Don't get too close, it's dark inside [Aaron - Mia]

 :: the city of cap harbor :: Woodbridge Avenue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
En ligne
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 07/01/2018
›› Commérages : 76
›› Pseudo : Sworty / Jordan
›› Célébrité : Alexander Calvert
›› Schizophrénie : Pas d'autres personnages.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Don't get too close, it's dark inside [Aaron - Mia] ✻ ( Mar 23 Jan - 19:36 )

Comme à chaque fois qu’il attendait un évènement très important, Aaron ne pouvait s’empêcher d’exécuter une sorte de rituel pour lutter contre la petite boule de stress qui s’était installée bien tranquillement dans l’estomac du jeune homme, un rituel qui consistait simplement en la préparation d’un excellent petit-déjeuner, d’un passage de plusieurs dizaines de minutes, voire plus d’une heure, dans la salle de bains à prendre soin de lui que ce soit pour son visage ou sa coupe de cheveux, et une fois qu’il était fin prêt il terminait son petit rituel par un peu de violon ou de piano car pour lui il n’y avait pas meilleur remède contre le stress que de jouer de la musique. Cela faisait plusieurs heures qu’il s’était préparé afin d’entamer sa journée dans de bonnes conditions et pour rencontrer pour la première fois la personne qui était la raison principale de sa venue à Cap Harbor. J’aurais aimé vous raconter une merveilleuse histoire pleine de bons sentiments ou de romantisme, une histoire qui pourrait faire fondre votre coeur mais malheureusement les motivations d’Aaron Graham étaient toutes autres et n’étaient pas totalement compatibles avec tous ces sentiments heureux qui emplissaient le coeur des gens. En effet, le dernier arrivé dans la lignée des Graham avait emménagé à Cap Harbor dans le but principal de faire souffrir la personne avec qui il avait rendez-vous, une certaine Mia Smith. Cette dernière avait un jour renversé en voiture Harvey Graham, le père d’Aaron, avant de prendre la fuite probablement à cause d’un excès d’alcool dans le sang ou bien à cause d’une fuite consciente et volontaire et, dans ce cas précis, Aaron n’hésiterait absolument pas à trouver les failles chez cette femme afin de la bousculer et la faire sombrer. La seule chose de sûre dans cette histoire était que la fameuse Mia Smith n’était probablement pas au courant qu’Aaron était venu pour se venger ou que quelqu’un était après elle puisqu’il n’y avait eu aucune plainte de déposée ni même d’entames de poursuites judiciaires à l’encontre de cette femme. Aaron avait décidé de régler cette histoire par lui-même, ce qui lui avait valu un léger désaccord avec sa famille. Son frère désirait qu’il y ait des poursuites judiciaires mais Aaron avait réussi à le convaincre de ne rien lancer tant qu’il n’avait pas eu d’éclaircissements sur toute cette histoire.
Avant même de s’installer à Cap Harbor, Aaron avait réussi à obtenir des informations sur sa cible et avait profité de celles-ci pour la contacter en amont et envisager de la rencontrer. Il savait donc que Mia était journaliste dans un journal qu’elle dirigeait et pour lequel Aaron n’avait pas de réel intérêt puisqu’il n’était pas spécialement le coeur de cible de ce journal, mais pourtant c’était grâce à cet élément qu’il allait pouvoir l’approcher.
La famille Graham était immensément riche, tellement riche qu’elle pouvait se permettre de tout acheter si quelque chose représentait un intérêt pour eux ou de tout détruire grâce à l’argent si quelque chose était menaçant pour leurs intérêts familiaux. Aaron avait été élevé par ces requins qui ne cherchaient qu’à faire des bonnes affaires et qui étaient prêts à tout pour détruire la concurrence, il n’aurait donc pas été très étonnant de le voir employer ce genre de méthodes fourbes pour atteindre son objectif. Cependant, Aaron avait passé l’entièreté de sa vie à haïr le milieu social dans lequel il venait, à haïr toute cette société méprisante envers les plus faibles, à haïr des êtres humains comme son père et il avait passé la plus grande partie de sa vie à éviter de leur ressembler. Même s’il ne se plaignait absolument pas de sa situation financière, il ne voulait pas flamber et se la raconter avec son argent, exposer sa fortune avec des collections de voitures de sport hors de prix, des soirées mondaines avec des centaines d’invités dans lesquelles il ne connaissait même pas les trois quarts des gens. Il avait cherché à être meilleur qu’eux malgré son arrogance et son côté provocateur, à être une personne respectable et dans le fond il savait qu’il n’était absolument pas capable de faire volontairement du mal aux gens. Sa rancoeur envers la coupable de tous ces actes était tout de même assez grande et Aaron avait du mal accepter l’idée qu’elle s’en sorte sans qu’il lui arrive quoi que ce soit. Le jeune homme avait donc contacté Mia Smith via les réseaux sociaux du journal afin de manifester son intérêt pour celui-ci, ne dévoilant pas totalement son véritable intérêt et la véritable raison qui l’avait poussé à la contacter.. Après que le contact a été établi via ce merveilleux outil qu’était Internet, Aaron et Mia avaient eu des échanges réguliers afin d’apprendre à se connaître un peu plus et organiser une potentielle rencontre lorsqu’Aaron aurait décidé de s’installer à Cap Harbor. Cela faisait maintenant quelques semaines qu’il était arrivé ici et il trépignait d’impatience et d’excitation à la simple idée de rencontrer sa potentielle victime. Tout ne se passait pas réellement comme il l’avait prévu lors de ces contacts. En plus de sa nature non toxique et malgré la rancoeur qu’il avait envers elle, Aaron s’était un peu attaché à la jeune femme pour une raison qu’il n’expliquait pas. Il ne la considérait pas non plus comme étant sa meilleure amie ou plus que ça mais il l’appréciait et avait du mal à s’imaginer en train de lui faire du mal. De ce qu’il en savait, cette femme n’avait absolument pas l’air d’être détestable ou toxique et c’était bien ce qui le dérangeait un petit peu. L’esprit d’Aaron était fortement partagé entre ses sentiments positifs qu’il ressentait pour elle et son côté rancunier ainsi que toute cette haine qui le rongeait de l’intérieur depuis quelques temps et qui s’était emparé de sa motivation et de sa joie de vivre. A ce moment là, Aaron ne savait pas réellement ce qu’il allait faire. Depuis quelques semaines, il ruminait sa rancoeur dans un coin de son esprit mais il n’était plus totalement sûr de vouloir faire quoi que ce soit, il ne savait juste pas quoi faire. Une chose est sûre, c’est qu’il avait envie de la confronter et qu’il fallait que Mia sache la vérité un jour ou l’autre, il ignorait simplement s’il allait lui faire encore plus de mal que simplement lui révéler la vérité, la traîner en justice ou s’attaquer aux choses qu’elle aime comme son journal. D’autant plus qu’il imaginait très bien le moment où il devrait révéler que s’il avait déménagé à Cap Harbor, s’il l’avait contacté et avait prétendu avoir de l’intérêt pour son journal, c’était simplement pour l’approcher et venger son père qu’elle avait renversé presque un an auparavant. Toujours est-il qu’il n’était pas sûr de ce qu’il allait faire car après les quelques échanges qu’il avait eus avec elle, il sentait que cette personne n’était pas foncièrement mauvaise et Aaron voulait absolument croire que cet accident n’était qu’un simple accident et que la fuite n’était pas volontaire. Pourquoi voulait-il absolument que ce soit ça ? Il ne le savait pas réellement lui même. Peut-être que ce n’était que ses sentiments amicaux pour elle qui prenaient le dessus et qui l’empêchaient d’être vraiment méchant. Peut-être ne voulait-il pas simplement devenir comme ceux qu’il méprisait depuis plus de vingt-cinq ans, ou peut-être était ce tout cela en même temps. Aaron avait donc prévenu Mia de son arrivée ici il y a quelques jours et les deux individus ne s’étaient jamais rencontrés auparavant, jusqu’à ce que cette dernière invite très gentiment Aaron à visiter les locaux du journal et qu’ils puissent discuter de vive voix.
Après avoir terminé de jouer un morceau de piano, une alerte sonore provenant de son téléphone retentit, alerte indiquant que son chauffeur était à moins de dix minutes de chez lui et qu’il était temps de partir. Il se hâta de vérifier que rien ne clochait dans la maison, que Yuki sa chienne disposait de tout ce dont elle avait besoin, puis il sortit de chez lui et referma la porte de sa maison à double tour. Après trois minutes d’attente, son taxi était arrivé chez lui et était fin prêt pour l’emmener sur la Woodbrige Avenue, là où Mia avait donné rendez-vous à Aaron afin de visiter les lieux et entamer la discussion qu’il attendait tant. Une fois qu’il était confortablement installé dans son taxi, il sortit le téléphone de sa poche et consulta son répertoire afin d’envoyer un petit texto à  Mia très rapidement pour la prévenir de son arrivée.

«Hey Mia ! Tu vas bien ? Petit texto simplement pour dire que je suis en route et je devrais être là dans un bon quart d’heure. A plus tard. » avait-il donc écrit tout simplement avant de ranger délicatement son téléphone dans sa poche avant. Le chauffeur de taxi demanda à Aaron si ça le dérangeait qu’il mette un peu de musique, ce qui naturellement n'était pas le cas jusqu’à ce qu’il s’aperçoive que la musique diffusée par cette station radio était un rap assez mauvais, un genre de musique qu’il n’appréciait pas particulièrement. Une fois que le trajet fut terminé, il donna une centaine de dollars à son tortionnaire afin qu’il ait un pourboire très généreux et observa très rapidement le bâtiment sur lequel était marqué en grand « RAVENHEART MAGAZINE » puis il entra à l’intérieur. Il fit quelques pas afin de se diriger à l’accueil et malgré sa boule au ventre il s’adressa avec un certain ton assuré et arrogant qu’il ne contrôlait pas à l’hôtesse d’accueil :

« Bonjour. Pouvez-vous prévenir madame Smith que son rendez-vous est arrivé ? »
La secrétaire s’exécuta en roulant très légèrement les yeux au ciel, probablement à cause de l’exaspération qu’elle pouvait ressentir face au ton légèrement arrogant du jeune homme, puis elle lui indiqua un endroit où il pouvait s’asseoir en attendant que Mia vienne le chercher, toujours avec sa boule de stress au ventre
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 28/02/2016
›› Commérages : 805
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Ashley gorgeous Benson
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario), Sebastian Pryce (Cole Sprouse), Lou Perkins (Selena Gomez)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Don't get too close, it's dark inside [Aaron - Mia] ✻ ( Lun 5 Fév - 10:00 )

Don't get too close, it's dark inside ✻✻✻ Mia avait un mal de fou à sortir du lit ce matin. Peut-être était-ce du au fait qu'elle n'était pas dans le sien et que, pour l'une des rares fois de l'année, elle n'était pas obligée de se dépêcher et de courir en bas de chez elle pour aller acheter des viennoiseries afin que ses colocataires puissent avoir quelque chose à se mettre sous la dent. Elle avait décamper. Elle avait pris possession de la maison de Noah pour la nuit sans prévenir qui que se soit. Dans le fond, elle savait que Jay ou Olivia ne seraient pas trop inquiets. Et en même temps, elle se demandait s'ils savaient ce qu'il se passait dans sa vie. Peu importe. C'est d'ordre privée. Néanmoins, docile comme elle est, elle envoie sur le champs en SMS d'excuse et d'explication à ses deux meilleurs amis. Ce matin, ils devront faire sans elles et sans la viennoiseries. Ils trouveront facilement tous les ingrédients afin de s'alimenter correctement dans le réfrigérateur cependant. La blonde s'étire, sourit de bien-être puis décide enfin à se lever. Elle attrape un t-shirt dans l'armoire de Noah, l'enfile et se met à la recherche de grosses chaussettes afin de ne pas attraper froid. Quand, enfin, elle mets la main dessus, elle se dirige machinalement vers la cuisine où une odeur délicieuse s'en dégage. « Salut ! » Lentement, elle dépose un baiser sur les lèvres du beau brun qui lui fait face et enroule ses bras autour de sa taille. « Tu as peut-être vu grand, non ? » Mia était loin d'avoir un appétit d'ogre et deux pancakes lui aurait largement suffit pour tenir toute la matinée. Mais Noah avait jugeait bon d'en faire presque une dizaine, de rajouter des œufs brouillés et du bacon, et il avait même eu le temps de passer par la case boulangerie. « Quand j'ai vu ce que tu avais pris la dernière fois chez toi, je me suis dit que j'allais faire de même ici. » Uhm. Sauf que chez elle, il y a Jay et que ce dernier mange comme quatre. Puis, elle avait du ajouter dans le lot son petit-ami et lui aussi, à un ventre plutôt conséquent à remplir. « Arrêtes-toi là, y'en a assez. En tout cas, ça sent merveilleusement bon. » Mia en a l'eau à la bouche. Bon, finalement, peut-être qu'elle ferait un léger effort et qu'elle accepterait de manger un peu plus. Mais légèrement. Une tranche de bacon seulement et une cuillère d’œufs. La jeune femme se met donc en quête de deux assiettes, deux bols, des fourchettes et couteaux. Tadaaaam ! La table était prête. « Tu as des rendez-vous aujourd"hui ? Je me disais que j'aurais pu t'emmener avec moi à la librairie. Ça évitera que je crée une émeute. » Comme le nutella et les couches pampers. LOL. Froncement de sourcil, incompréhension. Mia cherche vainement pourquoi son petit-ami doit aller à la librairie. C'est finalement Noah qui doit lire sur son visage qu'elle ne comprends pas, qui lui souffle la solution. « Le petit speech sur l'amour ? » Oh ! Oui. « Ça ! » Ca coule de source désormais. « C'est à quelle heure déjà ? » Autant dire que Mia n'a pas son agenda sur elle et qu'elle ne retient pas grand chose de tous ses rendez-vous. « Début d'après-midi. Dis-moi, t'es sûr d'être la patronne ? » C'est vil, Monsieur Legrand, qu'elle pense silencieusement. « Excuse-moi, y'a pleins de trucs à gérer en même temps en ce moment, je sais plus trop où donner de la tête. » Elle s'en veux vraiment de ne pas être là à 100% à chaque fois qu'ils ont un moment à deux, mais comme chaque fin de mois et début de nouveau, Mia doit s’acquitter de nombreux rendez-vous et de changements de dernières minutes pour les articles dans son magazine. « Hey, c'est rien. Je t'en veux pas. Je rigolais. » Elle acquiesce, sourit poliment et se lève de la table après avoir seulement avalé un pancake, nature qui plus est. « Faut que je me mette en route ... On se voit toute à l'heure au Ravenheart ? » Noah approuve et la laisse courir jusqu'à la douche en vitesse. En quinze minutes, montre en main, elle est prête à aller au boulot. « Je t'aime. A ce soir. » Baiser en quatrième vitesse et là voilà sur la route.

Comme prévu, Mia reçoit du monde dans son bureau durant toute la matinée. Elle a à peine le temps de ralentir le tempo et de croquer dans son sandwich au fromage que son téléphone se met à vibrer. Qui est-ce ? Elle jette un coup d'oeil, sourit comme une débile en lisant le petit mot. Aaron est en route.
Salut Aaron. Je vais toujours bien et toi ? Super ! Je t'attends patiemment dans ce cas. A très vite.
La jeune femme n'en revenait pas qu'elle avait invité le jeune homme dans ses locaux. Les rares fois où elle avait fait une visite guidée, c'était principalement pour ses nouveaux employés. C'était rapide, ludique et simple. De toute façon, mise à part des ordinateurs, des salles de shootings et des bureaux ainsi que des dressings à foison, il n'y avait pas vraiment grand chose qui se démarquait du lot. Durant ces quinze minutes de battement, Mia en profite pour finir son sandwich et s'aérer un peu la tête. Elle sort dans le petit jardin extérieur, discute avec Hailey qui, elle aussi, faisait une pose dans sa séance photo. Cette dernière lui faisait part de quelques requêtes : elle avait retrouvé un ancien appareil photo et aurait aimé pouvoir l'utiliser pour le magazine. Cependant cela impliquait quelques réagencement afin d'avoir une pièce noire pour que la magie opère. Mia lui promets d'y penser sérieusement et de proposer cette idée à la réunion d'assembler de la semaine prochaine. Peut-être que l'idée d'un magazine rétro, le temps d'un mois, pourrait plaire ? Elle n'a malheureusement pas le temps d'y réfléchir plus que ça puisque son téléphone portable sonne et que la secrétaire de service lui informe qu'un certain monsieur est arrivé. Elle s'excuse envers Hailey de devoir la quitter de la sorte et s'éclipse lentement du jardin pour aller vers l'accueil. C'est avec un immense sourire sur les lèvres qu'elle arrive, toute pimpante. « Hey ! » Elle écarte les bras et prends ce dernier dans les bras pour le saluer. Il ne faut pas lui en vouloir, elle est une personne très tactile. Elle a besoin de ça pour se sentir à l'aise, quitte à ce que parfois, les gens en face d'elle se retrouvent mal-à-l'aise. « Comment tu vas ? » Bien, elle espérait. « Tu as trouvé assez facilement ? » Manquerait plus qu'Aaron se soit perdus. Elle s'en voudrait. Elle avait pourtant fait un plan plutôt complet sur le site internet pour que tout le monde puisse arriver au Ravenheart sans trop de soucis. En plus, Mia avait la chance d'avoir un arrêt de bus à quelques mètres des locaux. « Je te fais la visite ? » C'est parti ! D'un coup de tête, elle l'incite à la suivre. Le premier étage regroupe principalement des bureaux. Ca évite à ses employés d'être dérangés en pleins travail. « Se sont nos salles de réunions. Il y a aussi une immense salle tout au fond qu'on utilise pour faire des petites fêtes, des anniversaire. Ce genre de truc quoi. » Disons que c'est pas ce qu'il y a de plus intéressants. « Alors, dis-moi, tu te plais à Cap Harbor ? » Qu'elle demande alors qu'ils se dirigent vers l'ascenseur. Elle aurait bien pris les escaliers mais la flemme et ses hauts talons l'en ont fortement découragée. « Ca doit pas mal te changer d'avant ... » qu'elle souffle. Par chance, elle n'a pas encore trop de souvenir de son déménagement entre New-York et Cap Harbor. Elle était encore toute jeune. Mais elle se doute que ça doit faire étrange. Mia a bien trop d'habitudes pour arriver à partir de la ville. Mais elle trouve courageux les personnes qui y arrivent.
✻✻✻
CODES (c) LITTLE WOLF.


Come to me, Ravenheart
Messenger of evil, what's the news ? ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. The ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 07/01/2018
›› Commérages : 76
›› Pseudo : Sworty / Jordan
›› Célébrité : Alexander Calvert
›› Schizophrénie : Pas d'autres personnages.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Don't get too close, it's dark inside [Aaron - Mia] ✻ ( Sam 10 Fév - 9:08 )

Alors qu’il était assis depuis quelques secondes et qu’il consultait l’heure sur son téléphone, Aaron ressentit une petite faim et un petit sourire de satisfaction apparut sur son visage lorsqu’il aperçut qu’un petit distributeur de barres chocolatées était situé à l’accueil. Il se leva, d’autant plus qu’il avait du mal à bien rester en place et qu’il détestait rester assis dans une salle d’attente, et se dirigea vers le distributeur afin d’acheter une barre chocolatée au hasard, ainsi qu’une petite bouteille d’eau. Il n’eut même pas le temps de consommer cette fameuse barre chocolatée qu’il aperçut Mia arriver vers lui, toute pimpante et fringante, ce qui provoqua instantanément chez le jeune homme le retour de sa petite boule de stress dans le ventre. Enfin ! Enfin il allait rencontrer cette fameuse Mia Smith, la responsable de tout ce qui avait amené Aaron à déménager à Cap Harbor. C’était un jour qu’il avait attendu pendant très longtemps et il allait probablement s’en souvenir éternellement, se souvenir de ce joli visage rempli d’enthousiasme qui allait éventuellement disparaître plus tard lorsqu’Aaron lui avouera la vérité. Il eut un petit sourire lorsque la jeune femme se hâta d’aller le saluer en prenant son ami dans ses bras. « Hey ! », lui dit-elle avec une voix enjouée. En réalité le jeune homme n’était pas totalement à l’aise car il détestait prendre les gens dans ses bras, ou plutôt il détestait le fait que certains lui touchent le dos depuis qu’il avait été maltraité dans son enfance. Il avait de nombreuses cicatrices et ne voulait pas spécialement que d’autres personnes le sachent ou le ressentent en le touchant, ça provoquait donc une certaine gêne à chaque fois qu’il prenait quelqu’un dans ses bras, ainsi qu’une certaine douleur psychologique quand tous ces douloureux souvenirs lui revenaient en tête.
« Comment tu vas ? », lui demanda-t-elle toujours avec une pointe d’enthousiasme dans sa voix. « Hey ! Je me porte à merveille. Et toi ? », répondit-il avec un grand sourire ravi. En réalité, même si sa boule de stress avait très vite disparu juste après l’avoir pris dans ses bras, il ne se sentait pas totalement heureux d’être là à ce moment là. Il parvenait facilement à cacher ce qu’il ressentait profondément puisqu’il avait l’air publiquement d’être parfaitement à l’aise en compagnie de Mia. Il savait qu’elle allait sans doute lui répondre que tout allait bien pour elle mais au fond de lui il espérait que tout n’aille pas si bien que ça. Probablement son côté rancunier qui prenait le dessus sur lui de temps en temps.
« Tu as trouvé assez facilement ? », lui demanda-t-elle, visiblement en ayant l’air de se soucier un peu trop de savoir si son bâtiment était facilement trouvable ou non.
« Bien sûr ! Surtout que j’ai pris un taxi, ça facilite encore plus la tâche. Je n’avais pas envie de conduire moi-même. », répondit-il en levant rapidement les yeux vers le ciel. En réalité, Aaron n’aimait pas trop conduire en règle générale même s’il était très prudent quand il le faisait. Il n’aimait pas trop flamber avec des voitures achetées hors de prix, il n’avait que des plaisirs simples et préférait payer un chauffeur de taxi ou Uber et leur donner un pourboire beaucoup trop gros par rapport au prix initial de la course. D’autant plus qu’aujourd’hui, il ne s’était pas senti totalement en état de conduire puisqu’il avait un petit peu la tête dans les nuages, beaucoup trop occupé à penser à de nombreuses choses qui le tracassaient. De toute façon, il était arrivé à destination sans problèmes et c’était tout ce qui comptait.
« Je te fais la visite ? », poursuivit-elle après avoir été rassurée sur le fait qu’Aaron avait trouvé facilement le lieu dans lequel il était actuellement. Le jeune homme répondit par l’affirmative d’un simple acquiescement de la tête et se contenta de suivre la patronne du journal bien sagement avec un petit sourire. « Ce sont nos salles de réunions. Il y a aussi une immense salle tout au fond qu'on utilise pour faire des petites fêtes, des anniversaire. Ce genre de truc quoi. », lui dit-elle en montrant du doigt les éléments de la pièce qu’elle présentait au jeune homme, ce qu’Aaron observa très rapidement et de façon passive, tant cet endroit ne le passionnait pas plus que ça. Il n’attendait que le moment où ils allaient pouvoir discuter en privé de … et bien il ne savait pas encore de quoi ils allaient parler exactement à ce moment là en fait mais il attendait quand même cette discussion. Tout ce qu’il avait à faire, c’était de ne pas trop faire de sous-entendus par rapport à la vérité qu’il cachait, chose qui était terriblement difficile pour lui. Ses sentiments étaient vraiment contradictoires à l’heure actuelle. D’un côté il était vraiment heureux de voir cette personne adorable avec qui il avait commencé à tisser des liens, mais de l’autre côté il avait un certain dégoût et voir son visage ne faisait que de lui rappeler son père en fauteuil roulant.
« Alors, dis-moi, tu te plais à Cap Harbor ? Ca doit pas mal te changer d'avant … », lui demanda-t-elle alors qu’Aaron commençait à se perdre dans ses pensées pendant que les deux amis se dirigeaient tranquillement vers l’ascenseur, chose qui ravit le jeune homme puisqu’il n’était pas franchement motivé pour monter des dizaines, voire des centaines de marches.
« Oh plutôt bien pour le moment, il faut dire qu’il y a quelques personnes intéressantes par ici. Et la vie me semble bien plus simple qu’à Paris, exactement ce que je voulais. », répondit-il en l’observant avec un sourire alors que les portes de l’ascenseur s’étaient ouvertes, laissant apparaître un individu qui venait simplement descendre à cet étage. Il semblait être pressé et passa entre Aaron et Mia, chose que le jeune homme n’appréciait guère en règle générale. Il se retint de laisser passer une jambe afin que l’homme pressé trébuche, ce qui aurait probablement provoqué un petit rire moqueur de la part du jeune Graham, mais il ne fit rien de tout ça et se contenta de hausser les épaules en souriant à Mia. « Il m’avait l’air bien détendu celui là », dit-il avec une certaine pointe de sarcasme, tout en conservant son sourire. Puis, d’un geste avec le bras, il fit signe à son interlocutrice de passer devant, l’air de dire « Après toi », puis il pénétra dans l’ascenseur après que Mia est rentrée dedans.
« Quel étage ? », lui demanda-t-il en observant le pavé numérique de l’ascenseur avant d’appuyer sur le bouton de l’étage qu’elle venait tout juste de lui indiquer. Alors qu’ils montaient tous les deux dans l’ascenseur, il ne put s’empêcher de penser à une horrible chanson qu’il avait entendue lors de son séjour en France il y a quelques années, et il la fredonna très rapidement en tapant très légèrement ses doigts contre sa jambe pour marquer le rythme de cette chanson. Il stoppa très rapidement tout ça pour pouvoir dire à la Smith : 
« En tout cas, je suis plutôt content de te voir. ». Ce n’était pas un mensonge malgré les circonstances et son côté rancunier. Il ressentait le bonheur de rencontrer celle qu’il prévoyait de blesser un jour ainsi que le bonheur de rencontrer une amie qu’il appréciait. Puis, les portes de l’ascenseur s’ouvrirent une nouvelle fois afin que les deux individus puissent en sortir et continuer la visite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 28/02/2016
›› Commérages : 805
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Ashley gorgeous Benson
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario), Sebastian Pryce (Cole Sprouse), Lou Perkins (Selena Gomez)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Don't get too close, it's dark inside [Aaron - Mia] ✻ ( Jeu 1 Mar - 10:32 )

Don't get too close, it's dark inside ✻✻✻ Mia fait de son mieux pour arriver le plus vite possible à l'entrée du bâtiment. Elle déteste faire patienter quelqu'un et encore moins quand elle connait cette personne. C'est donc le sourire aux lèvres et ces talons hauts qui claquent sur le sol qu'elle accueille comme il se doit son ami Aaron. Elle n'hésite pas une seule seconde à le prendre dans ses bras et à lui demander comment il va. C'est important pour elle qu'il aille bien. Elle a toujours du mal à supporter une personne qui va mal. Elle se sent toujours obligée de l'épauler et de l'aider à évacuer ce qu'il ne va pas. Elle ne le fait pas par pression, ni pour faire une bonne action, disons que c'est dans son état d'esprit. Elle veut que toutes personnes qui vient au Ravenheart reparte avec un bon souvenir et un sourire. « Hey ! Je me porte à merveille. Et toi ? » C'était la réponse qu'elle voulait entendre. « Je vais agréablement bien. » Aussi bien qu'elle puisse l'être depuis qu'elle tente de reprendre sa vie en main. Par chance, elle est soutenu par le meilleur des hommes, Noah. Ce dernier l’empêchant de boire de l'alcool bouteille après bouteille comme une folle. D'ailleurs, voilà vingt-quatre heures qu'elle n'avait pas pris un seul verre. On pouvait être fière d'elle. « Bien sûr ! Surtout que j’ai pris un taxi, ça facilite encore plus la tâche. Je n’avais pas envie de conduire moi-même. » Oh ? Sa première pensée est de se dire qu'il a bien fait. Au moins, il ne pouvait pas se perdre et n'aurait pas besoin de prendre froid dehors. Puis, al deuxième lui fait prendre conscience qu'Aaron avait dû débourser un peu d'argent pour venir jusqu'ici et ça la gêne. « Si tu veux que je te rembourse le taxi, il n'y a aucun soucis. » La blonde le ferait passer dans ses déplacements journaliers. De toute façon, même ses propres employés ne déboursaient pas un seul centime pour aller et repartir du boulot. « Oh plutôt bien pour le moment, il faut dire qu’il y a quelques personnes intéressantes par ici. Et la vie me semble bien plus simple qu’à Paris, exactement ce que je voulais. » C'est super. Mia se souvient rapidement de ce petit arrêt dans la capitale lorsqu'elle a passé Noël aux alentours de Bordeaux, avec son petit-ami et sa famille. Pour le peu qu'elle avait vu, elle pouvait affirmer que Paris était une ville qui bougeait. C'était bruyant, attractifs et elle n'aurait jamais réussi à trouver le calme nécessaire pour admirer la beauté de la ville. « Je suis contente que tu t'y plaise. On adopte très facilement Cap Harbor dans notre quotidien. » La preuve en est avec elle. Elle avait vécut toute son enfance à New-York et elle n'aurait plus la patience, ni le courage d'y retourner. Comme pour Paris, New-York est une métropole bien trop changeante à ses yeux. Elle a besoin de stabilité.

Désormais accompagnée, elle explique rapidement les locaux présents en bas et avance doucement vers l'ascenseur. Elle n'a jamais été très sport et elle n'a pas envie d’abîmer ses talons dans les escaliers. Et puis, monter plusieurs étages auraient été compliqué. Alors que les portes s'ouvrent, un employé se glissent entre les deux amis, sans même prendre le temps de s'excuser de les avoir bousculés. « Il m’avait l’air bien détendu celui là » Elle se mord la lèvre inférieure, baisse légèrement la tête, honteuse. « Il n'est pas content parce qu'on a refusé ses idées lors de la réunion de ce matin. » Elle hausse les épaules, tentant de ne rien laisser paraître mais elle ne sait clairement pas cacher ses émotions. « C'est un journal qui se veut girly .. Il a parfois du mal à le comprendre. » Le jeune homme était clairement loin d'être pour les femmes en général. Il visualisait un journal plus masculin, avec des voitures et des femmes sexy, bien mise en avant. C'était loin de l'idée que voulait renvoyé le magazine. Les filles déshabillées n'étaient pas véritablement autorisé. « Enfin ... J'ai essayé de l'aiguiller pour aller vers un autre journal, plus masculin, qui lui irait à merveille, mais il s'entête à rester ici. Et je suis incapable de le renvoyer. Il fait quand même du très bon travail et briser une carrière ne fait pas partie de mes convictions. » Jouer le rôle de la méchante n'est pas fait pour elle. S'il reste ici, c'est qu'il le veux. « Quel étage ? » Elle sourit à Aaron tendrement avant de donner la réponse. « Le sixième. » Pourquoi aussi haut ? Parce qu'elle doute clairement de l'intérêt de montrer des zones de stockage pour habits, pour maquillage et les imprimantes. De même avec les dernières salles de réunion, les zones de stockage et le coin détente. « En tout cas, je suis plutôt content de te voir. » Elle fronce les sourcils. « Plutôt ? » Ca veut dire qu'une partie de lui non, c'est ça ? Mais elle ne va pas tenter d'en savoir plus. Après tout, il a ses raisons et ces dernières ne la regardent certainement pas. L'ascenseur monte, se stabilise et s'ouvre sur les premiers bureaux de travail. Comparé à en bas, c'est bruyant, ça bouge. Mais c'est loin de courir dans tous les sens. Mia ne tolère pas que tout soit fait à la dernière minute, si bien que ses équipes ont toujours de l'avance vis à vis du planning annoncé. C'est simple, ils prévoient au moins deux mois à l'avance par rapport à la publication. « On travaille actuellement sur le mois de Juin. » Autant dire que tout le monde à hâte de voir l'été arriver. Elle avance, salut quelques personnes comme à son habitude. « Tu veux t'arrêter boire quelque chose ? » Elle a installé des mini salles de repos, en plus du coin détente en bas. Rester toute une journée devant un écran ou sous-pression, ce n'est pas vivable. « Je te fais visiter que cet étage parce que les deux autres ressemblent globalement à celui-ci. Beaucoup de monde n'est-ce pas ? » La blonde a parfois du mal à se rendre compte du nombre de personnes qui sont sous ses ordres. Mais c'était mieux ainsi. Elle était loin d'être une tyran et penser qu'elle était comme toutes ses autres personnes lui permettaient de garder les pieds sur terre. « Suis-moi, on va aller dans mon bureau. » Elle continue de marcher vers le fond du bâtiment. Et voilà ! Dernière porte. « TADAAAAAM ! » C'est loin d'être immense et bien orienté. Mia n'avait pas voulu se favoriser la pièce la mieux éclairée et la mieux située. De toute façon, ça lui suffisait amplement vu qu'elle passait plus de temps dans le bureau de Noah ou dans les salles de réunion ou bien même avec ses employés. « Tu t'attendais à voir ça en venant ? » C'est pas la question la plus importante mais c'était toujours drôle d'entendre un avis extérieure. « J'ai même encore de la place si tu veux nous rejoindre » qu'elle dit sur le ton de la rigolade, mais néanmoins sérieuse. « Bon, je dois t'avouer que parfois, je me demande si je suis pas trop folle de continuer toute seule. Mais je crois que j'aurais du mal à prendre des collaborateurs. C'est le fruit de mon travail depuis quelques années maintenant. » Mais peut-être qu'elle devra y arriver là un jour. « Surtout que je voudrais exporter le magazine outre-atlantique ... Et que j'ai pas encore les moyens. » Dure dure de trouver l'argent nécessaire sans faire couler le naufrage.
✻✻✻
CODES (c) LITTLE WOLF.


Come to me, Ravenheart
Messenger of evil, what's the news ? ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. The ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 07/01/2018
›› Commérages : 76
›› Pseudo : Sworty / Jordan
›› Célébrité : Alexander Calvert
›› Schizophrénie : Pas d'autres personnages.
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Don't get too close, it's dark inside [Aaron - Mia] ✻ ( Lun 19 Mar - 10:19 )

L’accueil qu’Aaron avait reçu à son arrivée dans les locaux du Ravenheart avait été plus que chaleureux et il s’en réjouissait intérieurement malgré tous les sentiments contradictoires qu’il avait au fond de lui à ce moment là. Il avait bien sûr pris bien soin de savoir comment son « amie », le tout avec un grand sourire amical afin de dissimuler le fait qu’il avait de la rancoeur envers elle et visiblement il aurait très bien pu recevoir un diplôme pour attester de la réussite de cette dissimulation de ses sentiments. Après avoir expliqué qu’il était venu en taxi jusqu’ici, il confirma à la jeune femme qu’il n’avait pas besoin qu’on lui rembourse le taxi puisqu’il avait largement les moyens de se permettre de jeter de l’argent par les fenêtres s’il le voulait. En réalité, il aurait même pu acheter la compagnie de taxi lui-même afin que ses trajets soient gratuits si le coeur lui en disait mais ceci il ne l’avait pas dit à Mia. Vinrent ensuite les courtoisies habituelles et l’interrogation de Mia sur ce qu’Aaron pensait de Cap Harbor et la jeune femme fut plutôt heureuse de voir que celui qui était originaire de l’État de Virginie se sentait plutôt bien dans une ville qui était bien différente de tout ce qu’il avait connu auparavant. Toujours est-il qu’il confirma les propos de la jeune femme quant au fait qu’on adoptait très facilement cette ville dans notre quotidien. Puis Mia avait invité Aaron à la suivre afin d’entamer la visite, en commençant par le premier étage dans lequel se trouvait des salles de réunion ainsi qu’une immense salle qui était utilisée pour les fêtes d’anniversaire, et éventuellement les pots de départ il supposait. Puis en se dirigeant vers l’ascenseur, les deux amis avaient été bousculé par un homme visiblement assez énervé pour une raison qu’il ignorait totalement. Alors qu’Aaron avait haussé les épaules après avoir fait remarqué à Mia que l’employé qui les avait bousculé pour passer ne semblait pas spécialement heureux pour la taquiner quelque peu, la jeune femme ne put s’empêcher d’expliquer au jeune Graham la raison de l’énervement de ce parfait inconnu. En effet, celui-ci avait visiblement des problèmes d’acceptation de l’endroit où il travaillait puisqu’il avait du mal à se faire à l’idée que le Ravenheart était un magazine plutôt girly et que le public ciblé ne voulait pas forcément voir des choses plutôt adaptées à un public masculin, même si cela ne voulait pas spécialement dire grand-chose puisque des hommes pouvaient s’intéresser à des choses catégorisées comme girly et l’inverse était vrai également. Toujours est-il que ça faisait rire intérieurement Aaron de voir que Mia pataugeait un peu pour expliquer le comportement de son employé alors que ce n’était pas si important que ça au final. Après lui avoir signifié que l’homme énervé allait probablement se ressaisir et finir par comprendre un jour, Aaron se rendit dans l’ascenseur en compagnie de Mia et ils allèrent jusqu’au sixième étage puisque cette dernière avait dit à Aaron qu’ils se rendaient à cet étage-ci. Lorsque les portes de l’ascenseur s’ouvrirent, le jeune homme put découvrir l’ampleur de l’organisation du journal. Tout était assez bruyant et dynamique mais restait relativement ordonné, ça ne courait pas spécialement dans tous les sens comme dans une fourmilière mais les gens avaient l’air d’être assez actifs toutefois. « On travaille actuellement sur le mois de Juin. », lui dit Mia alors qu’Aaron se demandait justement sur quoi ils pouvaient bien travailler à ce moment là. Visiblement, ils aimaient travailler bien en avance puisque le mois de Juin n’était pas encore près d’arriver, ce qui directement mis une question en tête qu’il posa à Mia « Et comment faites-vous en cas d’imprévu et qu’il faille rebondir sur une actualité ? Vous avez des plans B ?». En effet, la société est une chose qui évolue assez vite et certains évènements pourraient créer une mauvaise publicité, par exemple si un des mannequins du magazine était accusé d’un crime odieux... il faudrait sans doute très vite réagir avant la publication. Cela dit, Aaron ne doutait pas spécialement du fait que Mia avait pensé à tout, vu comment tout semblait bien organisé et vu comment les affaires semblaient marcher du feu de dieu. Après qu’elle lui a répondu, Mia continua de marcher et de saluer des employés. Aaron les salua d’un petit hochement de tête lorsque certains de ces employés le saluaient aussi de loin sans le connaître. « Tu veux t'arrêter boire quelque chose ? », demanda Mia à Aaron. Maintenant qu’elle en parlait, il est vrai qu’Aaron avait acheté une bouteille d’eau et une barre chocolatée dans le distributeur situé au rez-de-chaussée du bâtiment et qu’il n’avait toujours pas pensé à consommer tout ceci. Cela dit, il n’était pas nécessaire de s’attarder dans cette salle de repos puisque les deux amis allaient sans doute se rendre dans le bureau de la jeune femme, il pourrait sans doute boire un coup là bas, en évitant bien sûr d’en renverser partout puisqu’il n’aimerait pas tâcher le bureau de la grande patronne qui devait sûrement être plus ou moins luxueux. « Non, ce ne sera pas nécessaire je crois », lui répondit-il alors avec un sourire qui illuminait un peu son visage. Suite à son refus, la visite se poursuivit rapidement. C’était vraiment une ambiance particulière et Aaron ne savait pas si c’était vraiment un style de travail qu’il pourrait faire. Il n’avait actuellement pas de travail mais financièrement il n’en avait pas besoin, et de par le fait qu’il était musicien, il se sentait plus l’âme d’un artiste, d’un électron libre qui n’était pas spécialement fait pour travailler dans un bureau. Il avait toutefois beaucoup de respect pour ceux qui faisaient ça chaque jour.
« Je te fais visiter que cet étage parce que les deux autres ressemblent globalement à celui-ci. Beaucoup de monde n'est-ce pas ? », lui demanda-t-elle alors qu’il commençait à se perdre légèrement dans ses pensées. A vrai dire, même si tout le monde était assez actif, il s’imaginait une ambiance beaucoup plus sous tension extrême et hyperactive, limite à en voir des papiers voler dans tous les sens et voir des gens au bord du burnout puisque c’était généralement ce type d’ambiance que l’on pouvait retrouver dans des bureaux, mais il n’en était rien.
« Effectivement, cela dit je m’attendais à ce que ça ressemble beaucoup plus à une fourmilière que ça. Tout m’a l’air bien organisé pour le moment, tu m’as l’air de faire du bon travail et de bien gérer tout ce petit monde », lui répondit-il avec un sourire. Un petit compliment ne faisait jamais de mal et permettait aussi à Aaron de camoufler encore plus sa rancune envers elle.
« Suis-moi, on va aller dans mon bureau. », poursuivit-elle après avoir réagi au compliment du jeune homme. Ils marchèrent tous les deux encore pendant quelques secondes jusqu’à arriver dans le fin fond de cet étage. De prime abord, lorsqu’il vit la porte, rien ne laissait supposer que c’était un bureau différent des autres si ce n’était le nom de Mia accroché sur la porte.
« TADAAAAAM ! », lui dit-elle en ouvrant la porte et en pénétrant dans le bureau tandis qu’Aaron entra à son tour. « Tu t'attendais à voir ça en venant ? », lui demanda Mia. A vrai dire, pas vraiment… Il s’attendait à un bureau vraiment plus luxueux et beaucoup mieux placé mais la jeune femme avait visiblement opté pour quelque chose de plus simple, de plus banal, probablement afin qu’elle ne marque pas une différence sociale trop grande entre elle et ses employés, chose qu’Aaron respectait mille fois puisqu’il n’appréciait guère les personnes imbues d’elles-mêmes et qui pétaient plus haut que leur cul. « Pas vraiment… Je m’attendais à quelque chose de moins modeste. Mais l’essentiel c’est que tu puisses y travailler convenablement », répondit Aaron en haussant les épaules et avec un grand sourire. « J'ai même encore de la place si tu veux nous rejoindre », dit-elle alors qu’il ne s’attendait pas spécialement à une telle proposition. Travailler dans un bureau n’était pas une chose qui lui plaisait particulièrement donc il partait légèrement réfractaire à cette idée. En revanche, avoir un contact plus régulier avec la responsable de la paralysie du père d’Aaron pouvait s’avérer très intéressant et lui permettrait plus facile de déceler les failles chez son amie qu’il pourrait exploiter pour éventuellement la blesser, si toutefois il décidait de ne pas abandonner ses projets de vengeance. « Je… euh… ouais. C’est une idée, répondit-il avec un ton assez hésitant, disons que même si je m’ennuie un peu sans véritable travail, l’idée de travailler dans un bureau n’est pas forcément ce qui m’enchante le plus à l’heure actuelle. ». Après tout, Aaron était essentiellement un artiste qui composait des musiques pour son plaisir personnel. Il n’avait pas abandonné l’idée d’être véritablement reconnu dans le milieu et devenir un jour un grand compositeur et chef d’orchestre qui pourrait un jour composer pour des grandes productions hollywoodiennes mais il était encore bien jeune et la route qui menait à ce potentiel succès était parsemé d’embûches. Il avait toutefois besoin d’un nouveau challenge et de quelque chose à faire pour éviter de s’ennuyer, donc même si la proposition semblait avoir été faite sur le ton de la rigolade, elle restait relativement intéressante pour le jeune homme même s’il ne voyait pas trop ce qu’il pourrait faire ici étant donné ses compétences.
« Bon, je dois t'avouer que parfois, je me demande si je suis pas trop folle de continuer toute seule. Mais je crois que j'aurais du mal à prendre des collaborateurs. C'est le fruit de mon travail depuis quelques années maintenant. Surtout que je voudrais exporter le magazine outre-atlantique ... Et que j'ai pas encore les moyens. », poursuivit Mia afin de faire part de ses envies de faire grandir le journal. Une faille avait probablement été ouverte à ce moment là pour le jeune Graham, une faille qu’il pourrait exploiter afin de détruire de l’intérieur tout ce que Mia avait construit, chose qui lui ferait extrêmement mal. Heureusement pour elle, Aaron se sentait plus à l’aise qu’au début et son amitié pour la jeune femme avait pris le dessus sur sa rancoeur. C’est pour cette raison qu’il ne profita pas de cette occasion pour se montrer intéressé par une collaboration ou un investissement dans la société qui aurait pu permettre à Mia de réaliser ses projets et à Aaron d’avoir le contrôle. Au lieu de ça, il préféra la complimenter sur sa façon de gérer son entreprise et la prévenir quelque peu sur les problèmes que pourraient engendrer la prise de collaborateurs.
« Comme je te le disais, le magazine a l’air de bien fonctionner et les gens ont l’air de t’apprécier à en juger les sourires que j’ai pu apercevoir lorsque tu as salué quelques personnes. Le fruit de ton travail a l’air de plutôt bien payer et de montrer que tu es une parfaite gestionnaire. D’autant plus que prendre des collaborateurs est assez risqué, en particulier si tu n’as pas une confiance absolue envers eux. Je ne connais que très bien ce genre de requins, mon père en était un lui-même » Oups. Erreur tactique. C’était en tout cas ce que pensait le jeune homme après avoir évoqué son père. Il craignait que la conversation dérive un peu plus sur son père et que Mia demande des détails à propos de lui, ce à quoi il ne saurait pas forcément quoi répondre si elle se montrait trop curieuse. Après tout il n’avait jamais vraiment parlé de sa famille avec elle, même s’ils avaient bien sympathisé et qu’il y avait une sorte de coup de coeur amical réciproque. La rancune d’Aaron l’avait empêché d’en dire trop, et cette fois-ci il allait peut être regretter ces paroles, ou peut être pas. « Bref. Je suis persuadé que tu réussiras à faire grandir un peu plus ce journal. Des idées sur comment tu comptes t’y prendre ? ». Il avait été contraint d’essayer d’éteindre l’incendie rapidement afin de ne pas trop parler de son père mais il ignorait si ça allait être suffisant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
http://onemoreparadise.tumblr.com/ Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 28/02/2016
›› Commérages : 805
›› Pseudo : Lempika. (Laurine)
›› Célébrité : Ashley gorgeous Benson
›› Schizophrénie : Cameron Thompson (Dylan O'brien), Shane Hollister (Jack Falahee), Jaxson Hamilton (Jesse Lee Soffer), Ryan Oakley (Chris Wood), Alec Winterfell (Luke Mitchell), Matthias Di Lazio (Matthew Daddario), Sebastian Pryce (Cole Sprouse), Lou Perkins (Selena Gomez)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Don't get too close, it's dark inside [Aaron - Mia] ✻ ( Mer 18 Avr - 16:12 )

Don't get too close, it's dark inside ✻✻✻ La visite est plutôt rapide. La belle blonde a beau adorer ses locaux et l'ambiance qui s'en dégage, elle sait aussi que pour les visiteurs, voir trente fois la même chose, ça ne leur plaît pas. Alors, lentement, mais sûrement, elle approche de son bureau et divulgue des informations. « Et comment faites-vous en cas d’imprévu et qu’il faille rebondir sur une actualité ? Vous avez des plans B ?» Ah ! Elle s'attendait à cette question. A vrai dire, elle l'espérait. Elle adore expliquer comment ils s'y prennent pour les changements de dernières minutes. « Bonne question. » Elle offre un sourire attendrissant avec de continuer. « J'ai une équipe spéciale "imprévus". Elle travaille dans un coin à part, proche de mon bureau comme ça, c'est plus facile s'ils veulent discuter de quelque chose ou non. » Surtout qu'ils ont besoin des accords de la blonde pour pouvoir envoyer leur papier à l'imprimerie. « Ils ont à leur disposition une équipe de photographe, de reporters et une autre de communication. C'est les seuls aussi, qui ont l'autorisation de me rendre leur papier une heure avant l'impression. » La petite anecdote était cadeau. « Et comme on développe aussi le magazine via les réseaux sociaux, on peut toujours rebondir grâce à ce point là. » Enfin, la chaîne youtube ne compte pas encore une masse énorme de personnes mais elle augmente au fur et à mesure grâce aux idées qu'elle reçoit. « Voilà, tu sais tout. » Ou presque. Parce que Mia ne révélera pas tous ses tuyaux. Sait-on jamais qu'on les lui pique. Mais elle est plutôt contente de l'organisation qu'elle a établi dans ses locaux. Il lui convienne et cela semble aussi convenir aux personnes qui y travaillent.

La visite se poursuit jusqu'à ton bureau. Un coin assez isolé du bruit, bien évidemment, mais pas le mieux. Mia l'avait voulu ainsi. Elle déteste se sentir supérieur aux autres. Ce n'est elle, pas son style, son genre. Mia, c'est la douceur et la bienveillance incarnée, normalement. « Effectivement, cela dit je m’attendais à ce que ça ressemble beaucoup plus à une fourmilière que ça. Tout m’a l’air bien organisé pour le moment, tu m’as l’air de faire du bon travail et de bien gérer tout ce petit monde » Ce compliment lui va droit au cœur. D'ailleurs, il la touche tellement que ses yeux s'humidifie. Si Aaron continue de la sorte, elle va se mettre a pleurer sous le coup de l'émotion. C'est son plus gros problème. Elle s'était promis d'être moins émotive, mais elle n'y arrive pas. Ce trait de caractere fait partie de sa nature. « Merci. Ça me touche. Surtout venant de toi. » Mia accorde un peu trop d'importance aux avis des personnes qu'elle apprécie. Aaron en fait partie bien qu'ils ne se connaissent pas depuis des lustres. « Pas vraiment… Je m’attendais à quelque chose de moins modeste. Mais l’essentiel c’est que tu puisses y travailler convenablement » C'était exactement le cas. « Oui. Exactement. » Elle offre, a nouveau, un sourire. « Beaucoup pense que je prends la grosse tête parce que j'ai monté ma boite mais au contraire, je ne me suis jamais senti aussi terre-à-terre. Bizarre, tu ne trouves pas ? » Peu importe, à vrai dire. Ce point n'est pas le plus important. D'un signe de main, elle invite son ami à s'installer dans un des sièges en cuir confortable et elle fait de meme. Elle blague légèrement aussi, sur le fait qu'il y ait des postes de libre. « Je… euh… ouais. C’est une idée Elle était loin de penser que quelque chose pourrait l'interesser ici. Surtout que l'ecriture et le journalisme ne semble pas être ce qu'il préfére. « Vraiment ? » Elle a besoin d'explications, la blonde. disons que même si je m’ennuie un peu sans véritable travail, l’idée de travailler dans un bureau n’est pas forcément ce qui m’enchante le plus à l’heure actuelle. » Elle acquisce, comprends parfaitement. « Je me disais aussi que je ne te voyais pas enfermé ici pendant huit heures d'affilées. » A peur près, car il y a la pause du matin, du midi et de l'après-midi. Puis, il y a le parc qui ne se trouve pas trop loin. « Comme je te le disais, le magazine a l’air de bien fonctionner et les gens ont l’air de t’apprécier à en juger les sourires que j’ai pu apercevoir lorsque tu as salué quelques personnes. Le fruit de ton travail a l’air de plutôt bien payer et de montrer que tu es une parfaite gestionnaire. D’autant plus que prendre des collaborateurs est assez risqué, en particulier si tu n’as pas une confiance absolue envers eux. Je ne connais que très bien ce genre de requins, mon père en était un lui-même » Oh ? Elle ouvre la bouche en un "o" parfait. Elle est surprise de l'entendre parler de sa famille et d'autant plus de son pere. C'est un point qu'il n'avait jamais énoncé. « Un requin, ton père ? » Elle a du mal à croire qu'un tel animal ait pu faire un fils aussi gentil et attendrissant. « Mais tu as parfaitement raison. Si je veux prendre des collaborateurs, il faut absolument que je me penche vers des personnes de confiance. Le problème, c'est que les anciens partenaires de mon père ont pris leur retraite et que je ne connais pas leur successeur, ou très peu. Difficile donc, de pouvoir leur faire confiance. » Son père était à la tête d'un grand empire. Mia aurait peut-être pu reprendre les reines. Mais lors de sa mort, elle n'a garder que des parts et l'entreprise est resté dans les mains de tous les autres actionnaires. Elle ne peux plus dire que cette entreprise lui appartient. « Bref. Je suis persuadé que tu réussiras à faire grandir un peu plus ce journal. Des idées sur comment tu comptes t’y prendre ? » Elle souffle un peu. Malheureusement, pas vraiment. « Pour être honnête, non. » Elle a des pistes, mais c'est loin d'être suffisant. « Les fonds actuels me permettent de faire grandir ce pôle-ci, mais c'est loin d'être suffisant pour s'exporter Outre-Atlantique. » Mais l'entreprise grandit, c'est un point déjà à noter. « J'ai aussi de l'argent, sur un compte, en attente. Mais ... » La blonde se voit mal lui avouer les clauses pour le débloquer. « Mais je ne les aurais pas avant un moment. » Mia, elle est perdue, tout simplement. « Peut-être ... Que tu pourrais m'aider dans ce projet ? Tu as l'air de t'y connaître et je te fais confiance. »
✻✻✻
CODES (c) LITTLE WOLF.


Come to me, Ravenheart
Messenger of evil, what's the news ? ✻  i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. The ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: Don't get too close, it's dark inside [Aaron - Mia] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Don't get too close, it's dark inside [Aaron - Mia]

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Woodbridge Avenue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération