Sooner or later, everything I touch turns to gold [Deborah]

 :: the city of cap harbor :: Woodbridge Avenue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 25/08/2017
›› Commérages : 100
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Elodie Yung
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ☼ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ☼ Pio Esposito (Aaron Tveit) ☼ Martin Palmer (Ben Barnes) ☼ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester)
›› more about me

Sooner or later, everything I touch turns to gold [Deborah] ✻ ( Mar 12 Déc - 17:50 )












Hormis la neige qui avait pris place sur toute la ville, c'était une journée tout ce qu'il y avait de plus banal. La période des fêtes n'étaient pas la meilleure pour faire des affaires et cela me mettait sur les nerfs. J'avais besoin de quelque chose à me mettre sous la dent, j'avais besoin de ressentir l'excitation d'un challenge. Si je voulais être totalement honnête, je voulais me battre une nouvelle fois avec Edern, mais ce n'était malheureusement pas possible. Alors à défaut, je m'en prenais à la petite nouvelle de la société. Malgré toutes les mises en garde qu'elle avait eu contre ma personne, elle avait voulu me tenir tête quand je lui disais qu'elle faisais très mal les choses et encore une fois j'avais réussi à faire pleurer quelqu'un. C'était un talent que je maîtrisais de plus en plus et c'était très plaisant. Grâce à elle, je retournais dans mon bureau en souriant. J'étais en train de consulter mes derniers mails et quel dossier je pouvais gérer avec le plus d'efficacité quand je fus interrompu par la porte de mon bureau qui s'ouvrait sans que j'en ai donné l'ordre. J'étais déjà prête à faire une remarque désobligeante à Julia, quand mon regard ce posa sur mon directeur. Le grand chef était dans mon bureau et il Julia n'aurai rien pu y faire, parce qu'on ne pouvait rien lui refuser. « Que me vaut le plaisir de votre visite monsieur ? » Je n'étais pas très sûre d'aimer le fait qu'il soit là, mais je ne pouvais pas lui dire de partir non plus. « Il faut que cela cesse Helena. Vous avez encore fait pleurer une pauvre fille. » Si c'était uniquement pour cela qu'il venait me voir, au final je n'avais absolument pas à m'inquiéter. Je tentais d'adopter une attitude coupable qui dirait que je ne recommencerais pas, mais je ne savais pas comment faire ça. « Je ne peux pas me passer de vous dans cette entreprise, mais il faut que cela cesse » Au moins il avait la présence d'esprit de reconnaître que sans moi il était perdu. « J'entends très bien ce que vous me dites Monsieur et je vous assure que je vais faire des efforts et essayer d'être moins….moins méchante dirons nous » Il n'était pas dupe, lui comme moi on savait que j'allais faire des efforts pendant quelques mois, le temps que toute cette histoire se tasse et après il y aurait encore des pleurs. Ce n'était pourtant pas de ma faute si les gens étaient si faibles et s'ils ne supportaient pas la critique. « J'ai pris l'initiative de vous inscrire à un programme pour vous ouvrir aux autres » Pardon ? Je m'attendais à beaucoup de choses, mais certainement pas à ça. Et qu'est ce que ça voulait dire s'ouvrir aux autres ? Je n'avais pas besoin de ça, j'avais Eliza et ma famille avec qui m'ouvrir, je n'avais pas besoin d'une autre personne. « Je ne vous laisse pas le choix, vous allez devoir aider une personne qui a des problèmes de confiance. Une personne qui ressemble beaucoup à toute les personnes que vous faites pleurer dans cette société. Avec votre confiance qui écrase tout le monde, vous allez devoir apprendre à vous canaliser et à aider les autres au lieux de les piétiner. » J'avais l'impression qu'il était en train de m'annoncer ma propre mort. Le pire ? C'était que j'envisageais avec beaucoup d'effroi que c'était le genre d'endroit que pouvait fréquenter ma belle-sœur et je priais pour que ce ne soit pas le cas. « De toute évidence vous ne me laissez pas le choix. » Il commençait à transpirer, mon regard devait donc être meurtrier. Très bien. « Combien de temps cela durera ? » Est ce que j'étais capable de faire des miracles avec une seule rencontre ? Je l'espérais. « Tant que la personne estimera qu'elle se sent mieux » De mieux en mieux ici. Je hochais la tête et il avait compris que tout cela était terminé.
Plus tard dans la journée, j'avais reçu un mail avec toutes les informations dont j'avais besoin pour me rendre au lieu de rendez-vous de cette association ou de ce truc. Dire que je devais faire signer un papier par l'animateur de cet atelier pour prouver que j'étais bien présente.

Après le boulot, je me rendais directement là-bas en espérant que tout se passerait au plus vite. En entrant je remarquais tout de suite que je n'avais pas ma place ici. Tout ces gens avaient l'air tellement...ordinaire. Un rapide coup d'oeil, et je repérais le gars qui devait être l'animateur. « Je suis Helena Lewandowsky. Vous pouvez signer ça pour mon patron ? » Il me regardait de haut en bas. A croire qu'il n'avait jamais vu une femme aussi bien habillée. Ceci dit, oui c'était sûrement le cas. « Oh oui, vous êtes celle qui fait pleurer les gens. » En plus mon patron avait parlé de moi. Je le regardais sans rien, et ne supportant pas mon regard il avait fini par signer mon papier. J'avais l'intention de partir immédiatement sans prendre la peine de faire autre chose, mais si je le faisais mon Directeur allait sûrement l'apprendre alors j'attendais que l'autre se mette à parler, mais il semblait en avoir perdu la capacité. « Vous allez me regardez encore longtemps comme ça, ou vous allez me dire qui je dois aider ? » Rien que ce mot me mettait mal à l'aise. Aider les gens n'était pas une chose dont j'avais l'habitude. Il avait repris ses esprits et me menait vers une jeune femme. De toute évidence je devais tout faire moi même parce qu'il était parti sans dire un mot. « Je suis Helena, je suis celle qui va t'aider à reprendre confiance en toi » Elle avait l'air jeune. J'étais curieuse de savoir pourquoi elle n'avait pas confiance en elle. « Je vais sûrement te faire pleurer et te pousser dans tes retranchements, sans que cela me dérange. » Peut-être que j'étais déjà bien trop brusque avec elle. Il fallait que j'essaye d'avoir de l'empathie. Ce n'était pas gagner. « Tu veux qu'on aille s'asseoir à l'écart pour discuter plus tranquillement ? » Je ne lui laissais pas vraiment le choix et me dirigeais vers l'endroit le plus calme de cette salle. Si cela ne tenait qu'à moi, je serais même parti ailleurs pour qu'on puisse parler, mais ce n'était sûrement pas autorisé.




lumos maxima


Dernière édition par Helena Lewandowski le Mer 10 Jan - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/10/2017
›› Commérages : 166
›› Pseudo : bananecuite
›› Célébrité : Willa Holland
›› Schizophrénie : la youtubeuse sexy,tina. | la blonde bien chiante du nom de jonhson
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Sooner or later, everything I touch turns to gold [Deborah] ✻ ( Jeu 28 Déc - 12:40 )





Sooner or later, everything I touch turns to gold

Helena & Deborah

J'étais comme tous les jours, dans ma bulle en faisant les demandes du patron pour la vente à la boulangerie. Je faisais avec plaisir tous ces gâteaux qui ont été commandé mais aussi les gâteaux qu'on mettrait en vitrine pour donner envie aux clients. C'est tellement géniale de pouvoir rendre heureux des personnes juste en leur proposant de la bonne pâtisserie. Hors, je ne m'attendais pas à ce que mon patron vienne me déranger dans la réalisation. Habituellement, il était dans la pièce à côté pour faire le pain. «  Deborah, je peux vous parler ? » Je relevais mon visage, j'avais mis quelques secondes avant de le faire car je ne m'attendais pas à ce qu'il vienne et je ne l'avais pas vu arriver en plus de ça. «  Euh.. Oui, il y a un soucis ? » demandais-je en pensant que je m'étais trompé dans la création d'un des gâteaux ou autres, ce qui peut arriver après tout. Il me rassurais tout de suite en secouant la tête et m'offrant un sourire. Il était gentil comme patron, mais parfois, il faisait peur. «  Non non, c'est juste que je suis assez observateur et que j'ai envie de t'apporter une petite aide. On en avait déjà parler durant l'entretiens, et j'ai trouver quelque chose qui pourrait t'être utile.. » Il vient se poser à mes côtés pour mieux poser ses yeux sur moi. «  Hm, toi comme moi, on sait que tu es une personne assez réserver, qui reste dans ton coin pour travailler. Ce que j'accepte, mais parfois, ça pourrait nous être utile que tu prenne les devant tu vois ? Que tu prenne plus confiance en toi et que tu propose des choses.. » Je rougissais alors quelque peu, commençant un peu à angoisser à ces paroles. Je me demandais où est-ce qu'il voulait en venir alors je le laissais parler. «  J'ai fais mes petites recherches et j'ai trouvé une sorte d'association qui permet d'aider les personnes comme toi, mais aussi d'autre personne, à prendre plus d'assurance. Il y a une séance ce soir, alors si ça te dis, tu pourrais aller y faire un tour ? Je ne te force pas, mais je pense que ça peut être très utile alors réfléchis-y, d'accord ? » Je hochais la tête à ses paroles en guise de réponse, me faisant un peu toute petite. Après quoi, il me laissais le numéro et l'adresse du lieu où se trouver ce genre de chose.

J'y avais réfléchis toute la journée, faut dire que ça avait de quoi me faire cogité. Je me suis donc dis que vu que je n'avais rien de prévu ce soir, je pourrais essayer d'y aller, histoire de voir ce que ça peut donner. Puis, je n'avais pas non plus envie que mon patron ait une mauvaise image de moi en voyant que je ne faisais pas d'effort pour mon bien être mais aussi celui de l'équipe. J'avais donc pris mon courage à deux mains pour aller dans ce genre d'association. Quand je suis arrivée là bas, je me présentée et expliquer un peu la situation de la chose. La gentille dame m'avait expliquer alors un peu le système du groupe, et je comprenais alors qu'une personne aller m'aider et ça l'aidera, quelque chose comme ça. « Vous allez me regardez encore longtemps comme ça, ou vous allez me dire qui je dois aider ? »  Lorsque j'entends ces paroles, je relevais un peu le visage pour voir qui parler comme ça. C'était vraiment égoïste d'agir de la sorte. Elle pourrait être patiente un peu. En tout cas, j'espérais ne pas être avec elle car bon, elle a l'air méchante. Malheureusement, quand je les vois venir vers moi, je me disais que j'étais maudite. Vraiment maudite. « Je suis Helena, je suis celle qui va t'aider à reprendre confiance en toi »   Je plissais un peu les yeux, au moins, elle était direct mais elle n'avait pas vraiment l'air d'avoir envie de m'aider. Du moins, ça ne se voyait pas vraiment. «  Mh.. Moi c'est Deborah.. Ou Debby. Comme tu veux.. » Disais-je timidement en la détaillant un peu du regard. Elle me mettait vraiment mal à l'aise... Même plus que ça. « Je vais sûrement te faire pleurer et te pousser dans tes retranchements, sans que cela me dérange. »   Je fronçais alors les sourcils, en faite, je ne l'aimais vraiment pas. Elle me saoulait déjà. «  Super.. Je suis tombée sur la pire des personnes.. » murmurais-je en soufflant un peu. Je me demandais vraiment pourquoi j'étais là.  « Tu veux qu'on aille s'asseoir à l'écart pour discuter plus tranquillement ? »   J'allais pour répondre mais visiblement, elle était déjà partie. «  Ok..ça commence bien.. » Je levais les yeux au ciel avant de m'installer à l'endroit qu'elle avait montrer. C'était une situation assez génante mais tant pis, je vais essayer de rester et de prendre sur moi. «  tu es toujours aussi méchante ? » Demandais-je alors en mordillant ma lèvre inférieure. «  parce que je ne t'ai rien fais alors.. voilà.. Pourquoi tu es là ? parce que tu n'as pas l'air d'avoir vraiment envie, en faite.. » .

☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 25/08/2017
›› Commérages : 100
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Elodie Yung
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ☼ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ☼ Pio Esposito (Aaron Tveit) ☼ Martin Palmer (Ben Barnes) ☼ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester)
›› more about me

Re: Sooner or later, everything I touch turns to gold [Deborah] ✻ ( Mer 10 Jan - 16:36 )












Si jamais pu payer quelqu'un pour venir à ma place ce soir, je l'aurai fait avec le plus grand des plaisirs et surtout soulagement. Malheureusement ce n'était pas possible. Mon patron ne serait sûrement pas très content d'apprendre que je ne respectais pas ses décisions. Même si cette décision en question était la plus stupide au monde. Parce que pour la énième fois j'avais fait pleurer quelqu'un, ma punition était de redonner confiance à une parfaite inconnue dans un groupe de soutien. Moi qui avait du mal à comprendre le sens du mot empathie, comment je pouvais vraiment aider quelqu'un ? Je n'avais pourtant pas le choix.
Après le boulot, je m'étais rendu directement dans cet endroit sordide. Cette association avait pour but de redonner confiance aux gens, mais comment ils voulaient y arriver si déjà la salle était aussi miteuse que ça ? J'avais certes des goûts un peu luxueux par rapport à tout ces gens, mais ce n'était pas une raison de les accueillir dans un endroit aussi sombre et froid. Un peu de couleur ne ferait de mal à personne. Je devrais peut-être laisser les coordonnées de ma décoratrice d'intérieure ? Oh non, je n'allais certainement pas me donner du mal pour ces gens. En attendant, j'avais quand même réussi à trouver la personne qui semblait être en charge de tout ça et en me voyant c'était comme si il venait de voir la vierge en personne. J'attendais deux secondes avant de lui faire une remarque. Je n'étais pas un bout de viande sur lequel on pouvait baver comme on le souhaite, j'avais autre chose à faire et lui aussi de toute évidence. Ce garçon semblait complètement déçarconné par le ton que je venais de prendre. Il ne devait pas avoir l'habitude qu'on lui parle aussi froidement et avec autant d'autorité. Il fallait qu'il s'y habitue, tout comme la jeune femme vers qui il me menait. En me présentant, je ne mâchais pas mes mots, à quoi bon de temps façon ? «  Mh.. Moi c'est Deborah.. Ou Debby. Comme tu veux.. » Je levais les yeux au ciel, même pour se présenter on dirait bambi qui apprenait à marcher. Hésitante.. « Très bien Deborah » Je ne voulais pas trop de familiarité avec elle. J'allais la faire souffrir, elle allait sûrement me détester pour cela, donc autant qu'elle soit au courant le plus rapidement possible. «  Super.. Je suis tombée sur la pire des personnes.. » Par contre si elle se mettait à murmurer ou à parler pour elle même, ça n'allait pas le faire du tout. Je n'aimais pas ce genre de personne qui n'avait pas le courage d'assumer ce qu'ils disaient. « Première leçon, parle de façon à ce qu'on t'entende et surtout n'hésite pas à être direct avec moi. Quoi que tu pourrais penser de moi ou me dire, crois moi j'ai connu bien pire » J'étais détesté par la grande majorité de ma compagnie et pourtant j'étais l'une des personnes les plus importantes. Les gens pensaient que ce qu'on pouvait me dire me touchait, mais cela passait à des années lumières de moi. Les avis de ce gens ne m'intéressait pas. Par contre, j'avais l'impression que Déborah elle, faisait attention à ce qu'on pouvait penser d'elle. Huum, j'étais presque sûre qu'elle pourrait s'entendre avec ma belle-sœur.
Je lui proposais d'aller s'installer à l'écart de toute le monde. Techniquement c'était une proposition et donc elle avait le droit de donner son avis, mais je ne lui laissais pas l'occasion de parler que je m'étais déjà éloigné et installé sur une horrible chaise en plastique. Le plus dignement possible je croisés les jambes et j'attendais Déborah. Son visage parlait pour elle, elle était aussi ravie que moi par notre association.   tu es toujours aussi méchante ? Parce que je ne t'ai rien fais alors.. voilà.. Pourquoi tu es là ? parce que tu n'as pas l'air d'avoir vraiment envie, en faite.. »
Je lui souriais, un sourire sans joie. J'étais fatiguée d'avance par tout ça. « Parce que tu trouves que j'ai été méchante ? Pourtant je n'ai encore rien fait » La seule chose que j'avais pu faire c'était de la prévenir que je n'allais sûrement pas la ménager et qu'elle devait se préparer à cela. Mais de mémoire, je n'avais encore rien fait de méchant. Au contraire, je me trouvais très gentille. « Je suis ici parce que je n'ai pas le choix. Mon patron m'a forcé à venir ici, parce que j'ai encore fait pleurer quelqu'un là où je travaille » C'était tellement risible comme raison, sous prétexte que c'était au moins la 15 ème fois de l'année, il avait voulu prendre une mesure forte. Vivement que 2018 commence. « Selon lui, aider quelqu'un pourrait m'apprendre l'empathie et les conneries de ce genre » Je n'y croyais absolument pas, mais j'étais pourtant prête à faire des efforts. Montrer que j'étais presque de bonne foie. « Et toi, pourquoi tu es ici ? Tu as aussi contrariée ton patron ? » Elle semblait tellement douce et gentille que j'avais des gros doutes la dessus. « Dans quoi travailles tu d'ailleurs ? » C'était peut-être un élément clé de son manque de confiance.




lumos maxima


Dernière édition par Helena Lewandowski le Ven 26 Jan - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/10/2017
›› Commérages : 166
›› Pseudo : bananecuite
›› Célébrité : Willa Holland
›› Schizophrénie : la youtubeuse sexy,tina. | la blonde bien chiante du nom de jonhson
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Sooner or later, everything I touch turns to gold [Deborah] ✻ ( Dim 21 Jan - 13:38 )





Sooner or later, everything I touch turns to gold

Helena & Deborah

A cet instant, je me demandais ce que je faisais là... Certes, je suis réservée quand je ne connais pas les personnes et que je sais que je manque sérieusement de confiance en moi, mais parfois, c'est une bonne chose non ? Au moins, je ne me prend pas la tête avec les autres et je ne m'ennuie pas à raconter mes malheurs aux autres... Je soupirais un peu, commençant à vouloir partir maintenant. C'est peut-être parce que je suis tombée sur une personne plutôt... A fort caractère et c'est quelque chose que je ne suppporte pas. Elle me fait pensé à un peu à mon père... Elle est sûre d'elle, un peu trop honnête et peut-être même un peu trop dur envers les autres. Bref, tout mon père quoi... Et c'est d'ailleurs, peut-être la raison de mon manque de confiance. Lui, il m'a toujours mit plus bas que terre, en me disant que j'étais faite que pour m'occuper de la maison. Je mordillais mes lèvres en regardant la jeune femme. « Très bien Déborah. » dit-elle. Bon, visiblement, elle préfère m'appeler par mon prénom plutôt que par mon surnom. Je ne le prend pas mal, car après tout, on ne se connaissait pas.

« Première leçon, parle de façon à ce qu'on t'entende et surtout n'hésite pas à être direct avec moi. Quoi que tu pourrais penser de moi ou me dire, crois-moi j'ai connu bien pire. » Ajoutait-elle. Je hochais la tête alors suite à ça. Moi qui suis plutôt dans ma bulle, ça sera une chose assez compliqué. «  Très bien.. » Disais-je simplement en la suivant pour nous mettre un peu à l'écart. L'endroit était vraiment... Peu conviviale. J'aurais aimé être dans un sofa ou dans une chaise plus confortable que celle en plastique mais bon... Tant pis, je vais faire avec. De toute façon, j'espérais qu'on ne soit pas là pendant des heures. Qu'est-ce que je pourrais lui dire de toute façon ? Parler de moi à une inconnue... C'était plutôt étrange et tellement pas moi. «  Parce que tu trouves que j'ai été méchante ? Pourtant je n'ai encore rien fait. » J'arquais alors un sourcil. Clea promet quand même... «  Mh.. Je ne dirais pas méchante excuse moi, mais plutôt... Un peu trop direct avec moi. Mais tu donnes l'impression d'être... Je ne sais pas.. Méchante.. Un peu casse cou.. » Je passais l'une de mes mains dans mes cheveux, trifouillant quelques peu mes cheveux. «  Je suis ici parce que je n'ai pas le choix. Mon patron m'a forcé à venir ici, parce que j'ai encore fait pleurer quelqu'un là où je travaille. » Je ne sais pas si c'est parole était rassurante.. Est-ce qu'elle allait me faire pleurer aussi ? Je ne pense pas que ça soit une bonne solution ça. Si elle me fait une chose pareille, il est évident que je partirais. Je ne supporte pas les personnes qui peuvent faire du mal moralement aux autres. «  Et tu trouves ça marrant de faire pleurer les gens ? Ce n'est pas parce que tu … Que tu as du courage ou une force mentale importante que ça te donne le droit de dire tout ce que tu penses et blesser les autres.. Un peu de respect, c'est bien aussi. » Je secouais un peu la tête en soupirant quelques peu. «  Selon lui, aider quelqu'un pourrait m'apprendre l'empathie et les conneries de ce genre. » J'ai l'impression d’halluciner dans les paroles qu'elle avait choisi de dire. «  les conneries ? Mh... ça promet... » Moi , j'avais l'impression que c'était peine perdu. Elle ne donnait pas l'impression qu'elle y arriverait. C'était surtout un fardeau pour elle, enfin, c'est ce qu'elle pouvait montrer. «  Et toi, pourquoi tu es ici ? Tu as aussi contrariée ton patron ? » Je secouais la tête à ses paroles. «  Non... Mais je reste trop souvent dans ma bulle alors il voulait que j'arrive à m'ouvrir un peu. Je n'étais pas obligé de venir.. Mais je voulais lui faire plaisir. Puis... Je n'avais rien de prévu alors bon …. Ceux-ci dit... Je regrette un peu. » Je haussais les épaules en pinçant mes lèvres. «  Je suis pâtissière.. Et toi alors ? Tu dois faire un grand métier, enfin, un métier important vu ton caractère. Je te vois mal dans un truc...Minable. »

☾ anesidora


Plus maladroite que moi, il n'y a pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 25/08/2017
›› Commérages : 100
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Elodie Yung
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ☼ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ☼ Pio Esposito (Aaron Tveit) ☼ Martin Palmer (Ben Barnes) ☼ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester)
›› more about me

Re: Sooner or later, everything I touch turns to gold [Deborah] ✻ ( Ven 26 Jan - 16:36 )












Les gens qui marmonnaient et qui n'osaient pas dire tout haut ce qu'ils pensaient m'insupportaient au plus haut point. Personnellement je n'avais aucune limite, quand je devais dire quelque chose, je le faisais sans détour. Parce que après si on ne le disait pas clairement, les choses étaient déformées, amplifiée et cela ne menait à rien. Alors oui, j'étais directe, j'étais froide et directive, mais c'était la première chose que Déborah devrait retenir si elle voulait vraiment reprendre confiance en elle. Ne pas se laissait marcher sur les pieds. Et si après plusieurs séance avec moi elle se sentait de me répondre alors ça serait une énorme victoire. J'étais sûrement la pire chose qui pouvait lui arriver aujourd'hui, les autres à côtés de moi étaient tous des petits joueurs. «  Très bien.. » D'accord… cela n'était pas gagné d'avance. Au moins on avait trouvé un coin tranquille pour pouvoir parler plus facilement. Enfin j'avais l'impression que c'était surtout moi qui allait parler et pas le contraire. Elle me trouvait méchante dans ma façon de faire, et pourtant là je me trouvais douce comme un agneau, je n'imaginais même pas ce que ça allait être quand j'allais la pousser dans ses retranchements. Cela me fatiguait d'avance. «  Mh.. Je ne dirais pas méchante excuse moi, mais plutôt... Un peu trop direct avec moi. Mais tu donnes l'impression d'être... Je ne sais pas.. Méchante.. Un peu casse cou.. » Non vraiment, cela n'allait vraiment pas le faire. J'avais l'impression qu'elle cherchait ses mots pour me faire le moins de peine possible, pour être gentille malgré tout. « Ce n'est pas qu'une impression. Je ne suis pas casse-cou. Techniquement je ne suis pas méchante non plus, je suis juste franche et je dis ce que je pense sans faire de détour et généralement les gens n'apprécient pas vraiment » Et forcément la franchise est assimilé à la méchanceté. Ce qui est très contradictoire, parce que les gens sont les premiers à dire ''oh tu peux tout me dire, je sais encaisser'' et au final il ne savait absolument pas le faire. Quand je disais à Déborah qu'elle pouvait être franche avec moi, c'était parce que justement je pouvais encaisser et parce que je me moquais de l'avis que les gens pouvaient se faire de moi.
Elle n'était pas totalement dénué de bon sens, parce qu'elle ressentait que j'avais envie d'être partout sauf ici, et forcément elle se demandait pourquoi je restais malgré tout. C'était une question légitime et je n'avais aucune honte à dire les raisons de ma présence. J'avais encore fait pleurer quelqu'un au boulot. Les gens étaient vraiment trop fragile. «  Et tu trouves ça marrant de faire pleurer les gens ? Ce n'est pas parce que tu … Que tu as du courage ou une force mentale importante que ça te donne le droit de dire tout ce que tu penses et blesser les autres.. Un peu de respect, c'est bien aussi. » Elle interprêtait mes paroles et je n'étais pas tout à fait d'accord avec elle. « Je n'ai jamais dit que je trouvais cela marrant, c'est juste que pour qu'une grosse compagnie fonctionne il faut savoir laisser ses émotions de côté » A mon sens ce n'était pas quelque chose de très compliqué à faire. « Et comme je te l'ai dit, les gens confondent franchise et méchanceté. Dire la vérité n'est pas un manque de respect. Que les gens soient susceptible ce n'est pas mon problème » Ce n'était pas mon problème, mais c'était en train de le devenir en venant ici, je devais vraiment des efforts, faire preuve d'empathie et blablabla. «  les conneries ? Mh... ça promet... » On avait encore rien commencé, qu'elle était déjà choqué par ma personne… « Je suis peut-être brusque, mais ce n'est pas l'empathie qui va faire de moi une directrice générale. » Parler de moi c'était bien mignon, mais c'était surtout elle qui avait besoin d'aide, pas moi. Je devais l'aider à avoir confiance et je ne pourrais le faire qu'en apprenant pourquoi elle était là et comment elle se sentait. Peut-être qu'elle cachait bien son jeu et qu'elle aussi avait contrariée son patron. «  Non... Mais je reste trop souvent dans ma bulle alors il voulait que j'arrive à m'ouvrir un peu. Je n'étais pas obligé de venir.. Mais je voulais lui faire plaisir. Puis... Je n'avais rien de prévu alors bon …. Ceux-ci dit... Je regrette un peu. » Déborah me faisait vraiment penser à Georgiana et ce n'était pas bon pour moi, ni pour elle. « Tu regrettes parce que tu te retrouves avec moi et que tu n'es pas à l'aise ? » C'était une question purement rhétorique, je savais que c'était ça. Il fallait que j'apprenne à faire des efforts. Cela commençait donc en lui demandant ce qu'elle faisait dans la vie. «  Je suis pâtissière.. Et toi alors ? Tu dois faire un grand métier, enfin, un métier important vu ton caractère. Je te vois mal dans un truc...Minable. » Oh alors ça c'était intéressant. « Tu vois ce que tu viens de faire, il ne faut plus le faire. Il n'y a pas de métier plus minable qu'un autre. Au contraire, la pâtisserie est un métier merveilleux. » J'étais beaucoup trop gourmande pour me permette de dire que les pâtisseries étaient minable. Je serais même incapable de dire ça à propos de la femme de ménage que je voyais tous les soirs parce que je restais tard au boulot. « Je dois t'avouer que les gâteaux sont mon pêché mignon. » Je pourrais passer un repas à ne manger que ça d'ailleurs. Mais comme je n'aimais pas le sport, j'évitais. « Effectivement, j'ai un poste important. Je suis directrice des opérations internationales d'un grand groupe pharmaceutique » Et effectivement il ne fallait pas se faire marcher dessus pour réussir. « Si j'en suis arrivée là, c'est parce que je n'ai pas peur de me faire des ennemis et j'ai encore moins peur de ce que les gens peuvent dire ou penser de moi. Après c'est dans mon caractère, je sais que ce n'est pas le cas pour tout le monde » Je me sentais fière de moi, j'arrivais à dire des choses, à montrer un peu d'empathie. Ce n'était pas si mal pour un début non ? J'avais envie de le croire en tout cas. « Tu sais pourquoi tu préfère rester dans ta bulle ? C'est à cause des gens comme moi dont la confiance est trop grande ? » après tout c'était intimidant, je ne pouvais pas lui reprocher cela.




lumos maxima



I am his, and he is mine

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/10/2017
›› Commérages : 166
›› Pseudo : bananecuite
›› Célébrité : Willa Holland
›› Schizophrénie : la youtubeuse sexy,tina. | la blonde bien chiante du nom de jonhson
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Sooner or later, everything I touch turns to gold [Deborah] ✻ ( Mar 13 Fév - 12:54 )





Sooner or later, everything I touch turns to gold

Helena & Deborah

«  Ce n'est pas qu'une impression. Je ne suis as casse-cou. Techniquement, je ne suis pas méchante non plus, je suis juste franche et je dis ce que je pense sans faire de détour et généralement, les gens n'apprécient pas vraiment. » Me dit-elle. Vu comme ça, c'est sûr qu'elle avait raison. Mais même... La franchise, je suis d'accord... C'est important. Mais contrôler ses paroles, ça l'est aussi non ? Pour moi, on peut être honnête sans pour autant dire des mots durs. C'est mon point de vue, et je ne le lâcherais pas. Je haussais les épaules en laissant mon regard sur la demoiselle. «  Si tu le dis... Mais, je ne suis pas du même avis que toi. Tu peux être honnête sans pour autant blessé les autres. Ou, éviter de faire le moins de mal possible. Tu as le droit de dire les choses, je ne dis pas le contraire... C'est juste que tu peux trouver les mots justes sans être blessant et faire pleurer les gens. » Disais-je en haussant les épaules une nouvelle fois. «  Tout le monde n'encaisse pas aussi facilement la vérité des choses. Parfois il faut du temps, et si tu ne leurs laisse pas le temps de comprendre par eux même... Il est évident que tu vas vraiment blessée. Après, je dis ça, je ne dis rien. » Avouais-je en soupirant un peu.

Je ne sais pas encore si je vais réussir à apprécier la demoiselle. Déjà, je n'aime pas sa façon de me parler. Certes, elle peut être honnête, mais pour moi, ça fait irrespectueux. Elle pourrait contrôler ses mots... Prendre des mots plus gentils, plus simple. Ou essayer de trouver de la compassion, de comprendre les autres et surtout les sentiments qu'ils peuvent ressentir. Tout le monde n'est pas aussi forte qu'elle émotionnellement parlant. «  Je n'ai jamais dit que je trouvais cela marrant, c'est juste que pour qu'une grosse compagnie fonctionne il faut savoir laisser ses émotions de côté. » Me dit-elle. «  Et comme je te l'ai dis, les gens confondent franchise et méchanceté. Dire la vérité n'est pas un manque de respect. Que les gens soient susceptible ce n'est pas mon problème. » Je levais alors les yeux au ciel. Voilà, elle faisait outre des sentiments des autres et ce n'est pas une bonne choe, à mon point de vue encore une fois. Je secouais la tête comme exaspérée. «  Justement, tu ne devrais pas laisser de côté les émotions. Tu n'es pas une machine. Tu es un être humain et une entreprise peut tenir même avec des sentiments. Je sais de quoi je parle. Mon père est peut-être un con, mais il sait gérer une entreprise sans pour autant faire pleurer ses employer. Il sait faire la part des choses et trouver les mots juste pour motiver ses équipes sans pour autant les rabaisser plus bas que terre. Comment tu veux donner de la confiance et de l'envie à des personnes si tu les critiques sans contrôler tes mots ? Tu n'y arriveras pas. Ils n'arriveront pas à avoir confiance en eux. » Non pas que je veux la convaincre, mais je ne pouvais pas accepter ce genre de chose... Ce n'était pas dans ma nature dans le fond. «  Je suis peut-être brusque, mais ce n'est pas l'empathie qui va faire de moi une directrice générale. » Je ricanais un peu. Elle n'était pas possible... «  le grade, le grade.... Arrête de penser que ta franchise va te faire monter en grade. Tu connais ton boulot, et c'est ce talent qui va te faire monter en grade. Mais si tu es une personne sans sentiment, ça ne va pas t'aider. Tu vas être détester plus qu'autre chose et je ne vois pas où est le plaisir de travailler dans ces conditions. »

On venait à parler de moi cette fois-ci, alors je lui expliquer brièvement pourquoi j'étais là. «  Tu regrettes parce que tu te retrouves avec moi et que tu n'es pas à l'aise ? » Je soufflais un peu en posant mes mains sur mes cuisses. «  Je regrette car je ne supporte pas ton caractère. » Avouais-je en haussant les épaules. Je lui parlais de mon métier que je trouvais passionnant, là n'était pas la question, mais il est évident qu'elle gagnait bien mieux sa vie que moi. Il faut dire que je ne suis qu'une ouvrière artisanale. «  Tu vois ce que tu viens de faire, il ne faut plus le faire. Il n'y a pas de métier plus minable qu'un autre. Au contraire, la pâtisserie est un métier merveilleux. » Je pinçais mes lèvres entres elles en la regardant de nouveau. «  Je n'ai pas dis que ce n'était pas un métier merveilleux.. J'adore ce que je fais. Mais tu ne peux pas comparer mon métier au tien. Et désolée de te dire, mais dans la société où l'on vit, malheureusement, il y a des métier plus minable qu'un autre. Cependant, je ne critique pas. J'ai pas dis ça, tout le monde fait ce qu'il peut et ce qu'il veut surtout, je le souhaite. » Pour ma part, je me suis assez battu pour pouvoir faire ce qu'il me plait, et ça n'a pas été une tâche bien facile. «  Je dois t'avouer que les gâteaux sont mon pêché mignon. » Je souriais un peu à cette révélation. «  Et bien... Tu devrais prendre autant de plaisir à manger qu'un gâteau qu'à laisser de l'empathie pour les autres. «  Ceux ci dit... Si un jour tu veux goûter à ce que je fais, alors, tu pourras venir. Je peux t'en faire avec plaisir. » Disais-je en gardant un petit sourire. Elle m'expliquait alors ce qu'elle faisait dans la vie, et je comprenais que c'était un travail important, mais je n'allais pas redire ce que j'avais dis plus haut. «  Tout le monde a un caractère différent, et je trouve qu'il faut respecter le caractère de chacun. » Je passais ma main dans mes cheveux pour les mettre en arrière. «  Tu sais pourquoi tu préfère rester dans ta bulle ? C'est à cause des gens comme moi dont la confiance est trop grande ? » Je me met à rire. C'était plus fort que moi là. Je roulais des yeux et je croisais les bras contre mon buste. «  Tu n'es pas le centre du monde Helena... Et ce n'est pas à cause des gens comme vous comme tu dis. Non. Si je suis dans ma bulle c'est parce qu'on m'a toujours reprocher mes choix Helena. On a toujours été négatif avec moi alors j'ai appris à mes dépends que ça ne servait à rien de dire aux autres ce qu'on pense, parce que ça ne servait à rien. Parce que quoi qu'on dise, ils s'en moquent. »

☾ anesidora


Plus maladroite que moi, il n'y a pas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: Sooner or later, everything I touch turns to gold [Deborah] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Sooner or later, everything I touch turns to gold [Deborah]

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Woodbridge Avenue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération