EIRYA ✻ So darling just say you'll stay right by my side. [hot]

 :: cap harbor is my home :: Southport Road
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/09/2015
›› Commérages : 1005
›› Pseudo : HARLEEN. / Marion
›› Célébrité : margot hottie robbie. ♥
›› Schizophrénie : darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), solveig blackbird (kovalenko), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum), lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

EIRYA ✻ So darling just say you'll stay right by my side. [hot] ✻ ( Lun 14 Aoû - 23:24 )



     

Arya Cohen
&
Eirik Ehrensvard
So darling just say you'll stay right by my side

Elle ne sait pas vraiment si elle a bien fait la blonde, mais quand elle avait envoyé ce sms à Eirik, elle s'était sentie étrange. Elle ne sait pas vraiment comment prendre le fait que depuis leurs escapades dans la cabine téléphérique, elle n'avait quasiment plus de nouvelles de lui. Bon, il fallait dire qu'elle ne lui en donnait pas vraiment non plus mais elle ne savait pas quoi lui dire. C'était complètement bête et stupide, mais elle ne désirait pas lui envoyer un simple « salut, ça va ? ». Non, après avoir embrassé un garçon de cette façon, on lui avait toujours dit de ne pas faire le premier pas pour voir, et c'était une théorie fausse qui disait que les hommes faisaient le premier pas. Non. Ou alors, elle était tombé sur un sacré spécimen ce qui était vrai, pour le coup. Déso. Mais tandis qu'elle regardait une série ou plutôt qu'elle tentait de la regarder parce qu'elle avait bien du mal à se concentrer sur l'écran, elle envoyait distraitement un message au Suédois, et quelques longues interminables minutes plus tard, elle ne suivait plus rien de la série télévisée qui passait sur l'écran et elle était absorbée par son téléphone. Parfois, elle se promettait de mettre du temps à lui répondre, mais cette résolution ne durait que quelques minutes à tout casser. Elle était trop concentrée sur le fait qu'il était tout seul à l'agence, et  elle s'était donner comme mission secrète de lui donner envie de venir. Bon, lui proposer un bain de minuit, n'était vraiment pas dans ses plans mais elle avait subitement eu l'envie de lui dire, puis comme toute personne censée qui invite une autre personne, elle lui proposait de regarder un film, ce qu'il acceptait volontiers. Il n'en fallait pas plus pour Arya pour sortir de son plaid, le ranger, sous l'oeil étonné de l'un de ses chiens qui ne comprenait pas vraiment pourquoi sa maîtresse s'activait à des 23 heures passées alors qu'il y a encore quelques minutes, elle était en train de comater, son bol de mac & cheese dans les mains. Mais Arya, malgré la fatigue, elle avait le cœur qui se gonflait un petit peu, l'envie de sourire qui était revenue et le sommeil qui était définitivement parti. C'était étrange la façon dont il avait de lui rendre le sourire en quelques instants, c'était l'étrange l'envie qu'elle avait de soulever des montages quand elle savait qu'elle allait le voir. Mais quoiqu'il en soit, elle se préparait, enfilait un short léger  en manquant de se ramasser, un débardeur ample et un gilet pour ne pas faire la fille qui vient de se rhabiller alors que c'était totalement ce qu'elle venait de faire, troquant son pilou-pilou contre une tenue plus adéquate. Elle s'affublait d'une queue de cheval et vérifiait qu'elle n'avait pas une pustule qui avait décidé de pousser entre le moment où elle s'était démaquillé et celui où elle s'était rhabillé. Mais non, elle avait l'air fatiguée mais n'avait pas de cratère sur le visage #glamour. Elle rangeait un peu tout ce qui était rangeable et quand elle l'entendait toquer à la porte, elle se stoppait net et se demandait finalement si c'était une bonne idée et comment est-ce qu'elle devait lui dire bonjour. En l'embrassant ? En lui faisant la bise ? Une accolade ? Elle aurait bien eu besoin de sa meilleure amie, mais malheureusement, elle lui avait dit de rester avec Ryan alors Rachel n'était malheureusement pas dans les parages. Elle ouvrait alors la porte, réajustant son gilet « Hey ! Tu as fait vite. » prononce t-elle alors dans un sourire avant de le laisser entrer. Elle vérifiait que tout était rangé et elle n'avait rien oublié, à part peut-être le plaid qui la trahissait. Mais il savait de toutes façons qu'elle n'arrivait pas à dormir. Quand il entrait, elle jetait un œil sur le dvd qu'il avait apporté et elle ne connaissait pas le film. Elle allait certainement passer pour une inculte mais tant pis. « Tu veux du vin ? J'ai une bouteille de sortie. Et avant que tu te demandes, non, je ne bois pas toute seule, enfin... Ce soir si. Mais juste un verre ! Un fond même. » Elle s'avançait alors jusque dans le salon « Ou tu veux commencer par les muffins ? Le bain de minuit ? Je peux me taire aussi. » conclut-elle en se taisant, sentant le rouge qui lui monte aux joues, elle étai persuadée qu'elle allait finir par le faire fuir. Et ce serait bien fait pour elle. « On commence par ce que tu veux. » Et pour une fois, elle était plutôt fière d'elle.


CODE BY MAY




Darkness is your candle.
Eirya ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.


Dernière édition par Arya Cohen le Mar 12 Sep - 11:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 02/01/2015
›› Commérages : 849
›› Pseudo : Lully (aline)
›› Célébrité : Alexander Skarsgard
›› Schizophrénie : Cass • Jeremy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: EIRYA ✻ So darling just say you'll stay right by my side. [hot] ✻ ( Mar 5 Sep - 1:01 )


Eirik se sent idiot à fixer son téléphone sans savoir quoi faire. Pourtant il l’avait espéré ce message, comme un enfant impatient. Il ne comptait plus les fois où il s’était jeté sur son téléphone, espérant voir son nom s’afficher sur l’écran. Pourtant, il ne savait pas quoi faire. Depuis leur dernière rencontre il était plutôt dans le flou. Il se souvient encore du toucher de ses lèvres sur les siennes et plus il y pense, plus il est perturbé. Depuis, ils avaient distraitement échangé un vague -tu vas bien ? / oui et toi ?– sans réellement de suite. Et il s’était sentit bien incapable de lui parler normalement. Alors il avait préféré le silence, à se poser tout un tas de question. A se demander ce qu’il devait faire et à quoi les menait ce baiser. Bien qu’il préfère se dire que ça ne voulait rien dire et qu’ils étaient tous les deux un peu sous l’emprise de l’alcool, il ne pouvait se mentir sur le fait qu’il avait eu très envie de l’embrasser. Et que ça n’avait pas été la première fois. Ce rapprochement avait également mit en lumière ses doutes quant au fait qu’il lui donnait effectivement des faux espoirs. Elle avait fini par se faire des films et ça le désespérait. Le Suédois se résolvait à lui répondre le plus naturellement du monde après de longues minutes de tergiversation. En fait il avait été inquiété du fait que la blonde lui envoie un message si tard et s’empressait de lui demander ce qu’elle fait debout avant de gentiment décliner son offre. Avec beaucoup de mal. Littéralement. Parce qu’il avait eu l’excellente idée de poser sa tasse de café sur le bord de son bureau après s’être levé de ce fameux canapé pour faire les cents pas en attendant sa réponse. Parce que sa proposition était si directe qu’il en perdait en partie l’équilibre en s’asseyant sur sa chaise et faisait valser le contenu de sa tasse sur son bras. Un juron traverse ses lèvres au contact du liquide chaud sur sa peau alors que la tasse se fracasse sur le sol. Dans un mouvement de panique, le blond se lève brusquement et s’empresse de retirer sa chemise pour enlever le tissu brulant. Un bruyant soupire se fait entendre. Ça ne sert à rien de se prendre la tête. Il devient idiot et ça l’agace. Le blond joue alors la carte de l’humour, comme souvent et après quelques minutes il a du mal à résister à l’envie de céder à l’invitation. C’était peut-être étrange comme situation mais elle insistait et il ne savait pas comment refuser pour tout dire. Alors il se persuadait lui-même que ça n’engageait à rien que de regarder un film ensemble en mangeant des muffins. Eirik enfilait la chemise propre qu’il gardait dans l’agence quand il y passait la nuit avant de se mettre en route, rongé par le doute.

Une fois arrivé sur place, il se raclait la gorge et lissait sa chemise qui n’était absolument pas froissée avant de toquer à la porte. Voilà une heure pour se présenter chez une demoiselle qu’il pensait alors. Quand son visage se dévoilait derrière la porte il articulait un « Salut » maladroit alors que son regard ne parvenait pas à se détacher de ses lèvres. L’entrée en matière est un peu distraire, ni l’un ni l’autre ne sait vraiment comment saluer l’autre, et finalement, Eirik entre l’air de rien. Le débit de parole d’Arya traduisait son malaise. Eirik commençait à la connaître et ça le faisait sourire. « Je veux bien du vin oui. Et des muffins. » Il s’avance vers le canapé avant de s’asseoir, posant ce vieux dvd qui trainait dans son tiroir sur la table basse. « Je me permets. » parce qu’il s’assoit sans qu’elle ne lui dise rien. « Et ne te tais pas. » Son sourire le trahit. Malgré la gêne visible de la jeune femme il préfère qu’elle reste naturelle plutôt qu’elle se bride pour lui. Le blond s’enfonce un peu plus dans le canapé et attrape le plaid. « Un bon canapé, un plaid, du vin, des muffins et un vieux films, ça me parait un bon programme. » S’il pouvait éviter le bain de minuit c’était tout aussi bien selon lui. Et il préfère de loin faire le gars à l’aise pour se cacher de son mal-être total d’être là chez Arya au beau milieu de la nuit. C’était beaucoup trop étrange comme situation au final mais il préfère se convaincre qu’il n’y a rien de plus normal que de passer une soirée film avec une amie. « Installe toi. » il tapote le canapé pour l’inviter à s’installer. « C’est pas révolutionnaire mais c’est le seul film que j’avais sous la main. Le préféré de mon père d’ailleurs.Ca aura surement le mérite de t’endormir en plus. » Est-ce que ce n’était pas encore plus étrange ce qu’il venait de dire ?


..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/09/2015
›› Commérages : 1005
›› Pseudo : HARLEEN. / Marion
›› Célébrité : margot hottie robbie. ♥
›› Schizophrénie : darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), solveig blackbird (kovalenko), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum), lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: EIRYA ✻ So darling just say you'll stay right by my side. [hot] ✻ ( Mar 5 Sep - 23:01 )



     

Arya Cohen
&
Eirik Ehrensvard
So darling just say you'll stay right by my side

Arya ne se souvient pas de grand chose mais elle se souvient aussi qu'avec Erwen, ça s'était passé simplement. Ils ne s'étaient pas tournés autour longtemps mais leur relation avait tout de suite était fusionnelle. C'est étrange pour elle de se dire que quelqu'un lui plait, qu'elle pense trop à lui. Cela faisait longtemps que ça ne lui était pas arrivé à la blonde, d'avoir quelqu'un qui hante ses pensées de cette façon.Parce que oui, le suédois hante ses pensées et elle n'a aucune honte à le dire même si elle ne le dit pas à grand monde. Mais, parfois, elle aimerait qu'il débarque comme ça, juste pour la prendre dans ses bras, juste pour l'embrasser rien qu'une fois et elle se dit qu'elle est vraiment stupide de penser cela, dans la mesure où il lui répète sans cesse que c'est une amie. Une bonne amie. Une copine. Enfin, depuis leur dernière rencontre, elle se dit qu'on embrasse pas non plus une copine. Alors c'est étrange, mais elle sent qu'il pourrait se passer quelque chose entre eux si jamais l'un des deux n'hésitait pas à faire le premier pas. Si jamais l'un des deux n'avait pas deux pieds gauche en matière d'amour. Elle pourrait prendre les devants si jamais elle avait reçu en guise de cadeau, l'amour pour les nuls. Mais elle se contente simplement de lui envoyer un message, qui restera sûrement sans réponses comme les quelques derniers qu'ils s'étaient échangés. Ou tout du moins, ils s'échangeraient encore des banalités et une fois de plus, elle ne parviendrait pas à trouver le sommeil. Parce qu'elle est comme ça Arya, elle se donne les moyens d'avancer dans la vie mais quand il y a une petite embûche, elle ne se sent pas d'attaques à continuer, alors elle reste où elle est. Simplement.

Mais quoiqu'il en soit, elle était plus qu'heureuse qu'il soit ici avec elle, et dès lors qu'elle l'aperçevait, elle sentait son coeur qui s'accélérait un peu, elle avait envie de le prendre dans ses bras pour vérifier que c'était bien lui, qu'il était bien là. Mais non, la voix de l'agent immobilier la ramenait à la raison et elle restait à sa place. « Du vin et des muffins d'accord » Arya deux pieds gauche et deux mains gauches, après avoir manqué de renverser le contenu de ce que contenait la table dans le salon, se pressait d'aller chercher les muffins qu'elle déposait sur un plateau et deux verres ainsi qu'une bouteille de vin pour les ramener sur la table basse en face du canapé, là ù elle avait prit place en début de soirée. « Je ne me tais pas alors, mais dis moi si je parle trop et n'hésite pas à te permettre il est confortable le canapé. » Et elle croise enfin son regard quand il lui dit que c'est un bon programme elle reste une fois de plus le souffle coupé et elle se mord la lèvre pour réagir. Il faut qu'elle réagisse « Tu as oublié la bonne compagnie... » répond t-elle alors d'une mine un peu boudeuse avant de se mettre à rire et de s'installer à ses côtés quand il le lui propose. « Je n'ai jamais vu ce film. Et je suis sûre que cela ne m'endormira pas... Puis tu me tiendras éveillé » sortie de son contexte... Elle approche alors sa main du plateau et Eirik a visiblement eu la même idée, ce qui fait que leurs bras se touchent, un peu trop rapidement. Elle le regarde alors du coin de l'oeil et elle voit bien qu'il grimace « ça ne va pas ? » Elle fronce un peu les sourcils et doucement, elle attrape son bras, une grimace de plus. Doucement, elle déboutonne alors sa manchette et elle grimace quand elle voit la brûlure. « Mais... Quand est-ce que tu t'es fait ça ? Ne bouge pas ! » Elle soupire alors et court jusque dans la salle de bain, envoie tout valdinguer dans un fracas qui ne l'impressionne même pas et elle revient avec de la crème qu'elle finit par appliquer doucement sur la brûlure avant de masser délicatement, et elle plonge son regard dans celui d'Eirik, c'est sûrement la fois de trop lui rappelle son coeur qui bat définitivement trop vite. « ça te fait du bien ? » qu'elle parvient à articuler, les yeux toujours rivés dans celui du blond, les gestes deux et attentionné.


CODE BY MAY




Darkness is your candle.
Eirya ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 02/01/2015
›› Commérages : 849
›› Pseudo : Lully (aline)
›› Célébrité : Alexander Skarsgard
›› Schizophrénie : Cass • Jeremy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: EIRYA ✻ So darling just say you'll stay right by my side. [hot] ✻ ( Mer 6 Sep - 20:54 )


Il avait fait les cent pas à se demander ce qu’il devait faire. Parce qu’il se ment à lui-même et il commence à s’en rendre compte. Parce qu’il se persuade qu’Arya est une amie. Mais embrasse-t-on une amie à trois reprises dans l’espace de quelques minutes ? Il se persuade qu’il n’a pas besoin de ça dans sa vie. Qu’il n’a pas besoin d’une femme. Qu’il n’a pas besoin d’aimer. Parce que c’est ainsi qu’il a vécu ces six dernières années, et ça lui allait très bien. Jusqu’à maintenant. Quand cette petit blonde a débarqué dans sa vie aussi brusquement qu’une tempête, et qu’elle l’a retourné jusqu’à ce qu’il finisse par remettre son train de vie en question. Sa joie de vivre lui avait révélé à quel point sa vie à lui était ennuyante, et à quel point il n’avait fait que se renfermer sur lui-même après le divorce. Il avait renoncé aux femmes et à la vie de couple. Tiré un trait sur un futur qu’il avait pourtant envisagé des milliers de fois. Celui de tout homme qui souhaite fonder une famille et vieillir auprès de sa bien-aimée. Eirik il avait fini par se persuader qu’il n’avait pas besoin de tout ça mais était-ce vrai ? Il n’en était plus bien sûr. A cause d’Arya. Qui était venue tout chambouler sur son chemin, et sa petite vie paisible en avait pris un coup. Elle était la compagnie la plus agréable qu’il lui ait été d’avoir ces dernières années et elle avait le mérite de lui communiquer son entrain. Ça lui faisait du bien de la voir. Et c’est surtout pour cette raison qu’il avait accepté de venir. Pour la voir. Parce que le simple fait de s’asseoir à ses côtés embaume son cœur d’une sensation apaisante et plutôt nouvelle. Quand il arrive, Eirik ne sait plus sur quel pied danser et ses bonnes intention s’évanouissent presqu’aussitôt que son regard se pose sur les lèvres de la blonde. Il serait bien tenté de repartir aussitôt, mais il est là maintenant et se fraye maladroitement un chemin jusqu’au canapé en évitant soigneusement de ne pas la regarder trop longtemps. Elle est gênée et parle beaucoup. Comme d’habitude il trouve ça attachant. Sa nervosité semble lui révéler qu’elle se pose aussi un tas de question sur a légitimité de la situation. Mais ces mots le fond tressaillir. La bonne compagnie. « Bien sûr.. le plus important » Evidement, il était là plus pour elle que pour les muffins de Rachel aussi bons soit-il, ça lui paraissait évident. Enfin, en soit, il était venu pour regarder un film. Celui qu’il a ramené ne casse pas trois pattes à un canard, mais c’est tout de même un très bon film Suédois qui a le mérite de la ramener des années en arrières, à Stockholm, mais dans ses bons souvenirs. « Tu auras le droit d’avouer s’il t’ennuie » Et elle avait le droit de s’endormir aussi. Il se verrait mal la réveiller, ça c’est certain, même s’il se retrouvait là comme un crétin dans une maison qu’il ne connait pas.

En malpoli qu’il pouvait parfois se montrer avec ses proches, Eirik est bien tenté par un de ces muffins et entreprend d’en attraper un avant même de commencer le film. Parce que rien ne presse au final. Et il était de moins en moins confiant sur le choix du dvd, il faut dire. Il semblerait par contre qu’Arya ait aussi voulu en attraper un et son bras  a frotté sur sa brule. Il a froncé les sourcils en retirant son bras légèrement. Sans penser une seule seconde qu’Arya noterait quelque chose, parce que ce n’est pas grand-chose, et il n’avait pas non plus hurlé de douleur. Mais elle ne touche de nouveau, attrapant carrément son bras, comme pour confirmer un doute. Son visage a du mal à rester impassible bien que sa réaction soit discrète. « Si, très bien. » qu’il fait innocent. Elle ne semble pas vouloir entendre et attrape sa chemise pour soulever sa manche. « Ce n’est rien Arya » sa main se pose sur la sienne pour stopper son geste mais elle la repousse aussitôt. Il soupire. « Avant de venir ? » son sourcil s’est arqué et ses lèvres pincées dans une expression d’enfant coupable. Ni une ni deux la blonde se lève dans une vivacité qu’il ne lui connaissait pas et disparait à peine quelques secondes. A peine revenue, il n’a pas le temps d’articuler quoique ce soit qu’elle est déjà en train de lui appliquer de la crème. Une de ses mains s’est glissée dans la sienne pour lui tendre le bras et l’autre étale le produit blanc sur sa peau rougie. Il ne sait pas bien si ce sont ses mains qui l’électrisent ou cette crème froide. Au moins ça a le mérite de soulager les picotements, et probablement d’éteindre le feu. Il n’avait même pas pensé à passer son bras sous l’eau. Sa question le désarçonne. Son regard aussi. « Oui ? Merci.» il suppose. Il ne sait pas bien. Il ne sait pas quoi dire, en soi. Sa main serre un tout petit peu pus la sienne et ses yeux se détachent des siens jusqu’à ce qu’elle ait finit. Il souhaitait qu’elle cesse de le toucher et qu’ils regardent enfin ce maudit film. Que son esprit arrête de penser à sa peau douce et à ses lèvres brillantes un instant. « Bien. » Eirik finit par se lever en se raclant la gorge. « On le met ce film ? » Il se permet, encore, de mettre le dvd dans le lecteur avant de revenir s’asseoir. Il ouvre la bouteille de vin et sert les deux verres avant d’en tendre un à Arya. Le film commence et Eirik est incapable de se concentrer. Il ne suit absolument rien. Après quelques minutes de silence, le blond regard son verre entamé, tourne la tête verre la blonde à sa gauche collée à son épaule. Eirik pouvait sentir sa main contre sa cuisse sous le plaid, se demandant si elle l’a mise la volontairement ou non. « Est-ce que tu veux venir à Stockholm avec moi ? » Il brise le silence et ces mots sortis de nulle part ne font que trahir l’échappée de son esprit.


..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/09/2015
›› Commérages : 1005
›› Pseudo : HARLEEN. / Marion
›› Célébrité : margot hottie robbie. ♥
›› Schizophrénie : darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), solveig blackbird (kovalenko), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum), lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: EIRYA ✻ So darling just say you'll stay right by my side. [hot] ✻ ( Mer 6 Sep - 22:19 )



     

Arya Cohen
&
Eirik Ehrensvard
So darling just say you'll stay right by my side
Elle aurait tellement envie de poser des questions à Rachel la blonde, si c'est normal de se faire embrasser trois fois en l'espace de deux minutes, si elle est normale de vouloir passer beaucoup de temps avec lui, si elle ne fait pas une grosse erreur à vouloir le voir un peu trop souvent. Mais Rachel lui en voudrait certainement de ne pas lui avoir dit qu'Eirik était sûrement plus qu'un ami à ses yeux et même si sa meilleure amie les avaient tannés au mariage,elle l'avait soutenue que oui, c'était juste un ami. Puis d'ailleurs, elle ne lui avait même pas parlé de sa rencontre avec Eirik, du fait qu'elle lui avait presque hurlé dessus parce qu'elle avait l'impression qu'il n'y mettait pas du sien. Rachel la frapperait si elle savait, elle en était persuadée. Alors elle se taisait simplement et elle faisait face à ses questions dont elle ne pouvait plus attendre pour avoir des réponses. Elle aimerait avoir ne serait-ce qu'un éclairement, savoir si oui ou non, elle se fait vraiment des films, si oui ou non, il ne se passera jamais rien entre eux. Si oui ou non, elle finira par avoir le cœur brisé. Alors pour en trouver, elle essayait tant bien que mal de faire de l'humour et Arya Cohen n'était définitivement pas douée quand il s'agissait de sens de l'humour. Elle le savait pourtant, Rachel le lui avait déjà dit. Elle souriait quand il répétait ses mots et sentait son coeur se gonflait un peu tant elle se concentrait bien trop sur sa voix. Est-ce qu'elle oserait lui avouer qu'elle s'ennuyait ? Certainement pas. Non, elle ferait semblant qu'elle avait adoré le film certainement, parce qu'elle ne voulait pas le vexer comme Lou qui a détesté le concert dans Avant toi, bisous. et si elle s'endormait... elle aurait le prétexte de l'heure avancée de la nuit et d'une longue journée de travail. Mais la connaissant, elle lutterait pour ne pas s'endormir parce qu'elle voulait passer un maximum de temps avec le suédois. « Je suis sûre qu'il me plaira... Je suis persuadée que tu as de bons goûts. »

Il avait peut-être de bons goûts mais elle se sentait mal la blonde quand en voulant attraper un muffin, elle se heurtait au bras d'Eirik et qu'il retirait son bras. Elle voyait bien que quelque chose clochait et elle se sentait mal pour lui. Est-ce qu'il avait été mordu ? Est-ce qu'il s'était brûlé ? Elle n'en savait rien. Mais sa curiosité étant piqué à vif, elle attrapait son bras pour voir et elle sentait son coeur qui s'accélérait. Il voulait faire semblant que tout allait bien, mais elle voyait bien que c'était le contraire. Elle se mordait alors la lèvre et il devrait savoir qu'elle est têtue quand il veut l'empêcher de faire quelque chose. Elle le regarde alors. avant de venirqu'il lui répond et elle ferme les yeux, était-ce parce qu'il était pressé ? Était-ce parce qu'il avait hâte de la voir ? De nouvelles questions venaient dans son esprit et elle sentait son coeur qui se soulevait, elle détestait cette sensation et avait juste envie de hurler dans un oreiller pour que ce sentiment s'en aille, ne rien savoir, c'est la pire des choses au monde. « Mais... » rétorquait-elle d'une petite voix, elle ne voulait pas qu'il se soit empêché de se soigner. Elle ne voulait pas qu'il ait évité de se soigner de peur d'être en retard. « C'est à cause de moi que tu ne t'ais pas soigné ? » Elle avait vraiment besoin de savoir. Elle était dans le flou et elle détestait cela. Alors c'était certainement pour cela qu'elle courrait pour le soigner, elle ne voulait pas qu'il est mal plus longtemps, elle ne voulait pas qu'il souffre un peu plus à cause d'elle, elle ne le tolérerait certainement pas. Elle s'appliquait alors et remarquait que malgré la brûlure, sa peau était douce et agréable. Alors qu'elle continue à appliquer la crème, elle se laisse porter par ses pensées et elle s'arrête un trop long moment avant de se rendre compte qu'il n'y a plus de crème et qu'elle peut s'arrêter. Eirik la tirait alors de ses pensées en brisant le silence qui s'était imposé entre les deux et elle rangeait le tube de crème tout en le regardant se lever « Oui ! Désolée, petite intermittence. » répond t-elle alors en riant. Elle attrapait alors le verre que lui tendait Eirik et elle en buvait une gorgée avant de bien se caler sous le plaid. Elle posait alors son verre sur la table basse avant de se repositionner correctement sous le plaid et sa main venait distraitement se poser sur la cuisse du trentenaire, en guise de test où d'elle ne savait pas vraiment quoi. Elle n'arrivait pas à se concentrer sur le film. Sa tête venait doucement se poser contre l'épaule d'Eirik et elle se mordait un peu la lèvre avant que sa main saisisse celle d'Eirik pour entrelacer timidement leurs doigts. Mais le silence se fait couper et ce qu'il lui propose lui coupe un peu le sifflet. « A Stockholm ? Quand ? Bientôt ? Genre? Bientôt ? » Elle soupirait pour se recentrer sur ses pensées, ses doigts toujours entrelacés dans ceux d'Eirik, et son regard rivé dans celui du blond. Elle perdait pied, elle en avait tout à fait conscience, elle ne savait plus comment communiquer correctement mais elle tentait simplement. Quand ses pensées se calmaient un peu elle lui souriait un peu avant de prononcer d'une voix timide « Cela me ferait vraiment plaisir d'aller à Stockholm avec toi. » Elle sentait ses joues qui rougissaient et le film n'avait désormais plus trop d'importance. Elle respirait un grand coup avant de dire « Tu sais, je me pose pleins de questions, je ne veux pas en parler à Rachel parce que je sais qu'elle me dira de faire ce que mon coeur me guide et puis, elle me connait depuis qu'on est toutes petite. Et je suis persuadée qu'elle me dirait que je m'en fais pour rien... Et puis... Et puis zut. » Doucement, elle attrapait le visage d'Eirik pour déposer délicatement ses lèvres sur celles du suédois. Elle avait besoin de réponses, mais elle ne les trouverait que quand il lui donnerait certainement. Alors, elle prenait son courage à deux mains et son baiser était tendre, doux. Elle ne savait pas quoi faire, ne savait plus quoi dire. Ses questions étaient encore pire, elle était encore plus dans le flou mais la sensation qui lui emplissait le coeur était la meilleure des sensations qui soit pour elle. Définitivement.


CODE BY MAY





Darkness is your candle.
Eirya ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 02/01/2015
›› Commérages : 849
›› Pseudo : Lully (aline)
›› Célébrité : Alexander Skarsgard
›› Schizophrénie : Cass • Jeremy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: EIRYA ✻ So darling just say you'll stay right by my side. [hot] ✻ ( Mer 6 Sep - 23:46 )

Pourquoi est-ce qu’Eirik avait accepté ? Pourquoi est-ce qu’Arya lui avait proposé de passer la nuit chez lui au juste ? S’il arrive encore maintenant à se persuader que tout ceci est tout à fait normal pour des amis qui s’entendent bien, autant dire qu’à force de ruminer il commençait doucement à ouvrir les yeux. Certainement savait-il déjà. Depuis la dernière fois. Mais il continuer à se persuader que les femmes ce n’est pas pour lui et qu’Arya finira simplement par devenir sa meilleur amie. Il aimerait beaucoup, soit dit en passant. Mais est-ce que c’était vraiment suffisant ? Quand il était avec elle, il était à la fois submergé par un sentiment de bienêtre, mais également de frustration la plus totale. Le suédois continuait de se mentir à lui-même, mais était-ce encore réellement efficace ? Il n’en était pas moins sûr. A l’instant présent, l’homme se sent comme un enfant. Du haut de ses huit ans de plus que la blonde, il avait surtout l’impression de ne pas être à sa place. D’être l’imposteur. Là, dans le canapé de la blonde, il se sentait illégitime. Il en venait même à regretter d’être venu. Surement attendait-elle quelque chose, à l’inviter comme ça au beau milieu de la nuit. Mais est-ce que lui n’attendait pas quelque chose non plus ? A quoi tout ça rimait au juste ? Le blond ne se reconnaissait plus quand il était avec elle. Et son geste maladroit quelques minutes plus tôt n’était pas sans reste. Parce qu’il est loin d’être maladroit Eirik, mais il faut dire qu’elle a toujours le chic de le surprendre. Par sa naïveté, et sa franchise aussi. Arya prenait soin d’appliquait délicatement cette crème sur sa peau meurtrie et bien sûr le froid canalisait la douleur. Mais la douleur était le dernier de ses soucis à l’instant présent. Son esprit ne voyait qu’elle et l’habileté de ses mains, l’inquiétude dans son regard, cette mèche qui tombait sur son visage. L’odeur de la crème masquait celui de ce parfum qu’il adore. « Bien sûr que non » Elle s’inquiétait de savoir si c’était de sa faute qu’il ne s’était pas soigné. Il n’avait pas bien compris la source de l’inquiétude. Il haussait les épaules. «  C’était juste un peu de café » A ces yeux ce n’était vraiment pas grand-chose voilà tout. Effectivement ça n’avait pas été malin de ne rien faire, mais tout au plus il aurait simplement passé son bras sous l’eau sans s’en soucier d’avantage. Ce simple contact semble s’éterniser et le blond s’impatiente. En proie à trop de questionnement pour rester tout à fait calme tandis que ses mains sont aux petits soins. Un moment d’intimité qui serait resté sans aucune ambiguïté si son esprit n’était pas si embrumé par la définition exacte de leur relation. Il comprenait que ça n’avait rien d’une sincère amitié. Qu’en tous cas il ne la voyait plus comme ça. Que cette frontière transparente et effrayante avait été franchise il ne sait à quel moment exactement. Mais il continue de se dire que tout ça n’a rien de bien affolant, que son amie s’occupe de sa blessure, voilà tout. Le blond finit par couper court, peut-être un peu effrayé par cette réalité qui s’impose à lui. Il se lève pour mettre le film avant de servir le vin et s’installer. Finalement ils n’avaient mangé aucun muffin ni l’un ni l’autre. Le film non plus n’avait pas vraiment son importance. Eirik était en fait en intense réflexion. Ca tourbillonnait dans son esprit si bien que la proximité de la blonde ne l’avait pas choqué plus que ça. Il repensait à la dispute qu’il avait eue avec sa sœur deux jours plus tôt. Elle lui avait balancé une assiette à la figure en lui hurlant qu’il pouvait se le carrer son voyage. Dans la mesure du possible, Eirik payait le voyage pour sa sœur également quand il allait rendre visite à son père. Mais apparemment la jeune femme n’a absolument pas envie de voir son père. Le Suédois avait décidé de ne pas poser plus de question que ça tant que sa sœur ne s’était pas calmée, et ça pouvait durer plusieurs jours. Sans y réfléchir plus que ça et en oubliant complétement la projection du film, le blond proposait à Arya de l’accompagner. Elle semble surprise, et ce n’est que parce qu’elle a  sursauté à ce moment qu’il remarqua que ses doigts s’étaient mêlés aux siens. « Dans trois semaines » Il sondait un peu son regard et notait sa réponse timide. Pour une raison qu’il ignore il eut l’impression qu’il devait se justifier. Il haussait les épaules embarrassé. « C’est ma sœur, il semblerait qu’elle ne veuille pas voir mon père. Enfin. Le voyage est déjà payé, tu n’as pas à te préoccuper de ça. » Il réfléchissait une seconde. « Et le gîte non plus. Pour autant que tu supportes mon père » A mesure qu’il parlait, il se rendait compte de la situation. Est-ce qu’il allait vraiment présenter Arya à son père ? C’était exactement ce qu’il venait de lui proposer en tous cas. Le malaise montait en lui alors que déjà il entendait son père ricaner en écrasant violemment sa main dans son dos.

Sans qu’il ne s’y attende vraiment, Arya se lançait dans une tirade sans queue ni tête qu’il n’arrivait absolument pas à suivre. Sur le moment il avait surtout l’impression qu’elle allait lui demander un conseil quelconque alors il écouta attentivement ce qu’elle lui racontait, tentant de percevoir ce qu’elle essayait de lui dire. Mais elle ne termina pas. Se coupa dans sa propre explication. Eirik eut simplement le temps de comprendre quand son visage s’approchait du sien. Bien que surpris et plus décontenancé, il répondait à son baiser ave un peu plus d’entrain. Déjà il se reculait en secouant la tête. « Faut que t’arrête de me surprendre comme ça. Je vais finir par me sentir émasculé » Terriblement frustré que ce soit elle qui soit venue l’embrasser, l’homme attrape sa coupe pour y noyer son désarroi. Son cœur lui dit de l’embrasser fougueusement à en perdre le souffle et sa raison lui ordonne de foutre le camp et de laisser la blonde vivre sa vie sans perdre son temps avec lui. « Peut-être qu’on se pose tous les deux beaucoup trop de question. » L’homme s’enfonce un peu plus dans le canapé en fixant le film qui défile sur la télé et le silence s’installe de nouveau. Pendant de trop longues minutes. « Peut-être que je n’aurai pas dû venir. » Il soupire douloureusement. C’était comme si son cœur venait de se loger dans sa gorge. Il se sentait noué. « Désolé j’aurais pas dû dire ça » L’homme laisse aller sa tête sur le dessus du canapé et y allonge son bras en fixant le plafond. Il y a tant de choses qu’il aurait voulu lui dire. ‘’  Je suis désolé. Je sais pas où ça nous mène. Je voulais pas en arriver là. ‘’ Il ne voulait pas lui donner de faux espoirs, il avait tout fait pour ne pas lui en donner mais surement son corps parlait-il pour lui. Elle avait tout changé. ‘’T’es venue bousculer ma petit vie de papi tranquille et je veux certainement pas que tu te sente bloquée avec un gars qui a quasiment trente-six ans. ‘’ Et qui s’il se met en couple, ce n’est pas pour batifoler six mois ou un an. Voilà ce qu’il pensait. Et il aurait aimé qu’elle l’entende, qu’elle le devine, le comprend. A ce stade, soit il trouve la femme de sa vie, la mère de ses enfants, soit il finit seul. Et il s’était fait à la seconde option malgré tout.  « Je vais prendre l'air je reviens. » L'atmosphère lui paraissait tout à coup irrespirable et il s'empressait de rejoindre la terrasse du jardin. Il s'emplissait les poumons de cet air frais et se surpris a avoir terriblement envie d'une cigarette pour se calmer. Voilà des années qu'il ne fume plus, à part quelques rares occasions comme celle-ci où il se sent complétement dépassé. Il lui faut alors à chaque fois une volonté énorme pour ne pas retomber dans l'engrenage.  Il espérait qu'après avoir pris l'air deux minutes, les deux amis pourraient se comporter comme si de rien n'était et que les questionnements seraient clos.


..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/09/2015
›› Commérages : 1005
›› Pseudo : HARLEEN. / Marion
›› Célébrité : margot hottie robbie. ♥
›› Schizophrénie : darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), solveig blackbird (kovalenko), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum), lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: EIRYA ✻ So darling just say you'll stay right by my side. [hot] ✻ ( Jeu 7 Sep - 12:40 )

Dans des situations comme celles-ci, Arya joue à un jeu, elleenvisage souvent le pire, qu'est ce qui pourrait bien être le pire motif pour Eirik de fuir Arya ? D'arrêter de lui parler? Et aujourd'hui, ces questions restent sans réponses. Aucune réponse ne parvient à venir dans son esprit et elle est infiniment triste, ou perdue. Elle ne sait pas vraiment.ce qu'il pourrait se passer pour qu'il fuit. Mais elle ne voulait définitivement pas qu'il fuit. Elle ne voulait pas perdre cette sensation de plénitude qui la prenait quand elle osait penser à lui. Quand elle osait se dire qu'elle pourrait être heureuse avec lui. Parce que malgré tout, il la rendait heureuse, même si c'était des questions à répétitions, même s'il y avait des choses inavouées, elle ne pouvait pas être plus heureuse qu'en ce moment, alors qu'il était là, chez elle. Alors qu'ils allaient regarder un film. Elle n'offrirait sa place à personne d'autre, même si elle avait des choix à faire, il serait certainement son choix inattendu. Il lui offrait tellement de choses qu'elle se demandait comment c'était possible de faire cela sans même s'en rendre compte. Oui parce qu'Arya était sûre qu'Eirik ne se rendait pas compte du bien qu'il lui faisait cette phrase pourrait être tendue, sortie de son contexte et elle espérait secrètement qu'elle lui permettait d'être heureux aussi. En tout cas, elle s'appliquait à ce qu'il aille mieux sur le moment en lui appliquant de la crème, et comme à son habitude, elle postait des questions un peu stupide. « Moi qui pensait que le café pouvait uniquement tenir éveillé, je saurais qu'il est dangereux aussi la prochaine fois. » Et elle riait un peu avant de le regarder puis de reprendre sa tâche, aussi délicatement qu'elle ne le pouvait pour ne pas le blesser un peu plus. Il ne le méritait définitivement pas. Mais elle voyait bien qu'il en avait assez. Alors elle le laissait faire ce qu'il voulait et c'était définitivement moins bizarre quand il mettait le film. Quand il lui tendait son verre, elle le serrait un peu entre ses mains et elle se mordillait l'intérieur de la joue, elle se sentait étrange, trop de questions, elle avait envie de fuir, mais elle ne pouvait pas vu qu'elle était chez elle #LaLogique. Elle était bien tout contre lui et elle tentait de se rapprocher de lui pour sonder son état d'esprit mais il ne bougeait pas alors elle était heureuse dans un coin de son esprit, mais peut-être qu'elle n'aurait pas dû interpréter les signes à sa façon. Il ne la repoussait pas. Sa proposition lui semblait un peu étrange, et même inédite mais elle ne refusait pas, elle était juste étonnée. Et elle se disait que trois semaines c'était court mais long à la fois. Est-ce qu'il voulait vraiment qu'elle rencontre son père ? Est-ce que ce n'était pas trop bizarre ? « Oh eh bien, je me ferais une joie de venir avec toi pour découvrir Stockholm. » Elle s'imaginait déjà en Suède et elle était heureuse de savoir qu'il avait pensé à elle pour l'accompagner. « Et tant que tu es là, je suis sûre que je supporterais ton père. Et puis, on visitera de toutes façons, je ne le verrais pas vraiment tout le temps. » Elle le rassurait en caressant doucement la paume de sa main en un geste tendre et affectueux. Elle avait l'impression qu'elle pouvait affronter des montagnes pour lui.

Mais elle savait que c'était bien trop pour que cela continue. Elle avait sur-interpréter les signes, les gestes et quand il se reculait après avoir ne serait-ce qu'un peu prolonger leur baiser, elle sentait un trou énorme qui se formait dans sa poitrine. Est-ce qu'elle venait vraiment de faire ça ? Est-ce qu'il venait vraiment de lui dire cela ? Elle fermait les yeux à l'écoute de ses mots. « Je... Je suis désolée. » Elle ne pouvait rien dire d'autre, elle se décalait un peu, réajustant le plaid pour s'occuper les mains et elle soupirait une fois de plus. Elle avait l'impression d'être une vraie handicapée. Elle n'arrivait même pas à lui répondre, elle avait tellement peur de dire des inepties qu'elle préférait garder le silence. Qu'est ce qu'elle pouvait bien dire ? « Peut-être que je n'aurais pas dû t'inviter mais je pensais que ... Enfin, c'était sûrement une mauvaise idée. Enfin, je n'en sais rien. Il faut que tu arrêtes de me rendre folle. » Elle secouait la tête « Enfin, je me comprend. » Il fallait vraiment qu'elle garde le silence, parce qu'elle aggravait définitivement trop son cas. Elle était vraiment mal à l'aise pour le coup et elle saisissait son verre de vin avant de le voir se lever pour lui dire qu'il avait besoin de prendre l'air « Je t'en prie. » Et elle vidait son verre de vin en fermant les yeux un instant, est-ce qu'elle était vraiment en train de tout gâcher ? Les images tournaient dans sa tête et elle s'en voulait. Elle repoussait alors le plaid et doucement, elle le rejoignait en silence, son regard admirant un instant les étoiles. « Oublions ce passage. » Et elle caressait doucement son bras avant de retirer sa main et elle le regardait. « Bain de minuit ? » Elle riait un peu avant de le tourner pour qu'il regarde l'intérieur de la maison le temps qu'elle retire ses affaires, restant en sous-vêtement, et plonge dans l'eau. « Allez viens ! On sait toi comme moi que aucun de nous deux n'a regardé le film ! » Elle le défiait du regard en nageant un peu et lorsqu'elle voit qu'il ne veut pas, elle se met à bouder « Alleeeeeeeeeez ! Sinon pas de muffins, ni même de vin. Et si c'est parce que tu n'as prit d'affaires, je pourrais te prêter un peignoir le temps qu'on mette ce que tu as à mettre au sèche linge ! Allez s'il te plaît... » Elle ne se rendait pas compte à quel point elle pouvait être chiante, mais après tout, elle ne voulait pas se brider quand elle était avec lui, ce n'était pas le but et puis, elle était bien avec lui. C'était tout ce qui comptait.




Darkness is your candle.
Eirya ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 02/01/2015
›› Commérages : 849
›› Pseudo : Lully (aline)
›› Célébrité : Alexander Skarsgard
›› Schizophrénie : Cass • Jeremy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: EIRYA ✻ So darling just say you'll stay right by my side. [hot] ✻ ( Jeu 7 Sep - 21:24 )


Eirik n’était pas bien sûr que ce soit une bonne idée de l’avoir invitée à l’accompagner chez son père. Pour tout dire il n’avait réfléchit une seule seconde. C’était sorti de ses lèvres aussi vite que l’idée avait émergé dans son esprit et il s’était dit  ‘’pourquoi pas ?’’ Il aurait peut-être du réfléchir avant d’ouvrir la bouche. Surement aurait-il dû prendre le temps de mesurer la situation pour ce qu’elle était. Arya était tout contre lui et il avait à peine remarqué. Elle avait lié ses doigts au siens, et il venait aussi de le remarquer. Peut-être que s’il s’était rendu compte de cette proximité qui s’était installé entre eux, il n’aurait pas prit le risque de lui proposer de l’accompagner. Qui plus est pour rendre visite à son père, qui, soyons honnête, le tanne depuis des années pour qu’il rencontre une jolie blonde. Suédoise, selon lui, mais il ferait vite l’entorse à son plan. « Oui vaut mieux pour toi que tu ne le vois pas souvent » fait-il en ricanant doucement. Il se rendait compte que c’était une très mauvaise idée. Qu’ils allaient tous les deux s’en prendre plein la gueule et que son père allait déjà imaginer ses petits-fils dans le ventre de la blonde. Eirik déglutissait avec difficulté à cette pensée. Venait-il réellement de penser à avoir des enfants avec elle ? Sérieusement, il se sentait désespéré d’avoir de telles pensées. Peut-être qu’il allat finir par cesser de se mentir. Et avouer. Se l’avouer, qu’il veut passer bien plus de temps avec elle qu’il ne le fait. Qu’il s’empêche de lui répondre. S’efforce chaque fois d’amener trop loin leurs discussions. Se contente de ne la voir qu’une fois de temps en temps, chaque fois après plusieurs semaines. Il avait construit un mur entre Arya et lui. Pour se protéger, certainement. Mais pour la protéger elle aussi. Lui faire comprendre, qu’il n’est qu’un ami. Qu’il ne faut pas qu’elle perde son temps. Encore une fois, il s’efforcer de penser qu’ils iraient à Stockholm entre amis, et réfléchissait déjà à comment déjouer les pièges de son père. Surement irait-il jusqu’à vanter tous les mérites de son fils pour la pousser dans ses bras. C’était tout à fait son genre.

Arya  lui caressait la main, et il la laissait faire. Incapable de la repousser comme il voudrait le faire. Appréciant bien trop ces petits moments de tendresse qu’elle lui offre parfois. De ces moments qu’il n’a plus eut depuis quasiment sept ans. Elle s’approche et l’embrasse. Il lui rend son baiser mais se bride encore une fois. Résistant à l’envie de glisser sa langue contre la sienne. A la fois parce qu’il ne voulait pas aller plus loin que ces baisers qu’ils étaient échangés dans le téléphérique. Mais aussi parce qu’il se sentait absolument frustré que ces deux fois ce soit elle qui ait fait le premier pas. C’est sans surprise que son égo de mâle était un peu heurté et pour peu il aurait collé ses lèvres contre les siennes pour lui montrer que c’était lui qui en avait envie. Tout comme il avait fait dans la cabine. Mais avec difficulté il s’était reculé et n’avait pas manqué de souligner sa frustration. Arya était complètement dépité et il s’en est tout de suite voulu. « Non… je. Je ne voulais pas être méchant » son ton et maladroite et sa voix cille un peu. Parce qu’il pense qu’il l’a été, un peu. La brise s’engouffrait à l’intérieur du salon et amenait avec elle l’odeur des muffins sur la table. Eirik n’avait plus faim, et le film n’avait absolument aucune importance. Il fixait l’extérieur avec  une horrible envie de s’échapper. Il lui était de plus en plus insupportable de faire semblant. De jouer ce maudit rôle et de se mentir à lui-même. Il regrettait presque d’être venu et il eut la mauvaise idée de le dire. Il regrettait aussitôt également. Il n’aurait assurément pas du dire ça. La stupéfaction se peignait sur son visage tandis qu’elle lui disait qu’il le rendait fou et dans un murmure il se répondait à lui-même, quasiment certain qu’elle n’entendrait pas. « C’est toi qui me rend fou » Dans la pénombre de la pièce il pouvait voir sa triste mine et dans un soupir il se levait pour aller prendre l’air. Elle le rend fou. Réellement. IL était dans un constant combat intérieur et désormais il se rendait compte de l’impact qu’elle avait dans sa vie. De cette manière qu’elle avait de tout rendre tout à coup plus lumineux. Et de sa présence qu’il adorait malgré le peu de fois où il se sont vu. Au final, Eirik se rend compte qu’il ne la connait pas si bien que ça mais il mentirait s’il disait qu’il n’y a pas une connexion particulière entre eux. Alors qu’il observait les étoiles, comme si son frère allait lui être d’une quelconque aie, Arya arrivait derrière lui lui demandant d’oublier ça et proposant un bain de minuit. Ses bras lâchaient. Décidément il était impossible de la canaliser. Il ouvrait la bouche pour contester, elle le tournait pour détourner son regard.  Ce à quoi elle n’avait pas pensé par contre, c’était qu’il voyait tout dans la vitre qui reflétait la scène. Il roule des yeux, s’empêchant de trop regarder. Déjà dans l’eau elle l’appelle pour qu’il la rejoigne et lui revient en mémoire les souvenir du petit Stockholm. « Fais toi plaisir, je reste là » Encore une fois, il n’avait pas envie de se baigner. Plus depuis des années. Arya insistait, encore et lui rappelait le vin. Très bonne idée, soit dit en passant.  « Hmm Je vais plutôt chercher mon verre. » qu’il faut pour éviter la piscine. Le blond revient, verre en main, et avait pris soin de prendre avec lui le sien ainsi que la bouteille.  Son regard se déposait sur elle, qui s’agitait dans l’eau en petite tenue. Elle avait l’air si heureuse alors qu’il y a quelques minutes elle aurait pu le flanquer à la porte. Il soupirait. Parce qu’elle est beaucoup trop adorable, et malgré sa réticence avec l’eau depuis des années, il avait bien envie de la rejoindre. Elle le regardait avec insistance et réitérait ses ''alleeez'' Eirik engloutissait son verre pour se donner un peu de courage. « Très bien, très bien. » Il retirait ses vêtements en se demandant si tout ça était vraiment une bonne idée et se glissait dans l’eau. Comme la dernière fois, il gardait ses distances, s’installait sur les marches avec les deux bras le long de la bordure. Au moins, il avait l’excuse de la brulure pour ne pas réellement entrer dans l’eau. Doucement il laissait aller sa tête en arrière, trouvant réconfort dans la contemplation de la galaxie. C’était surtout pour éviter de trop avoir à regarder Arya, toujours aussi mal à l’aise de pouvoir la voir en petite tenue. D’un coup, pour une raison qui lui échappe complétement, il avait eu envie de s’ouvrir un peu plus, comme si à chaque rencontre, il se sentait un peu plus en sécurité avec elle pour lui révéler ce qu’il ne révèle à personne. « Arya. Tu me le dirais, si tu n’avais pas envie de venir à Stockholm ? » Il marque une pause. « Je veux pas que tu te sentes obligée. J'veux dire avec tout ça. » Il faisait référence à l’ambiguïté de leur relation, et bien qu’il n’ait pas envie d’en parler, les faits parlaient d’eux même. Mais ça lui ferait certainement du bien qu’elle l’accompagne. Eirik a beau adorer son père, il ne lui fait que lui rappeler la disparition de son frère. Si aujourd’hui il a su tourner la page, son cœur se pince toujours autant, en pensant à lui et à la manière dont il a toujours géré sa vie malgré sa mort.


..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/09/2015
›› Commérages : 1005
›› Pseudo : HARLEEN. / Marion
›› Célébrité : margot hottie robbie. ♥
›› Schizophrénie : darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), solveig blackbird (kovalenko), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum), lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: EIRYA ✻ So darling just say you'll stay right by my side. [hot] ✻ ( Jeu 7 Sep - 22:36 )

« Mais de toutes façons, tu seras là pour me protéger. » ajoute t-elle en riant. Oui, elle savait qu'il serait là pour l'aider si jamais son père devenait un peu trop étrange. Mais est-ce que cela ne serait pas bizarre de toutes les façons qu'elle aille à Stockholm avec lui, qu'elle rencontre son père, alors qu'il n'était soi-disant rien l'un pour l'autre. Elle n'a jamais vraiment eu de vrais amis hommes, à vrai dire, elle n'avait jamais rencontré de parents d'amis de sexe masculin. Alors cela ne pouvait pas être bizarre. Mais... avec Eirik c'était différent. Elle se demandait comment cela se passerait et si son père serait entreprenant, s'il jouerait les entremetteurs ou s'il se ficherait comme de la guigne de la venue de la jeune blonde. Elle était impatiente, mais à la fois, elle avait un peu peur. Et si, le voyage était bizarre, et si, cela se passait mal et qu'elle était coincée à Stockholm alors que la situation s'était envenimée et qu'ils étaient là, comme deux étrangers ? Elle avait peur en vérité la blonde, elle avait dit oui avec le coeur, mais la conscience prenait parfois le dessus. Et là, sa conscience la torturait clairement et elle avait l'impression qu'elle devenait folle, elle avait l'impression qu'il la faisait devenir folle et elle en avait assez, de ne pas avoir de réponses, elle en avait assez, de se demander chaque matin s'il pensait à elle, s'il avait envie de lui envoyer un message, si quand il avait un message d'elle, il souriait.

Elle ne savait pas ce qui lui était passé dans la tête quand elle déposait ses lèvres contre celles du Suédois. Elle avait le coeur qui se gonflait, son odeur lui parvenait au nez et elle sentait son coeur s'énervait un peu, elle avait l'impression que les palpitations de son coeur venait s'encrer dans ses tempes, et le pincement arrivait quand il se frustrait un peu et qu'il lui démontrait sa frustration. Elle se sentait bête, vide un peu, vide d'intelligence, vide. Son coeur se fissurait un peu mais il n'était pas brisé, il ne battait simplement pas aussi vite qu'il y a quelques minutes. « Tu n'étais pas méchant... Mais ne t'inquiète pas, j'ai compris. » Elle lui souriait, et elle s'humidifiait les lèvres avant de s'éclaircir la gorge pour ne pas montrer son mal-être, parce qu'elle était vraiment mal à l'aise sur le moment. Elle avait l'impression que le monde s'arrêtait de tourner, que les silences devenaient insupportables. Elle disait simplement ce qu'elle pensait et quand il murmurait elle fronçait les sourcils. « Je ne fais pas exprès de te rendre fou. Crois moi. Je ne pensais même pas le faire. » Oui parce que maintenant, c'est encré dans sa tête qu'elle n'est qu'une amie pour lui. Il lui avait tellement dit qu'elle y croyait maintenant, elle était bercée de désillusions et elle ne serait plus jamais la même certainement. Non. Elle est juste son amie, et tout s'est encré dans sa tête que ce baiser était parce qu'il en avait, parce qu'il y avait une connexion entre eux. Parce qu'ils étaient attirés l'un à l'autre. Mais non. Il  n'y avait rien. Alors elle brisat un peu le mur qui venait de se construire entre eux, un mur de glace comme dans GoT et elle tentait de le briser de ses maigres mains en lui proposant un bain de minuit, elle aurait dû se souvenir qu'il n'aimait pas se baigner, il lui avait déjà montré au petit stockholm, mais elle insistait encore et toujours, elle voulait qu'il se sente aussi bien qu'elle sur le moment, même si le malaise était présente, elle voulait qu'il soit simplement heureux. « Mais... Bon d'accord, prend un muffin si tu veux. » Elle ne voulait pas le forcer, elle se sentait un peu bizarre, mais elle secouait la tête pour abandonner toute idée de malaise, toute idée un peu stupide qui pousserait dans sa tête, elle voulait juste éteindre ses pensées pour le reste de la soirée. Mais elle tentait d'insister encore un peu en souriant et quand il acceptait finalement, elle tapait frénétiquement dans ses mains en riant. Elle était heureuse sur le moment, elle nageait alors près de lui, attrapait son verre qu'elle vidait d'une traite. Elle ne devrait probablement pas boire autant. Elle se remettait alors à nager en souriant. Quand elle était petite, elle croyait au sirène. Et ce soir, à la seule lumière des étoiles et de la lumière qui émane de la maison, elle voudrait en être une. Ses pensées reviennent, plus puissante que jamais et elle sent son coeur qui se serre quand sa conscience lui rappelle qu'ils ne sont rien. Mais il brise le silence et elle fronce les sourcils. Elle se rapproche alors de lui, et doucement, elle attrape le visage d'Eirik entre ses mains «  J'ai envie de venir avec toi à Stockholm. » elle pouvait sentir son regard et elle souriait un peu « Avec tout ça... ça n'est rien. Vraiment. On passera au dessus et on passera de bons moments. » Ses pouces caressaient doucement les joues du suédois et elle s'empêchait de regarder ses lèvres, même si parfois son regard s'y perdait quelques secondes. Elle retirait alors ses mains et retournait dans l'eau avant de se décider à aller finalement chercher des serviettes dans la salle de bain pour finir par lui en ramener une, elle s'enroulait alors dans la serviette, et s'installait sur le rebord de la piscine. « J'ai hâte d'être à Stockholm. Mais... j'ai peur en vérité. Je ne veux pas te mentir. J'ai peur. Peur de toi, peur de ce qu'on pourrait devenir, peur... je ne sais pas. J'ai pas envie, pas envie de me dire que j'ai sûrement tout gâcher en interprétant des signes qui n'existaient certainement pas. C'est moi, je fais toujours ça. Mon dieu... je suis tellement stupide. » sa voix se brisait un peu, bien qu'elle n'ait pas envie de pleurer « Je serais à l'intérieur, je te laisse à ta réflexion et à tes étoiles. » Elle ne savait pas vraiment ce qu'elle faisait sur le moment, mais elle faisait Arya, toujours naturelle, elle n'avait jamais rien caché à personne. Alors pourquoi le ferait-elle à lui ? Et puis elle se resservait un verre de vin avant de rentrer, mettant de l'ordre dans ce qui était déjà rangé, elle aussi, avait besoin de s'occuper l'esprit.




Darkness is your candle.
Eirya ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 02/01/2015
›› Commérages : 849
›› Pseudo : Lully (aline)
›› Célébrité : Alexander Skarsgard
›› Schizophrénie : Cass • Jeremy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: EIRYA ✻ So darling just say you'll stay right by my side. [hot] ✻ ( Ven 8 Sep - 1:54 )


La protéger ? Voilà qui raisonnait étrangement à son oreille. Est-ce qu’il savait faire ça ? Prend soin de ses proches, les écouter, les conseiller, ça c’était sa spécialité. Mais protégé ? Est-ce qu’il avait un jour su protéger son frère ? Et sa sœur ? Il était un bien piètre protecteur, et la seule chose qu’il avait pu faire c’était de faire souffrir sa sœur. Eirik s’était contenté de hausser les épaules, peu convaincu de sa capacité à protéger quoique ce soit. Il repensait à sa sœur qui ne voulait pas voir son père et ça le désolait. Pourtant ce n’était pas la première fois. Et parfois même elle refusait de venir simplement pour ne pas avoir à être avec lui. Parce qu’elle lui en veut toujours autant, et honnêtement il comprend bien que ça lui brise le cœur chaque jour un peu plus. Peut-être que c’était un peu pour ça aussi qu’il avait eu peur de s’attacher depuis son divorce. Parce que toutes ses relations familiales semblent être vouées à l’échec. C’est pour ça aussi qu’il l’avait repoussé. Et tenté de lui faire comprendre qu’il fallait qu’ils arrêtent de jouer. Qu’elle arrête de le surprendre, et aussi de l’aguicher au passage mais a priori ça c’était trop demandé. Evidemment il s’y était mal pris, un peu décontenancé par la situation et l’audace d’Arya. Pour autant elle avait peut-être plus de courage que lui, il devait bien l’admettre. Il avait presque pu entendre son cœur se briser à travers sa poitrine. Qu’est-ce qu’elle a compris au juste ? Sa voix cille et il perçoit la douleur au creux de sa gorge. Le blond se contentait de soupirer pour lui-même, désespéré de ne pas savoir quoi faire. Il a l’impression de tourner en rond et de patauger dans la semoule comme jamais auparavant. Eirik se rendait bien compte qu’il n’avait pas le droit de lui faire du mal comme ça. Mais concrètement ça le rendait fou cette situation, ce combat perpétuel. Ces envies qu’il avait depuis leur dernière rencontre de ne plus la quitter. Eirik ne pensait pas qu’elle entendrait son murmure et il était surpris de l’entendre faire son petit commentaire. Evidemment qu’elle ne fait pas exprès, mais elle fait tourner en bourrique depuis longtemps finalement. Dès leur seconde rencontre, au petit Stockholm, tandis qu’elle s’éclatait dans l’eau et qu’elle lui avait fait penser à toute sortes de choses dont il n’avait plus tellement l’habitude.

Elle recommençait d’ailleurs, là pendant son bain de minuit. L’ambiance était plutôt sombre et il ne voyait pas grand-chose, c’était déjà ça. Mais elle avait toujours ces manières un peu enfantine et cette manie de d’insister qui la rendait bien trop adorable. Il n’était pas enchanté à l’idée de se baigner mais il avait du mal à ne pas céder. Il pouvait au moins s’asseoir là et se détendre, ça ne lui ferait que du bien.  Elle concédait qu’il prenne un muffin mais il n’avait pas faim pour le coup et se contentait de se resservir un verre au bord de la piscine. L’homme se risquait à l’observer faire des ronds dans l’eau et il notait une certaine aisance. La natation il connaissait ça, peut-être un peu trop, c’est d’ailleurs ces connaissances qui le bloquait aujourd’hui. Cette agilité que son frère et lui avait à l’époque et leurs rêve d’en faire leur vie. Ca le rendant soudain nostalgique de la voir se baigner avec cette mine si détendue, si bien qu’il finissait par se laisser aller lui aussi. Se décalant pour s’éloigner des escaliers, il laissait aller ses jambes dans l’eau en penchant sa tête vers l’arrière. Au moins, elle avait réussi à le trainer par deux fois dans l’eau et elle était bien la seule à avoir su faire ça. Le blond se concentre sur les étoiles et entre en discussion silencieuse avec son frère, lui demandant ce qu’il devait faire, se concentrant sur ses pensées par cesser de regarder avec insistance la blonde qui se meut devant lui. Eirik se demande encore si c’est une bonne idée de l’amener à Stockholm, mais maintenant qu’il avait proposé, il ne pouvait pas faire machine arrière. Pour autant il demandait confirmation à a blonde. Peut-être avaient-ils tous deux réagit trop vite. Le blond reposait son regard sur le sien tandis qu’il l’avait entendu s’approcher. Arya place ses mains sur son visage et sa proximité le fait frissonner. Elle lui assurait que tout ça ce n’était pas bien grave et que ça ne les empêcherait pas de passer de bons moments. « Si tu le dis.. »  Un sourire sincèrement soulagé venait étirer ses lèvres. L’eau coule dans son cou  et son souffle vient effleurer son visage. Bien qu’il affiche une expression soulagée, le blond se désagrège doucement tandis que ses yeux ne peuvent se détacher de ses lèvres. Décidément, elle a cette manie de jouer avec ses nerfs. Se rend-elle compte seulement compte de la proximité de leur visages et de leurs corps, que ses mains qui caressent ses joues et ces yeux qui le fixent lui font perdre toute contenance ? Et elle lui dit sans sourciller qu’ils passeront au-dessus alors qu’elle ne cesse de le provoquer sans même s’en rendre compte ?

Alors qu’il était sur le point de céder et de dévorer ses lèvres, Arya s’éloigne. Sa tête retombe une nouvelle fois en arrière dans un long soupir. S’ils voulaient qu’ils restent amis ils allaient devoir arrêter de se mettre dans ces situations. Sans qu’il ne s’y attende Arya s’est levé pour sortir de la piscine. Elle ne l’avait pas prévenu et il dû se faire violence pour ne pas la suivre des yeux jusqu’à l’intérieur. Il avait failli la suivre avant de se dire ‘’encore cinq minutes’’ et avant qu’elles ne soient écoulés, Arya revenait déjà. Elle s’installait au bord de la piscine, plutôt nerveuse et s’embarquait dans une explication pour le moins étonnant. A mesure qu’il l’écoutait, Eirik se décomposait, il essayait de dire quelque chose mais il était bouche bée. Son cœur se fend alors qu’elle lui dit qu’elle a peur. Peur de lui. Peur d’eux. Il se sent profondément idiot, il cherche ses mots, s’approche d’elle mais Arya se lève et ses mots claquent dans l’air. « Arya! »  Qu’est-ce que ça voulait dire ? Ça sonnait comme un reproche et ça lui restait un peu en travers de la gorge. Eirik balayait ses questions d’un revers de main, sortait de l’eau et nouait une serviette autour de sa taille. Lentement il avançait à l’intérieur juqu’à tomber sur la blonde entrain de ranger distraitement des choses qui ne sont pas dérangées. Il pose sa main sur son bras pour qu’elle s’arrête et reste figé un instant, les yeux plongés dans les siens tandis qu'il la tourne vers lui. Sa main glisse le long de son bras jusqu’à attraper la sienne. « Est-ce que j’ai le droit de dire que je suis effrayé aussi ou je perds toute virilité ? » qu’il s’hasarde à demander comme pour se justifier. « C’est moi qui suis stupide Arya pas toi… Je t’ais dis, le loup solitaire, c’est pas la solution. » Et maintenant, a la fois il est tout rouillé, à la fois il ne sait plus quoi faire. Il attrape l’autre main d’Arya, effleurant doucement ses doigts pour lui en extraire la coupe de vin qu’il porte à ses lèvre, la vidant en ne la quittant pas des yeux. Eirik profite de l’excuse de poser le verre sur la table derrière elle pour se pencher et poser sa joue contre la sienne. Ses bras l’enlacent tendrement et la rapproche de lui. Ses gestes sont tendres mais Eirik préfère rester sur la réserve dans le doute qu’elle ne le repousse. « Tu sais autant que moi que ces signes n’étais pas inexistants et je commence à croire qu’on se pose vraiment beaucoup trop de questions. » S'il avait le droit juste de rester dans ses bras quelques minutes il ne pouvait s'en porter que mieux. Déjà il s’enivrait de l'odeur que dégageait son cou et ne pouvait s'empêcher de la serrer un peu plus fort encore. Sa main glisse alors dans sa nuque et il se permet de poser ses lèvres sur les siennes. Il avait décidé d’arrêter de se poser des questions et faire ce que son cœur lui demandait depuis la dernière fois. Alors il a glissé doucement sa langue contre la sienne  oubliant un instant de se demander où tout ça allait les mener. Pouvaient-ils simplement écouter leurs cœurs l'espace d'une soirée?


..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/09/2015
›› Commérages : 1005
›› Pseudo : HARLEEN. / Marion
›› Célébrité : margot hottie robbie. ♥
›› Schizophrénie : darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), solveig blackbird (kovalenko), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum), lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: EIRYA ✻ So darling just say you'll stay right by my side. [hot] ✻ ( Ven 8 Sep - 11:22 )

Ce n'était pas évident pour la blonde de se confier à quelqu'un, ce n'était pas évident pour elle de se sentir en confiance avec une personne de la gente masculine, sa confiance avait simplement était piétinée, broyée en petits morceaux et il lui avait fallu du temps pour ravoir confiance en elle. Mais avec Eirik, c'était différent, elle se sentait bien. Elle se sentait... vivante. Non pas qu'elle se sentait morte à l'intérieur à l'accoutumée, mais elle se sentait bien en sa compagnie et elle avait surtout l'impression que la vie était plus belle, qu'elle pouvait sourire à tout le monde et qu'il penserait tous, que ce sourire ne cachait rien d'autre qu'une pleine envie de vivre et de se sentir vivante. Eirik lui faisait cet effet là et pour la première fois depuis des années, elle se sentait bien avec quelqu'un, quelqu'un qui n'était pas Rachel, quelqu'un qui n'était pas ses amis de longue date. Elle se sentait simplement elle-même et elle n'était pas bridée par le fait qu'il pourrait la trouver un peu folle si elle faisait telle ou telle chose. Non, elle était Arya. Juste Arya. Et elle ne savait pas vraiment comment le remercier pour tout ce qu'il pouvait lui apporter de bon. Même du mauvais, quand on y pensait, elle n'arrivait pas à avoir des réponses aux questions qui arrivait au fur et à mesure qu'elle passait du temps avec lui. Elle n'arrivait pas à se dire qu'ils étaient juste amis. Non, c'était impossible. Il y avait des signes, mais elle n'avait certainement pas le mode d'emploi.

Elle le trouvait adorable, dans le sens où, elle savait qu'il y avait des choses qui faisait qu'il ne se sentait pas vraiment à l'aise. Elle se souvient de leur conversation alors qu'ils étaient dans la cabine, sur le fait que son ex-femme l'ait trompé aussi, et elle comprenait peut-être qu'il n'ait pas envie de s'engager. Quand elle y réfléchissait bien, elle se disait qu'il s'était bien trouvés. Qu'ils étaient sûrement fait pour être ensemble et que le destin avait bien fait les choses. Mais est-ce que le destin les avait sur la route l'un de l'autre pour qu'il finisse ensemble ? Elle n'en savait rien. Arya croyait au destin, mais là, il la laissait sans voix. Elle avait l'impression d'être face à un mur. Alors quand il tentait un peu de s'ouvrir à elle, à la manière d'Eirik, elle trouvait ça touchant. Et elle essayait de le rassurer du mieux qu'elle le pouvait. Elle ne voulait pas l'effrayer, le faire partir même si elle avait déjà failli cette cruche. Elle ne se rendait juste pas compte qu'elle s'y prenait définitivement trop mal et qu'elle risquait de le faire devenir fou. « Si je le dis c'est que je le pense, j'ai hâte de voir ton monde à toi. » Elle pouvait percevoir son sourire et ça lui étirait un sourire à elle-même. Elle se sentait bien, apaisée sur le moment, même si un frisson la parcourait et que son coeur battait un peu plus vite, elle calmait les pulsations de son coeur en retournant nager avant de décréter qu'elle en avait assez. Et puis les questions revenaient plus fortes encore, alors elle lui avouait tout, elle ne voulait pas le regarder, mais c'était plus fort qu'elle et elle se sentait décontenancée quand elle voyait le regard d'Eirik, est-ce qu'elle avait mal fait. Est-ce qu'elle était stupide au point de lui faire du mal alors que c'était ce qu'elle voulait le moins du monde ? Sûrement. Elle aurait pu s'arrêter quand il l'appelait, mais elle n'avait pas envie de lui faire face, elle jouait simplement à l'autruche et elle se sentait mal à l'aise. Les minutes s'éternisaient quand il finissait par rentrer dans la maison, elle se demandait s'il allait lui dire qu'il allait simplement retourner à l'agence. Elle le méritait de toutes façons. Mais quand il la force à se retourner, ses yeux se perdent une nouvelle fois dans ceux d'Eirik et comme à chaque fois, elle a le souffle coupé. Elle se mordille la lèvre pour ne pas être tenté par des pulsions qu'elle ne pourrait juste pas contrôler. Elle entrelace alors timidement leur doigt, comme un automatisme dont elle se passerait certainement « Ce n'est pas la solution, je le sais, tu me l'a dit, tu me l'a répéter... Je t'entend encore me le dire, et j'aimerais que tu ne sois plus un loup solitaire, j'aimerais ne pas t'effrayer. » Elle reste stoïque, leurs mains toujours entrelacés, et elle le regarde piquer son verre, elle aurait u dire quelque chose mais elle n'en a pas envie, elle n'a pas la force de dire quelque chose. Elle le regarde qui vide son verre, silence appréciable. Quand il la prend tout contre lui, elle passe doucement ses mains le long de la nuque d'Eirik et elle se perd tout contre lui, elle ne sait pas si les palpitations de son coeur vont la trahir. Elle ferme les yeux un instant pour apprécier ce moment qu'elle qualifierait d'inédit, quand il se met à parler, elle retire doucement ses bras et elle lui sourit simplement avant de répéter d'une voix douce « Beaucoup trop de questions.. » Et elle restait là, tout contre lui, avant de se laisser faire quand il dépose ses lèvres sur les siennes, le baiser est d'abord doux, puis, un peu plus fiévreux. Elle pousse alors un peu plus la fièvre, ses bras retrouvent leur place initiale tout contre sa nuque, et elle ferme les yeux, soupire tout contre ses lèvres, tandis que le baiser se prolonge un peu plus longtemps, quand elle sent qu'elle perd pied, elle se recule doucement, elle l'attire alors dans le canapé, ses jambes prenant place sur les cuisses d'Eirik et doucement, elle saisit sa main pour entrelacer leurs doigts « J'ai envie de te dire que les réponses à nos questions, on les aura sûrement avec le temps. Le temps fait bien les choses parfois, je n'ai pas envie de me prendre la tête, pas ce soir, pas demain. J'ai juste envie de rester ici avec toi. Parce que... parce que je suis bien. » Et elle lui sourit avant de se rapprocher et de redisposer doucement ses lèvres contre celle du suédois. « Plus de questions pour ce soir ? » Si seulement, elle pouvait éteindre sa conscience ne serait-ce que le temps de cette soirée, elle serait beaucoup mieux. Mais elle n'avait pas envie de faire quelque chose qu'il ne voulait pas. Elle ne supporterait pas de devoir le laisser partir, pas après ça.





Darkness is your candle.
Eirya ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 02/01/2015
›› Commérages : 849
›› Pseudo : Lully (aline)
›› Célébrité : Alexander Skarsgard
›› Schizophrénie : Cass • Jeremy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: EIRYA ✻ So darling just say you'll stay right by my side. [hot] ✻ ( Dim 10 Sep - 0:55 )


Eirik comprenait bien qu’Arya tentait simplement de le rassurer. Parce subitement il s’était demandé si elle n’avait pas répondu un peu vite à sa proposition. Après tout, la proposition à elle seule était des plus étranges et probablement prématurée. Elle voulait voir son monde à lui sans se douter qu’il y a encore des choses qu’elle ignore. Et qui peut-être même la ferait fuir.  Ses mains caressaient ses joues et il avait l’impression qu’elle était beaucoup trop proche pour que ce soit normal. Rien dans leur relation n’était normal. Sans cesse en train d’entrer dans l’espace vital l’un de l’autre en ayant bien du mal à se repousser. Cette proximité ne lui avait que donné envie de lui prendre ses lèvres encore une fois et de la serrer fort contre lui. Heureusement pour lui elle s’échappait avant, mais il se demandait si ce n’était pas cette proximité qui l’avait poussé à lui témoigner sa peur. Elle avait peur de mal interpréter. Alors qu’il y a encore peu, lui avait peur de lui donner de faux espoirs. Voilà qu’elle lui confiait à haute voix que ça avait bien été le cas, mais ça il l’avait déjà compris. Mais il ne savait que lui répondre. Son visage s’éteignait alors qu’il se demandait ce qu’il pouvait bien lui dire à part ‘’non tu n’es pas stupide’’. Il s’apprêter à dire quelque chose, n’importe quoi quand elle se détournait de lui, le laissant à sa réflexion. Eirik eut un mouvement de recul. Ça sonnait mal à ses oreilles et il entendait ça comme un reproche. Il l’apostrophait tout de même dans l’espoir qu’elle se retourne et lui revienne. Le blond était plutôt surpris de constater qu’elle n’en faisait rien et ça le vexait un peu. Alors il se sentait tourner en rond alors qu’il la voyait s’éloigner jusqu’à l’intérieur. Est-ce qu’il devait rentrer et simplement mettre fin à tout ça. Il est plutôt évident qu’ils auraient bien du mal à faire semblant d’être de simples amis. Il songeait un instant couper les ponts, peut-être que ça valait mieux pour tous les deux. Quand il sortait de la piscine et entrait dans le salon, il ne savait pas encore quoi lui dire mais lorsqu’il apercevait sa silhouette dans la pénombre il ne pouvait se résigner à la quitter. Il songeait un instant à lui demander si elle voulait qu’il s’en aille, mais en fait il n’en avait pas envie et il avait bien peur qu’elle lui dise effectivement de partir. A mesure qu’il s’approchait, il perdait contenance et sa peau dénudée lui faisait un peu perdre la tête. En une fraction de seconde il oubliait ses questions et il n’avait plus qu’envie de la prendre dans ses bras.

Arya ne le repousse pas et ça le soulage. Il se permet d’avouer que lui aussi est effrayé, l’avantage c’est que ne se moque pas de lui. Pour autant, il ne sait pas quoi répondre. J’aimerais que tu ne sois plus un loup solitaire. Est-ce qu’il devait traduire ça par j’aimerai que tu sois avec moi ? Est-ce que ce n’était pas se faire des films que d’interpréter ainsi ses mots. N’était-ce pas simplement ce que lui voulait au fond de lui ? Il aimerait pouvoir lui répondre qu’elle ne l’effraie pas mais la situation lui fait perdre ses moyens. Voilà bien longtemps qu’Eirik ne s’était pas sentit si pathétique. Bien sûr qu’il a peur, peur de s’engager, de mal s’y prendre, de lui faire du mal, de se faire du mal. Côté cœur, Eirik n’a plus confiance en lui. Et aussi fort qu’il puisse paraître, son ex-femme a passé son cœur dans un mixeur. Ce qui le rendait un peu plus confiant était de se dire qu’Arya n’a rien à voir avec sa femme. Mais encore une fois il réfléchissait trop. Eirik reste silencieux et lui subtilise doucement sa coupe, persuade que ça lui donnera du courage. Du courage pour se laisser aller. Perdre pied un instant et cesser de réfléchir. Alors il se laisse aller et l’enlace en la serrant tout contre lui. C’est bien la première fois qu’ils sont si proches l’un de l’autre et Eirik peut percevoir les battements de cœur de la blonde. Il se dit qu’elle doit certainement sentir les siens aussi et pour le première fois il baisse ses barrières. Il avoue que les signes sont là et que décidément ils se posent beaucoup trop de questions. Venait-il d’avouer à demi-mots qu’il arrête maintenant avec les questions ? Certainement. L’homme pose ses lèvres sur les siennes et le baiser se fait bien plus sensuel que les précédents, plus lourd de sens aussi et alors ça s’éclaircit subitement dans son esprit. La manière dont elle répond à son baiser l’enivre et après ça il aurait bien du mal à la quitter. Arya se sépare de lui et il soupire difficilement. Pour autant il se laisse emmener jusqu’à ce qu’elle le pousse dans le canapé et s’assoit sur ses genoux. Il pense un instant à leurs serviettes mouillées et leurs corps humides mais n’en a que faire. Elle enlace ses doigts aux siens, comme si dès que ses mains se toucher, elles se devaient de s’unir. Dans son éternelle maladresse Arya lui offre les mots qu’il veut entendre. Ceux qui lui disent qu’elle se sent bien avec lui et qu’il serait peut-être temps d’ouvrir son cœur de nouveau. Avait-elle croisé son chemin par hasard ? Eirik lui sourit avec tendresse, réellement touchée par ses mots bien qu’il ne lui réponde rien. Arya doit surement avoir déjà l’habitude de ses silences et comprendre qu’il approuve ses dires. Elle l’embrasse tendrement et son cœur s’arrête un instant. « Y’a cinq minutes on m’a reproché d’être trop réfléchit alors… » Il hausse les épaule et pose ses lèvres sur sa clavicule en lui murmurant à l’oreille « plus de questions » Et ça sera un soulagement pour tous les deux après tout. « Viens là » Eirik avait l’impression qu’elle n’était pas encore assez proche et il avait besoin de plus pour calmer son palpitant. Le blond l’attrape par la taille et la soulève doucement pour qu’elle passe une jambe de chaque côté de lui pour lui faire face. Encore une fois il la serre contre lui et pose sa tête dans sa nuque pour s’enivrer de son odeur et ça lui faisait simplement un bien fou. Il parait que l’odeur de quelqu’un fait partit de ces facteurs qui font naître l’affection, et autant dire que la sienne le rendait fou. En plus de toutes ces scènes en petite tenue qu’Arya lui avait déjà offertes. « Moi aussi je suis bien » qu’il finit par avouer dans un souffle tandis qu’il écoutait attentivement les battements de son cœur qui sonnaient comme une belle mélodie. « Et ça fait longtemps » S’ils pouvaient figer le temps il en serait le plus heureux. Après de longues minutes, ses pensées s’embrumaient et sans réellement réfléchir aux conséquences, il tirait la serviette d’Arya pour que sa peau soit contre la sienne. Son visage était resté enfouit dans son cou alors que ses mains parcouraient maintenant son dos nu avec tendresse. Erik cherchaient par-là à savoir si Arya le repousserait, ou si au contraire elle était aussi folle que lui ne l’était devenu.


..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/09/2015
›› Commérages : 1005
›› Pseudo : HARLEEN. / Marion
›› Célébrité : margot hottie robbie. ♥
›› Schizophrénie : darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), solveig blackbird (kovalenko), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum), lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: EIRYA ✻ So darling just say you'll stay right by my side. [hot] ✻ ( Dim 10 Sep - 12:55 )

Pour le moment, l'esprit d'Arya se résumait à un intense questionnement sur sa vie, sur ses relations, et surtout sur sa relation avec Eirik, la blonde n'avait jamais été vraiment expressive dans ses sentiments mais il fallait dire que son visage laissait tout paraître et ce visage la trahissait aussi. Rachel pouvait savoir quand elle allait mal, elle pouvait savoir quand rien n'allait, quand elle s'interrogeait. Mais là, la blonde voulait trouver elle-même la voix de la sagesse réponse à ses questions et il faudrait qu'il l'éclaire sur quelques points, ce qu'il fait inconsciemment quand il dit certaines choses, mais Arya, elle a toujours aussi peur de ce qu'il pourrait devenir, elle était bien dans sa vie, à ne s'inquièter de rien sauf de son travail, à s'occuper de sa petite vie tranquille, mais Eirik avait définitivement chamboulé sa vie de la plus belle des façons, elle ne pensait plus qu'à elle, elle pensait à lui aussi parfois, elle se demandait s'il allait bien, s'il n'était pas malheureux. Elle ne sait pas vraiment si c'est normal mais elle est heureuse de savoir que parfois, il pense peut-être à elle, même si elle n'en a pas la certitude exacte, elle se plait à penser que c'est le cas. Mais ce qu'elle ne comprend pas, c'est sa façon d'agir parfois, étrangement. Elle a des certitudes qui deviennent des doutes. Elle a l'impression d'avancer de trois pas et de reculer de deux quelques fois. Mais elle se dit que c'est normal, que ça doit se passer comme ça. Peut-être. Sûrement. Elle ne sait pas vraiment.

Quoiqu'il en soit, parfois, elle a l'impression de se noyer, de perdre pied ne serait-ce que quelques secondes et c'est concrètement ce qui venait d'arriver, le fait qu'il lui dise qu'il n'aurait peut-être pas dû venir et toutes ces choses qui lui faisaient regretter d'être sûre d'elle. Eirik était le vent qui brisait le mur qu'elle tentait vainement de construire, mais elle ne pouvait pas lui en vouloir. Elle avait peur aussi, elle était effrayée de ce qu'elle pourrait ressentir. C'était inédit pour elle, un peu nouveau quand on y pense. Mais il arrive à trouver les mots justes, ceux qui percutent le palpitant, ceux qui te donnent envie de sourire. Arya, elle a le coeur qui bat trop irrégulièrement, elle se dit qu'elle agit comme une adolescente qui vit sa première histoire d'amour. Lorsque ses tirades restent sans réponses, elle se dit qu'elle aimerait qu'il lui réponde, ne serait-ce qu'un mot, mais elle se dit que c'est mieux ainsi, au moins, elle peut interprèter les silences comme elle le désire, ils peuvent tout dire et ne rien dire à la fois. Et le fait qu'il l'enlace valait définitivement toutes les réponses du monde, elle se sentait bien, se sentait rassurée là contre luimême si elle se sentait petite et clairement, elle ne rêvait pas mieux comme place. Le temps semble se figer un instant, les gestes se font lents, doux et timides, elle a le coeur qui pourrait exploser de bonheur sur le moment. Encore plus quand leurs lèvres se cherchent, se trouvent, de redécouvrent pour un ballet inédit, plus sensuel cette fois et tellement plus différents que les dernières fois. Quand elle a l'impression qu'elle se noie encore, elle s'éloigne un peu avant de l'attirer dans le canapé. Elle ne sait pas si ses gestes sont normaux, a l'impression de mal faire, mais non, il ne semble rien lui reprocher. Puis elle comprend finalement, dans une illumination, pour ses silences, que cela veut dire qu'il comprend et qu'il lui répond, sans avoir besoin des mots. Deux êtres complémentaires qui se comprennent sans se parler. Quand il lui annonce qu'il n'y aura plus de questions, elle ferme sa bouche avec un air malicieux dressé sur ses lèvres, et elle se laisse faire quand il la décale comme une poupée.Doucement, elle se lalisse faire et ses mains prennent finalement place autour de la nuque du blond, elle fermait les yeux quand il prenait place contre elle, elle se mordait l'intérieur de la joue espèrant que son palpitant ne la trahisse pas trop. Est-ce qu'il sent à quel point son coeur s'affole ? Est-ce qu'il sent combien il la rend folle, est-ce qu'il le comprend maintenant ? « Et ça durera longtemps, je te le promet. » qu'elle murmurait presque inaudiblement, mais assez fort pour qu'il l'entende. Elle ne voulait pas parler trop fort, elle ne voulait pas laisser éclater la bulle dans laquelle ils venaient de s'installer. Une bulle qui n'appartenait qu'à eux. Quand elle se sentait dépossédée de sa serviette, un frisson la parcourait tout le long de son corps et elle souriait un peu, les yeux toujours mi-clos. Les gestes tendres qu'Eirik lui offrait lui tirait toujours un peu plus de frissons, mais elle s'en accommodait parfaitement. Puis elle ne sait pas vraiment ce qu'il lui prend, sûrement la douceur de ses caresses, l'envie de s'enivrer un peu plus avec lui. Elle se décalait pour l'attirer doucement à travers les dédales de la villa heureusement,
elle a pas dix étages
et quand elle arrivait à la porte de sa chambre, elle l'embrassait tendrement avec un peu plus de fièvre, elle ne se reconnaissait pas vraiment mais elle ouvrait la porte pour s'enfoncer dedans en l'attirant contre lui. Puis elle ne sait pas ce qu'il lui prend, elle se recule alors doucement de lui et prononce d'une voix enjouée « J'ai une télé si tu veux ! On peut regarder une série ! » Puis elle se rendait compte de ce qu'elle venait de dire et elle sentait ses joues qui s'empourpraient un peu « Ou on peut dormir si tu le veux ! » *facepalm*




Darkness is your candle.
Eirya ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 02/01/2015
›› Commérages : 849
›› Pseudo : Lully (aline)
›› Célébrité : Alexander Skarsgard
›› Schizophrénie : Cass • Jeremy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: EIRYA ✻ So darling just say you'll stay right by my side. [hot] ✻ ( Mar 12 Sep - 0:26 )



Arya était arrivée dans sa vie comme une tempête. Mettant son esprit sans dessus dessous sans peut-être même s’en rendre compte. S’il il y a quelques mois on lui avait dit qu’il serait là en train de l’enlacer à moitié nus il n’y aurait pas cru une seconde. Ce n’étiat un secret pour tout le monde, le mystérieux Eirik Erhensvard ne perd pas son temps avec les femmes. Pas question de s’engager, pas question de s’attacher, voilà le credo qu’il suit depuis bientôt sept ans. Il a toujours eu l’impression d’être un lâche, qui plutôt que de faire face aux problèmes, il se contente de prendre le chemin d’à côté. Quand son frère est mort, il est partit. Quand sa femme l’a trompé, il est partit. Comme si c’était là la meilleure solution. Surement aurait-il était capable de faire face, mais tourner la page en changeant de mode de vie c’était tout de même plus facile. Dans un sens. Mais ça restait un sacrifice dans les deux cas. Eirik refusait de faire confiance de nouveau aux femmes. Sa mère et son ex-femme ont toutes les deux reproduit exactement le même schéma et il n’y voyait pas une bonne augure. D’autant plus que sa mère reste quelqu’un de très sournois qui a toujours tout fait pour éloigner sa sœur des hommes de la famille. Elle n’est pas une bonne mère, et bien qu’il nourrisse bien évidement de l’affection à son égard, elle est loin d’être innocente dans la crainte qui l’habite désormais. Le blond se rend bien compte qu’Arya est digne de confiance. Qu’elle respire l’innocence, et c’est certainement ça d’ailleurs qui met à mal son cœur. Malgré tout ce qu’il peut dire et les efforts considérables qu’il a déployé pour être indifférent il l’avait tout de suite trouvée beaucoup trop attachante. Maintenant, il est là avec une pauvre serviette nouée autour de la taille en train d’étreindre cette jolie blonde au beau milieu de la nuit et chez elle qui plus est. Dès le second rendez-vous, l’ambigüité s’était installée même si selon lui elle ne faisait absolument pas exprès. Mais autant dire que depuis la visite du petit Stockholm, Eirik se pose tout un tas de question.

Alors que le baiser qu’ils échangeaient avait une toute autre dimension, Eirik pouvait sentir la proximité qui s’était immiscé doucement entre eux. Ce qui le rassurait dans un sens c’était que tout ça n’était pas un coup de tête. Elle lui avait témoigné son affection, avait posé quelques mots pour rentre cette proximité plus réelle encore et lui tentait comme il pouvait de faire de même. Il sait pertinemment que sa femme lui avait donné comme excuse qu’il n’était pas assez affectueux et démonstratif au quotidien. Il n’est pas le plus à l’aise avec l’amour, et encore moins aujourd’hui qu’il y a sept ans. Arya s’asseyait sur ses genoux et la situation lui faisait perdre la tête. En allant dans son sens, il répétait doucement à son oreille, plus de question. Pour ce soir ou plus ? Il n’en savait trop rien mais, en tous cas ce soir il en avait assez. Alors il la plaçait à califourchon sur lui pour l’enlacer de nouveau. Son visage si près du sien, il entendait les murmures et ces quelques mots lui électrisaient le cœur. Comme à son habitude il ne savait pas quoi répondre à ça, un peu décontenancé il avait un peu de mal à saisir la profondeur de ses propos. Il savait désormais qu’Arya ne mesurait pas toujours l’ampleur de ce qu’elle disait, mais il avait l’impression que ça signifiait une sorte d’engagement. S’il était encore loin d’avoir envie de s’engageait, il appréciait tout de même qu’elle veuille qu’il se sente bien encore longtemps. « On ne fait pas des promesses qu’on ne peut pas tenir mademoiselle » La voix se fait taquine, et les lèvres aussi quand elles s’attaquent à sa clavicule puis à son cou. L’homme oublie ses questions et tire la serviette de la blonde qui par chance ne scille pas. Elle a la chair de poule et ça le fait jubiler un peu de lui donner ce genre de sensations tandis que ses doigts glissent dans son dos. Jusqu’à ce qu’elle se lève et l’amène sans un mot jusqu’à ce qu’il imagine être sa chambre. Il observe le lieu puis elle. Tout à coup nerveuse et beaucoup trop guillerette pour être sincère. Il hausse un sourcil quand elle lui propose de regarder une série avant de devenir rouge comme une tomate et proposer de dormir plutôt. Il reste figé un instant, interdit. Etonné par sa réaction bien qu’il la comprenne. Il se pince les lèvres et tente de garder son calme mais ça dure à peine quelques seconde avant qu’un rire sincère ne se fasse entendre. C’était plus fort que lui, la situation était beaucoup trop cocasse. Elle l'avait amené dans son sa chambre et s'était collée à lui en l'embrassant sur le pas de la porte et elle voulait lui faire avaler que c'était pour regarder une série ou se coucher ? Cette réaction lui faisait beaucoup trop rire. Surement a-t-elle eut honte sur le moment de l’avoir amené dans sa chambre ? Pour autant il n'y a pas à avoir honte, au contraire, ça prouve qu'elle le veut autant que lui la veut et c'est tout ceux qu'il veut savoir.

Eirik reprend son air sérieux, laisse tomber sa serviette sur le sol et s’approche de la jeune femme, la faisant reculer jusqu’à ce qu’elle finisse sur le lit derrière elle. Son regard était devenu taquin et autant dire qu’il s’amusait un peu de la situation. Au-dessus d’elle,  il murmure à son oreille « Je veux bien dormir … mais dans quelques minutes » Ses lèvres se perdent de nouveau dans son cou tandis que ses mains explorent sa peau. Sa respiration commence à se faire plus bruyante avant qu’il ne succombe à l’envie faisant ses lèvres siennes. Le baiser se fait plus charnel, empreint de pulsions et de désir certain. Ses baisers plus qu’autre chose ont le don de lui faire perdre la tête et si elle le repoussait maintenant il ne s’en remettrait pas. A cet instant il se rend compte que s’ils finissent par le faire, il ne pourra plus la laisser partir. Parce qu’elle a mis son cœur à nu et apposé sa marque. Tout ce qu’il espère c’est que tout ça ne soit pas une erreur. Mais puisqu’ils se sont promis plus de questions, alors il se laissera aller jusqu’à s’abandonner à elle. D’un geste habile il lui défait son soutient gorge encore mouillé et l’envoie valser contre le mur dans l’expression de l’état dans lequel elle le met. Ses caresses sont empreintes d'une envie non dissimulée quand ses mains glissent sur sa poitrine et ses fesses et c'est dans un moment d'oubli de soi qu'il se surprend à vouloir la garder dans ses bras indéfiniment. Sera-t-il capable de réellement la faire sienne, aux yeux de tous?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 08/09/2015
›› Commérages : 1005
›› Pseudo : HARLEEN. / Marion
›› Célébrité : margot hottie robbie. ♥
›› Schizophrénie : darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), solveig blackbird (kovalenko), bird roth-spiegelman (k. scodelario), anya arsenault (e. rossum), lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: EIRYA ✻ So darling just say you'll stay right by my side. [hot] ✻ ( Mar 12 Sep - 11:53 )

Peut-être qu'ils étaient foutus, peut-être qu'ils faisaient une erreur. Mais Arya des erreurs comme ça, elle voudrait en faire tout les jours de sa vie, tout le temps mais plus maintenant, elle était bien ici, là tout contre lui, son coeur qui battait trop vite, trop fort dans ses tempes, l'envie de le rassurer toujours, lui donner envie de rester. Ne pas s’inquiéter de l'avenir, faire éteindre sa conscience qui posait beaucoup trop de questions pour être honnête. Après tout, ils verront de quoi demain sera fait, est-ce qu'ils seront heureux ? Certainement. Est-ce qu'ils arriveront à se supporter ? Sûrement. Parce qu'il avait déjà réussi à ne pas l'envoyer bouler quand elle l'avait traité de cambrioleur et de menteur, il avait vu l'une des pires versions de la blonde, il avait réussi à faire avec. Et Arya était heureuse. Alors peut-être que ça ne durerait qu'un temps, peut-être que, finalement ils ne seront pas compatibles, mais elle voulait essayer. Et là, tout contre lui, elle s'ouvrait à lui pour lui montrer à quel point le monde pouvait être beau, à quel point, ils pourraient être heureux ensemble, mais pour cela, il fallait qu'ils testent, qu'ils essaient. Après le premier rendez-vous, elle ne pensait pas qu'elle le reverrait, mais c'était elle qui lui avait demandé d'être son chevalier, de la sauver, parce qu'elle en avait assez d'être enfermée entre quatre murs, elle allait mal à ce moment là et il avait réussi à lui donner envie d'aller mieux, de se battre contre cette foutue maladie, il avait réussi à lui mettre du baume au coeur alors que dans sa vie tout était teinté de gris cinquante nuances, mdr.

Arya voulait qu'il soit aussi bien que lui, elle voulait qu'il ressente la légèreté d'esprit dont elle faisait preuve mais elle devait faire face au fait qu'il n'était pas vraiment expressif. Non, Eirik ne parlait pas beaucoup et parfois, elle avait peur de mal interpréter les choses, de se dire qu'elle interprétait de la bonne façon alors que c'était tout le contraire. Elle n'avait pas vraiment le mode d'emploi pour comprendre le suédois mais elle se doutait que cela viendrait avec le temps, tout ce qu'elle savait sur le moment c'était que là, ils semblaient vouloir la même chose, là, l'un contre l'autre, mais Arya n'en avait pas la certitude et ça l'effrayait un peu. Et si elle se trompait sur toute la ligne ? Et si, elle n'était qu'un jeu ? Non, les questions revenaient et elle les faisait taire subitement. « Qui te dit que je ne peux pas les tenir ? » mais elle n'a pas le temps de continuer plus sa phrase quand elle sent les lèvres du jeune homme qui papillonne contre sa peau. Elle se rend alors compte que ses questions n'ont pas lieu d'être et c'est elle-même qui décide de la suite du programme de la soirée, marchant doucement, à tâtons, de peur qu'il ne se brusque, de peur qu'il ne parte. Elle ne sait pas vraiment ce qu'il lui prend quand elle lui dit qu'ils peuvent regarder une série ou  même dormir, parce qu'il y a quelques minutes, elle avait ses doigts tout contre sa peau et les frissons dont elle était la victime, lui prouvait qu'ils étaient tout les deux sur la même longueur d'ondes. Le silence devenait un peu gênant, et elle le regardait, un peu apeuré, est-ce qu'il allait fuir ? Non, il se contentait de rire et doucement, elle le tapait dans l'épaule avec sa force de mouche. Elle n'y pouvait rien si elle était nerveuse, elle n'avait pas été aussi bien depuis longtemps.

Mais finalement, elle se décide à se laisser faire quand il la force en quelques sortes à reculer, elle plonge son regard dans celui d'Eirik et tombe sur le lit en le regardant toujours. Sa conscience lui hurlait d'y aller mais elle, elle était timide, le regardait un peu et souriait simplement quand il lui disait qu'il dormirait dans quelques minutes « ça semble être intéressant. » Et elle n'avait rien le temps d'ajouter de plus qu'elle sentait ses lèvres et ses mains contre sa peau une fois de plus, et elle se sentait défaillir peu à peu. Elle allait devenir folle dans les minutes qui suivaient, elle s'en doutait, elle en était persuadée. Quand il prend ses lèvres en otage, elle l'embrasse comme elle ne l'a jamais embrassé  à vrai dire, c'est charnel, sensuel et ses mains passe doucement autour de sa nuque pour finir le long de son dos qu'elle parcourt de ses doigts, lentement. Quand elle est dépossédée de tout tissu contre sa poitrine, elle soupire un peu et appuie un peu plus le baiser, et dans une force qu'elle ne se connaissait pas Hulk un peu elle les fait basculer pour finir à califourchon sur lui et c'est ses lèvres qui à leur se perdent contre le cou d'Eirik, puis sa clavicule, puis ses lèvres pour lui offrir un baiser qui monte en tension encore une fois. Ses mains se font un peu plus provocatrice et doucement, elle glisse une main vers le bas ventre du suédois avant de remonter en des caresses assez explicites et elle lui murmure alors timidement à l'oreille « J'ai envie de toi.. maintenant.. »




Darkness is your candle.
Eirya ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: EIRYA ✻ So darling just say you'll stay right by my side. [hot] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

EIRYA ✻ So darling just say you'll stay right by my side. [hot]

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Southport Road
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération