Looking for an answer which seems to be out of reach [Aaron - Darcy]

 :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street :: Heaven Central Park
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 07/01/2018
›› Commérages : 76
›› Pseudo : Sworty / Jordan
›› Célébrité : Alexander Calvert
›› Schizophrénie : Pas d'autres personnages.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Looking for an answer which seems to be out of reach [Aaron - Darcy] ✻ ( Ven 19 Jan - 5:00 )

Huit heures du matin, c’était à l’heure à laquelle s’était réveillé Aaron, heure qui n’était pas un horaire totalement ordinaire puisqu’il était plutôt un habitué des grasses matinées. Il faut dire que le chômage ne le préoccupait pas tellement vu son immense fortune et il pouvait se permettre de se réveiller tardivement sans se soucier de la recherche d’emploi matinale pour le moment. C’était un jour qui semblait tout à fait banal et il faisait une température plutôt correcte mais pourtant Aaron s’était réveillé en sueur après avoir fait un cauchemar qui l’avait mal réveillé. Ce cauchemar était un petit peu particulier puisqu’il l’avait de nouveau plongé dans une phase sombre de son enfance. Il s’était revu en tant qu’enfant sauf que cette fois il avait été kidnappé par son père afin de subir une nouvelle fois des mauvais traitements comme lorsqu’il était enfant. Ce qui le préoccupait était surtout que dans son cauchemar personne ne se souciait de savoir pourquoi il avait disparu subitement et personne n’avait entamé la moindre recherche pour savoir où il pouvait être. Cela pouvait paraître plutôt ridicule de s’en faire pour si peu puisque ce n’était qu’un cauchemar mais, lorsqu’il se réveilla, il eut une sorte de boule au ventre. Une peur panique l’avait envahi et quelques réflexions un peu démoralisantes lui vinrent à l’esprit telles que de savoir quelle trace il allait laisser sur cette Terre s’il venait à disparaître ou à qui il allait bien pouvoir manquer. Ces réflexions n’avaient aucun sens dans la mesure où il avait des personnes qui tenaient à lui comme son frère, le majordome de la famille Graham ou sa meilleure amie, entre autres personnes. Et c’est en pensant à ces personnes que ces pensées noires s’évanouirent et qu’il se décida à se lever pour entamer sa journée. Il était d’une humeur exécrable, avait envie de râler sur tout et tout le monde et lorsqu’il était dans cet état il n’y avait qu’une seule chose pour le satisfaire et lui changer les idées: jouer de la musique. En plus de tout ça, il avait simplement envie de respirer un peu et prendre l’air et c’est avec ces deux éléments en tête qu’il prit simplement la décision d’aller prendre son violon pour aller jouer tranquillement en plein air au Heaven Central Park, lieu qu’il appréciait tout particulièrement.

Avant de partir, il devait toutefois se motiver un petit peu et se préparer. Il se leva donc de son lit, mit un T-Shirt pour ne pas simplement rester en boxer et se dirigea vers la cuisine afin de se préparer un petit-déjeuner bien copieux et bien gras à base de bacon et d’oeufs brouillés. Il poursuivit le début de sa journée par une petite séance de sport dans son garage mais il interrompit cette séance au bout de vingt minutes puisqu’il ressentait une sorte de douleur dans le dos, là où il était marqué à vie par les cicatrices des coups qu’il avait reçus dans son enfance, même si cette douleur était simplement psychologique. Il passa quelques temps dans sa salle de bains afin de prendre sa douche, puis pour se coiffer et c’est seulement au bout d’une bonne heure dans sa salle de bains qu’il put sortir de là pour se diriger en serviette vers sa chambre afin de se vêtir d’une tenue très simple composée uniquement d’un Jean et d’un T-Shirt noir. Il se rendit dans son bureau afin d’aller récupérer son tout premier violon rangé très précieusement dans un étui très basique. Il avait toute une collection de violons dans son bureau dont certains qui dégageaient un son plus propre et qui n’étaient pas beaucoup utilisés mais il préférait utiliser le premier violon qu’il avait reçu dans sa vie car il avait une importance toute particulière pour le jeune homme, d’autant plus que le son produit par celui-ci était toujours un son acceptable. Il avait également ajouté un stylo et quelques feuilles de papier à musique afin de tenter de composer dans son coin.


« Yuki, c’est l’heure de la promenade. Allez viens ma belle ! », dit-il à sa chienne après avoir descendu les escaliers pour aller voir sa chienne. Cette fois-ci, Yuki était fortement enthousiaste à l’idée d’accompagner Aaron pour une promenade. Elle l’était tellement qu’elle se précipita sur Aaron et leva ses pattes avant pour les poser sur les épaules du jeune homme et essayer de le lécher au visage, une des choses qu’il détestait le plus au monde. Il eut donc un geste de recul et demanda à sa chienne de se calmer afin de lui mettre sa laisse tranquillement. Il ne prit pas la peine de mettre sa muselière puisque Yuki était plus qu’adorable malgré le fait que c’était un husky, donc par définition un grand chien qui pouvait potentiellement représenter un danger pour certains même si dans la plupart des cas c’était une race de chien non-agressive. Une fois tout cela fait, il se mit en route pour Heaven Central Park, cet immense parc dans lequel on pouvait trouver de la tranquillité, tranquillité dont il avait besoin pour composer et réfléchir un petit peu à sa situation. Après plusieurs minutes de marche accompagné par sa chienne, il atteignit enfin ce grand parc. Il se dirigea vers le vendeur de hot-dog, qui commençait à bien connaître le dernier des Graham puisqu’il le croisait très souvent, afin de prendre un truc à manger avant de se poser dans un coin légèrement isolé près de la fameuse mare aux canards du Heaven Central Park. Il était proche de midi lorsqu’Aaron était assis confortablement dans l’herbe, sa chienne allongée à quelques mètres à côté de lui et, en contemplant cette grande étendue d’eau, il ne put s’empêcher de penser à quelque chose qui le tracassait depuis ce matin.
En effet malgré le fait qu’il avait un certain projet à accomplir à Cap Harbor, projet dont il n’était pas encore absolument sûr de la finalité, il ressentait comme un vide dans son esprit. Il avait besoin de quelque chose de nouveau, d’un nouveau défi qu’il pourrait relever, quelque chose qui l’épanouirait comme lorsqu’il avait choisi de s’inscrire dans cette grande école de musique. Composer, il le faisait assez régulièrement mais ce n’était pas suffisant. Peut-être avait-il besoin de partager son savoir en rejoignant un groupe, en jouant dans un bar, ou en enregistrant des vidéos qu’il pourrait partager sur Internet, ou bien avait-il simplement besoin d’autre chose ? Toujours est-il qu’il n’arrivait pas à mettre de mots sur ce qui lui manquait dans la vie et c’est pour cette raison qu’il sortit son violon de son étui, attrapa le stylo et ses feuilles de musique afin d’y écrire quelques notes qui lui vinrent en tête pour tenter de décrire ce qu’il ressentait. Il chantonna quelque peu histoire d’être bien sûr de l’enchaînement de notes qu’il venait d’écrire sur sa feuille à musique puis, après avoir écrit ces quelques notes sur sa partition, il se leva, attrapa son violon qu’il posa sur son épaule comme la plupart des violonistes, ferma les yeux et commença à jouer en visualisant dans sa tête les notes de sa partition. La musique qu’il jouait à cet instant était certes plutôt mélodieuse mais elle était très loin d’être parfaite et loin de convenir totalement à Aaron. Après quelques essais supplémentaires, Aaron fit une petite pause et s’assit de nouveau en tailleur sur l’herbe afin de modifier un peu sa partition et au bout de quelques instants Yuki se mit à aboyer afin de signifier à son maître que quelqu’un approchait. Il savait qu’il y avait du passage à quelques dizaines de mètres de l’endroit où il se trouvait mais ne s’attendait pas spécialement à voir du monde le rejoindre même s’il n’était pas caché et qu’il n’était pas contre l’idée que des gens viennent le voir à priori. Il se retourna sans prendre la peine de se lever pour le moment et se contenta simplement d’un
« Bonjour… Que faites-vous ici ?» très calme avec un petit sourire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 20/09/2016
›› Commérages : 250
›› Pseudo : HARLEEN. (Marion)
›› Célébrité : emilia clarke
›› Schizophrénie : ça revient
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Looking for an answer which seems to be out of reach [Aaron - Darcy] ✻ ( Dim 11 Mar - 18:30 )

❝ looking for an answer who seems  to be out of reach
Darcy & Aaron


Cette journée était vraiment difficile pour Darcy, déjà elle s'était réveillée en retard et puis, elle avai eu mal à la tête dès le réveil, une migraine foudroyante qui l'avait prise alors qu'elle avait à peine ouvert les yeux et en plus, son lit était froid. Son chat n'avait pas dormi avec elle, et Thomas n'était toujours pas là. Alors elle s'était réveillée, le cœur lourd et les pensées altérées par une tristesse infinie. Elle avait envie de rester au lit toute la journée, ne rien faire, ne pas ouvrir la boutique et se faire porter pâle. Elle envoyait tout de même un message à sa vendeuse pour lui demander si ça la dérangeait de travailler toute seule aujourd'hui, si elle n'allait pas lui en vouloir et elle lui répondait par la positive, qu'elle pouvait se reposer, et que de toutes façons, elle en avait besoin, qu'elle avait bien repéré les cernes sous ses yeux qui grossissaient au fur et à mesure du temps qui passait. Et Darcy balançait son téléphone avant de se jeter dans son lit, se replongeant sous la couette, sa tête enfouie dans les dizeines de coussins qui se tenaient sur son lit. Et son téléphone ne bipait même pas pour lui signifier qu'elle avait un message de Thomas, il n'y avait plus de messages, il n'y avait plus rien, que du vide, de l'absence et un silence intolérable. Elle allait devenir folle si elle continuait à y penser, alors elle tournait son téléphone en mode avion et elle replongeait dans les bras de Morphée. Et les rêves sont là, toujours la même chose, toujours le même rêve, ou plutôt le même cauchemar, Thomas qui lui dit qu'il l'aime et elle qui lui rit au nez, elle qui lui rit au nez, et Thomas qui est triste, Thomas qui s'en va, et la police qui l'appelle pour lui dire qu'il a eu un accident et qu'il a perdu la mémoire. Toujours le même foutu rêve, récurrent, qui vient, qui repart mais qui reste dans l'esprit, le même rêve qui tourmente. Et elle, elle n'en peut plus de tout ça, elle aurait voulu lui dire qu'elle l'aimait quand elle en avait encore eu l'occasion, mais elle ne l'a pas fait et maintenant, elle est toute seule. Maintenant, elle n'a plus que ses yeux pour pleurer.

Quand elle ouvrait les yeux pour la deuxième fois de la journée, il était dix heures trente du matin et enfin, elle se sentait reposée. Elle n'avait plus envie de traîner au lit alors elle se levait bien trop rapidement, faisait chauffer sa bouilloire pendant qu'elle faisait un brin de ménage, et elle passait sous la douche, enfin, pour détendre ses muscles endoloris. Elle entourait alors son corps couvert de bleus d'une serviette et remarquait que ses jambes étaient encore plus colorées de galaxie, et comme d'habitude, elle se trouvait un peu stupide parce qu'elle sait qu'elle se cogne partout et elle se souvient de ce que Thomas lui a dit, qu'on devrait la mettre dans un monde de coton pour qu'elle arrête de se cogner partout. Et ça l'avait fait rire, mais peut-être que c'était la vérité, peut-être qu'elle serait plus en sécurité dans un monde de coton. Elle ouvrait alors son frigo dans le but de se faire un lunch, mais rien n'était dans son frigidaire. Elle soupirait, c'était donc ça qu'elle avait oublié de faire en partant du travail hier soir. Aller faire quelques courses. Elle se fatiguait d'oublier les choses comme ça Elle enfilait alors une jolie robe colorée, une paire de botte avant de descendre pour aller marcher. Elle ne savait pas où elle allait, mais elle errait sans but et évidemment, ses pieds la menaient à son endroit préféré à Cap Harbor, le parc. C'était là qu'elle oubliait tout. C'est là où elle s'arrêtait de penser.  Alors qu'elle mangeait sa salade, ou plutôt la picorer, elle entendait le son d'un violon et immédiatement, elle cessait tout ce qu'elle était en train de faire. Elle refermait la petite boîte qui contenait son repas et elle marchait en quête de la musique, elle se souvenait ce que son thérapeute lui avait dit. Qu'il fallait qu'elle trouve le réconfort dans quelque chose et elle était persuadée que son quelque chose était la musique. Elle avait toujours voulu faire de la musique et peut-être que c'était ça qui lui manquait dans sa vie. Jouer d'un instrument. Quand elle se rapprochait du bruit, elle restait un moment à regarder le jeune homme qui jouait et elle se rapprochait de lui, sous les cris d'alarme de son chien. Darcy s'approchait toujours, tendant sa main pour que le chien ne la prenne pas pour une mauvaise personne et elle souriait à l'homme qui venait de se tourner « Bonjour... Je.. je suis désolée de vous déranger mais je trouve que ce vous faites être très beau. » Elle lui souriait un peu et se rapprochait mais rester tout de même à une distance raisonnable, offrant une caresse au chien « Cela fait longtemps que vous êtes musicien ? » Elle se sentait un peu stupide de lui demander ça et elle avait l'impression d'être bien trop intrusive. « Je vous ai déjà entendu plusieurs fois mais j'ai jamais osé venir vous aborder, je peux partir si vous voulez ! Je ne veux pas que vous me preniez pour une folle ou je ne sais quoi... »

©️ MADE BY LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 07/01/2018
›› Commérages : 76
›› Pseudo : Sworty / Jordan
›› Célébrité : Alexander Calvert
›› Schizophrénie : Pas d'autres personnages.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Looking for an answer which seems to be out of reach [Aaron - Darcy] ✻ ( Lun 19 Mar - 10:21 )

Les règles de convenance et de politesse auraient sans aucun doute voulu qu’Aaron se lève pour saluer et accueillir la jolie femme qui venait de s’incruster mais le jeune homme n’était pas chez lui, il travaillait sur ses compositions, et surtout il avait une flemme monstrueuse de se lever alors qu’il s’apprêtait à manger un petit quelque chose. La première impression était généralement quelque chose de très important lorsque l’on faisait la rencontre d’une nouvelle personne et Aaron n’était pas certain d’en dégager une très bonne vu son impolitesse mais il s’en foutait éperdument puisque la seule chose qui le préoccupait était le fait que sa composition n’était pas à la hauteur de ce qu’il voulait obtenir et ne reflétait pas totalement ce qu’il ressentait au plus profond de lui-même. Et surtout il avait très faim, donc il avait mis ses partitions de côté et avait sorti le hot-dog qu’il avait acheté auparavant dans le parc. Toujours est-il que comme la première impression était importante, Aaron ne quitta pas tellement la jeune femme du regard afin de faire une brève analyse de la personne avec qui il allait discuter et… rien. Malgré son grand sens de l’observation, il ne savait pas spécialement quoi penser de cette femme puisqu’elle lui paraissait bien... énigmatique, cela cachait sans doute des drames intéressants à découvrir mais elle semblait plutôt être du genre à contenir tout ça en elle, ce qu’on ne pouvait pas franchement lui reprocher. En revanche, elle ne paraissait pas méchante à en juger l’attitude de sa chienne qui, malgré les aboiements, s’était mise à faire un petit peu la belle et essayer de lécher la main de la jeune femme en guise d’affection alors qu’elle était juste à côté de Yuki pour la caresser. Généralement, sa chienne était plutôt joviale avec les inconnus mais elle savait reconnaître ceux qui allaient probablement causer des problèmes et elle paraissait assez méfiante envers ces personnes là. Force était de constater que ce n’était pas le cas avec cette inconnue et Aaron en fut soulagé.
« Bonjour... Je.. je suis désolée de vous déranger mais je trouve que ce vous faites est très beau. » , dit-elle alors qu’elle s’avançait très légèrement vers Aaron tout en gardant une certaine distance de sécurité, comme si elle craignait qu’il le repousse ou qu’il la mange. Bien sûr, elle ne risquait absolument rien, la viande humaine n’était pas vraiment son truc et d’ailleurs il n’avait pas de quoi faire un feu pour cuisiner, peu pratique pour faire cuire des belles brochettes de doigts de pied. Et même s’il s’était levé tôt et qu’il avait quelques cernes, il n’avait rien d’un de ces zombies de The Walking Dead.
« Je vous remercie mais ce n’est pas franchement le résultat que j’essaie d’obtenir, c’est peu satisfaisant. Toujours est-il que non, vous ne me dérangez pas, c’est toujours agréable d’être écouté.», lui répondit-il en conservant son sourire amical afin de montrer qu’il n’était pas spécialement méchant ou effrayant. Ces deux phrases allaient bien être utiles à l’un et à l’autre puisqu’elles permettaient déjà de dire pas mal de choses sur la personnalité de chacun. Avec ce compliment agréable, Aaron put constater assez rapidement que cette femme était tout sauf une musicienne expérimentée. Quant à cette inconnue, elle pourrait aisément déceler que lui était quelqu’un de très perfectionniste et qu’il n’était jamais parfaitement satisfait de ce qu’il faisait même si le résultat pouvait être correct ou agréable à entendre.
« Cela fait longtemps que vous êtes musicien ? », lui demanda-t-elle alors qu’elle restait debout à l’observer, ce qui ennuya légèrement Aaron puisqu’il commençait à avoir le soleil en plein dans les yeux à force d’essayer de la regarder. D’autant plus qu’à force de rester là avec la tête levée, chanceux comme il est le jeune homme allait forcément finir par avoir un torticolis. Il allait donc sûrement demander à son interlocutrice de s’asseoir dans quelques instants afin de régler ce petit problème.
« Oh plutôt oui, depuis…, il leva les yeux au ciel quelques courts instants instants pour montrer qu’il était en train de compter, dix-neuf ans environ. », répondit Aaron avec une voix douce et amicale. En effet, Aaron avait commencé à apprendre le piano et le violon à l’âge de sept ans de façon clandestine afin que son père ne le découvre pas puisque ce dernier avait toujours refusé la voie que son fils avait décider d’emprunter en dépit du fait que c’était ce qui le passionnait et que ses rêves les plus fous étaient liés à sa passion. Officiellement, il n’était pas devenu un musicien à l’âge de sept ans puisqu’il n’était pas spécialement un génie comme Mozart, mais c’était à cet âge là qu’il avait commencé à apprendre de son côté. Il avait également une oreille absolue qui l’aidait naturellement, ce qui avait facilité l’apprentissage du violon par Aaron à un âge relativement bas. Mais peu importe, il avait simplement répondu qu’il avait commencé à jouer lorsqu’il était petit, il n’était pas nécessaire de préciser que ce n’était pas parfait dès le début. « Je vous ai déjà entendu plusieurs fois mais j'ai jamais osé venir vous aborder, je peux partir si vous voulez ! Je ne veux pas que vous me preniez pour une folle ou je ne sais quoi... », lui dit-elle alors avec un petite pointe de timidité et de courtoisie dans sa voix.
« Folle ? C’est fou d’être intrigué par de la musique ?, demanda-t-il avec un air un peu surpris, En tout cas, il ne fallait pas hésiter, je ne mords pas, excepté dans ce hot dog que je m’apprêtais à manger sauf si cela vous dérange que je me permette de manger. Venez donc vous asseoir, ça me fera de la compagnie », poursuivit Aaron avec un grand sourire qui illuminait son visage. Il avait trouvé le moment parfait pour lui demander de s’asseoir et éviter les problèmes avec le soleil qui commençait à lui brûler les yeux, au point qu’il avait dû baisser la tête ou regarder ailleurs à de nombreuses reprises pour éviter que sa rétine soit endommagée.
« Pardonnez mon impolitesse, je me présente. Je m’appelle Aaron, Aaron Graham. Et vous êtes ? », lui dit alors Aaron qui trouvait nécessaire qu’ils fassent enfin les présentations. Vu que la jeune femme n’avait pas osé l’aborder précédemment, Aaron essaya de la mettre la plus à l’aise possible en conservant son sourire comme depuis le début et il espérait de ne pas être trop intimidant, surtout qu’il avait tout sauf la tête de quelqu’un d’antipathique malgré le fait qu’on pouvait parfois apercevoir dans son regard blasé qu’il cherchait quelque chose pour s’épanouir.[/b][/b]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: Looking for an answer which seems to be out of reach [Aaron - Darcy] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Looking for an answer which seems to be out of reach [Aaron - Darcy]

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Belle Heaven Street :: Heaven Central Park
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération