Si tout pouvait être comme avant + Jaelyn

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 22/03/2016
›› Commérages : 93
›› Pseudo : halay
›› Célébrité : Astrid Bergès-Frisbey
›› Schizophrénie : pas pour l'instant.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Si tout pouvait être comme avant + Jaelyn ✻ ( Jeu 10 Aoû - 2:14 )

Sybil était rentrée depuis deux jours, très précisément. Elle avait décidé son retour il y a quelques jours, sa famille lui manquant beaucoup trop et ayant compris ses erreurs. Bien décidée à tout arranger, elle avait pris l'avion avec ses dernières économies et était arrivée complétement fauchée à Cap Harbor. Assise, elle avait alors réfléchi à ce qu'elle pouvait faire. Maintenant qu'elle était ici, il lui fallait bien trouver un toit où dormir. Elle n'était pas suffisamment folle pour croire que son mari allait accepter de la reprendre après un simple "désolée chéri d'avoir disparu pendant six mois, mais j'suis de retour. On mange quoi ce soir ?". Il lui fallait donc trouver quelqu'un d'autre. Elle n'avait gardé aucun contact, pas un mot depuis ces six derniers mois. Sybil pouvait se rendre chez sa mère, elle savait que cette dernière allait l'accueillir, mais elle savait aussi, et surtout, que cette dernière allait lui poser mille questions. C'était légitime bien sûr, mais Sybil n'avait pas la force d'y répondre. Elle ne voyait pas, non plus, vers quel ami elle pouvait se tourner, pas après autant de temps sans donner la moindre nouvelle. Alors il ne restait qu'une personne : Jaelyn, sa soeur. Avec cette dernière les relations étaient compliquées. Lorsqu'elles s'étaient rencontrés, après que la mère de Sybil se soit mise avec le père de Jaelyn, elles s'étaient bien entendues, étaient même devenues amies avant de devenir de vraies soeurs, soudées et unies. Pourtant, à cause de Sybil, leur relation n'était plus la même. Jalouse de la réussite de sa soeur, Sybil s'en est éloigné. C'était plus une façon de se protéger qu'une façon de punir Jaelyn pour sa réussite. En effet, voir Jaelyn réussir la faisait souffrir, lui renvoyant à la figure tout ce qu'elle ratait et tout ce qu'elle n'était pas. Malgré tout, elle était sa soeur. Sybil était persuadée qu'elle n'allait pas la laisser dehors et, contrairement à sa mère, elle accepterait que Sybil ne veuille pas répondre à toutes les questions qu'on pouvait avoir envie de lui poser.

Elle l'avait donc fait. Ce soir-là, elle avait attendu de longues minutes devant la porte de sa soeur, hésitante. Puis elle s'était lancée. Deux coups. Quelques secondes avant que la porte ne s'ouvre sur le visage étonné de Jaelyn. Sybil avait alors réussi à lâcher quelques mots, juste un « Je suis désolée... » Elle comptait bien s'expliquer davantage, mais Jaelyn l'avait laissé entrer et elle s'était expliquée ensuite, après avoir bu et mangé quelque chose. L'animosité entre les deux soeurs semblait même avoir disparu, même si ce n'était que les circonstances qui l'exigeaient. Elles discutaient, elles s'expliquaient, elles prenaient des nouvelles l'une de l'autre. Deux jours plus tard, Sybil était toujours là. Elle s'était beaucoup reposée et n'avait pas quitté la maison de sa soeur, préférant rester cachée encore quelques temps, le temps d'être prête. Elle avait d'ailleurs demandé à sa soeur de ne rien dire à sa mère, son beau-père sur son retour et surtout rien à son mari et à sa fille. C'était à elle de le faire, lorsqu'elle se sentirait prête. Pour l'instant, ce n'était pas encore le cas. Elle avait besoin de réfléchir à comment s'y prendre pour ne pas brusquer les choses et les faire au mieux.

Alors Sybil attendait, tournait en rond, restait allongée des heures à réfléchir. Aujourd'hui, Sybil avait décidé de préparer le repas. Elle était plutôt douée et ces moments lui rappelaient toujours de bons souvenirs. Souvenirs qui l'avaient beaucoup aidé à aller mieux. Le repas dans le four, elle attendait le retour de sa soeur. Cette dernière semblait toujours aussi prise par son travail et par sa vie, chose dont Sybil était jalouse, auparavant. Aujourd'hui, la situation était différente. Et aujourd'hui Sybil savait pourquoi Jaelyn était si en retard. En effet, elle avait demandé à sa soeur de passer voir son beau-frère, afin de prendre des nouvelles de la petite, sans pour autant leur donner la véritable raison. Elle avait alors hâte de la voir franchir le seuil de la porte. Sybil avait craint que Jaelyn ne soit plus en contact avec son beau-frère et sa nièce, ce qui n'aurait pas été impossible. Heureusement, et Sybil avait été plus qu'heureuse de l'apprendre, ce n'était pas le cas. Alors, sans hésiter une seule seconde, elle lui avait demandé de passer les voir pour avoir des nouvelles récentes.

Impatiente, comme à son habitude, elle attendait postée devant la porte d'entrée, le dos collé au mur. Elle se forçait à rester calme, elle ne voulait qu'une chose : prendre son téléphone et appeler sa demi-soeur afin d'avoir des nouvelles, mais elle savait bien qu'elle ne le pouvait pas. Alors elle prenait son mal en patience, faisant parfois des allés-retours entre son mur d'entrée et la cuisine, pour surveiller le repas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 20/06/2016
›› Commérages : 54
›› Pseudo : christmastown
›› Célébrité : Caitlin Stasey
›› Schizophrénie : Non ;)
›› more about me

Re: Si tout pouvait être comme avant + Jaelyn ✻ ( Jeu 10 Aoû - 21:23 )


Ce soir-là, Jaelyn était très prise par son travail. Elle préparait le mariage d'un jeune couple assez fortuné et très exigeant. Ils demandaient des choses improbables, ce qui prenait une bonne partie du temps de la jeune femme. Elle aimait bien satisfaire tous les couples et pouvoir leur offrir le meilleur, en tentant de faire de leur rêve une réalité. Des tonnes de bouquins éparpillés partout dans le salon un stylo à la main, elle cherchait la robe parfaite pour la mariée. Deux coups avaient frappé. Un coup d’œil rapide sur l'horloge du salon, qui pouvait bien venir à cette heure ? Peut-être une erreur ou encore le ballon des voisins qui s'étaient retrouvé dans le jardin. Le temps de penser à tout ça, Jaelyn était déjà en train d'ouvrir la porte. Sybil. Qu'est-ce qu'elle faisait là, elle n'était pas parti ? Elle n'avait pas abandonné sa famille ? Ses premiers mots en voyant Jaelyn était « je suis désolée ». Un peu facile après avoir abandonné son enfant, son mari, sa famille pendant six longs mois. Six mois sans jamais demander comment ils allaient, six mois sans jamais dire comment elle allait. Mais Jaelyn l'avait rapidement laissé entrer. Elle ne savait pas réellement ce qui l'avait pousser à faire ça. De plus, elle n'allait pas la laisser dehors. Puis elle était certainement là pour une raison. La gentillesse de Jaelyn l'avait emporté. Une fois sa demi-sœur chez elle, elle lui avait servi le repas, de toute façon Jaelyn n'avait pas encore eu le temps de manger.

Deux jours plus tard, Sybil était toujours chez sa demi-sœur. Apparemment, elle allait habiter là pour un petit moment. Elle ne se sentait pas encore prête à rentrer chez elle. Situation compliquée, puisque personne ne savait qu'elle était rentrée. De plus, Jaelyn avait interdiction d'en parler. Ce qui était compliqué dans cette situation pour la jeune femme, c'était d'être en contact avec les proches de Sybil et plus particulièrement son mari et sa fille. Comment les voir et ne pas leur dire qu'elle était là. Qu'elle était chez elle, bien vivante, en bonne santé. Pourtant, Jaelyn avait accepté de se taire. Les choses étaient compliquées avec sa demi-sœur, mais pendant ces deux derniers jours les choses avaient l'air de s'être apaisées. Ce n'était certainement que le début, tout ça à cause de la jalousie de Sybil. C'était idiot.

En rentrant du travail Jaelyn avait une mission, elle devait aller chez Sybil, qui n'était plus réellement sa maison pour le moment. Elle devait prendre des nouvelles de la petite et de son père. Elle n'était restée que très peu de temps, même si la petite était déçue et son père étonné de la voir partir aussi vite. Comment rester avec cette envie de leur crier, Sybil est rentrée. Elle savait qu'ils allaient très bien, c'était tout ce qu'elle devais faire : prendre des nouvelles. Sur le chemin du retour, Jaelyn n'arrêtait pas de se dire qu'elle aurait voulu leur dire la vérité, mais elle ne pouvait pas. Ce n'était pas à elle de le faire, mais à sa demi-sœur. Elle venait de pousser la porte de chez elle, une odeur de nourriture l'avait interpellé, c'était certainement Sybil qui avait préparé quelque chose. « Sybil ? » La jeune femme déposait ses affaires sur le porte-manteau exténué par sa journée de travail. Elle n'avait qu'une envie, se reposer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 22/03/2016
›› Commérages : 93
›› Pseudo : halay
›› Célébrité : Astrid Bergès-Frisbey
›› Schizophrénie : pas pour l'instant.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Si tout pouvait être comme avant + Jaelyn ✻ ( Ven 11 Aoû - 14:02 )

Son impatience grandissait. Le temps semblait s'être arrêté. Sybil n'en pouvait plus. Les allés-retours entre l'entrée et la cuisine étaient de plus en plus fréquents, persuadée que le temps passerait ainsi plus vite, mais ce n'était pas le cas. Une nouvelle fois adossée au mur d'entrée, elle observait son téléphone depuis de longues minutes. Peut-être que Jaelyn avait été retardée ? Peut-être qu'elle allait rentrer tard finalement ? Ou qu'elle n'avait pas eu le temps de passer voir l'époux de Sybil et sa fille ? Elle se posait bien des questions. L'attente était tellement longue et elle était tellement impatiente d'avoir des nouvelles de sa famille. Certains diront qu'elle les avait bien abandonné durant six mois alors quelques minutes de plus : quelle différence ? Il y en avait des différences. Lorsque Sybil était partie, elle n'était plus elle-même, elle était malheureuse et perdue. Sa famille lui avait rapidement manqué, mais elle s'était persuadée que cette situation était mieux, tant pour elle que pour sa famille. Pour elle, elle se protégeait autant qu'elle protégeait se famille. Elle savait que ce n'était en rien une excuse, mais pour Sybil, c'était quelque chose, un détail qui changeait tout. Aujourd'hui, elle s'était soignée, elle avait compris ses erreurs et elle s'était rendue compte que son mari et sa fille étaient plus importants que tout et surtout plus qu'une ambition, un métier. Puis surtout, elle était là, à quelques kilomètres de son ancienne maison, à quelques kilomètres de son ancienne vie. Vie qu'elle rêvait désormais de reprendre, même si elle savait que c'était impossible. Bien sûr, même si ça l'avait été, tout n'aurait pas été rose, mais elle aurait réussi cette fois-ci. Elle en était certaine. Cette fois-ci, elle aurait été une bonne mère, une bonne épouse et surtout la femme qu'elle avait toujours voulu être.

Alors que plongée dans ses pensées, elle s'était rendue dans la cuisine pour vérifier une nouvelle le fois le repas, elle entendit la porte d'entrée. Automatiquement, elle avait relevé la tête et elle avait entendu son nom. Refermant le four, sans prendre le temps de retirer le repas pourtant cuit, elle s'était précipitée vers sa demi-soeur, qui l'hébergeait depuis deux jours, depuis son retour. « Alors ? » Elle en oubliait les bonnes manières. Elle avait oublié le bonjour, le comment vas-tu et toutes les questions qu'elle aurait pu poser avant de se jeter sur sa pauvre demi-soeur. Elle avait une bonne excuse aussi, elle avait attendu ce moment toute la journée et il arrivait enfin. Comme elle ne pouvait pas aller elle-même chez elle, sa soeur le faisait et c'était mieux que rien, c'était même tout ce qu'elle pouvait faire. « Comment vont-ils ? Qu'est-ce qu'ils t'ont dit ? » Avait-elle demandé, sans laisser sa demi-soeur répondre. Toujours dans l'entrée, elle ne laissait même pas le temps à sa soeur de rentrer chez elle. Ne voyant pas vraiment qu'elle ne la laissait pas respirer, elle continuait. « Tu ne leur as rien dit sur moi ? Tu me le promets ? » Et elle avait encore des centaines et des centaines de questions à poser, elle voulait savoir tant de choses sur sa famille, sur sa petite fille qui avait dû bien changer durant ces six derniers mois, mais elle s'arrêtait, impatiente déjà d'avoir les réponses à ses premières questions et surtout parce que Jaelyn l'avait arrêté. Elle aurait pu continuer à poser tout un tas de questions, sans attendre les réponses si ça n'avait pas été le cas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 20/06/2016
›› Commérages : 54
›› Pseudo : christmastown
›› Célébrité : Caitlin Stasey
›› Schizophrénie : Non ;)
›› more about me

Re: Si tout pouvait être comme avant + Jaelyn ✻ ( Sam 12 Aoû - 1:52 )


Jaelyn venait de rentrer chez elle. Tout en déposant ses affaires, elle avait crié le prénom de sa demi-sœur. Elle devait certainement se trouver en cuisine avec l'odeur qui avait envahi l'entrée de la maison. Très rapidement, la jeune femme s'était montrée devant Jaelyn. Un bonjour. Comment vas-tu ? Le travail a été ? Pas trop fatiguant ? Non, elle se fichait de prendre des nouvelles de sa sœur, de la saluer, savoir comment elle allait. Elle avait l'air un petit peu pressée de savoir comment allait sa fille, comment allait son mari. Jaelyn savait que c'était une situation compliquée pour Sybil, mais elle allait bien devoir le faire un jour. Pourquoi pas là, ce soir-là. Elle aurait dû y aller tout de suite de toute façon. Dès qu'elle était revenue ici ce n'était pas là qu'elle aurait dû venir, mais bien chez elle. Jaelyn comprenait pourtant, Sybil n'avait pas su quoi faire tout simplement. Quelques secondes à peine après l'entrée de Jaelyn sa demi-sœur l'avait bombardé de questions. Même pas le temps de répondre. Elles étaient toutes les deux dans l'entrée alors que Jaelyn n'avait qu'une envie de jeter dans le canapé et se reposer un peu. Sybil avait l'air d'avoir des tonnes de trucs à demander, mais Jaelyn l'avait gentiment stoppé dans son élan. « Sybil, reprend ta respiration et vient dans le salon. J'ai envie de m'asseoir là. » Avant de rejoindre le salon Jaelyn était passée en cuisine pour se servir un verre d'eau. Elle avait rapidement rejoint le canapé suivie de Sybil. Assise sur le canapé, une jambe à terre et l'autre pliée sur le canapé, elle regardait sa demi-sœur en buvant une gorgée d'eau. « Ils vont tous les deux très bien. La petite a grandi, tu t'en doutes. Et non, je n'ai pas parlé de toi. Je n'ai pas besoin de le promettre. C'est à toi d'aller les voir, de leur parler, de les mettre au courant de ton retour. Ce n'est pas mon rôle. » Jaelyn restait très correcte avec Sybil, même si elle lui en voulait d'avoir laissé sa petite fille seule. Jaelyn avait beaucoup souffert du départ de Sybil, surtout à cause de la petite qui avait beaucoup pleuré dans ses bras, qui lui avait beaucoup posé de question. Elle lui avait demandé des tas de fois si sa mère l'avait abandonné, si sa mère allait revenir un jour, si elle était partie à cause d'elle. Que dire à une enfant de cet âge, dans cette situation et qui se posait des tas de questions. Depuis le retour de Sybil les deux jeunes femmes n'avaient pas beaucoup parlé, Sybil passait la plupart de son temps à penser, tourner en rond… « Qu'est-ce que tu veux savoir sur ton mari, ta fille ou je ne sais pas quoi d'autre. » Jaelyn n'avait laissé qu'un cours instant avant de reprendre la parole en tendant son téléphone à Sybil. « C'est une photo de ta fille et de ton mari. Il me l'a envoyé la semaine dernière, ils étaient partis passer une journée au parc d'attractions pour la petite. » Voir une photo de sa famille allait certainement lui faire plaisir, elle n'avait pas encore vu de photo récente de sa petite fille, ni même de son mari. « Il y en a d'autre si tu veux. » Elle avait repris son téléphone pour montrer quelques photos de sa famille. « Là, c'est ta petite en train de repeindre sa chambre, bon on ne la reconnaît pas trop à cause de toute la peinture qui la recouvre. Euh… Là, c'est quand elle était au parc avec sa nouvelle amie. Attends j'en ai une aussi de son anniversaire, elle était avec mon père qui lui a offert la dernière poupée à la mode qu'elle voulait absolument. J'ai d'autres photos si tu veux. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 22/03/2016
›› Commérages : 93
›› Pseudo : halay
›› Célébrité : Astrid Bergès-Frisbey
›› Schizophrénie : pas pour l'instant.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Si tout pouvait être comme avant + Jaelyn ✻ ( Sam 12 Aoû - 21:40 )

Les questions étaient nombreuses. Sybil n'avait d'ailleurs pas pu les retenir en voyant apparaître sa soeur devant elle. Les premières questions sortaient, sans laisser le temps à Jaelyn de répondre. Et si Jaelyn ne l'avait pas arrêtée, elle aurait pu continuer encore et encore, posant toutes les questions qu'elle avait envie de poser, sans laisser le temps à sa soeur de se reposer après être rentrée du boulot, ou au moins s'asseoir et se poser quelques minutes. Sybil n'avait rien répondu, se contenant de suivre sa soeur, d'abord dans la cuisine puis sur le canapé. Elle s'était assise à ses côtés, silencieuse, attendant patiemment que sa demi-soeur se décide à lui donner des réponses à toutes les questions qu'elle se posait. Lorsque Jaelyn avait repris la parole pour commencer à répondre aux questions, Sybil était très attentive, écoutant chacun des mots prononcés par sa soeur.

Depuis son retour, Sybil avait bien évidemment pris des nouvelles de sa famille, mais là, c'était différent. Elle ne savait pas comment l'expliquer, mais ça l'était. Peut-être parce que les nouvelles étaient récentes, et, à sa demande. Dans le fond, pour elle, c'était un peu comme ci elle avait pris ces nouvelles elle-même. Même si Jaelyn restait correct, Sybil ressentait la colère de sa soeur et elle la comprenait. C'était peut-être pour ça que leur relation allait mieux, étonnamment. Elles ne se disputaient pas et ne se parlaient presque pas, ça aidait. Sybil avait baissé les yeux. Bien sûr que c'était à elle de parler de son retour, et elle le ferait, lorsqu'elle serait prête. A ça, elle ne répondait rien. Elle écoutait sa soeur, qui continuait à lui parler ou plutôt qui lui avait posé une question, mais elle ne lui avait pas laissé le temps de parler. Jaelyn tendait son téléphone à Sybil qui s'en était emparé rapidement, pressée de regarder. « Ils ont l'air heureux... » C'était étrange. Elle était heureuse de voir sa fille et son mari heureux, forcément, mais en même temps, ça lui faisait quelque chose de les voir heureux, tous les deux et de se voir absente. C'était pourtant normal, ils n'allaient pas s'arrêter de vivre parce que Sybil était lâche et avait foutu le camp.

Jaelyn en profitait ensuite pour montrer d'autres photos. A chacune des photos elle souriait, même si, dans le fond, elle n'allait pas bien. Les voir la rendait heureuse, mais ça lui brisait le coeur de les savoir si loin et de savoir qu'elle avait fait la plus grosse bêtise de toute sa vie. Ils lui manquaient tellement, elle était tellement mal. Elle rêvait de juste les prendre dans ses bras, et de tout recommencer, comme avant. « Vous êtes une belle famille. Vous êtes heureux. » Peu importe les liens du sang, leur famille avait toujours était unie, jusqu'au départ de Sybil. « Je veux bien. » Elle pouvait regarder des photos de sa fille pendant des heures.Parce que grâce à ces photos, elle avait l'impression de la voir, de ne pas avoir raté six mois de sa vie, de savoir ce qui s'était passé pour elle. « Ils te parlent de moi, parfois ? » Ou l'avaient-ils complétement oublié ? Elle n'espérait non plus être le sujet de conversation principal, mais elle espérait ne pas avoir été totalement oublié, ne plus être qu'un lointain souvenir. « Il a trouvé quelqu'un ? » Parce que oui, en six mois, il aurait pu s'en passer des choses et c'est ce qu'elle craignait le plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 20/06/2016
›› Commérages : 54
›› Pseudo : christmastown
›› Célébrité : Caitlin Stasey
›› Schizophrénie : Non ;)
›› more about me

Re: Si tout pouvait être comme avant + Jaelyn ✻ ( Dim 13 Aoû - 17:05 )


Les deux femmes étaient assises dans le canapé, Jaelyn montrait quelques photos à Sybil. Elle avait raté tellement de moments dans la vie de sa fille, dans celle de son mari. Elle était tout de même parti pendant six longs mois. Comment avait-elle pu partir ? Et pourquoi ? Personne n'avait de réponse à cette question à part elle-même. Sybil s'excluait de la famille quand elle parlait d'elle. Une chose stupide pour Jaelyn. Ce n'était pas parce qu'elle était parti quelques mois, même si les conditions étaient difficiles qu'elle ne faisait plus parti de la famille. Jaelyn et Sybil appartenaient à la même famille depuis environ treize ans. « Nous sommes une belle famille. Tu fais parti de la famille Sybil. » Jaelyn voulait rassurer un peu sa demi-sœur, même si elle avait eu quelques différents, si tout n'allait plus aussi bien qu'avant entre elle, elle restait sa sœur. De plus depuis le retour de Sybil, les deux femmes s'entendaient plutôt, comme si les tensions avaient disparu. Elles n'allaient peut-être jamais revenir, peut-être que Sybil avait compris qu'être jalouse ne servait à rien. Elle avait des tas de choses que Jaelyn n'avait pas comme un mari, une fille, ce n'était pas pour autant que Jaelyn se montrait jalouse, loin de là. Elle était contente pour elle. Les photos faisaient sourire Sybil, mais on voyait qu'au fond, elle était triste. Certainement triste de les avoirs abandonnés. Pourtant, elle voulait continuer de voir d'autres photos, ce qui était compréhensible, elle avait l'impression d'avoir participé à la vie de sa famille pendant ces six derniers mois. « D'accord, alors, attends, j'en cherche d'autres. » Jaelyn avait repris le téléphone et cherchait quelques photos. Elle avait trouvé des dizaines d'autres photos à lui montrer, des photos banales, des photos de la petite au parc, de la petite déguisé en princesse, une autre où elle est déguisée en chevalier, d'autres photos de ses quelques jours de vacances avec son père… Est-ce qu'il parlait d'elle. Question assez gênante. Elle ne savait pas comment elle allait prendre sa réponse. Elle n'osait pas réellement lui dire qu'il parlait moins d'elle aujourd'hui. « La petite ne parle plus beaucoup de toi. Au début, elle ne faisait que ça. Elle croyait que tu étais parti à cause d'elle. Elle se demandait si tu l'avais abandonné ou si tu allais finir par revenir un jour. On a tentait de la rassurer. Elle se pose parfois quelques questions, mais on lui a dit que tu avais dû partir pour un travail. On lui a dit que là où tu étais, il n'y avait pas internet, pas de téléphone. Et avec lui, on ne parle jamais de toi devant la petite, c'était la règle. Mais il parle bien évidemment de toi. Vous êtes marié malgré tout. » Il ne fallait pas perturber la petite, c'est pourquoi ils évitaient de trop en parler devant elle. Elle pensait bien évidemment à sa mère, mais si nous ne parlions pas de Sybil devant elle, c'était surtout pour ne pas qu'elle sache la vérité sur le départ de sa mère. « Non. Tu sais ton départ lui a fait beaucoup de mal. Il n'a trouvé personne. Il a passé beaucoup de temps avec la petite et n'allait pas fréquenter de femmes. » Il devait encore avoir des sentiments pour elle. Après tout, il s'était marié avec elle, pas une autre, il y avait certainement une raison. Après Jaelyn, ne pouvait pas s'avancer, l'absence de Sybil, le comportement qu'elle avait eu, il avait peut-être changé d'avis au sujet de sa femme. Cependant, Jaelyn pouvait affirmer avec certitude, ou presque, qu'il avait rencontré personne, pas à sa connaissance en tout cas. « Tu penses aller leur parler quand ? » Jaelyn n'aimait pas mentir aux gens qu'elle aimait. C'était compliqué pour elle de voir le mari de Sybil, sa fille et de ne pas pouvoir leur dire qu'elle était rentrée, qu'elle était chez elle. En même temps, elle ne voulait pas ne plus aller les voir, sinon, ils trouveraient ça étrange. Elle avait peur de se fâcher avec eux, qu'on lui en veuille de ne pas avoir dit la vérité. C'est pourquoi elle était pressée d'apprendre que les autres étaient au courant du retour de Sybil. Le plus rapidement possible serait le mieux pour la jeune femme. « Oh, j'y pense, j'ai quelque chose pour toi. » Jaelyn s'était absenté un instant pour monter à l'étage, dans sa chambre. Elle était rapidement redescendue avec une enveloppe à la main. « Tiens ta fille m'avait demandé de te l'envoyer, mais comme je n'avais pas d'adresse où le faire, je l'ai gardé, au cas où. J'ai bien fait apparemment. » Jaelyn ne savait pas ce que s'était, elle n'avait pas voulu ouvrir l'enveloppe, c'était certainement une lettre, un dessin ou quelques choses dans ce genre. « Sybil, tu ne faisais pas à manger quand je suis rentrée ? » Le ventre de Jaelyn venait de faire du bruit, c'est ce qui lui avait fait rappeler la bonne odeur. En effet, elle commençait à avoir un peu faim.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 22/03/2016
›› Commérages : 93
›› Pseudo : halay
›› Célébrité : Astrid Bergès-Frisbey
›› Schizophrénie : pas pour l'instant.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Si tout pouvait être comme avant + Jaelyn ✻ ( Jeu 17 Aoû - 14:52 )

Sybil était heureuse de pouvoir voir des photos de sa fille et de son mari. Elle avait un peu l'impression d'être restée ces six derniers mois, d'avoir participé à tous les moments de la vie de sa fille. Parce que désormais elle connaissait ces moments, elle les imaginait mieux grâce aux différentes photos. Pourtant, malgré tout, voir toutes ces photos créaient chez Sybil un sentiment d'exclusion. Elle se sentait exclue de cette famille à laquelle elle appartenait. Alors bien sûr, techniquement, elle faisait toujours partie de cette famille, mais elle avait raté tellement de choses qu'elle s'en sentait loin. Vraiment. A la réflexion de sa soeur, expliquant qu'elle faisait bien partie de la famille, elle-aussi, Sybil n'avait rien répondu. Juste un haussement d'épaule. Les photos continuaient de défiler. Chaque photo ajoutait un nouveau souvenir. Un souvenir qu'elle ne pouvait qu'imaginer grâce à un instant immortalisé, rien de plus. Mais c'était toujours un souvenir. Elle imprimait chacune des images qu'elle voyait. Puis, lorsqu'elle avait vu une grande partie des photos que Jaelyn avait à lui montrer, elle se remettait à poser ces questions.

Elle s'interrogeait, elle se demandait quelle place elle occupait encore pour sa fille et son mari. Alors, pour le savoir ou pour s'en faire une idée, du moins, elle avait demandé à sa soeur s'ils parlaient encore d'elle. N'était-elle plus qu'un lointain souvenir, déjà effacé et oublié, dont on ne parlait plus ? Ou avait-elle encore une place ? Parlait-on de son retour ? Même si elle espérait ne pas avoir été oubliée, elle ne pouvait pas leur reprocher si ça avait été le cas. Elle écoutait attentivement les mots de sa soeur. Ils étaient douloureux, mais elle comprenait. Puis, surtout, ça lui donnait un petit espoir lorsqu'elle avait parlé de sa fille. Elle croyait peut-être toujours que Sybil ne les avait pas abandonné et, dans ce cas, peut-être ne lui en voulait-elle pas complètement ? Peut-être qu'avec elle, il n'était pas impossible de recoller les morceaux ? « Je comprends. Il fallait la protéger, même si pour ça, il fallait lui mentir. » Et même si c'était horrible, le mensonge arrangeait Sybil. Pourtant sa fille avait le droit de connaître la vérité. Un jour, certainement. Elle posait alors une autre question : est-ce que son mari avait retrouvé quelqu'un ? Rien ne l'empêchait de le faire. Il avait le droit, après tout, d'être heureux. Il n'avait pas à subir le comportement de Sybil. Puis si elle n'était jamais revenue ? Il n'allait pas l'attendre éternellement. « Tu crois qu'il pourra me pardonner un jour ? » Elle les avait fait tellement souffrir. Pas qu'eux. Pas juste son mari et sa soeur, mais aussi sa mère, sa soeur, toute sa famille. Elle pensait avoir pris la meilleure décision, mais elle s'était trompée. Alors, elle savait qu'il y avait peu de chance qu'il lui pardonne son comportement et départ. Ils avaient certainement trop souffert pour ça.

Jaelyn venait de poser une question compliquée. Sybil ignorait la réponse. C'était une décision importante et elle avait peur. Elle voulait trouver le bon moment. Mais ce bon moment n'existait certainement pas. Comment un bon moment, dans ce genre de cas, pouvait exister ? Il fallait qu'elle trouve les bons mots, le moment le plus opportun et surtout, le courage. C'était certainement le plus compliqué. « Je ne sais pas encore. Bientôt je pense. Il me faut encore un peu de temps... » Que dire d'autre ? Qu'elle était lâche ? Ça, Jaelyn l'avait déjà compris. Les mots à peine prononcés, sa soeur s'était levée, expliquant qu'elle avait quelque chose pour elle. Sa soeur s'absentait et revenait avec quelque chose dans la main. C'était un cadeau de sa fille et juste voir l'enveloppe, Sybil était émue. Les larmes aux yeux, elle comprenait encore plus le mal qu'elle avait fait à sa fille. Fille qui pensait toujours à elle. Elle s'empressait d'ouvrir l'enveloppe. Cette dernière contenait une lettre et un dessin. Elle avait observé longuement le dessin, rangeant la lettre dans l'enveloppe, préférant la lire lorsqu'elle serait seule. Elle savait pertinemment qu'elle allait pleurer et elle voulait éviter de se donner en spectacle devant sa soeur.

Alors qu'elle avait toujours les yeux sur le dessin de sa petite fille, elle fut sortie de ses pensées Par Jaelyn qui lui rappellait qu'elle était en train de préparer le dîner. Cette phrase avait fait que Sybil s'était levée d'un coup pour se rendre, presqu'en courant, vers la cuisine après avoir déposé l'enveloppe et le dessin sur la table basse du salon. En effet, elle était en train de préparer à manger et c'était cuit, sauf qu'elle n'avait pas éteint le four. Le repas devait être brûlé. Et elle ne pouvait que le constater en le sortant du four. C'était encore mangeable, certainement, mais le goût de brûlé allait certainement se faire sentir. « Merde... » Lâcha-t-elle en posant le plat. « Si tu préfères manger autre chose, je ne serai pas vexée. » Concluait-elle en voyant le désastre qu'elle était, même juste pour préparer le dîner.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 20/06/2016
›› Commérages : 54
›› Pseudo : christmastown
›› Célébrité : Caitlin Stasey
›› Schizophrénie : Non ;)
›› more about me

Re: Si tout pouvait être comme avant + Jaelyn ✻ ( Jeu 17 Aoû - 23:34 )


Jaelyn n'aimait pas le fait de mentir à sa nièce, pourtant, elle n'avait pas vraiment eu le choix. Elle voulait vraiment la protéger. Ne pas lui dire les réelles raisons du départ de sa mère était peut-être mieux pour elle, pour qu'elle puisse continuer à avoir une vie normale. « C'est pour ça qu'on l'a fait. » Sybil avait l'ait plus ou moins d'accord avec ce qu'avaient fait son mari et sa demi-sœur. Une bonne chose certainement, pour éviter de créer un nouveau conflit entre les deux jeunes femmes. Sybil se posait beaucoup de questions. Des questions dont Jaelyn ignorait la réponse. Comment pouvait-elle savoir s'ils allaient pouvoir lui pardonner un jour. La petite certainement, si elle n'apprenait jamais la vérité, bien qu'elle devrait la connaître. Son mari, peut-être pas. S'il ne le faisait pas, c'était tout à fait compréhensible. Comment pardonner à une femme, que l'on aime, qui abandonne tout derrière elle, certainement sur un simple coup de tête. C'était très compliqué pour lui pendant ces six derniers mois, alors lui pardonner n'allait peut-être pas être si facile. Pourtant, Jaelyn ne voulait pas inquiéter sa sœur, elle la rassurait plutôt, sans dire ce qu'elle pensait réellement. « Sybil. Arrête de te torturer pour ça. Je pense évidemment qu'il vont te pardonner, ils t'aiment tous les deux. Tu as fait une erreur, je ne te dirais pas le contraire. Mais ils finiront par te pardonner, même si ça peut prendre un peu de temps. » Ils allaient très certainement lui pardonner un jour, c'était presque certains. Mais le pardon était compliqué. Jaelyn, elle en voulait à sa demi-sœur pour tout le mal qu'elle avait fait à sa famille en quittant ses proches, sans jamais donner signe de vie.

À son tour, Jaelyn commençait à poser quelques questions. Elle avait commencé par demander à sa sœur quand elle comptait aller parler à ses proches. La réponse n'avait pas du tout étonner la jeune femme, même si c'était très difficile pour elle. « Je comprends. » La voix déçue de la jeune femme s'était fait entendre, les yeux fuyant ceux de sa sœur c'était également fait remarquer. Jaelyn pouvait encore accueillir Sybil chez elle, ce n'était pas un problème. En revanche, elle ne voulait pas mentir, c'était beaucoup trop compliqué pour elle. Elle détestait ça, elle venait déjà de le faire pendant six mois avec la fille de Sybil, c'était suffisant. En revanche, elle ne voulait pas mentir, c'était beaucoup trop compliqué pour elle. La jeune femme allait s'élancer pour une nouvelle question, mais elle n'avait pas eu le courage de le faire. Elle n'avait pas voulu mettre mal à l'aise sa sœur. Elle voulait avoir son avis, est-ce que leur famille allait en vouloir à Jaelyn ou non.

Sybil regardait le dessin de sa fille, Jaelyn pouvait presque voir à travers la feuille. Un magnifique dessin. Mais il y avait encore quelque chose dans l'enveloppe. Une lettre certainement. Sybil ne disait rien, émue, elle fixait le dessin de sa fille, les yeux remplis de larmes. Elle attendait certainement d'être seule pour pouvoir lire cette lettre. Après tout, c'était quelque chose de privé. « Non, il est tard, j'ai faim et tu as pris du temps pour le faire. On va trier et manger ce qui est encore mangeable. » En effet, cette journée avait beaucoup épuisé la jeune femme qui mourait de faim. Elle était prête à manger n'importe quoi, même la chose la plus ignoble. Alors un plat un peu brûlé n'allait pas la faire fuir. De plus, Sybil avait pris du temps pour se montrer utile en préparant le repas. Jaelyn avait attrapé deux assiettes, deux verres, deux paires de couverts et une carafe d'eau pour le déposer dans le salon. Habituellement, le repas n'était pas dans cette pièce, mais ce soir, c'était une exception. « Bon appétit. » Quelques questions brûlaient les lèvres de la jeune femme, elle voulait se retenir, mais les mots étaient sortis, c'était trop tard les questions étaient lancées. « A quel moment tu as regretté ton départ ? Pourquoi est-ce que tu as décidé de partir ? De revenir ? Si tu ne veux pas répondre, ce n'est pas grave, je ne veux pas te forcer. Mais je me pose aussi des questions. Puis je ne serais pas la seule à te les poser. » Il était peut-être temps qu'elle en parle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 22/03/2016
›› Commérages : 93
›› Pseudo : halay
›› Célébrité : Astrid Bergès-Frisbey
›› Schizophrénie : pas pour l'instant.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Si tout pouvait être comme avant + Jaelyn ✻ ( Hier à 1:12 )

Sybil n'était pas complètement stupide. Du moins, pas autant qu'on pouvait l'imaginer. Elle savait bien que sa soeur n'avait pas toutes les réponses. Pourtant, elle ne pouvait s'empêcher de lui poser toutes les questions qui lui passaient par la tête. Parce qu'elles se connaissaient, elles se faisaient confiance et surtout, parce que Jaelyn savait ce qui s'était passé durant ces six derniers mois. Elle en savait bien plus que Sybil et pouvait donc avoir une meilleure idée que Sybil. Elle venait tout juste de lui demander si elle pensait qu'on pourrait lui pardonner un jour, sans mari surtout. Sa fille ne semblait pas connaître la vérité, elle ne devrait donc pas trop lui en vouloir. Sans mari, lui, en revanche, savait tout. Ou plutôt, il ne savait rien, si ce n'est que Sybil l'avait abandonné, sans donner aucune explication. La réponse de sa soeur se voulait rassurante, mais Sybil savait qu'elle ne disait ça, justement, que pour la rassurer. Elle ne le pensait certainement pas.Sybil savait à quel point il était compliqué de pardonner et pardonner une telle chose devait être d'autant plus compliquée. Pourtant, elle espérait sincèrement qu'ils puissent la pardonner un jour.

Sybil avait bien remarqué que Jaelyn était déçue de la réponse de Sybil. Mais elle n'allait pas lui mentir, en lui disant qu'elle irait voir ses proches bientôt alors que ça n'allait peut-être pas être le cas. Sybil n'ajoutait rien, remarquant la gêne. Elle comprenait que la situation de Jaelyn n'était pas facile. Elle se trouvait dans une situation fort peu confortable et Sybil en était réellement désolée, mais elle ne voulait pas se précipiter et faire des erreurs.

Jaelyn était revenue avec une enveloppe que la fille de Sybil lui avait donné. Elle n'avait ouvert, rapidement. Elle y avait trouvé deux choses : une lettre et un dessin. Pour la lettre, elle avait préféré la ranger et la garder pour plus tard, ce soir, lorsqu'elle serait seule. Parce qu'elle craquerait, elle pleurerait et elle ne voulait pas pleurer devant sa soeur. Elle n'en pouvait plus d'être faible. Elle voulait être forte, du moins en apparence. En revanche, elle avait regardé, immédiatement le dessin que lui avait fait sa fille. Il les représentait tous les trois, heureux, comme avant. Ces images lui donnaient envie de pleurer, les larmes aux yeux, elle restait silencieuse, incapable de dire le moindre mot. Comme pour la sortir de ses pensées, sa soeur lui avait rappelé le repas qu'elle était en train de préparer. Elle s'était alors précipitée dans la cuisine, mais elle arrivait trop tard, le repas était brûlé. Elle précisait alors qu'elle comprendrait que sa soeur ne veuille plus le manger. « D'accord. » avait-elle simplement dit en prenant ce qu'il fallait pour amener et découper le repas dans le salon, puisque sa soeur y avait amené les assiettes et les couverts. S'installant, elle servait sa soeur qui lui souhaitait bon appétit. « Toi aussi. » Se contentait-elle de répondre, pensant manger dans le calme et le silence. Mais il ne s'était pas placé plus d'une minute avant que Jaelyn ne commence à poser des questions. Des questions que Sybil connaissait pour se les avoir répété des millions de fois. Elle savait bien qu'un jour ou l'autre, elle allait devoir réellement s'expliquer et donner des réponses. Alors elle avalait une cuillère de son repas, avait bu une gorgée d'eau et avait déposé son verre, les yeux fixés sur son assiette pour répondre. Elle ne la forçait pas à répondre, mais elle devait le faire. « Au début, j'étais persuadée d'avoir pris la bonne décision. J'étais malheureuse depuis longtemps. Je sais que c'est une chose compliquée à comprendre. Pour tout le monde, je n'avais aucune raison de l'être. Je suis mariée, j'ai une petite fille merveilleuse, une bonne situation... Mais je ne veux... ne voulais pas être seulement une épouse et une mère. Mes ambitions, mes envies... J'ai tout mis de côté, j'ai cru, sincèrement, que je pourrais, le moment venu, reprendre ce que j'avais envie, mais ça n'a pas été le cas. » elle faisait une pause. Elle n'était pas certaine d'utiliser les bons mots, de bien s'expliquer, mais elle faisait de son mieux. « Je n'avais pas de boulot, je ne voyais personne en dehors de vous, ma famille. J'avais l'impression de ne plus vivre, de simplement répéter des gestes, chaque jour. Partageant mon temps entre ma fille et la maison, entre les courses et le ménage. Entre la mère et l'épouse, mais jamais je n'étais Sybil. Alors, au début je ne disais rien à personne. Je ne comprenais pas pourquoi j'étais malheureuse, pourquoi je ressentais tout ça et je craignais qu'on ne me comprenne pas. Puis j'ai commencé à m'en prendre à mon mari, l'agressant, le jalousant parce qu'il réussissait. Puis à toi, parce que tu travaillais, tu étais indépendante... » Ce qu'elle pouvait regretter tout ça. « Je n'avais jamais prévu de partir. J'ignorais comment j'allais pouvoir m'en sortir, ni même si j'allais pouvoir m'en sortir un jour. Chaque jour, je faisais semblant d'aller bien, de sourire, de rire, d'avoir une vie qui me plaisait... Puis je me suis réveillée un matin, persuadée d'avoir trouvé la solution. Tant pour moi que pour ma famille. Je voulais les protéger, ne pas les rendre malheureux et je ne sais pas pourquoi, mais ce matin là, partir était comme une évidence, une solution qui m'était apparue et surtout qui me rendait heureuse. » Ce qu'elle s'était dit ce matin-là, comment lui était venue l'idée... Elle n'avait rien oublié. Mais elle ne voyait plus les choses de la même façon aujourd'hui. « Au départ, vous me manquiez, mais j'arrivais à me passer de votre présence. Je crois même que je croyais être heureuse. Et, un jour, je me suis rendue compte que ce n'était pas le cas. Que je ne pouvais plus me passer de vous. J'ai longtemps réfléchi, je me suis soignée et j'ai compris. Vous êtes ma famille, j'ai besoin de vous, pas d'un stupide métier... Alors, il y a quelques semaines le manque était trop grand et même si je ne voulais pas revenir, je ne voulais pas vous infliger mon retour, je pensais que je n'avais pas le droit... Mais je suis revenue. » Voilà, elle lui avait donné presque toute l'histoire. A elle de demander si elle voulait des précisions. Elle avait tellement honte de tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 20/06/2016
›› Commérages : 54
›› Pseudo : christmastown
›› Célébrité : Caitlin Stasey
›› Schizophrénie : Non ;)
›› more about me

Re: Si tout pouvait être comme avant + Jaelyn ✻ ( Hier à 18:19 )


Sybil était en train d'admirer le dessin de sa petite quand l'heure du repas avait sonné. Le dîner était un peu brûlé, mais ça avait peu d'importance. Jaelyn avait faim, repas brûlé ou non, elle comptait bien le manger. Et puis sa sœur avait passé du temps à le préparer, donc autant le manger. Quelques minutes plus tard, les deux jeunes femmes étaient assises sur le canapé, les assiettes posées sur la table basse du salon. Jaelyn ne voulait pas questionner sa sœur, pas là. Elle voulait encore attendre un peu, mais elle avait déjà beaucoup attendu. Elle se posait des questions depuis le départ de Sybil et depuis son retour, elle voulait lui demander. Elle avait pourtant laissé le temps passer, ne voulant pas bombarder sa demi-sœur de questions alors qu'elle venait juste de rentrer. Elle hésitait, mais les mots étaient rapidement sortis. Elle l'avait questionné. Elle avait commencé par deux questions : À quel moment tu as regretté ton départ ? Pourquoi est-ce que tu as décidé de partir ? Comment est-ce qu'on pouvait partir alors que nous avions une petite fille. Comment est-ce qu'on pouvait abandonner sa famille sans jamais donner de nouvelle. Ça, Jaelyn avait beaucoup de mal à comprendre. Jaelyn ne s'attendait pas à ce que Sybil accepte de lui expliquer. Elle qui n'était pas de nature bavarde s'était lancée dans de grandes explications. Jaelyn était très attentive à ce que disait sa sœur. Elle ne l’interrompait pas et ne perdait pas une miette de ce que la jeune femme disait. Ce qu'elle avait à dire l’intéressait énormément. Elle allait enfin avoir les réponses qu'elle attendait. Elle allait être la première à entendre ses explications et à peut-être la comprendre. Le discours de Sybil était enfin terminé. Jaelyn savait maintenant pourquoi elle était partie, mais elle ne comprenait toujours pas tout. « On n'a pas tous besoin de la même chose pour se sentir heureux. Ça, je comprends tout à fait, même si je pensais réellement que tu te sentais bien avec la vie que tu menais. Je pensais que tu te plaisais dans cette vie avec ton mari et ton adorable petite fille. En revanche, il y a une chose que je ne comprends pas. Tu es entourée. Tu as une mère formidable, mon père qui est parfait, il t’apprécie aussi et tu le sais très bien. Ton mari était là aussi pour toi. Et moi aussi, j'étais là. Je sais très bien qu'entre nous ça n'a pas toujours était facile, surtout ces dernières années, parce que comme tu l'as dit toi-même, tu étais jalouse de ce que j'étais. Mais pas une seule seconde, tu t'es dit que tu pouvais aller voir l'un d'entre nous. Jamais tu t'es dit que tu pouvais venir nous parler, qu'on pouvait peut-être t'aider. Tu as préféré te dire non, ils ne comprennent pas, sans même savoir ce qu'on en pensait et tu as fui. Je sais que tu as eu peur, je sais que c'est compliqué d'aller voir ses proches et de leur dire que l'on n'est pas satisfait de la vie que l'on mène. Tu as eu moins peur de fuir apparemment et ce n'était pas la bonne solution. Mais c'est celle que tu as choisi. » Jaelyn qui ne voulait pas se lancer dans de grands discours n'était pas loin d'en faire. La jeune femme avait fait une courte pause, le temps de boire une gorgée d'eau et de prendre une bouchée de nourriture qui avait légèrement le goût de brûlé. « Le problème maintenant c'est qu'on va se dire à tout moment que tu peux de nouveau tout quitter. Je sais que tu regrettes ce que tu as fait, c'est d'ailleurs pour ça que tu es là aujourd'hui. Mais il faut que tout ça change. Tu ne peux pas garder la même vie que quand tu es partie. Si tu ne trouves pas de travail, que tu ne trouves pas de quoi pour ne plus être une simple mère et une simple épouse, tu recommenceras ou du moins, tu auras envie de le faire de nouveau. Tu es la depuis deux jours et tu ne fais rien. Tu ne parles pas, tu restes dans la chambre ou dans le salon. Tu ne fais rien de tes journées Sybil, ce n'est pas possible. Je voulais te laisser tranquille, mais non, ce n'est pas possible. On va dire que tu es ici sans me payer de loyer, mais qu'en échange, tu dois trouver du travail, trouver des choses à faire, tu dois te bouger un peu Sybil. Tu n'as pas le choix, je ne te laisse pas le choix. Tu es partie, c'était une grosse erreur, je pense que tu l'as compris. Mais tu dois changer, ce n'est pas parce que tu m'as dit que tu avais compris tes erreurs, que tu n'es plus jalouse, que tu n'envie plus les gens, ou une vie meilleure que je vais te lâcher. En rentrant chez toi, tu peux te dire qu'en réalité, tu étais mieux loin d'eux et partir une bonne fois pour toute cette fois-ci. Il ne faut pas que ça arrive. Tu dois te reprendre vite. Tu dois prouver à ta fille à ta mère, à ta fille, ton mari que tu restes celle que tu étais, tout en ayant changé et que jamais tu ne leur referas quelque chose comme ça. » Voilà, elle avait beaucoup parlé à son tour. Elle avait remarqué qu'elle était parfois dure, que ses paroles n'étaient pas forcement facile à entendre. Elle détestait se comporter comme ça, elle n'aimait pas être méchante, sèche, désagréable ou ce genre de chose. Mais là elle n'avait pas eu d'autre choix que de se montrer un peu dur. Sybil avait tellement fait souffrir de monde autour d'elle. Jaelyn savait bien que ce n'était pas le but de sa sœur, mais le mal était fait. Effacer tout ça allait être compliqué, mais elle pouvait calmer toutes ces douleurs, elle pouvait rassurer son mari, sa petite en disant, en les convainquant que cette fois elle ne partirait pas. Plus jamais. Jaelyn s'était montré un peu dure avec sa demi-sœur, mais c'était simplement pour la faire réagir, lui faire comprendre qu'elle devait changer et dès cet instant. Elle devait se trouver un boulot, faire en sorte de pouvoir faire ce qu'elle voulait. Elle ne pouvait pas de nouveau rendre malheureux des gens pour son propre bonheur. « En tout cas, si un jour, tu as envie de repartir, même si ça te prends comme ça, que tu veux partir sur un coup de tête, ne le fais pas. Ne t'en prends pas à ton pauvre mari, parle lui de tout ça, ou parle à quelqu'un d'autre, mais parle. Ne fuis plus. » Tu les as énormément fait souffrir. Jaelyn s'était retenu de dire cette phrase, Sybil le savait déjà et Jaelyn ne voulait pas se montrer méchante avec sa demi-sœur, même si leur relation n'était plus la plus parfaite.

La jeune femme terminait son assiette, même si la conversation lui avait coupé l'appétit. Le repas restait assez bon, même s'il avait un arrière-goût de brûler, logique puisqu'il était restait trop longtemps au four. « Le repas était très bon. Tu as préparé le dessert ou pas ? » Bon, les phrases n'étaient pas réellement bien placées, elles parlaient tout de même du départ inattendue, ainsi que le retour tout aussi inattendue de Sybil. Mais en même temps, ça permettais légèrement de "calmer l'atmosphère", en parlant un peu d'autre chose et puis la nourriture, c'était quelque chose d'important. Manger quelque chose d'autre allait aussi surtout permettre de faire passer ce léger goût de brûler qui restait en bouche. Jaelyn s'était levé son assiette et ses couverts à la main, pour les déposer dans la cuisine, elle tendait la main pour récupérer l'assiette de sa sœur. En allant à la cuisine, elle avait récupéré la carafe d'eau pour la remplir de nouveau, c'est que parler donnait soif.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: Si tout pouvait être comme avant + Jaelyn ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Si tout pouvait être comme avant + Jaelyn

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération