Way down, we go ✻ CAMIE

 :: postcard for far away :: Lieux divers :: Around the world
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Love is a mutual torture

❝ Family don't end with blood ❞
Love is a mutual torture
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 13/05/2015
›› Commérages : 4471
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Dylan Flawless O'Brien
›› Schizophrénie : Shane Hollister (Jack Falahee), Joyce Hamilton (Selena Gomez), Ryan Oakley (Chris Wood), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Way down, we go ✻ CAMIE ✻ ( Mar 4 Juil - 13:27 )



Way down, we go.
CAMIE is in da place

La tête dans la penderie, t’avais pas pensé, mais genre absolument pas que Candice te ferait des caca nerveux de ce genre. Dans un sens, tu pouvais facilement comprendre qu’elle ait peur. C’était la première fois qu’elle prenait l’avion. Tout comme toi. Elle devait sentir ton petit stress. Et d’un autre côté, tu te disais qu’elle exagérait peut-être un peu aussi. « La robe rouge ! » Meh. Tu venais pas de lui dire qu’il y avait suffisamment de robe dans sa valise ? Tu souffles, va t’asseoir sur le lit princesse de ta petite sœur. Vous n’alliez jamais vous en sortir. « Candy, tu as déjà une dizaine de robe. Faut prendre autre chose … » Elle commence à faire les yeux doux. Nope. Tu ne craqueras pas devant cette bouille. « Mais j’aimerai mettre ma robe rouge. » Okai. Tu te pinces l’arrête du nez. Ça fait déjà trois robes qu’elle te sort la même excuse. C’est plus possible. Elle n’avait pris que des habits pour l'été. Rien s'il pleuvait ou s'il faisait frais. « Pourquoi t'irais pas réveiller Charlie pendant que je finis ta valise, mhm ? » C'est un bon compromis à tes yeux. Fallait encore que la rousse accepte. « On prends ma robe rouge ? » Très bien. On la prends. Tu acquiesces, Candice te sourit, te gratifie même d'un baiser sur la joue avant de sortir de sa chambre pour rejoindre la tienne. T'avais demandé à la blonde de rester pour la nuit. C'était plus simple de partir de chez toi que de chez elle. Puis, bon, t’avais du lui avouer que t'avais pas fait grand chose concernant les bagages. Oui, t'étais à la traîne mais ... D'accord. T'avais pas de véritable excuse. T'avais juste retardé l'échéance jusqu'à ne plus pouvoir le faire. Lentement, tes mains se mettent à chercher dans la penderie tout ce dont Candice allait avoir besoin. Des chaussures, un ou deux jeans, des t-shirt, des gilets. Des sous-vêtements. Des bijoux ! Faut pas que tu les oublie, sinon, elle va faire une petite crise. Bien. Autre chose ? Tu ne penses pas. Hier soir, tu avais déjà fait ta valise, pris les produits de toilettes. Bon. Bah voilà ! Plus qu'à fermer. Rester plus qu'a aller jusqu'a l'aéroport. Et de dire bonjour à Charlie qui se trouve dans la cuisine. « JE SUIS PREEEEEET ! » que tu hurles comme un cri de Victoire avant de te souvenir que tu ne portes qu'un simple caleçon et un vieux t-shirt. « Rectification. Presque prêt. » Tu offres un petit sourire avant de te diriger vers la blonde et de l'embrasser, sous les applaudissements de la petite fille. « Bien dormi ? » Tu replaces une mèche de cheveux, et lui murmure à l'oreille. « T'as bavé cette nuit ! » Tu repars en rigolant et en volant un pain au chocolat. Tu croques un grand bout, d'ailleurs. « J'vais me laver et on se met en route. On doit être à la gare dans une heure et demi. »

Pour ne déranger personne, vous aviez prévu de prendre un train qui vous emmènerez directement à New-York, afin de prendre par la suite l'avion pour la France. Pour la première fois, tu vas fouiler un autre pays que celui américain. T'es exité et apeuré en même temps. Valise dans chaque main, tu laisses les deux demoiselles passaient devant toi et discuter. Charlie a les billets dans son petit sac à dos, tu la laisses gérer. Elle semble savoir quoi faire. Vous achetez des boissons en attendant l'embarcation. T'as deux livres avec toi. Un pour te décontracter pendant les six/sept heures de vol. Un autre, que tu lis depuis déjà quelques jours, sur la France : les lieux à découvrir, les restaurants sympatoche. Bref. Y'a de tout et tu comptes bien t'en servir. Se serait bête de l'avoir acheter pour rien. Une fois dans l'avion, Candice veut absolument se mettre à côté de la fenêtre. Très bien. Tu laisses Charlie a côté. Et tu finis la ranger. « Je t'aime. » que tu susurres dans le creux de l'oreille de la blonde, en lui prenant la main. Tu te souviens plus exactement la suite. Mais t'es presque sur que tu as fini par t'endormir sur l'épaule de la blonde. Quand tu ouvres les yeux, vous êtes sur le point d'atterrir. Enfin !

Les valises récupérés, tu cherches du regard deux visages connus. Tes grands parents. Ça faisait tellement longtemps que vous ne vous étiez pas revus en chair et en os que quand tu les vois enfin, t'as les larmes aux yeux. Tu cours presque les rejoindre et les prendre dans tes bras. Ça fait du bien de les retrouver. Surtout ici, en France. « Laissez-moi vous présenter Candice. » Tu te retournes, prends la petite rousse dans les bras et lui demande de faire un bisous aux grand-parents (Emma et François). Bien entendu, elle joue à la timide et resté scotché à ton cou. C'est pas grave, elle se détendra plus tard. « Et, vous connaissez dejà Charlie, ma petite-amie. » Bien-sûr qu'ils la connaissaient. Tu avais du leur casser les pieds, plus jeune, en ne faisant que de leur dire Charlie par-ci, Charlie par-là. Les pauvres, ils avaient eu du courage de te supporter. « Il était temps. » qu'avoues la grand-mère en prenant dans ses bras la blonde. « Mamie ... » C'est pas le moment pour faire des remarques de ce genre et te mettre mal-à-l'aise. « On va voir la tour échelle ? » Tu éclates de rire. « Ouais, on va aller voir la Tour Eiffel. Et après, on évite Paris. » T'avais promis à la petite rouquine qu'elle verrait ce monument. Mais tu avais aussi promis à Charlie de ne pas rester en ville. Tes grands-parents avaient une petite maison dans le Sud, pas très loin de la mer et assez reculé pour que vous soyez tranquille. Se sera parfait.

_________________
Like a flower made of iron
Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide i'm not afraid to take a stand, everybody, come take my hand, we'll walk this road together through the storm, whatever weather, cold or warm, just letting you know that you're not alone, holler if you feel like you've been down the same road.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/04/2016
›› Commérages : 560
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : Britt Robertson, la sublime
›› Schizophrénie : Avalon la jolie brune et Noah le romancier a ses heures perdues & Adam, le veto sexy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Way down, we go ✻ CAMIE ✻ ( Jeu 6 Juil - 17:15 )



Way down, we go.
CAMIE is in da place

Son reveil avait sonné depuis quelques minutes déjà, mais la jeune femme n’était pas encore prête à se lever. C’était de la faute à Cameron, il avait qu’à l’avoir laissé tranquille cette nuit. A cause de lui, elle n’arrivait tout simplement pas à se lever. Pourtant, un large sourire se dessina sur son visage quand les souvenirs de sa nuit passé lui revinrent en mémoire. Peut-être qu’elle n’avait pas beaucoup dormi, mais ça en avait valu le coup. Elle sentit quelqu’un sauté sur son lit et compris qu’il s’agissait de Candice. « Charlie ! Debout ! » Rhaa, c’était bon, elle pouvait dire adieu au lit de Cameron. Grimaçant, la blondinette se redressa pour poser son regard sur Candice qui était déjà habillé et visiblement pressé de commencer leur grand voyage vers la France. « Viens… » Attrapant sa main, la petite se mit à la tirer et Charlie se laissa gentiment faire avant de poser avec tendresse ses lèvres sur le front de la rouquine. Elle qui avait toujours dit qu’elle détestait les gosses, avait bien changé depuis sa rencontre avec Candice et ce n’était peut-être pas plus mal. Après une douche rapide, la demoiselle enfile une robe décontractée bleu lavande avec une paire de basket blanche. Elle n’oublie pas non plus de prendre un joli chapeau. Il parait qu’il fait chaud en ce moment en France et puis Cameron lui a bien préciser que ses grands-parents habités dans le Sud de la France. Ce qui veut dire que dans quelques temps, elle va débarquer dans le pays de Marcel Pagnol !!!! Si ce n’est pas la classe. Mais ce qu’elle avait surtout retenu, c’est qu’ils vivaient en Camargue et qui disait Camargue disait chevaux !!! Autant dire que la blonde avait déjà supplié Cameron pour aller monter à cheval dans une manade. C’était un peu un rêve de gosse et peut-être même qu’elle pourrait aller galoper sur la plage ! Pour le moment, fallait déjà qu’elle prenne son petit déjeuner, mais si rapidement après s’être lever, Charlie avait tout sauf faim. Elle se rabattit donc sur une pomme et commença à la déguster en attendant que Cameron face son apparition. Il était passé où ? . « JE SUIS PREEEEEET ! » Outch, elle grimace, il peut pas hurler moins fort dès le matin. « Mouis je vois ça. » dit-elle alors qu’elle fixe le boxer du brun. En soit, cela ne la dérange pas vraiment, mais ce n’est peut-être pas la tenue appropriée pour prendre l’avion. « Bien dormi ? » Délicatement, elle passe ses bras autour du cou de Cameron pour approfondir leur baiser. « Tu m’as pas vraiment laissé dormir, mais ça va… » Elle a réussi à recharger ses batteries et c’est finalement ce qui compte. « T'as bavé cette nuit ! » Quoi !!! Pfff il manquait de romantisme. « Très bien, t’as qu’à dormir tout seul ! » hurle t’elle dans la cuisine pour qu’il l’entende. Bon d’accord, elle ne mettra jamais cette menace à exécution, mais ça lui fait du bien de le dire.

C’est bon, ils sont enfin dans l’avion, dans quelques temps, ils vont décoller pour la France. Charlie aurait bien pris la place avec le hublot, mais Candice fut plus rapide qu’elle. Pas grave, elle arrivait à voir ce qui se passait de toute manière. La main de Cameron se glissa dans la sienne et ses lèvres s’approchèrent de son oreille. « Je t'aime. » Le cœur de la blonde bondit dans sa poitrine comme à chaque fois qu’il lui disait ses trois petits mots. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu’elle se retournait pour lui faire face. « Même si je bave ? » Oui, elle n’avait pas oublié ce petit détail, mais bien rapidement, ses lèvres s’emparèrent de celle du brun. « Je t’aime aussi. » Et c’était bien ça le plus important. Cameron s’endort rapidement et Charlie se déplace de manière à ce qu’il puisse prendre appuie contre elle. Comme quoi, c’était lui qui supportait moins leur nuit courte. Elle rit intérieurement avant de sortir un jeu de carte. Faut pas oublier que Candice n’a que six ans et qu’un voyage un avion pour elle, c’est très long. Alors Charlie a prévu de quoi l’amuser. Si bien que le voyage se déroule assez rapidement, même si Charlie commence à se sentir à l’étroite deux heures avant qu’ils touchent enfin le sol français. Elle n’y croit pas, elle est à Paris !!! Autant dire qu’elle est quelque peu surexcitée ! Sa main s’enroule autour de celle de Candice. Cameron lui s’occupe des valises et il est hors de question qu’elle lâche la petite rouquine dans un aéroport, pas avec tous les malades qui traînent ! Elle ne la lâche qu’une fois que Cameron à retrouver sa famille et qu’elle est certaine que Candice ira d’un point A à un point B. Naturellement, Charlie reste un peu en retrait, elle ne veut pas briser leurs retrouvailles, ce moment leur appartient. « Et, vous connaissez dejà Charlie, ma petite-amie. » Allez c’était le moment de faire bonne impression. « Bonjour ! Je suis enchantée de vous rencontrer. » Elle tente de parler français et de ne pas écorcher la langue de Molière. Elle doit avoir marquer des points car les grands parents de Cameron répondent avec convivialité. Super, elle avait une trouille bleue de ne pas se faire accepter. Après tout, c’était la seule famille qui restait à Cameron et elle voulait leur faire bonne impression. « Il était temps. » Emma, venait de marquer un point. « C’est ce que je lui dis aussi ! » Oui, parce qu’il avait traîné à lui avouer ses sentiments, heureusement qu’elle avait pris les devants ! = zbaf =

« Oh regarde Candice, c’est l’arc de triomphe ! » Collée contre la vitre de la voiture en compagnie de la petite rouquine, Charlie découvre avec joie la capitale parisienne. Bon d’accord, elle préfère la campagne, mais pour un jour elle est franchement heureuse de pouvoir découvrir Paris. Un taxi finit par les déposer près de la Tour Eiffel. « Elle est vachement grande ! » Bon d’accord, elle devait avoir l’air d’une parfaite idiote. Attrapant Candice dans ses bras, elle utilise son autre main pour attraper celle de Cameron. Vu comme ça, ils ont vraiment l’air d’une petite famille. Certains gens les regardent d’ailleurs, peut-être qu’ils les trouvent trop jeune pour avoir une petite fille, mais Charlie n’y fait franchement pas attention, parce qu’elle, elle est heureuse. Quand Emma et son mari, leur propose de les prendre en photo, la blonde n’hésite pas à se coller à Cameron pour offrir son plus beau sourire à l’objectif, et juste avant que le petit clic ne retentisse, elle se tourne pour l’embrasser. Ils ont aucune photo où ils s’embrassent, problème résolu. « Attendez, c’est à vous, maintenant ! » Charlie donne Candice à Cameron et pousse Emma et François à les rejoindre. Faut bien qu’eux aussi est une photo avec leur petit fils, qui n’est plus si petit. « Dites Ouistiti ! » Et hop, photo dans la boite. Son séjour ne fait que commencer, mais déjà la blonde est aux anges !

_________________
Never Grow Up
⊹I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun.
(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Love is a mutual torture

❝ Family don't end with blood ❞
Love is a mutual torture
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 13/05/2015
›› Commérages : 4471
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Dylan Flawless O'Brien
›› Schizophrénie : Shane Hollister (Jack Falahee), Joyce Hamilton (Selena Gomez), Ryan Oakley (Chris Wood), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Way down, we go ✻ CAMIE ✻ ( Dim 16 Juil - 22:03 )



Way down, we go.
CAMIE is in da place

Tu tiens plus en place. Ce voyage, ça faisait maintenant plusieurs mois que tu en rêvais. Aujourd'hui, tout se concrétisait : les valises se faisaient, vos corps semblaient prendre conscience du futur décalage horaire. Tu tenais plus. T'étais branché sur l'électricité, à moins que tu ne fonctionnes au diesel. T'es une vrai pile électrique depuis que t'es rentré hier soir. Charlie a du probablement t’assommer dans le lit pour que tu arrives à fermer un minimum les yeux. Quoi qu'il en soit, faut que tout le monde soit prêt rapidement, se serait assez embêtant de rater l'avion. « Tu m’as pas vraiment laissé dormir, mais ça va… » Mhm ? Tu fais mine de réfléchir. T'es pourtant sur de l'avoir vu dormir un minimum. Pas suffisamment, au vu de ses propos. « Ça te dérangeait pas, à ce que je sache ... » Si la blonde n'avait pas été d'accord, elle ne t'aurait pas laissé continué. Hors, elle n'avait pas dit non et son corps avait répondu positif à toutes tes caresses. Néanmoins, tu remets les compteurs à zéro : Ta petite-amie bave quand elle est dans les bras de Morphée, et les tiens par la même occasion. « Très bien, t’as qu’à dormir tout seul ! » Piqué ! Tu lui offres un petit sourire taquin. Tu rigoles, bien-sûr. Il est dix fois plus probable que se soit toi qui finisse avec une jolie bave autour de la bouche après une bonne nuit de sommeil qu'elle. Mais c'était tout de même rigolo comme réaction. Trêve de plaisanterie ! Tu cours dans ta salle de bain pour te faire une petite beauté et tu t'habilles en quatrième vitesse. Il ne faut pas perdre de temps. T'es bien le genre de personne à arriver devant les portes de l'appareil pour te rendre compte que l'heure de décollage était deux heures plus tôt. Au moins, avec quatre d'avances, il n'y aurait pas ce soucis. Et tu as bien fait ! Vous vous retrouvez bien vite assis dans cet avion que vous emmènera tous les trois en France et tu ne peux qu'être joie et bonheur à la fois. « Même si je bave ? » Tu opines de la tête et dépose un baiser furtif sur ses lèvres. « Même si tu baves. » Elle pourrait même faire autre chose que tu l'aimerais toujours, ta Charlie. « Je t’aime aussi. » Ahow. Ces simples mots suffisent à te rendre béat. Tu finis par poser ta tête sur son épaule et à t'endormir. Le vol sera moins long.

Vous ne perdez pas une seule seconde. A peine atterrit que vous allez tous les trois chercher les valises et que vous cherchez tes grands-parents à la sortie de la douane. Il te faut un léger moment avant de les voir. Bordel ! T'as un petit pincement au cœur en te disant que t'aurais du venir ici avec ta mère, comme vous en aviez toujours parlé. Et pourtant, t'es tout aussi heureux d'arriver en France avec Charlie et Candice. T'aurais jamais cru cela possible, il y encore une petite année. T'aurais jamais pu te permettre de partir de la sorte, de quitter tes amis et de venir jusqu'ici seul. T'étais bien plus content d'être accompagné. Ça t'évitait de te mettre à pleurer de joie. Candice aurait posé deux fois trop de questions autrement. « Bonjour ! Je suis enchantée de vous rencontrer. » Tes lèvres s'étirent en voyant que la blonde fait des efforts pour parler français. C'est toi où elle vient de gagner en sexytude ? Non, tu rêves pas. « Il était temps. » Diantre ! Mamie Emma, elle y va de bon train. « C’est ce que je lui dis aussi ! » Charlie aussi ? C'est bon, t'es mort. Heureusement que ton grand-père est là pour te soutenir. Lui aussi, il a vécut en étant le seul homme de la maison. Il pourra certainement te donner quelques conseils fort bien utile durant le voyage en voiture. « Oh regarde Candice, c’est l’arc de triomphe ! » Si Candice pose son nez sur la vitre, t'en es pas loin de faire la même chose, du même côté qu'elle, affalé sur Charlie. « Pardon, mais je vois rien de ma fenêtre. » La prochaine fois, tu prends le côté gauche. Candice semble avoir tout compris pour tout voir sans devoir jouer des coudes et de la tête. T'es pas trop dans l'architecture et le reste, mais tu dois avouer que Paris, ça en jette quand même. Et t'as même l'impression de ressembler à une fourmis quand t'as devant toi la fameuse tour Eiffel. « Elle est vachement grande ! » Oh que oui ! « Elle me donne le tournis. » Tu ferais peut-être mieux de regarder le sol avant de vraiment te sentir mal. Mais la main tiède et ferme de Charlie dans la tienne te fait redescendre de tous les étages. Tu l'as rapproche de toi, dépose un petit bisous sur le front de ta petite sœur et fait de même avec Charlie. C'est à ce même moment qu'Emma le propose de prendre une photo. Vous acceptez avec plaisir. Faut bien que tu charries Adam et Aiden en rentrant avec quelque chose. Et une jolie phot ou vous vous embrassez. « Tu joues la romantique maintenant ? » Il faut croire que oui. « Attendez, c’est à vous, maintenant ! » A qui ? Tu te retrouves avec la rousse dans les bras qui te colle qui cache son visage dans ton cou et tes grands-parents juste derrière toi. « Dites Ouistiti ! » Bon ben ... « Ouistiti ! » Et une deuxième photo dans la mémoire de l'appareil. « Est-ce qu'on peut prendre Candice pendant une petite heure ? On aimerait lui montrer quelques petites choses. » Les yeux tendres et doux de ta grand-mère te font directement craquer. « Oui, bien-sûr. On se rejoint ici ? » Elle confirme par un petit coup de tête avant de partir main dans la main avec Candice et François. Tu te tournes vers Charlie. « Champs de mars ? » Tu n'es pas certain d'avoir la force de marcher vite pour visiter pleins de monuments. « Où tu préfères monter en haut de cette gigantesque Tour Eiffel ? » Y'a certes un peu de queue, donc de l'attente, mais t'espère qu'en une heure, c'est faisable. Tu poses tes deux mains sur les hanches de Charlie pour la rapprocher et l'embrasser tendrement. « J'vais t'embrasser toutes les dix secondes tellement je suis heureux ! » Oui, ceci est une excuse. « Tu sais on est quel jour, au faite ? » Tu laisses un petit sourire sur tes lèvres. Ouais, tu l'avoues. C'est toi qui avait demandé cette heure de liberté sans Candice dans les bras. « Ça fait cinq mois ... » que tu souffles. « Et comme j'ai pas été des plus présents dernièrement, à cause des examens, toussa, toussa ...  » Tu fais un petit signe de la man, roule des yeux, parce que mine de rien, ça t'avait permis de valider ton année de médecine. « Je me suis dis qu'un petit cadeau pourrait compenser le tout. » Tu cherches une petite boîte dans ta poche. Loin de toi l'idée de la demander en mariage. C'était tout de même un peu tôt. Par contre, avec l'aide de Milka, t'avais pu lui acheter ça : Un petit bracelet avec quelques pendentifs. « Je t'aime. » Et tu ne le diras peut-être jamais suffisamment pour que cela se grave à jamais dans sa mémoire.

_________________
Like a flower made of iron
Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide i'm not afraid to take a stand, everybody, come take my hand, we'll walk this road together through the storm, whatever weather, cold or warm, just letting you know that you're not alone, holler if you feel like you've been down the same road.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/04/2016
›› Commérages : 560
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : Britt Robertson, la sublime
›› Schizophrénie : Avalon la jolie brune et Noah le romancier a ses heures perdues & Adam, le veto sexy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Way down, we go ✻ CAMIE ✻ ( Ven 21 Juil - 0:52 )



Way down, we go.
CAMIE is in da place

Paris, une ville pleine de promesses, connue de partout dans le monde pour sa qualité de vie et pour son romantisme. Charlie n’avait jamais rêvé d’y vivre, elle rêvait au contraire de campagne et de nature. Mais pour une journée, voire deux, elle pouvait apprécier, surtout qu’elle était en compagnie de Cameron, de sa famille et de la mignonne petite Candice. Désormais, la blondinette éprouvait pas mal de difficultés à se séparer de la petite rousse. Elle se voyait mal vivre sans elle. Ce qui n’était pas trop surprenant, vu que depuis le tout départ, elle s’en occupait beaucoup. Si au départ, elle avait eu quelques difficultés à se mettre dans la peau d’une adulte pour faire face au regard d’une enfant et surtout être à la hauteur. Aujourd’hui, elle n’avait plus aucun souci avec cet exercice. La jeune femme était heureuse de ce petit voyage, encore plus de le faire avec les deux personnes les plus importante de sa vie. Si elle craignait au départ de ne pas s’intégrer facilement, les grands parents du brun la mirent à l’aise en quelques secondes. Maintenant, elle était quasiment certaine que le reste de ce voyage se passerait très bien. Il lui tardait de découvrir la maison des grands parents du brun qui se trouvait dans le sud de la France. Mais pour le moment, ils étaient à Paris, et ils allaient en profiter. Malgré le décalage horaire et cette nuit très courte, Charlie débordait d’énergie. Elle avait envie de courir partout. Elle voulait aller voir la tour Eiffel, Versailles, bon d’accord, surtout les écuries, Notre Dame de Paris (Peut-être qu’elle pourrait y voir Quasimodo et Esmeralda =zbaf= ), le sacré cœur ! Et certainement d’autres monuments dont elle avait oublié l’existence, mais pour le moment, c’était séances photos. Bien lovée dans les bras de Cameron, la blondinette était bien décidée à immortaliser leur première photo de couple. Et pour ça, rien de mieux que de poser ses lèvres sur celles de Cameron. « Tu joues la romantique maintenant ? » Oui, peut-être. « On dirait bien… » dit-elle avant de l’embrasser une fois de plus. « Et ça ne fait que commencer… » Mouais elle avait prévu plein de choses romantiques… « Ça doit être Paris … » Ou Charlie était déjà romantique, mais elle ne le montrait pas trop… Sauf que plus le temps passait et plus elle était à l’aise avec cette partie de personnalité qu’elle n’avait jusqu’à là, pas vraiment eu le temps de découvrir. « Je t’aime » lui murmura t’elle à l’oreille avant de le libérer pour le rendre à ses grands-parents. Hors de question que la blondinette ne prenne pas une photo de leurs retrouvailles, c’était tout simplement impensable. Ils ne se voyaient pas souvent, alors il fallait immortaliser ces quelques moments où la distance n’était plus qu’un lointain souvenir.

« Est-ce qu'on peut prendre Candice pendant une petite heure ? On aimerait lui montrer quelques petites choses. » Oh bha non, c’était dommage qu’ils se séparent. Le seul souci, c’est qu’entre le temps que Charlie comprenne la phrase et qu’elle cherche ses mots pour répondre en français. Les grands parents et la petite Candice avaient déjà fait volteface. « C’est dommage… » La blonde ne voulait pas que Cameron soit séparé de ses grands-parents à cause d’elle. Ils avaient sûrement voulu les laisser en amoureux. « On aurait pu visiter avec eux. » Surtout qu’ils devaient connaitre pas mal de trucs, sans oublier qu’ils parlaient bien français et ça rassurait assez la brune. « Champs de mars ? » Elle jeta un coup d’œil derrière eux avant de se lover contre son petit ami. « Où tu préfères monter en haut de cette gigantesque Tour Eiffel ? » Ils étaient là, hors de question qu’ils ne fasse que la regarder. « Viens on y va !!! Je suis trop impatiente de voir la vue. » La jeune femme enlaça ses doigts avec ceux de Cameron. « On pourra voir tout Paris de là-haut. » Un large sourire se dessina sur ses lèvres, qu’est-ce qu’elle était heureuse d’être ici, avec lui. . « J'vais t'embrasser toutes les dix secondes tellement je suis heureux ! » Hmmm… C’est vrai ? Elle se mordit les lèvres avant de passer ses bras autour du cou du brun. « Peut-être que tu pourrais recommencer, ça fait déjà 10 secondes. » Attention, la blonde risquait de se montrer pointilleuse… Surtout pour les bisous. « Tu sais on est quel jour, au faite ? » Hmm peut-être bien… d’ailleurs elle avait prévu un petit quelque chose pour ce soir. « On dort où ce soir ? » Ils dormaient sur Paris, sur la route ? Non parce qu’elle avait prévu quelques petites choses qui ne prenaient pas de place, et ce n’était pas uniquement son bikini. « J’ai un cadeau pour toi.. » Pour fêter leurs cinq mois, mais la jeune femme n’avait pas été la seule à avoir eu cette idée. « C’est quoi !!! » Un large sourire se dessina sur ses lèvres et elle attrapa la boite qui lui tendit. « T’aurais pas dû… » Mais c’était bien qu’il les fait. « C’est un pandora ? » Gosh, elle adorait ses bracelets. « T’as mis un cheval et un dauphin et un cœur comme charms… » C’était trop mignon, le cœur c’était Cameron, le cheval c’était son chronos et le dauphin, c’était parce qu’elle les adorait.. « Merci… » Il était parfait … et n’aurait sûrement pas pu trouver mieux. La blonde lui sauta au cou pour l’embrasser une nouvelle fois… « Mets le moi ! » Et c’était un ordre. Elle lui tendit et attendit avec impatience qui lui accroche au poignet. « Il est trop joli » Elle en était folle. « Attends, je vais prendre une photo et l’envoyer à Miky, elle va être verte de jalousie ! » Et sans prendre une seconde, elle envoya la photo à sa meilleure amie. Une fois fait, la blondinette rangea son téléphone dans son sac. « Allez viens on y va… »

Charlie était en forme, peut-être un peu trop. « Allez Cam ! » Arrivée tout en haut des escaliers, elle encourait son meilleur ami et petit copain qui semblait sérieusement commencer à fatiguer. Bon d’accord… peut-être qu’elle avait mis trop d’en train à monter les marches. « Viens, on voit tout d’ici ! » Une fois Cameron arrivait à sa hauteur, elle le tira derrière elle, direction un endroit sans trop de monde pour voir la magnifique vue de la capitale française. « C’est superbe !!! Je suis tellement contente qu’on soit ici.» Abandonnant la vue, elle se retourna pour enrouler une nouvelle fois ses bras autour du brun. « Je suis heureuse avec toi tu sais. » Même quand monsieur lui faisait des crises de jalousie… En fait, elle était totalement folle de lui. « On en a pris du temps. » Vraiment trop, mais heureusement, ce n’était pas trop tard, parce que maintenant, ils étaient ensemble et Charlie avait confiance dans leur avenir à deux.

_________________
Never Grow Up
⊹I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun.
(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Love is a mutual torture

❝ Family don't end with blood ❞
Love is a mutual torture
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 13/05/2015
›› Commérages : 4471
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Dylan Flawless O'Brien
›› Schizophrénie : Shane Hollister (Jack Falahee), Joyce Hamilton (Selena Gomez), Ryan Oakley (Chris Wood), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Way down, we go ✻ CAMIE ✻ ( Hier à 19:49 )



Way down, we go.
CAMIE is in da place

Si de base, vous étiez plus ou moins expressif en ce qui concerne vos sentiments l'un pour l'autre, aujourd'hui, c'est légèrement différent. C'est du romantisme, de la joie de vivre à l’état pure. C’était beau. C’était mignon. On devait vous prendre pour un couple tout juste marié vu que vous ne restiez pas plus de cinq secondes séparés l'un de l'autre. Cette petite facette de Charlie était quelque peu nouvelle. Tu l'aimais bien. Peut-être même un peu trop. Elle était encore plus mignonne que d’habitude et si tu le pouvais, tu lui demanderais de rester ainsi toute sa vie. Mais tu sais d'avance que ses râlements te manqueraient, de même que ses petites crises. « On dirait bien… » Tu ne réponds que par un simple sourire. « Et ça ne fait que commencer… » Alors tu as vraiment hâte de découvrir la suite. « Ça doit être Paris … » Probablemént. « Me dis pas qu'on doit venir vivre ici pour être ainsi. Je suis pas sûr d'aimer suffisamment la France pour venir y habiter. » A vrai dire, il avait peur de ne plus arriver à se faire d'amis. Il avait ses habitudes à Cap Harbor : se lever, envoyer un SMS à Charlie, faire un gros câlin à Candice, taquiner Aiden ... Même Mikayla et Adam faisaient partie de ses petites choses que tu ne voulais pas abandonner. « Je t’aime » Et c'est tout à fait réciproque. Charlie ne doit avoir aucun doute sur cela. Tes yeux ressemblent constamment à deux cœurs dès qu'elle est auprès de toi. Et c'est parce que vous étiez partie en ce jour si spécial des Etats-Unis que tu avais demandé à tes grands-parents pour avoir une petite heure en tête à tête avec ton "n'amoureuse" comme le dit si bien Candice. Ils avaient acceptés avec plaisir. Mamie Emma pensant certainement que tu demanderais sa main, secrètement. Tu le suppose puisqu'elle t'as demandé si tu avais bien le coffret renfermant le cadeau. « C’est dommage… » pourquoi ? Vous étiez à deux. « On aurait pu visiter avec eux. » Aussi. Mais ils auraient le temps juste après. « Ils veulent sûrement apprendre à la connaitre. Ça doit pas être facile pour eux. » Tu considérais Candice comme ta véritable soeur. Mais t'es grands-parents, est-ce qu'ils la voyaient comme leur petite fille. « Ils sont pas au courant pour mon père alors si on pouvait éviter ce sujet. » T'en parlé plus. C'etait desormais du passé. Tu souffrais plus à cause de lui. T'étais bien plus libre. Mais t'avais pas été fichu d'avouer tout ce qui s'etait passé dans ton ancienne maison à tes grands-parents. Ils auraient compris que leur fille, que ta mère, avait vécut la même chose. Enfin. Il te fallait oublier maintenant et pour cela, rien de mieux que de bouger et de profiter de cette heure de liberté. « Viens on y va !!! Je suis trop impatiente de voir la vue. » Tu rigoles, la suit, main dans la main. « Peut-être que tu pourrais recommencer, ça fait déjà 10 secondes. » Un sourire en coin, tes deux mains prennent en coupe le visage de poupée de Charlie et tu l'embrasses le plus tendrement possible. « On va quand même essayer de tenir plus que dix secondes. On va pas faire ça pendant une heure ... » Meme si ça ne te dérange pas le moins du monde. « On dort où ce soir ? » Heu ... Drôle de question. « Je sais pas. A la maison, je suppose. Pourquoi ? » Elle etait déjà fatiguée ? Toi, t'as pas à te plaindre. Tu as recharger presque entièrement tes batteries pendant le vol. « J’ai un cadeau pour toi.. » Non ? « Et il faut un lit ? » T'as une petite étincelle dans les yeux. T'as envie de savoir ce qu'elle prépare. Et puis, la demoiselle n’était pas la seule à avoir prévue un cadeau. Toi aussi, tu en avais un. « C’est quoi !!! » Tu hausses plusieurs fois les sourcils. Surprise, surprise ! Tu plonge la main dans une poche et en sort le boîtier. Il renferme un très jolie bracelet. « T’aurais pas dû… » Mais si. « Si. J'ai été un peu exécrable dernièrement. » Alors c'est un cadeau d'excuse et de cinq mois passés ensemble. « C’est un pandora ? » Possible. « Je sais pas. On m'a soufflé le nom d'un site et j'ai trouvé ça super mignon. » Merci Milka ! . « T’as mis un cheval et un dauphin et un cœur comme charms… » Tu souris comme un parfait idiot. « J'avais pensé mettre un professeur aussi ... Mais je me suis dit que ça serait une faute de goût. » Bon, d'accord, tu la taquines. « Merci… » Mais de rien. « Mets le moi ! » Avec plaisir. «  Et voila ! » Le bracelet la met en valeur. « Il est trop joli » « Tout comme toi. » mais c'est que t'es un vrai charmeur. « Attends, je vais prendre une photo et l’envoyer à Miky, elle va être verte de jalousie ! » Tu rigoles. « Elle l'a déjà vu ... Mais oui, elle est verte de jalousie. » Surtout pour le charme cheval. Elle voulait meme le piquer. « Elle voulait même me soudoyer pour que je devienne son petit ami méga super génial ... » Tu souris un peu, sachant parfaitement que tu ne crois pas un seul mot de ce que tu racontes. « J'ai refusé, tu t'en doutes, en lui disant que je t’étais destiné. » Du coup, ça mérite un énorme baiser de la mort qui tue. « Allez viens on y va… » D'accord. « Pitié, on prends l'ascenseur. »

Malheureusement, Charlie n'avait pas respecté ta demande. C'est donc à pied, avec la seule force de vos jambes que vous escaladez la fameuse Tour Eiffel. « Allez Cam ! » Maaaaaais. Comment qu'elle fait. Tu vas t’écrouler sur le sol. « Je ... Peux ... Plus respirer. » Voila. Dernière marche gravie. Tu peux mourir le plus théâtralement possible. « Viens, on voit tout d’ici ! » Charlie t'attrape la main et te traîne vers un coin tranquille. T'es toujours essouflé comme jamais mais tu peux savourer le paysage. « C’est superbe !!! Je suis tellement contente qu’on soit ici.» Et toi donc. « Heureusement que c'est beau. J'aurais récupéré mon cadeau sinon. » Parce que te faire monter autant de marches ... Sans que tu sois préparé. C’était presque de la torture. « Je suis heureuse avec toi tu sais. » Alors que tu étais plongé dans la contemplation du paysage, tu te tournes directement vers Charlie. « C'est vrai ? » C’était tellement inattendu qu'elle te dise quelque chose comme cela. « Je ferais en sorte que tu sois toujours heureuse. » même si parfois, il y aura quelque bas. Comme toujours, tu te dis que tu feras en sorte de les commencer par des plus. « On en a pris du temps. » Tu rigoles et glisse tes mains sur ses hanches. « Mais tu me faisais peur, aussi. » Pas dans le sens que tu étais effrayé mais elle ne semblait tellement pas ressentir des choses pour toi que tu voulais pas tout gâcher. « J'avais peur de plus t'avoir dans ma vie. » Que se soit en amie ou même en petite-amie. « Photo ! Et après on va devoir redescendre. Ils vont nous attendre. » Tu sors ton portable et prends au moins une vingtaine de photos. Puis, main dans la main, vous redescendez pour rejoindre Candice et tes grands-parents. Vous flânez dans des petites boutiques pour acheter des souvenirs. Ou, plus précisément, des cadeaux pour Candice, et vous prenez la route vers la sud, direction la maison des vacances.

Bagages dans les bras, tu déposes ceux à Candice dans sa chambre et laisse Emma s'occupait d'elle. Les deux femmes semblent déjà accro l'une à l'autre. Ton grand-père te dit de te reposer de la route, il s'occupe de faire le repas du soir. Tu as bien envie d'une douche. Tu entres dans la chambre, ne trouve pas Charlie. Elle est où ? Tu mets les valises dans un coin, va dans la salle de bain et commence à te déshabiller avant de te souvenir que tu avais tout laisser dans la chambre en ce qui concerne le nécessaire à toilette. Tu ouvres la porte, te dirige vers ta valise, l'ouvre et prends ce que tu recherches. Tu te retournes, prêt à revenir sur tes pas mais une Charlie sauvage est apparut. Ta trousse de toilette se retrouve à cacher tes parties intimes. « J'allais prendre un bain. » Mais bizarrement, t'en as plus si envie que ça. « Ermh. » Monsieur mal-a-l'aise, le retour. « Tu veux pas fermer tes yeux juste deux secondes, s'te plait ? » Étrangement, elle accepte de le faire sans demander pourquoi. Tu cours vers elle, l'embrasse. « C'est pas bien de mater quand moi je peux pas. »

_________________
Like a flower made of iron
Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide i'm not afraid to take a stand, everybody, come take my hand, we'll walk this road together through the storm, whatever weather, cold or warm, just letting you know that you're not alone, holler if you feel like you've been down the same road.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: Way down, we go ✻ CAMIE ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Way down, we go ✻ CAMIE

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers :: Around the world
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération