I want something just like that [Eliza]

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 25/08/2017
›› Commérages : 75
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Elodie Yung
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ☼ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ☼ Pio Esposito (Aaron Tveit) ☼ Martin Palmer (Ben Barnes)
›› more about me

I want something just like that [Eliza] ✻ ( Mer 4 Oct - 20:39 )












En arrivant ce matin je m'attendais à passer une journée tout à fait banal. J'avais des dossiers à terminer, et une nouvelle course contre la montre s'était déclenchée avec un laboratoire concurrent. Je devais absolument finaliser le voyage de mon directeur. C'était la tête pleine de tout ce que je devais faire durant la journée que j'avais découvert la secrétaire de mon directeur pleurer les larmes de son corps devant son bureau. Parce que voir pleurer les gens n'avait pas le pouvoir de m'émouvoir, je passais devant elle sans dire un mot et sans esquisser le moindre geste de réconfort. « Vous êtes vraiment un monstre sans coeur ! » Oh ? Alors parce que je n'étais pas là pour lui tendre un mouchoir elle déversait sa colère sur moi ? La pauvre, elle avait mal choisie sa cible. « Si ça vous fait plaisir de le dire, j'aurai tendance à dire que j'ai plus de caractère et que je ne me mets pas à pleurer parce que je me suis cassée un ongle ou parce que je ne sais quelle star a trompé sa copine » Ce n'était quand même pas une petite assistante de bas étage qui allait m'emmerder, j'avais d'autre chose à faire que d'entendre ses jérémiades. Au moment où elle allait me répondre, le grand patron arrivait à son tour. « Helena vous êtes là. Très bien. » Un peu comme tout les jours depuis de nombreuses années. « J'ai le regret de vous annoncer la mort de Monsieur Rickman » Alors ça, je ne m'y attendais absolument pas. Je comprenais mieux les pleurs de la secrétaire maintenant. Malgré le choc, j'essayais de ne rien laisser paraître. « Je suis navrée de l'apprendre, il a été un véritable mentor pour moi » Si j'en étais là aujourd'hui, c'était quand même grâce à lui et c'était pour cela qu'il pouvait se reposer sur moi plus qu'il ne le faudrait. « Allons discuter dans mon bureau » Je le suivais, avec un dernier regard pour la secrétaire. Elle me faisait vraiment pitié. Dans le bureau, je prenais place dans un fauteuil en face du big boss. « Le poste de directrice vous revient de droit. Vous avez travaillé pour et de toute façon Rickman voulait le laisser dans l'année à suivre » Au moins une bonne nouvelle dans cette matinée. « Je vous remercie de votre confiance et je ferais en sorte que la mort de Monsieur Rickman ne vienne pas troubler nos affaires » Dire cela alors qu'il venait de mourir pouvait être compliqué, mais la terre ne s'arrêtait pas de tourner pour autant et justement nos concurrents allaient profiter de ce trou d'air pour essayer de nous abattre. « Je n'en attendais pas moins de votre part. Il n'y a qu'un bémol, les parts de la société ne vous sont pas encore acquises. Rickman s'était fait approché par un certain McAndrews et il semblait prêt à lui céder. A vous de trouver un arrangement avec cet homme » Une bonne nouvelle était toujours associée à une mauvaise nouvelle et je n'aimais pas ça du tout. Cela ne me faisait par peur, j'étais prête à me battre pour ses parts. « Très bien, je vous remercie de m'avoir tenue au courant. » Il n'y avait plus de place à la discussion, c'était maintenant à moi de faire en sorte que ce McAndrews n'obtienne rien de ce groupe.

De retour à mon bureau, je me tournais de sorte à faire face à la vue de Cap Harbor. Je me sentais triste de la mort de Monsieur Rickman, mais la plus grande partie de moi, se sentait très fière, je ne pouvais m'empêcher d'avoir un petit sourire de victoire. J'avais fait le plus gros en accédant à cette place, le reste se fera très naturellement. Pour que tout cela soit aussi vrai que possible, il fallait que je le partage avec Eliza. Sans perdre de temps je lui envoyé un message. « Ce soir, on se retrouve au bar habituel, c'est moi qui invite. On a quelque chose à fêter » Sa réponse ne faisait par tarder et j'avais déjà hâte de la retrouver.
Le reste de la journée fut d'une jouissance absolue. En apprenant que j'avais eu le poste de directrice la secrétaire était venue me voir pour s'assurer qu'elle conserver son poste. Je fus heureuse de pouvoir lui dire que malheureusement elle ne convenait pas à mes « exigences. Évidemment, cela ne lui avait pas vraiment plu et elle avait dû quitter mon bureau escorter par la sécurité tout en continuant à m'insulter de garce, de salope, et tutti quanti. Je poussais le vice en lui faisant un signe de la main. Oui j'étais vraiment une garce, mais au moins j'avais le courage de l'assumer et non que son amant soit mort n'avait aucune importance pour moi. Ce n'était pas de ma faute si elle était nulle dans son boulot. Par contre je savais exactement qui je voulais comme secrétaire et j'allais moi même chercher cette jeune femme deux étages plus bas et je n'ai eu aucun de mal à la convaincre de bosser pour moi.
Le plus ennuyant, fut de répondre aux nombreux appels de nos clients à propos de la mort de Monsieur Rickman, et je me trouvais des trésors de patience pour leur faire comprendre que rien n'allait changer, que c'était moi qui prenait sa suite et qu'ils avaient l'habitude de faire affaire avec moi.

La journée était enfin terminée, en tout cas j'avais décidé qu'il était temps pour moi de quitter le bureau. Dehors je croisais une nouvelle fois la secrétaire qui m'annonçais que j'allais le regretter et blablabla. J'en tremblais d'avance. Je passais rapidement chez moi pour me rafraîchir et mettre une tenue un peu plus décontractée bien que toujours aussi chic. Si ma mère m'avait vu, elle m'aurait fait de nombreuses remontrance pour accorder si peu d'importance à la mort d'un homme et surtout de n'éprouver aucune honte à faire ce que j'avais fait. J'attendrais certainement quelques jours avant de lui annoncer et je passerais sous silence certains détails.
J'étais arrivais en avance au bar et faisant rapidement le tour de la salle, je voyais qu'Eliza n'était pas encore arrivée. J'en profitais pour m'installer à une table et commander les cocktails. Il ne manquait plus que sa présence pour compléter cette journée déjà parfaite.




lumos maxima


Dernière édition par Helena Lewandowski le Lun 27 Nov - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 25/09/2017
›› Commérages : 261
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Natalie Portman
›› Schizophrénie : Giovanni Esposito (Michael Fassbender) ∗ Joan Pryce (Italia Ricci) ∗ Asher James (Taron Egerton) ∗ Isis Palmer (Merritt Patterson) ∗ James Campbell (Chris Hemsworth)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I want something just like that [Eliza] ✻ ( Sam 11 Nov - 13:36 )



✻ ✻ ✻
Hey girl, can you hear me ? Are you holding out your heart ? Hey girl, do you feel me ? Sometimes I go too far. Hey girl, it ain't easy, I know it's pulling me apart. But darlin', don't you leave me, baby, don't you leave me. Hey girl, hey girl, we can make it easy if we lift each other.

Avant d’aller travailler, Eliza passe bien deux heures de son précieux temps à se préparer – à quelques minutes près. Elle commence par prendre une douche vivifiante, utilisant une multitude de produits pour que sa peau soit douce et agréable. Ensuite, elle s’enferme dans son gigantesque dressing pour choisir la tenue parfaite. C’est probablement ce qui lui prend le plus du temps. Généralement, la brune essaye trois à cinq tenues différentes avant de trouver celle qui lui convient. Aujourd’hui, elle opte pour une robe relativement moulante à motifs fleuris. Une fois impeccablement vêtue, elle relève ses cheveux en un chignon mal-fait au-dessus de sa tête, et s’attaque au maquillage. Eliza a la chance d’avoir une belle peau, elle n’a bien souvent pas beaucoup d’imperfections à camoufler. Néanmoins, elle veille à ce que son teint soit parfait. Elle redessine soigneusement son regard, ses sourcils, redonne un peu de volume à ses cils et ajoute une petite touche de couleur à ses pommettes. Vient ensuite le moment qu’elle préfère : colorer sa bouche. Mettre du rouge à lèvres, c’est tout un art. Chaque matin, Eliza y consacre facilement une bonne quinzaine de minutes. Jamais elle ne prendra le risque de sortir de chez elle sans avoir une jolie bouche bien dessinée. Mat ou brillant ? Clair ou foncé ? Prendre le temps de bien choisir, ne pas se précipiter. Lorsqu’elle est certaine d’avoir pris la bonne couleur, elle l’applique avec autant de soin que de délicatesse. Évidemment, le rouge à lèvres choisi fini dans son sac, parce que cette bouche doit rester entretenue jusqu’à ce soir ! À ce stade, il ne lui reste plus qu’à s’occuper de ses cheveux. Munie d’un sèche-cheveux et d’une brosse, elle les ordonne tout en leur donnant un peu de volume. Et quand toutes ces étapes sont respectées, on obtient une Eliza fraîche et pimpante, prête à débuter sa journée.

Malheureusement, tous ses employés n’accordent pas la même importance qu’elle à leurs apparences. Parfois, c’est ce qui la met de mauvaise humeur. Mais le pire reste son assistant. Quand elle passe devant son bureau, elle remarque automatiquement ses vêtements. Alors, elle s’arrête devant lui et le dévisage sans la moindre gêne, exprimant assez largement son dédain à travers son regard. Il l’agace. Elle rêve de pouvoir le défenestrer, ou au moins le renvoyer. Ne pas avoir ce privilège l’attriste sincèrement. « Vous êtes exaspérant, Jordan. » Il ne s’appelle pas Jordan, elle le sait. Mais prétendre ne pas être capable de retenir son prénom l’amuse. L’assistant relève la tête, un sourire inscrit sur son visage d’abruti. « Bonjour à vous aussi ! J’avais oublié à quel point votre présence était agréable ! » Eliza lève les yeux au ciel, avant de désigner son T-shirt du doigt. « C’est quoi, ça ? » Julian baisse la tête et tire un peu sur son haut de manière à bien montrer le dessin qui se trouve dessus. « Quoi ? Vous  connaissez pas les Tortues Ninjas ? Comment c’est possible ? » S’étonne-t-il. Eliza ne sait pas s’il est sérieux ou s’il la mène en bateau. Connaissant le spécimen, elle opterait plutôt pour la deuxième option. Elle émet un profond soupir d’exaspération, sourcils froncés. « Mais vous avez quel âge ? Vous vous croyez à l’école primaire ? Et coiffez-vous, bon sang ! » Elle tourne soudain les talons, prête à s’engouffrer à l’intérieur de son bureau. « Désolé, madame la PDG ! Maman a oublié de laver ma chemise. » Bien qu’elle ne le voie pas, elle entend son sourire amusé rien qu’en se basant sur son intonation. « Super ! » Lâche-t-elle avant de disparaître pour de bon. Il l’énerve. Il l’énerve tellement qu’elle se sent obligé d’agresser la pauvre porte de son bureau. Elle a eu de l’espoir, lorsqu’elle l’a vu arrivé avec une chemise et une cravate il y a une semaine ou deux. Maintenant, elle commence à croire que cet homme est définitivement perdu pour l’Amérique.

Un peu plus tard dans la matinée, Eliza est dérangée par la réception d’un SMS. Helena lui ordonne presque une soirée entre filles et, évidemment, Eliza se montre partante. Elle aime les bonnes nouvelles ! Afin de ne pas terminer trop tard, elle s’organise en conséquence. Ça lui donne aussi une bonne raison de surcharger Julian de travail. Il n’avait qu’à pas venir travailler avec un T-shirt Tortues Ninjas sur le dos ! Aux alentours de 19h30, elle quitte enfin le siège de son entreprise. « N’oubliez pas de dire à votre mère de laver votre chemise ! » Dit-elle à son assistant avant de partir. « J’y penserai. Belle soirée à vous, madame la PDG ! » Il est insupportable. Vraiment insupportable. Tellement insupportable qu’elle se sent exténuée. Elle espère de tout cœur que tôt ou tard, le conseil d’administration aura pitié d’elle. Eliza ne prend pas la peine de repasser par chez elle, elle se rend directement à Haywood Hill, là où se trouve le bar favori des deux meilleures amies. À peine franchit-elle le pas de porte qu’elle aperçoit Helena. Eliza la rejoint rapidement et s’installe face à elle. « Et t’as déjà commandé les cocktails, t’es parfaite ! » Dit-elle en retirant sa veste. « Est-ce que je commence à me plaindre de mon idiot d’assistant, ou tu me dis tout de suite ce que l’on doit fêter ? » Demande-t-elle, impatiente.


    The edge of Glory ∗ There ain't no reason you and me should be alone, and I got a reason that you're who should take me home tonight. I need a man that thinks it's right when it's so wrong. Right on the limits where we know we both belong tonight.
    ©️ endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 25/08/2017
›› Commérages : 75
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Elodie Yung
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ☼ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ☼ Pio Esposito (Aaron Tveit) ☼ Martin Palmer (Ben Barnes)
›› more about me

Re: I want something just like that [Eliza] ✻ ( Lun 27 Nov - 21:58 )












Depuis l'annonce de la mort de mon directeur, la seule chose qui me revenait en tête, c'était qu'enfin j'arrivais à avancer mes pions comme je le désirais et surtout je n'avais pas à patienter un ou deux ans pour le faire. Ce n'était pas très sympa, ni hyper catholique de se réjouir de la mort de quelqu'un – surtout que je l'appréciais énormément – mais j'aurai le temps de faire mon deuil le jour de son enterrement et surtout c'était à travers mon travail que je pourrais lui rendre hommage. Sa secrétaire avait peut-être raison de dire que je n'avais pas de cœur, mais ce n'était pas grave. J'étais désormais à la place qui me revenait de droit, j'avais virer cette secrétaire insupportable, il ne me restait plus qu'à monter encore plus haut dans la société, mais cela passait d'abord par ce McAndrews qui lorgnait sur les parts de mon entreprise. Avant de me plonger dans le travail, j'envoyais un message à Eliza. S'il y avait bien une personne avec qui j'avais envie de fêter cette promotion c'était elle. Elle était la seule personne avec qui je n'avais pas besoin de faire semblant d'être gentille. Eliza et moi avons pratiquement le même caractère et surtout la même exigences envers le boulot. Pour réussir, tout était permis. Ecraser les autres, ne nous posait aucuns problèmes. L'avantage qu'avait Eliza sur moi, était qu'elle était à la tête de sa propre entreprise. Si cela aurait pu poser des problèmes à de nombreuses personnes, ce n'était pas mon cas. Au contraire, j'admirais sa force et sa détermination. Malheureux sont les gens qui la sous-estiment parce qu'elle est une femme. Sa réponse ne s'était pas faite attendre et la perspective de cette soirée me mettait en joie.

Répondre aux appels de nos nombreux clients et futurs clients était un boulot qui aurait du revenir à ma secrétaire. Malheureusement pour moi je l'avais renvoyé un peu trop tôt…. La prochaine fois je ne ferais pas la même erreur. En même temps, ils étaient rassuré de savoir que c'était moi qui prenait la suite de Monsieur Rickman. Nos partenaires savaient qu'ils pouvaient me faire confiance et qu'avec mon les intérêts de nombreux laboratoires étaient assurés. Ma réputation n'était plus à faire et le bateau n'allait certainement pas tanguer parce quelqu'un était mort. Pour autant, la présence de McAndrews dans un coin de mon esprit me gênait. Pour connaître les dossiers de Rickman sur le bout des doigts, jamais je ne l'avais entendu prononcer ce nom en ma présence. Au vu de ce qu'il comptait faire, c'était peut-être normal, mais quand même. J'étais presque en train de me décevoir à n'avoir rien vu venir.
Heureusement tout n'était pas encore foutu et avant de programmer tout rendez-vous avec cet homme, j'avais le temps de faire des recherches. D'après ce que je pouvais récolter sur google, cet homme était riche, pas originaire d'ici et sa spécialité était justement de racheter des entreprises. Il pourrait toujours essayer de le faire ici, il devra d'abord se mesurer à moi et autant dire qu'il allait se prendre un mur. J'aurai les parts de l'entreprise qu'importe ce que cela pourra me coûter. S'il fallait le séduire, le réduire à néant, le manipuler ou faire n'importe quoi, je le ferais. En affaire, je ne faisais pas de sentiments. En règle générale, je ne faisais pas beaucoup dans les sentiments.
J'avais ouvert beaucoup trop de pages pour essayer d'en apprendre plus sur cet homme et j'en aurai presque oublié de partir pour rejoindre Eliza.

Après un rapide passage chez moi, j'étais arrivé au bar pour m'apercevoir qu'eliza n'était pas encore là. Au moins je n'étais pas en retard et surtout j'avais le temps de nous commander à boire en attendant son arrivée. Attente qui n'avait pas été très longue, parce qu'elle était déjà en train de s'installer en face de moi. « Et t’as déjà commandé les cocktails, t’es parfaite ! » Ce n'était plus un secret pour personne cela. « C'est le moins que je puisse faire en arrivant la première » Je dirais même que c'était le rôle de la personne qui arrivait la première. « Le serveur vient de les apporter, ils seront frais comme il faut pour trinquer » Elle serait arrivé 10 secondes plus tôt elle aurait pu le croiser et on aurait même pu s'amuser à l'intimider. « Est-ce que je commence à me plaindre de mon idiot d’assistant, ou tu me dis tout de suite ce que l’on doit fêter ? » J'étais très tenté de lui demander ce qu'avait fait encore son assistant, mais j'avais aussi très hâte d'annoncer la nouvelle. « On fête et après tu peux te plaindre, on trouvera des idées pour emmerder ton assistant comme ça » C'était un bon compromis selon moi. Martyriser les assistants et les secrétaires était quelque chose de très drôle. « Mon directeur est mort » Une petite pensée émue à lui. « Ce qui fait que tu as devant toi la nouvelle directrice des opérations internationales. » S'il n'y avait pas eu l'existence de ce McAndrews ma victoire aurait été complète, mais pour l'instant j'allais m'en contenter et mon sourire en disait long sur le bonheur que j'éprouvais. « Je vais être augmenter évidemment, et ma première action a été de virer cette secrétaire débile qui avait une liaison avec mon défunt directeur » Les gens savaient à quoi s'attendre avec moi au moins.




lumos maxima


Dernière édition par Helena Lewandowski le Mer 10 Jan - 16:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 25/09/2017
›› Commérages : 261
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Natalie Portman
›› Schizophrénie : Giovanni Esposito (Michael Fassbender) ∗ Joan Pryce (Italia Ricci) ∗ Asher James (Taron Egerton) ∗ Isis Palmer (Merritt Patterson) ∗ James Campbell (Chris Hemsworth)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I want something just like that [Eliza] ✻ ( Jeu 28 Déc - 22:28 )



✻ ✻ ✻
Hey girl, can you hear me ? Are you holding out your heart ? Hey girl, do you feel me ? Sometimes I go too far. Hey girl, it ain't easy, I know it's pulling me apart. But darlin', don't you leave me, baby, don't you leave me. Hey girl, hey girl, we can make it easy if we lift each other.

Eliza adore parler de Julian. Ou plutôt, elle adore s’en plaindre. C’est un sujet de conversation intarissable ; elle est même persuadée qu’elle pourrait écrire un livre à propos de ce garçon. Mais écrire un livre sur Julian Finch risquerait de lui donner un peu trop d’importance. Et de toute façon, Eliza ne s’est jamais sentie très talentueuse pour l’écriture. Alors elle se contentera de l’insulter avec sa meilleure amie, tout en sirotant quelques merveilleux cocktails. Avant de débuter cette fabuleuse occupation, cela dit, Helena a quelque chose d’important à annoncer. Un quelque chose qui intrigue fortement Eliza. « D’accord, ça me va. » Qu’on se le dise, Eliza a hâte de pouvoir bénéficier des idées d’Helena. A en juger par la façon dont elle se comporte avec sa belle-sœur, elle n’a aucun doute à avoir quant à la créativité de sa meilleure amie. Julian risque de souffrir un peu, si on lui demande son avis. Quoi qu’il en soit, Eliza se tient prête à entendre la bonne nouvelle de la journée. Ce qui est bien avec Helena, c’est qu’elle ne tourne jamais autour du pot pendant 107 ans. Elle va droit au but, sans prendre de pincette. C’est en partie pour ça que les gens la prennent pour une femme sans cœur. Eliza, elle, sait ce qu’il en est. En l’occurrence, elle l’autorise à ne pas se sentir triste pour la mort de son directeur. Au contraire, elle l’encourage à s’en réjouir. Parce que son décès est synonyme de promotion pour Helena, ce qui est une excellente chose. « Mais ! » S’exclame Eliza, sous le choc. Il lui faut plusieurs longues secondes avant qu’elle ne s’imprègne complètement de l’information. Helena n’a pas perdu de temps avant d’utiliser les nouveaux pouvoirs que lui concède ce nouveau poste. Un peu plus et Eliza laisserait couler une petite larme sur sa joue.

Même si Helena n’est pas très friande des câlins, elle ne lui laisse pas le choix. Eliza se lève de sa chaise et va prendre sa meilleure amie dans ses bras, de force. « Je suis vraiment fière de toi. C’est super ce qu’il t’arrive, et je suis persuadée que tu seras une directrice parfaite. » L’étreinte ne dure pas plus de dix secondes, après quoi Eliza reprend place sur sa chaise. La brune s’empare de son cocktail et le lève légèrement en la direction d’Helena. « Bravo pour cette belle promotion, et RIP à ton ancien directeur ! » Helena mérite amplement d’être la nouvelle directrice des opération internationales. Depuis des années maintenant, elle travaille d’arrache-pied pour gravir les échelons. Elle n’a jamais baissé les bras, elle a, au contraire, toujours donné le maximum de sa personne pour fournir un travail irréprochable. Dans le fond, Eliza n’est pas surprise d’apprendre que sa meilleure amie a réussi à atteindre l’un de ses objectifs. Elle savait que tôt ou tard, Helena parviendrait à ce poste. Ça lui a toujours paru évident, à vrai dire. Alors ce soir, les deux femmes ne trinquent qu’à l’évidence. Le sourire aux lèvres, Eliza boit une première gorgée de son cocktail, puis repose son verre. « Dis-moi, puisque t’as viré ta secrétaire, il va falloir que tu en engages une autre, non ? Je serais toi, je prendrais un homme. Tu pourras suivre l’exemple de ton ancien directeur et coucher avec. » Eliza, elle ne perd jamais le nord. Elle adresse à sa meilleure amie un clin d’œil avant de rire franchement. Pour une sombre raison, cette histoire de coucherie lui fait penser à Julian. Bien qu’il ne soit pas secrétaire, son poste d’assistant s’en rapproche. Et même si elle n’a pas couché avec lui, Eliza ne peut pas nier le fait qu’elle y ait songé. Notamment le soir où ils sont tombés l’un sur l’autre au Silverlake Bar. Mais pour le moment, elle va juste prétendre vouloir le tuer. C’est plus simple.

« Excusez-moi mesdemoiselles. » Eliza et Helena relèvent la tête en même temps pour découvrir le visage de leur interlocuteur. Un grand brun aux yeux bleus et au sourire charmeur. « Je suis installé juste là-bas avec quelques amis. Ca vous dit de vous joindre à nous ? » Eliza échange un regard avec sa meilleure amie, amusée. Ce n’est pas la première fois qu’une bande de types un peu lourds les accoste. La plupart du temps, ils pensent qu’elles sont en couple et pour une sombre raison, ça les excite. Evidemment, les deux meilleures amies ne se font généralement pas prier pour accepter les invitations et en jouer. Eliza hausse les épaules, et prend l’initiative de répondre. « Pourquoi pas, oui ! On vous rejoint dans deux minutes. » L’homme, ravi de cette réponse, acquiesce d’un signe de tête et retourne auprès de ses acolytes, le sourire jusqu’aux oreilles. « Je ne sais pas si tu penses la même chose que moi, mais je suis chaude pour deux ou trois verres gratuits. » Abuser de leurs charmes pour se faire payer les alcools les plus chers, c’est un art qu’elles maîtrisent à la perfection. Pour Eliza, il n’y a rien de plus parfait au monde pour arroser une promotion dignement.


    The edge of Glory ∗ There ain't no reason you and me should be alone, and I got a reason that you're who should take me home tonight. I need a man that thinks it's right when it's so wrong. Right on the limits where we know we both belong tonight.
    ©️ endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 25/08/2017
›› Commérages : 75
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Elodie Yung
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ☼ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ☼ Pio Esposito (Aaron Tveit) ☼ Martin Palmer (Ben Barnes)
›› more about me

Re: I want something just like that [Eliza] ✻ ( Mer 10 Jan - 16:31 )












Fêter ma promotion avec Eliza était à mon sens la chose la plus logique au monde. Parce qu'elle ne me jugerait pas sur les circonstances peu habituelles des événements et surtout pas sur ma première action en temps que directrice. Et après mon annonce, j'avais déjà hâte d'entendre les dernières histoires sur Julian son assistant. Je ne savais d'ailleurs pas comment elle faisait pour être aussi patiente avec lui et pour ne l'avoir pas renvoyé sur le champs. Mais avant de pouvoir entendre tout ça, j'avais ma petite annonce à faire et je ménager un peu le suspense en annonçant d'abord la mort de mon directeur. C'était triste à dire, mais sa mort ne m'avait fait ni chaud, ni froid. Pourtant après des années à travailler pour lui, des années à le considérer comme mon mentor, je n'avais pas éprouver plus de peine que nécessaire, contrairement à son assistante qui était en pleurs et m'avait accusé de tout les maux. Assistante que je m'étais empressé de virer, pour inaugurer ma nouvelle place. « Mais ! » Je haussais les épaules, pas du tout désolé de ce que j'avais fait. Je voulais bien concéder que ce n'était pas très urbain de ma part, mais si je l'avais gardé à sa place actuelle, elle n'aurait fait que de la merde et dans tout les cas j'aurai fini par la faire pleurer. Alors autant qu'elle encaisse tout d'un coup, plutôt que sur plusieurs jours.
La réaction d'Eliza ne se fait pas attendre et elle se lève rapidement de sa chaise pour me prendre dans ses bras. Les câlins et moi ce n'était pas une grande histoire d'amour, plus je me tenais éloigné des gens et mieux je me portais, mais aujourd'hui je me laissais faire sans râler. Tout simplement parce que c'était Eliza, parce que je le méritais un peu et parce qu'elle ne faisait pas durer cette effusion de joie. « Je suis vraiment fière de toi. C’est super ce qu’il t’arrive, et je suis persuadée que tu seras une directrice parfaite. » J'espérais aussi que je le serais. J'avais presque toutes les cartes en main, c'était maintenant à moi de savoir correctement abattre mes cartes pour avoir toujours plus de pouvoir. « Merci beaucoup, !! En tout cas je l'espère oui, mais je pense qu'ils attendent de voir comment je vais gérer la crise qu'il pourrait y avoir suite à la mort de feu mon directeur » Certains laboratoires, certains clients vont certainement vouloir se rétracter, essayer de faire baisser les prix, mais ça n'allait pas se passer comme ça maintenant que j'étais aux commandes. « Bravo pour cette belle promotion, et RIP à ton ancien directeur ! » Je levais mon verre aussi ! C'était moche pour mon directeur de mourir comme ça, mais c'était la vie tant pis. « Je me demande s'il avait de la famille » J'avais tellement mis de mur entre les gens et moi au boulot, que je ne connaissait rien de la vie privée des autres. De toute façon, ce n'était sûrement pas à moi qu'il allait se confier. Dis-moi, puisque t’as viré ta secrétaire, il va falloir que tu en engages une autre, non ? Je serais toi, je prendrais un homme. Tu pourras suivre l’exemple de ton ancien directeur et coucher avec. » Je rigolais avec Eliza, en soit ce n'était pas une si mauvaise idée, faudrait juste trouver la bonne personne. « Je sais pas, je me retrouve avec un boulet comme ton assistant, je risque de faire un meurtre. » Je n'avais pas de patience, et même si c'était un bon coup, je crois que mon côté rigide au travail reprendrait vite le dessus. « En parlant d'assistant, c'est quoi les dernières frasques de Julian ? » A chaque fois qu'on se voyait, il y avait toujours plus à dire sur ce garçon !! Il était fascinant  d'énervement.

La soirée battait son plein, avec Eliza on échangeait les dernières nouvelles quand on fut interrompue par un charmant jeune homme qui de toute évidence après quelques verres, avait réussi à trouver le courage nécessaire pour venir nous parler et nous inviter. Un seul regard avec Eliza avait suffit pour que nous nous comprenions. « Pourquoi pas, oui ! On vous rejoint dans deux minutes. » Alors qu'il repartait faire ses amis, j'adressais un petit signe a ceux qui étaient resté à leur table. « Ils ont du jouer au chifoumi pour savoir qui viendrait nous voir » Avec Eliza nous avions l'habitude d'être accoster de la sorte, notre égo en était très content d'ailleurs et c'était surtout pour nous l'occasion de nous amuser. « Je ne sais pas si tu penses la même chose que moi, mais je suis chaude pour deux ou trois verres gratuits. » J'étais complètement d'accord avec elle !! Il était temps d'aller tester le pouvoir de séduction de ces hommes. « Allons voir jusqu'où ils sont capable d'aller pour nous ramener chez eux » Avec Eliza nous n'étions pas dupe, mais ces pauvres n'avaient pas à faire à des femmes naïves avec nous.

Nos verres terminés, et armée de nos plus beaux sourires avec Eliza nous nous avancions vers la table de ces hommes pour prendre place à leurs côtés. « Bonsoir messieurs, Helena » Je posais une main sur l'épaule de ma meilleure amie « Et voici Eliza » Les uns après les autres ils s'étaient présenté, mais je n'avais retenu aucuns prénoms. « Qu'est ce qu'on vous offre les filles ? » Un léger regard avec Eliza, nous étions très souvent sur la même longueur d'onde « Du champagne, nous avons des choses à fêter ce soir » Ils pouvaient comprendre ce qu'ils voulaient derrière ma phrase, personnellement je ne fêtais que ma promotion.
Entourée de ces hommes, la soirée se passait relativement bien, ce n'était pas passionnant au point de dire que c'était la meilleure soirée de ma vie, mais ces hommes avaient au moins le mérite de nous faire rire. Enfin jusqu'à ce que l'un deux se croyait permis de faire remonter sa main sur ma cuisse. Tout aussi discrètement que lui, je posais ma main sur la sienne pour l'arrêter de suite. « Je crois qu'il y a un énorme malentendu, je ne suis pas vraiment intéressée » J'avais quand même un standing à respecter même en matière d'homme. Nous étions simplement venue les voir pour nous faire offrir des verres tout au long de la soirée, ce qui avait parfaitement fonctionné. « J'aurai bien aimé, mais j'ai pas envie » Dire la vérité, c'était toujours mieux que de dire qu'il me plaisait mais que demain je devais me lever tôt pour le travail, ou alors que je ne couchais pas le premier soir. Ce qui en soit m'arrivait régulièrement, mais cet homme ce soir ne m'inspirait pas. « Qu'est ce que t'en penses toi Eliza ? Cet homme voudrait que je rentre avec lui » Pas de doute que parmi ses amis, l'un d'eux pensais pouvoir repartir avec Eliza aussi. « Lequel t'as fait la même proposition ? »   J'étais curieuse, même si je serais prête à parier sur le petit blond. « En tout cas, notre pouvoir d'attractivité est toujours au top » Ceci dit, je n'en doutais pas une seconde. Eliza et moi étions tout simplement canons.




lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: I want something just like that [Eliza] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

I want something just like that [Eliza]

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération