Das ist eine Männerwelt ✻ andrea & julian

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 22/05/2017
›› Commérages : 133
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jake cutie pie McDorman
›› Schizophrénie : devon ✻ le gérant du blue lagoon, tombeur de ses dames ; luke ✻ l'agent de sécurité, au cœur brisé ; aurora ✻ l'héritière égocentrique et névrosée.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Das ist eine Männerwelt ✻ andrea & julian ✻ ( Sam 22 Juil - 21:06 )


Das ist eine Männerwelt
Ohne Licht auf dunklen Wegen ganz allein. Meine Umgebung wächst doch ich bleib klein. Zu viel getrunken und zu wenig gelacht. Nichts mehr gegessen und die Nächte durch gemacht. Warum blick ich nur auf, wenn's keiner sieht ? Warum blick ich nur auf, wenn es dich nicht mehr gibt ? Ein neuer Tag beginnt, eine neue Hoffnung, ein erneutes Ende für mich. Wieder ein Kapitel doch meine Rolle stirbt für dich. Jetzt lass schon los, denn ich muss gehen !



Les yeux rivées sur son téléphone, le jeune homme parcourait les pages sportives, pour dénicher les dernières informations du mercato estival. Ces derniers temps, le jeune homme n'avait pas eu l'occasion de suivre les transferts du football et il rattrapait ce qu'il avait raté. Le jeune homme s'intéressait surtout aux transferts allemands. Malgré son retour aux États-Unis, le jeune homme n'avait pas cessé de suivre le championnat de l'outre-Rhin. Lorsqu'il pouvait se le permettre, Julian regardait les matchs malgré le décalage horaire. Mais bref. Il devait avouer qu'il était plutôt mécontent du travail fait par les coachs actuels du Bayern. Il ne pigeait pas ce que les dirigeants étaient en train de faire. Et il était plutôt agacé. Il avait presque envie de faire le trajet jusqu'à Munich pour faire comprendre le fond de sa pensée à papy Ancelotti. Ce qui ne servirait pas à grand-chose, mais au moins, ça libérerait ses nerfs. Agacé, le jeune homme soupira et laissa tomber son téléphone. C'est bien connu, le football, c'est mauvais pour les nerfs il suffit de voir le compte Twitter de Cindy les jours de match. En revanche, ce qui était bon pour les nerfs, c'était les soirée entre potes. Et vu la journée qu'il avait eu aujourd'hui, une soirée entre potes ne serait pas de refus. Julian aurait bien voulu enfermer sa patronne dans un placard jusqu'à la fin de la journée pour éviter de devoir supporter son caractère bien trempé. C'était rare qu'elle y parvienne, mais ça arrivait. Et dans ces cas là, Julian avait besoin de décompresser. Le jeune homme réfléchit un instant, avant de reprendre son portable. Non pas pour recommencer à pester sur le mercato, mais pour envoyer un SMS. Ce fut à Andrea que le jeune homme écrivit. Depuis qu'ils se connaissaient, tous les deux étaient devenus très proches. Probablement parce qu'ils se ressemblaient beaucoup. Ils étaient pareils, semblables. Ils avaient la même façon de penser. C'était sans doute pour cette raison qu'ils étaient devenus aussi proches aussi rapidement. Andrea était devenu son meilleur ami. Il passait pas mal de ses soirées avec lui, souvent devant le sport ou devant un verre. Enfin plutôt devant une bouteille. Voir deux. Voir … Enfin bref, vous avez compris. Le jeune homme n'eut pas à attendre trop longtemps avant d'avoir une réponse de son ami. Il était disponible. Parfait. Au moins, Julian n'aurait pas besoin de passer la soirée avec Moriarty. En parlant de cette sale bête, il était certain que le chat était encore en train de monter un plan tordu pour assassiner son maître. Julian était persuadé que cette saleté de chat avait pour unique but de provoquer sa mort. Non, il n'était pas  paranoïaque. Ce chat était diabolique. Et pour éviter de s'attirer les foudres du démon, le jeune homme prit soin de remplir sa gamelle de croquettes et la seconde d'eau avant de monter se changer. Une demi-heure plus tard, le jeune homme installé dans sa voiture, conduisait vers chez Andrea, un pack de bière sur le siège passager. S'il se faisait arrêter par les flics, il n'avait pas la moindre idée de comment il allait justifier ça. Par chance, il n'avait pas besoin de se poser la question, puisqu'il gara bientôt sa voiture devant l'habitation du jeune homme. Son pack de bière sous le bras – oui, encore, Julian est le livreur de bières officiel de vos soirées – le jeune homme frappa à la porte pour se signaler et entra sans y avoir été invité. Oui, il était comme ça. Aucun respect. Sans surprise, il trouva Andrea qui l'attendait dans son salon. C'est tout l’intérêt de s'annoncer avant de débarquer à l'improviste. Ça évite de surprendre les gens dans des situations compromettantes. Non ça ne sent pas le vécu. « Salut mec,ça va ? », demanda-t-il en serrant sa main. L'idée même de passer la soirée avec son meilleur pote suffisait à détendre le jeune homme. En fait, tout ce qui lui permettait de sortir la sorcière aux cheveux noirs de son esprit suffisait à lui faire du bien. Et encore, quand il ne la croisait pas dans un bar, en dehors de son travail. Mais passons ce détail sous silence. Julian a déjà été suffisamment humilié pour l'instant. « J'ai apporté le ravitaillement », annonça-t-il en posant le pack de bière sur la table basse. Comme à chaque fois que Julian allait quelque part, il n'arrivait pas les mains vides. A croire qu'il stockait cinquante packs de bières dans sa cave. Le jeune homme s'installa sur  le canapé à côté de son meilleur pote. Voilà. La soirée improvisée pouvait commencer. « Alors, quoi de neuf ? », questionna-t-il. Parce que quitte à s'incruster, il était tout à fait normal qu'il prenne des nouvelles. Pendant qu'il était encore temps. Parce qu'avec eux deux, on savait généralement comment la soirée commençait, mais rarement comment la soirée finissait.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 18/06/2017
›› Commérages : 97
›› Pseudo : getget (gaëtane)
›› Célébrité : Tyler Blackburn
›› Schizophrénie : sevan martell, holia millson, ness mathews, clyde rashmi
›› more about me

Re: Das ist eine Männerwelt ✻ andrea & julian ✻ ( Sam 5 Aoû - 17:12 )

julian&andy ⊹ Enfant Andrea avait des dizaines et des dizaines d’amis.  Du moins il considérait chaque personne qui pouvait rire à un de ses gags comme un potentiel ami. A l’époque les notions de confiance et de loyauté lui était totalement étrangère. Son but était juste d’amuser la galerie. Il était le pitre de service, celui qui faisait perdre 15 minutes de cours tous les jours, celui qui faisait rire toute sa classe en imitant la maîtresse avant que celle-ci ne pointe le bout de son nez, celui qui se portait toujours volontaire pour aller au tableau mais seulement pour y faire des dessins obscènes. Il était le pire cauchemar des professeurs mais le meilleur ami de pas mal d’élèves. Puis avec le temps le cercle social autour de lui à fini par se restreindre. On disait de lui qu’il était immature, idiot, agaçant. « Il ne s’arrête jamais il est chiant ! » ou encore « On est tranquille seulement lorsqu’il se fait virer » étaient les phrases qu’il entendait de plus en plus souvent. Pourquoi tout le monde lui tournait le dos ainsi tout d’un coup ? L’adolescent ne comprenait pas, il avait pourtant l’impression d’être toujours le même alors pourquoi soudain ne les intéressait-il plus ? Et bien c’était finalement ça le problème justement et c’est grâce à une discussion avec sa mère qu’il le comprit. Ce jour-ci elle lui expliqua que les personnes qui riaient à ses bêtises autrefois avait grandi et que lui aussi devait grandir désormais. Sous entendu qu’il devait arrêter son petit jeu de cap ou pas cap, arrêter les blagues, les défis. Pour lui cela signifier arrêter de rire et ainsi arrêter de vivre. Parce que les autres ont changés il devrait changer également ? Cette idée lui semblait complètement absurde. Il n’avait pas l’intention de changer pour plaire. S’il ne devait garder que trois personnes dans son cercle amical et bien qu’il en soit ainsi. Il s’en contenterait. Aujourd’hui il n’a plus autant d’amis qu’avant c’est vrai mais il est assez fier de ceux qu’il a car il sait que s’ils sont là c’est parce qu’ils ont des points communs. Des choses qui les rassemble et c’est finalement ça qui lui importe le plus. Julian est un de ceux-là. Julian c’est son meilleur ami. A leur rencontre les deux garçons se sont très vite trouvés de nombreux points communs. Et parmi ceux-là, leur passion pour les soirées.

Le son de son portable vibrant sur le parquet sorti Andrea de son activité de dessin. Vous vous demandez certainement pourquoi son portable est par terre ? Et bien tout simplement parce que actuellement il est allongé par terre en train de faire tout un tas de dessin. Et la nouvelle question, pourquoi s’allonger par terre et pas sur un lit ou même s’asseoir sur une chaise à une table comme tout personne normale. Et bien parce que pourquoi pas voila tout. Il pose son crayon et regarde alors le message qu’il vient de recevoir. Julian veut venir passer la soirée à l’appartement. Une petite soirée tranquille entre potes. Andy ne peut pas dire non, il sait que cela lui fera le plus grand bien. Ce n’est que quelques heures plus tard alors qu’il a transféré son corps sur le canapé que Julian fait son entrée dans l’appartement sans que le brun n’ai eu le temps de dire quoi que ce soit. De toute manière Andrea ne se serait pas levée pour aller lui ouvrir, il aurait simplement crié du bout de la pièce que c’était ouvert. Il y a bien longtemps que les deux ne se font plus de tel politesse et puis en plus l’un comme l’autre ils sont un peu chez eux lorsqu’ils sont chez l’autre. « Salut mec,ça va ? » Le brun sert tend la main à son ami puis décide finalement de lever ses petites fesses pour les décaler de quelques centimètres afin de laisser de la place à Julian. « Bah ça va pas mal et toi ? » Lorsqu’Andrea vit le pack de bière que Julian avait amené un large sourire se dessina sur son visage. « J'ai apporté le ravitaillement » C’est un peu leur cadeau mutuelle quotidien à tous les deux. Chaque fois qu’ils se voient ils ramènent un pack de bière. « Putain t’as bien fait ma sœur à presque vidé mon frigo l’autre soir » Bon en même temps elle avait une bonne raison puisqu’il avait osé lui parler de sa tentative de suicide, et pas de la façon la plus délicate qui soit. Mais elle aurait tout de même pu re remplir son frigo. Comment pouvait-il vivre lui avec seulement trois bières dans son frigo ? Le brun attrapa son briquet sur la table basse et sortit deux bouteilles du pack, les ouvrit et en tendit une à son meilleur ami. « Ouais, je commencais à me déshydrater sur mon canapé alors ne perdons pas de temps » Il but alors une grande gorgée avant de s’allumer une nouvelle cigarette. Ayant fini la précédente quelques minutes à peine avant que Julian ne fasse son apparition dans l’appartement.  « Alors, quoi de neuf ? » A part sa dispute avec Mia et sa petite discussion avec l’ex petite amie de sa défunte sœur ? Pas grand-chose « J’ai croisé la meuf d’Alaska l’autre soir. Je déteste cette nana, elle parle d’elle comme si elle la connaissait depuis sa naissance. Merde elles ont juste passé quelques mois ensemble dans ce fichu centre » Peut-être étais-ce une mauvaise idée d’amener le sujet Bird sur la table. La preuve en est en quelques secondes il avait déjà réussi à s’énerver. « Enfin bref puis je me suis disputée avec Mia aussi parce que je lui ai dit un truc à la con mais sa c’est arrangée » Voila finalement tout était assez bien résumé. « Ah oui et je suis en train de faire des dessins pour la BD d’un pote tu veux voir ? » Ce n’était rien de bien sérieux, cette bande dessinée ne serait certainement jamais publiée mais Andy était assez fier de montrer ses créations. D’autant plus que Julian est l’une des seule personne au courant de sa passion pour le dessin. « Et toi alors ? Tu n’as toujours pas enfermé ta sorcière dans un placard ? » Julian lui parle constamment de sa patronne, de ce qu’elle lui fait « subir » pourtant il ne semble pas si malheureux que ça le petit Finchy.

_________________
Je ne me doutais pas encore que ce jour où tu m'avais dis que chaque fois que je verrais les étoiles je penserai à toi tu m'avais jeté une malédiction. Et depuis quand la nuit règne et que les étoiles brillent, c'est mes larmes qui brillent tout autant. — .
Revenir en haut Aller en bas

Das ist eine Männerwelt ✻ andrea & julian

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération