Highway unicorn. (Yaël)

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 09/07/2017
›› Commérages : 317
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Italia Ricci
›› Schizophrénie : Giovanni Esposito (Michael Fassbender) ✩ Asher James (Kevin Love)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Highway unicorn. (Yaël) ✻ ( Jeu 27 Juil - 14:05 )



✻ ✻ ✻
If you wear a dress, and have an animal sidekick, you're a princess.

Pour la troisième fois consécutive, Joan se précipite hors du lit une main plaquée sur la bouche. Peter émet un énième grognement de mécontentement, passablement agacé par le boucan provoqué par sa petite-amie. Il a quand même le courage d’allumer la lampe de chevet histoire d’éviter à Joan un accident de parcours. Bien aimable, le geste est apprécié. La jeune femme se précipite jusqu’à la salle de bain, non sans effrayer le chat qui se réfugie sous le canapé en miaulant. Juste à temps, Joan atteint les toilettes. Elle pense qu’elle n’a plus rien à vomir, et pourtant… Son estomac se contracte violemment, ça lui brûle la gorge et lui donne les larmes aux yeux. Peter finit par se soucier de Joan. Il daigne la rejoindre, un air inquiet inscrit sur le visage. Lorsqu’il lui demande si quelque chose ne va pas, elle le fusille du regard. « Je me sens radieuse. » Crache-t-elle avec colère. Elle aurait préféré qu’il se rendorme et qu’il la laisse vomir en paix. Sa présence l’agace à un point qui dépasse l’entendement. Pourtant, il reste là, il l’observe rendre tout ce qu’elle a pu avaler la veille sans dire un mot. Il est encore un peu endormi, pas tout-à-fait conscient de ce qu’il se passe. Il baille, soupire, lutte pour ne pas s’endormir dans l’encadrement de la porte. Pendant ce temps-là, Joan tente de survivre. « Retourne te coucher, Pete. J’arrive. » Son petit-ami ne se fait pas prier pour obéir. Il se traîne jusqu’à la chambre et Joan l’entend se laisser tomber sur le lit. Elle attrape quelques feuilles de papier toilette pour s’essuyer la bouche puis jette le tout dans la cuvette avant de tirer la chasse d’eau. Elle se redresse difficilement, encore un peu fébrile. Elle ne comprend pas ce qu’il lui arrive, les maux de ventre sont survenus un peu plus tôt dans la nuit. Depuis, elle n’arrête pas de faire des allers et retours entre la chambre et la salle de bain. Elle a presque peur de retourner se coucher, craignant de devoir revenir ici une autre fois. Après s’être brossé les dents et passé un peu d’eau sur le visage, elle part s’installer sur le canapé. Le simple fait d’être assise la soulage un peu. Zeus vient automatiquement se blottir contre elle. Machinalement, elle caresse l’animal. Ca l’apaise. Les douleurs sont encore là, son envie de vomir n’a pas totalement disparu, mais elle se sent mieux. Elle somnole sur le canapé, sans toutefois parvenir à réellement s’endormir. Joan ne rejoint son lit qu’une heure plus tard, lorsque la fatigue l’assaille suffisamment pour qu’elle en oublie ses passages nauséeux.

Le sommeil dans lequel elle sombre est incroyablement lourd. Habituellement, elle entend toujours Peter se lever aux alentours de six heures. Même s’il ne travaille pas, la jeune homme a pris l’habitude de se lever tôt pour aller courir. Lorsque son propre réveil sonne, elle est déjà plus ou moins réveillée. Ce matin, elle n’entend absolument rien. La jeune femme dort à poing fermé. Il pourrait y avoir un énorme tremblement de terre, son sommeil n’en serait aucunement perturbé. Il est 10h00 quand, enfin, elle émerge. Il lui faut plusieurs longues minutes avant qu’elle ne soit complètement reconnectée. Elle fronce les sourcils en voyant la lumière du jour. Elle lui semble un peu trop vive. Bien qu’elle ne soit pas une pro de la science, elle se doute qu’il fasse un peu trop jour pour qu’il ne soit seulement 7h00. A ce propos, elle n’a pas entendu son réveil. Sauf erreur de sa part. Et soudain, plusieurs coups de sonnette agressifs la font sursauter. Ils sont suivis d’une voix féminine étrangement énervée. « Oh merde… » Elle se redresse brusquement et attrape son téléphone portable. L’heure qui s’affiche sur l’écran et les nombreux appels manqués l’alarment. La jeune femme bondit littéralement sur ses deux pieds et attrape le premier pull qu’elle voit. « J’ARRIVE ! » Pieds nus, elle court jusqu’à la porte d’entrée. « Les clés ! ATTENDS ! » Joan met un temps fou avant de retrouver ses clés. Et elle met quasiment autant de temps à déverrouiller la porte d’entrée. C’est une Joan toute essoufflée qui accueille une Yaël, visiblement pas très heureuse d’avoir dû attendre tout ce temps. « Je suis tellement désolée. J’ai loupé le réveil. » D’où la tenue qu’elle porte. Le vieux sweat de Peter et son short de pyjama ne constituent définitivement pas une tenue professionnelle. « Entre ! Je suis vraiment, vraiment, vraiment désolée. » Joan, elle a cette fâcheuse tendance à s’excuser un million de fois lorsqu’une seule suffit. Elle invite Yaël à s’installer à la table de la salle à manger. Totalement paniquée et dépassée par ce réveil brutal, elle tente de mettre la main sur le dossier qui concerne Yaël. « Tu veux un café ? Un thé ? Autre chose ? Excuse-moi encore, Yaël. Mon réveil est un peu fourbe. » Elle lâche un rire nerveux avant de s’installer aux côtés de la jeune fille. Ca promet d’être compliqué, ce matin.

_________________
;
I'M NOT FLAWLESS, but I gotta diamond heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mamie Yaya : Mascotte de SD ♡

❝ Family don't end with blood ❞
Mamie Yaya : Mascotte de SD ♡
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 13/11/2016
›› Commérages : 344
›› Pseudo : Dakota
›› Célébrité : Thylane Blondeau
›› Schizophrénie : Emina Hamilton
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Highway unicorn. (Yaël) ✻ ( Lun 31 Juil - 23:04 )

Highway unicorn
Joan&Yaël
Qu'elle est cette sonnerie qui me vrille les tympans alors que je suis dans un joli rêve avec Andreas. La sonnerie de mon réveil, du commencement de la journée, aujourd'hui ce n'est pas le lycée mais bien la réelle vie active qui m'attend, dans une boutique de lingerie qui me fait plus que honte mais pour gagner de l'argent il n'y a pas que le vol. Pour une fois Hyde n'est pas venu me réveiller comme un sac à patate ce qui a souvent don de me mettre dans une colère assez extrême. C'est pour ça que ce matin je suis d'assez bonne humeur, j'espère que ça sera une journée attrayante et moins longue que d'habitude. Comme tout le monde, je préfère mon lit au travail. Je suis d'autant plus prête quand je vois que je dois travailler avec Joan, oui on s'était permise de se tutoyer, pour le design du logo toujours en préparation. Je l'aime bien cette femme, elle est très pro. Bon il faut savoir qu'au travail et à l'extérieur du travail je ne suis pas du tout la même personne. Dans le travail je suis concentrée, dans mon élément et surtout je fais un peu plus gentille que d'habitude. Pourtant ce matin ça va peut-être être une autre paire de manche.

Arrivée à la boutique, je dis bonjour à la patronne. Elle est un peu sévère sur les bords mais je suis bien obligée de me tenir à ce qu'elle dit, j'ai besoin de tout l'argent possible et ce travail me permet d'acheter pas mal de chose. Notamment payer ma colocation avec Hyde. Alors on met le sale caractère de côté et on devient une toute autre personne: adorable, gentille et compétente. Je m'installe dans l'arrière boutique tandis que la patronne m'explique ce que je dois faire aujourd'hui avec Joan. Je comprends assez rapidement ce qu'elle cherche, quelque chose de flash pour que les gens soient attirés et viennent, mais il faut aussi que ça soit gracieux et chic pour quelque chose de beaucoup plus féminin. Désolée les gars, il n'y a pas de dessous pour homme dans cette boutique. 

Je prépare quelques idées qui me viennent en tête assez rapidement pour donner un exemple à Joan. Je dessine comme une bille alors je préfère donner des indications écrites, beaucoup plus pratique je dois avouer. Au bout d’une heure j’ai fini d’écrire toutes mes idées, Joan a l’air d’être en retard ça n’est pourtant pas son habitude. Je lui envoie un message rapidement lui rappelant qu’elle est en retard d’une heure.  J’ai pu m’occuper pendant ce temps mais actuellement je n’ai plus grand-chose à faire, ma patronne s’est occupée de tout ce qui restait. Je reste assise sur ma chaise fixant mon portable attendant une réponse, je l’appelle assez souvent espérant qu’elle réponde. Je vois ma patronne arriver et m’empresse de lui parler « Vous ne savez pas où est Madame Pryce ? » Elle me fait un geste négatif de la tête et je comprends qu’elle est bien en retard. Je n’aime pas quand les gens sont en retards, surtout qu’on doit bosser sur un truc sérieux. Au fur et à mesure que le temps passe, ma patience est mise à rude épreuve, je me lève vivement prise de frustration avec une pointe de colère qui ne cesse de grandir. Deux heures qu’elle devrait être là pourtant elle est absente. Je vais voir ma patronne. « Vous n’avez pas l’adresse de madame Pryce ? Je veux m’assurer que tout va bien. » La patronne me la donne, elle sait que je ne suis pas une criminelle. Mais elle ne va pas échapper à une petite crise de colère de ma part cette petite Joan.

Je toque encore et encore attendant qu’on veuille bien m’ouvrir. J’entends la voix de Joan derrière la porte, elle ouvre finalement la porte toute essoufflée tandis que mes sourcils froncés montrent mon mécontentement. Elle me dit être désolée, mais je lui répond bien assez vite «  J’espère que tu as une raison pour ne pas avoir entendu ton réveil parce que pour une fois j’étais motivée, à l’heure. » Je ne l’agresse pas, je montre juste que j’ai passé deux heures à l’attendre seule à rien faire. En tout cas, Joan a un style assez particulier quand elle se lève c’est vrai. « C’est bon c’est bon arrête de t’excuser, ce qui est fait est fait. » Je souffle. Ça me gave les excuses. En tout cas, je remarque très rapidement que Joan n’a pas l’air dans son assiette, elle est un peu palote.  Je rentre chez elle et m’installe confortablement « Un café s’il te plaît. » Ça me fera du bien un bon café chaud. « Franchement comment t’as fait pour ne pas entendre ton réveil, je t’ai appelé je sais pas combien de fois, même la patronne t’as appelé une fois je crois. Quand je pense que je me suis levée ce matin de bonne humeur maintenant c’est foutu. Et ne t’excuse plus, c’est dérangeant. » Je suis sans doute froide, mais qu’est ce que ça m’a saoulé d’attendre deux heures qu’elle arrive.  « Tu devrai peut-être prendre une douche, t’es toute blanche. » On dirait un mort vivant en exagérant. « T'es sur que ça va ?» Elle n'a pas vraiment l'air bien. C'est sur, elle cache quelque chose.
© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 09/07/2017
›› Commérages : 317
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Italia Ricci
›› Schizophrénie : Giovanni Esposito (Michael Fassbender) ✩ Asher James (Kevin Love)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Highway unicorn. (Yaël) ✻ ( Mer 9 Aoû - 1:07 )



✻ ✻ ✻
If you wear a dress, and have an animal sidekick, you're a princess.

Louper le réveil n’est pas dans les habitudes de Joan. Ca n’arrive qu’une fois tous les trois ans, et encore ! La jeune femme a la chance d’avoir un sommeil relativement léger. Le moindre bruit la réveille immédiatement. Lorsqu’il s’agit de son réveil, elle bondit hors de son lit sans même prendre le temps d’émerger. Ce matin, pourtant, elle n’a absolument rien entendu. Après avoir passé une bonne partie de la nuit au-dessus des toilettes, Joan s’est endormie comme une masse. Ca n’aurait pas vraiment eu d’importance si elle n’avait pas programmé un rendez-vous avec Yaël dès la première heure. Elle s’en veut terriblement d’avoir fait patienter Yaël pendant plus de deux heures, d’où ses excuses répétées et agaçantes. La colère de Yaël est entièrement légitime et totalement compréhensible. Joan aurait sans doute réagi de la même manière si les rôles avaient été inversés. Terriblement gênée, la brunette rougit très légèrement lorsque Yaël lui demande de ne plus s’excuser. En un sens, elle a raison. Ce qui est fait, est fait. Jusqu’à preuve du contraire, personne n’a été capable d’inventer la machine à remonter le temps. On ne va pas se mentir, ce genre d’invention pourrait changer bien des vies ! Joan souffle un bon coup et affiche un sourire. Maintenant qu’elle semble être pleinement éveillée, les deux jeunes femmes devraient pouvoir travailler sans la moindre encombre et autour d’un bon café bien chaud. Joan disparaît quelques instants dans la cuisine pour préparer les boissons et se saisit au passage du pot à cookies. Il n’y a rien de tel pour bien démarrer la journée.

Une petite vague de culpabilité submerge Joan, qui semble être à deux doigts de s’excuser à nouveau pour avoir gâcher la bonne humeur de Yaël. Elle se ravise cependant, esquissant un sourire qui trahit son malaise. « Je sais pas, ça m’arrive jamais. J’suppose que j’étais trop fatiguée pour l’entendre. » Dit-elle tandis qu’elle pose un plat de cookies devant la jeune fille. Elle part ensuite à la recherche de son téléphone portable et, effectivement, constate ce que Yaël lui explique. Joan ne prend jamais rien à la légère. Elle se soucie de la moindre de ses actions, au point parfois de s’en rendre malade. Elle a beau se dire qu’il n’y a pas mort d’homme et que louper le réveil arrive à tout le monde, elle voit ça comme une faute professionnelle et prie pour que celle-ci n’ait aucune répercussion. « J’arrête les excuses, mais s’il te plaît, tu peux retrouver ta motivation et ta bonne humeur pour moi ? » Joan, elle est mignonne comme ça. Elle tente de convaincre Yaël en usant de ses puppy eyes et de son sourire angélique. Si la jeune fille pouvait y mettre du sien, ça l'aiderait grandement à ce qu’elle se sente mieux. Le poids de la culpabilité serait moins pesant sur ses épaules. La brunette fait quelques allers retours supplémentaires entre la cuisine et le salon afin d’apporter les tasses remplies de café, le sucre et le lait. Yaël, pendant ce temps, juge son apparence un peu pâle. Joan ne peut pas nier qu’elle se sente encore fébrile, d’où sa petite moue. « T’en fais pas. On a du travail, je prendrai une douche plus tard. Sauf si tu me dis que je sens mauvais… » Bien qu’elle soit quasiment toujours fraîche, Joan est humaine. Le matin n’est pas synonyme de fraîcheur, et ça s’applique aussi pour elle. Avec sa mine fatiguée, ses cheveux rassemblés en un chignon un peu fouillis et son pyjama, c’est assez évident qu’elle ait mauvaise mine. « Je t’assure que ça va ! Tiens, sers-toi. » Elle pousse l’assiette de cookies vers elle et l’invite à boire son café. Joan, elle, ne se fait pas prier pour remplir son estomac. En espérant qu’elle ne se retrouvera pas à vomir dans les prochaines secondes. Puisque la première bouchée lui fait du bien, elle engloutit finalement son biscuit avant de boire une longue gorgée de café.

Pendant que Yaël se régale, Joan dépose sa tasse de café légèrement à l’écart, enlève les quelques miettes de cookies qui traînent sur la table et ouvre le dossier qui concerne la boutique pour laquelle Yaël travaille. Elle relit brièvement ses notes avant de récapituler à voix haute. « Donc, on doit revoir ensemble le logo et au passage la charte graphique, et une fois que ça sera fait, améliorer tous les supports papiers de communication. » Elle relève le nez de ses notes et se tourne vers Yaël. « Tu as commencé à réfléchir un peu pour le logo ? Je sais pas si t’as eu le temps d’en discuter avec ta patronne ou pas. » Les logos sont ce sur quoi Joan travaille le plus. Elle est habituée aux clients qui viennent lui réclamer une nouvelle identité pour leur entreprise, sans pour autant avoir la moindre idée de ce qu’ils désirent. Dans ce cas-là, le travail est plus fastidieux. Elle doit mener sa propre enquête pour cerner l’esprit de l’entreprise, et le message qui doit être véhiculé à travers le logo. Généralement, elle apprécie lorsqu’on lui apporte quelques ébauches. Même si elles sont parfois farfelues et inexploitables, Joan s’en aide pour être au plus proche de la volonté de ses clients. « Tu me dis si tu veux autre chose que des cookies, hein ! » Les placards de Joan sont remplis de cochonneries. La gourmandise la perdra, elle le sait. Si Ophelia et Paul n’étaient pas là pour la traîner à la salle de sport, elle serait probablement obèse depuis longtemps.

_________________
;
I'M NOT FLAWLESS, but I gotta diamond heart
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: Highway unicorn. (Yaël) ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Highway unicorn. (Yaël)

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération