I'm only me when I'm with you ✻ CAMIE

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Love is a mutual torture

❝ Family don't end with blood ❞
Love is a mutual torture
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 13/05/2015
›› Commérages : 5014
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Dylan Flawless O'Brien
›› Schizophrénie : Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario), Sebastian Pryce (Cole Sprouse), Lou Perkins (Selena Gomez)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

I'm only me when I'm with you ✻ CAMIE ✻ ( Lun 13 Nov - 14:18 )

I'M ONLY ME WHEN I'M WITH YOU ✻✻✻ « Je garde ! » Quoi ? Poupée Barbie brune dans la main, tu la dévisages, à bout. C'était le moment rangement et carton, mélangé au tri. Tu avais fait tout un speech a Candice pour lui expliquer que vous partiez vivre chez Charlie. Il lui faudrait donc dire au revoir à Aiden car elle le verrait moins souvent. Cependant, la rouquine continuerai de passer du temps avec ce dernier. C'était même certain. Le Hollister était important dans vos deux vies. Enfin ! Quoi qu'il en soit, pendant que le brun était partie chercher le camion pour tout entasser dedans, tu faisais en sorte de faire le tri, avec Candice, de ses jouets. En ce moment, c'était les poupées. « Je garde aussi elle, elle et elle. Et elle aussi ! » Tous, quoi. « Mais Candy ...  » Mentalement, tu comptes le nombre de Barbie qui sont dans le carton. « T'en as presque trente ! » C'est énorme. Même ces autres amies ne devaient pas en avoir autant. « Toi, t'as pas jeter tes petits livres alors moi je jette pas mes Barbies. » Mais c'est trop pas la même chose. « C'est une collection, Candice. Les Barbies, c'est pas une collection. » Et puis, ces BD, c'était l'amour de ta vie numéro trois ou quatre, voir cinq. Tu sais plus et t'as un peu la flemme de compter. Dans tous les cas, certains de ses ouvrages pouvaient désormais rapporter beaucoup si un jour tu les vendais. Par contre, ces poupées, elles ne valaient plus rien. « JE GARDE ! » Nom d'une pipe. « ON HAUSSE PAS LA VOIX. » C'est clairement un manque de respect et ça sert strictement à rien de s'énerver. « TOI AUSSI TU CRIS ALORS PROUT ! » OH ! La sale bête. Voilà qu'elle te tire la langue, claque son pied à terre et pars en boudant vers la cuisine. Tu finis par lâcher un soupire, fourrer toutes les poupées dans le carton et revient avec ce dernier vers le salon. « Si tu n'arrives pas à tout ranger, tu vas entendre parler du peuple. » Mais que Candice ne se réjouit pas trop, elle a peut-être gagné cette bataille mais il en reste plein d'autres. « Quel peuple ? » Tu lèves les yeux au ciel. « File trier tes robes. Allez ! » C'est pas possible d'être aussi petite et aussi exaspérante à la fois. Sérieusement, tu mériterais une médaille à la fin de l'année. Ton téléphone vibre dans ta poche. Tu décroches sans même regarder qui appelle. C'est finalement Aiden qui demande s'il peut se mettre devant la porte afin de commencer à mettre le plus gros dans le camion. Yep ! Vous arriviez au bout. Plus que les affaires de Miss Thompson la grincheuse et vous seriez bon.

T'avais pas versé de larmes, pas encore, mais t'en étais pas loin. T'avais dit "adieu" à Aiden au pas de la porte, non sans lui faire un énorme câlin et le remercier pour ce qu'il avait fait. Il ne pouvait pas aider davantage, étant de service. Mais t'allais bientôt retrouver Charlie et à vous deux, ça devrait être suffisant pour tout débarrasser. Presque comme prévu, t'arrives aux alentour de quatorze heures Il est juste quatorze heures trente-cinq. C'est la même chose. à la ferme de la blonde. « SMARTIIIIES ! » La petite fille sort en courant du camion pour prendre le chien de Charlie dans ses bras. Ces deux là faisaient la paire. « Hey. » que tu souffles avant d'embrasser les lèvres de ta dulcinée. « J'suis presque pas en retard. » Tu faisais des efforts gargantuesque pour être presque à l'heure. Encore fallait-il que Charlie s'en rende compte. « Le plus gros du camion, c'est les affaires à Candice. Y'a ses anciens placards, ses habits, ses jouets ... » Et encore d'innombrables autres choses qu'elle avait tenu à prendre et que tu n'avais pas réussi à dire non. Assez difficile de refuser quelque chose à cette princesse, surtout quand elle vous explique pourquoi elle veut le garder. « Camou, il voulait pas que je garde tout. » Miss Grincheuse, le retour. « On en avait parlé. Tu pouvais pas tout garder. » Même toi, t'avais pas tout pris. Mais bon, c'était pas non plus comme si tu avais beaucoup de choses non plus. « Je m'en fiche. J'ai quand même mes robes de princesses et mes Barbies. Et tu m'as promis de me racheter des peluches !» Heu ... Non. Il ne te semble pas. Mais Candice est déjà loin quand tu veux répliquer quelque chose. Ton cerveau marche au ralentis aujourd'hui. « J'ai rien promis. » que tu préviens Charlie. Mais elle doit surement pas te croire. « On mange rapidement un truc avant de tout débarrasser ? J'ai pas eu le temps toute à l'heure. Puis tu devais pas me montrer un truc ? » Les agencements de chambres. Ou tes placards à toi. Ou quelque chose dans ce style là.
✻✻✻
CODES (c) LITTLE WOLF.


Like a flower made of iron
Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide i'm not afraid to take a stand, everybody, come take my hand, we'll walk this road together through the storm, whatever weather, cold or warm, just letting you know that you're not alone, holler if you feel like you've been down the same road.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/04/2016
›› Commérages : 582
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : Britt Robertson, la sublime
›› Schizophrénie : Avalon la jolie brune et Noah le romancier a ses heures perdues & Adam, le veto sexy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I'm only me when I'm with you ✻ CAMIE ✻ ( Lun 27 Nov - 23:31 )

I'M ONLY ME WHEN I'M WITH YOU ✻✻✻ « Hmmm, voilà » Elle jeta un dernier coup d’œil à son armoire. « Parfait ». Charlie avait libéré toute une partie de celle-ci pour laisser à Cameron la possibilité de mettre ses affaires. Elle lui avait demandé de venir vivre au ranch, ce qui signifiait quelques aménagements, histoire que la vie soit plus facile pour tout le monde. A vrai dire, la blonde n’était pas trop stressée par cette nouvelle étape dans leur relation.  Au contraire, elle avait hâte que cela commence, aimant de moins en moins les séparations forcées. Maintenant, ils n’auraient plus à faire des allers et retours, ça allait leur facilité la vie. Et puis, ils étaient enfin temps qu’ils se lancent, ils se tournaient autour depuis des années et s’ils continuaient à être aussi lent pour tout, ils n’y arriveraient jamais. En tout cas, la blonde était plus que contente d’avoir réussi à décider Cameron. C’est qu’il pouvait se montrer réfracteur aux nouveautés, mais pour le coup, il l’avait surprise. Elle avait pensé à tort, qu’il prendrait son temps, mais finalement tout était allé assez rapidement, ce qui était loin de déranger la jolie blonde. Un large sourire se dessina sur ses lèvres, tout était fin prêt pour accueillir Cameron et Candice. Quand elle se retourna, Charlie grimaça en voyant Smarties étalés sur son lit. Il dormait sur le dos, les pattes vers le plafond. Hmmm, elle allait devoir apprendre à Smart le partage, ça risquait de s’annoncer compliquer. « Dis, tu te souviens quand je t’ai appris à pas monter sur le lit. » Aucune réaction, Charlie soupira et quitta sa chambre pour partir jeter un dernier coup d’œil dans celle de Candice. Autant dire qu’elle y avait mis le paquet pour que la petite s’y sente comme chez elle, mais vu qu’elles avaient vu ça toutes les deux ensembles, elle n’avait aucune inquiétude à avoir. Ça faisait une semaine que Candice n’arrêtait pas de demander à Cameron, quand ils allaient enfin venir vivre pour de bon chez Charlie. Heureusement pour la jolie petite rousse, le grand jour était enfin arrivé. La blonde arrangea un nounours qui piquait du nez sur le lit de princesse de miss Candy et le redressa. Voilà, tout était fin prêt !

Quelques minutes plus tard, alors que Charlie est en train de regarder un téléfilm de noel totalement bidon, Smarties passe devant elle à la vitesse de l’éclair pour aller aboyer à la porte. La blonde se lève d’un bond et part en direction de la porte pour l’ouvrir. Le chien ne perd pas une seconde et il descend le perron pour partir droit sur Candice et lui léchouiller le visage. Ils sont presque devenus inséparables, un peu plus et Charlie en deviendrait jalouse. Elle laisse Candice et Smart à leur retrouvaille et part en direction du brun. « J’ai presque faillit changer d’avis» laisse t’elle échapper avant de rajouter. « 5 minutes de plus et tu serais resté dehors. » Ou pas ! Tout sourire, elle répond à son baiser avant d’attraper un carton. « Je vais t’aider. Miky est pas là, elle est partie s’entrainer avec sa jument. » Ce qui leur laisser la maison pour le week end. « C’est normal, c’est une fille. » A cette remarque, Candice sourit. « Tu vois même Charlie, elle le dit. » Bha oui, elle n’allait pas voyager sans ses robes de princesse. « T’inquiète pas Candice, tu as plein de peluches dans ta chambre. » Parce que oui, la blonde était géniale et qu’elle avait prévu le coup. Elle en avait pas acheté une quinzaine, mais entre ce qu’elle avait déjà et les petites nouvelles qu’elle avait trouvées durant la semaine, Candice avait le choix. « Va voir ! » La petite ne se fit pas prier et s’élança à grandes enjambées en direction de sa chambre, Smarties sur ses talons, inséparable ces deux-là. « Même si tu n'as rien promis, je te connais, tu vas craquer… » Elle enroule tendrement ses bras autour de son cou pour l’embrasser de nouveau alors qu’ils rentrent dans la maison. « Et moi j’adore quand tu craques ! » Qu’il note bien ça dans un petit coin de sa tête, ça pourrait lui resservir plus tard. « C’est pas possible, t’as toujours faim ? » Ah les mecs, des estomacs sur pattes. « J’ai fait des pâtes à la tomate. » Rapide pas cher et en plus délicieux. Si elle avait des choses à lui montrer, oui, et pas qu’un peu. « Ouii, viens !!! » Bon bhé ils mangeraient plus tard, elle allait lui faire le petit tour du propriétaire. « J’ai un peu arrangé ma chambre. » Un peu était un euphémisme, elle avait tout changé, histoire que Cameron puisse aussi s’y sentir chez lui. Elle avait enlevé tous ce qui faisait chambre « d’enfants » pour quelque chose de plus sobre, de plus adulte. Par contre, son mur photos était toujours en place, mais lui, il ne partirait jamais. Et elle avait aussi choisi pour des draps sans chevaux… ce n’était pas plus mal d’ailleurs. « Et je t’ai fait de la place ! » Rapidement, la blonde ouvre son armoire pour que Cameron puisse voir la partie qui lui est dédiée.  « C’est pas énorme, mais on pourrait peut-être faire un dressing, ça serait plus pratique. » Et plus grand aussi, elle avait de la place sur un des côtés de sa chambre, ça se réfléchissait. « Alors t’en penses quoi ? » Il avait intérêt à aimer, parce que sinon, ce soir, il dormirait dehors !

✻✻✻
CODES (c) LITTLE WOLF.


Never Grow Up
⊹I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun.
(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Love is a mutual torture

❝ Family don't end with blood ❞
Love is a mutual torture
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 13/05/2015
›› Commérages : 5014
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Dylan Flawless O'Brien
›› Schizophrénie : Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario), Sebastian Pryce (Cole Sprouse), Lou Perkins (Selena Gomez)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I'm only me when I'm with you ✻ CAMIE ✻ ( Mer 6 Déc - 20:56 )


I'M ONLY ME WHEN I'M WITH YOU ✻✻✻ Et voilà. Tu devais dire adieu à ta deuxème demeure pour prendre possession de la troisième. Dire que tu avais mis des années avant de réussir à partir de la maison familiale et là, tu écrivais deux chapitres de ton histoire en à peine un an. Ça fait étrange. T'as l'impression qu'avec un seul claquement de doigt, tout a basculé. Dans le bon sens, heureusement ! Puis ce déménagement allait être positif, pour toi, pour Candice, pour Charlie. Vous alliez vous retrouver tous ensemble avec Smarties, les chevaux, sans oublier Makayla. Ça ne pouvait qu'être amusant. Bien-sûr, t'avais un peu de mal à laisser derrière toi ces soirées télé, pizzas, jeux vidéos que vous faisiez de temps en temps avec Aiden. Vivre ensemble vous avez rapproché comme jamais. Tu ferais en sorte de ne pas l'oublier, de passer du temps avec lui malgré ses nouvelles responsabilités qui arrivaient. Tu penserais à cela plus tard. Tu viens de te garer devant chez Charlie avec un peu de retard. Pas de quoi la faire paniquer. « J’ai presque faillit changer d’avis » Sérieux ? Tu prends un air offusqué. « 5 minutes de plus et tu serais resté dehors.» Tss. « Tu l'aurais pas fait. » Tes lèvres s'étirent et tu te dépêches de prendre possession des siennes avant qu'elle ne change d'avis et te laisse véritablement passer la nuit dehors. De un, tu mourrais de froid si c'était le cas. De deux, tu ferais des crises de panique en puissance à cause de toutes les petites bêtes qui viendraient te tenir compagnie. Hors de question que cela t'arrives. « Je vais t’aider. Miky est pas là, elle est partie s’entraîner avec sa jument. » Oh ? « On est qu'à trois alors ? » C'est bon à savoir. « Elle est partie s'entraîner où ? » Simple curiosité. Bon, il y avait peut-être aussi moyen que tu envoies l'adresse en toute discrétion afin qu'un jeune blond la rejoigne. Adam et Mikayla avaient sérieusement besoin de parler et autre part que dans une grange. D'ailleurs ... Tes yeux se posent sur cette dernière. Elle a quoi de si particulier, cette grange, pour faire vivre autant de chose aux gens ? D'abord Charlie et toi qui vous avouez votre amour. Maintenant vos deux amis qui s'envoient en l'air là-bas. Se serait qui le ou la prochain(e) sur sa liste ? Candice ? Nope. Tu ne penses pas. Elle doit d'abord réussir à ranger tout le bazar qu'elle a pris avec elle, ce qui correspond aux trois quarts du camion. « C’est normal, c’est une fille. » Normal ? Non, c'est absolument pas normal. « Tu vois même Charlie, elle le dit. » MAIS ! « Vous vous êtes ligués contre moi. » C'est injuste. « Je suis peut-être le seul homme présent actuellement, mais je vais pas me laisser faire. » Eh ouais. T'en as dans le pantalon. Ou pas. Charlie avait beau vivre pour le "girl power", elle allait devoir le diminuer un peu. « T’inquiète pas Candice, tu as plein de peluches dans ta chambre. » Vous aviez pas convenu de ne pas en acheter ? « T'en as acheté ? » Cette gamine avait tout ce qu'elle désirait. C'était pas normale. « Va voir ! » La rouquine se met à courir, suivit de Smarties vers la propriété. « Même si tu n'as rien promis, je te connais, tu vas craquer… » Quoi ? Non. N'importe quoi. Tu craques jamais aussi facilement. « Je ne craquerai pas. » E tout cas, tu vas tenir le plus longtemps possible. « Et moi j’adore quand tu craques ! » Il y a quand même une différence entre craquer pour Charlie et ses divers projets, et craquer pour les beaux yeux de ta soeur. « Ça n'empeche qu'il va falloir se calmer avec Candy. J'ai pas envie qu'elle devienne pourrie-gâtée. » Bien qu'elle l'est déjà un peu. En meme temps qui ne craque pas pour sa bouille ? Elle obtient toujours ce qu'elle désire, meme des trucs débiles à manger. D'ailleurs, il est possible d'avoir quelque chose à se mettre sous la dent ? T'es entrain de mourir de faim. « C’est pas possible, t’as toujours faim ? » Non. Pas toujours. « Mais j'ai pas eu le temps de déjeuné ... » que tu souffles, comme une excuse suffisante à cette faim bien presente. « J’ai fait des pâtes à la tomate. » Miam. « J'ai hâte de goûter. » Tu salives, même. Bon dieu, tu n'attends plus que ce moment de la journée. Ton ventre n'hésite pas à montrer son impatience en grognant légèrement. Il est peut-être temps de rentrer au chaud. Tu n'entres pas les mains vides, néanmoins, ayant pris un carton. C'est un des tiens, ce qui te fais penser que Charlie n'a peut-être pas eu le temps de finaliser le tri dans sa commode ? « Ouii, viens !!! » Ah. Bah si ! Tant mieux, tu te voyais mal fouiller dans tes cartons pour trouver les habits adéquates pendant une semaine ou deux. « J’ai un peu arrangé ma chambre. » Ah bon ? « J'ai peur ... » Tu t'étais quelque peu habitué à voir des chevaux en te levant le matin. « Et je t’ai fait de la place ! » Ouf. T'es sauvé. Charlie ouvre la porte, la suis et regarde les changements. Tu t'attendais pas à autant. C'est bien. C'est mieux. Tu te sens plus à l'aise. « C’est pas énorme, mais on pourrait peut-être faire un dressing, ça serait plus pratique. » Un dressing ? « T'as beaucoup de vêtements ? » C'est bien une femme, quoi qu'elle dise. Une accro au shopping ! « J'ai pas besoin de grand chose mais, oui, si tu veux. » La chambre n'est pas minuscule. Ils ont de la place alors autant en profiter. « Alors t’en penses quoi ? » Tu penses que c'est parfait. « J'aime bien. » Ça vous ressemble à tous les deux. « Je préfère à avant, même. » Tu offres un petit sourire à Charlie. « Pas que j'aimais pas ton couvre lit chevaux mais ... » Bah, t'en étais pas le plus grand fan quoi. Mais tu aurais fait avec. Candice doit avoir fait le tour de sa chambre, tu entends ses chaussures claquer sur le sol, se dirigeant vers la cuisine. Il n'y a pas que toi qui a faim. Tant mieux ! Tu reviens sur tes pas, accompagné de la blonde. Ton regard se pose sur la télévision, des vieilles tentent de se faire passer pour des jeunes en essayant des robes plutôt courtes et décolletés. « Regardes ça toutes ces vieilles qui essaient d'être sexy. Comme si elles savaient pas qu'elles sont périmées » Tu lèves les yeux au ciel, change de chaîne. T'as pas envie de voir des débilités pareils. Tu préfères largement celle sur les animaux. C'est plus rigolo. D'ailleurs, ça te fait penser : « Tu dois me promettre que si tu me vois un jour rire bêtement avec un chat devant une boule de cristal, tu feras l'impossible pour me sortir de là ! » Surtout si le chat est noir et qu'il parle. T'as pas tres envie de faire un remake de Sabrina l'apprentie sorcière. « Aufaite, j'ai pas osé demandé la dernière fois. Uhm ... Adam et Mikayla, ça allait un peu mieux entre eux ? » Tu finis ta phrase par un murmure pour que la petite ne se mêle pas trop de cette affaire. Elle serait capable d'aller répéter ce que vous dites. « Ça me fait de la peine pour eux. Ils sont amoureux et ils osent pas se le dire. C'est totalement débile. » Mais dans le fond, tu n'avais pas été mieux avec Charlie.
✻✻✻
CODES (c) LITTLE WOLF.


Like a flower made of iron
Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide i'm not afraid to take a stand, everybody, come take my hand, we'll walk this road together through the storm, whatever weather, cold or warm, just letting you know that you're not alone, holler if you feel like you've been down the same road.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/04/2016
›› Commérages : 582
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : Britt Robertson, la sublime
›› Schizophrénie : Avalon la jolie brune et Noah le romancier a ses heures perdues & Adam, le veto sexy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I'm only me when I'm with you ✻ CAMIE ✻ ( Dim 17 Déc - 21:26 )

I'M ONLY ME WHEN I'M WITH YOU ✻✻✻ Au plus profond d’elle, Charlie attendait impatiemment ce moment. Pourtant, il y a toujours cette petite voix qui lui dit de faire tout de même attention. On ne sait jamais ce qui peut arriver, si ça se trouve Cameron risque de lui voler la couette tous les soirs, de quoi mettre à mal leur idylle naissante. Mais quand elle y réfléchit bien, Charlie sait qu’elle ne se trompe pas, que c’est la chose à faire, même s’il va y avoir des tensions le temps que chacun prenne ses marques. « Tu  n’en sais rien … » Elle essaie de se montrer intraitable, mais ça ne prend pas, il la connait assez pour savoir qu’elle plaisante. « De toute façon, je sais que tu n’arrives jamais à l’heure. » Et c’est encore plus vrai, depuis que Candice est arrivée dans la vie de Cameron, mais Charlie ne peut pas lui en vouloir pour ça. Devoir s’occuper d’un enfant, ça change pas mal de choses, ça bouleverse une vie et Candy sait très bien ce qu’elle veut et surtout ce qu’elle ne veut pas ! Sans oublier, qu’elle prend un malin plaisir à faire tourner son oncle en bourrique. « Oui, juste nous trois. » Ce qui ne dérange pas la blonde, bien que sa meilleure amie soit loin de la déranger. Après tout Micky est chez elle au ranch. « Elle est partie dans une grande écurie à Charlotte, un stage avec un cavalier international de complet, elle espère pouvoir présenter sa jument dans les épreuves pour les 5 ans. » Le début de l’aventure qui mènerait peut-être sa meilleure amie au plus haut niveau, mais pour le moment, elle devait encore travailler et pour ça rien de mieux que d’apprendre des meilleurs.  Charlie aurait bien aimé faire partie du voyage, mais elle n’avait pas le cheval pour. Queen se remettait encore doucement de sa tendinite, Chronos était bien trop jeune et Sunny trop vieux, il ne restait donc plus qu’à patienter, en espérant un jour avoir un cheval avec autant de potentiel que la jument de sa meilleure amie. Mais si ce n’était pas, ce n’était pas trop grave, ce que Charlie aimait avant tout, c’était le travail des jeunes chevaux, s’occuper des poulains, les débourrer, en faire de bons chevaux, le reste, c’était plus le domaine de Micky.

« Et les filles, elles ont toujours raison ! Hein Candice ? » Autant dire que la demoiselle ne se fait pas prier pour hurler un énorme oui qui retentit dans toute la maison. « En théorie, tu vas aussi avec 3 filles. Mais tu as de la chance, t’es pas le seul homme de la maison, y a aussi smart. » En entendant son prénom le chien redresse la tête et la penche, intriguée, mais rapidement, il disparait pour poursuivre Candice qui est partie découvrir sa chambre. A vrai dire elle la connait déjà, c’est là où elle dormait durant le séjour de Cameron à l’hopital. Heureusement tout cela est derrière eux, Charlie espère juste que le père de son petit ami ne sortira jamais de prison. Et en même, elle a du mal à concevoir que Cameron ne puisse jamais connaitre une relation stable et sereine avec son père… Pourtant au fond d’elle, elle le sait, le père du brun est irrécupérable et pire que ça, il est aussi dangereux pour son petit ami que pour Candice. Toute cette violence, Charlie ne la comprendra jamais, elle n’est tout simplement pas armée pour y faire face. « J’en ai acheté une ou deux, le reste, ceux sont les miennes, je lui ai juste donné, j’en ai plein les cartons. » Et hors de question de les jeter, la blonde était raide dingue de ces peluches, elle était donc heureuse de pouvoir faire en profiter Candice. « Oui, Papa Cameron, je vais bien faire attention pour ne pas que Candice finisse pourrie gâtée. » Elle appuie sa phrase avec un sourire amusé et moqueur. Ce n’est surement pas la blonde qui va trop gâter la jolie rousse, ça ne lui ressemble pas, disons qu’elle aime bien l’idée d’une chambre en accord avec la personnalité de l’enfant, mais ça ne veut pas dire qu’elle va acheter tout ce que veut Candice. Puis de toute manière, même si elle le voulait, elle n’aurait pas assez d’argent sur son compte en banque.

Un large sourire se dessine sur les lèvres de la belle blonde. « Tu vas pas t’en remettre tellement qu’elles sont bonnes ! » Personne n’oubliait les pâtes à la tomate de Charlie, surtout depuis qu’elle les cuisinait de la même manière que la grand-mère de Cameron. « C’est la recette d’Emma, elle me l’a donné. » Et plein d’autres. « Elle doit avoir peur que je te fasse mourir de faim ! » dit-elle en plaisantant avant de partir en direction de sa chambre, ou plutôt de leur chambre. « Allez il était pas mal quand même. » Bon d’accord peut-être qu’il n’était pas si cool, mais elle, elle l’aimait bien son couvre lit cheval. « Regarde ! » Du doigt elle lui montre son petit mur photo. Des photos d’eux bien sûr, de Candice, de Miky , Adam, Aiden, sans oublier tous les amis à poils de Charlie et tout ça en forme de cœur. Autant dire qu’elle est fière d’elle.

« euh… » Il avait fumé quoi avant de venir. « J’espère que tu me trouveras jamais périmée ! » Ouais parce que lui aussi il va vieillir. « Tu finiras aussi par sentir le vieux bouc je te signale ! Y a pas que nous finissons vieilles et périmés. » Un chat avec une boule de cristal ? Charlie éclate de rire. « Ah non , on rira ensemble , c’est drôle ! » De toute façon, la blonde rigole très souvent quand elle voit des vidéos de chats, mais il faut bien l’avouer, Charlie rit très facilement.

« Attends si on parle d’adam et de Miky, je nous fais un chocolat chaud avec des marshmallows !!! » Oui parce que ça allait prendre du temps. « Fais comme chez toi, j’arrive. » Elle fait bien exprès d’appuyer sur le chez toi avant de partir dans la cuisine. Quelques minutes plus tard elle revient avec une tasse fumante qu’elle pose dans la main de Cameron. « Si papa Cameron me le permet, je vais en donner une à Candice et je reviens. » Toute souriante, elle tourne les talons pour partir dans la chambre donner sa tasse à Candice qui est déjà en train de jouer avec sa barbie cavalière. Super, ça va permettre aux grands de discuter. « Alors alors, je commence par où ! » Oui parce qu’il y en avait à raconter… « Ils s’aiment c’est sur, Adam, il est toujours aussi amoureux de Micky et elle aussi. Mais le problème c’est qu’elle ne veut pas se l’avouer. En plus, elle est en couple, donc tromper son copain, c’est pas facile… Mais en même temps, c’est tellement fort entre elle et Adam, qu’elle n’arrive pas à résister. Là je crois qu’Adam a décidé que c’était fini, tant qu’elle n’acceptait pas qu’ils sortent de nouveau ensemble comme un couple normal, mais pas certaine que ça marche… » Oui, c’était compliqué entre eux. « Alors il est bon ? » En tout cas pour elle oui, surtout les marshmallows. « Tu as eu les résultats de tes examens ? » Et oui, parce que la blonde était finalement aussi impatiente que Cameron lui-même ! « Je suis certaine que tu vas les avoir. » Connaissant Cameron ça ne pouvait pas autrement. Parfois elle se demandait si elle serait à la hauteur, si elle ne ferait pas trop idiote quand elle rencontrait ses collègues et amis de l’hôpital. Après tout, elle était loin d’avoir les capacités pour arriver à ce niveau d’études.

✻✻✻
CODES (c) LITTLE WOLF.


Never Grow Up
⊹I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun.
(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Love is a mutual torture

❝ Family don't end with blood ❞
Love is a mutual torture
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 13/05/2015
›› Commérages : 5014
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Dylan Flawless O'Brien
›› Schizophrénie : Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario), Sebastian Pryce (Cole Sprouse), Lou Perkins (Selena Gomez)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I'm only me when I'm with you ✻ CAMIE ✻ ( Dim 14 Jan - 15:42 )

I'M ONLY ME WHEN I'M WITH YOU ✻✻✻ A peine arrivé que les petites chamailleries quotidiennes entre Charlie et toi commençaient. Certes, elle avait le droit de te faire quelques remontrances après tout, tu étais arrivé en retard. Mais était-ce suffisant pour te mettre à la porte ? Non, tu ne penses pas. « Tu  n’en sais rien … » Tu ne peux t'empêcher de poser sur tes lèvres un sourire taquin. Mais bien-sûr. Elle tente de te faire peur, mais c'est mal jouer. Charlie ne t'aura pas aussi facilement et encore moins quand elle réponds à ton baiser. « De toute façon, je sais que tu n’arrives jamais à l’heure. » Faux. « Je suis toujours à l'heure pour les blocs opératoires. » Allez savoir pourquoi ... Ton cerveau devait se dire que c'était plus ta vie en jeu mais celle d'une autre personne et il faisait en sorte que tu sois dans la pièce stérilisée à l'heure exacte. « Enfin tu t'en fou de ce détail. » Tu crois. « Oui, juste nous trois. » Cool ! Vous alliez pouvoir vous installer comme il faut. Bien que Mikayla ne soit pas dérangeante. C'est votre amie et elle vous aurez donné un coup de main. Mais tu te sentais bien plus à l'aise quand même de démarrer ce déménagement sans elle à vos côtés. « Elle est partie dans une grande écurie à Charlotte, un stage avec un cavalier international de complet, elle espère pouvoir présenter sa jument dans les épreuves pour les 5 ans. » Oh. D'accord. Parfois, Charlie parle une langue que la tienne dans le domaine qu'est l'équitation, mais là, t'as tout compris. Tu te félicites mentalement. « Se serait cool pour elle qu'elle y arrive ! » Tu serais un supporter d'enfer en plus ! Tu applaudirais sans arrêt, tu hurlerais son nom et celui de sa jument à tue-tête et tu lui botterais les fesses si elle raté une compétition ou un entrainement. Franchement, elle ne pouvait rêver de mieux. « Tu voulais pas faire ça, toi ? » A force, tu perds quand même le fil. Tu veux pas que Charlie pense que tu oublies tout ce qu'elle te dit, mais il t'arrive de ne pas enregistrer certaines informations. D'ailleurs, ça te fait penser que t'avais promis à Adam de venir avec lui à la salle de sport cette semaine et que tu as complètement oublié ... Quel ami que tu fais ! Faudra que tu lui envoies un message pour t'excuser, bien qu'il en t'en tiendra pas rigueur sachant que tu déménageais. Tu dois néanmoins bien avoué qu'un peu de sport t'aurais facilité la tâche pour porter tous les cartons bien fournis de miss Candice en personne. Elle avait vraiment besoin de tous ces objets ? « Et les filles, elles ont toujours raison ! Hein Candice ? » NON. Mais ce n'est absolument pas cette réponse là que dit ta petite soeur, bien entendu. Ah ! C'est pas parce qu'elles sont en majorité qu'elles vont touours avoir le dernier mot. « En théorie, tu vas aussi avec 3 filles. Mais tu as de la chance, t’es pas le seul homme de la maison, y a aussi smart. » Wow. Un chien dans ton équipe, ça t'avantage grandement. « Je suis en minorité quoi. C'est ce que tu tentes de me faire comprendre ? » Dommage pour elles que tu ne sois pas un homme baraqué comme jamais et qui n'a peur de rien. Ca aurait pu au moins leur être utile. Enfin, quoi qu'il en soit : STOP LES PELUCHES. Madame va prendre la grosse tête après. « Oui, Papa Cameron, je vais bien faire attention pour ne pas que Candice finisse pourrie gâtée. » Nianiania. « T'es pas drôle. » Vous êtes responsable de cette petite. Elle mérite d'avoir une belle vie, c'est certain. Elle est gentille, altruiste et communicative. Et justement, tu veux qu'elle reste ainsi. Quand tu croises parfois certaines adolescentes à l'hôpital, qui sont incapable d'être polie, ça t’irises les poils. Jamais Candice ne deviendra comme elles.

Avant de pouvoir porter une tonne de cartons, faut d'abord que tu prennes de forces. Et quoi de mieux qu'un bon petit plat concocté avec soin par Charlie. Rien que l'odeur te donne l'eau à la bouche. « Tu vas pas t’en remettre tellement qu’elles sont bonnes ! » Ca ne t'étonnes pas. « Je risque bien de me re-servir dans ce cas ! » que tu sors tranquillement. « C’est la recette d’Emma, elle me l’a donné. » Oh ? « J'ai encore plus faim maintenant. » Tu te souviens encore de ce soir où elle vous les aviez préparé, ces pâtes. T'avais pourtant as très faim ce soir là et t'as quand même réussi à manger trois assiettes pleines. « Elle doit avoir peur que je te fasse mourir de faim ! » Tu rigoles. « Possible. » Ou elle s'est dit que comme ce plat te faisait manger, tu allais t'épaissir un petit peu, ce qui ne serait pas de refus; Bien que, en ce moment, t'as pas mal de nouveau kilos sur la balance qui apparaissent. C'est peut-être la raison pour laquelle vous aviez cassé le lit lors de vos vacances. Tu ne voulais pas vraiment réitérer l'expérience avec celui de la blonde néanmoins. D'ailleurs, il est plus là le couvre-lit chevaux ? « Allez il était pas mal quand même. » Tu penches la tête sur le côté, te pinces les lèvres. « M'obliges pas à mentir, s'te plait. » Il n'était pas moche, mais il n'était pas non plus extrêmement beau à tes yeux. Ça ressemblait juste à Charlie. « Regarde ! » Tu suis des yeux le doigt que pointes la blonde : un tableau. « J'adore ! » Tu adhères carrément même. «  Ça manque pas mal de nous deux ceci dit. » Faut dire que vous preniez des photos avec les autres, mais à deux, c'était une autre histoire. Ça vous donnera l'occasion d'en faire et de les afficher au moins.

« euh… » Oui ? « J’espère que tu me trouveras jamais périmée ! » Ah non. « Tu ne l'ai pas pour le moment. » Mais comme toute personne qui se respecte, vous alliez vieillir et devenir périmés aux yeux des autres. « Et même si tu l'étais, ça m'empêchera pas de t'aimer. » Elle peut donc être rassurée. « Tu finiras aussi par sentir le vieux bouc je te signale ! Y a pas que nous qui finissons vieilles et périmées. » C'est malheureusement la triste réalité. T'es obligé de soupirer. « Trop triste ... » Par contre, là, tout de suite, t'as besoin qu'elle te promette une chose : qu'elle te sorte de l'emprise d'un chat avec une boule de cristal. « Ah non , on rira ensemble , c’est drôle ! » MAIS ! « T'as raison, c'est drôle. » Et voilà que vous rigoliez comme deux enfants. Maintenant, t'as trop envie de voir ça en vrai. Le délire une fois finit, tu ne peux t’empêcher de penser à tes deux amis qui se tournent autour mais qui ne tentent rien. Dans le fond, t'as envie de les voir heureux et c'est pas le cas. « Attends si on parle d’Edam et de Miky, je nous fais un chocolat chaud avec des marshmallows !!! » Ok. Tu acquiesce et pars t'asseoir dans le fauteuil en attendant.« Si papa Cameron me le permet, je vais en donner une à Candice et je reviens. » Tu roules des yeux. T'es pas un papa, t'es juste un grand-frère/papa de substitution. « Oui, t'as le droit. Mais pas avec trop de sucre. Elle va être excitée après. » Et une Candice de la sorte, c'est horrible à supporter. La dernière fois, elle ne sait pas coucher avec vingt-deux heures tout ça parce que le sucre continuait de la stimuler. Incroyable ! « Alors alors, je commence par où ! » Charlie s'installe à tes côtés et tu récupères ta tasse de chocolat chaud. « Merci. » C'est la moindre des choses. « Ils s’aiment c’est sur. Adam, il est toujours aussi amoureux de Micky et elle aussi. Mais le problème c’est qu’elle ne veut pas se l’avouer. En plus, elle est en couple, donc tromper son copain, c’est pas facile… Mais en même temps, c’est tellement fort entre elle et Adam, qu’elle n’arrive pas à résister. Là je crois qu’Adam a décidé que c’était fini, tant qu’elle n’acceptait pas qu’ils sortent de nouveau ensemble comme un couple normal, mais pas certaine que ça marche… » Chaud. C'est compliqué quand même tout ça. « On se croirait dans un remake des feux de l'amour. » Ils s'aiment mais ils ne peuvent pas être ensemble, blablabla. « En vrai, on devrait les aider. Toi, tu pousses Miky a cassé avec son copain. T'façon, je suis sûr que tu l'aimes pas trop. » Enfin, tu penses. Il ne te semble pas l'avoir déjà rencontré. « Et moi, je dévergonde Adam et on les fait se réunir pour un dîner et boom, pleins de chocapics. » Ou de mini-Mikadam. Se serait mignon en plus. T'approuve totalement ton idée. « Tu crois qu'ils se disaient pareils quand on était à leur place ? » Pour le coup, t'aimerai devenir une petite souris, remonter le temps et écouter leur conversations d'il y a des années. « Alors il est bon ? » Quoi ? Ton regard se pose sur la tasse entre tes mains. Ah, oui, ça. Tu souris à Charlie avant de poser tes lèvre sur le rebords et d'en boire une gorgée. « J'ai connu mieux ... » que tu souffles, juste pour l'agacer. « Tu as eu les résultats de tes examens ? » Ah. Oui. Tu lui avais pas dit. T'es parfois très nul. « Je suis certaine que tu vas les avoir. » Rien qu'avec ça, elle arrive à te faire rougir. « Oui, j'ai eu les résultats. » Pas de sourire, tu tires une tronche de trois mètres de long comme si c'était une mauvaise nouvelle que tu allais annoncer. « En vrai, j'ai pas encore ouvert l'enveloppe. » Mais tu vas le faire. Tu te lèves rapidement du fauteuil, pars fouiller dans ton sac de cours que tu avais mis sur le côté et récupère le papier si précieux. Puis, tu reviens sur tes pas pour t'installer comme au départ. Tu oublies juste que la tasse est remplie et qu'en te laissant tomber comme un cachalot sur le fauteuil, tout se renverse. « Oups. » Les joues de la gênance font leur apparitions. « Tiens. » Tu tends l'enveloppes à Charlie et court en direction de la cuisine récupérer une éponge pour tout nettoyer rapidement. Tant pis pour ton jean, ça attendra. « Alors ? » T'es curieux de savoir maintenant. « J'avais pour objectif d'atteindre les 18 ! » Alors t'espère que ça a fonctionné. « Oh, je sais. » Un sourire coquin sur le visage, tu te dandines un peu sur place. « Si j'ai au-dessus, tu m'invites quelque part ! Si j'ai en-dessous, c'est moi qui t'invite où tu le décides. » Allez. C'est bon. T'es prêt. Elle peut ouvrir. « Attttttttteeeeeends ! » Y'a le stress qui monte. Tu t'approches de la blonde pour lui voler un baiser. « C'était le baiser de la chance. Vas-y. » NON, vas-y pas. T'es pas prêt. « T'sais quoi ? On verra ça plus tard. Tu veux pas qu'on débarrasse le camion d'abord ? »
✻✻✻
CODES (c) LITTLE WOLF.


Like a flower made of iron
Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide i'm not afraid to take a stand, everybody, come take my hand, we'll walk this road together through the storm, whatever weather, cold or warm, just letting you know that you're not alone, holler if you feel like you've been down the same road.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/04/2016
›› Commérages : 582
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : Britt Robertson, la sublime
›› Schizophrénie : Avalon la jolie brune et Noah le romancier a ses heures perdues & Adam, le veto sexy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I'm only me when I'm with you ✻ CAMIE ✻ ( Jeu 18 Jan - 20:57 )

I'M ONLY ME WHEN I'M WITH YOU ✻✻✻ « Si je veux que tu arrives à l’heure, faut que je me transforme en patiente ? » L’idée peut être intéressante, il faut juste qu’elle trouve un bon moyen de mettre ça en place. « Je suis ravie de savoir que tu seras à l’heure le jour où je me retrouverai au bloc opératoire. » Au moins, elle peut être rassurée, elle a plus de chance d’être sauvée de cette manière. Bien qu’elle ait en tête une idée un peu plus amusante pour jouer à la patiente, mais ça elle la garde pour elle, histoire de tout préparer en cachette. De toute façon pour le moment ils sont occupés, Candice est avec eux, alors ses idées coquines, elle les range au placard. Dire qu’elle pensait être tout sauf séductrice, il semblerait que depuis qu’elle est avec Cameron, pas mal de change soit en train de changer.  Si Micky était là, elle leur aurait sûrement donné un coup de main, mais en ce moment, elle devait être  en train d’enchainer sur le terrain de cross, à mille lieux de ce qui se passait à Cap Harbor. « Y a pas de raison, sa jument est talentueuse, et c’est une très bonne cavalière, à mon avis, elles vont tout rafler. » Une petite partie d’elle aimerait bien être à sa place, mais la question ne se posait pas vraiment et puis la blonde aimait travailler les jeunes chevaux et s’occupait du ranch. La partie compétition, c’était sa meilleure amie qui s’en occupait. « Hmmm … dans le fond, j’aimerais bien… Les concours me manquent, la compétition aussi. » Mais elle avait fait un choix et elle avait décidé de l’assumer. « Pour ce genre d’épreuve, il faut avoir le cheval, Queen pourrait peut-être, mais pas pour le moment et il faut bien qu’une de nous deux s’occupent des chevaux qui sont au ranch. » Et cette partie lui revenait. « En tout cas si Micky fait une bonne saison, ça serait top pour les affaires, ça nous ferait une super pub. » Et c’était important de pouvoir compter sur quelques clients en plus.

Rapidement la jolie Candice vient mettre son petit grain de sel, elle semble ravie de venir vivre chez Charlie. Pas d’étonnant, une petite fille ça a besoin d’une présence féminine. Par contre y en a un pour qui ça va être plus compliqué, c’est son camerounet. « En fait si on compte Smarties, ça fait deux mecs et deux filles. » Charlie porte un regard amusant sur son chien qui est en train de jouer avec la jolie petite rousse. « Mais je crois qu’il est de notre côté aussi… T’as plus qu’à espérer qu’Adam vienne à ton secours, il doit passer pour son cours d’équitation. » Adam faisait tout pour reconquérir sa blonde, même apprendre à monter à cheval, histoire de pouvoir au moins la suivre en ballade, s’il arrivait à le reconquérir, ce qui n’était pour le moment pas gagné. Mais bon, c’était aussi de sa faute, il n’avait pas qu’à jouer au con. De toute façon, les mecs ne comprenaient que la moitié des choses, comme Cameron avec les peluches. « Comme toujours, et je ne la gâte pas, je n’en fais rien, autant que ça soit elle qui les ait. » Bon d’accord, peut-être qu’elle la gâtait un peu, mais bon on n’a une enfance qu’une fois dans sa vie, alors autant essayer de la rendre magique.

« On ira manger après alors, j’ai faim aussi. » Et puis, elle s’était tellement embêtée à les faire, à essayer de faire exactement comme lui avait expliqué Emma, qu’elle espérait bien qu’il se resserve. « Je crois qu’elle a vraiment eu peur que je ne te nourrisse pas, alors elle m’a donné plusieurs recettes. » Et Charlie était bien décidée à toute les essayer. N’étant pas la meilleure cuisinière de la planète, pour le moment, elle essayait les recettes faciles, mais elle était bien décidée à essayer de faire des choux pour réussir des profiteroles. C’était son optique pour l’été prochain. Avec tout ça, ils sont arrivés dans la chambre de Charlie qui a pris de nouvelles couleurs, et qui ne ressemble plus vraiment à celle d’avant, désormais, elle fait plus chambre de couple et moins celle d’une adolescente. « Je l’aimais bien, mais ce n’est pas mal comme ça aussi. » C’était un autre style, plus adulte et ce n’était pas plus mal. Devant le mur photo qui orne la pièce, elle sourit en se souvenant des bons moments passés. « C’est parce qu’on a le temps d’en faire plein, on va pouvoir combler les trous. » Maintenant qu’ils étaient ensemble, qu’ils vivaient ensemble, les occasions ne manqueraient pas et ils pourraient créer leur petit cocon rien qu’à eux.

« Moi aussi… » C’était même une promesse. «  Le jour où tu seras vieux, sénile et chauve, je t’aimerai encore ! » Un large sourire amusé se dessinait sur ses lèvres, tandis que l’attrapant par la main, elle l’attirait dans le salon. Quelques minutes, ils sont tranquillement installés dans le canapé pour parler du sujet du moment : La relation entre leurs deux meilleurs amis. « C’est ce que j’essaie de faire, mais elle ne veut rien entendre. Elle n’arrête pas de me dire que c’est un type bien et que je vais l’adorer… »  Ce qui risque d’être difficile vu que la blonde le déteste déjà, elle sait parfaitement que le seul mec capable de rendre sa meilleure amie, c’est ce crétin d’Adam. « Faut que tu le pousses à lui dire la vérité ! » On s’en foutait des chocapics, fallait vraiment tout lui expliquer. « Mais non… » Marquant une pause, elle vérifie si la petite ne traine pas dans les parages, rien à signaler, alors elle continue. « Dès qu’ils sont dans une pièce, ils couchent ensemble, si c’est pas de l’attirance… Le problème c’est qu’ils n’arrivent pas à passer au-delà. Micky arrive pas à lui pardonner et Adam, il arrive pas à lui dire pourquoi il l’a largué… Non y a qu’une solution. » Attention, Charlie se transforme en superwoman. « Si Adam lui dit rien, c’est moi qui vais le faire !!! Je vais pas laisser Micky détruire sa vie, parce qu’Adam à la trouille de lui dire qu’il l’a toujours aimé et que y a jamais eu quelqu’un d’autre. Monsieur est capable de se taper le Q et de marcher en cowboy après une heure de poney, mais incapable de sortir la vérité à la fille qu’il aime, c’est n’importe quoi… » Ou sinon y avait une autre solution. « Ou faut que vous alliez au bar comme la dernière fois et que tu le fasses boire… ça a l’air de l’aider à parler ! » Bon ce n’était peut-être pas une super idée… la dernière fois ça n’avait pas bien fini.  Autant dire qu’entre eux 4, ils étaient sérieusement nuls en amour. « Je pense… on a pas été rapide. » dit-elle avant d’éclater de rire, tout en se lovant contre lui. « On a quand même pris notre temps. » Mais elle ne regrettait rien. A part peut-être les méchancetés qu’elle lui avait craché à la figure.

« C’est même pas vrai. » Ses doigts se referme sur sa peau pour lui pincer gentiment le haut des hanches, mais rapidement toute son attention est happée par les résultats du brun. « Tu l’as pas encore ouverte ? » Sérieusement ? Il était dingue… Comment il pouvait vivre sans avoir regarder ses notes ! Le laissant partir, Charlie reste assise sur le canapé pendant que le stress s’empare tout doucement d’elle. En fait, elle a l’impression que c’est elle qui a passé un examen. Rapidement, elle se retrouve avec l’enveloppe dans la main. « Tu veux que je l’ouvre ? » C’est pas plus à lui de le faire ? «  Non je t’attends. » Elle a pas la force de l’ouvrir s’il est pas à côté d’elle ! Pendant qu’elle ouvre l’enveloppe, elle ne peut pas s’empêcher de faire la moue en sa direction. « C’est vrai que ça serait un drame, imagine que t’es que 15 … » Certaines choses n’avaient pas changé, quand ils étaient à l’école ensemble, la blonde était heureuse avec 11, Cameron pleurait avec un 16… Elle n’avait jamais compris pourquoi. « Nan ! » Hors de question. « C’est pas juste, parce que tu as toujours des bonnes, je suis quasi sure de perdre ! » Et c’était par du tout fair play… « Mais bon si t’as ton diplôme, faut bien fêter ça, donc on va dire que je joue le jeu. » Il pouvait l’embrasser, en effet, elle le méritait, il sortait avec la meilleure petite amie du monde. « Quoi ? » Elle marque un temps d’arrêt alors qu’elle s’apprête à ouvrir la feuille. Doucement un sourire narquois se dessine sur ses lèvres. « Nope ! » Amusée elle déplie la feuille et se met rapidement à lire celui-ci. Rapidement elle se met à grimacer. « J’y crois pas… » C’est le moment de pleurer. « 18.1 de moyenne… » Elle était maudite, ça aurait ou être 17.9. « Bon ! » Se redressant, elle lui donne la feuille avant de lui sauter au cou, ravi de savoir que Cameron a réussi ce qu’il avait entrepris. Tous ses efforts étaient enfin récompensés. Avec tendresse et passion, elle colle ses lèvres contre celles du brun. Il méritait bien un bisou pour avoir réussi ses examens… « C’est trop beurkkkk ! » Candice les observait un coin, l’air clairement dégoutté, amusée Charlie décolla ses lèvres de Cameron, mais resta tout de même collée contre lui. « Je suis contente, tu le mérites… » Absorbé par le brun, Charlie ne porte pas trop d’attention à Candice, grave erreur. « On va manger ! J’ai faim !!! » Un sourire amusé éclaire le visage de la blonde. Avec la petite rousse dans leurs pattes, elle a clairement l’impression d’être devenue maman, ce qui devrait la terrifier, sauf que non, ce n’est pas du tout le cas et en vérité, elle aime bien ça.


✻✻✻
CODES (c) LITTLE WOLF.


Never Grow Up
⊹I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun.
(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Love is a mutual torture

❝ Family don't end with blood ❞
Love is a mutual torture
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 13/05/2015
›› Commérages : 5014
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Dylan Flawless O'Brien
›› Schizophrénie : Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario), Sebastian Pryce (Cole Sprouse), Lou Perkins (Selena Gomez)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I'm only me when I'm with you ✻ CAMIE ✻ ( Mar 6 Fév - 16:10 )

I'M ONLY ME WHEN I'M WITH YOU ✻✻✻ « Si je veux que tu arrives à l’heure, faut que je me transforme en patiente ? » Et bien, en quelque sorte. Sauf que malheureusement, ta tête sera que Charlie n'est pas vraiment malade et tu mettras quand même un quart d'heure de plus à débarquer. « On peut dire ça comme ça. » T'allais pas lui dire que son idée ne fonctionnerait pas, se serait bien trop méchant. « Je suis ravie de savoir que tu seras à l’heure le jour où je me retrouverai au bloc opératoire. » Tu grimaces à l'énonciation de cette phrase. « Je préfères que tu n'y ailles jamais. » Tu préfères de loin continuer à être en retard plutôt que de devoir te pointer en urgence dans un bloc pour la blonde. Enfin, tu ne pourras même pas y aller puisque tu connais Charlie personnellement. « Je pourrais même pas te soigner en plus ... Je serais livrer à attendre des lustres avant de savoir ce qu'il se passe. » Autant dire que se sera un véritable supplice et du stress intense. Non. Charlie ne devra jamais finir dans un bloc opératoire. Ni toi. Ni Candice. Ni personnes que tu connais en faite. « Y a pas de raison, sa jument est talentueuse, et c’est une très bonne cavalière, à mon avis, elles vont tout rafler. » Oh ! Super pour eux. « Qu'elle en profite. » C'est tout ce que tu demandes. « Hmmm … dans le fond, j’aimerais bien… Les concours me manquent, la compétition aussi. » Alors pourquoi n'en fait-elle pas quelques unes de temps à autres ? Surtout si ça peut lui faire du bien. Tu veux bien bouger un petit peu pour qu'elle puisse concourir avec un de ses chevaux. Et puis, tu es certain que Candice apprécierait le spectacle. « Pour ce genre d’épreuve, il faut avoir le cheval, Queen pourrait peut-être, mais pas pour le moment et il faut bien qu’une de nous deux s’occupent des chevaux qui sont au ranch. » Pas bête la blonde ! « J'avais oublié les cheveux présent au ranch. » Les chevaux ne peuvent pas se nourir seul et encore moins nettoyer leur enclos à l'aide de leur sabot. « Mais moi, je suis là parfois le weekend. Je pourrais rester ici pendant que tu pars avec Queen. » Simple proposition. Tu veux bien sacrifier un peu de temps pour que la belle fasse sa passion. Si c'est pas beau l'amour quand même ! « En tout cas si Micky fait une bonne saison, ça serait top pour les affaires, ça nous ferait une super pub. » Tu acquiesces. Elle n'a pas tort sur ce coup. « Ca commence à bien bouger pour vous dans tous les cas. » L'école venait toutes les semaines. Des enfants s'étaient inscrit aux cours du soir ou de l'après-midi. L'entreprise des deux jeunes femmes prenaient de l'importance.

« En fait si on compte Smarties, ça fait deux mecs et deux filles. » Mouais. Tu roules des yeux. « Smarties sera jamais de mon côté. J'suis en infériorité, c'est tout. » Pour une fois que Charlie domine, elle va quand même pas chercher à changer la donne ? « Mais je crois qu’il est de notre côté aussi… T’as plus qu’à espérer qu’Adam vienne à ton secours, il doit passer pour son cours d’équitation. » Adam ne viendra pas à ton secours, tu le sais d'avance. « Ouais, enfin, tu lui diras qu'il a pas son mot à dire puisque ce n'est pas chez lui et le résultat sera le même. » Merci, mais non merci. « Non mais c'est pas grave. Je vais bien trouver un moyen de gagner certaines batailles. » T'es pas si con que ça, tu vas bien réussir à trouver des idées géniales pour contre-carrer celles des trois filles avec qui tu cohabiteras désormais. « Comme toujours, et je ne la gâte pas, je n’en fais rien, autant que ça soit elle qui les ait. » Bien-sûr. T'avais néanmoins pas souvenir que Charlie avait gardé autant de peluches. Mais soit ! La petite rouquine est heureuse et c'est tout de même ce qui importe au final. Cependant, tu allais surveiller à ce qu'on ne lui achète pas tout ce qu'elle désire. Elle allait devoir affronter des "non". Comme tu en avais toi-même affronté. C'était ainsi qu'on se fortifiait et qu'on apprenait à faire face à la réalité des choses. Par exemple, à réussir à ne pas se jeter directement sur un plat de pâte qui sent extrêmement bon, juste parce qu'on meurt de faim. « On ira manger après alors, j’ai faim aussi. » Après vite quand même. « Je crois qu’elle a vraiment eu peur que je ne te nourrisse pas, alors elle m’a donné plusieurs recettes. » Tu rigoles; Pauvre mamie Emma, elle pense vraiment que son petit fils ne mange rien. C'est pourtant pas le cas. Tu manges plutôt pas mal, juste pas de la meilleure façon qui soit. il t'arrives souvent de sauter des repas ou de grignoter des paquets entiers de Princes durant la journée. « J'ai le cahier de recette de ma mère aussi. On pourra en essayer quelque unes aussi. » Ca te rappellera le bon temps. Notamment le temps où t te pointais chez Charlie et qu'il y avait cette couverture imprimé chevaux. Désormais, elle a grandit et elle n'a pas peur de le montrer. « Je l’aimais bien, mais ce n’est pas mal comme ça aussi. » C'est même mieux. « C’est parce qu’on a le temps d’en faire plein, on va pouvoir combler les trous. » Ouais ! « Y'a intérêt ! » que tu dis, sourire aux lèvres, avant de déposer un rapide baiser sur les lèvres rosées de ta petite amie. « Eh ! Mais on a pas encore imprimé celle des vacances. » Ça comblera déjà certains points.

Quand vous revenez vers la cuisine, la télévision passe une pub avec des vieilles grand-mères qui se déhanchent et tentent vainement d'être sexy. T'arrives pas à retenir ta remarque tout droit sortie d'un film ou série que tu as vu dernièrement. « Moi aussi… » Oh ? «  Le jour où tu seras vieux, sénile et chauve, je t’aimerai encore ! » Mais ! Tu poses une main sur tes cheveux. « Je ne serais jamais chauve, sénile et vieux. » Hors de question que tu deviennes comme un des hommes de cette fameuse pub. « Si je le deviens, promets-moi de me tuer. Je tiendrais pas le choc. » Heureusement pour toi, tu as encore de belles années devant toi avant qu'une telle chose arrive. A moins que tu finisses réellement par faire une crise cardiaque à cause d'une annonce trop importante. Peut-être que la discussion sur Mikayla et Adam sera la dernière ? « C’est ce que j’essaie de faire, mais elle ne veut rien entendre. Elle n’arrête pas de me dire que c’est un type bien et que je vais l’adorer… » Ouais. Bah toi tu l'aimes pas. Un point c'est tout. « C'est peut-être vraiment un type bien et tu vas peut-être vraiment l'adorer aussi ? » Pas que tu sois pour leur romance, mais Milka dit possiblement que la vérité. « Faut que tu le pousses à lui dire la vérité ! » Qui ? Toi ? « T'es folle !  » Il veut bien le dire devant toi et ça s'arrête là. « Il fera rien du tout si Mika fait pas d'effort de son côté non plus. » Puis, les chocapics, c'est la vie d'abord. « Mais non… » Si, si. « Dès qu’ils sont dans une pièce, ils couchent ensemble, si c’est pas de l’attirance… Le problème c’est qu’ils n’arrivent pas à passer au-delà. Micky arrive pas à lui pardonner et Adam, il arrive pas à lui dire pourquoi il l’a largué… Non y a qu’une solution. » Des chocapics !! « Qu'ils continuent de s'envoyer en l'air ? » c'est la bonne solution à tes yeux. « Ou le chocapics à la fin de ça. » un petit bébé, c'est ce qui peut les repousser à se remettre ensemble. « Par contre, je me serais bien passé de savoir qu'ils font ..  Leur truc à chaque fois qu'ils se voient. » Un frisson parcourt ton corps. « Beurk. J'ai des images horribles en tête. » Tu vas faire des cauchemars. Merci Charlie ! « Si Adam lui dit rien, c’est moi qui vais le faire !!! Je vais pas laisser Micky détruire sa vie, parce qu’Adam à la trouille de lui dire qu’il l’a toujours aimé et que y a jamais eu quelqu’un d’autre. Monsieur est capable de se taper le Q et de marcher en cowboy après une heure de poney, mais incapable de sortir la vérité à la fille qu’il aime, c’est n’importe quoi… » Grave n'importe quoi. « Tu sais ... Je pense pas que se soit la bonne solution ton idée là. » Pardon, mais tu n'es pas du même avis. « Il a peut-être de bonnes raisons de ne pas le lui dire ? » Comme toi tu en avais auparavant. « Regarde, moi par exemple y'a pleins de choses que je dis pas ou que je disais pas parce que ... C'était mieux de pas les dires. Et j'ai quand même réussi à tout régler avec le temps au final. » Presque tout plutôt. « Puis je suis sûr que Mikayla et Adam t'en voudront d'avoir fait ça. » Toi aussi si vraiment elle le fait de façon brutale. « Ou faut que vous alliez au bar comme la dernière fois et que tu le fasses boire… ça a l’air de l’aider à parler ! » Oulah. Nope. « Je ne bois plus jamais de ma vie ! » Jamais, jamais, jamais. « Je me remets seulement maintenant de ma crise de foie et de mon mal de tête en plus ... Pourquoi c'est à moi d'avoir le sale boulot ? » C'est pas juste ... « Et on sait jamais. Peut-être qu'à force de boire je vais devenir comme lui ... » Lui faisant référence directement à ton cher et tendre papa. « Je pense… on a pas été rapide. » Tu rigoles. Grave. « Absolument pas rapide, ouais. » « On a quand même pris notre temps. » T'es d'accord pour le coup. « Mais c'est mieux comme ça. Ca aurait peut-être pas fonctionné s on aurait été ensemble avant ? » Gosh Mieux vaut pas imaginer ce que ça aurait donné.

« C’est même pas vrai. » Si ! « Si je le dis, c'est que c'est vrai. » T'as raison et puis c'est tout. « Tu l’as pas encore ouverte ? » Non. T'avais pas eu le cran. Bizarrement, tu ne le sentais. « J'ai trop la trouille pour le faire. » Mais c'est pas la première fois que tu découvres tes résultats à la bourre. L'année dernière, tu avais mis une semaine à ouvrir la foutu lettre parce que, pareil, tu le sentais pas non plus. « Tu veux que je l’ouvre ? » Carrément ! Tu pars la chercher pour que Charlie puisse te dire ce qu'elle dit et si tu peux continuer dans ta voie. T'avais plutôt bien bossé cette année malgré l'arrivée de Candice et les rares autres soucis que tu avais eu. Tu espérais que les efforts de dernières minutes avaient payés.   « C’est vrai que ça serait un drame, imagine que t’es que 15 … » Tu fais les gros yeux. Charlie se moque ouvertement de toi et c'est pas vraiment sympa. « Arrête ... J'ai jamais eu cette note depuis que je suis en médecine. » Faut pas que ça arrive maintenant. Tu ne serais plus le premier de la promotion. T'es trop habitué à cette place. Puis, hors de question que se soit l'autre abruti de Andy qui récupère ta place. Tu l'aimais pas. « Nan ! » Comment ça, non ? Mais si, c'est bien comme petit pari. Tout le monde est gagnant dans le lot ! « C’est pas juste, parce que tu as toujours des bonnes notes, je suis quasi sure de perdre ! » Rho. C'est même pas vrai. « J'ai jamais passé la barre des dix(huit. T'as toutes tes chances. » Enfin, la jeune femme accepte et ouvre l'enveloppe malgré que tu sois en stress totale. « J’y crois pas… »  Oui ? Pourquoi est-ce qu'elle a une tête déconfite comme ça ? Tu t'es planté ? « Hanw. Je savais que je m'étais foiré en biologie ... C'est horrible. » T'as vie est fini. En revoir monde. « 18.1 de moyenne… » PARDON ? « OUI OUI OUI !! » Tu éclates de joie. « C'était sûr que j'allais y arriver. » Maintenant, tu doutes plus, étrangement. Comme à chaque fois que la joie l'emporte, tu te dandines les fesses. « Bon ! » A toi le restaurant gratos. « Pas trop déçue ? » que tu lui demandes avant de recevoir ton baiser de félicitations. « C’est trop beurkkkk ! » Ah. Miss Candice est dans le coin. « Beurk toi-même d'abord. » Y'a rien de beurk dans un bisou. C'est simplement une marque de tendresse. « Je suis contente, tu le mérites… » Merci, ça te touche. « On va manger ! J’ai faim !!! » Et bah, pour la peine. « Non. » Candice te regarde avec des yeux remplis de tristesse. « Tu vas d'abord me faire un câlin. » Sa bonne humeur revenu, elle te saute dans les bras pour t'offrir le meilleur câlin du temps. « J'vous aime. » Beaucoup. Passionnément. A la folie. « A table maintenant ou je vais mourir de faim. »

« JE VEUUUUUUUUUUUUX MOURIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIR. » Tu poses, enfin, le dernier carton dans l'entrée et te laisse tomber comme une grosse baleine sur le divan faisant rebondir Candice assis à l'autre bout. « Dis-moi que t'as un bain. J'ai besoin d'un bain. » Tu pues la transpiration et t'as plus aucune énergie. Gos. C'était bien la dernière fois que tu déménages. Plus jamais tu ne feras ça de ta vie. C'est trop physique pour ton petit coeur. Puis les cartons sont dix fois trop lourd. T'as l'impression qu'un rouleau compresseur est passé sur ton dis. « Moi je vais aller jouer dehors avec Smarties ! » Rhhhhhhha, mais comment elle fait ? T'as même plus assez d'énergie pour bouger le petit doigt. « Tu fais attention, hein ? Et tu t'éloignes pas trop. » Candice acquiesce, te met une petite tape sur les fesses et sort dehors. « J'suis vieux et sénile à vingt-cinq ans Charlie ... » C'est le drame. « Dire qu'on doit encore tout ranger. J'suis déjà au bout de ma vie. Comment tu fais pour réussir à tenir encore sur tes jambes ? » T'es trop jaloux. « J'aurais le droit à un massage ce soir ? » Pitié, oui.
✻✻✻
CODES (c) LITTLE WOLF.


Like a flower made of iron
Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide i'm not afraid to take a stand, everybody, come take my hand, we'll walk this road together through the storm, whatever weather, cold or warm, just letting you know that you're not alone, holler if you feel like you've been down the same road.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/04/2016
›› Commérages : 582
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : Britt Robertson, la sublime
›› Schizophrénie : Avalon la jolie brune et Noah le romancier a ses heures perdues & Adam, le veto sexy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I'm only me when I'm with you ✻ CAMIE ✻ ( Sam 17 Fév - 23:14 )

I'M ONLY ME WHEN I'M WITH YOU ✻✻✻ « Oh … » Il est trop mignon. Il venait de plus en plus charmant, mais elle n’était pas vraiment surprise, c’était le Cameron qu’elle connaissait. Même s’il n’aimait pas vraiment les chevaux, il était capable de l’aider à partir en concours juste pour lui faire plaisir et ça, c’était quelque chose de vraiment touchant que la blondinette ne risquait pas d’oublier. « Je ne vais pas te laisser gérer le ranch, c’est mon idée et c’est à moi d’assumer, et puis t’es pas trop à l’aise avec les chevaux, j’ai pas envie qui t’arrive quelque chose. » Charlie possédait des années d’expérience et malgré ses connaissances, elle restait toujours sur ses gardes. Un cheval qui prend peur, les poneys qui cassent les clôtures et ça peut rapidement devenir l’enfer. Elle n’a pas envie de laisser Cameron y faire face tout seul. Dans quelques années peut-être s’il continue à s’intéresser aux chevaux, mais pour le moment, il n’est pas assez à l’aise avec pour qu’elle le laisse se débrouiller. Et ce n’est pas bien grave, elle n’est pas tombée amoureuse de Cameron pour qui l’aide avec les chevaux. C’est juste un plus. Ce qui importe c’est qu’il soit heureux de le faire, et qu’il ne se sente surtout pas obligé. « Et puis si je vais en concours, je préfère t’avoir avec moi. » Histoire d’avoir droit à quelqu’un pour l’encourager. Reste plus que trouver quelqu’un pour garder les écuries… Bon pour le moment de toute façon, ce n’est pas trop d’actualité.

« Si, si, je t’assure, ça arrive souvent aux hommes. » Peut-être même qu’il commence à avoir le crâne qui se dégarnit. D’ailleurs pour en être certaine, la blonde s’approche de lui afin de vérifier ce petit détail. « Hmm, non ça va encore, tu ne te dégarnis pas.... Encore ! » La prochaine fois, il réfléchira peut-être deux fois avant dire qu’elle était vieille. Bon d’accord, ce n’est peut-être pas ce qu’il avait dit… voir pas du tout, mais la blondinette prenait toujours un malin plaisir à le taquiner. « Non, hors de question que je te tue, je ferais quoi sans toi ? » Il n’avait pas pensé à ça ? Quel égoïste ! « Je veux pas m’ennuyer, surtout pas quand je serais vieille. » Déjà qu’on doit bien se faire chier, alors toute seule, elle préfère ne pas imaginer. « Rha et puis pourquoi on parle de ça ! On n’est pas des vieux encore ! » Et ils sont bien loin d’y être. Logiquement, ils leur restent encore de très belles années devant eux. « Et pour les photos, j’irais les imprimer demain, je les ai déjà mis sur ma clé usb. J’ai plus qu’à y aller. » Comme ça le mur photos de Charlie s’enrichirait de plusieurs photos de leur couple, parce que pour le moment, c’était assez vide.

« Oui…peut-être. » Micky n’est pas le genre de fille à sortir avec un connard. C’est juste que la blonde a du mal à voir ses deux meilleurs amis s’éloignaient alors qu’au fond, ils ont juste à crever l’abcès pour recommencer quelque chose, ou essayer. « Elle ne m’en parle pas beaucoup de toute manière. » Charlie se met à rire, elle vient juste de remarquer quelque chose dont elle n’avait pas encore idée. « En fait, je lui parle beaucoup plus de toi ! » Ce qui à vrai dire est une habitude depuis des années, les sujets préférés de la blonde étant depuis très longtemps les chevaux bien sûr, et Cameron. « Pour lui parler de tous tes nombreux défauts ! » Un grand sourire se dessine sur ses lèvres tandis qu’elle se love tranquillement dans le canapé. Elle ne dira rien de plus, Cameron ne veut surement pas entendre parler de ses discussions intimes avec Miky, y a certaines choses qui regardent que les filles.

Cameron a raison, elle n’a pas à intervenir dans la relation de sa meilleure amie avec Adam. Cela ne la regarde pas. « Oui , je sais, mais je peux pas m’empêcher de m’en mêler… » C’était plus fort qu’elle. « Hmm, on est peut-être pas un super bon exemple. » Ils avaient mis du temps avant de s’avouer leurs sentiments, et surtout ils s’étaient fait souffrir pour rien. « Justement, vu qu’on est passé par là, on doit les empêcher de faire la même erreur ! » Elle voulait juste leur venir en aide, tout simplement. « Oui mais bon, celui qui l’a largué comme une merde c’est lui, normal qu’elle le fasse ramer ! » Il lui avait brisé le cœur et maintenant il espérait qu’elle lui tomberait dans les bras en un regard de braise. Adam devait arrêter de regarder des comédies romantiques pourries. « Il a pas de bonnes raisons, il a juste la trouille ! » Et peut-être que Miky ne lui laissait pas trop la possibilité. Déjà en parler avec Charlie lui demandait toute l’énergie du monde, alors accepter d’écouter Adam, fallait pas trop lui en demander. « C’est quoi que tu dis pas ? » Cameron le savait pourtant, il faut toujours éviter de titiller la trop grande curiosité de Charlie. Laissant promener sa main sur le torse de Cameron, la blonde saisit son regard. « Que t’es fou de moi et que je suis la femme de ta vie ? » Parce que si c’était ça, il pouvait le lui dire, elle était à son écoute. Cameron marque un point, il y a fort à parier que si elle agit, cela risque de lui retomber dessus et elle ne va pas jouer son amitié avec sa meilleure amie. Reste donc une solution, rendre Adam un peu plus apte à la communication et pour le coup, la meilleure solution semble être quelques petits verres d’alcool. Feignant la surprise, Charlie hausse un sourcil. « Pourquoi ? je pensais que tu avais adoré ton rôle de Timon, c’était le meilleur rôle de ta vie, il te manquait juste pumba. » Vu qu’Adam était Simba, Miky, Nala. « Je ne sais toujours pas qui je suis d’ailleurs… » Mais vu qu’il ne restait pas de super rôles, autant ne pas en faire partie. La conversation qui était légère, prend tout de suite un autre tournant, quand Cameron évoque son père. La blonde perd son sourire, elle sait que cet homme a marqué Cameron au fer rouge et que ses blessures internes ne partiront surement jamais. Charlie referme délicatement sa main sur le bras du brun. « Regarde-moi. » Qu’ils soient sérieux deux petites minutes. « Tu ne deviendras jamais comme ton père, tu n’aies pas lui ! » Et qu’il se le mette bien en tête. Un léger sourire se redessine sur le visage de la blonde tandis qu’elle se love tendrement contre son homme. « Tu trouves ? » dit-elle en plaisantant. Finalement, elle se met à rire parce que oui, ils ont été très lent.

« Oh moins, tu m’as donné l’occasion d’avoir une bonne note pour la première fois de ma vie. » Cela n’était pas arrivé bien souvent dans son existence, alors ouvrir une lettre pour découvrir une si bonne moyenne, c’était un peu comme dans un rêve pour la jeune femme. Cameron a réussi haut la main et c’est tant mieux parce qu’il le mérité. Pfff, dire qu’il ose la narguer, Charlie se contente de lui tirer la langue. « Non, je suis même contente. » Pas parce qu’elle doit lui payer un resto, mais parce qu’il a réussi. Alors elle entoure ses bras autour de sa nuque pour répondre à ses lèvres, il faut bien qu’elle le félicite à sa manière. « Ça veut dire que tu peux choisir ce que tu veux pour la suite ? » Elle n’était pas très douée, il lui en avait bien parlé, mais pour elle, ça restait du chinois. Leur petit moment de romance ne dure pas longtemps, Clarisse se rappelle bien rapidement à eux. La petite rousse à parler, il est l’heure d’aller manger, prendre des forces avant de commencer le déménagement.

Charlie pose le carton avant de s’étirer, son regard glisse le long du canapé sur lequel Cameron est étalé comme une crêpe. « On dirait que tu viens de finir une garde de 48h » dit-elle amusée avant de jeter un regard sur Candice qui s’éloigne avec Smarties. « Tu restes dans la cours Candice, tu vas pas dans les prés. » C’était bon, elle commençait à parler comme une mère de famille, elle s’inquiétait de la même manière, mais les accidents ça arrivait vite. Le pire dans tout ça, c’est qu’elle le vivait très bien.

« Un bain ? » Charlie jette un coup d’œil sur les cartons entassés dans le salon. « ça se pourrait… » dit-elle d’un ton taquin avant de se pencher sur le divin pour atteindre l’oreille de Cameron. « Et peut-être même qu’elle est assez grande pour deux… » Ce qui rend le bain, tout de suite beaucoup plus intéressant, mais avant ça ils doivent se remonter les manches. « Parce qu’elles servent à ça ! » Et oui… Amusée la blonde attrape la main du brun pour le faire se relever. « Si tu veux ton massage avec option bain en duo, lève tes fesses, on doit encore tout monter à l’étage. » Sans l’attendre la blonde empile deux cartons et commencent son ascension. Autant tout faire d’un coup pour être tranquille.

Deux heures plus tard, Candice dort enfin dans son lit et la blonde qui vient de faire couler son bain a perdu Cameron. Elle le retrouve étalée en étoile sur leur lit. «Hmmm » Elle est pas certaine qu’il va avoir la force de se lever mais elle tente quand même. « Je suis toute nue dans le bain, si ça t’intéresse ! » lance t’elle juste avant de d’engouffrer dans l’eau brulante parfumée dans laquelle elle a rajouté quelques gouttes d’huiles essentielles qu’elle a trouvé sur internet. « J’ai mis des huiles essentielles aphrodisiaques ! » Et pour en rajouter une couche, elle lance sa playlist de chansons romantiques, elle a même pris le temps d’allumer des bougies. Bon, maintenant, elle n’a plus qu’à espère que Cameron ramène ses jolies petites fesses, sinon elle allait devoir profiter de son bain toute seule.


✻✻✻
CODES (c) LITTLE WOLF.


Never Grow Up
⊹I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun.
(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Love is a mutual torture

❝ Family don't end with blood ❞
Love is a mutual torture
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 13/05/2015
›› Commérages : 5014
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Dylan Flawless O'Brien
›› Schizophrénie : Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario), Sebastian Pryce (Cole Sprouse), Lou Perkins (Selena Gomez)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I'm only me when I'm with you ✻ CAMIE ✻ ( Mar 6 Mar - 16:13 )

I'M ONLY ME WHEN I'M WITH YOU ✻✻✻ « Je ne vais pas te laisser gérer le ranch, c’est mon idée et c’est à moi d’assumer, et puis t’es pas trop à l’aise avec les chevaux, j’ai pas envie qui t’arrive quelque chose. » Tu roules des yeux. C'est facile à dire ça ! « Comme si il pouvait m'arriver quelque chose. » Faut qu'elle apprenne à te faire confiance. T'es sûr, ou presque, que tout se passerait à merveille. Il ne faut pas douter de la sorte. Ok, t'es pas très porter chevaux et tu as du mal à communiquer avec eux. Mais cela ne veux pas dire que tu ne pourras pas gérer le tout pendant une journée ou deux. Tu finiras juste sur les rotules à la toute fin, c'est certain. « Et puis si je vais en concours, je préfère t’avoir avec moi. » Oh. « C'est mignon ça. » Même qu'elle mérite un baiser remplit de douceur et de passion.

S'il y a bien une chose que tu détestes en vieillissant, c'est les cheveux blancs et la perte de ces derniers; Ça te fait limite peur au point parfois de vérifier d'être sur que tu n'en as pas encore. « Si, si, je t’assure, ça arrive souvent aux hommes. » Tu sors un petit cri de souris. Chuuuuuut. Faut pas dire ça. C'est tabou ! Charlie s'amuse à te décoiffer. Ca y'est, t'es perdu. « Hmm, non ça va encore, tu ne te dégarnis pas.... Encore ! » Elle est vil ! « Tu touches plus à mes cheveux. » Tu faix de ton mieux pour les replacer plus ou moins correctement et tu demandes en même temps une faveur. Si un jour, par malheur, tu deviens trop vieux et sans cheveux, se serait sympa qu'elle te tue. Un coup de coude bien placé dans la rate, et le tour était joué. « Non, hors de question que je te tue, je ferais quoi sans toi ? » Heu ... Bah Tu sais pas. T'avais pas étudié cette question. « Je veux pas m’ennuyer, surtout pas quand je serais vieille. » D'accord. Tu dois donc en conclure que tu seras son jouet ? « Donc j'ai le droit d'être en dépression parce que j'aurais plus de cheveux parce que tu préfères pas t'ennuyer ?  » Mais c'est méchant. « Rappelle moi de ne jamais me marier avec toi. Tu vas pas respecter tes engagements. » Bon, d'ici deux minutes, t'auras changer d'avis sur le sujet. « Rha et puis pourquoi on parle de ça ! On n’est pas des vieux encore ! » Non. C'est vrai. « On a vingt-cinq ans .. » Et c'est quand même beaucoup. « Je me suis jamais senti aussi proche de la trentaine que maintenant. Je veux pas avoir trente ans .... » Juste parce que, en étant encore dans la vingtaine, ça te donne encore une excuse pour faire des conneries. C'est pas que tu ne veux pas grandir. Ce détail ne te fait pas réellement peur. Mais tu veux pas te transformer en jeune dynamique ambitieux et chiant parce que tu ne pourras plus t'amuser comme tu le souhaites.

« Oui…peut-être. » Pour un fois, tu as envie de t'applaudir pour avoir réussi à faire changer d'avis la blondinette. Elle n'a pas à interférer dans les affaires de ses deux meilleurs amis. Déjà, parce qu'ils risqueraient de se braquer et c'est pas ce qu'elle désire. Ensuite, parce que bien que le sujet mériterait qu'on s'y intéresse, mieux vaut les laisser avancer à leur façon. Pourquoi pas leur donner un peu coup de coude de temps en temps pour les aider et les épauler, mais rien de plus. « J'ai raison et tu le sais. » L'avouer clairement sera difficile la connaissant, mais c'est déjà un bon point de départ. « Elle ne m’en parle pas beaucoup de toute manière. » Cela veut dire déjà pas mal. « Peut-être parce qu'elle n'y est pas si attaché que ça. » Ce qui vous arrangerait tous les deux, mais arrangerait aussi Adam. « Ou t'as du ouvrir ta grande bouche, dire un truc de trop et elle préfère ne plus rien te dire sur ce sujet. » Charlie et sa franchise, c'est pas tout le temps une histoire d'amour. « Heureusement que tu t'es assagi sur ce point. » Parce que franchement, parfois, elle faisait vraiment peur Charlie. « En fait, je lui parle beaucoup plus de toi ! » Tu lèves les yeux au ciel. « En bien j'espère ? » Mais t'y crois pas trop. « Pour lui parler de tous tes nombreux défauts ! » Ah ouais. Quand même ? « Qui sont ? » T'es bien curieux de les apprendre. « Si tu dis que je suis pas patient avec toi, voir même attentionné, je te préviens, je boude. » Et c'est pas un mensonge, parce que sur ces deux points, tu seras intransigeant.

« Oui , je sais, mais je peux pas m’empêcher de m’en mêler… » Tu glousses. « T'es trop curieuse ! » Bon, tu dois largement avouer que toi aussi. Malheureusement, t'y peux rien, ça a toujours fait partie de ton caractère et de ton tempérament. « Faut que tu leur laisse venir à toi. Ecoute mon conseil, tu verras, c'est mieux que de les mettre devant le fait accomplis. » La preuve en est qu'à cause de ça, vous vous êtes fait la tête pendant un long mois. Charlie aurait été plus patiente, peut-être que tu lui aurais dévoiler tes secrets de façon bien moins colérique. « Hmm, on est peut-être pas un super bon exemple. » Absolument pas et ça te fait sourire. « Moi, ça me plait quand même qu'on est pris notre temps ... » que tu avoues, une main jouant avec les mèches dorées de ta petite amie. « Parce qu'au final, je sais pas si j'aurais été aussi à l'aise. » Certes, t'as eu que deux relations avec Charlie, et encore, ces dernières étaient avec la même demoiselle, mais quand même ! Tu n'es pas sûr que sans cette dernière tu aurais réussi à faire toutes ces choses de couples, sans finir cramoisie. « D'ailleurs, ça me fait penser ... Je suis ta première longue relation ? » Quand t'y penses, t'avais jamais entendu Charlie parlait de petit-ami. « Justement, vu qu’on est passé par là, on doit les empêcher de faire la même erreur ! » Facile à dire. « Dure. Je pense qu'on arrivera qu'à les conseiller. » Leur dire à quel point vous étiez bien à deux maintenant que toutes les choses étaient à plat. « Oui mais bon, celui qui l’a largué comme une merde c’est lui, normal qu’elle le fasse ramer ! » Elle n'a pas tort ur ce point. « Mais il s'est excusé non ? » Adam l'avait fait, c'est certain. Il était toujours poli comme un cœur. « Il a pas de bonnes raisons, il a juste la trouille ! » C'est compréhensible. « Eh, vous feriez moins peur, peut-être qu'on aurait pas autant la trouille. » Ouais, aujourd'hui, t'as envie de mettre en avant le Man Power ! « Vous changez tout le temps d'avis et de caractère, c'est parfois dure de savoir quand se lancer. » Ou savoir quoi dire aussi. « C’est quoi que tu dis pas ? » Uhm ? Merde T'avais lancé la mèche. « Rien. » Malgré tout, tes joues ne restes pas indifférentes, devant déjà bien rouge. « Que t’es fou de moi et que je suis la femme de ta vie ? » Tu rigoles, non sans continuer de rougir. « Je sais pas ... Je suis le tien ? » Vite, changer de sujet ! Mais Charlie n'opte pas pour le meilleur. L'alcool et toi, ça n'a jamais fait un très bon mélange. « Pourquoi ? je pensais que tu avais adoré ton rôle de Timon, c’était le meilleur rôle de ta vie, il te manquait juste pumba. » Argh. Elle va se moquer encore longtemps ? « On voulait juste mettre une raclée aux petits jeunes qui se la pétaient. Mais c'est bon, plus jamais je bois. » Pour finir le cul à l'air à la police, non merci. « Je ne sais toujours pas qui je suis d’ailleurs… » Toi non plus. « Je sais même plus si on t'a évoquée. » Cette soirée était mémorable et trouble. « Regarde-moi. » Comme demandé, tu plantes ton regard dans celui de ta douche. Oui ? « Tu ne deviendras jamais comme ton père, tu n’aies pas lui ! » Elle ne sait pas. Tu hausses les épaules, préférant pour le coup ne rien dire. Ton père aussi avait un jour était gentil et aimant, puis les aléas de la vie l'avaient complètement changé.

« Au moins, tu m’as donné l’occasion d’avoir une bonne note pour la première fois de ma vie. » Tu souris de toutes tes dents. « C'était peut-être deux grosses semaines ou on se voyait presque pas, mais ça valait le coup. » Tout le monde était content. « Ça veut dire que tu peux choisir ce que tu veux pour la suite ? » Tu acquiesces. « Ca veut dire que je garde ma bourse, que je suis toujours prioritaire pour choisir ce que je veux faire et avec qui. Mais je vais pas changer d'équipe, j'aime bien celle que j'ai. » Ca t'ouvre les portes. « Puis, les profs vont me faire des lettres de recommandations. Je pourrais aller travailler où je veux. Enfin j'espère ! » Cap Harbor ou une autre ville. T'avais pas pensé à cette éventualité. « Tu sais ... Je risque peut-être d'avoir des offres des autres hôpitaux ... Enfin, je sais pas comment je suis classé dans la région ou dans le pays, mais c'est possible qu'on me demande de bouger pour faire mes derniers stages ... » Au moins, maintenant, tu l'avais dis. « Mais Cap Harbor c'est mon but. Pour le moment. » Peut-être qu'avec le temps, l'envie de bouger viendra et que même Charlie le souhaitera.

Affalé comme une baleine dans le divan t'es pas sûr de pouvoir faire plus d'effort. « On dirait que tu viens de finir une garde de 48h » C'était même pire en réalité. Bon dieu, comment charlie faisait-elle pour être encore pleine d'énergie ? « Ché pas drooooole. » que tu dis, la tête enfoncé dans un coussin. « Tu restes dans la cours Candice, tu vas pas dans les prés. » Ouais, voilà ! T'aurais pas dit mieux. Toi, t'as plutôt envie d'en bain que d'aller courir dans le jardin. « Un bain ? » Oui. Charlie a bien compris. « ça se pourrait… » Genre ? Ca te redonne un peu d'espoir et tu relève la tête. « Et peut-être même qu’elle est assez grande pour deux… » Parce qu'elle comptait encore faire du sport ? « Ahooooooon. » Petit cri de la flemme et de la fatigue. « Je vais mourir dedans. » Ouais, c'est le tarif du moment. « Si tu veux ton massage avec option bain en duo, lève tes fesses, on doit encore tout monter à l’étage. » Tu souffles, grimace de douleur en te relevant et traîne des pieds. « Dis toi que je fais ça que pour le massage ... » Et pas parce que t'as envie de faire des efforts et de monter des étages.

Bordel. T'es mort. Tu fais l'étoile de mer sur l'immense lit qui serait bientôt le tien, en plus de celui de Charlie. T'as les yeux qui se ferment petit à petit. T'allais t'endormir comme ça, pleins de sueur et noir de crasse. Charlie pouvait au moins avoir le mérite de ne pas te faire de remontrance, t'étais plus en état de dire ou faire quoi que se soit. «Hmmm » Tu ouvres un œil et voit la chevelure blonde de Charlie s'éclipsait vers la porte de la salle de bain. Tu pouvais pas avoir que le massage finalement ? « Je suis toute nue dans le bain, si ça t’intéresse ! » Ca aurait pu t'intéresser si t'avais pas mal partout comme un chien. « J’ai mis des huiles essentielles aphrodisiaques ! » T'es même pas certain que ça puisse avoir un effet sur toi. Tu bouges les pieds pour tenter de faire tomber tes chaussures sur le sol, puis de même avec tes chaussettes, ce qui te prends au moins cinq minutes. Puis, enfin, tu te redresse, la tête à moitié dans le coton. Tu jettes ton haut dans un coin de la pièce, commence à faire de même avec ton jean mais perds patience. Tant pis ! Tu entres tel quel dans la baignoire malgré les protestations de la blonde. « J'arrivais pas à me déboutonner ... » Oui, c'est l'excuse que tu donnes. L'eau chaude te fait un bien fou, l'odeur des fleurs et des huiles essentiels te fait même sourire alors que tu t'allonges un peu plus dans l'espace pour aller coller ton dos sur le torse de la jeune femme. « C'moi la femme ce soir. » Ouais, parce que tu l'avais décidé ainsi. « Va falloir que tu me donnes ton secret pour rester en forme et pas avoir le dos en compote. Demain, je serais incapable de bouger. » Bon, t'as aussi l'excuse que ton corps à vécut pas mal de traumatisme et que ton dos déguste toujours de tous ses coups que tu as pu recevoir. « Charlie ? » T'attends qu'elle se focalise sur toi et ta voix et sur rien d'autre, pendant que toi, tu fermes les yeux et entoure tes mains autour des siennes. « Je sais que t'aimes pas trop le romantisme mais j'ai envie de le faire. » Alors elle pourra pas y passer au travers. « Je t'aime. Je veux faire ma vie avec toi. Je veux avoir des bébés avec toi. Mais je veux plus jamais déménager de ma vie. » C'était la seul condition. « Ah et je veux une Nintendo switch aussi, mais ça n'a rien avoir avec le reste. » Mais tu te devais de le dire, sait-on jamais que ça l'intéresse.
✻✻✻
CODES (c) LITTLE WOLF.


Like a flower made of iron
Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide i'm not afraid to take a stand, everybody, come take my hand, we'll walk this road together through the storm, whatever weather, cold or warm, just letting you know that you're not alone, holler if you feel like you've been down the same road.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/04/2016
›› Commérages : 582
›› Pseudo : iceshadow
›› Célébrité : Britt Robertson, la sublime
›› Schizophrénie : Avalon la jolie brune et Noah le romancier a ses heures perdues & Adam, le veto sexy
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I'm only me when I'm with you ✻ CAMIE ✻ ( Sam 10 Mar - 21:45 )

I'M ONLY ME WHEN I'M WITH YOU ✻✻✻ « Je ne suis pas curieuse ! » C’est en tout cas ce qu’elle tente de lui faire croire, mais son petit ami la connait trop bien. La curiosité et Charlie sont toujours allée par paire, l’une ne semble pas pouvoir exister sans l’autre. « De toute manière, dans la vie, il faut se montrer curieux, sinon on n’apprend rien. »  La curiosité ne veut pas dire forcément fourrer son nez partout, ça peut aussi être un besoin de parfaire ses connaissances dans n’importe quel domaine. « Je m’instruis juste sur l’état émotionnel de mes deux meilleurs amis. » Tout simplement, ça ne va pas plus loin. Du moins, en théorie, car la pratique est un peu différente pour Charlie. Alors, avec un petite sourire fautive, elle finit par admettre la vérité en se lovant une fois de plus contre son petit ami. « Bon d’accord je suis curieuse, peut-être un peu trop, mais le plus difficile pour moi ce n’est pas de mettre mon nez partout. »  Pour ça, elle arrive encore à se tenir, non le plus compliqué venait ensuite.   « Non le plus dur c’est de tout garder pour moi. »  Ca par contre, ça lui demandait énormément d’efforts, surtout dans ce genre de situation. Elle est certaine que Mikayla pourra pardonner Adam, le jour où elle connaitra enfin la vérité. Même si elle risque d’avoir du mal à accepter que son départ est en fait basé sur un très gros mensonge. Alors oui, Cameron a raison, ce n’est pas à Charlie de régler leurs problèmes, mais elle peut, peut-être, juste essayer d’orienter sa meilleure amie dans la bonne direction, en laissant traîner quelques indices par ci par là. « Oui … je vais essayer… »  Ce qui dans la bouche de Charlie signifie plus clairement qu’elle ne va pas tarder à cracher le morceau !

« Oui, mais nous deux c’est pas pareil. »  Ils ne pouvaient pas se comparer à Adam et à Mikayla.   « On était pas ensemble avant et on ne s’est pas mal quitté. » Ils se sont bien engueulés, mais pas comme ça. Miky elle a passé des années à détester Adam pour une vérité qui est fausse, elle a réussi à s’en sortir à cause de sa colère, alors qu’en fait si elle avait su la vérité, elle serait restée, elle n’aurait même pas pensé à prendre l’avion. »  Et si ça avait été le cas. « S’il lui avait dit la vérité, ils seraient déjà mariés avec des enfants. » Ce qui était tragique dans leur histoire, c’est que leur relation actuelle était basée sur un mensonge… Et c’était ce qui dérangeait la blonde. « J’en ai marre de voir Miky complètement désespéré, et devoir garder la vérité pour moi. »  De son point de vue, elle se sentait comme la pire des meilleures amies du monde.

Evidemment il faut que la conversation dérape sur eux, c’est du Cameron tout craché. Charlie sait très bien qu’elle n’est pas la première relation de Cameron, mais pour elle c’est différent. « heu… » La question est assez gênante. « J’ai vécu une longue relation pendant des années… » Une relation dont personne n’avait idée, même pas Cameron. « Mais j’ai rompu avec Sunny quand il m’a oublié en allant compter fleurettes aux juments du pré d’à côté ! » Ah les poneys, on ne peut pas leur faire confiance.  Charlie se met à rire avant de reprendre son sérieux. « En vérité, t’es le premier en tout. »  Première relation, donc évidemment, elle était aussi sa plus longue. « C’est dommage, j’ai aucun comparatif… »  Une mine déçue se dessine sur son visage, bien décidée à faire un petit peu stressé Cameron. Après tout, la première relation s’est souvent une relation découverte, puis on cherche ailleurs pour voir si l’herbe est plus verte. Heureusement pour Cameron, Charlie est le genre de filles romantiques qui n’a aucune envie de se lancer dans de nouvelles expériences. Elle est bien avec lui et ce n’est pas prêt de changer. « Ce n’est pas nous qui sommes difficiles à suivre, c’est vous le problème. Vous ne comprenez pas notre langage. »  Heureusement qu’elles comprenaient le leur, mais bon il était pas trop compliqué.

« Deux semaines ? » Juste deux semaines ? « Tu sais plus compter ? »  Dit dont, ses examens n’ont pas eu un très bon effet. « Ça a duré un mois ! » Voir même plus, parce qu’il avait commencé les révisions bien plus tôt, mais bon ça avait valu le coup. Mais ce que retient la blonde c’est ce qui suit. « Tu veux partir ? » Ils viennent d’aménager ensemble et il veut déjà la quitter. Zen, elle doit rester zen et ne pas faire une crise, même si elle sent monter une certaine colère. « Où ? » Charlie n’y avait jamais pensé, mais maintenant elle était en train d’élargir ses horizons et ça la terrifiait. Cameron avait peut-être envie d’aller travailler dans une grande ville, loin de Cap Harbor. Mais elle, sa vie était ici, elle avait le ranch, elle ne pouvait pas partir…même si elle le voulait, ce qui n’était pas le cas. Charlie loin de Cap Harbor, c’était comme un arbre déraciné, on peut le replanter, mais il n’est jamais aussi beau que dans son lieu d’origine. « Ok »  Finit-elle par dire pensive. Elle n’a pas envie d’y penser, aujourd’hui, la blonde est heureuse et ne veut pas finir déprimer.

Etendue dans son bain brulant, la jeune femme attend, elle respire avec plaisir les effluves du bain, appréciant avec délice ce petit sentiment de détente qui est en train de l’enivrer. Elle espère bien que Cameron finira par la rejoindre, mais s’il préfère rester sur le lit, grand bien lui fasse, elle peut profiter du bain toute seule. Alors qu’elle ferme les yeux, tout en pensant aux futurs champions qui pourront naitre dans ses écuries, un bruit attire son attention. Elle ouvre une paupière au moment ou Cameron rentre dans la baignoire. Un cri suraigu sort de la bouche de la blonde. « Tu te fous de moi ! »  Il vient de rentrer avec son jean !   « Mais c’est immonde ! »  Elle a une folle envie de bondir hors de son bain maintenant. « Tu sais le nombre de microbe que ça contient ! »  Maintenant, elle est toute contaminée ! Si elle attrape des mycoses ça sera de sa faute ! « Pourquoi tu m’as pas demandé ! »  Charlie lui aurait déboutonné son jean avec un grand plaisir. « Mouais… » dit-elle en lui laissant de la place. « Je t’appelle comment ? Camerinette ? Camerona ? »  Aucun des deux ne sonnaient bien.

« Y a pas de secrets, je suis habituée c’est tout, surtout habituée à avoir mal. »  Du coup elle vivait avec la douleur, les courbatures, ça ne la dérangeait plus, même si désormais, elle faisait quand même attention et se ménager. Mais son boulot restait physique, elle ne pouvait pas faire tourner le ranch en restant les bras croisés. Cela ne la dérange pas plus que ça, mais ça, c’est juste une question de passion. Pas experte en massage, Charlie en commence tout de même un en essayant de se souvenir de ce qu’elle a lu sur internet. Pensive et concentrée, elle répond « Oui »  sans vraiment faire attention à ce qui vient de lui dire. Et puis qu’est-ce qu’il raconte, bien sur qu’elle est romantique, y a pas plus romantique que Charlie.

Au 3 petits mots qu'il prononce, la blonde se met à rougir et son cœur manque un battement, puis un deuxième avant de s’emballer, porter par ce sentiment merveilleux qu’est l’amour. Mais la suite de la phrase du brun ne met pas longtemps avant de lui provoquer un bon coup de stress. « Hein ! »  Elle doit respirer. Elle inspire, expire et recommence à plusieurs reprises. « Laisse-moi deux secondes ! » C’était du Cameron tout craché, lui sortir ça alors qu’ils sont en train de se détendre.  Dire que quelques minutes avant il lui disait qu’il aimait qu’ils prennent leur temps. Finalement après quelques longues secondes qui ont sûrement semblé être une éternité pour Cameron, Charlie rompt le silence. « Moi aussi. » Avoue t’elle d’une voix timide. « Je t’aime. » Mais ça il le savait déjà. « Et j’ai pas envie que tu partes. » dit-elle tout en collant sa tête contre son dos. Qu’il reste à Cap Harbor avec elle, ils peuvent faire leur vie ici, ils n’ont pas besoin de partir. Et puis vu qu’il ne veut plus déménager, ça parait même logique. « Tu sais au départ, je ne voulais vraiment pas d’enfants. »  Et c’était du genre catégorique. Elle ne se voyait pas maman, pas du tout même, puis Candice était arrivée et Charlie avait doucement évolué. « Mais avec Candice, j’ai compris que je pouvais y arriver et surtout que j’aimais ça. »  L’idée ne la terrifiait plus autant qu’avant et maintenant qu’elle savait qu’elle pouvait parfaitement jouer le rôle de maman, elle avait tout simplement changé d’avis. Bon ça ne voulait pas dire qu’elle était prête dans la foulée, mais qu’elle était d’accord pour en avoir, ce qui était tout de même différent. « Enfin après on n’est pas obligé d’en avoir tout de suite. » Devenir maman ça lui fait pas peur, accoucher par contre, c’est une autre histoire. Et vu qu’ils en parlent, autant continuer. « Tu en veux combien ? » Charlie était fille unique, du coup, à choisir, elle aimerait en avoir au moins deux, parce qu’être enfant unique c’est assez chiant… Mais bon, il était peut-être trop tôt pour parler de tout ça… ou pas, parfois la vie est pleine de surprises.[/color][/color]


Never Grow Up
⊹I cannot even imagine where I would be today were it not for that handful of friends who have given me a heart full of joy. Let's face it, friends make life a lot more fun.
(by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Love is a mutual torture

❝ Family don't end with blood ❞
Love is a mutual torture
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 13/05/2015
›› Commérages : 5014
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Dylan Flawless O'Brien
›› Schizophrénie : Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood), Mia Smith (Ashley Benson), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario), Sebastian Pryce (Cole Sprouse), Lou Perkins (Selena Gomez)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: I'm only me when I'm with you ✻ CAMIE ✻ ( Jeu 29 Mar - 15:55 )

I'M ONLY ME WHEN I'M WITH YOU ✻✻✻ « Je ne suis pas curieuse ! » Tu ne peux t'empecher d'avoir ce petit sourire taquin. Bien-sûr que non. Charlie n'est pas du tout curieuse. C'est tellement dans sa nature que c'est devenu une qualité et un défaut totalement a part. « pas du tout. » Comme toi, quoi. « De toute manière, dans la vie, il faut se montrer curieux, sinon on n’apprend rien. » Pour une fois, tu es du même avis que la blonde. « Tu marques un point. » Ce n'est peut-être pas pour rien que tu cherches toujours à avoir des réponses, même si certaines questions sont totalement inutiles. Du genre : quelle est la différence entre un crocodile et un alligator ? Maintenant tu le sais et tu te sens fière. « Je m’instruis juste sur l’état émotionnel de mes deux meilleurs amis. » Certes. « Pas que sur l'état émotionnel si tu veux mon avis. » Charlie cherche l'aiguille dans la botte de foin et ne s'arrete que quand elle l'a dans les mains. « Bon d’accord je suis curieuse, peut-être un peu trop, mais le plus difficile pour moi ce n’est pas de mettre mon nez partout. » Tu confirmes. « Non le plus dur c’est de tout garder pour moi. » Une vraie petite commère. « Ne t'etonnes donc pas que plus personne ne veuille te dire leur secrets. » Etre une oreille attentive est une chose, divulguer les secrets des autres est quelque chose d'autre. Si les gens perdent leur confiance, alors ils ne diront plus rien. « Oui … je vais essayer… » Oui, se serait bien. « Se serait mieux de dire : je vais suivre tes conseils, Cameron le tout puissant. » Bon, ok, tu prenais certainement la grosse tête. Ça avait au moins le don d'être drôle.

« Oui, mais nous deux c’est pas pareil. » Uhm. Et pourquoi donc ? Qu'est-ce qui vous différenciez tant des autres ? « On était pas ensemble avant et on ne s’est pas mal quitté.  Ils se sont bien engueulés, mais pas comme ça. Miky elle a passé des années à détester Adam pour une vérité qui est fausse, elle a réussi à s’en sortir à cause de sa colère, alors qu’en fait si elle avait su la vérité, elle serait restée, elle n’aurait même pas pensé à prendre l’avion. » Oui, quand tu réfléchissais à ce qu'il s'était passé entre vos deux amis, la façon dont tout ceci avait été fait, c'était mal. Ils se faisaient mutuellement du mal à cause d'un mensonge. Et en même temps, tu comprends tellement les raisons de ton meilleur ami. Toi aussi, t'aurais sûrement agi comme ça. T'aurais préféré arrêter ta relation plutôt que de voir la femme que tu aimes souffrir de te voir dans un état lamentable. « S’il lui avait dit la vérité, ils seraient déjà mariés avec des enfants. » Heu ... Non. Tu ne penses pas. « Va pas trop vite quand même dans ton jugement. » Tu penses plutôt qu'ils en auraient grandement profité. « J’en ai marre de voir Miky complètement désespéré, et devoir garder la vérité pour moi. »  Tu souffles, passes une main sur ton visage. « Dans ce cas, pousse Adam à lui dire la vérité en lui expliquant ce que tu me dis là. Ca le fera réfléchir. Mais c'est à eux de faire tout ça, pas à nous. » Mais tu connais suffisamment la blonde pour savoir que ça ne fonctionnera pas « Mais t'en mêles pas, vraiment. Je te ferais la tête sinon. » Et ça, c'est la vérité.

« heu… » Oui ? Tu peux comprendre que la question puisse la perturber. En même temps, c'est quand même assez personnel. Toi-même ne mettait pas en avant tes aventures. Certes, il n'y en avait pas des masses. Mais peut-être que Charlie jurait par les relations courtes et que tu n'en avais jamais été mis au courant. « J’ai vécu une longue relation pendant des années… » Tu manques de t'étrangler. Comment ça, des années ? Pourquoi tu l'apprends que maintenant ? « Avec qui ? » Que tu demandes prudemment, sans vouloir paraître jaloux ou blessé. « Mais j’ai rompu avec Sunny quand il m’a oublié en allant compter fleurettes aux juments du pré d’à côté ! » Mais ! « T'es conne ma parole ! » Bien que tu trouvais ça drôle, t'arrivais pas vraiment à le montrer. T'étais plutôt soulagé de savoir qu'on ne t'avais pas mis de côté vis à vis de tout ça. « En vérité, t’es le premier en tout. » Tes lèvres s'étirent et tu te mets à rire. « Bien joué mais je goberait pas ce bobard. » Nope. Tu veux pas croire que tu sois le premier en tout. C'est pas possible. Pas quand tu regardes l'âge et tout le reste. « C’est dommage, j’ai aucun comparatif… »  Tu fronces les sourcils, attendant le moment où elle éclatera de rire et tu diras : je t'ai bien eu. « Non mais vraiment Charlie ... C'est un sujet sérieux. » Et tu attends donc une réponse sérieuse. « Ce n’est pas nous qui sommes difficiles à suivre, c’est vous le problème. Vous ne comprenez pas notre langage. » Oulah. « On dit la même chose de notre côté alors le problème est loin d'être réglé. »

« Deux semaines ? » Tu acquiesces. Oui, deux semaines. C'est le temps que tu avais passé enfermé dans ta chambre pour apprendre tes cours de médecine comme il faut avant les examens. « Tu sais plus compter ? » Bien-sûr que si. « Les maths c'est ce que je préfère ! » Résoudre des problèmes, c'est même ce qui te détend le plus. Autant dire que personne ne comprends ce délire. « Ça a duré un mois ! » Oui, bon. Quand même. « Mais dans ce mois, toutes les heures collées, ça fait deux semaines. Puis je passais un petit peu quand même ... » Pas souvent et pas longtemps, mais tu passais l'embrasser. C'était mieux que rien. Mais si ça l'avait gênée autant, elle aurait du t'en faire part. T'aurais fait quelques efforts. Mais Charlie semblait comprendre l'importance de tes études et ce que cela représentait à tes yeux. D'ailleurs, à force d'être majeur de promos, tu commençais à te faire une petite renommée qui pourrait te permettre de voir plus loin et plus compétent que l'hôpital de Cap Harbor. « Tu veux partir ? » Tu hausses les épaules. Tu sais pas trop. T'as pas vraiment eu de demande particulière et tu sais pas si t'en as vraiment l'envie finalement. « Où ? » Là aussi, tu sais pas trop. « Ca peut être Charlotte, mais ça peut tout aussi bien être un hôpital de Californie. Je sais pas. Je décide pas trop de ce genre de chose. » Puis, ce n'était qu'un petit projet que tu avais en tête. T'avais jamais vraiment en sorte de le mettre en action. « Ok » Bon. T'aurais du éviter de dire tout ça.

« Tu te fous de moi ! » Quoi ? « Mais c’est immonde ! » Rho, mais c'est qu'un jean. C'est pas comme s'il était plein de boue. Puis tes doigts voulaient pas enlever le bouton alors tant pis, t'avais choisis la facilité. « Tu sais le nombre de microbe que ça contient ! » Ouais, tu penses le deviner. « C'est bon, tu vas pas en mourir Charlie. » T'es dix fois trop fatigué pour t'énerver. « Pourquoi tu m’as pas demandé ! » Ah. Ouais. T'aurais pu. « J'y ai pas pensé. » Et puis, c'est bon, ce n'est qu'un jean. L'eau est encore un minimum transparente. « Mouais… » Quoi ? T'as pas assez de sein pour être une fille ? « Je t’appelle comment ? Camerinette ? Camerona ? » Tu rigoles. « Cameron c'est pas mixe, comme Charlie ? » Tu pensais.

Désormais détendu dans les bras de charlie et par la température de l'eau, tu tu te laisses emporter par un mouvement de romantisme soudain. T'as envie de dire ce que tu as sur le coeur et tu penses que c'est exactement le moment. Dans tous les cas, t'es un peu trop fatigué pour contrôler tes actions. « Hein ! » Tu ne t'alarmes pas. Tu t'attends à ce que Charlie te frappes l'arrière de la tête ou te pousses sous l'eau parce que t'auras été trop franc avec elle. Mais même pas.  « Laisse-moi deux secondes ! » Uhm ? « J'ai dis quelque chose qui fallait pas ? » Tu te retournerais bien pour voir son visage, mais t'as un poil trop la flemme. « Moi aussi. Je t’aime. » Ouaiiiiiiiiiiiiis. T'es content de ça, même si tu commençais à t'y habituer. Charlie t'aime et tu l'aimes en retour. C'est tellement beau. « Et j’ai pas envie que tu partes. » Oh. Tu lèves un sourcil. « J'ai pas dis que j'allais partir. Tu l'as mal interpréter. » Donc tu vas le lui réexpliquer. « J'ai dis que je serais possiblement amener à bouger. Mais c'est pas une décision que je prendrais seul. Y'a toi maintenant. Et Candice aussi. » Elles auront leur vote dans tout ceci. « Mais je suis bien ici. » A vrai dire, tu n'as jamais été aussi bien dans cette ville que là maintenant. « Tu sais au départ, je ne voulais vraiment pas d’enfants. » Yep. T'es au courant. Charlie le répétais à longueur de temps. Mais c'était ce que beaucoup de femmes disaient, au départ, avant que leur désire maternelle ne prenne le dessus. « Mais avec Candice, j’ai compris que je pouvais y arriver et surtout que j’aimais ça. » Oh ? En même temps, ça ne te surprenais pas tant que ça. La blonde était à l'aise avec la rouquine. « J'aurais été déçu d'entendre l'inverse. » Vraiment. T'aurais commencé à penser que la blonde ne voudrait jamais de bambin. « Enfin après on n’est pas obligé d’en avoir tout de suite. » Non. Tu secoues négativement la tête et baille un peu. « J'en veux pas maintenant. Juste plus tard. » Car tu auras véritablement fini tes études, que tu auras signé un contrat et que tu toucheras une payes régulière. Enfaite, quand tu seras sur et certain de pouvoir subvenir aux besoins de toute la famille. Car c'est ce que vous êtes devenus, vous trois, une famille; « Tu en veux combien ? » Beaucoup trop pour que la blonde accepte. « Et bien ... J'ai toujours rêvé d'une grande famille. »  Donc avoir énormément d'enfants. Genre cinq, six, voit plus. « Mais je me suis rendus compte que se serait peut-être pas vivable comme situation. » Pour Charlie, comme pour toi. « Alors j'ai réduit à trois, voir deux. Mais c'est vraiment le minimum. J'veux pas d'un enfant unique. » Tu l'avais été et t'aurais probablement adoré avoir un petit frère ou une petite sœur, ou inversement. « Et toi, t'as réfléchis à ça ? » T'étais curieux. « Puis t'façon, je veux me marier avant d'avoir des enfants. » Bon, là, ça passerait peut-être pas avec Charlie. Les mariages c'est pas vraiment fait pour elle. « Comme ça, ils porteront les deux noms de famille. » Tu trouves ça mignon.
✻✻✻
CODES (c) LITTLE WOLF.


Like a flower made of iron
Don't get too close, it's dark inside. It's where my demons hide i'm not afraid to take a stand, everybody, come take my hand, we'll walk this road together through the storm, whatever weather, cold or warm, just letting you know that you're not alone, holler if you feel like you've been down the same road.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: I'm only me when I'm with you ✻ CAMIE ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

I'm only me when I'm with you ✻ CAMIE

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération