i'll stand by you ✻ joan

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 11/09/2017
›› Commérages : 141
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Patrick J. Adams
›› Schizophrénie : Devon Oakley (Sebastian Stan) ✻ Luke Durbeyfield (Tom Austen) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Shelley Hennig) ✻ Jocelyn-Ahern-Fields (Karla Souza).
›› more about me

i'll stand by you ✻ joan ✻ ( Sam 30 Sep - 18:25 )


i'll stand by you
Oh, why you look so sad, the tears are in your eyes, come on and come to me now, and don't be ashamed to cry, let me see you through, 'cause I've seen the dark side too. When the night falls on you, you don't know what to do, nothing you confess could make me love you less. I'll stand by you, won't let nobody hurt you, I'll stand by you. So if you're mad, get mad, don't hold it all inside, come on and talk to me now. Hey there, what you got to hide ? I get angry too, well, I'm alive like you. When you're standing at the cross roads, and don't know which path to choose, let me come along, 'cause even if you're wrong. I'll stand by you, won't let nobody hurt you, I'll stand by you.


Evan était un travailleur, cela n'avait jamais échappé à sa famille. Pourtant, le jeune homme les aimait, tous autant qu'ils étaient. Alors quand bien même Evan préférait travailler que passer son temps de manière plus agréable, le jeune homme ne ratait jamais un rendez-vous familiale. Quand sa mère l'avait appelé dans la semaine pour lui proposer de venir déjeuner le dimanche suivant, il avait accepté, quand bien même c'était à contrecœur. Ce n'était pas qu'il n'était pas heureux de voir ses parents, sa sœur et ses frères, simplement il savait que ça lui enlèverait une journée entière à travailler et qu'il allait devoir se rattraper la journée suivante. Puisqu'il était sorti le samedi soir, le jeune homme avait traîné au lit jusqu'à 11h30. Il ne restait tard au lit que très rarement, mais quand il le faisait, c'était souvent pour être en retard. En effet, le jeune homme devait être chez ses parents dans une demi-heure et il n'était ni debout, ni douché. Soupirant, il finit par repousser les draps et sa première étape fut de passer dans sa cuisine pour se faire une tasse de café. Le cerveau d'Evan ne pouvait pas fonctionner sans café, c'était un fait que tout le monde connaissait. Une fois la moitié de sa tasse avalée, il consentit enfin à aller se doucher. Et ce n'était pas de trop, pour le tirer du sommeil. Sinon, il allait être de mauvaise humeur toute la journée et il n'était pas certain de pouvoir supporter ses deux frères dans de telles conditions. Habillé d'un jean et d'un polo gris, le jeune homme vida sa tasse de café et jeta un coup d’œil sur la montre de la cuisine pour constater que, sans surprise, il était en retard. Quand bien même il aurait préféré se prélasser dans son bureau, avec un repas vite fait et les dossiers qu'il avait ramené chez lui, il se décida enfin à partir de chez lui, avec le bouquet de fleurs qu'il avait acheté la veille. Il savait que sa mère allait lui dire que ce n'était pas la peine, mais il savait aussi que ça lui ferait plaisir. S'il n'y avait que cela pour la satisfaire d'ailleurs, Evan pouvait bien faire ça pour elle. Heureusement, le trajet en voiture entre chez lui et chez ses parents ne durait pas longtemps. Mais il avait déjà dix minutes de retard quand il gara sa veille voiture dans l'allée près de chez eux. Habitué depuis le temps, il entra sans toquer et se dirigea vers le salon, où il trouva ses deux frères, installés sur le canapé, une bière à la main. Le jeune homme se retint avec grande peine de lever les yeux au ciel. Ces deux là … Le jour où ils bougeraient leur cul pour aider leur mère en cuisine … Bref. Le jeune homme les salua, leur serrant la main chacun leur tour. Puis il se dirigea vers la cuisine où il trouva ses parents, sans surprise. « Bonjour », souffla-t-il à leur intention, tandis qu'ils discutaient tous les deux. Le visage de sa mère s'illumina en même temps qu'elle se mit à sourire. Evan lui rendit son sourire en lui tendant le bouquet qu'il lui avait apporté. « Oh, merci mon chéri, mais il ne fallait pas », souffla-t-elle en embrassant sa joue. Tellement prévisible. D'autant plus que son grand sourire trahissait son plaisir. Dans la mesure où ses deux frères n'étaient pas de ce genre, il aimait faire plaisir à sa mère. Mais dans la cas présent, ce qui préoccupait surtout le jeune homme, c'était qu'il ne voyait absolument pas où était sa sœur. Et pourtant, la jeune femme, malgré sa petite taille, faisait du bruit. Généralement, ses oreilles la subissait longtemps avant qu'il ne la trouve visuellement. Ce silence étant plutôt habituel, il préféra se renseigner auprès de ses parents. « Où est Joan ? », demanda-t-il. En général, il avait plutôt envie de l'appeler par l'un de ses surnoms, du genre l'emmerdeuse, la chieuse et autre joyeusetés, mais il n'avait pas envie de se prendre un coup de torchon de la part de sa mère, un peu trop proche de lui à son goût. Son père haussa les épaules. « Aucune idée. Peut-être qu'elle est en retard », suggéra-t-il avec un sourire rassurant. Pourtant, ça ne ressemblait pas à Joan d'être en retard. Pas d'un quart d'heure en tout cas. Ça, c'était sa spécialité à lui. Et vu la maladresse de Joan, elle était peut-être étalée au milieu de son salon avec une jambe cassée, hors de portée de son téléphone. Il ne lui souhaitait pas, mais disons que ça ne le surprendrait pas. Haussant un sourcil, il soupira. « Bon, je vais aller voir ce qu'elle fabrique, on ne sait jamais », souffla-t-il en repartant aussi vite qu'il était venu. Connaissant sa sœur, il y avait plus de chances qu'elle ait oublié de se réveiller qu'autre chose, mais mieux vaux prévenir que guérir. Quelques minutes plus tard, le jeune homme gara sa voiture devant chez la jeune femme et frappa à sa porte. Il était loin de se douter que son monde entier allait basculer aujourd'hui. C'était un dimanche comme un autre, le soleil brillait et sa sœur était en retard, tout simplement. Constatant que la porte ne s'ouvrait pas, il ouvrit la porte lui-même sans y avoir été invité, comme il le faisait souvent. Il trouva la jeune femme vautrée sur son canapé. « Ben alors Jojo l'escargot, qu'est-ce que tu fais ? Tout le monde t'attend », souffla-t-il d'entrée de jeu, sans mettre les formes. C'était habituel entre eux, il n'y avait pas de gêne entre eux. Pourtant, lorsqu'il s'approcha de la jeune femme et vit sa tête, il ne put s'empêcher de s'inquiéter. Est-ce que c'était une nouvelle fois en rapport avec son petit-ami ? Evan espérait que non, sinon cette fois il ne se priverait pas pour lui arracher les yeux à ce petit con. Posant sa main sur l'épaule de la jeune femme, il fronça les sourcils d'inquiétude. « Qu'est-ce qui ne va pas Joan ? », demanda-t-il, gentiment. La taquiner, ça allait deux minutes. Mais quand il était vraiment inquiet, comme c'était le cas à présent, le jeune homme était plus attentionné avec sa jeune sœur.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 09/07/2017
›› Commérages : 642
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Italia Ricci
›› Schizophrénie : Giovanni Esposito (Michael Fassbender) ✩ Asher James (Taron Egerton) ✩ Eliza Nelson-Riley (Natalie Portman)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: i'll stand by you ✻ joan ✻ ( Dim 5 Nov - 0:45 )



✻ ✻ ✻
There’s something so human about taking something great, and ruining it a little, so you can have more of it.

Peter la regarde d’un air hébété. Il ouvre la bouche, laissant Joan espérer un mot réconfortant venant de sa part, mais la referme quasiment aussitôt. Au fur et à mesure que les secondes s’écoulent, l’inquiétude de Joan grandit. Elle se mordille la lèvre inférieure, incapable de savoir si elle doit répéter la nouvelle ou simplement se taire pour laisser le temps à Peter de comprendre ce qu’il lui arrive. « Tu… T’es enceinte ? » Joan affiche un léger sourire, hochant timidement la tête. La réaction de Peter est encore indéchiffrable. Tout un tas d’émotions animent les traits de son visage, sans qu’aucune en particulier ne soit plus lisible que les autres. La brunette se contente de regarder son petit-ami, incertaine de la façon dont elle doit elle-même se comporter. « C’est… Rapide. » Peter finit par se laisser tomber sur le canapé, la tête entre les mains. Joan a la désagréable impression de lui annoncer la pire des mauvaises nouvelles. Calmement, elle s’assoit aux côtés du jeune homme et glisse machinalement une main dans son dos. « Peut-être, mais c’est une bonne nouvelle, non ? » Confuse, elle tente tant bien que mal de comprendre Peter. Aux dernières nouvelles, ils avaient décidé ensemble d’avoir un enfant. Ce n’est pas un accident, ni même une décision que Joan a pris seule. Peter est d’ailleurs le premier à avoir émis la volonté de fonder une famille. « Je sais pas. » Dit-il en relevant le visage vers celui de la jeune femme. « Je sais pas, Joan. » Elle fronce les sourcils, interrogeant son petit-ami du regard. Il ne dit rien, il la regarde simplement en essayant de faire passer un message. « Comment ça, tu sais pas ? Ca te rend pas heureux ? » Peter met plusieurs secondes avant de répondre. Il secoue la tête de droite à gauche, lentement. Joan retire vivement sa main, jusqu’alors posée sur l’épaule du jeune homme. « Ça va trop vite. Je… Je sais ce que je t’ai dit, mais je savais pas que… Je pensais pas que tu tomberais enceinte aussi vite. Et je suis pas prêt pour ça, j’en ai pas envie. Pas tout de suite. » Les larmes montent instantanément. Elle cherche dans un premier temps à les retenir, pour finalement se laisser complètement aller. Peter lui fait du mal, encore. Et cette fois, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. « Alors va-t’en. » Souffle-t-elle. « Tu n’as jamais su ce que tu voulais. » Il dévisage Joan, visiblement surpris. Pour une fois, elle ose mettre un terme à toute la souffrance qu’il lui inflige. « Prends tes affaires et pars. Ça sert à rien. » Sans lui adresser le moindre regard, elle se lève du canapé et s’éloigne de Peter en s’enfermant dans la salle de bain. Il essaye de s’expliquer, de la rassurer, mais c’est déjà trop tard. Joan n’a plus aucune patience, il a dépassé les limites. C'est terminé.

Lorsqu’elle se réveille le lendemain matin, l’appartement lui paraît plus silencieux que jamais. Zeus ne tarde pas à rejoindre Joan dans son lit pour ses caresse matinales, offrant au passage une bonne dose de réconfort à la jeune femme. Emmitouflée sous la couette, elle prend la décision de ne jamais mettre un pied dehors. Pas même pour le repas de famille hebdomadaire. Après avoir affronté Peter hier soir, Joan se sent vidée de toute énergie. Elle n’a pas la foi de confronter sa mère avec ce qu’elle a récemment découvert. Les mensonges l’épuisent, elle n’a plus la moindre force. Joan passe une bonne partie de sa matinée au lit, ignorant allègrement les appels et messages de Peter. Elle finit même par éteindre son téléphone pour être certaine d’avoir un semblant de paix. Lorsqu’elle daigne enfin sortir de sa chambre, Joan est assaillie par un mal de crâne horrible, semblable à celui que l’on récolte lors d’un lendemain de soirée un peu trop arrosé. Munie d’une quantité astronomique de nourriture, la brunette part s’affaler dans le canapé et démarre Netflix. C’est tout naturellement qu’elle lance One Tree Hill, convaincue que cette série puisse apaiser ses maux. Une pensée bien naïve. Les heures défilent, les épisodes aussi, mais le cœur de Joan semble toujours aussi meurtri. Elle pensait que fonder une famille avec son petit-ami allait lui faire oublier les mensonges de sa mère. Malheureusement, c’est loin d’être le cas, et elle a l’impression d’avoir reçu bien plus de coups qu’elle n’est véritablement capable d’encaisser.

Tôt dans l’après-midi, Joan entend la sonnerie de la porte retentir. Au lieu d’aller ouvrir, elle s’enfonce un peu plus dans le canapé et attrape une poignée de M&M’s. En entendant la porte s’ouvrir, Joan comprend qu’il ne s’agit pas de Peter. Jamais il ne serait entrer sans en avoir eu l’autorisation. Elle n’est donc pas vraiment surprise de voir son frère apparaître dans le salon. Au moment même où il ouvre la bouche, la vue de Joan se brouille. Bien qu’elle n’ait aucune idée de sa tête actuelle, Joan se doute qu’elle doit être aussi charmante qu’un zombie. À sa question, elle ne répond rien et se blottit simplement contre son frère. Ou demi-frère ? Elle refuse encore l’idée. « Je te préviens, je vais ruiner ta belle chemise du dimanche. » Elle est mignonne, Joan, elle prévient. Les larmes ne tardent pas à perler le long de ses joues. Elle a besoin de ça, de pleurer un bon coup. Il lui faut plusieurs longues minutes avant qu’elle ne soit capable de dénoncer ce qui la met dans cet état. « J’ai rompu avec Peter. » Dit-elle finalement avant de se détacher très légèrement d’Evan. Elle plonge son regard dans celui de son frère, cherchant un moyen d’annoncer la suite sans paraître trop brusque. « Mais c’est pas ce qui me rend le plus triste. » Il est la première personne à qui elle se livre depuis sa rencontre avec Trixie. Jusqu’à aujourd’hui, Joan s’est enfermée dans une sorte de bulle imperméable au monde extérieur. Elle ne voulait pas croire ce qui était indéniable. Alors elle n’a rien dit à personne, par peur de voir sa vie voler en éclats. Mais au point où elle en est, en parler peut la libérer de cet énorme poids qui pèse sur ses épaules. « Tu savais que maman avait trompé papa ? » Joan fronce les sourcils. Elle n’avait pas envisagé cette possibilité-là, que Evan soit au courant de tout. Elle vient seulement d’y penser, et prie intérieurement qu’il soit aussi surpris et déçu qu’elle. « Pitié, dis-moi que non… J’en peux plus des mensonges. » Elle attrape ses mains et les serre de toutes ses forces dans les siennes. Elle ne supporterait probablement pas d’apprendre que son frère a aidé sa mère a fabriqué ce mensonge.


    Some kind of heaven ✩ You're some kind of heaven, that's all that I need. I found it in you, too good to be true... You've got me singing baby. I know when we're together, my setting sun will shine. Let's spend this night together, let me make you mine.
    ©️ endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 11/09/2017
›› Commérages : 141
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Patrick J. Adams
›› Schizophrénie : Devon Oakley (Sebastian Stan) ✻ Luke Durbeyfield (Tom Austen) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Shelley Hennig) ✻ Jocelyn-Ahern-Fields (Karla Souza).
›› more about me

Re: i'll stand by you ✻ joan ✻ ( Lun 13 Nov - 18:45 )


i'll stand by you
Oh, why you look so sad, the tears are in your eyes, come on and come to me now, and don't be ashamed to cry, let me see you through, 'cause I've seen the dark side too. When the night falls on you, you don't know what to do, nothing you confess could make me love you less. I'll stand by you, won't let nobody hurt you, I'll stand by you. So if you're mad, get mad, don't hold it all inside, come on and talk to me now. Hey there, what you got to hide ? I get angry too, well, I'm alive like you. When you're standing at the cross roads, and don't know which path to choose, let me come along, 'cause even if you're wrong. I'll stand by you, won't let nobody hurt you, I'll stand by you.


Evan était plutôt surprit de voir que Joan n'était pas à l'heure à la réunion de famille du dimanche. C'était plutôt traditionnel chez les Pryce. Et Joan n'était jamais la dernière arrivée – ça c'était parce que c'était lui le dernier à arriver. La jeune femme semblait toujours enthousiaste pour les déjeuners du dimanche. D'après Evan, Joan était pour beaucoup dans le fait que la famille était aussi soudée. Si c'était pour ses frères, pas sûr que le jeune homme ferait l'effort de se déplacer. C'était même plutôt l'inverse, comme il se prenait souvent la tête avec ses frangins, il aurait même plutôt eu tendance à les éviter. Autant dire que de constater que Joan n'était pas encore là alors qu'il était lui-même déjà en retard, c'était suffisamment surprenant pour que le jeune homme décide d'aller voir sa frangine, pour s'assurer que tout allait bien. Peut-être qu'elle était sortie la veille et qu'elle n'avait pas réussi à se lever ce matin, après tout, c'était plausible comme excuse. Mais le jeune homme, à peine rentré dans l'appartement de Joan, pu constater que c'était quelque chose d'autre qui n'allait pas. La jeune femme était là, affalée dans son canapé, avec une quantité impressionnante de papiers alimentaires à proximité. Apparemment, ça faisait un moment qu'elle se goinfrait. Il devait bien tomber, parce que si elle continuait à se goinfrer de cochonneries, il allait pouvoir l'emmener à l'hôpital pour soigner une crise de foi. Evan ignorait encore quel était le drame qui avait eu lieu dans la vie de sa petite sœur. Mais elle lui faisait de la peine. Il n'aimait pas la voir comme ça. La dernière fois qu'il l'avait vu dans un état pareil, c'était quand il était rentré à Cap Harbor parce que son petit-ami l'avait trompé. Si ce mufle lui avait encore fait de la peine, Evan allait se charger de lui péter la gueule. Mais pour l'heure, il se fit une place sur le canapé et serra sa sœur tout contre lui. Ça lui faisait du mal de la voir comme ça. On ne touchait pas à sa famille. Mais pour l'heure, il ne savait toujours pas ce que Joan avait. La seule chose qu'il savait, c'était qu'elle allait ruiner sa chemise. Elle était mignonne de prévenir. C'était typique d'elle. Toujours à s'occuper des autres et surtout pas des autres. « C'est dommage, c'était ma dernière chemise propre », tenta-t-il de plaisanter, pour essayer de lui arracher un sourire. Mais vu l'état de la jeune femme, qui ressemblait pratiquement à un zombie, ne devait pas avoir besoin de son humour douteux pour être moins triste et de meilleure humeur. Sinon, ça aurait été beaucoup trop simple, parce que des blagues idiotes, Evan en avait encore quelques unes en stock. Même plus que cela à vrai dire. Souvent, ses blagues faisaient juste lever les yeux au ciel, pendant les repas de famille. Mais l'heure n'était pas à plaisanter. Quand Joan lui avoua qu'elle avait rompu avec Peter, le jeune homme la regarda, surpris. « Quoi ?! », s'exclama-t-il. Non pas qu'il était en désaccord avec la jeune femme. Il n'aimait pas spécialement Peter et il estimait qu'elle aurait déjà du rompre avec lui quand il l'avait trompé. Mais la jeune femme le pardonnait toujours, elle avait toujours tout pardonné. Alors il était surprit qu'elle ait prit l'initiative de rompre avec lui. La jeune femme ne lui laissa cependant pas le temps de poser plus de questions. Il haussa les sourcils en soutenant son regard humide. « Qu'est-ce qu'il y a alors ? », demanda-t-il. Il avait du mal à croire qu'il y avait plus grave, qu'il y avait quelque chose qui pouvait la rendre plus triste encore que d'avoir rompu avec Peter. Lorsqu'il l'entendit parler d'une infidélité de sa mère, il eut l'impression de s'être prit une gifle. C'était impossible. Il n'y croyait pas. « Quoi … Non, c'est pas possible ! », s'exclama-t-il. Elle avait prit un coup sur la tête ou quoi ? D'accord, elle sortait avec un homme infidèle, mais tous les couples sur cette planète ne vivaient pas dans le péché. La preuve, ses parents étaient le couple modèle depuis des années. Enfin, il l'avait toujours cru. « Joan, je ne sais rien. Je ne crois pas qu'il y ait quelque chose à savoir », protesta-t-il. Non seulement il ne savait rien mais il pensait toujours que c'était complètement absurde d'imaginer que sa mère avait eu une aventure. Elle était fidèle. Avec son père, ils formaient le couple le plus idéal et le plus heureux qu'il avait vu de toute sa vie. Déjà qu'Evan ne croyait pas beaucoup à l'amour, si le mariage de ses parents était bâti sur un mensonge, il arrêterait définitivement d'y croire. « D'où est-ce que tu sors une idée pareille Joan ? Qui t'as dis ça ? », demanda-t-il. Tout un tas de questions lui passait par la tête. Parce qu'il ne pouvait pas se résoudre une seule seconde à croire ce que sa sœur venait de lui dire. « Écoute, si tu penses que tes soupçons sont fondés, parles-en avec maman. Moi je suis certain que ça ne peut pas être vrai », souffla-t-il d'une voix plus calme, en passant sa main dans ses cheveux pour l'apaiser. Il fallait qu'elle se calme. Tant qu'elle aurait du chagrin, elle n'aurait pas l'esprit clair. C'était du moins l'avis d'Evan, qui refuserait de croire à une infidélité de sa mère aussi longtemps qu'il ne l'aurait pas entendu de la bouche de cette dernière. Serrant finalement la jeune femme dans ses bras une nouvelle fois, il embrassa le sommet de son crâne. « Joan, qu'est-ce qu'il s'est passé avec Peter ? », demanda-t-il finalement. Ne pas se mettre en colère, se répéta-t-il plusieurs fois dans sa tête. S'il avait encore une fois fait du mal à sa sœur, Evan lui conseillait vivement de quitter la ville très rapidement. Ou alors de prendre contact avec un bon dentiste, c'était comme il préférait.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
LOVE MAKES A FAMILY.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ LOVE MAKES A FAMILY.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 09/07/2017
›› Commérages : 642
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Italia Ricci
›› Schizophrénie : Giovanni Esposito (Michael Fassbender) ✩ Asher James (Taron Egerton) ✩ Eliza Nelson-Riley (Natalie Portman)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: i'll stand by you ✻ joan ✻ ( Sam 25 Nov - 14:34 )



✻ ✻ ✻
There’s something so human about taking something great, and ruining it a little, so you can have more of it.

Ce qu’il s’est passé avec Peter la veille, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Elle se rend brutalement compte qu’en dépit de sa propre sincérité, les gens lui mentent allègrement et sans arrêt. Ils la prennent pour une idiote et lui font croire ce qui les arrangent. Et il n’y a rien de plus désagréable au monde que de s’en rendre compte par pur hasard. Consciemment, elle développe une certaine méfiance envers les membres de sa famille, y compris Evan, qui a pourtant toujours été un pilier solide dans sa vie, une épaule sur laquelle se reposer en cas de coup dur. Elle ne peut pas s’empêcher de la questionner, juste pour se rassurer. Elle ne supporterait pas d’apprendre que lui aussi était au courant de cet énorme mensonge qui plane au-dessus de leur famille depuis des années. Une vague de soulagement la submerge lorsqu’elle aperçoit sa mine surprise. Joan vient de lâcher la bombe et visiblement, son frère était loin de penser que sa mère ait pu avoir une aventure avec un autre homme. Tout comme elle au départ, il refuse d’y croire. Une réaction des plus légitimes. La famille Pryce est un modèle d’équilibre, un petit havre de paix comme on n’en voit rarement sur terre. Leurs parents ont toujours prétendu filer le parfait amour, pas une seule fois ils n’ont laissé croire que leur mariage avait un jour été fébrile. Bien au contraire… « Tu me crois pas ? » Demande-t-elle alors, presque choquée. « Quel intérêt j’aurais à inventer un truc pareil ? » Son ton laisse transparaître une pointe de colère. Certes, elle ne s’attendait pas à ce qu’il hurle de joie. Mais elle ne pensait pas non plus qu’il la prendrait pour une folle. Joan se replie un peu sur elle-même, les jambes solidement entourées par ses bras.

Joan observe son frère sans rien dire, les yeux larmoyants. Il l’interroge à son tour, sans pour autant croire à son histoire. Bien qu’elle ne puisse pas vraiment lui en vouloir, Joan est fâchée. Elle a l’impression d’être traitée de menteuse et en même temps, de devenir folle. Elle se répète en boucle de ne pas blâmer son frère. Elle était dans la même position que lui lorsque Trixie est venue jusqu’à elle pour bouleverser son petit monde. Joan prend la sage décision de fermer les yeux quelques secondes, le temps de retrouver son calme. Evan, lui, tente de changer de sujet. Le souci, c’est qu’elle n’a pas envie de parler de Peter. Du moins pas tout de suite. « C’est pas important. » Lâche-t-elle sur un ton qui se veut neutre. Après avoir pris une grande bouffée d’air frais, elle se défait doucement de l’étreinte d’Evan et essaye de reprendre l’histoire depuis le début. « J’invente rien, je t’assure que j’invente rien. » Elle plonge son regard dans le sien. « Je suis passée voir maman l’autre jour et il y a cette fille qui est venue, Trixie. Je ne la connaissais pas, je ne l’avais jamais vue avant. Elle savait juste qui moi j’étais et où j’habitais – du moins où maman habitait. » Joan marque une pause pour être sûre qu’Evan suit toujours son récit avec attention. « Elle m’a dit qu’on était sœur. Juste comme ça. Qu’on avait le même père et qu’apparemment, j’ai une armée d’autres frères et sœurs, quelque part aux États-Unis. J’en sais pas plus pour le moment… Mais j’ai senti que c’était pas un mensonge. Elle était sincère, parce qu’elle attendait rien de moi. Elle voulait juste me rencontrer. » Joan a retourné cette histoire dans tous les sens, et à ses yeux, Trixie était complètement honnête. Elle ne lui a rien demandé, si ce n’est un moment pour qu’elles en apprennent un peu plus l’une sur l’autre. Ce qui est loin de paraître dangereux.

Le regard rivé sur son frère, Joan se mordille la lèvre inférieure. Elle lui laisse le temps de tout intégrer et de se forger son propre avis sur la question. Voyant le temps qu’il met à réagir, Joan se lève du canapé, non sans faire tomber une multitude d’emballages. « Je suis désolée de t’annoncer ça comme ça. Mais que ce soit vrai ou pas, tu peux comprendre que je ne veuille pas voir maman, non ? » Après avoir récupérer les déchets sur le sol, elle se dirige vers la cuisine pour servir deux verres de jus de fruits. Avoir raconté à Evan ce que Trixie lui a appris quelques semaines auparavant la libère d’un poids. Elle a gardé ça pour elle parce qu’elle ne voulait pas être celle qui détruit la famille Pryce. Elle ne voulait pas non plus y croire, à vrai dire. Aujourd’hui encore, elle ignore si cette histoire d’infidélité est fondée ou non. A moins de mettre sa mère au pied du mur, Joan n’a aucun moyen d’en avoir le cœur net. Mais si toute cette affaire est fausse, elle risquerait de blesser sa mère. Alors elle espère secrètement que son frère saura quoi faire. Evan sait toujours quoi faire, et c’est pour ça que Joan l’admire. Elle revient dans le salon, munie de deux grands verres remplis de jus multifruit. Elle les pose sur la table basse, puis s’assoit à côté du jeune homme en se blottissant un peu contre lui. « Est-ce que tu veux vraiment parler de Peter ? » Demande-t-elle d’une petite voix. Elle sait d’avance quelle sera sa réaction lorsqu’elle lui avouera qu’ils avaient tous raison. En revanche, elle n’a aucune idée de ce qu’il dira lorsqu’elle lui annoncera sa grossesse. Elle espère, en tout cas, une meilleure réaction que celle de Peter.


    Some kind of heaven ✩ You're some kind of heaven, that's all that I need. I found it in you, too good to be true... You've got me singing baby. I know when we're together, my setting sun will shine. Let's spend this night together, let me make you mine.
    ©️ endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 11/09/2017
›› Commérages : 141
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Patrick J. Adams
›› Schizophrénie : Devon Oakley (Sebastian Stan) ✻ Luke Durbeyfield (Tom Austen) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Shelley Hennig) ✻ Jocelyn-Ahern-Fields (Karla Souza).
›› more about me

Re: i'll stand by you ✻ joan ✻ ( Ven 1 Déc - 18:45 )


i'll stand by you
Oh, why you look so sad, the tears are in your eyes, come on and come to me now, and don't be ashamed to cry, let me see you through, 'cause I've seen the dark side too. When the night falls on you, you don't know what to do, nothing you confess could make me love you less. I'll stand by you, won't let nobody hurt you, I'll stand by you. So if you're mad, get mad, don't hold it all inside, come on and talk to me now. Hey there, what you got to hide ? I get angry too, well, I'm alive like you. When you're standing at the cross roads, and don't know which path to choose, let me come along, 'cause even if you're wrong. I'll stand by you, won't let nobody hurt you, I'll stand by you.


Evan avait toujours été proche de sa petite sœur. Il avait d'abord pensé que Joan était un parasite, venu lui voler sa place d'enfant unique. Mais ensuite, il l'avait vu, cette petite poupée, cette petite créature. Elle ne lui servait à rien et il la trouvait plutôt inutile pour être sincère. Elle ne faisait que pleurer, salir sa couche, manger et recommencer à pleurer. Et le reste du temps, elle dormait. Mais ce petit bébé était devenu un enfant collant. Et elle était devenue la femme qu'elle était aujourd'hui. Evan aimait sa petite sœur de tout son cœur, c'était une évidence. C'était pour cette raison que le jeune homme avait tendance à la protéger. Et Evan n'aimait pas voir son petit trésor malheureux. Qu'importait la raison pour laquelle elle était triste : ça lui déplaisait. Evan aurait fait n'importe quoi pour sécher les larmes de la jolie brune, tout comme il aurait tout fait pour effacer sa peine. Mais ce n'était pas possible. La seule chose qu'il pouvait vraiment faire, c'était être là pour elle, être une oreille attentive. C'était ce qu'il avait tenté de faire à plusieurs reprises. Il s'efforçait d'être un frère sur lequel elle pouvait compter. Mais l'annonce de la jeune femme lui fit l'effet d'une bombe. Sa mère, infidèle ? Il ne pouvait pas le croire. Ses parents avaient toujours été si proches, ils formaient le couple idéal, le couple parfait, le genre de couple qui aurait donné envie à n'importe qui de vivre la même chose. Cette information était difficile à encaisser pour le jeune homme qui avait toujours mit ses parents sur un piédestal. « Calme-toi Joan, je n'ai jamais dit que je ne te croyais pas », rétorqua-t-il. Il avait quand même le droit d'être surpris, non ? Après tout, il était tout aussi sonné qu'elle. Comment cette histoire avait pu rester un secret toutes ces années ? Evan soupira. « Je n'ai pas dis que tu as inventé cette histoire. J'ai juste du mal à y croire », répondit-il, agacé par sa réaction. Il comprenait le choc de la jeune femme, mais sa colère était mal dirigée.

Cette nouvelle était choquante. Evan prit le temps d'y réfléchir. Est-ce qu'il avait un jour eu le moindre soupçon ? Non, jamais. A vrai dire, sa mère avait toujours prétendu être la plus heureuse des femmes, la plus comblée, avec le meilleur des maris et la meilleure des familles. Rien n'aurait pu laisser présager qu'un tel secret pouvait peser au dessus de leur famille, telle une épée de Damoclès. Evan avait toujours du mal à le croire. Il savait bien que Joan ne se serait pas lancée dans de telles allégations, simplement pour le plaisir de prétendre que sa mère était infidèle. Mais il avait du mal à le croire. Ou plutôt, il ne voulait pas le croire. C'était tout son monde qui allait s'écrouler. Il avait besoin de comprendre. Comment est-ce que Joan pouvait le savoir ? D'où sortait soudain cette information ? Un mal de tête commençait à se réveiller chez le jeune homme. Il aurait voulu changer de sujet. Il voulait savoir ce que cet enfoiré de Peter avait encore fait à sa sœur. Mais la jeune femme ne semblait pas vouloir en parler. Il pouvait le comprendre. Alors il voulait bien faire des efforts. Le jeune homme la dévisageait. Joan semblait blessée par sa réaction. Mais comment aurait-il du réagir ? Il se doutait bien qu'elle ne lui avait pas monté cette histoire de toute pièce. Ca n'en rendait pas cette histoire plus facile à accepter. « Joan, je me doute bien que ce n'est pas une invention de ta part. Ça n'en rend pas l'histoire plus facile à encaisser », finit-il par dire, d'une voix plus calme, pour essayer de l'apaiser. De toute façon, qui aurait pu avoir un esprit assez tordu pour inventer une chose pareille ? Pas sa sœur en tout cas. Le jeune homme prit sa main, pour tenter de lui montrer qu'il la soutenait, tandis qu'elle racontait son histoire. C'était … fou. Une jeune femme qui venait la rencontrer, pour lui annoncer qu'elle était sa sœur. Joan avait du être sous le choc. Un peu comme Evan l'était actuellement. « Tu lui faits confiance ? », demanda-t-il finalement. Il n'avait pas rencontré cette fille. Et si une personne débarquait du jour au lendemain pour lui annoncer qu'ils avaient un lien de parenté, pas certain qu'Evan le croit. Mais Joan semblait la croire.

Des tas de questions défilaient dans la tête du jeune homme. Mais Evan n'était pas certain de pouvoir les poser. Il ne voulait pas brusquer sa jeune sœur. Elle semblait avoir déjà suffisamment de raisons de n'être pas en grande forme, il ne voulait pas empirer les choses. Mais pour lui, il semblait naturel qu'il soit aussi perturbé. Ce n'était pas rien, comme annonce qu'elle lui avait faite. La jeune femme se leva du canapé et le jeune homme se passa les mains sur le visage. Cette histoire n'avait ni queue ni tête. Pourquoi sa mère avait-elle mentit ? Il lui faisait tellement confiance qu'il refusait toujours croire à tout cela. « Je comprends que tu ne veuilles pas la voir. Mais tu ne crois pas qu'il faudrait que tu lui parles ? Elle seule pourra te donner des explications », finit-il par dire, après avoir été silencieux un long moment. Il espérait surtout que sa mère allait éclater de rire et leur dire que toute cette histoire n'était qu'une plaisanterie, qu'il y avait une autre femme qui portait exactement le même nom qu'elle qui vivait à Cap Harbor et que toute cette histoire n'était qu'un immense malentendu. Oui, Evan l'espérait, parce qu'il savait que si lui avait eu un véritable choc à cette annonce, son père, lui, ne s'en remettrait jamais. « Qu'est-ce qu'on va dire à papa ? », demanda-t-il, sa voix trahissant son inquiétude. Cet homme avait consacré toute sa vie à sa femme et à ses enfants. Il avait tout fait pour les rendre heureux et pour qu'ils ne manquent de rien. Si cette histoire se confirmait, son père allait beaucoup souffrir. Et ça, Evan ne le supportait pas. Le jeune homme la laissa débarrasser ses déchets et la regarda revenir avec ses deux verres de jus de fruit. Il était toujours sonné. Il ne savait même pas quoi lui dire. La consoler pour une peine de cœur, il savait faire. Gérer une histoire sordide de tromperie de sa mère, il y a des années, il ne pouvait pas. D'ailleurs, il n'acceptait pas de savoir que la jeune femme pourrait être sa demie-sœur, au final. Cela voudrait dire qu'elle aurait une autre famille, une famille dont il ne faisait pas partie. Et ça lui faisait de la peine. Le jeune homme se reprit finalement et serra à nouveau sa sœur contre lui, passant son bras autour de ses épaules. « Oui », répondit-il simplement. Oui, il voulait savoir. Il n'aimait pas Peter, certes. Mais il aimait sa sœur. Et il voulait savoir. Son amour pour sa sœur surpassait son absence d'affection pour son compagnon. « Je promets de ne pas faire de commentaire », ajouta-t-il avec un petit sourire. Parce qu'il savait qu'il n'allait pas aider sa sœur en faisant des commentaires désagréables, Evan lui promettait de garder ce qu'il pensait pour lui. Tout ce qu'il voulait, c'était comprendre la situation, pour savoir comment l'aider.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: i'll stand by you ✻ joan ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

i'll stand by you ✻ joan

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération