N°79 - Dirtyness or temptation [Holia]

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 10/10/2017
›› Commérages : 99
›› Pseudo : Sashamour
›› Célébrité : Jack Greystone
›› Schizophrénie : Sasha+Draven+Sam
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

N°79 - Dirtyness or temptation [Holia] ✻ ( Ven 20 Oct - 16:29 )




Holia + Saël
« Dirtyness or temptation.»

L'épaule appuyée contre le mur d'une ruelle pavée à l'écart de cette rue piétonne où le passage est quasi incessant en cette fin d'après-midi ou plutôt ce tout début de soirée avec ses boutiques de fringues, les deux-trois bars et le disquaire ou encore la pharmacie plus loin, un sourire comblé s'éternise sur mes lèvres tandis que la fille qui réajuste sa robe derrière moi, vient de me faire partager un pur moment de baise aux tréfonds de cette allée obscure à l'écart des regards. Je me colle dos au mur, la tête relevée vers les cieux qui se parent d'un voile d'obscurité pareil au velours tant il m'inspire douceur et contentement sur l'instant. Basculant légèrement le bassin vers l'avant, je glisse une main dans la poche arrière de mon jean's et en extrait mon paquet de clopes. La blonde se replace face à moi avec un sourire goguenard. Je lui fais signe du menton de dégager alors qu'elle semble me réclamer une clope. Faut pas compter dessus. Celle-la, je l'ai ramassé chez un pote chez qui je me trouvais plus tôt. Son appart n'est pas très loin d'ailleurs, quelques étages au-dessus. C’est d'ailleurs elle qui m'a attiré dehors pour me bondir dessus.

Alors que la fille en question quitte les lieux dans un déhanché qui en collerait plus d'un à ses fesses, et sans un mot, connaissant ma réputation et le fait qu'il ne vaut mieux pas trop insister, j'entends bientôt mon pote m'interpeller quelques étages plus haut. Je bascule la tête en arrière pour l’apercevoir après avoir allumé ma clope et tiré une latte dessus.

- Sérieux ? Tu te l'es envoyé pile sous mes fenêtres ?! beugle-t-il en faisant semblant d'être offusqué.

- Tes petites mirettes ont été sauvegardées vu l'étage où tu te trouves, déclarais-je avec un sourire plein d'amusement.

- C'est bien ça le problème, j'ai quasi rien pu capter du spectacle, me rétorque le pote en question.

- Va te coller devant un film de boules si t'es en manque à ce point parce que c'est limite dérangeant de savoir que tu cherchais à me mater, m'amusais-je de sa réaction alors que je me décolle du mur et place écouteurs aux oreilles et casquette sur la tête avant de quitter le coin sans un mot de plus, adressant juste un vague signe de salut dans sa direction. Je débouche après un tournant dans la fameuse rue bondée de monde. Morning Mr Magpie de Radiohead - clic clic par ici passe dans mes oreilles et je déambule à travers la foule au rythme de la musique, l'imprimant jusque dans mes pas. J'effectue quelques petits tours sur moi-même en croisant une ou deux beautés brunes à l'abondante chevelure qui me rappelle cette flic que j'ai croisé au poste il y a quelques temps. Yep, je me suis retrouvé y'a pas si longtemps au poste pour une de mes énième frasque. Ça valait le coup  rien que pour elle ! Je devrais songer à me faire chopper plus souvent.

Regagnant la maison à pattes, je marche tranquillement en terminant ma clope. Je croise un autre pote à moi en chemin, il est en bagnole et ralentis un instant à ma hauteur le long du trottoir pour me demander si la fête de ce soir a toujours lieue.

- Question con, tu le saurais si c'était annulé, me contentais-je de lui répondre en poursuivant mon chemin, lui indiquant juste de pas se ramener avant 21h.

J'aime bien prendre le temps de grailler tranquillement avant que les squatteurs se ramènent. C'est marrant, y'a des moments comme ça où j'ai juste besoin d'être entouré de plein de monde, comme si ça m'était nécessaire disons une fois tous les je sais pas combien et comme si c'était une façon d'exhorter tout ce que je n'arrive pas à libérer par les divers moyens à ma disposition. Pourtant ce n'est pas faute de me défouler. A moins que j'y trouve autre chose. J'en sais foutre rien. Quoi qu'il en soit, certes j'aime ce genre de fêtes mais en même temps, je n'en suis pas pour autant adepte à tout bout de champ. Les gens, la foule, ce genre d'ambiance, les discussions à la con, leur comportement, tout finit toujours par virer salement dans ma tête. Là où je m'éclate aux premières heures, l’agacement et le dégoût reviennent toujours à moi comme si je me mettais soudain à détester tout le monde. Autant dire qu'ils ont l'habitude quand ça me prend soudain de les faire dégager même si ça ne se passe pas toujours bien. Virer un mec à coup de lattes parce qu'il se révolte de se faire sortir, est arrivé plus d'une fois.

Enfin bon, les festivités débutent bientôt alors que quelques heures se sont désormais écoulées. Nous sommes à la mi-octobre et les températures sont pareilles à un début de printemps. On se demande au final, si on va déboucher sur l’Été ou l'hiver. Seules les feuilles mortes qui jalonnent les trottoirs et les débords de toits indiquent en quelle période nous nous trouvons. Fenêtres grandes ouvertes, certaines s’immiscent d'ailleurs à l'intérieur et craquent sous les pieds des personnes ici présentes qui se déhanchent au rythme de la musique. Quelqu'un râle en braillant par-dessus la musique en réclamant de la techno et je le choppe par le col pour le faire dégager à coup de pied au cul.

- Toi tu sors !

Un de mes potes est piqué d'un fou rire à me voir réagir aussi vivement. Il ne doit pas être bien loin de minuit lorsque bientôt, on entend salement cogner à la porte malgré le volume élevé de la musique, un morceau des Deftones "Minerva". Je descend les quelques petites marches menant du salon à l'entrée sans prendre la peine de baisser le volume. Mais d'ici, on a quand même de quoi s'entendre parler. La chanson n'est pas trop criarde. J'ouvre et appuie un bras en hauteur contre le chambranle alors que j'ai la surprise de voir deux uniformes. Façon de parler, ça ne me surprend guère. Je repère le voisin derrière eux plus loin, qui zieute de façon pseudo discrète depuis l'escalier de l'étage. C'est un petit bâtiment résidentiel de trois étages dans un joli coin au bout du quartier de Haywood Hill et il n'y a pour ainsi dire que des vieux ici. Bon ok ... j'exagère. Je lui adresse un doigt d'honneur. Merde on est samedi soir et la musique n'est pas si forte. C'est pas comme si je semais le foutoir tous les quatre matins ! Ce type est un véritable emmerdeur, ma tronche ne lui revient pas depuis que j'ai emménagé ici.
Le flic me dit quelque chose et mon attention se redirige alors vers lui. Rien d 'agressif dans mon attitude. Encore moins lorsque je te repère toi. La femme flic que j'ai eu le plaisir de rencontrer l'autre coup au poste. Je pose la main sur l'épaule de ton binôme et l'écarte pour te faire signe de t'approcher. Là à l'instant, il est clair que je n'ai plus d'yeux que pour toi. Tu as captivé toute mon attention. Tu es assurément une putain de bombe ! Exit la raison de votre venue, exit même le mec qui t'accompagne. Je suis là, à commencer de te faire du gringue en te lançant que je suis content de te croiser par ici et que je devrais finalement remercier le voisin de vous avoir avertit.

- Entrez, on va parler deux minutes, vous lançais-je en remontant déjà les escaliers pour regagner le salon. Je me doute que vous ne vouliez aucunement entrer et êtes juste venus pour demander de baisser un peu le volume histoire que l'autre con cesse de vous harceler au téléphone en se plaignant.
Je pourrais demander à Daryl de baisser le son pendant que vous êtes là, mais plutôt que, je prends le direction de la piaule qui fait office de salle de jeux où je vous invite à me suivre sans vous adresser aucun signe, marchant juste droit devant. On y sera un peu plus au calme. Manque de bol, un pote s'y envoie en l'air avec une nana. Je virerais furax dans un autre contexte mais là je prends sur moi, refermant la porte aussi sec en vous lançant :

- L'enfoiré s'envoie en l'air ! Ça ce n'est généralement pas admis chez moi ! balançais-je d'un air de dire qu'il va avoir un sacré retour de ma part à sa sortie. S'il y a pourtant un truc sur lequel je mets un point d'honneur, c’est pas de baise intempestive dans mon putain d'appart !

Direction la salle de bain où je m'installe sur le plan de travail qui s'étale sur la longueur du mur et dans lequel sont encastrés les deux lavabos. Assis jambes dans le vide sur mon perchoir, je fais signe à ton partenaire de refermer la porte derrière lui.

- Bon. Voilà où je voulais en venir. On est dans l'appart là. Porte fermée à tout juste quelques mètres du salon, vous trouvez que le volume est véritablement gênant ? dis-je alors que le son est plutôt bien étouffé. L'étage en dessous ça doit être bien moins que ça encore et cette tête de bite habite à l'opposé, c'est pour dire.

Ok je sais que mes arguments ne feront pas forcément la différence. Les flics sont déjà venus une fois il y a quelques mois et ils m'ont demandé de baisser ne serait-ce que pour ne plus avoir à subir le harcèlement de l'autre vieux con.

©️ 2981 12289 0


People like me fuck people like you.
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 07/11/2016
›› Commérages : 368
›› Pseudo : Getget (Gaëtane)
›› Célébrité : shay mitchell la magnifique
›› Schizophrénie : sevan martell, ness matthews, clyde rashmi, andrea reagan
›› more about me

Re: N°79 - Dirtyness or temptation [Holia] ✻ ( Sam 4 Nov - 16:54 )

saël&holia ⊹ Samedi soir. Holia aurait pu passer la soirée avec Jay, Mia et Olivia, ils s’étaient organisés une soirée film à laquelle la brune avait été conviée, elle avait même accepté. C’était avant qu’on ne l’appelle hier pour lui dire que l’un de ses collègues c’était blessé et qu’elle devait le remplacer ce soir. Le soir de sa petite soirée. La brune avait râlé mais elle n’avait pas vraiment d’autres options que d’accepter. Après tout elle est bien contente quand on la remplace parce qu’elle a trop bu la veille. Malgré tout cette annonce l’avait mise de mauvaise humeur et elle tenait certainement cette mauvaise humeur pour toute la nuit. Bon courage les collègues. On sait qu’une Millson de bonne humeur c’est déjà chiant mais alors une Millson contrarié. Je ne vous dit pas les emmerdes. Elle était donc arrivée au boulot son thermos de café à la main, la tête baissée et elle c’était installé sur une chaise, les pieds posés sur le bureau attendant simplement que les heures passent. Ce n’est que vers 23 heures que les appels commencèrent à arriver. Comme tous les samedis soir la police avait le droit aux fameux jeunes ivres sur la voie publique, aux bagarres dans les bars et aux voisins se plaignant de la musique trop forte. Holia et son partenaire furent envoyé sur Haywood Hill après avoir reçu l’appel d’un voisin déclarant que la musique l’empêchait de dormir. Prends des somnifères papy avait envie de lui répondre la brune. Malgré sa mauvaise humeur Holy était heureuse de pouvoir finalement lever ses fesses de sa chaise alors elle prit la direction du quartier. Une fois là-bas ils montèrent les escaliers et ne mirent pas longtemps à s’arrêter devant celui duquel provenait le bruit qui semblait avoir dérangé cet homme. Ils frappèrent et quelques secondes plus tard à peine un homme aux cheveux longs leur ouvrit la porte. La brune est très physionomiste si bien qu’elle le reconnu immédiatement, c’était celui qu’ils avaient arrêtés il y a une semaine à peine pour avoir pété les rétroviseurs des voitures de toute une rue. Apparemment cet homme aime les problèmes pensa la policière. Elle laissa son collègue parler avant que celui-ci ne fut mis à l’écart par le propriétaire des lieux. Il joue à quoi lui pensa t-elle alors ? Mais elle ne mit pas longtemps à voir clair dans son jeu puisqu’il lui fit comprendre rapidement qu’elle n’était pas la seule à se rappeler de ce fameux soir. Lui aussi apparemment. Holia soupira en levant les yeux au ciel à ses remarques. Il était sérieusement en train de la draguer là ? Elle en aurait presque rit. « Entrez, on va parler deux minutes » Holia n’a même pas le temps d’ouvrir la bouche pour répondre que déjà l’homme s’éloigne. Il pense qu’ils n’ont que ça à faire c’est ça ? La brune soupire et suit son coéquipier, regardant autour d’elle pour observer la bande de fêtards qui ne semble pas plus surpris que ça de voir deux flics soudainement invité à leur petite fête. « L'enfoiré s'envoie en l'air ! Ça ce n'est généralement pas admis chez moi ! » Holy regarde l’homme et fronce les sourcils. Elle n’aime pas sa façon de parler, elle n’aime pas le ton qu’il a. Tant pis, elle n’est pas la pour lui refaire une éducation, simplement pour répondre à la plainte du voisin. Le suivant à nouveau au pas la brune et son collègue se retrouve alors dans la salle de bain. Putain mais qu’est-ce qu’ils foutent ici ? Ils sont juste venu lui dire de baisser la musique. « Bon. Voilà où je voulais en venir. On est dans l'appart là. Porte fermée à tout juste quelques mètres du salon, vous trouvez que le volume est véritablement gênant ? » Elle ne pouvait pas le nier, la musique n’était pas extrêmement forte d’ici mais elle se fichait bien de ce qu’ils pouvaient leur dire. « L'étage en dessous ça doit être bien moins que ça encore et cette tête de bite habite à l'opposé, c'est pour dire. » Il pense a quoi en leur disant tout ça ? Il pense peut-être qu’ils vont se rendre chez le voisin et lui dire de mettre des boules quies c’est ça ? Holia est plus qu’exaspéré par cette attitude. Cette intervention ne devait durer que quelques secondes à peine, ils devraient déjà être à nouveau dans leur voiture en direction du commissariat. « Ecoute j’en ai rien à foutre de ta théorie d’accord, je t’ai pas demandé une démonstration ou une argumentation d’accord » Elle est venu avec un but et se fiche bien de savoir que dans la salle de bain la musique n’est pas si forte « Le monsieur trouve la musique trop forte Ok. Alors tu baisses le son tu fais ce qu’on te dit et ensuite tu passes ta petite soirée tranquille d’accord » Holia le fixe quelques secondes avant d’ouvrir la porte de la salle de bain pour repartir. Avant de ressortir elle lui adresse néanmoins une dernière fois la parole « Et fait en sorte qu’il ne rappelle pas tu veux parce qu’on a pas que ça à foutre de se déplacer pour des conneries du genre » Je vous l’avais dit, elle est de mauvaise humeur.

Quelques heures plus tard alors que la brune est en train de rentrer des fichiers dans l’ordinateur son coéquipier lui tend le téléphone du service. « C’est pour toi  » Comment ça pour elle ? Qui veut lui parler ? Face à son regard Cooper se sent obligé d’approfondir sa remarque « Le mec demande le canon qui est passé chez lui plus tôt pour tapage nocturne  et comme il n’avait pas l’air d’être gay je suppose que c’est de toi qu’il parle quand il dit « le canon » ». La brune lève alors les yeux au ciel avant de mettre le téléphone à son oreille. « Allo ? »


Elle avait cette étincelle noire, une pulsion autodestructrice que certaines personnes portent en elles. Une sorte de bête intérieure que vous pouvez parfois domestiquer pendant des années jusqu'à croire que vous l'avez terrassée. Mais la bête ne meurt jamais et et l'étincelle n'attend que l'occasion de se rallumer. — .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 10/10/2017
›› Commérages : 99
›› Pseudo : Sashamour
›› Célébrité : Jack Greystone
›› Schizophrénie : Sasha+Draven+Sam
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: N°79 - Dirtyness or temptation [Holia] ✻ ( Dim 5 Nov - 11:05 )




Holia + Saël
« Dirtyness or temptation.»

Tu as l'air exaspérée par mon attitude. Il est clair que vous invitez à entrer comme ça tranquillou sans me poser de questions peut paraitre limite aberrant. Mes arguments concernant le voisin aussi. Toutefois, ce n'est pas sans raison. C’est là un simple prétexte. Ma façon à moi de commencer à nouer le contact et même si certes je sais pertinemment que ta réaction va être négative et ce, depuis le début, il n’en reste pas moins que c'est le genre de détails qui te marquera sans t'en rendre compte. Nourrir de l'animosité envers quelqu'un est en soit déjà une forme d'intérêt.
Tu dois te demander si j'ai bu face à mon petit speech et ce qui pourrait ressembler à de l'inconscience par rapport au fait de vous avoir fait entrer tous les deux. Certes j’ai quelques coups dans le nez mais je tiens bien l'alcool et ça ne transparait généralement que de façon discrète à travers mon comportement. Certains ne s'en rendent même généralement pas compte si ce n'est que je deviens alors plus tactile et plus enjoué et doublement culotté. Tout comme je peux devenir d'autant plus violent, là c'est moins drôle bien entendu. Enfin bref, pour que ça se remarque il faut vraiment que je sois torché bien comme il faut.

Humpf ... j’en perds le fil. Quoi qu'il en soit, je ne t'ai quasi pas lâché du regard durant mon petit discours. Et c’est là où je voulais en venir. Capter ton attention, mettre l'accent sur ce genre de détails qui chemineront inconsciemment jusqu'à ton esprit ou mieux encore ton cœur, mais ça, ce sera au fil du temps.
Lorsque tu m'envoies paitre en m'offrant ta vision de la chose, un sourire amusé nait au coin de mes lèvres.

« Le monsieur trouve la musique trop forte Ok. Alors tu baisses le son tu fais ce qu’on te dit et ensuite tu passes ta petite soirée tranquille d’accord »

- Ça pourrait presque se tenir si les civils n'avaient pas certains droits, relevais-je. Toutefois le but n'est pas de débattre de ceci, mais ça, je ne peux te le révéler maintenant. Pourtant je pourrais te citer certains texte qui témoignent des normes en termes du taux de décibels maximum autorisé en week-end et à une certaine tranche horaire. Sachant que je suis dans mon bon droit. Ne serait-ce pas à toi de les connaitre ?

« Et fait en sorte qu’il ne rappelle pas tu veux parce qu’on a pas que ça à foutre de se déplacer pour des conneries du genre »

- Tu voudrais me priver du charme de votre visite, dis-je avec un sourire taquin en te regardant droit dans les yeux comme pour ne désigner que toi. Parce que le charme en question n'émane que de toi, c'est certain.
Vous quittez les lieux alors que la fête continue. Les heures passent. Le voisin semble satisfait d'avoir obtenu ce qu'il souhaitait puisque nous n'avons ni eu de nouvelle visite ni de coup de fil du poste. Cependant, à ce sujet, c'est cette fois-ci de ma propre initiative que je joins le poste de police quelques heures plus tard tandis que les invités commencent à partir peu à peu, pour demander à t'avoir au bout du fil. Je crée mon petit effet en demandant après le canon qui est intervenu chez moi plus tôt dans la soirée, sachant assurément que ton collègue passera le message en te retranscrivant la formulation exacte et que désormais, connaissant la mentalité de mecs, tu risques de te faire taquiner régulièrement à propos de ça. De quoi me rappeler bien souvent à ton esprit même si ça t'agacera plus qu'autre chose les premiers temps.
Après un court laps de temps, tu prends alors l'appel et je fais bref sans te laisser le temps d'argumenter ou de me demander la moindre explication :

- Venez après votre service, il y a quelque chose d'important que j'aimerais partager avec vous. Rien à voir avec ce qui vous a amené plus tôt. Je vous attends, peu importe l'heure. déclarais-je sur un ton sérieux et qui résonne comme quelque chose d'impératif.

Sur ce je raccroche, te laissant dans la confusion et le doute. Je compte sur le mystère de ma requête pour attiser ta curiosité.

©️ 2981 12289 0


People like me fuck people like you.
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 07/11/2016
›› Commérages : 368
›› Pseudo : Getget (Gaëtane)
›› Célébrité : shay mitchell la magnifique
›› Schizophrénie : sevan martell, ness matthews, clyde rashmi, andrea reagan
›› more about me

Re: N°79 - Dirtyness or temptation [Holia] ✻ ( Hier à 11:33 )

saël&holia ⊹ Holia était de mauvaise humeur ce soir et ce type qui essaie sans doute de la charmer ne fait que l’agacer encore plus. Elle n’avait pas envie de venir bosser ce soir et elle a encore moins envie d’entendre les remarques minables de ce type qui semble apparemment vouloir s’amuser. Il les invite à entrer à l’intérieur mais ne leur laisse pas vraiment le choix de la réponse puisqu’il s’éloigne rapidement les obligeant son coéquipier et elle à le suivre. La brune n’a aucune envie de faire le tour de sa propriété, tout ce qu’elle veut c’est rentrer au bureau, se rasseoir sur son fauteuil et attendre tranquillement que le reste de la nuit passe. La brune le remet bien vite à sa place lui faisant rapidement comprendre qu’elle se fiche bien de ce qu’il peut dire. Il baisse la musique un point c’est tout, pour elle c’est aussi simple que ça. « Ça pourrait presque se tenir si les civils n'avaient pas certains droits » Holy fronce les sourcils. Elle a affaire à qui là ? Un expert en droits civils ? Elle n’a aucune envie d’argumenter et ce n’est clairement pas le soir pour ça. « Et péter tous les rétroviseurs des voitures dans Belle Heaven Street le mois dernier c’était aussi dans tes droits ? » La brune se rappelle de lui, de pourquoi elle et ses collègues l’ont interpellé la dernière fois et elle ne se prive pas pour le lui rappeler. Lui faisant comprendre du même coup qu’il ferait mieux de faire profil bas s’il ne veut pas qu’elle aille chercher encore plus loin dans son casier judiciaire car elle est certaine qu’il cache encore bien d’autres délits. « Tu voudrais me priver du charme de votre visite » Holia soupire et lève les yeux aux ciel.

Quelques heures plus tard le téléphone sonne et c’est apparemment à Holia qu’est destiné cet appel. Suite aux paroles de son coéquipier elle comprend bien vite de qui il s’agit et elle soupire à nouveau avant d’apporter le combiné à son oreille. Qu’est-ce qu’il lui veut encore se demande t-elle. Et elle ne tarde pas à le savoir. « Venez après votre service, il y a quelque chose d'important que j'aimerais partager avec vous. Rien à voir avec ce qui vous a amené plus tôt. Je vous attends, peu importe l'heure. » La brune fronce les sourcils, restant muette quelques secondes tellement ces paroles la surprennent. Non mais il se prend pour qui celui-ci au juste ? « Non mais ça va pas je vais certainement pas… » Mais avant même qu’elle ai le temps de terminer sa phrase elle entend à l’autre bout du fil le BIP qui signe que l’homme à raccroché. La brune n’en revient pas, quel culot il a ! « Il te voulait quoi ? » Lui demande alors son coéquipier qui est resté à côté d’elle pendant la brève durée de l’appel « Il veut un rencard avec toi le malfrat ? » Holia le fusille alors du regard « Oh la fermes toi ! » Qu’elle lui balance avec un regard noir. Il semble comprendre rapidement qu’elle n’est pas d’humeur à rire puisqu’il fini par s’éloigner après avoir repris le téléphone. Holy s’adosse à nouveau à son fauteuil avec la ferme de ne pas en bouger. Et puis finalement plus les heures passent et plus elle se dit que si elle ne va pas voir ce type pour savoir ce qu’il veut alors il ne la lâchera pas. Il est certainement du genre à appeler le poste jusqu’à ce qu’elle se décide à craquer. Lorsque l’heure de débaucher arrive enfin la jeune femme se décide finalement à se rendre à nouveau chez lui. Juste pour lui mettre les points sur les i, juste pour qu’elle lui fasse comprendre une bonne fois pour toute qu’elle n’est pas intéressé par un vaurien dans son genre. Il fait encore nuit dehors et le soleil ne semble pas prêt à vouloir se lever aujourd’hui. Lorsqu’elle frappe à la porte l’appartement est calme, il n’y a plus un bruit à l’intérieur si ce n’est le son de la télévision. Il l’a réellement attendu ? C’est quel genre de psychopathe exactement ce type ? Lorsqu’il finit par ouvrir la porte comme elle s’y attendait elle ne lui laisse pas le temps à la parole. « Commence pas à sourire OK. Dans 3 minutes je suis partie. Si je suis venue c’est juste pour te faire comprendre une bonne fois pour toute que tes petits sourire ça ne marche pas sur moi. Je sais pas quel scénario tu t’es fait dans ta tête mais sache que peu importe ce que tu as cru être possible entre nous tout sa c’était seulement dans ta tête c’est clair ? » La brune le fixe. Elle essaie de garder contenance mais la vérité c’est qu’il l’impressionne. Sa taille, ses muscles, ses cheveux longs, sa barbe de quelques jours. Il ressemble à un homme, un vrai, sauvage. Sans qu’elle comprenne vraiment pourquoi ça l’attire. Mais dès qu’il ouvre la bouche toute cette attirance s’envole.


Elle avait cette étincelle noire, une pulsion autodestructrice que certaines personnes portent en elles. Une sorte de bête intérieure que vous pouvez parfois domestiquer pendant des années jusqu'à croire que vous l'avez terrassée. Mais la bête ne meurt jamais et et l'étincelle n'attend que l'occasion de se rallumer. — .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: N°79 - Dirtyness or temptation [Holia] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

N°79 - Dirtyness or temptation [Holia]

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération