Double jeu ou pas, tu vas jouer avec moi | Tim

 :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 01/01/2018
›› Commérages : 23
›› Pseudo : bananecuite
›› Célébrité : Laura Vanderwoort
›› Schizophrénie : Il y a deux autres personnalités dans ma tête, la jeune debilos et la belle Tintin.
›› more about me

Double jeu ou pas, tu vas jouer avec moi | Tim ✻ ( Sam 6 Jan - 14:25 )



"Double jeu ou pas, tu vas jouer avec moi. "

L'amour est resté, comme une grande image survit seule au réveil dans un son effacé - Lamartine



Je venais tout juste de venir à Cap Harbor. C'est vraiment une petite ville comparée à New-York, et je m'ennuyais déjà. Je me demande encore pourquoi il a décidé de venir ici. Sérieusement ? Elle a quoi d'intéressant ? Je n'en reviens pas. New-York me manque déjà, je n'ai même pas profité de mon retour là bas. J'ai tout de suite décidé de venir ici pour le voir. J'avais des choses à lui dire, et j'avais surtout envie de lui montrer à quel point il ne fallait pas qu'on se joue de moi. Je lui avais tout donné. Mes sentiments, mes secrets, mes passions et surtout, mon cœur. Bordel, je lui avais dis « je t'aime. » Ce 'nest pas à tout le monde que je le dis ! Je l'ai même jamais dis à personne d'autre à part lui. Et voilà qu'il me trahit pour me mettre entre quatre mur pendant cinq ans. Enfin, trois mais quand même. J'aurais pu rester encore deux ans derrière ces barreaux. J'ai perdu trois ans de ma vie à cause de lui. Je le détestais à un point fou.

Quoi qu'il en soit, je m'étais préparer, j'ai pu faire mes recherches en prison, et je savais qui il était vraiment. Il s'appelait Timothy Mancini. Il tenait une sorte de stand de tir. Je crois qu'il y donne des cours alors c'est là bas que je le retrouverais. J'aime faire peur aux gens et lui, il va connaître la peur que je peux procuré. Je veux lui faire peur au point qu'il se pisse dessus. C'est méchant hun ? Mais je m'en fiche royalement. Je ne vais pas me laisser abattre pour un tel homme. Non, même si je lui ai donner mon cœur. Je sais être forte et contrôler tout ça. Il va prendre cher un point c'est tout.

J'arrivais au stand de tir, j'avais fais en sorte d'y aller vingt minutes après la fermeture, comme ça il y aura beaucoup moins de personne. Je venais vers une personne qui tirer déjà et je regardais ma montre. «  Mh, on ferme plus tôt aujourd'hui. » Il me regardait alors d'un air perplexe. «  Tu veux que je te prenne par la peau des fesses et que je te mette dehors peut-être ? BOUGE. » Disais-je plus sèchement en fronçant les sourcils et le gars partait. J'en profitais alors pour saisir l'arme en question, la regardant longuement avant de sourire en coin. Je cherchais du regard Timothy, avant de le voir de dos. Il donnait certainement des conseils à une belle demoiselle, ce qui étonnement me mettait encore plus en colère. Jalouse ? Ouais, un peu. Surtout vu la façon dont la fille se dandiner devant lui. Tss... Elle m'exaspérée. Ni une ni deux, je venais me poser à leur côté en posant instinctivement mon regard sur la femme. «  Mh.. mh... C'est bon ? Tu as eu ce que tu voulais ? Maintenant, tu me laisse prendre mon cours ? Je ne vais pas attendre deux heures. » Disais-je en tapotant l'arme contre ma poitrine. Je crois que j'ai dû faire peur à la demoiselle car elle est devenue toute blanche et n'a pas dédaignais me répondre, préférant aller ailleurs pour faire quelques tirs ou alors.. Pleurer. Peut-importe en faite. Je souriais d'un air satisfaite avant de poser mon regard sur le garçon cette fois ci. «  Bonjour chéri. Je t'ai manqué ? » Je viens visé la cible en papier avant de tirer dessus. Évidemment, j'avais parfaitement bien tiré vu que le trou se faisait en plein milieu de la cible. «  Je vois que je n'ai pas perdu la main.. C'est peut-être parce que... J'ai imaginé ta tête dessus. » Je viens m'approcher de lui lentement en plongeant mon regard dans le sien. En fait, le revoir me faisait un bien fou mais pour le moment la haine était trop grande. «  Je me demande encore comment je vais te faire souffrir.. Mh.. Tu choisis quoi entre te couper ce qu'il y a entre tes jambes ou une balle dans la tête ? » Grognais-je en venant le pousser contre le mur. «  Tu n'imagines pas à quel point tu m'as mise en colère Zack. Ah non, pardon. TIMOTHY. » Instinctivement, je viens lui donner une gifle. «  Tu t'es bien foutu de ma gueule espèce de petit con. T'as cru quoi ? Que j'allais rien faire après être sortie de prison ? T'aurais pu partir à l'autre bout du monde, je t'aurais retrouver. »  

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 31/12/2017
›› Commérages : 22
›› Pseudo : Harmajabb Mr.turtle
›› Célébrité : Jon hamm
›› Schizophrénie : Anthony Gresham aka Jeffrey Dean Morgan ; Simone Esposito aka Ryan Gosling
›› more about me

Re: Double jeu ou pas, tu vas jouer avec moi | Tim ✻ ( Sam 6 Jan - 17:33 )

Double jeu ou pas, tu vas jouer avec moi
Timmy & Sammy
Encore vingt minutes.
Et je vais fermer, et je vais rejoindre Eddie, et on mangera des pizzas.
Quoique, peut-être autre chose, j’en ai marre des pizzas…
Je vais sûrement ramener du thaïlandais, ça fait longtemps que j’en ai pas mangé ceci dit. ’’ Est-ce si important de mettre le cran de sûreté ?’’ Cette question me fait revenir sur terre et je regarde la jeune blonde, elle n’était pas sûre de ce qu’elle venait de dire (et pour être honnête c’est une question qui est assez stupide), mais elle a fait l’effort de chercher tout un prétexte pour venir me parler. Je connais très bien ce stratagème qui consiste à me retenir durant les dernières minutes, à discuter des armes pour ensuite virer petit à petit dans la vie privée tout en fermant le stand, à vouloir boire un verre et une partie de jambes en l’air. Sauf que non, il va falloir que je sois clair sur le fait que j’ai mon gosse à m’occuper ce soir bien que ça m’aurait plu. ’’ Comment peut-on éviter d’être surprise par la force de recul ?’’ Je ne pensais pas qu’elle aurait enchainé par une seconde question alors que nous savons très bien qu’elle connaissait la réponse. Elle se donnait un air stupide et dire qu’elle veut apprendre à tirer pour savoir se défendre, elle n’est juste pas douée. Je soupire et continue à lui expliquer, en espérant que ce sera la dernière. La journée a été très longue, on a tous besoin de décompresser et … À peine que j’eu terminé l’explication, une personne s’est tapé l’inscrute et je ne l’ai…

Oh. Merde.

Encore, ce mot ne décrit absolument pas en comparaison de ce que je ressens dans le fond. J’allais dire la connerie que je ne l’ai jamais vue ici, mais en fait, ça fait surtout des années que je ne l’ai pas vue, et encore plus proche de moi. Je me fige à cette vision et j’eu un instant de trouble avant de réaliser que même la blonde en face l’avait aussi vue. Ce qui fait que je n’hallucine pas, mais alors pas du tout. Sammy se retrouve bien là. Je suis muet de surprise que je n’ai pas pu lui répondre de suite. De toute manière, elle ne m’aurait pas laissé le temps de dire un mot qu’elle se met déjà en position pour tirer sur la cible en papier. Je l’observe et remarque un petit truc sur lequel je vais sûrement chipoter et ne pas me retenir de lui en faire la remarque bien qu’elle a tiré dans le mille. ’’ Mh…Mh… Belle imagination, ceci dit je suis sûr que tu verras la différence entre ‘’tuer’’ une cible immobile et un vrai humain. Ton pied droit était mal positionné.’’ Oui bon, je n’ai pas pu m’empêcher mais elle a elle-même dit qu’elle voulait prendre son cours. J’essaye de me montrer décontracté et indifférent face à cette phrase qui en réalité ne me met pas du tout, mais alors là, pas du tout à l’aise, pour pas dire… Ouais non, je préfère dire que je suis pas à l’aise. On s’en tape du reste et ça fera un flot de phrases pas utiles et non appropriées au moment. Surtout que je sais d’avance que je suis dans la merde et je sais que Sammy le sait. Je croise son regard et elle avance vers moi, elle n’a pas dû aimer mes remarques. Si seulement on aurait pu se retrouver autrement, j’aurai adopté ça, mais c’est mort dans tous les cas quand elle apprendrait que je suis flic. Enfin, j’étais. J’aurai quand tout donné pour la voir courir vers moi, l’accueillir dans mes bras et ensuite monter dans la voiture pour ne plus jamais retourner nos regard derrière nous. Mais ça, ça n’arrive que dans des films. C’est con de faire des trucs faux comme ça.

Elle avance, je recule et jette des coups d’oeil aux alentours. C’est presque désert et la blonde qui était sûrement la dernière… Avant-dernière élève n’est plus là. Je fronce les sourcils face à ses idées de vengeance et je la regarde avec un air mi-déçu et mi-blasé. Face à cet air que j’adopte, elle me pousse contre le mur et je relève les mains de façon à ce qu’elle les voit, je ne peux pas les mettre sur ses épaules pour la calmer. Quand elle est énervée, mieux vaut pas la toucher, même si mon coeur me dit merde à ma tête réfléchie. Le temps où je savais la calmer par un contact est peut-être révolu. ’’ Sérieusement ? Tu as eu trois ans pour réfléchir à toute sorte de vengeance et tu as retenu que celles-ci ? Elles sont trop classiques Sammy. Tu n’as pas une autre option plus originale ?’’ Ok. Je devrais surtout prendre la situation au sérieux et arrêter de faire le con. Ceci dit, la gifle, je ne l’avais pas vue venir et d’un côté, je l’ai vue venir et je l’ai bien méritée. C’était le genre de gifle où je n’avais même pas pu retenir ma tête tourner à l’impact. Ça claquait bien fort. Je serre la mâchoire, qu’est-ce que je déteste ça , qu’on me frappe et je n’aurai pas hésité à rendre le coup. Seulement, ce sera le cas si elle me redonne le même coup et je retrouve vite son regard face à sa colère. J’ai subitement plus envie de répliquer, ni même lui faire la remarque qu’elle ne devrait pas m’appeler par mon prénom entier. Elle continue à déverser sa colère et je sais qu’elle n’en aura pas fini là. Elle va vouloir sûrement essayer de tirer sur une cible mouvante pour la leçon suivante et je suis sûrement la parfaite personne pour ça. La tension était suffisamment tendue pour que je puisse lui répondre pas sérieusement. ’’ Je n’ai même pas cherché à partir à l’autre bout du monde…’’ lui dis-je en haussant à peine les épaules avant de reprendre, montrant ma surprise et l’incompréhension quant à la voir déjà en face de moi. Rien à voir, je suis content de la voir, mais… ’'C’était supposé être cinq ans…?! Si j’avais su que tu serais sortie de prison, même où. Je serai venu te chercher et je t’aurai expliqué ce qui s’est passé. Ce n’est pas ce que tu crois Sammy.’’ Fis-je en essayant de la calmer comme je peux en bougeant un peu les mains pour appuyer mes arguments. J’ai juste omis le détail flic, mais le reste…! Ok. J’ai pas omis, je lui ai carrément menti en pleine face.

electric bird.

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 01/01/2018
›› Commérages : 23
›› Pseudo : bananecuite
›› Célébrité : Laura Vanderwoort
›› Schizophrénie : Il y a deux autres personnalités dans ma tête, la jeune debilos et la belle Tintin.
›› more about me

Re: Double jeu ou pas, tu vas jouer avec moi | Tim ✻ ( Dim 7 Jan - 14:32 )



"Double jeu ou pas, tu vas jouer avec moi. "

L'amour est resté, comme une grande image survit seule au réveil dans un son effacé - Lamartine



C'est moi où il venait de me faire une réflexion dans ma méthode de tirer ? Certes, c'est lui qui m'a apprit à tenir une arme en main et à savoir visé. Mais de là à entendre cette réflexion, ça avait le don de me rendre dingue. Cependant, ces conseils ne rentre pas dans une oreille d'une sourd. Bien au contraire, c'était bien rentré dans ma tête et il ne sera pas déçu la prochaine fois. Mes lèvres s'étaient pincées entres elles en le fixant longuement pour lui faire comprendre que je me serais passé cette remarque. Surtout en ce moment car ce n'est pas ça que je veux entendre de sa bouche. Il m'a tellement énervée pendant ces trois années que j'ai passé en prison. Je lui en veux tellement de m'avoir trahis et surtout menti. Je déteste le mensonge alors me faire ça, alors que j'avais confiance en lui, c'est juste blessant. Peut-être que j'aurais agis différent s'il m'avait prévenu de ce qu'il faisait dans mon dos. « Déjà, je t'emmerde. Et ensuite, si je dois tiré sur une cible mobile, crois-moi, je le ferais. Tu risque d'avoir mal par contre, j'en suis désolée d'avance. » Évidemment, c'était une menace.  Je ne disais pas ça dans le vent, et j'allais vraiment lui prouver que même en bougeant, je peux très bien visé. Cependant, je ne vais pas lui dire quand, c'est beaucoup moins drôle sinon.

A son regard blasé, je lâchais un soupire. Il m'énervait avec ses regards là. Il savait que j'étais très observatrice et je remarquais tout. Je ne pouvais m'empêchais de le pousser contre le mur. Certes, reposais mes mains sur son corps, même rapidement, ça ne me laisser pas indifférent. Il faut dire qu'il m'avait quand même manqué. J'avais passé de très bon moment avec lui. Des moments qui maintenant était faussé et surjoué par cet homme. Cela me donner un goût amer en réalité. J'avais la sensation d'être souillée. Par contre, à sa seconde reflexion, je fronçais les sourcils. Il cherchait quoi là ? Que je m'en prenne à lui ? Que je le fasse souffrir à proprement dit ? «  Crois moi, l'option final, tu pourras le regretter de la demander. Et tu sais que je vais les choses lentement. Que je prends mon temps. Mais je peux très bien passé à l'étape supérieur. » Ma haine envers lui était vraiment forte mais je savais que je m'en voudrais de lui faire du mal au point de le tuer. Déjà, là n'est pas mon envie car j'ai pas l'envie de retourner entre ses barreaux. Sauf si je cache le corps.. Ceux-ci dit, j'ai pas envie qu'il soit le premier que j'ai tué de toute ma vie. Jusqu'à présent, j'ai pu échapper à ce genre de chose et c'est en partie grace à lui. D'ailleurs, je ne comprend pas pourquoi il a fait cela surtout que ça aurait été une bonne raison de me coffrer des années en plus. Je le comprend définitivement plus. Je serrais les poings en  le regardant, j'avais envie de le frapper encore et encore. De lui montrer à quel point il avait brisé mon cœur. Je viens d'ailleurs lui redonner un coup contre son buste. «  Evidemment.. Que je suis bête. Tu en as rien à faire de moi. Tu t'es éclaté à coucher avec moi et à faire le mec méchant. Tellement éclaté que tu es parvenu à me convaincre de plein de chose tellement fausse. Ouaiis, Timothy le gars qui gagne le trophée du meilleur menteur et manipulateur au monde. »  Je regardais mon chargeur car je ne savais pas combien de fois le gars qui l'avait eu avant moi l'avait presque vidé. Finalement, j'avais encore assez de balle pour me venger. Qu'il me voit le faire, j'en avais rien à faire. Il n'arrivera pas à me prendre l'arme de mes mains. «  Ouais, tu aurais bien voulu hun que je reste deux ans de plus. Mais il ne faut pas rêver, j'ai eu un avocat de rêve. Certes, je ne sais pas où est-ce qu'il est tombé et encore moins qui me l'a pris mais grâce à lui, au moins, j'ai pu sortir avant. C'est pas comme certain qui en avait rien à faire. » Je levais mon arme vers lui pour qu'il te taise avec ses belles paroles. Je me reculais même pour mieux le voir et surtout m'éloigner de sa présence car grand dieu, son parfum m'avait trop manqué. J'aurais préféré être dans ses bras et l'embrasser de nouveaux plutôt que de faire ça. «  Ta gueule ok ? Arrête de dire des mensonges ! Tu m'as déjà assez menti ! Tu t'es foutu de ma gueule, ça je l'ai bien compris ! Je ne sais même pas qui tu es.. Tout ce que tu m'as dis, tout ce qu'on voulait faire, c'était que du vent. Ce qui s'est passé ? Moi je vais te le dire. Tu as joué avec moi, tu as réussi à me faire croire des choses que j'aurais jamais soupçonner. C'était mon rôle putain ! J'aurais dû te cerné, j'aurais du sentir que tu étais un putain de poulet. » Je secouais la tête en laissant mon arme braqué sur lui. «  J'ai tout perdu à cause de toi. Toi tu mènes ta petite vie dans cette ville minable, tu as pu faire plein de chose, alors que moi j'ai du me battre pour rester en vie dans cette prison ! Et maintenant qu'est-ce que j'ai ? Cette rage envers toi et rien d'autre. J'ai plus rien à CAUSE DE TOI. »  J'étais à deux doigts de d’appuyés sur la détente.  «  On aurait pu faire plein de chose ensemble Timothy. Vraiment plein de chose.. Et tu m'as lâchement trahis. Brisée. Je t'aimais bordel. Tu veux que je tire sur un être humain ? Bah regarde ! » Je baissais mon arme, mais je tirais malgré tout. Cela a été plus fort que moi, même si tout de suite je regrettais d'avoir fais ça. J'avais visé sa jambe donc sa vie ne sera pas en danger de toute façon.. J'espérais du moins. Je mordillais mes lèvres entres elles en le regardant. «  Je... merde.. »   

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 31/12/2017
›› Commérages : 22
›› Pseudo : Harmajabb Mr.turtle
›› Célébrité : Jon hamm
›› Schizophrénie : Anthony Gresham aka Jeffrey Dean Morgan ; Simone Esposito aka Ryan Gosling
›› more about me

Re: Double jeu ou pas, tu vas jouer avec moi | Tim ✻ ( Lun 8 Jan - 0:00 )

Double jeu ou pas, tu vas jouer avec moi
Timmy & Sammy
Un léger regard désolé.
C’est ce que je lui lance en guise de réponse face à sa réaction quand je lui ai fait une réflexion sur sa position au moment du tir. Cela me rappelle pourquoi je lui ai appris tout ça. C'était pour qu’elle sache se défendre parce que nous étions d’accord qu’elle ne pouvait toujours pas éviter les attaques par balle et que je ne pourrai pas toujours la protéger. Je me rappelle que j’avais commencé les cours juste après qu’elle ai manqué de se faire tuer et j’ai du prendre une balle pour elle. Pourtant, elle est là, devant moi sur le point de vouloir me tuer, j'aurai jamais cru que ça puisse arriver un jour, mais pourtant j'aurai dû m'en douter. Je sais ce qui fait que j’ai encore confiance en moi même si je me sens un peu trop tendu à l’idée qu’elle puisse faire quelque chose avec cette arme. Ceci dit où est ce qu’elle l’a trouvée ? Devait-elle l’avoir pris de Bob ? Merde. Elle s’est démerdée pour qu’il n’y ai plus personne, ceci dit, c’est peut-être mieux pour la sécurité de tous.

Je l'emmerde ? Bon à savoir au final… j’ai vraiment dû me retenir de sourire en me pinçant intérieurement la lèvre parce que ce côté-là n’a pas changé, je l’emmerde toujours et ça a toujours été comme ça dans le passé. Je ne sais pas si je dois être soulagé que notre relation et nos échanges sont restés presque les mêmes après trois ans. Ceci dit, elle m’emmerde aussi entre nous. Mais là, pas maintenant, je suis surtout au taquet et je fais de mon mieux pour rester calme. " Tu n’es pas une tueuse Sammy." Tuer une première fois n’avait rien de jouissif, c’est même le moment le plus dur et peu importe les années passées, on se souvient toujours de sa première cible. Toujours. Et surtout pourquoi on a tiré, si on aurait pu faire autre chose. Souvent, on y revient malgré nous. Moi je me rappelle de la première personne et c'était ce braqueur dans cette banque qui tenait à la joue une banquière, je lui ai tiré dans la tête sans réfléchir et il n'était pas prêt à mourir.

N'empêche que je suis dans un drôle d'état d'esprit. Depuis qu'elle n'était pas là, ça ne me faisait ni chaud, ni froid que j'allais mourir un moment donné ou un autre. Tant que je ne meurs pas vieux, vieux croûton ça me va. Je ne me vois pas du tout à la maison de retraite. C'est pas le genre de fin que je voudrais voir, si bien que je serai avec quelqu'un à mes côtés... Sauf que, je ne vois personne d'autre qu'elle et elle veut ma mort. Alors si me blesser ou quoi pourrait l'aider à se calmer, qu'il en soit ainsi. Mais avant... Il faut que je lui explique. Sauf que, c'est mal la connaître, quand elle est énervée... On ne peut pas en placer une et elle n'écoute surtout pas. Et ça, ça lui a été fatal et ça lui sera toujours fatal ! Elle me balance qu'elle aurait réussi à me retrouver, peu importe où j'aurai été, que je sois au coin du monde comme l'Australie, elle m'aurait retrouvé. Sauf que je n'ai pas cherché à partir loin, je ne voulais surtout pas partir de New-York en fait. Je lui ai dit ça, mais forcément, elle le prend mal sans grande surprise.

Un coup. Elle était moins douloureuse celle-ci et encore une fois, cela me ramenait rapidement dans le passé. Elle aimait bien me faire ça quand je lui lançais une réplique et qu’elle n’a rien de mieux qu’à me répondre autre chose que d’un ta gueule ou t'es con toi et me frapper amicalement mon torse ou mon bras tandis que je ricane avant de lui entourer ses épaules de mon bras pour la rapprocher de moi tout en marchant… enfin tout dépend de la situation. Sauf que ce coup là, il n’avait rien d’amical malheureusement et elle recrachait toute sa rancœur. Je secoue la tête pour montrer mon désaccord à ses propos. Je réalise après coup qu’elle pourrait comprendre que je confirmais ses dires. Si seulement je disais un mot, mais ils étaient restés bloqués au fond de la gorge quand je la vois vérifier le chargeur. Je cherche autour de moi une solution, l’arme est hors de ma portée, mais si j'avance... La situation n’est pas à mon avantage et c’est étrange tout de même, il y a même pas longtemps que je voulais mourir et quand je vois plus ou moins de moment venir, je fais mon maximum pour trouver une solution pour sauver ma misérable vie de rien du tout. Peut-être parce qu'elle est là que tout fait une différence. Mais d'un autre côté, j'ai comme accepté mon sort et cela n'est pas étonnant dans le sens... Enfin, regardez moi. La vie que je mène n'a absolument rien à voir avec celle que j'ai mené à New-York et encore, c'est Eddie qui m'a permis de tenir le coup parce que je m'occupe de lui comme je peux et encore, c'est parce qu'il est un adolescent. Que se passera-t-il quand il sera assez grand pour se démerder seul ?

C'était censé être cinq ans et comment ça se fait que je n'ai pas été au courant qu'elle était sortie par qui ce que ce soit ? Mes anciens collègues ? Son avocat qui était censé de me prévenir quand elle sortirait merde ?! D'ailleurs, elle en parle de ce petit con. Il va m'entendre parler ceci dit, même si je n'ai pas le droit de venir à New-York, rien à faire. Si je m'en sors vivant, j'irai faire un tour là-bas. " Sammy... En fait, l'avocat... " soupirai-je et à peine que j'eu le temps de parler pour lui expliquer que c'était moi qui avait engagé l'avocat qu'elle lève l'arme en ma direction. Je retiens ma respiration et garde toujours les mains en évidence. Elle ne veut pas m'écouter, j'essaye de l'en dissuader du regard mais ça ne fera rien. " Sammy, écoutes-moi. Si tu n'as pas vu que j'ai menti, c'est parce que c'est..." Le fait qu'elle serre davantage son arme vers moi me dissuade encore une fois de plus de parler et surtout, elle me montrait de cette manière-là qu'elle n'avait pas terminé de parler.

J'ai bien été sur le point de tout abandonner, ma vie de flic et même ma future promotion à l'époque. J'étais sur le point d'abandonner ma vie confortable pour elle. J'étais sur le point d'entrer dans l'illégalité et ça m'aurait été égal que je doive abandonner définitivement ma famille. Bon maintenant, aujourd'hui, les choses sont devenues un peu différentes. Tout ce que je lui ai dit, c'était vrai. Si elle n'avait pas remarqué que j'ai menti, c'était parce que je disais vraiment la vérité et que j'ai été sincère, il m'a fallu beaucoup de temps pour le réaliser et en être à 100% sûr maintenant. " Mais tu m'as toujours..." ajoutai-je dans l'espoir de capter son attention, mais elle était trop aveuglée par la colère qu'elle ne tiqua pas. Elle m'a moi, elle ... Peut tout avoir en retour, juste qu'il lui faut être patiente et qu'elle voit les choses dans son ensemble au lieu de se focaliser sur un point noir : mon côté flic. Je ne suis plus flic ceci dit. Je n'ai pas rien foutu, j'ai fait ce que j'ai pu pour rassembler... Sans trop m'attendre à ce qu'elle me pardonne du jour au lendemain par rapport à ça.

Puis les choses se sont enchaînées assez rapidement.

Elle avait pris la distance, j'en ai profité pour bouger et me décoller du mur, il y avait cette occasion de prendre ce glock qui était juste à ma portée maintenant que j'ai fait un pas et comme elle hésitait, j'aurai eu le temps de prendre l'arme et la désarmer, sauf que je n'ai rien fait de tout ça. " Sammy, ne fais pas ça ! " Et en un espace de quelques secondes, j'ai cru qu'elle m'avait écouté et à peine que j'ai soupiré de soulagement que le coup fut parti.

J'en perds l'équilibre sous l'impact que ça a eu sur ma jambe, je me retrouve à nouveau contre le mur que je glisse vite fait contre pour me retrouver à terre. La douleur ne vint pas immédiatement, en fait, je n'ai pas réalisé de suite. En une fraction de secondes, j'ai cru qu'elle avait raté, juste tiré sur le sol pour me dissuader de bouger davantage. Subitement, je ne sens plus ma jambe si ce ne sont que des picotements avant que la douleur prenne de plus en plus d'ampleur, mes mains par réflexe arrivèrent sur ma blessure pour y voir du sang. Merde !

Merde !

Bordel de merde ! Merde ! Putain de merde ! " BORDEL SAMMY !!" m'énervai-je et je ne peux pas continuer de suite, envahi par la sensation de brûlure... Non, pas de brûlure, c'est une sensation amie je pourrai dire. Bordel ! Ce n'est pas la première fois que ça m'arrive et c'est toujours aussi désagréable. Je croise son regard, j'y vois du regret. Ah bah oui bravo ! Quand je disais qu'elle n'est pas faite pour tuer des gens et me voir souffrir n'a pas l'effet qu'elle aurais voulu avoir ! Au contraire d'en être contente, j'imagine qu'elle culpabilise ! Je soupire bruyamment, serrant la mâchoire en même temps. Je ne peux pas retenir mes grimaces de douleurs. " Que ce soit clair. En aucun cas, je ne pointerais une arme sur toi, même si j'en aurai l'occasion ! Je mets ça sur le compte de ta colère, chose que je comprends bien et je l'ai mérité, j'en suis désolé ! Désolé que t'ai eu à faire trois ou cinq ans de prison au lieu de quinze par ma faute ! Bordel !" Je grogne de douleur et inspire avant de faire l'effort de me redresser et regarder par moi-même la blessure. Je soupire. Ok, c'est pas pire que ça en a l'air. Si elle avait visé mon genou, ça aurait été encore plus critique et si c'était ma cuisse, j'aurai été mort en quinze secondes même pas. Par contre le sang qui coule, c'est pas bon, et la balle n'est pas sortie. Bordel. " Ça va aller... C'est pas si mal que ça. J'ai eu pire..." soupirai-je, mais ça n'en reste pas moins douloureux et encore, mon égo, je ne suis pas sûr qu'il s'en remettra. Maintenant qu'elle reste silencieuse et qu'elle s'est un peu calmée pour l'instant, j'en profite pour prendre la parole avant que ce soit trop tard et que l'idée de me mettre une autre balle dans mon corps lui traverse l'esprit. " Je ne mérite pas le trophée du meilleur menteur et manipulateur au monde parce que à part le fait que je n'ai pas précisé que j'étais un flic infiltré, tout était vrai Sammy. J'étais même prêt à tout plaquer pour toi, prêt à partir pour faire notre trafic à nous-même et j'étais prêt à ce qu'on réalise plein de choses ensemble. Je t'avais pourtant dit ce jour-là de ne PAS revenir dans cette usine !! Pourquoi c'est toujours si compliqué de m'écouter pour une fois ?! Tu n'es pas la seule à avoir tout perdu ! J'ai perdu mes repères, mon badge à force de t'avoir défendue jusqu'à en perdre la crédibilité. J'ai été considéré dépressif, inapte au travail et bien d'autres merdes que j'en ai donné la démission parce que je n'en pouvais plus de tout ça ! Je t'ai perdue et à part t'attendre, demander à ton avocat de raccourcir ta peine, oh d'ailleurs... De rien pour l'avocat Manzinni, je l'ai engagé et c'est un vrai con mais il fait du bon boulot. Il reste quand même un coup à me raccrocher au nez. Je ne savais pas quoi faire que... Voilà. J'ai fait ça en attendant." fis-je en montrant le lieu. Je soupire et regarde comment me relever, trouver cette boite de secours. Je vois que le sang n'arrête pas de couler. Bordel, je ne peux pas aller à la clinique sous le risque de croiser des collègues qui vont appeler ma soeur. Peu de gens croiront que c'est un accident si je l'ai fait seul. Cependant, je continue quand même à lui parler, autant dire tout ce que j'ai sur le coeur avant de mourir. " Si tu n'as rien repéré, c'est parce que tout était réel Sammy. Tout était réel, il n'y avait pas de mensonge partout. Je t'ai vraiment aimé, mais quand tu t'embarques dans un mensonge, tu ne sais jamais comment t'en sortir sans blesser la personne que tu tiens vraiment." Je la regarde avant d'observer ma jambe, je n'aime pas cette sensation de vibration et ces piqûres qui s’intensifient. " Qu'est-ce que j'ai grave merdé à t'omettre ce détail. Si je te l'avais dit... Je ne suis pas sûr que t'aurais bien pris cette nouvelle à cette époque."

electric bird.

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 01/01/2018
›› Commérages : 23
›› Pseudo : bananecuite
›› Célébrité : Laura Vanderwoort
›› Schizophrénie : Il y a deux autres personnalités dans ma tête, la jeune debilos et la belle Tintin.
›› more about me

Re: Double jeu ou pas, tu vas jouer avec moi | Tim ✻ ( Sam 13 Jan - 22:26 )



"Double jeu ou pas, tu vas jouer avec moi. "

L'amour est resté, comme une grande image survit seule au réveil dans un son effacé - Lamartine



Oui, je ne lui avais pas laissé la parole. Il faut dire que j'étais trop sur les nerfs que je ne pouvais pas pensé clairement. Je ne voulais pas lui faire du mal, encore moins le tuer car je ne suis pas comme ça et que mine de rien, je tenais à lui comme personne sur cette Terre. Pour ça, d'ailleurs, il me faisait bien chier. Il a réussi à brisé ma carapace, à me rendre plus vulnérable. Je n'aimais pas être vulnérable. Timothy me connaissait comme personne alors que moi, je ne connaissais plus rien de lui. Ce n'est plus l'homme que j'ai connu, enfin, c'est ce que je crois. Peut-être que dans son rôle de Zack, il y aurait un brin de vérité, aucune idée. Comment le serais-je ? Il a tellement bien jouer avec moi. C'est fou quand même... Quoi qu'il en soit, je ne le laissais pas s'expliquer. J'avais du mal à me contenir. Il faut dire que j'ai attendu trois ans pour lui dire ce que j'avais sur le cœur. J'ai dû attendre toutes ces années avant de lui montrer à quel point il m'avait fait du mal. Mon arme était resté en main, je savais qu'il regardait tout ce que je faisais. Je voyais bien qu'il craignait que je tire, mais je ne voulais pas le faire. Je l'aimais bien trop pour appuyais sur la détente mais surtout, visé un endroit fatal. C'est pour cela que j'ai baissé l'arme, sauf que mon doigts en a décidé autrement et se mis à déclencher la détonation.

C'était pas voulu. Vraiment pas voulu. Je le regardais d'un air désolée et surtout, je me sentais bête et coupable. Je regardais ta jambe comme pour réalisé ce que je venais de faire. Je ne savais pas vraiment quoi dire car de toute façon, mes mots ne changerait pas la situation. Puis les cris de Tim me faisait réagir, le regardant dans les yeux et je l'écoutais. Je lâchais l'arme qui tomber par terre, car je n'en voulais plus dans mes mains maintenant. Le fait de savoir qu'il ne me tirait pas dessus, ça me toucher mais est-ce qu'il disait vrai ou c'était juste une ruse ? Rha, ça me prenait la tête. Je ne savais plus quoi penser, plus croire quoi que ce soit. «  Mais... » Disais-je sans même pouvoir dire autre chose puisqu'il continuait à parler. Cette fois-ci c'est lui qui disait les choses. Je pense qu'il en profitait bien avant que je reprenne mes esprits.

J'ai rêvé où il m'a dit qu'il avait engagé cet avocat ? J'en revenais pas. Je tombais sur le cul à cette nouvelle. Il aurait pu me le dire quand même... Même s'il ne le pouvait pas, il aurait pu me le dire. J'en revenais vraiment pas. Je fronçais les sourcils par contre quand il remettait ça sur ma faute sur le fait que j'étais revenue sur les lieux. Oui mais moi, je ne pouvais pas savoir qu'il allait faire une chose pareille ! Moi, je voulais juste récupérée deux trois truc qui me restait. Si j'aurais su, je n'y serais pas allée non mais eh. Je viens l'aidé à le redresser, restant silencieuse pour le moment. Je voulais qu'il est fini de dire les choses sinon il me reprochera de lui couper la parole comme moi je pourrais le faire s'il le faisait. Quoi qu'il en soit, je voyais la trousse de secours et je viens la saisir rapidement avant de l'ouvrir. De là, je viens coupé le tissu de son jeans sans même lui demander la permission puis je viens faire un garrot pour stopper le sang de couler. Là encore, je ne parlais pas jusqu'à ce que je lève mon visage vers lui pour savoir s'il avait fini de parler.

« Pour commencer, je m'excuse de t'avoir tiré dessus, c'est parti tout seul ! Je ne t'aurais pas tué alors c'est bon, excuse ! » Soufflais-je en passant ma main dans mes cheveux. J'ignore ce qui va se passer pour moi mais ça ne va pas être beau tiens. «  Ensuite, même si tu m'as dis de ne pas revenir là bas, honnêtement, tu me connais ! Alors, oui, je n'écoutes jamais mais si j'aurais su que les flics auraient débarqués, baaah je n'y aurais pas été ! Là, je pensais simplement que tu ne veuilles pas que j'y aille parce qu'on allait les quitter tout simplement et que ça aurait pu être risqué pour moi, j'en sais rien merde ! » Je le fais s'asseoir sur une chaise qui n'était pas loin. Je me demandais d'ailleurs ce qu'elle faisait là, mais qu'importe. Je regardais la blessure en grimaçant. Même si ce n'était pas si grave, ça rester un trou dans la chaire. «  Et j'ignorais que tu avais voulu m'aider aussi ! Que tu avais perdu ton boulot par ma faute et tout le reste ! J'étais pas dans ta tête et si tu aurais eu l'idée de me dire que tu étais un flic, je l'aurais peut-être su ! Et même si on aurait réussi à faire notre projet, tu aurais continuer à me mentir ? A dire que tu es Zack ? » Je secouais la tête d'un air exaspérée. «  Franchement ? Même si pour toi, certaines choses étaient réelle, je n'aurais jamais cru que tu aurais réussi à me mentir en me regardant dans les yeux. » Je prenais du désinfectant qui se trouvait dans la trousse et je viens en mettre sur la blessure. Cela va piquer mais je doute que ça fasse plus mal que maintenant. «  Non bien sûr que non je ne l'aurais pas bien pris, mais j'aurais fini par accepté, tu me l'aurais dis, je t'en aurais voulu mais si tu as vraiment eu cette envie de partir avec moi alors, je t'aurais pardonner parce que mon amour pour toi est bien plus fort que ce grade de merde ! Surtout si tu les aurais quitté. Tu me prend pour qui ? Un monstre ou quoi ? Je ne t'aurais pas tuer. Engueuler, oui, mais je n'aurais pas pu te laisser. » Soupirais-je longuement avant de me caler à ses côtés. «  Tu me fais chier sérieusement Timothy. »

En tout cas, là, il fallait qu'on s'inquiète pour la blessure. «  bref, on en reparlera à tête reposer. Là, on doit trouver une solution et moi avec les flic au cul, s'il apprenne que je t'ai tiré dessus, c'est un bonsoir et un adieu. C'est retour en prison et pour bien plus longtemps que trois ans. Et ça ne sera pas ton avocat qui va m'aider là. » Je réfléchissais alors à une solution avant qu'il ne se vide de son sang et qu'il me claque sous les bras. «  et tu n'as pas intérêt de mourir parce que là, je te tuerais encore plus en enfer ! Tu veux que je te soigne ? Si la balle est ressorti, je peux te recoudre. Je l'ai déjà fais.... Il y a trois ans, mais ça doit être comme le vélo, ça ne s'oublie pas si ? Et s'il y a encore la balle bah... Tu vas devoir te la fermer le temps que je te trifouille tout ça pour la récupéré. Ou alors, il faut trouver une excuse bien bidon parce que d'une, on sera que je suis surveillée,  et qu'en plus, je n'ai pas un rond pour me payer un logement alors réussi à me prendre des cours, ça serait vraiment débile de ma part. » Je passais alors mes mains sur mon visage, commençant un peu à paniquer. L'idée de retourner en prison me rendait malade. Je ne voulais pas y retourner, j'y ai vécu trop de mauvaise chose. «  Quelle idée de tenir un stand de tire sérieusement ! » Grognais-je un peu. J'étais plus en colère contre moi à être trop excessive plutôt que contre lui à ce moment. «  J'ai pas envie d'y retourner Zack. Vraiment pas. Certes, ta vie n'a pas été facile, mais tu ne peux pas imaginer tout ce que j'ai pu vivre moi en prison. Etre coupé du monde, ne voir personne c'est plus pour moi. J'ai assez donné. » Je ne m'étais même pas rendu compte que je l'avais appeler Zack. Il faut dire que je l'avais appeler pendant un long moment comme ça. Il me faudra du temps pour l'appeler correctement.    

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 31/12/2017
›› Commérages : 22
›› Pseudo : Harmajabb Mr.turtle
›› Célébrité : Jon hamm
›› Schizophrénie : Anthony Gresham aka Jeffrey Dean Morgan ; Simone Esposito aka Ryan Gosling
›› more about me

Re: Double jeu ou pas, tu vas jouer avec moi | Tim ✻ ( Dim 14 Jan - 15:23 )

Double jeu ou pas, tu vas jouer avec moi
Timmy & Sammy
C'est parti tout seul.
Ben voyons. Y a un putain de cran de sécurité sur cette arme ! Quoique....Ça ne m'aurait pas étonné qu'elle l'ait pris du gars qui était justement en train de tirer, donc il n'aurait pas eu le temps de remettre la sécurité. " Tu ne m'aurais pas tué... Dans la seconde, tu étais bien partie pour... Et encore un peu plus haut, tu aurais touché l'artère fémorale et j'aurai été mort en quelques secondes." soupirai-je, ayant un peu de mal à finir mes phrases rien qu'à cette pensée où elle aurait pu me tirer. Ouais, c'est ma façon de positiver face à cette blessure, faut bien lui dire qu'elle a plutôt eu le bon réflexe de baisser l'arme, mais retirer le doigt de la détente est encore bien mieux. Raah... Putain. C'est moche, ça saigne... Même si Sammy a fait un garrot, ça ne va pas m'empêcher de me vider de mon sang. Je crois que ma soeur m'a dit quelque chose par rapport au garrot, je ne me rappelle plus quoi exactement, mais il fallait se méfier. Dans tous les cas, Sammy est le meilleur médecin de nous deux, elle m'a toujours soigné après une blessure... Quoique, ça ne m'est jamais arrivé à la jambe. Ça aurait été plus facile si c'était ... Ah oui non, c'est mieux que je ne me sois pas pris une balle surtout. Elle se met à râler qu'elle ne m'écoutait pas et j'ai cette impression que ce n'est pas prêt de changer. Chose à laquelle je soupire en levant les yeux.   " Ah oui, parce qu'à l'époque, si je t'avais balancé : oh au fait Sammy, je suis désolé, mais je ne m'appelle pas Zack et je suis flic. Ne t'inquiète pas, je ne vais pas t'arrêter. Au contraire, tu ferais mieux de ne pas venir à la planque ou ce sera le gros bordel. Et je suis quand même prêt à partir avec toi. Tu ne m'aurais pas laissé continué et encore, j'ignorai si tu tenais toujours à ces enfoirés là-bas. Même si t'avais envie de faire ton propre business, t'aurais couru pour les prévenir. Je ne voulais pas prendre de risques." Une pause, je soupire et te regarde. Désolé de ne pas t'avoir fait confiance à ce moment-là, j'aurai dû, je sais. Mais sur l'action du moment, à être tiraillé de tous les côtés, j'ai pas eu le temps de réfléchir à tête reposée et à comment te ménager sur cette information. Je ne savais pas quoi faire et j'avais mes mains liées entre mon boulot et elle. Je n'aurai jamais cru que ce genre de situation puisse arriver en fait.

Je fais un signe qu'il y a une chaise pas loin, je commençais à me relever sans attendre son aide, mais elle finit quand même par m'aider. Il n'y avait pas beaucoup de pas à faire, mais, la douleur est loin d'être supportable. Bordel, ça fait très mal et je ne sens plus vraiment la jambe, est-ce une bonne idée ce garrot ?! Je m'installe lourdement sur la chaise avec une grimace et un grognement de douleur. Je la regarde et elle semble être calmée. Ouais, je crois que cet "accident" l'a totalement refroidie. Sammy me pose les questions qui ne sont pas mauvaises ceci dit. Est-ce que j'aurai continué à lui mentir ? Réponse que je trouve rapidement, je ne pense pas que j'aurai continué à évoluer surtout qu'on aurait été tous les deux, seuls contre le monde. Je secoue à peine la tête en guise de réponse et passe la main dans mes cheveux pour redresser cette mèche, je regarde ma jambe et je n'aime pas la vue que j'ai. " Non, je t'aurai tout avoué après être sûr que nous soyons parti bien loin de tout ça." Et elle soupire d'un air exaspéré, moi aussi je le suis. Des fois, je me sens con de ne pas l'avoir dit plus tôt, mais j'avais des craintes et pas assez de force à me faire à l'idée qu'elle puisse ne pas bien le prendre et vouloir me trucider. Elle m'a bien montré sa haine envers les policiers, cela m'avait mis mal à l'aise à l'idée que j'en étais un. " C'est le côté que je déteste dans le mensonge, c'est que j'en suis même obligé de mentir aux gens que je tiens." lui répondis-je tout en la regardant dans les yeux. Ce contact, la savoir en face de moi m'ont tellement manqué. Je me suis trop attardé sur elle que je n'ai pas capté ce qu'elle était en train de faire, j'ai à peine senti le produit couler sur ma jambe, je ne sais pas si c'est bon signe ou pas. Ça pique seulement. J'essaye de bouger les orteils, mais j'y arrive à peine alors que je reste attentif à ses paroles. Peut-être que je ne dis rien, elle sait que je l'écoute toujours. Cela ne passe pas (la majorité du temps) dans l'oreille d'un sourd. Maintenant qu'elle me dit ça, maintenant que je pense ça, c'est trois ans plus tard. Franchement, je me sens con et elle a dû voir mon regard qui en dit long pour qu'elle me dise que je la fais chier. Je soupire et n'ai pas pu m'empêcher de sourire malgré moi. J'ose enfin un petit geste de la main sur son épaule. " Je sais. Je t'ai toujours fait chier ceci dit." Pourquoi ça aurait changé d'ailleurs ? Je me fais chier à moi-même aussi.

Je lance un regard blasé sur ma blessure maintenant qu'elle m'en parle. Je devrais plutôt me focaliser là dessus et me sauver la vie. Si on ne fait rien je vais y passer dans quelques heures. J'ai connu pire comme conditions où j'ai été près de la mort, alors c'est un peu normal que je m'en montre indifférent là. " Fallait réfléchir avant de... Ah oui, le coup est parti hein... Prochaine fois, vérifie le cran de sécurité sur l'arme..." Je croise son regard et je lui lance le même regard qu'elle. " Quoi ? C'est pas fait pour décorer !" Au moins si je réussis à parler et à tenir la conversation, c'est que je ne vais pas si mal que ça. Si ? Peut-être oui, mais ça ne va pas durer longtemps. Je me mets à réfléchir en silence à une solution, mais j'ai du mal à m'y focaliser, surtout avec cette sensation qui est bizarre et dérangeante. elle m'explique des solutions, entre me recoudre si la balle était ressortie, j'aurai aimé cette solution là. Sauf que ben non. Je la regarde et finis par hausser les épaules, oui, c'est comme coudre un vêtement surtout...Si elle a fait l'atelier couture là-bas. Enfin, je ne sais pas comment marche les prisons, mais ce n'est pas l'endroit idéal dans tous les cas. " Elle ne m'a pas l'air d'être ressortie. Je la sens toujours... " Marmonnai-je alors qu'elle me parle de l'option deux : si la balle n'est toujours pas là. Je sens mon coeur se serrer et étrangement, je ne me sens pas si bien que ça à l'idée qu'elle veuille récupérer la balle. La dernière fois, c'était à l'épaule et j'en avais bavé. Ceci dit, j'en ai toujours les séquelles, Sammy n'est pas une si bonne infirmière qu'elle aime le croire. Elle propose finalement une solution trois, je la regarde un peu surpris et étrangement je suis plutôt partant pour l'excuse bidon. "Comment ça t'as pas un rond pour un logement ? Va pas me dire que tu dors dehors toi?!" Oui, je retiens surtout ça que tout le reste. Faudrait qu'un moment donné, j'arrête de la passer en priorité face à ma santé. " Désolé d'aimer les armes !" répondis-je face à son râlement. Je la vois paniquer, même si elle n'aime pas le montrer pleinement, elle paniquait à l'idée d'y retourner. Je veux bien la comprendre. Je ne dis rien quant au fait qu'elle m'ait appelé Zack. Ça me faisait bizarre d'entendre ce prénom pour la première fois après trois ans. " Hey. Mi stella, je ne laisserai pas ça arriver." lui dis-je alors que je lui caressais le dos de ma main, je dois me focaliser sur elle. Ne pas penser à la blessure, j'ai pas l'impression d'être mieux en mieux là. " J'ai peut-être une idée... Je suis désolé, je sais que t'aimes me trifouiller pour récupérer les balles, mais la dernière fois que tu as fait ça pour mon épaule...Et beeen, ça ne s'est pas bien cicatrisé et j'ai eu une fracture dont j'ignorai l'existence pendant deux ans... Je préfère éviter de reprendre ce risque. Tu n'as peut-être pas d'argent, mais ça n'empêche pas le fait que t'as déjà un logement, puis les premiers cours ici sont gratuits. Tu as le droit à une séance d'essai. Mais ça ne s'est pas passé comme prévu... Tu n'as pas remis le cran de sécurité. Un accident peu arriver et malheureusement, je me suis pris une balle." Une pause, je soupire. " Appelle-moi Tim ceci dit."
electric bird.

 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: Double jeu ou pas, tu vas jouer avec moi | Tim ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Double jeu ou pas, tu vas jouer avec moi | Tim

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération