Das ist eine Männerwelt ✻ andrea & julian

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 22/05/2017
›› Commérages : 229
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jake cutie pie McDorman
›› Schizophrénie : Devon Oakley (Sebastian Stan) ✻ Luke Durbeyfield (Tom Austen) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Georgiana Lewandowski (Shelley Hennig) ✻ Evan Pryce (Patrick J. Adams).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Das ist eine Männerwelt ✻ andrea & julian ✻ ( Sam 22 Juil - 21:06 )


Das ist eine Männerwelt
Ohne Licht auf dunklen Wegen ganz allein. Meine Umgebung wächst doch ich bleib klein. Zu viel getrunken und zu wenig gelacht. Nichts mehr gegessen und die Nächte durch gemacht. Warum blick ich nur auf, wenn's keiner sieht ? Warum blick ich nur auf, wenn es dich nicht mehr gibt ? Ein neuer Tag beginnt, eine neue Hoffnung, ein erneutes Ende für mich. Wieder ein Kapitel doch meine Rolle stirbt für dich. Jetzt lass schon los, denn ich muss gehen !



Les yeux rivées sur son téléphone, le jeune homme parcourait les pages sportives, pour dénicher les dernières informations du mercato estival. Ces derniers temps, le jeune homme n'avait pas eu l'occasion de suivre les transferts du football et il rattrapait ce qu'il avait raté. Le jeune homme s'intéressait surtout aux transferts allemands. Malgré son retour aux États-Unis, le jeune homme n'avait pas cessé de suivre le championnat de l'outre-Rhin. Lorsqu'il pouvait se le permettre, Julian regardait les matchs malgré le décalage horaire. Mais bref. Il devait avouer qu'il était plutôt mécontent du travail fait par les coachs actuels du Bayern. Il ne pigeait pas ce que les dirigeants étaient en train de faire. Et il était plutôt agacé. Il avait presque envie de faire le trajet jusqu'à Munich pour faire comprendre le fond de sa pensée à papy Ancelotti. Ce qui ne servirait pas à grand-chose, mais au moins, ça libérerait ses nerfs. Agacé, le jeune homme soupira et laissa tomber son téléphone. C'est bien connu, le football, c'est mauvais pour les nerfs il suffit de voir le compte Twitter de Cindy les jours de match. En revanche, ce qui était bon pour les nerfs, c'était les soirée entre potes. Et vu la journée qu'il avait eu aujourd'hui, une soirée entre potes ne serait pas de refus. Julian aurait bien voulu enfermer sa patronne dans un placard jusqu'à la fin de la journée pour éviter de devoir supporter son caractère bien trempé. C'était rare qu'elle y parvienne, mais ça arrivait. Et dans ces cas là, Julian avait besoin de décompresser. Le jeune homme réfléchit un instant, avant de reprendre son portable. Non pas pour recommencer à pester sur le mercato, mais pour envoyer un SMS. Ce fut à Andrea que le jeune homme écrivit. Depuis qu'ils se connaissaient, tous les deux étaient devenus très proches. Probablement parce qu'ils se ressemblaient beaucoup. Ils étaient pareils, semblables. Ils avaient la même façon de penser. C'était sans doute pour cette raison qu'ils étaient devenus aussi proches aussi rapidement. Andrea était devenu son meilleur ami. Il passait pas mal de ses soirées avec lui, souvent devant le sport ou devant un verre. Enfin plutôt devant une bouteille. Voir deux. Voir … Enfin bref, vous avez compris. Le jeune homme n'eut pas à attendre trop longtemps avant d'avoir une réponse de son ami. Il était disponible. Parfait. Au moins, Julian n'aurait pas besoin de passer la soirée avec Moriarty. En parlant de cette sale bête, il était certain que le chat était encore en train de monter un plan tordu pour assassiner son maître. Julian était persuadé que cette saleté de chat avait pour unique but de provoquer sa mort. Non, il n'était pas  paranoïaque. Ce chat était diabolique. Et pour éviter de s'attirer les foudres du démon, le jeune homme prit soin de remplir sa gamelle de croquettes et la seconde d'eau avant de monter se changer. Une demi-heure plus tard, le jeune homme installé dans sa voiture, conduisait vers chez Andrea, un pack de bière sur le siège passager. S'il se faisait arrêter par les flics, il n'avait pas la moindre idée de comment il allait justifier ça. Par chance, il n'avait pas besoin de se poser la question, puisqu'il gara bientôt sa voiture devant l'habitation du jeune homme. Son pack de bière sous le bras – oui, encore, Julian est le livreur de bières officiel de vos soirées – le jeune homme frappa à la porte pour se signaler et entra sans y avoir été invité. Oui, il était comme ça. Aucun respect. Sans surprise, il trouva Andrea qui l'attendait dans son salon. C'est tout l’intérêt de s'annoncer avant de débarquer à l'improviste. Ça évite de surprendre les gens dans des situations compromettantes. Non ça ne sent pas le vécu. « Salut mec,ça va ? », demanda-t-il en serrant sa main. L'idée même de passer la soirée avec son meilleur pote suffisait à détendre le jeune homme. En fait, tout ce qui lui permettait de sortir la sorcière aux cheveux noirs de son esprit suffisait à lui faire du bien. Et encore, quand il ne la croisait pas dans un bar, en dehors de son travail. Mais passons ce détail sous silence. Julian a déjà été suffisamment humilié pour l'instant. « J'ai apporté le ravitaillement », annonça-t-il en posant le pack de bière sur la table basse. Comme à chaque fois que Julian allait quelque part, il n'arrivait pas les mains vides. A croire qu'il stockait cinquante packs de bières dans sa cave. Le jeune homme s'installa sur  le canapé à côté de son meilleur pote. Voilà. La soirée improvisée pouvait commencer. « Alors, quoi de neuf ? », questionna-t-il. Parce que quitte à s'incruster, il était tout à fait normal qu'il prenne des nouvelles. Pendant qu'il était encore temps. Parce qu'avec eux deux, on savait généralement comment la soirée commençait, mais rarement comment la soirée finissait.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 18/06/2017
›› Commérages : 129
›› Pseudo : getget (gaëtane)
›› Célébrité : Tyler Blackburn
›› Schizophrénie : sevan martell, holia millson, ness mathews, clyde rashmi
›› more about me

Re: Das ist eine Männerwelt ✻ andrea & julian ✻ ( Sam 5 Aoû - 17:12 )

julian&andy ⊹ Enfant Andrea avait des dizaines et des dizaines d’amis.  Du moins il considérait chaque personne qui pouvait rire à un de ses gags comme un potentiel ami. A l’époque les notions de confiance et de loyauté lui était totalement étrangère. Son but était juste d’amuser la galerie. Il était le pitre de service, celui qui faisait perdre 15 minutes de cours tous les jours, celui qui faisait rire toute sa classe en imitant la maîtresse avant que celle-ci ne pointe le bout de son nez, celui qui se portait toujours volontaire pour aller au tableau mais seulement pour y faire des dessins obscènes. Il était le pire cauchemar des professeurs mais le meilleur ami de pas mal d’élèves. Puis avec le temps le cercle social autour de lui à fini par se restreindre. On disait de lui qu’il était immature, idiot, agaçant. « Il ne s’arrête jamais il est chiant ! » ou encore « On est tranquille seulement lorsqu’il se fait virer » étaient les phrases qu’il entendait de plus en plus souvent. Pourquoi tout le monde lui tournait le dos ainsi tout d’un coup ? L’adolescent ne comprenait pas, il avait pourtant l’impression d’être toujours le même alors pourquoi soudain ne les intéressait-il plus ? Et bien c’était finalement ça le problème justement et c’est grâce à une discussion avec sa mère qu’il le comprit. Ce jour-ci elle lui expliqua que les personnes qui riaient à ses bêtises autrefois avait grandi et que lui aussi devait grandir désormais. Sous entendu qu’il devait arrêter son petit jeu de cap ou pas cap, arrêter les blagues, les défis. Pour lui cela signifier arrêter de rire et ainsi arrêter de vivre. Parce que les autres ont changés il devrait changer également ? Cette idée lui semblait complètement absurde. Il n’avait pas l’intention de changer pour plaire. S’il ne devait garder que trois personnes dans son cercle amical et bien qu’il en soit ainsi. Il s’en contenterait. Aujourd’hui il n’a plus autant d’amis qu’avant c’est vrai mais il est assez fier de ceux qu’il a car il sait que s’ils sont là c’est parce qu’ils ont des points communs. Des choses qui les rassemble et c’est finalement ça qui lui importe le plus. Julian est un de ceux-là. Julian c’est son meilleur ami. A leur rencontre les deux garçons se sont très vite trouvés de nombreux points communs. Et parmi ceux-là, leur passion pour les soirées.

Le son de son portable vibrant sur le parquet sorti Andrea de son activité de dessin. Vous vous demandez certainement pourquoi son portable est par terre ? Et bien tout simplement parce que actuellement il est allongé par terre en train de faire tout un tas de dessin. Et la nouvelle question, pourquoi s’allonger par terre et pas sur un lit ou même s’asseoir sur une chaise à une table comme tout personne normale. Et bien parce que pourquoi pas voila tout. Il pose son crayon et regarde alors le message qu’il vient de recevoir. Julian veut venir passer la soirée à l’appartement. Une petite soirée tranquille entre potes. Andy ne peut pas dire non, il sait que cela lui fera le plus grand bien. Ce n’est que quelques heures plus tard alors qu’il a transféré son corps sur le canapé que Julian fait son entrée dans l’appartement sans que le brun n’ai eu le temps de dire quoi que ce soit. De toute manière Andrea ne se serait pas levée pour aller lui ouvrir, il aurait simplement crié du bout de la pièce que c’était ouvert. Il y a bien longtemps que les deux ne se font plus de tel politesse et puis en plus l’un comme l’autre ils sont un peu chez eux lorsqu’ils sont chez l’autre. « Salut mec,ça va ? » Le brun sert tend la main à son ami puis décide finalement de lever ses petites fesses pour les décaler de quelques centimètres afin de laisser de la place à Julian. « Bah ça va pas mal et toi ? » Lorsqu’Andrea vit le pack de bière que Julian avait amené un large sourire se dessina sur son visage. « J'ai apporté le ravitaillement » C’est un peu leur cadeau mutuelle quotidien à tous les deux. Chaque fois qu’ils se voient ils ramènent un pack de bière. « Putain t’as bien fait ma sœur à presque vidé mon frigo l’autre soir » Bon en même temps elle avait une bonne raison puisqu’il avait osé lui parler de sa tentative de suicide, et pas de la façon la plus délicate qui soit. Mais elle aurait tout de même pu re remplir son frigo. Comment pouvait-il vivre lui avec seulement trois bières dans son frigo ? Le brun attrapa son briquet sur la table basse et sortit deux bouteilles du pack, les ouvrit et en tendit une à son meilleur ami. « Ouais, je commencais à me déshydrater sur mon canapé alors ne perdons pas de temps » Il but alors une grande gorgée avant de s’allumer une nouvelle cigarette. Ayant fini la précédente quelques minutes à peine avant que Julian ne fasse son apparition dans l’appartement.  « Alors, quoi de neuf ? » A part sa dispute avec Mia et sa petite discussion avec l’ex petite amie de sa défunte sœur ? Pas grand-chose « J’ai croisé la meuf d’Alaska l’autre soir. Je déteste cette nana, elle parle d’elle comme si elle la connaissait depuis sa naissance. Merde elles ont juste passé quelques mois ensemble dans ce fichu centre » Peut-être étais-ce une mauvaise idée d’amener le sujet Bird sur la table. La preuve en est en quelques secondes il avait déjà réussi à s’énerver. « Enfin bref puis je me suis disputée avec Mia aussi parce que je lui ai dit un truc à la con mais sa c’est arrangée » Voila finalement tout était assez bien résumé. « Ah oui et je suis en train de faire des dessins pour la BD d’un pote tu veux voir ? » Ce n’était rien de bien sérieux, cette bande dessinée ne serait certainement jamais publiée mais Andy était assez fier de montrer ses créations. D’autant plus que Julian est l’une des seule personne au courant de sa passion pour le dessin. « Et toi alors ? Tu n’as toujours pas enfermé ta sorcière dans un placard ? » Julian lui parle constamment de sa patronne, de ce qu’elle lui fait « subir » pourtant il ne semble pas si malheureux que ça le petit Finchy.


Je ne me doutais pas encore que ce jour où tu m'avais dis que chaque fois que je verrais les étoiles je penserai à toi tu m'avais jeté une malédiction. Et depuis quand la nuit règne et que les étoiles brillent, c'est mes larmes qui brillent tout autant. — .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 22/05/2017
›› Commérages : 229
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jake cutie pie McDorman
›› Schizophrénie : Devon Oakley (Sebastian Stan) ✻ Luke Durbeyfield (Tom Austen) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Georgiana Lewandowski (Shelley Hennig) ✻ Evan Pryce (Patrick J. Adams).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Das ist eine Männerwelt ✻ andrea & julian ✻ ( Mar 5 Sep - 10:28 )


Das ist eine Männerwelt
Ohne Licht auf dunklen Wegen ganz allein. Meine Umgebung wächst doch ich bleib klein. Zu viel getrunken und zu wenig gelacht. Nichts mehr gegessen und die Nächte durch gemacht. Warum blick ich nur auf, wenn's keiner sieht ? Warum blick ich nur auf, wenn es dich nicht mehr gibt ? Ein neuer Tag beginnt, eine neue Hoffnung, ein erneutes Ende für mich. Wieder ein Kapitel doch meine Rolle stirbt für dich. Jetzt lass schon los, denn ich muss gehen !



Julian avait toujours été doué pour se faire des amis. Probablement parce que c'était une grande gueule, en quelque sorte. Quand il était jeune, s'il se faisait beaucoup d'amis, c'était parce qu'il était musicien. Mais il avait toujours eu l'habitude d'être entouré et c'était ce qui lui plaisait. Il n'était pas du genre à s'enfermer chez lui à jouer à la console. Non qu'il avait un quelconque problème contre l'idée de jouer à la console bien entendu. Mais si on lui laissait le choix entre geeker ou sortir boire des verres avec des potes, son choix était vite fait. Enfin sauf bien entendu s'il y avait du foot à la télé, ça changeait la donne. Il avait toujours été quelqu'un de très sociable. Une journée passée à ne rien faire était une journée de perdue pour lui. Il n'était certainement pas de ces gens qui passaient le dimanche dans leur lit à regarder des séries télévisées. S'il pouvait effectivement se poser devant un ou deux épisodes, à un moment ou à un autre, il fallait qu'il fasse autre chose, ne serait-ce que regarder cette même série télévisée avec quelqu'un d'autre. C'était sa façon d'être. Alors plutôt que de passer la soirée chez lui à ne rien faire, Julian cherchait chaque jour des personnes à voir, pour bien s’entourer. Il devait bien avouer qu'il aimait bien être entouré, que ce soit par le groupe qu'il formait avec Paul, Joan, Ophelia et les autres, par Liv, par Holia. Mais surtout par Andrea. C'était devenu son meilleur pote à peu près au moment où ils s'étaient rencontrés. Il adorait passer du temps avec lui parce qu'ils étaient pareils. Avec lui, Julian n'avait pas besoin d'être ce qu'il n'était pas. Souvent, il entendait qu'à son âge, il devrait mûrir, arrêter de passer son temps à faire la fête et à enchaîner les conquêtes. A son âge, on se posait dans une relation sérieuse, on commençait à parler mariage et bébés, on avait un travail sérieux. Mais Julian n'était pas intéressé par tout cela. Il s'en fichait qu'on le prenne pour un petit con immature, il voulait continuer à s'amuser et à faire la fête. Pas qu'il n'y avait que cela dans sa vie. Il pouvait se contenter d'une soirée au calme avec des amis, mais il n'aimait pas vivre seul. Andrea lui ressemblait pas mal de ce côté. Ils avaient le même humour limite, la même envie de ne pas se forcer à mûrir, la même passion pour la fête. C'était pour cette raison qu'ils s'entendaient si bien. Ce n'était certainement pas Julian qui risquait de faire des remarques à Andrea sur son attitude et vice-versa. Et c'était tant mieux. Les amis qui nous ressemblaient le plus étaient ceux dont on était le plus proche, telle était la philosophie de Monsieur Finch. Bref. Comme à son habitude et comme s'il était chez lui, le jeune homme avait fait son entrée chez Andrea, pour le trouver posé sur son canapé. Bien. Parfait. Voilà qui prédisait une petite soirée entre potes, comme il les aimait. Autant des fois il aimait se rendre dans des bars pour faire la fête, autant se poser tranquillement autour d'une bière pour discuter n'était pas de refus non plus. Bref, Julian n'était pas difficile quoi. Du moment qu'il était avec ses potes, il était heureux. En guise de salut, le jeune homme frappa dans sa main, avant de se poser à côté de son meilleur ami sur son canapé. Il lui avait chauffé la place, si c'était pas sympa de sa part ça. « Toujours la forme », répondit-il simplement en haussant les épaules avant de poser le pack de bières sur la table. C'était pratiquement devenu un rituel pour eux. Julian était d'avis qu'on ne venait jamais à une invitation les mains vides. Mais plutôt que de ramener des conneries inutiles, avec Andrea, ce qui était le plus utile, c'était les bières. Parce que de toute façon ils en consommaient une belle quantité chaque fois qu'ils se voyaient, donc autant mêler l'utile à l’agréable. Ca ne les fait pas du tout passer pour des pochtrons cette histoire. « Comment a-t-elle osé te laisser seul dans cet appartement sans bière ? C'est honteux venant d'une sœur », rétorqua Julian. En même temps, il ne savait pas ce que c'était que d'avoir un frère ou une sœur. Il ne savait pas ce que c'était que de se chamailler avec sa fratrie, du coup il ne savait pas non plus ce que c'était que d'avoir une sœur qui vidait son frigo. Enfin techniquement parlant, il avait bien des demis frères et sœurs qui traînaient quelque part dans son pays mais vu leur âge et leur absence de liens, ce n'était pas eux qui risquaient de lui piquer ses bières. Mais bon, quand même. Ce n'était pas écrit dans la loi des frères et sœurs qu'on ne vidait pas le frigo de son bro ? Ça devrait en tout cas, foi de Finch. Le Finch en question ne se fit pas prier pour prendre la canette que Andy lui tendit et l'entrechoqua à la sienne. « A ta santé », souffla-t-il. Il aurait pu rajouter mon frère, mais ça aurait été un peu trop cliché, quand bien même ça aurait été sincère. Il n'avait que peu de famille. Alors Andrea, c'était devenu un peu comme son frère avec le temps. Il le considérait comme tel en tout cas. C'était sa famille de substitution, voilà tout. Et comme c'était sa famille, Julian était attentif à ce qu'il racontait. Il avait bien comprit que le sujet Alaska-Bird était un sujet sensible. En général, il ne savait d'ailleurs pas quoi lui dire pour l'apaiser. « Je pense que vous souffrez tous les deux, à votre façon. Même si ta colère est légitime », se contenta-t-il de répondre. Il ne voulait pas trop s'avancer sur le sujet, parce qu'il n'avait jamais vécu de situation semblable. Il n'avait jamais perdu personne, lui. Enfin si, son père. Mais on ne pouvait pas dire qu'il lui avait manqué un seul jour dans sa vie. C'était même tout l'inverse. Et puis cet enfoiré n'était même pas mort. Il aurait préféré. « Tu es un frère très impliqué, c'est tout », répliqua-t-il. Il ne voyait pas d'autre explication à ce qu'il se prenne la tête avec sa sœur. Il connaissait un peu son histoire et il se doutait que Andrea cherchait à la protéger. Il n'avait pas besoin de le lui dire. Ça paraissait logique. « Ouais carrément je veux voir ! », s'exclama-t-il avec enthousiasme. Il adorait les dessins d'Andrea. Et ça lui faisait plaisir de le voir passionné pour quelque chose. Ça lui rappelait ces années où sa seule préoccupation à lui était la musique. C'était un peu inconscient de sa part, mais ça le rendait vivant et putain il aimait ça. Un peu trop même. Adressant un sourire à son pote, il le perdit quand le sujet de la sorcière fut abordé. « Pas encore, mais ça ne saurait tarder. Ou alors je pourrais la bâillonner », souffla-t-il avec un sourire amusé. Julian ne cachait jamais rien à Andrea. C'était pour cela qu'il ne pouvait pas passer sous silence un détail important. « Je l'ai croisé dans un bar le week-end dernier. Et je l'ai … Disons … Un peu dragué. Sous l'effet de l'alcool, évidemment », expliqua-t-il avant de boire sa bière pour se donner contenance. Et puis merde. Ce n'était pas sa faute. C'est qu'elle était quand même sacrément sexy sa sorcière de patronne.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 18/06/2017
›› Commérages : 129
›› Pseudo : getget (gaëtane)
›› Célébrité : Tyler Blackburn
›› Schizophrénie : sevan martell, holia millson, ness mathews, clyde rashmi
›› more about me

Re: Das ist eine Männerwelt ✻ andrea & julian ✻ ( Ven 15 Sep - 17:10 )

julian&andy ⊹ Andrea adore voir ses amis, sortir boire un verre, passer des heures à discuter avec eux, à faire n’importe quoi. Il n’a jamais eu aucun souci pour se faire des amis, c’est le rigolo de la bande, le sociable celui qui parle à tout le monde. Même si depuis le décès de sa sœur il s’est renfermé sur lui-même. Mais si l’une des grandes qualités de Andy est la sociabilité, l’un de ses grands défauts est la fénéantise. Si bien que parfois, alors qu’il pourrait passer une bonne soirée avec ses amis et bien il reste chez lui, simplement parce qu’il a la flemme. La flemme de se lever pour enfiler des vêtements dignes de ce nom, la flemme de devoir marcher jusqu’au lieu de rendez-vous. Voir même la flemme de répondre au message qu’on vient de lui envoyer pour lui proposer d’aller boire un verre quelque part. Je vous le dis c’est une vraie maladie ! En ce point-là il est complètement différent de Julian qui lui ne supporte pas rester à rien faire. Au fil des années Andrea a fini par s’entourer de personnes qui lui ressemblent et surtout de personnes qui ne le jugeront pas pour ce qu’il est et Julian en est l’exemple parfait. Ils se ressemblent en beaucoup de point et diverge en d’autres mais ce qui est sur c’est que aucun des deux n’ira juger les actions de l’autre. Andy entend à longueur de temps qu’il doit grandir, mûrir. Avec Julian c’est différent, ils sont sur la même longueur d’onde, ont la même vision des choses et c’est finalement ça certainement qui fait de lui le meilleur ami de Andy. Parce que leur amitié est sans prise de tête. Et parce que Julian ne le connait que trop bien ce soir il s’était invité dans l’appartement, ravitaillement en main. Et c’était le signe d’une belle soirée qui s’annonçait. « Comment a-t-elle osé te laisser seul dans cet appartement sans bière ? C'est honteux venant d'une sœur » Il ne lui fait pas dire ! Bon en même temps il l’avait peut-être un peu mérité mais il se gardera bien de le lui dire. « Non mais on est d’accord ! Je suis sure qu’elle veut me voir mourir de déshydratation c’est pour ça qu’elle a fait ça ! » Ou bien peut-être parce qu’il lui a dit de lui lâcher la grappe en lui rappelant sa tentative de suicide. #Andylefrèrepascool « Moi je l’accueille, je la laisse venir dans mon humble demeure et elle qu’est-ce qu’elle fait ? Elle me laisse dépérir ici sans plus rien pour m’hydrater » De l’eau ? Hein de quoi ? Connait pas. Le pack posé sur la table ne tarda pas à être éventré par le brun qui prit une bouteille et en tendit une à son amie. Que la soirée pochtron commence. Les deux bouteilles s’entrechoquèrent « A ta santé », « Et a la tienne aussi ! » Répond t-il en souriant avant de commencer à boire son breuvage. Julian avait fini par lui demander ce qu’il y avait eu de nouveau dans sa vie ses derniers temps et le brun ne c’était pas fait prier pour déballer tout ce qu’il avait à dire. Il n’attend pas des conseils de Julian seulement il avait besoin d’en parler et voila qui est fait. « Je pense que vous souffrez tous les deux, à votre façon. Même si ta colère est légitime » Bien sur qu’ils souffrent tous les deux. Bird était amoureuse de Alaska, elle l’aimait surement autant qu’il aimait sa sœur et pourtant il se refuse à légitimer la souffrance de cette fille. « Tu es un frère très impliqué, c'est tout », Pourtant ce n’est pas l’avis de Mia qui lui a clairement dit que depuis un an il n’avait pas été là pour elle. Et c’était peut-être vrai mais Andy ne va tout de même pas s’enfoncer lui-même face à son ami. Il se contenta donc de hocher d’un signe de tête face aux paroles de Julian. Et puis finalement assez parlé des mauvaises choses, Andy c’était récemment remis au dessin et il voulait faire partager ses créations au Finch. « Je vais te les chercher attend » Et puis parce que finalement il était trop curieux et beaucoup trop impatient, alors qu’il était parti chercher ses croquis il demanda à Julian où il en était avec « la sorcière » comme celui-ci s’amuse à l’appeler. « Pas encore, mais ça ne saurait tarder. Ou alors je pourrais la bâillonner », Andy se mit à rire à l’autre bout de l’appartement, la tête fourré dans un placard ne sachant plus ou il a rangé tout ça. Si seulement il l’a rangé. « Je l'ai croisé dans un bar le week-end dernier. Et je l'ai … Disons … Un peu dragué. Sous l'effet de l'alcool, évidemment » Surpris par cette révélation Andy se cogne la tête contre une étagère avant de revenir les dessins en main. « Tu te fiches de moi ! Tu l’as dragué ! » Alors celle-là il ne s’y attendait pas. Il reprit place à côté de son ami, laissant les dessins de côté sur la table pour l’instant, trop impatient de savoir la fin de cette histoire. Non parce que l'alcool a bon dos hein. « Et alors qu’est-ce qu’elle a fait elle ? Elle est rentrée dans ton jeu ? » Je vous jure Andy on dirait une vraie commère. « Aller je suis sure elle t’as dragué aussi et vous avez fini tous les deux dans le même lit ! » Du moins si ce n’est pas encore arrivé Andy est persuadé que cela finira par se faire un jour ou l’autre. De toute manière il serait grand temps que Andy se trouve une nana parce que la dernière il est resté quoi quelques semaines avec et puis pouf disparu la petit gendarmette. Holia c’est ça non ? « Mec tu l’as recroisé depuis cette semaine ? Elle t’as fait des petits clins d’œil en furtif je suis sure » Bon ça n’avait pas vraiment l’air d’être le genre de sa patronne, du moins de par ce que Julian lui en disait mais après tout sait-on jamais.


Je ne me doutais pas encore que ce jour où tu m'avais dis que chaque fois que je verrais les étoiles je penserai à toi tu m'avais jeté une malédiction. Et depuis quand la nuit règne et que les étoiles brillent, c'est mes larmes qui brillent tout autant. — .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 22/05/2017
›› Commérages : 229
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jake cutie pie McDorman
›› Schizophrénie : Devon Oakley (Sebastian Stan) ✻ Luke Durbeyfield (Tom Austen) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Georgiana Lewandowski (Shelley Hennig) ✻ Evan Pryce (Patrick J. Adams).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Das ist eine Männerwelt ✻ andrea & julian ✻ ( Jeu 21 Sep - 16:19 )


Das ist eine Männerwelt
Ohne Licht auf dunklen Wegen ganz allein. Meine Umgebung wächst doch ich bleib klein. Zu viel getrunken und zu wenig gelacht. Nichts mehr gegessen und die Nächte durch gemacht. Warum blick ich nur auf, wenn's keiner sieht ? Warum blick ich nur auf, wenn es dich nicht mehr gibt ? Ein neuer Tag beginnt, eine neue Hoffnung, ein erneutes Ende für mich. Wieder ein Kapitel doch meine Rolle stirbt für dich. Jetzt lass schon los, denn ich muss gehen !



Julian était souvent considéré comme un gamin, comme un petit crétin qui refusait de mûrir. Mais le jeune homme le vivait bien. Parce qu'il considérait que le fait qu'il aimait s'amuser et passer du temps avec ses amis n'étaient pas un signe d'immaturité. Et même si nombreuses étaient les personnes ne le comprenant pas, le jeune homme lui ne comprenait pas toutes les personnes de son entourage souhaitant se marier et faire des enfants. Une vie peinarde dans une rue pavillonnaire avec femme et enfants ? Très peu pour lui. Il avait adopté un chat, c'était déjà énorme pour lui. Le jeune homme se satisfaisait de sa vie et c'était très bien comme ça. Et si certaines personnes le critiquaient, il avait quand même la chance d'avoir des amis sur qui il pouvait compter et qui l'aimait pour ce qu'il était. Ce qui n'était pas plus mal, parce qu'il ne risquait pas de changer. Julian n'avait pas honte de ce qu'il était. Soit on l'aimait, soit on ne l'aimait pas, dans tous les cas, il le vivait très bien. Et parmi les gens qui l'aimait – enfin il espérait – se trouvait Andrea. Sans doute parce qu'ils étaient pareils. Ils partageaient leur sociabilité, ils partageaient leur fainéantise aussi. Bref, ils avaient souvent la même façon de voir les choses et c'était tant mieux. Julian aimait bien passer du temps avec Andrea. Sans se prendre la tête. Ça lui changeait d'ailleurs des documents administratifs et des dossiers médicaux qu'il devait éplucher avec sa mère quand il était à la maison. Encore une preuve que Julian n'était pas si immature que ça. Enfin bref. Julian était bien placé pour savoir que des fois, une cohabitation, ce n'était pas chose facile. Mais il était bien contente de ne pas avoir une sœur, parce que si ça voulait dire se retrouver avec un frigo vide, sans bière, il n'était absolument pas d'accord. Et d'ailleurs, Andrea ne devait pas l'être non plus. Pour Julian, la vie ne vaut pas la peine d'être vécue. Oui, il est extrême à ce point. « Non mais grave ! Comme si tu allais te mettre à boire de l'eau », souffla Julian en levant les yeux au ciel. Lui-même ne buvait pas souvent d'eau. N'allez pas le répéter à sa mère qui aurait été outré par cette information, mais le jeune homme buvait pratiquement toujours de la bière ou du soda. Un jour, il aura le gros ventre d'un allemand du sud et les dents foutues et il ne pourra pas dire qu'il ne savait pas pourquoi. « Non mais sérieusement, tu devrais la laisser dehors la prochaine fois. Comme ça, tu seras certain qu'elle ne te laissera pas ici avec rien d'autre que de l'eau à boire », ajouta-t-il. Bon, c'était peut-être pas mal d'exagération toute cette histoire, mais il n'empêche que la jeune femme n'aurait pas dû abandonner son frère sans bière, puis c'est tout. Julian est un adepte de la solidarité entre bro de toute façon, donc même si la sœur d'Andy avait eu raison, il ne l'aurait pas avoué. Voilà pourquoi c'était l'un des meilleurs potes qu'on puisse avoir, il était le maître de la mauvaise foi. « Ouais bah … T'sais quoi la santé c'est surfait », répondit-il avant d'avaler un bon quart de sa bière. Parce qu'entre l'alcool et la junk food, le petit doigt de Julian lui disait qu'un jour ou l'autre il le paierait, niveau santé. Et le petit doigt de Julian était très intelligent. Est-ce que ça motivait le jeune homme à boire moins et à manger plus sainement ? Pas le moins du monde. Et en plus, il le vivait très bien. Mieux en tout cas que Andy vivait sa vie de famille. Julian connaissait l'histoire, du moins dans les grandes lignes. Il pouvait comprendre Andy. Si lui avait dû perdre une sœur, il ne voudrait pas que sa petite amie lui fasse croire qu'elle souffrait plus que lui ou qu'elle connaissait mieux sa sœur que lui. Et puis, il savait qu'Andrea était un grand frère prévenant. Il ne disait pas qu'il avait forcément toujours raison, mais il avait la volonté de faire les choses correctement et aux yeux de Julian c'était déjà une belle qualité. Mais le jeune homme ne voulait pas approfondir le sujet d'avantage, de peur de gâcher la soirée de son meilleur ami. Alors il saisi tout de suite l'occasion quand Andy changea de sujet. D'autant plus qu'il adorait voir les dessins. Julian savait jouer de la guitare et chanter, c'était son petit artiste. Mais il admirait toujours ceux qui savaient dessiner. Selon lui, contrairement à la musique, le dessin ne s'apprenait pas. Ou tu avais le truc, ou tu ne l'avais pas. Et Andrea l'avait, clairement. Tandis que son meilleur ami avait quitté le canapé pour chercher ses dessins, Julian lui raconta sa dernière entrevue avec sa patronne. Dans un bar. Où il l'avait dragué. Il entendit Andrea se cogner la tête et il ne put s'empêcher de penser que justement ce soir là, il avait dû se prendre un coup sur la tête. [color=#669999}« Oh dis ça va hein ! T'as jamais dragué une femme, bourré, en pensant qu'elle était canon mais tu t'es rendu compte au réveil qu'elle était moche ? Ben là c'est pareille »[/color], expliqua-t-il en buvant une nouvelle fois sa bière. Puis il haussa les sourcils après avoir laissé planer le silence un instant. « Bon, d'accord, c'est pas tout à fait pareille, parce que même si c'est une peste, elle est carrément bonne. Mais sur le moment, c'était juste une belle femme, j'étais juste bourré et voilà. D'ailleurs, j'aurais jamais cru croisé Madame BCBG dans au Blue Lagoon. Je pensais qu'elle était trop bien pour ça, tu vois ? », expliqua-t-il. Il écouta Andrea le taquiner, mais au lieu de se vexer, il se mit à sourire. Rien n'était tabou quand il était avec son meilleur pote, il n'y avait pas à avoir honte. Ils avaient tous les deux des choses dont ils n'avaient pas à être fiers de toute façon. « Ah non, on n'a pas fini dans le même lit mais ce soir là, j'en aurais eu bien envie », répliqua-t-il. Ben quoi ? C'était un homme. Il avait des besoins. Et sa patronne était désirable, même si c'était une sorcière. Et puis, il pensait qu'un bon coup de b ... qu'une nuit avec un homme la rendrait probablement moins aigrie. « En fait si tu veux tout savoir, je suis allée lui parler au comptoir du Blue Lagoon et j'ai proposé de lui payer un verre. Elle voulait pas, parce que ce serait pas très professionnel. J'ai même essayé de l'embrasser et je me suis pris un beau râteau. Enfin, je crois qu'elle aurait pas dit non si elle avait été aussi ivre. Mais elle était maître de ses capacités elle, alors elle voulait pas de moi », raconta-t-il. Voilà. Encore une fois, il s'était prit un râteau. Il était abonné, fin de l'histoire. Julian finit par hausser les épaules et par vider sa bouteille. « J'ai bien essayé de l'esquiver cette semaine, mais je me suis vite rendu compte qu'en étant son assistant ben … c'était pas chose facile. Mais on n'en a pas parlé. Puis on avait du boulot », acheva-t-il. Puis de toute façon, il n'avait pas envie de se prendre encore une fois la honte de sa vie. « Bon, tu me les montre ces dessins ou quoi ? », questionna-t-il pour changer de sujet.




NIEMAND HÖRT DICH
Kraftlos stürzt sie in ihre Welt. Wie an jedem anderen Tag nimmt sie die Worte nicht wahr, die der Lehrer lustlos sagt. Hilflos verirrt sie sich und schnellt. Schnee weht gegen das Fenster vom Klassenzimmer sie fällt immer tiefer, bis das Klingeln sie verletzt aufblicken lässt. Im Eissturm verklingt dein Hilfeschrei. Niemand hört dich, niemand sieht dich. Im Eissturm kämpfst du ganz allein. Jeder friert hier, jeder verliert hier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 18/06/2017
›› Commérages : 129
›› Pseudo : getget (gaëtane)
›› Célébrité : Tyler Blackburn
›› Schizophrénie : sevan martell, holia millson, ness mathews, clyde rashmi
›› more about me

Re: Das ist eine Männerwelt ✻ andrea & julian ✻ ( Dim 1 Oct - 16:16 )

julian&andy ⊹ « Non mais grave ! Comme si tu allais te mettre à boire de l'eau » Voila enfin quelqu’un qui le comprend ! « Imagine ! Moi avec un verre d’eau à la main » S’imaginant la scène Andy se met à rireLa bière c’est sa passion, non en fait c’est même une philosophie de vie pour lui ! #alcoolo L’eau sa fait rouiller on lui a toujours dit ! Ou bien il l’a entendu un jour par un alcoolique dans un bar ? Peu importe la vérité sort toujours de la bouche des enfants ! Enfin bref je m’égare. Andy il a besoin de sa dose d’alcool et même si certains médecins considéreraient certainement cela comme de l’alcoolisme pour lui c’est tout autre. Ce n’est pas une maladie mais justement un traitement contre sa peine, donc un traitement contre ce qu’il considère comme sa maladie. Quand il boit (suffisamment) il ne pense plus à rien, il vide son esprit du trop pleins de pensées qui l’encombre. Qui a-t-il de mal à ça ? Et puis ce n’était pas comme s’il se mettait la tête à l’envers tous les jours non plus. Non les bières dans son appartement son simplement là pour l’hydrater. L’hydratation c’est important ! « Non mais sérieusement, tu devrais la laisser dehors la prochaine fois. Comme ça, tu seras certain qu'elle ne te laissera pas ici avec rien d'autre que de l'eau à boire » On voit que Julian ne connait pas sa sœur, s’il faisait ça elle se mettrait certainement à pleurer à chaude larmes puis lui hurlerait dessus en lui disant qu’il est un frère horrible. Non merci il a déjà eu assez de reproches de sa part pour une année entière. « Ouais mais non parce que je l’avais un peu mérité quand même » C’est vrai il n’a pas été sympa sympa avec sa sœur alors après tout si elle avait eu besoin de boire 3 litres de bière pour se sentir mieux il voulait bien le lui concéder. « Ouais bah … T'sais quoi la santé c'est surfait » Sachant que sa sœur était morte d’un cancer alors qu’elle n’avait jamais touché à une seule cigarette de sa vie Andrea ne pouvait qu’approuver cette remarque. « Je suis bien d’accord ! » Et parce que Andy n’avait pas envie de passer une mauvaise soirée il décida bien vite de laisser de côté le sujet Bird/Alaska pour approfondir le sujet « sorcière » avec Julian. Il fut alors bien surpris d’apprendre que Julian avait dragué celle-ci lors d’une soirée dernièrement. Enfin finalement était-il si surpris que ça ? En fait il s’étonnait plus tôt que cela ne se soit pas passé plus tôt. Julian a beau dire ce qu’il en veut sa patronne est sacrément canon et Andy sait parfaitement que Julian ne peut pas résister à ce genre de femme. La preuve en est il ne lui a fallu qu’un verre de trop pour l’aborder. Comme quoi l’alcool leur ferait faire n’importe quoi à ces deux-là. Un jour promis ils iront aux alcooliques anonymes. « Oh dis ça va hein ! T'as jamais dragué une femme, bourré, en pensant qu'elle était canon mais tu t'es rendu compte au réveil qu'elle était moche ? Ben là c'est pareille » Sauf qu’ici on parle de madame Canon à toute heure alors l’excuse n’était pas vraiment valable. « Bon, d'accord, c'est pas tout à fait pareille, parce que même si c'est une peste, elle est carrément bonne. Mais sur le moment, c'était juste une belle femme, j'étais juste bourré et voilà. D'ailleurs, j'aurais jamais cru croisé Madame BCBG dans au Blue Lagoon. Je pensais qu'elle était trop bien pour ça, tu vois ? » Il était bourré ? La bonne excuse tout de même pensa Andy sans en dire un mot. Très bien admettons que ce soit l’alcool qui l’ai poussé à aller la voir. Mais finalement ce n’était pas ça qui intéressait le plus Andy, lui ce qu’il souhaitait savoir c’était s’il c’était passé quelque chose entre eux. « Ah non, on n'a pas fini dans le même lit mais ce soir là, j'en aurais eu bien envie » Déception ! Andrea était déçu, il n’avait donc pas réussi à conclure ? Il était si ivre que ça ? « Bon sang mais t’avais bu combien de verre pour pas réussir à la ramener chez toi ? » Ou bien peut-être que Madame BCBG avait certain principe. Comme ne pas coucher avec ses employées par exemple. Ou bien Julian se ramollit avec l’âge et ne sait plus y faire avec les femmes. « En fait si tu veux tout savoir, je suis allée lui parler au comptoir du Blue Lagoon et j'ai proposé de lui payer un verre. Elle voulait pas, parce que ce serait pas très professionnel. J'ai même essayé de l'embrasser et je me suis pris un beau râteau. Enfin, je crois qu'elle aurait pas dit non si elle avait été aussi ivre. Mais elle était maître de ses capacités elle, alors elle voulait pas de moi », Cette fois-ci Andrea ne put s’empêcher de rire de bon cœur, se moquant de son meilleur ami qui c’était surement pris le plus beau râteau de l’histoire. « Mais mec putain t’assures plus là ! » Pauvre Julian qui a fini sa soirée tout seul. Le brun essaie alors de le rassurer « Allez va je suis sur qu’elle a dit non parce qu’elle avait peur de ton haleine imbibée d’alcool » Finalement la sorcière semblait plus difficile à atteindre que ce que Andy aurait pensé. Pourtant une petite part de lui lui dit que Julian n’est surement pas prêt de lâcher l’affaire. « J'ai bien essayé de l'esquiver cette semaine, mais je me suis vite rendu compte qu'en étant son assistant ben … ce n’était pas chose facile. Mais on n'en a pas parlé. Puis on avait du boulot » Le brun rit à nouveau gentiment du malheur de son ami mais il sait que Julian ne lui en voudra pas. Après tout il se serait certainement autant moqué de lui dans le sens inverse. « Bon, tu me les montre ces dessins ou quoi ? » Andy sourit et lui tendit alors les dessins avant de lui lancer un dernier petit pic « Tiens, offre lui en un si tu veux, peut-être qu’elle aime plus les mecs artiste que alcoolique » Et puis après tout Julian aussi est un artiste, il fait de la musique « J’ai une idée la prochaine fois joue lui une petite sérénade, toutes les femmes adore ça » Ou bien il laisse tomber cette histoire une bonne fois pour toute histoire de ne pas se prendre un nouveau râteau. Andrea termine alors sa bière d’une traite avant d’en ouvrir deux autres. Il en tend une à Julian en lui lançant alors « Tu vas pas essayer de me draguer hein si je t’en donne une autre ? »


Je ne me doutais pas encore que ce jour où tu m'avais dis que chaque fois que je verrais les étoiles je penserai à toi tu m'avais jeté une malédiction. Et depuis quand la nuit règne et que les étoiles brillent, c'est mes larmes qui brillent tout autant. — .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 22/05/2017
›› Commérages : 229
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jake cutie pie McDorman
›› Schizophrénie : Devon Oakley (Sebastian Stan) ✻ Luke Durbeyfield (Tom Austen) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Georgiana Lewandowski (Shelley Hennig) ✻ Evan Pryce (Patrick J. Adams).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Das ist eine Männerwelt ✻ andrea & julian ✻ ( Jeu 5 Oct - 18:35 )


Das ist eine Männerwelt
Ohne Licht auf dunklen Wegen ganz allein. Meine Umgebung wächst doch ich bleib klein. Zu viel getrunken und zu wenig gelacht. Nichts mehr gegessen und die Nächte durch gemacht. Warum blick ich nur auf, wenn's keiner sieht ? Warum blick ich nur auf, wenn es dich nicht mehr gibt ? Ein neuer Tag beginnt, eine neue Hoffnung, ein erneutes Ende für mich. Wieder ein Kapitel doch meine Rolle stirbt für dich. Jetzt lass schon los, denn ich muss gehen !

L'idée même qu'un jour Andrea et Julian se mettent à boire de l'eau était impossible. Julian protestait. D'ailleurs, comme dirait ma mamie, rien de mieux qu'un bon verre de vin, parce que l'eau, ça fait rouiller. Voilà, je n'ai pas d'autre argument. « Arrête, je ne veux même pas imaginer, ce serait trop triste », souffla Julian en posant sa main sur son cœur d'un geste dramatique. Imaginer son meilleur pote avec un verre d'eau ? Très peu pour lui. Avec qui est-ce que le jeune homme allait passer des soirées alcoolisées après ? Non, il refusait purement et simplement que le jeune homme ne se mette à l'eau. Il serait capable de foutre en l'air sa plomberie pour la peine. Ou de le forcer à vie à boire de la bière. D'accord, Julian exagérait, mais lui-même ne se souvenait pas qu'elle saveur avait l'eau dans la bouche, parce qu'il n'en avait pas avalé depuis trop longtemps. Et il était certain – à peu près – que c'était le cas d'Andy également. Peut-être que les deux jeunes hommes passaient pour de purs alcoolos, mais Julian l'assumait parfaitement. La bière, c'est carrément une philosophie de vie et ce n'est pas moi qui vais dire le contraire. « Si tu as mérité qu'elle te laisse sans bière, c'est que t'as vraiment merdé mec et du coup j'suis même pas sûr que tu mérites d'avaler une seule goûte de ma précieuse bière », rétorqua-t-il. Non, parce que selon Julian, il n'y avait pas de pire torture que de rester dans un appartement sans rien à boire. A lui, ça ne lui arrivait jamais. Sa mère ne buvait pas et il prenait soin de ne jamais être en rade de bière. Alors certes, sa mère s'était mise en tête de le faire manger sainement et il pouvait l’accepter. Par contre, pas de bière, c'était carrément une interdiction. De toute façon, le jeune homme passait plus de temps chez des potes ou dans un bar que chez lui, alors il ne risquait jamais de manquer d'alcool. Enfin, de manquer d'hydratation, comme il dirait pour se justifier. De toute façon, manger sain, ne pas boire d'alcool, ne pas fumer, ça revenait au même : tôt ou tard, on crevait quand même. Face à l'approbation d'Andy, Julian leva son verre à son attention, avec un sourire. Voilà, c'était dit. Sur ces mots, les deux amis enchaînèrent sur des sujets plus joyeux, pour éviter de passer une sale soirée. Enfin pour être exact, c'était sans doute un sujet amusant pour Andrea, mais un peu moins pour Julian. Bon, d'accord, c'était un boulet. Un boulet qui, alcoolisé, avait dépassé les limites avec sa patronne. Et en plus il n'avait même pas réussi à la pécho. C'était du gâchis. Tandis que Julian lui racontait tout, il sentait qu'Andy se retenait de se foutre de lui. Il ne pouvait pas lui en vouloir, à sa place, il aurait fait pareille. Mais il avait quand même envie de lui jeter quelque chose à la tronche. Et comme en plus de cela, Julian était la mauvaise foi en personne, cette conversation allait finir par devenir du grand n'importe quoi. « Soit trop, soit pas assez. J'hésite. Parce que si j'avais bu un peu plus, j'aurais sans doute été prêt à tout », fit-il remarquer en haussant les épaules. Le jeune homme hésita une seconde avant de reprendre la parole pour préciser sa pensée. « Enfin j'aurais aussi été sans emploi, mais bon, c'est une autre histoire », ajouta-t-il. Et Julian n'avait pas envie de se retrouver sans emploi. Enfin bon. Pour Julian, le problème ne venait pas de lui de toute façon. Il était canon, bien foutu et il savait y faire avec les femmes. Quelques verres, quelques compliments et hop, il les ramenait chez lui. Mais Madame Nelson-Riley semblait avoir un truc qui s'appelait des principes. Ou alors il était plus bourré qu'il ne l'avait cru et il ne s'était pas montré à la hauteur. Il ne recommencerait pas pour prouver ou infirmer sa thèse. Même si au moins ça lui ferait des choses à raconter à Andy. Il préférait encore se prendre un râteau de Madame tout le monde, Andrea se foutrait de lui et lui il éviterait de se prendre un vent d'une femme qu'il devait voir cinq à six jours par semaine. Et d'ailleurs, Julian commençait à regretter d'avoir tout dit à Andy, parce que celui-ci se foutait désormais ouvertement de sa gueule. « C'est une violation flagrante du bro code là mec ! », s'exclama-t-il, outré. Il fusilla son meilleur ami du regard, avant de lever les yeux au ciel et de sourire. A vrai dire, c'était plutôt marrant, comme situation. Si la femme en question n'avait pas été sa boss, il se serait sans doute moqué de lui lui-même, comme un grand garçon. « Eh, c'est pas ma faute ! T'as vu la femme aussi. C'est du high level mec, c'est pas une minette de bas étage, à qui il suffit de faire trois compliments pour qu'elles baissent leurs culottes », rétorqua-t-il pour se défendre. Toujours aussi charmant ce Julian. Et toujours aussi de mauvaise foi d'ailleurs. Tout était de la faute d'Eliza, parce qu'elle était trop coincée pour oser succomber au charme du mâle qu'il était. « Voilà, elle était pas assez alcoolisée pour apprécier mon haleine cent pourcent whisky. Très bonne excuse », approuva Julian. Voilà pourquoi il aimait beaucoup Andy. Et voilà pourquoi ils étaient potes. Parce que Andy trouvait les mêmes excuses pourries. Si un jour Julian avait besoin d'un avocat, il prendrait Andy pour le défendre. Parce qu'ils avaient la même façon de voir les choses. #BrOTP. Cherchant à esquiver le sujet pour que son meilleur ami ne se foute pas de lui encore d'avantage, Julian chercha à changer de sujet en ramenant la conversation sur les dessins du jeune homme. Julian prit les dessins, mais avant de les admirer, il prit le soin de répondre à l'attaque frontal de son poto. « Désolé de te le dire mec, mais la guitare ça marche tout aussi bien. Je pourrais lui écrire une chanson cela dit c'est un peu comme une sérénade », rétorqua-t-il en lui donnant un coup dans l'épaule. Le jeune homme parcourut alors les dessins du regard, admiratif. Il avait toujours été plus que mauvais en dessins. Une vraie merde. Il ne savait même pas dessiner une étoile, elles étaient toujours complètement tordues. Mais bref. « Ils sont super beaux ! T'as vraiment un don mec, tu devrais faire ça de manière professionnelle », s'exclama-t-il avec enthousiasme. C'était le petit conseil, cadeau, comme ça. Ainsi, Julian serait un musicien raté et Andy un dessinateur raté. Encore qu'Andy avait sans doute plus de chances de réussir que lui. Juste dit comme ça en passant. Imitant Andy, il finit sa bière également. Mais il ne manqua pas de foutre un coussin dans la gueule d'Andy face à sa petite pic. « Je t'emmerde », répondit-il en levant les yeux au ciel. « Au lieu de te prendre pour Hitch, expert en séduction, dis moi plutôt si t'as pécho récemment », ajouta-t-il, sur le ton du défis. Si Andy lui avouait avoir ramené une créature de rêve, il aurait grave les nerfs. Encore que lui, il couchait encore avec Holia, qui mettait la barre haute sur l'échelle du canon.




NIEMAND HÖRT DICH
Kraftlos stürzt sie in ihre Welt. Wie an jedem anderen Tag nimmt sie die Worte nicht wahr, die der Lehrer lustlos sagt. Hilflos verirrt sie sich und schnellt. Schnee weht gegen das Fenster vom Klassenzimmer sie fällt immer tiefer, bis das Klingeln sie verletzt aufblicken lässt. Im Eissturm verklingt dein Hilfeschrei. Niemand hört dich, niemand sieht dich. Im Eissturm kämpfst du ganz allein. Jeder friert hier, jeder verliert hier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 18/06/2017
›› Commérages : 129
›› Pseudo : getget (gaëtane)
›› Célébrité : Tyler Blackburn
›› Schizophrénie : sevan martell, holia millson, ness mathews, clyde rashmi
›› more about me

Re: Das ist eine Männerwelt ✻ andrea & julian ✻ ( Ven 13 Oct - 17:00 )

julian&andy ⊹ « Arrête, je ne veux même pas imaginer, ce serait trop triste » Promis un jour ils iront à une réunion des alcooliques anonymes. Un jour mais pas maintenant parce qu’il reste encore de la bière dans le frigo et sur la table. Ben quoi c’est vrai, s’ils vont aux alcooliques anonymes maintenant cela voudrait dire qu’à leur retour ils sont obligés de jeter à la poubelle tout l’alcool présent chez eux. Pas question de gâcher autant d’alcool, d’abord ils se chargent de finir tout ça et après on verra ! Cela coûte cher l’alcool je vous ferais dire. Alors oui l’eau c’est moins cher ok mais il y a pleins d’enfants qui ont pas accès à l’eau dans le monde ! Andy il fait sa en geste de soutien d’accord, il préserve la planète du peu d’eau qu’il lui reste. Quoi ? Faut bien essayer de se trouver une excuse. « Si tu as mérité qu'elle te laisse sans bière, c'est que t'as vraiment merdé mec et du coup j'suis même pas sûr que tu mérites d'avaler une seule goûte de ma précieuse bière » C’est vrai il a merdé mais il ne mérite tout de même pas qu’on le laisse se dessécher ici, allongé sur son canapé. Personne n’est assez cruel pour faire ça si ? « Quoi ? Non tu déconnes mec, tu peux pas me laisser là comme ça, c’est un meurtre je te préviens ! » Ouais ouais et s’il s’en sort vivant il l’enverra en procès pour tentative d’homicide et non assistance à personne en danger. Mais pour l’instant les deux hommes ne semblaient pas souffrir de signe de déshydratation grâce à Julian. Andy décida de questionner son amie sur la femme qui hantait ses nuits, du moins de ce qu’il en supposait. J’ai nommé : Eliza, la sorcière. Et s’il ne s’attendait pas à ce que Julian s’attarde sur le sujet il fut bien content quand finalement celui-ci lui raconta le râteau qu’il c’était pris par la jeune femme. « Soit trop, soit pas assez. J'hésite. Parce que si j'avais bu un peu plus, j'aurais sans doute été prêt à tout » Vu sous cet angle c’est vrai qu’il se dégageait finalement deux hypothèses. « Enfin j'aurais aussi été sans emploi, mais bon, c'est une autre histoire » Ouais sa aurait été dommage, tout ça pour une femme en plus. « Elle vaut quand même pas le coup que tu perdes ton job, bien que cela peut-être une technique en fait » Il prit une pause le temps de boire une gorgée et reprit finalement la parole afin d’éclairer sa pensée « Bah ouais c’est vrai, je suis sur qu’elle te repousse parce que t’es son employée, donc si tu te fais virer elle aura plus d’excuse, donc vous couchez ensemble, tu la fais tomber amoureuse de toi et elle te redonne ton boulot. CQFD. » Bonsoir c’était Andy sur Radilove19 pour vous servir. Ou plutôt Radiolerateau. Andrea avait beau essayer de lui donner des conseils -tous plus bidons les uns que les autres- il ne pouvait s’empêcher de rire lorsque Julian lui raconta ce qui c’était passé. « C'est une violation flagrante du bro code là mec ! » Andy se figea alors comme s’il venait de découvrir ce qu’il avait fait, levant les mains en l’air pour qu’on lui pardonne « C’est pas moi monsieur l’agent je vous le jure » Puis il se mit à rire à nouveau « Allez ça va je rigole, si ça se trouve elle avait ses règles c’est tout » Ouais bon et bien il le réconforte comme il peu hein. « Eh, c'est pas ma faute ! T'as vu la femme aussi. C'est du high level mec, c'est pas une minette de bas étage, à qui il suffit de faire trois compliments pour qu'elles baissent leurs culottes » Charmant. Andy se mit à rire à nouveau avant d’essayer de trouver de nouvelles excuses à son meilleur ami histoire qu’il ne finisse pas par déprimer en se disant qu’il n’arrive plus à séduire une femme. « Voilà, elle était pas assez alcoolisée pour apprécier mon haleine cent pourcent whisky. Très bonne excuse » C’était ça ! C’était forcément ça ! Andrea lui tendit alors la main pour la lui serrer, parce qu’en fait ils font un super duo de détective « Elémentaire mon cher Watson ! » Andy et Julian en fait c’est un mélange entre Sherlock et Watson et Bob l’éponge et Patrick. C’est Andy qui fait Bob hein cela va de soi. Pas question pour lui d’être une étoile de mer. « Désolé de te le dire mec, mais la guitare ça marche tout aussi bien. Je pourrais lui écrire une chanson cela dit c'est un peu comme une sérénade » Dans ce cas il savait ce qu’il lui restait à faire demain, arriver au bureau sa guitare à la main et lui chanter du Bruno Mars. « Pitié si tu te ramènes devant elle un jour avec ta guitare demande à quelqu’un de te filmer. Je ne peux pas louper ça » Finalement Julian se mit à regarder les dessins du brun, il semblait aimer à en juger à son regard et il finit d’ailleurs pas le confirmer à haute voix. « Ils sont super beaux ! T'as vraiment un don mec, tu devrais faire ça de manière professionnelle » C’était ce qui était prévu à la base si seulement il n’avait pas eu la flemme de faire des études. La flemme, cette terrible maladie qui touche tant de personnes aujourd’hui. Un fléau. « C’était ce que j’étais censé faire à la base. Et puis j’ai repoussé au lendemain » Comme a peu près tout ce qu’il entreprend. A peine leur première bière finie les deux amies s’empressèrent d’en décapsuler une nouvelle parce qu’ils avaient certainement encore tout un tas de choses à se dire. Enfin après que Julian lui ai lancé ce coussin dans la figure ils parleraient. « Je t'emmerde » Il sourit et leva à nouveau les bras en l’air d’un air innocent. « Au lieu de te prendre pour Hitch, expert en séduction, dis moi plutôt si t'as pécho récemment » Euuuh comment la conversation est venue à se détourner sur lui là tout d’un coup ? Andrea n’a même pas eu le temps de comprendre. « Hey ! S’il te plait ne doute pas de mes compétences en séduction ok ! » Ouais parce que même s’il est célibataire Andy et ben les femmes il les fait rire et comme on dit « Femme qui rit, à moitié dans ton lit » Et il croit à ce dicton dure comme fer le petit Reagan. « Je te ferais dire que la semaine dernière il y en a une qui a craqué sur moi en 20 secondes » Et ce n’était pas des conneries en plus. « Et je n’ai pas eu besoin d’essayer de la soûler » Non il lui avait juste donné à manger « Non sérieux je te jure, elle est passé au Drive et genre je sais pas quand j’ai débauché elle était dehors assise à une table elle a dit qu’elle m’attendait » Andrea le chopeur. « Mais elle n’avait rien à voir avec le canon que tu te tape toi » Et il parlait bien sur de la petite flic #Holialecanon. « Et d’ailleurs elle s’en fou réellement elle que t’ailles voir une autre femme et que t’essaie de l’embrasser » Après tout c’est une femme elle doit bien être un minimum jalouse non même s’ils ne sont plus ensemble. « Elle te fait pas des petites scènes de jalousie qui finissent par se régler par quelques petites fessée sous la couette ? » Andy il est sur que Julian il aime bien les trucs un peu SM. Après tout la preuve en est avec Eliza, elle ne veut pas de lui mais il continue à se faire du mal


Je ne me doutais pas encore que ce jour où tu m'avais dis que chaque fois que je verrais les étoiles je penserai à toi tu m'avais jeté une malédiction. Et depuis quand la nuit règne et que les étoiles brillent, c'est mes larmes qui brillent tout autant. — .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: Das ist eine Männerwelt ✻ andrea & julian ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Das ist eine Männerwelt ✻ andrea & julian

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération