Way down, we go ✻ CAMIE

 :: postcard for far away :: Lieux divers :: Around the world
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Love is a mutual torture

❝ Family don't end with blood ❞
Love is a mutual torture
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 13/05/2015
›› Commérages : 4571
›› Pseudo : Morrigan (Laurine)
›› Célébrité : Dylan Flawless O'Brien
›› Schizophrénie : Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Way down, we go ✻ CAMIE ✻ ( Mar 4 Juil - 13:27 )



Way down, we go.
CAMIE is in da place

La tête dans la penderie, t’avais pas pensé, mais genre absolument pas que Candice te ferait des caca nerveux de ce genre. Dans un sens, tu pouvais facilement comprendre qu’elle ait peur. C’était la première fois qu’elle prenait l’avion. Tout comme toi. Elle devait sentir ton petit stress. Et d’un autre côté, tu te disais qu’elle exagérait peut-être un peu aussi. « La robe rouge ! » Meh. Tu venais pas de lui dire qu’il y avait suffisamment de robe dans sa valise ? Tu souffles, va t’asseoir sur le lit princesse de ta petite sœur. Vous n’alliez jamais vous en sortir. « Candy, tu as déjà une dizaine de robe. Faut prendre autre chose … » Elle commence à faire les yeux doux. Nope. Tu ne craqueras pas devant cette bouille. « Mais j’aimerai mettre ma robe rouge. » Okai. Tu te pinces l’arrête du nez. Ça fait déjà trois robes qu’elle te sort la même excuse. C’est plus possible. Elle n’avait pris que des habits pour l'été. Rien s'il pleuvait ou s'il faisait frais. « Pourquoi t'irais pas réveiller Charlie pendant que je finis ta valise, mhm ? » C'est un bon compromis à tes yeux. Fallait encore que la rousse accepte. « On prends ma robe rouge ? » Très bien. On la prends. Tu acquiesces, Candice te sourit, te gratifie même d'un baiser sur la joue avant de sortir de sa chambre pour rejoindre la tienne. T'avais demandé à la blonde de rester pour la nuit. C'était plus simple de partir de chez toi que de chez elle. Puis, bon, t’avais du lui avouer que t'avais pas fait grand chose concernant les bagages. Oui, t'étais à la traîne mais ... D'accord. T'avais pas de véritable excuse. T'avais juste retardé l'échéance jusqu'à ne plus pouvoir le faire. Lentement, tes mains se mettent à chercher dans la penderie tout ce dont Candice allait avoir besoin. Des chaussures, un ou deux jeans, des t-shirt, des gilets. Des sous-vêtements. Des bijoux ! Faut pas que tu les oublie, sinon, elle va faire une petite crise. Bien. Autre chose ? Tu ne penses pas. Hier soir, tu avais déjà fait ta valise, pris les produits de toilettes. Bon. Bah voilà ! Plus qu'à fermer. Rester plus qu'a aller jusqu'a l'aéroport. Et de dire bonjour à Charlie qui se trouve dans la cuisine. « JE SUIS PREEEEEET ! » que tu hurles comme un cri de Victoire avant de te souvenir que tu ne portes qu'un simple caleçon et un vieux t-shirt. « Rectification. Presque prêt. » Tu offres un petit sourire avant de te diriger vers la blonde et de l'embrasser, sous les applaudissements de la petite fille. « Bien dormi ? » Tu replaces une mèche de cheveux, et lui murmure à l'oreille. « T'as bavé cette nuit ! » Tu repars en rigolant et en volant un pain au chocolat. Tu croques un grand bout, d'ailleurs. « J'vais me laver et on se met en route. On doit être à la gare dans une heure et demi. »

Pour ne déranger personne, vous aviez prévu de prendre un train qui vous emmènerez directement à New-York, afin de prendre par la suite l'avion pour la France. Pour la première fois, tu vas fouiler un autre pays que celui américain. T'es exité et apeuré en même temps. Valise dans chaque main, tu laisses les deux demoiselles passaient devant toi et discuter. Charlie a les billets dans son petit sac à dos, tu la laisses gérer. Elle semble savoir quoi faire. Vous achetez des boissons en attendant l'embarcation. T'as deux livres avec toi. Un pour te décontracter pendant les six/sept heures de vol. Un autre, que tu lis depuis déjà quelques jours, sur la France : les lieux à découvrir, les restaurants sympatoche. Bref. Y'a de tout et tu comptes bien t'en servir. Se serait bête de l'avoir acheter pour rien. Une fois dans l'avion, Candice veut absolument se mettre à côté de la fenêtre. Très bien. Tu laisses Charlie a côté. Et tu finis la ranger. « Je t'aime. » que tu susurres dans le creux de l'oreille de la blonde, en lui prenant la main. Tu te souviens plus exactement la suite. Mais t'es presque sur que tu as fini par t'endormir sur l'épaule de la blonde. Quand tu ouvres les yeux, vous êtes sur le point d'atterrir. Enfin !

Les valises récupérés, tu cherches du regard deux visages connus. Tes grands parents. Ça faisait tellement longtemps que vous ne vous étiez pas revus en chair et en os que quand tu les vois enfin, t'as les larmes aux yeux. Tu cours presque les rejoindre et les prendre dans tes bras. Ça fait du bien de les retrouver. Surtout ici, en France. « Laissez-moi vous présenter Candice. » Tu te retournes, prends la petite rousse dans les bras et lui demande de faire un bisous aux grand-parents (Emma et François). Bien entendu, elle joue à la timide et resté scotché à ton cou. C'est pas grave, elle se détendra plus tard. « Et, vous connaissez dejà Charlie, ma petite-amie. » Bien-sûr qu'ils la connaissaient. Tu avais du leur casser les pieds, plus jeune, en ne faisant que de leur dire Charlie par-ci, Charlie par-là. Les pauvres, ils avaient eu du courage de te supporter. « Il était temps. » qu'avoues la grand-mère en prenant dans ses bras la blonde. « Mamie ... » C'est pas le moment pour faire des remarques de ce genre et te mettre mal-à-l'aise. « On va voir la tour échelle ? » Tu éclates de rire. « Ouais, on va aller voir la Tour Eiffel. Et après, on évite Paris. » T'avais promis à la petite rouquine qu'elle verrait ce monument. Mais tu avais aussi promis à Charlie de ne pas rester en ville. Tes grands-parents avaient une petite maison dans le Sud, pas très loin de la mer et assez reculé pour que vous soyez tranquille. Se sera parfait.

_________________
Like a flower made of iron
Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide i'm not afraid to take a stand, everybody, come take my hand, we'll walk this road together through the storm, whatever weather, cold or warm, just letting you know that you're not alone, holler if you feel like you've been down the same road.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/04/2016
›› Commérages : 571
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : Britt Robertson, la sublime
›› Schizophrénie : Avalon la jolie brune et Noah le romancier a ses heures perdues & Adam, le veto sexy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Way down, we go ✻ CAMIE ✻ ( Jeu 6 Juil - 17:15 )



Way down, we go.
CAMIE is in da place

Son reveil avait sonné depuis quelques minutes déjà, mais la jeune femme n’était pas encore prête à se lever. C’était de la faute à Cameron, il avait qu’à l’avoir laissé tranquille cette nuit. A cause de lui, elle n’arrivait tout simplement pas à se lever. Pourtant, un large sourire se dessina sur son visage quand les souvenirs de sa nuit passé lui revinrent en mémoire. Peut-être qu’elle n’avait pas beaucoup dormi, mais ça en avait valu le coup. Elle sentit quelqu’un sauté sur son lit et compris qu’il s’agissait de Candice. « Charlie ! Debout ! » Rhaa, c’était bon, elle pouvait dire adieu au lit de Cameron. Grimaçant, la blondinette se redressa pour poser son regard sur Candice qui était déjà habillé et visiblement pressé de commencer leur grand voyage vers la France. « Viens… » Attrapant sa main, la petite se mit à la tirer et Charlie se laissa gentiment faire avant de poser avec tendresse ses lèvres sur le front de la rouquine. Elle qui avait toujours dit qu’elle détestait les gosses, avait bien changé depuis sa rencontre avec Candice et ce n’était peut-être pas plus mal. Après une douche rapide, la demoiselle enfile une robe décontractée bleu lavande avec une paire de basket blanche. Elle n’oublie pas non plus de prendre un joli chapeau. Il parait qu’il fait chaud en ce moment en France et puis Cameron lui a bien préciser que ses grands-parents habités dans le Sud de la France. Ce qui veut dire que dans quelques temps, elle va débarquer dans le pays de Marcel Pagnol !!!! Si ce n’est pas la classe. Mais ce qu’elle avait surtout retenu, c’est qu’ils vivaient en Camargue et qui disait Camargue disait chevaux !!! Autant dire que la blonde avait déjà supplié Cameron pour aller monter à cheval dans une manade. C’était un peu un rêve de gosse et peut-être même qu’elle pourrait aller galoper sur la plage ! Pour le moment, fallait déjà qu’elle prenne son petit déjeuner, mais si rapidement après s’être lever, Charlie avait tout sauf faim. Elle se rabattit donc sur une pomme et commença à la déguster en attendant que Cameron face son apparition. Il était passé où ? . « JE SUIS PREEEEEET ! » Outch, elle grimace, il peut pas hurler moins fort dès le matin. « Mouis je vois ça. » dit-elle alors qu’elle fixe le boxer du brun. En soit, cela ne la dérange pas vraiment, mais ce n’est peut-être pas la tenue appropriée pour prendre l’avion. « Bien dormi ? » Délicatement, elle passe ses bras autour du cou de Cameron pour approfondir leur baiser. « Tu m’as pas vraiment laissé dormir, mais ça va… » Elle a réussi à recharger ses batteries et c’est finalement ce qui compte. « T'as bavé cette nuit ! » Quoi !!! Pfff il manquait de romantisme. « Très bien, t’as qu’à dormir tout seul ! » hurle t’elle dans la cuisine pour qu’il l’entende. Bon d’accord, elle ne mettra jamais cette menace à exécution, mais ça lui fait du bien de le dire.

C’est bon, ils sont enfin dans l’avion, dans quelques temps, ils vont décoller pour la France. Charlie aurait bien pris la place avec le hublot, mais Candice fut plus rapide qu’elle. Pas grave, elle arrivait à voir ce qui se passait de toute manière. La main de Cameron se glissa dans la sienne et ses lèvres s’approchèrent de son oreille. « Je t'aime. » Le cœur de la blonde bondit dans sa poitrine comme à chaque fois qu’il lui disait ses trois petits mots. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu’elle se retournait pour lui faire face. « Même si je bave ? » Oui, elle n’avait pas oublié ce petit détail, mais bien rapidement, ses lèvres s’emparèrent de celle du brun. « Je t’aime aussi. » Et c’était bien ça le plus important. Cameron s’endort rapidement et Charlie se déplace de manière à ce qu’il puisse prendre appuie contre elle. Comme quoi, c’était lui qui supportait moins leur nuit courte. Elle rit intérieurement avant de sortir un jeu de carte. Faut pas oublier que Candice n’a que six ans et qu’un voyage un avion pour elle, c’est très long. Alors Charlie a prévu de quoi l’amuser. Si bien que le voyage se déroule assez rapidement, même si Charlie commence à se sentir à l’étroite deux heures avant qu’ils touchent enfin le sol français. Elle n’y croit pas, elle est à Paris !!! Autant dire qu’elle est quelque peu surexcitée ! Sa main s’enroule autour de celle de Candice. Cameron lui s’occupe des valises et il est hors de question qu’elle lâche la petite rouquine dans un aéroport, pas avec tous les malades qui traînent ! Elle ne la lâche qu’une fois que Cameron à retrouver sa famille et qu’elle est certaine que Candice ira d’un point A à un point B. Naturellement, Charlie reste un peu en retrait, elle ne veut pas briser leurs retrouvailles, ce moment leur appartient. « Et, vous connaissez dejà Charlie, ma petite-amie. » Allez c’était le moment de faire bonne impression. « Bonjour ! Je suis enchantée de vous rencontrer. » Elle tente de parler français et de ne pas écorcher la langue de Molière. Elle doit avoir marquer des points car les grands parents de Cameron répondent avec convivialité. Super, elle avait une trouille bleue de ne pas se faire accepter. Après tout, c’était la seule famille qui restait à Cameron et elle voulait leur faire bonne impression. « Il était temps. » Emma, venait de marquer un point. « C’est ce que je lui dis aussi ! » Oui, parce qu’il avait traîné à lui avouer ses sentiments, heureusement qu’elle avait pris les devants ! = zbaf =

« Oh regarde Candice, c’est l’arc de triomphe ! » Collée contre la vitre de la voiture en compagnie de la petite rouquine, Charlie découvre avec joie la capitale parisienne. Bon d’accord, elle préfère la campagne, mais pour un jour elle est franchement heureuse de pouvoir découvrir Paris. Un taxi finit par les déposer près de la Tour Eiffel. « Elle est vachement grande ! » Bon d’accord, elle devait avoir l’air d’une parfaite idiote. Attrapant Candice dans ses bras, elle utilise son autre main pour attraper celle de Cameron. Vu comme ça, ils ont vraiment l’air d’une petite famille. Certains gens les regardent d’ailleurs, peut-être qu’ils les trouvent trop jeune pour avoir une petite fille, mais Charlie n’y fait franchement pas attention, parce qu’elle, elle est heureuse. Quand Emma et son mari, leur propose de les prendre en photo, la blonde n’hésite pas à se coller à Cameron pour offrir son plus beau sourire à l’objectif, et juste avant que le petit clic ne retentisse, elle se tourne pour l’embrasser. Ils ont aucune photo où ils s’embrassent, problème résolu. « Attendez, c’est à vous, maintenant ! » Charlie donne Candice à Cameron et pousse Emma et François à les rejoindre. Faut bien qu’eux aussi est une photo avec leur petit fils, qui n’est plus si petit. « Dites Ouistiti ! » Et hop, photo dans la boite. Son séjour ne fait que commencer, mais déjà la blonde est aux anges !

_________________
Never Grow Up
⊹I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun.
(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Love is a mutual torture

❝ Family don't end with blood ❞
Love is a mutual torture
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 13/05/2015
›› Commérages : 4571
›› Pseudo : Morrigan (Laurine)
›› Célébrité : Dylan Flawless O'Brien
›› Schizophrénie : Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Way down, we go ✻ CAMIE ✻ ( Dim 16 Juil - 22:03 )



Way down, we go.
CAMIE is in da place

Tu tiens plus en place. Ce voyage, ça faisait maintenant plusieurs mois que tu en rêvais. Aujourd'hui, tout se concrétisait : les valises se faisaient, vos corps semblaient prendre conscience du futur décalage horaire. Tu tenais plus. T'étais branché sur l'électricité, à moins que tu ne fonctionnes au diesel. T'es une vrai pile électrique depuis que t'es rentré hier soir. Charlie a du probablement t’assommer dans le lit pour que tu arrives à fermer un minimum les yeux. Quoi qu'il en soit, faut que tout le monde soit prêt rapidement, se serait assez embêtant de rater l'avion. « Tu m’as pas vraiment laissé dormir, mais ça va… » Mhm ? Tu fais mine de réfléchir. T'es pourtant sur de l'avoir vu dormir un minimum. Pas suffisamment, au vu de ses propos. « Ça te dérangeait pas, à ce que je sache ... » Si la blonde n'avait pas été d'accord, elle ne t'aurait pas laissé continué. Hors, elle n'avait pas dit non et son corps avait répondu positif à toutes tes caresses. Néanmoins, tu remets les compteurs à zéro : Ta petite-amie bave quand elle est dans les bras de Morphée, et les tiens par la même occasion. « Très bien, t’as qu’à dormir tout seul ! » Piqué ! Tu lui offres un petit sourire taquin. Tu rigoles, bien-sûr. Il est dix fois plus probable que se soit toi qui finisse avec une jolie bave autour de la bouche après une bonne nuit de sommeil qu'elle. Mais c'était tout de même rigolo comme réaction. Trêve de plaisanterie ! Tu cours dans ta salle de bain pour te faire une petite beauté et tu t'habilles en quatrième vitesse. Il ne faut pas perdre de temps. T'es bien le genre de personne à arriver devant les portes de l'appareil pour te rendre compte que l'heure de décollage était deux heures plus tôt. Au moins, avec quatre d'avances, il n'y aurait pas ce soucis. Et tu as bien fait ! Vous vous retrouvez bien vite assis dans cet avion que vous emmènera tous les trois en France et tu ne peux qu'être joie et bonheur à la fois. « Même si je bave ? » Tu opines de la tête et dépose un baiser furtif sur ses lèvres. « Même si tu baves. » Elle pourrait même faire autre chose que tu l'aimerais toujours, ta Charlie. « Je t’aime aussi. » Ahow. Ces simples mots suffisent à te rendre béat. Tu finis par poser ta tête sur son épaule et à t'endormir. Le vol sera moins long.

Vous ne perdez pas une seule seconde. A peine atterrit que vous allez tous les trois chercher les valises et que vous cherchez tes grands-parents à la sortie de la douane. Il te faut un léger moment avant de les voir. Bordel ! T'as un petit pincement au cœur en te disant que t'aurais du venir ici avec ta mère, comme vous en aviez toujours parlé. Et pourtant, t'es tout aussi heureux d'arriver en France avec Charlie et Candice. T'aurais jamais cru cela possible, il y encore une petite année. T'aurais jamais pu te permettre de partir de la sorte, de quitter tes amis et de venir jusqu'ici seul. T'étais bien plus content d'être accompagné. Ça t'évitait de te mettre à pleurer de joie. Candice aurait posé deux fois trop de questions autrement. « Bonjour ! Je suis enchantée de vous rencontrer. » Tes lèvres s'étirent en voyant que la blonde fait des efforts pour parler français. C'est toi où elle vient de gagner en sexytude ? Non, tu rêves pas. « Il était temps. » Diantre ! Mamie Emma, elle y va de bon train. « C’est ce que je lui dis aussi ! » Charlie aussi ? C'est bon, t'es mort. Heureusement que ton grand-père est là pour te soutenir. Lui aussi, il a vécut en étant le seul homme de la maison. Il pourra certainement te donner quelques conseils fort bien utile durant le voyage en voiture. « Oh regarde Candice, c’est l’arc de triomphe ! » Si Candice pose son nez sur la vitre, t'en es pas loin de faire la même chose, du même côté qu'elle, affalé sur Charlie. « Pardon, mais je vois rien de ma fenêtre. » La prochaine fois, tu prends le côté gauche. Candice semble avoir tout compris pour tout voir sans devoir jouer des coudes et de la tête. T'es pas trop dans l'architecture et le reste, mais tu dois avouer que Paris, ça en jette quand même. Et t'as même l'impression de ressembler à une fourmis quand t'as devant toi la fameuse tour Eiffel. « Elle est vachement grande ! » Oh que oui ! « Elle me donne le tournis. » Tu ferais peut-être mieux de regarder le sol avant de vraiment te sentir mal. Mais la main tiède et ferme de Charlie dans la tienne te fait redescendre de tous les étages. Tu l'as rapproche de toi, dépose un petit bisous sur le front de ta petite sœur et fait de même avec Charlie. C'est à ce même moment qu'Emma le propose de prendre une photo. Vous acceptez avec plaisir. Faut bien que tu charries Adam et Aiden en rentrant avec quelque chose. Et une jolie phot ou vous vous embrassez. « Tu joues la romantique maintenant ? » Il faut croire que oui. « Attendez, c’est à vous, maintenant ! » A qui ? Tu te retrouves avec la rousse dans les bras qui te colle qui cache son visage dans ton cou et tes grands-parents juste derrière toi. « Dites Ouistiti ! » Bon ben ... « Ouistiti ! » Et une deuxième photo dans la mémoire de l'appareil. « Est-ce qu'on peut prendre Candice pendant une petite heure ? On aimerait lui montrer quelques petites choses. » Les yeux tendres et doux de ta grand-mère te font directement craquer. « Oui, bien-sûr. On se rejoint ici ? » Elle confirme par un petit coup de tête avant de partir main dans la main avec Candice et François. Tu te tournes vers Charlie. « Champs de mars ? » Tu n'es pas certain d'avoir la force de marcher vite pour visiter pleins de monuments. « Où tu préfères monter en haut de cette gigantesque Tour Eiffel ? » Y'a certes un peu de queue, donc de l'attente, mais t'espère qu'en une heure, c'est faisable. Tu poses tes deux mains sur les hanches de Charlie pour la rapprocher et l'embrasser tendrement. « J'vais t'embrasser toutes les dix secondes tellement je suis heureux ! » Oui, ceci est une excuse. « Tu sais on est quel jour, au faite ? » Tu laisses un petit sourire sur tes lèvres. Ouais, tu l'avoues. C'est toi qui avait demandé cette heure de liberté sans Candice dans les bras. « Ça fait cinq mois ... » que tu souffles. « Et comme j'ai pas été des plus présents dernièrement, à cause des examens, toussa, toussa ...  » Tu fais un petit signe de la man, roule des yeux, parce que mine de rien, ça t'avait permis de valider ton année de médecine. « Je me suis dis qu'un petit cadeau pourrait compenser le tout. » Tu cherches une petite boîte dans ta poche. Loin de toi l'idée de la demander en mariage. C'était tout de même un peu tôt. Par contre, avec l'aide de Milka, t'avais pu lui acheter ça : Un petit bracelet avec quelques pendentifs. « Je t'aime. » Et tu ne le diras peut-être jamais suffisamment pour que cela se grave à jamais dans sa mémoire.

_________________
Like a flower made of iron
Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide i'm not afraid to take a stand, everybody, come take my hand, we'll walk this road together through the storm, whatever weather, cold or warm, just letting you know that you're not alone, holler if you feel like you've been down the same road.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/04/2016
›› Commérages : 571
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : Britt Robertson, la sublime
›› Schizophrénie : Avalon la jolie brune et Noah le romancier a ses heures perdues & Adam, le veto sexy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Way down, we go ✻ CAMIE ✻ ( Ven 21 Juil - 0:52 )



Way down, we go.
CAMIE is in da place

Paris, une ville pleine de promesses, connue de partout dans le monde pour sa qualité de vie et pour son romantisme. Charlie n’avait jamais rêvé d’y vivre, elle rêvait au contraire de campagne et de nature. Mais pour une journée, voire deux, elle pouvait apprécier, surtout qu’elle était en compagnie de Cameron, de sa famille et de la mignonne petite Candice. Désormais, la blondinette éprouvait pas mal de difficultés à se séparer de la petite rousse. Elle se voyait mal vivre sans elle. Ce qui n’était pas trop surprenant, vu que depuis le tout départ, elle s’en occupait beaucoup. Si au départ, elle avait eu quelques difficultés à se mettre dans la peau d’une adulte pour faire face au regard d’une enfant et surtout être à la hauteur. Aujourd’hui, elle n’avait plus aucun souci avec cet exercice. La jeune femme était heureuse de ce petit voyage, encore plus de le faire avec les deux personnes les plus importante de sa vie. Si elle craignait au départ de ne pas s’intégrer facilement, les grands parents du brun la mirent à l’aise en quelques secondes. Maintenant, elle était quasiment certaine que le reste de ce voyage se passerait très bien. Il lui tardait de découvrir la maison des grands parents du brun qui se trouvait dans le sud de la France. Mais pour le moment, ils étaient à Paris, et ils allaient en profiter. Malgré le décalage horaire et cette nuit très courte, Charlie débordait d’énergie. Elle avait envie de courir partout. Elle voulait aller voir la tour Eiffel, Versailles, bon d’accord, surtout les écuries, Notre Dame de Paris (Peut-être qu’elle pourrait y voir Quasimodo et Esmeralda =zbaf= ), le sacré cœur ! Et certainement d’autres monuments dont elle avait oublié l’existence, mais pour le moment, c’était séances photos. Bien lovée dans les bras de Cameron, la blondinette était bien décidée à immortaliser leur première photo de couple. Et pour ça, rien de mieux que de poser ses lèvres sur celles de Cameron. « Tu joues la romantique maintenant ? » Oui, peut-être. « On dirait bien… » dit-elle avant de l’embrasser une fois de plus. « Et ça ne fait que commencer… » Mouais elle avait prévu plein de choses romantiques… « Ça doit être Paris … » Ou Charlie était déjà romantique, mais elle ne le montrait pas trop… Sauf que plus le temps passait et plus elle était à l’aise avec cette partie de personnalité qu’elle n’avait jusqu’à là, pas vraiment eu le temps de découvrir. « Je t’aime » lui murmura t’elle à l’oreille avant de le libérer pour le rendre à ses grands-parents. Hors de question que la blondinette ne prenne pas une photo de leurs retrouvailles, c’était tout simplement impensable. Ils ne se voyaient pas souvent, alors il fallait immortaliser ces quelques moments où la distance n’était plus qu’un lointain souvenir.

« Est-ce qu'on peut prendre Candice pendant une petite heure ? On aimerait lui montrer quelques petites choses. » Oh bha non, c’était dommage qu’ils se séparent. Le seul souci, c’est qu’entre le temps que Charlie comprenne la phrase et qu’elle cherche ses mots pour répondre en français. Les grands parents et la petite Candice avaient déjà fait volteface. « C’est dommage… » La blonde ne voulait pas que Cameron soit séparé de ses grands-parents à cause d’elle. Ils avaient sûrement voulu les laisser en amoureux. « On aurait pu visiter avec eux. » Surtout qu’ils devaient connaitre pas mal de trucs, sans oublier qu’ils parlaient bien français et ça rassurait assez la brune. « Champs de mars ? » Elle jeta un coup d’œil derrière eux avant de se lover contre son petit ami. « Où tu préfères monter en haut de cette gigantesque Tour Eiffel ? » Ils étaient là, hors de question qu’ils ne fasse que la regarder. « Viens on y va !!! Je suis trop impatiente de voir la vue. » La jeune femme enlaça ses doigts avec ceux de Cameron. « On pourra voir tout Paris de là-haut. » Un large sourire se dessina sur ses lèvres, qu’est-ce qu’elle était heureuse d’être ici, avec lui. . « J'vais t'embrasser toutes les dix secondes tellement je suis heureux ! » Hmmm… C’est vrai ? Elle se mordit les lèvres avant de passer ses bras autour du cou du brun. « Peut-être que tu pourrais recommencer, ça fait déjà 10 secondes. » Attention, la blonde risquait de se montrer pointilleuse… Surtout pour les bisous. « Tu sais on est quel jour, au faite ? » Hmm peut-être bien… d’ailleurs elle avait prévu un petit quelque chose pour ce soir. « On dort où ce soir ? » Ils dormaient sur Paris, sur la route ? Non parce qu’elle avait prévu quelques petites choses qui ne prenaient pas de place, et ce n’était pas uniquement son bikini. « J’ai un cadeau pour toi.. » Pour fêter leurs cinq mois, mais la jeune femme n’avait pas été la seule à avoir eu cette idée. « C’est quoi !!! » Un large sourire se dessina sur ses lèvres et elle attrapa la boite qui lui tendit. « T’aurais pas dû… » Mais c’était bien qu’il les fait. « C’est un pandora ? » Gosh, elle adorait ses bracelets. « T’as mis un cheval et un dauphin et un cœur comme charms… » C’était trop mignon, le cœur c’était Cameron, le cheval c’était son chronos et le dauphin, c’était parce qu’elle les adorait.. « Merci… » Il était parfait … et n’aurait sûrement pas pu trouver mieux. La blonde lui sauta au cou pour l’embrasser une nouvelle fois… « Mets le moi ! » Et c’était un ordre. Elle lui tendit et attendit avec impatience qui lui accroche au poignet. « Il est trop joli » Elle en était folle. « Attends, je vais prendre une photo et l’envoyer à Miky, elle va être verte de jalousie ! » Et sans prendre une seconde, elle envoya la photo à sa meilleure amie. Une fois fait, la blondinette rangea son téléphone dans son sac. « Allez viens on y va… »

Charlie était en forme, peut-être un peu trop. « Allez Cam ! » Arrivée tout en haut des escaliers, elle encourait son meilleur ami et petit copain qui semblait sérieusement commencer à fatiguer. Bon d’accord… peut-être qu’elle avait mis trop d’en train à monter les marches. « Viens, on voit tout d’ici ! » Une fois Cameron arrivait à sa hauteur, elle le tira derrière elle, direction un endroit sans trop de monde pour voir la magnifique vue de la capitale française. « C’est superbe !!! Je suis tellement contente qu’on soit ici.» Abandonnant la vue, elle se retourna pour enrouler une nouvelle fois ses bras autour du brun. « Je suis heureuse avec toi tu sais. » Même quand monsieur lui faisait des crises de jalousie… En fait, elle était totalement folle de lui. « On en a pris du temps. » Vraiment trop, mais heureusement, ce n’était pas trop tard, parce que maintenant, ils étaient ensemble et Charlie avait confiance dans leur avenir à deux.

_________________
Never Grow Up
⊹I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun.
(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Love is a mutual torture

❝ Family don't end with blood ❞
Love is a mutual torture
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 13/05/2015
›› Commérages : 4571
›› Pseudo : Morrigan (Laurine)
›› Célébrité : Dylan Flawless O'Brien
›› Schizophrénie : Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Way down, we go ✻ CAMIE ✻ ( Jeu 27 Juil - 19:49 )



Way down, we go.
CAMIE is in da place

Si de base, vous étiez plus ou moins expressif en ce qui concerne vos sentiments l'un pour l'autre, aujourd'hui, c'est légèrement différent. C'est du romantisme, de la joie de vivre à l’état pure. C’était beau. C’était mignon. On devait vous prendre pour un couple tout juste marié vu que vous ne restiez pas plus de cinq secondes séparés l'un de l'autre. Cette petite facette de Charlie était quelque peu nouvelle. Tu l'aimais bien. Peut-être même un peu trop. Elle était encore plus mignonne que d’habitude et si tu le pouvais, tu lui demanderais de rester ainsi toute sa vie. Mais tu sais d'avance que ses râlements te manqueraient, de même que ses petites crises. « On dirait bien… » Tu ne réponds que par un simple sourire. « Et ça ne fait que commencer… » Alors tu as vraiment hâte de découvrir la suite. « Ça doit être Paris … » Probablemént. « Me dis pas qu'on doit venir vivre ici pour être ainsi. Je suis pas sûr d'aimer suffisamment la France pour venir y habiter. » A vrai dire, il avait peur de ne plus arriver à se faire d'amis. Il avait ses habitudes à Cap Harbor : se lever, envoyer un SMS à Charlie, faire un gros câlin à Candice, taquiner Aiden ... Même Mikayla et Adam faisaient partie de ses petites choses que tu ne voulais pas abandonner. « Je t’aime » Et c'est tout à fait réciproque. Charlie ne doit avoir aucun doute sur cela. Tes yeux ressemblent constamment à deux cœurs dès qu'elle est auprès de toi. Et c'est parce que vous étiez partie en ce jour si spécial des Etats-Unis que tu avais demandé à tes grands-parents pour avoir une petite heure en tête à tête avec ton "n'amoureuse" comme le dit si bien Candice. Ils avaient acceptés avec plaisir. Mamie Emma pensant certainement que tu demanderais sa main, secrètement. Tu le suppose puisqu'elle t'as demandé si tu avais bien le coffret renfermant le cadeau. « C’est dommage… » pourquoi ? Vous étiez à deux. « On aurait pu visiter avec eux. » Aussi. Mais ils auraient le temps juste après. « Ils veulent sûrement apprendre à la connaitre. Ça doit pas être facile pour eux. » Tu considérais Candice comme ta véritable soeur. Mais t'es grands-parents, est-ce qu'ils la voyaient comme leur petite fille. « Ils sont pas au courant pour mon père alors si on pouvait éviter ce sujet. » T'en parlé plus. C'etait desormais du passé. Tu souffrais plus à cause de lui. T'étais bien plus libre. Mais t'avais pas été fichu d'avouer tout ce qui s'etait passé dans ton ancienne maison à tes grands-parents. Ils auraient compris que leur fille, que ta mère, avait vécut la même chose. Enfin. Il te fallait oublier maintenant et pour cela, rien de mieux que de bouger et de profiter de cette heure de liberté. « Viens on y va !!! Je suis trop impatiente de voir la vue. » Tu rigoles, la suit, main dans la main. « Peut-être que tu pourrais recommencer, ça fait déjà 10 secondes. » Un sourire en coin, tes deux mains prennent en coupe le visage de poupée de Charlie et tu l'embrasses le plus tendrement possible. « On va quand même essayer de tenir plus que dix secondes. On va pas faire ça pendant une heure ... » Meme si ça ne te dérange pas le moins du monde. « On dort où ce soir ? » Heu ... Drôle de question. « Je sais pas. A la maison, je suppose. Pourquoi ? » Elle etait déjà fatiguée ? Toi, t'as pas à te plaindre. Tu as recharger presque entièrement tes batteries pendant le vol. « J’ai un cadeau pour toi.. » Non ? « Et il faut un lit ? » T'as une petite étincelle dans les yeux. T'as envie de savoir ce qu'elle prépare. Et puis, la demoiselle n’était pas la seule à avoir prévue un cadeau. Toi aussi, tu en avais un. « C’est quoi !!! » Tu hausses plusieurs fois les sourcils. Surprise, surprise ! Tu plonge la main dans une poche et en sort le boîtier. Il renferme un très jolie bracelet. « T’aurais pas dû… » Mais si. « Si. J'ai été un peu exécrable dernièrement. » Alors c'est un cadeau d'excuse et de cinq mois passés ensemble. « C’est un pandora ? » Possible. « Je sais pas. On m'a soufflé le nom d'un site et j'ai trouvé ça super mignon. » Merci Milka ! . « T’as mis un cheval et un dauphin et un cœur comme charms… » Tu souris comme un parfait idiot. « J'avais pensé mettre un professeur aussi ... Mais je me suis dit que ça serait une faute de goût. » Bon, d'accord, tu la taquines. « Merci… » Mais de rien. « Mets le moi ! » Avec plaisir. «  Et voila ! » Le bracelet la met en valeur. « Il est trop joli » « Tout comme toi. » mais c'est que t'es un vrai charmeur. « Attends, je vais prendre une photo et l’envoyer à Miky, elle va être verte de jalousie ! » Tu rigoles. « Elle l'a déjà vu ... Mais oui, elle est verte de jalousie. » Surtout pour le charme cheval. Elle voulait meme le piquer. « Elle voulait même me soudoyer pour que je devienne son petit ami méga super génial ... » Tu souris un peu, sachant parfaitement que tu ne crois pas un seul mot de ce que tu racontes. « J'ai refusé, tu t'en doutes, en lui disant que je t’étais destiné. » Du coup, ça mérite un énorme baiser de la mort qui tue. « Allez viens on y va… » D'accord. « Pitié, on prends l'ascenseur. »

Malheureusement, Charlie n'avait pas respecté ta demande. C'est donc à pied, avec la seule force de vos jambes que vous escaladez la fameuse Tour Eiffel. « Allez Cam ! » Maaaaaais. Comment qu'elle fait. Tu vas t’écrouler sur le sol. « Je ... Peux ... Plus respirer. » Voila. Dernière marche gravie. Tu peux mourir le plus théâtralement possible. « Viens, on voit tout d’ici ! » Charlie t'attrape la main et te traîne vers un coin tranquille. T'es toujours essouflé comme jamais mais tu peux savourer le paysage. « C’est superbe !!! Je suis tellement contente qu’on soit ici.» Et toi donc. « Heureusement que c'est beau. J'aurais récupéré mon cadeau sinon. » Parce que te faire monter autant de marches ... Sans que tu sois préparé. C’était presque de la torture. « Je suis heureuse avec toi tu sais. » Alors que tu étais plongé dans la contemplation du paysage, tu te tournes directement vers Charlie. « C'est vrai ? » C’était tellement inattendu qu'elle te dise quelque chose comme cela. « Je ferais en sorte que tu sois toujours heureuse. » même si parfois, il y aura quelque bas. Comme toujours, tu te dis que tu feras en sorte de les commencer par des plus. « On en a pris du temps. » Tu rigoles et glisse tes mains sur ses hanches. « Mais tu me faisais peur, aussi. » Pas dans le sens que tu étais effrayé mais elle ne semblait tellement pas ressentir des choses pour toi que tu voulais pas tout gâcher. « J'avais peur de plus t'avoir dans ma vie. » Que se soit en amie ou même en petite-amie. « Photo ! Et après on va devoir redescendre. Ils vont nous attendre. » Tu sors ton portable et prends au moins une vingtaine de photos. Puis, main dans la main, vous redescendez pour rejoindre Candice et tes grands-parents. Vous flânez dans des petites boutiques pour acheter des souvenirs. Ou, plus précisément, des cadeaux pour Candice, et vous prenez la route vers la sud, direction la maison des vacances.

Bagages dans les bras, tu déposes ceux à Candice dans sa chambre et laisse Emma s'occupait d'elle. Les deux femmes semblent déjà accro l'une à l'autre. Ton grand-père te dit de te reposer de la route, il s'occupe de faire le repas du soir. Tu as bien envie d'une douche. Tu entres dans la chambre, ne trouve pas Charlie. Elle est où ? Tu mets les valises dans un coin, va dans la salle de bain et commence à te déshabiller avant de te souvenir que tu avais tout laisser dans la chambre en ce qui concerne le nécessaire à toilette. Tu ouvres la porte, te dirige vers ta valise, l'ouvre et prends ce que tu recherches. Tu te retournes, prêt à revenir sur tes pas mais une Charlie sauvage est apparut. Ta trousse de toilette se retrouve à cacher tes parties intimes. « J'allais prendre un bain. » Mais bizarrement, t'en as plus si envie que ça. « Ermh. » Monsieur mal-a-l'aise, le retour. « Tu veux pas fermer tes yeux juste deux secondes, s'te plait ? » Étrangement, elle accepte de le faire sans demander pourquoi. Tu cours vers elle, l'embrasse. « C'est pas bien de mater quand moi je peux pas. »

_________________
Like a flower made of iron
Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide i'm not afraid to take a stand, everybody, come take my hand, we'll walk this road together through the storm, whatever weather, cold or warm, just letting you know that you're not alone, holler if you feel like you've been down the same road.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/04/2016
›› Commérages : 571
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : Britt Robertson, la sublime
›› Schizophrénie : Avalon la jolie brune et Noah le romancier a ses heures perdues & Adam, le veto sexy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Way down, we go ✻ CAMIE ✻ ( Sam 29 Juil - 20:21 )



Way down, we go.
CAMIE is in da place

Charlie et Cameron, c’était une l’histoire de longue date, qui prenait racines dans les bacs à sable de l’école maternelle de Cap Harbor. Quand elle y repensait, c’était toujours avec une certaine pointe de nostalgie. Malgré leurs nombreuses querelles, ils n’avaient jamais cessé d’être ensemble. Même leurs caractères diamétralement opposés n’avaient pas réussi à les éloigner. Finalement, il y avait toujours eu quelque chose qui les avait ramenés l’un vers l’autre. Et ce petit quelque chose avait grandi au fil du temps pour les amener à ce moment précis. Eux deux à Paris la main dans la main, amoureux et très heureux. « Me dis pas qu'on doit venir vivre ici pour être ainsi. Je suis pas sûr d'aimer suffisamment la France pour venir y habiter. » C’était du Cameron tout craché, alors comme ça, elle était passez romantique à Cap Harbor. « T’as qu’à me donner plus de temps et peut-être que ça pourrait y ressembler. » Ce n’était pas un reproche, juste une constatation, ils n’avaient pas trop eu le temps de se voir et cela diminuait leurs moments d’intimités, surtout qu’ils étaient rarement seuls. A ce moment précis, personne n’était là pour les déranger, ils pouvaient simplement profiter. « Je déteste la ville, je ne pourrais pas supporter Paris plus de 24 h » Fallait pas trop en demander à la blondinette. Une journée, oui, une vie, ce n’était carrément pas envisageable. « Il me tarde qu’on soit en Camargue, faut trop qu’on aille se faire une balade à cheval. » La plage, les flamants roses, les taureaux, c’était le rêve. « Quoique… non, c’est peut-être mieux que j’y aille toute seule, je veux pas que tu finisses les fesses dans l’eau. » Ce qui connaissant Cam risquait fortement d’arriver. « Faut que tu apprennes à monter, je vous donnerais des cours en même temps avec Adam ! » Quoique ça non plus ce n’est peut être pas une bonne idée, Cameron et Adam réunis, elle est pas sûre de pouvoir réussir à leur enseigner quelque chose, il y avait beaucoup plus de chance pour qu’elle leur brise les tympans !

« Si. J'ai été un peu exécrable dernièrement. » Mouais, elle était pas tout a fait d’accord. « T’étais surtout jalouuuux… » Et elle appuie bien sur le dernier mot. A vrai dire cela ne la dérange pas, elle n’a juste pas apprécié sa manière de se comporter. Charlie avait dû ramé auprès du directeur pour qu’il la reprenne au sérieux. Enfin, tout cela était relégué au passé et la jolie blonde avait pardonné. « C’est Miky qui t’a aidé ? » Elle ne voyait personne d’autre. Depuis le temps qu’elle lui prenait la tête avec un bracelet Pandora, sa meilleure amie avait dû y voir un moyen de se faire plaisir et peut-être aussi de la faire taire, ce qui marcherait, pour quelques semaines, jusqu’à qu’elle retrouve quelque chose d’autre sur lequel elle jetterait son dévolu.

x x x
« Je ... Peux ... Plus respirer. » Surtout ne pas rire, il pourrait le prendre mal. La blonde est un peu essoufflée, elle a aussi mal aux jambes, mais rien de vraiment dramatique. Pour Cam, par contre, c’est une autre paire de manche, peut-être aurait-elle mieux fait de prendre l’ascenseur. Mais ils ne reviendraient pas à Paris pendant un bon bout de temps, s’ils revenaient un jour… Alors autant monter la tour Eiffel marche après marche. « Heureusement que c'est beau. J'aurais récupéré mon cadeau sinon. » « T’aurais jamais réussi à me rattraper. » Un sourire taquin se dessine sur le visage de la jolie blonde. « Mais tu as de la chance, j’ai pas vraiment envie de partir. » Pas du tout en fait, elle était bien dans ses bras, à ses côtés. « C'est vrai ? » Cameron était…unique au monde. « Heu oui, sinon je ne te le dirais pas. » Elle était resplendissante depuis quelques mois, depuis qu’elle était avec Cameron en fait, comme quoi l’amour fait pousser des ailes. « Je ferais en sorte que tu sois toujours heureuse. » C’était trop mignon. Sous le charme la blonde passa ses bras autour de son cou. « C’est bon à savoir. » Une vie remplit de bonheur, elle n’était pas contre. Ça sonnait même très bien à ses oreilles.

« Mais tu me faisais peur, aussi. » Mouais, elle était pas si terrifiante. « A t’entendre, j’ai l’impression d’être un ours caractériel ! » Bon d’accord, elle n’était pas la fille la plus calme du coin, encore moins celle qui fermait sa bouche, ni celle qui prenait sur elle. Charlie, c’était une pile électrique avec un caractère bien trempé, et même si elle commençait à s’assagir, elle resterait toujours chiante. « J'avais peur de plus t'avoir dans ma vie. » Oh c’était de ça qu’il voulait parler… « Moi aussi, j’avais peur de te perdre. » Et c’était cette peur panique de plus l’avoir dans sa vie qui l’avait souvent amené à prendre de la distance. « Mais maintenant que je t’ai, je vais pas te laisser partir. » Oh que non, il allait jamais pouvoir se débarrasser d’elle.

x x x
Fatiguée, mais heureuse d’être arrivée, Charlie laisse Cameron s’occuper des valises, pour rester un peu plus longtemps en compagnie de ses grands-parents pour débarrasser la table. Il faut qu’elle pense à demander la recette à la grand-mère de Cameron, elle n’a jamais mangé un truc aux tomates aussi bon. Candice est exténuée et ne met pas longtemps à piquer du nez. Emma se propose gentiment pour s’en occuper, libérant ainsi la jolie blonde qui prend la direction de la chambre. Quand elle rentre, celle-ci est déserte, ce qui lui permet de faire un rapide tour du propriétaire. Elle ne met pas longtemps à sortir la tête par la fenêtre, elle entend les cigales et encore mieux la mer. C’est tellement chouette ! La porte s’ouvre et quand elle se retourne, elle aperçoit Cameron qui se promène à poils. Ça commence à devenir intéressant « J'allais prendre un bain. » Sans elle ? C’était pas du jeu. Mais bon, peut-être qu’ils pouvaient éviter d’utiliser la salle de bain en même temps en étant chez ses grands-parents. « Tu sais que j’ai déjà tout vu ? » dit-elle en laissant ses yeux glissés jusqu’à ses fesses. Elle est pas censée être la plus pudique des deux ? « Tu veux pas fermer tes yeux juste deux secondes, s'te plait ? » « Non ! » Hors de question, au contraire, elle se pince la lèvre, parce qu’elle a plus envie de lui sauter dessus que de se plonger dans un livre. « Allez va prendre ton bain ! » Oui qu’il s’en aille vite… Parce qu’elle a une petite idée en tête. Une fois Cameron partit, Charlie fouille dans sa valise, pas grave, elle ira se doucher demain matin. Une fois toute nue, elle enfile un très joli déshabillé noir, ainsi que des portes jarretelles, la totale de la sexytude. Elle a choisi des sous vétements en dentelles transparentes, histoire d’émoustiller son petit ami. Elle se cacha derrière la porte et quand il rentra, elle la ferma derrière lui, avant de prendre une position quelque peu séductrice. « Heyyy, si tu veux mater, c’est le moment. » Moui, elle se mettrait pas comme ça tous les soirs, elle était trop fan de ses pyjamas Disney. Disons que ce soir, elle voulait marquer le coup. Elle s'avança vers lui d'une démarche chaloupée, voir prédatrice et le poussa sur le lit, sur lequel il s'écroula. "J'ai pas eu mon dessert" Et ce soir son dessert, c'était Cameron.

_________________
Never Grow Up
⊹I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun.
(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Love is a mutual torture

❝ Family don't end with blood ❞
Love is a mutual torture
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 13/05/2015
›› Commérages : 4571
›› Pseudo : Morrigan (Laurine)
›› Célébrité : Dylan Flawless O'Brien
›› Schizophrénie : Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Way down, we go ✻ CAMIE ✻ ( Lun 28 Aoû - 18:39 )



Way down, we go.
CAMIE is in da place

« T’as qu’à me donner plus de temps et peut-être que ça pourrait y ressembler. » Tu arques un sourcil, lances un regard surpris à la blonde à tes côtés . « Sérieux ? » T'es pas vraiment certain que Charlie soit le genre de bonne femme romantique. Elle a beau avoir ces "moments de faiblesse", tu la vois mal agir de la sorte tout le temps. Elle a ce besoin de contrôler les situations. Dans un sens, elle a pas tort, ça évite souvent que tu fasses boulettes sur boulettes. N'empêche, t'es prêt à lui offrir un peu plus de temps si elle se montre plus calme de la sorte. « J'vois pas ce que tu veux de plus comme temps. J'suis presque toujours fourré chez toi, mais vas-y ! Essayons. » Juste pour voir. Si ça fonctionne pas, tu récupères ton ancien mode de fonctionnement. C'est vrai que dernièrement tu t'étais moins montré, mais tu avais été plutôt claire avec Charlie : tes études passaient avant tout. Tu supporterais pas d'échouer et c'était même pas envisageable. Et puis, ça n'avait été que deux minables semaines où t'étais enfermé à double tour dans ta chambre. T'étais quand même passé deux fois par chez Charlie ... Juste parce que t'avais pas le temps d'aller acheter du papier toilette et ensuite pour lui piquer du sucre parce que t'étais probablement en hypoglycémie. Enfin ... C'était quand même que deux semaines, pas de quoi en faire un plat. Il y en reste encore pas mal dans l'année. « Je déteste la ville, je ne pourrais pas supporter Paris plus de 24 h » Et bien ... Etrangement, t'as le même ressenti. « Ouais, j'vois pourquoi. » Trop de bruit, trop de monde, trop de tout ... C'était pas tenable. Et  heureusement pour vous tous, vous n'étiez que de simples touristes. « Il me tarde qu’on soit en Camargue, faut trop qu’on aille se faire une balade à cheval. » Tu souris, enlaces Charlie. « Hmm. » Tu suivras peut-être derrière en trottinette ou en vélo. C'est mieux non ? Parce que les chevaux, c'est toujours pas ta tasse de thé. « Quoique… non, c’est peut-être mieux que j’y aille toute seule, je veux pas que tu finisses les fesses dans l’eau. » MEH. « Je te permets pas de te moquer de moi. » Mais l'hypothèse est tellement probable de se réaliser que tu éclates de rire en imaginant la scène. « Faut que tu apprennes à monter, je vous donnerais des cours en même temps avec Adam ! » Avec Adam ? T'allais dire non, mais vu que tu auras du soutien. « Ok. Deal ! » Y'a un juste un petit truc à éviter. « On évite les grands chevaux hein. C'est pas mal de commencer avec des poneys. » Comme les enfants, quoi.

En parlant d'enfants, tu devais te rendre à l'évidence que tu avais fait une belle erreur le mois dernier, en piquant une petite crise sur la blonde. Mais t'avais pris peur et t'avais pas vraiment su gérer la situation. Alors, en signe d'excuse, mais aussi pour avoir réussi à t'avoir supporter, tu lui offres un magnifique bracelet. Elle ne pourra pas dire que tu as fait le mauvais choix, sa meilleure amie t'avait aidé. « T’étais surtout jalouuuux… » Non ... Tu roules des yeux. « Un tout petit peu. » Sauf que le regard de ta petite amie te fait vite avouer le contraire. « Ok. Énormément ! Mais y'avait de quoi. » Des muscles, un boulot, des yeux baladeurs ... Enfin ! Mieux vaut laisser ça au passé. « C’est Miky qui t’a aidé ? » Oui ! « Yep. Et elle voulait que je lui achète le même. » Bien-sûr, qu'elle soit rassurée, tu n'as pas craqué. Par contre, t'avais soufflé l'idée à ton pote. Sait-on jamais que ce présent les rabiboche. Parce que ces deux là s'amusaient à vous critiquer vous sur le temps que vous aviez mis, mais vous pourriez faire pareil. C'était un remake des feux de l'amour qu'ils vous faisaient. Et c'est pas trop ton genre de film, voir même de série.

✻✻✻

« A t’entendre, j’ai l’impression d’être un ours caractériel ! » Non. C'est pas ce que tu avais voulu dire. En tout cas, c'est pas de la sorte que Charlie devait comprendre ta réplique. « Disons juste que tu donnais pas l'impression d'avoir envie d'être en couple. Alors je préférais garder tout pour moi. » Même si, dans le fond, tu devais quand même baver à chaque fois que Milka arrivait à lui faire porter des robes, ou qu'elle apparaissait dans ton champs de vision. D'ailleurs, tu devrais le lui avouer, mais une fois, t'as véritablement gobé une mouche ! A cause d'elle ! Mais en même temps, elle avait sortie le grand jeu pour le bal de fin de lycée. T'étais pas prêt. La mouche non plus, surement. «  Moi aussi, j’avais peur de te perdre. » Trop mignon, tu vas finir par fondre littéralement sur place. Ta main vient se balader sur la joue de la belle. Tu te retiens de l'embrasser. Encore. « Mais maintenant que je t’ai, je vais pas te laisser partir. » T'espère bien. « Qui te dis que tu te lasseras pas de moi ? » Tu hausses les sourcils pour faire genre : question piège. « J'suis trop parfait pour que tu te lasses. » que tu répliques avant qu'elle ne sorte quoi que se soit.

✻✻✻

Le voyage avait eu raison de tes neurones. Tu les avais probablement perdu en cours de route. T'vais prévu de prendre une douche, mais t'étais rendu compte que tes produits étaient toujours dans ta valise. C'est donc les fesses à l'air et pas que !, que tu te promènes dans la chambre pour tout récupérer. T'aurais du prévoir que la blonde était dans le coin et qu'elle allait apparaître à ce moment opportun. « Tu sais que j’ai déjà tout vu ? » Mhm ? Tu baisses le regard. Ta pochette contenant shampoing et lotion pour le corps caché un de tes organes. « Oui, et ? » La pudeur, ça existe. A ce que tu saches, ce n'était pas une chambre de nudiste. Puis, avouons le, être le seul nu dans cette pièce, c'est quelque peu perturbant. Alors si elle pouvait fermer les yeux, se serait très apprécié. « Non ! » Rhooo. Elle est pas sympa. « Allez va prendre ton bain ! » Oui, chef. Eh ... Mais tu rêves où elle vient de te taper les fesses ? MAIS NON ! ELLE VIENT DE TAPER TES FESSES. « Pas touche. » Et tu tentes le petit regard qui fait peur en rentrant en moonwalk dans la salle de bain. Non mais ! Y'a que toi qui peut les toucher. Tu profites d'une bonne douche chaude pour remettre tes méninges en place. T'avais bien mérité ces deux semaines de repos, loin de tout, loin de l'hôpital et avec les personnes que tu aimes. Caleçon et bas de pantalon sur le dos ou sur les jambes, tu sors de la salle de bain, en pensant certainement que Charlie squatte le lit et qu'elle est sur le point de s'endormir vu le peu de sommeil qu'elle a eu avec le voyage. Tu as cependant la bonne, voir même très agréable surprise de la retrouvée en petite lingerie. Tu mets trois heures à avaler ta salive, ta bouche n'arrive plus à se fermer. « Heyyy, si tu veux mater, c’est le moment. » Oh   Qu'elle ne s'inquiète pas pour cela, t'as les yeux rivé sur son corps. T'es même tellement subjuguée que tu remarques même que le lit craque quand elle te fait tomber dessus. "J'ai pas eu mon dessert" Toi non plus. Ça tombe bien, non ? Faut juste que t'arrives à te remettre de tes émotions et à bouger, parce que là, t'as toujours pas changer de tête depuis trois plombes. Quand Charlie monte sur le lit, un autre craquement se fait entendre, ça te fait, enfin, réagir un peu. « Tu ...  » Tu inspire grandement et reporte tes yeux sur sa lingerie. T'avais jamais vu un truc du genre. « Je ... te ouv' ... Sexy. » Monsieur ne sait plus aligner trois mots. Pow. Tu tentes de t'avancer plus vers le centre du lit, malheureusement, le troisième craquement fait pencher le matelas vers la gauche. Tes yeux s'écarquillent. « Merde ... On a pas cassé le lit ? » La trouille que tu ressens te fait sortir de ta torpeur et de ton choc émotionnel. Tu te lèves, aides Charlie à faire de même. En effet, le lit avait désormais un problème. La partie gauche touché le sol, la partie droite était toujours à la même hauteur qu'avant. « Vas-y, je suis dé ... » Ton regard tombe sur les courbes de Charlie, mise en avant par cette tenue. « Bouge pas ! » Tu vas de l'autre côté, pousse le matelas et le fait tomber sur le sol. « Et voilà ! » Problème résolue. Maintenant, c'est à ton tour de pousser la blonde dans le lit et de finir ta route au-dessus d'elle. « C'est ça ma surprise ? » Et bien, comme elle peut rapidement s'en rendre compte, elle te fait plus que plaisir. Tes lèvres prennent possession des siennes avant de descendre vers le coup et son oreille, où tu chuchotes un petit : « Je t'aime. ». Tes mains deviennent rapidement baladeuses. Elles remontent sa cuisse, touchent le tissus fin en dentelle, passe en dessus pour caresser quelque peu la peau. Tu te stoppes un instant, croises le regard de Charlie et lui offre un petit sourire espiègle. « Je te jure qu'on va venir vivre ici si les vacances continuent à être aussi parfaite. » Et aussi surprenante. T'avais limite hâte de voir ce que réservait la suite. Mais pour le moment, tu profites de l'instant présent et du corps plus qu'enchanteresse de la blonde. Elle te rendait déjà fou en temps normal, mais là, ce soir, t'étais un peu comme un chasseur face à une proie. T'avais aucune envie de la lâcher, aucune envie de la laisser s'échapper. Tu continues ton exploration. Tu descends au fur et à mesure vers le bas, créant un chemin de baisers. Lentement, tu entres dans un autre monde. Le seul et unique que tu partages avec Charlie.

_________________
Like a flower made of iron
Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide i'm not afraid to take a stand, everybody, come take my hand, we'll walk this road together through the storm, whatever weather, cold or warm, just letting you know that you're not alone, holler if you feel like you've been down the same road.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/04/2016
›› Commérages : 571
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : Britt Robertson, la sublime
›› Schizophrénie : Avalon la jolie brune et Noah le romancier a ses heures perdues & Adam, le veto sexy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Way down, we go ✻ CAMIE ✻ ( Mar 5 Sep - 1:48 )



Way down, we go.
CAMIE is in da place

Charlie n’en voulait pas à Cameron pour ses heures passées derrière son bureau. Il revait d’obtenir son diplôme et elle ne pouvait pas lui en vouloir pour ça. En vérité, elle était admirative, elle aurait aimé pouvoir être comme lui, mais la jolie blonde n’avait jamais eu la fibre étudiante. Elle s’ennuyait rapidement et finissait toujours par trouver une activité plus intéressante. Son père l’avait toujours poussé à faire plus, mais Charlie ne faisait pas partie des enfants ayant des facilités, bien trop imaginative, sa capacité de concentration a toujours été assez limité. Alors oui, elle est assez admirative de Cam qui est capable de pouvoir passer des journées entières à emmagasiner de nombreuses informations, toutes aussi compliquées les unes que les autres et hors de question de le déranger pendant ses heures de révisions. De toute façon, Charlie était assez solitaire pour supporter de passer des jours sans la présence de Cam, elle y arrivait assez facilement, mais elle préférait quand il était là. « Ce que je veux dire, c’est passé plus du temps, juste tous les deux. » Un sourire taquin se dessina sur ses lèvres et elle les colla avec tendresse contre celle de son petit ami. Ce n’était pas la faute de Cam, mais se retrouver juste tous les deux, n’était pas une chose aisée. Charlie vivait en colocation, c’était aussi le cas de Cameron et ils devaient aussi s’occuper de Candice. Mais en même temps, la blonde détestait quand elle passait trop de temps sans la petite rousse. Elle n’aurait jamais pensé pouvoir autant s’attacher un enfant, surtout un qui n’était pas le sien. Déjà qu’elle avait du mal avec l’idée de devenir mère, alors ressentir de l’instinct maternelle avec un enfant qui ne l’était pas le sien, elle ne l’avait pas envisagé. Pourtant, depuis qu’elle connaissait Candice, Charlie avait développé un véritable instinct maternel envers la petite, quand elle n’était pas là, elle n’arrivait pas à être complètement sereine. « Je suis certaine qu’on devrait y arriver. » Ils avaient réussi à s’avouer leurs sentiments, alors réussir à plus se voir, ce n’était finalement qu’une formalité.

L’idée de mettre Cameron à poney était assez amusante. Il n’avait jamais posé ses fesses sur un cheval depuis qu’elle le connaissait, ce qui n’était pas le cas d’Adam qui montait parfois. Il n’avait pas un super bon niveau, mais il arrivait à se débrouiller. Avec l’acquisition de son nouveau cheval, un superbe étalon, il avait eu envie de s’y remettre. Alors pourquoi ne pas faire d’une pierre deux coups, même si la blonde se doutait que les mettre ensemble risquait de rimer avec désastre. « Tu veux quand même pas que je te mette sur le poney de Candy ? Tu vas trainer des pieds ! Mais tu pourrais prendre Sunny ! » Sunny ou le plus grand amour de Charlie comme elle l’aimait le dire, même si pour le coup, elle parlait de son amour équin ! Avec son 1m47, il n’était pas trop petit, mais assez grand pour Cameron soit à l’aise et surtout, il était dressé et relativement facile avec les débutants. « Comme ça, un jour peut-être que tu pourras venir te balader avec nous. » Et ça pourrait faire des journées bien sympa.


✻✻✻


« Plus c’est important, plus on a de mal à se lancer… »
laissa échapper la blonde. A vrai dire, elle doutait de sa capacité à vivre avec quelqu’un d’autre que Cameron. Peut-être parce qu’elle n’avait tout simplement jamais aimé quelqu’un d’autre que lui, difficile donc de s’imaginer vivre une histoire d’amour avec une autre personne. Sans oublier que la jeune femme possédait une personnalité assez affirmée, Charlie pouvait vivre toute seule, cela ne la dérangeait pas contrairement à certains, mais à choisir, elle préférait être avec Cameron et c’était bien le seul à réussir ce petit miracle. Il n’était pas le seul à avoir eu peur, et même encore aujourd’hui, la blondinette craignait la suite de leurs aventures, pour le moment ça allait bien, mais quand serait-il dans quelques mois ? Voir même années ? « Et si je te dis que moi, j’ai peur que tu te lasses de moi… » Charlie avait beau paraitre sûre d’elle, elle n’en était pas moins une demoiselle qui se remettait souvent en question. « Parfois j’ai l’impression que t’es trop bien pour moi, quand tu vas être médecin, tu vas surement rencontrer des filles comme toi. » Intelligentes, capable de se lancer dans des discussions qui elle, l’ennuieraient profondément. Le monde dans lequel Cameron évoluerait ne serait clairement pas le sien, et cela lui faisait peur. Et si, ils évoluaient chacun différemment, voir à l’opposé de l’autre, que se passeraient-ils ? « Alors tu vois, t’ es pas le seul. » Laissa t’elle échapper entre ses lippes rosées. « Mais le plus important, c’est peut-être tout simplement qu’on s’aime. » Et ça, personne pour le moment ne pouvait leur enlever.

✻✻✻
Pour le coup, Charlie avait mis les petits plats dans les grands. Elle avait tout fait pour plaire à Cameron. Pourtant, elle n’arrivait pas à enlever la petite palpitation qui animait son cœur. Et s’il n’aimait pas, s’il trouvait ça trop osé ? Voir pire, s’il ne la trouvait pas jolie… Peut-être qu’elle en faisait trop, qu’elle allait trop vite, mais bien rapidement, en voyant le regard de Cameron balayait son corps dénudé et parsemé uniquement de quelques morceaux de dentelles, elle comprit qu’elle avait parfaitement réussi son coup. Un peu plus et il allait en perdre sa mâchoire. La blondinette se pinça les lèvres, invitant Cameron à la rejoindre sur le lit. Elle n’avait cependant pas prévu que celui-ci se casse alors qu’ils n’avaient même pas encore commencé les hostilités. La demoiselle éclata de rire en voyant la tête de Cameron. « Je te laisse leur expliquer la raison du pourquoi. » Laissa t’elle échapper entre deux éclats de rire. Ils étaient bien les seuls à casser un lit, sans l’avoir mis à contribution. Par contre, ça compliquait grandement leur soirée romantique. Quoique Cam, trouva rapidement une solution, il semblait ne pas être vraiment décidé à faire une croix sur la nuit endiablée que la blonde lui faisait miroité depuis le début de la journée, même s’il venait visiblement de le comprendre que maintenant. Amusée, la blonde étouffa son rire dans le cou du brun qui la cala contre le matelas. Si c’était son cadeau ? « On dirait bien que oui… » Et ça lui avait coûté une petite fortune en y pensant, parce que les jolis sous-vêtements, ce n’est franchement pas donné. Si les mains de Cam se montraient quelque peu baladeuse, celles de la jolie blonde n’étaient pas en reste et partir explorer les fesses de celui-ci. Difficile cependant pour Charlie d’aligner trois mots, quand il la caressait, qui l’embrassait, elle avait tendance à perdre sa langue, pour profiter et surtout apprécier cette intimité qui les unissait désormais et dont elle ne pouvait plus se passer.

✻✻✻

Charlie fut réveillée par les rayons de soleil qui filtraient par le volet. Elle inspira une grande bouffée d’air avant de se tourner pour chercher Cameron. Hélas, pas de traces de son petit ami. La demoiselle grogna avant de se brusquement se redresser. « Oh non » Laissa t’elle échapper avant d’attraper son téléphone. Celui-ci indiquait 11 heures passés, ce qui voulait dire qu’en plus d’avoir manqué l’heure de départ pour le marché, elle avait aussi loupé le déjeuner. Super, pour une première journée en compagnie de la famille de Cam, elle passait pour l’américaine flemmarde qui préférait rester au lit. Elle jura avant de bondir du matelas et enfila rapidement des sous-vêtements avant de passer un short et un top à bretelles blancs. Rapidement, la jolie blonde enfila une paire de nus pieds et sortit de la chambre. Aucun son n’attira son attention et elle descendit les escaliers sur la pointe des pieds. Personne dans le salon, personne dans la cuisine, ils avaient dû partir et la laisser là. Grand bien lui fasse, demain, elle penserait à se réveiller ! « Y a quelqu’un ? » demanda t-elle dans un français plus qu’approximatif, mais sans aucune réponse, elle ouvrit la grande baie vitrée pour sortir à l’extérieur. La chaleur était déjà au rendez-vous, mais ce qui surpris le plus Charlie fut le chant des cigales, elle en avait entendu parlé, mais ne l’avait jamais entendu, c’était assez agréable. C’était paisible, et elle adorait ça, ça lui rappelait le ranch, enfin si on oubliait les chevaux. Avec un sourire sur les lèvres, la demoiselle se laissa tomber sur les escaliers qui partaient de la terrasse pour descendre dans le jardin. Il donnait sur une piscine, elle serait bien aller piquer une tête, mais elle n’était pas chez elle et préféra s’abstenir. Par réflexe elle sortit son téléphone pour envoyer un message à son petit ami, avant de rappeler, qu’elle n’avait pas de forfait à l’international. Elle allait devoir patienter et quoi de mieux pour ça que de repenser à la nuit qu’elle avait passée. Un large sourire se dessina sur ses lèvres, plus ils apprenaient à se connaitre et plus ses émotions s’intensifiaient. C’était simple, elle était heureuse et le serait encore plus quand Cameron réapparaitrait.

_________________
Never Grow Up
⊹I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun.
(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Love is a mutual torture

❝ Family don't end with blood ❞
Love is a mutual torture
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 13/05/2015
›› Commérages : 4571
›› Pseudo : Morrigan (Laurine)
›› Célébrité : Dylan Flawless O'Brien
›› Schizophrénie : Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Way down, we go ✻ CAMIE ✻ ( Ven 15 Sep - 16:19 )



Way down, we go.
CAMIE is in da place

T'as parfois du mal à comprendre toutes les subtilités de la langue de Shakespeare. En même temps, t'as la chance de pouvoir dire que t'es plus scientifique que littéraire et que donc, il peut souvent voir tout le temps s'avérer que tu comprennes la moitié des choses,
si ce n'est pas rien. Charlie veut passer plus de temps avec toi. Bien ! Tu tenteras d'exaucer ses prières mais tu vois mal comment. Tu vois désormais plus souvent la blondinette que ton colocataire. « Ce que je veux dire, c’est passé plus du temps, juste tous les deux. » Oh. « Bien-sûr, ça parait évident. » que tu réponds, non sans te taper de la paume de la main le front. « Je suis certaine qu’on devrait y arriver. » Oui ? Tu offres un petit sourire crispé. « Et on fait quoi de Candice ? » Tu n'allais pas la laisser toute seule quand même. Ou la mettre encore plus de temps à la garderie. Tout ça ne devait déjà pas être très facile à vivre pour elle. D'ailleurs, tu savais même pas pour qui elle te prenait réellement : son grand-frère ? Son deuxième papa ? Encore un autre terme dont tu n'as pas idée actuellement ? « On verra ça plus tard, mhm ? » C'est vos vacances, il faut en profiter comme il se doit. Vous gérerez les problèmes une fois que vous seriez de nouveau sur le sol américain. Car, mine de rien, vous avez aussi des problèmes en France désormais. Charlie voulait faire une balade à cheval. Tu ne sais pas les monter. Bref. Va falloir que l'un de vous deux fassent des efforts et étrangement, tu sens que se sera pour ta poire. Alors si elle veut en faire, d'accord. Mais tu ne monteras pas sur un cheval. Non. Un poney t'ira très bien. « Tu veux quand même pas que je te mette sur le poney de Candy ? Tu vas traîner des pieds ! Mais tu pourrais prendre Sunny ! » Sunny ? Non ! « Non, non, non. Il est trop grand. Et c'est pas grave si mes pieds traînent à terre, ça m'empêchera de tomber. » Puis Candice ne dira rien si c'est toi qui prends son poney. « J'suis pas trop gros pour lui quand même ? » Se serait le comble. « Comme ça, un jour peut-être que tu pourras venir te balader avec nous. » Tu souffles, laisses les lèvres de Charlie mettre fin à ta bonne volonté. « Ok. T'as gagné. J'ferais du cheval. » Et tu plains déjà cette brave bête. Elle va devoir supporter un fou.

✻✻✻

« Plus c’est important, plus on a de mal à se lancer… » Tu dois avouer qu'elle a pas tort. Elle dit même exactement ce que tu penses. « C'est comme faire un saut à l'élastique. » Bon, la comparaison est peut-être pas aussi représentative que tu le voudrais, mais elle fait passer le message. Faut parfois sauter dans le vide et l'inconnu pour obtenir quelque chose en retour. C'est un peu ce que vous aviez fait dernièrement en avouant vos sentiments. « Et si je te dis que moi, j’ai peur que tu te lasses de moi… » Tu rigoles. Charlie avoir peur que tu te lasses ? C'est la meilleure ! « N'importe quoi. » Comment une telle chose pourrait arriver ? « Parfois j’ai l’impression que t’es trop bien pour moi, quand tu vas être médecin, tu vas surement rencontrer des filles comme toi. » Des filles comme toi. Trop bien. Est-ce que la blonde est entrain de se sous-estimer ? Oui, carrément. « Alors tu vois, t’es pas le seul. » C'est ce que tu viens tout juste de comprendre. « Mais le plus important, c’est peut-être tout simplement qu’on s’aime. » Oui, entre-autre. « Tu sais que je pourrais pas me lasser de toi ? » Bon, c'est pas une question qui attends une réponse, mais voilà. Tu attrapes Charlie par les hanches pour la coller à toi. « C'est certain que je vais rencontrer des filles "comme moi". » Y'en a déjà dans ta promotion. « Mais y'en a aucune qui arrive à m'embêter autant que tu ne le fais. » C'est beau l'amour. Vraiment. « Et y'a aussi que toi qui ose planquer mes Princes parce que "ça tue des petits êtres de l'océan !" Alors que c'est absolument pas vrai, mais je ne ré-ouvre pas ce débat. » ais un jour, tu vas bien réussir à savoir où elle les cache. C'est ton but dans la vie. « Je t'aime. » Comme elle avait dit, c'est surtout ce point le plus important. Même que ça mérite un baiser  !

✻✻✻

Avoir des projets le soir, c'est bien. Pouvoir les exécuter, c'est encore mieux. La blonde t'avait fait une belle surprise en portant des sous-vêtement plus que sexy. T'avais maintenant plus qu'une seule idée en tête : les enlever. Ou tout du moins, faire en sorte qu'elle ne les porte pas pour rien. Malheureusement, les plans tombent rapidement à l'eau quand le lit se casse. T'étais maudit. « Je te laisse leur expliquer la raison du pourquoi. » What ? « T'as pas peur toi. » D'accord, tu es très fort en ce qui concerne trouver des excuses. Mais elles fonctionnaient encore mieux quand tu devais préserver le secret. Là, ton cerveau est off et ne sert à rien. Tu avais donc toute la nuit pour trouver quelque chose qui explique le tout. Si toute la nuit correspondait à quelques heures à peine puisque tu n'étais pas prêt de lâcher ton plan de départ. Tu allais profiter de ton ... Cadeau ?« On dirait bien que oui… » Tes yeux pétillent quelques instants et tu t'empares pour la énième fois des lèvres de la blonde. « J'aime bien ce cadeau ... » Comme tous les autres que tu as pu avoir depuis que vous êtes ensemble.

✻✻✻

Tu grognes un peu en sentant les rayons du soleil sur ta peau. T'as chaud. Charlie dans les bras, la couette enroulait autour de ta taille, tu te décales un peu pour pouvoir trouver une nouvelle place tout aussi confortable. Malgré tout, tu n'arrives pas à te rendormir. Dommage, tu seras bien rester encore comme ça pendant plusieurs heures. Le décalage horaire doit avoir eu raison sur ton sommeil. Tu déposes sur le crâne de ta belle et te lèves pour prendre une douche. Cinq minutes plus tard, tu portes ton maillot de bain, un short et un t-shirt et te diriges vers la cuisine. Tes grand-parents sont déjà sur place. Tout est prêt. « Alors cette première nuit ? » que demande Emma, ta grand-mère, en français. « Erhm ... » Tu leurs dis maintenant pour le lit ou plus tard ? Finalement, tu optes pour la deuxième option. Charlie dort toujours. « Super. Merci. » Tu offres un faible sourire avant d'aller les embrasser sur la joue et te joindre à eux pour le petit-déjeuné. Candice ne tarde pas à suivre l'exemple et à déjà réclamer des câlins. « On fait quoi aujourd'hui ? On va voir les poneys ? » Déjà ? « Je pensais que vous voudriez venir au marché. » Ah ! Très bonne idée.« J'habille Candice et on y va. » En une bonne dizaine de minutes, la petite rouquine est prête. Robe sur le dos et petits escarpins aux pieds, elle fait tourner les têtes. Tu passes d'ailleurs par la chambre pour voir si la blonde est réveillée mais elle dort toujours à poing fermé. Tu refermes donc le porte et pars sans elle. Si elle dormait encore à cette heure-ci, c'est qu'elle en avait besoin. Et contrairement à toi, la blonde n'avait pas fermé l’œil durant le vol. T'aurais pas cru apprécier autant le marché. Tu portes deux gros paniers remplis de fruits et de légumes et t'en connais déjà une qui risque de sauter au plafond en voyant tout cela. Elle se fera une joie d'aider Emma à la cuisine pour préparer des repas sains et surtout, sans viande. C'est sans bruit que tu passes la portes d'entrées et dépose le tout sur la table de la cuisine. Candice est encore dans la cours avec tes grands-parents leurs posant dix-milles questions sur les fleurs. Ton regard trouve rapidement la personne que tu cherches, assise sur les marches de la terrasse. T'as envie de t'amuser un peu Tu enlèves tes chaussures et tes vêtements et ne garde que ton maillot de bain. Tu fais bien attention à laisser les objets électroniques sur la table et tu avances à pas de loup vers ta proie. « CHARLIIIIIIIIIE ! » Tu hurles, l'attrapes par la taille et la pousse vers la piscine où vous tombez tous les deux dedans. « Mouahaha. J'ai réussi ! » Et t'es pas peu fière de ton coup. « Tu t'ennuyais ? » Lentement, tu nages pour la rejoindre. « J'ai pas encore dit pour le lit alors ... Chut. Ok ? » Message important transmis, tu peux désormais l'embrasser en signe de bonjour. « Bien dormi ? » Le seul soucis ? Il ne dure que deux secondes parce que tu te mets à hurler, puis à te noyer quand tu sens comme un poisson te toucher dans le dos. « JE VAIS PLUS DANS L'EAU ! » Tu te débats pour sortir indemne de ce combat. Dieu merci, tu arrives à trouver la force pour t'étaler par terre, le cœur et la respiration en pagaille. « C'était quoi ce truc ? » Oh ... Juste Candice qui t'avait frôlé avec ses bouées.

_________________
Like a flower made of iron
Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide i'm not afraid to take a stand, everybody, come take my hand, we'll walk this road together through the storm, whatever weather, cold or warm, just letting you know that you're not alone, holler if you feel like you've been down the same road.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/04/2016
›› Commérages : 571
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : Britt Robertson, la sublime
›› Schizophrénie : Avalon la jolie brune et Noah le romancier a ses heures perdues & Adam, le veto sexy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Way down, we go ✻ CAMIE ✻ ( Aujourd'hui à 0:11 )



Way down, we go.
CAMIE is in da place

Que c’est calme, apaisant. Charlie n’a jamais entendu le chant des cigales et elle s’en délecte. Petite, elle se souvient avoir lu Marcel Pagnol. Un auteur français qui racontait sa jeunesse dans ses livres. Jamais elle n’aurait lu une seule page de la gloire de mon père, si sa prof de l’époque, la très sévère miss Camber ne leur avait pas fait étudié pendant un semestre. Elle avait tout de suite aimé ce livre, l’histoire, l’environnement, la famille, les souvenirs d’enfance. Le jeune d’enfance innocente qui n’est plus possible à l’heure actuelle, dans ce monde rongé par la mondialisation. Mauvaise élève en générale, Charlie se montrait doué dans seulement deux matières : La littérature et la philosophie. Marcel Pagnol lui avait permis de décrocher un joli 17, sûrement l’une des meilleures notes de sa vie, pour dire son très grand niveau. Assise sur le rebord de la terrasse, Charlie avait l’impression de revivre quelques moments du livre, quand elle avait ressenti ses moments de bien être, perdue dans ce monde presque magique de la Provence. Elle aurait bien aimé pouvoir apercevoir le Garbalan, le sommet qui surplombe la ville d’Aubagne et dont l’auteur parlait dans son livre. En tout cas, ces vacances commencent bien et la jolie blonde se sent à l’aise dans cet environnement ensoleillé. Nul doute, qu’elle y reviendrait avec plaisir, à part si elle arrive à se faire détester dans les jours qui viennent, mais elle ne voit pas comment elle y arriverait. Les grands parents de Cameron sont particulièrement gentils et pour le moment elle s’entend même très bien avec Emma. Perdue dans ses pensées, la blonde ne voit pas du tout arrivée Cameron. Heureusement pour lui, parce que si ça avait été le cas, elle l’aurait sûrement assassiné. Dire qu’elle est en train de profiter des rayons de soleil et qu’il ose l’attraper pour la balancer dans la piscine. La blonde hurle comme si sa vie en dépendait, mais cela n’empêche pas son petit ami de la laisser tomber dans la piscine. L’eau lui parait glacé et elle songe pendant quelques secondes à jouer la fille électrocutée, mais se ravise, c’est pas très drôle, elle peut trouverait un meilleur moyen de se venger. Battant des jambes, Charlie remonte à la surface pour prendre une grande goulée d’air. Ses cheveux blonds lui recouvrent les yeux, l’obligeant à passer sa main sur son visage pour les retirer et ainsi retrouver la vue. Autant dire qu’il y en a un qui est fier de lui. « Si je m’ennuyais ? » De lui ? oui, mais tout de suite là, elle n’a pas vraiment envie de lui dire. « Non ! » Voilà qui est dit. « Je pensais aux nombres d’enfants qu’on aurait et à nos futurs petits enfants, j’aimerais bien me marier ici,c’est tellement jolie. » La mine rêveuse la blonde se rapproche de Cameron qui vient de prendre peur à cause de la bouée de Candice. Il est toujours aussi courageux cela va sans dire. « Coucou Candice. » Tendrement Charlie embrasse la petite avant de la faire tourner dans sa bouée ce qui déclenche une petite crise de rire. Délicatement, elle passe ses bras autour de Cameron avant de l’embrasser. « C’était gentil de me laisser dormir et si tu veux que je réponde vraiment à ta question…. Oui tu m’as manqué. » Il a quand même de la chance, elle est bien lunée ce matin. « En fait, hier soir, j’ai pas eu le temps de tout te dire. » Il fallait absolument qu’elle lui parle de son idée : A savoir emménager ensemble, en espérant que cela ne le stress pas trop, mais connaissant le phénomène, ça risquait d’être le cas. « J’aimerai… » Avant de finir sa phrase, la blonde pousse de toute ses forces le brun qui disparait sous l’eau. Héhé, bien fait, alors qu’elle continue sa tentative de vengeance, elle aperçoit la grand-mère de Cameron qui vient de sortir à l’extérieur. « Bonjour Emma » Hurla Charlie en tendant de garder son petit ami la tête sous l’eau. Il lui a fait boire la tasse, c’est à son tour maintenant. Rapidement, elle abandonne l’idée, parce qu’elle sent rapidement qu’il reprend le contrôle. Alors la blonde se contente de regagner avec élégance le rebord de la piscine pour se hisser sur celui-ci et en sortir. « J’y vais, faut que je parle du lit à Emma. » Un sourire amusé se dessine sur les lèvres de la jolie blonde qui tourne les talons en direction de la maison. Sur le coup, elle le fait marcher, elle ne risque pas d’aborder le sujet, c’est trop génant.

Elle retrouve la grand-mère de Cameron dans la cuisine. « Vous êtes allés au marché ! » Les légumes sont superbes et Charlie n’a plus qu’une idée en tête, les dévorer. « Je me change et je viens vous aider. » Oui parce que pour le moment, elle dégouline. La blonde monte les escaliers 4 à 4 et enlever ses affaires dans la chambre, elle enfile une jolie robe d’été et dépose ses vêtements trempés sur la rambarde de leur petit balconnet avant de redescendre retrouver tout le petit monde qui se trouve dans la cuisine. Amusée, elle s’approche de Cameron avant de poser ses lèvres sur sa joue. « Alors qu’est-ce qu’on fait aujourd’hui ? » Quoi ? Comment ça ? Bon d’accord, peut-être qu’elle a décidé de le faire un peu mariner, sur ce qu’elle veut lui dire, mais ça c’est pour le coup de la piscine.

_________________
Never Grow Up
⊹I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun.
(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: Way down, we go ✻ CAMIE ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Way down, we go ✻ CAMIE

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers :: Around the world
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération