[ eté 2009 - Cap Harbor ] Young love — so naive, so immature, so unsophisticated, yet ever so charming! - Miky

 :: postcard for far away :: Sometimes they back
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/03/2017
›› Commérages : 59
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : Alex Pettyfer
›› Schizophrénie : Charlie la petite blonde vegan, Avalon la belle irlandaise et Noah qui tente de réparer vos cœurs meurtris
›› more about me

[ eté 2009 - Cap Harbor ] Young love — so naive, so immature, so unsophisticated, yet ever so charming! - Miky ✻ ( Dim 2 Juil - 21:28 )

Young love — so naive, so immature, so unsophisticated, yet ever so charming!
EXORDIUM.
Il détestait ça. À chaque fois que la brune prenait le départ du cross, Adam sentait son cœur se serrait et son sang pulser dans ses veines de stress. Mikayla était une passionnée, rien ne l’arrêtait, elle n’avait pas peur, parce qu’elle profitait de chaque seconde de liberté qui s’offrait à elle durant les longues minutes de cette épreuve. Pour Adam, c’était une autre paire de manche. Le cross est l’épreuve emblématique du concours complet, mais c’est aussi la plus dangereuse, il ne se passe pas une année sans qu’un cavalier décède lors de ce genre de rassemblement. Une chute peut rapidement devenir dramatique et Adam le sait, elle arrive même au meilleur. Pourtant, malgré ses craintes, Adam reste de marbre, il ne veut pas encore plus stresser Miky, il sait qu’elle l’est déjà assez comme ça. Il faut dire que ce championnat, c’est un peu tout pour elle. Si elle finit dans les trois premières, elle est assurée d’obtenir le Saint Graal pour réussir à intégrer une grande écurie de compétition, et peut-être devenir à son tour cavalière professionnel. Depuis qu’ils se connaissent, il l’a toujours soutenu, aujourd’hui encore plus qu’hier. Parce qu’il sait à quel point elle y tient et aussi, le bonheur qu’elle éprouve lorsqu’elle monte à cheval. Le brun l’a très bien compris, dans le cœur de Miky une partie est réservée aux chevaux et une autre à lui et attention à ne pas empiéter sur le côté des équidés. Quand on sort avec une cavalière, il y a deux choses à ne jamais faire : Lui dire qu’elle pue. Parce qu’elle adore cette odeur et cela revient à insulter sa monture, et autant dire qu’il est sacré. Mais le pire, c’est sûrement de lui demander de choisir entre vous et entre « doudou ». Que ça soit clair les mecs, ça ne sera jamais vous ! Ce n’est même pas la peine d’espérer. Doudou sera toujours privilégié. Mais heureusement, Adam aime bien les animaux et en particulier les chevaux. Bien qu’il apprécierait que Calypso arrête de croquer dans ses chaussures, la dernière fois, elle a failli lui manger le pied, et il ne parle pas de l’état de sa converse qu’il avait malencontreusement laissé à côté de la ponette lors d’une baignade dans un lac. RIP belles converses à l’effigie des Rolling stones. Bonjour Basket trouée et doigts de pied à l’air. Il avait beau eu râlé, Miky s’était juste foutue de sa tronche tout en lui précisant de mieux ranger ses affaires la prochaine fois. Rha les femmes… que des ingrates, mais pas grave, il l’aimait quand même, et pas qu’un peu.

La ponette avançait rapidement sur le terrain herbeux. Avec dextérité et précision, la jeune femme l’amenait sur des obstacles qu’elle survolait avec aisance. Passant par-dessus tables, troncs et pointes sans montrer la moindre hésitation. Pourtant, quand vint le gué, le cœur du brun marqua un temps d’arrêt quand Calypso trébucha. Elle se retrouva avec la tête sous l’eau, mais releva rapidement la tête. Miky avait été un peu secoué, mais toujours bien ancré sur sa selle. Adam était loin, mais il put l’entendre encourager sa ponette qui après trois foulées de trot avala la combinaison. Certes, pas avec autant de facilité que les autres obstacles, mais le plus important, c’est qu’elles en étaient sorties sans encombre. Il ne restait désormais plus que quelques obstacles à franchir. Adam referma son emprise sur le licol et la couverture pour se diriger au pas de course vers la ligne d’arrivée. Si elle arrivait à franchir le dernier obstacle, elle était assurée de terminer soit première soit deuxième. Plongeant sa couverture dans un seau d’eau, il regarde sa petite amie s’approchait du dernier obstacle. Par instinct, il saute sur place. « Yes ! » Calypso vient d’atterrir de l’autre côté de l’obstacle et désormais, elle file en direction de la ligne d’arrivée. Miky a réussi, après des années d’entraînement, des milliers de kilomètres et quasi aucun week-end. Elle tient enfin le passeport pour réaliser son rêve de gamine. Et cela suffit à rendre Adam tout aussi joyeux qu’elle. Il referme les mains sur les rênes quand la jeune fille arrive à sa hauteur et une fois qu’elle a mis pied à terre, il balance rapidement la couverture sur le dos de la ponette. « T’as réussi ! » Avec tendresse, il l’attrape dans les bras, la soulève et dépose avec tendresse ses lèvres sur celle de la brunette. Il la repose délicatement sans pour autant la lâcher, il faut bien avouer qu’il a tendance à être assez collant. Et il se moque totalement que tout le monde les regarde. De toute manière, le milieu est assez fermé et ce n’est pas la première fois qu’Adam et Miky malgré leur jeune âge montrent à tout le monde qu’ils sont pris et bien pris. Y a surement un paquet de concurrentes de sa petite amie qui rêverait de lui piquer sa place. Pas de chance pour elles, lui, depuis le départ, il ne voit que Miky et ça fait quelques années déjà. Il est tombé amoureux d’elle, de sa fenêtre et à l’époque, il avait encore du mal à faire ses lacets. Autant dire que ça remonte à loin, très loin. « Tu m’as fait peur dans le gué. » Oui, il avait failli faire une crise cardiaque. N’oubliant pas non plus que Miky n’a pas fait ça toute seule. Il relâche la jeune femme pour caresser Calypso qui est encore fringante. « Bravo la belle. » Et intérieurement il la remercie de lui avoir ramené sa brune entière. « Vous avez été parfaites ! » dit-il tout en déposant un nouveau baiser sur la tempe de Miky après avoir passé son bras autour de ses épaules. « Maintenant, on a plus qu’à attendre le tour de ta "meilleure amie". » Et vu comment il le prononce, il ne parle pas de Charlie. Son père lui a interdit de continuer la compétition, elle n’a pas non plus eu le droit de venir voir sa meilleure amie. Non Adam parle d’une autre concurrente que sa brune n’a jamais pu voir en peinture, mais faut dire qu’elle sait se faire détester. « Sinon, tu ne m'as pas dit… Elle est comment ta robe ? » Parce que dans quelques heures sa petite amie troquerait ses affaires d’équitation pour une robe de soirée. Cette soirée, c’était le bal de promo et il était très impatient d’y être, mais avant ça Miky allait profiter de sa remise des prix. « Pourquoi tant de mystère ? » Depuis le temps qui lui demandait quelques petits indices, la brune demeurait secrète, elle ne lui avait rien dit, si ce n’est qu’il allait adoré, de quoi le rendre encore plus curieux. Il avait bien essayé de tirer les vers du nez à Charlie, mais celle-ci lui avait dit que s’il aimait autant les robes, pourquoi pas tenter de devenir travelo… L’humour de la blonde… « C'est parce que t'aimes me faire languir? C'est ça !» Et si c'était le cas, elle y arrivait très bien.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 02/03/2017
›› Commérages : 90
›› Pseudo : indi
›› Célébrité : anna speckhart
›› more about me

Re: [ eté 2009 - Cap Harbor ] Young love — so naive, so immature, so unsophisticated, yet ever so charming! - Miky ✻ ( Jeu 20 Juil - 17:21 )

1. 2. 3.

Avec la précision d’un métronome, les foulées s’enchaînent, les approchant doucement des difficultés du parcours. De bonds aisés, la ponette les a jusqu’ici survolé comme s’il s’agissait là bien plus d’un terrain de jeu que d’une étape éliminatoire pour les championnats nationales. Mais dans ce qui pourtant semble être si facile lorsqu’on voit Calypso et sa jeune cavalière à l’œuvre se cachent des années d’entraînement. Des milliers de moments de doutes. De remises en question. Car cette complicité qui aujourd’hui leur permet d’évoluer avec une telle précision, elle n’est que le résultat d’un travail qui jamais ne prend réellement fin. Car dans ce dangereux domaine qu’est le concours complet, un simple ‘bon’ n’est pas assez : pour éviter de prendre des risques inutiles et éviter de mettre les vies de montures et cavalier en danger, il faut frôler la perfection – et même là, une erreur n’est jamais loin. Elle guettait à chaque obstacle, se jetant sur le premier qui ferait l’erreur que de se montrer trop peu attentif. Et ça, Miky en est que trop conscient. Le temps presse toujours dans le cross, et pourtant, chaque obstacle doit être abordé avec le plus grand soin sans pour autant ralentir l’allure – et pour cela, il faut que l’harmonie entre équidé et humain soit parfaite. Et aujourd’hui, la fougueuse Calypso se montre sur son meilleur jour : réceptive à la moindre petite demande de la part de sa cavalière, elle s’élance sur ce parcours telle une combattante, survolant avec l’aisance chaque obstacle qui se dresse sur son chemin. Mais pour l’instant, elles ne sont qu’à mi-parcours. Les véritables difficultés sont encore à venir… et bientôt, l’une d’entre elles se dresse devant elles : le gué, cet obstacle tant redouté de par l’effort qu’il demande aux chevaux. Et, comme prouver qu’une erreur peut même arriver aux plus prudentes, leur réception dans l’eau est tout sauf douce, au point que la tête de la ponette ne tarde pas à disparaître sous l’eau et un peu plus, sa cavalière l’y aurait rejointe. Mais elle parvient à rester en selle, et avec sa guerrière qui bientôt relève sa tête, elles continuent à s’élancer dans la combinaison qui les attend à seulement quelques mètres. « ALLEZZZ ! » L’effort que la belle brune demande à sa fidèle amie est bien plus grand que les précédents, le saut bien moins ronds, et pourtant, elles finissent par attérir de l’autre côté. Parviennent à sortir de la combinaison sans fauter - avant d’avoir enfin un court moment pour se remettre de leurs émotions. Quelques secondes, rien de plus, car déjà, le prochain effort se dresse devant elles, mais déjà ont-elles retrouvés cette fluidité qui les caractérise tant, signe de la confiance mutuelle qu’elles se portent et que même une presque chute et des efforts bien plus grands à l’habitude ne sauraient entaches. Des années, elles les ont passés à sillonner les diverses compétitions du pays, et aujourd’hui, leurs efforts semblent enfin payer : le reste des difficultés défilent, sans pour autant poser la moindre difficulté aux deux amies. Et lorsque la ligne d’arrivée se dresse enfin devant elle, la belle brune ne peut s’empêcher de jeter un court regard sur l’immense chronomètre affiché au loin. Et alors que la ponette dévale dans un dernier effort la montée qui se dresse devant eux, un grand zéro s’affiche au compteur. Sans-faute et dans le temps – après un bon parcours de dressage et d’un parcours de saut des plus corrects, voilà la victoire qui est à portée de main. Et alors que les visages des spectateurs défilent, la belle brune se redresse, ralentissant en douceur celle qui lui a permis d’effectuer cette performance des plus respectables durant ces derniers jours – et même années – avant de finalement lâcher les rênes à peine la ponette est retombée dans un petit trop pour lui flatter l’encolure. « T’es vraiment la meilleure. » lui murmure-t-elle, encore bien trop sous l’emprise des émotions pour réellement exprimer tout ce qu’elle ressent à ce moment précis, mais la tendresse avec laquelle elle renferme ses bras autour de l’encolure fumante de la ponette exprime bien plus que des mots seraient en mesure de le faire. Mais que trop rapidement, cette petite séance entre filles est interrompue par une main qui doucement se referme autour des rênes de la ponette : Adam. Meilleur ami, petit ami, groom, il forme la dernière pièce d’un trio de choc, et d’ailleurs, la belle brune ne tarde pas de se laisser glisser de la selle uniquement pour atterrir directement dans les bras de ce dernier. Pour l’instant, Miky est encore bien trop sous l’emprise des émotions pour réellement répondre aux paroles de ce dernier par autre chose qu’un simple « Ouiiii !!! », mais le regard qu’elle lance au beau blond ne laisse pas de doutes possibles que sa présence ne faisait finalement rendre cette expérience encore meilleure. Alors quand ce dernier doucement de ses lèvres scelle les siennes, loin d’elle l’idée que de le repousser – au contraire, elle répond à ce baiser avec cette tendresse si caractéristique de leur relation. La tendresse d’un jeune amour, d’une relation pensée être invincible. « Calypso voulait juste se refroidir. » lança-t-elle sur un ton amusé pour faire taire l’inquiétude du beau blond, même si en réalité, elle n’avait nullement oublié l’effroi qu’a été le sien durant ces bien longues secondes. Heureusement, il semblait y avoir eu plus de peur que de mal, comme la ponette n’avait pas montré le moindre signe d’inconfort par la suite – et pourtant, une fois dessellée, Miky n’allait certainement pas se priver d’inspecter minutieusement celle qui maintenant faufile son museau entre les deux amoureux, comme pour leur rappeler qui en cette journée a été la véritable vedette – un plan qui fonctionne à merveille, puisque bientôt, c’est sur elle que se porte l’attention d’Adam. « Caly est toujours parfaite. » ajoute la belle brune. Comme nombreux bons cavaliers, elle a tendance à chercher les erreurs chez elle et non pas chez sa ponette – et c’est sans doute en grande partie à cause de cette attitude qu’elles sont aujourd’hui assurées d’être qualifiées pour la dernière étape des championnats nationaux. Sa vie pourrait-elle être meilleure ? Sa vie sportive est une réussite, et en plus, elle a à ses côtés l’homme qui depuis bien des années fait battre son cœur… une chose qu’elle se contente d’exprimer en blottissant tendrement sa tête contre l’épaule de ce dernier. « Non, je te l’ai pas dit. » finit-elle par répondre sur un ton amusé à la question de ce dernier. Qu’il pêche aux informations tant qu’il le veut, il ne va pour autant pas recevoir de réponse à ce sujet. « Pourquoi vouloir gâcher la surprise ? » réplique-t-elle, répondant à sa question par une autre. Après tout, si elle s’est donnée tant de mal à trouver LA robe parfaite pour cette soirée, c’était parce qu’elle veut voir la réaction dans son regard quand il viendra la chercher ce soir pour l’amener au bal… « Tu veux un indice ? D’accord. Hmm…  je suis sûre qu’elle te plaira. » Enfin, sûre elle ne l’est pas réellement, sur ce coup, elle ne peut qu’espérer – ou se fier aux paroles de Charlie qui lui a ‘aidé’ à choisir la robe (même si franchement, son avis sur la question n’est peut-être pas le meilleur). Mais sur ce coup, cette longue robe verte émeraude dévoilant son dos presque dans sa totalité était tout simplement sublime – et elle ne pouvait qu’espérer qu’Adam pense de même. « T’es toujours aussi mignon quand tu t’impatientes. » lui souffle-t-elle, avant de poser une fois de plus ses lèvres sur celles du beau blond. Car oui, il n’a pas tord sur ce dernier point : elle veut le faire languir. Et dans cet éternel jeu de séduction mutuel qu’est l’amour, elle veut assurer. Elle veut qu’il soit fier ce soir de se montrer avec elle dans leur ancienne école… tout comme l’inverse est vrai. Presque trois années se sont écoulés depuis le début de leur relation. Trois années rythmées de tendresses, de coups de gueule et de retrouvailles – et elle n’en regrette pas un seul jour. Au contraire, aujourd’hui, elle est plus amoureuse de son Adam que jamais – alors forcement, la question de leur avenir la tracasse, car si elle rêve de poursuivre sa ‘carrière’ dans des écuries de compétition, elle sait aussi parfaitement que cela entrainera aussi une séparation forcée. Au lieu de se voir chaque jour – voir la plupart des nuits, dans l’ignorance de leurs parents – ils ne se verraient que de temps à autres. Alors d’ici là, elle veut profiter à fond de chaque minute qu’elle peut avoir aux côtés d’Adam. Approchant ses lèvres de son oreille, elle finit par murmurer avec un sourire malicieux : « Elle semble facile à enlever. » faisant là allusion à cette délicieuse intimité qu’ils partagent depuis presque aussi longtemps qu’ils sortent ensemble. « Mais en attendant, Caly a bien mérité sa douche… et toi aussi tu sembles en avoir besoin. » ajoute-t-elle sur un ton malicieux, alors que d’un regard taquin elle observe son ami qui – à son grand amusement - soudainement semble avoir les pensées bien loin de ce concours.


I'm selfish, impatient and a little insecure. I make mistakes, I am out of control and at times hard to handle. But if you can't handle me at my worst, then you sure as hell don't deserve me at my best. ©️ signature by anaëlle.
Be   yourself

Wanting to be someone else is a waste of who you are.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/03/2017
›› Commérages : 59
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : Alex Pettyfer
›› Schizophrénie : Charlie la petite blonde vegan, Avalon la belle irlandaise et Noah qui tente de réparer vos cœurs meurtris
›› more about me

Re: [ eté 2009 - Cap Harbor ] Young love — so naive, so immature, so unsophisticated, yet ever so charming! - Miky ✻ ( Ven 21 Juil - 22:09 )

Young love — so naive, so immature, so unsophisticated, yet ever so charming!
EXORDIUM.
Il était complètement raide dingue de cette fille et c’était peu de le dire. Adam était jeune, il sortait de l’adolescence, Miky c’était sa première petite amie, son premier amour. Mais il savait déjà que jamais, il ne pourrait aimer une fille comme il l’aimait. C’était simple, il ne se voyait pas vivre sans elle. Ils devaient passer encore par pas mal d’étapes, avoir leur diplôme en poche, trouver de quoi leur avenir serait fait et construire leur vie à deux. Adam n’hésitait pas mal, entre trouver direct un boulot ou continuer ses études. D’un côté il mourrait d’envie de suivre Millie dans ses aventures, mais de l’autre, il avait aussi envie de trouver un boulot dans lequel il s’épanouirait. Il n’avait pas peur d’une relation à distance, surtout qu’il pouvait trouver une fac pas trop loin des écuries où elle allait continuer à monter. Ils trouveraient une solution, parce que tous les deux, ensemble, ils surmonteraient toutes les difficultés de la vie. Adam adorait voir Micky monter à cheval. Non pas parce qu’il aimait vraiment l’équitation. Il adorait les chevaux, ils trouvaient ses animaux fascinants, mais ils n’auraient jamais mis les pieds sur les terrains de compétition si Micky n’y passait pas tous ses weekend. Non, ce qu’il aimait, c’était de la voir si resplendissante, dès qu’elle posait les fesses sur sa ponette, voire même quand elle la voyait dans son pré. Parfois, il en serait presque jaloux, mais c’était comme ça, il l’avait accepté depuis le tout début et il était heureux de pouvoir partager sa passion avec elle. Surtout aujourd’hui, pour cette étape si importante pour la jeune femme. Elle venait de réussir un joli exploit. « Avec ça, t’es quasi sûre d’être prise, ils vont pas pouvoir se passer de ses talents. » Et lui allait devoir se passer de la femme de sa vie… Quoique non, vu qu’il en serait incapable, il trouverait une solution pour la suivre, et c’était pas négociable. « Je dirais surtout que Caly, elle aime se foutre de moi. » Elle adorait lui faire les pires crasses du monde. « Elle voulait sûrement pas se rafraichir en mangeant mes converses… » Ouais, non, ça c’était plus pour marquer son territoire… Et pour lui dire de laisser un peu plus de temps à sa cavalière. Peut-être que Caly avait aussi envie de se retrouver toute seule avec sa cavalière sans avoir Adam dans les pattes. Mais bon ça, c’était peut-être lui accordé trop de sentiments humains. Ses pensées, il ne les partagerait pas avec Micky, parce qu’il savait qu’à la fin, celle qui aurait toujours raison, ce n’était ni lui, ni même sa petite amie, mais cette petite ponette grise au regard taquin et à l’énergie bondissante. « Tu sais bien que Caly serait rien sans toi… Comme moi. » Et oui, c’était aussi pour Micky qu’il avait trouvé l’énergie pour se battre et pour vaincre la leucémie. Il n’aimait pas en parler, ni se rappeler de ses journées à l’hôpital. En fin de semaine, il avait un rendez-vous avec son docteur, si la chance était avec lui, il obtiendrait l’aval de vivre sa vie, sans plus jamais se soucier de la maladie, enfin si ce n’est une fois par an, pour son analyse annuelle.

Rapidement, la brune se retrouve dans ses bras et Adam n’a pas du tout envie de la lacher, ils sont jeunes et amoureux, alors pourquoi devraient-ils se cacher. « Pour m’émoustiller » Même s’il n’en avait pas besoin. La voir suffisait à réveiller ses hormones et autant dire qu’elles étaient en forme. Surtout quand il savait qu’il allait passer la soirée avec une Micky toute sexy à son bras. « On n’est pas obligé d’y aller si tu veux, on peut trouver autre chose à faire .» susurra t’il à son oreille. Il était certain qu’ils trouvaient quelque chose d’intéressant à faire, même si danser collés serrés avec sa petite amie, n’était pas pour le déranger. « Tu sais bien que ça me plait toujours. » Qu’importe ce qu’elle pouvait se mettre sur le dos, elle arrivait à le séduire, il était même certain qu’il la trouverait attirante si elle portait un sac poubelle. Un sourire taquin se dessine sur ses lèvres quand il lui parle de la robe. Voilà qui devient intéressant. Il laisse glisse ses lèvres de la joue de la belle jusqu’à son oreille. « Qui te dis que je vais avoir envie de l’enlever… » C’était ça qui était bien avec les robes, il n’avait pas besoin de lui enlever, il pouvait faire avec. « Surtout si t’es sexy avec, ça serait une insulte de te l’enlever… » Oui et comme il la respectait, il ne pouvait tout simplement pas faire ça, enfin pendant le premier début de la nuit, pour la suite, il ne jurait de rien. « Je suis pas impatient…je suis amoureux de toi, c’est pas pareil. » Il lui sourit avant de poser tendrement ses lèvres sur les siennes. « Je t’aime. » Et c’était un euphémisme parce qu’en réalité, il était totalement fou d’elle, cette fille avait le pouvoir de lui faire faire tout ce qu’elle désirait, et elle en était pleinement consciente. « Je veux bien prendre une douche, si tu viens avec moi. » Il pouvait même lui faire une petite place dans la sienne, elle était étroite, ça rendait les choses intéressantes. « Ma mère et ma sœur ne sont pas là ce soir, elles sont parties voir ma tante… » Ce qui signifiait qu’ils avaient la maison pour eux. « Dis-moi que tu as pris ta robe et que je ne suis pas obligé de ta ramener chez toi… Parce que faut que je me douche vite… » Oui, et s’il passait chez elle, il risquait de prendre froid. Puis quoi de mieux de commencer la soirée par une douche froide à deux…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 02/03/2017
›› Commérages : 90
›› Pseudo : indi
›› Célébrité : anna speckhart
›› more about me

Re: [ eté 2009 - Cap Harbor ] Young love — so naive, so immature, so unsophisticated, yet ever so charming! - Miky ✻ ( Dim 20 Aoû - 11:41 )

Adam, c’était là une histoire qui avait commencé bien avant que la réelle signification de cette fameuse petite phrase « je t’aime » ne leur soit connue. Habitués à chercher la présence de l’autre depuis leur plus tendre enfance, il avait finalement été des plus naturels aux yeux de leurs entourage que, un jour, cela se transformerait en une chose de plus – un jour qui était arrivé bien trop tôt si l’on écoutait le père de Miky qui, aujourd’hui encore, avait bien du mal face au simple fait que son unique fille sortait avec quelqu’un. Pourtant, le problème n’était pas qu’il n’appréciait pas Adam, bien au contraire, mais tout simplement qu’il avait du mal à accepter que Miky devenait adulte… enfin, c’était bien là une chose que la belle brune préférait oublier, tout bonnement. Après tout, maintenant qu’elle se trouvait une fois de plus dans les bras d’Adam, ce n’était sans doute pas le moment de réfléchir à l’effet qu’une telle vue aurait sur son père… surtout qu’aussi naturelle que pouvait sembler ce lien qui désormais l’unissait au beau blond à ses côtés, ce dernier avait bien risqué de ne jamais se produire. Encore aujourd’hui, la peur envahissait son esprit quand elle pensait à ces innombrables jours où elle était allée rendre visite à Adam, uniquement pour avoir l’impression de le voir dépérir sous ses yeux. Et pourtant, en fin de compte, ce dernier était parvenu à se défaire des griffes de la maladie avait si profondément enfoncées en lui – et à partir de ce jour-là, ils n’avaient finalement pas perdu de temps pour s’avouer qu’ils étaient en réalité bien plus que de simples amis. « Je sais. » murmura-t-elle en réponse à cette confidence du beau blond, avant de l’embrasser avec tendresse. De cette période noire à l’hôpital, aucun d’entre eux n’aimait en parler, et ils n’étaient finalement que trop heureux de pouvoir la laisser derrière eux pour profiter de cette vie qui désormais s’offrait à eux. En profiter ensemble, car il ne semblait que trop évident que, maintenant que Miky aussi avait fini le lycée, ils continueraient à faire la route ensemble. Peut-être même d’avoir leur premier appartement ensemble si jamais elle parvenait à trouver un travail proche de la fac qu’Adam choisirait pour ses études. Et après… à vrai dire, la belle brune avait ce rêve magnifique dans lequel, d’ici quelques années, ils se seraient passés la bague au doigt et fondé leur propre petite famille. Certes, ils étaient jeunes, la vie avait à peine commencée pour eux, mais cela montrait bien à quel point elle avait confiance en leur relation. Une confiance que le beau blond semblait partager si l’on jugeait de par son comportement, car trop rapidement, les bras de ce dernier s’entourèrent autour de ses frêles hanches, les idées visiblement très loin déjà de ce terrain de concours. « Et qu’est-ce que ça pourrait être ? » Une question susurrée sensuellement au creux de l’oreille de ce dernier, et leurs souffles qui effleuraient la peau de l’autre ne faisaient finalement qu’augmenter l’attirance qui existait toujours entre eux. Une tentation face à laquelle ils avaient depuis longtemps abandonné toute résistance. Au contraire, ce genre de petit jeu faisait partie de leur quotidien, rendant ces rares moments où ils pouvaient se retrouver seuls qu’encore meilleurs. Et dans de tels moments, la belle brune se mettait finalement à rêver encore plus fort d’un futur appartement commun, où ils n’auraient pas besoin de s’attirer les regards réprobateurs de leurs parents, ou tout simplement devoir attendre que ces derniers soient sortis pour pouvoir passer du temps rien qu’eux deux… Enfin, aujourd’hui au moins, ils n’allaient pas avoir de soucis à se faire, puisqu’après le bal de promo, ils auraient une maison rien qu’à eux – et rien que cette simple promesse donnait le sourire à la belle. Comme quoi, elle était vraiment éperdument amoureuse de son Adam – comme quoi, ce petit jeu de séduction dans lequel ce dernier désormais se lançait était gagné d’avance. « T’es vraiment incorrigible. » rigola-t-elle, avant de l’embrasser avec un peu plus d’entrain que leurs précédents baisers, douce promesse de ce que promettait d’être cette soirée ensemble. « Je t’aime aussi. » Doux euphémisme de ce qu’elle ressentait pour le beau blond, car la vérité, c’était bien qu’elle était complètement folle de lui. Certes, Adam était son premier petit ami, son premier amour, et pourtant, jamais n’avait-elle douté ne serait-ce qu’une seule seconde du fait que ce lien qu’ils avaient durerait pour toujours. « Elle est dans la voiture. » Dommage, ils n’allaient pas avoir droit de la fameuse scène qui rythmait la plus part des films, où le petit ami attendait sa cavalière en bas de l’escalier, mais l’option suggéré par le beau blond ne semblait pas moins intéressante. « On risquera d’arriver un peu en retard au bal. » ajouta-t-elle, alors que le sourire se dessinant sur son visage indiquer que cela était au final bien loin de la déranger. Et pourtant, aussi intéressant qu’était la situation qui se dressait à l’horizon, il n’y avait pas moins un petit détail qui la ternissait un peu… « Ca ne te tarde pas d’avoir une place rien qu’à nous deux ? Ou on n’aurait pas besoin d’attendre que nos parents partent pour pouvoir être rien que nous deux ? » Si la réponse à cette question était si évidente pour la belle brune, elle ne peut s’empêcher de ressentir une certaine crainte vis-à-vis de la réponse du beau blond. Certes, ils étaient jeunes, amoureux plus que raison, mais est-ce qu’il voyait vraiment leur futur proche de la même façon qu’elle ? Mais alors que les doutes pour un instant estompent le sourire jusqu’ici dessiné sur le visage de la belle brune, Caly la rappela à l’ordre d’un doux coup de museau : ils étaient arrivé aux douches – pour chevaux – et la belle ponette avait amplement mérité un petit rafraîchissement. Et pas qu’elle, d’ailleurs, puisque dans les mains de la belle brune, le tuyau ne s’écarta que trop rapidement des membres de l’équidé pour se diriger sur Adam. Après tout, ne lui avait-elle pas dit quelques instants plus tôt qu’il avait besoin d’un petit rafraîchissement ? Sauf que, comme pour prouver qu’elle avait raison, ce dernier avait interprété ça d’une bien autre manière. « Quoi ? Toi, moi, une douche… c’est ce dont tu en parlais, non ? » ajouta-t-elle d’une voix innocente, alors que son regard pétillait de malice. C’était juste un petit rafraîchissement, histoire qu’il puisse encore attendre assez longtemps pour qu’ils ramènent Caly dans son box…


I'm selfish, impatient and a little insecure. I make mistakes, I am out of control and at times hard to handle. But if you can't handle me at my worst, then you sure as hell don't deserve me at my best. ©️ signature by anaëlle.
Be   yourself

Wanting to be someone else is a waste of who you are.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/03/2017
›› Commérages : 59
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : Alex Pettyfer
›› Schizophrénie : Charlie la petite blonde vegan, Avalon la belle irlandaise et Noah qui tente de réparer vos cœurs meurtris
›› more about me

Re: [ eté 2009 - Cap Harbor ] Young love — so naive, so immature, so unsophisticated, yet ever so charming! - Miky ✻ ( Dim 27 Aoû - 21:23 )

Young love — so naive, so immature, so unsophisticated, yet ever so charming!
EXORDIUM.
Depuis sa sortie de l’hôpital, quelques années plutôt, Adam croquait la vie à pleines dents. Et ce n’était pas uniquement parce qu’il apprenait à vivre comme tout le monde, mais surtout parce qu’il pouvait enfin profiter pleinement de sa jolie brune. Adam était tombé amoureux d’elle très rapidement, quand elle avait débarqué dans sa chambre en compagnie de Charlie et de Cameron. Malgré leur différence d’âge, il avait adoré son sourire et au fur et à mesure des années, cela avait évolué en des sentiments plus forts, qu’il avait essayé de cacher. Micky, c’était un vrai rayon de soleil, une jeune fille pleine d’énergie, alors que lui il traînait la mort derrière lui. Il avait passé un paquet d’heures dans son lit d’hôpital à se demander ce qui pouvait lui offrir, alors qu’en-dehors de ses murs, un paquet de mecs pouvaient lui offrir tout ce que lui ne pourrait pas, mais ça c’était sans compter sur la jolie brune. Si, elle avait laissé faire le blond, ils ne seraient sûrement pas ensemble à l’heure actuelle. Micky avait pris les devants et quoi de mieux qu’embrasser un crétin pour lui faire réaliser qu’il était en train de perdre la plus belle chose que la vie lui offrait. Leur histoire avait débuté dans un hôpital et maintenant, ils pouvaient la continuer au grand air. La maladie était derrière Adam, il y avait peu de chance pour qu’elle revienne désormais, même s’il était encore en phase de rémission, mais il pensait peu, trop heureux de profiter de sa nouvelle vie loin d’une pièce stérile.

Il ne se voyait pas vivre sans sa jolie brune, Micky était devenu toute sa vie, son univers, vivre sans elle, il préférait ne pas y penser. Il adorait la voir à cheval, parce qu’il s’agissait de son univers, de son monde à elle, d’une passion dévorante qu’elle lui avait transmise. Maintenant, Adam était le parfait groom et il ne le faisait pas uniquement par amour des chevaux. Non, s’il suivait sa brune, c’était tout simplement pour être avec elle. Parce que quand elle partait pour ses concours, c’était toujours durant les week-ends. Déjà, qu’ils ne pouvaient pas beaucoup se voir en semaine, hors de questions que sa chérie lui échappe aussi pendant les deux jours les plus importants de la semaine. Finalement, il avait facilement pris le pli, il aimait ça, la soutenir, la regarder, et aussi montrer à tous ses cavaliers qui lorgnaient sur elle, qu’elle était prise !

« Hmmm, je sais pas trop, mais je peux être imaginatif… » Collé à la demoiselle, il n’est pas décidé à la laisser gagner ce petit jeu. Ils adorent ça, se cherchent, se séduire, faire montrer la température, c’est aussi pour ça qu’un couple fonctionne, quand on sait alimenter le feu de manière régulière et les deux jeunes gens sont assez doués en la matière. Il faut bien l’avouer, ils adorent se titiller, être l’un contre l’autre, murmurer des mots doux. Il a de l’idée dans sa petite tête, surtout si sa mère n’est pas là tout comme sa sœur et qu’ils ont la maison pour eux. Une vie de couple, Adam n’attend que ça. Ils n’ont plus qu’à trouver, la ville la plus adaptée, entre la fac d’Adam et les écuries ou la jeune fille va se faire engager.

Incorrigible ? Oui, il n’allait pas le nier. « C’est peut-être parce que je sais que tu adores ça … » Sans oublier qu’Adam est un vrai gosse et qu’il adore s’amuser, même avec sa petite amie. Surtout avec elle. « Il me tarde qu’on est enfin notre chez nous, faut qu’on se mette à chercher notre appart, enfin quand tu auras décidé tes parents… » C’est ce qui risquait d’être le plus compliqué. Adam était bien accepté par le père et la mère de la jolie brune, mais cela ne voulait pas dire qu’ils étaient d’accord pour la laisser vivre à peine sortie du lycée avec son petit ami. Heureusement, Adam avait bon espoir, Miky était doué pour obtenir ce qu’elle désirait.

« Qu’est-ce que tu as dis, ? J’ai pas bien entendu … » Plaisante t’il avant de poser de nouveau ses lèvres sur celle de sa belle. « Où ? Je l’ai pas vu … » Ce qui voulait dire qu’elle avait dû la cacher pendant qu’il s’occuper à monter la ponette dans le van. « J’ai conduit en l’ayant dans la voiture, sans avoir pu poser un œil dessus, c’est vraiment injuste… » Mais bon, il allait patienter. « Quoi que je préfère la voir sur toi… » Encore faut-il qu’ils arrivent à ce foutu bal. C’est pas vraiment le truc d’Adam, mais les filles adorent ça et Miky aime ce genre de truc, et lui, il adore lui faire plaisir. Cette soirée risque donc de se montrer particulièrement agréable.

« En retard ? » Pourquoi ? Elle a prévu quelque chose ? Un sourire charmeur se dessine sur ses lèvres. « Qu’est-ce que tu as prévu pour qu’on arrive en retard ? » Elle a de la chance, il n’est pas compliqué comme garçon, il veut bien faire tout ce qu’elle veut. « T’avoir sur le dos tous les jours ? Je ne suis pas certain de le vouloir…. » dit-il d’une voix taquine avant de l’attraper dans ses bras pour l’embrasser tendrement dans le cou. « Quoique, il se pourrait que ça soit le but ultime de ma vie… » Et qu’il risque bientôt de réaliser, si tout se goupille comme ils le désirent. Tous les deux, ils allaient pouvoir en faire des choses… Mais avant que son imagination ne prenne le relais, un jet d’eau glacé vint lui remettre les idées en place. Le jeune homme sursauta avant de poser un regard vengeur sur sa petite amie. « Micky !!! » Sérieux, il était tout canon, sexy, maintenant, il ressemblait à un chien mouillé. « Viens ici ! » Ni une ni deux, il se lance à sa poursuite, le sol est glissant, ce qui joue en sa faveur, car il arrive à attraper la jeune fille après une glissade. Ses mains se referment autour de sa taille et il la colle avec un certain plaisir contre le mur de la douche. « Hmm à vrai dire, je pensais plus à un truc du genre ! » Sans attendre qu’elle lui répondre, il l’embrasse avec tendresse, se retenant pour ne pas choquer ceux qui les entourent. Délicatement, il se détache d’elle, plus par obligation que par envie. « Je te ferais bien l’amour ici, mais j’ai peur que ça soit mal vu… » Oui, ils étaient en public. Doucement, il laisse glisser la jeune femme et la relache. « Occupe toi de ta jument, je vais ranger les affaires et amener le van ! Je veux une douche, une vraie. » Un sourire se dessine sur ses lèvres et il colle ses lèvres contre l’oreille de la demoiselle. « Une ou il n’y aura que toi et moi… » Et donc une ou ils pourront visiblement faire quelques petites bêtises.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 02/03/2017
›› Commérages : 90
›› Pseudo : indi
›› Célébrité : anna speckhart
›› more about me

Re: [ eté 2009 - Cap Harbor ] Young love — so naive, so immature, so unsophisticated, yet ever so charming! - Miky ✻ ( Lun 4 Sep - 8:34 )

« Hm… vraiment ? Ca reste encore à être prouvé. » Un sourire malicieux accompagne ces paroles, alors qu’avec tendresse, elle glisse sa main dans celle du beau blond à ses côtés. Dans ce petit jeu de séduction qui s’est installé entre eux depuis les premiers instants de leur relations, elle n’est pas prête à jeter l’éponge si facilement – ni l’est lui, d’ailleurs, et sans doute est-ce pour cela que leur couple semble si bien fonctionner, même si désormais trois ans se sont écoulés depuis leur premier baiser au goût amère de l’hôpital. Trois années, une période bien longue aux yeux de certains, un sixième de leur vie, et pourtant, la belle brune est bien peu avide de la voir se terminer. Au contraire, si elle pense à son avenir, son ami d’enfance, son premier amour, y joue toujours un rôle principal. Un appartement commun. Le mariage. Des enfants. Tel est le futur qu’elle voit pour eux. Bien sûr, ils sont jeunes et ont tout le temps devant eux, et pourtant, de telles reflexions ne font finalement que prouver la confiance qu’elle a en leur couple – même si pour l’instant cette dernière n’est peut-être pas encore assez grande pour évoquer les deux derniers points avec Adam. Déjà, d’ici peu, ils auraient leur appartement commun, et puis le reste viendra en temps et en heure, elle en est certaine. « Ils finiront par se faire à l’idée – et puis, je suis assez vieille pour décider par moi-même. » réplique-t-elle, alors qu’avec tendresse, sa tête vient se poser contre l’épaule du beau blond. Il est vrai que ses parents ne sont que trop réticents à l’idée de la voir aller vivre avec son petit copain à un si jeune âge, mais à ce sujet, ont-ils vraiment leur mot à dire ? Elle est adulte, et avec un peu de chance, d’ici peu, elle aura sa propre source de revenus. Celle-ci va être limitée de toute évidence, mais au final, elle n’a pas besoin de grand-chose. Même un petit appartement fera l’affaire pour eux deux… Des paroles qui, de toute évidence, ne sont bonnes qu’à provoquer un roulement d’yeux de la part de ses parents, qui ne se priveraient certainement pas de lui rabâcher qu’elle ne peut pas vivre d’amour et d’eau fraîche – mais quelle différence cela fait-il si elle aménage d’ici quelques mois avec Adam, ou d’ici une année ? Elle est sûre de son choix, sure d’eux, et la seule personne en mesure de lui faire changer d’avis se tient à cet instant même à ses côtés, et en vue de ses paroles, semble bien partager son opinion. Ou du moins, c’est ce qu’elle entend entre les taquineries amoureuses du beau blond, mais si ce dernier espérait peut-être l’entendre dire une fois de plus à quel point elle l’aime, il risque bien d’être déçu. « Je disais à quel point j’aimais ma petite Caly. Elle est juste parfaite, tu penses pas ? » réplique-t-elle d’un ton innocent, une fois que les lèvres du beau blond cessent de l’empêcher de parler – et sans doute est-ce mieux ainsi, au moins cela lui évitera de continuer à dire des bêtises, bien que dans ce cas, c’est parfaitement vrai : Caly est parfaite, et aujourd’hui, elle l’a une fois de plus prouvée. Et comme si la ponette a senti que l’on parle d’elle, elle ne se gêne pas pour donner un coup de museau au jeune couple, mettant ainsi une fin prématuré au tendre baiser qu’ils sont en train d’échanger. Un fait qui est finalement loin d’être en mesure ce petit jeu qui s’est installé depuis bien longtemps entre les deux adolescents, qui, portés par l’euphorie du moment, continuent à se chamailler et se séduire. « J’espérais avoir le temps de rentrer me changer, mais je ne voulais pas prendre de risques, alors j’ai tout amené. Au cas où. » finit-elle par répondre, amusée par l’impatience du beau blond. « Mais tu sais, je commence à croire que Charlie a raison en disant que t’as vraiment une obsession malsaine avec les robes… s’il te plait, dis-moi que tu ne vas pas vouloir l’emprunter ? » Avec un air faussement inquiet, elle l’observe, le taquine. Tous deux savent parfaitement que sur ce point au moins, il n’y a pas de doutes à avoir, et que la seule raison qu’Adam peut bien avoir à emprunter sa robe, c’est uniquement pour la déshabiller, elle – sauf que cela ne change absolument rien au fait qu’il soit bien drôle de le taquiner à ce sujet. Ou plus exactement de le taquiner tout court, car c’est bien là une chose dont jamais la belle brune ne se lasse. Un jeu qui semble-t-il est réciproque, car si seulement quelques instants plus tôt, des sous-entendus dans la voix du beau brun semblaient promettre de biens agréables moments à tester le matelas d’Adam, désormais, il ne semble plus vouloir se souvenir de rien – sauf que dans ce petit jeu, il n’est pas le seul joueur. « Hmmm… beaucoup de choses. Il faut que je fasse mon maquillage. Que je me coiffe. Sans parler de mes ongles… » En d’autres mots, elle a prévu un pouponnage dans les règles de l’art pour être sur son trente-et-un ce soir. Pour plaire à son petit ami – mais aussi parce qu’elle a toujours aimé ça. Si en temps normal, la belle brune est loin d’être une de ces filles constamment obligée à s’admirer dans un miroir, elle n’aime pas moins soigner son apparence lorsqu’elle sortait… et cela passe par un minimum de maquillage et le domptage de ses longues boucles brunes. Une procédure qu’elle pourrait sans doute raccourcir si Adam lui fait une proposition alléchante, mais pour l’instant, c’est bien plus drôle de voir la désillusion se dessiner sur le visage de son petit ami. Comme si elle pouvait lui résister si jamais il se met à vouloir lui changer d’avis… sauf que ça, parfois, il semble complètement l’oublier. Sauf que trop rapidement, le beau blond lui rend le monnaie de sa pièce : pendant un long moment, il parvient sincèrement à lui faire croire qu’il hésite face aux plans qu’elle peut avoir pour leur futur commun, si bien que ce ne sont finalement que ses lèvres qui doucement effleurent sa peau qui sont en mesure de la rassurer à nouveau. « T’es pas drôle quand tu fais ça. » répond-elle sur un ton boudeur, alors que délicatement, elle s’extirpe des bras de son petit ami, bien plus par obligation que par envie, puisqu’ils viennent tout juste d’arriver aux douches et Caly quémande un peu d’attention pour elle. Chose que la ponette n’a d’ailleurs pas bien longtemps, puisque rapidement, le jet d’eau quitte les membres de l’équidé pour d’avantage se diriger sur le beau blond. Et alors que la jeune adolescente éclate de rire devant le visage effarouché de celui qu’elle considère être l’homme de sa vie, elle n’accorde que trop peu d’attention à là où elle met ses pieds. Fatale erreur, car trop rapidement, le sol glissant joue en sa défaveur, et la voilà qui se trouve à la totale merci d’Adam… enfin, sur ce coup, elle doit bien avouer que cela est tout sauf gênant, puisque c’est une occupation plus douce encore que la vengeance que ce dernier a en tête. Avec tendresse, elle enroule ses bras autour de la nuque de ce dernier, répondant avec délicatesse à son baiser. A ce moment-là, sa vie semble tout simplement parfaire. Non seulement vient-elle de réaliser une de ses meilleures performances, mais en plus, elle peut partager ce moment avec l’homme de sa vie. Et quand ce dernier finit par se décoller d’elle, un sourire bienheureux est dessiné sur le visage de la belle : elle est plus heureuse aujourd’hui qu’elle l’aurait jamais pu l’imaginer, et le regard amoureux qu’elle lançait à son petit ami en disait bien long sur l’intensité des sentiments qu’elle éprouve à son regard. Et devant les mots de ce dernier, bien rapidement, son sourire laisse place à un rictus amusé. « Tu sais te montrer convaincant. » murmure-t-elle d’une voix amusée. Finalement, c’est peut-être là leur plus grande différence : quand Miky pense surtout à s’amuser en éclaboussant son petit ami, ce dernier pense à des occupations bien plus adultes, plus passionnels. Et s’il suffit de voir le regard étincelant de la belle pour comprendre qu’une telle perspective est bien loin de la déranger, elle ne peut pour autant pas s’empêcher de s’inquiéter par moment devant leurs si nombreuses différences. Quoi si un jour, Adam déciderait qu’il veuille quelqu’un qui lui ressemble plus à ses côtés ? Quelqu’un de plus mature, et qui ne pense pas tant à des jeux quelques peu enfantins ? C’est là l’étrange mélange de sécurité et de doutes qu’elle a toujours au sujet de leur relation. Jamais n’a-t-elle douté de ses sentiments pour le beau blond, ou même devant la perspective d’un avenir commun, et pourtant, il y a toujours ces petits instants de doutes où elle se dit qu’au final, Adam est certainement beaucoup trop bien pour elle. Et comme pour estomper ses doutes, elle ressaisit une fois de plus les lèvres du beau blond comme douce promesse de ce qui l’attendra une fois dans l’intimité de sa maison. « On te retrouve à la voiture. »

Une heure plus tard, la belle Caly profite une fois de plus de son près en compagnie du poney de Charlie, alors que les deux adolescents s’éloignent en direction de la maison d’Adam.


I'm selfish, impatient and a little insecure. I make mistakes, I am out of control and at times hard to handle. But if you can't handle me at my worst, then you sure as hell don't deserve me at my best. ©️ signature by anaëlle.
Be   yourself

Wanting to be someone else is a waste of who you are.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/03/2017
›› Commérages : 59
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : Alex Pettyfer
›› Schizophrénie : Charlie la petite blonde vegan, Avalon la belle irlandaise et Noah qui tente de réparer vos cœurs meurtris
›› more about me

Re: [ eté 2009 - Cap Harbor ] Young love — so naive, so immature, so unsophisticated, yet ever so charming! - Miky ✻ ( Jeu 21 Sep - 23:18 )

Young love — so naive, so immature, so unsophisticated, yet ever so charming!
EXORDIUM.
Adam n’était pas amoureux de Micky, il en était plutôt raide dingue. C’était simple, pour cette fille, il était tout simplement prêt à tout, même à passer sa journée sous la pluie et dans la boue. Il l’avait compris depuis le départ, sa belle brune, il se devait de la partager avec les chevaux, et en particulier une ponette récalcitrante qui prenait un malin plaisir à lui marcher sur les pieds, voire pire, détruire ses somptueuses converses. Enfin, pour ce dernier point, il lui pardonnait aisément, vu la capacité de la grise à faire sourire sa petite amie. Parfois, même il arrivait à en être jaloux, lui aussi aimerait bien que Micky passe des heures à le couvrir de compliments, mais quand il s’agissait de son cas, elle se montrait assez avare. Amoureux, ils l’étaient tous les deux et cela se voyait, même si la mère d’Adam aimait lui dire que les amours de jeunesse ne sont jamais éternels, le blond n’y prêtait aucune attention. Il savait parfaitement, et cela malgré son jeune âge, que Mikayla était la femme de sa vie. Il ne pouvait pas l’expliquer, il n’avait pas de mots, c’était juste comme ça, il ressentait au fond de ses tripes, de son âme. Un sentiment étrange qui s’empare de vous et qui refuse de vous lâcher. Avec tendresse, ses doigts s’entremêlent avec ceux de la jolie brune et il se penche pour l’embrasser sur le front. « Oui oui, c’est pas ce qui va empêcher ta mère de me décapiter ! » La mère de Mikayla n’était pas un monstre, mais elle se montrait assez protectrice avec sa fille et l’idée de la voir partir s’installer avec son petit ami ne semblait pas vraiment lui plaire, vu le contenu de leur dernière rencontre. Heureusement, Adam n’y prêtait pas vraiment d’attention, ce qui le dérangeait le plus, c’était de savoir que Micky risquait d’en souffrir et ça, par contre, ça le dérangeait.

« Tu devrais peut-être emménager avec Caly. » Elle fait exprès et il le sait alors non, il ne tombera pas dans le panneau, bien que… « Mais je suis certain que tu n’ennuierais bien rapidement de moi ! Mes cookies juste pour toi te manquerait trop et sans parler de toutes mes autres aptitudes » Et selon lui, elles étaient excessivement nombreuses, bien qu’il espérait progresser dans certaines d’entre elles, comme faire un lit ou réussir à ne pas oublier de faire sécher son linge !

Adam se met à rire. « Les seules fois que les robes m’intéressent, c’est quand tu les portes. » Il espérait ne pas trop la décevoir, mais elle risquait de ne jamais le voir en robe. Quoique… Avec Cameron, ils étaient capable de tout et sûrement de foutre deux robes pour gagner un pari contre les filles. Ils avaient une foutue tendance à toujours vouloir remporter la main. Hélas le plus souvent, ils se faisaient écraser à plate couture. Adam se demandait souvent à quoi Charlie et Micky carburaient pour toujours avoir un temps d’avance sur eux. Mais peut-être qu’il n’y avait pas de trucs, et qu’il devait tout simplement accepter qu’elle le menait par le bout du nez, parce qu’il était fou amoureux d’elle et qu’il en était de même avec Cameron. Sauf que son meilleur pote ne risquait pas d’avouer son attirance pour la blonde. Ces deux-là semblaient prendre un certain plaisir à se voiler la face. Le plus amusant, c’était surement de savoir qu’ils étaient faits l’un pour l’autre, alors qu’eux ne cessaient de clamer le contraire.

« C’était mérité… Tu as dit que tu aimais Caly, j’attends toujours ma déclaration d’amour. » Et toc, une petite vengeance qui n’en était pas vraiment une, car Adam rêvait clairement de pouvoir enfin vivre avec sa brune sans avoir leurs parents sur le dos. Pour le moment, ils ne prévoyaient pas vraiment leur vie, parce qu’ils étaient encore trop jeunes, mais des idées pour le futur il en avait un paquet : après ses études, trouver des écuries ou Micky pourrait exercer sa passion et son métier de cavalière pro, se marier, avoir des enfants, et continuer la rendre folle de lui. Sans oublier un ou deux chiens, parce que ça rendait la vie plus douce. Mais pour le moment, ils allaient déjà se contenter de réussir leur année avant de partir sur de si grands projets. Adam met du temps à relâcher la brune, il l’aurait bien gardé contre le mur de la douche pendant encore quelques minutes, mais ils ne sont pas là pour s’afficher et il a une folle envie de retrouver leur intimité. « Oui chef, votre groom attitré va s’occuper tout ça. » Il l’embrasse sur le front et part en direction de la voiture. Enfin ! Il a beau aimer les journées de concours, il doit bien avouer qu’elles sont éreintantes.

xxxxx

Plus d’une heure plus tard, après avoir ramené Caly aux écuries ou elle est en pension avec le poney de Charlie, les deux « pré » adultes arrivent enfin devant la maison des Mills. Tendrement, Adam attrape la main de Micky et la tire derrière lui jusqu’à la porte principale. Une fois rentrée, il respire le calme de la pièce. Enfin seuls , sans bruit, ça fait du bien. Avec un sourire sur les lèvres, le jeune homme se tourne vers sa petite amie. « Je crois que tu sais où est la douche ? » Un léger coup d’œil sur sa montre lui indique qu’ils sont en retard. « Je t’y rejoins faut que j’aille chercher mes affaires. » Vu le peu de temps qui leur reste, ce moment douche risque d’être bref, raison pour laquelle il sera plus rapide qui la prenne ensemble. Une excuse qui n’en ai pas vraiment une. « Tu vois, je respecte ta conscience écologique, on usera moins d’eau comme ça ! » Un sourire taquin se dessine sur ses lèvres et il part en direction de sa chambre. Il a préparé sa tenue et ne peut s’empêcher de grimacer en voyant son costume. Les robes de soirées, ça va clairement à Micky, lui, il a l’impression d’être un guignol en plus d’un pingouin dans un costard. Il n’a plus qu’à espérer être à la hauteur de la plus jolie fille de la soirée.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 02/03/2017
›› Commérages : 90
›› Pseudo : indi
›› Célébrité : anna speckhart
›› more about me

Re: [ eté 2009 - Cap Harbor ] Young love — so naive, so immature, so unsophisticated, yet ever so charming! - Miky ✻ ( Jeu 12 Oct - 20:52 )

Ses lèvres s’étirent, laissant un tendre sourire illuminer son visage face à cette remarque quelque peu candide de la part de « son homme ». Car si la mère de Miky a peut-être par moment tendance à vouloir appuyer sur le frein de cette relation, de crainte qu’ils se précipitent trop dans ce qui est finalement leur première relation, leur premier amour, ce n’est pas tant elle qui s’oppose forcement à leur futur appartement commun. Non, elle, elle se contente d’émettre quelques objections, mais en fin de compte, Miky n’a pas vraiment de doute sur le fait qu’elle finira par se plier aux envies du jeune couple, non pas sans pour autant garder un « je te l’avais bien dit » prêt à être balancé à la tête de Miky si jamais cela tournerait mal. Non, celui qui est finalement bien plus opposé à voir cette relation devenir de plus en plus sérieuse, c’est bien le père de Miky. Dans son comportement, on pourrait y voir un certain mépris vis-à-vis du petit ami de sa fille, mais la belle brune ne sait que trop pertinemment que c’est bien loin d’être le cas. Non, le seul problème est sans doute qu’à ses yeux, elle restera à jamais la petite fille qui construisait des parcours de sauts pour ses lapins. Le fait qu’elle emménage avec un homme – même un que son père, au fond de lui, appréciait – risque de casser cette image à laquelle il s’agrippe de toutes forces, tout en sachant au fond de lui qu’il n’y a rien qu’il puisse vraiment y faire. Non, elle est sûre qu’un jour où l’autre, son père finira par accepter pleinement le fait que la relation entre Adam et elle n’est plus platonique depuis un bon bout de temps déjà. Et qu’elle est désormais adulte, capable de choisir sa propre vie. De choisir d’aller habiter avec son petit copain, sans avoir forcement à demander autorisation à ses parents – surtout si elle parvient à décrocher le Saint Graal, puisque son salaire lui permettrait certainement de louer au moins un studio avec Adam… « Tu sais, c’est plus de mon père que tu devrais te méfier… je crois qu’il n’a toujours pas digéré que t’aies osé toucher sa fille. Un rictus franchit ses lèvres, alors qu’elle pose avec délicatesse sa tête contre l’épaule du beau blond, soulignant ainsi que l’avis de son paternel est finalement loin de la déranger. S’il s’agirait que de lui, je serais encore assise dans un bac à sable, les cheveux attachées en nattes. » Malgré son ton moqueur, il n’est pas bien difficile à deviner l’attachement que la belle brune pourtant porte à son père – un attachement qui pourtant est teinté par cette constante quête d’acceptation, ce constant besoin de faire remarquer qu’elle est bien loin d’être un enfant. Enfin, sur ce point, elle a déjà fait bien des progrès, car jamais elle n’oublierait l’expression sur le visage de son père quand il avait appris qu’Adam et elle étaient passés au stade supérieur de leur relation. « Parfois, je crois qu’il aimerait me faire nonne. » continue-t-elle, rigolant avant d’approcher son visage de celui du beau blond. « Mais je crois que c’est trop tard pour ça. Tu m’as déjà perverti. » murmure-t-elle, avant d’attraper en douceur les lèvres de ce dernier. Mais ce genre de confidence mi-amusée, mi-sérieuse, semble pourtant être bien loin de convaincre Adam de ses intentions, car trop rapidement, le beau blond trouve une fois de plus raison de se plaindre – enfin, bien pire qu’une simple complainte, il s’agit là tout simplement d’une tentative de chantage, et autant dire que Miky est loin de tomber dans le panneau. Si sa déclaration quelques minutes auparavant ne semble pas avoir été assez bonne pour Adam, et bien tant pis, cela restera tout de même la seule qu’il aura – pour l’instant du moins. « Je suis sûre qu’elle sera plus facile à vivre avec, tu sais. Moins bordelique – et surtout moins râleuse. » Ben oui, il n’a qu’à pas la chercher de la sorte, surtout que vu le temps, il doit que trop bien savoir que celui qui la cherche la trouve toujours – mais au final, ce sont finalement ces petites taquineries incessantes qui donnent à leur relation une dynamique des plus intéressantes. « Mais j’avoue que tes cookies me manqueraient. Entre autre. » finit-elle par ajouter, un sourire malicieux dessiné sur ses lèvres, avant que le beau blond ne puisse continuer à se plaindre. Parce qu’entre nous, c’est qu’il aime bien faire ça ! Puis devant la petite boutade du beau blond, la jeune femme finit tout de même par céder pour lui dire ces petits mots qu’il espère tant entendre – ou du moins, presque. « Si tu ne sais toujours pas à quel point je t’aime, il n’y a rien que je puisse faire pour toi. » Ce qu’il souhaite entendre, elle le lui montre finalement au jour le jour, et il suffit de voir à quel point ses yeux s’illuminent à chaque fois que son regard se pose sur « son » Adam pour comprendre la place que ce dernier occupe dans son cœur et sa vie.

* * * * * * * * * *


Peut-être ne lui a-t-il pas dit ces trois petits mots qu’il a tant essayé de lui faire dire, et pourtant, le regard qu’elle lui lance maintenant, mêlant excitation et douceur, ne laisse pas le moindre doute sur le fait qu’elle ne voit que lui. Qu’elle n’a toujours vu que lui, même à l’époque où il était encore enchaîné à un lit d’hôpital par d’innombrables infusions. Peut-être est-ce l’illusion du premier amour, mais depuis qu’elle ait enfin compris que les sentiments qu’elle éprouvait pour lui sont finalement tout sauf simplement amicaux, elle a su que c’est l’homme de sa vie – et les mois et années passées à ses côtés n’ont fait que renforcer cette idée. Des sentiments qui semblent parfaitement réciproques, comme le prouve l’empressement du beau blond à la tirer dans la maison, pour enfin se retrouver seuls… une situation des plus rares pour le jeune couple, puisqu’en temps normal, ils ont toujours à partager la maison avec leurs familles respectives. « Non, tu n’es pas du tout impatient. » finit-elle par commenter, petit clin d’œil à leur conversation passée sur l’impatience du beau blond à lui enlever sa robe – et pas que robe, visiblement. Un sourire dessiné sur ses lèvres, elle s’approche de son petit ami, scellant ses lèvres avant que ce dernier ne puisse s’élancer dans une longue discussion. « Je t’y attends. » murmure-t-elle, en se décollant de lui après un court baiser. Elle a déjà presque atteint la porte de la salle de bain quand la voix du beau blond lui parvient une fois de plus aux oreilles, dessinant un sourire malicieux sur les lèvres. « Quel admirable sens du sacrifice. Il faudrait presque le récompenser, tu ne crois pas ? » le taquine-t-elle, alors qu’elle enlève déjà son haut, le laissant tomber dans le couloir derrière elle, comme pour s’assurer qu’il s’empressera de venir la rejoindre – pas que cela ne soit particulièrement nécessaire entre eux, mais parfois, cela ne fait pas de mal d’attiser d’avantage le feu… bien que sur ce domaine, elle a finalement encore bien des choses à apprendre. Qui sait, à la longue, uniquement laisser tomber une ou deux pièces de vêtements risque bien de ne plus être suffisant – mais ça, elle s’en inquiétera le moment venu. Pour l’instant, elle se dépêche d’aller sous la douche, tentant de réussir le miracle qu’est de laver ses cheveux avant qu’Adam ne vienne la rejoindre. D’ailleurs, elle vient à peine de les savonner quand elle entend la porte de la salle de bain s’ouvrir de nouveau derrière elle. Et pour l’espace de quelques instants, elle laisse Adam admirer son dos, commençant à rincer ses cheveux en quelques longs mouvements qu’elle veut sensuels. Elle veut le séduire, il n’y a aucun doute à ce sujet, mais comme bien souvent, dans ce genre de moments, elle doute d'elle-même. Encore plus dans des situations nouvelles comme celle-ci. Alors elle fait de son mieux, espérant que cela marchera. Et dans un certain sens, cela semble fonctionner du moins en partie, puisque bientôt, elle peut sentir la présence du beau blond à ses côtés. D’un geste lent, elle se retourne, puis le tire vers elle, jusqu’à ce qu’ils soient tous les deux sous le jet d’eau. « Tu t’es imaginé ça comment ? » lui murmure-t-elle. Elle le laisse décider, mener, signe de la confiance absolue qu’elle a en lui. Et alors que l’eau coule sur ses épaules, sur sa poitrine, elle regarde la baignoire de l’autre côté de la pièce avec un certain regret. Si seulement ils n’auraient rien prévu de la soirée, ils auraient pu y passer une heure ou deux des plus agréables…


I'm selfish, impatient and a little insecure. I make mistakes, I am out of control and at times hard to handle. But if you can't handle me at my worst, then you sure as hell don't deserve me at my best. ©️ signature by anaëlle.
Be   yourself

Wanting to be someone else is a waste of who you are.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/03/2017
›› Commérages : 59
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : Alex Pettyfer
›› Schizophrénie : Charlie la petite blonde vegan, Avalon la belle irlandaise et Noah qui tente de réparer vos cœurs meurtris
›› more about me

Re: [ eté 2009 - Cap Harbor ] Young love — so naive, so immature, so unsophisticated, yet ever so charming! - Miky ✻ ( Mer 18 Oct - 22:44 )

Young love — so naive, so immature, so unsophisticated, yet ever so charming!
EXORDIUM.

Etre jaloux d’un cheval, ce n’était pas courant, mais Adam devient bien l’avouer. Parfois, il enviait la jolie Caly. Micky était toujours aux petits soins pour elle et n’hésitait pas à l’abandonner pour s’en occuper. Il n’avait plus alors qu’à attendre patiemment que sa petite amie se souvienne de son existence, mais il était tout de même chanceux, car quand Micky n’était pas en compagnie de la grise, elle se trouvait toujours à ses côtés. La perspective d’un avenir en commun était de plus en plus présent dans son esprit et il lui tardait de monter dans leur voiture pour partir en direction de leur futur appartement. Ils pourraient enfin vivre sans devoir regarder derrière leurs épaules, pour vérifier qu’aucun de leur parent ne se trouvait dans le coin. Ils n’étaient pas trop envahissants, mais tout de même présents et pour le moment, ils étaient toujours « un » ou « une » invité quand il se trouvait chez l’autre. Et bien qu’Adam apprécie les parents de sa petite amie,et elle sa mère, il devient bien avouer que pouvoir passer toutes ses journées avec sa brune sans avoir belle maman ou beau papa sur le dos ne le dérangerait pas. « Sauf que ton père ignore la vérité, à savoir que c’est toi qui m’a perverti. » Un sourire taquin étira ses lèvres et ensoleilla son visage encore blêmit par des années passées sans vraiment voir le soleil. « C’est toi qui est venu dans ma chambre d’hopital, je ne suis qu’une victime ! » Même s’il était sûrement le premier des deux à être tomber amoureux. De toute façon, dès qu’elle était rentrée dans la pièce, elle lui avait tapé dans l’œil et après 10 minutes à lui parler. Il avait compris qu’il faisait face à l’homme de sa vie. Etrange, mais pourtant, c’était vrai et maintenant, ils allaient enfin pourvoir commencer la vie qu’il avait presque planifié. Même si beaucoup de choses risquaient de leur mettre des bâtons dans les roues. Mais le plus important, c’était qu’ensemble ils possédaient le pouvoir de surmonter les obstacles, quels qu’ils soient. « Je peux le comprendre, t’étais mignonne avec tes nattes, mais je préfère ne pas t’avoir connu au bac à sable, t’aurais été capable de m’enterrer. » Cameron avait failli mourir à cause d’une pelle, et vu que les deux amies étaient assez semblables, il préférait ne pas penser à l’enfer qu’il aurait pu vivre en passant ses premières années scolaires en compagnie de Mikayla et de Charlie. Quoiqu’en y réfléchissant, ça aurait sûrement été assez fun. Serrant la jeune fille dans ses bras, il rajoute. « Hmm c’est que tu avais bien envie d’être pervertie… » Et lui aussi. Alors oui, ils étaient jeunes, et peut-être qu’ils pensaient à tort qu’ils pouvaient vivre comme des adultes, mais Adam ne regrettait pas du tout la rapidité avec laquelle ils avaient commencé leur histoire, surtout que lui, avait toujours ce sentiment de manquer de temps. Tout doucement, il apprenait à vivre comme n’importe qui, sans passer à la mort au prochain tournant mais parfois, ça revenait encore, ce sentiment que tout n’était pas fini et que le cercueil se trouvait à quelques mètres de ses pieds. De ses doutes, il ne lui en parlait jamais. Il ne voulait pas l’inquiéter. Micky, était pleine de vie, et lui et bien, il avait encore ses moments où il n’arrivait pas encore à vivre, prisonnier de ce passé et cette maladie passée lui tenait encore au corps. « je sais… mais j’aime te l’entendre dire.. » conclut-il en l’embrassant. Il n’y a jamais rien de mieux que t’entendre la femme qu’on aime dire c’est trois petits mots. Surtout quand on a pensé ne jamais les entendre.

x x x x x

Oh my god… Il allait défaillir. Peut-être n’aurait-il pas dû être si présomptueux. La bouche à moitié ouverte, il laissait son regard glisser le long du corps encore juvénile mais néanmoins très féminin de sa petite amie. Pour le moment, elle n’est que de dos et la seule vision de la courbure de ses reins, suffit à réveiller les hormones du jeune garçon. Quand il pense que cette fille et sa petite amie, il a encore du mal à y croire. Elle est tellement jolie, qu’elle aurait pu sortir avec n’importe quel mec, il suffisait juste qu’elle le choisisse. Et dans tous ceux qui s’offraient à elle, Mikayla l’avait choisi lui, celui qui ressemblait à rien avec sa carrure de crevette fraichement sortit de l’eau… Reprenant ses esprits, Adam laissa échapper un soupir de bonheur. Il avait une chance extraordinaire de pouvoir connaitre ce sentiment qu’il lui prenait les tripes à chaque fois qui la voyait ou qu’il pensait à elle. L’amour avec un grand A… Ce dont il n’avait jamais vraiment osé rêvé, pensant qu’il ne vivrait jamais assez vieux pour y gouter. Il abandonna ses affaires dans un coin de la salle de bain et la rejoignit dans la cabine de douche. Ces hormones étaient en ébullition et il avait du mal à canaliser le sang qui pulsait dans ses veines à ce moment précis. Avec tendresse, ses bras s’enroulèrent autour de la taille de la jeune et il déposa ses lèvres dans son cou. « Si tu voulais m’attirer à toi, ça a marché… » Il la laisse se retourner et passe délicatement sa main sur son visage pour décaler ses cheveux et ainsi libérer ses yeux. « Hmmm, c’est une bonne question…mais je pense pas qu’il y ai vraiment un mode d’emploi… » Ou s’il existait, il n’avait pas eu la chance de mettre la main dessus. Avec tendresse, il l’embrasse puis laisse glisser ses lèvres le long de son cou jusqu’à ses seins, tout en prenant un malin plaisir à faire frémir sa peau. « On risque d’arriver en retard… » laisse t’il échapper, tout en faisant machine arrière pour saisir de nouveau les lèvres de la jeune femme. Mais il semblerait que Micky se moque d’être la dernière à arriver à son bal de promo. Parfait, parce qu’Adam est bien décidé à profiter de ce petit moment en tête à tête. Au début, le baiser qui s’échange n’est que douceur, mais bien rapidement, il se change en quelque chose de plus fougueux de plus vitale et finalement malgré leurs jeunes âges, ils n’ont visiblement pas besoin de mode d’emploi et tandis que l’eau continue de couler sur leurs corps dénudés, Adam et Micky explorent de nouveaux horizons. Les deux êtres qu’ils forment, renouent ensemble avec sensualité et plaisir, comme s’ils n’étaient qu’une seule et même entité.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: [ eté 2009 - Cap Harbor ] Young love — so naive, so immature, so unsophisticated, yet ever so charming! - Miky ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

[ eté 2009 - Cap Harbor ] Young love — so naive, so immature, so unsophisticated, yet ever so charming! - Miky

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Sometimes they back
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération