses, et la plupart du temps tu rejetais la faute sur ton frère et Gio pour finalement t'en tirer indemne et presque sans conséquence. Ouais, t'étais ce genre de gamine, celle qui chiale pour avoir ce qu'elle veut et qui finit par l'obtenir, mais le pire dans tout ça c'est que ça fonctionnait avec papa seulement, maman elle était beaucoup plus sévère. 

- J’trouve que t’exagères un p’tit peu. Ca m’arrive souvent d’être de bonne humeur. Au moins une fois par mois. 


Tu ne peux pas t'empêcher de rire aux dires de Gio tout en secouant la tête avant de faire mine de partir. 

- Parfait, alors on se revoit dans un mois d'accord ? 

Finalement, tu restes là un sourire d'amusement aux lèvres tout en regardant autour de toi pendant que l'employé prépare ce que tu as commandé. Ton caddie est d'ailleurs à moitié plein de nourriture afin de remplir les armoires de ta nouvelle demeure, qui d'ailleurs est absolument magnifique. 

- Qu’est-ce que je devrais dire pour toi, alors ? Cap Harbor c’est ma deuxième maison. Il passe une main dans sa nuque et grimace un peu. J’habite ici depuis que j’suis gosse.  Ah, j'te l’ai peut-être jamais dit.

 
Suite à la confession de Gio, tu écarquilles les yeux tout en secouant la tête de gauche à droite avant de lui coller une gentille tape derrière la tête. 

- Giovanni !! Merda ! T'aurais pu me le dire avant, t'avais peur de quoi au juste ? Si t'oublies pas d'où tu viens et que tu gardes ton Italien bien frais, t'es toujours Italien bello ! Si quelqu'un te dit le contraire, je lui pète la gueule ! 

Lorsque Gio te tend l'argent, tu déposes celle-ci sur le comptoir de charcuterie en guise de pourboire pour l'employé et tu t'avances vers la caisse afin de payer le tout. Une fois le tout dans de multiples sachets, tu en prends la moitié avant de quitter le marché après avoir salué le patron en Italien. Tu ouvres le coffre de ton alfa romeo afin d'y mettre les sachets de tes récents achats. 

- Je suis vraiment surpris de te voir ici. T’es là depuis combien et pour combien de temps ?

 
La question de Gio te fait froncer les sourcils légèrement, mais tu te dois d'y répondre. Un sourire regagne tes lèvres tandis que tu poses ton regard océan sur lui. 

- À vrai dire je suis tout aussi surprise de me retrouver ici, j'ai eu un contrat en informatique que je ne pouvais pas refuser. Du coup je ne sais pas du tout combien de temps je reste ici, peu-être 6 mois, peu-être 1 ans, peu-être plus ? Je suis arrivée il y a 3 semaines et déjà j'ai rencontré plein de gens que je connais, c'est un drôle d’adon ! Je n'en sais rien... je te ramène ? D'ailleurs si ton estomac le permet j'ai un endroit à te faire découvrir, question de rattraper le temps perdu ! 

À vrai dire tu le lui laisses pas trop le choix puisque tu le pousses pratiquement à l'intérieur de ta voiture avant de gagner la place du conducteur. 

- Tu veux passer chez toi te changer avant ?



code by lizzou × gifs by tumblr

_________________
Darling I'm a nightmare dressed like a daydream.
You're the king baby I'm your queen, wait the worst is yet to come ; screaming, crying, perfect storm. Boys only want love if it's torture
don't say I didn't say I didn't warn you. So it's gonna be forever or it's gonna go down in flames.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: No tomorrow without a yesterday. (Bella) ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

No tomorrow without a yesterday. (Bella)

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Woodbridge Avenue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération