The magic light between night and day [Dravella]

 :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
All that you need is in your soul.

❝ Family don't end with blood ❞
All that you need is in your soul.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 25/06/2016
›› Commérages : 566
›› Pseudo : Croquette
›› Célébrité : Jason Momoa
›› Schizophrénie : Sasha ₪ Sam ₪ Ax
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

The magic light between night and day [Dravella] ✻ ( Lun 7 Aoû - 12:13 )

Suite de ce RP




Bella + Draven
« The magic light between night and day.»

Installé sur la terrasse à l'aurore, j'observe les reflets dont le ciel se pare avec le levé du soleil. Une brise fraiche glisse sur ma peau nue. Assis sur l'une des marches du perron, mes mains glissent sur le tissu léger du pantalon de toile que je porte. J'ai du temps devant moi puisque j'ai préparé mes affaires la veille en vue de mon séjour avec Bella à Cherokee. Cherokee, ville de mes origines qui abrite le village indien d'Oconaluftee dans les smoky mountains. Comptant six heures de route jusque là-bas, nous avons prévus de partir d'ici vers dix heures ce matin, ce qui nous fera arriver sur les coups de quatre heures dans l'après-midi. Une fête a été organisée dans la réserve, un grand barbecue avec des festivités à ciel ouvert, des tipi ont même été installés pour permettre de dormir à l'extérieur pour ceux qui le désirent et j’ai déjà pour ainsi dire réservé l'un d'eux. Ça nous évitera de squatter chez Sahale,mon père ou chez l'un de mes cousins. Tous les habitants y seront présents et je tenais à faire découvrir la magie de cet évènement qui se déroule sur le week-end entier à Bella.

Mon téléphone me signale un appel de Sahale. Pas étonnant qu'il cherche à me joindre à cette heure-ci. Lui et moi sommes deux lève tôt. Il semble pressé de me voir arriver et veut connaitre mon horaire de départ. Je ne l'ai revu qu'une fois depuis la disparition de mon meilleur ami. Depuis, ça a été difficile de me décider à retourner là-bas. Ce lieu où résident tant de souvenirs partagés avec Dez. Lorsque je m'y suis rendu la dernière fois, c'était avec Akasha ma demi-sœur. C’est elle qui m'y a poussé à la base. Elle savait que j'avais besoin d'y retourner pour parler, soulager mon esprit et tenter de trouver une certaine paix grâce aux anciens et grâce à mon père. Mais il était encore trop tôt à ce moment-là pour que je parvienne à me familiariser avec mon deuil.
En parlant d'Akasha, elle a rencontré Bella il y a peu. Elle semble l'apprécier. Et elle est d'autant plus dégoûtée aujourd'hui de savoir que je me rends dans notre village sans elle. Akasha a déjà des projets avec ses amis de son côté et de fait, elle était à la limite d'annuler pour pouvoir nous suivre, mais sa bande de potes l'a vivement convaincu du contraire. La mère d'une de ses amies doit d'ailleurs venir la récupérer à neuf heures ici même. Il va être temps que j'aille la sortir du lit étant donné que contrairement à moi, elle n'a rien préparé du tout pour son petit week-end entre amis.

Je quitte mon perchoir pour grimper à l'étage et aller cogner à sa porte. Elle m'autorise à entrer et me tend les bras aussitôt pour réclamer un câlin. Akasha est débordante d'affection, toujours en demande comme une enfant. Là où la plupart des adolescentes rejettent tout ce qui ressemble de près ou de loin à une figure parentale, se mettant en tête que partager ce genre de moment câlin est quelque peu dépassé à leur âge ou est un coup à se taper la honte comme d'autres le proclament, Akasha elle, est toujours aussi "bisounours" même face à ses amis. Tout le temps à réclamer des papouilles, me bondir sur le dos, faire la folle et me réclamer de l'attention. Au final, j'ai plus le sentiment d'être un père qu'un grand frère. Mais l'un comme l'autre me satisfait tout autant.
Assis sur le bord du lit, elle se glisse entre mes bras en me serrant du plus fort qu'elle le peut.

- J'ai pas envie que tu partes ... .

- A la base, c'est toi qui devait t'absenter avec tes amis, je lui rappelle en resserrant mon étreinte autour d'elle, passant une main dans ses cheveux.

- Je voulais dire partir là-bas Sword, là-bas sans moi, insiste-t-elle.

- On s'y rendra dans le mois p'tit chat si ça peut te faire plaisir. Tu sais qu'il ne suffit que d'une visite pour leur donner prétexte à organiser un rassemblement. Dis-toi qu'on y retourne ensemble sous peu. J'organiserais ça avec ton grand-père, ça te va ?

Fin heureuse, Akasha approuve l'idée.

- Merci, t'es le meilleur ! déclare-t-elle avant de souligner d'un air taquin qu'il lui suffit de jouer finement pour me faire faire ce qu'elle veut, arguant même que la prochaine fois, elle s'arrangera pour que je l'embarque à Hawaii. Un projet qui ne devrait d'ailleurs pas tarder avec la fin de l’Été qui s'annonce. Envisager de retourner là-bas est quelque chose que j'appréhende. Pourtant, le désir et le besoin sont là. Besoin de retourner sur les lieux où nous avons vécu avec Dez, besoin de retrouver ces paysages, ce style de vie qui me manquent tant. Et pourtant quelque chose de moins enthousiasmant m'y attend. Des souvenirs, des moments heureux que je ne revivrais plus jamais et les démons que j'y ai laissé. Pourtant l'idée se fait de plus en plus un chemin dans mon esprit, se faisant presque pressante. Je redoute néanmoins de me laisser à nouveau submerger par ces fameux démons une fois là-bas étant donné la façon dont ça s'est passé la dernière fois. Certes c'était encore tout frais. De toute façon, il vient un moment où il faut bien affronter les choses.

- Hey oh !! On se réveille ! tente Akasha en me claquant les doigts sous le nez et en me secouant de me faire ainsi sortir de mes pensées.

Je laisse échapper un lourd soupir puis me redresse.

- Allez debout marmotte.

Elle croise les bras et me lance un regard déterminé et un brin boudeur.

- Humpf ... sérieux ? Tu vas me péter le dos avec tes bêtises de gosses ... déclarais-je alors que je sais très bien où elle veut en venir quand elle se met debout comme ça sur son lit et fait mine de bouder. Me pliant à sa requête silencieuse, je me rapproche du bord du lit et me place dos à elle pour la laisser grimper sur mon dos. Toi et tes délires de mômes, j'hallucine, t'as pourtant passé l'âge chaton.

- Y'a pas d'âge pour jouer à dada ! me proclame-t-elle en prenant exagérément une voix de fillette.

- Je me plie mais t'as intérêt à faire ta valise illico après la douche et le petit déjeuner, c'est clair ? Sinon je te fais passer par-dessus la rambarde, la menaçais-je d'une voix d'ogre alors qu'on descend les escaliers pour rejoindre la cuisine.

- Oui chef ! approuve-t-elle, pleine d'enthousiasme.

Une heure s'écoule et elle est pratiquement prête lorsque débarque la mère de son amie qui vient la récupérer. Il est un peu plus de neuf heures. Bella ne devrait pas tarder. C'est elle qui vient me récupérer, nous allons faire la route avec son Infiniti. Jolie bagnole dans le genre. Et question confort, ça nous assurera un trajet agréable tandis que nous nous relaierons au volant, comptant une petite pause pour manger le midi en route.
Akasha me quitte après un dernier gros câlin et rejoint la voiture où son amie et sa mère l'attendent. La maman m'interpelle d'ailleurs au dernier moment et je me rapproche de la portière alors qu'elle a zappé de me demander s'il y avait un numéro où me joindre là-bas en cas de soucis, si le téléphone portable venait à ne pas passer. Je lui fait signe d'attendre une minute pour aller récupérer de quoi noter et rejoins rapidement le hall d'entrée, remarquant en traversant la cours que ton véhicule arriver au loin. Je reviens vers elle et prend appui sur le toit de sa voiture pour griffonner le numéro de téléphone fixe de Sahale.

- C'est le numéro de mon père, vous pourrez aisément me joindre par son intermédiaire au besoin, déclarais-je en lui tendant le morceau de papier avec les dites coordonnées.

Tandis que je m'écarte du véhicule et leur adresse un dernier signe d'au revoir, tu descends de la bagnole garée non loin et mon sourire refait alors surface.

- Bonjour Cioccolatino ... glissais-je en venant t'embrasser.

©️ 2981 12289 0


Cherokee blood run in my veins.
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/05/2017
›› Commérages : 98
›› Pseudo : Croquette
›› Célébrité : Megan Fox
›› Schizophrénie : Megan Lindberg
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: The magic light between night and day [Dravella] ✻ ( Lun 7 Aoû - 15:56 )

The magic light between night and day. × ft. Dravella
Dans les dernières semaines, t'as eu le temps de régler pas mal de choses. T'as d'ailleurs acheté une grande maison, elle se révèlera sans doute trop grande pour toi, mais quelque part une grande maison te rassure. T'as également terminé ce contrat, t'attendais que ta cuisse soit guérie avant de t'y mettre question de ne pas mettre ta vie en danger une fois de plus. Au moins là t'étais accompagnée d'Ezio, un ancien militaire italien qui fait au moins deux mètres et qui te sert d'homme de main ce qui te sera fort pratique pour les évènements qui vont suivre à ton retour. T'as déjà établi un contact avec Matthias et par la même occasion trouvé de la clientèle pour les armes que tu vends. Tu t'es assuré de ne rien laisser traîner avant de partir avec Cherokee, tu ne voudrais pas te faire suivre et ainsi que les autres courent un danger potentiel par ta faute.

La veille t'as passé plus de trois heures et demie pour faire tes valises, parce que penser que tu te contenterais d'une seule valise serait bien mal te connaître. Tes affaires ont d'ailleurs été expédiées d'Italie et tu as pu les recevoir il y a quelques jours. Ta tonne de vêtements qui coûte la peau des fesses remplit désormais ta penderie au 3/4, ce qui veut dire que t'as encore de la place pour les prochaines saisons à venir où tu pourras te faire plaisir avec tous ces beaux vêtements. Mais pour les prochains jours, tes talons et tes tailleurs te seront inutiles parce que la valise réservée à tes vêtements est remplie de robes longues, de pantalons amples et de beaux vêtements qui demeurent parfait pour toute occasion tout en restant confortable. Comme Drav t'as parlé d'un grand barbecue, tu t'es mis derrière les fourneaux afin d'apporter ta contribution alimentaire, hors de question d'arriver les mains vides. T'as aussi apporté quelques bouteilles d'alcool italien pour être certaine.

Neuf heures tapant, t'es debout et tu te traînes de force sous le jet de la douche. Neuf heures trente, t'es habillée, coiffée et maquillée, que très légèrement, mais tout de même. Tu commences donc à remplir le coffre de l'infiniti avec tes deux grandes valises ainsi que le bac de plastique contenant toute la nourriture préparée la veille. Certains Italiens sont fermés à l'idée de découvrir de nouvelles cultures, mais toi, tu ne tiens plus en place. Tu as hâte de découvrir l'endroit où Drav à grandi ainsi que sa culture et surtout la nourriture... si elle est aussi bonne que ce que Draven te cuisine, tu devrais repartir avec au moins cinq kilos en plus ! Pour la durée du séjour, t'as fermé tes deux portables que t'as fourré très loin dans ta seconde valise avec ton arme de poing, juste au cas où. T'as également apporté tes crèmes et tes soins quotidiens question de ne pas prendre une seule ride.  

Dix heures vingt tapant, tu éteins le moteur de l'infiniti, t'as même été faire le plein pour le long voyage, vous devrez d'ailleurs arrêté quelque part en chemin pour remplir de nouveau la voiture d'essence, mais sinon tout est réglo. Par contre si les policiers vous arrêtent, ils risquent de se demander pourquoi la voiture est pare-balle, mais ça, ce n'est qu'un détail. En Italie t'as pas ce problème parce que la police est corrompue par la mafia, tout comme le gouvernement et le pape. En échange des services rendus, la cosanostra (mafia) fait régner l'ordre dans la ville promettant aux habitants une paix d'esprit totale face aux autres gangs qui essaient parfois d'envahir Roma.  Pavarotti est presque en train de briser les fenêtres de l'infiniti lorsque tu coupes le moteur afin de sortir de ta voiture. Lunettes de soleil sur le nez, tu t'appuies sur la portière de la voiture pendant que Draven dit au revoir à Akasha, d'ailleurs t'as toujours du mal à prononcer son prénom, mais tu l'aimes bien. Elle a de la chance d'avoir Drav pour s'occuper d'elle aussi bien. Tu la salues d'ailleurs avec un sourire avant qu'elle ne quitte pour son week-end avec ses amis.
 
- Bonjour Cioccolatino ...

Au moment où Sword s'approche de toi, ton sourire s'agrandit avant que tu ne laisses échapper un rire face à ce surnom adorable.

- Buongiorno mio bello...

Tu lui rends d'ailleurs son baiser avec sensualité et tendresse avant de murmurer :

- Tes valises sont prêtes princesse ?

Un sourire d'amusement se glisse sur tes lèvres tandis que tu le dévores du regard tout en haussant un sourcil. Lorsqu'il se retourne, tu en profites afin de claquer sa fesse droite et finalement ouvrir la portière arrière puisque le coffre est plein avec tes valises et toute la nourriture préparée la veille pour le barbecue. D'un coup, tu abaisses les sièges afin que sa valise puisse entrer aisément. L'infiniti est énorme et pour transporter des armes c'est génial. D'ailleurs, tu attrapes une plaque d'immatriculation ainsi qu'une paire de pinces avant de te poser derrière la voiture et changer la plaque rapidement. En changeant de plaque d'immatriculation, impossible de te faire repérer par tes ennemis, de toute façon personne ne veut ta peau, pas pour le moment.
 
code by lizzou × gifs by tumblr


Darling I'm a nightmare dressed like a daydream.
You're the king baby I'm your queen, wait the worst is yet to come ; screaming, crying, perfect storm. Boys only want love if it's torture don't say I didn't say I didn't warn you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
All that you need is in your soul.

❝ Family don't end with blood ❞
All that you need is in your soul.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 25/06/2016
›› Commérages : 566
›› Pseudo : Croquette
›› Célébrité : Jason Momoa
›› Schizophrénie : Sasha ₪ Sam ₪ Ax
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: The magic light between night and day [Dravella] ✻ ( Lun 14 Aoû - 11:34 )


 

 
Bella + Draven
 
« The magic light between night and day.»

 - Bonjour Cioccolatino ... déclarais-je, un tendre sourire aux lèvres alors que je me dirige vers toi.

- Buongiorno mio bello...

Ta seule présence me fait un bien fou sans compter l'idée de ce séjour ensemble à Cherokee. Je ne veux qu'il n'y ai aucune place à la mélancolie ou à quelque sentiment négatif que ce soit. Je veux me montrer sous mon meilleur jour et profiter pleinement de ces quelques jours avec toi sans penser à rien d'autre qu'à nous et aux bons moments que nous nous apprêtons ainsi à passer ensemble. Nos lèvres se rencontrent dans une caresse sensuelle qui suffit à me faire frissonner et me donner envie de retarder notre départ d'une petite heure mais ce ne serait pas raisonnable étant donné le temps de route.

- Tes valises sont prêtes princesse ?

Ta façon de me dévorer ainsi du regard accentue le sourire déjà présent sur mes lèvres. Je te caresse la joue du dos de la main et vais de ce pas récupérer mon sac dans le hall de l'entrée. Tu agrémentes mon départ d'une claque sur les fesses.

- T'amuses pas trop à ça si tu ne veux pas nous mettre en retard.

Je fais un tour rapide de la maison puis verrouille l'entrée avant de rejoindre le véhicule. Je jette mon sac à l'arrière puis vais récupérer une caisse posée sur le porche avec quelques-uns de mes ouvrages réalisés à l'atelier, destinés comme présents pour la famille et quelques autres proches.
Je remarque ta manœuvre à l'arrière du véhicule avec la plaque d'immat' mais n'en dis pas mot. Je percute cependant un instant plus tard une fois à bord sur le fait que je suis guère surpris d'avoir constaté plus tôt que le coffre était plein.

- J'en étais sûr pour le coffre, t'as pas pu t'empêcher d'embarquer ta penderie entière pour le week-end, lâchais-je amusé alors que nous sommes désormais en route, nous éloignant de la maison pour prendre la route. Qu'est-ce que tes valises renferment comme trésors ? demandais-je.

J'abaisse la vitre de mon côté et pose le bras sur le rebord de la portière. Nous quittons bientôt la ville, prenant la direction de l'ouest de l’État.

- T'as rien de plus entrainant ? dis-je bientôt en farfouillant dans la boite à gants au cas où y traine une pochette à cd histoire d'écouter autre chose que Pavarotti. J'ai apporté de la musique pour le voyage au cas où moi aussi. Je finis par trouver quelque chose qui me plait bien à la radio en attendant de mettre la main sur un truc susceptible de me plaire dans mon sac en me penchant un instant vers l'arrière. Une musique entrainante résonne bientôt dans l'habitacle alors que je mets la main sur du Limp Bizkit et tandis que nous sommes stoppés un instant à un feu rouge, j'attrape ta main et te fais remuer en rythme avec moi sur la musique tandis que mon visage traduit toute la joie qui m'habite présentement. Avec toi, j'ai l'impression d'être dans un cocon, coupé de tout, oubliant toute la douleur qui m'étreint depuis les évènements malheureux du début d'année. J'ai le sentiment qu'il existe un monde meilleur pour moi à portée de main. Notre petit monde à nous. Rien qu'à nous. "Build a bridge" de Limp Bizkit (clic clic) joue dans l'habitacle alors que je me mets à chanter certaines des paroles "Wait... wait for me... . wait... please wait for me".

Je continue de remuer en cadence puis dépose un baiser sur le dos de ta main alors que je la libère. Bientôt, le morceau suivant du même groupe passe à "Eat you alive" et je prends un air à demi féroce alors que je m'amuse à te traduire combien j'ai envie de te dévorer vivante, tout entière pour ne faire qu'une délicieuse bouchée de toi.
Je reprends quelques paroles sur un ton plus doux et mélodieux.

♫- I just wanna look at you (Je veux seulement te regarder) I just wanna look at you
I just wanna look at you all day (Je veux seulement te regarder toute la journée)
There ain't nothin wrong, no (Il n'y a rien de mal, non)
There ain't nothin wrong with that (Il n'y a rien de mal à ça) ♫

Ma bonne humeur semble emplir l'habitacle alors que j'augmente le volume et continue à danser gentiment en remuant. L'air qui s'engouffre à l'intérieur fait remuer quelques mèches de mes cheveux et je pose un instant ma main par-dessus la tienne, laquelle est posée sur le pommeau de vitesse. Le visage tourné dans ta direction, mon sourire ne quitte pas mes lèvres alors que je te contemple un instant.
Je songe au hasard incroyable qui nous a mené dans le même coin et combien j’en suis heureux.
 
 
©️ 2981 12289 0


Cherokee blood run in my veins.
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/05/2017
›› Commérages : 98
›› Pseudo : Croquette
›› Célébrité : Megan Fox
›› Schizophrénie : Megan Lindberg
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: The magic light between night and day [Dravella] ✻ ( Mer 23 Aoû - 20:28 )

The magic light between night and day. × ft. Dravella
Toi et la bonne conduite d'un véhicule, ça fait deux. En même temps, t'as jamais passé le permis, suffisait d'un faux permis et le tout était joué, t'as donc jamais eu de cours. Bon, papa t'as montré les bases, mais demeure que t'es une très mauvaise conductrice. En Italie quand tu te fais arrêter par un policier, souvent parce que tu dépasses les limites de vitesse de presque 100km/h, suffit de lui faire les beaux yeux en lui tendant ta carte d'identification pour qu'il te laisse partir. La cosa nostra a un accord avec le gouvernement et le vatican ; ils s'occupent de faire régner l'ordre et la sécurité, si en échange ils peuvent avoir carte blanche sur la vente d'armes, le blanchiment d'argent et bien d'autres choses complètement illégales.
 
Ce week-end, tu comptes bien rester sage, pfff toi ? Sage ? Il te fallait bien un homme comme Drav pour te contenir ou encore pour te faire exploser une fois de temps à autre. Ce week-end sera des plus agréables, découvrir le village d'où vient Draven et en même temps découvrir la culture amérindienne tout en dégustant de la bonne nourriture en excellente compagnie, quoi demander de plus ? Quand il t'embrasse, tu te retiens de prolonger ce baiser de nouveau parce que toi et lui... ça dégénère très rapidement et tu en voudrais surtout pas être en retard, surtout que vous avez prévu partir tôt et arriver pour le dîner.


- T'amuses pas trop à ça si tu ne veux pas nous mettre en retard.


Tu te contentes de lui répondre avec une simple moue boudeuse avant de grimper derrière de volant, posant tes lunettes de soleil Valentino sur ton nez afin de ne pas être aveuglée par le soleil pendant ton bout de chemin. Tu ne tardes pas à démarrer le moteur afin de prendre la route vers Cherokee, après quelques feux de circulation, vous voilà sur la route qui vous mènera à la destination finale, évidemment le GPS de la voiture te guide en Italien ce qui t'aide grandement parce que sans ça, vous risqueriez d'arriver sur place que deux semaines plus tard si ce n'est pas plus.


-J'en étais sûr pour le coffre, t'as pas pu t'empêcher d'embarquer ta penderie entière pour le week-end. Qu'est-ce que tes valises renferment comme trésor ?


Un sourire d'amusement prend place sur tes lèvres avant que tu ne réfléchisse quelques secondes.

- Disarono, Amaretto, du vin fait maison par un ami de mon père. Sinon j'ai passé les deux derniers jours derrière les fourneaux... j'espère en avoir fait assez ! J'ai fais des gressins, du risotto, lasagna et un immense tiramisu ! J'ai aussi apporté du fromage et de la petite viande italienne que j'ai trouvé au marché dans lequel on a failli s'envoyer en l'air !

Ta dernière phrase te fait rire avant que tu continues d'énumérer le contenu de tes valises.

- Étonnamment j'ai seulement une valise de vêtements. L'autre contient des sous-vêtements, mes produits de beauté, mes chaussures et quelques maillots de bain ! Je sais pas comment vous êtes habillé là-bas, alors j'ai apporté de tout, excepté pour la robe de bal !

Tu termines à peine ta phrase qu'une femme te coupe le chemin en plein visage sans même s'en préoccuper. Aussitôt, tu abaisse ta fenêtre et lui offre un joli doigt d'honneur avant de sortir ta tête et lui crier : «PUTANA ! APPREND À CONDUIRE PORCA PUTTANA TROIA ! (Nom d'une salope de pute)». Directement après, tu avances rapidement avant de freiner à la dernière seconde afin d'éviter un contact entre ton par choc et le derrière de sa voiture.

- Bon sang les américains vous savez pas comment conduire merdia!



Évidemment tes paroles sont accompagnés de gestes très vifs. Dès l'instant où la femme en voiture qui se trouve juste devant vous commence à accélérer suite à cette petite peur, un sourire de satisfaction se dessine sur tes lèvres.


- T'as rien de plus entrainant ?


Tu lèves un sourcil de curiosité avant de sourire avec amusement tout en haussant les épaules.

- Si Pavarotti n'est pas assez entrainant pour toi...

Lorsque la musique commence à se faire entendre, tu fronces les sourcils tout en secouant la tête de manière négative, toujours avec amusement. Tu pinces par contre les lèvres lorsqu'il ouvres la boîte à gants de la voiture puisque tu y conserves toujours des munitions pour ton arme de poing, cependant tu réalises au dernier moment que t'as retiré ces munitions justement afin de ne pas éveiller trop de soupçons.  Pendant ta conduite, tu ne peux t'empêcher de jeter quelques coups d'œil à Drav tout en souriant encore et encore. Lorsque la nouvelle musique se fait entendre dans l'habitacle de la voiture, tu souris d'avantage parce que tu te souviens avoir écouté encore et encore les morceaux de ce groupe lorsque tu étais adolescente et dans ta période rebelle. 

Le vent dans les cheveux, tu souris avec douceur lorsque Drav pose sa main sur la tienne, ton regard s'ancre dans le sien pour quelques petites secondes avant que tu ne le reposes sur la route. La tentation est beaucoup trop forte, tu lui voles un sensuel baiser avant de reposer ton attention sur la route.  Par la suite, la chanson My way du même groupe emplit l'habitacle de la voiture ce qui te fait sourire et te donne une idée complètement folle. Tu détaches donc tes cheveux et commences à secouer ceux-ci d'une manière rythmée l'espace de quelques secondes tout en chantant : It's my way or the highway. Tu reposes ta tête contre l'appui-tête du siège conducteur tout en regardant Draven avec un sourire d'amusement.

- Si tu penses avoir tout vu avec moi, t'as pas terminé chéri !



3 heures plus tard, vous voilà à une station-service. Celle-ci se trouve au beau milieu de nulle part et serait parfaite pour les films d'horreur complètement clichés.  T'es donc appuyée sur la voiture en train de faire le plein d'essence afin que vous puissiez faire les trois heures de route qui vous sépare de Cherokee. Draven lui, est à l'intérieur afin de payer l'essence et tu ne peux t'empêcher de sourire pendant que tu le regardes d'une manière presque amoureuse. Rien n'arrive pour rien, même si t'as encore du mal à croire qu'il soit réellement là.  Rares ont été les hommes qui ont réussi à te faire craquer de la sorte, en fait Draven a été le seul.  Il réussit à te faire baisser ta garde d'une manière presque perturbante et dangereuse, mais tu sais qu'il te ne ferait jamais de mal et tu lui fais confiance à 100%. Tes lunettes de soleil dans tes cheveux attachés en un chignon rapide, ton sourire s'agrandit alors qu'il sort de la station-service. Les sentiments commencent à refaire surface, et tu ne peux pas te le cacher, pas cette fois, quitte à souffrir le martyre.

- Prêt mio bello ?

Le réservoir d'essence plein, tu refermes celui-ci avant de t'approcher de ton brun favori et te mettre sur la pointe des pieds afin de l'embrasser d'une manière douce et tendre et ainsi avoir ta dose de baisers pour la route. Tu vois ? Finalement t'es capable d'être douce et tendre ! C'est Draven qui fait ressortir le meilleur de toi. 

 
code by lizzou × gifs by tumblr


Darling I'm a nightmare dressed like a daydream.
You're the king baby I'm your queen, wait the worst is yet to come ; screaming, crying, perfect storm. Boys only want love if it's torture don't say I didn't say I didn't warn you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
All that you need is in your soul.

❝ Family don't end with blood ❞
All that you need is in your soul.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 25/06/2016
›› Commérages : 566
›› Pseudo : Croquette
›› Célébrité : Jason Momoa
›› Schizophrénie : Sasha ₪ Sam ₪ Ax
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: The magic light between night and day [Dravella] ✻ ( Dim 27 Aoû - 10:34 )





Bella + Draven
« The magic light between night and day.»

Plaisir est de constater que tu sembles t'être pas mal investie dans la préparation de plats pour l'occasion. L'attention me fait plaisir et ça sera assurément le cas de mon entourage. Alors que nous sommes en route, une voiture te coupe sous le nez à un carrefour et ta furie se traduit par un doigt d'honneur fièrement adressé par la vitre baissée et quelques jurons en italien. Tu provoques la conductrice du véhicule devant en faisant mine de vouloir emboutir l'arrière de sa voiture et pile à la dernière seconde.

- Bon sang les américains vous savez pas comment conduire merdia !

- T'es sûre de toi là ? soulignais-je avec un sourire amusé et gentiment teinté d'ironie.

Cette façon que tu as de t'emporter tel un volcan qui explose sans prévenir m'amuse beaucoup. Ton tempérament enflammé te colle décidément à la peau et a quelque chose de charmant.
Tandis que je change de musique et me laisse bientôt entrainer par les paroles, je remarque les quelques regards que tu m'adresses. Un sourire s'attarde sagement sur tes lèvres. Le courant d'air qui s'engouffre à l'intérieur de l'habitacle fait voleter tes cheveux tandis qu'il me fait parvenir les douces effluves de ton parfum. Ma main glisse un instant sur quelques mèches à portée de ton épaule. Arrêtés à un carrefour, je ne résiste pas au baiser que nous partageons avant que le feu tricolore ne repasse au vert et que tu reprennes la route. Alors que tu reprends à ton tour les paroles et remue sur le rythme en donnant du mouvement à tes cheveux, tu as cette lueur pétillante dans le regard.

- Si tu penses avoir tout vu avec moi, t'as pas terminé chéri !

- Je ne doute pas que tu auras toujours de quoi me surprendre, glissais-je.

Le trajet est agréable, nous empruntons des nationales sinuant à travers forêts et coins de campagne tout-à-fait charmants. Je me perds dans la contemplation du paysage entre deux discussions. Puis un moment de silence s'installe après un pue plus de deux heures et demi de route. Tu repères bientôt une station-service sur une portion de bitume déserte seulement entourée de forêt. A se demander si elle est toujours en service. Mais c'est bien le cas et nous y faisons ainsi le plein.
Appuyée contre le flanc de la voiture tandis que la pompe déverse le carburant dans le réservoir, je sors moi aussi me dégourdir les jambes. M'étirant en faisant quelques pas non loin de toi, j'attends que tu termines pour pouvoir aller régler.

- Allez, encore trois petites heures et nous y sommes. A partir de maintenant, je prends le relais au volant, déclarais-je avant de remarquer que tu en as presque terminé et me diriger vers la petite boutique en bois dont la peinture s'écaille et dont les vitres sont à moitié crasseuses, témoins que la bicoque a souffert avec le temps et le manque d'entretien. Il y a quelques trucs en vente à l'intérieur, à boire et de quoi grignoter. Je nous prends un paquet de M&M's ainsi qu'un paquet de barres chocolatées. Je t'aperçois un instant par la surface vitrée en passant entre les quelques étales avant de me diriger en caisse. Tu es vraiment séduisante ce matin. Moins maquillée et sophistiquée que d'habitude, tu sembles avoir opté pour plus de naturel et j'adore te voir comme ça, sans trop d'artifices. Je me mords un instant la lèvre en t'observant l'espace de quelques secondes tandis que je te vois rassembler tes cheveux en un chignon lâche. C'est une sensation étrange de ressentir à nouveau ce genre de pincement au cœur ou plutôt de fourmillement dans l'estomac. Un sourire se glisse sur mes lèvres tandis que je prends la direction du comptoir.
J'y dépose les deux articles et glisse la main dans ma poche arrière pour y récupérer mon porte-feuille. Le type en caisse ne semble pas avoir le sens de l’accueil, il ne décroche pas un mot et m'observe d'un œil torve. Son physique va de paire avec l'état de son établissement. Le genre peu soigneux et plutôt du genre à cracher sur les clients. J'hésite un instant en me demandant si sa marchandise est fiable et jette un œil discret sur les dates de péremption notées au dos. On ne sait jamais.
Une fois réglé la somme, je quitte les lieux sans un au revoir. Le gérant ne semble pas se plier à ce genre d'usages, pourquoi s'embêter ? Toutefois, alors qu'il semblait jusqu'ici ne pas décrocher un seul mot, il lance une remarque alors que je passe déjà la porte, sans doute par provocation.

- Jolie vot' dame.

Je fais mine de ne pas relever et poursuis mon chemin comme si je n'avais rien entendu. J'ai toutefois noté son ton un brin graveleux. Tant que ça s'arrête là, il n'y a pas de quoi s'enflammer. Je m'approche alors que tu m'attends, appuyée contre le capot. Je jette les deux sachets de friandises sur le siège passager par la vitre restée ouverte et dépose un baiser dans ton cou alors que j'attrape les clés que tu agites devant moi.

- Prêt mio bello ?

- Plus que jamais.

Tu refermes la partie qui dissimule le bouchon du réservoir et te rapproches de moi d'une démarche légèrement chaloupée. Je t'adresse un regard si plein d'intensité qu'il m'en rend presque trop sérieux tandis que tu te hisses sur la pointe des pieds pour atteindre mes lèvres. Je joues un instant avec toi en me dressant de toute ma hauteur pour ne pas te faciliter la tâche si aisément mais tes lèvres s'assurent de trouver les miennes muées par toute la volonté et toute la douceur que tu désires y mettre. Mes lèvres s'étirent en un doux sourire alors qu'elles se juxtaposent aux tiennes. Séparées un instant, nos regards se perdent l'un dans l'autre. Tu me fais frémir des pieds à la tête juste à ta façon de me dévorer ainsi des yeux.

Coupant court à mon trouble avant qu'il n'ait raison de moi, je m'écarte alors pour rejoindre le côté conducteur. Avant de grimper à bord, j'appuie un instant mes bras sur le toit du véhicule et attire ton attention alors que tu t'apprêtes aussi à monter.

- Dégageons avant qu'on inspire des pensées salaces au bonhomme, dis-je en faisant référence au gérant de la boutique, qui semble avoir le nez collé au carreau.

Nous reprenons ainsi la route. Les pneus crissent sur le gravier tandis que je coupe la voie pour reprendre la bonne direction. Il n'y a vraiment pas un chat dans les environs. Je me demande comment ce type survit avec sa station vu le peu de passage.
En t'installant côté passager, tu as posé les friandises que je nous ai pris dans le vide poches central.

- Tu m'en files ? t'indiquais-je en désignant le paquet de M&M's, tendant bientôt ma paume ouverte pour que tu en fasses tomber quelques-uns.

J'en avale bientôt une poignée et t'invite à changer de musique pour choisir une musique plus douce. J'ai toujours été un grand amateur de bandes originales de films. Celle du troisième volet de la trilogie Death Note "L change the world" compte parmi les disques que j'ai embarqué avec moi. Je te demande d'ailleurs si tu as vu les films en question. je ne suis pas fan des films japonais mais ceux-ci sont une réussite. Il y a tellement de choses que j'ai envie de te faire découvrir en matière de cinéma. Jusqu'ici, nous avons passé notre temps ensemble à bien d'autre choses mais nous ne nous sommes encore jamais posé devant un bon film. Ça sera sans doute pour l'automne, lorsque le temps nous invitera à être un peu plus casaniers.

©️ 2981 12289 0




Cherokee blood run in my veins.
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/05/2017
›› Commérages : 98
›› Pseudo : Croquette
›› Célébrité : Megan Fox
›› Schizophrénie : Megan Lindberg
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: The magic light between night and day [Dravella] ✻ ( Dim 3 Sep - 18:52 )

The magic light between night and day. × ft. Dravella
Ce genre de petite station-service te fait presque froid dans le dos, bon t'es pas une amatrice de films d'horreur, mais ce serait exactement ce genre de station-service. Celles qui sont glauques et qui donnent presque l'impression qu'un cadavre se cache dans l'arrière-boutique, et ça, c'est sans parler du propriétaire de l'endroit. D'ailleurs, celui-ci doit penser que c'est lui que tu regardes ainsi, mais tu n'as d'yeux que pour Drav, faudrait être folle pour regarder quelqu'un d'autre alors que t'as tout ce dont t'as besoin sous la main avec lui.

Le seul baiser qu'il dépose contre la peau de ton cou suffit à t'enflammer encore plus. Avec lui, t'as pas que des papillons dans l'estomac, t'as le zoo en entier. C'est dans ces moments-là que tu te souviens pourquoi tu n'étais pas capable de développer d'affection pour d'autres hommes. Comme de vulgaires déchets, tu les prenais, et les jetais aussitôt. Son regard te fait frémir de la tête aux pieds tandis que tu quémandes silencieusement un baiser, baiser qui s'avère plus difficile à avoir que ce que tu avais prévu, mais un sourire d'amusement se  dessine sur tes lèvres justes avant qu'elles ne rencontrent celles de Drav. Avec vous deux, rien qu'un baiser suffit à réveiller ce désir de vouloir aller plus loin. Lorsqu'il quitte tes lèvres, tu échappes un petit grognement avant de rire face aux dires de Draven concernant les pensées salaces du bonhomme.

- Si c'est le cas il aurait bien besoin de regarder un peu de porno, si on repasse par ici ce serait presque tentant de lui en apporter !

Le sourire d'amusement reste sur tes lèvres tandis que tu grimpes dans la voiture, côté passager cette fois.  D'ailleurs, tu t'installes confortablement, ta main posée sur la cuisse de Sword, et tes yeux rivés de temps à autre sur le paysage, ou encore sur lui. Tu ne te gênes pas pour le dévisager complètement, admirant la vue. De toute manière, le paysage ne lui arrive même pas à la cheville.  Les chansons qui se suivent ne te disent rien du tout, mais tu aimes beaucoup.

Parlant de films, t'as d'ailleurs eu la chance de regarder ce film français avant de partir d'Italie. Un film vraiment touchant qui a presque fait pleurer ton père.

- Tu m'en files ?

Lorsque Draven te demande des M&M, t'as presque déjà englouti la moitié du sac. Tu hausses donc un sourcil tout en haussant les épaules.

- Pas de bras, pas de chocolat...

Tu ne peux pas t'en empêcher, c'est beaucoup plus fort que toi. Tu mords l'intérieur de ta joue tout en regardant sa réaction du coin de l'œil avant d'exploser de rire face à ta propre connerie.  D'ailleurs, la plupart des friandises américaines te donnent presque envie de vomir, mais les M&M sont l'exception à la règle, tu en mangerais toute la journée si tu le pouvais.

- T'as pas envie de t'arrêter pour manger ? J'ai vraiment faim et on va devoir passer acheter d'autres M&M...  Il me semble avoir vu un petit resto avec une station-service quand j'ai vérifié la route sur Google...

Une idée salace te passe en tête, mais tu l'oublies bien rapidement parce que vous n'avez pas vraiment le temps pour ça. Il est déjà 13 heures et vous avez encore un bon 3 heures de route à faire, vous n'avez donc pas le temps pour des galipettes, ce qui est fort dommage.

L'été est presque déjà terminé et le froid commence tout doucement à prendre place, mais fort heureusement pour vous, ces quelques jours s'annoncent assez chaud, probablement les derniers de la saison.  En Italie, la chaleur est presque intenable, mais tu adores ça, alors tu n'oses même pas imaginer le moment où le froid s'installera. Tu regardes par la fenêtre pendant que ton estomac te fait part de son insatisfaction puis tu files à l'arrière de ton véhicule afin de prendre ton iPhone qui était rangé bien précieusement dans l'un de tes bagages. Après quelques minutes seulement, tu te rassois sur le siège passager tout en installant ton portable en mode GPS.

- Tu sais qu'en Italie il est criminel de laisser quelqu'un mourir de faim ?

Bon, premièrement t'en as rien à foutre des lois et deuxièmement cette information est fort possiblement erronée. Évidemment t'as fait part de cela à ton brun favori avec un sourire au coin des lèvres.  Il est vrai qu'en Italie la nourriture prend une très grosse place, et si il y a bien quelque chose que tu détestes c'est d'avoir faim. T'es pire qu'un enfant qui chiale : « On arrive bientôt ?! J'ai faim !!» et tu le sais, parfois t'es insupportable, mais Draven t'apprécie ainsi, non ?

code by lizzou × gifs by tumblr


Darling I'm a nightmare dressed like a daydream.
You're the king baby I'm your queen, wait the worst is yet to come ; screaming, crying, perfect storm. Boys only want love if it's torture don't say I didn't say I didn't warn you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
All that you need is in your soul.

❝ Family don't end with blood ❞
All that you need is in your soul.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 25/06/2016
›› Commérages : 566
›› Pseudo : Croquette
›› Célébrité : Jason Momoa
›› Schizophrénie : Sasha ₪ Sam ₪ Ax
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: The magic light between night and day [Dravella] ✻ ( Lun 4 Sep - 12:16 )





Bella + Draven
« The magic light between night and day.»

- Tu m'en files ? te demandais-je alors que tu t'es déjà jetée sur le paquet de M&M's.

- Pas de bras, pas de chocolat...

- Je peux devenir féroce quand j'ai faim, soit pas trop taquine sur ce point sensible, m'amusais-je en cherchant à te piquer le paquet. Tu te montres joueuse un instant mais m'en file une petite poignée après quelques secondes. Je change de musique après un quart d'heure et nous met l'album "Out of Time " de REM en lançant mon morceau préféré "Texarkana". Je dodeline de la tête en conduisant et en tapant le volant en rythme.
Une nouvelle poignée de M&M's vient apaiser mon estomac qui gronde au même moment où tu propose qu'on s'arrête pour manger dans un petit dinner à côté d'une station service quelques kilomètres plus loin, lequel tu as repéré plus tôt sur google map.

- T'as pas envie de t'arrêter pour manger ? J'ai vraiment faim et on va devoir passer acheter d'autres M&M's... Il me semble avoir vu un petit resto avec une station-service quand j'ai vérifié la route sur Google... .

- Comment ça il n'y a déjà plus de M&m's ?! J'ai à peine eu le droit à deux poignées ! fis-je l'air de m'emporter.
Un instant plus tard, tu passes à l'arrière en te glissant entre les deux sièges pour aller farfouiller dans un de tes sacs.

- Qu'est-ce que tu fous avec ça ? dis-je en désignant ton mobile, voyant que tu mets le mode GPS. Je connais la route par cœur, range ton foutu truc.

La route défile sous nos yeux. Le soleil est bien haut dans le ciel, il doit être plus de midi et demi passé.

- Tu sais qu'en Italie il est criminel de laisser quelqu'un mourir de faim ?

- Tu sais que dans mon monde, c'est criminel d'être une rapace comme toi ? dis-je par rapport au fait que tu t'es envoyé quasiment tout le paquet de friandises.

Je ne résiste pas à ce petit sourire aux coins de tes lèvres et me penche un instant, gardant une main appuyée sur le volant tandis que je tourne ton visage vers le mien de l'autre et dépose un baiser sur tes lèvres.

- Arrête de te plaindre, on arrive bientôt, te rassurais-je en te désignant bientôt la petite ville qu'on aperçoit au loin.

Arrivés à hauteur du panneau de bienvenue de cette dernière, le dinner que tu as repéré sur la carte se trouve bientôt sur notre chemin et je coupe la route pour aller nous garer sur le parking. L'endroit est bien rempli. Il fait bon dehors et quelques personnes se sont mises en terrasse. Du coup, nous faisons pareil. La vue est agréable car cette dernière se situe sur le côté du restaurant avec vue sur un bout de prairie et la montagne plus loin. On entend moins le passage des voitures sur la route, ainsi légèrement éloignés.
Après avoir commandé, on discute tranquillement du trajet qu'il nous reste à faire.

- Encore 3 petites heures de route. Si tu veux je continues au volant, ça me dérange pas, j’ai toujours adoré conduire et ton véhicule est confortable, c'est agréable. On ne sent pas passer les kilomètres.

Nous commençons à manger et je te parle de quelques anecdotes concernant mon cousin ou des habitants d'Oconaluftee.

- Mon père avait hâte qu'on arrive. Il m'a filé un coup de file tôt ce matin pour savoir à quelle heure on se mettrait sur le départ, t'informais-je ensuite.

©️ 2981 12289 0



Cherokee blood run in my veins.
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/05/2017
›› Commérages : 98
›› Pseudo : Croquette
›› Célébrité : Megan Fox
›› Schizophrénie : Megan Lindberg
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: The magic light between night and day [Dravella] ✻ ( Jeu 14 Sep - 17:51 )

The magic light between night and day. × ft. Dravella
Le petit diner de bord de route dans lequel vous êtes arrêtés afin de manger te fait vraiment penser à tous ces films américains que t'as regardés lorsque t'étais petite et que t'avais encore le temps pour ce genre de chose. T'es pas contre le fait de regarder des films, mais pour le moment t'as bien mieux à faire, comme passer du temps sous les draps avec Drav ou encore fouiner dans les informations personnelles de certaines personnes. Tu peux pirater presque ce que tu veux, évidemment tu n'es pas la meilleure de ton domaine, mais tout connaître de tes victimes reste ton passe-temps favori. T'es donc sagement installée sur la banquette du restaurant, menu en main pendant que tu élimines mentalement les plats américains qui ne sont pas envisageables. Certaines choses comme la pizza ou les pâtes restent pour toi impossibles à manger en sol américain, à moins bien sûr que tu l'aies cuisiné toi-même. Sous la table et d'une manière complètement subtile, ton pied s'amuse à caresser la jambe droite de ton brun.  La manière dont les femmes le regardent te donne des  envies de meurtre, mais tu te retiens en te disant qu'elles n'en valent pas la peine, par contre pourquoi ne pas les remettre à leur place ? 

Ton regard continue donc d'éliminer un à un les plats sur le menu alors qu'après environ deux minutes, ton choix est fait ; le burger et les frites. Tant qu'à être dans un diner mieux vaut en goûter les bienfaits, sinon tu pourras toujours te prendre autre chose.  Ton menton appuyé dans le creux de ta paume, tu ne peux t'empêcher de détailler le visage de Draven, bon sang ce que tu en as de la chance, et la serveuse semble être tout à fait d'accord avec tes choix en matière d'hommes.  D'ailleurs, vos repas ne tardent pas à arriver vu la masse de monde présente dans le restaurant, c'est à croire que cette foutue serveuse à fait passer vos commandes en priorité considérant le charme de ton accompagnateur et surtout la manière dont elle le regarde.  Au moment où elle dévisage Draven d'une manière presque trop intimidante, tu te permets de claquer des doigts prêt de ses oreilles question de la faire revenir sur terre.

- Vous pouvez disposer !

Tu la regardes quitter avant de soupirer fortement tout en levant les yeux au ciel.  Avant de commencer à manger, tu souhaites un bon appétit à Drav et tu ne tardes pas à dévorer tes frites . Étrangement elles sont délicieuses, toi qui pensait faire un empoisonnement alimentaire dans ce genre de restaurant  américain peut-être que ce n'est pas si mal après tout.

- Encore 3 petites heures de route. Si tu veux je continue au volant, ça me dérange pas, j'ai toujours adoré conduire et ton véhicule est confortable, c'est agréable. On ne sent pas passer les kilomètres.

Ses paroles te font sourire pendant que tu hausses simplement les épaules en guise de réponse en terminant ta bouchée de burger.

- Dans ce cas tu dois absolument tester la maserati, promis tu ne verras pas la vitesse du compteur augmenter non plus.  Pour la route tu fais ce que tu veux chéri, même si j'avoue que pouvoir te... reluquer pendant plusieurs heures est bien loin de me déplaire.

Tu continues de dévorer ton burger qui est alléchant, franchement les Américains ne sont pas réputés pour la malbouffe pour rien. Pendant que tu manges, il t'en raconte un peu plus sur la culture dans laquelle il a grandi, mais également sur les habitants de la ville que tu t'apprêtes à découvrir.

- Mon père avait hâte qu'on arrive. Il m'a filé un coup de fil tôt ce matin pour savoir à quelle heure on se mettrait sur le départ.


Cette phrase te tire un grand sourire, parce que pour toi la famille, c'est sacré. Mais quelque chose t'intrigue, où est passée sa mère ? Est-elle décédée en couche ? C'est un sujet délicat à aborder, mais tu dois lui poser la question à un moment où à un autre.

- Ton père semble adorable, heureusement qu'on s'est pas arrêté en chemin pour faire des galipettes sinon il aurait été bien malheureux ! Sinon tu me parles de ton père, mais il me semble que t'as des cousins aussi là-bas... non ?

T'as vraiment hâte de rencontrer la famille de Draven, et surtout t'as hâte de le voir dans son élément et entendre des histoires de lui gamins, les légendes Cherokee, ce genre de chose. Lorsque tu voyages entendre les légendes est fort probablement ta chose favorite, mais entendre celles qui ont bercées l'enfance de ton brun t'intéresse encore plus.

Lorsque le repas est terminé, tu t'empresses de payer pour celui-ci, en laissant tout de même un pourboire généreux à la serveuse, même si celle-ci a passé la durée entière de votre repas à reluquer Draven. Tu attrapes donc ton sac à main puis, tu voles un rapide baiser à ton brun tout en grognant légèrement avant de sortir du diner pendant que ton téléphone ne cesse de vibrer dans la voiture, mais à vrai dire t'en as rien à foutre. Ça te fait un bien fou de décrocher de tout ça et pouvoir te vider la tête pour une fois.

- Tiens Bello, je te laisse conduire. Par contre avant de partir je dois faire le plein de M&M.


Comme une gamine, tu hausses les épaules d'une manière enjouée et avant de t'éloigner, tu claques la fesse gauche de Sword avant de t'éloigner rapidement en direction du petit marché de bords de route. Une fois dans celui-ci, tu achètes toutes les saveurs de M&M possible avant de ressortir et t'installer du côté passager avec un sachet rempli de friandises.

- C'est incroyable l'éventail de M&M ! Du coup j'ai tout acheté comme ça plus de dispute, on va aussi prendre 10 kilos, mais on le perdra au lit !


Tu t'installes confortablement sur le siège passager avant de poser le sachet sur tes cuisses et prendre un petit sac de sucreries que tu t'empresses d'ouvrir. L'avantage de pouvoir manger sans prendre un seul gramme, ou presque.


code by lizzou × gifs by tumblr


Darling I'm a nightmare dressed like a daydream.
You're the king baby I'm your queen, wait the worst is yet to come ; screaming, crying, perfect storm. Boys only want love if it's torture don't say I didn't say I didn't warn you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
All that you need is in your soul.

❝ Family don't end with blood ❞
All that you need is in your soul.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 25/06/2016
›› Commérages : 566
›› Pseudo : Croquette
›› Célébrité : Jason Momoa
›› Schizophrénie : Sasha ₪ Sam ₪ Ax
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: The magic light between night and day [Dravella] ✻ ( Ven 15 Sep - 13:06 )




Bella + Draven
« The magic light between night and day.»

Tu attires involontairement mon attention sur la serveuse que je calcule à peine si ce n'est au moment de passer commande, alors que tu lui glisses une réplique visant à la remettre à sa place, qui m'amuse beaucoup. Je vois combien tu jubiles d'ainsi l'avoir envoyée paitre et ça me tire un sourire discret au coin des lèvres alors que j'entame mon assiette. Tu sembles savourer le contenu de la tienne et je me dis que finalement, tu vas peut-être enfin cessé de tout critiquer d'un point de vue culinaire, au moins pour un temps.
Nous parlons un peu de la route alors que je propose de prendre le volant pour le reste du trajet.

- Encore 3 petites heures de route. Si tu veux je continue au volant, ça me dérange pas, j'ai toujours adoré conduire et ton véhicule est confortable, c'est agréable. On ne sent pas passer les kilomètres.

Tu hausses les épaules comme pour acquiescer et souligner que peu importe puis ajoutes :

- Dans ce cas tu dois absolument tester la Maserati, promis tu ne verras pas la vitesse du compteur augmenter non plus. Pour la route tu fais ce que tu veux chéri, même si j'avoue que pouvoir te... reluquer pendant plusieurs heures est bien loin de me déplaire.

Je confirme que tester ta Maserati me plairait assurément puis rebondis gentiment sur tes derniers propos.

- Pas plus que tu ne m'as déjà dévoré du regard tout le long du chemin quand tu n'avais pas le nez plongé dans le paquet de M&M's que tu as engloutie à toi toute seule ou encore à insulter tous les foutus automobilistes qu'on a croisés en chemin, te taquinais-je.

Ma main glisse sur la tienne dans un geste tendre avant de terminer tranquillement mon assiette. Deux burgers semblaient le minimum suffisant pour me rassasier. Un instant plus tard, j'oriente la conversation sur ce qui nous attend sur place et sur quelques-uns de mes proches et t'informe également du coup de fil de mon père tôt ce matin face à l'empressement qu'il a de nous voir débarquer.

- Ton père semble adorable, heureusement qu'on s'est pas arrêté en chemin pour faire des galipettes sinon il aurait été bien malheureux ! Sinon tu me parles de ton père, mais il me semble que t'as des cousins aussi là-bas... non ?

- Disons qu'il est un peu moins ours et soudain très attentionné quand il sait que je viens accompagné. D'habitude, j'aurais eu droit à un "j'espère que t'es déjà sorti du lit et prêt à partir du lit Sword, sinon je te garantis que je te bottes le cul en arrivant si t'as une minute de retard!" fis-je mine de l'imiter en prenant une grosse voix. Et yep, j'ai une tripotée de cousins mais un en particulier dont tu feras assurément la connaissance. Amarok, presque aussi grand que moi, la parfaite image de l'amérindien telles que les gravures anciennes les représentaient à une époque. Le genre impressionnant et faussement sérieux qui cache un véritable bout-en-train. J’ai d'ailleurs dans l'idée de lui jouer un vilain tour peu après notre arrivée, lui piquer sa bécane chérie sous son nez pour te faire profiter d’une balade en deux roues. Amarok ne permet à personne de toucher à sa sacro sainte cylindrée, ça risque d'être amusant de le narguer pile sous son nez. Toutefois il faudra agir vite.

Le tout sera de lui piquer les clés en toute discrétion mais ça, je sais depuis longtemps où elles sont rangées. Chez Amarok, c’est un peu comme chez moi, j'y ai passé tellement de temps que je peux y entrer et m'installer comme je veux sans avoir à demander la permission. Le mode squat n'étonne personne dans la Réserve, après tout, chacun se connait et on s'étonne rarement de trouver un des habitants chez soi, venu squatter le canapé ou pour rendre un service sans chercher à s'annoncer. Trouver un des nôtres chez soi ici en train de réparer un soucis de plomberie ou autre n'étonne personne dans l'enceinte du village. Ce sont des initiatives courantes par chez nous.

Tu règles la note lorsque nous nous apprêtons à quitter les lieux. Pas de gêne ou je ne sais quelle pseudo formalité ou disons manières entre nous. Tu me colles un rapide baiser tandis que ma main glisse furtivement dans le bas de ton dos, avant de sortir de l'établissement tandis que je passe moi aussi la porte et m'apprête à m'en griller une sur le parking devant. Tu me laisses les clés du véhicule avant de prendre la direction de la boutique de la station service.

- Tiens Bello, je te laisse conduire. Par contre avant de partir je dois faire le plein de M&M.

Tu fais un petit tour sur toi-même, pleine d'entrain et m'adresses un sourire tandis que tu t'éloignes. J’allume ma clope et tire bientôt dessus en jouant avec les clés, les faisant remuer autour de mes doigts tandis que j'observe le balancement de tes hanches et tes cheveux qui s'agitent sur tes épaules dans le mouvement. Je termine ma clope près du véhicule lorsque tu me rejoins après quelques minutes.

- C'est incroyable l'éventail de M&M ! Du coup j'ai tout acheté comme ça plus de dispute, on va aussi prendre 10 kilos, mais on le perdra au lit !

- Il va falloir baiser un max chérie, confirmais-je avec un sourire amusé.

Tu t'installes confortablement sur le siège passager avant de poser le sachet sur tes cuisses et prendre un petit sac de sucreries que tu t'empresses d'ouvrir.

- Hep, dis-je avant de démarrer la voiture. File-moi deux sachets d'avance, non trois. Me faut de la réserve avec tout ce que tu engouffres à la minute. Je me laisserais pas avoir cette fois-ci.

J'attrape ton menton et te force à te pencher un peu plus vers moi pour te voler un baiser à mon tour, un peu plus sensuel celui-là. Puis nous quittons les lieux pour nous remettre en route. La route est déserte et tout en ligne droite, j'en profite pour rouler un peu plus vite et me laisser aller à quelques pointes de vitesse.

©️ 2981 12289 0



Cherokee blood run in my veins.
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/05/2017
›› Commérages : 98
›› Pseudo : Croquette
›› Célébrité : Megan Fox
›› Schizophrénie : Megan Lindberg
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: The magic light between night and day [Dravella] ✻ ( Dim 17 Sep - 5:52 )

The magic light between night and day. × ft. Dravella
Tu ne sais pas pourquoi ni comment, mais quand t'es avec Sword, t'as l'impression que rien n'est grave. Comme si tout tes problèmes s'envolaient à la seconde où ton regard se pose sur lui, et sans le savoir, c'est exactement ÇA que tu recherchais depuis tant d'années.  Ce que tu ressentais à Hawaï avant ton départ revient à la surface, le voir aussi souriant et aussi excité de voir sa famille te rend toi aussi souriante et excitée.  Ce que tu ressens là, tu ne l'as jamais ressenti avec quelqu'un d'autre, du moins pas d'une manière aussi intensément sensuelle. 

- Il va falloir baiser un max chérie.

Les dires de Drav te font rire, parce que t'imagines bien utiliser cela comme prétexte pour t'envoyer en l'air encore davantage, comme si ce n'était pas assez. Non, ce n'est jamais assez. Une fois le sachet ouvert, tu t'empresses de fourrer quelques petites boules chocolatées dans ta bouche afin de déguster celles-ci. Finalement, la nourriture américaine n'est pas si pitoyable.

- Hep, file-moi deux sachets d'avance, non trois. Me faut de la réserve avec tout ce que tu engouffres à la minute, Je me laisserais pas avoir cette fois-ci.

Ensuite, il attrape ton menton et ton visage se retrouve devant le sien. Tu as à peine le temps de sourire qu'il t'embrasse de cette manière qui te fait fondre sur place, comme de la glace au soleil. Un sourire se dessine sur tes lèvres tandis que tu prolonges le baiser de la même manière. Tu cesses celui-ci juste avant que la volonté d'aller plus loin ne l'emporte sur toi. Sa lèvre inférieure se retrouve entre tes dents avant que tu murmures sur un ton amusé : « T'as de la chance mio bello, je me sens généreuse aujourd'hui.» Afin de confirmer tes dires, tu attrapes au moins 7 sachets que tu poses sur son entrejambe avec un sourire pervers avant de reprendre ta place bien sagement.

- Aller, roule avant que je te confonde avec un M&M.

Le reste de la route se déroule parfaitement, pas de bouchon de circulation et les voitures que vous avez rencontrées, tu peux les compter sur tes deux mains. Vous discutez de tout et de rien avant que les pneus de l'infiniti n'entrent sur la réserve Cherokee. Découvrir les cultures différentes des tiennes t'a toujours intrigué et passionné à la fois. Bon, en général les Italiens sont un peu trop vieux jeu, mais pas toi, du moins pas sur ça.  Dès l'instant où vous arrivez sur place, ton regard se perd sur le décor qui vous entoure. Un décor bien différent de ta ville natale et tu adores ça, parce que pour les prochains jours, t'auras la chance de découvrir le monde de Draven. Un jour, tu rêves de lui faire découvrir le tien, mais en attendant tu t'imprégneras de tous les arômes et de tout ce qui constitue Cherokee. Pour une fois, tu demeures complètement silencieuse, ton regard se perd à tenter de mémoriser les moindres petits détails et pour la toute première fois depuis longtemps, tu n'es pas méfiante. Tu ne regardes pas autour de toi afin de t'assurer que l'environnement soit sécuritaire, tu regardes autour de toi parce que tu es tout simplement éblouie par la beauté de cette réserve amérindienne. T'as envie de tout découvrir et de tout savoir.  En observant, tu te rends compte que t'as sans doute apporté trop de vêtements, mais heureusement t'as beaucoup de robes longues amples et de sandalettes sans talons qui seront parfaites pour cet environnement décontracté et festif. 
code by lizzou × gifs by tumblr


Darling I'm a nightmare dressed like a daydream.
You're the king baby I'm your queen, wait the worst is yet to come ; screaming, crying, perfect storm. Boys only want love if it's torture don't say I didn't say I didn't warn you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
All that you need is in your soul.

❝ Family don't end with blood ❞
All that you need is in your soul.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 25/06/2016
›› Commérages : 566
›› Pseudo : Croquette
›› Célébrité : Jason Momoa
›› Schizophrénie : Sasha ₪ Sam ₪ Ax
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: The magic light between night and day [Dravella] ✻ ( Ven 22 Sep - 11:33 )





Bella + Draven
« The magic light between night and day.»

Nous voilà dans la ville de Cherokee après trois heures de route. Le village d'Oconaluftee est tout proche et nous traversons tranquillement le centre ville avant de nous y rendre. Nous passons devant un grand bâtiment moderne alliant bois et pierre, il s'agit d'un musée dédié à notre culture. Puis nous empruntons un chemin à travers les bois qui débouche bientôt sur de vastes étendues de natures peuplée de quelques bâtisses en bois. Au loin, on aperçoit quelques teepee qu'ils ont déjà commencé à installer. Plus on grimpe la côte et plus nous rencontrons du monde. Vitres ouvertes, j'en salue quelques-uns en chemin qui parfois s'arrêtent pour discuter ou me saluer chaleureusement. Je fais les présentations. On me demande également où est Akasha et on m'indique où se trouve Sahale, mon père. Il aide les autres à l'installation dans la grange où auront lieux les festivités ou tout du moins le repas. Alors que nous poursuivons notre chemin pour nous garer plus haut, Amarok nous repère et il déboule en moto, s’amusant tandis qu'on s'arrête, à nous tourner autour avec sa bécane en provoquant des nuages de poussière.

- Voilà mon fameux cousin Amarok. C'est sa façon à lui de t'impressionner et nous dire bienvenue ! Pour ne pas dire faire l'imbécile ... beuglais-je à son attention sur ces derniers mots tandis qu'il s'arrête à la hauteur de ma portière et s'appuie au rebord de la vitre abaissée.

- Sors de cette foutue caisse que je te serre dans mes bras ! me dit-il avant de se pencher et te lancer un "Salut" un brin charmeur, un grand sourire aux lèvres. Rien qu'à sa façon de se mordre le poing, je sais que tu lui a tapé dans l’œil et je m'empresse de sauter du véhicule pour lui bondir dessus en mode étreinte fraternelle avant de me chamailler avec lui, commençant tous les deux à nous filer des coups gentillets dans les côtes ou nous faire tomber. Amarok et moi on a toujours adoré se fritter de la sorte pour déconner ou tout simplement faire les coqs.

Après ces retrouvailles tonitruantes, je fais correctement les présentations. D'autres cousins-cousines déboulent dans notre direction ainsi que tout une colonie de mômes qui jusque là jouaient au ballon plus loin. Je joue un peu avec eux l'espace d'un instant en te laissant discuter quelques minutes avec Amarok que je surveille malgré tout du coin de l’œil. Son look typiquement amérindien et ses longs cheveux d'ébène ne sont pas sans en faire succomber quelques-unes, et coquine ou disons plutôt provocatrice comme tu es, je ne doute pas que tu serais capable de faire mine de te laisser charmer rien que pour me rendre fou de jalousie.

Je remarque bientôt une vieille dame installée plus loin sur un banc en compagnie d'autres plus ou moins jeunes. Elles regardent le spectacle avec le sourire. La plus âgée d'entre elles est comme une grand-mère pour moi. Il s'agit néanmoins de celle d'Amarok. Elle m'a tellement vu chez eux lorsque lui et moi ainsi que Tommy venions squatter depuis tout mômes, qu'elle nous considérait aussi d'office comme ses petits-enfants. En même temps, ici, c'est un peu une grand-mère pour tous les gosses de la Réserve. Je vais la saluer, elle ainsi que les autres femmes tandis que tu me rejoins. Un doux sourire se glisse sur ses lèvres alors qu'elle glisse sa main dans la tienne et t'observe avec beaucoup d'affection dans le regard et de cette tendresse mêlée d'admiration qui témoigne à elle seule de combien elle est heureuse de me voir ainsi débarquer avec une femme à laquelle elle devine fort bien que je tiens. Elle me fait d'ailleurs un instant signe de m'éloigner et te glisse quelques mots que j'entends malgré tout alors qu'elle te fait part de sa joie et qu'elle te confie de prendre bien soin de mon cœur après tout ce que j'ai enduré par rapport à la perte de Tommy.
Elle aussi a perdu un de ses petits fils de fait et on voit l'émotion dans ses yeux rien qu'à évoquer son prénom. Je me rapproche pour lui faire un câlin alors que l'émotion m'ébranle à mon tour. Émotion que je dissimule en la serrant dans mes bras, agenouillé à ses pieds, tandis que mon visage se niche un instant contre elle pour retenir les larmes qui pointent au bord de mes yeux.
Nous la quittons quelques instants plus tard pour rejoindre la grange en repassant par la voiture pour récupérer les plats que tu as concocté à l'occasion. La vie et les rires d'enfants règnent en maitres alors que de plus en plus de monde circule autour de nous et s'affairent à divers tâches ça et là. Mon père vient à notre rencontre.

- Bella, je te présente mon père. Sahale.

Le discret sourire présent sur ses lèvres s'élargit alors qu'il se plante face à toi pour te saluer. Tu sembles plaire à tous. Et ton attention "culinaire" ravie visiblement tout le monde. Nous discutons avec les autres dans l'immense grange, certains installent les lampions qui nous éclaireront tout au long de la soirée à venir, d'autres peaufinent les détails et certains se plaisent à se régaler d'avance avec la préparation de l'immense barbecue situé dehors, près de la grange. Je te laisse en compagnie des femmes qui t'invitent à participer avec joie aux préparations en s'occupant de tes plats, entre autres choses, tandis que moi et Amarok partons bras dessus bras dessous, marchant à reculons alors qu'on te reluque tous les deux en attirant ton attention.

- Bella Bella Bella !!! criais-je avec un large sourire sur les lèvres alors que tu te retournes vers nous, comme pour glorifier ta beauté. Je mime un baiser sur le bout de mes doigts et te l'envoie dans un souffle alors qu'Amarok s'amuse à faire de même et que je lui frictionne alors les cheveux avant qu'on ne se chamaille à nouveau en chemin et finissions par nous courser sous les huées de vous les femmes, à qui le spectacle semble plaire de voir les deux canailles que nous sommes à faire les andouilles ainsi. S'il n'y avait pas tant d'occupations avant ce soir, je crois bien que la plupart nous inciteraient à nous livrer combat rien que pour se régaler les yeux de nous voir nous trainer dans la boue ! Mon père qui passe non loin de nous, me lance quelque chose sur la tête comme pour me réprimander mais d'une façon toute taquine pour me dire d'aller aider plutôt que de faire l'andouille.

Je pars ainsi aider avec mon cousin à l'installation des teepee. Il fait chaud rien que de s'activer de la sorte et Amarok et moi terminons très vite torse nu comme la majorité des autres. Au bout d'un moment, tu viens d'ailleurs accompagnée de quelques autres femmes avec qui tu sembles bien t'entendre, pour vous poser tout près et nous regarder travailler. Je te remarque et me précipite un instant vers toi en laissant tomber ma tâche ou du moins en la refilant à quelqu'un d'autre puisque nous sommes plusieurs à hisser l'une des toiles du dernier teepee. J'en entends certains râler ou rire. Je m'agenouille un instant près de toi qui te tiens assise sur un tas, glissant une main sur ta joue en t'adressant un regard brillant ainsi qu'un sourire aussi plein d'enthousiasme que de joie. Je t'embrasse puis repars aider.

©️ 2981 12289 0




Cherokee blood run in my veins.
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/05/2017
›› Commérages : 98
›› Pseudo : Croquette
›› Célébrité : Megan Fox
›› Schizophrénie : Megan Lindberg
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: The magic light between night and day [Dravella] ✻ ( Dim 8 Oct - 19:48 )

The magic light between night and day. × ft. Dravella
 
Music :I can't help falling in love with you.



Contrairement aux habitants de la réserve, ta peau est pâle comme du lait, mais ce n'est pas pour autant que les habitants ne t'accueillent pas comme si tu étais des leurs depuis des lustres. Cet accueil te fait penser à celui de ton pays natal, et quelque part la culture amérindienne possède tout de même quelques valeurs en commun avec l'Italie.  Quelque part le voir ainsi dans son élément te rassure d'une part, mais de l'autre ça t'inquiète. Tu sais que depuis qu'il a perdu Dez, qu'il ne soit plus le même, alors tu espères sincèrement que cette petite escapade pourra l'aider à faire son deuil à son rythme.  T'es alors plongée dans tes pensées pendant que ton regard se balade sur le magnifique paysage qui défile devant tes yeux. 

Avant même que Draven n'arrête la voiture, tu remarques de motocycliste qui s'amuse à tourner autour de vous ce qui te fait hausser un sourcil d'amusement et de questionnement à la fois, comme s'il pouvait lire en toi, le voilà qui répond à ton interrogation.



- Voilà mon fameux cousin Amarok. C'est sa façon à lui de t'impressionner et nous dire bienvenue ! Pour ne pas dire faire l'imbécile...


Presque aussitôt, un sourire d'amusement se dessine sur tes lèvres. Décidément dès les premières secondes vous avez droit à un accueil digne de ce nom. Aussitôt que les résidents semblent reconnaître Draven, ils se dirigent tout droit vers la voiture. D'ailleurs, leur manière d'être ainsi soudées et de se saluer les uns les autres te fait penser à ta terre natale, ton Italie adorée. Deux cultures, deux pays si différents et si loin, mais si prêts et si semblables à la fois.  T'es toujours assise à l'intérieur de l'infiniti lorsqu'Amarok te salue d'une manière plutôt charmeuse qui ne fait qu'agrandir ton sourire d'amusement, tu ne peux d'ailleurs pas t'empêcher de lui répondre avec un sourire tout aussi charmeur avant d'ouvrir la portière et mettre pied à terre afin de mieux regarder  autour de toi et faire connaissance avec tout le monde.  Pendant que tu t'approches de Drav et Amarok, les deux semblent vouloir se battre comme deux adolescents, ce qui te fait sourire, une fois de plus. Tu croises tes bras contre ta poitrine tout en secouant la tête de manière négative témoignant ainsi de ton amusement face à la situation. Peu de temps après, tu te retrouves avec Amarok, tu peux ainsi te présenter correctement tout en faisant une petite blague au passage tandis que Sword s'amuse avec les enfants. Évidemment tu ne peux pas t'empêcher de le regarder du coin de l'œil afin de voir une quelconque réaction de sa part. Certes, il faudrait être aveugle pour remarquer la beauté de son cousin, mais ce n'est pas lui qui te fera déroger de tes préférences pour Drav. En fait, qui le pourrait ? Rien, ni personne.   

Plusieurs minutes plus tard, te voilà près d'une de ces dames âgées qui sont assises confortablement sur des chaises berçantes alignées le long du mur extérieur d'une demeure. À peine arrivée, l'une de ces dames attrape ta main dans la sienne afin de la serrer doucement. En guise de respect, tu t'agenouilles à ses côtés afin qu'elle n'ai pas à se casser le cou pour te regarder et s'adresser à toi. Un nouveau sourire se glisse sur tes lèvres alors qu'elle fait signe à Draven d'aller jouer un peu plus loin pendant qu'elle s'adresse à toi. Tu caresses un petit instant sa main des tiennes pendant que tu la rassures en lui promettant de bien prendre soin du cœur de son ''petit-fils''. En voyant l'émotion la gagner suite au décès de Dez, tu caresses de nouveau sa main ainsi que son bras afin de la soutenir à ta manière. Il s'agit de la toute première visite de Draven depuis le décès de son meilleur ami, alors il est tout à fait normal de ressentir la tristesse face à son décès, il était l'un des leurs après tout.  Heureusement, ton brun favori a pu voir l'émotion dans le regard de la dame âgée et il arrive afin de la consoler à son tour. Malgré la tristesse de la situation, cette attention te fait sourire de douceur. La proximité des gens d'ici est belle à voir et c'est dans les moments comme ceux-ci que l'on réalise à quel point ils sont proches.

Quelques instants après alors que vous marchez en direction d'une immense grange dans lequel le repas aura lieu, vous croisez papa Sword. Tu lui serres la main et lui fais part de ta joie de le rencontrer enfin après lui avoir fait la bise rapidement. Tu remarques qu'il est assez discret contrairement à ton père, cette remarque te fait d'ailleurs sourire intérieurement.  Vous restez quelques secondes sur place avant qu'il ne vous quitte afin d'aller faire quelque chose d'autre, ce qui est tout à fait normal vu la quantité de monde attendue pour le repas de ce soir. T'as l'impression de sentir Drav plus léger ici, et le voir interagir de la sorte avec tout le monde te fait vraiment plaisir, surtout considérant ses habitudes suite à la mort de son meilleur ami. Une fois dans l'immense grange qui abritera le dîner, tu te retrouves rapidement prise en otage par les autres femmes qui semblent déjà t'apprécier, et qui semblent surtout curieuses de voir ce que tu leur a préparé à manger, voir que tes plats font l'unanimité te fait plaisir, après tout il ne faut jamais arriver les mains vides, et il te fait plaisir de faire découvrir ta culture aux autres et vice versa.

T'es alors en train d'expliquer à un petit groupe de femmes les quantités des ingrédients utilisés pour la sauce à lasagnes alors que l'on attire ton attention, évidemment ton premier réflexe est de te retourner afin de voir l'auteur de cette voix. Tu ne te retrouves pas très étonnée lorsque tu découvres Draven et Amarok en train de faire les gamins, de qui d'autre pourrait-il s'agir ? Face aux baisers volants que tu reçois, tu en retournes un à ton brun avant de faire mine d'attraper celui d'Amarok tout en riant silencieusement d'une manière amusée.  Tu les regardes s'éloigner doucement avant de continuer à discuter avec les autres femmes qui s'affairent aux préparations du festin.

Toi qui a toujours eu énormément de mal avec les enfants, te voilà en train d'en dévorer un du regard.  T'es assise là sur un tas de toiles, tes jambes ramenées contre ton corps et ta tête appuyée sur tes genoux, et pour la première fois depuis presque deux ans, tu retrouves ce sentiment, celui que tu ressentais à Hawaï, juste avant que tu ne fasses tes valises. Ce sentiment qui fait gonfler ton cœur de joie et de bien-être rien qu'à le regarder lui. Pourtant, t'as peur, t'es terrifiée, toi qui n'as pas peur de la mort et qui enlève la vie des mauvaises personnes, t'es terrifiée par l'amour. T'as peur parce que tu ne peux rien contrôler, ça arrive et soudain tu ne peux plus revenir en arrière, prise en otage par tes propres sentiments, CE sentiment.  Sans même que tu ne puisses t'en rendre compte, ta manière de le regarder change. Toi qui veux tellement avoir le contrôle sur tout, tu t'aperçois que tu n'as pas le contrôle sur ce sentiment, celui qui te fait sentir comme une barre de chocolat au soleil parce que tu fonds de l'intérieur à chaque fois que ton regard se pose sur lui. Ton cœur se gonfle de bien-être et d'apaisement tandis que tes pupilles elles, se dilatent et sa présence suffit à t'apaiser. Ce sentiment que t'as enfoui si profondément après ton départ d'Hawaï, t'as peur de revivre la même chose, mais quelque part tu fais confiance à la vie.  Si vous avez été séparés ce n'était que pour mieux vous retrouver, peut-être aviez vous des choses à apprendre, tu n'en sais rien, mais le plus important c'est que tu sois là et qu'il soit avec toi.

Lorsqu'il s'approche de toi, tu sors momentanément de tes pensées tandis qu'un immense sourire se dessine sur tes lèvres, un sourire paisible qui pourrait facilement te trahir et donc illustrer tes pensées précédentes. Le voir sourire ainsi te fait du bien, le voir ainsi te rassures. Dès l'instant où sa main se pose sur ta joue avant que ses lèvres ne se posent sur les tiennes, un long frisson parcourt ton échine entière et ton sourire s'agrandi avant que tu ne prolonges un court instant ce tendre baiser.  Lorsqu'il s'éloigne, tu ne peux empêcher ton regard de mater son arrière-train pendant que ce sourire ne te quitte pas une seule seconde.

Le dernier teepee monté, il est maintenant temps de passer à table et fort heureusement parce que ton estomac commence à faire des siennes. La grange dégage une odeur alléchante qui ne demande qu'à être sentie de plus prêt, il est donc temps d'aller manger. Pour la première fois depuis ton départ de l'Italie, tu pourras enfin manger comme bon te semble et surtout manger ce que tu veux sans risquer de mourir d'une crise cardiaque après avoir avalé trop de gras. Comme les gars ont terminé d'assembler les teepee, tu te relèves du tas de toile afin de le rejoindre bien sagement un sourire tendre scotché aux lèvres depuis tout à l'heure.

- Bonjour bel homme...

Tu te poses sur la pointe des pieds afin de rejoindre ses lèvres et l'embrasser un court instant avant que ton estomac ne se mêle de cette histoire ce qui te fait sourire d'amusement.

- J'espère que t'as faim, parce que je meurs de faim, les M&M ne sont pas très nutritifs en général, toi par contre... je te garde pour le dessert.

Tu relèves les yeux au ciel d'une manière innocente avant de commencer à marcher en direction de la grange qui s'est bien remplie entre temps. Le décor est absolument magnifique, digne des plus grands magazines de décoration extérieure. Rapidement, tu attrapes une assiette que tu remplis de plein de bonnes choses. À la fin, ton assiette est pratiquement aussi remplie que celle de ton brun. Comment résister à de la bonne cuisine locale ? Ta mama Italienne intérieure ne tarde pas à reprendre le dessus dès qu'elle en a l'occasion, et qui l'en blâmerait ?

code by lizzou × gifs by tumblr


Darling I'm a nightmare dressed like a daydream.
You're the king baby I'm your queen, wait the worst is yet to come ; screaming, crying, perfect storm. Boys only want love if it's torture don't say I didn't say I didn't warn you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
All that you need is in your soul.

❝ Family don't end with blood ❞
All that you need is in your soul.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 25/06/2016
›› Commérages : 566
›› Pseudo : Croquette
›› Célébrité : Jason Momoa
›› Schizophrénie : Sasha ₪ Sam ₪ Ax
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: The magic light between night and day [Dravella] ✻ ( Lun 16 Oct - 11:04 )


 

 
Bella + Draven
 
« The magic light between night and day.»

 Le dernier teepee est monté, tu viens me rejoindre avec ce doux sourire aux lèvres, lequel fais écho au mien. Tu me glisses quelques mots en te postant sur la pointe des pieds pour mieux trouver le contact de mes lèvres. Mes mains glissent de chaque côté de ton visage, sinuant à travers ton épaisse chevelure.

- J'espère que t'as faim, parce que je meurs de faim, les M&M ne sont pas très nutritifs en général, toi par contre... je te garde pour le dessert.

- Tu résisteras jusque là ... ? suggérais-je alors que je dépose une foultitude de baisers dans ton cou, terminant par un délicat coup de langue avant d'attraper ta main et te conduire jusqu'à la voiture où je récupère nos bagages afin d'aller les installer dans le teepee qui nous est réservé.
Nous découvrons d'ailleurs un instant plus tard ce dernier avec des étoiles plein les yeux et cette pointe de malice qui témoigne à elle seule que la nuit risque d'être aussi magique que mouvementée lorsque nous serons de nouveau entre nous dans le confort et la chaleur de ce petit nid.

 - Je suis vraiment heureux et fier de t'avoir embarquée avec moi pour cette occasion, te glissais-je à l'oreille en me collant dans ton dos, t'enlaçant de mes bras après avoir posé les bagages près du lit. Ils ont vraiment décoré de façon à conférer l'atmosphère d'un véritable petit nid douillet. Ça incite à la débauche. Toi et moi ne quitterons le lit que tardivement demain matin ... soufflais-je d'une voix chaude, emprunte d'un désir qui me vrille d'avance le bas ventre. Ton simple contact, ta simple présence me bouleversent mais plus encore en ces lieux chargés de magie à l'approche de cette nuit très spéciale pour nous deux autant qu'elle l'est pour tous.
Je te fais bientôt de nouveau face, glissant sur le côté en déposant un baiser furtif sur tes lèvres. Le regard que je t'adresse est plein de malice.

- Tu te sens d'attaque pour jouer un vilain tour à Amarok avant le dîner ? De toute façon, on a encore le temps, l'apéritif va débuter tranquillement et s'éterniser avant que tous ne s'installent à table.

J'attends ton consentement tandis que je me change et t'embarque bientôt après que tu aies toi même passé une tenue plus adéquate pour grimper en moto. Un pantalon et un t-shirt suffisent. On ne fera qu'un petit tour dans les alentours. Pas de bitume, juste des chemins de terre entourés de nature sauvage.
Amarok est installé avec d'autres sur le perron d'une cabane près de sa maison, ça discute ça rigole, ça chahute. Nous nous rapprochons discrètement, attendant l'instant où tout son intérêt sera tourné ailleurs pour bondir sur sa moto garée tout près, dont j'ai récupéré les clés discrètement à l'intérieur pendant que tu faisais le guet. L’avantage ici étant que personne ne verrouille les habitations en journée. Ni forcément la nuit d'ailleurs.
Clés en main, nous grimpons bientôt sur sa bécane. Amarok nous repère très vite alors que tu chevauches l'engin derrière moi et se précipite bientôt en beuglant de ne pas toucher à son "bébé" ! Démarrant et faisant ronfler sa précieuse bécane, je le nargue bientôt alors qu'il déboule vers nous, commençant alors après t'avoir dit de t'accrocher à moi, à effectuer quelques cercles autour de lui.

- "Bébé" va adorer être entre les mains d'un véritable pilote pour une fois ! beuglais-je à Amarok en parlant de sa moto. Je te la ramène en morceaux, promis ! fis-je au lieu de dire en entier sans faire exprès !

Tes bras ceinturant ma taille, je quitte bientôt l'endroit pour emprunter un chemin de terre en adressant un dernier coucou à Amarok qui tire une tronche atrocement flippé ! Ce mec me tue de rire ! Ça faisait longtemps que je ne m'étais plus senti aussi propice à la rigolade. Nous faisons le tour de la réserve, longeant un instant le cours d'eau où j'adore passer du temps quand je viens ici. Nous ne nous attardons toutefois pas trop ni ne nous arrêtons. La balade dure environ une dizaine ou une petite quinzaine de minutes tout au plus avant que nous ne rejoignons les autres. Je m'arrête à une certaine distance de mon cousin sans couper le moteur, histoire qu'il ne déboule pas comme un taureau furieux trop rapidement. Je t'incite à descendre, te faisant comprendre que je vais encore m’amuser quelques secondes avec lui. Et de fait, alors que tu descends et que j’ai droit à un baiser, tu t’écartes assez pour que je laisse place au "duel" qui va présentement se dérouler entre Amarok et moi. Mon cousin est en effet posté pile en face, à environ une cinquantaine de mètres ou plus encore, debout, bien fermement campé sur ses pieds dans une attitude sûre et revêche, l'air bien décidé à en découdre pour l'affront que j'ai osé lui témoigner.

Je pousse les manettes de gaz, faisant ronronner le moteur comme un taureau qui cherche à impressionner avant de se lancer en soufflant par les naseaux et en cognant des sabots. Sauf que dans mon cas, c'est des mécaniques que je joue pour impressionner le cousin. Autour, sa bande de potes et autres proches de la famille se mettent à brailler des encouragements. Les rires s'élèvent. L'ambiance grimpe en flèche. Certains supportent Amarok, d'autres, principalement les femmes, ma "grand-mère" dans le lot, m'encouragent moi.  Puis soudain, c’est le moment ! Amarok se lance en courant comme un dément, un véritable sprinter, tandis que je fonce droit devant moi aussi. Ce sera au premier qui s'écarte. Un jeu dangereux ? Non pas vraiment, car si je fonce au départ, je ralentis bientôt pour ne pas risquer d'incident dramatique. Connaissant Amarok, il est foutu de s'élancer et bondir pour me faire tomber sur le côté. Ce mec est capable de tout ! Mais je vous rassure, ça ne va pas jusque là ! Alors que moto versus Amarok arrivent bientôt à la même hauteur, je fais un écart et le nargue en passant tout près de lui, parvenant à lui coller une tape sur le haut du bras près de l'épaule. Dans le mouvement, Amarok fait un tour sur lui-même, perd l'équilibre et tombe au sol sous le déséquilibre de son propre mouvement. Tout le monde se met à rire.

Je coupe enfin le moteur et viens le rejoindre. Il fait mine de ne plus bouger et je sens le piège gros comme une maison mais j'y fonce tête baissée. Alors que je m'agenouille près de lui pour lui donner de petits coups dans les côtes du bout des doigts, il me choppe bientôt par surprise en rouvrant les yeux et nous effectuons alors un roulé boulé digne de ce nom en faisant mine de nous bastonner.
Nous nous amusons un moment comme ça, les mômes nous rejoignent pour chahuter en nous sautent bientôt dessus, aussi excités qu'une bande de chimpanzés. Puis il est temps d'aller rejoindre les autres près de la grange. Les mômes m’embarquent en formant une troupe protectrice autour de moi. Amarok marche non loin à mes côtés et m'adresse des regards faussement courroucés.

- Je t'aurais mec. T'as touché à "bébé", oublie pas, y'a une sentence pour avoir osé tel sacrilège ! Je devrais peut-être toucher à ce qui est à toi ... fit-il amusé.

- Tu sais ce qui t'attend si tu t'aventures à ça ? arguais-je avec un sourire carnassier qui en dit long.

- Attends un peu le milieu de soirée ... on verra ça quand t'auras quelques verres dans le nez ... rétorque-t-il l'air de dire que son  plan pour t'enlever à moi sera d'autant plus aisé.

- Vu comme tu tiens l'alcool, je ne m'en fais pas trop ... le provoquais-je une dernière fois alors qu'il me tend un bras pour que je le rejoigne, m’épaulant alors qu'on se dirige bras dessus bras dessous parmi la foule.

- Ta belle quant à elle aura sans doute moins de résistance, suggéra Amarok.

Je te cherche du regard, t'ayant perdu un instant. Je songe avec le sourire qu'il risque d'être étonné comme beaucoup d'autres quant à ton aisance à encaisser des charges visiblement impressionnantes d'alcool.
Je te remarque bientôt et te fais signe de te rapprocher, te ramenant tout contre moi, un bras autour de ta taille.

- As-tu eu peur pour moi ...? te demandais-je à l'oreille d’une voix presque sensuelle alors que je parle du fameux duel en moto auquel tu as pu assister un instant plus tôt.
 
 
©️ 2981 12289 0


Cherokee blood run in my veins.
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: The magic light between night and day [Dravella] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

The magic light between night and day [Dravella]

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération