like a flower made of iron ✻ helena

 :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 25/07/2017
›› Commérages : 64
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Shelley cutie Hennig
›› Schizophrénie : devon ✻ le gérant du blue lagoon, tombeur de ses dames ; luke ✻ l'agent de sécurité, au cœur brisé ; aurora ✻ l'héritière égocentrique et névrosée ; julian ✻ le musicien raté ; evan ✻l'accro du travail au coeur brisé.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

like a flower made of iron ✻ helena ✻ ( Lun 11 Sep - 18:24 )


like a flower made of iron
I don't know why you don't like me, but it's ok. I wont fight to make you love me. Because I don't care. You think I'm a cheater, a liar. But I don't care about what you say. I loved your brother. And he loved me. And we were happy. I won't let you destroy everything we had because of your jealousy. I don't want to fight anymore to make you accept me. If you don't like me, then it's good, but don't think I will let you say everything you want about me. You have no idea who I really am. And because you're sad it doesn't mean I will accept everything.


Les journées se succédaient et se ressemblaient, dans la vie de Georgiana Lewandowski. Parfois, la jeune femme devait bien avouer que l'ennui venait se mêler à ses journées longues et monotones. Mais souvent, Georgiana se satisfaisait de cette vie calme, parce que ça la rassurait. Après la mort de Lukas, la jeune femme avait été la proie de violentes crises d'angoisses. Et c'était d'ailleurs pour cette raison qu'elle avait saisi la première occasion qui s'était présentée à elle pour partir le plus loin possible de Chicago. Pendant un temps, la jeune femme avait songé à retourner en Allemagne, à Leipzig, pour retrouver sa famille. Mais il lui était tout simplement insupportable de se retrouver si loin de son mari. Sa vie, depuis qu'elle l'avait rencontré, était aux États-Unis. Sa vie à Cap Harbor lui plaisait. Du moins elle avait ce qu'elle avait pour s'y plaire. Elle se sentait bien dans cette maison que Lukas lui avait caché. Elle aimait ce jardin qu'elle avait trouvé dans un état lamentable mais qui petit à petit avait commencé à renaître. Ce jardin était un peu la métaphore de sa propre existence. Elle avait sombré, mais jour après jour, petit à petit, elle arrivait à refaire surface, à sortir la tête de l'eau. Ce n'était pas facile tous les jours, mais la jeune femme voulait se battre. Pour son défunt époux, certes, mais également parce que Roman se battait pour elle. Chaque jour, il était présent pour elle et tentait de la faire sourire et de la faire se sentir mieux. Il y parvenait. Par son naturel enjoué, par son sens de l'humour, le jeune homme parvenait à la faire sourire. C'était une sensation qu'elle ne connaissait plus depuis longtemps, mais grâce à lui, elle se sentait un peu mieux, elle se sentait revivre. Et pour ne pas perdre pieds, la jeune femme s'imposait une liste de choses à faire tous les jours, pour ne pas se contenter de passer la journée enfermée à la maison, à se lamenter sur son sort. Ce jour, elle s'était levée de bonne humeur et après une bonne douche revigorante, elle avait prit son petit déjeuner. Armée de son appareil photo, la jeune femme était ensuite sortie sur la plage, avec la petite Kitty qui grandissait de jour en jour. La petite chienne était toujours heureuse de sortir et de se défouler. Elle avait de l'énergie à revendre, si bien qu'elle était toujours comme une petite folle quand elle l'emmenait dehors. Tout sourire, la jeune femme ne s'était pas privée de photographier la petite chienne et le paysage dans lequel elles évoluaient. Cela faisait un an maintenant qu'elle vivait à Cap Harbor et elle ne se lassait pas de cette petite ville calme et tranquille, aux paysages si plaisant. La jeune femme avait passé pas loin de deux heures sur la plage avant de rentrer chez elle, pour nourrir Kitty. Elle s'était ensuite installée à son bureau avec un sandwich et une tasse de thé et avait commencé à frapper sur le clavier de son ordinateur. Les mots s'alignaient sur la page blanche de son écran et ça lui faisait du bien. La jeune femme tentait de se lancer dans l'écriture depuis un an maintenant, mais elle peinait à réussir à écrire. C'était comme si les mots refusaient de s'aligner dans son esprit. Mais il arrivait parfois qu'elle arrivait enfin à aligner ses idées. Ce n'était pas toujours facile, parce que ce n'était pas ce qu'elle souhaitait écrire. Mais elle savait qu'elle pourrait toujours changer les formulations de phrases, du moment où elle parvenait à rassembler ses idées. Satisfaite d'avoir réussi à écrire quelque chose, la jeune femme se servit une nouvelle tasse de thé avant de changer de vêtements. Elle avait envie de partager cette bonne nouvelle avec une personne chère à son cœur. Une personne qui même si elle n'était plus à ses côtés, était toujours la personne la plus chère à son cœur. Vêtue d'un jean et d'une blouse noire, la jeune femme avait quitté sa maison en voiture, pour passer d'abord chez le fleuriste. Elle avait acheté un bouquet pour fleurir la tombe de son mari et c'était rendue au cimetière, désert. Elle connaissait le chemin jusqu'à la tombe de Lukas par cœur. A peine arrivée, la jeune femme entreprit d'arracher les mauvaises herbes et de s'occuper des fleurs qu'elle avait planté. Voir une pierre nue et de la terre battue lui avait brisé le cœur, si bien qu'elle avait entreprit de fleurir le lieu, pour le rendre plus accueillant. Tandis qu'elle s'activait, la jeune femme lui parlait. Peut-être que certains pouvaient trouver cela ridicule, voir même complètement idiot, mais la jeune femme en avait besoin. Elle lui racontait ses journées, ce qu'elle ressentait, ce qu'elle faisait. C'était comme s'il était toujours là, d'une certaine façon. Sauf que ce n'était pas le cas. « J'ai enfin réussi à écrire quelque chose. C'est loin d'être suffisant, mais c'est un progrès », souffla-t-elle en déposant les fleurs au pied de la pierre tombale. Un bruit interpella cependant la jeune femme. Le bruits de pas dans l'allée qui menait où elle était. La jeune femme se tourna légèrement, pour voir sa belle-sœur arriver. Malgré elle, elle ne put s'empêcher de froncer les sourcils. C'était précisément le genre d'endroit où la jeune femme n'avait pas envie de croiser la polonaise. C'était un lieu de recueillement, certainement pas un lieu de conflit. « Helena », la salua-t-elle en se levant, et en frottant ses mains pleines de terre sur son pantalon. Georgiana la toisa en silence. Au début, elle avait fait des efforts et elle avait tenté de bien s'entendre avec Helena. Mais c'était du passé. Georgiana était gentille, mais pas naïve. Elle ne se laissait pas marcher sur les pieds. Et si Helena pensait pouvoir l'écraser, elle se trompait de personne. « J'allais m'en aller », souffla-t-elle simplement, pas décidée à passer du temps en sa compagnie, sachant que cela voudrait dire entendre encore des critiques et des reproches à son égard.


_________________

THE WORLD WAS BURNING
There's no earthly way of knowing what was in your heart when it stopped going. The whole world shook, a storm was blowing through you. Waiting for God to stop this and up to your neck in darkness. Everyone around you was corrupted saying somethin'. There's no dignity in death, to sell the world your last breath. They're still fighting over. Everything you left over.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 25/08/2017
›› Commérages : 43
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Elodie Yung
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ☼ Sarah Miller (Zooey Deschanel)
›› more about me

Re: like a flower made of iron ✻ helena ✻ ( Dim 17 Sep - 22:07 )












En arrivant au boulot, j'avais eu la grande joie de voir une multitude de dossier sur mon bureau. C'était une mauvaise farce de mon directeur ? Il pensait vraiment que j'allais pouvoir faire ça en une journée ? Surtout que j'étais certaine qu'il avait déjà tout checké avant et qu'il voulait juste me tester. S'il voulait jouer à ce petit jeu, il n'y avait pas de soucis. Ce ne serait pas la première fois que j'allais le surprendre en ayant un avis encore plus poussé que le sien et en voyant sur le long terme à la différence de lui. Tout ce qui intéressait mon directeur était de faire gagner de l'argent à notre groupe. C'était également le mien, mais pour ça je n'étais pas prête à commercialiser n'importe quels médicaments sur le sol américain. Je passais une bonne partie de la journée le nez dans mes dossiers, à faire des recherches sur différents composants et sur certains des laboratoires, sans même prendre la peine de déjeuner. J'étais tellement concentré que j'avais juste oublié de manger. La majorité des dossiers ne comprenaient rien d'intéressant, à mon sens ils avaient tous l'air de charlatan qui essayaient de commercialiser un médicament qui dans 4 ans fera la une des journaux parce que l'une des molécules utilisées va créer des problèmes de santé encore plus que gros que ceux qu'ils doivent traiter. Seul un dossier avait retenu mon attention. Le laboratoire en question avait une bonne réputation et ils avaient fait un dossier en béton. Si ce qu'ils disent se révèle être vrai alors ça serait très prometteur pour notre marché et surtout pour notre entreprise. Avant d'aller voir mon directeur, je n'avais plus qu'à rédiger mes rapports. Seulement j'avais un grand besoin de caféine et de sucre surtout.
Comme d'habitude quand j'arrivais dans la salle de cafétéria, les gens présents se taisaient et regarder ailleurs. Si ça pouvait les rassurer, jusqu'à présent je n'avais changer personne en pierre avec mon regard, ni tuer personne. Je faisais peur aux gens et je m'en accommodais très bien. Au moins, je savais qu'ils ne viendraient pas me faire chier pour un oui pour un non. Écouter les histoires de cœur de Truc et Muche ? Très peu pour moi. Pour autant aujourd'hui quelqu'un prenait le risque de me déranger pendant mon café. « Hurm Helena, je..hum désolé de vous déranger, mais M. Rickman souhaite vous voir » Si j'avais un peu d'empathie pour les gens, j'aurai dit un mot gentil à ce pauvre garçon qui donnait l'impression de s'être chier dans son froc rien qu'à l'idée de m'adresser la parole. Malheureusement pour lui ce n'était pas le cas et je me contentais de hocher la tête sans quitter des yeux mon café. J'étais la reine des glaces, alors pourquoi gâcher le petit plaisir de ses gens en étant gentille ?

« Si vous continuez comme ça Helena, il n'y a aucune raison que le poste de directrice ne vous revienne pas » Si j'étais le genre de personnage à jubiler ou sauter en l'air, je l'aurai fait, mais ce n'était pas le cas. Je me sentais très fière, mais j'avais travailler pour ça. « Merci beaucoup Monsieur Rickman, mais j'ai encore beaucoup de chose à apprendre » C'était faux, je méritais ce poste et il le savait mieux que n'importe qui. « Dans moins d'un an ce poste sera le votre »  C'était dans la poche, je n'avais plus qu'à attendre que l'autre se lasse de venir ici, ce qui a mon avis ne prendrait pas longtemps. « La confiance que vous m'accordez m'honore » J'essayai de sourire, de rendre cela aussi vrai que possible, mais je n'y arrivais pas et Rickman savait très bien que si j'en étais arrivé là aujourd'hui ce n'était pas en faisant des courbettes mais en bossant.
En attendant, mes rapports lui avaient convenu et maintenant je pouvais partir avec quelques autres dossiers sous le bras. Avec moi le boulot ne s'arrêtait jamais. J'avais sacrifié mon mariage sur l'autel de ma carrière. Je ne le regrettais pas. Luke et moi n'étions pas fait pour finir ensemble.

Pour autant après cet entrevue je me sentais d'humeur légère et je trouvais que c'était le moment parfait pour aller au cimetière. En arrivant sur place et en sortant de la voiture, je respirais à plein poumons l'odeur des sapins. Je détestais cet endroit pour ce qu'il représentait, pourtant que j'y allais pour venir discuter avec Lukas, je m'y sentais en paix. J'allais jusqu'à la tombe de mon frère sans faire attention à ce qui m'entourait. Je pourrais faire ce chemin les yeux fermés. J'avais cependant la mauvaise surprise de tomber sur Georgiana. Elle était soit disant la femme aimante et dévoue de mon frère et elle pleuré sa mort comme si elle portait une croix. Mon avis ? Ce n'était qu'un mise en scène pour récupérer son héritage. Mes parents n'étaient pas d'accord, Roman l'était encore moins. La chute sera dure pour eux quand ils apprendront la vérité. Tant pis. « Helena » Je pouvais bien pousser la politesse jusqu'à lui dire bonjours. « Gerogiana » Cela me faisait vraiment chier de la trouver ici. Je n'avais certes pas le monopole de la tombe de Lukas, mais je n'aimais pas ça quand même. « J'allais m'en aller » Elle avait sûrement des choses à cacher et n'avait pas envie que j'entende tout cela. « Je t'en prie fini ta conversation avec mon frère » J'étais curieuse de savoir ce qu'elle pouvait bien lui raconter. « Sauf si tu as peur de te trahir devant moi et de prononcer une parole malheureuse » Je n'attendais que cela. Ce petit mot ou cette phrase malencontreuse qui allait la compromettre. « Tu n'étais pas obligé de nettoyer la tombe » Oui j'étais une véritable garce, et alors ? N'importe quelle personne aurait dit merci pour avoir enlever les mauvaises herbes, mais je n'étais pas n'importe qui.




lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas

like a flower made of iron ✻ helena

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération