What the hell are you fucking doing here ?! •• Harley

 :: the city of cap harbor :: Police & Firefighter department cap harbor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 517
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

What the hell are you fucking doing here ?! •• Harley ✻ ( Lun 30 Oct - 18:13 )

What the hell are you fucking doing here ?!
Tony & Harley
Je déteste... Quoi ? Les ananas ? Oui j'aime pas ça. Les souris... ? Ouais ça non plus. Ça bouffe tout mon pain... Mais bon, c'est pas le sujet. Je déteste les flics.
Depuis tout le début, je déteste les flics. Ouais voilà, enfin qui est-ce qui les aime ? À part les épouses et les gosses ? Moi je les aime pô. Depuis que je suis au collège je crois, quand je me suis fait embarqué pour la première fois avec mes grosses conneries avec mes potes. Oh, c'était juste mettre des pétards dans les boites à lettres, les expressions flippés des gens étaient drôles à voir. Franchement, je ne m'étais pas autant marré à cette année-là. Mais, les flics là, ils étaient tellement rabats-joie et furieux. Les victimes aussi. On nous a filé une bonne leçon et nos parents, c'était pas le mieux non plus. Oh, ce serait pas mal que je recommence, comme au bon vieux temps... Maaaais. Nah. Pas drôle de le faire tout seul en fait.

Pourquoi je parle des flics là maintenant ? C'est vrai qu'ils ne devraient pas occuper mes pensées, mais là, j'en vois et je suis un peu dans la merde. Je crois que je vais même retrouver la cellule comme au bon vieux temps. J'avoue que c'est un peu trop flou ce qui s'est passé... Pourtant, ch'uis allé dans un bar môa, j'ai bu un ou deux verres... Voire plus. J'ai pas compté. Je compte jamais de toute manière. C'est comme compter les ... animaux qui font meeeh ? Moutons ? Oui voilà, les moutons. Ch'uis pas un mouton, je ne suis pas comme tout le monde. Je voulais me retrouver tout seul et me voilà tout seul, à faire une connerie. Enfin, je crois pas avoir fait une grosse connerie eh...! J'ai juste la tête qui tourne, j'ai l'impression que je peux me mettre en colère pour un petit rien. Ok. J'ai un peu trop abusé l'alcool... Pas à un point que je ne sois pas capable de marcher hé. Je rentrais chez Sam tranquillement, à pied comme d'habitude. Les voitures, c'est pas pour moi, je n'aime pas trop ça. Je retiens toujours la leçon et y aura pas un deuxième accident. Enfin, je marche normalement, mais avec les lunettes de soleil, je vois encore plus noir et c'est chaud pour ne pas se prendre un poteau. J'ai l'air vraiment con comme ça, mais j'y peux rien, j'ai pas mes lunettes de vue. Tout le monde pense que je suis une célébrité à me cacher comme ça, parce que oui j'ai ma capuche pour me protéger un peu du crachin. Ils s'attendent à quoi ? Que je me promène torse nu sous la pluie et que je chante une chanson ? Sont cons les gens des fois. Je pige pas leur logique.

Bon, je crois que ... Ch'uis bourré, ça aide pas à tenir le cheminement de mes pensées correctement. J'ai l'impression que je pense comme une merde. Je réalise pas trop les conséquences que peuvent avoir mes gestes... Dans le sens où j'ai fait un beau doigt d'honneur à la voiture de police qui passait et que j'ai hurlé fourrez-vous le dans le cul. Je crois... Quelque chose comme ça. Je m'attendais pas à ce qu'ils s'arrêtent et que le flic qui conduisait sorte me voir, vraiment pas content avant de me reconnaître... Ouais, il a l'air de me reconnaître puisqu'il vient de m'insulter de clochard. Eh ducon ! J'ai un toit moi ! Un boulot moi ! Et j'emmerde plus les gens moi ! En plus sa tête ne me revient tellement pas. Ah si attends... J'ai pas eu le temps de le regarder davantage et j'ai pas pu m'empêcher de rire à sa tête en première réaction. Un oeil au beurre noir, il a dû prendre cher le gars. " T'as une tête de comique toi ! Hahaha !" À croire que ce pauvre gars n'a pas d'humour qu'il m'attrape le bras et me cogne contre la voiture. J'allais réagir mais je me suis rappelé la dernière fois qui ne s'est pas bien fini. "On l'embarque !" " Jim qu'est-ce que tu fous ?" " Il fait chier ! " " C'est pas une raison de lui mettre les menottes et de le plaquer contre la voiture comme ça !" Ouh là non non, ne pas me débattre, ne pas m'énerver, ne pas frapper. J'ai quand même la main qui démange là, j'ai pas pu m'empêcher de lui écraser le pied, comme par accident. Et hop, je monte dans la voiture, alors que j'entends quelqu'un hurler contre ce Jim. J'ai pas entendu toute la conversation, mais ça chauffait. Seulement, ça n'a pas plu à l'autre qu'il décide aussi de l'embarquer. Aaah, ce flic. Il est pas de bonne humeur lui. Frustré de ne pas être au lit avec sa bien-aimée, à moins qu'il ait des problèmes aussi. La fille ? Ah ouais c'est une fille qui s'énerve auprès d'eux. Je les discerne pas bien depuis la vitre, trempée de pluie. Les menottes me démangent, sérieeeux, c'était pas nécessaire ça ! Je ne faisais que rentrer chez Sameuhh... Bon, toute compte fait, j'aurai pas dû faire le doigt d'honneur.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 29/10/2017
›› Commérages : 149
›› Pseudo : Sashamour
›› Célébrité : Cara Delevingne
›› Schizophrénie : Sasha+Draven+Axel
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: What the hell are you fucking doing here ?! •• Harley ✻ ( Mer 1 Nov - 10:26 )




Harley & daddy  
«What the hell are you fucking doing here ?»
Il est tard et je me balade dans les rues quasi désertes en sortant de chez un pote. Ouais il en a eu marre de moi alors il m'a foutu dehors ! Bon ok, j'exagère ! Il voulait juste se pieuter alors y'a bien fallu que je dégage. Parfois je squatte tranquillou chez lui pour la nuit mais ce soir, je suis branchée sur le 36 000 volts et dodo, moi connait pas ! Écouteurs vissés sur les oreilles, je mets une musique entrainante et commence à danser en plein milieu de la route, rabattant tout de même la capuche de mon sweat Pikachu jaune flashy sur la tête pour moins me taper la loose même si au fond, je m'en fous ! Il fait froid et je remonte le bandana à hauteur de mon nez, l'imprimé du tissu représente une mâchoire de squelette. Je trouve que ça en jette ! Alors entre ça et le sweat Pikachu, je vous dit pas la dégaine. Au moins je passe incognito, ça c’est certain, on ne voit que mes yeux méchamment fardés et mes sourcils. Je les tiens de mon père m'a toujours dit ma mère. T'as les sourcils de ton père! Ouahou génial ... ! Parait que j’ai son regard aussi. Les sourcils, petite, j’en faisais un complexe mais avec le temps je m'y suis fait et il parait que c'est ce qui fait mon charme.

Dodelinant de la tête sur la musique et me mettant à chanter, j'avance mains dans les poches au milieu de la route déserte. Vous allez rire, ma musique entrainante c'est un vieux truc que j'aime bien "New York New York" de Frank Sinatra. Je fais quelques pas chassés, tourne plusieurs fois sur moi-même, sautillante, souriante même si on ne le voit pas avec le bandana. Je ne sais que faire du reste de ma soirée, déambulant au hasard dans les rues toujours en train de danser sur place. Un nouveau morceau sur ma playlist suit, plus rien à voir avec Sinatra cette fois. "El Temblor" de Dorian.

Plus loin, quelque chose attire mon attention. Une bagnole de flic est arrêtée en vrac le long du trottoir. Ils appréhendent un peu brusquement un type qui a l'air de s'être salement torché la gueule. J’ai comme une bouffée de courage d'un coup alors que l'attitude d'un des deux poulets me révolte tandis qu'il choppe le type par le bras et le plaque violemment contre la bagnole de patrouille. Je me mets à sprinter. Imagine un peu la scène au ralentis, moi Harley Gresham, cheveux aux vents, déboulant comme un boulet de canon dans leur direction vêtue d'un sweat Pikachu et hurlant après eux ! Ça mon gars, c’est de l'attaque éclair où je ne m'y connais pas ! Je peux sentir les oreilles de mon tit Pikachu au sommet de la capuche, battre dans l'air. Je dois avoir l'air ridicule mais rien à foutre, je déteste les injustices et ce pauvre gars qui se fait malmener plus loin, n'a pas mérité d'être traité comme ça.
Le temps que j'arrive, il pousse le mec dans la voiture et je ralentis ma course en gardant tout de même une allure déterminée, le pas lourd et l'attitude furibonde.

- Oh hey bande de trous du cul !! Ça va pas bien là-dedans ?? dis-je en désignant ma tite caboche. Comment ça j'oublie que je m'adresse à des flics ?!

- Vous vous croyez tellement au dessus de tout pour traiter les gens comme ça ? Bravo le respect les poulets ! Le pauvre vieux a rien fait! Il est juste torché ! dis-je en agitant les bras quelque peu énervée de voir la façon dont ils abusent à traiter les gens comme des chiens. Vous êtes limites plus délicat avec les voyous mais les pauvres types sans défense, ça excite votre besoin de jouer les gros bras ou quoi ?!

Les poulets semblent bloquer sur ma tenue. Il s'est mis à pleuvoir. Ils tentent de me calmer ou plutôt de m'appréhender moi aussi vu la façon dont je leur gueule après et  les ai insulté, en me menaçant d'outrage à agent. J'y suis en effet peut-être allé un peu fort ... . Mais inutile de chercher à me raisonner quand je suis révoltée de la sorte. Je fais mine de m'éloigner en levant les bras devant moi comme pour dire "ça va on se calme les cocottes", et me glisse sur un côté du véhicule pour tenter d'ouvrir la portière arrière gauche. Ouais, c'est l'étape libération ! Tu croyais pas que j'allais m'arrêter là ?! Bah ouais, il a rien à foutre là, il est juste beurré comme une huitre. Les deux flics se précipitent sur moi pour m’empêcher de, mais de toute façon la foutue portière est verrouillée. Une sécurité pour éviter aux suspects de se faire la malle. Normal !

- Bon allez la môme, tu nous suit au poste ! Ça suffit !

Je me débats et donne des coups de pieds dans la portière. Le mec m'observe un instant de l'intérieur. On voit pas grand chose. Surtout qu'il a le visage dissimulé sous une capuche lui aussi et des lunettes de soleil. Et c'est pas avec l'éclairage faiblard de la rue que j'y vois grand chose.
Forcée d'obtempérer en grimpant à mon tour à l'arrière, j'argue en continuant d'ouvrir ma grande gueule que j'espère qu'ils vont pas nous coller en cellule de dégrisement. mais faut pas trop rêver ... . Je porte intérêt au type à côté de moi après avoir cessé de brailler après les deux flics à l'avant du véhicule qui se sont mis en route pour le poste.

- Mon attaque "éclair" a  minablement échouée, constatais-je en dégageant complètement le bandana qui couvre le bas de mon visage.

La capuche de mon sweat Pikachu toujours rabattue sur la tête, j'attrape les deux oreilles et les agite en le regardant alors qu'il semble halluciner devant ma tenue.

- Quoi ? T'as jamais vu un Pikachu ?

Je dois avoir l'air d'une trainée avec cette tonne de maquillage. Ça craint. Je disperse mon trouble et ma frustration de me retrouver en direction pour le poste en tentant de causer avec le mec.

- Pourquoi tu portes des lunettes de soleil en plein milieu de la nuit ?!

©️ 2981 12289 0


This is what you want, this is what you get !
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 517
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: What the hell are you fucking doing here ?! •• Harley ✻ ( Mer 1 Nov - 12:38 )

What the hell are you fucking doing here ?!
Tony & Harley
Y a quelqu'un qui a essayé d'ouvrir la portière ?
Apparemment, une étrange créature à la voix de femme a tenté de faire sa justicière...?

...

Ok...

Moi j'vous dis que le monde part vraiment en couille.

On a à la place de Batman, super sombre héros... Oh attends, je viens de titler le jeu de mot ? Sombrero ? Sombre héros ... Batman serait un sombrero ? Ce qui expliquerait pourquoi la créature orange ? Jaune ?
Ch'ais pas, je vois pas les bonnes couleurs avec mes lunettes de soleil là. Ce serait bien que j'ai assez d'argent pour les lunettes de vue, mais c'est pas demain la veille ! Enfin... J'sais plus ce que je voulais dire, j'ai perdu ma phrase avec cette histoire de Batman. Cette créature se débat là ? Non mais, on ne fait pas chier les gens comme ça. Ce "Jim" est définitivement de mauvaise humeur. J'essaye d'ouvrir la portière, mais c'est verrouillé, merde, elle a besoin de moi pour faire comprendre à ce flic de pacotille qu'on ne traite pas les gens comme ça. Je me rends compte après coup que je ne servirai carrément à rien avec les menottes sur les poignets, sérieux, je n'allais pas m'enfuir ou ... Enfin, j'y ai pensé un moment donné, mais on s'en tape, je ne l'ai pas fait. Puis ça me rappelle trop bien, comment je me suis battu contre les deux pétinenciers avec les menottes aux poignets et j'suis pas capable de faire la leçon au flic ? La différence est : ch'uis BOURREEEEE !

Bah putain, elle se débat la créature, mais elle ne pouvait pas faire grand chose et moi non plus, mon équilibre n'est pas top j'ai l'impression. J'ai la tête qui tourne un peu trop et mes oreilles ne sont pas épargnées non plus. Sa voix va trop dans les aigus, limite elle aurait pu aller dans un groupe de métalleux, ça pourrait marcher. La voiture démarre, elle braille toujours autant, en nous cassant les oreilles. Je ne dis rien, sachant que le flic Jim fait tout à ma place en lui disant Ferme ta gueule !.

Je soupire et me cale bien contre le siège et voulais croiser les bras avant de m’apercevoir que j'ai les menottes. Il doit salement se méfier de moi, parce que la dernière fois, j'lui ai donné un coup de boule quand il m'a fait chier quelques semaines plus tôt, c'était mérité. " Attaque éclair ? T'étais pas maline et rapide pour ouvrir la portière. Y a du boulot à faire l'héroïne." Attends. Héroïne ? Putain, j'ai presque oublié le goût de cette drogue et tant mieux, bien que j'ai envie de me rappeler à quoi ça ressemblait et comment c'était quand on était drogué...

Je ne la regardais pas jusque là et c'est en la voyant gigoter quelque chose que mon regard fut attiré par ses oreilles. Je fronce les sourcils, malgré mes lunettes de soleil, elle a pu voir que je bloquais sur sa tenue. Non mais, c'est pas un pyjama ou ? Ch'ais pas, j'ai cru voir la fille de Sam avoir ce même genre de chose et clamer que c'était son pyjama ? Putain, en fait, c'était même pas une héroïne. Juste une fille qui a fait le mur en pyjama avec son foulard à mâchoire de squelette. C'est Halloween ou bien ? Pourtant, me semble que c'est passé ... Ou c'est trop tôt ? Ch'ais pas, c'est pas mon truc Halloween. " Pika quoi ? C'est quoi ce nom de merde que t'as donné à ton pyjama toi ? " Je soupire et lève un peu les mains, tout en m'adressant aux flics " Non mais, sérieux, le monde part en couille les gars. Y a des jeunes adolescentes qui donnent des prénoms aux pyjamas...! " Ils ne me répondent pas, oh bien sûr. Ils ignorent toujours les chieurs. Je suis un chieur et ça me va bien. J'vais pas râler.

Je me retourne vers cette môme et la détaille davantage. Elle m'a trop un air familier, je l'ai déjà vue quelque part ou bien ? Non, mais la tenue Pika-machin-truc-truc-mumuche ne me serait pas passé inaperçu. Je l'aurai déjà vue quelque part. " Pourquoi pas eh ? " lui répondis-je à la question sur mes lunettes de soleil. " J'vois rien sans... Mais dit. On s'est pas vu déjà quelque part ? T'as une tête qui me rappelle trop quelqu'un. Dites est-ce qu'on peut avoir de la lumière derrière ! J'vois rien avec les lunettes de soleil !" " On est pas un taxi et enlève tes lunettes !" " Mais j'verrai rien sans aussi !" " Oh ta gueule !"

Bah quoi. Je vois pas bien sans mes lunettes, surtout que j'suis myope d'un oeil et hypermétrope de l'autre. Fait chier la vieillesse, j'ai même pas cinquante ans que j'peux pas vivre sans mes lunettes. Je soupire et bouge les mains. " Sérieux, vous comptez m'enlever quand ces trucs des poignets là ! J'ai envie de me gratter le dos ! " Je donne un coup de pied sur le siège devant moi, pour qu'il se bouge un peu le cul pour me retirer les menottes. Au lieu de ça, j'ai eu une menace du flic et on était arrivé.

Alors on nous fait sortir de la voiture, on nous emmène à l'intérieur du poste et immédiatement on me reconnait. " Je me disais récemment que ça faisait depuis un bout de temps qu'on ne t'avait pas vu dans le coin Ty. Qu'est-ce que t'as encore foutu toi ? " " Ivresse sur voie publique et insulte à l'agent en fonction." " Bah en même temps si tu l'embarques comme ça pour ivresse sur voie publique, normal qu'il t'insulte. " " Non non, il nous a insulté avant qu'on l'embarque. Fourrez vous le dans le cul il a dit avec son doigt d'honneur." " Ah ... Ouais... Ok. Et la fille Pikachu ?" " Insulte à l'agent en fonction et complicité avec le clochard." " Va te faire foutre. Ch'uis pas un clochard." " Ah ouais t'appelles ça comment les gens qui squattent les rues et qui emmerdent les passants ? Allez la cellule t'attends." fit-il en me poussant en direction de la cellule sans attendre la réponse, accompagné de la fille en pyjama. On reviendra à toi plus tard la Pikachu, un petit passage en cellule va te calmer d'abord !

Sur ces mots, on se retrouve ensemble dans la même cellule. Je soupire et enlève ma capuche avant de m'installer lourdement sur le banc. Je relève mon regard vers la fille tout en parlant " Bon... On va attendre ensemble, t'veux dorm... je m’interromps en l'observant plus attentivement... J'ai presque du mal à en croire à mes yeux, mais on dirait presque la réincarnation d'Ann', l'alcool me joue vraiment les tours là maintenant... Mais j'pouvais pas m'empêcher de me retenir. Oh ... Putain sa mère, je suis en train d'halluciner ou quoi ?! Je me relève pour m'approcher d'elle afin de mieux la regarder et surtout voir si c'est pas une blague. " Harley putain de Gresham ? "

electric bird.

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 29/10/2017
›› Commérages : 149
›› Pseudo : Sashamour
›› Célébrité : Cara Delevingne
›› Schizophrénie : Sasha+Draven+Axel
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: What the hell are you fucking doing here ?! •• Harley ✻ ( Ven 3 Nov - 11:36 )




Harley & daddy
«What the hell are you fucking doing here ?»
Après avoir cessé de brailler après les deux flics à l'avant du véhicule alors que nous sommes en route pour le poste, je reporte mon attention sur le type à côté de moi. Je souligne que mon attaque "éclair" a minablement échouée et remarque alors la façon dont tu bloques sur ma tenue.

- Quoi ? T'as jamais vu un Pikachu ?

" Pika quoi ? C'est quoi ce nom de merde que t'as donné à ton pyjama toi ? " lâches-tu dans un soupir.

J'ouvre une bouche grande comme une carpe à l'agonie en mode what the fuck ?! Tu sembles choqué et t'adresses aux policiers à l'avant en leur demandant ce qu'est devenu le monde, soulignant que maintenant, il y a même des ados qui donnent des prénoms aux pyjamas... .

- PIKACHU !! Mais d'où tu sors ?! Même les vioques en déambulateur connaissent Pikachu !

Je ne prends même pas la peine de t'expliquer que c'est un personnage de dessin animé. Tu te retournes de nouveau vers moi et sembles me détailler un instant. Je te fais une remarque sur les lunettes de soleil en te demandant quelle fantaisie t'incite à en porter en plein milieu de la nuit. En même temps t'es complètement beurré, je ne devrais pas me poser de questions ! D'ailleurs tu me rétorques un "pourquoi pas" avant de souligner que. " J'vois rien sans... Mais dit. On s'est pas vu déjà quelque part ? T'as une tête qui me rappelle trop quelqu'un. Dites est-ce qu'on peut avoir de la lumière derrière ! J'vois rien avec les lunettes de soleil !"

Ouais ça se comprend si elles font office de lunettes de vue. Mais les gens sont censés en avoir deux paires dont une de jour, non ? J'imagine que tu les a paumé ou va savoir quelle raison se cache derrière ceci. Quoi qu'il en soit, je percute plutôt sur le manège que tu me fais en me demandant si on ne se serait pas déjà vu. Ce qui me laisse un instant dubitative et sur le réflexion. Tu demandes d'ailleurs aux agents s'ils peuvent éclairer le plafonnier à l'arrière. Lesquels t'envoient bouler sans accéder à ta requête tandis que je balance un "Eh Oh respect merde !" par rapport à leur language. Bon ok, je ne suis pas la mieux placée pour dire ça mais depuis quand est-ce que je m'en embarrasse après tout ?

Un bref silence prend place avant que tu ne te mettes à les emmerder à nouveau.

" Sérieux, vous comptez m'enlever quand ces trucs des poignets là ! J'ai envie de me gratter le dos ! "

Je pouffe de rire alors que tu files un coup de pied dans le siège avant. Toutefois, nous arrivons justement sur les lieux. On nous fait sortir du véhicule et nous pénétrons dans le poste de police en passant devant l’accueil où une blonde avec les cheveux crêpés nous regarde d'un œil torve.
Il semblerait que tu sois connu des lieux vu les réflexions qu'on te lance dès notre entrée.

" Je me disais récemment que ça faisait depuis un bout de temps qu'on ne t'avait pas vu dans le coin Ty. Qu'est-ce que t'as encore foutu toi ? "

- Ty ? C'est quoi ce surnom ? marmonnais-je pour moi-même. peut-être Tyler, Tyson ou un prénom du genre.

" Ivresse sur voie publique et insulte à l'agent en fonction." lance l'autre.

" Ah ... Ouais... Ok. Et la fille Pikachu ?"

La réponse qui suit à mon propos est quasi la même me concernant, le mode torché en moins !
Le mot clochard est prononcé l'instant suivant et tu t'offusques du terme en braillant que t'en es pas un. L'autre argue que ta situation y colle pourtant parfaitement mais ceci ne souffre d'aucune réplique alors qu'on nous embarque aussitôt en cellule. J'adresse un doigt d'honneur à l'agent lorsqu'il referme la grille de la cellule sur nous.
De ton côté, tu te laisses lourdement tomber sur le banc du fond dans un soupir. Il fait limite trop chaud ici, aussi, j'ouvre ma veste et vire la capuche, passant les mains dans les cheveux en m'adossant au mur derrière moi. J'ai rien à foutre là. Pour si peu en plus ! J'aurais préféré qu'ils me fassent déguerpir plus tôt dans la rue à grands coups de pieds au cul plutôt que de me retrouver là.

- Moi qui savait pas quoi foutre du reste de ma soirée, je suis servie ... !

" Bon... On va attendre ensemble, t'veux dorm..." t’interromps-tu soudain.

J'ouvre de grands yeux alors que tu me fixes, l'air de dire "quoi encore" ?! Tu sembles bouche bée au fil des secondes.

- Euh ... t'as l'air con là ... qu'est-ce qu t’arrive encore ?!

Tu te redresses soudain et t'approches. Oh putain de merde! Me dites pas que c'est un vicelard à qui je fait soudain de l'effet ?!!

" Harley putain de Gresham ? " déclares-tu d'un air toujours aussi halluciné.

- Ouais, en personne ! Le "putain" en moins, déclarais-je sans spécialement m'en offusquer. Quoi que dit comme ça, ça fait limite nom de bourges, percutais-je par rapport à la formulation "putain de Gresham". Y'en a qui se nomment "comtesse de Barbary", moi je trouve que "putain de Gresham" ça fait son petit effet ! Néanmoins mon amusement passager face à cette réflexion ne dure pas et je te demande alors. D'où tu me connais ? J'ai pas souvenir d'avoir eu ma tronche dans les journaux ?!

Je te regarde d'un air dubitatif, ne captant pas pourquoi ton intérêt semble si grave face à moi. Que t'aies pu me croiser quelque part ok mais là t'as l'air d'être comme alerté, comme si t'avais vu un putain de fantôme. Ou alors c'est l'alcool qui te fait réagir un brin excessivement ?


©️ 2981 12289 0



This is what you want, this is what you get !
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 517
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: What the hell are you fucking doing here ?! •• Harley ✻ ( Ven 3 Nov - 17:20 )

What the hell are you fucking doing here ?!
Tony & Harley
Le putain en moins ?
Je m'en tape du putain en moins moi merde ! Ce que je retiens surtout, c'est que t'as confirmé ton identité, t'es putainement Harley Gresham ?! Non mais, non ? Je dois halluciner, l'alcool qui me joue les tours et je n'entends pas correctement !! Non mais non, mais ... Mais.... Putain, bordel de merde. Je suis sur le cul là, enfin pas littéralement mais je suis sur le cul. T'as carrément la même tête que la Harley que j'ai vu sur les réseaux sociaux ! Surtout t'as un air de ressemblance avec Annabel ! C'est encore plus que choquant ! J'ai presque l'impression de la revoir jeune ! Pourquoi j'ai pas remarqué avant ?! Ah oui merde, c'est vrai, on était dans le noir et avec mes lunettes de soleil, c'est pas l'idéal. Quelle idée ces lunettes à la con. Ils auraient pu écraser celles-là et épargner mes lunettes de vue ! Mais putain. Putain bordel de merde. J'en ai des mots mais pas assez puissant pour exprimer ma confusion, ma ... Woaaaaaaaaaaah... Je sais même plus ce que je ressens, si c'est mon coeur qui s'accélère.

Ouaah, je sais plus ce que j'ai bu, mais purée, c'est puissant pour me mettre dans cet état-là.

Ouais, ça doit être l'alcool qui me joue les tours, mais j'suis pas si bourré que ça à un point d'halluciner ou quoi ? Je suis en train d'avoir une attaque cardiaque là ? Je me sens tout drôle...! Je tiens bien debout, même si ça tourne un peu, mais merde quoi ?! Je suis en face de Harley ?! Ma fille ?! En face ?! Dans la cellule ?! Attends attends... Faut que je comprenne un peu, ma tête part vraiment en vrille trop vite, j'ai du mal à suivre... Quelles sont les putains de chances que je me retrouve dans la même cellule avec ma propre fille que je n'ai jamais rencontré ? Zéro. Enfin 0,0000001% quelque chose comme ça, les maths c'est pas trop mon truc, c'est la spécialité de Beny ça. En gros y a AUCUNE CHANCE qu'on se retrouve dans la même galère comme ça ! Ce ne sont pas les retrouvailles que j'imaginais merde ! Pourquoi tout part en couille et rien ne va comme je l'imaginais ?! Franchement, c'est une hallucination hein...!

Non, mais t'as l'air d'être bien réelle ?! Les flics t'ont vue, ils t'ont appelé PIkachin truc- que je sais même pas ce que c'est et que ça a l'air d'être une gravité niveau inter-galaxique (et franchement je m'en fous). Je ne peux pas m'empêcher, ne t'ayant pas trop écoutée de te toucher l'épaule du bout de mon doigt. Je te regarde vraiment, t'as pas l'air de titler qui je suis... Peut-être que c'est mieux comme ça, à cette petite distance et le peu que j'ai cerné de ton caractère, j'serai pas surpris que tu me foutes une baffe. " T'es vraiment une blonde ? Purée, t'as des sourcils vachement foncés toi..." Je crois même que Sam m'a fait la remarque, me souviens plus. Tu tiens de moi ces sourcils on dirait, cette remarque je me suis faite me fait légèrement sourire. Bon par contre, toi, t'as l'air de me trouver bizarre : ouais je suis bizarre. De toute façon, tout le monde l'est. Oh là. Trop philosophique... Je pars vraiment en vrille avec l'alcool...! J'ai vraiment trop bu en même temps que j'ai pas assez bu. Je suis au milieu de trop et pas assez bu. Je me perds là. On me perd. Je me suis perdu.

Par contre, je ne peux pas m'empêcher de rebondir pour me foutre légèrement de ta gueule en te désignant du doigt le costume Pikachouille que tu portes, le grand sourire aux lèvres. " EN PLUS ?! T'es pas sur les journaux, ça m'étonne ça ! Allons ! Va pas me dire qu'avec un tel costume ... Putain mais t'aurais pu faire la une en jouant la pika-machin-truc justicière et sa technique Éclair." m'exclamai-je avant de pouffer de rire, je n'arrive plus à me contrôler. " Pff HAHAHAHA !!! Sérieusement ? C'est un vêtement ?! Ça te donne carrément le look de fille qui a fait le mur ou encore qui s'est fait jartée de chez une amie en pyjama ! HAHAHAHA !! "

Je m'éloigne de toi et passe la main dans ma barbe de quelques jours. Je hausse les sourcils et je soupire pour me calmer, alors que je continue à rire. Putain. Non mais... Non... Cette fille en Pikachouette ne peut pas être ma fille. Je me mords légèrement la lèvre pour ne pas rire, mais là, j'en peux plus. Quand je repense à la scène tout à l'heure. Je ne me retiens plus, je ricane comme un con et je retourne m'asseoir sur le banc. " Putain, mais c'est pas possible...!" J'enlève mes lunettes de soleil pour me frotter l'oeil qui pleure... De rire. Ch'ais plus si ça se dit ça. Je pleure de rire. Ouais. C'est surtout ça. Je me redresse un peu sur le banc et dégage la capuche là, putain fait chaud tout d'un coup là ! " Ahahah putain...! J'aurai jamais cru ça... Dis, t'as pas l'impression qu'il y a des moments où la situation semble vraiment t'échapper entre les doigts ?" Je vois ton expression, tu ne me suis pas... Je te fais un geste vague de la main. " T'inquiète, moi aussi j'ai du mal à suivre ce que j'veux dire quand j'ai un peu trop picolé. Genre ... Eeuh... T'vois. T'es confrontée à une situation, mais tu ne piges pas ce qui se passe, ni comment c'est arrivé et pourquoi... Enfin, je m'en fous de ça en règle général. Mais là... Pfff héhéhéhéhé ... C'est tout con sérieux. " Une pause et je soupire, les lunettes de soleil dans la main, je passe la main devant mes yeux pour les frotter légèrement avant de te regarder, toi qui est à l'opposée de moi dans cette cellule. Sans réfléchir aux conséquences de cette phrases, je te balance direct " Franchement. Deux Gresham, embarqués dans la même cellule. Y a franchement zéro, virgule, zéro zéro zéro zéro zéro zéro zéro zéro... J'arrête les zéros, mais t'as pigé... Et un pour cent de chance comme le dirait Beny pour qu'un truc pareil arrive... Mais c'est arrivé ! " Et on n'était pas prêt à ça. Ouais... Surtout pas moi. " Oui... Coucou Harley. Je suis ton père... " Et là franchement, y a pas plus con que moi pour ajouter ça. J'aurai déjà dû me la fermer.

electric bird.

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 29/10/2017
›› Commérages : 149
›› Pseudo : Sashamour
›› Célébrité : Cara Delevingne
›› Schizophrénie : Sasha+Draven+Axel
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: What the hell are you fucking doing here ?! •• Harley ✻ ( Sam 4 Nov - 10:03 )




Harley + daddy  
«What the hell are you fucking doing here ?»
Alors que je te demande d'où tu me connais, tu sembles littéralement buguer. Ton cerveau a fait un black out ou quoi ? Je t'adresse un regard dubitatif, patientant après une quelconque réaction mais tu sembles carrément sous le choc. J'arque un sourcil alors que tu appuies un doigt timide sur mon épaule comme pour me "poker" <-- Humpf c'est quoi ce terme à la con sérieux ? Encore un truc qui vient de facebook !

- Bah alors mon vieux, t'as l'air tout retourné ? Tu fous un peu les chocottes là sérieux ... !

" T'es vraiment une blonde ? Purée, t'as des sourcils vachement foncés toi..."

Ok c'est quoi le délire ?!

- Oh hey ! Ce sont mes sourcils qui te foutent dans cet état sérieux ?! Bah merde alors ! fis-je l'air de proprement halluciner en faisant des yeux tout rond tandis que je m'écarte de toi et vais me coller près des barreaux de la porte. Je passe mes mains entre et m'y accroche comme une désespérée en appelant alors à l'aide.

- Laissez-moi sortir !! Ce mec est complètement frappa-dingue !!

Mais personne ne répond et toi tu sembles te foutre d'autant plus de ma tronche en désignant du doigt ma veste Pikachu, un sourire narquois aux lèvres. Et c’est reparti avec ça !

" EN PLUS ?! T'es pas sur les journaux, ça m'étonne ça ! Allons ! Va pas me dire qu'avec un tel costume ... Putain mais t'aurais pu faire la une en jouant la pika-machin-truc justicière et sa technique Éclair." t'exclames-tu avant de pouffer de rire sans plus pouvoir te contrôler.
" Pff HAHAHAHA !!! Sérieusement ? C'est un vêtement ?! Ça te donne carrément le look de fille qui a fait le mur ou encore qui s'est fait jartée de chez une amie en pyjama ! HAHAHAHA !! "

Je croise les bras dans une attitude particulièrement revêche.

- Tu pousses le bouchon un peu trop loin Maurice !

Finalement, ton hilarité manque de me contaminer et je fais tout pour ne pas me mettre à rire, m'efforçant d'afficher une tronche de pâté de foie bien comme il faut  tandis que tu continues de ricaner comme un abrutis.

- Décidément, l'alcool te réussit pas ... lâchais-je pour souligner que t'as l'air ridicule à te marrer tout seul dans ton coin. Tu regagnes le banc et retires tes lunettes pour te frotter les yeux tant tu en pleures de rire.

" Putain, mais c'est pas possible...!" lâches-tu pour toi-même en rabaissant ta capuche.

- Ça va ? T'as finis de te foutre de ma poire à la fin ?! Vise un peu ta tronche! C’est moi qui devrait me payer une barre de rire !

" Ahahah putain...! J'aurai jamais cru ça... Dis, t'as pas l'impression qu'il y a des moments où la situation semble vraiment t'échapper entre les doigts ?"

Nouveau arquage de sourcil ... . De quoi tu causes le vieux ... ?! Tu esquisses alors un geste en l'air.

" T'inquiète, moi aussi j'ai du mal à suivre ce que j'veux dire quand j'ai un peu trop picolé. Genre ... Eeuh... T'vois. T'es confrontée à une situation, mais tu ne piges pas ce qui se passe, ni comment c'est arrivé et pourquoi... Enfin, je m'en fous de ça en règle général. Mais là... Pfff héhéhéhéhé ... C'est tout con sérieux."

- Sérieux, je te suis pas du tout. Arrête ton délire.

Je finis par esquisser un petit sourire alors que ta façon de t'exprimer finit par m'amuser. Tu te frottes à nouveau les yeux en passant ta main dessus avant de me regarder à nouveau. Tous les deux postés à une extrémité de la cellule, on se regarde puis tu déclares alors :

" Franchement. Deux Gresham, embarqués dans la même cellule. Y a franchement zéro, virgule, zéro zéro zéro zéro zéro zéro zéro zéro... J'arrête les zéros, mais t'as pigé... Et un pour cent de chance comme le dirait Beny pour qu'un truc pareil arrive... Mais c'est arrivé !"

Que quoi qui donc tu ???!! Deux GRESHAM ??! Mais de quoi tu causes là ?! Tu connais Beny ? En un quart de second t'as eu le don de semer un foutoir monstre dans ma tête. Je me rends compte que j’ai la bouche grande ouverte et les yeux complètement écarquillés ! Plus encore lorsque tu balances soudain ce truc invraisemblable !

" Oui... Coucou Harley. Je suis ton père... "

- Range ta réplique Dark Vador !! Sérieux, d'où tu connais mon oncle ?! C’est quoi cette blague de merde ... dis-je en me repliant soudain sur moi, reculant d'un pas incertain dans un coin comme si un danger me guettait. Mes bras rassemblés devant mon visage comme pour mieux me cacher, je me sens comme prise d'un vertige. Mon cœur a loupé un battement sur le coup et là maintenant, il bat comme un malade, en proie à une sorte de stress, broyé par le doute. C’est pas possible, c’est juste pas possible. J'ai bien du mal à canaliser le bouleversement qui me gagne sur l'instant alors qu'un flot d'émotions contradictoires m'accapare telle une vague qui me submerge et sur laquelle je n’ai aucun contrôle. Je suis prise dans un étau entre l'invraisemblance de la situation, les doutes, le fait que quelque chose en moi me dit qu'il s'agit forcément d'une mauvaise blague et ce petit truc au fond qui souligne qu'un tel bobard paraitrait sacrément énorme pour ne pas dire impossible à monter. Et dans quel but on me jouerais un tour pareil ? A moins que tu ne connaisses mon oncle, mon histoire et que tu t'amuses dans un délire quelconque à te faire passer pour lui. A moins que tu ne sois un ancien quo-détenu qui connait tout de notre histoire et qui à sa sortie s'est mis en tête un trip ou un but pas net ??! Ce serait néanmoins trop énorme pas vrai ? T'as beau être torché, qui s'amuserait à un tel délire ?! Quelles étaient les probabilités de notre rencontre ce soir, dans cette rue ?

Instinctivement, je me laisse glisser le long du mur, en ne sachant que faire de mes mains, de mes bras, de moi. Le regard fuyant, je me sens prise au piège, faible, vulnérable. Je ne veux pas croire à ta déclaration. Je ne peux pas ! Je n'ose pas te regarder de peur d'y découvrir le visage de ce père qui a été absent toute ma putain de vie ! Pourtant, je finis par récupérer mon portefeuille dans ma poche et j’en tire discrètement une photo qui demeure H24 dedans depuis des années. Une photo de toi et maman plus jeunes. Je me demande pourquoi je la balade comme ça tout le temps sur moi. Et ce mec sur la photo ... c’est vrai, il aurait une certaine ressemblance. Non ... non ... pas mal de personnes peuvent lui ressembler. Tes mots me reviennent alors à l'esprit lorsque tu as bloqué sur mes sourcils. Je repense aussitôt alors aux mots de maman qui me disait toujours que j'avais ton regard expressif et tes sourcils. Mes yeux se posent alors timidement sur toi dans une tentative de comparaison. Est-ce vraiment toi ? Un élan de rébellion et de trouble m'accaparent aussitôt.

- C’est un coup monté ? dis-je soudain avec à la fois rage et faiblesse dans la voix. Tu ... t’as rien trouvé de mieux pour les retrouvailles toi qui dis être mon père ?!

Au fil de mes mots, une rage folle s'installe en moi comme pour mieux me protéger de l'émotion qui pointe au bord de mes yeux et de ce cataclysme qui étreint mon cœur si bien que j'en ai le souffle à demi coupé.
Je me redresse et vais m'accrocher aux barreaux de la porte en secouant vivement ces derniers, tel un appel à l'aide silencieux.

- Mon père s’est fait la malle à sa sortie de taule. Il n'en a rien à foutre de moi !! Alors t'avises pas de jouer à ton putain de jeu de rôle de merde ! Ferme ta grand gueule !! Si t'es vraiment lui, cette rencontre est un pur hasard ! Tu l'as sûrement pas voulu, on le sait tous les deux ! Tu voulais pas me voir, t'as jamais voulu ! Alors m'annonce pas ça comme si c'était le contraire et que t'étais finalement décidé à connaitre ta putain de môme ! enrageais-je en vociférant ces mots, redoublant les coups dans les barreaux en cognant dessus désormais du plat de mes mains.

Merde, c'est pas possible !! T'as jamais voulu me rencontrer, pourquoi a-t-il fallu que tu lâches le morceau au lieu de la fermer et garder le secret. A notre sortie, on aurait continué notre chemin chacun de notre côté. Mais là, à notre sortie, tu vas filer comme tu l'as toujours fait ! Sauf que moi, je saurais qui tu es et cette nouvelle fuite m'explosera de nouveau encore plus intensément que jamais à la gueule.


©️ 2981 12289 0


This is what you want, this is what you get !
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 517
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: What the hell are you fucking doing here ?! •• Harley ✻ ( Lun 6 Nov - 0:39 )

What the hell are you fucking doing here ?!
Tony & Harley
Heeeein ?!
Je fronce les sourcils face à ta réplique de D... " Darkoi ?! D'où tu sors ce nom de merde ? " Mais attends. Dark Vador, me semble l'avoir déjà entendu quelque part... Ça faisait débat en prison y a quelques années, un taré qui se prenait pour ce Dark Vador et qui disait avoir des forces supernaturels, on s'est foutu de sa gueule et on a tous regretté. De toute façon, il était parti en isolement et n'est plus jamais revenu. Sérieusement, l'isolement, c'est carrément le dernier endroit où tu voudrais être. La bouffe est pour les rats, t'as pas de lumière du jour, tu croupis vraiment dans un coin et je crois même que je serai carrément content d'être à la rue que d'être là. C'est même mon plus grand cauchemar mine de rien et ça, d'habitude je n'admets jamais ce dont j'ai peur.

Enfin bref. Tu n'as pas l'air de me croire, c'est pas étonnant non plus. Je balance cash, sans la ménager. Je hausse les sourcils en te regardant avant de détourner pour passer mes mains devant les yeux. Je me masse surtout pour rester éveillé, j'ai l'impression que je suis sur le point de m'endormir sur le coup. J'ai comme on dirait un gros coup de barre, du béton surtout parce que j'ai perdu toute l'énergie à force de m'être foutu de ta gueule. Mais surtout, ces sentiments qui m'envahissent à l'idée que je suis en face de toi, qui est ma fille et que je sais d'avance quelles seront tes réactions. Je me suis à peu près préparé, mais vu comment les retrouvailles sont un peu parties en couille, ça m'étonnerait pas que tu balances des trucs auxquels je ne m'attendrais pas. Je soupire.

J'aurai dû me la fermer vous savez ? Allez, je vais sûrement sortir l'excuse de l'alcool, genre on ne contrôle plus ce qu'on dit vraiment et on balance pas mal de conneries. Comme l'idée que je suis le père de cette fille présente dans la même cellule que moi, alors que c'est vraiment improbable ? Sauf que ben non. C'est pas vraiment l'excuse de l'alcool que je vais utiliser. Vous savez, j'ai vraiment imaginé les retrouvailles autant de fois, au moins une fois par jour... Juste au moment où je m'endors, je m'imagine rencontrer Harley. J'ai imaginé toutes les situations, mais pas celle-ci. Franchement, comme je l'ai déjà dit plus tôt: faut toujours que rien ne se passe comme je l'ai prévu et m'y attendais. Rien ne va. Enfin bref, c'est pas pour dire ça que je suis en train de vous mener ici. C'est surtout qu'à force de m'imaginer les rencontres et sachant que cette fille ne vit plus vraiment à Cap Harbor en ce moment et qu'elle fait ses études à New York. J'ai peu de chances de la voir tous les jours... Si ce n'est une fois toutes les deux mois. Autant aller à New-York dans ce cas-là. Ouais, allez, comme si c'était facile de chercher parmi les 8,5 Millions d'habitants, comme si j'avais carrément le temps pour ça ouaaaais ? Allez ? Soyons fous ? Nah. En plus y a trop de flics, trop d'emmerdes là-bas et on n'est jamais tranquille là-bas. Cette ville est carrément invivable.

En gros. J'aurai très bien pu faire semblant de ne pas la reconnaître et de repartir chacun de notre côté, vivre notre vie comme si rien n'était. Sauf que ... Je suis à Putain Cap Harbor pour elle. Pas pour une putain de rencontre. Je suis sûr que Annabel m'aurait frappé à l'arrière du crâne et hurlé imbécile, gros con de limace (oui longue histoire, mais pour faire court elle avait saboté ma moto pour que je sois lent et perde à sa course de merde) si je n'étais pas venu assumer mon rôle de père, rôle que j'ai abandonné contre mon gré. Puis, mieux vaut éviter de jouer l'inconnu et la retrouver quelques jours plus tard encore par hasard. Ce serait trop louche. Non mais voilà, moi et la logique déjà, sans alcool c'est un peu quelque chose. Mais alors là EN PLUS avec l'alcool : ça part en couille : j'annonce cash, sans ménager et tourner autour du pot.

" Franchement ? Les retrouvailles dans une cellule, y a pas plus originale comme rencontre. Tu ne peux pas ne pas être d'accord avec moi sur ce point-là... Pfffffrrrrrr...!"

Rah bordel. Je ne peux pas m'en empêcher. Je pouffe de rire comme un débile. Non mais sérieux. Personne ne pourrait trouver mieux comme retrouvailles là ! Allez, quoi, personne ne nous applaudit pour l'originalité ?! Roh pff.. Je soupire encore une fois et je te regarde enfin pour la première fois depuis quelques minutes, tout d'un coup je te vois tenir quelque chose dans ta main, mais je ne tilte pas du tout. Pas eu le temps de toute manière que tu te bouges et t'énerves maintenant.

Ah ouais, j'aurai peut-être dû attendre que je cuve un peu, parce que là. Niveau alcool, c'est un peu la merde pour discuter de tout ça. Tout d'abord : rester keep cool. Calme. Cool. À l'aise. Chill. Tranquille. Tout va bien. " Eh, miss. Ça sert à rien de secouer les barreaux, personne ne viendr... " te dis-je d'une voix un peu lassée et surtout parce que les bruits qu'elle fait me cassent les oreilles. Personne ne viendra, les flics s'en foutent ce qui se passent, si on en vient à se bagarrer, ils s'en foutent aussi. Enfin c'est pas le plus important. Tu me coupes la parole pour exposer ta colère vieille de vingt ans (quoique moins mais on compte vingt ans allez, non vingt et un, putain je sais plus compter et j'ai pas compris pourquoi j'ai mis les parenthèses aussi. Enfin bref. On perd le fil là.) en pleine figure. " Eh ! Arrêtes avec les barreaux ! Je t'entends à peine !"Je passe la main à l'oreille tandis que tu continues à cogner contre les barreaux en même temps que j'ai ta voix aigus dans mes oreilles, ce mélange me donne un mal de crâne et ça m'énerve davantage.

Tu penses que je ne l'ai pas voulu, normalement j'aurai compris pourquoi, mais là. J'ai décidé de ne pas vouloir le comprendre, j'ai décidé de ne pas entendre davantage ces conneries que t'as dû entendre de Beny. Je soupire et je sais d'avance que te demander d'arrêter de faire du boucan sur les barreaux résultera par un : va te faire foutre ! Je me lève tout de suite et me dirige vers toi alors que tu es concentrée là sur ces bouts de métal. Je finis par empoigner rapidement tes poignets et j'ignore tes hurlements que je finis par te secouer un peu pour que t'arrêtes de brailler tout en haussant la voix.

"QUAND JE TE DIS D'ARRÊTER CE PUTAIN DE BOUCAN DE MERDE, T'ARRÊTES QUE CE SOIT TON PÈRE OU PAS QUI TE LE DEMANDE !! Personne ne viendra nous voir avant qu'ils jugent par eux-même qu'on est apte à sortir ! Et ça commence par arrêter de taper sur les barreaux ! Bordel ! Commence pas à faire chier comme ça et à nous faire sortir au petit matin seulement !

Je te relâche et lève les mains avec cet air renfrogné tout en faisant des pas en arrière pour montrer que je ne vais plus te toucher comme ça... Ok... Je suis allé un peu trop fort, mais putain qu'est-ce que ça me cassait les oreilles et ça m'énervait grave d'entendre tout ces bruits ! Je suis calme. Je reste calme... Enfin tant que tu fais pas ces conneries avec ces barreaux. Je soupire et passe la main dans mes cheveux, alors que de l'autre je te désigne rapidement avant de la laisser retomber. " En plus t'as l'air d'une autiste à faire ça. J'veux bien comprendre que ça te perturbe mais ça va pas aider. Tu vas finir par vouloir te cogner la tête contre le mur ! Et ça me casse les oreilles ! " je sais de quoi je parle... Encore une des expériences cheloues en prison. Longue histoire à raconter aussi. "  Si tu savais combien de temps il m'a fallu pour voyager de la prison jusqu'à ici sans les moyens... Et surtout personne n'est venu me chercher. Alors va pas me dire que tu m'as attendu à la sortie ! Et si je voulais vraiment pas te connaître, si j'en avais carrément rien à cirer de ce que t'es devenue. Je serai partout. Je t'dis : PARTOUT. Sauf cette putain de ville Cap Habor de merde. " je désigne le sol des doigts, bon ok, c'est pas Cap Harbor la ville cette cellule, mais on comprend le principe. " Y a pas plus taré que moi pour prendre sur soi et vivre constamment avec le passé qui revient en pleine face à chaque coin de rue non seulement pour "juste te rencontrer" ! Ah aussi ! Y a pas plus taré que moi pour attendre dans les rues pendant des mois dans cette ville de merde, dans l'espoir de t'apercevoir dans le coin d'une rue. MAIS NON ! Il a fallu que tu débarques en tenue pyjama Pikachouille ou peu importe le nom, je retiens jamais... Et qu'on le fasse ici ! Si tu ne me crois toujours pas, on va jouer à un jeu : pose-moi une question à propos de ta mère ou de Beny. T'verras. fis-je en croisant les bras contre moi, avec cet air sûr sur le visage.

electric bird.

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 29/10/2017
›› Commérages : 149
›› Pseudo : Sashamour
›› Célébrité : Cara Delevingne
›› Schizophrénie : Sasha+Draven+Axel
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: What the hell are you fucking doing here ?! •• Harley ✻ ( Mar 7 Nov - 11:28 )





Harley + daddy
«What the hell are you fucking doing here ?»
Me mettant à cogner les barreaux d'incompréhension et de frustration mêlées, je vocifère ma rage sans me préoccuper de tes paroles alors que tu m'incites à arrêter mon cirque. Et tandis que je conclus mes propos avec une pointe d'émotion mêlée de rage dans la voix, tu te redresses soudain et viens à ma rencontre. Sans que je n'ai le temps de calculer, tu attrapes mes poignets pour me faire immédiatement cesser mon bordel. Je me mets à brailler après toi, furieuse que tu oses me toucher. Tu me secoues et hausses alors la voix, d'un air plus qu'exaspéré.

"QUAND JE TE DIS D'ARRÊTER CE PUTAIN DE BOUCAN DE MERDE, T'ARRÊTES QUE CE SOIT TON PÈRE OU PAS QUI TE LE DEMANDE !!"

Tes premiers propos ont le mérite de me scotcher sur place. Je reste un instant silencieuse tandis que tu baisses d'un ton en poursuivant.

"Personne ne viendra nous voir avant qu'ils jugent par eux-même qu'on est apte à sortir ! Et ça commence par arrêter de taper sur les barreaux ! Bordel ! Commence pas à faire chier comme ça et à nous faire sortir au petit matin seulement !"

Je t'adresse un doigt d'honneur planté entre nous deux, incapable de répliquer un seul mot. C’est bien la première fois qu'on me la coupe de la sorte. Tu me relâches et lèves les mains en signe d'abandon, reculant avec un air renfrogné sur le visage.

" En plus t'as l'air d'une autiste à faire ça. J'veux bien comprendre que ça te perturbe mais ça va pas aider. Tu vas finir par vouloir te cogner la tête contre le mur ! Et ça me casse les oreilles ! "

Ta réplique me ferait presque rire si nous étions dans un autre contexte mais je me refuse désormais à la moindre esquisse de sourire ou de ce qui pourrait traduire de l'amusement. La situation est trop sérieuse, trop invraisemblable, trop bouleversante. Je demeure à mon grand étonnement, particulièrement silencieuse. Où sont passées mes piques acerbes ?! Toutefois, alors que tu reprends la parole, tu aiguises mon intérêt malgré moi et j'écoute alors en me posant à même le sol, les bras regroupés autour de mes genoux et le visage à demi dissimulé derrière.

" Si tu savais combien de temps il m'a fallu pour voyager de la prison jusqu'à ici sans les moyens... Et surtout personne n'est venu me chercher. Alors va pas me dire que tu m'as attendu à la sortie ! Et si je voulais vraiment pas te connaître, si j'en avais carrément rien à cirer de ce que t'es devenue. Je serai partout. Je t'dis : PARTOUT. Sauf cette putain de ville Cap Habor de merde. " déclares-tu quelque peu véhément sur la fin en désignant le sol pour imager le terme.

Tes propos m'impactent autant qu'ils se mêlent dans mon esprit dans un joyeux foutoir. Ce même foutoir qui occulte mes propres pensées sans pouvoir formuler clairement toutes ces interrogations qui se mélangent dans mon esprit. Un air contrarié se glisse sur mes traits. Je demeure tellement silencieuse que c'en est frustrant pour moi-même.

" Y a pas plus taré que moi pour prendre sur soi et vivre constamment avec le passé qui revient en pleine face à chaque coin de rue non seulement pour "juste te rencontrer" ! Ah aussi ! Y a pas plus taré que moi pour attendre dans les rues pendant des mois dans cette ville de merde, dans l'espoir de t'apercevoir dans le coin d'une rue. "

Ces mots là font naitre une vive émotion au fond de moi. Elle remonte jusqu'à mon cœur, j’ai l'impression qu'il est comme en quelque sorte broyé sous la pression de tes mots et de ces révélations qui provoquent ce tumulte inconstant en moi. Qui provoque par là même des contradictions dans mon esprit et mon cœur, mêlant émotion, colère et rancœur. L'espoir lui aussi refait surface, cet espoir auquel je me refuse car je suis malgré tout persuadée que tu me mens tout comme en même temps, je sais que c’est tout le contraire. Cette sincérité qui perce à travers tes propos semble aussi tranchante que véritable. Ai-je encore le droit d'en douter face à cette franchise dont tu sembles habité sur le vif de l'instant ?
Et puis tu as cette phrase qui me désarçonne complètement et me tire un sourire malgré moi.

"MAIS NON ! Il a fallu que tu débarques en tenue pyjama Pikachouille"

Pikachouille. C'est tellement mignon dit comme ça que quelque chose fond en moi. Plus encore à la façon dont tu as prononcé cette phrase, la voix teintée d'émotion. Cette brève pensée ne m'empêche cependant pas de t’écouter aussitôt poursuivre dans la foulée.

" Ou peu importe le nom, je retiens jamais... Et qu'on le fasse ici ! Si tu ne me crois toujours pas, on va jouer à un jeu : pose-moi une question à propos de ta mère ou de Beny. T'verras", déclares-tu alors en croisant les bras, l'air tout-à-fait sûr de toi.

Pourquoi me mettre au défis ? Tu crains sans doute que je ne me retranche à nouveau dans le déni. Pourtant, je comprends face à tous tes arguments que tout ceci n'est malheureusement pas un jeu. Puis je songe à mes doutes d'un peu plus tôt. Tu pourrais en effet connaitre mon histoire, tu as pu connaitre mon père en prison, il a pu se confier. Pourtant je sais au fond de moi que cet homme face à moi ... toi ... tu sembles bien être celui que tu prétends. J'étrécis les yeux un instant en t'observant de derrière le rempart offert par mes bras.
Plutôt que de te poser une question piège pour confirmer que tu es bien mon père, un tas d'interrogations me reviennent en tête. Et je leur cède à elles plutôt qu'à confirmer ton identité par une quelconque ruse.

- Pourquoi tu n'es pas venu nous trouver directement à la maison ? Pourquoi espérer me croiser au lieu de venir directement à moi ?

Le bruit de la porte au fond du couloir attire bientôt mon attention alors qu'elle grince sur ses gonds. Un agent ne tarde pas à pointer le bout de son nez et m'invite moi seule à le suivre, t'invitant quant à toi à continuer de décuver ici. Je suis l'homme sans un mot mais j'ai un dernier regard pour toi alors que je me retourne une fois sortie de la cellule tandis que l'on se dirige vers l'extrémité du couloir. Mon cœur se serre à nouveau. Et si je ne te revoyais jamais après ça ?

- Allez on ne traine pas ! me rappelle à l'ordre le flic.

Je me retrouve bientôt dans un bureau. J’ai droit à une leçon en bonne et due forme. Le calme qui m'enveloppe étonne l'agent qui m'interroge. J'esquisse mes raisons de façon brève et concise, arguant que j'ai vu de l'injustice dans cet acte lorsqu'ils t'ont appréhendé et que je me suis un peu emportée certes en voulant jouer à la justicière. L'influence du tas de séries qu'on voit à la télé, ai-je argué pour conclure quant à mes motivations. Je n'ai pas cherché à parler du comportement à revoir quant à l'agent qui a malmené cet homme ... toi ... mon père. Une mention que j'évite de dévoiler parce qu'elle me parait toujours aussi putain d'invraisemblable. On me signale que l'alcootest qu'on m'a fait passer plus tôt n'a rien révélé dans mon sang. Je peux ainsi être libérée. Lorsqu'on me demande si quelqu'un peut venir me récupérer, je fais mine d'avoir un parent à joindre, lequel je me chargerais de joindre depuis mon propre téléphone, comme je le leur mentionne. Étant considérée comme majeur et responsable, je n’ai pas besoin d'adulte pour venir signer le formulaire de décharge. Si c'est bien le terme du foutu formulaire en question ?

Retrouvant l'air frais de l'extérieur, je m'éloigne un peu en allant me poser plus loin. Joindre un parent était un prétexte pour qu'on me lâche la grappe mais je ne suis pas décidée à quitter les lieux. J'hésite à t'attendre, guetter ta sortie lorsqu'ils le jugeront bon. J'ai trop peur malgré moi, de m'en aller et risquer de perdre définitivement ta trace. Parce que je sais à coup sûr que même si une part de moi veut t'écarter de ma vie pour me préserver et me forcer à ne pas croire à tout ça, l'autre partie, celle du cœur quant à elle, sait pertinemment que je le regretterais à jamais.
Durant l'attente, la température baisse encore d'un cran et je commence à avoir un peu plus froid. Ma veste de sweat est chaude mais un manteau ne serait pas de refus. Je me trouve un coin entre deux buissons épais pour me protéger du froid, m'appuyant contre le mur de l’établissement en rassemblant mes jambes contre moi dans l'espoir de trouver un peu plus de chaleur. Plusieurs fois j’ai envie de rentrer à nouveau dans le poste et de demander après toi, savoir quand tu sortiras, mais ce serait trop d'explications à leur fournir. Et l'invraisemblance de cette histoire, que je leur serve l'une ou l'autre version, les rendrait assurément méfiant et trop curieux. Je préfère encore attendre ici, espérant que la porte du hall s'ouvre enfin sur toi. En attendant, je récupère la photo dans mon portefeuille, cherchant à retrouver des traits communs entre toi et cette image de mon père plus jeune. Comme pour me convaincre une dernière fois.



©️ 2981 12289 0



This is what you want, this is what you get !
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 517
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: What the hell are you fucking doing here ?! •• Harley ✻ ( Mer 8 Nov - 14:53 )

What the hell are you fucking doing here ?!
Tony & Harley
Pourquoi tu n'es pas venu nous trouver directement à la maison ? Pourquoi espérer me croiser au lieu de venir directement à moi ?

C'est la première fois que tu parles maintenant. Tant mieux, je commençais un peu à m'inquiéter, j'ai cru que je t'ai vraiment coupé la voix depuis que je t'ai gueulé dessus, mais j'y pouvais rien, y a quand même toute une éducation à refaire. Déjà le langage et le fait que tu te fasses embarquer, même si c'est pour la bonne cause, j'veux pas que tu sois une habituée comme moi. Puis ta tenue merde ! Enfin... Pas le sujet là. Je m'attendais à tout, mais pas à cette question. Mon esprit s'était trop préparé sur les questions que tu allais poser, parce que je savais que tu aurais quand même des doutes quant à mon identité. Après tout, j'aurai très bien pu être quelqu'un d'autre qui connaît toute l'histoire. Aussi parce que je suis assez agacé, assez sur les nerfs qu'on en soit là. Cette situation, tout ça là, ça n'aurait jamais dû avoir lieu. Ça aurait pu se passer autrement. J'aurai pu te connaître depuis dix ans, j'aurai pu sortir à ce moment-là mais les choses se sont pas passées comme on l'a tous voulu.

Bien que j'ai envie de te dire pourquoi, dans les moindres détails, je ne veux pas détruire ta relation avec Beny. Même si j'ai envie de lui pourrir la vie, je n'ai pas envie de pourrir la tienne et de mettre davantage de bordel. Il t'a élevée, il a fait partie intégrante de ta vie alors que moi... Je viens vingt et un ans plus tard. Franchement, j'aurai jamais cru avoir un timing de merde, si j'avais su à l'avance, j'aurai évité la grosse connerie en voiture.

Il est aussi important que je te dise qu'il ne faut pas que tu parles de nos retrouvailles à mon frère. Je sais qu'il s'arrangerait à me faire dégager de là, à disparaître de ta vie comme si tu n'avais pas le droit de choisir. T'es majeure maintenant, t'es assez grande pour prendre toi-même les décisions. Je soupire et je ne me rends pas compte que j'ai l'air d'être quelqu'un qui a une très longue histoire à raconter, mais qui résume tout simplement à : " Je ne pouvais pas." Et je n'ai pas pu continuer la phrase et l'histoire que je voulais te raconter, peut-être à mon grand bonheur quand le policier arrive.

Je regarde l'heure sur la montre avant de me rappeler que je suis con : j'ai pas de montre. HA HA Ha. Putain, l'alcool, ça fait des ravages, ça n'a pas changé ça. Bon je sais pas quelle heure il est, mais c'est tard. Voilà. Je sais pas non plus combien de temps on est resté, mais sûrement pas plus de deux heures. Je croyais qu'il venait nous chercher tous les deux, mais il me balance que je devrais rester ici et reculer surtout. Je lève les mains et hausse les sourcils " Okay. Cool Raoul...! T'veux toujours pas me dire ton prénom d'ailleurs ?" J'ai pas eu de réponse à part un regard noir du flic qui me fait sourire. Ça va eh, je décuve bien là... Enfin pas trop. Mais quand même, avec un tel regard, j'aurai éclaté de rire. Au moins, t'as la chance, t'vas sortir plus tôt que moi et t'auras sûrement pas d'amende à payer contrairement à moi. Je sens que je vais en chier moi... On s'échange un regard et je souris un peu malgré moi, je te fais un signe de tête pour te dire que t'devrais y aller. Je soupire et fais les cents pas sur moi même quand je me retrouve finalement seul dans cette cellule. Trop silencieuse et trop grande d'un coup.

Faut croire que le fait que tu tapais contre les barreaux, ça me manque, même si ça me cassait grave les oreilles.

Sérieux, je suis devenu sensible aux bruits maintenant ? C'est quoi ce bordel ? C'est la vieillesse qui fait ça ?! Putain, c'est quand même flippant. J'sais pas qui disait ça, mais plus on vieillit, plus on est sensible à des trucs. J'veux pas être vieux merde. Y en a déjà marre des gens qui me traitent de pépé, la barbe y était pour quelque chose, mais franchement, niquez vos mères les gens. Arrêtez de vous arrêter sur les apparences !

Je lâche un gros soupir et finis par m'allonger sur le banc. Je regarde le plafond, sachant que j'en aurai pour très longtemps. Le lit me manque déjà, c'était plutôt confortable à part cette putain de poutre qui est placée au mauvais côté et que je me prends en pleine figure presque tous les matins... Sam a une maison mal foutue sérieux. Du moins cette chambre et la pièce que je dois retaper. J'retrouve quand même mon vieux pote, le banc. Si j'étais grave bourré, j'aurai pu me taper une discussion seul avec lui, pendant des heures, jusqu'à que je m'endorme pour de bon et que les flics vont s'amuser à me réveiller.

Comment expliquer à Harley ? MAIS surtout, comment agir maintenant ? Y a quand même un putain de malaise là. J'ai bien vu la façon dont elle m'a regardé, comme si elle me voyait pour la dernière fois de toute la vie. Est-ce qu'elle est partie aussitôt sortie ? Est-ce qu'elle est allée rejoindre Beny pour tout lui raconter ? Est-ce qu'elle est toujours avec ce con de Jim ? Tout ça me travaille que je ne suis pas capable de fermer l'oeil malgré le coup de barre impressionnant. Si Ann' était là, les choses seraient vraiment plus simples...! Et voilà que je me mets à penser à elle. Je ne retiens pas mon léger sourire mélancolique à notre rencontre et comment on a décidé que notre fille ou garçon, on l’appellerait Harley.

Je ne sais pas combien de temps j'ai attendu avec mes souvenirs du passé, mais j'étais vraiment calme et puis, y a eu quelqu'un d'autre qui s'est joint à moi dans la cellule. Un jeune qui s'est fait surprendre en train de taguer la vitrine d'un magasin d'ordinateurs, une histoire de vengeance parce qu'il s'est fait arnaquer. Ah le pauvre, il ne devait sans doute pas savoir que la vie est une pure arnaque dans le fond. Il m'a raconté un peu son histoire, même si moi je m'en tapais un peu et il voulait un peu du banc. Apparemment, il aurait frappé un policier dans sa fuite, mais il s'était fait attrapé. C'est con ça...!

Puis voilà que le policier Raoul (il ne veut jamais me dire son prénom et tout le monde l'appelle par son nom de famille, c'est un chinois bizarre je trouve) arrive et me fais sortir de la cellule. J'ai essayé par tous les moyens de lui arracher son prénom, mais je n'y suis pas arrivé et il m'a gentiment envoyé baladé. J'ai fini au bureau avec ce Jim qui devait sûrement attendre des excuses. Pfeuh. J'vais pas m'excuser pour une insulte qu'il mérite, c'pas de ma faute s'il a des problèmes au lit...! M'enfin, avec le discours habituel qu'on me porte, je finis par hausser les épaules et demande le montant pour l'amende que je finis par payer. Ils espèrent tous de ne pas me revoir à nouveau, mais c'est qu'un petit espoir qui va pas durer longtemps... Quand même, ils devaient retenir que j'ai battu mon record, j'suis pas retourné depuis deux mois eh ! Y a un début là !

M'enfin bref, je récupère mes affaires et je décampe de là illico. Capuche sur la tête pour me protéger contre le froid avec l'écharpe, j'ai pas mis mes lunettes de soleil, pas envie. Je sors mon téléphone portable pour voir l'heure avant de m'étrangler un peu. " Meeeeeeeerrdeeeeeuh...! " 4:06 ?! Oh shiiiiiit. Faudra que j'explique un peu à Sam ce qui m'est arrivé, mais il n'est pas chez lui en ce moment, il est parti quelque part, un truc de son boulot là... Il ne reviendra que demain soir quelque chose comme ça. Puis putaain, qu'est-ce ça a caillé depuis ! C'est fou comment les températures font yo-yo ces derniers temps. On sait grave plus sur quel pied danser là. Y a un jour où il faisait chaud que j'ai pas besoin de mon blouson, puis y a des jours où ça caille de ouf, la pluie qui vient de nulle part et je déteste ça. Je suis vraiment de mauvais poil en plus. Cette température de nuit ne devrait pas me surprendre, mais c'est impressionnant comment on perd les habitudes depuis que je dors chez Sam.

Je regarde autour de moi dehors, je ne sais pas pourquoi je me mets à espérer... Alors qu'il est probable que tu te sois cassée. Genre, qui est-ce qui voudrait attendre pendant des heures dehors dans le froid ? Je secoue la tête et passe la main dans les cheveux dans un geste nerveux, je devrais rester calme... Mais comment peut-on après avoir retrouvé sa môme pour parler avec pendant quelques minutes et la voir disparaître finalement, pour ne plus jamais la revoir ? Elle est probablement rentrée, a dû raconter à Beny, que j'entendrais de ses nouvelles très bientôt...! Elle m'en veut de ne pas avoir été là pour elle, je comprends. J'ai tout raté, j'ai grave tout raté. J'ai grave foutu ma vie en l'air et c'était peut-être une mauvaise idée d'être venu ici. Maintenant, je sais plus quoi faire... Enfin si, déjà, faut que je dégage de là. Je marche un peu, assez frustré et je vois une poubelle que j'ai pas hésité à donner un coup de pied agressif et énervé. Par contre, je ne m'attendais pas à ce que cette poubelle tombe dans un vacarme abasourdissant et que ça fait putain de mal au pied ! J'étouffe mon grognement de douleur et continue mon chemin en boitillant un peu, puis je retrouve ma démarche normale... Sans trop savoir pourquoi, je décide de faire demi-tour pour aller remettre la poubelle correctement à sa place.

Désolé petite poubelle, t'avais rien à voir... Décidément elles ont la vie dures elles...!

Je relève mon regard et te vois marcher vers moi. Je ne cache pas ma surprise et mets les mains dans les poches. " J'croyais que t'étais rentrée chez Beny." te dis-je sans trop réfléchir. Tu m'as attendu pendant tout ce temps-là ?

electric bird.

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 29/10/2017
›› Commérages : 149
›› Pseudo : Sashamour
›› Célébrité : Cara Delevingne
›› Schizophrénie : Sasha+Draven+Axel
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: What the hell are you fucking doing here ?! •• Harley ✻ ( Sam 11 Nov - 10:58 )





Harley + daddy
«What the hell are you fucking doing here ?»
Quatre heures du mat putain ... ! Si on m'avait dit que c'était comme ça qu'on comblerait mon souhait plus tôt dans la soirée, moi qui ne savais vraiment pas quoi foutre pour m'occuper le reste de la nuit ou du moins une partie, en partant de chez Alejo. Installée entre deux buissons pour m'abriter du froid, je regarde cette photo sur laquelle tu figures aux côtés de maman. Son sourire à elle me réconforte un instant. On dirait qu'elle me parle à travers ce cliché comme pour me dire" ai confiance". Mes doutes s'échappent pour ainsi dire définitivement au fil de tes mots et de tes réactions que je me remémore par rapport à un moment plus tôt lorsque nous étions en cellule. Ton "je ne pouvais pas", me trotte encore en tête et me trouble, suscitant pas mal d'interrogations en moi. Pourquoi tu ne pouvais pas au juste ? Qu'est-ce qui t'en a empêché ? J'ai le sentiment que derrière ce qui pourrait s'expliquer comme une inquiétude naturelle, après tout qui n'aurait pas le trac à l'idée de rencontrer sa môme après toutes ces années, il y a finalement autre chose ou du moins, quelque chose en plus. La façon dont tu l'as dit a sonné sur l'instant comme si quelque chose t'avait bloqué malgré toute ta volonté.
De toute façon, ce n'est pas en me tourmentant avec toutes ces interrogations que j'apaiserais mes doutes. Autant t'y confronter directement à ta sortie. Enfin sans forcément te sauter dessus de suite avec tout ça. La fatigue a eu bien trop raison de moi entre temps pour que je trouve encore la force de te harceler de questions. Quoi que me connaissant ... . Mais bref, nous verrons bien. Faut-il déjà que tu sortes.

Les minutes semblent défiler à une lenteur de tortue - clin d’œil mode ON - mais finalement après un temps, je te vois bientôt sortir. Je suis tellement "out" un instant que je ne trouve pas la force de me relever tout de suite et je t'observe alors un court instant en me demandant si tu cherches après moi à ta façon de regarder autour de toi. Tu secoues la tête l'air contrarié, sans me voir alors que je suis bien dissimulée entre les buissons. Je ne sais pas ce qui me retient alors que j'ai envie de t'interpeller sur le moment. Après tout, j'ai volontairement attendu après toi. Suis-je curieuse de voir si tu vas me chercher ? Ou peut-être finalement aller te poser sur le trottoir ou contre un mur en te prenant la tête dans les mains, en proie à un chagrin manifeste ou quelconque sentiment qui fasse alors tilt chez moi. Est-ce que je veux te voir en proie à un certain mal-être pour mieux me convaincre que notre rencontre t'as touché ? Oui sans doute.

Finalement, tu t'éloignes et mon cœur se serre malgré moi. Tu es là à quelques mètres et moi j’hésite encore. Pourquoi ? Bon sang pourquoi je reste inerte de la sorte ?! Ta démarche semble nerveuse. Je me demande ce qui se passe dans ta tête. Tu donnes bientôt un coup de pied magistrale dans une poubelle, qui témoigne d’une certaine frustration ou colère. Celle-ci s'écroule sur le sol en déversant une partie de son contenu dans un vacarme métallique. Tu poursuis ton chemin en boitillant un peu. T'as du te faire mal. Et alors que je te vois t'éloigner de plus en plus du poste, je commence à me dire qu'il est peut-être trop tard pour te rattraper. Mais tu reviens soudain sur tes pas et tu remets la poubelle en place. Le maigre espoir qui s'était fait une place en moi l'espace d’une seconde en imaginant que tu t'apprêtes à retourner au poste pour demander après moi, s'efface alors. Je déteste ce sentiment d'espoir qui me colle à la peau depuis toute môme. Celui là même qui m'a appris à me renforcer avec le temps et qui malgré tout parfois, quelque soit la façon dont je cherche à m'en protéger, me frappe de plein fouet à l'occasion, un peu comme ça lui chante.

Pourtant, malgré ce sentiment de déception, je me décide enfin à me redresser et je viens alors dans ta direction, mains dans les poches, dos légèrement courbé et la capuche de mon sweat rabattu pour me protéger un maximum du froid du petit matin. Il faut encore nuit. J'aime l'atmosphère particulière qui gagne les rues à cette heure. C’est comme si on était pour ainsi dire seul au monde. Tu sembles surpris alors que je relève les yeux sur toi en m'approchant.

" J'croyais que t'étais rentrée chez Beny."

- C’est pas le cas, tu vois ... , ne sus-je que répondre sur l'instant, un peu mal à l'aise.

Je détourne un instant le regard, enfonçant un peu plus les mains dans mes poches. J'observe quelques secondes la poubelle dans laquelle tu as cogné un peu plus tôt.

- Tu as cogné dedans de frustration de ne pas me trouver ou de m’avoir rencontré ? lançais-je sans réfléchir à l'impact de mes propos et à la façon dont ils se font la malle hors de ma bouche alors que je voulais garder cette réflexion pour moi. Pourtant, tu m'as bien dit que tu désirais me rencontrer et me guettait à chaque coin de rue depuis ton arrivée. ma question est con mais ça a été plus fort que moi.
Je t'adresse un léger signe de tête pour te faire signe de marcher avec moi plutôt que de rester plantés là. Mon regard s'obstine pendant un temps à se river au bitume mais au fur et à mesure de notre marche, j'ose quelques regards vers toi. L'émotion pointe parfois limite au bord de mes yeux alors que je ne peux m'empêcher de détailler ton visage et ton allure.

- Je t'avais à peu près imaginé dans ce style avec l'âge, lâchais-je alors que je songe à tout ce que j'ai pu me questionner sur la façon dont tu avais du changer avec les années. Le style vestimentaire toutefois un peu moins ... hum ... à la ramasse disons. Je ne m'attendais certes pas à te rencontrer vêtu d'un costard trois pièces mais pas non plus comme ça.

Ce trouble et ce malaise en moi m’agacent et me frustrent au fil des pas. Je m'arrête soudain après un instant et passe mes mains sur mon visage.

- Fais chier ! Je déteste ça ! Ce putain de malaise entre toi et moi ! Merde, ça me gonfle ! Je sais pas comment réagir, je te balance des conneries sans réfléchir, j'ose à peine te regarder !! Fais quelque chose ! Je déteste me sentir aussi mal à l'aise avec quelqu'un, m’emportais-je toute seule.

Enfin pas quelqu'un. Toi ! Parce qu'avec les autres gens, si un truc m’agace, je n’ai qu'à me casser après tout. Enfin ça dépend du contexte mais je m'impose peu de choses en général sauf si j'y suis forcée. Et là c'est comme un appel à l’aide. Je me sens horriblement mal. Je ne sais plus que faire de moi-même. J’en marche même bizarrement comme si je titubais légèrement, comme si dès que je m'approchais un peu trop de toi en marchant, j'avais ce réflexe de soudain m'éloigner. Comme si la proximité pouvait me filer un coup de jus.
Je donnerais tout pour avoir Beny ou Alejo là tout près pour foncer directement entre leurs bras et trouver réconfort et sécurité. Je n’ai même pas la force de parer à la situation en manifestant colère ou rancœur. J’ai besoin de réconfort, je me sens faible, et déstabilisée par tout ça. J'aimerais retrouver un instant cette répartie ou ces attitudes qui m'ont protégé jusque là mais je ne peux pas. Je ne peux pas ... et toi non plus tu n'as pas pu ... comme tu l'as si bien dis plus tôt en cellule alors que je voulais comprendre pourquoi tu n'étais pas venu me trouver plus tôt. Encore ces doutes ... .


©️ 2981 12289 0



This is what you want, this is what you get !
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 517
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: What the hell are you fucking doing here ?! •• Harley ✻ ( Mar 21 Nov - 19:53 )

What the hell are you fucking doing here ?!
Tony & Harley
Ce n'est pas le cas.
Je fais à peine un sourire pincé. Je hoche la tête et puis voilà. C'est tout.

Ouais, c'est tout.
Non mais je sais que je peux faire mieux. Si je parle, je sais que je n'aurai rien de mieux à dire juste "ah ok" et c'est tout, c'est encore pire ! J'aide pas à détendre l'atmosphère, voilà que tout devient calme entre nous et que ça commence à puer... Ah oui, c'est vrai, j'ai pas remis les déchets qui sont étalés par terre. Je suis ton regard avant de surprendre ta question et j'adopte malgré moi un air blasé. " Putain, tu m'as même vu défoncer la poubelle. Mais t'étais cachée ou quoi ?!" Je vois ton regard, avant que tu me dises que tu t'étais cachée dans les buissons, je les cherches du regard, mais je ne les trouve pas. Voilà qu'elle m'oblige à remettre mes lunettes de soleil, sérieux... ! Ah ouais, y a des buissons. J'avais pas titlé... Mais... Qu'est-ce que tu foutais ? Non, j'veux pas savoir toute compte fait. Quoi ? J'ai pas répondu à ta question ? T'as bien l'air d'être déterminée à avoir la réponse, que je me suis même sûr que tu me laisserais même pas partir sans avoir la réponse. " Elle m'agaçait, c'est tout..." Oui on l'aura cru, la poubelle rien que par sa présence, elle m'agace. Faut croire... Y a bien quelque chose qui ne tourne pas rond dans ma caboche, ça ne devrait pas m'étonner d'ailleurs. Je soupire et fais un geste vague de la main pour te désigner. " 'Fin ça m'agaçait en fait. Que je t'ai rencontrée dans ces circonstances-là et j'ai pensé que tu t'es barrée chez Beny." En gros, j'ai cru que j'ai laissé passé la chance. Sérieux j'fais pas bonne figure à insulter les flics qui passent et à être bourré comme ça devant toi, en guise d'office de rencontre. Franchement, je me sens super con.

Je hausse les épaules et on se met à marcher en silence. On n'a pas eu envie de planter nos mains dans les déchets pour les remettre dans la poubelle, y a quelqu'un qui est payé pour ça et qui aura tout le loisir à faire. Les mains dans les poches, je suis en train de m'arracher la peau de mon pouce discrètement et nerveusement. Putain, j'aurai jamais cru ce matin même que je marcherai aux côtés de ma fille là. C'est juste pas possible, je dois vraiment être bourré comme un trou pour que je me mette rêver de nos retrouvailles ! Pourtant tout à l'heure, je me suis bien assuré qu'elle n'était pas un mirage. Tout est vrai.

Bah putain.

Des fois, j'avoue que je pige pas à la vie, mais là, y a des moments où je suis grave perdu. Je ne sais tellement pas quoi lui dire, je n'étais pas prêt. J'ai eu le temps d'imaginer pas mal de situation, mais faut que ce soit ... Je te regarde, les sourcils arqués. " Ah ouais ?" Je penche un peu la tête en mode, oh bah cool alors... Quoique, le presque j'imagine que c'est en rapport avec ma tenue... Un simple gilet avec capuche, un jean un peu trop usé et les chaussures, on n'en parle pas. Ouais bah écoute, j'suis pas friqué comme Beny l'est. J'ai pas un panel de vêtements moi et faut que je remercie Olivia pour m'en fournir quelques uns à ma carrure. Je soupire " T'sais, c'est pas le cas pour ma part, enfin si... Je t'imaginais carrément comme ça niveau maquillage. Ta mère m'a dit que t'avais mon caractère, je dois avouer qu'elle a grave raison... La tenue par contre, t'as des goûts douteux. J'approuve pas le choix de sortir en pyjama."

Après, c'est le silence et on continue à marcher. Je sens le malaise monter et je ne sais même pas où est-ce qu'on va surtout. On marche comme ça et franchement, à ce rythme on aura visité toute la ville jusqu'à la prochaine soirée ! Nan, vais me démerder pour qu'on aille sur la rue où nous vivons tous les deux. Même si moi, c'est plutôt provisoire...! Je m'arrête subitement quand je te vois un peu plus loin, arrêtée. Je me retourne totalement et j'assiste à ton pétage de plomb.

" Je fais quelque chose merde ! J'essaye ! Mais c'est pas évident de te parler comme si on parlait du beau temps !" m'emportais-je aussi, la pression qui relâche. Quoique beau temps au milieu de la nuit, j'aurai pu trouver mieux, mais j'y peux rien. Les répliques sont sorties toutes seules ! "Au moins t'as les couilles de dire que ce malaise te gonfle !" Parce qu'honnêtement moi aussi ça me gonfle ! Je soupire bruyamment et passe la main sur le front avant de la passer à la barbe. Le silence retombe et je te vois mal à l'aise, les bras croisés contre ta poitrine... J'saurai pas l'expliquer, mais je ressens ce que tu ressens, mon coeur bat bizarrement à cette réalisation. Je ne sais tellement pas quoi faire que j'ai arrêté de réfléchir et j'ai laissé mon coeur agir à la place. Je m'approche de toi, juste pour mettre la main sur ton épaule. Je ne vais pas plus loin que ça, je sais que dans le fond, tu vas me repousser. Alors la main sur ton épaule, c'est parfait... En plus, je ne me reconnais pas dans ce geste. 'Fin vous voyez, j'suis pas le genre super tactile moi, sauf pour frapper ou encore plaisanter. Sauf que j'ai pas envie de te frapper et la plaisanterie... Bah c'est pas le putain de bon moment. " Hey kid..." te dis-je avant d'être bloqué... Parce que ouais, c'est un bon début, mais je sais pas comment le continuer. Franchement : père de l'année, je gagnerai haut la main. Je croise ton regard et je soupire encore. " Il va nous falloir être patient. Je sais pas pour toi, mais moi, c'est vraiment pas mon point fort. Mais il le faut... Les choses ne peuvent pas revenir à la normale du jour au lendemain et je suis conscient que c'est de ma faute, mais je compte bien rattraper tout ça. De plus, je sais que t'vas bientôt repartir pour tes études à New-York, moi je resterai toujours là et je t'attendrais ici, il me faudra plus qu'une riche héritière ou une arme de flics pour me bouger de là." Je fais à peine un sourire pincée en repensant à ces clowns que j'ai dû croiser jusqu'ici. Faut croire que la vie a de bonnes surprises.


electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: What the hell are you fucking doing here ?! •• Harley ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

What the hell are you fucking doing here ?! •• Harley

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Police & Firefighter department cap harbor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération