Just a couple of hotheaded fools. (Simone & Pio)

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Lady Gio ‹ oh you shake it up baby

❝ Family don't end with blood ❞
Lady Gio ‹ oh you shake it up baby
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 23/06/2017
›› Commérages : 812
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Michael Fassbender
›› Schizophrénie : Joan Pryce (Italia Ricci) ≈ Asher James (Taron Egerton) ≈ Eliza Nelson-Riley (Natalie Portman)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Just a couple of hotheaded fools. (Simone & Pio) ✻ ( Dim 5 Nov - 0:00 )



✻ ✻ ✻
Thor: We're the same, you and I. We're just a couple of hotheaded fools. — Hulk: Yes, same. Hulk like fire, Thor like water. — Thor: We're both like fire. — Hulk: Hulk like raging fire. Thor like smouldering fire.

Pour une fois, Giovanni est de bonne humeur. Au grand dam de Gemma, qui est malheureusement forcée de subir un réveil particulièrement mouvementé. Logiquement, elle devrait se réjouir de voir son mari ainsi. Depuis quelques temps, et ce n’est une surprise pour personne désormais, Gio n’est plus le même. Il y a quelque chose de différent en lui, quelque chose que Gemma n’a jamais pu comprendre ou expliquer. Ce n’est pas faute d’avoir essayé ! Déchiffrer ce qu’il se passe véritablement dans la tête de Gio est impossible. À une époque, c’est ce qui lui avait plu, à Gemma. Ce côté un peu secret qui le rend imprévisible, mystérieux. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Elle aimerait qu’il lui parle, histoire de savoir à quoi s’en tenir. Parfois, il se comporte comme si Gemma était une épouse abominable, incapable de le rendre heureux. D’autres fois, il lui prouve qu’il serait prêt à se jeter sous un train pour elle. Il souffle le chaud et le froid, peut-être sans en avoir conscience. Gemma n’en sait rien, et elle est épuisée. Elle fait de son mieux pour que Gio soit heureux, elle se montre patiente, lui laisse tout l’espace dont il a besoin pour se retrouver. Mais ça ne suffit pas, et plus les jours passent, plus elle voit son mariage lui glisser entre les doigts comme du sable fin. Le pire, c’est d’admettre que ce n’est plus elle qui le rend heureux. Ses dernières vacances en compagnie de Cassiopée lui ont fait un bien fou, et Gemma est persuadée que si elle était partie avec lui, il n’aurait jamais eu l’air aussi épanoui. Elle est jalouse et elle lui en veut. Elle ne le pensait pas capable de s’envoler vers l’Italie avec l’une de ses plus grandes amies, sans une once d’hésitation. Gemma lui a dit que ça ne la dérangeait pas, persuadée qu’il n’oserait jamais partir avec une autre femme qu’elle. Il l’a fait, pourtant. Et il n’a même pas cherché à cacher sa joie.

Gio est revenu depuis quelques jours seulement. Gemma a volontairement instauré une certaine distance entre eux, dans le seul et unique but de le faire réagir. Ça le blesse de voir qu’il ne s’en rend même pas compte. Il lui a raconté ses vacances sans omettre le moindre détail, assez peu perturbé par l’indifférence dont a fait preuve sa femme. À chaque fois qu’il parle de Cassiopée, son cœur se serre. Depuis toujours, la brune est dans la vie de son mari. Elle ne s’est jamais sentie en compétition face à elle, parce que Gio a su clarifier la situation dès le départ. Gemma et Cassiopée ont toujours entretenu une bonne relation, aucun conflit n’est venu les déranger. Mais Gio a toujours eu cette façon un peu étrange de parler de Cass. Comme si c’était elle, la femme de sa vie. Leur relation a évolué. Ou peut-être que Gemma était trop aveuglée pour reconnaître que son mari avait un lien particulier avec une autre femme. Toujours est-il que son égo en prend en coup, et devoir faire face à un Gio de bonne humeur l’agace fortement. D’où son attitude exécrable. Lorsque Giovanni l’entraîne dans une danse endiablée, elle se défait de son emprise avec force en exprimant tout son mécontentement. « Eh bah… J’en connais une qui s’est levée du mauvais pied ! » Qu’il fait, un sourire inscrit au coin des lèvres. Gemma, elle, lui lance un regard noir. Ce n’est définitivement pas le moment de plaisanter. « Okkkkk. J’ai fait quelque chose de mal ? » Elle pousse un soupir d’exaspération avant de quitter la cuisine au plus vite pour s’enfermer dans la salle de bain. Gio, déterminé comme il est, la suit jusque derrière la porte. « Gemma ? » Gio est plongé dans l’incompréhension la plus totale. À ses yeux, il n’a rien fait de mal. « Qu’est-ce qu’il se passe ? Ouvre-moi, s’il te plait. » Gemma ne répond pas. Quoi qu’il dise, elle ne bronche pas. Et Gemma est au moins aussi têtue que lui. Gio comprend qu’il n’obtiendra rien d’elle si elle n’en a pas envie. Probablement qu’il l’énerve davantage à ne pas comprendre pourquoi elle est fâchée. « Prépare-toi, on va être en retard chez tes parents. » Dit-elle finalement en sortant de la salle de bain telle une furie. Gio n’a pas le temps de répliquer, elle l’agresse presque pour qu’il se dépêche. En bon mari qu’il est, il obéit sans chercher à comprendre ce qu’il lui arrive.

Après un trajet particulièrement désagréable et silencieux, Gemma et Gio arrivent enfin chez les parents Esposito. C’est un soulagement pour Gio, un peu plus et il se serait jeté hors de la voiture. Du coin de l’œil, il observe Gemma. Son sourire habituel a disparu et clairement, n’importe qui verrait que quelque chose cloche. Gio se râcle la gorge tandis qu’il rejoint ses frères dans le salon. « Salut les moches. » Qu’il fait avec un grand sourire. Maman Esposito frappe très fort dans ses mains et invite ses enfants à venir à table. Durant tout le repas, Gio ne peut pas s’empêcher de fixer Gemma, mal-à-l’aise. Elle ne décroche pas un mot, sauf lorsqu’elle y est obligée, et mange sans jamais relever la tête. Juste en croisant le regard des membres de sa famille, il comprend que cette situation est déplaisante pour eux aussi. Et il se sent impuissant.


I WAS LIGHTNING, before the thunder


Dernière édition par Giovanni Esposito le Dim 12 Nov - 15:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 11/10/2017
›› Commérages : 45
›› Pseudo : Léa - Harmajabb - Mr.Turtle
›› Célébrité : Ryan Gosling
›› Schizophrénie : Anthony Gresham (Jeffrey Dean Morgan)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Just a couple of hotheaded fools. (Simone & Pio) ✻ ( Dim 5 Nov - 19:29 )

Just a couple of hotheaded fools.
Gio & Si'
C'est DIMANCHE !
Dimanche c'est important. Dimanche, c'est mon jour de congé. Dimanche, je ne fous rien, je ne remplace pas, je ne réfléchis pas, je ne cours pas partout, je ne suis pas derrière les demoiselles. Tout ça parce que Dimanche, c'est le jour du Seigneur... Même si je ne crois pas trop en lui, mais voilà, vous avez compris le principe. Dimanche, je ne fais que manger pendant des heures, je prends joyeusement des kilos sous la cuisine de mama. Je retrouve mes frères et ma petite soeur préférée (ça tombe bien, je n'en ai qu'une et le fait que j'ai deux frères, là par contre, ça complique les choses, mais bon là c'est une autre histoire et ils savent très bien que je les aime plus fort les uns et les autres). Alors voilà, je me prépare vite fait, sans trop être vite fait parce que papa n'aime pas quand j'ai les cheveux en pagaille et que je vienne en jogging. Autrefois, il avait confondu en pyjama et mes frères n'ont pas arrêté de se foutre de ma gueule avec ça. Vrai, je les aime bien, mais c'est pas drôle si on ne les déteste pas. Alors voilà... Bon, me suis pas rasé, j'en ai pas envie non plus, j'aime bien piquer un peu les joues de Gino qui râle des fois. J'avoue que je fais exprès de me frotter contre sa joue pour la faire râler, parce que c'est drôle...! Je crois que je suis bien le seul à me laisser pousser un peu la barbe de quelques jours en ce moment, tant que je ne ressemble pas à Merlin l'enchanteur ! Comme l'hiver arrive bientôt, je crois que mes frères vont me joindre au club des barbus et on va tous se frotter contre la joue de Gina haha.

Bon allez. Voilà que je suis prêt, je prends ma voiture pour me déplacer et j'arrive le premier dans la maison. Tant mieux et en même temps normal. Pour avoir de la nourriture et bien faite, il faut cuisiner presque toute la matinée, après ça dépend de ce qu'on fait à manger. Mama a fait la pâte à pizza elle-même hier, alors que je n'étais pas capable de venir faire un petit tour à la maison. J'ai été très occupé ces derniers temps entre mes rapports à faire à cause d'un incendie à la forêt et une bagarre dans un bar. Franchement, ça arrive au mauvais moment et ... Faut croire que j'avais bien besoin de ce dimanche, de retrouver ma famille pour me décompresser !

Alors, j'ai passé la moitié de la matinée à aider mama et à boire son café de sa nouvelle machine à café qui tue. Non sérieux, il fait des cappuccino d'enfer là ! Je ne sais pas comment ils se l'ont procuré, parce que c'est pas donné à tout le monde. J'ai eu trop l'impression que ça ressemblait à la machine à café de Clooney là ! Un truc bien impossible à avoir à mon avis...! Enfin, vais pas vous faire un monologue sur le café, on s'en fout de ça. Voilà. Donc je disais, j'ai passé la moitié de ma matinée avec mes parents avant que Pio n'arrive et voilà, au grand damn de mon père, on part direct sur les plaisanteries avant de parler de nos semaines.

Ma semaine, pas la peine de vous la raconter. Ni de ce qui s'est passé le dimanche soir dernier avec ce rigolo de singe qui m'a bien énervé. Pour l'instant personne ne remarque quoi ce que ce soit, tant mieux peut-être... Mais d'un côté, c'est un peu comme si tout le monde n'avait rien à foutre. Enfin bref. Alors que le plat cuisait bien dans le four, Pio et moi discutions tranquillement dans le salon alors que Gio débarque enfin avec sa réplique mythique. " Oh bah voilà le pustuleux. " réagis-je avec un sourire moqueur avant de le prendre dans mes bras. Je regarde Gemma et lui sourit avant de froncer les sourcils en voyant la tête qu'elle tire. " Eh ça va ? " Et je n'ai pas eu le temps d'avoir sa réponse que mama nous ordonne (oui oui elle nous ordonne sous forme d'invitation, enfin c'est ainsi que je prends les choses moi) d'aller à table.

C'est avec joie qu'on se met à manger, bien que Gino manque à l'appel. Je m'étais installé comme d'habitude, près de Gio et Gem' et je remarque un truc qui cloche depuis tout à l'heure. J'essaye de parler à Gemma mais elle n'est pas très bavarde aujourd'hui. Je regarde mon frère qui est mal à l'aise et qui ne sait pas quoi faire. Bon y a un truc qui cloche. Je lance un regard à Pio pour chercher une sorte de confirmation, si c'est bien ce qu'on pense tous les deux. Je sais que Pio me dit qu'il faut que je me réfrene et que ça ne sert à rien de titiller mon frère là-dessus. Mais là, chiasse, moi j'en ai marre de faire mon petit frère aveugle et qui fait comme si tout va bien alors que ça crève les yeux que rien ne va ! J'attends un peu, Pio décide d'aider mama dans la cuisine pour le dessert alors, je me retrouve tout seul avec mon frère et Gemma, mon père au bout de la table.

Je lâche un gros soupir face à ce silence et dépose ma serviette sur la table dans un geste un peu trop brusque, ma semaine a été pourrie et ça tout le monde le sait. Pas la peine de ramener la mauvaise humeur je sais je sais, mais là Gio semble faire pareil : il ramène la mauvaise humeur à Gemma. Y a un truc qui va pas du tout. Il est parti en Italie récemment, mais sans sa femme. " Ok. Là ça va plus. Moi aussi j'ai passé une semaine de merde, mais c'est pas pour autant que je ramène ma mauvaise humeur ici. Est-ce que vous allez me dire ce qui va pas ? Votre chat est mort ? C'est pas vous qui avez un chat ? Si ? Une BD a disparu ? Gio t'as pris toute la couette ? Ca lui arrive ça, il est intenable quand on dort avec lui." Je hausse les sourcils et lui adresse un regard, je hausse les épaules avec un air innocent. Je me souviendrais toujours de cette nuit où on a dû partager le lit pendant les vacances. Enfin si on peut appeler ça un lit.
electric bird.




Mais oui mais oui Simone...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 05/11/2017
›› Commérages : 30
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Aaron Tveit
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) - Sarah Mille (Zooey Deschanel) - Helena Lewandowski (Elodie Yung)
›› more about me

Re: Just a couple of hotheaded fools. (Simone & Pio) ✻ ( Sam 11 Nov - 14:57 )












Le dimanche comme je ne travaillais pas, j'avais une routine bien installée. D'ailleurs si quelqu'un voulait me tuer parce que je l'avais offensé, le dimanche était sa meilleure occasion. Depuis trois ans je faisais exactement la même chose. Je me levais, je me lavais et j'allais au cimetière. Jessica était morte depuis trois ans, contrairement à moi, ses parents ne venaient lui rendre visite que deux fois par an. Avant j'allais la voir tout les jours, j'y restais des heures debout sans rien faire ni rien dire. Puis je me suis rendu compte qu'il fallait que je passe à autre chose, que je la laisse vraiment partir, mais pas totalement. Maintenant je n'y vais que le dimanche matin pour lui raconter ma semaine. Lui donner des nouvelles de la famille – même si je ne voyais plus la sienne – lui dire qu'au final presque rien n'avait changé et qu'elle me manquait toujours autant. Quand je rencontrais quelqu'un ou que je passais la nuit avec une femme je lui racontait aussi. J'avais mis du temps à passer à cette étape, mais aujourd'hui je pouvais sortir, embrasser une autre femme sans me sentir coupable par rapport à Jessica. Au final, quand je venais lui parler, c'était comme si je parlais à ma meilleure amie et non à mon épouse morte. Alors oui elle ne pouvait pas me répondre, mais je la connaissait tellement par coeur que je pouvais deviner les réponses qu'elle aurait pu me faire. Venir la voir c'était mieux qu'une thérapie et puis au moins sa tombe était toujours décoré avec coup. Mes petites histoires terminée, je la quittais pour aller prendre le café avec mon collègue. Etre gardien du cimetière n'était pas le job où on pouvait parler le plus et je savais que Bill le vivait plutôt mal. En même temps il était jeune. Pas que j'étais vieux pour ma part, mais je pouvais rester des heures dans le silence sans que ce soit un véritable problème. Ou alors je parlais tout seul.
Le café terminé, il ne me restait plus qu'une étape à ma routine. Aller chez mes parents pour le fameux repas du dimanche. Le repas du dimanche, je ne le louperais pour rien au monde, même quand j'étais au plus mal et que je traînais ma tristesse et ma dépression autour de moi, j'y allais quand même parce que cela me faisait du bien. A cette époque j'avais apprécié que Gio et Simone ne prennent pas de gant avec moi, qu'il ne me considère pas comme une petite chose fragile qui allait craquer et s'effondrer à tout moment. Alors oui je craquais souvent, mais j'avais toujours été susceptible et j'aurai mal vécu qu'ils ne se comportent pas normalement.

En arrivant j'embrassais ma mère tout en humant les bonnes odeurs qui s'échappaient de la cuisine, c'était juste divin et j'avais déjà faim. Quand j'allais dans la cuisine pour saluer Simone et mon père qui était en train de l'aider, je me faisais taper sur la main au moment où j'avais voulu piquer un peu de bouffe. Simone pouffa et maman leva les yeux au ciel. Oui on était irrécupérable. Parce qu'il n'y avait plus de place pour nous en cuisine, on nous envoya Simone et moi dans le salon. On était tout calme tout tranquille à discuter, jusqu'à l'arrivée de Gio et ses fameuses gentillesse. « Parle pour toi, je me sens particulièrement beau aujourd'hui » On aurait pu continuer comme ça pendant longtemps, mais Maman avait décidé qu'il était l'heure de manger. Je me précipitais pour prendre place à table, trop impatient de manger.
Étonnement le repas se passe dans le calme absolu, et pas besoin d'être devin pour savoir que quelque chose cloche entre Giovanni et Gemma. Plusieurs fois Simone a essayé de lui parler, d'essayer de comprendre, mais elle répondait avec le moins de mot possible. Captant mon regard je haussais les épaules en signe d'impuissance. Peut-être que c'était le moment de faire une blague pour détendre un peu l'atmosphère ? J'en avais entendu une très bonne dans la semaine. Ou alors peut-être que j'allais d'abord me resservir et après raconter ma blague. Ouais c'était mieux dans ce sens. Et parce que je n'étais pas l'homme le plus courageux du monde, plutôt que de demander à Gio ce qui se passait, je préférais aider Maman à débarrasser la table. Simone dont le courage n'est plus à prouver lui n'hésite pas à mettre les deux pieds dans le plat. De toute évidence lui aussi n'est pas forcément d'humeur très joyeuse. Il essaye de trouver la raison de la mauvaise humeur du couple Esposito. Même si ça me fait sourire, j'ai des doutes qu'une histoire de couette soit à l'origine de tout ça. « Dans le genre voleur de couette t'es pas mal aussi » Je ne comptais plus le nombre de vacances où on avait du partager un lit et donc une couette. Donc c'était fort de chocolat d'accuser Gio pour ça. « Gemma tu veux que je te fasse un câlin pour que ça aille mieux ? » J'ouvrais grand mes bras, pour ne rencontrer que le vide. Je me sentais légèrement vexée. Il était donc temps de passer aux choses sérieuses. [color=indigo] « Si personne ne parle pas dans les 2 minutes qui suivent, je vous balance toutes les blagues que j'ai en stock. » Et j'en avais en stock, j'en avais même apprise des nouvelles cette semaine que j'étais impatient de pouvoir raconter. « Ca vaut pour toi aussi Simone. Quand tu passes une semaine de merde tu en parle. Le dimanche c'est fait pour ça » On pouvait même s'isoler dehors ou dans le salon pour que les parents n'entendent rien s'ils voulaient. « Même si vous décidez de parler avant la fin du temps je peux quand même raconter une blague ? » Heureusement qu'il n'y avait plus grand-chose à table, sinon j'étais presque sûr de me prendre quelque chose à la figure. Je me tenais prêt pour l'esquive au cas ou.



lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lady Gio ‹ oh you shake it up baby

❝ Family don't end with blood ❞
Lady Gio ‹ oh you shake it up baby
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 23/06/2017
›› Commérages : 812
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Michael Fassbender
›› Schizophrénie : Joan Pryce (Italia Ricci) ≈ Asher James (Taron Egerton) ≈ Eliza Nelson-Riley (Natalie Portman)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Just a couple of hotheaded fools. (Simone & Pio) ✻ ( Mar 14 Nov - 19:25 )



✻ ✻ ✻
Thor: We're the same, you and I. We're just a couple of hotheaded fools. — Hulk: Yes, same. Hulk like fire, Thor like water. — Thor: We're both like fire. — Hulk: Hulk like raging fire. Thor like smouldering fire.

La journée aurait pu bien se passer si Gemma n’avait pas décidé d’être désagréable. Un dimanche ordinaire chez les Esposito, un repas de famille convivial, des discussions joyeuses et une maison envahie de rires. Malheureusement, rien ne se passe comme d’habitude. Le repas est, pour Gio, un véritable supplice. Il n’ose pas prendre part aux conversations, bien trop préoccupé par l’humeur dévastatrice de sa femme. Il la sent crispée, tendue, en colère. Il ne la connait que trop bien, à vrai dire. Mais peut-être pas assez pour comprendre exactement ce qui la tracasse. Il a hâte de partir, hâte de rentrer chez lui pour ne plus avoir à supporter cette atmosphère lourde et pesante qui gâche la réunion familiale habituelle. En revanche, il ne sait pas s’il aura l’audace de se confronter à Gemma. Pour une raison qu’il ignore, il sent qu’il est le principal responsable de sa mauvaise humeur. Il a cette désagréable impression d’avoir fait quelque chose de mal, sans pour autant être capable de mettre le doigt sur le problème exact. Et il a peur de connaître ses fautes, il a peur de se sentir encore plus médiocre qu’il ne l’est déjà. Bien que la situation soit particulièrement déplaisante, Gio ne prévoit pas de régler le souci aujourd’hui. Un mécanisme de défense automatique, plutôt typique de la nature humaine. Il oublie cependant que ses frères, en particulier Simone, n’ont pas la même façon de fonctionner que lui. Alors lorsqu’il décide de mettre les points sur les i avec le couple, Gio se sent complètement désemparé. Il porte une main à son front et baisse la tête. Il le hait. Il aurait préféré que son frère le prenne à part, comme il sait si bien le faire.

Pio décide de se joindre au débat, accusant Simone d’être lui aussi un voleur de couette. Quand bien même Gio soit tenté de rire, il ne le fait pas. Le sang lui monte aux joues, jusqu’aux oreilles, signe de son malaise. « Ca ira, Pio. » Refuse Gemma, sur un ton glacial. Pendant deux brèves secondes, Gio s’imagine déjà le pire. Il s’attend à ce que sa femme vide son sac, à ce qu’elle l’accable d’un million de reproches. D’un côté, il est le premier à vouloir savoir. De l’autre, jouer les autruches ne le dérangerait pas le moins du monde. Pourtant, elle a la décence de ne rien dire. Gemma a toujours été un peu pudique quant à leur mariage. Ce n’est pas le genre de femme à exposer aux grands jours les problèmes auxquels le couple doit quotidiennement faire face. Au contraire, elle considère que ces choses-là sont personnelles. A la rigueur, elle n’en discutera qu’avec la mère de son mari. Face au silence général, Pio prend les devants. « Je veux pas te vexer mais à force, on les connait toutes tes blagues. » L’aîné des Esposito attrape son verre de vin pour en boire une longue gorgée. Il capte brutalement que la blague de Pio pourrait éviter la troisième guerre mondiale. « Enfin cela dit, si tu veux en raconter une, je t’en prie. Ne te retiens surtout pas ! » Qu’il fait alors, presque sous l’effet de panique. Agacée, Gemma lève les yeux au ciel. Elle termine son verre d’un trait et se lève bruyamment, toujours sans rien dire. Elle disparaît dans la cuisine, laissant l’occasion aux hommes de la famille de discuter entre eux. « Tu vas nous dire ce qu’il se passe ? » Cette fois, la question vient du père. Il ne prend pas de gants, il pose la question que tout le monde se pose silencieusement depuis le début du repas. Gio le fixe, tout en ayant l’impression de n’être qu’un gamin de 5 ans. Puis il hausse les épaules. « Je sais pas. Elle a peut-être mal dormi ou… Enfin, elle m’a dit qu’elle avait eu une semaine compliquée. » Brode-t-il en fuyant le regard de Maurizio. Gio ne s’en sortira pas comme ça, il le sait.

« Pardon ? J’ai mal dormi ? J’ai eu une semaine compliquée ? » Gemma est de nouveau là, à quelques mètres de Gio qui, lui, est assis sur sa chaise. Même s’il est de dos, il sent son regard furieux rivé sur lui. Il sent qu’elle est à deux doigts de déverser toute sa colère. Il se mordille l’intérieur de la joue et observe Simone, Pio et son père, tous trois spectateurs. Gio prend son courage à deux mains et se retourne vers sa femme. Mais il ne sait pas quoi lui dire. Il se contente de la regarder droit dans les yeux. Le chiffon qu’elle tient dans les mains lui paraît tout-à-coup bien menaçant. Gemma secoue la tête, blasée. « Comment tu peux dire que j’ai passé une mauvaise semaine ? Tu m’as jamais demandé. » Crache-t-elle avec rage. « Pourquoi personne ne lui demande comment se sont passées ses vacances avec Cassiopée ? » Doucement, Gio comprend enfin. Comme il l’avait pressenti, tout est de sa faute. Il passe ses doigts sur ses lèvres, réfléchissant à un moyen d’apaiser sa femme. Le temps qu’il met à réfléchir au lieu d’agir fait littéralement fuir Gemma. « Je crois que je préfère rentrer. » Aussitôt, elle jette le chiffon par terre et se précipite vers la sortie. Son père se lève, prêt à rattraper la jeune femme. Gio, lui, ose à peine bouger. Il ne veut même pas se retourner vers les membres de sa famille. « Qu’est-ce qu’il se passe !? » Demande Carmilla en sortant de la cuisine, les sourcils froncés à cause de l’inquiétude et l’incompréhension.


I WAS LIGHTNING, before the thunder
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: Just a couple of hotheaded fools. (Simone & Pio) ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Just a couple of hotheaded fools. (Simone & Pio)

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération