I have no idea what it can be ✻ jaurora

 :: the city of cap harbor :: Police & Firefighter department cap harbor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 289
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise cutie Coleman
›› Schizophrénie : Devon Oakley (Sebastian Stan) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Shelley Hennig) ✻ Evan Pryce (Patrick J. Adams) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Karla Souza).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

I have no idea what it can be ✻ jaurora ✻ ( Mer 13 Sep - 18:33 )


I have no idea what it can be
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?


6 heures. L'heure du crime. Comme chaque matin, Aurora Callahan jeta un regard assassin à son réveil. Il aurait été tentant de se contenter de l'éteindre, de se tourner au chaud dans sa couette et de se rendormir. Mais depuis des années déjà, la jeune femme tenait absolument à s'imposer un rythme de vie convenable. Pour elle, il n'était pas question que sous prétexte qu'elle ne travaillait pas, elle puisse se lever tard et se coucher à pas d'heure. Alors en semaine, elle s'imposait un réveil matinal. C'était aussi une façon pour elle de ne pas totalement gâcher ses journées. Cela lui laissait le temps de faire plein de choses. Bien sûr, il arrivait des jours où elle transgressait sa précieuse règle, comme lorsqu'elle sortait le soir avec quelques amis. Mais en temps normal, la grasse matinée, c'était réservé aux week-ends. Et chaque matin, la jeune femme avait une routine bien huilée. Son petit déjeuner l'attendait sur la table, chaque jour différent. Elle le prenait avec une tasse de café, avant de déposer la vaisselle dans l'évier pour la femme de ménage. Puis elle allait prendre sa douche et ne négligeait jamais son rituel beauté. Ses cheveux, son maquillage, tout y passait. On ne savait jamais qui pouvait passer à l'improviste et Aurora était d'avis que, qu'importe les circonstances, il fallait toujours se montrer sous son meilleur jour. Oui, même pour ouvrir la porte au facteur. Mais en ce jour, il n'était pas question d'ouvrir la porte au facteur. Elle avait prit sa décision la veille, après la soirée qu'elle avait passé avec son amie Cecelia. Puisqu'elle pensait ces derniers jour au pompier qu'elle avait rencontré dans l'ascenseur, la jeune femme avait prit la décision d'aller le remercier en personne. Au moins, elle saurait ainsi si elle devait sortir le pompier de son esprit ou s'il avait été sincère en lui donnant son numéro. En parlant de numéro, la jeune femme aurait sans doute pu s'en servir. Mais elle trouvait ça bien trop banal. Curieusement, la jeune femme se faisait une idée très romantique de la naissance d'une relation. Peut-être trop romantique et trop clichée, mais elle assumait parfaitement. Enfin non en vérité, elle n'assumait absolument pas. Parce qu'elle ne l'aurait jamais avoué à voix haute. Enfin, passons. La jeune femme n'avait rien laissé au hasard. Maquillage naturel, petit robe blanche, elle s'était même perchée sur des talons pour ne pas avoir l'air aussi petite que d'habitude. Puis elle avait appelé son chauffeur et lui avait demandé de la déposer en ville, devant une pâtisserie, où la jeune femme avait prit une bonne dizaine de minutes à choisir un assortiment de muffins et de cupcakes divers et variés. Elle avait bien cru que la vendeuse de la boutique allait finir par la mettre dehors. Ne se rendait-elle pas compte à quel point elle était face à un dilemme ? Elle devait choisir les bons gâteaux pour faire bonne impression. Mais après ces dix minutes, elle était plutôt heureuse de la dizaine de petits gâteaux qui étaient enfermés dans la boîte en plastique, avec le logo de la boutique. Bon, c'était une certitude que Jay ne croirait pas une seule seconde qu'elle les avait fait elle-même. Mais en même temps, à part si elle avait voulu l'empoisonner, il ne valait mieux pas que la jeune femme se risque à cuisiner elle-même. Elle venait donc de faire un geste pour la communauté en épargnant la vie d'un pompier. Qui a dit qu'Aurora n'avait pas l'âme d'une sauveuse ? Enfin bon. Armée de sa boîte de gâteaux, la jeune femme reprit la voiture et son chauffeur la déposa à quelques pas de la caserne de Cap Harbor. Pendant le chemin, il n'avait pas cessé de la féliciter pour son geste. Ah, pauvre homme ! S'il avait su que son geste était tout sauf désintéressé, ben … il aurait conclu qu'elle était vraiment égocentrique. Et il n'aurait pas eu tort, soit dit en passant. Avec un sourire poli, elle convint avec lui qu'il pouvait prendre un peu de temps pour lui et qu'elle le rappellerait quand elle aurait besoin de lui. Elle ne voyait pas l'intérêt de le faire patienter pendant un bon moment pour rien. Et maintenant ? La jeune femme inspira profondément. A vrai dire, elle était plutôt nerveuse. Elle se sentait un peu idiote d'être ici. Peut-être qu'il allait être plus mal à l'aise qu'autre chose de la voir ici. Mais maintenant qu'elle était là, elle n'allait pas faire marche arrière. D'autant plus qu'elle était déjà fixée par deux hommes en uniforme, prêt de leur camion. La jeune femme inspira profondément une nouvelle fois et se décida enfin à se mettre en marche, menton relevé, comme la Aurora pleine d'assurance qu'elle essayait d'être en permanence. Ou du moins, celle dont elle essayait d'avoir l'air. « Bonjour. Je cherche Jay Thomson », souffla-t-elle à l'attention des deux hommes. Les deux hommes se regardèrent avant de la dévisager. Elle imaginait très bien ce qu'eux imaginaient. Et elle ne put s'empêcher de froncer les sourcils. Cependant, les pompiers eurent la décence de ne pas faire de commentaire et pointèrent le chemin du bout du doigt. « Merci », souffla-t-elle, tenant sa boîte de gâteaux devant elle. La jeune femme passa entre deux camions rouges, sans penser que c'était une très mauvaise idée. Parce que quelques secondes plus tard, sans qu'elle n'ait eu le temps de le voir venir, une trombe d'eau froide se déversa sur sa tête, la mouillant des pieds à la tête, rendant sa robe blanche transparente. « AAAAAAAAAAAAH ! », s'écria-t-elle, prise par la surprise. Non seulement elle était mouillée, mais maintenant elle était frigorifiée. Un pompier en uniforme se précipita vers elle en entendant son cri, visiblement mécontent. « Mais qu'est-ce que vous faites ici ma petite dame ? », s'exclama-t-il avec politesse, bien qu'elle pouvait voir sur son visage qu'il aurait bien aimé lui dire le fond de sa pensée. Mal à l'aise, les joues rougies, la jeune femme le dévisagea en tentant de dissimuler sa honte et de garder contenance. « Je … Je venais voir … Jay Thomson », bredouilla-t-elle, autant parce qu'elle était mal à l'aise que parce qu'elle avait froid. L'homme soupira. Quoi ? Est-ce qu'il avait l'habitude de voir des femmes débarquer ici pour le voir ? Dans ce cas, elle ferait bien de faire demi-tour. Quoi que … Peut-être qu'elle était juste totalement paranoïaque et qu'elle se faisait des films. L'homme lui fit signe de la suivre. Bien que mal à l'aise, la jeune femme leva une nouvelle fois le menton, par fierté. Pourquoi devait-elle être mal à l'aise ? Peut-être parce qu'elle était trempée avec une robe mouillée qui ne laissait pas grande place à l'imagination, avançant devant de nombreux hommes dont les regards se tournaient vers elle. Personne n'avait donc de compassion ici ? Personne ne semblait en tout cas disposé à lui offrir une veste ou une serviette, ni à compatir pour elle. « Thomson, c'est pour toi ! », brailla l'homme en la laissant plantée là. La jeune femme aurait voulu disparaître sous terre en croisant le regard du pompier qu'elle avait rencontré dans cet ascenseur, quelques jours plus tôt. Ce n'était certainement pas de cette façon qu'elle s'était imaginée se présenter devant lui. Mais elle n'était pas du genre à se démonter, ni à montrer qu'elle était en position de faiblesse. Aussi la jeune femme se mit-elle à sourire, comme si de rien était. « Bonjour. J'étais passée vous déposer ça, pour vous remercier », souffla-t-elle en lui tendant la boîte de gâteaux. « Bon, j'ai été ravie de vous voir, je ne vais pas vous déranger, passez une bonne journée », ajouta-t-elle dans la précipitation. Oui, elle avait pensé lui faire la conversation. Mais pour éviter l'humiliation, elle ne voyait plus qu'une solution : battre en retraite et vite.




LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
http://believeeverydayinyourdreams.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 04/03/2016
›› Commérages : 827
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : julian king morris
›› Schizophrénie : rachel campbell ✻ liv burrows ✻ riley emerson ✻ lissa valentine ✻ ophelia rhodes ✻ mila matthews
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I have no idea what it can be ✻ jaurora ✻ ( Lun 18 Sep - 22:30 )



i have no idea what it can be.
aurora callahan & jay thompson ※ jaurora

“ Yeah, i'm thinking about you right now, and no i can't stop. ” ― unknow

Jay est épuisé, épuiser de ne rien faire. La nuit dernière avait été calme trop calme à son goût, ce qui n'est que guère courant dans une caserne de pompiers. Enfin il y a eut quelques appels mais rien qui n'a nécessité son équipe. Alors qu'avaient-ils fait pour passer le temps ? Dormir. Se reposer. Somnoler. S'assoupir. Roupiller. En clair, ils n'avaient fait d'excitant et c'était presque triste. Mais d'un autre côté ce n'était pas une si mauvaise chose, cela voulait dire que personne n'avait mit sa vie en danger durant la nuit, ni blessés, ni morts et ça c'était vraiment une bonne chose. Même si Jay avait fermé les yeux durant un long moment cette nuit, son sommeil n'avait pas été totalement réparateur, certainement parce qu'une partie de lui-même attendait d'être appeler à n'importe quel moment. Il dormirait mieux ce soir certainement. Ou pas. Non, non Jay n'avait pas un rencard ce soir, il allait devoir supporter ses trois pots de colles fétiches : Holia, Mia ainsi qu'Olivia. Il avait promit à la brune du trio de l'accompagner à un cours de Pole Dance si en contre partie elle acceptait de se plier à l'entrainement qu'on réservait aux pompiers et de convaincre Olivia de même que Mia pour le faire. Certes ça avait été peu concluant, Jay avait plus rit qu'autre chose, mais elles avaient toutes révélés le défi donc le pompier était obligé de se plier au jeu. Oh il savait d'avance qu'il allait être lamentable mais ça lui ferait d'excellent souvenirs à raconter plus tard. Et si jamais il oubliait, il était certain que l'une des trois membres du club " we love jay " le lui rappellerait plus que bien. Il savait déjà qu'elles allaient l'afficher sur snap et comment dire ? Jay le vit très bien. Il n'a pas peur du ridicule et heureusement. Ainsi quand son regard se pose sur la conversation de groupes qu'ils ont, ça le fait automatiquement rire. Ces filles parlent beaucoup trop et il n'est même pas huit heures. Jay remarque d'ailleurs qu'il utilise un poil trop l'emoji doigt d'honneur, c'est la faute à Olivia, elle n'avait pas qu'à lui parlé d'un tutu rose. Il clôt d'ailleurs la conversation sur l'utilisation de cet emoji, avant de suggérer ou plutôt d'ordonner à ses collègues un nettoyage en profondeur de leur outil de travail : le beau camion rouge. Et puisque ça semble être une bonne activité, toute la caserne s'y met également. Lance à incendie, savon, chiffon : ils sont prêt ! Jay donne même de sa personne et pour une fois il est surprit que cette séance ne finit pas en bataille d'eau. Peut-être parce qu'il a du rentrer à l'intérieur pour prendre une conversation téléphonique : sa maman et Jay ne fait jamais attendre sa maman. Elle a besoin de sa tendre personne pour des travaux. Jay a l'impression que ses parents passent leur vie à faire des travaux dans cette maison. Quand ce n'est pas les murs à repeindre, c'est le sol à refaire ou faire une nouvelle pièce comme chez les parents de Sonia, il y a toujours quelque chose à faire. Mais sa conversation est coupé dès lors qu'il entend l'un de ses collègues hurler son nom. « J'te rappelle Maman, bisous. » Il remet automatiquement son portable dans sa poche arrière et décide d'aller voir ce qu'il se passe. Oh, Jay est surprit. Réellement. Il ne s'attendait pas à revoir cette brune et encore moins dans cette caserne. Par contre, elle a un soucis avec sa tenue ? C'est normal que ça soit si transparent ? Jay ne sait pas, ça l'intrigue et en même temps en voyant ce visage, il est obligé de se mettre à sourire. « Bonjour. J'étais passée vous déposer ça, pour vous remercier. » Ah ? Jay n'a même pas le temps de réagir qu'il a déjà une boite dans les mains. « Bon, j'ai été ravie de vous voir, je ne vais pas vous déranger, passez une bonne journée. » Elle part déjà ? « Vous partez déjà ? » Ça surprend assez le pompier. Elle a vraiment fait autant de kilomètres juste pour une boite de gâteaux ? « Il pleut dehors que vous êtes autant trempé ? Vous voulez peut-être une serviette ? Ça serait dommage que vous attrapiez froid. » Sauf qu'en attendant de rejoindre les vestiaires pour lui donner une serviette, il pose sa veste sur les épaules de la brune. « Et vous êtes loin de me déranger, au contraire vous allez mettre un peu d'animation dans ma fin de journée, c'est trop calme aujourd'hui. » Et Jay s'ennuie. « Vous venez ? » Hormis si elle préfère rester en plein milieu du couloir et sous le regard des hommes de la caserne. Il les conduit jusqu'aux vestiaires, déposant le présent qu'elle lui a offert sur un banc et offrant en contre partie à la brune, une serviette sèche. « Tenez, si vous voulez on doit même avoir des affaires pour vous changez, même si je reconnais que cette robe vous va particulièrement bien. » Plus que bien, il peut même se rincer les yeux. En attendant de savoir ce qu'elle veut faire, Jay décide de s’asseoir. « Vous avez perdue mon numéro ? Je suis un peu déçu j'attendais un message ou un appel de votre part. » Bon il n'avait pas été coller à son téléphone non plus, mais il avait été un désenchanté de voir que rien ne venait. « Mais j'aime tout autant les visites surprises comme celle-ci. » Elle pouvait même venir le voir autant qu'elle voudrait, ça ne le dérange en aucun point. D'ailleurs c'est quoi cette boite qu'elle lui a tendue toute à l'heure ? Dès qu'il ouvre, il a l'impression d'être redevenu un enfant devant tant de merveille. « Et en plus, vous vouliez me laisser dévorer ça tout seul ? Ça aurait été égoïste de ma part de ne pas vous faire partager. » Et bon dieu que ça a l'air juste trop bon. « Vous étiez vraiment juste passer pour me remercier ? » Ou il y a quelque chose derrière cet air innocent qu'elle traîne partout ?


✻ there's a smell of stale fear that's reeking from our skins. the drinking never stops because the drinks absolve our sins, we sit and grow our roots through the floor. but what are we waiting for ? so give me something to believe cause i'm living just to breathe and i need something more, to keep on breathing for so give me something to believe.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 289
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise cutie Coleman
›› Schizophrénie : Devon Oakley (Sebastian Stan) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Shelley Hennig) ✻ Evan Pryce (Patrick J. Adams) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Karla Souza).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I have no idea what it can be ✻ jaurora ✻ ( Mer 27 Sep - 18:40 )


I have no idea what it can be
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?


Aurora était une jeune femme plutôt sûre d'elle, pleine d'assurance. Elle ne se laissait pas marcher sur les pieds. Elle avait du caractère. Mais quand il s'agissait des hommes, la jeune femme perdait toute forme d'assurance. Encore plus quand elle n'était pas en position de pouvoir. Comme à cet instant. Si elle ne savait pas comment cette rencontre allait tourner, la jeune femme ne s'était certainement pas attendue à se retrouver dans une robe blanche, rendue transparente et moulante par l'eau. Elle aurait voulu s'enfuir et disparaître plutôt que d'être amenée à converser avec le pompier. Mais lui, ne semblait pas disposé à la laisser partir. La jeune femme, quoi que gênée, le dévisagea avec une timidité qui ne lui ressemblait pas. « Eh bien … Non pas que je n'aime pas me tourner en ridicule, mais il semble que je sois un spectacle aussi ridicule que divertissant pour vos hommes », souffla-t-elle. Aurora n'aimait pas se sentir ridicule. A vrai dire, elle avait l'impression d'être en situation de faiblesse dans des cas pareilles. Qu'on pouvait utiliser cela pour l'atteindre. Ca n'avait pourtant pas grand-chose de bien méchant. Les hommes souriaient, rigolaient sans méchanceté. Et la reluquaient accessoirement. Mais Aurora était tellement habituée à son monde de perfection que ça la troublait. Sans compter que la jeune femme était légèrement psychorigide et qu'elle n'aimait pas faire face à ce qu'elle ne pouvait pas contrôler. Mais la gentillesse dont le pompier faisait preuve la troublait tout autant. Aurora n'avait pas l'habitude d'être traitée de la sorte. Généralement, elle était d'avis que les hommes avaient mauvais fond. Peut-être parce qu'elle avait passé trop de temps avec son frère, allez savoir. Mais elle n'était pas habituée à la galanterie. Du moins pas sans intéressement. « J'aurais aimé vous dire qu'il pleut. Quoi que vu ma tenue, ça aurait été une preuve de stupidité. Non, vos hommes étaient en train de laver leurs engins rouges et … disons que j'étais au mauvais endroit au mauvais moment », expliqua-t-elle en souriant. Le jeune homme lui semblait avenant. Pas seulement poli, mais aussi soucieux de son état. Bon, ce n'était pas non plus comme si elle avait une plaie béante ou quelque chose comme ça, son état n'avait rien de dramatique loin de là. Mais il semblait se soucier d'elle, qu'elle n'attrape pas froid. Oh, Aurora se doutait que ça devait être dans le caractère du pompier et également lié au métier qu'il exerçait, que ça n'avait rien à voir avec elle qui n'était qu'une parfaite inconnue à ses yeux. Mais elle n'était pas habituée à être traitée de la sorte et en toute sincérité, elle trouvait cela plutôt plaisant. Avant qu'elle n'ait eu le temps d'accepter une serviette de sa part, le jeune homme avait d'ailleurs posé sa veste sur ses épaules et la jeune femme lui sourit. « Merci », souffla-t-elle, sincèrement touchée par la galanterie dont il faisait preuve. Comment ça ? Les gentlemen n'étaient pas tous morts et on ne l'avait pas mise au courant ? Lorsque le jeune homme la qualifia d'animation dans sa journée, la jeune femme ne put s'empêcher de sourire d'avantage. « J'aurais pensé que vous apprécieriez une journée calme, sans jeune femme excentrique et capricieuse à sauver d'un ascenseur », répondit-elle, en s'empêchant avec difficulté de rire. Non, la jeune femme n'avait aucun problème à se tourner en ridicule, du moment où c'était elle qui contrôlait es choses. Oui, bon, Aurora était une maniaque du contrôle, pour ceux n'ayant pas encore compris. Mais elle assumait parfaitement. Lorsque le jeune homme l'incita à la suivre, elle se contenta de hocher la tête. « Très bien, je vous suis », rétorqua-t-elle en le suivant. Instinctivement elle jeta un coup d’œil autour d'elle et croisa le regard d'un des hommes de la caserne. Gênée, elle resserra la veste du pompier autour d'elle et le suivit, marchant sur ses pas. La jeune femme n'avait aucune idée de ce qu'elle était supposée faire ici, mais ceci n'était en rien ce qu'elle avait prévu. Comme quoi, non, elle ne pouvait pas tout contrôler. Une fois arrivée dans les vestiaires, le jeune homme lui offrit une serviette sèche et elle le remercia une nouvelle fois. Tandis qu'elle se séchait les cheveux, elle ne put s'empêcher de rire à sa remarque. « Vous ne perdez pas le Nord. Enfin je suis heureuse que la vue vous plaise », plaisanta-t-elle. Puis se souvenant qu'il lui avait proposé des vêtements secs, elle entreprit de répondre à sa gentille proposition. « Je ne voudrais pas abuser de votre gentillesse, mais ce serait avec plaisir. Quand bien même la vue vous plaît, les vêtements mouillés ce n'est pas ce qu'il y a de plus agréable à porter », ajouta-t-elle, soudain gênée. La jeune femme passa sa main sur sa nuque. Elle assumait son corps … En général. Mais tandis que Jay la regardait, elle se rendait compte que sa robe était vraiment très transparente et elle avait l'impression que faire quelque chose de mal. D'envoyer un mauvais message. Et elle se sentait curieusement idiote. Le dévisageant cependant, elle lui adressa un sourire. « Désolé de vous décevoir, mais je ne fais jamais rien comme tout le monde. Je me suis dis que ce serait plus sympa de venir vous voir en personne », souffla-t-elle finalement. Non, il était hors de question qu'elle reconnaisse qu'elle avait manqué de courage. Qu'elle avait réfléchi bien trop longtemps. Elle n'allait pas avouer non plus qu'elle avait composé son numéro deux ou trois fois avant de raccrocher. Parce que quand il s'agissait des hommes, Aurora perdait toute son assurance et ressemblait à une collégienne face à ses premiers émois. Mais visiblement la surprise lui faisait plaisir. La jeune femme se contenta d'un sourire pour toute réponse. Après avoir fini de se sécher, elle s'assit face à lui sur le banc, tandis qu'il ouvrait la boîte de gâteaux. « Il fallait bien ça pour entretenir de mannequin », souffla-t-elle en étouffant un gloussement moqueur. Non, elle non plus ne perdait pas le Nord. Face à sa question, elle haussa un sourcil, perdant son sourire. Elle ne savait pas trop si elle devait être honnête ou si elle devait utiliser cette excuse plus longtemps. « Évidemment », souffla-t-elle finalement. Puis après un moment d'hésitation, elle décida de prendre son courage à deux mains. « Enfin peut-être que c'était aussi une excuse pour vous revoir », avoua-t-elle, avec un sourire timide. Mal à l'aise face à cet aveu qui lui donnait l'impression d'être en position de faiblesse, la jeune femme regarda autour d'elle à la recherche d'un sujet pour détourner la conversation. « Alors, que faites vous de vos journées quand elles sont trop calmes ? », demanda-t-elle, plutôt curieuse pour le coup.




LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
http://believeeverydayinyourdreams.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 04/03/2016
›› Commérages : 827
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : julian king morris
›› Schizophrénie : rachel campbell ✻ liv burrows ✻ riley emerson ✻ lissa valentine ✻ ophelia rhodes ✻ mila matthews
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I have no idea what it can be ✻ jaurora ✻ ( Sam 7 Oct - 17:50 )



i have no idea what it can be.
aurora callahan & jay thompson ※ jaurora

“ Yeah, i'm thinking about you right now, and no i can't stop. ” ― unknow

Le pompier voit défiler beaucoup de personne au sein de cette caserne que ça soit des proches, de la famille ou même des victimes qu'ils ont secouru. Autant dire que cette caserne est toujours pleine de vie, on pourrait même croire que c'était un moulin. Lui-même ne compte plus le nombre de fois que Holia, Mia ou encore Olivia lui ont rendu visite ici. Même Lola à l'époque où ils étaient encore amoureux, heureux et mariés. Mais Jay avait été surprit voire totalement bluffé de voir la jolie Aurora faire son entrée dans le lieu de vie des pompiers. Il s'attendait à tout, sauf à elle en l’occurrence. Elle était toujours aussi séduisante bien que totalement trempée. Le pourquoi du comment restait totalement un mystère pour lui. Il ne comprend pas pourquoi également elle tient à se sauver aussi rapidement ... « Eh bien … Non pas que je n'aime pas me tourner en ridicule, mais il semble que je sois un spectacle aussi ridicule que divertissant pour vos hommes. » En même temps si elle n'avait pas mit une robe blanche peut-être que personne ne la regarderait. « Oh ils ne sont pas bien méchants. Croyez moi dans deux minutes, ils auront trouvé un sujet de discussion bien plus divertissant. » Genre une vidéo totalement idiote sur FB, Jay en mettrait sa main à couper et même qu'il aurait une bonne dizaine d'identification d'ici cinq minutes. « Puis vous êtes loin d'être ridicule, même trempée vous avez toujours autant de charme. » Petit sourire de dragueur qui passe bien. Jay aurait pu également dire qu'elle était toujours aussi magnifique même dans cette tenue, mais il avait peur d'en faire trop. D'ailleurs elle est trempée parce qu'elle a oubliée son parapluie ? « J'aurais aimé vous dire qu'il pleut. Quoi que vu ma tenue, ça aurait été une preuve de stupidité. Non, vos hommes étaient en train de laver leurs engins rouges et … disons que j'étais au mauvais endroit au mauvais moment. » D'un côté le pompier est désolé pour la jeune femme. De l'autre, il aurait envie de rire. Mais comprenant que ça pourrait être mal interprété, il préfère se contenter de sourire sans trop abusé. « Ça pour être au mauvais endroit au mauvais moment, vous avez fait fort. » Il était obligé de la taquiner gentiment là-dessus. Au moins la prochaine fois, elle ne traînera pas trop près des camions. « Mais ça serait dommage que vous tombiez malade. » Alors il lui dépose sa veste sur ses épaules. Ce n'est pas grand chose mais ça sera assez pour lui tenir chaud le temps qu'elle se change. « Merci. » Oh mais de rien, tout le plaisir est pour lui, voyons. « J'aurais pensé que vous apprécieriez une journée calme, sans jeune femme excentrique et capricieuse à sauver d'un ascenseur. » Cette remarque le fait sourire de plus belle. « Aussi surprenant que ça puisse être ça ne m'aurait pas dérangé de repasser quelques heures avec une jeune femme excentrique et capricieuse dans un ascenseur. » Il espère qu'elle comprendra que la jeune femme en question c'est elle. Parce que bon ce n'est pas courant qu'il sauve des jeunes femmes avec ce tempérament dans un ascenseur. Aurora par exemple, il en garde un excellent souvenir. Sur ces quelques paroles, il l’entraîne vers les vestiaires. Non il n'y a aucune arrière pensée là-dedans. Quoi que en voyant la transparence sous sa robe, ça pourrait lui donner des idées. Il se surprend lui-même à l'observer longuement. « Vous ne perdez pas le Nord. Enfin je suis heureuse que la vue vous plaise. » Sauf que cela pouvait peut-être la mettre mal à l'aise qu'il la regarde de la sorte. Le pompier se décide à remonter son regard vers le sien à ne plus bouger. « Il faudrait être idiot pour ne pas vous trouvez ravissante, même trempée de la tête aux pieds. » Même si elle ressemble à un chien mouillé, elle sera toujours ravissante. « Je ne voudrais pas abuser de votre gentillesse, mais ce serait avec plaisir. Quand bien même la vue vous plaît, les vêtements mouillés ce n'est pas ce qu'il y a de plus agréable à porter. » La brune marque un point. Le pompier se lève l'abandonne quelques instants avant de revenir avec des vêtements secs. « Je pense que c'est votre taille. Par contre je suis désolé on ne fait pas vraiment dans la mode par ici. » Malheureusement pour elle, elle devra se contenter de ce haut aux couleurs de la ville et à ce pantalon dans les mêmes tons. « Vous pouvez vous changer ici, je vous promet que je tourne la tête et que je ne regarde pas. Mais si vous voulez un peu plus d'intimité, je peux vous conduire ailleurs. » C'est donc à son bon vouloir. Dans les deux cas, c'est promis Jay ne se rincera pas l’œil ! Maintenant qu'elle est là devant ses yeux une question persiste dans son esprit : pourquoi diable ne l'a t'elle pas contacté ? Ils auraient pu échanger quelques messages et Jay aurait même finit par l'inviter à boire un verre. Puis certainement un autre et encore un autre. Elle aurait certainement finit par croire qu'il est alcoolique. « Désolé de vous décevoir, mais je ne fais jamais rien comme tout le monde. Je me suis dis que ce serait plus sympa de venir vous voir en personne. » Une fois encore, elle marque un point. Il ne va pas s'mentir ça lui fait énormément plaisir de la voir ici. « Les visites surprises c'est bien aussi. » Mais peut-être que si elle l'avait prévenue à l'avance, peut-être qu'elle n'aurait pas finit trempée et qu'elle aurait éviter cette catastrophe. Mais Aurora n'est pas venue les mains vides. Elle lui a apportés des gâteaux qui semblent délicieux. Si délicieux, si copieux que Jay se demande comment il va réussir à engloutir tout ça ? Il demandera surement de l'aide aux morfales que sont ses collègues. « Il fallait bien ça pour entretenir de mannequin. » « Vous tenez toujours à avoir un autographe ? » A Aurore sa plus grande fan, qu'il signera de son nom avec des petits coeurs partout. Mais avant ça, il devrait peut-être songé à prendre des photos et faire le mannequin c'est pas tellement sa tasse de thé. Jay est curieux de savoir les raisons de sa venue ici. Juste pour le remercier vraiment ? Juste ça ? « Évidemment. Enfin peut-être que c'était aussi une excuse pour vous revoir. » Ça c'est le genre de réponse qui lui plait. Lui aussi, il avait eut très envie de la revoir. Mais il n'était pas prêt à l'admettre, puis elle avait du le comprendre qu'il était heureux de la voir ? « Alors, que faites vous de vos journées quand elles sont trop calmes ? » Il s'ennuie. L'homme passe sa main derrière sa nuque avant de se lever et de prendre appui contre l'un des casiers. « Pour tout vous avouez, on commence à avoir un bon niveau poker. Je pense qu'on va bientôt rentrer dans la catégorie pro. » Ce n'est pas du tout professionnel, mais à quoi bon mentir ? Ils passent leur temps à jouer aux cartes entre deux interventions. Bon ils s’entraînent également mais ça Aurora doit le savoir. Puis être sérieux ce n'est pas le truc de Jay. Cependant à cet instant, le pompier cherche ses mots. Ses yeux bloquent sur le sol pendant quelques secondes avant de revenir planter son regard dans celui d'Aurora. « Vous faites quelque chose jeudi soir ? » Oui, oui, Jay Thompson est bien en train de proposer un rendez-vous à la séduisante Aurora Callahan. Jay lui aurait bien proposer ce soir, mais s'il lâche les filles il va en entendre parler pendant des jours et des jours. Et maintenant il a l'air d'un petit garçon en train d'attendre un bonbon et notamment ici la réponse de la brune. « Si vous n'aviez rien de prévu, je me disais qu'on pourrait passer la soirée ensemble. » Oui Jay préfère préciser au cas où, elle n'aurait pas comprit ce qu'il vient de lui proposer. Sait-on jamais, elle n'est pas blonde mais on est jamais à l'abris d'un kinder-surprise.


✻ there's a smell of stale fear that's reeking from our skins. the drinking never stops because the drinks absolve our sins, we sit and grow our roots through the floor. but what are we waiting for ? so give me something to believe cause i'm living just to breathe and i need something more, to keep on breathing for so give me something to believe.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 289
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise cutie Coleman
›› Schizophrénie : Devon Oakley (Sebastian Stan) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Shelley Hennig) ✻ Evan Pryce (Patrick J. Adams) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Karla Souza).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I have no idea what it can be ✻ jaurora ✻ ( Dim 8 Oct - 18:30 )


I have no idea what it can be
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?


Aurora Callahan commençait à se demander si c'était une bonne idée de venir ici. Bien entendu, quand la jeune femme avait une idée en tête, elle n'en changeait que très rarement. Et depuis qu'elle avait parlé de Jay slash le pompier canon avec son amie Cecelia, elle s'était mise dans le crâne de venir le voir pour le remercier. Utiliser son numéro de téléphone pour lui envoyer un message ? Trop banale. Surtout que la jeune femme ne savait pas ce qu'elle aurait pu lui écrire. Coucou, c'est Aurora, la jeune femme que vous avez secouru dans l'ascenseur. Je voulais encore vous remercier. Elle se serait sentie bien plus idiote qu'idiote si elle lui avait écrit un message pareil. Non c'était bien trop banale. Mais la jeune femme avait imaginé quelque chose d'autre. Elle avait pensé se faire toute belle, lui faire un joli sourire et discuter avec lui, l'air de rien. Elle aurait bien vu ce que cette conversation donnait et si le courant passait bien entre eux. Au lieu de ça, elle était trempée de la tête au pied, elle ressemblait à un chien mouillé, sa robe ne laissait aucune place à l'imagination tant elle était transparente. Bref, la jeune femme, malgré son assurance habituelle, aurait bien voulu disparaître sous terre. Mais le jeune homme semblait vouloir la retenir. Du moins c'était l'impression qu'il donnait. Et la jeune femme devait bien avouer être étrangement flattée. La jeune femme regarda autour d'elle. S'ils passaient réellement à autre chose dans les deux minutes à venir, ça l'arrangerait. Pour toute réponse, la jeune femme se contenta de sourire, légèrement mal à l'aise. Jay avait raison. Ils n'étaient pas bien méchants. Ils s'intéressaient à elle, mais ce n'était pas vraiment étonnant étant donné la situation. Le compliment du pompier la fit rougir. C'était peut-être idiot, mais elle n'avait pas l'habitude de tant de considération à son égard. Ni de compliments d'ailleurs. « Vous, vous êtes doué pour parler aux femmes. Mais merci, le compliment me va droit au cœur », répondit-elle avec un petit sourire. Un tel compliment aurait pu être considéré comme audacieux. Et justement la jeune femme appréciait on audace. Oh, elle aurait pu croire qu'il avait une idée derrière la tête et que c'était pour cette raison qu'il se comportait ainsi avec elle. Mais quand bien même, la jeune femme aurait toujours trouvé cela flatteur. Après tout, un compliment était toujours bon pour faire du bien à l'ego et le jeune homme savait s'y prendre pour flatter le sien. Le sourire de la jeune femme disparu rapidement cependant. Elle était un peu idiote, dans le fond. Elle aurait mieux fait de contourner les camions de pompier pour entrer dans la caserne, plutôt que de passer entre les deux. L'avouer à voix haute lui donnait l'impression d'être un peu idiote. Mais elle retiendrait la leçon, si elle devait remettre les pieds ici un jour. Pas vexée par son petit sourire, la jeune femme haussa les épaules. « Au moins, c'est rafraîchissant », souffla-t-elle. Et d'ailleurs, heureusement qu'il ne faisait pas froid à l'extérieur, parce qu'elle aurait trouvé ça bien moins drôle sinon. Se détendant légèrement, la jeune femme était plus disposée à plaisanter, quand bien même le sujet de la plaisanterie était elle. « Dans le pire des cas, vous pourriez toujours me rapporter de la soupe », répondit-elle, loin de perdre le Nord. La jeune femme aussi savait faire des sous-entendus quand il le fallait. Mais elle était peut-être moins douée à ce jeu que Jay. Elle aurait bien aimé se montrer pleine d'assurance. Mais d'un autre côté, elle avait peur de s'intéresser trop à lui. Après, que risquait-il d'arriver ? Elle allait encore souffrir, elle en était persuadée. Enfin, elle pensait peut-être un peu trop loin pour l'instant. La preuve que tout n'était pas simple dans le cerveau de la Callahan. Serrant la veste du jeune homme contre elle, elle lui sourit. Il se comportait vraiment comme un parfait gentleman. Le sourire du jeune homme était si joyeux, si communicatif qu'elle avait encore d'avantage envie de sourire elle aussi. C'était elle, la jeune femme dont elle parlait ? Intéressant. « Désolé de vous décevoir, cette personne a préféré éviter les ascenseurs ces derniers temps. Par chance, elle s'est perdue près de cette caserne aujourd'hui », souffla-t-elle avec un petit sourire amusé. La jeune femme pouvait paraître étrange à force de parler d'elle à la troisième personne, mais cette situation l'amusait. Cela dit, être toute mouillée au milieu de tous ces inconnus était dérangeant et elle était bien heureuse que Jay l'entraîne à l'écart dans les vestiaires, loin des regards indiscrets. Ça ressemblait à n'importe quel vestiaire de sale de sport ou de gymnase. Étrangement, la jeune femme aurait pensé que ce serait plus décoré. Enfin bon, c'était un vestiaire quoi. Une nouvelle fois le jeune homme la complimenta et une nouvelle fois elle se mit à rougir. « C'est adorable. Vu les compliments que vous me faites, je devrais peut-être songer à lancer une nouvelle mode, celle de la robe transparente et mouillée », souffla-t-elle. Elle se sentait un peu bête d'apprécier le regard du jeune homme. Elle se sentait bête également de réagir comme une adolescente face à ses compliments. Mais voilà, la jeune femme était plus douée pour engueuler les gens que pour se montrer pleine d'assurance face à un jeune homme plein de charme. Qui lui plaisait qui plus est. Malgré tous les compliments, la jeune femme était plutôt contente de le voir revenir vers elle avec des vêtements secs. « Je ferais avec, merci beaucoup », affirma-t-elle en prenant les vêtements. Du coton. Et en plus, la jeune femme était pratiquement certaine que ça ne lui irait pas au teint. Et que ça fasse sa taille non plus d'ailleurs. Mais elle n'allait pas se montrer capricieuse alors qu'il était si gentil avec elle. « Ça ira. Je vous faits confiance », ajouta-t-elle avec un sourire. La jeune femme ne perdit pas de temps. Dos à dos avec le jeune homme, elle galéra à ouvrir la fermeture de sa robe avant de l'ouvrir. Elle retira sa robe mouillée et se sécha avec la serviette qu'il lui avait donné. Malgré sa nouvelle activité, la jeune femme ne manqua pas de répondre à ses questions. « J'étais sûre que vous seriez ravi de me revoir. Tout le monde à besoin d'une emmerdeuse dans sa vie », affirma-t-elle sur le ton de la plaisanterie. Oui, la jeune femme avait un sale caractère et elle l'assumait parfaitement. Elle n'était pas toujours facile à vivre. Pourtant, quand elle se sentait en confiance, elle pouvait se montrer bien plus gentille. Enfin bref. La jeune femme enfila la tenue que le jeune homme lui avait ramené. C'était un peu trop large, un peu trop difforme et pas du tout sa couleur. Mais au moins, elle n'avait pas froid. Habillée, elle revint face à lui. « Je suis terriblement sexy dans cette tenue, n'est-ce pas ? », demanda-t-elle d'un ton chargé d'ironie. Puis la jeune femme s'installa face à lui, la boîte de gâteaux qu'elle avait ramené entre eux. Vu le regard de petit garçon excité qu'il avait, elle devrait peut-être lui donner l'adresse de la pâtisserie. Enfin bon, il ne fallait pas trop qu'il grossisse non plus, sinon, sa carrière de mannequin allait prendre fin avant même d'avoir commencé. « Évidemment. Avec plein de petits coeurs partout. Ensuite je pourrais vous créer un fan club et faire des posters à votre effigie », déclara-t-elle en mettant sa main sur son cœur, comme une véritable groupie. Bon, elle en rajoutait. N'empêche que vu le visage du jeune homme, elle n'aurait absolument aucun problème à le voir dans l'un de ces magazines qu'elle appréciait de lire quand elle se posait au bord de la plage. Pas jusqu'au point de découper les photos pour les encadrer mais elle aurait apprécié. Curieuse, la jeune femme ne put s'empêcher de poser des questions. « Oh, je ne serais donc pas surprise le jour où je verrais dans les journaux que la caserne de Cap Harbor aura fait fortune dans le poker », répondit-elle. La jeune femme, elle, n'était pas douée avec les cartes. Au contraire, c'était un art qu'elle ne comprenait pas. Ce serait même le meilleur moyen de lui faire perdre tout son argent. Enfin bon, il lui faudrait un certain nombre de parties pour qu'elle perdre tout. Mais il serait sans doute intéressant de jouer au strip poker avec elle, elle serait à poil en un quart d'heure. Enfin bon, là n'était pas la question. En revanche, la question de Jay la surprit tellement que la jeune femme peina à réagir. Certes, si elle était venue ici, c'était pour le revoir. Mais elle ne s'était pas attendue à ce qu'il lui propose de sortir avec elle. Au contraire, elle aurait pensé qu'il l'avait trouvé trop chiante pour l'apprécier. La jeune femme ne put s'empêcher de sourire, flattée par sa proposition. Elle ne se rendit compte qu'elle n'avait pas répondu que lorsqu'elle entendit sa voix s'élever à nouvea. « Je suis navrée, impossible. Le jeudi soir, c'est plateau repas devant Netflix. Je ne pourrais sacrifier cette magnifique soirée pour rien au monde », répondit-elle en secouant la tête, à la négative, d'un air très sérieux. La jeune femme se tut quelques secondes, avant de se mettre à rire. « Non je plaisante. Bien sûr que je voudrais passer la soirée avec vous », souffla-t-elle finalement. Consciente qu'elle venait de reconnaître plus ou moins qu'elle était venue le voir par intéressement, elle se reprit. « Enfin, je veux dire … J'accepte votre invitation », ajouta-t-elle en peinant à garder son sérieux. Son sourire ne voulait plus disparaître de son visage. La jeune femme appréciait la compagnie du pompier, plus qu'elle ne devrait pour un homme qui lui était pratiquement inconnu. « Je vous aimes bien, Jay Thompson », finit-elle par ajouter, sans que son air radieux ne disparaisse de son visage.




LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
http://believeeverydayinyourdreams.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 04/03/2016
›› Commérages : 827
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : julian king morris
›› Schizophrénie : rachel campbell ✻ liv burrows ✻ riley emerson ✻ lissa valentine ✻ ophelia rhodes ✻ mila matthews
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I have no idea what it can be ✻ jaurora ✻ ( Dim 12 Nov - 22:07 )



i have no idea what it can be.
aurora callahan & jay thompson ※ jaurora

“ Yeah, i'm thinking about you right now, and no i can't stop. ” ― unknow

Depuis sa séparation avec Lola, les femmes défilent dans la vie de Jay aussi rapidement qu'un soutien-gorge qui se dégrafe lors d'un bal de promo. Le pompier a tellement eut le cœur brisé, qu'il est persuadé qu'aucune femme ne parviendra à prendre son cœur en otage, à nouveau. Vraiment aucune. Ce n'est pas faute d'avoir essayer, mais Jay arrive à un âge où il n'a plus envie de se prendre la tête. Cela viendra quand ça viendra. Certes sa mère est impatiente de devenir grand-mère et elle espère qu'il ne tardera pas trop, étant donner qu'elle souhaite être une jeune grand-mère. Mais l'amour ça ne se contrôle pas et il ne viendra certainement pas frapper à sa porte, aussi facilement. Ou peut-être que si en réalité. Celui-ci vient peut-être même d’apparaître devant ses yeux, dans sa caserne sans même qu'il ne soit au courant. La belle demoiselle en détresse qu'il avait secouru quelques semaines plus tôt, se trouve devant ses yeux et ce n'est pas pour lui déplaire. Jay se souvient que le courant était bien passé entre eux lors de l'incident, il pensait même avoir une touche mais il a été déçu de ne pas avoir des nouvelles d'elle, Aurora. Mais là voici devant lui trempé de la tête aux pieds. Il est surprit, mais cela reste une surprise des plus agréables. Il ne va pas se mentir à lui-même, elle est plus que séduisante. « Vous, vous êtes doué pour parler aux femmes. Mais merci, le compliment me va droit au cœur. » Il parait qu'il est très doué dans le domaine, même parfois trop. Mais il se passera de le lui faire savoir, il n'est certain qu'elle apprécie de savoir ce genre de détail. « C'était sincère. » C'était vraiment ce qu'il pense et il ne disait pas ça dans le but de la foutre dans son lit, absolument pas. Il n'avait juste pas l'habitude de voir d'aussi jolies femmes au sein de la caserne. Il n'ira pas avouer cela à ses collègues féminines, elles serraient capable de l'émasculer sur le champ. Puis désolé, Jay tient un peu trop à ce qu'il a entre le jambes. Ça pourrait accessoirement lui servir avec Aurora, un jour, un jour. «  Au moins, c'est rafraîchissant. » Tant mieux pour elle alors. Enfin il ne faisait pas chaud chaud dehors. Mais on était pas encore en plein hiver, heureusement. « Quitte à choisir, j'aurais préféré prendre une douche chaude. » Comme Aurora il suppose. C'est bien de prendre ça avec le sourire, mais avec toutes ces conneries, il espère qu'elle n'attrapera pas froid et qu'elle ne tombera pas malade par la suite. « Dans le pire des cas, vous pourriez toujours me rapporter de la soupe. » Pour ça, il faudrait juste qu'elle lui donne son adresse mais l'idée ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd, absolument pas. « Avec grand plaisir. Ce n'est pas ma spécialité, mais je pourrais faire un effort pour vous. » Ou alors il demandera à sa gentille maman de lui en faire une, vu que les siennes sont toujours délicieuses et de l'apporter à Aurora dans un tupperware. Elle n'y verra que du feu #JayLesBonnesIdées. « Désolé de vous décevoir, cette personne a préféré éviter les ascenseurs ces derniers temps. Par chance, elle s'est perdue près de cette caserne aujourd'hui. » Quelle chance pour lui en tout cas. « Les escaliers c'est plus sûr, n'est-ce-pas ? » Puis ça avait le mérite de muscler le fessier en même temps. Jay n'ira pas jusqu'à la mater, pas encore, mais il était certain qu'elle avait un très beau postérieur. « Je suis ravi de savoir que vous avez trouver le chemin pour vous perdre jusqu'ici. » Aurora mettait même un peu de soleil dans sa journée qui était longue, trop longue sans interventions. Il n'allait pas s'en plaindre, mais la brune lui tenait compagnie et il aimait énormément ça. « C'est adorable. Vu les compliments que vous me faites, je devrais peut-être songer à lancer une nouvelle mode, celle de la robe transparente et mouillée. » En même temps, il n'allait pas lui dire qu'elle était moche comme un poux, parce que c'était loin d'être la vérité. Cette robe trempée faisait son effet, ça permettait au jeune homme de mieux observer la brune sous toutes les coutures et la vue était plus que plaisante, il n'allait pas s'en plaindre. Mais se doutant que cela serait assez perturbant, son regard se perdit ailleurs. « Croyez moi, je serais votre premier fan et votre premier client également. » Quoi que, il n'irait pas jusqu'à acheter une robe transparente et mouillé pour lui, ça serait étrange trop étrange. Elle était juste ravissante, point. Et il n'était absolument pas insensible à son charme, mais ça elle devait l'avoir comprit à moins qu'elle soit réellement blonde et que le brun n'est qu'une couleur. Ravissante ou pas, Jay lui proposa de se changer dans une tenue plus adéquate et surtout plus chaude. « Je ferais avec, merci beaucoup. » Très bien, de toute façon elle n'avait pas le choix. Elle est totalement libre de se changer, Jay ne regardera même pas. « Ça ira. Je vous faits confiance. » Vraiment ? Bien qu'ils soient dos à dos et qu'elle ne puisse pas le voir sourire, il ne put s'en empêcher. S'il la connaissait un peu plus, peut-être qu'il aurait eut le cran de se retourner et encore, Jay respecte un minimum la gente féminine.« J'étais sûre que vous seriez ravi de me revoir. Tout le monde à besoin d'une emmerdeuse dans sa vie. » Tout le monde, tout le monde, Jay n'est pas certain. Il en a déjà deux à la maison et il en veut une troisième dans sa vie, il est un peu fou. « Il y a emmerdeuse et emmerdeuse. Vous, vous êtes amusante en plus d'être emmerdante. » Mais également diablement jolie. Et encore, Jay trouvait le terme " d'emmerdeuse " un peu trop fort pour qualifier ce qu'elle était. « Je suis terriblement sexy dans cette tenue, n'est-ce pas ? » Jay se retourne enfin pour lui faire face. « Ça n'a absolument rien à voir avec la robe transparente, mais ça à son charme également. » Lui, en tout cas, il la trouvait toujours aussi mignonne même avec des fringues beaucoup trop amples. Elle n'avait pas perdue son sourire et c'était le plus important. « Évidemment. Avec plein de petits cœurs partout. Ensuite je pourrais vous créer un fan club et faire des posters à votre effigie. » Pourtant il risque de la décevoir, devenir mannequin n'est toujours pas dans ses ambitions. « Une statue aussi tant qu'à faire. » Autant voir plus grand. Il pourrait même donner son nom à une rue dans Cap Harbor. Il était sympa, il en restait au local. Il lui aurait bien avouer avoir déjà un fan club, créer par ses meilleures amies mais il n'avait pas envie qu'elle sente une rivalité là où il n'y en avait pas. Jay voulait garder cette porte ouverte et en aucun cas la fermée. « Mais promis, vous resterez ma fan numéro une. » Désolé, Holia, Mia et Olivia. Aurora est plus jolie. « Oh, je ne serais donc pas surprise le jour où je verrais dans les journaux que la caserne de Cap Harbor aura fait fortune dans le poker. » C'est tout à fait ça. « Vous aimez le poker ? » Elle pourrait peut-être se joindre à eux, un jour ou juste à lui, c'est bien lui aussi. « Enfin n'allait pas croire qu'on ne fait que ça. On passe énormément de temps à s’entraîner, à vérifier les équipements puis à entretenir la caserne. » Et tant d'autre choses qu'il ne jugeait pas nécessaire de faire partager. Ne sachant combien de temps la brune va rester dans cette caserne, Jay n'a pas envie de laisser passer sa chance et n'hésite pas à lui proposer un rendez-vous. Il est peut-être un peu vieux jeu, mais il ne voyait pas comment faire autrement pour la revoir. Il tenait à ce qu'elle comprenne, qu'il était intéresser et qu'elle ne le laissait absolument pas insensible. « Je suis navrée, impossible. Le jeudi soir, c'est plateau repas devant Netflix. Je ne pourrais sacrifier cette magnifique soirée pour rien au monde. » Sérieux ? Jay se fait recaler à cause d'une soirée Netflix ? A cause de cette chaîne de merde ? Non, elle ne peut pas faire ça ... Elle ne peut pas ? Et pourtant elle semble très sérieuse. Jay Thompson vient de se prendre un vent et ça fait mal à sa fierté. S'il allait ouvrir la bouche pour se montrer embarrassé, il voit la brune se mettre à rire. Euh ? Il a fait quelque chose d'amusant ? « Non je plaisante. Bien sûr que je voudrais passer la soirée avec vous. » Elle l'avait fait marcher ? Et bien il n'avait rien vu et il avait foncé droit dans le panneau. Face à cette nouvelle, Jay était à nouveau confiant. Il ne bombait pas le torse comme un paon, mais il était fier à l'intérieur. « Enfin, je veux dire … J'accepte votre invitation. » Il n'en attendait pas moins d'elle et franchement c'était la meilleure nouvelle qu'il avait pu avoir de toute la journée. Il allait bien dormir ce soir en sachant ça. « Vraiment ? Vous êtes sûre que vous allez pouvoir mettre votre soirée Netflix en suspens pour moi ? » Franchement si elle se fait spoiler sur son épisode et bien Jay ne s'en voudra pas une seule seconde. Il a très envie d'apprendre à la connaitre plus qu'à travers un ascenseur, qu'une caserne. Il veut découvrir qui est la véritable Aurora Callahan. « Je connais un endroit vraiment sympa. » Il n'allait pas lui faire la cuisine et l’emmener chez lui, non vraiment pas. Pour quelle tombe nez à nez avec Mia ou Olivia ? Non ce n'était absolument pas jouable. « Enfin vous me faites confiance ? » Qui sait peut-être qu'Aurora n'allait pas aimer le restaurant où Jay voulait l'emmener. Non ils n'iront pas dans un cinq étoiles, ni dans un fast-food qu'elle se rassure. « Je vous aimes bien, Jay Thompson. » Comment dire ? Jay avait du mal à cacher sa gêne, face à de telle parole. Il était flatté et ça lui faisait chaud au cœur également. « Vous allez finir par me faire rougir. » Et Jay n'a pas spécialement envie de finir comme une tomate. « Mais je vous aime bien aussi, Aurora Callahan. » Jay avait réussit à se souvenir de son nom de famille comme par magie. Il faudrait d'ailleurs qu'il cherche son profil sur FB, ça serait une bonne occasion quand elle sera partie. « Vous aviez quelque chose de prévu aujourd'hui ? Ou je peux encore user de votre présence ? » Autant de temps qu'il pourra. « Je vous préviens juste qu'il est possible que je vous abandonne en cours de route, sait-on jamais si on m'appelle pour sauver une autre demoiselle en détresse coincé dans un ascenseur. » Bien qu'il finissait sa garde dans quelques heures, il était certain que cette sirène allait retenir à un moment ou un autre. « Moins jolie que vous, ça va de soi. » Jay ne voulait pas qu'il y est mégarde et qu'elle pense qu'il drague tout ce qui bouge. Bon ce n'est pas faux, mais il ne ferait pas ça alors qu'il venait de proposer un rendez-vous à la belle. « Mais ne vous étonnez pas si je pars en quatrième vitesse, ça ne sera pas pour vous fuir, bien au contraire, ça sera plus une plaie de vous quittez. » Il appréciait énormément sa présence et son beau sourire, qu'il serait malheureux de devoir la quitter subitement. « Je pense, il va me falloir votre numéro de téléphone. Soit pour que je passe vous cherchez jeudi soir ou pour que je vous communique l'adresse du restaurant. » Sinon ça risque d'être difficile d'être ensemble jeudi soir. Puis ça lui donnait une occasion de récupérer son numéro de téléphone. Il ne perd jamais le nord, le garçon, jamais ! « C'est comme vous préférez d'ailleurs. » Jay s'adaptera selon sa réponse. Et il est déjà impatient d'être à jeudi soir.


✻ there's a smell of stale fear that's reeking from our skins. the drinking never stops because the drinks absolve our sins, we sit and grow our roots through the floor. but what are we waiting for ? so give me something to believe cause i'm living just to breathe and i need something more, to keep on breathing for so give me something to believe.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 289
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise cutie Coleman
›› Schizophrénie : Devon Oakley (Sebastian Stan) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Shelley Hennig) ✻ Evan Pryce (Patrick J. Adams) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Karla Souza).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I have no idea what it can be ✻ jaurora ✻ ( Ven 24 Nov - 17:07 )


I have no idea what it can be
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?


Dire qu'Aurora n'était pas très douée dans les relations amoureuses était un doux euphémisme. La jeune femme ne savait pas comment faire. Elle ne savait pas ce que c'était qu'avoir une relation sérieuse. Enfin, elle ne savait plus. Aurora avait tenté, elle avait essayé, son frère avait toujours tout gâché. La jeune femme était curieuse de savoir ce que c'était que de vivre en couple. Elle ne savait pas ce que c'était que de sentir son cœur battre à tout rompre quand l'être aimé était proche, elle ne savait pas ce que c'était que de sourire chaque matin en se réveillant dans les bras d'un homme qu'elle chérissait. Elle aurait voulu savoir. Elle aurait voulu connaître ce genre d'amour qu'on ne voyait que dans les films. Elle aurait voulu être l'héroïne de sa propre histoire d'amour. Mais la jeune femme avait toujours été très malheureuse en amour. C'était quelque chose qu'on ne pouvait pas acheter, c'était peut-être pour cela. Mais la jeune femme avait envie de se sentir aimée et d'aimer en retour. Elle ne pensait même pas encore à avoir une famille, elle ne pensait pas à devenir un jour maman – dieu merci – parce qu'elle ne savait même pas ce que c'était qu'un amour sincère. C'était bien triste. Et c'était surtout la preuve que ce n'était pas l'argent qui achetait le bonheur. Aurora avait toujours été pleine d'espoir, mais elle approchait de la trentaine et elle commençait à se dire que le bonheur ne viendrait jamais. On ne pouvait pas tout avoir dans la vie, elle avait l'argent, peut-être qu'elle n'aurait jamais l'amour. Car dans son fort intérieur, la jeune femme était devenue si pessimiste qu'elle ne pouvait s'imaginer que peut-être le futur homme de sa vie se trouvait déjà face à elle. Pourtant, Jay Thompson ne la laissait pas indifférente. Un simple compliment de sa part et la jeune femme se mettait à rougir comme une adolescente. Elle n'avait pas vraiment l'habitude qu'on face attention à elle. Au final, à force d'accepter qu'on la traite comme une plante verte, elle avait fini par en devenir une, d'une certaine façon. Flattée, la jeune femme préféra ne rien répondre, de peur de trahir ce qu'elle ressentait à cet instant, bien que ses joues à elles seules devaient la trahir plus que ses paroles. La jeune femme finit par sourire, amusée. « C'est vrai qu'à choisir, j'aurais sans doute choisi la douche chaude aussi », affirma-t-elle. Elle n'aurait même pas dit non à l'idée de prendre cette douche chaude avec lui. Mais ça, la jeune femme se garda bien de le lui avouer. La jeune femme n'était pas du genre à faire des commentaires salaces. Pas tant qu'elle n'était pas parfaitement à l'aise, tout du moins. Après, elle se lâchait. Ou quand l'alcool lui montait à la tête, d'ailleurs. Mais là, il n'était pas question d'alcool mais de soupe. Parce qu'elle allait finir par tomber malade, avec ce froid. « Je suis plutôt gourmande, toute forme de nourriture serait la bienvenue », souffla-t-elle en souriant. Ça ne se voyait pas forcément à l'épaisseur de sa taille, mais la jeune femme adorait manger. L'avantage, c'est qu'elle passait beaucoup de temps à faire du shopping, donc à marcher, alors elle réussissait à garder la ligne. Bref, tout ça pour dire que Jay pourrait venir lui ramener n'importe qu'elle forme de nourriture pour jouer les infirmiers, ça lui allait parfaitement. « En plus d'être plus sûrs, les escaliers c'est très bon pour les fessiers », répondit-elle avec un clin d’œil. Non pas qu'elle en avait besoin. Mais par exemple, elle ne dirait pas non pour monter les escaliers derrière Jay. Non, la jeune femme ne perdait pas le nord. Jamais. « Eh bien, si vous êtes content, j'en suis ravie », ajouta-t-elle. Trop de flatterie pour la jeune femme, elle n'était pas habituée. Mais elle était surtout heureuse de voir qu'elle avait bien choisi son moment. Apparemment, Jay avait du temps à lui accorder et c'était une bonne chose. La jeune femme était du genre à bien trop se prendre la tête, pendant un rencard. Elle préférait tout ce qui était moins formel. Peut-être qu'au moins, il la trouverait moins bizarre la prochaine fois. Si prochaine fois il y avait. La jeune femme ne put s'empêcher de rire à sa remarque. Il était drôle ou bien elle était complètement idiote à rire comme une imbécile aux blagues de l'homme qui lui plaisait ? Allez savoir. Toujours était-il qu'il la faisait rire. « Vous comptez porter une robe transparente et mouillée ? », demanda-t-elle, moqueuse. Elle n'était pas certaine que les robes c'était vraiment pour lui. Par contre, un t-shirt blanc, moulant et mouillé, elle était sûre que ça lui irait bien. « Toujours est-il que je serais votre plus grande fan, vous le mien … Si c'est pas mignon tout ça », ajouta-t-elle, amusée. Elle n'avait pas oublié qu'il devait devenir mannequin et qu'elle devait acheter tous ses magazines. Des magazines qu'il devait dédicacer, d'ailleurs. Toujours était-il que la plaisanterie avait assez duré et que la jeune femme, qui avait froid, accepta les habits qu'il lui proposait pour se changer. C'était affreux, mais elle ferait avec, elle n'allait quand même pas jouer sa diva maintenant. Elle en profita donc pour se changer, à l’abri – elle l'espérait – des regards indiscrets. « Au moins j'ai le mérite d'être amusante », répondit-elle en ricanant. A vrai dire, Aurora était plus souvent rigolote qu'hautaine et méchante. Mais elle avait rencontré Jay dans un mauvais jour. Surtout dans de mauvaises circonstances. Mais peu importe, puisque pour l'instant, elle n'avait aucune raison d'être désagréable et elle se plaisait bien à discuter avec ce jeune homme. Prête, Aurora tenta d'ailleurs l'auto-dérision. « J'ai toujours su que c'était ma couleur », dit-elle en désignant le t-shirt qu'elle portait. Comment est-ce que les gens faisaient pour porter du coton ? La jeune femme se le demandait bien. C'était désagréable. Elle aurait presque préféré se promener sans vêtement qu'avec cette chose informe. Mais au moins, elle avait chaud, maintenant. « Ah, monsieur est exigeant en plus, il désire carrément une statue », rétorqua-t-elle, en feignant d'être totalement outrée. A vrai dire, il l'amusait beaucoup. Elle se doutait bien que ce n'était pas réellement de l'arrogance. Ou alors, elle le jugeait très mal. « Ça veut dire qu'il y a d'autres fans », le taquina-t-elle. Ca paraissait logique, en même temps. Un bel homme comme lui devait avoir son fan club depuis longtemps, il n'allait pas attendre qu'elle arrive. Mais l'idée d'être la numéro une aussi rapidement l'amusait beaucoup. D'ailleurs Jay l'amusait beaucoup. Sans trop d'efforts, naturellement. « A vrai dire, je ne sais pas jouer », répondit-elle. Elle n'avait jamais apprit à jouer aux cartes. Son père trouvait ça vulgaire. Mais elle savait jouer au golf, si jamais ça l'intéressait. « Oh je n'en doute pas. Et à vous arrêter prendre des sandwichs en chemin aussi j'imagine », la taquina-t-elle. Ça, c'était une boutade gratuite, petite piqûre de rappel à leur première rencontre. Maintenant que la jeune femme était plus détendue et qu'elle n'avait plus la sensation d'être totalement ridicule, elle se laissait aller. Elle se sentait étrangement bien avec le jeune pompier. Si bien que la jeune femme se laissait même à faire de l'humour elle aussi. Un rendez-vous avec lui ? Elle ne pouvait pas elle avait aquaponey soirée Netflix. Qui aurait pu le croire ? Bon, certes, le jeudi, c'était la sortie du dernier épisode de Riverdale, mais ce n'était pas comme si elle n'allait pas trouver un autre moment dans la journée pour voir l'épisode. La jeune femme ne put cependant s'empêcher de franchement se moquer en voyant la tête qu'il faisait à cause de son refus. « J'aurais donné très cher pour pouvoir filmer votre réaction là, tout de suite », le taquina-t-elle. Elle se retint de lui mettre un petit coup dans l'épaule, mais l'idée était là. C'était beaucoup trop tentant de le charrier. Qui a dit qu'Aurora Callahan n'était pas drôle ? Toutefois, ne souhaitant pas laisser passer sa chance, la jeune femme finit par accepter, un grand sourire illuminant son visage. Elle avait un rencard. Ce n'était pas arrivé depuis … beaucoup trop longtemps. « Ah, on va dire que c'est un sacrifice que je suis prête à faire », répondit-elle avec un moue amusée. Elle était même très heureuse de faire ce sacrifice. Elle se réjouissait d'avance de la soirée qu'ils allaient passer ensemble. D'ailleurs, le jeune homme avait un endroit à proposer. Elle lui faisait confiance ? On allait dire que oui. « Je vous fais confiance », confirma-t-elle. Du moment où il ne la traînait pas dans un fast-food, ça lui irait très bien. Maintenant qu'elle avait accepté de sortir avec lui, Aurora était radieuse. Pourtant, elle savait très bien qu'avant le jour J, elle serait nerveuse au possible et qu'elle stresserait pour rien. Et que comme maintenant, elle parlerait sans réfléchir. Elle venait vraiment de lui dire qu'elle l'aimait bien ? Apparemment, oui. Mais vu sa réaction, la jeune femme était contente de le lui avoir dit quand même. « Je suis sûre que vous seriez trop mignon avec vos joues toutes rouges », répondit-elle. Et il serait perdrait sans doute toute sa crédibilité de mâle viril aussi, mais ça, Aurora se garda bien de le préciser. Pour la première fois depuis longtemps, elle se sentait bien en compagnie d'un homme, elle ne voulait pas le vexer. La jeune femme lui adressa un sourire ravi. Lui aussi l'aimait bien. C'était bon à savoir. En vérité, elle aurait été totalement aveugle si elle ne s'était pas rendue compte qu'il se montrait intéressé. Mais l'entendre lui dire qu'il l'aimait bien, c'était bien plus que flatteur. Elle n'avait pas envie de rentrer chez elle. Elle se sentait dans une petite bulle et elle avait peur qu'elle se rompe si elle retournait à sa petite vie tranquille. « Absolument pas. Vous pouvez abuser de mon temps encore autant que vous voudrez », souffla-t-elle. Enfin, jusqu'à ce qu'il doive partir en mission ou elle ne savait quoi. Il avait un travail à responsabilité. C'était quelque chose qu'elle respectait. « Je serais très déçue si cette demoiselle en détresse vous plaisait plus que moi », répondit-elle en levant les yeux au ciel. Non, elle n'était pas sérieuse. Quoi que … Elle serait vraiment déçue à vrai dire s'il rencontrait quelqu'un et qu'elle finissait aux oubliettes. Elle commençait à vraiment l'apprécier. Elle savait que c'était dangereux de s'engager sur cette pente glissante, mais elle était prête à lui donner une chance. Et si elle finissait encore blessée, elle adopterait un deuxième chien et elle n'ouvrirait plus jamais son cœur à personne, voilà. « Ne vous en faites pas, je comprendrais si vous deviez partir. Vous faites un travail important », ajouta-t-elle. Elle se demandait même comment c'était possible de supporter une telle dose de stress tous les jours. Enfin, le jeune homme devait être habitué, à force. Il avait prouvé, lors de leur passage dans l'ascenseur, qu'il savait avoir la tête froide. « Oh, bien sûr », affirma-t-elle. C'était vrai que puisqu'elle s'était fait désirée, il n'avait toujours pas son numéro de téléphone. La jeune femme le chercha donc dans son sac et composa le numéro du jeune homme, qu'elle avait enregistré dans son téléphone. « Voilà, maintenant vous avez mon numéro », indiqua-t-elle avec un sourire. « Vous voyez, j'avais gardé le vôtre », ajouta-t-elle. Elle aurait d'ailleurs pu s'en servir, ça aurait été pratique. Mais la jeune femme avait toujours peur de se rendre ridicule. Qu'est-ce qu'elle lui aurait écrit ? Ou qu'est-ce qu'elle lui aurait dit ? Bon, au final, elle s'était rendue encore plus ridicule en venant le voir, puisqu'elle avait finit trempée, mais ça lui donnait l'occasion de le voir. « Et je serais ravie que vous passiez me chercher », ajouta-t-elle en souriant. Déjà parce qu'elle aimait l'idée qu'il le propose, comme un gentleman. Et puis, son chauffeur pourrait prendre sa soirée et la passer avec sa famille, ce qui était aussi une bonne chose. « Alors, dites moi Jay Thompson, que faites vous de votre temps libre, quand vous n'êtes pas ici ? », demanda-t-elle, plutôt curieuse. Elle avait envie de tout savoir sur lui. Elle n'avait pas tant envie d'attendre jeudi pour apprendre à le connaître, quand bien même elle se réjouissait déjà à l'idée de le retrouver.




LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
http://believeeverydayinyourdreams.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 04/03/2016
›› Commérages : 827
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : julian king morris
›› Schizophrénie : rachel campbell ✻ liv burrows ✻ riley emerson ✻ lissa valentine ✻ ophelia rhodes ✻ mila matthews
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I have no idea what it can be ✻ jaurora ✻ ( Jeu 4 Jan - 17:38 )



i have no idea what it can be.
aurora callahan & jay thompson ※ jaurora

“ Yeah, i'm thinking about you right now, and no i can't stop. ” ― unknow

Depuis son divorce avec Lola, voire même depuis leur séparation, Jay n'a jamais chercher à se poser avec une femme. Il a certainement été trop déçu de s'être autant investit dans une relation pour au final avoir été trahi aussi lâchement et salement. Quand sera t'il prêt à se remettre en selle ? Lui-même l'ignore. Et à vrai dire, il ignore même s'il sera encore capable de faire confiance à une nouvelle femme, à la laisser pénétrer et s'installer dans sa vie. Le pompier a toutefois espoir qu'un jour, l'amour frappe à nouveau à sa porte. Peut-être pas autant d'espoir que sa mère, ni que son meilleur ami, mais il y croit quand même, qu'un jour il puisse à nouveau tomber amoureux, aimer et être aimer en retour. Mais à l'heure actuelle, il ne peut toujours pas prétendre qu'il y a une nouvelle Madame Thompson dans son entourage. Certes il sort, flirte avec quelques demoiselles mais rien ne semble assez sérieux pour construire quelque chose. Ou avec les années, Jay devient trop compliqué ce qui est totalement possible aussi. L'âge ne l'arrange pas. Il va finir vieux, aigri et tout seul dans son coin si ça continue. Que dire d'Aurora Callahan ? Cette brune est plus que séduisante, elle est loin de le laisser totalement indifférent et il ne s'en cache absolument pas. Si elle n'a toujours pas comprit qu'elle lui plait, c'est que vraiment elle n'a pas la lumière à tous les étages. En réalité après cet incident dans cet ascenseur, Jay ne pensait jamais la revoir, étant donner qu'elle ne l'avait pas contacter alors qu'elle était en possession de son numéro de téléphone. Mais Aurora semble pleine de ressources et surtout de surprise. Alors la voir dans sa caserne, ça le surprend à la fois mais ça l'arrange également. Il était en manque de ce beau visage, de ses traits fins mais surtout de son humour à la Callahan de même que sa répartie. Mais qui sait ? Aurora Callahan sera peut-être la future Madame Thompson. Mais en cet instant, Jay ne l'imagine pas de la sorte. Il est juste curieux d'apprendre à la connaitre plus amplement avant de tenter quoi que se soit. Enfin il aurait aimer apprendre à la connaitre personnellement avant de faire connaissance avec ses formes parfaitement moulés dans cette robe blanche devenue transparente à cause de l'eau. La vue est plaisante, il ne va pas s'en privé, il serait même curieux de découvrir ce qu'il se cache réellement sous ses vêtements, mais c'est peut-être un peu déplacer de la fixer de la sorte. « C'est vrai qu'à choisir, j'aurais sans doute choisi la douche chaude aussi. » Même qu'ils auraient pu la prendre ensemble. Mais Jay va vite chasser cette idée de sa tête, sinon ça risque de lui donner des envies. Puis une Aurora trempée = une Aurora malade, ce qui va pousser Jay à devenir infirmier personnel et à lui apporter de la soupe. La soupe de sa maman, ça va de soit. « Je suis plutôt gourmande, toute forme de nourriture serait la bienvenue. » Jay ne l'aurait pas cru. Il était persuadé que c'était le genre de femme à être compliquée avec la nourriture. Mais si elle est gourmande, c'est un détail qu'il va tenter de ne pas oublier. « Je prend note pour la prochaine fois que vous tombez malade. » Il ne lui apportera donc pas uniquement de la soupe. Il se prendra pour le dessert également. « En plus d'être plus sûrs, les escaliers c'est très bon pour les fessiers. » Il rejoint totalement son avis. « Je n'aurais pas dis mieux. » Ça muscle les fesses et ça c'est une vue dont Jay n'est jamais contre. « Dois-je supposer que vous muscler vos fessiers depuis notre incident ? » Aurora avait peut-être un postérieur plus rond depuis la dernière fois qu'ils s'étaient vus. Il fallait que le jeune pompier enquête pour avoir le fin mot de cette histoire. « Vous comptez porter une robe transparente et mouillée ? » Euh ... « Ce n'est pas totalement ce que j'avais en tête, mais si vous y tenez, ça peut être amusant. » Il serait surtout extrêmement ridicule. « Sauf que si je met votre robe, je pense que vous n'aurez plus jamais l'occasion de la porter. » Vu la façon dont Jay allait la détendre et ça serait dommage qu'il en arrive là, étant donner qu'il tenait à revoir Aurora dans cette robe sèche. « Toujours est-il que je serais votre plus grande fan, vous le mien … Si c'est pas mignon tout ça. » Ils sont fait pour être ensemble, voilà tout. « Les grands esprits se rencontrent. » Et ils s’assemblent. Jay aurait pu parler encore longtemps de cette carrière imaginaire de mannequin, mais à la place, il juge nécessaire de donner des vêtements secs à la jeune héritière afin qu'elle ne tombe pas malade. « J'ai toujours su que c'était ma couleur. » « Ça va par-fai-te-ment avec votre teint. » A vrai dire, Jay n'a jamais rien comprit à cette histoire de teint et de couleur, tout ce qu'il note actuellement c'est qu'Aurora porte des vêtements trop grand pour elle et le charme de la robe à totalement disparu à son grand désespoir. « Je suis certain que vous allez trouver une place pour eux dans votre armoire. » Même que ça sera sa pièce fétiche dans son dressing. Jay se moque, il le vit bien. Mais vraiment, Aurora est mignonne et ça doit s'voir qu'elle lui plait vu le sourire idiot qu'il traîne sur ses lèvres depuis plusieurs minutes. « Ah, monsieur est exigeant en plus, il désire carrément une statue. » Bah oui ! Il fait son Devon aussi. « Quoi que les statues ne sont pas toujours assez représentative du charisme de ses modèles. Je vais rester sur le fan-club, c'est une valeur sûre. » Puis, il en possède déjà un. Le " we love jay " créer par Holia et Mia. Pas sûr qu'Aurora décide de devenir membre de celui-ci, mais sait-on jamais dans les années à venir. « Ça veut dire qu'il y a d'autres fans. » Oui, sauf qu'il est un peu trop gêné pour admettre avoir d'autres femmes dans sa vie ... « Pour tout vous dire, votre plus grande rivale doit faire cette taille ... et elle n'a pas plus de six ans. » Jay mine même la taille que doit faire Elena, sa nièce. « Enfin qu'il n'y est pas mégarde, ce n'est pas ma fille, juste ma nièce. » Bon certes ça n'aurait pas déranger Jay d'être père à son âge, sauf que l'occasion ne s'est jamais présenter et plus le temps passe, plus il regrette de ne pas être encore père. Quand il voit James, son meilleur ami avec ses enfants, ça le fait rêver. Mais devenir parent ce n'est pas encore à l'ordre du jour. « A vrai dire, je ne sais pas jouer. » Pardon ? Elle ne sait pas jouer au poker ? « Vraiment ? » Oui, le pompier est surprit. « Eh bien, je me dévoue pour vous apprendre personnellement les règles du poker. » Si c'est pas mignon. « Si vous avez envie, vous pouvez venir participer à la prochaine soirée poker. » C'était une invitation comme une autre. Jay n'était pas sûr qu'elle allait accepter, mais sait-on jamais si la curiosité pouvait la toucher. « Oh je n'en doute pas. Et à vous arrêter prendre des sandwichs en chemin aussi j'imagine. » Meh ! Cette brune a de la répartit et ça le fait toujours autant sourire. « Très important le sandwich, voyons. » Ça donne des forces. Puis Jay se sent pousser des ailes et n'hésite pas à proposer à la Callahan un rendez-vous, jeudi soir en sa compagnie. Sauf ... Qu'elle brise son petit coeur en mille morceaux en refusant son invitation à cause d'une stupide soirée Netflix. Okay, il va faire un procès à Netflix. Et c'est l'excuse la plus pourrie qu'on ne lui a jamais sortit ! Mais quand il la voit rire, il ne comprend pas trop ... Il ne réalise que quelques secondes après que c'était une blague de sa part. Bah sa blague, elle était nulle. « J'aurais donné très cher pour pouvoir filmer votre réaction là, tout de suite. » Lui aussi, parce que celle là on ne lui avait jamais faite. « Vous êtes très vile, Aurora. » Trop pour son petit cœur. Mais chance pour lui, finalement elle accepte son rendez-vous. Et c'est là qu'il se dit qu'il est peut-être trop vieux jeu. « Ah, on va dire que c'est un sacrifice que je suis prête à faire. » « C'est trop d'honneur vraiment, je suis touché. » Il pose même sa main sur sa poitrine pour accentuer ses paroles. Franchement si on lui avait dit non à cause d'une soirée Netflix, il l'aurait très mal prit. Il aurait même annuler son abonnement à la chaîne. Bon Aurora a accepté c'est le principal et elle lui fait même confiance concernant le restaurant. Parfait ! Il sait déjà où il va l'amener, il faudra juste qu'il pense à réserver quand elle aura quitter la caserne. Et voilà qu'elle lui annonce qu'elle l'aime bien. A force, Jay va finir rouge comme une tomate. « Je suis sûre que vous seriez trop mignon avec vos joues toutes rouges. » Certainement. Sauf que sa virilité en prendrait un coup et il n'est pas d'accord sur ce point. « Je n'en serais pas aussi certain que vous. » Vraiment pas. Bon il serait mignon parce que Jay est toujours mignon, mais quand même, il y a des limites à ne pas franchir. Si parfois, Jay serait presque en train de prier pour qu'une intervention lui tombe dans les mains, là, il n'a qu'une envie : profiter du temps avec Aurora. Et il était plus que ravi de savoir que ce n'était pas prévu qu'elle disparaisse dans les minutes à venir. « Je serais très déçue si cette demoiselle en détresse vous plaisait plus que moi. » Mademoiselle serait-elle jalouse ? « Vous avez placer la barre très haute, ça va être très dur de trouver une femme aussi séduisante. » Si Jay avait proposé un rencard à la Callahan ce n'était pas pour aller se taper une autre femme derrière. Et ce qu'il disait, il le pensait. Elle était vraiment séduisante même dans cette tenue qui ne la mettait pas à son avantage. Lui, il était conquit. Malheureusement si un appel venait à retentir, il devrait quitter la belle à son grand regret, ce qu'elle semblait comprendre très bien. Jay ne perdait pas le nord, il avait besoin du numéro de la brune avant cette soirée qu'ils avaient prévus ensemble. Question pratique, c'est du moins ce qu'il essayait de faire croire. « Oh, bien sûr. » Enfin ! Quelques secondes plus tard, il sentait son téléphone se mettre à vibrer affichant un numéro qu'il ne connaissait pas, soit celui de la brune face à lui. «  Voilà, maintenant vous avez mon numéro. Vous voyez, j'avais gardé le vôtre. » Tant mieux, ça lui fait du bien de savoir ça. Il est ravi, vraiment. Il profite de l'instant pour enregistrer le numéro et le ranger dans sa poche, à sa place initiale. « Et maintenant j'ai le vôtre. » Il est possible que ce soir ou demain, elle reçoit un message de sa part. Il ne sait pas encore ce qu'il pourrait lui dire, mais il y a de grande chance que ça arrive. « Et je serais ravie que vous passiez me chercher. » « Parfait, ça marche. » Il espère juste qu'elle ne va pas le faire attendre 107 ans, parce qu'une femme qui se prépare ça met toujours trop de temps à son goût. « Alors, dites moi Jay Thompson, que faites vous de votre temps libre, quand vous n'êtes pas ici ? » Du Pole-dance, notamment ce soir, mais cette information il va la garder pour lui et uniquement pour lui. « Du sport, beaucoup de sport, j'en pratique autant que j'en regarde. » Il ignore totalement si Aurora était une grande sportive, mais si elle soutenait les Lakers, il pourrait l'épouser sur le champ. « Je voyage aussi. L'année dernière je suis allée deux fois rendre visite à ma famille en France, cette année c'est l'Afrique du Sud. » Cette année il va être égoïste et il n'ira pas voir ses proches, ils n'auront à venir à Cap Harbor. « Vous avez déjà visiter autre chose que les Etats-Unis ? » Elle peut très bien ne jamais avoir bougé de Cap Harbor, il est juste curieux de savoir où la belle Aurora est allée. Cela lui donnera peut-être des idées pour ses proches vacances. « Puis après le blabla habituel, je vais voir mes parents, mes amis ... » Soit rien de bien exceptionnel. « Et je suis curieux de savoir ce que Aurora Callahan fait de son temps libre. » Il est surtout très curieux de connaitre ses activités favorites. Peut-être ont-ils plus de points communs qu'il ne peut le croire ? Ou alors sont-ils totalement opposé ?


✻ there's a smell of stale fear that's reeking from our skins. the drinking never stops because the drinks absolve our sins, we sit and grow our roots through the floor. but what are we waiting for ? so give me something to believe cause i'm living just to breathe and i need something more, to keep on breathing for so give me something to believe.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 27/04/2017
›› Commérages : 289
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jenna-Louise cutie Coleman
›› Schizophrénie : Devon Oakley (Sebastian Stan) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Shelley Hennig) ✻ Evan Pryce (Patrick J. Adams) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Karla Souza).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I have no idea what it can be ✻ jaurora ✻ ( Dim 14 Jan - 15:03 )


I have no idea what it can be
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?


Aurora était plutôt surprise de ce moment passé avec Jay Thompson. En règle générale, la jeune femme dressait une barrière invisible entre elle et les hommes. Il y en avait, rares, qui parvenaient à captiver son attention, par des discours intéressants et un charisme évident. Mais jamais des hommes comme Jay. Généralement, elle ne regardait pas les hommes aussi sexy. Pour elle, c'était forcément synonyme de danger. Ces hommes étaient tous des briseurs de cœur. Mais à chaque minute que l'héritière passait en compagnie du jeune homme, elle changeait d'avis. Quand bien même la conversation avait été débutée de manière pur le moins incongrue, elle prenait plaisir à passer du temps en sa compagnie. La douche froide, ce n'était pas franchement sa tasse de thé et la belle brune n'aurait pas dit non à une douche chaude pour se réchauffer. Ou à des bras musclés et masculins pour l'enserrer. Ou les deux d'ailleurs, elle n'aurait pas dit non non plus. Mais ce n'était peut-être pas le bon moment pour en parler avec Jay. Elle n'avait pas envie de passer pour une obsédée déjà. Et puis, elle aimait bien se faire désirer. Puis si le jeune homme était gentiment disposé à lui offrir à manger et à jouer les gardes malades, elle voulait bien prendre froid, sans le moindre problème. Un pompier sexy pour infirmier, personne ne pouvait dire non. « Si vous vous proposez si gentiment, je crois que je vais me faire un plaisir de tomber malade », souffla-t-elle. Et pourtant, en véritable drama queen, la jeune femme était insupportable quand elle était malade. Comme Cindy. Elle ne supportait pas de transpirer, elle ne supportait pas de tousser. Et puis surtout, elle avait constamment l'impression de mourir. Même pour un rhume elle était parfaitement capable d'appeler le notaire pour modifier son testament. Mais bon, si Jay venait prendre soin d'elle, elle ferait un effort. Mais en attendant d'être malade, la jeune femme utilisait les escaliers pour muscler ses fessiers. Non pas qu'elle en avait besoin, mais se maintenir en forme, c'était important. « Je muscle souvent mes fessiers. Je ne voudrais pas priver ces messieurs d'une jolie vue », répondit-elle avec un clin d’œil et un petit sourire amusé. Oui, la jeune femme lui lançait des petites perches. Ce n'était pas sans raison. La jeune femme se montrait ouverte, sans en faire trop. Mais elle n'avait pas envie de se montrer timide et réservée. Elle avait envie de faire comprendre à Jay que oui, elle était intéressée. « Tant mieux. Ce n'est pas ce que j'avais en tête non plus. Par contre ça ne me déplairait pas de vous voir dans une chemise trempée », souffla-t-elle, amusée. Ou carrément sans chemise en fait. Quelque chose lui disait qu'il devait être très canon sans chemise. Il était pompier et sans doute aussi sportif. Ça devait être beau à voir là dessous. « Non, finalement, je vais garder ma robe pour moi », concéda-t-elle. Parce que vu la largeur de ses épaules, il n'allait pas seulement détendre sa robe, il risquait même de lui arracher les coutures. Il était bien mignon, mais elle le préférait en version masculine, inutile donc de se travestir. D'autant plus qu'Aurora était fan de lui. Et lui d'elle. Ils étaient fait pour être ensemble, même s'ils ne le savaient pas encore. « Je n'aurais pas mieux dit », répondit-elle avec un sourire. D'ailleurs, ils ne se connaissaient pas depuis longtemps mais il était évident que le courant passait bien entre eux. Cela lui faisait plaisir. Ça aurait aussi pu l'effrayer. Elle avait du mal à nouer des liens avec les hommes, elle prenait bien souvent peur. Mais pour une fois, elle se laissait aller. Au point d'accepter d'être vue dans des vêtements qui n'allaient ni à son teint, ni à sa silhouette au passage. « A partir de maintenant je ne m'achète plus que des vêtements ressemblant ! », s'exclama-t-elle avec un sourire amusé. Plutôt mourir à vrai dire. Le coton, ce n'était pas fait pour sa peau sensible. Et puis, la couleur ravivait son teint pâle. Mais bon, au moins elle était au sec et elle avait une très bonne excuse pour passer un peu de temps avec le jeune pompier. Elle voyait mal ce qu'elle pouvait demander de plus. D'autant plus que le jeune homme semblait afficher le même sourire idiot qu'elle, ce qui était bon signe, selon elle. « Et sinon, ça va les chevilles ? », demanda-t-elle. Oui, c'était elle qui osait dire ça. Alors qu'elle s'auto-qualifiait souvent d'Audrey Hepburn des temps modernes. Mais justement, un ego surdimensionné dans un couple c'était suffisant. « Mais vous avez raison, je pense qu'aucune statue ne pourra immortaliser votre beau sourire. Autant se contenter du fan club », ajouta-t-elle. Au moins, elle pourrait faire des badges et des écharpes. Peut-être même des posters et des t-shirts. Alors qu'une statue … Jay allait finir avec la même tête déformée que la statue de Ronaldo, il n'allait rien comprendre à sa vie. La jeune femme le regarda, perplexe. « Oh », souffla-t-elle. Elle n'était pas prête à être belle-mère. A moins qu'elle n'avait rien comprit ? En fait, il était père et marié. Jusqu'à ce qu'il s'explique et qu'elle ne se détende enfin. « Oh, vous avez une nièce ? C'est adorable. Comment elle s'appelle ? », demanda-t-elle, plutôt curieuse désormais d'en savoir un peu plus sur le jeune homme. Elle était tentée de lui demander s'il avait une sœur, un frère ou les deux. Mais elle ne voulait pas le harceler. Puis ça éviterait qu'ils n'en viennent à parler de Jackson. Son frère jumeau était un sujet tabou. A la place, elle préférait parler poker. C'était bien le poker. Ce n'était pas trop intime. « Oh vous m'apprendriez ? C'est trop mignon. Par contre je vous préviens : je ne suis pas très douée avec des cartes mais je suis très douée pour bluffer », souffla-t-elle avec un sourire amusé. Allez demander à Jackson, qu'elle passe sa vie à embobiner. Aurora, elle bluff comme au poker tous les jours de sa vie. Et généralement ça marche plutôt bien. « Pourquoi pas. Ça pourrait être drôle », commenta-t-elle. Avec Rebecca, elles parlaient toujours de sortir de leur zone de confort. Une soirée poker, c'était très loin de sa zone de confort. Mais ça pourrait être amusant. Et puis, elle n'avait pas peur de perdre son argent. Aurora s'amusait un peu trop en compagnie de Jay. Elle n'hésitait pas à le taquiner. Et elle n'hésitait pas non plus à casser ses rêves. Sortir avec lui ? Sorry not sorry, jeudi soir, c'était soirée Netflix. Bon, en général c'était vrai, parce que jeudi, c'est Riverdale. Mais elle pouvait bien se libérer pour lui. Sauf que la tête qu'il avait fait, c'était digne d'un gag. Elle aurait du le filmer. Elle aurait pu se repasser la vidéo en boucle et rire encore et encore. Et justement, la jeune femme ne se faisait pas prier pour rire. « Que voulez vous, ce n'est pas pour rien qu'on me qualifie de petit diable en général », plaisanta-t-elle. Bon, elle avait déjà entendu des qualificatifs moins sympathiques à son encontre. Mais elle n'allait pas donner à Jay envie d'annuler leur rendez-vous maintenant. Ce serait bête, maintenant qu'elle avait accepté son invitation à sortir. « J'espère que vous savez que notre soirée devra être parfaite, pour compenser cette soirée sacrifiée », souffla-t-elle, ironique. En vérité, souvent le soir, elle s'ennuyait. Sauf quand elle sortait avec des copines. Donc n'importe ce qu'il pouvait prévoir, ce serait forcément mieux que de rester chez elle et elle s'impatientait déjà. On ne pouvait pas être jeudi dans dix minutes non ? Elle avait envie de sortir avec sexy Jay. Mais si elle peu avoir un Jay rouge tomate, elle serait presque aussi contente que de voir arriver le jeudi tout de suite. Aurora, comme une idiote, se marre. Parce que malgré ses protestations, elle était certaine qu'il serait trop chou à rougir. Alors peut-être que son côté viril en prendrait un petit coup, mais elle le trouverait toujours aussi séduisant. Mais pour l'instant, la jeune femme acceptait de le laisser tranquille. Elle était pas trop gentille ? La jeune femme le dévisageait avec un sourire idiot. Elle espérait qu'il ne serait pas appelé à partir en intervention tout de suite. « Oh, c'est moi qui vais rougir maintenant », souffla-t-elle en réponse à son compliment. Et en effet, les joues de la jeune femme commençaient à se tinter de rouge. Elle n'était pas habituée aux compliments et elle devait bien avouer que dans la bouche du jeune homme, ça lui faisait vraiment plaisir. La jeune femme aurait pu passer toute la journée ici, même dans cette tenue qui n'était pas franchement confortable, avec ses cheveux tous mouillés. Mais elle comprenait qu'il pourrait partir à tout moment. Elle le respectait pour le métier qu'il faisait. Et pourtant la jeune femme ne respectait pas toujours grand monde. Alors la moindre des choses qu'elle puisse faire, c'était de lui laisser son numéro de téléphone cette fois. A vrai dire, elle était impatiente de voir quel message il lui enverrait. Elle fit donc sonner le téléphone du jeune homme, puisqu'elle avait son numéro. Ainsi, il aurait le sien. Elle espérait qu'il allait lui envoyer des messages trop mignons maintenant. Comme ça elle pourrait sourire comme une débile quand elle les lirait. #Auroraa15ansdanssatête. La jeune femme accepta d'ailleurs qu'il passe le chercher. Certes, elle n'avait pas posé ses fesses sur un siège avant de voiture depuis très longtemps. Elle avait un chauffeur qui la conduisait partout. Mais en général, elle sortait aussi avec des hommes riches avec leur propre chauffeur. Or, la jeune femme n'avait pas envie de rendre la situation bizarre avec son beau pompier. La jeune femme, curieuse, n'hésitait pas à poser des questions. Et elle buvait ses paroles comme s'il était en train de lui conter l'histoire la plus passionnante du monde. « Quels sports est-ce que vous aimez », demanda-t-elle, curieuse. La jeune femme ne connaissait pas grand-chose en sport. Mais elle aimait bien le baseball. C'était à peu près la seule chose qu'elle savait faire. Et c'était la seule chose qu'elle aimait regarder aussi. « Oh, vous avez de la famille en France ? Vous êtes français ou vous avez simplement des origines ? », demanda-t-elle. Elle était plutôt curieuse maintenant. Il parlait peut-être français. Dans ce cas, il aurait une personne avec qui le parler, puisque la jeune femme l'avait apprit également. Mais elle, c'était pour ses origines québécoises. « L'Afrique du Sud, ça a l'air magnifique », commenta-t-elle avec un sourire. En vérité, il y avait énormément de lieux dans ce monde qui avaient l'air magnifiques. Et pourtant, la jeune femme n'avait pratiquement pas voyagé dans sa vie. Par exemple, malgré l'argent de son père, elle ne voyageait pas tous les étés en famille, parce que justement, il travaillait. Et puis, quand sa mère était morte, il travaillait encore plus. Donc ils ne faisaient jamais rien tous ensemble. « A mon grand regret, jamais. Je me rends régulièrement à New-York et à Los-Angeles. Je suis allée à Hawai plusieurs fois. J'adorerais aller en Europe, mais pour l'instant je n'en ai pas eu l'occasion », avoua-t-elle. Et c'était triste. Parce qu'elle avait l'argent, mais son frère travaillait tout le temps, son père aussi, Rebecca aussi d'ailleurs. Et puis, les autres greluche qu'elle fréquentait, elle ne se voyait pas partir en vacances avec eux. Et la jeune femme était bien trop trouillarde pour partir en vacances toute seule. #VDM. « Vous êtes proches de votre famille ? », demanda-t-elle avec un sourire. Elle oubliait parfois que toutes les familles n'étaient pas aussi dysfonctionnelles que la sienne. Parfois, les pères étaient de vrais pères et ne se contentaient pas de remplir des comptes en banque. Et parfois, des frères étaient des vrais frères et ne passaient pas leur temps à gâcher la vie de leurs sœurs. « Vous risquez d'être déçu. La plupart du temps, je m'ennuie à vrai dire », confessa-t-elle. La jeune femme prétendait souvent être heureuse, très équilibrée. Mais ce n'était pas vraiment le cas. Elle s'ennuyait beaucoup chez elle. Elle trouvait des occupations, par ci, par là, mais c'était tout. Elle devait même prendre rendez-vous si elle voulait voir son père ou son frère. Rien de palpitant en soit. « Je fais beaucoup de shopping pour passer le temps. Quand mon père me confie une soirée à organiser, c'est vraiment les moments où je m'amuse le plus. La décoration, la musique … Tout passe entre mes mains », expliqua-t-elle. Malheureusement, malgré ses talents, la jeune femme n'avait aucune qualification, donc elle n'avait jamais envisagé d'en faire son métier. Elle était juste une héritière. Une plante d'intérieur. « J'ai essayé plusieurs activités pour m'occuper. Le surf – une catastrophe. La cuisine – ne mangez jamais ce que je prépare. Puis j'ai décidé de me mettre à la salsa il y a peu », ajouta-t-elle. La jeune femme afficha un sourire. Elle disait à qui voulait l'entendre qu'elle était prête pour les jeux olympiques et les championnats du monde. Elle ne savait même pas s'il y avait de la danse aux jeux olympiques mais peu importe. « Inutile de vous dire que je suis ex-trê-me-ment douée », acheva-t-elle avec un sourire amusé. Elle se confiait un peu trop facilement à Jay. Jamais elle n'avouait ses faiblesses. Mais avec lui, les choses semblaient plus faciles. Et c'était plutôt plaisant à vrai dire.




LOST AND INSECURE
Stop and stare, I think I'm moving but I go nowhere. Yeah, I know that everyone gets scared but I've become what I can't be. Stop and stare you start to wonder why you're here not there and you'd give anything to get what's fair. But fair ain't what you really need oh, can you see what I see ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: I have no idea what it can be ✻ jaurora ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

I have no idea what it can be ✻ jaurora

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Police & Firefighter department cap harbor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération