I have loved you for many years ✻ Ophelia

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 11/09/2017
›› Commérages : 181
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Patrick J. Adams
›› Schizophrénie : Devon Oakley (Sebastian Stan) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Gemma Arterton) ✻ Jocelyn-Ahern-Fields (Karla Souza) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox).
›› more about me

I have loved you for many years ✻ Ophelia ✻ ( Sam 30 Sep - 18:32 )


I have loved you for many years
You and me we made a vow for better or for worse. I can't believe you let me down but the proof is in the way it hurts. For months on end I've had my doubts denying every tear. I wish this would be over now but I know that I still need you here. You say I'm crazy 'cause you don't think I know what you've done. But when you call me baby I know I'm not the only one.


La journée commençait à être longue pour Evan. Elle avait commencé beaucoup trop tôt. Incapable de dormir après cinq heures, il avait bu son café pour se réveiller. Puis comme souvent, le jeune homme était allé courir. C'était une chose qu'il aimait faire chaque jour. Il aimait se défouler et c'était une bonne façon pour lui de commencer la journée avec énergie. Surtout que le jeune homme, même s'il se levait tôt, n'était pas facile à réveiller. Après sa course, il avait prit sa douche et avait prit son petit déjeuner. Vêtu de son costard habituel, le jeune homme était allé travailler bien avant huit heures. Il était seul, quand il était arrivé à son bureau et c'était tant mieux. Au moins, il aurait l'occasion de commencer à travailler dans le calme et le silence. Bientôt, les employés de son service arriveraient. Ils n'étaient pas nombreux, quatre quand ils étaient au complet. C'était ce qu'il fallait pour traiter tous les mails du sénateur, gérer convenablement chacune de ses apparitions et préparer ses discours. Et en parlant de discours, Evan était justement supposé en rédiger un pour l'apparition du sénateur ce week-end lors d'une soirée organisée par une association lutant pour l'éducation de tous les enfants, surtout les plus pauvres. Evan l'avait commencé la veille, mais il s'était interrompu pour faire des recherches sur l'association en question. Il aurait pu demander à sa secrétaire de le faire, mais ce n'était pas son genre de déléguer et de ne pas connaître son sujet sur le bout des doigts. Il ne voulait rien laisser au hasard et d'ailleurs, le sénateur recevrait de sa part un dossier de révision sur la dite association pour qu'il soit complètement prêt, surtout qu'on risquait de lui poser des questions, auxquelles il devrait répondre impeccablement. Le jeune homme alla se préparer un café – oui encore – avant de se mettre au travail. Il entreprit de chercher la documentation nécessaire et de l'imprimer, ce qui lui prit près d'une heure. Lorsqu'il eut fini, les autres employés étaient déjà arrivés et venus le saluer. Mais celle qu'il avait le moins envie de voir fit son apparition dans son bureau. Enfin rectification : il aimait la voir, pour ses courbes pulpeuses. Par contre, si elle pouvait garder la bouche fermée, il serait sans doute beaucoup plus heureux de la voir. Le jeune homme leva les yeux vers elle, sans prendre la peine de la saluer. Il était persuadé qu'elle était venue pour lui casser les pieds, alors il n'avait pas la moindre envie de discuter avec elle. Ce manque total d'intérêt sembla agacer la jeune femme qui se planta devant son bureau, les bras croisés. « Bonjour à vous aussi », s'exclama-t-elle. Le jeune homme daigna finalement lever les yeux de son ordinateur pour lui accorder un instant d'attention. Enfin, il était surtout tenté de lui demander de sortir son joli cul adorablement moulé par sa jupe crayon hors de son bureau. Mais se faire insulter dès neuf heures du matin ne l'intéressait pas vraiment. « C'est un plaisir de vous recevoir dans mon bureau votre Majesté. Je vous en prie prenez place », souffla-t-il d'un ton chargé d'ironie en lui désignant la chaise de l'autre côté de son bureau. La jeune femme le fusilla avant de prendre place. Le jeune homme ne quitta pas son regard pour autant. Ce n'était pas parce que c'était la fifille du patron que le jeune homme allait accepter de se laisser marcher sur les pieds. C'était même tout l'inverse. Et la jeune femme semblait l'avoir comprit. « Où en êtes vous concernant le discours de ce week-end », demanda-t-elle de son petit ton pincé qui lui donnait envie de lui arracher son chemisier pour voir si elle était toujours aussi coincée. Evan s'efforça de chasser cette pensée de son esprit pour se concentrer sur le sujet qui les intéressait vraiment. « Tout allait bien jusqu'à ce que vos mauvaises ondes viennent anéantir mon inspiration et ma créativité », rétorqua-t-il, avec son éternel sarcasme. La jeune femme fronça une nouvelle fois les sourcils et le jeune homme ne put s'empêcher de sourire, provocateur. Des fois, il avait conscience d'aller trop loin. Mais d'un autre côté, il en avait marre de l'avoir constamment sur le dos. « J'espère que vous serez bientôt au point, on ne peut pas se permettre de ne pas être prêt », souffla-t-elle, toujours avec son air sérieux et pincé. Le jeune homme leva les yeux au ciel. Elle venait lui parler d'évidence ? Il n'avait jamais été en retard dans son travail depuis qu'il travaillait pour son père. Des fois, il se demandait si elle était plus bête qu'il ne le pensait ou si elle venait juste dans son bureau pour l'énerver. A moins qu'elle venait pour le plaisir de le voir – et pour lui offrir l'occasion de la reluquer. Dans tous les cas, le jeune homme s'agaçait. « Comme si c'était mon genre d'être en retard. Vous ne voudriez pas aller emmerder quelqu'un d'autre ? Vous me ralentissez », répondit-il avec insolence. La jeune femme lui adressa un regard mauvais. Mais au moins, elle ne protesta pas. De sa main, le jeune homme lui désigna sa porte et la jeune femme sembla hésiter à lui jeter quelque chose à la figure avant de sortir. A nouveau seul, le jeune homme poursuivit son travail. Il lui fallut une grande partie de la journée pour terminer de rédiger le discours, si bien qu'il en oublia de manger. Puis il consulta ses mails et y répondit pendant le reste de l'après-midi. Vers dix-huit heures, le jeune homme souffrait d'un affreux mal de tête, qui lui donna envie de quitter les lieux à une heure raisonnable, pour une fois. Il récupéra donc le dossier qu'il avait préparé et le discours qu'il avait rédigé et se dirigea vers le bureau de la fille de son patron, pour lui remettre le tout, avec un petit sourire insolent. Sans prendre le temps de lui souhaiter une bonne soirée, il quitta les lieux. Sa première idée avait été de se rendre à la salle de sport pour se défouler. Mais il avait déjà couru le matin et il n'avait pas envie de se lever le lendemain avec des courbatures. Changeant finalement d'avis, le jeune homme décida d'aller voir sa sœur, qu'il n'était pas allé voir depuis … Il ne savait plus. Peut-être une dizaine de jours. Bref, trop longtemps. Si le jeune homme pouvait facilement se passer de sa famille, il se passait plus difficilement de sa petite sœur. Surtout que s'il était revenu à Cap Harbor après être parti pour Atlanta, c'était pour elle. Grimpant dans sa voiture, il desserra sa cravate avant de conduire jusqu'à chez la jeune femme. Le jeune homme sonna, mais personne ne répondit. Il était habitué. Et en général, quand Joan ne venait pas assez rapidement, il entrait de lui même. Sauf que quand il essaya d'actionner la poignée, la porte ne s'ouvrit pas, fermée à clés. Joan n'était donc pas chez elle et il venait de perdre son temps pour rien. La prochaine fois, il prendrait la peine d'appeler avant de se déplacer. Soupirant, le jeune homme rebroussa chemin, pour retrouver nez à nez avec … « Ophelia », souffla-t-il, un peu surprit. Non pas que c'était une surprise de savoir que la jeune femme rendait visite à sa sœur. Il savait qu'elles étaient restées amies. Mais le jeune homme prenait généralement soin de s'assurer que son ex-fiancée n'était pas là quand il rendait visite à sa sœur. Mal à l'aise, le jeune homme regarda dans le vide. Ne pas croiser ses yeux. Ne pas se souvenir. « Joan n'est pas là », expliqua-t-il finalement, juste pour dire quelque chose. C'était idiot de se comporter de la sorte. Ils avaient rompu depuis longtemps maintenant. Ils avaient tourné la page. Enfin surtout elle. Evan, malgré lui, posa son regard sur elle. Une bouffée de rancœur et de colère l'envahit, comme chaque fois qu'il la voyait. Il avait rompu avec elle, c'était vrai. Mais il ne pouvait s'empêcher de lui en vouloir. Parce que si elle n'était pas partie en Arizona, elle n'aurait pas complexifié autant leur relation. Parce qu'il était certain, aujourd'hui encore, qu'elle l'avait trompé. C'était impossible qu'elle se soit fiancée avec le jeune homme qui semblait tant vouloir prendre la place d'Evan. Elle avait dramatisé leur rupture, l'avait fait passé pour le méchant de l'histoire, alors qu'elle l'avait trompé, il en était sûr. Et cela, il n'arrivait toujours pas à le digérer. « Tu as l'air en forme », ajouta-t-il finalement, d'un ton plus sarcastique et froid qu'autre chose. Non, définitivement, le jeune homme n'avait aucune envie d'avoir une conversation avec elle. Et pourtant, il était incapable de simplement lui tourner le dos et de s'en aller.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
http://believeeverydayinyourdreams.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/04/2015
›› Commérages : 1715
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : Rebecca Beautiful Breeds
›› Schizophrénie : lissa valentine ✻ rachel campbell ✻ liv burrows ✻ riley emerson ✻ jay thompson ✻ mila matthews ✻ lauren campbell
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I have loved you for many years ✻ Ophelia ✻ ( Sam 7 Oct - 17:48 )



i have loved you for many years.
evan pryde & ophelia rhodes ※ evan & ophelia

“ Your first love will always have a special place in you heart. ” ― IDK

Après son dernier cours d'abdos fessier de la matinée, Ophelia était rentrée chez elle prendre une douche tonifiante afin de faire partit tout cet excédant de transpiration de son corps. La brune avait passé pas moins de dix minutes devant son armoire à choisir quoi se mettre. Elle devait déjeuner avec Shane et elle ignorait totalement où ils iraient. Ce qu'elle savait d'avance c'est qu'ils n'iraient certainement pas se perdre dans un fast-food du coin. Shane est trop sophistiqué pour ce genre de chose. Elle se demande même s'il mange un hamburger avec les mains où avec des couverts. Puis c'est surtout que Ophelia a horreur de cette mal-bouffe, l''odeur de la friture lui donnerait presque envie de vomir, elle suppose que c'est le fait d'avoir travaillé dans un fast-food durant une période de sa vie qu'il l'a dégoûté autant. Depuis cette période, l'alimentation d'Ophelia est le plus souvent composé d'aliments sains. Les légumes ainsi que le poulet c'est toute sa vie, un peu comme Sonia. Finalement après plusieurs minutes d'hésitation, Ophelia opte finalement pour une jupe courte, une blouse écru transparente, une paire de collants et pour finir elle mettre sa veste en cuir par dessus ses épaules pour ne pas avoir froid. Par contre désolé mais les talons ne seraient pas de sortit aujourd'hui. Sa nouvelle paire de Stan ferait très bien l'affaire. Après un arrête maquillage puis coiffure, Ophelia prit la direction du cabinet de l'avocat. « Bonjour, je viens voir Monsieur Hollister. » dit-elle en s'adressant à la charmante blonde qui lui demanda son nom, ce qu'elle ne tarde pas à lui donner. Pas de panique, Ophelia n'est pas une psychopathe qui veut tuer son patron. Elle est juste sa petite amie. « Il est encore en rendez-vous, mais installez-vous il ne devrait plus en avoir pour très longtemps. » Très bien. « Merci. » Ophelia s’exécute et patiente donc bien sagement sur l'un des fauteuils prévus à cet effet. Pour passer le temps, la brune joue au nouveau jeu Netflix : Stranger Things. Elle ne l'a télécharge que depuis hier et elle déjà au quatrième niveau, comme Sonia. Elle fronce cependant les sourcils en voyant un flash, celui-ci ressemblant fortement à celui d'un appareil photo. Vu la tête rouge que vient de prendre la secrétaire, elle suppose que ça vient d'elle. Ophelia ne comprend pas pourquoi et n'a pas vraiment envie d'avoir d'histoire. Puis sauver 11 c'est plus important voilà. Alors qu'elle est en train de battre le boss de fin de niveau, elle est interrompu par une présence à ses côtés. Elle relève les yeux et aperçoit le visage de Shane. Le boss attendra plus tard. «  Désolé c'était un peu plus long que prévu. » Ce n'est point grave. Ophelia range son téléphone dans son sac, se relève et dépose un bref baiser sur les lèvres du jeune homme. « Je n'attends pas depuis très longtemps. On va où alors ? » Elle n'a surtout pas vu passer le temps. «  Tu le découvriras bien assez tôt. » Cet homme est toujours trop remplit de mystère. Ophelia le laisse aller récupérer sa veste, dire quelques mots à sa secrétaire blonde et quittent ensemble le cabinet. « C'est normal que ta secrétaire n'arrêtait pas de nous regarder ? Je crois qu'elle m'a même prise en photo ... » Shane lève les yeux vers le plafond, il a l'air totalement exaspéré. «  Prête pas attention à elle. Ma cousine est sa meilleure amie et elles passent leur temps à faire des trucs de filles quoi. Il parait juste que je suis l'un de leur sujet de discussion favori. » Ah ! Ophelia ne comprend pas tout à fait, mais elle fait confiance à Shane. Comme elle lui fait aveuglement confiance sur le choix du restaurant. Ils ont d'ailleurs déjeuner dans un Thaïlandais à quelques kilomètres de la ville et c'était délicieux. Ophelia est d'ailleurs tombée amoureuse de leur patate douce au lait de coco. L'homme lui annonce également de but en blanc comme ça qu'il l'embarque ce weekend. Où ? Encore une fois, Shane joue l'homme mystère. Très bien, elle aura la réponse d'ici quelques jours. Il falloir qu'elle passe voir Joan avant ce weekend alors. Après ce délicieux repas, la brune abandonne donc Shane, il faut bien qu'il travaille mais elle aussi, elle bosse à vingt heures. Le reste de sa journée est plutôt banale. Ce n'est que vers dix-huit heures que Ophelia décide de bouger enfin pour se rendre chez sa meilleure amie, son sac de sport sur l'épaule. Cela lui permettait de discuter avec Joan pendant un long moment et de filer directement au boulot après. Sauf que quand elle arrive devant la maison ce n'est pas sa meilleure amie qu'elle croise mais le frère de cette dernière : Evan. Evan, le Evan d'Ophelia. Celui qu'il lui avait brisé le coeur quelques années auparavant. Celui-ci même ! « Ophelia. » Point positif, il n'a pas oublié son prénom. « Salut. » dit-elle de façon spontanée en tentant de lui adresser un petit geste de la main. C'était totalement idiot. Comment en étaient-ils arrivés ici ? Alors qu'autrefois ils étaient comme les deux doigts d'une main. « Joan n'est pas là. » Oh ça c'est dommage. Surtout que c'était un peu pour elle qu'elle venait.  « Ah d'accord. » Mais pourquoi diable à chaque fois qu'elle se trouvait face à Evan, la tension entre eux était plus que glaciale ? Leur histoire n'était justement plus qu'une histoire ancienne ... Ils avaient tourné la page tout deux alors pourquoi ce malaise était toujours présent ? « Tu as l'air en forme. » Elle l'est. « Oh merci. » Elle va prendre ça pour un compliment même si elle a l'impression que ce n'est pas le cas pour lui. « Toi aussi. » C'est ce qu'elle supposait en observant son teint. « Puisque Joan n'est pas là, je fais faire demi-tour et rentrer chez moi. Bonne soirée Evan. » Elle n'allait pas discuter autour d'un thé avec Evan quand même ? La jeune femme lui adresse un simple sourire avant de tourner des talons et de reprendre son chemin initial. Sauf qu'au bout de quelques mètres, elle décide de faire machine arrière et de se planter en face d'Evan. « On ne peut pas continuer comme ça indéfiniment. » En tout cas, Ophelia ça commence à l'insupporter. « Pourquoi à chaque fois qu'on est dans la même pièce j'ai l'impression que tu m'en veux ? » C'est ce qu'elle arrive toujours pas à comprendre, même six ans plus tard. Je ne sais plus si c'était cinq, six ou sept. « Que je sache c'est toi qui m'a quitté, moi je n'avais rien demandé, je voulais finir ma vie avec toi, je t'aimais. Alors s'il y en a un de nous qui devrait blâmer l'autre, je pense que c'est moi. » Sauf qu'elle, elle a vraiment tourné la page sur ceux qu'ils étaient avant. « Je suis passée à autre chose et tu devrais tenter de faire la même chose. » Ou alors c'est autre chose ? Ophelia ne le sait pas mais elle aimerait bien que pour une fois Evan réponde aux questions inavoués qu'elle garde depuis trop longtemps au fond d'elle-même.



    if you're ready, heart is open i'll be waiting, come find me. if you're searching for forever i'll be waiting, come find me. i can see you, you're in the darkness blinding lights right where your heart is. iIf you're ready, heart is open i'll be waiting, come find me.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 11/09/2017
›› Commérages : 181
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Patrick J. Adams
›› Schizophrénie : Devon Oakley (Sebastian Stan) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Gemma Arterton) ✻ Jocelyn-Ahern-Fields (Karla Souza) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox).
›› more about me

Re: I have loved you for many years ✻ Ophelia ✻ ( Jeu 12 Oct - 18:17 )


I have loved you for many years
You and me we made a vow for better or for worse. I can't believe you let me down but the proof is in the way it hurts. For months on end I've had my doubts denying every tear. I wish this would be over now but I know that I still need you here. You say I'm crazy 'cause you don't think I know what you've done. But when you call me baby I know I'm not the only one.


Chaque fois qu'Evan croisait Ophelia, c'était la même chose. Un étrange sentiment s'emparait de lui. C'était un sentiment à mi-chemin entre la tristesse et la rancœur. La tristesse s'était cependant estompée au fil des années. Et la rancœur n'avait cessé d'augmenter à mesure qu'il ruminait le passé. Oui, le jeune homme avait été à l'origine de leur rupture, c'était un fait. Mais il n'estimait pas être le seul responsable de leur rupture. Quand Ophelia était partie pour ses études, il était déjà sans cesse en déplacement pour son travail et cela n'était pas un scoop qu'ils auraient du mal à se voir. A vrai dire, cela aurait pu être un motif de désaccord pour le jeune homme, de la savoir loin, mais il ne pouvait pas lui empêcher de réaliser ses rêves. Il aurait pu lui dire de rester à Cap Harbor, mais soit elle l'aurait écouté et elle aurait fini par le haïr de l'avoir privé de ses ambitions, soit ils se seraient disputés et ils auraient rompu immédiatement. Alors Evan l'avait laissé partir. Ils n'avaient pas pu se voir, malgré leurs volontés. Evan voyageait trop et quand il rentrait, c'était à Cap Harbor. Il n'arrivai pas à trouver du temps pour faire un crochet par Phoenix. Et en même temps, elle n'était pas venue le voir non plus. C'était facile de lui reprocher la distance qui s'était installée entre eux. Elle n'avait pas fait plus d'efforts que lui. Ajouté à ça qu'elle avait été en bonne compagnie. La seule fois où Evan avait pu la voir, il avait eu l'occasion de rencontrer ses amis dans sa nouvelle université. Il avait aussi eu l'occasion de rencontrer Julian, un jeune homme qui non seulement s'était montré hostile à son égard, mais qui en plus semblait regarder Ophelia d'un peu trop prêt. Evan n'avait rien dit, bien que jaloux, parce qu'il n'avait jamais imaginé qu'elle aurait été capable de le tromper. Pour lui, c'était ce qu'il s'était passé. Parce que peu de temps après qu'il ait rompu avec Ophelia, il avait apprit par le biais de sa sœur qu'elle sortait avec ce fameux Julian. Et pour lui, c'était impossible que cette histoire n'avait pas déjà commencé plus tôt. Evan avait toujours éprouvé énormément de rancœur pour la jeune femme qu'il avait pourtant tellement aimé par le passé. Elle avait été le rayon de soleil de sa vie, elle avait été son amour, son oxygène. Maintenant, il ne pouvait même pas passer deux minutes en sa compagnie sans avoir envie de lui balancer au visage tous les mots qu'il retenait depuis si longtemps. Et aujourd'hui en était encore la preuve. La jeune femme venait d'apparaître devant chez sa sœur et pour une fois, il n'avait aucune excuse pour l'esquiver. Le jeune homme espérait que les politesses suffiraient à ce que leurs chemins se séparent. Les salutations. L'annonce de l'absence de Joan. Un petit mot gentil pour lui dire qu'elle avait l'air d'aller bien. C'était tout ce que le jeune homme avait à dire. Certains ex arrivaient à rester amis. Ce n'était pas leur cas. Parce qu'Evan n'avait aucune envie d'être ami avec elle. Pas alors qu'il était persuadé au fond de lui qu'elle jouait la comédie de l'adore petit ange à qui on avait brisé le cœur, le faisait au passage passer pour un gros connard. Alors que la jeune femme lui renvoyait son compliment, le jeune homme resta froid, stoïque. « Merci », répondit-il sèchement. Bien. Maintenant que les politesses étaient échangées, le jeune homme n'attendait qu'une chose : mettre un terme à cette conversation qui ne venait pourtant que de commencer. Que pourrait-il lui dire de toute façon ? Il n'allait pas lui parler de la pluie et du beau-temps. Il n'allait pas non plus lui parler de son boulot ou du sien. Ils n'avaient plus rien à se dire depuis des années maintenant. Les mains dans les poches de son pantalon de costume, il lui adressa un sourire gêné, espérant qu'elle comprendrait qu'il attendait son signal pour s'en aller. Le jeune homme n'avait pas non plus pour habitude d'être grossier. Par chance, la jeune femme sembla comprendre, puisqu'elle lui souhaita une bonne soirée. « Oui, bonne soirée à toi aussi », répondit-il d'un ton monotone et poli. Pas le moindre sourire. Pas le moindre signe qu'un amour profond et sincère avait existé entre eux par le passé. C'était comme s'ils étaient devenus deux étrangers. Le jeune homme aurait préféré. Il n'aimait pas se montrer aussi rancunier et ressentir autant de sentiments négatifs pour quelqu'un. Mais c'était comme ça. Lorsque la jeune femme lui tourna le dos, il soupira de soulagement. Il se dit qu'il allait attendre qu'elle ait atteins sa voiture avant de faire lui-même demi-tour. On ne savait jamais, il craignait qu'elle prenne le fait qu'il la suive comme une invitation à discuter. Il en doutait, mais il préférait ne pas tenter le diable, parce qu'il n'avait aucune envie de discuter. Mais à mi-chemin, la jeune femme changea d'avis et revint vers lui, se plantant face à lui. Malgré lui, le jeune homme ne put s'empêcher de soupirer d'agacement. Qu'est-ce qu'elle lui voulait encore maintenant ? Est-ce que ça ne se voyait pas à sa tête, qu'il n'avait pas envie de lui faire la conversation ? « Je ne vois pas de quoi tu parles », se contenta-t-il de répondre en fixant un point derrière l'épaule de la jeune femme. Et de toute façon, qu'est-ce que ça pouvait lui faire que ça continue comme ça ou pas ? Ils n'étaient plus ensemble et ce n'était pas comme s'ils avaient pour but d'être amis dans la vie. Et puis, ils ne se voyaient presque jamais, ça pouvait très bien continuer comme ça. A mesure que la jeune femme parlait, le jeune homme commençait à s'agacer. « Arrête avec ta paranoïa Ophelia. Tu veux exactement ? Que je t'accueille avec un sourire et un câlin chaque fois que je te vois ? », demanda-t-il froidement. Le jeune homme s'étonna lui-même du ton sec qu'il employait pour cette femme pour qui il avait pourtant eux des sentiments très forts. Il avait pensé qu'à cette époque, ils seraient d'heureux mariés. Pourtant, ils se retrouvaient là, à se parler comme s'ils étaient deux inconnus. Et lui, il la toisait d'un regard si mauvais qu'il était impossible de le croire quand il accusait la jeune femme d'être paranoïaque. Pourtant, face aux paroles de la jeune femme, l'homme politique perdit patience. « Ah oui en effet, je t'ai quitté. D'ailleurs, je suppose que ça t'a bien arrangé », souffla-t-il, exaspéré. Le jeune homme qui mettait toujours un point d'honneur à tout contrôler perdait ses nerfs. Passablement agacé, il reprit la parole. « Épargne-moi ton numéro Ophelia. Tu as peut-être réussi à faire croire à tout le monde que tu étais à plaindre, que tu étais la pauvre fille au cœur brisé et que j'étais le gros connard, mais c'est trop facile de tout me mettre sur le dos », s'énerva-t-il. Il n'avait pas envie de se disputer avec Ophelia. C'était d'ailleurs pour cette raison qu'en général il faisait tout ce qu'il pouvait pour ne jamais se retrouver dans la même pièce ou au moins pas trop longtemps et pas seuls. Mais puisqu'elle mettait le sujet sur le tapis, c'était des années de frustration et de rancœur qui ressortait. Le jeune homme ne put s'empêcher de rire, mais d'un rire qui n'avait rien de joyeux. « Je suis passé à autre chose Ophelia, je n'ai pas passé les dernières années à me languir de toi. Mais je n'aime pas qu'on me prenne pour un con », répondit-il avec froideur. Non, il n'avait pas envie de parler de tout ça. Mais dans le fond, c'était plaisant de laisser enfin sortir ce qu'il pensait depuis des années.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
http://believeeverydayinyourdreams.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/04/2015
›› Commérages : 1715
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : Rebecca Beautiful Breeds
›› Schizophrénie : lissa valentine ✻ rachel campbell ✻ liv burrows ✻ riley emerson ✻ jay thompson ✻ mila matthews ✻ lauren campbell
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I have loved you for many years ✻ Ophelia ✻ ( Lun 20 Nov - 23:30 )



i have loved you for many years.
evan pryde & ophelia rhodes ※ evan & ophelia

“ Your first love will always have a special place in you heart. ” ― IDK

Evan était encore à l'heure d'aujourd'hui la plus belle histoire d'amour qu'Ophelia avait vécue. Certes, leur rupture avait été très douloureuse mais elle gardait d'innombrable doux souvenirs de leur relation vécue. Evan avait été sa première fois à de nombreuses reprises et sur de nombreux domaines. Vraiment, Ophelia était pourtant persuadée qu'à l'heure actuelle, elle s'appellerait Ophelia Pryce et qu'elle serait heureuse en ménage. Peut-être même qu'elle serait mère ou sur le point de le devenir prochainement. Sauf que malheureusement l'homme avait décide de mettre fin à leur relation, vulgairement par un simple coup de téléphone. Un coup dur pour la demoiselle qui semble avoir encore du mal à digérer cette annonce. Mais Ophelia se sera faite à l'idée et aura continuer sa vie, aussi paisiblement qu'elle pouvait l'être avant. Elle n'avait pas revue Evan depuis il y a plus d'un an quand ce dernier était revenu auprès de Joan. C'est d'ailleurs grâce à cette dernière qu'Ophelia avait eut des ses nouvelles aux cours des dernières années. Dans tout les cas, cela n'a jamais été dans les intentions d'Ophelia de vouloir remettre le couvert avec Evan. L'amour qu'elle lui portait n'était plus présent, puis elle avait vraiment tourner la page. Seulement une partie d'elle même était toujours rancunière. Elle lui en voulait d'avoir mit fin à leur relation, d'avoir prit la décision seul sans même la consulter avant. Certes, elle n'aurait pas été d'accord mais elle aurait aimé avoir le choix de se laisser une seconde chance, ce qu'Evan n'avait même pas voulu lui offrir. Ce qui fait que désormais dès qu'ils étaient dans la même pièce, il y avait toujours tension permanente entre eux. Bien loin d'être sexuelle, malheureusement. Depuis leur rupture, Ophelia n'a jamais demandé à devenir sa meilleure amie, mais elle avait espérer au moins qu'ils essayeraient d'être amis. Sauf que cela n'avait pas l'air d'être possible ... Encore une fois, ils étaient côte à côte, venu dans le même but devant cette demeure pour voir Joan, sauf qu'elle n'était pas présente et sans elle, la conversation allait être très courte. Ils n'échangèrent que des paroles futiles, ils auraient même pu parler de la pluie et du beau temps. Mais Ophelia était lassée de cette situation, lassée d'avoir l'impression de toujours marcher sur des œufs quand ils sont ensemble. Elle a besoin d'une explication et c'est ce moment qu'elle choisit pour, au grand détriment d'Evan qui n'était certainement pas prêt pour ce genre de conversation. « Je ne vois pas de quoi tu parles. » Ophelia se serait bien mise à rouler des yeux, mais elle trouve ce geste tant impoli qu'elle ne fera rien. « Arrête, tu sais très bien de quoi je parles. » Il peut le faire à d'autres, mais pas à elle. « Arrête avec ta paranoïa Ophelia. Tu veux exactement ? Que je t'accueille avec un sourire et un câlin chaque fois que je te vois ? » Absolument pas. « Je ne suis pas parano, c'est vrai et tu le sais. Depuis qu'on n'est pas plus ensemble tu m'ignores comme si j'étais une inconnue. » Bon d'accord, elle aussi, elle fait la même chose. « Mais non je ne veux ni d'un câlin, ni d'un sourire c'est pas ce que j'veux. » Elle veut juste comprendre pourquoi il a l'air de lui en vouloir autant. C'est lui qui a tenu à mettre fin à leur relation et non elle. « Ah oui en effet, je t'ai quitté. D'ailleurs, je suppose que ça t'a bien arrangé. » Hum ? En quoi ça l'aurait arrangé ? « De quoi tu parles ? » Il va falloir qu'il éclaire sa lanterne parce qu'elle ne voit absolument pas où il veut en venir. Pourquoi ça l'aurait arrangé qu'ils rompent ? Pour qu'elle pleure toutes les larmes de son corps pendant des jours, des semaines et des mois ? Non absolument, elle ne voit pas où il veut en venir. « Épargne-moi ton numéro Ophelia. Tu as peut-être réussi à faire croire à tout le monde que tu étais à plaindre, que tu étais la pauvre fille au cœur brisé et que j'étais le gros connard, mais c'est trop facile de tout me mettre sur le dos. » C'est donc ainsi que tout le monde la voit ? Comme une pauvre fille au cœur brisé ? « Que je sache je t'ai toujours respectée Evan. Mais excuse moi je pense que je valais mieux qu'un vulgaire coup de téléphone. Tu n'as même pas eut le courage de venir me voir pour rompre avec moi, même pour ça tu n'as pas trouvé le temps de te déplacer. » Et c'est essentiellement ce qu'elle lui avait toujours reprocher et ce qui lui reste toujours en travers de la gorge. « Mais jamais je ne t'ai fais passer pour le connard dans l'histoire, jamais. » Elle était consciente qu'ils avaient tout les deux leur tort, après tout c'était elle qui était partit à l'autre bout du pays pour faire ses études. « Parce qu'au fond de moi j’espérais que tu reviennes ... Je t'ai attendue Evan et tu n'es jamais revenu ... » Et c'était pour cette raison qu'Ophelia était finalement passé à Julian, en espérant qu'il lui fasse oublier Evan, ce qu'il avait réussit en partie du moins. « Je suis passé à autre chose Ophelia, je n'ai pas passé les dernières années à me languir de toi. Mais je n'aime pas qu'on me prenne pour un con. » Vraiment, elle ne comprend pas pourquoi il lui en veut autant. « Pourquoi je t'aurais pris pour un con ? Explique moi ? » Dans ses souvenirs, elle n'avait jamais rien fait qui le pousse à cette conclusion mais peut-être avait-elle raté un épisode, bien qu'à ce stade c'est plus une saison toute entière qu'elle avait loupé. « Mais j'suis heureuse de savoir que tu es passé à autre chose, tu mérites d'être heureux Evan. » Et malheureusement ça ne sera pas avec elle qu'l trouvera le bonheur, ils avaient déjà laisser passer leur chance.



    if you're ready, heart is open i'll be waiting, come find me. if you're searching for forever i'll be waiting, come find me. i can see you, you're in the darkness blinding lights right where your heart is. iIf you're ready, heart is open i'll be waiting, come find me.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 11/09/2017
›› Commérages : 181
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Patrick J. Adams
›› Schizophrénie : Devon Oakley (Sebastian Stan) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Gemma Arterton) ✻ Jocelyn-Ahern-Fields (Karla Souza) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox).
›› more about me

Re: I have loved you for many years ✻ Ophelia ✻ ( Lun 11 Déc - 16:59 )


I have loved you for many years
You and me we made a vow for better or for worse. I can't believe you let me down but the proof is in the way it hurts. For months on end I've had my doubts denying every tear. I wish this would be over now but I know that I still need you here. You say I'm crazy 'cause you don't think I know what you've done. But when you call me baby I know I'm not the only one.


Ophelia n'avait pas seulement été la première femme qu'Evan avait aimé. Non, elle avait été la seule. Il se souvenait encore parfois de ce qu'il avait ressenti pour elle, mais cela faisait si longtemps que peu à peu, ces souvenirs s’estompaient. Il se souvenait de ces papillons dans son ventre, de son cœur qui se serrait avant de s’accélérer chaque fois qu'il la voyait, de son visage qui s'illuminait à la seconde où il l’apercevait. Il n'avait ressenti cela pour personne d'autre. Il n'avait pas ressenti cela depuis très longtemps. Bien trop longtemps. Avec le temps, il était devenu un personnage un peu cynique et froid qui ne voulait plus aimer et qui préférait se noyer dans son travail. Le travail au moins, ça ne faisait pas souffrir. Or, il avait beaucoup trop souffert à cause d'Ophelia. Il n'avait jamais pensé que c'était entièrement de la faute de la jeune femme, ce qui était arrivé entre eux. Il avait été responsable aussi, puisqu'il n'avait pas pu la voir, à cause de son travail. Il avait laissé son travail empiéter sur sa vie privée et c'était entièrement de sa faute. Mais lui, il avait été fidèle. C'était un homme, il avait des besoins, il avait des envies. Et des belles femmes, il en croisait tous les jours, dans des villes différentes. Mais Evan n'avait jamais craqué, parce qu'il était profondément amoureux. Evan n'avait pas menti, Evan n'avait pas triché. Mais Ophelia ne s'était pas gênée pour le remplacer, elle ne s'était pas gênée pour avoir une autre vie. Une double vie. Et en plus de cela, elle ne s'était pas gênée pour le faire passer pour un sale type. Evan, avec le temps, avait fini par nourrir énormément de ressentiment à l'égard de la belle brune. Même si elle avait été son seul et unique amour, maintenant, c'était de la colère et de la rancœur qu'il ressentait envers elle. Être proche d'elle était pour lui une véritable torture. Il savait qu'il se comportait comme un idiot en se montrant aussi froid et distant avec elle, chaque fois qu'il la voyait. Mais Evan s'efforçait d'être poli avec la jeune femme. Car il le savait, s'il se laissait aller à la colère, il risquait de lui dire des choses qui lui feraient du mal. Et même s'il pensait chacun des mots qu'il n'osait pas prononcer, Evan n'avait aucune envie de blesser Ophelia. En général donc, il l'évitait. Mais aujourd'hui, la jeune femme avait décidé de le mettre au pied du mur et de le confronter, d'une certaine façon. Le jeune homme aurait voulu éviter cette conversation. Mais puisqu'elle insistait, le jeune homme n'était pas décidé à mâcher ses mots. Il n'avait jamais pratiqué la langue de bois, ce n'était pas aujourd'hui que ça allait commencer. « Très bien, tu n'es pas parano et c'est vrai. En attendant, tu t'attendais à quoi exactement ? », demanda-t-il, passablement agacé. Elle s'attendait à quoi exactement ? Qu'il l'accueille en la prenant dans ses bras à chaque fois qu'il la voyait ? Lui aussi, il avait eu mal. Il aurait voulu que leur histoire dure. Il aurait voulu qu'elle ne s'arrête jamais. A l'époque, Evan croyait en l'amour, il se voyait marié avec elle, avec un ou plusieurs adorables enfants. Mais non. Aujourd'hui, il ne croyait plus en tout cela, parce qu'elle avait disparu de sa vie. Et il était toujours plein de ressentiment à son égard. Elle avait eu un autre homme dans sa vie. Evan était sûr qu'il ne se faisait pas des films. C'était une évidence. L'animosité de cet homme à son égard. Cet homme qui était étrangement devenu son compagnon après leur rupture. Evan n'était pas con. « Arrête de jouer à l'innocente Phee et arrête de me prendre pour un con », s'énerva-t-il encore d'avantage. Le surnom lui avait échappé. Mais il fronçait tellement les sourcils et serrait tellement la mâchoire qu'il était impossible d'y déceler le surnom affectif qu'il utilisait pour la désigner par le passé. Evan était une boule de nerfs, une boule de colère, prête à exploser. Ophelia n'aurait sans doute pas dû le lancer sur cette voix. Parce que si elle l'obligeait à libérer tous les mots qu'il n'avait jamais voulu prononcer, elle ne pourrait s'en prendre qu'à elle même si elle souffrait de ses paroles. « Ne t'aventures pas sur cette voix là, Ophelia », prévint-il. Le jeune homme avait conscience qu'il éludait chacune des questions de la jeune femme. Plus elle parlait, plus il se refermait. Mais il se sentait monter en pression, comme une cocotte minute. Bientôt, il allait exploser. Ses nerfs allaient lâcher. « Tu espérais que je revienne », répéta-t-il en se mettant soudain à rire. A d'autres. Qui espérait-elle duper avec ces mots ? Pas lui en tout cas. Evan n'était pas bête. Il avait comprit. Elle n'avait jamais eu besoin de le dire. Joan non plus n'avait jamais rien dit. Il aurait pu lui en vouloir aussi pour cela, mais elle était coincée entre son frère et sa meilleure amie. Il était sûr pourtant que Joan savait qu'elle l'avait trompé. Alors Evan voulait bien fermer les yeux, mais il ne supportait pas qu'on le prenne pour un con. Mais Ophelia niait. Et c'était bien la dernière des choses qu'elle aurait du faire. Soumis à une pression trop forte, le jeune homme finit par craquer. « Tu méritais plus qu'un coup de téléphone. Très bien. Admettons. Mais si j'avais pu me déplacer pour te voir, je l'aurais fait plus souvent Ophelia, je ne l'aurais pas fait spécialement pour rompre », s'énerva-t-il. Elle n'était pas bête, donc son absence de logique s'apparentait dans l'esprit d'Evan à de la mauvaise foi. Ils n'arrivaient pas à se voir. Si Evan avait eu la possibilité de la voir, il aurait trouvé du temps pour le passer avec elle, pas pour rompre. « Tu sais quoi Ophelia ? Tu m'as reproché le fait de n'être venu te voir qu'une fois. Tu m'as reproché le fait que j'avais annulé plusieurs fois, mais à quel moment est-ce que toi tu as prit la peine de venir me voir ? Tu m'as reproché des choses sans être capable de les faire toi même », ajouta-t-il, en commençant à hausser le ton. Plus les mots sortaient de sa bouche, plus Evan sentait un poids s'enlever de ses épaules, l'encourageant à déverser tout son flot de colère sur son ex-fiancée. « Tu savais que j'étais amenée à voyager pour mon boulot. C'était pas une nouveauté. Mais c'est toi qui a choisi malgré tout de compliquer encore plus en partant étudier à l'autre bout du pays. Tu as fait ton choix entre vivre ton rêve et notre couple Ophelia. Tu t'attendais à ce que ça finisse comment ? Je t'ai laissé partir, parce que je ne voulais pas que tu m'en veuilles toute ta vie pour avoir été l'homme qui t'a empêché de briser tes rêves, mais comment est-ce que tu croyais que ça allait finir ? », brailla-t-il au milieu de la rue. Oui, Evan était en colère. C'était plusieurs années de rancœur qui se libéraient. Evan semblait être une bombe sur le point d'exploser. « Mais moi Ophelia, je t'ai toujours été fidèle. Toujours. On ne peut pas en dire autant de toi. Et ne nie pas. Je ne suis pas con. Quand je suis venu te voir, je n'ai pas compris l'animosité de ton soit-disant ami à mon égard. Mais quand j'ai appris après notre rupture que tu étais avec lui, j'ai compris. Tu as joué à la jeune femme éplorée, mais ça t'arrangeait bien. Je t'ai quitté, ça t'a permis de me faire passer pour le méchant, alors que tu m'as bien prit pour un con pendant tout ce temps », brailla-t-il d'avantage. Une passante se tourna vers lui, le regardant d'un air mauvais. Le jeune homme inspira profondément pour se calmer. Il n'aurait pas dû hurler ainsi sur Ophelia, mais lui dire ce qu'il ressentait depuis si longtemps lui faisait du bien. « Je t'ai peut-être quitté par téléphone, mais tu m'as renvoyé la bague par la poste. Je ne sais pas lequel avait le plus de mépris pour l'autre », conclut-il, parce qu'il n'avait jamais digéré non plus d'avoir reçu cette bague dans cette enveloppe avec ce mot stupide alors que de l'autre côté du pays, elle, elle s'amusait bien.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
http://believeeverydayinyourdreams.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/04/2015
›› Commérages : 1715
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : Rebecca Beautiful Breeds
›› Schizophrénie : lissa valentine ✻ rachel campbell ✻ liv burrows ✻ riley emerson ✻ jay thompson ✻ mila matthews ✻ lauren campbell
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I have loved you for many years ✻ Ophelia ✻ ( Ven 26 Jan - 23:46 )



i have loved you for many years.
evan pryde & ophelia rhodes ※ evan & ophelia

“ Your first love will always have a special place in you heart. ” ― IDK

Il est évident qu'il est impossible pour un être humain d'oublier son premier amour. Et c'est exactement ce que ressent Ophelia Rhodes. Elle est consciente que son histoire avec Evan est finit depuis très longtemps, mais une part d'elle-même ne cessera jamais d’éprouver un quelque chose à son égard. Peut-être pas de l'amour, mais peut-être plus de la reconnaissance pour tout ce qu'ils ont pu partager ensemble. Il a été le premier homme qu'elle a aimer, auquel elle a réellement ouvert son cœur et ça, elle ne parviendra jamais à l'oublier. Comme elle n'arrive pas à oublier cette façon qu'il a eut de lui briser son cœur en un million de morceau en mettant fin à leur relation. Avec du recul, Ophelia peut comprendre la réaction d'Evan. Ils étaient à des milliers de kilomètres et cette relation n'était absolument pas vivable, pour l'un comme pour l'autre. Sauf qu'elle aurait voulu essayer. Elle l'aurait voulu pour eux. Sauf que leur relation a juste prit fin et depuis, ils n'ont plus jamais échanger la moindre parole. La rancœur, voilà le sentiment qui anime désormais Ophelia dès lors que ses yeux croisent le chemin d'Evan. Elle aurait voulu que les choses aillent mieux entre eux, mais il faut se rendre à l'évidence que cette idée n'est qu'une utopie. A la place, ils s'ignorent tout simplement. Sauf qu'à force, Ophelia en a plus que marre de cette situation. Elle veut avoir un vrai dialogue avec Evan, sauf que cela n'arrive jamais ... Aujourd'hui devant chez Joan, ils auraient pu s'éviter comme à leur habitude, mais pour une fois Ophelia a envie de rentrer dans le vif du sujet et d'avoir enfin les excuses qu'elle mérite. Mais en réfléchissant, elle en demande certainement trop ... « Très bien, tu n'es pas parano et c'est vrai. En attendant, tu t'attendais à quoi exactement ? » Dans un monde parfait, ils auraient accepter les erreurs de chacun et auraient continuer à échanger ensemble. Sauf qu'on est à Cap Harbor et le paradis n'existe pas. « Je ne sais pas ... Mais pas à ça ! » Pas à cette absence de dialogue entre eux, ni à cette rancœur qui est en train de les ronger mutuellement. « Arrête de jouer à l'innocente Phee et arrête de me prendre pour un con. » Phee ? Ophelia restait même surprise face à ce surnom. Cela faisait bien longtemps qu'elle ne l'avait pas entendu de la bouche de quelqu'un et surtout celle d'Evan. Il avait toujours été le seul à la surnommer comme ça et juste ce souvenir avait le don d'en faire remonter des milliers d'autres dans son esprit. Seulement Evan l'accuse, sauf qu'elle ne voit absolument pas de quoi il peut lui parler. « Va jusqu'au bout de ta pensée et dit moi ce dont je semble être coupable. » Parce qu'elle ne voit vraiment pas où il veut en venir, ni même le pourquoi du comment, elle l'aurait prit délibérément pour un con. « Ne t'aventures pas sur cette voix là, Ophelia. » Désolé mais maintenant qu'elle lâche son sac, c'est impossible qu'elle se stoppe dans son élan.« Tu espérais que je revienne ? » Et en plus il rigole de ses paroles ? Oh il va finir par la vexée, la Rhodes. « Je suis sérieuse Evan, je ne vois pas en quoi c'est amusant. Je voulais juste que tu reviennes ... » Elle a attendue des jours, puis des semaines, puis des mois mais aucun signes de lui à l'horizon ... Alors à force à force, elle s'était fait une raison que c'était réellement finit entre eux. « Tu méritais plus qu'un coup de téléphone. Très bien. Admettons. Mais si j'avais pu me déplacer pour te voir, je l'aurais fait plus souvent Ophelia, je ne l'aurais pas fait spécialement pour rompre. » Elle maintient quand même qu'elle méritait plus qu'un vulgaire coup de téléphone. « Tu as juste choisit la facilité plutôt que de m'affronter. » Parce qu'elle sait très bien que s'il avait été présent, les choses ne se seraient pas dérouler de la sorte et que jamais, elle ne l'aurait laisser quitter sa vie. « Tu sais quoi Ophelia ? Tu m'as reproché le fait de n'être venu te voir qu'une fois. Tu m'as reproché le fait que j'avais annulé plusieurs fois, mais à quel moment est-ce que toi tu as prit la peine de venir me voir ? Tu m'as reproché des choses sans être capable de les faire toi même. » Jamais. « Et tu voulais que je vienne te voir comment ? Avec quel argent ? Dit moi puisque tu sembles avoir réponse à tout aujourd'hui. » Bon c'était trop facile de rejeter la faute sur Evan, mais c'était plus sage que d'avoir à ressentir une fois encore la sensation de son coeur qui se brise en deux. « Le pire c'est que mes amis en avaient tellement marre de me voir pleurer pour toi, qu'ils s'étaient tous cotisé pour me payer un billet pour venir te voir ... » Sauf qu'à la place, elle a été au Mexique avec sa bande d'amis d'université. Cela avait au moins eut le mérite de lui changer les idées. « Tu savais que j'étais amenée à voyager pour mon boulot. C'était pas une nouveauté. Mais c'est toi qui a choisi malgré tout de compliquer encore plus en partant étudier à l'autre bout du pays. Tu as fait ton choix entre vivre ton rêve et notre couple Ophelia. Tu t'attendais à ce que ça finisse comment ? Je t'ai laissé partir, parce que je ne voulais pas que tu m'en veuilles toute ta vie pour avoir été l'homme qui t'a empêché de briser tes rêves, mais comment est-ce que tu croyais que ça allait finir ? » Ils avaient juste deux trains de vie totalement différents, seulement Ophelia avait toujours cru que leur amour aurait suffit pour surmonter cette épreuve. Comme quoi, les histoires d'amour à distance dans les films sont toutes bidons, ils ne racontent que des mensonges. « Je pensais qu'on allait se marier ... Je pensais juste qu'on s'aimait assez pour arriver à surmonter ça, mais je me suis juste trompée. » Et pourtant Ophelia aurait tant voulu s'appeler à l'heure actuelle Madame Pryce et même commencer à fonder une famille avec Evan. Mais rien de tout ça n'avait eut lieu ... « Mais moi Ophelia, je t'ai toujours été fidèle. Toujours. On ne peut pas en dire autant de toi. Et ne nie pas. Je ne suis pas con. Quand je suis venu te voir, je n'ai pas compris l'animosité de ton soit-disant ami à mon égard. Mais quand j'ai appris après notre rupture que tu étais avec lui, j'ai compris. Tu as joué à la jeune femme éplorée, mais ça t'arrangeait bien. Je t'ai quitté, ça t'a permis de me faire passer pour le méchant, alors que tu m'as bien prit pour un con pendant tout ce temps. » Ophelia laissait Evan lui cracher son venin à la figure, assez surprise par ses propos. Il avait remit sa fidélité en doute ? Elle qui n'avait jamais douter de la sienne, voilà qu'il venait de l'achever un peu plus. « Tu crois que je t'ai trompé ? » La seule personne qu'elle a trompé c'était Julian, mais jamais elle n'aurait pu faire ça à Evan, peut-être parce qu'elle le respectait trop et peut-être tout simplement parce qu'elle était littéralement amoureuse de lui. « Je ne t'ai jamais trompée Evan, jamais. » Jamais ô grand jamais, elle n'aurait pu avoir une telle pensée lui traversant l'esprit. « Je ne nie pas avoir eut quelqu'un après toi, mais je pense qu'il y a prescription, ça faisait plus d'un an que tu m'avais quitté, je pense que j'étais en droit de vouloir avoir quelqu'un dans ma vie autre que toi ... » Lui, elle l'a attendu et il n'est jamais revenu. « Julian était peut-être froid avec toi quand tu es venue me voir, parce qu'il était intéresser par moi, ce n'était un secret pour personne. Mais il ne s'est jamais rien passer entre lui et moi pendant qu'on était ensemble, j'ai toujours mis des barrières, je t'avais trop dans la peau pour avoir un autre homme dans ma vie, autre que toi. » Combien de fois Julian avait dénigrer Evan devant Ophelia ? Trop de fois. Et combien de fois s'était-il prit sa main en pleine figure ? Autant de fois. « Et quand j'ai commencé à sortir avec lui, c'était pour tenter de t'oublier ... » C'était moche, elle en était consciente, mais elle ne l'avait jamais caché. « Mais je suis déçue que tu ais pu penser que je t'ai trompée ... » Parce que ça n'est jamais arrivé et cette pensée ne lui a jamais traverser l'esprit. « Je t'ai peut-être quitté par téléphone, mais tu m'as renvoyé la bague par la poste. Je ne sais pas lequel avait le plus de mépris pour l'autre. » Il marque un point, balle au centre. « J'étais furieuse ... Et si c'était à refaire, je ne ferrai pas la même erreur. » Elle aurait du prendre ce billet d'avion et le rejoindre pour s'expliquer et tenter de le récupérer. Mais leur histoire est finit depuis tellement d'années que ça ne sert à rien de ressasser encore le passé. « Je suis juste désolé Evan ... » Si bien que ses yeux commencent à briller. « J'aurais du tout faire pour te retenir ... » Mais à la place, elle n'avait fait que pleurer, comme à l'instant même où elle sent ces douces perles salés coulaient le long de ses joues.



    if you're ready, heart is open i'll be waiting, come find me. if you're searching for forever i'll be waiting, come find me. i can see you, you're in the darkness blinding lights right where your heart is. iIf you're ready, heart is open i'll be waiting, come find me.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 11/09/2017
›› Commérages : 181
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Patrick J. Adams
›› Schizophrénie : Devon Oakley (Sebastian Stan) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Gemma Arterton) ✻ Jocelyn-Ahern-Fields (Karla Souza) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox).
›› more about me

Re: I have loved you for many years ✻ Ophelia ✻ ( Mer 7 Fév - 21:30 )


I have loved you for many years
You and me we made a vow for better or for worse. I can't believe you let me down but the proof is in the way it hurts. For months on end I've had my doubts denying every tear. I wish this would be over now but I know that I still need you here. You say I'm crazy 'cause you don't think I know what you've done. But when you call me baby I know I'm not the only one.


Evan soupira. Il ne savait même pas quoi dire, ni quoi faire. Il gérait les paroles et les faits et gestes d'un homme politique tous les jours, mais il n'était pas capable de savoir comment parler avec son ex-fiancée. C'était triste dans le fond. « Je suis désolée Ophélia, mais je ne sais pas comment me comporter avec toi », avoua-t-il finalement. Oui, c'était tentant de lui demander de ses nouvelles. C'était tentant de se demander comment elle évoluait. Mais Evan savait des choses qu'il ne voulait pas savoir. Il lui reprochait des choses. Il lui en voulait pour d'autres. Et Evan était rancunier, ce n'était pas nouveau. Le jeune homme perdait d'ailleurs assez facilement son calme quand il était en compagnie d'Ophélia. C'était pour cette raison qu'il l'évitait quand il le pouvait. Il regrettait d'avoir prononcé ce surnom. Trop de choses étaient remontées à la surface avec ce simple surnom. « Tu te fiches vraiment de moi », s'agaça-t-il. C'était incroyable. Elle le prenait vraiment pour un idiot ou c'était juste une impression ? Ou alors, sa mémoire était peut-être sélective. Parce que lui, il se sentait toujours trahi, toujours blessé. Il avait l'impression d'avoir été prit pour un con. Comment est-ce qu'elle pouvait lui dire qu'elle souhaitait qu'il revienne, alors qu'elle était passée à autre chose ? Lui n'avait jamais réussi à passer à autre chose. Il n'était toujours pas passé à autre chose aujourd'hui d'ailleurs. « Tu voulais que je revienne, pourtant de nous deux, ce n'est pas moi qui ait refait facilement ma vie », rétorqua-t-il. Lui, il serait revenu à vrai dire. Mais ça n'aurait rien changé. Ils auraient pu décider de se remettre ensemble, mais ils n'auraient pas réussi à se voir. Evan avait son emploi du temps beaucoup trop chargé. Ophélia avait ses études. Ils avaient des vies bien chargées et ils vivaient à des endroits du monde trop éloignés. « Mais putain Ophélia arrête avec ta victimisation constante et ouvre un peu les yeux », s'énerva-t-il. Il allait vraiment finir par s'énerver pour de bon et par lui crier dessus. C'était bien rare de le voir s'énerver, surtout sur Ophélia. Mais il en avait assez. « On n'arrivait jamais à se voir. Tu crois que si j'avais eu l'occasion de prendre un avion pour te voir, je l'aurais fait pour rompre avec toi ? Non, si j'avais eu l'occasion de prendre un avion pour te voir, je l'aurais fait pour passer du temps avec toi. Si j'avais pu venir te voir, on n'aurait eu aucune raison de rompre ! », s'exclama-t-il, agacé. Pourtant Ophélia n'était pas blonde. D'ailleurs il n'aimait pas les blondes. Mais parfois c'était à se demander. Ou alors ils ne parlaient pas la même langue. Apparemment, elle ne comprenait pas. Et il ne voyait pas ce qu'il pouvait dire d'autre pour qu'elle comprenne. C'était un peu énervant à force. « Et moi alors, je devais faire quoi ? Démissionner et venir te compagnie pendant que tu t'éclatais avec tes potes ? Je ne pouvais pas me libérer. Et moi non plus je ne roulais pas sur l'or que je sache », rétorqua-t-il en levant les yeux au ciel. On n'était pas dans le monde des bisounours. Un boulot d'assistant, ça ne payait pas des masses et en plus, ça bouffait tout son temps. Ophélia pouvait demander à son nouveau copain, il lui dirait que papa Hollister ne le payait pas des masses. Mais visiblement, avec Ophélia, c'est fait ce que je dis, pas ce que je faits. « Comme c'est pratique. Dommage qu'ils aient mal choisi leur timing », répondit-il sur un ton atrocement ironique. En même temps, comment aurait-il du deviner lui, qu'elle avait un billet pour venir le voir ? Evan n'était pas encore voyant. Il aurait bien aimé, mais ça ne faisait pas du tout parti de ses nombreux talents. « On s'aimait oui. Mais à un moment, il faut être logique. La distance était trop importante. Et ce n'était pas pour seulement quelques mois, sinon effectivement ça aurait pu marcher. Mais tu as fait un choix en sachant parfaitement que ça allait poser problème. Je l'ai accepté, pour ton bonheur à toi. Mais tu ne peux pas tout me foutre sur le dos », expliqua-t-il. Ça, il ne l'acceptait pas. Ils avaient sans doute une part de reproches à se faire tous les deux. Evan aurait sans doute du dire à son patron d'aller se faire voir plus tôt. Mais Evan et Ophélia avaient déjà du mal à se voir certaines semaines avant qu'elle ne déménage à l'autre bout du pays. Alors Evan avait le dos large, mais pas à ce point. Maintenant que Evan était lancé, plus rien ne l'empêchait de cracher son venin au visage d'Ophélia. Ça faisait beaucoup trop longtemps qu'il retenait ses mots. Il avait eu envie de lui hurler dessus le jour où Joan lui avait apprit qu'elle sortait avec son pote de la fac et qu'Evan avait comprit. « Oui je le crois », affirma-t-il. Et il le croyait. Et il l'avait cru. Bref, il pensait que Ophélia avait été infidèle au passé, au présent et probablement au futur. Parce qu'il ne voyait pas ce qu'elle pourrait dire pour le faire changer d'avis. « C'est ça … », répondit-il, sur la défensive. Il croisa même les bras. Encore un peu, l'étape suivante, c'était qu'il se mette à bouder comme un gamin. Quoi que … C'était un peu ce qu'il faisait déjà. Il n'avait pas envie de parler à Ophélia. Il n'avait pas envie de l'écouter. Mais comme il n'était pas sourd, il entendait ce qu'elle disait. Et il n'était pas content. Parce qu'elle n'était pas une menteuse et qu'il était tenté de la croire. Et pourtant, ça faisait plusieurs années qu'il était convaincu qu'elle l'avait trompé. Lorsqu'elle eut fini de parler, il n'était pas certain d'être convaincu sur ce qu'elle venait de lui dire. Mais quelque chose d'autre le travaillait. « Tu me reproches des tas de choses Ophélia. Mais je t'ai certes quitté, mais en attendant, moi au bout d'un an, je n'étais pas passé à autre chose », répondit-il, les lèvres pincé. Il s'efforçait de se montrer froid et fermé, pour ne pas montrer que des années plus tard, cette histoire lui faisait toujours du mal. Ophélia avait été la seule femme qu'il avait aimé. A vrai dire, il avait toujours regretté d'avoir accepté qu'elle parte à l'autre bout du pays. Ou alors il regrettait de ne pas avoir démissionné pour la rejoindre. Parce qu'à part elle, il ne voyait pas qui pourrait le rendre heureux un jour. Il n'avait été heureux qu'avec elle. « L'avantage c'est qu'en te quittant, j'ai pu passer pour un connard, Julian a eu ce qu'il voulait et toit tu as pu refaire ta vie. Celui qui en a le plus souffert dans le fond, c'est moi », fit-il remarquer, plus pour lui-même que pour elle. Parce que lui aujourd'hui, il était toujours seul. Et il n'avait absolument plus foi en l'amour par dessus tout. Evan se gratta la nuque, signe qu'il était mal à l'aise. Certes il était descendu d'un ton, mais il avait toujours envie de se barrer. Il n'avait toujours pas envie de lui parler. « Si c'était à refaire, je ne te quitterai pas », répondit-il du tac au tac. Et il regretta immédiatement ses paroles. Il n'avait pas dit qu'il ne la quitterai pas par téléphone. Mais bien qu'il ne la quitterait pas. Et il se dit qu'il n'aurait sans doute pas du dire ça. Le jeune homme s'apprêtait à répliquer, mais il constata que la jeune femme pleurait. Toute forme de colère s'évapora et il posa sa main sur son épaule. « Ne pleure pas Phee », souffla-t-il doucement en s'efforçant de la calmer. Il n'était pas suffisamment à l'aise pour la prendre dans ses bras, mais le cœur y était. « On a tous les deux faits des erreurs. J'aurais pu quitter mon boulot. Tu aurais pu faire tes études plus prêt de chez nous. On aurait pu être heureux. Mais on a fait des choix différents. Peut-être que nous deux, ça ne devait pas se faire et que même si on s'était battu, ça n'aurait pas marché », expliqua-t-il calmement. Est-ce qu'il y croyait vraiment ? Non, pas du tout. Mais il ne voulait pas qu'elle soit triste. Toujours était-il qu'aujourd'hui encore, si elle revenait dans ses bras, Evan dirait oui sans hésiter. Parce que même s'il lui en voulait, il était toujours persuadé qu'elle était la femme de sa vie. Ça, il ne pouvait évidemment pas lui dire. A quoi bon ? Elle avait refait sa vie maintenant. Elle était heureuse avec Shane. Et il n'allait pas la rendre triste parce que lui avait été incapable de passer à autre chose.




BROKEN LOVE
All I want is nothing more to hear you knocking at my door. 'Cause if I could see your face once more I could die as a happy man I'm sure. When you said your last goodbye I died a little bit inside. I lay in tears in bed all night alone without you by my side.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: I have loved you for many years ✻ Ophelia ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

I have loved you for many years ✻ Ophelia

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération