Madness and darkness [Tina + Harley]

 :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 29/10/2017
›› Commérages : 190
›› Pseudo : Sashamour
›› Célébrité : Cara Delevingne
›› Schizophrénie : Sasha+Draven+Sam
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Madness and darkness [Tina + Harley] ✻ ( Ven 22 Déc - 14:30 )




Tina + Harley
« Madness and darkness. »
- Enfoiré !!!! Non arrête ça !! Oh !!!! Bon sang Savage stop !! Tu vas tout me faire louper à la fin !!! hurlais-je en me tortillant, installée en tailleur sur le lit tandis que le ouistiti qui me sert de meilleur pote s'amuse à me chatouiller les côtes, tranquillement installé derrière moi. Enfin, le ouistiti c’est plutôt moi sur l'instant vu la façon dont je gigote et bondit sur place pour tenter d'échapper à ses chatouilles tout en m'évertuant de rester concentrée sur le jeu alors qu'il s’agit d'un passage super hard. Il le sait très bien en plus, mais Savage adore faire chier au pire moment ! Un fait exprès ! J'hurle littéralement entre deux rires nerveux sous ses assauts.

- Pitié arrête ou je te le ferais payer de la pire façon qui soit !! En plus j’ai plus beaucoup de temps, Beny va venir me récupérer dans à peine dix minutes ! Steuplait laisse-moi finir, j'en peux plus de recommencer quinze fois le même passage ... soufflais-je.

- Tuutt tuttt ... nope ma belle, c'est sous la pression qu'on réussit le mieux ! Tu peux y arriver, me glisse-t-il à l'oreille sur un ton moqueur alors que ses chatouilles s'atténuent mais que ses mains s’égarent sur ma taille en des caresses qui me tirent de petits frissons. Je ne sais pas ce qui est le pire entre ça ou les chatouilles. Quoi qu'il en soit, je perds la partie et j'enrage en laissant alors tomber la manette plus loin sur le lit. Dans mon dos, Savage qui m'entoure de ses bras et de ses jambes, bascule bientôt en arrière en laissant échapper un rire, m'entrainant avec lui en position couchée.

- T'es pas douée Gresham ... vraiment pas douée !

- Tu plaisantes là ?! Combien de fois je t'ai mis la pâtée ?! Hein ? Espèce de lâche, t'es obligé d'user de cette tactique pour me faire perdre parce que tu sais très bien que d'ordinaire, je la remporterais haut la main !

Savage rétorque que non, que dans cette version là de Silent Hill, le fait de ne pas avoir d'armes pour se défendre me déstabilise complètement et que je ne suis pas assez rusée pour parvenir à un certain niveau. Il passe une main sur ma bouche pour me faire taire, présageant ce que je vais arguer. Je m'en défais en secouant la tête et parviens à me retourner, m'installant alors à califourchon au-dessus de lui.

- Écoute moi bien, armes ou non, je te fais une promesse, je vais royalement te torcher la gueule à ce jeu ! Tu vas morfler, tu verras ! Mais dorénavant, interdit de déconcentrer l'autre !

Savage me lance un regard amusé, ses yeux brillent d'une lueur particulière sur l'instant, comme celle qui habite mon regard de temps à autre à moi aussi. Le temps s'arrête entre nous alors qu'on se regarde droit dans les yeux. Je lâche un soupir en entendant soudain un klaxonne dehors. Un coup d’œil sur ma montre me témoigne qu'il doit s'agir de Beny. Il est temps que je parte. Je bascule pour me dégager de notre position mais Savage me retient un instant par le poignet et me ramène une seconde à lui pour déposer un baiser sur mon front.

- Bonne soirée ma teigne.

- Humpf ... et c'est moi la teigne en plus ... glissais-je revêche.

Il ne dit rien, semble capter mon regard sans pouvoir s'en défaire et un certain trouble m'envahit de nouveau alors que Beny semble pressé que je le rejoigne en klaxonnant une seconde fois. Je m'écarte alors pour de bon cette fois en glissant ma main sur sa joue.

- Bonne soirée sale traitre, finis-je par enfin lâcher une fois que j'ai enfilé mes pompes et remis ma veste pour me diriger vers la fenêtre. Une habitude qui me tient tellement souvent lorsque je viens squatter en douce chez lui que je ne songe que rarement qu'il existe une porte pour sortir plutôt que de crapahuter par la façade.

- Tu vas te faire mal un jour Gresham, me lance Savage qui se penche à la fenêtre tandis que je descends par le petit rebord de toit devant l'entrée.

- Compte là dessus, lui lançais-je mine de dire que ça n'arrivera jamais. Et puis c'est pas si haut.

La seule chose à laquelle je n'ai pas pensé, c'est que Beny pouvait me voir de sa voiture, mais il semble faire un peu de place en transvasant quelques trucs à l'arrière de la voiture, sans doute de la paperasse qui se trouvait sur le siège passager avant. Et lorsque j'arrive à sa hauteur en ouvrant la portière, je ne souffre d'aucune réflexion. Il n'a donc pas capté. Sinon j'aurais sans doute eu droit à une soufflante.
Beny a prévu la veille qu'on se fasse un tour sur le marché de nuit en ville, puis de manger au restaurant. Ça fait longtemps, a-t-il prétexté, qu'on ne s'est pas fait une sortie. A une époque, avec mon oncle, ce n'était pas si évident mais une complicité s’est véritablement installée il y a quelques petites années maintenant et je dois dire que malgré quelques légères rancœurs datant de l'enfance ou du début de l’adolescence, j'apprécie de passer du temps avec lui tout comme tout ce qu'il a toujours fait pour moi depuis que je suis toute môme. Après tout, il s'est occupé de moi depuis ma naissance avec ma mère, normal étant donné l'absence de mon père. Mais il s'est réellement investi à la mort de ma mère et j'ai vécu chez lui à partir de ce jour.

Et ce soir, je suis heureuse qu’on puisse passer du temps ensemble comme ça ne nous ait plus arrivé depuis longtemps. Sortie parlant, parce qu'on se côtoie bien assez à la maison mais c'est différent.
Arrivés sur le marché, je m'émerveille comme une gosse à peine descendue de voiture. Les allées illuminées de loupiotes multicolores et de décors hivernaux rendent l'atmosphère magique. J’ai l'impression de retomber en enfance ... mais l'ai-je vraiment quitter ? A se demander d'après ceux qui me connaissent bien. Beny m'entoure d'un bras aux épaules tandis que nous parcourons les allées. Je ne peux m'empêcher de penser un instant que ces attitudes et ces gestes là, j'aurais aimé les partager un jour avec mon père. Lui que j'espérais tellement enfin rencontrer à sa sortie de taule. Mais rien ne s'est déroulé de la sorte. J'écarte ces pensées qui me fileraient presque le cafard l'espace d'une minute. Nous dégustons une gaufre après nous être arrêtés à un stand.

- Tu as récupéré mon appareil photo au fait ? demandais-je à mon oncle alors qu'il devait le récupérer chez le photographe cet après-midi. Il confirme. Mon appareil a souffert d’une chute et s’est trouvé un temps en réparation.

- Cool, je pensais aller faire des photos de nuit.

- Ah oui ? Où ça ?

- Un artiste ne dévoile jamais ses ...

Beny me regarde d'un air interrogateur ?

- Ses ?

- Ses trucs ? Je sais plus comment on dit.

- Oui oui je vois ... approuve-t-il un brin moqueur. Je lui file de petits coups gentils dans les côtes pour l'inciter à arrêter de me taquiner.

~*~

La soirée s'est installée depuis deux petites heures, il doit être environ 22 ou 23 heures ou plus. Je n’ai pas fait gaffe, trop impatiente après le restaurant, de me rendre sur les lieux où il me tarde de m'aventurer. Beny nous a ramené à la maison et j'ai pris mon vélo, armée de mon sac à dos et de mon appareil photo, pour me rendre là-bas en empruntant les chemins de terre à travers bois qui mènent au dehors de la ville par l'est.

T'as envie de savoir où je me rends comme ça en pleine nuit ? Attends encore cinq minutes, on y est presque ! J’ai bien pensé que j'aurais pu inviter Savage ou Trixie à venir avec moi mais Savage se ferait inévitablement une joie de me foutre exprès la trouille sur les lieux, quant à Trixie, elle flipperait tellement je crois, qu'elle risquerait de couper court rapidos à l'expédition à peine entrée sur les lieux. Non, je suis bien mieux seule et puis j'adore affronter mes peurs. L’atmosphère que je recherche pour mes photos ne saurait être troublée par quiconque. Il me faut être seule pour m’immerger complètement dans l'atmosphère.

Le chemin de terre comporte quelques nids de poule que je ne parviens pas toujours à éviter dans l'obscurité malgré l'éclairage à l'avant du vélo. Lequel semble prêt à vouloir rendre l'âme on dirait, tant il se met par moment à tressauter. Les arbres majestueux tout autour forment comme une voute plus obscure encore alors qu'au loin, un bâtiment se découpe. Imposant, envahit par la végétation et quelque peu sordide. Le cliché même d'un hôpital abandonné ou plutôt d'une ancienne clinique psychiatrique. Oui, un asile ! Non je n’ai pas trouvé mieux pour faire des photos. Depuis que je me suis lancée dans ce cette activité, j'ai eu l'envie après avoir photographié nombre d'endroits banales et de gens, de cibler quelque chose de plus particulier comme des maisons abandonnées, de vieilles cabanes d'enfants perdues dans les bois, des ruines, jusqu'à des réseaux de tunnels de maintenance qu'on trouve à proximité des réseaux routiers. Et puis j’en ai voulu plus, usines désaffectées, vieux bâtiments ... . Et ce soir, c'est ainsi sur un véritable lieu de cauchemar que j’ai jeté mon dévolu.

Laissant mon vélo en appui contre un mur, camouflé derrière un buisson même si je doute qu'il y ait du passage ou quelque âme qui s'égare par ici, je récupère mon appareil et replace mon sac à dos allégé de ce poids en moins. Tout autour, il n'y a que forêt sauf une grande allée et à un espace désert où la végétation sauvage s'est faite reine des lieux. D'anciens parterres de fleurs encombrés de feuilles mortes et de tiges noircies pour seuls témoins de ce qui avait du avoir joliment fleuri à une époque. J'observe aux alentours, me dirigeant vers une vielle fenêtre dont le cadre est à demi remonté et brisé, traversé il y a sans doute un certain temps par une branche qui est venu s'y engouffrer en plein orage. C’est par là que je décide de m'introduire. Il y a assez d'espace et les morceaux de verres éparpillés à l'intérieur ont depuis longtemps été soufflés un peu plus loin dans la pièce par le vent. Quelques bris cependant craquent sous mes semelles, ainsi que quelques feuilles mortes et brindilles qui se sont elles aussi échouées là par l'ouverture béante.

Un sol carrelé et fendu, grisâtre dans l'obscurité seulement éclairé de ma lampe de poche et de quelques rayons de lune, une atmosphère pesante qui me fait appréhender chaque intersection de couloir ou chaque porte, qu'elle soit ouverte ou fermée, me font presque oublié le but de ma venue. Une certaine angoisse et tension m'accaparent si bien que j'ose à peine tenir mon appareil photo, craignant sous le flash, de faire apparaitre quelque chose qui ne devrait pas s'y trouver. Révéler quelque apparition serait pourtant assez fantastique dans un sens. Celui-ci reste ainsi pour le moment retenu par sa sangle autour de mon cou. A chaque pas, il me semble un peu plus lourd, pesant sur ma poitrine en renforçant ce sentiment d'oppression qui étreint déjà ma cage thoracique.

Ouais, j’ai sévèrement les chocottes avouons-le. Je ne pensais pas que ce serait aussi prenant. J’ai déjà visité des hôpitaux abandonnés, mais même si ça m'a laissé une impression étrange, ça n'avait rien à voir avec ce lieu-ci. Avec tout ce qu'on rattache autour des hôpitaux psychiatriques. Et crois-moi, avec tous le tas de films d'horreur que j’ai pu voir jusqu'ici traitant de ce thème, ça n'arrange rien à l'affaire. Un souffle de vent léger s'est semble-t-il levé dehors et on sait très bien ce que l'esprit croit entendre au simple murmure du vent lorsqu'il se décide à se transformer en lamentation, aidé par les jeux d'écho qu'il emprunte férocement en se renforçant peu à peu, mué en une mélodie qui fait tinter objets, vitres à moitié décelées ou autre ... .

Je crois entendre le retentissement aiguë d'un objet en verre, comme si quelqu'un avait cogné dans une bouteille vide dans un des étages supérieurs. Ça doit être mon esprit qui me joue des tours ou le vent qui aurait fait chuter quelque chose en s'engouffrant dans une pièce. Les voilages mités et à demi déchirés d’une chambre à ma droite forment des ombres inquiétantes sur le mur opposé. J’ai l'impression de sentir le souffle fantomatique de milliers de bras qui serpentent sur le sol, une idée tout droit sortie de mon imagination, un peu comme lorsqu'on regagne son lit dans l'obscurité après s'être levé en pleine nuit sans allumer la lumière et qu'on craint qu'une présence ne vous retienne soudain par les cheville et ne vous entraine avec elle.

©️ 2981 12289 0



This is what you want, this is what you get !
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/12/2017
›› Commérages : 60
›› Pseudo : Bananecuite
›› Célébrité : La belle Melissa Mcbride
›› Schizophrénie : Oup's, je suis aussi Debby debilos.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Madness and darkness [Tina + Harley] ✻ ( Mar 26 Déc - 20:56 )





Madness and darkness

Harley and Tina.

« Jeffrey... Tu sais bien que je suis toujours prudente, d'ailleurs je t'en parle toujours avant et je t'appelle après mon expédition pour te dire que je suis bien rentrée et en sécurité. Si j'ai un soucis, évidemment, que tu peux appeler la police. Si tu vois que dans... Fin non, vers 4h du matin tu n'as pas eu de mes nouvelles, alors oui, tu peux t'inquiéter. Mais tu sais que je suis prudente non ? »

Disais-je à travers mon cellulaire. Je faisais des expéditions depuis un petit bout de temps maintenant. Je dirais un an ? Oui c'est possible, faut d'ailleurs que je fête ça sur ma chaine youtube. C'est cliché peut être ? Je ne sais pas pas. Mais j'aimerais bien remercier tous mes abonnés qui me suivent. Quoi qu'il en soit, quand je pars en expédition, je n'y vais pas les mains dans la poche. Loin de là même ! Je me renseigne sur les lieux, sur l'histoire du bâtiment bien que maintenant, j'essaie de le faire après l'expédition pour ne pas être influencé par l'ambiance qui s'y règne mais surtout, je préviens toujours mon fils quand j'y vais. Il a pour habitude de se déplacer non loin du lieu où je vais pour éviter tout risque de problème sauf que ce soir, il ne pouvait pas, il devait garder les enfants chez lui. De là, j'ai pris la décision de l'appeler avant de partir et surtout après, quand j'aurais fini quoi. C'est normal non ? Je n'ai pas envie de faire stresser mes enfants... Et malgré ce que l'on peut croire ou pourrais penser vu mon passé,  je tiens à la vie plus que n'importe qui je pense sur cette planète.

«  Ok ok.. Soit prudente maman. Je sais que ça te plais de visiter tous ces lieux, c'est même moi qui t'ai fais découvrir ça, mais n'oublie pas ce que je t'ai dis d'accord ? »

Cela c'est mon fils dans toute sa splendeur. Je crois qu'il est plus inquiet que moi je pourrais l'être pour lui. Enfin.. Peut-être pas en faite. Mais il est vrai que c'est lui qui m'a fait connaître le monde de l'urbex. Il faut dire que ce n'est pas moi qui aller tous les jours sur Youtube pour visionner des videos... Le monde d'internet était bien flou pour moi il y a un an de ça. Certes, je ne suis pas si vieille que ça, mais j'étais plutôt partie pour faire mes recherches dans les livres ou à m'informer directement avec des personnes. En somme, je passais une grande partie dans une bibliothèque pour découvrir toute sorte d'histoire, que ça soit dans la ville, ou dans les environs. Autant dire que lorsque Jeffrey m'a mis devant un pc, au départ j'étais sceptique. J'en avais déjà un ( d'ordinateur ) mais je l'utilisais pour envoyer des mails ou encore pour rechercher des recettes de cuisine mais pas de grande recherches. Encore aujourd'hui, je fais généralement mes recherches via des livres.. J'aime beaucoup toucher la matière. Cependant, il m'a apprit à comment utiliser une caméra, à comment créer une vidéo, à comment faire des mise en page, à faire des graphismes numérique car il faut dire que si je dessinais c'était sur papier et non sur une tablette tactile et surtout, il m'a apprit à gérer une page youtube. C'est un peu mon bras droit dans ce milieu là car il m'aide beaucoup quand j'ai fini mes tournages. En fait, ça nous permet d'avoir un moment à tous les deux même si je ne lui demande pas de venir à chaque vidéo car il a quand même une vie et que je ne veux pas le lui privé. En plus, à ce jour, je sais parfaitement gérer mes vidéos et mes publications.

«  Je ne vais pas dans les endroits peu stable, rouillés, je demande toujours s'il y a quelqu'un et si je dérange. Si j'entends des bruits suspect ou des voix suspecte voire méfiante je m'en vais sans broncher ou si c'est trop dangereux, je coupe tout et je ne bouge plus pour ne pas être remarqué. » Lui répondais-je comme si c'était du par cœur. Il m'avait tellement répété ces mots que je ne pourrais les oublier. C'était quand même important alors au fond, c'était normal.

Après ce coup de fil, j'avais fini de préparer mon matériel. J'en avais pas des tonnes, j'avais mon bras articuler, ma caméra, mes lumières, mon sac avec de l'eau et quelques batteries de rechange.. Bref le strict nécessaire pour faire une bonne vidéo. Comme à mon habitue, une fois sur les lieux, je faisais mes repères de jours, vérifiant où est-ce que je pourrais aller et où est-ce que je ne peux pas. Il faut savoir que de jour, le bâtiment est beaucoup moins effrayant. Du moins, la tension n'est pas à son effigie. Équipé de mon bras articuler pour mettre ma caméra, je m'aventurais dans les lieux avec le regard prudent et admiratif de la bâtisse. Je mettais en route mon appareil avant de me mettre à parler à cet objet.

«  Bonjour tout le monde ! On se retrouve pour une nouvelle exploration. Je vous en avez déjà parlé il y a quelques temps et aujourd'hui je me suis lancé. Je vais visiter l'hôpital psychiatrique. Il faut savoir que la bâtisse a été abandonné il y a presque quinze ans voire vingt ans. La végétation a vraiment pris le dessus, j'ai eu un peu de mal à enjamber les buissons mais j'y suis parvenu. » Disais-je tout en avançant dans ma marche et visitant le bâtiment de jour. «  L'architecture est vraiment magnifique.. Mais comme tout le temps généralement, ça a été endommager par des casseurs. C'est vraiment dommage. Quoi qu'il en soit, on va y retourner ce soir pour découvrir tout ça. Aller c'est parti ! » Disais-je avant de filmer un peu de jour certain plan que je trouvais magnifique et je mettrais certainement dans la vidéo à certain moment. Je ne sais pas encore si je le mettrais à la fin ou au début, je verrais lors du montage.

Le soir était tombé et j'étais revenu sur les lieux avec mon matériel une seconde fois. Là, l'expédition allait vraiment commencé. J'activais ma caméra et j'avançais jusqu'au bâtiment. «  Croyez le ou non, mais l'ambiance est bien différente. Il fait un froid de fou, et je ne sais pas, c'est assez angoissant comme lieu. » Je pénétrais les lieux, cherchant les escalier pour monter à l'étage. Quand je fais mes expéditions, généralement, je commence par les pièces qui me tenais vraiment à cœur. «  On va commencer par aller voir la pièce de vie.. Elle est juste immense. Elle est au deuxième étages donc on va monter les .. » Je m'étais stoppé car j'avais cru entendre du bruit. Du coup, je me taisais pendant une petite minute pour me concentrer sur d'éventuel son. Rien. Je reprenais alors la parole. «  Non, j'ai cru entendre du bruit, une sorte de claquement, mais le bâtiment comme vous le savez est vieux et il y a forcément des bruits plutôt angoissant parfois mais très rationnel. Qu'est-ce que je disais.. A oui, on va monter en haut en premier lieu, tiens, ils ont là. » Je regardais alors l'état de ses derniers, voyant des tags sur les murs. En grimpant, on pouvait entendre les craquements de mes pas. Il y avait pas mal de débris au sol. Une fois à l'étage, nous arrivons directement dans cette salle de vie. Il y avait en plein milieu une ancienne chaise roulante. «  c'est assez flippant.. » Je mordais ma lèvre inférieure avant d'avancer tranquillement. Je ne pouvais qu'admirais cette pièce, certes, presque vide, mais remplis d'histoire. «  Il faut se dire qu'avant, pas mal de patient venez ici pour se détendre, se voir, et jouer ensemble. C'est dingue. » J'avançais toujours, allant dans le couloir qui mener à des pièces, notamment des chambres. Il restait encore des lits en ferraille. «  Ce qui me fait le plus flipper en vrai, c'est de tourner ma caméra et là, boom, je tombe nez à nez sur quelqu'un. J'vous jure, c'est ce qui m'angoisse le plus. » ajoutais-je en riant un peu. Puis je tapais involontairement dans une bouteille en verre qui roulait un peu plus loin de moi. «  Bordel.. Je me fais peur toute seule. J'ai tapé dans une bouteille, et le bruit m'a fait flippé de fou. » Puis je m'arrêtais de nouveau en fronçant les sourcils. C'était étrange car depuis tout à l'heure j'entends des bruits de pas mais je ne sais pas d'où ça vient. «  Je ne sais pas si c'est le vent où pas, mais j'ai l'impression que quelqu'un marche. Attendez.. » Et j'arrêtais de parler encore et j'entendais de nouveaux du bruit. «  putain si il y a quelqu'un, mais je pense que c'est en bas.. » Je soufflais un peu, en vrai ça me stresser beaucoup. Je savais que ça pouvais être risquer car beaucoup de taré pourrez venir ici pour faire je ne sais quoi. Je décide alors je restais quelques minutes dans une pièce sans lumière, sans rien.

Quand je me sentais plus sereine, ou surtout quand je pensais que tout aller mieux et qu'il n'y avait personne, que ce n'était qu'un fruit de mon imagination, je décide de descendre en bas pour me rassurer. J'avançais vraiment sans bruit et sans lumière, je me guidais avec ma caméra en mode infrarouge, c'est lorsque je vois une sorte de flash en face de moi que je réagissais. «  oh putain de merde. » Mon cœur battait vraiment à vive allure car je ne m'y attendais vraiment pas. Je décide d'allumer ma lumière pour voir qui pouvait être là. Ce n'est peut être pas la bonne solution mais il fallait bien que je sorte de toute façon. «  Il y a quelqu'un ? » Disais-je assez fort, bien que l'écho dans le bâtiment faisait qu'on m'entendais parfaitement. «  S'il y a quelqu'un, sachez que.. Que je ne suis pas là pour déranger, si je dérange, je peux partir. Je suis juste là pour visiter le lieux.. ».

☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 29/10/2017
›› Commérages : 190
›› Pseudo : Sashamour
›› Célébrité : Cara Delevingne
›› Schizophrénie : Sasha+Draven+Sam
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Madness and darkness [Tina + Harley] ✻ ( Jeu 28 Déc - 12:36 )





Tina + Harley
« Madness and darkness. »
J'ai l'impression d'entendre une voix à l'étage ou du moins l'un des étages. Mais sans doute est-ce le vent qui me joue encore des tours ou je ne sais quel grincement sinistre. A moins que des esprit rôdent ici et s'amusent de ma présence en cherchant à me tourmenter. Tant que ça ne tient qu'à ça, ça devrait aller, pas vrai ? Finalement, j'aurais du me faire accompagner de Savage ou Trixie ... . Comment ça j’ai la frousse ? T'aurais pas les chocottes toi dans mon cas ?! Je m'empare un instant de mon téléphone, songeant à appeler Savage pour me rassurer, ne serait-ce que lui envoyer un texto mais je crains de bondir en l'air à chaque foutue réception d'un message. Je crois que j’ai vraiment mal préparé ma petite expédition. Je ne sais même pas si les photos rendront quoi que ce soit avec un simple flash vu l'obscurité des lieux. Je m’attendais à ce que le halo de la lune s'invite plus par endroits mais cela aurait-il suffit ? Sans doute pas. Décidément je suis novice et je crois que je me suis surtout perdue en pleine nuit ici plus pour l'aventure et l'adrénaline provoquée par l'angoisse plutôt que pour réellement compter sur la possibilité de faire de bonnes photos.

Quelque chose grince plus loin. Bon sang, l'escalier ? Je perçois un chuchotement et je reste terrorisée un instant sur place comme si tout mouvement risquait à lui seul de déclencher l'apocalypse ou de me faire inévitablement repérer.
Pourtant, après un moment, je tente de me raisonner et plutôt que d'appeler dans le vide en imitant une grosse voix pour faire fuir tout intrus, je me mets alors à enclencher le flash en une succession de petits éclairs lumineux. Comme si ça pouvait faire fuir quiconque ou quoi que ce soit d'immatériel, parlant.
A chaque flash, je crains de me faire soudain surprendre par une présence qui se serait approchée en douce. Je marche doucement à reculons et arrive à l'embranchement d'un couloir. Je me retourne précipitamment sur la gauche en direction du couloir ouest et déclenche un nouveau flash.

« Oh putain de merde. »

Je suis un instant tétanisée sur place en entendant cette voix. Mon cœur s'emballe mais je percute sur quelque chose de plus ou moins rassurant dans mon esprit en réalisant qu'il s'agissait d'une voix féminine qui n'avait rien de fantomatique ou d'agressif mais plutôt de paniquée.

« Il y a quelqu'un ? »

La voix résonne en écho aux alentours. Il pourrait s'agir d'une clocharde squattant là ou d'une junkie. Je me mordille les lèvres, indécise quant à la réaction à adopter.

« S'il y a quelqu'un, sachez que.. Que je ne suis pas là pour déranger, si je dérange, je peux partir. Je suis juste là pour visiter le lieux.. ».

- Euh ... ? me décidais-je enfin bien qu'incertaine à manifester ma présence ou du moins la confirmer. Je suis dans le même cas que vous. Vous faites quoi ici ? élevais-je ainsi la voix d'un ton malgré tout doux et rassurant pour me faire entendre.

Je perçois vaguement une silhouette un peu plus loin tout au bout du couloir, dans l'obscurité qui fait penser à un tunnel sans fin.

©️ 2981 12289 0



This is what you want, this is what you get !
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/12/2017
›› Commérages : 60
›› Pseudo : Bananecuite
›› Célébrité : La belle Melissa Mcbride
›› Schizophrénie : Oup's, je suis aussi Debby debilos.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Madness and darkness [Tina + Harley] ✻ ( Mar 2 Jan - 14:04 )





Madness and darkness

Harley and Tina.

J'étais prête à appeler mon fils pour lui dire de rappliqué tout de suite. Je n'avais pas envie de me retrouver face à des dealeurs ou des tueurs... Dieu sait que c'est risqué ce genre d'endroit alors j'avais de quoi avoir peur et d'être paniqué, surtout que la personne qui se trouvait non loin de moi ne répondait pas au début. Est-ce qu'il se jouait de moi ? Est-ce qu'il était parti ? Ou est-il faire le tour pour me prendre par derrière et me faire la peur de ma vie ? Il y avait tellement de scénario dans ma tête. Cependant, l'idée que j'avais vu un flash juste avant m’intriguait C'était tellement bizarre de tomber sur des personnes qui prenne des photos. Du moins, de mauvaise personne.. Pourquoi ils feraient ça ? Je ne sais pas. Puis, bon il n'y aurait aucune raison. Après ça peut être une lumière de portable qu'il a éteint en m'entendant, c'est fort possible ça aussi. Et du coup, ça serait plus risqué. Je soufflais alors en me demandant ce que je pouvais faire. Appeler mon fils serait trop risqué dans le sens où la personne pourrait s'en prendre à moi et me retirer tout de suite mon portable alors je préféré taper un message pour le moment, le plus discrètement possible.

« Euh... ? » Entendais-je enfin, ce qui me faisait arquer un sourcil. Peut-être que la personne a enfin décidé à sortir. J'espérais que oui, ça me rassurer un peu en faite. Puis, le fait que ça soit une voix féminine me rassurer encore plus. C'est étonnant je trouve d'ailleurs, car une femme peut être aussi dangereuse qu'un homme non ? «  Je suis dans le même cas que vous. Vous faites quoi ici ? » Disait-elle alors ce qui me faisait un peu sourire. La tension partait un peu, bien qu'elle restait bien présente et que je restais sur mes gardes. Je décide d'avancer à petit pas pour m'approcher de la personne en question. J'avais ce besoin de me rassurer qu'elle n’avait pas un couteau ou objet qui pourrait tout simplement me tuer. C'est vrai quoi, qui me dit qu'elle ne se joue pas avec moi ? Elle peut peut être se jouer de moi en entrant dans mon jeu et en disant qu'elle était là juste pour découvrir les lieux. Je laissais activé ma caméra en me disant que s'il m'arrivait un truc, il y aurait une preuve de mon meurtre. Enfin.. Une preuve.. Si elle décide d'emmener la caméra avec elle, ça ne servirait à plus grand chose en faite.

« Je fais de l'urbex... Vous savez ce que c'est.. ? » demandais-je en essayant d'avoir une voix rassurée. «  En somme, je visite des lieux abandonnées comme celui-ci en le filmant pour le faire découvrir à d'autres personnes.. » Je mordillais mes lèvres tout en continuant d'avancer. «  Vous faites aussi de l'urbex ? Ou.. Vous êtes là pour un tout autre projet ? » Je finissais par arriver à la hauteur de la jeune femme. Grace à ma lumière, je pouvais plus distinguement la voir. Elle avait un visage qui ne faisait pas pensé à une psychopathe puis je voyais bien dans ses yeux qu'elle a eu aussi peur que moi. C'est un bon point. J'espérais juste qu'elle ne soit pas une bonne comédienne.

«  Pour être honnête, vous m'avez fais une peur de dingue.. » Avouais-je en riant un peu pour détendre l'atmosphère. Je passais une de mes mains dans mes cheveux courts en laissant mon regard sur la demoiselle. «  Finalement, j'avais voulu partir à cause de ça, mais maintenant que je sais que vous ne voulez pas ma mort, du moins, je l'espère, on pourrait découvrir ce lieu ensemble ? D’autant plus que je vois que vous n'avez pas énormément de lumière, moi j'ai une bonne lampe led, ça pourrait vous aidez dans votre projet.. Et à deux, si on tombe sur un psychopathe, on pourra se défendre non ? Vous ne pensez pas ? » A vrai dire, je ne voulais pas partir maintenant, il y avait tellement de pièce à voir encore et il est vrai qu'à deux, ça serait mieux. Puis ça permettrait de ne pas stresser pour tout et pour rien. Peut-être qu'à deux, l'imagination des bruits pourraient être plus minimes. «  Ne vous inquiétez pas hun, je ne compte pas vous enfermer ici. »

☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 29/10/2017
›› Commérages : 190
›› Pseudo : Sashamour
›› Célébrité : Cara Delevingne
›› Schizophrénie : Sasha+Draven+Sam
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Madness and darkness [Tina + Harley] ✻ ( Jeu 4 Jan - 11:45 )





Tina + Harley
« Madness and darkness. »
L'inconnue se rapproche de moi après lui avoir annoncé que j'étais ici dans à peu près le même but.

« Je fais de l'urbex... Vous savez ce que c'est.. ? »

Un peu, ouais, je suis venu faire des photos dans ce but mais je reste silencieuse un instant en m'appliquant à l'observer maintenant que je découvre son visage.

« Vous faites aussi de l'urbex ? Ou.. Vous êtes là pour un tout autre projet ? »

- Ouais ..., lâchais-je un peu revêche comme pour me protéger en évitant de montrer une facette trop amicale. L'inconnue doit avoir la quarantaine je dirais, elle a un visage aux traits fins et gracieux, un regard qui invite à se sentir en confiance, rassurant de prime abord comme son attitude.

« Pour être honnête, vous m'avez fais une peur de dingue.. » avoue-t-elle en riant.

- Humpf ... laissais-je échapper dans un soupir à peine teinté d'amusement qui dénote encore une certaine méfiance. Trop fière pour avouer que moi aussi.

« Finalement, j'avais voulu partir à cause de ça, mais maintenant que je sais que vous ne voulez pas ma mort, du moins, je l'espère, on pourrait découvrir ce lieu ensemble ? D’autant plus que je vois que vous n'avez pas énormément de lumière, moi j'ai une bonne lampe led, ça pourrait vous aidez dans votre projet.. Et à deux, si on tombe sur un psychopathe, on pourra se défendre non ? Vous ne pensez pas ? »

J'arque un sourcil et l'observe avec une moue un brin narquoise, m’apprêtant presque à lui rétorquer un truc genre "qu'est-ce que j'irais foutre avec une vioque ?". Mais je garde ces propos pour moi. Elle a l'air sympa, je devrais peut-être accepter.

- Si vous voulez ... lâchais-je finalement avec effort.

« Ne vous inquiétez pas hun, je ne compte pas vous enfermer ici. »

- Manquerait plus que ça. De toute façon, vous auriez du mal, arguais-je très sûre de moi pour ne pas dire faussement sûre.

Nous nous mettons ainsi à explorer les lieux.

- C'est quoi votre nom ?

Ce serait pas mal de se présenter. Disons que je sais encore ce qu'est le savoir vivre. Enfin ça dépend.

- Vous êtes venue ici comment ?

Marchant au même niveau, je l'observe un instant. Drôle de rencontre en pareil lieu. Moi qui regrettait presque de ne pas être venu accompagnée, c'est pas si mal au final. Ça semble nous arranger l'une comme l'autre, admettons au moins ça.

- Vous avez déjà fait de mauvaises rencontres ? l'interrogeais-je par rapport à ce domaine qu'est l'urbex.

Un peu plus tard, au détour d'une salle de chirurgie particulièrement flippante avec son plateau sur roulettes comportant l'empreinte d'anciens instruments qui s'y trouvaient sans doute posés autrefois, et le vieux fauteuil mité qui me rappelle ceux dans les cabinets de dentiste en bien moins confortable, nous faisons le tour de la salle, éclairant les coins d'ombres assurément plus flippant que tout le reste. Le vent est toujours infernale dehors et alors que soudain un vacarme infernal résonne à en faire presque vibrer le bâtiment, la dénommée Tina et moi bondissant dans un même élan dans les bras l'une de l'autre, nous entourant par la taille, complètement flippées l'une comme l'autre ! Autant dire qu'on ne s’embarrasse plus sur l'instant, surtout moi, de masquer les apparences, toute fierté s'est envolée chez moi.

- Bon sang, qu'est-ce que c'était ?!

On aurait dit le cadre d'une fenêtre brutalement ouvert par le vent et du matériel lourd qui aurait chuté poussé par ses assauts. La façon dont on est collée l'une contre l'autre en nous serrant toujours par la taille, fait naitre une pensée amusante dans mon esprit malgré tout le sérieux et l'angoisse de la dite situation. Ça me rappellerait presque un épisode de Scoubidou quand Sammy et Scoubi se précipitent l'un contre l'autre, tout tremblant de terreur.

©️ 2981 12289 0



This is what you want, this is what you get !
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 03/12/2017
›› Commérages : 60
›› Pseudo : Bananecuite
›› Célébrité : La belle Melissa Mcbride
›› Schizophrénie : Oup's, je suis aussi Debby debilos.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Madness and darkness [Tina + Harley] ✻ ( Sam 13 Jan - 23:08 )





Madness and darkness

Harley and Tina.

Finalement, je la trouvais pas très commode au premier abord. C'est normal dans un sens... Elle ne me connaissait pas. Elle est certainement sur ses gardes. Après tout, tout le monde pourrait être un psychopathe. Même moi ! Et même cette jeune femme. Je ne l'espérais pas cependant parce que je ne sais pas comment je pourrais réagir face à une telle situation. Quoi qu'il en soit ses petits mots me faisaient faire une petite moue. J'avais juste la sensation de la déranger et je ne voulais pas. Je lui proposais quand même de découvrir ces lieux ensembles. «  Si vous voulez.. » Je fus surprise de sa réponse. Je m'attendais à un non, à un «  va te faire foutre. » Mais j'ai pensé trop vite visiblement. Elle est peut-être plus gentille que je ne pense. «  Je ne veux pas vous forcez.. » Disais-je quand même par précaution.

«  Manquerait plus que ça. De toute façon, vous auriez du mal. » J'arquais un sourcil à ses paroles, je me demandais ce que ça voulait dire de son sous entendu. Pour elle, je n'ai plus de force vis à vis de mon âge ? Ou alors, elle me croit vraiment incapable de faire une chose pareille ? Certes, je ne ferais pas ce genre de chose, mais je pense que je suis encore apte à me défendre, même avec une main qui déconne. « Pourquoi j'aurais du mal ? » demandais-je quand même car j'avais envie de savoir après tout.

Je commençais à marcher à ses côtés, tant pis pour la video, je le ferais plus tard. Je n'avais jamais fais d'exploration accompagné du coup, pour le moment, je préférais profiter de cette exploration avec la jeune femme et me concentrer plus tard sur la vidéo. «  C'est quoi votre nom ? » dit-elle. De là, je posais mon regard sur elle quelques instants. «  Tina..Et le tien ? » Tout naturellement, je l'avais vouvoyais... Il faut dire qu'elle avait l'âge ou pratiquement l'âge de mes jumelles. Enfin, je pense. Elle fait jeune. Elle doit être dans la vingtaine je pense...

«  Vous êtes venue ici comment » J'avais envie de lui répondre « avec mes pieds » mais je ne préférais pas blaguer pour le moment. Je ne la connaissais pas après tout. «  En voiture, je l'ai garé un peu plus loin, du coup, je suis venue à pied jusqu'à la bâtisse. Je repère les lieux avant de venir exploré, du coup, je sais à peut près où aller. Et toi ? »

«  Vous avez déjà fait de mauvaises rencontres ? » Je ne sais pas si c'est une bonne solution de parler des mauvaises rencontres qu'on peut dire. Après tout, on pourra vite devenir parano après si on entends le moindre bruit. Encore pire si on croise vraiment une personne qui nous veux du mal. «  Non... j'ai eu plutôt de la chance sur ce coup là. J'espère que ça ne m'arrivera jamais, parce que je ne serais comment réagir. Cependant, je prend toujours mes précautions. Mon fils sait où je vais, à quelle heure j'y vais et à quelle heure je rentre. Généralement, il va à un hôtel pas trop loin de toute façon au cas où. Bon, ce soir, ce n'est pas le cas, mais il attends sagement mon coup de file quand je serais arriver tu vois. Il faut toujours faire ce genre de chose, parce que sinon c'est risquer. On ne sait jamais ce qui peut arriver.. Tu peux te blesser par exemple... »

Je haussais les épaules avant que nous arrivions dans cette salle plutôt glauque. Elle en donnait des frissons.  Mais j'aimais ce genre de pièce. Certes étaient encore intacte malgré le temps passé. Elle parlait, elle racontait une histoire et on se demandait combien de personne a pu venir s'allonger sur cette longue chaise. Avant, il y avait de la vie ici... Maintenant, la seule vie qui s'y trouve, c'était la nature à l'extérieur qui essayer de reprendre le dessus. Cependant, nous sommes prises de cours quand un bruit sourd et bien flippant se fait entendre soudainement. Je ne sais pas, mais instinctivement, je me suis attachée à la jeune femme, ne voulant plus la lâcher comme elle ne voulait plus me lâcher. On aurait dit deux adolescentes stressées et apeuré devant un film d'horreur sauf que nous, nous sommes déjà dans l'horreur du film et surtout, c'était la réalité de la vie. «  Bon sang, qu'est-ce que c'était ?»   «  Chuut.... » Lui disais-je en essayant d'être calme même si je ne l'étais pas vraiment. «  Fais pas de bruit.. » Murmurais-je en ne voulant pas nous faire entendre s'il y avait des personnes. Bon, je doute quand même que ça soit du monde qui est fait ça, mais plutôt le vent, mais mieux vaux être prudente.

Quelques minutes plus tard, tout ce qu'on entendait, c'était ce vent horrible à l'extérieur, alors je repris mon souffle calmement avant de ricaner un peu. «  Je crois qu'on s'est fait plus peur qu'autre chose bordel... » Disais-je quand même d'une petite voix. Je passais l'une de mes mains dans mes cheveux en osant à peine bouger. Il y avait des portes qui claquer suite à des courants d'airs, des bouts de verres qui tomber et qui faisaient penser à des bruits de pas.  Bref, tout pour penser que le lieu était hanté et bien nous faire flipper. «  Quelle idée qu'on a eu de venir ici sérieusement.. La pression monte de trop là, c'est pas possible. » Murmurais-je toujours en venant saisir le bras de Harley. Je crois que j'avais besoin de sa présence à mes côtés pour me rassurer. J'avais encore les mains légèrement tremblante suite à cette mésaventure ; «  On va sortir doucement d'accord ? Au moindre bruit, on s'arrête et on coupe tout ? Si on entends parler, généralement, on devrait aller vers la personne et lui expliquer ce qu'on fait ici mais si on ne le sent pas, on ne dit rien et on ne bouge pas pour montrer que nous sommes là d'accord ? » disais-je sérieusement en posant mon regard sur la demoiselle. Je restais vraiment attentive au moins son. Cependant, quand je voulais ouvrir la porte de la pièce qu'on venait d'entrer, je sentais une résistance.. «  Dite moi que je rêve... non non non....» grognais-je légèrement en essayant de l'ouvrir de nouveau. Quelques choses avait bloqué la porte, certainement dû au coup de vent de tout à l'heure et du truc qui était tomber. «  Pas de panique, on va trouver une solution.. » Je me grattais la nuque en soupirant longuement. «  Il y a une autre porte ? » demandais-je à la jeune femme mais je ne me souviens pas en avoir vu une autre tout à l'heure quand on regardait un peu partout. «  Je pense qu'on va devoir usé de notre force pour sortir d'ici.. » Le pire dans tous ça, c'est que j'entendais toujours du bruit de l'autre côté. C'était certainement le vent qui s'amuser avec les taules restantes, avec les fênetres qui s'ouvraient et fermer mais ça faisait un bruit qui me faisait juste flipper qu'autre chose. En faite, 'javais qu'une envie, c'était de sortir de cette bâtisse.

☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: Madness and darkness [Tina + Harley] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Madness and darkness [Tina + Harley]

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération