Let's start all over ✻ DEVON

 :: the city of cap harbor :: The Blue Lagoon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2016
›› Commérages : 510
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Chris Godness Wood
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario), Sebastian Pryce (Cole Sprouse)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Let's start all over ✻ DEVON ✻ ( Sam 14 Oct - 19:53 )



Let's start all over
BROAKLEY is in da place

Un groupe de vieux est entrain de l'appeler. ils sont au fond du bar, le Oakley a légèrement la flemme de bouger de sa place, mais il le fait. Il est obligé, non ? A peine arrivé qu'il se fait saisir par les épaules et qu'on l'oblige à s’asseoir avec eux sur les banquettes. Eh, calme. Il a pas envie d'abîmer tout ce beau monde. « Ok les gars. C'est gentil mais j'ai du boulot. » La grosse bise sur vos fesses ridées. Ciao ! Sauf que ces derniers se mettent à l'acclamer. Pardon, mais pourquoi ? C'est bien la première fois qu'on lui fait ce coup et ... Ça lui plait plutôt bien. « Vous êtes mignons, hein. Mais faites ça à quelqu'un d'autres, vous voulez ... » Parce que finalement, le fait d'entendre son prénom répété en boucle, encore et encore, ça le fou en rogne et ça l'énerve. Il a pas que ça à faire. Il doit faire tourner son entreprise et virer ces malpropres qui veulent juste boire sans payer. Ou baiser. Parfois les deux ! Inacceptable. Mais pour qu'il puisse partir, monsieur doit boire plusieurs shots. Comme s'il était pas habitué ! Et un, deux ... Il s'arrête au cinquième sans avoir tremblé une seule fois. « Allez, bisous bisous les grand-pères alcoolique ! » Ryan se lève, donne un coup de boule à celui qui tente de le faire rester et se dirige droit vers le bar se refaire une tournée de shots pour lui-même. Dix ! C'est déjà un bon début de soirée. Il peut désormais être dans l'ambiance. Les heures défiles, les clients aussi, l'alcool coule à flots et Ryan n'en a pas touché de nouveau. Il s'amuse actuellement à danser autour d'une danse de pole-dance parce qu'il a trop chaud et qu'il lui faut un prétexte pour faire tomber le haut. Et un Ryan en jean, un ! « Dégage de là, pouffiasse ! » Il lui aurait presque craché dessus si sa main ne l'avait pas poussé de l'estrade. La scène est à lui ce soir. Tout du moins, pendant les quinze dernières minutes avant que le Blue Lagoon ne ferme. « C'EST FINIIIII ! » Il a presque envie de pleurer. Il s'était éclater ce soir. Même qu'il était fière de lui parce qu'il avait volontairement tapé personne. « ET JE SUIS MÊME PAS BOURRE ! » Ils peuvent tous être fière de leur patron. D'ailleurs, le Oakley s'applaudit pour cet exploit. « Cassez-vous maintenant. Je rangerai demain. » Il est même d'humeur généreuse. Ils devraient en profiter. Les employés prennent leurs affaires et s'en vont un à un sous son œil vigilant. PARFAIT ! Il est enfin libre et peu faire ce qu'il lui plait. Dans les frigos, il reste une bouteille de vodka et une autre de get 27, il les prends et monte jusqu'à la garçonnière. Il s'attendait à être tout seul mais il trouve un Devon sauvage dans la cuisine entrain de fumer. Il dort pas ? Ryan fronce les sourcils et ne lui adresse pas un mot. Il prends juste un truc à manger. Genre ... « PUTAIN DE SALE RACE DE CHAT DE MERDE ! » Il a mangé la moitié de ses croissants au beurre qu'il avait acheté avant de prendre son service. « Il va me le payer. » C'est pas des caresse qu'il va avoir cette nuit mais un magnifique coup de pied au cul. Il pensait qu'ils avaient réussi à se mettre d'accord. Le chat ne mangent pas ses croissants et Ryan ne boit pas le lait de Simba. Mais faut croire que le pacte est rompu. Tss. Sale bête. Il lui pardonnera tout quand il verra sa bouille. Pour la peine, il va ouvrir la vodka et boire un coup. « T'veux un verre ? » qu'il demande à Devon. Ils n'ont peut-être plus de contact, cela n'empêche que le Oakley peut quand même deviner l'humeur de son cousin. C'est un peu son frère. Pardon, c'était un peu son frère auparavant. Alors qu'il entre dans ses rêveries, ses yeux sont captivés par une brillance qui démarre de la main gauche du Oakley Senior. « Uhm. » Il fait une petite mine mi-boudeuse, mi-intriguée. C'est quoi c'te merde au bout de son doigt ? « Eh ! » qu'il s'exclame en faisant claquer ses poings sur la table. « T'veux pas faire un jeu avec moi ? » Il entends déjà le non grave, violent et sanglant parvenir à ses oreilles. Mais il perds pas espoir. « Je te pose une question. Si la réponse est oui, tu bois un coup. Si c'est non, je bois. » Intriguant, non ? « T'façooooooon, j'ai déjà la tête dans le cul ! » Alors Devon devrait être content, c'est pas lui qui allait boire. « C'quoi cette bague à ton doigt ? » Ah ouais .. C'est vrai. Il devait poser des questions qui impliquaient un oui u un non. « Attends, attends ... » Il boit une gorgée de vodka et se concentre. « T'as une bague sur le doigt ? » On va commencer simple. Et si c'est oui, monsieur doit boire ! « C'est rigolo ! Parce que c'est pas du tout ton style. Ca fait un peu plouc. » Mais c'est que son avis. « Ca me fait penser quand je devais me marier ! Comme si tu l'étais ! » Bah ouais, il le serait. N'est-ce pas ? WAIT. Il fronce les sourcils « T'es marié ? » Il sait pas trop s'il préfère boire lui ou plutôt que se soit son cousin. La réponse lui fait un peu peur.



✻ the blood of stars ran in his veins
Did you say it ? “I love you. I don’t ever want to live without you. You changed my life.” Did you say it ? Make a plan. Set a goal. Work toward it, but every now and then, look around ; Drink it in ’cause this is it. It might all be gone tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 01/05/2016
›› Commérages : 367
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : sebastian sexy stan
›› Schizophrénie : Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Gemma Arterton) ✻ Evan Pryce (Patrick J. Adams) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Karla Souza) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Let's start all over ✻ DEVON ✻ ( Mer 18 Oct - 15:40 )


let's start all over
Everyone can see we're together as we walk on by. And, and we fly just like birds of a feather I won't tell no lie. All, all of the people around us they say. Can they be that close. Just let me state for the record. We're giving love in a family dose.


Depuis que Devon était rentré de Las-Vegas, sa tête semblait sans cesse être ailleurs. Et cela n'avait absolument rien de très surprenant quand on y pensait. Marié. Il était marié. Lui, Devon Oakley, grand célibataire convaincu depuis des années, adepte de la drague de masse, grand maître de l'enlevage de petite culotte, était marié. Et à sa meilleure amie, qui plus est. Si on lui avait dit cela il y a quelque temps, Devon aurait sans doute rit. Mais toute sa relation avec Riley était une surprise pour le jeune homme. Pendant longtemps, ils avaient joué au jeu du chat et de la souris tous les deux, sans jamais succomber. Puis, ils avaient succombé, sans oser en parler. Puis ils en avaient parlé et avaient remis le couvert, plusieurs fois, refusant cependant de mettre des mots sur leur relation. C'était déjà dur pour lui de savoir si c'était des sex-friends ou s'ils formaient un couple, les voilà marié. Et Devon était d'autant plus perturbé qu'il ne savait toujours pas ce qu'il ressentait et encore moins ce que ce mariage voulait dire, au final. Qu'est-ce qu'il allait changer dans leur vie ? Il n'en savait rien. Et Riley et lui n'en avaient pas parler tous les deux, comme à leur habitude. Dire qu'il était déstabilisé était un euphémisme. En temps normal, le jeune homme aurait eu une conversation très animée avec son cousin pour mettre les choses au clair. Ils auraient même été jusqu'à faire un tableau de synthèse qui prendrait en compte tous les éléments de cette histoire. Mais voilà, Devon ne lui adressait plus la parole depuis l'épisode du poker. Il avait eu du mal à ne rien dire à Riley, pour qu'elle ne s'en mêle pas et au fond de lui, il voulait protéger Ryan, donc il n'avait pas besoin d'impliquer quelqu'un dans leur différent. Mais Devon n'arrivait même plus à le regarder. Quand ils travaillaient au Blue Lagoon, l'aîné des deux se contenter du minimum syndical de parole, juste pour que tout ne parte pas en couilles au travail. Et une fois à la maison, il évitait son cousin comme la peste. Cette situation était pesante pour le jeune homme, qui n'aimait pas en vouloir à son frère. Mais il était allé trop loin et Devon n'avait pas envie de faire le premier pas pour désamorcer la crise entre eux. Toujours était-il qu'il ruminait ses sales pensées tout seul dans son coin et qu'en plus de se traîner une sale migraine, il allait finir par péter un câble bientôt, s'il ne parlait pas de ce qu'il ressentait à quelqu'un. Et qu'est-ce qu'il ressentait déjà ? Ça c'était la question à un million de dollars, parce que même s'il avait toujours pensé qu'il ne se marierait jamais, il aurait imaginé que s'il changeait d'avis, ce serait autrement que pendant une nuit d'ébriété à Las-Vegas. Bref. Totalement perturbé, Devon Oakley se noyait corps et âme dans le travail. Il lui arrivait même plus régulièrement de boire un verre avec les clients ces derniers temps, ce qu'il refusait en temps normal. Trop d'alcool tue l'alcool, c'était sa devise. Enfin c'était surtout sa devise post-prison slash ne surtout pas violer la conditionnelle et repasser par la case prison. Et pourtant ce soir, Devon avait décidé de laisser Ryan se démerder. Pas de bar, pas de Blue Lagoon. Juste lui, du bon whisky et des cigarettes. Il ne savait pas combien de whisky il avait bu, mais la bouteille avait été vidée déjà de plus d'un quart. Quant à son paquet de cigarette, il était à moitié entamé. Généralement, Devon n'aimait pas fumer dans la garçonnière, parce que l'odeur restait accrochée aux tissus, aux murs, et bref, l'odeur de tabac froid ce n'était pas trop son truc. Mais pour cette fois, il faisait une exception, se bougeant jusqu'à la cuisine en traînant sa patte folle derrière lui chaque fois qu'il voulait s'en griller une. C'était précisément ce qu'il était en train de faire quand son cousin rentra de son service. Ah, c'était déjà l'heure de la fermeture, il était si tard que cela ? Peu importe. Le jeune homme lui adressa à peine un regard, même quand celui-ci vint dans la cuisine pour se chercher à manger sans doute et pester contre son chat. Devon ne réagit pas, comme si son cerveau était totalement déconnecté. Si, si, Devon à un cerveau. Jusqu'à ce que Ryan lui propose à boire. Ils se reparlaient de nouveau ? Non. Accepter un verre ce n'était pas pardonner, mais il avait bien envie de boire. « Ouais », se contenta-t-il de répondre, en écrasant son mégot dans le cendrier. Mais alors que Devon ne voulait que son verre et aller se mettre au lit, Ryan parlait. Comme à son habitude. Il n'y avait pas de bouton pause sur cette machine ? Ou bien tout simplement ne pouvait-il pas être fatigué une fois dans sa vie. « Un jeu ? », demanda Devon, perplexe. Genre ils ne se parlaient plus depuis plusieurs semaines, mais Ryan avait dans l'idée qu'ils allaient faire un jeu. C'était l'idée la plus con qu'il avait jamais entendu. Mais bon, ce n'était pas comme si Devon avait une activité plus excitante prévue ce soir. « Et puis ouais, faisons ton jeu, j'ai rien d'mieux à foutre d'toute façon », répondit-il finalement. Et puis au moins, il pourrait continuer à boire et peut-être qu'il serait assez saoul pour passer une nuit à dormir sans penser à la situation merdique dans laquelle il s'était foutu comme le gros con qu'il était.  A la question de son cousin, il porta son regard sur son alliance. Oui, c'est vrai, il ne lui avait rien dit. Et pourtant … « J'peux pas t'répondre, c'est pas une question où on peut répondre par oui ou non », rétorqua-t-il, tel le gros relou qu'il était. Ben quoi ? C'était pas lui qui avait inventé les règles, c'était Ryan qui avait dit. Il buvait un coup pour oui, et Ryan un coup pour non. Mais c'quoi cette bague, c'était pas une question par oui ou non. Puis en vrai il avait pas envie de répondre. Mais Ryan était têtu et il était bien décidé à savoir. Ryan lui demanda ensuite s'il avait une bague au doigt et là encore c'était une question con. Parce que c'était une évidence qu'il avait une bague au doigt non ? Toutefois, jouant le jeu, Devon avala une gorgée du liquide alcoolisé. Mais ça ne lui suffit pas au Oakley junior. Il divague, il pense que ça fait plouc, il pense que ça fait bague de marié. Bref, il part dans des délires et il pose trop de questions. « C'pas à toi de poser une question là », le coupa-t-il. Devon réfléchit. Son estomac se mit à grogner. « Il nous reste des chips ? », demanda-t-il. Puis il leva les yeux au ciel. « Merde ! », râla-t-il. Maintenant il avait grillé sa question pour de la merde. Ce qu'il pouvait être con des fois. Agacé contre sa bêtise, Devon se posa sur le canapé du salon. Et conscient de quelle serait la prochaine question de Ryan, il le devança. « Riley et moi on s'est marié à Vegas », déclara-t-il comme s'il parlait de la pluie et du beau temps avant de vider son verre d'une traite.




YOU'RE MY VENOMOUS POISON
Look into my eyes, you will see what you mean to me. Search your heart, search your soul and when you find me there, you'll search no more. Don't tell me it's not worth tryin' for. You can't tell me it's not worth dyin' for. You know it's true. Everything I do, I do it for you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2016
›› Commérages : 510
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Chris Godness Wood
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario), Sebastian Pryce (Cole Sprouse)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Let's start all over ✻ DEVON ✻ ( Ven 3 Nov - 16:25 )



Let's start all over
BROAKLEY is in da place

Il pensait que cette soirée n'allait jamais finir. Pourtant, il est bel et bien entrain de monter les escaliers pour parvenir à la garçonnière jouxtant le Blue Lagoon. Est-ce qu'il est fatigué ? Oui et non. Il aura largement le temps de faire la grasse matinée. Du coup, il peut s'octroyer quelques heures supplémentaires pour profiter de la nuit fraîche et de ses magnifiques croissants pur beurre qu'il avait acheté plus tôt. Malheureusement, Ryan pensait être le seul debout et il retrouve, non sans levé les yeux au ciel, son cousin dans la cuisine, accoudé prêt de la fenêtre, fumant sa cigarette. Great ! Il se serait passé de cette rencontre. Plus rien ne va entre eux et aucun des deux Oakley est prêt à faire le premier pas. Ils sont tous les deux en tord, c'est certain. Peut-être plus Ryan que Devon. Il devrait probablement s'excuser pour l'avoir taper sans véritable raison, et pour lui avoir bousillé une deuxième fois son genou. Parfois, ça le démange de ne pas lui ordonner de s’asseoir. Il déteste le voir boiter et il déteste encore plus savoir que c'est à cause de sa folie et sa connerie. Deuxième malheur dans sa soirée ? La disparition soudaine de la moitié de son stock de croissant. Il connait le coupable : Simba. Son chat va finir par le tuer à force de manger tout ce qu'aime le brun. C'est pas gentil ! A défaut de pouvoir se remplir le ventre avec ses viennoiseries favorites, il va le faire en compagnie de bouteilles. De toute façon, Ryan est déjà bien amoché ce soir : il a bu plus que de mesure et son petit joint l'a tué presque instantanément. Tout ceci le pousse à proposer un petit jeu fort bien amusant à son cousin. Allez ! Ryan fait une petite moue après sa demande. C'est juste des questions et des verres d'alcool. Il ne va pas mourir. « Ouais » COOOOOOOL ! Ryan sort rapidement tout ce dont ils ont besoin : deux verres, des bouteilles et eux. « Un jeu ? » Quoi ? Il a les oreilles mal nettoyé ? « Ouais, un jeu ! » please. Il peut accepter. Ca va leur aire du bien, même s'ils se font la gueule. Au moins, ils pourront dormir calmement ce soir puisqu'ils auront eu leur dose. Ryan aura eu sa dose, c'est certain. « Et puis ouais, faisons ton jeu, j'ai rien d'mieux à foutre d'toute façon » Le brun s'exclame de joie. « Ouais, t'as pas de nénette à baiser ! » C'est triste pour lui. Mais ça arrange le Oakley. Il explique les règles du jeu, se perds un peu dans ses propos et lance la première question qui ne ressemble en rien à celle qu'il devait poser. Très bien ! Il s'est trompé. Il a perdu. « J'peux pas t'répondre, c'est pas une question où on peut répondre par oui ou non » Il râle un peu mais finit tout de même par boire son verre d'une seule traite. Il le remplis automatiquement, il allait bientôt boire son second avec sa prochaine question. « C'pas à toi de poser une question là » EH ! C'est de la triche ! « VAS-Y. C'PAS JUSTE ! » Il a pas eu le droit de poser sa question. Enfin, si. Mais il s'est trompé. Il a le droit à une deuxième chance. Surtout que c'est lui qui a inventé le jeu alors c'est lui qui change les règles à sa façon. « Il nous reste des chips ? » Heu ... Il sait pas. Ryan hausse les épaules. « Merde ! » Mouahaha. Bien fait ! « BOIS ! » A ce rythme, il allait finir les bouteilles en cinq minutes et se faire la guerre pour être le premier devant la cuve des toilettes. A LUI ! Son regard est attiré par la main de Devon. Depuis quand il porte une bague ? Il est marié ? « Riley et moi on s'est marié à Vegas » OH. MY. GOD. « CA VEUT DIRE OUI ! » Ryan est un peu sourd ce soir. « T'as bu ton verre, ça veut dire oui ! » Il le savait ! Ryan se dépêche de chercher un paquet de chips dans les tiroir et se poste devant Devon. « Pourquoi je suis pas au courant ? » Eh ! Il a pas triché, il a levé le pouce en haut pour dire pause, ok ? « Pourquoi vous vous êtes mariés là-bas ? » Il voulait Elvis Presley oranges comme prête, c'est ça ? Sachez que Ryan aurait pu se déguiser et faire la même prestation pour zéro centimes. « POURQUOI J’ÉTAIS PAS LA ? » Il avait pris comme qui témoin, hein ? Il va aller le frapper, l’égorger, l’étouffer, le tuer et l'enterrer ce bâtard qui lui avait pris sa place. « Pourquoi tu faisais la gueule quand tu l'as dit ? » Non, il a pas encore fini avec ces pourquoi. C'est un gosse, ça pose souvent des pourquoi. « Tu l'aimes pas, c'est-ça ? Pourquoi ??!! » Non. Devon, il aimait Riley. C'était évident. Alors il y avait une autre raison. « Elle veut plus d'toi parce que tu ressemble à un vieux canard boiteux ? » Pauvre bébé. « Et, uhm. Pourquoi on trinque pas ? » DEVON S'EST MARIE A RILEY ! Il sait même pas s'il a pensé très fort où s'il l'a hurlé dans la pièce. Ryan se contenait du mieux qu'il pouvait mais sa joie explose d'un seul coup. Le paquet de chips tombe sur le sol alors qu'il commence à se dandiner les fesses comme un rabat-joie. Ça danse du bonheur. Il en une autre aussi pour la danse de la pluie et celle de la tristesse. Le voilà désormais qu'il court jusqu'à la fenêtre la plus proche, interpelle un passant marchant tranquillement en bas, en pleine nuit. « HEY ! MON COUSIN IL S'EST MARIE ! » Ok. Faut que le gars se calme en bas. D'où il lui fait un fuck comme ça ? « ESPÈCE DE SOUS-MERDE ! » Tss. Il revient donc sur ces pas, saute sur le canapé. « T'ES MARIE ! T'ES MARIE ! T'ES MARIE ! » Et il est saoule, saoule, saoule.



✻ the blood of stars ran in his veins
Did you say it ? “I love you. I don’t ever want to live without you. You changed my life.” Did you say it ? Make a plan. Set a goal. Work toward it, but every now and then, look around ; Drink it in ’cause this is it. It might all be gone tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 01/05/2016
›› Commérages : 367
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : sebastian sexy stan
›› Schizophrénie : Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Gemma Arterton) ✻ Evan Pryce (Patrick J. Adams) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Karla Souza) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Let's start all over ✻ DEVON ✻ ( Lun 6 Nov - 20:36 )


let's start all over
Everyone can see we're together as we walk on by. And, and we fly just like birds of a feather I won't tell no lie. All, all of the people around us they say. Can they be that close. Just let me state for the record. We're giving love in a family dose.


Devon était vraiment agacé. Franchement, il ne pouvait pas juste ruminer son mariage en paix et en silence ? Non, il fallait que Ryan se la ramène. Il n'en pouvait plus de voir sa sale petite gueule tous les jours. Oui, il était en colère. En fait, il était en colère et ne l'était pas, en même temps. Parce qu'il aimait son cousin. Il l'aimait comme un frère. Mais chaque fois que Devon se disait que cette histoire avait assez durée et qu'ils devraient passer à autre chose, la douleur à son genou lui rappelait que Ryan s'était comporté comme le roi des enfoirés et que rien que pour cela, il ne voulait plus lui parler. Alors chaque fois que Devon croisait Ryan, il avait envie d'aller ailleurs, loin de lui. Ce qui était un peu compliqué puisqu'ils partageaient le même lieu de travail et le même appartement. A vrai dire, ça l'aurait grandement arrangé que Ryan aille s'installer ailleurs. Avec Rachel par exemple. Lui-même serait bien allé s'installer chez Riley, si la jeune femme ne passait pas six jours sur sept dans cet appartement. Mais voilà, les deux jeunes hommes étaient obligés de cohabiter et Devon, ça ne lui plaisait pas du tout. Il n'aimait habiter avec son cousin que quand ils s'entendaient bien. Mais là, c'était fini l'histoire d'amour entre les cousins, c'était la rupture. Devon grogna, mécontent, sans accueillir le jeune homme. Il l'écoutait simplement pester. Si seulement son chat pouvait le griffer à un endroit bien douloureux, Devon lui offrirait tout un tas de croissants pour le féliciter. Mais à défaut, Ryan lui proposa de boire. Et Devon, il avait bien envie de boire. De toute façon, il avait déjà bien picolé tout seul, mais il n'aimait généralement pas boire seul, il avait l'impression que ça le faisait passer pour un vieux con alcoolique. Maintenant, ils seraient deux cons picolant ensemble. A faire un jeu. Un jeu ? Devon n'aimait pas jouer. Mais après tout pourquoi pas. Ce n'était pas comme s'il avait autre chose à faire non plus. « Nan pas d'nénette à baiser », répéta-t-il comme un con. En même temps, sa nénette elle n'était pas là et Devon il en avait un peu marre de draguer toutes les minettes de Cap Harbor. Apparemment, il vieillissait et il mûrissait. Enfin, mûrir, peut-être pas. A vrai dire, sa Riley était bien trop importante pour lui pour qu'il veuille d'une autre femme. Mais Devon ne voulait pas l'avouer. Il ne voulait même pas se l'avouer à lui même. Un peu con l'énergumène. Et d'ailleurs, il avait bien décidé d'être casse couilles. Ryan ne respectait pas ses propres règles. Devon n'était pas du tout d'accord. En plus, il faisait tout pour éviter le sujet mariage depuis qu'il était revenu de Las-Vegas. Il n'était pas prêt. Il n'était pas venu ici pour souffrir ok?. « C'pas ma faute si tu sais pas jouer à ton jeu », râla Devon. Hey, oh. Il n'allait pas commencer à lui casser les bonbons, sinon Devon au lieu de jouer avec lui, il irait se pieuter. Mais Devon, lui aussi à beaucoup trop bu. Et lui aussi les règles de ce jeu lui échappent. Il avait grillé sa question pour des conneries. « Mais mais mais. Pourquoi j'dois boire ? Tu m'as pas dis si on avait des chips », répondit-il en se grattant la nuque. Il avait dit quoi déjà Ryan ? Oui il devait boire ? Non il devait boire ? Oh putain, il savait plus. « J'comprends rien à ton jeu », bougonna-t-il. Voilà, et plutôt que de réfléchir, le jeune homme vide son verre. Il s'en foutait des règles, il voulait boire. Devon peste, Devon râle. Et Devon finit par avouer. Oui, il est marié. Oui il a été assez con pour croire que Elvis était vivant et qu'il pouvait épouser sa meilleure amie comme ça, tranquille. Comme si ça n'aurait pas de conséquences au réveil. Mais ça en avait, des putains de conséquences. Parce qu'il était marié. Ce n'était pas rien. C'était pas un genre d'engagement à vie ? En tout cas, ce qu'il savait, c'était que Riley et lui avaient fait une putain de grosse connerie, parce qu'ils étaient tous les deux idiots. « Pourquoi tu cries ?! », grogna Devon. Il avait foutu quoi au Blue Lagoon pour être dur de la feuille comme ça ? Et pourquoi il agissait comme s'il venait d'apprendre une super bonne nouvelle. C'était pas une super nouvelle. Il voyait pas que c'était un drame ? « T'es pas au courant parce que t'étais un sale con ces derniers temps. Puis t'as pas décroché quand Riley t'as appelé », râla Devon. De toute façon, il n'aurait pas voulu que quelqu'un assiste à cette gigantesque plaisanterie. Il était déjà suffisamment mal à l'aise comme ça. Il avait été con, personne n'était obligé d'être témoin de sa connerie. « Parce que … », commença Devon. Il réfléchit. Pourquoi déjà ? Il lui fallait quelques secondes pour retrouver ses mots. « Parce que le king était vivant », affirma-t-il, comme si c'était l'explication la plus logique du monde. Il se souvenait de sa fierté d'avoir vu le King. Qui n'était bien entendu qu'un banal sosie, plus vrai que nature avec trois grammes dans chaque œil. « Mais arrêtes de gueuler bordel ! », grogna-t-il. Il était un peu trop enjoué son cousin. Il avait sûrement pas seulement bu. Sinon, il se rendrait compte qu'il n'y avait pas de raison de se réjouir de la situation. « Mais … », commença-t-il. Est-ce qu'il aimait Riley ? Il n'en savait rien. Il n'avait pas envie de savoir. Il n'y avait même pas réfléchit avant que Ryan ne demande. Voilà, ça lui apprendrait à vouloir boire et jouer avec lui. « … J'en sais rien », finit-il par avouer, plus perturbé qu'autre chose. Il l'aimait ? Peut-être. Au point de s'imaginer l'épouser ? Ca, c'était peu probable par contre. Ils n'avaient même pas été un vrai couple. Juste des amis slash plans culs. « Rho mais ta gueule », s'exclama-t-il en balançant un coussin dans la tronche de Ryan. C'était pas un vieux et c'était pas un canard boiteux. Putain. « On trinque pas, parce que c'est pas une bonne nouvelle. J'sais pas si j'voulais me marier un jour, mais j'sais que si jl'avais voulu, c'est surtout pas comme ça », expliqua-t-il. Ca faisait beaucoup de si dans une seule phrase. Mais parce que Devon il était perturbé ce pauvre garçon. Il avait imaginé que s'il se mariait un jour, c'était fou d'amour, dans les règles. Pas bourré à Las-Vegas. Il laisse Ryan faire sa danse de la joie. Au moins y en avait un qui était heureux dans cette histoire. Lui il se contenta de se lever pour ramasser le paquet de chips et retourna poser son cul sur le canapé, pendant que Ryan gueulait par la fenêtre. Il aurait dû épouser un paquet de chips. Ca croustillait, c'était bien salé. Il avait envie d'embrasser ce paquet de chips. « Arrête de crier et resserre moi un verre ! », exigea-t-il, pour lui calmer sa joie. « J'trouve que cette nouvelle t'rend un peu trop heureux », constata-t-il. Pourquoi son cousin était plus heureux que lui ? Il aimerait bien le savoir. C'était pas normal. « En plus j'trouve que tu poses beaucoup trop d'questions qu'on peut pas répondre par oui ou non », fit-il remarquer. Il avait bu combien de verres ce soir ? Il s'en souvenait plus, mais ce qui était sûr, c'est qu'il ne savait plus parler. « Bon, c'est à moi », ajouta-t-il en réfléchissant. Sa question fit rapidement son chemin dans son cerveau. « Rachel elle sait qu'tu t'es remis à jouer au poker ? », demanda-t-il l'air de rien, comme s'il lui avait demandé quel temps il faisait, tout en grignotant des chips avec innocence.




YOU'RE MY VENOMOUS POISON
Look into my eyes, you will see what you mean to me. Search your heart, search your soul and when you find me there, you'll search no more. Don't tell me it's not worth tryin' for. You can't tell me it's not worth dyin' for. You know it's true. Everything I do, I do it for you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2016
›› Commérages : 510
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Chris Godness Wood
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario), Sebastian Pryce (Cole Sprouse)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Let's start all over ✻ DEVON ✻ ( Dim 26 Nov - 18:34 )



Let's start all over
BROAKLEY is in da place

« Nan pas d'nénette à baiser » Cette tristesse. Il devait avoir un coup dans le pâté pour ne pas avoir trouver de nana à mettre dans son lit. Lui qui se disait être un Don Juan ne l'était finalement plus. Laissez de la place à la nouvelle génération, celle du deuxième Oakley du nom : Ryan ! Lui, au moins, il pouvait mettre quelqu'un dans son lit et baiser toute la nuit sans être essoufflé. « T'aurais dû m'écouter et mettre de l'anti-ride. » Enfin, ça, c'est ce qu'il lui répète depuis des années maintenant. Un conseil que Devon n'a jamais voulu suivre. Tant pis pour lui ! Voilà où il en est aujourd'hui : un visage qui reflète sa vieillesse. Et non, Ryan ne met pas non plus d'anti-ride. Bon. Maintenant que la parole est de retour entre ces deux vieux jeunes gens, Ryan peut proposer un jeu. Le but ? Boire pour répondre à une question. C'est simple, drôle, et suffisant pour la fin de soirée actuelle. Par contre, c'est de l'abus de pouvoir dont fait preuve son cousin. Ryan avait fait les règles, c'était à lui de les modifier à sa guise pour tout mettre à son avantage, pas à lui ! « C'pas ma faute si tu sais pas jouer à ton jeu » Mais il sait y jouer ! « C'pas ma faute si j'ai pas de temps de préparation ! » Prout ! Ok ? Tss. Maintenant, il doit attendre que se soit lui qui pose sa stupide question pour pouvoir énoncer la question qui lui brûle les lèvres. Devon utilise sa mise pour savoir s'il y a des chips. Très bien. C'est un peu débile, surtout qu'il aurait pu vérifier dans les placards lui-même. Mais au moins, c'était pas une question personnelle et Ryan peut lui ordonner de boire son verre. « Mais mais mais. Pourquoi j'dois boire ? Tu m'as pas dis si on avait des chips » Le brun roule des yeux, grogne un peu et imite Devon. « Mais, mais mais ! TU BOIS ! » Point final. « Tu connais les règles, non ? » Alors il n'a qu'à obéir à ces dernières. Il y a des chips, donc il boit. « J'comprends rien à ton jeu » BRR. « té veux m’l’intiquer pa’ch’gros bout ! » (tu veux me faire croire à des choses invraisemblables !)) Ryan ne se souvient plus vraiment où il avait entendu ça, mais ça lui était revenu d'un seul coup. Okai. Maintenant, c'est à son tour. Est-ce que Devon s'est marié ? Qu'est-ce que cette bague autour de son doigt ? Voilà ce qu'il attendait impatiemment de savoir et la réponse n'est pas vraiment comme celle qu'il espérait : Devon a dit oui à Riley. Riley a dit oui à Devon. Devon est marié à Riley. Riley est mariée à Devon. ILS SONT ENSEMBLE ET MARIES ! C'est le plus beau jour de sa vie entière. « Pourquoi tu cries ?! » MAIS ENFIN ! « PARCE QUE T'ES PUTAIN DE MARIE, BORDEL DE MERDE ! » Les gros-mots sont mis spécialement pour montrer sa joie. Mais ... Pourquoi il est au courant que maintenant ? « T'es pas au courant parce que t'étais un sale con ces derniers temps. Puis t'as pas décroché quand Riley t'as appelé » HANW ! C'trop pas vrai. « D'après Riley, je suis un ange Déchu. Mais je suis un ange, parce que je sais pas ce que veux dire déchu. » Un jour, il lira un dictionnaire. Mais ce jour n'est pas encore arrivé et n'arrivera peut-être jamais. « T’é zou-bête, hein ! » (t'es con !) « Et j'allais pas décrocher ! J'étais entrain de faire caca. » Ce détail n'était pas si important que cela, finalement. « J'aime pas être dérangé quand je fais caca. » Tout le monde le sait. « Puis j'étais en plein concentration. Bref, je pouvais pas répondre. » Voilà. C'était tout pour l'explication et pour l'excuse. Et sinon, pourquoi c'était pas lui le prêtre ? Pourquoi ils ont pris Elvis ?« Parce que … » Ryan hausse un sourcil. Oui ? C'est quoi son excuse de merde ? « Parce que le king était vivant » MAIS NON ! « C'EST PAS VRAI ! » Aha ! Ryan ne croit pas à cette histoire. « Ils ont pas de conspiration sur la non-mort qu'Elvis ! » Mais il y en a sur celle de Michael Jackson et le brun est dans leur camp. C'est certain qu'il est pas mort, il fait encore des disques ! Non mais. Franchement. Faut vraiment être con pour croire qu'il est enterré et tout le tralala. « Mais arrêtes de gueuler bordel ! » Jamais. « NON ! » Il est heureux. Et un Ryan heureux et un Ryan qui hurle à la mort. Est-ce qu'il aime Riley ? « Mais … » Mais quoi au juste ? « ACCOUCHE ! » Il veut savoir, putain. « … J'en sais rien » Whut ? C'te blague. « Tu te maries avec Riley et tu sais pas si tu l'aimes ? » Mais quel trou du cul. « J'te préviens, j'suis du côté de maman si tu divorces. J'veux pas être à ta charge. » Même si, en toute vérité, il est déjà à la charge du Okaley premier du nom. « J'suis sûr que tu le dis pas parce que t'en as pas les couilles. » C'est nul. « Y'a rien de compliqué à dire : Je t'aime Riley. » C'est le cas pour le brun. « Tu veux que je le lui dise à ta place pour pas qu'elle voit tes petites joues toutes rouges ? » Pauvre bébé. Il a besoin d'aide. « Rho mais ta gueule » Eh ! « Jamais de la vie je la fermerais, tu m'entends ? Et c'est pas ton foutu coussin qui pue qui me fera taire ! » Il est bien trop sur une autre planète pour être conscient de tout ce qu'il fait. « On trinque pas, parce que c'est pas une bonne nouvelle. J'sais pas si j'voulais me marier un jour, mais j'sais que si jl'avais voulu, c'est surtout pas comme ça » Oh ? « Je savais que tu voulais de moi comme prêtre ! » C'est trop mignon. Il lui aurait bien fait un câlin mais il n'est pas sûr que Devon apprécie. Pas grave. Il se contente de serrer le coussin entre ses bras et de lui offrir son plus beau sourire. Pui, il lui vient l'idée de crier dans la rue par la fenêtre afin de prévenir Cap Harbor de la nouvelle. « Arrête de crier et resserre moi un verre ! » C'est comme si c'était fait, chef ! « Tiens, prends la bouteille, même ! » Il lui tends la première qu'il trouve et il garde la deuxième pour lui. « Tchin ! » tchin, affelou. « J'trouve que cette nouvelle t'rend un peu trop heureux » Normal « Maman et papa sont mariés ! » Il ne peux qu'être joie et bonheur. Il avait toujours attendus cela. Il en avait même rêvé pendant des années. Et enfin, enfin ! Ils avaient passés le cap. « En plus j'trouve que tu poses beaucoup trop d'questions qu'on peut pas répondre par oui ou non » Okai. « Je t'emmerde. J'ai levé le pouce pour faire une pause. » Ah non, il l'avait baissé. Oopsie. Il rectifie vite le tire. « Bon, c'est à moi » Meh nooooon. « Mais j'ai encore pleins de questions ... » C'pas juste. Il va finir par bouder ! D'ailleurs, il laisse son cul tomber dans le canapé et boit une grande gorgée. « Rachel elle sait qu'tu t'es remis à jouer au poker ? » Serieusement ? Il pouvait pas choisir un sujet moins catastrophique que celui là ? « Super. Merci. Tu viens de casser l'ambiance, pauvre con. » C'est abusé comment il a réussi à lui enlever le sourire sur ces lèvres. « Oui, elle le sait. » Et au vu du regard de Devon, il se doute qu'il doit balancer un peu plus d'informations vu qu'il a répondu à plusieurs questions auparavant. « Elle était pas contente. » Pas contente, contente du tout. Elle lui a bien fait comprendre. « Elle voulait plus me voir mais je lui ai demandé de me pardonner. Du coup ... Je dois être moins con et plus intelligent. » Ce qui est très difficile. « Mais je voulais pas faire quelque chose de mal, en jouant au poker. » C'est véridique. « C'est juste que je mérite pas tout ce qui m'arrive. Pourquoi elle a bien voulu me donner une deuxième chance alors que je suis pas fait pour elle ? Je fais toujours l'inverse de ce qu'elle souhaite. Sa famille veut plus me voir. Et ses potes peuvent pas me voir en peinture ... » Ryan ne voit pas trop comment il pourra réussir à retrouver ce qu'ils avaient avant. « Bref. C'est la merde. Et j'dois faire pipi. » Et il a la flemme d'aller jusqu'au chiotte alors il le fera à la fenêtre. Désolé pour les passants tardif. « Je m'excuse de t'avoir frappé. » Devon pourra pas dire qu'il a pas fait le premier pas.



✻ the blood of stars ran in his veins
Did you say it ? “I love you. I don’t ever want to live without you. You changed my life.” Did you say it ? Make a plan. Set a goal. Work toward it, but every now and then, look around ; Drink it in ’cause this is it. It might all be gone tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 01/05/2016
›› Commérages : 367
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : sebastian sexy stan
›› Schizophrénie : Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Gemma Arterton) ✻ Evan Pryce (Patrick J. Adams) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Karla Souza) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Let's start all over ✻ DEVON ✻ ( Lun 27 Nov - 16:30 )


let's start all over
Everyone can see we're together as we walk on by. And, and we fly just like birds of a feather I won't tell no lie. All, all of the people around us they say. Can they be that close. Just let me state for the record. We're giving love in a family dose.


Ryan, il aurait mérité que Devon lui balance des cacahuètes à la figure. Déjà, Devon, il n'était pas vieux, il était juste un peu vintage. En plus, Ryan il n'avait plus que … Devon calcula mentalement, puis il compta sur ses doigts. Trois ans ! Son cousin n'avait que trois ans de moins. Ou peut-être quatre. Enfin bref, lui aussi, il allait bientôt devenir vieux slash vintage. Alors qu'il ne rigole pas trop ! « Je t'emmerde. Et puis tu d'vrais mettre tes propres conseils en pratique, toi aussi tu d'viens vieux. Et con, en plus », rétorqua-t-il. Voilà, ça c'était cadeau, l'insulte totalement gratuite. Et c'était totalement mérité. Parce que Ryan était un peu con. Et qu'il se foutait un peu trop souvent de sa gueule. Et Devon il n'est pas venu ici pour souffrir ok ?. Mais voilà, la glace est brisée entre les deux Oakley. Maintenant il est temps pour Ryan de proposer un jeu à boire et il est temps pour Devon d'essayer de comprendre les règles. Ce n'était pas forcément chose facile, parce que le vieux Oakley, il avait déjà bien picolé avant l'arrivée de son cousin et il n'était pas sûr de tout comprendre. Il n'était même pas certain que Ryan lui même comprenne les règles qu'il avait pourtant lui-même annoncé. « C'est tes règles t'es pas supposé avoir b'soin de te préparer », rétorqua-t-il. CQFD. En plus, Devon n'avait pas du tout envie d'être conciliant. Déjà, il boudait toujours Ryan, au moins un peu. Ensuite, il était marié et donc, il était perturbé. Alors il avait tous les droits d'être con. Sauf qu'il ne comprenait toujours pas les règles et que du coup, il avait utilisé sa question pour savoir s'il y avait encore des chips dans ce foutu appartement. Il était con. Il aurait pu vérifier lui-même. Et en plus, maintenant il doit boire. Pourquoi il devait boire ? Il n'en savait trop rien, mais il obéissait en râlant. « Arrête d'me donner des ordres », râla-t-il. Petit con. C'était lui l'aîné, c'était lui qui commandait normalement. Normalement. Apparemment, ce soir, les règles étaient inversées. « Elles sont nulles tes règles », protesta-t-il. Dans cinq minutes, il allait se mettre à bouder et Ryan n'allait rien voir venir. Il était chiant en plus le plus vieux des Oakley, quand il boudait. « Gné ? », brailla-t-il en dévisageant Ryan. A quel moment il avait apprit à parler cette … c'était quoi comme langue en fait au passage ? Devon était ronchon. Parce que maintenant, c'était de nouveau à Ryan de poser une question. Et du coup, il était obligé d'avouer qu'il était marié. Le dire à voix haute, ça lui paraissait totalement absurde. Enfin, s'il y avait quelque chose qui pouvait être plus absurde qu'un mariage à Las-Vegas avec sa meilleure amie, totalement bourré. Heureusement que Ryan était saoul. Peut-être qu'avec un peu de chance, demain il aurait oublié. Parce que Devon se sentait honteux. Il s'était marié à Vegas. Lui. Non mais allô quoi. « MAIS T'ES PAS OBLIGÉ DE ME BOUSILLER LES TYMPANS ! », hurla-t-il à son tour. Déjà qu'il était vieux et que son audition commençait à naturellement décliner, il ne pouvait pas tolérer que Ryan empire les choses. C'était lui le grand cousin, il avait le droit de commander et il voulait que son cousin ferme sa bouche. Ou au moins qu'il arrête de crier. Mais Ryan était un peu trop enthousiaste. A croire que Devon lui avait annoncé une bonne nouvelle. Dans quel monde est-ce que cette nouvelle était une bonne nouvelle ? Devon se le demandait. C'était bien fait donc, que Ryan n'ait pas été au courant avant. « Déchu ça veut dire … », commença Devon. Il réfléchit. Non, lui non plus il ne savait pas ce que ça voulait dire, mais c'était forcément un truc négatif. « J'sais pas ce que ça veut dire. Mais c'est impossible que tu sois un ange. En plus t'as pas d'ailes », acheva-t-il. Encore une fois, CQFD. Devon était un as de la démonstration. Pourquoi est-ce qu'il était devenu barman et pas démonstrationiste ? C'était un mystère. Il aurait dû, sans doute. Mais à défaut, il était là. A débattre du caca de son cousin. Très pertinent comme sujet. « La vie de ton anus ne m'intéresse pas », l’interrompit-il. Jamais. Il ne voulait pas savoir et puis c'est tout. « Ni ce qui y rentre, ni ce qui en sort d'ailleurs », précisa-t-il. Il ne savait pas ce que son cousin faisait de ses fesses mais il ne tenait surtout pas à le savoir. Et maintenant que ce point était éclaircit, il espérait qu'ils n'auraient plus jamais à parler de caca et d'anus. Devon il aimait bien son cousin, mais pas à ce point quand même, fallait pas déconner. Parler du King c'était plus intéressant. « Ta gueule. Elvis était vivant j'te dis », s'énerva-t-il. En tout cas, ce soir là, il avait été persuadé qu'Elvis était vivant. Même que Devon il avait chanté. Ou c'était du Travolta. Bon d'accord, le lendemain au petit matin, il n'était plus si sûr que le King était vivant, mais sur le moment ils étaient sûr. Et c'était même pour ça que Riley elle avait voulu qu'ils se marient. Le Oakley voulait expliquer à son cousin ce qu'il ressentait, mais c'était confus dans sa tête. En même temps, ce serait plus facile s'il arrêtait de le couper toutes les deux minutes. « Silence maraud, je parlemente ! », rétorqua-t-il. Devon ne savait pas où il avait entendu ça, mais il trouvait que ça sonnait bien et puis ça apprendrait à Ryan à le couper quand il parlait. « On s'est marié parce qu'on était ivres morts, j'suis pas sûr que ce soit une preuve d'amour éternelle », expliqua-t-il. Il réfléchit. Est-ce que c'était une preuve d'amour ? Non. Riley et lui n'avaient jamais parlé d'amour. Si ça se trouve, Riley ne l'aimait pas. Devon lui, n'était pas sûr. La dernière fois qu'il avait essayé l'amour, le vrai, ça s'était mal fini. Même s'il aimait Riley, il n'était pas sûr de vouloir remettre ça. Et si leur amitié ne fonctionnait plus après ça ? « T'es d'ja à ma charge ducon », rétorqua Devon. Non mais l'autre. Depuis combien d'années il lui traînait dans les pattes déjà ? Trop longtemps. C'était un peu l'hôpital qui se foutait de la charité. « Fait pas chier Ryan ! », beugla-t-il. Il n'était pas d'humeur à ce que Ryan se foute de sa gueule. Il n'avait pas le temps. Et il n'avait pas la patience. En plus, il parlait sérieusement. Pourquoi est-ce que ce crétin était obligé de le faire chier ? « Je dis pas que je l'aime, mais si je l'aimais … Et si elle m'aimait pas elle ? », demanda-t-il, très sérieusement tout d'un coup. Cette question le travaillait un peu trop depuis quelque temps. Ca lui donnait même mal à la tête. « Et pire. Si on n'arrive pas à s'entendre ? Et si après ça se passe mal et qu'on n'arrive plus à être amis ? », questionna-t-il. Bref, c'était toutes ces raisons qui faisaient que Devon ne savait pas quoi faire. Parce que ce mariage était une immense plaisanterie et qu'il ne savait pas comment ça allait se terminer. Les deux hommes se chamaillent encore. Devon, comme un grand enfant, se contenta de faire un doigt d'honneur à Ryan. C'était mérité, point. « T'es chiant à tout tourner en dérision », rouspète-t-il. C'est vrai quoi, Devon il essayait d'avoir une conversation sérieuse et Ryan il plaisantait de tout. Il allait vraiment finir par bouder à ce rythme. Déjà qu'il était agacé contre son cousin, voilà que le jeune homme se met à gueuler par la fenêtre, pour faire savoir à Cap Harbor que le plus gros célibataire endurci de la ville était maintenant maqué. Devon leva les yeux au ciel et fut soulagé que Ryan la ferme enfin et lui donne une bouteille. Une bouteille rien que pour lui, voilà ce dont il avait besoin. « Tchin », souffla-t-il. Bon. En tout cas, Devon trouvait que cette nouvelle mettait son cousin beaucoup trop en joie. Et c'était pas normal. « On est pas … », commença le jeune homme. Mais il ne termina pas sa phrase. Son cousin était ivre, discuter avec lui revenait à demander à son idiot de chat de ne pas bouffer tout ce qui lui tombait sous la patte. En plus, Riley avait un peu trop tendance à considérer Ryan comme son enfant, pas étonnant qu'il se comporte comme tel. « Y a pas d'pause qui tienne », râle-t-il. Surtout que c'était à lui de poser une question. Et Devon voulait en savoir un peu plus à propos de Ryan et de Rachel. Et plus précisément sur les nouveaux écarts de conduire du jeune homme. « J'aime bien casser l'ambiance. J'te trouvais beaucoup trop content depuis cinq minutes », répondit Devon en haussant les épaules. Zéro respect ce monsieur. En même temps, il se pose ces questions depuis un petit moment déjà et maintenant il a l'occasion de les poser, donc il ne va pas s'en priver. « Merde. Déso. J'espérais qu'elle le sache pas », affirma Devon. Et il était sincère. Il était un grand fan du couple formé par Ryan et Rachel. Il espérait que ça n'allait pas partir en cacahuètes. Mais d'ailleurs, comment Rachel pouvait savoir ? « Comment elle a pu l'savoir ? », demanda-t-il. Parce que ce n'était pas lui qui l'avait dit. Il espérait que son cousin se reprendrait et que Rachel n'aurait jamais à savoir. Maintenant il n'avait plus qu'à croiser les doigts et serrer les fesses en espérant qu'ils n'avaient pas rompu. « Elle t'a pardonné ? », questionna-t-il. Parce que les explications de Ryan étaient un peu confuses. Devon fronce les sourcils cependant, très attentif. Est-ce que Ryan allait enfin lui expliquer pourquoi il avait pété un câble ce soir là ? Apparemment. Et le jeune homme était touché parce qu'il disait. « Pourquoi tu le mériterais pas ? », demanda Devon. C'était aberrant comme discours. Ryan n'était peut-être pas ce qu'on pouvait appeler un saint, mais il n'était pas mauvais. Il méritait d'être heureux en tout cas. « Moi j'crois que vous êtes fait pour être ensemble. Et parce que même si t'as faits des conneries, t'es quelqu'un de bien », répondit Devon, avec le plus grand des sérieux. « Tu t'en fou de ce que les autres pensent. Rachel elle pense que tu es faits pour elle, alors t'as juste à être quelqu'un d'bien pour elle et voilà », ajouta-t-il. Son explication était peut-être un peu légère, mais Devon il y croyait. Il avait toujours su que Ryan et Rachel étaient fait l'un pour l'autre et la seule chose que Ryan puisse faire, c'était bien se comporter avec la demoiselle et être à la hauteur de la seconde chance qu'elle lui avait offert. « Jt'autorise à aller pisser. On peut r'mettre notre discussion de coeur à coeur à quant t'auras fini d'pisser », constata Devon. C'était tant de si belles choses et d'aberration dans une seule phrase que ça aurait pu paraître philosophique. Devon s'apprêtait à insister, mais son cousin lui présenta des excuses. Wow. Ça, il l'avait pas vu venir. L'un comme l'autre, ils étaient têtus. Devon était surprit que Ryan fasse le premier pas, mais il était heureux. « Et moi j'suis désolé de t'avoir hurlé dessus. J'voulais pas … tu sais, qu'tu foutes tout en l'air et que tu partes de nouveau en vrille », expliqua-t-il. Devon, il était tout ému. Ce n'était pas son genre, les trucs tout mignon et tout mielleux, mais là, la situation l'imposait. « On s'fra plus jamais la tête comme ça hein ? », demanda-t-il. Et même que Devon, il décida de fêter cette réconciliation avec un câlin. Si c'était pas mignon. L'étreinte fut brève, mais chaleureuse. Devon c'était pas un fan des câlins. « Messire, il pissoit sur mes chausses ! », s'exclama-t-il soudain en désignant le chat qui pissait sur ses baskets. Pourquoi est-ce que ce connard de chat n'apprenait pas à pisser dans sa litière ? Et pourquoi est-ce que c'était toujours sur SES chaussures qu'il pissait ? Il était sûr que c'était Ryan qui lui avait apprit à faire ça.




YOU'RE MY VENOMOUS POISON
Look into my eyes, you will see what you mean to me. Search your heart, search your soul and when you find me there, you'll search no more. Don't tell me it's not worth tryin' for. You can't tell me it's not worth dyin' for. You know it's true. Everything I do, I do it for you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2016
›› Commérages : 510
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Chris Godness Wood
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario), Sebastian Pryce (Cole Sprouse)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Let's start all over ✻ DEVON ✻ ( Ven 29 Déc - 17:17 )



Let's start all over
BROAKLEY is in da place

« Je t'emmerde. Et puis tu d'vrais mettre tes propres conseils en pratique, toi aussi tu d'viens vieux. Et con, en plus » Ryan ouvre sa bouche en cul de poule, choquée par tant de voracité dans les mots de son tres cher cousin. Est-ce qu'il est vieux ? Non. Il a bel et bien dépassé la trentaine mais il reste plutôt dynamique contrairement à certain et il a toujours son âme d'enfant. Lui, au moins, il ne l'a pas perdu. Elle est toujours là, caché en lui. Devon, quand à lui, l'a completement laissé de côté. Il n'arrive même plus à s'amuser ! « Je serais toujours le petit dernier, et donc, le plus jeune. » Allez. Dans tes dents ! C'était pas non plus la réplique de l'année. Au moins, Ryan, il respire la joie de vivre. Ou presque. Et il trouve des jeux pour passer le temps, qui est souvent long. Pourquoi les journées ne seraient pas plus courtes ? Surtout qu'il ne dort jamais beaucoup, se serait cool. « C'est tes règles t'es pas supposé avoir b'soin de te préparer » Comment que c'est trop pas vrai ! « J'ai de l'alcool dedans, ok ? » Il pointe sa tête comme si tout l'alcool ingéré durant la soirée se stockait directement à cet endroit. « Alors si, j'ai besoin d'un temps de préparation. Et c'est meme dans MES règles. » Voila. Et pour montrer sa grande mauvaise foi et son côté mauvais perdant, il lui montre sa langue tout en faisant un bruit de prout. Plus gamin, tu meurs. « Arrête d'me donner des ordres » C'est la meilleure ici ! Il donne pas d'ordres, juste des consignes. Apres, c'est sûr qu'elles sont parfois un peu, beaucoup, voir trop directives. « Elles sont nulles tes règles » N'importe quoi. « C'est toi qui est nul, abruti. » Les regles n'ont rien à voir dans ce débat. Meme que le Oakley, pour faire preuve de bonne foi, utilise une langue pas assez parler. « Gné ? » Aucune culture. Il roule des yeux et met en évidence son majeur. Et un doigt d'honneur, un ! « MAIS T'ES PAS OBLIGÉ DE ME BOUSILLER LES TYMPANS ! » MAIS IL A QU'A PAS DIRE QUE DES BETISES AUSSI ! Puis, de toute façon, il cri si il veut. Un vieux, ça a souvent des problèmes auditifs, alors il prends les nécessités pour que toute chose qui sort de delicieuse et irrésistible bouche soit compris et imprimé dans le crâne du vieil Oakley. « Déchu ça veut dire … » Oui ? Ryan a decidé que se serait son mot de vocabulaire du jour. Il utiliserait donc déchu à chaque occasion possible. « J'sais pas ce que ça veut dire. Mais c'est impossible que tu sois un ange. En plus t'as pas d'ailes » Et on ose dire que c'est Devon l'intelligent dans la famille ... Franchement, il est déchu. Ah ? Serait-ce la definition de ce mot ? Peu importe. Il demandera à Riley quand il la verrait. « Un ange déchu, c'est peut-être un ange sans ailes,nianiania. » Se serait même plutôt logique. Bordel ! Il a trouvé lui-même à la definition. Il s'applaudirait s'il le pouvait. « La vie de ton anus ne m'intéresse pas » Dommage. « Mais ... » il fait une moue toute triste. « Ni ce qui y rentre, ni ce qui en sort d'ailleurs » Ce qui entre ? Urgh. Mais pour qui il le prends ? « Tu veux que je fasse rentrer quoi dans mon cul, toi ? » Non. Il veut pas savoir finalement. « Laisse-tomber. » Par contre, il veut tout savoir sur ce supposé-mariage entre maman chat Riley et papa chat Devon. Comment il s'est passé. Qui était là. Ce qu'ils ont fait après. Tout. « Ta gueule. Elvis était vivant j'te dis » Jamais il ne la fermera. Jamais. « Ta gueule et continue. » Il va pas assez vite. Il sait pourtant qu'il deteste le suspens. « Silence maraud, je parlemente ! » Whut ? Qu'est-ce qu'il vient de dire ? C'est quel langue, ça ? Pas la sienne, c'est certain. Ça a au moins le plaisir de le faire taire. « On s'est marié parce qu'on était ivres morts, j'suis pas sûr que ce soit une preuve d'amour éternelle » Béééh. « Pourquoi pas ? C'est rare que vous soyez pas ivre mort donc ... C'est une habitude. » C'est une preuve d'amour éternelle à ses yeux. « J'ai lu qu'on disait toujours ce qu'on pense quand on a trop bu. » Par conclusion, s'ils se sont mariés, c'est qu'ils le voulaient et le désirer. « T'es d'ja à ma charge ducon » N'importe quoi. Il est indépendant. « Je sais très bien me gérer moi-même, duh. » Il a trente ans passé, pas trois. Enfin, on se le demande parfois. « Fait pas chier Ryan ! » Il fait jamais chier. « Parle pas de merde vu que j'ai pas le droit de parler d'anus. » qu'il respecte ses choix, non meh ! « Je dis pas que je l'aime, mais si je l'aimais … Et si elle m'aimait pas elle ? » Olala. C'pas possible d'être aussi con. « Elle t'aime trou du cul. Y'a que comme ça qu'elle te supporterai. » Dans un sens, c'est pas faux. D'ailleurs, Ryan a, à tort, pensé qu'elle était amoureuse de lui. Mais il a fini par comprendre, avec le temps, que Riley n'attendait qu'après Devon. « Et pire. Si on n'arrive pas à s'entendre ? Et si après ça se passe mal et qu'on n'arrive plus à être amis ? » Ryan baille, la fatigue commençant à le prendre de court. « Vous êtes fait l'un pour l'autre, viens pas me casser les couilles. » C'est abusé franchement. « T'es chiant à tout tourner en dérision » Oh. Parce que Monsieur ne fait pas la même chose ! La bonne blagounette. « Regardes-toi dans un miroir avant de dire ça. » Il est un peu mal placé. C'est sur lui que prends exemple le Oakley donc ça veut dire qu'il fait pareil. « Tchin » Parfait. Il avait besoin de boire et pas qu'un peu. A peine les bouteilles entrechoquées qu'il la met à sa bouche et boit plusieurs gorgées. « On est pas … » Mhm ? « Y a pas d'pause qui tienne » Si. « Mes regles. Donc pause. » point final. Par contre, quand il dit pause, c'est pas pour que Devon puisse poser ses questions et faire descendre le bonheur de Ryan au point zéro. « J'aime bien casser l'ambiance. J'te trouvais beaucoup trop content depuis cinq minutes » Meh ! Monde injuste. « Espèce de petit PD. » Faut toujours qu'il en fasse qu'à sa tete. « J'avais de quoi être heureux en plus ... » Ils sont mariés, putain. Et lui ... Lui, il est loin d'arriver à ce stade là. Raxhel a tout découvert pour sa sortie nocturne et sa partie de poker foirée. « Merde. Déso. J'espérais qu'elle le sache pas » Trop tard. Elle le sait maintenant. « Comment elle a pu l'savoir ? » Et bien, un con à tout dit. C'est aussi simple que ça. « Philip. Il l'a vu au supermaché et lui a tout balancé. Mais je me suis chargé de lui pour qu'il balance plus rien. » Autant dire qu'il avait passé un très mauvais quart d'heure et que sa mâchoire devait ressembler à du gruyère actuellement. « Elle t'a pardonné ? » Il hausse les épaules. « Oui et non. » C'est un peu compliqué. Et puis, il s'est passé tellement de chose lors de leur discussion qu'il ne sait pas encore comment l'aborder. Il préfère garder quelques petits secrets. « Pourquoi tu le mériterais pas ? » Parce qu'il est abonné aux conneries, qu'il ressemble plus à un enfant qu'a un homme majeur. Et puis, il faut ajouter à ça un casier judiciaire plutôt rempli et des excès de colere catastrophique. « Parce que je suis un ange déchu. » ah. Re-voila ce mot. « Enfin ... Plutôt Parce que je suis loin d'etre une bonne personne. » il va finir aux enfers, c'est certain. « Moi j'crois que vous êtes fait pour être ensemble. Et parce que même si t'as faits des conneries, t'es quelqu'un de bien » Mouais. « Pas assez bien pour elle, sinon j'aurais pas été à cette soirée. » Mais en même temps, il a récupére son collier alors ... C'etait bien quand même. « Tu t'en fou de ce que les autres pensent. Rachel elle pense que tu es faits pour elle, alors t'as juste à être quelqu'un d'bien pour elle et voilà » Oui. C'est pas con. « Comment que je fais pour être bien pour elle ? » Cependant, la reponse attendra. Ryan doit faire pipi et l'envie est pressante. « Jt'autorise à aller pisser. On peut r'mettre notre discussion de coeur à coeur à quant t'auras fini d'pisser » Trop de gentillesse, il est touché. « Merci papa chat ! » Il écope même d'un baiser baveux sur la joue et d'excuses. « Et moi j'suis désolé de t'avoir hurlé dessus. J'voulais pas … tu sais, qu'tu foutes tout en l'air et que tu partes de nouveau en vrille » Ryan acquiesce. « J'comprends, t'sais. Tu voulais juste mon bien. » Mais le Ryan de ce soir là ne l'avait pas compris de la sorte. Malheureusement. « On s'fra plus jamais la tête comme ça hein ? » Jamais de la vie. « Je te ferais la gueule s'tu me quitte, ouais ! » Ce qui ne devrait pas arriver vite. « Où si tu demandes le divorce avec Riley. » Voila, Voila. « Messire, il pissoit sur mes chausses ! » Mais non ! Ryan se leve, observe son chat entrain de faire ses besoins. « Crasseux ! » Il explose de rire, descends son jean et sort son bijou de famille pour faire la même chose que Simba. Tel chat, tel maître. « putain ... Ça fait du bien. » Il sent presque sa vessie se vider. Trois petites gouttes et tadam ! Les chaussures de Devon ont été baptisées. « high five Simba ! » Il lui tends sa main mais ce dernier s'enfuit vers une chambre. Bon. Ok. Tant pis. « Tu pues. » qu'il annonce à son tendre cousin, l'air désinvolte, comme une simple constatation. « Tiens, prends mon gel douche à l'ananas. Il sent grave bon. » Ryan court vers une armoire et sort une petite bouteille en plastique jaune et il la tends à son cousin. « Et profite pour bien laver tout ... Ça. » Il faire un rond avec sa main devant son anatomie. « Riley elle va succomber directe ! » Et non, ce n'est pas un sourire pervers qu'il a sur les lèvres. « On se fait un mario-kart après ? Que je te défonce ! » C'est bon. Les deux cousins sont à nouveau en bon terme. Tout va bien.



✻ the blood of stars ran in his veins
Did you say it ? “I love you. I don’t ever want to live without you. You changed my life.” Did you say it ? Make a plan. Set a goal. Work toward it, but every now and then, look around ; Drink it in ’cause this is it. It might all be gone tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 01/05/2016
›› Commérages : 367
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : sebastian sexy stan
›› Schizophrénie : Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ Aurora Callahan (Jenna-Louise Coleman) ✻ Julian Finch (Jake McDorman) ✻ Georgiana Lewandowski (Gemma Arterton) ✻ Evan Pryce (Patrick J. Adams) ✻ Jocelyn Ahern-Fields (Karla Souza) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Let's start all over ✻ DEVON ✻ ( Dim 14 Jan - 14:58 )


let's start all over
Everyone can see we're together as we walk on by. And, and we fly just like birds of a feather I won't tell no lie. All, all of the people around us they say. Can they be that close. Just let me state for the record. We're giving love in a family dose.


Se chamailler avec son cousin, c'était une habitude pour Devon. Plus qu'une habitude, c'était même une passion. Ça lui manquait depuis plusieurs semaines, de ne plus pouvoir se chamailler avec son cousin. Mais visiblement ce soir, ils sont tous les deux au taquet pour la provocation et pour la taquinerie. Bon, Devon est toujours un peu en colère. Donc entre la taquinerie et ce qu'il pense vraiment, il n'y a qu'un pas. Traduction, Ryan était vraiment un jeune-vieux con. « Faux. La dernière c'est Sophia », protesta Devon. Il ne parlait pas souvent de sa sœur, parce qu'ils étaient en froid à cause de la blonde qui partageait la vie du plus vieux de Oakley. Mais au moins il avait l'occasion de contredire son cousin et dans le fond c'était tout ce qui importait. Quand on devient vieux, on a tendance à vouloir toujours avoir le dernier mot. Et Devon, il kiffait beaucoup avoir le dernier mot. N'empêche que dernier mot ou pas, il ne comprenait rien aux règles du jeu de Ryan. Devon haussa un sourcil. « Mais t'as toujours de l'alcool dedans ! », s'écria-t-il. A quel moment c'était une excuse ? En plus, ils étaient tous les deux barmans, ils avaient toujours tendance à forcer sur la bouteille. Ils avaient choisi le pire métier du monde pour la sobriété. « Tu sais ce que je leur dis à tes règles de merde ? », demanda Devon. Et pour toute réponse et explication, il fit un doigt d'honneur à son cousin. Comme ça, en toute maturité. Ce n'était pas de sa faute si son cousin avait des idées de merde pour des jeux de merde avec des règles de merde. « C'est toi l'abruti déjà », protesta Devon. Et un nouveau doigt d'honneur pour accompagner ses paroles. C'est pour lui, c'est gratuit. Devon avait toujours protesté quand on qualifiait son appartement de garçonnière. Les gens n'y étaient pas du tout du tout. Ce n'était pas une garçonnière. C'était la cours de récréation d'une classe de maternelles. Comme chez les enfants, ça braille, ça se plaint, ça crie. Et ces deux crétins, ils avaient décidé de crier. Enfin Devon il était innocent. Il criait parce que Ryan criait, voilà tout. Pour la peine, le Oakley avala une nouvelle gorgée d'alcool. L'alcool, ce n'était pas bon pour les neurones. La preuve, il ne se souvenait pas ce que ça voulait dire, être un ange déchu. De toute façon, c'était pas important. Ryan ça pouvait pas être un ange. Ou alors un ange avec des cornes. « Ben p'têtre que ça veut dire ça. Ou alors ça veut juste dire que t'es un crétin », conclut Devon. Et voilà. Riley elle était intelligente. Peut-être qu'elle avait trouvé un mot savant pour dire que Ryan était un crétin. En plus, crétin, ça allait mieux à Ryan que ange. Il n'y avait qu'à regarder sa tête pour savoir que c'était tout sauf un ange. De toute façon, la vie d'ange de son cousin ne l'intéresse pas. Ni la vie de son anus. « J'sais pas, paraît que t'es adepte des plans à trois, p'têtre qu'il y a des choses qui rentrent », suggéra-t-il. Devon ne voulait pas savoir. Si son cousin avait des goûts sexuels chelous, c'était son droit, mais il voulait que ses chastes oreilles soient épargnées de cette histoire. Quoi que, s'ils en venaient à parler de son mariage, Devon préférait peut-être parler de la vie de l'anus de son cousin. Le jeune homme grimaça. « Je peux pas continuer si j'dois fermer ma gueule », râla-t-il. Déjà. Il lui donnait des ordres contradictoires et il pensait que Devon allait lui expliquer ? Ben oui, Devon allait lui expliquer. Parce que Devon n'avait parlé de cette histoire à personne et il avait vraiment besoin de parler. « C'est pas vrai, on boit pas beaucoup ! », s'exclama le jeune homme. Bon d'accord, ils buvaient un peu. Mais pas tant que ça. Ils n'étaient pas souvent ivres à ce point. En tout cas, Devon n'avait jamais été ivre au point d'éprouver l'envie de se marier à quelqu'un. « J'sais pas. Tu crois que ça veut dire que jl'aime ? », demanda Devon. Cette histoire n'avait aucune logique déjà. Et à force, il commençait à avoir mal au crâne. Encore pire que le mal de crâne du lendemain à Vegas, avec la bonne gueule de bois. Ca c'était un mal de crâne de réflexion intense. « J'suis sûr que si j'te laisse six mois tout seul, soit j'te retrouve à moitié mort, soit j'te retrouve obèse », conclut-il. Traduction, soit il ne mangerait pas, soit il se nourrirait de pizza et de croissants. Enfin bon, si Riley n'emmenait pas de temps en temps Devon dans de bons restaurants et si elle ne s'occupait pas un minimum de lui il finirait sans doute dans le même état. Mais ça il se garda de le préciser au Oakley. Devon passera le commentaire immature de son cousin en se contentant de lever les yeux au ciel. Il n'y avait que lui pour parler d'anus quand ils parlaient d'une sombre histoire de mariage alcoolisé. En même temps, si Ryan était logique, ça se saurait. « Ca veut rien dire ça. Toi aussi elle te supporte. Donc elle nous aime tous les deux ? », demanda-t-il. Et ce serait un peu trop glauque pour Devon. Déjà qu'il a du mal à digérer que les deux aient couché ensemble, dans un plan à trois qui plus est, il ne s'en remettra jamais si elle les aimait tous les deux. « C'toi qui casse les couilles », râla-t-il. Et pour le coup il en profita pour claquer un coussin dans la tronche de Ryan. Sérieusement, pour une fois qu'il essayait de parler sérieusement. « T'as l'air de trouver ça hyper logique. Mais moi j'doute », ajouta-t-il. En fait, à ce stade c'était même beaucoup plus que des doutes. Mal à la tête, tout ça. « T'fais chier », acheva Devon. Et pour le coup, il le gratifia même d'un troisième doigt d'honneur. Plus jamais il ne parlerait sérieusement avec son cousin pour la peine. Les discussions sérieuses et lui, c'était fini. Les Oakley feraient mieux de jouer au jeu débilos de Ryan. Ca leur éviterait de se prendre la tête. Et au moins Devon n'aurait plus besoin de parler de Riley. « SALE DICTATEUR ! », brailla-t-il. Il le faisait chier son cousin à tout commander ce soir. Il allait aussi inventer des règles de jeu bidon dans les prochains temps comme ça lui aussi il pourrait donner des ordres à tout bout de champs. « J'suis pas PD j'suis marié. Et c'est toi qui met des choses dans ton anus », protesta-t-il. Non mais oh d'abord. Devon n'était pas d'accord pour se laisser parler comme ça par un jeune gamin prépubère dans sa tête. « Il est con ce mec. Quand tu croises les gens au supermarché, tu balances pas des bombes pareilles », s'énerva Devon. En plus, Devon s'était chargé d'engueuler son cousin. C'était pas très utile que deux personnes se mettent en colère contre lui et lui fassent la gueule. C'était même contre-productif. Pour une fois, Devon approuvait que Ryan se soit chargé du cas Philip. Bon mais Rachel lui a pardonné oui ou non ? Il fait chier son cousin ce soir. « Oui ou non ? Explique merde ! », s'emporta Devon. Lui il avait posé milles questions sur son mariage, il pouvait bien développer un peu plus non ? Devon il voulait savoir. Parce qu'en vrai c'était encore plus un amateur de potins qu'une vieille concierge. Revoilà cette histoire d'ange déchu. Devon lève les yeux au ciel, un peu désespéré. « T'as fait des conneries dans ta vie. On en a tous fait. Moi j'suis même allé en prison. On va pas rester là dessus toute notr vie. On mérite tous une deuxième chance. T'es pas quelqu'un de mauvais. Tu mérites d'être heureux », s'emporta Devon. Ouais il était énervé de voir son cousin se flageller de la sorte. Il méritait d'être heureux comme tout le monde. Oui, il avait été con dans sa vie et plutôt deux fois qu'une. Mais il n'avait rien fait de si mal que ça. Mieux valait l'addiction au poker que d'avoir tué quelqu'un. « Bah t'as été con, t'as eu un écart de conduite et y a eu des gens pour te ramener sur le droit chemin. Ca arrive », souffla Devon. Il avait fini de se lamenter sur son sort ? Il aimait une femme et cette femme l'aimait en retour, c'était l'essentiel. Sans compter que Devon n'hésiterait pas à lui briser les genoux s'il brisait encore une fois le cœur de Rachel. Il l'avait pardonné une fois parce qu'il connaissait les raisons et qu'il était son cousin. Mais la prochaine fois, Ryan serait un homme mort. « Elle t'aime comme t'es non ? Malgré tes défauts, malgré c'que tu as fais. Alors j'pense que tu n'as rien d'autre à faire que d'être toi-même », répondit-il. Devon était un peu philosophe ce soir. N'empêche qu'il estimait avoir raison. C'était même une certitude. C'était à Rachel de choisir. Et Rachel l'avait choisi lui. Bon, la discussion cœur à cœur, ça attendra que Ryan ait fini de pisser. Même que ça attendra la fin des réconciliations. Parce que maintenant, Devon il avait dit ce qu'il avait sur le cœur. Il fallait qu'il se réconcilie avec son cousin. C'était un peu comme son jumeau. Son jumeau en plus jeune. « C'est ça, ton bien », approuva Devon. Il n'avait pas eu envie de le trouver encore dans un état lamentable. Il ne voulait pas le ramasser à la petite cuillère. Et il ne voulait pas qu'il gâche tout avec Rachel. Bref, Devon était son sauveur, voilà tout. « J'te quitterais jamais », affirma-t-il. Jamais jamais. De toute façon, ils avaient un peu le même sang. Ils étaient liés. CQFD. « Hey ça c'est pas juste ! », protesta-t-il. Il ne pouvait pas le forcer à rester marié à Riley de cette façon, c'était pas juste. Mais Devon n'avait pas le temps de protester d'avantage. Le crétin de chat pissait dans ses chaussures. La saloperie ! L'aîné était persuadé que le plus jeune allait engueuler son chat. Que dalle. Il pissa à son tour dans ses chaussures. SES CHAUSSURES. « VOUS ÊTES QU'UNE BANDE DE CRASSEUX ! », s'époumona-t-il. Non mais. Ils ne vivaient pas dans une porcherie. Pour la peine, Devon attrapa le premier objet qui lui passa sous la main et le balança sur Ryan. Il espérait que ça allait faire mal. « J'temmerde. J'pue pas. Et tu m'dois une paire de pompes », répondit-il. Et pour la peine, nouveau doigt d'honneur. Une fois encore, c'est totalement gratuit. Même pas de frais de port. Devon sent cependant son t-shirt. Bon d'accord il puait peut-être un peu quand même. « Ca va, ca va j'vais me laver », concéda-t-il en attrapant le gel douche à l'ananas. Le jeune homme se leva, mais avant de disparaître, il pointa un doigt accusateur vers son cousin. « T'avises pas de t'endormir hein. J'vais te défoncer à Mario Kart ! », prévint-il. Puis il disparu dans la salle de bains. Et pour la peine, il laissa la porte entre-ouverte. Si jamais ça devenait trop silencieux, il n'hésiterait pas à accourir dans le salon. Le jeune homme se glissa sous l'eau chaude, se frotta avec le gel à l'ananas et … se mit à chanter. « LE LIOOOOON EST MOOOOOORT CE SOIIIIIIR », hurla-t-il. Devon qui chantait, c'était un peu la même chose qu'un chien qui hurlait à la mort ou un chat qu'on écrasait avec une voiture. « VIIIIIENS MA BEEEEEELLLE VIENT MA GAZELLE », s'écria-t-il encore plus fort. C'était pour être sûr d'avoir l'attention de son cousin. On ne savait jamais que ce crétin décide de se foutre au lit sans rien lui dire. Une fois tout propre, il enfila un bas de pyjama propre et retourna dans le salon. « JE SUIS LE ROI DE L'ANANAS ! », s'exclama-t-il avant de faire claquer sa serviette mouillée contre le canapé. Le jeune homme se déhancha même et tourna sur lui-même pour illustrer ses propos. Puis il fit face à son cousin. « T'sais Riley elle est toujours séduite par ça, même quand ça sent pas l'ananas », fit-il en désignant son service trois pièces. Il se sentait obligé de le préciser, avant que son cousin ne pense qu'il s'occupait mal de la blonde. Devon, Dieu du sexe. « Bon t'es prêt à ce que je te foute une branlée ? », demanda-t-il, impatient. Bon ça faisait longtemps qu'il avait pas joué, mais visiblement, l'alcool jouait en sa faveur ce soir.




YOU'RE MY VENOMOUS POISON
Look into my eyes, you will see what you mean to me. Search your heart, search your soul and when you find me there, you'll search no more. Don't tell me it's not worth tryin' for. You can't tell me it's not worth dyin' for. You know it's true. Everything I do, I do it for you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/01/2016
›› Commérages : 510
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Chris Godness Wood
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario), Sebastian Pryce (Cole Sprouse)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Let's start all over ✻ DEVON ✻ ( Mer 7 Fév - 15:50 )



Let's start all over
BROAKLEY is in da place

Ryan, il aimait bien se faire passer pour le bébé de la famille. Ca l'arrangeait d'être toujours chouchouté même s'il râlait toutes les cinq secondes de recevoir trop d'amour. Il voudrait pas qu'on pense qu'il est un coeur tendre. Pourtant, c'est bel et bien le cas. Mais bon, être le dernier apporte vraiment des avantages dont le Oakley ne se passerait pas. « Faux. La dernière c'est Sophia » Oh. C'est vrai C'est pas faux. Mince. « Si je la tue dans son sommeil, c'est moi qui devient le dernier ! » Il va falloir qu'il pense à ce plan géniale et qu'il l'exécute. Néanmoins, Devon risque de ne pas être content, Sophia non plus et les membres de sa famille encore moins. « Je suis quand même le dernier garçon ! » C'est un bon compromis. Et en tant que dernier garçon de la famille, il a le droit d'être chéri, aimé et câliné comme bon lui semble. Il a aussi le droit de boire comme un trou quand ça le chante, de danser tout nu dans la cuisine si l'envie lui prends et de se doucher avec un canard jaune en plastique qui diffuse de la musique parce que c'est lui le meilleur. VOILA ! « Mais t'as toujours de l'alcool dedans ! » Uh ? N'importe quoi. « Non, c'est pas vrai. » Son cousin ne raconte que des mensonges. Heureusement qu'il ne s'appelle pas Pinocchio sinon il aurait un nez tellement long qu'on verrait plus sa figure. « Quand je propose des jeux sans alcool tu veux jamais y jouer ! » Parce que c'est soit-disant pas drôle, immature et indigne de sa culture cérébrale. Son cul, oui ! Devon a juste honte de s'amuser et de profiter des petits plaisirs de la vie. « La dernière fois, je t'ai proposé de faire un concours de just dance en caleçon, t'as pas voulu. » Pouet pouet et camembert. Ryan aura le dernier mot aujourd'hui, un point c'est tout. « Tu sais ce que je leur dis à tes règles de merde ? » Merde ? « Mes règles, je te les fourre dans le cul ! » Ou ailleurs, c'est à sa guise, le Oakley est pas trop compliqué avec tout ça. Mise à part si Devon lui sort qu'il es gay, là, ça va chier des bulles. Il est supposé et même censé finir sa vie avec Riley et personne d'autres. C'est le destin qui l'a choisi, largement aidé par le brun. « C'est toi l'abruti déjà » Heu ... Alors, pas du tout d'abord.  « C'est celui qui le dit qu'il l'est ! Nah. » Promis, un jour, il sera vraiment mature. Déjà, il n'est pas débile, il est un ange déchu ! C'est Riley qui l'a dit alors il l'a croit. Même s'il ne sait toujours pas ce que ça veut dire. « Ben p'têtre que ça veut dire ça. Ou alors ça veut juste dire que t'es un crétin » Ryan réfléchit quelques secondes. Non ... Riley le traiterai pas de crétin. Pas comme ça. Pas en faisant en sorte qu'il ne le comprenne pas. « Et ben nan. Je sais ce que ça veut dire maintenant. » Et c'est pas crétin. « Espèce de mongole. » D'ailleurs, Ryan va devoir se renseigner pour savoir si les mongoles sont bêtes ou non. Il serait terriblement déçu d'apprendre qu'il dit cette insulte alors qu'elle n'a aucune signification. « J'sais pas, paraît que t'es adepte des plans à trois, p'têtre qu'il y a des choses qui rentrent » Le brun se contorsionne pour essayer de voir ses fesses puis fait une énorme grimace de dégoût. « URGHHH ! » Mais ! Mais ! MAIS ! « Des plans à trois avec deux meufs, pas avec un gars. » Beurk. Dégueulasse. Ecoeurant. « Tu me dégoûtes ! » Comment son propre cousin peut-il penser qu'il aime avoir des choses coincé entre ses fesses ? Non ! C'est proscrit. « C'toi qui a un balai dans le cul, je te ferais dire. » Se serait donc plus judicieux que se soit Ryan qui pose ce genre de question à son cousin. « Je peux pas continuer si j'dois fermer ma gueule » Pas bête. Bon ... D'un signe de main, le jeune homme accepte qu'il continue à parler, mais c'est uniquement parce qu'il apprécie la conversation. Pas plus ! « C'est pas vrai, on boit pas beaucoup ! » Oui et non. « Y'a quand même des soirs où on boit un peu trop. » Le brun se souvient d'ailleurs de celui où ils avaient été incapable de monter les escaliers menant à leur garçonnière. Les marches semblaient tanguer et dès qu'ils approchaient du but, il finissait à nouveau en un claquement de doigt au départ. Ils avaient fini par dormir sur le bar. Et c'est la merveilleuse Riley qui les avait secouru plusieurs heures après. « J'sais pas. Tu crois que ça veut dire que jl'aime ? » Beh oui, andouille ! « OUI TU L'AIMES ! » Et si Devon n'était pas amoureux de Riley, Ryan allait l'obliger à le devenir. « Ca se voit comme ... Je sais plus comme quoi, mais ça se voit ! » Puis, le brun voit bien leurs regards. C'est remplis de sous-entendus. C'est tendre, doux. C'est de l'amour. « Puis t'as la queue qui se dresse à chaque fois qu'elle est là alors, désolé, mais c'est de l'amour. » C'est même la nouvelle définition de l'amour. « J'suis sûr que si j'te laisse six mois tout seul, soit j'te retrouve à moitié mort, soit j'te retrouve obèse » N'importe quoi. « Je serais très bien vivre sans toi. » A moitié mort et obèse à la fois, certes. « Mais comme TU peux pas te passer de MOI, ça n'arrivera jamais. » C'est mieux dans ce sens là. « Tu serais trop triste de plus m'avoir dans les pattes. Je suis ton rayon de soleil, ta bonne humeur permanente et ta poubelle de bouffe ambulante. » Autant dire qu'on ne peux facilement pas se passer de ses services, surtout qu'ils sont tous offerts gracieusement. « Ca veut rien dire ça. Toi aussi elle te supporte. Donc elle nous aime tous les deux ? » Bien-sûr que Riley l'aime. « Mais elle m'aime parce que je suis son fils, triple andouille. » Elle ne l'aime pas comme elle l'aime Devon, c'est certain. « Puis vous êtes destiné. Tu l'acceptes et basta. » C'est pourtant pas compliqué d'ouvrir son coeur. Ryan l'a bien fait pour Rachel, son cousin peut faire de même. « C'toi qui casse les couilles » Mais genre ? « Ah ouais ? Tu veux qu'on les compare, nos couilles ? Tu verras que les miennes sont beaucoup plus abîmées que les tiennes. » Donc il gagne. « T'as l'air de trouver ça hyper logique. Mais moi j'doute » Parce que quand ça touche la personne personnellement, c'est toujours plus compliqué à l'accepter, tout simplement. wow, il est psychologue aujourd"hui. « Ça fait des années que tu lui tournes autour, je vois pas trop pourquoi tu doutes, mais ok. » Il ne sait pas quoi ajouter d'autre pour le coup. « T'fais chier » Oh. Bravo pour le doigt d'honneur. Ca fait plaisir. Il essayait juste d'aider. Si Devon n'en voulait pas, autant le dire dès le début. « SALE DICTATEUR ! » « J'SAIS PAS CE QUE C'EST MAIS JE T'EMMERDE ! » Il en a marre de ces mots compliqués le brun. Il se sent toujours à côté de la plaque et c'est énervant et fatiguant à force. « J'suis pas PD j'suis marié. Et c'est toi qui met des choses dans ton anus » GRR. « Tu dis encore une fois que j'ai un truc dans le cul et je t'enfonce une banane tellement profondément que tu pourras plus la récupérer ! » Je mangerai plus jamais de banane de ma vie maintenant après autant de violence. Malheureusement, Ryan n'aura pas le temps de s’énerver plus puisque Devon pose le sujet de Rachel sur la table. Ça coupe court à toutes ses émotions et ils se laissent tomber comme un pacha dans le canapé. Ahw. Il veut mourir. « Il est con ce mec. Quand tu croises les gens au supermarché, tu balances pas des bombes pareilles » Et bien, disons que c'est possiblement une petite vengeance personnelle et Ryan ne pourra pas dire grand chose vis à vis de cela. Philipp ne pourra plus parler non plus pendant un moment alors il est tranquille pendant facile trois mois. « Oui ou non ? Explique merde ! » Mais calme ! « Détends ton string papy. Disons qu'elle me pardonne à moitié ! » C'est pas totalement un oui mais c'est pas totalement un non. « Elle m'a demandé à ce que je lui mente plus et que je lui cache plus rien. Est-ce que ça signifie que je dois lui dire quand c'est moi qui pète dans les magasins alors que j'insiste pour dire que c'est les personnes autour ? » C'est une question très importante que le brun se pose depuis quelques jours. Il ne voudrait pas se retrouver avec une Rachel en colère pour débilité pareille. « T'as fait des conneries dans ta vie. On en a tous fait. Moi j'suis même allé en prison. On va pas rester là dessus toute notre vie. On mérite tous une deuxième chance. T'es pas quelqu'un de mauvais. Tu mérites d'être heureux » C'est une longue phrase pour dire une seule chose. « J'suis heureux ! » Enfin quand il est principalement avec Rachel et qu'il ne fait pas la gueule à son cousin. « Bah t'as été con, t'as eu un écart de conduite et y a eu des gens pour te ramener sur le droit chemin. Ca arrive » Oui !Ca arrive. Exactement. « C'est bien dit. Je vais le noter quelque part pour le ressortir un jour. » A la police par exemple : j'ai eu un écart de conduite, des gens m'ont remis sur le droit chemin. Ca arrive. Holia va pas aimer.« Elle t'aime comme t'es non ? Malgré tes défauts, malgré c'que tu as fais. Alors j'pense que tu n'as rien d'autre à faire que d'être toi-même » Pas certain. « Elle a pas voulu m'épouser, moi. » Et Ryan, il a un peu de mal à l'accepter. « Pourtant, je lui avais promis pleins de trucs géniaux à la clé. Mais elle a quand même dit non. » Enfin, elle a plutôt dit : plus tard, mais c'est un non quand même. « J'te quitterais jamais » MOUAHAHA. « JE LE SAVAIS QUE TU POUVAIS PAS TE PASSER DE MOI ! » Il est indispensable à sa vie et à ses oreilles, et aussi à ses chaussures. Parce que si Simba trouve ça intéressant de pisser sur les pieds de Devon, ça l'est aussi pour le maître qui fait de même. « VOUS ÊTES QU'UNE BANDE DE CRASSEUX ! » Non. C'est lui le crasseux. « C'est toi qui est pleins de crasse et qui pue la merde. » C'est bien pour ça que le chat a fait ses besoins sur lui, faut pas croire. Il dégageait une odeur de poisson. « J'temmerde. J'pue pas. Et tu m'dois une paire de pompes » Le brun sourit de toutes ses dents. « Tout ce que tu voudras mon amouuuuuuuuuuur. » Et il insiste bien sur le"amour". « Ca va, ca va j'vais me laver » Good. Ryan il va nettoyer cette flaque jaunâtre nauséabonde avant que quelqu'un ne marche dedans en attendant. « T'avises pas de t'endormir hein. J'vais te défoncer à Mario Kart ! » Mais oui, c'est ça. « P'tite bite. T'as pas les couilles pour me défoncer. » Les deux se séparent. Ryan va vers la cuisine, récupère du papiers absorbant et le pose sur la pisse afin de'en éliminer le plus gros. Puis, il revient avec une wassingue et de l'eau savonnée pour finir de nettoyer. Et voilà ! Le salon sent comme neuf et les chaussures de Devon sont à la poubelle. Tant mieux parce qu'elle puait des pieds. « VIIIIIENS MA BEEEEEELLLE VIENT MA GAZELLE » Le Oakley passe une tête dans la salle de bain et se moque pendant quelques secondes de son cousin couvert de savon, chantant comme un abruti. Il ne deviendra jamais chanteur. Il lui reste environ cinq minutes pour préparer le jeu et les manettes. « JE SUIS LE ROI DE L'ANANAS ! » Cool. « Plutôt le prince de l'ananas. C'moi qui est la couronne. » Dommage. « T'sais Riley elle est toujours séduite par ça, même quand ça sent pas l'ananas » Par sa bite ? Normal. « Bah ouais, puisqu'elle t'aime. Faut vraiment que tu ailles t'acheter un cerveau ! Et tu me prendras des boules quies parce que j'en ai marre de vous entendre. »  Entre le lit qui craque, les gémissements et les petits rires, il en pouvait plus. « Bon t'es prêt à ce que je te foute une branlée ? » C'est ce qu'il pense. Ryan lui donne sa manette et lance la première partie. Pour bien faire chier Devon, il a fait exprès de sélectionner le niveau le plus dure. 3 ... 2 .... 1 ... GO ! Le bolide du brun part à toute vitesse et il finit le premier tour en première position. Puis, il se prends une première carapace, une banane, une deuxième carapace et finit le deuxième tour à la cinquième place. Et, lors du dernier tour, c'est la catastrophe. Il a beau appuyer sur tous les boutons de sa manette, rien n'y fait, sa voiture n'avance plus du tout. Quand, enfin, il se rends compte de ce qu'il se passe, Devon a passé la ligne d'arrivé ! « T'AS TRICHE ! » Il est sûr qu'il a triché. « Si t'as pas triché, tu m'expliques pourquoi ma voiture elle avançait plus ? » Mauvais perdant comme il est, Ryan jette sa manette au loin et s'enfui vers la cuisine pour grogner contre tout et rien à la fois. « JE M'EN FOU JE RESTE QUAND MEME LE MEILLEUR ! » Et il a interdiction de dire à tout le monde qu'il a perdu une partie de mario kart où il le défonce à coup de pied dans le derrière. « Dis-moi comment t'as triché ? T'as demandé à Simba de jeter un sort ? » Si c'est ça, c'est pas fair-play du tout et ça mérite de recommencer. « Tu me saoules. Je te fais la gueule. Je te déteste. » Allez, c'est reparti pour un tour. « Je vais appeler Riley pour lui dire que tu veux divorcer, tien ! » Le brun récupère son portable dans sa poche et compose le numéro de la belle blonde. Comme par hasard, madame dort et il tombe sur le répondeur. « C'est Ryan ... Y'a Devon qui veut te dire un truuuuuc super important de fifou de malade. » Il tends son appareil à son cousin. « Allez, dis lui que tu l'aimes, elle sera contente ! tu dis un truc du genre : "je t'aime ma femme". Attends ... » Il fronce les sourcils, mets le haut parleur. « On l'entends ronfler, non ? AHA ! Riley, elle ronfle. Je vais pouvoir l'emmerder de ouf demain. » C'était juste les échos. « Dis le vite, je vais me commander une pizza à l'ananas après parce que j'ai faim et que t'as tout mangé ce qu'il y avait dans le frigo. » Le brun se laisse tomber dans le canapé. « J'ai envie de dormir. Et de te taper aussi pour avoir gagné. »



✻ the blood of stars ran in his veins
Did you say it ? “I love you. I don’t ever want to live without you. You changed my life.” Did you say it ? Make a plan. Set a goal. Work toward it, but every now and then, look around ; Drink it in ’cause this is it. It might all be gone tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: Let's start all over ✻ DEVON ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Let's start all over ✻ DEVON

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: The Blue Lagoon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération