To infinity and beyond ! [Sasha]

 :: postcard for far away :: Lieux divers :: Around the world
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 48
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans
›› more about me

To infinity and beyond ! [Sasha] ✻ ( Sam 27 Jan - 20:33 )

To infinity and beyond !
Sasha & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

S’il y avait bien une seule chose que Lucas regretterait de cette aventure, c’était de ne pas avoir filmé la tronche de Sasha quand il avait débarqué chez lui en mode : « Salut Sash’, ça va ? Bon, prends ta moto, on se tire au Nevada » comme s’ils avaient élevé les moutons ensemble d’une part, et d’autre part comme si le Nevada en question se trouvait à une heure de route. Bref, le Fitz ne s'y attendait pas du tout. Ils n’étaient même pas vraiment amis, ces deux garçons, à la base, mais ils s’appréciaient et avaient des passions communes. Aussi, Sasha avait le même sorte de caractère "facile" que Lucas (hum hum, oui, ce boute-en-train de Lu' se considérait facile à vivre...), sans prise de tête autrement dit, en plus d’être un bon vivant. Ce voyage, ils l’avaient tout juste évoqué ensemble par le passé, un roadtrip pour voir du pays avec rien d’autre que leur bolide. Sasha, il l’avait presque dit sur le ton de la plaisanterie à ce moment-là, peut-être pensait-il que Lucas n’était pas sérieux non plus… Sauf que quand Lu’ disait ce genre de truc, ce n’était certainement pas pour que ça parte dans le vent ! Bien au contraire. L’air de rien, le petit fripon avait très bien préparé ce voyage et était complètement rodé : il avait prévu leurs divers lieux de repos en traçant des croix sur une carte, à l’ancienne, il avait même collé dans son carnet de voyage les photos des petites villes de campagne dans laquelle ils devraient s’arrêter pour la nuit, afin d’être sûr de ne pas passer à côté. Vieux jeans, t-shirt sombre, gros blouson en cuir, il avait la dégaine de l’aventurier bien américain. Aussi, son sac à dos contenait le meilleurs matériel de survie qui soit - selon lui : un portable, une batterie de portable, un GPS, une bouteille d’eau, des barres protéinés, du cash et une carte bleu foutrement blindée – quand tu ne prévois même pas de fringues de rechange et que tu vas en avoir pour plus de mille balles d’essence, c’est la moindre des choses. L’objectif avait été donné d’emblée par Lucas : se barrer au plus vite de la Caroline du Nord, et c’est ce qu’ils firent. Ils commencèrent en douceur, si l’on peut dire, les routes connus vers l’Ouest, et après trois petites heures à vitesse pas forcément modérée, et un léger arrêt pour souffler et papoter, Lucas entraina Sasha en ballade dans les vallées paumées au Sud du Tennessee. Commencement en douceur, disait-on, une promenade sans grand risque tel un échauffement. De beaux paysages, des forêts à foison, et… une absence flagrante de civilisation. Sasha avait de quoi s’inquiéter un peu pour leurs réservoirs qui se vidaient à vue d’oeil, mais c’était sans compter les « T’inquiètes on y est bientôt ! » de Lucas…. N’empêche que ce qui devait arriver, arriva.

Et puis, arrêté au milieu de nul part, le casse-cou dégaina la GoPro de sa poche. Il se filma en selfie, on ne voyait que son visage, mais sa respiration courte indiquait clairement qu’il avait fait un effort physique semblable à un footing. Il fronçait d’ailleurs légèrement les sourcils comme un homme qui fait le point après une dure épreuve de la vie – il surjouait un peu, en effet : « Conquête du Far West. Premier jour de mon Road Trip vers le Nevada, en partant de la Caroline du Nord. Actuellement dans la Tennesse valley, je me dirige vers la frontière avec le Mississipi. Je suis prêt, j’ai étudié le circuit avant mon départ, je connais toutes les escales. Cependant, tout ne s’est pas passé exactement comme prévu… »  Il tourna alors sa GoPro vers Sasha qui le devançait et qu’on voyait tout entier : le pauvre homme marchait en faisant rouler une moto vide d’essence… et pas seulement depuis cinq minutes, à en juger par sa tête. Paumé dans la cambrousse, c’était clairement pas l’endroit où une dépanneuse se déplacerait, les deux mecs étaient un peu condamnés à continuer comme ça. « Je vous présente Sasha, qui m’accompagne dans cette aventure. Comme vous pouvez le constater, mes anticipations en terme de carburant ont été un peu foireuses. La bonne nouvelle, c’est que la prochaine ville n'est qu'à trois kilomètres d’ici », Son GPS ne trompait pas « Hein que c’est une bonne nouvelle, Sasha ? » demanda t-il alors avec entrain tout en filmant son camarade, un grand sourire aux lèvres.  Et il se marra comme un con fier de sa connerie. Suite à ce petit interlude, il fit un panorama du paysage – que le futur public sache qu’ils galéraient dans un joli décor- et coupa la caméra. Après l’avoir rangée dans la poche de son blouson, il reprit le guidon de sa moto et la poussa en pressant le pas. « J’étais vraiment persuadé qu’on arriverait au bout ! » se justifia t-il auprès de Sasha alors qu’il le rattrapait et se mettait à son niveau, et ça, c’était vraiment vrai. « Les montées nous ont fait dépenser plus d’essence que prévu mais… il paraît que ça porte bonheur de tomber en panne le premier jour. Et puis, vaut mieux que ça arrive ici plutôt qu’en plein désert ! »

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/04/2016
›› Commérages : 1639
›› Pseudo : Sashamour - Claire
›› Célébrité : Tom Hardy
›› Schizophrénie : Sam-Draven-Harley
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: To infinity and beyond ! [Sasha] ✻ ( Lun 29 Jan - 13:52 )




Lucas + Sasha  
« To infinity and beyond. »
Qui d'autre que toi pouvait débarquer à l'arrache un beau matin pour m'embarquer illico presto dans une virée sauvage ?! Hein, je te le demande ! T'as bien joué ton coup ! Tu savais que j'avais un congé de deux semaines et que ma môme était chez sa mère pour un temps. C'était assurément le bon moment. Et je dois dire que l'idée m'a séduit. Bon, il a fallu préparer quelques affaires en vitesse, juste le minimum. Pas de bagage, juste mes papiers, du fric et quelques affaires de toilette et de change pris en express pour assurer au moins un ou deux jours au cas où. Le reste s'achèterait en route. C'est limite si tu ne m'as pas imposé un chrono et interdit de prendre certains trucs avec moi, arguant qu'on partait vraiment à l'aventure sans rien prévoir à part le strict minimum.
Et bon sang, je dois avouer que ça a été exaltant sur le moment de courir dans tous les sens avant de quitter la maison. J'ai juste eu le temps de passer un coup de fil aux parents pour qu'ils viennent récupérer la chienne. Mais bon, on n'a pas eu besoin d'attendre après eux puisqu'ils ont un double de chez moi.

Dès lors où on a alors enfourché nos bécanes, on a dévoré le bitume, pleine de cette hargne mêlée d'excitation sous l'impatience. Des sensations quasi euphoriques qui nous donnait envie d'arriver d'une traite dans le Nevada. Chose improbable bien entendu quand on sait que le Nevada est à l'autre bout du pays, juste avant la Californie. Et ce, sans compter les pauses. On va se mettre 2431 miles dans la gueule mon coco ! Et puis on va en voir du paysage entre le départ et l'arrivée, sans compter les détours et les pauses par de jolis coins que tu as visiblement déjà prévu.

Putain le Nevada mec ! Ça va être un pur régal ! Et ce qui est d'autant plus sympa dans notre expédition, c’est de se découvrir plus encore au fil des jours. Parce que ouais, à la base, on s’est connus dans la boutique de comics dont tu es proprio. Tu m'as donné un avis sur le genre de bd autour desquelles je tournais en général et t'as visé juste avec quelques propositions qui ont été un véritable coup de cœur pour moi. Entre la nouvelle bd du même auteur que celle de Saga, autrement dit Brian K. Vaughan qui a récemment sorti Paper Girls qui fait pas mal penser à la série Stranger Things, et puis la toute récente bd inspirée de l'univers de Silent Hill, j’ai été aux anges. Dans un autre style, je t'ai parlé des Naufragés d'Ythaq, une série de bd n'appartenant cependant pas à la catégorie des comics mais qui est franchement sympa à découvrir.
Enfin bref, tout ça pour dire qu'on a bien sympathisé et que je me suis rendu de fait, plus régulièrement dans ta boutique, autant pour discuter bd que de nous. Le sujet a dérivé un jour sur les bécanes lorsque tu m'as vu arriver avec la mienne un après-midi. Et c'est de là qu'on a évoqué quelques-unes de nos passions communes comme cet attrait pour les grandes étendues sauvages, le besoin parfois de partir sur un simple coup de tête, comme ça, au hasard sur les routes. De là a été lancée l'idée qu'on se fasse un mini road trip ensemble. Ça me branchait bien mais on n’en a plus vraiment reparlé depuis et paf, un matin, voilà que tu t'es ramené. Je dois dire que ça fait bien longtemps que je n'ai pas vibré d'un tel enthousiasme !

Après être passés par des coins tout bonnement superbes dans le Tennessee comptant de magnifiques étendues de forêt et de vallées impressionnantes, désertée de toute civilisation par endroits, j'ai néanmoins commencé à m’inquiéter du niveau des réservoirs qui seraient assurément bientôt à sec. Décidant de te faire confiance quant à l'étape suivante pour pouvoir refaire le plein malgré l'étendue de nature vierge qui défilait devant nous à perte de vue, sans laisser se profiler la moindre ville à l'horizon.

- T’inquiètes, on y est bientôt ! C'est bien ce que tu disais ? T'as tout prévu sauf assurer d'être certain de ne pas tomber en rade avant la prochaine ville ..., déclarais-je en poussant ma bécane devant toi alors que nous n'avons eu d'autre choix que de nous arrêter un instant plus tôt avant de devoir pousser les bécanes à pied. Plantés là au milieu de nul part après que nos bécanes aient cahoté de concert. Non mais sérieux ? dis-je alors que t'as décidé de faire une petite séquence vidéo en mode  "Deux cons dans la panade après seulement quelques heures de route".

- Et que ça se filme ! Ça va t'as pris ton meilleur angle, chéri ? lançais-je revêche et à bout de souffle à quelques mètres devant toi.

« Conquête du Far West. Premier jour de mon Road Trip vers le Nevada, en partant de la Caroline du Nord. Actuellement dans la Tennesse valley, je me dirige vers la frontière avec le Mississipi. Je suis prêt, j’ai étudié le circuit avant mon départ, je connais toutes les escales.»

-Prêt ?! Mon cul man ! T'as tout prévu hormi de tomber en rade de façon aussi absurde.

Tu termines ta déclaration puis diriges ta GoPro vers moi.

- Assures-toi de bien cadrer mon joli p'tit cul mec ! dis-je en me retournant un instant en tapotant ma fesse droite tandis que l'autre main assure le maintien de la bécane.

« Je vous présente Sasha, qui m’accompagne dans cette aventure. Comme vous pouvez le constater, mes anticipations en terme de carburant ont été un peu foireuses. La bonne nouvelle, c’est que la prochaine ville n'est qu'à trois kilomètres d’ici »

- FOIREUSE, c’est le mot, articulais-je en élevant la voix. Trois putain de kilomètres à se coltiner en trainant nos deux engins. C'est pas la mer à boire pas vrai ? relevais-je avec une pointe d'ironie.T'as intérêt d'être sûr de ton estimation sinon je te garantis que je te fais bouffer ta carte par les trous d'nez !

Bon ok, je surjoue dans le genre grognon et râleur mais ça m’amuse tout de même un peu malgré tout même si certes, je me serais bien passé d'un tel désagrément.

- Plutôt que de te marrer comme une piaillouse, range ton jouet et ramènes-toi, t'es à la traine ! fis-je en me tournant à nouveau un bref instant vers toi.

- Bah alors vieux, c’est tout ce que t'as dans les bras ? Tu veux que je te file des coups de pied au cul pour t'aider ?

Tu te justifies bientôt en arguant que tu étais vraiment persuadé qu’on arriverait au bout.

« Les montées nous ont fait dépenser plus d’essence que prévu mais… il paraît que ça porte bonheur de tomber en panne le premier jour. Et puis, vaut mieux que ça arrive ici plutôt qu’en plein désert ! »

- Pas faux pour le dernier argument. Le coup de la panne c’est quand même mieux quand t'es en bagnole avec une jolie pepette, lançais-je avec un demi sourire.


©️ 2981 12289 0


Life sucks without you.
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 48
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans
›› more about me

Re: To infinity and beyond ! [Sasha] ✻ ( Lun 29 Jan - 17:54 )

To infinity and beyond !
Sasha & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

Lucas disposait d’un foutu talent et surtout d’un bon dieu de sang froid pour ne pas se marrer aux râleries de Sasha, et poursuivre son petit speech comme si tout était normal. Lui, qui avait pourtant tendance à beaucoup déconner devant la caméra, gardait son sérieux afin créer un contraste avec son bougon de camarade. Pourtant, celui-ci lui donnait juste envie de se plier en deux de rire. Un bon dieu de sang froid oui ! Alors qu’il filmait Sasha le magnifique et son joli cul -du grand art-, Lucas ne put quand même s’empêcher de ramener brièvement la caméra sur sa face fendue d’un rire silencieux (en gros plan bien dégueulasse) avant de vite recadrer le plan sur la star de la journée.  « J’aime déjà ce mec » commenta t-il entre deux engueulades du brun - qui le menaçait seulement de lui agrandir les narines en y insérant une carte, rien de bien méchant en outre. Comment tu veux garder ton sérieux dans ces conditions ? A la demande de Sasha, il calma son rire qui s’était finalement déployé et le rejoint plus ou moins sagement. Même s’il était un petit con présomptueux, Lucas laissa couler la remarque sur sa force : entre l’alpinisme, le stunt et la boxe qui n’étaient quasiment que des sports de bras… il n’avait clairement rien à prouver ou à défendre. Mais dès que ça parla de pépette, le grand roublard tourna la tête vers le brun, les lèvres retroussées en un petit sourire en coin enjôleur.  « Dans une bagnole seul avec toi, moi ça m’irait tout aussi bien, mon beau » lui susurra t-il d’une voix caressante, une lueur outrageusement lubrique logée dans son regard bleu. Cette façon de surjouer la séduction semblait induire qu’il n’était pas sérieux. N’en déplaisent aux apparences sur lesquels il jouait, Lucas était en réalité très sérieux. Le jeune homme était du genre à facilement trouver du charme aux autres certes, mais ce Sasha dégageait un charisme qui lui était propre et qui faisait clairement son effet.

Après avoir posé ça là, au calme, peu soucieux de la façon dont son camarade accueillait ses propos, il poursuivit comme si de rien n’était.  « Allons, profite du paysage ! Tu devrais me remercier. Cette séance sportive te permet de travailler tes biceps… ! Et il t’en faudra plus si tu veux un jour réussir à me faire bouffer une carte par le nez… » lança t-il avec arrogance en faisant mine d’admirer la verdure. Il ramena alors son attention sur Sasha  :  « J’ai l’air d’un type qui laisserait une telle chose m’arriver ? » demanda t-il en haussant les sourcils avec un air innocent de petit ange, qui te pose une provocation l’air de rien sur le ton de la conversation. Sasha, c’était le genre de type qu’il prendrait à n’importe quel type de corps à corps... Amicalement bien sûr, Lucas ne se battait que pour le sport et le fun, jamais pour donner des leçons - sauf si on avait le malheur d’emmerder une de ces soeurs, mais ça… ! Ne tenant plus, un air moqueur prit place sur son visage et il ne fit même plus l’effort de rester soft dans la provoc’. « J’aimerais beaucoup te voir essayer en tout cas. Mais c’est pas en chouinant comme une chiffe molle que tu vas m’impressionner ».  Enfonçant le clou, Lucas mima un baiser qu’il lui envoya à distance, faisant claquer le petit bruit entre ses lèvres tel un “Allez rage pas". Il avait un sacré don pour prendre l’attitude du casse-couille de base, et c’était probablement parce qu’il chlinguait la bienveillance qu’on ne lui en tenait pas toujours rigueur. Et puis, il faisait le malin, mais le caractère de Sasha était une perle pour lui. Ramenant le regard droit devant, le filou témoigna d’une certaine patience en se faisant un peu plus taciturne. Lui ne voyait vraiment aucun inconvénient à ramer avec sa bécane. À côté de ses années d’armée, ça, c’était à peine une promenade de santé. Il aimait bien les promenades qui plus est. Au bout d’un moment, il comprit pourquoi sa Honda lui paraissait un peu plus lourde qu’elle n’aurait dû. Ce n’était pas la fatigue : ils marchaient en pente, et on ne voyait pas le terrain derrière la légère butte à quelques mètres devant : cela présageait une pente dans le sens inverse.  « Tiens ! Ça sent bon ça ! » s’enthousiasma Lucas en pressant le pas. Arrivés en haut, ils purent apercevoir en contrebas la petite ville (pour ne pas dire le village) dont parlait Lucas plus tôt. Comme quoi, ce ne serait peut-être pas trois kilomètres de marche… ! Il prit quelques inspirations suite à l'effort, profitant de ce bref répit pour évaluer la descente d'un regard calculateur : jouable lui indiqua son cerveau. « Hm… le frein marche quand le moteur est coupé ? Je n’ai jamais testé » il haussa les épaules en mode balec, digne du kamikaze qu’il avait toujours été :  « On se lance et on découvre ensemble ? » proposa alors ce grand malade. Oui, il était prêt à se lancer sans savoir. Heureusement qu’il n’était jamais seul dans ses aventures. Peut-être se serait-il déjà tué s’il n’y avait pas quelqu’un pour l’arrêter dans ses folies. Lucas avait le sentiment d’être… invincible, et peut-être que ce détail relevait d’un dysfonctionnement mental. Il n’avait jamais la moindre conscience du risque dans ce qu’il entreprenait. Les seuls fois où il témoignait de prudence, c’est quand cela touchait ses soeur, mais c’était tout.


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/04/2016
›› Commérages : 1639
›› Pseudo : Sashamour - Claire
›› Célébrité : Tom Hardy
›› Schizophrénie : Sam-Draven-Harley
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: To infinity and beyond ! [Sasha] ✻ ( Ven 2 Fév - 12:03 )





Lucas + Sasha
« To infinity and beyond. »
- Pas faux pour le dernier argument. Le coup de la panne c’est quand même mieux quand t'es en bagnole avec une jolie pepette, lançais-je avec un demi sourire.

Tu esquisses un sourire enjôleur en répliquant aussitôt que :

« Dans une bagnole seul avec toi, moi ça m’irait tout aussi bien, mon beau »

- Mmmhhh ... l'idée t'excite, pas vrai grand fou ? rétorquais-je pour déconner. Mon regard croise le tien un instant et je laisse échapper un doux rire, à demi nerveux alors que je détecte cette lueur dans ton regard. Hep ... me fais pas un regard comme ça ou je vais vraiment croire que t'es sérieux !

Le sourire au coin de mes lèvres demeure un bref instant avant que je ne retourne mon attention droit devant moi. De toute façon t'es trop moche, man ! Je suis pas certain que t'arriverais à me faire bander si facilement ! te provoquais-je.

Tu me provoques bientôt à ton tour après quelques instants en revenant sur ma gentille menace d'un peu plus tôt par rapport à la carte.

« Allons, profite du paysage ! Tu devrais me remercier. Cette séance sportive te permet de travailler tes biceps… ! Et il t’en faudra plus si tu veux un jour réussir à me faire bouffer une carte par le nez… » lâches-tu avec arrogance.

- Que tu crois ! affirmais-je.

« J’ai l’air d’un type qui laisserait une telle chose m’arriver ? »

- Si je décide de te la fourrer dans le cul, crois-moi, t'auras pas d'autre choix que de te laisser faire ! déclarais-je fièrement avant de me rendre compte du côté ô combien tendancieux de mes propos. Et ta réplique me fait alors mourir de rire tandis que tu lances que tu aimerais beaucoup me voir essayer en tout cas. Mais que ce n'est pas en chouinant comme une chiffe molle que je vais t’impressionner.

- Chouiner, je vais te faire chouiner moi ! Apprends déjà à nous éviter ce genre de galère, ce sera pas mal ! lançais-je amusé et faussement vindicatif.

Tu mimes un baiser que tu me souffles, accompagné d'un “Allez rage pas".

- Ravale tes manières, casse-noisette, ton jeu de charme fait trop cliché pour m'atteindre, lançais-je faussement revêche.

Nous poursuivons notre route, trainant nos deux poids morts sur les bras, enfin façon de parler. Bientôt, une butte se profile à l'horizon, annonçant une descente sur son autre versant.

« Tiens ! Ça sent bon ça ! » t’enthousiasmes-tu.

- Y'a intérêt ouais ! fis-je comme déserté de la moindre étincelle d'espoir comme si je n'y croyais pas. Je te préviens, ce soir c'est arrêt oblige dans un motel. Avec tes conneries, je suis éreinté dès le foutu premier jour.

Tu envisages quant à toi cette fameuse descente avec joie.

« Hm… le frein marche quand le moteur est coupé ? Je n’ai jamais testé. On se lance et on découvre ensemble ? »

- T'es sûr que t'es amateur de bécane ? te lançais-je sur le ton de l'ironie comme si je doutais que t'aies vraiment déjà roulé avec et que tu ne faisais que les collectionner. Bien sûr que ça freine même moteur coupé, te lançais-je alors que tu te lances limite déjà. Je ne suis même pas certain que tu m'aies entendu tant tu sembles fin fou sur l'instant.

Mec, tu me tues de rire ! T'es un vrai bout en train ! Je crois bien que tu vas me cramer la cervelle avant la fin du séjour. Mais putain, que ça fait du bien d'être en compagnie d'un vrai taré comme toi en plus d'un petit côté emmerdeur. Petit ... ? Na ... !! Carrément emmerdeur. Quoi que moi et mes pseudo râlages, je ne dois pas être mieux même si j'exagère la plupart du temps, juste par goût de la provoc et de la taquinerie.
Ainsi lancés dans la descente en renfourchant nos monstres de mécanique, nous hurlons à plein poumon comme si c'était là une libération. Plus d'effort pour un instant, lancés en roue libre. Je rattrape un peu l'avance que tu as sur moi, puis t'adresse un doigt d'honneur pour la forme, une fois à ta hauteur.

Plus tard, nous nous trouvons enfin aux portes du fameux village. Et bon sang, c’est un putain d'endroit ! Un régale pour les yeux. La petite ville borde un lac et nous en longeons une partie avant de nous arrêter sur un parking en bordure où se tient un petit snack. J'ai soif, j'ai faim et ça va donc être passage oblige. Descendant de nos montures, on observe un instant le paysage alentours. Nous nous dirigeons dans un premier temps sur le bord de la rive pour admirer la vue et se poser près de l'eau. Je m’assois sur la bande de pelouse et farfouille dans la poche de ma veste pour récupérer mon paquet de clopes. Je t'en propose une puis croise nonchalamment les bras sur mes genoux relevés.

- Bon ok, je crois que ça valait le coup de faire de tels efforts pour déboucher ici. On apprécie d'autant plus.

Je te file un petit coup dans l'épaule puis me gratte un instant l'arrière de la nuque. Les minutes défilent, entre silence et quelques mots échangés.

- Allez viens, tu vas te faire pardonner en nous offrant de quoi caler nos estomacs. On s'occupera de trainer nos bécanes jusqu'à la station à côté après, te dis-je en désignant cette dernière sur l'autre versant de la route à environ 100 mètres.

Je me redresse, te tends une main pour t'inciter à te relever à ton tour puis je passe un bras autour de tes épaules en chemin comme si ça nous aidait à faire les derniers mètres jusqu'à ce snack tout proche situé au bord de l'eau après tous les efforts donnés plus tôt.
L'établissement a un certain charme tout en bois et en grandes baies vitrées. Il y a même une terrasse qui surplombe une partie de la rive au-dessus de l'eau avec ses barrières en bois brut.

- Préférence pour l'intérieur ou l'extérieur ? désignais-je d'un mouvement de tête en montrant la terrasse.


©️ 2981 12289 0



Life sucks without you.
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 48
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans
›› more about me

Re: To infinity and beyond ! [Sasha] ✻ ( Mer 7 Fév - 18:47 )

To infinity and beyond !
Sasha & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

Le sourire enjôleur de Lucas s’accentua furtivement avec la réaction de Sasha, qui ne semblait pas le moins du monde rebuté par son comportement. Le brun prenait la chose à la plaisanterie tout comme il pensait que c’était le cas de Lucas. Ce dernier en fut d’autant plus amusé. « Hep ... me fais pas un regard comme ça ou je vais vraiment croire que t'es sérieux ! » Un petit ricanement moqueur s’échappa des lèvres du casse-couille. Avait-il peur que Lucas soit sérieux, ou avait-il peur de l’effet que cela pourrait avoir sur lui si c’était le cas ? Le fripon était curieux de savoir. Pour lui, l’homme était un animal social et bisexuel, même si certains se trouvaient dans le déni le plus total à cause de la pression sociale, familiale… et même religieuse. Les Américains étaient majoritairement des croyants chevronnés. Combien de bonnes familles avaient le réflexe de vous inviter à la messe avec elles, plutôt que de boire un verre ? Pas du tout vexé pour un sou d'être traité de moche, la seule raison pour laquelle Lucas ne rétorqua pas que Sasha ne devrait pas en être aussi sûr, c’est qu’il éclata d’un grand rire. Cela témoignait probablement d’un certain orgueil, car seule la vérité pouvait blesser. Mais de toute façon, Sasha était un type sympa… si Lu’ était vraiment laid, le brun se serait gardé de le dire. En tout cas, il était juste à mourir de rire à l’envoyer chier comme ça. Quand ce fut au tour de Lucas de tacler, lui aussi éclata de rire à son tour. Preuve étant qu’ils appréciaient déjà se… rentrer dedans. « Ravale tes manières, casse-noisette, ton jeu de charme fait trop cliché pour m'atteindre » Assumant le cliché jusqu’au bout, et le poussant même plus loin, Lucas rétorqua sur le ton du charmeur limite tocard : « J’aime qu’on me résiste. » Les deux galériens voyant le bout du tunnel, Sasha était plus frileux sur leur chance. « Je te préviens, ce soir c'est arrêt oblige dans un motel. Avec tes conneries, je suis éreinté dès le foutu premier jour » « Une chiffe molle », répéta Lucas sur le ton du Je te l’avais bien dit ! En tout cas, leur moment de galère touchait effectivement à sa fin. Leur lieu de repos se trouvait en contrebas. « T'es sûr que t'es amateur de bécane ? Bien sûr que ça freine même moteur coupé » « Pas amateur mec, pro. Et la seule fois où j’ai tenté dans cette situation, j’ai freiné à vide alors que le liquide de frein était nickel. » Sans vouloir casser l’ambiance, hein. Mécaniquement, il n’y aurait pas dû avoir de corrélation, sauf qu’aucune autre explication ne lui était venu jusque là. En bagnole, il avait rencontré le même problème, et plus souvent, sauf qu’au lieu de freiner à vide, il ne pouvait carrément même pas appuyer sur la pédale. D’un autre côté, Lucas et la poisse… la poisse et Lucas…

Est-ce pour autant qu’ils allaient descendre sagement ? Bien sûr que non ! Le kamikaze se lança le premier sans même un regard en arrière, suivi de Sasha qui avait autant d’entrain. Et si ce dernier doutait encore du degré de folie du Wilde, ce dernier lui donna davantage d’indices en sortant la GoPro de sa poche pour filmer la descente. Tout avec une seule main sur le guidon. A croire qu’il avait fait semblant de s’inquiéter pour les freins, puisqu’il venait d’en oublier l’existence, n’empêche, les légers virages dus à l’instabilité de départ permirent à Sasha de prendre de l’avance. Et non, la caméra ne rata certainement pas ce doigt d’honneur magistral qui arracha un rire de gosse à Lucas. Rah ce mec ! Sur les derniers mètres, c’est ce kamikaze de Lucas qui doubla l’autre, faute de n’avoir pas anticipé l'arrivée. C’est sans surprise qu’il se retrouva à jongler avec sa caméra pour freiner et manqua de s’étaler en dérapant. « J’suis vivant, j’suis vivant » dit-il à la future attention de ses internautes, puisque la vidéo se poursuivait. N’empêche que oui, il faudrait être vivant pour pouvoir la poster, merci Lulu ! Mignon ce garçon, vraiment. Reprenant son souffle –c’est éreintant de manquer de se tuer, vous savez- les deux hommes poursuivirent à la marche, longeant la rive ; ambiance champêtre que Lu’ appréciait du regard avec un sourire songeur collé aux lèvres. Il prit quelques photos de cette beauté environnante que sa mémoire ne saurait restituer fidèlement plus tard, à cause du temps qui passe et qui rouille l’humain aussi aisément que le métal. Avant même de faire le plein, les deux hommes se posèrent sur la pelouse pour prendre le temps d’apprécier le moment. Lucas ne fumait pas, et avait d’ailleurs dû tenter deux fois dans sa vie à tout péter, il n’empêche qu’il accepta la cigarette pour le plaisir de l’allure et du cliché. Toutefois, il n’était pas question de rater le fail qu’il s’apprêtait à faire. « Bon ok, je crois que ça valait le coup de faire de tels efforts pour déboucher ici. On apprécie d'autant plus » « N’est-ce pas », rétorqua Wilde, aussi serein que son camarade. Dégainant la caméra qu’il orienta sur eux deux, Lucas alluma de l'autre main la clope calée entre ses dents avec le briquet emprunté à Sasha. La scène aurait pu être nickel : le paysage magnifique, les deux beaux gosses fumant une clope posés sur l’herbe… si Lucas n’avait pas toussé comme une brêle dès la première bouffée. That’s a wrap, il rangea la GoPro dans sa poche, en continuant de fumer-crapoter-tousser. Cette virée allait comporter tellement d’échecs qu’il devrait poster plusieurs vidéos pour tout avoir. « Ouais fous-toi de ma gueule », autorisa t-il avec le sourire. La pause clope étant terminée, Lucas accepta la main tendue en répondant : « Bien sûr que je t’invite, c’est moi qui t’ai embarqué là-dedans ». Après l’avoir gentiment aidé à lever son cul, le brun passa un bras autour de ses épaules. Sasha avait beau faire le bonhomme râleur… c’était surtout un ours très attachant. Il dégageait quelque chose de chaleureux et, aussi insouciant fut-il, Lucas était parfaitement conscient qu’un jour, ça lui manquerait. « Extérieur », rétorqua Wilde sans hésiter. La brasserie avait beau avoir des airs de chalet dont il raffolait, ce serait cracher sur la vue qui s’offrait à eux. Or Lucas était un garçon de plein air. Ils s’installèrent ensemble sur la terrasse et le garçon laissa Sasha passer commande d’abord avant de lui-même se prendre un burger et une bière. Puis, il tourna la tête vers le lac et posa les coudes sur la table. C’était quand même une scène rare, que de voir ce grand malade sage, calme, patient. « T’imagines… », dit-il après un moment, songeur, « La majorité des gens passent environ quarante pour cent de leur vie à dormir, encore quarante à bosser, dix à régler leurs problèmes, et les dix pour cent restants à profiter… je me dis merde. » Sasha faisait probablement partie de ces gens là, il était père célibataire : si ça se trouve, son pourcentage de galère était même plus élevé que la moyenne. Lucas secoua légèrement la tête. N’empêche … « Mais on a une putain de chance mec, de vivre dans ce pays, d’être libre, d’être là. » Il adressa un sourire charmeur à la jeune femme qui leur apportait les boissons et la remercia. Il but quelques gorgées en pensant à la suite de leur épopée. « Ok pour le motel cette nuit. Mais on a encore pas mal de route à faire avant. L’itinéraire que j’ai prévu est assez direct : Kansas, Colorado, Utah… je me demande si on ne devrait pas passer par le Sud pour revenir. Le Texas, la Louisiane… et la Nouvelle-Orléans mec, putain j’ai jamais vu la Nouvelle-Orléans. » Bon, en attendant, il avait surtout grave la dalle.


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 24/04/2016
›› Commérages : 1639
›› Pseudo : Sashamour - Claire
›› Célébrité : Tom Hardy
›› Schizophrénie : Sam-Draven-Harley
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: To infinity and beyond ! [Sasha] ✻ ( Dim 11 Fév - 18:13 )





Lucas + Sasha
« To infinity and beyond. »
Je te propose une clope que tu acceptes, tranquillement posés sur l'herbe.

- Putain que ça fait du bien de se poser ! lâchais-je plein de contentement.

En tirant sur ta clope, tu te mets à tousser. Un sourire nait au coin de mes lèvres, discret mais amusé. Je ne te fais aucune réflexion ni ne tourne un regard vers toi pour préserver ta fierté. Mais malgré tout, tu remarques ce léger sourire qui s'éternise au coin de mes ourlées.

« Ouais fous-toi de ma gueule »

- J'ai rien dit man ! dis-je en levant les mains en l'air, clope au bec.

Un instant plus tard, c'est sur la terrasse d’une brasserie toute proche au bord de l'eau qu'on s'installe. La vue est magnifique. Nous nous sommes installés près de la barrière tout au bout sur la partie qui surplombe l'eau. Mon regard s'égare sur l'étendue où le ciel se reflète tandis que mes oreilles se laissent quant à elles bercer un instant par le clapotis de l'eau qui se heurte aux pilotis en dessous. Les maisons de l'autre côté du lac me font rêver. J'adorerais habiter dans ce genre de coin, une maison nichée au cœur d'un vallon de forêt donnant sur l'eau.
Nous passons commande, bière et burgers pour tous les deux avec une bonne dose de frites accompagnée de salade. En attendant d'être servis, on nous apporte des cacahuètes et des pistaches dans lesquelles je tape aussitôt. Bien calé au fond de mon siège, jambes étendus sur un côté, je fais craquer les coquilles en les ouvrant et mange des pistaches à la pelle. A se demander limite quand je trouve le temps de respirer entre chaque bouchée. Pas le temps d'en enfourner une que la suivante arrive déjà. Une vraie broyeuse. De ton côté, t'as l'air songeur. Je t'observe un instant.

« T’imagines… La majorité des gens passent environ quarante pour cent de leur vie à dormir, encore quarante à bosser, dix à régler leurs problèmes, et les dix pour cent restants à profiter… je me dis merde. »

- T'as que ça à foutre de te prêter à ce genre de statistiques ? m'amusais-je. Mais ouais, t'as pas tord. On trime, on se laisse bouffer par le stress, on emmagasine les emmerdes, on surmonte, on met de l'argent de côté des années durant, tout ça pour un jour pouvoir en profiter. Et le moment venu, on est trop vieux pour en apprécier ou accomplir le but. Ou bien on est déjà canné ou bouffé par un foutu cancer.

Tu déclares qu'on a de fait, une putain de chance de vivre dans ce pays et d’être libre de partir comme ça sur un coup de tête pour quelques jours, sans se poser de questions, juste pouvoir en profiter avant que le temps nous rattrape ou je ne sais quelle saloperie qui nous ruinera la vie.
La serveuse vient déposer nos boissons et tu lui adresses un sourire charmeur en la remerciant.

- Je te préviens mec, si tu comptes te l'envoyer en coulisses, compte pas sur moi pour t'attendre tranquillou, lançais-je discrètement sur le ton de la plaisanterie.

Je lève mon verre et t'invite à faire de même pour les entrechoquer.

- Trinquons aux coups de tête, aux petits plaisir de la vie et à la liberté !

Là-dessus, nous buvons et la conversation se poursuit. Tu évoques la suite de notre voyage.

« Ok pour le motel cette nuit. Mais on a encore pas mal de route à faire avant. L’itinéraire que j’ai prévu est assez direct : Kansas, Colorado, Utah… je me demande si on ne devrait pas passer par le Sud pour revenir. Le Texas, la Louisiane… et la Nouvelle-Orléans mec, putain j’ai jamais vu la Nouvelle-Orléans. »

- Sérieux ?! Faut que tu vois ça ouais ! Ok ce sera l'étape oblige sur le retour. Et puis on remontera le long de la côté en passant par Charleston, je te montrerais où on vivait avant avec ma femme ... ex-femme et ma gosse.

Ça me ferait plaisir de partager ça avec toi et repasser devant la maison même si certes, ça fera sans aucun doute naitre une certaine pointe de nostalgie. Nos assiettes arrivent enfin et je mords aussitôt tel un affamé dans mon burger, limite j'essaye de glisser une ou deux frites en plus avec alors que j'ai déjà la bouche pleine. Le putain de morfale !

- Je pensais, je sais quelques trucs sur toi, de ta vie actuelle mais je sais vraiment que dalle de ton passé. T'as grandis où ? demandais-je avant de te poser d'autres questions à propos de ta famille, si t'as des frères et sœurs etc, quelle genre de vie tu as mené étant plus jeune.

©️ 2981 12289 0




Life sucks without you.
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 48
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans
›› more about me

Re: To infinity and beyond ! [Sasha] ✻ ( Jeu 15 Fév - 14:19 )

To infinity and beyond !
Sasha & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••


« T'as que ça à foutre de te prêter à ce genre de statistiques ?» Bien envoyé. « C’est carrément le genre de mon père. Il doit me manquer » En effet, ce petit génie de Seth lui manquait. Lucas avait l’impression de ne pas l’avoir vu depuis un sacré bail. «Mais ouais, t'as pas tord. On trime, on se laisse bouffer par le stress, on emmagasine les emmerdes, on surmonte, on met de l'argent de côté des années durant, tout ça pour un jour pouvoir en profiter. Et le moment venu, on est trop vieux pour en apprécier ou accomplir le but. Ou bien on est déjà canné ou bouffé par un foutu cancer.» Lucas baissa le regard, touché. Lui ne serait jamais atteint par des problèmes d’argent, d’épargne, de stress. Il en profitait déjà. Sasha décrivait peut-être sa propre vie - Lucas espérait cependant qu’il exagérait. Et puis, cette virée dans laquelle il l’avait trainé, c’était bien la preuve que lui non plus n’avait pas besoin d’attendre la vieillesse pour s’éclater. Wilde avait fait le choix de vivre, mais c’était trop facile de s’en targuer à voix haute quand on avait un père tellement plein au as qu’on pouvait passer sa vie en vacances. Bien sûr, il était autonome grâce à ses propres revenus du web et ses contrats de cascadeurs, mais tout ça n’aurait jamais été rendu possible s’il n’avait pas déjà eu beaucoup de fric à la base. Il remarqua alors que Sasha avait bouffé tout l’apéro « T’es une pelleteuse ma parole ! Il reste que dalle » se marra t-il. L’arrivée de la serveuse eut au moins le mérite de faire diversion, et le numéro de joli coeur de Lucas n’échappa pas à l’oeil de lynx du fitzy.« Je te préviens mec, si tu comptes te l'envoyer en coulisses, compte pas sur moi pour t'attendre tranquillou » Prenant un petit air faussement contrarié, Lucas se pencha un peu vers lui en plissant les yeux. « Aucun sens de la solidarité Sash’, moi je t’aurais attendu…! » Il secoua alors la tête avec une indulgence tout aussi factice « Sois pas jaloux. » Jaloux de la fille, s’entendait, et non de lui-même, même s’il ne chercha même pas à démêler l’ambiguïté. « Trinquons aux coups de tête, aux petits plaisir de la vie et à la liberté ! » Lucas leva son verre et heurta le sien un peu plus fort que prévu, mais bon, aucune perte à déplorer. « Amen » conclue t-il avec amusement. Sash avait tout dit. Quand Lucas mentionna la Nouvelle-Orléans, il crut comprendre que son camarade connaissait déjà. Il semblait avoir laissé entendre qu’ils iraient surtout pour Lucas, tout comme Charleston. « Vrai que je ne connais cette ville que de nom. Connaissant tes goûts, ça doit être un coin sympa. Elle a quel âge ta gosse ? » Ils reçurent leur plat et les deux garçons firent un gros croc de leur hamburger en même temps. Cependant, Lucas manqua d’avaler de travers en voyant que son camarade foutait des frites dans sa bouche déjà pleine. Le pauvre homme dut faire passer avec de la boisson en s’efforçant de ne plus rire. Il y parvint, même si un rictus goguenard lui sciait une joue. Qu’à cela ne tienne, Sasha était cap de tenir une conversation même en bouffant la baraque. Ainsi, il l’interrogea sur lui.

Lucas prit le temps de déglutir ses frites avant de répondre (il n’avait aucun talent pour parler la bouche pleine de toute façon) « J’ai grandi entre deux villes. On était d’abord à Cap Harbor, puis on s’est installé à New-York quand la compagnie de papa s’est envolée. J’devais avoir un peu moins de dix ans. Sacrée métropole, mais je préfère de loin vivre dans un ranch paumé d’une vallée de Utah que dans un penthouse dernier étage vue sur la baie comme celui qu’on avait » se remémora t-il. Lucas ne parla pas de l’avant son adoption. Non pas qu’il en avait honte ou qu’il préférait l’oublier, c’est juste qu’il ne s’agissait pas d’un vrai sujet pour lui. En parler donnerait de l’importance à ce fait, or pour lui ça n’en avait pas. Seth était son vrai père de toute façon, un point c’est tout. « Ça m’a jamais attiré ces conneries. Je connais un super type qui vit en autarcie, il a construit sa propre baraque et vit essentiellement de ses propres moyens, complètement en marge de la société de consommation. Ça devrait être le but de toute une vie mais on est tous tellement con… moi le premier ! » regretta t-il. Tu me diras, avec les moyens qu’il avait, il n’était pas vraiment aidé. Les deux dévièrent sur la famille et Lucas parla de sa grande sœur, puis de la petite et du petit dernier, une fratrie de quatre qui était retourné à Cap Harbor. Vu leur absence totale de ressemblance, même s’il les connaissait, Sasha aurait du mal à les remettre. En l’interrogeant à son tour, Lucas put constater que le brun n’avait rien à lui envier quand il s’agissait d’être bien entouré. Puis Wilde jaugea un instant son comparse, comme s’il essayait de lire quelque chose dans son regard et de tirer une réponse à une question qu’il n’osait pas poser. Après un court silence, il reprit : « On doit avoir le même âge tous les deux, mais je n’ai pas fondé ma propre famille. J’suis pas en retard ceci dit, c’est toi qui t’es casé trop jeune » C’était pas forcément délicat de balancer ça aussi naturellement, mais Lucas ne s’en rendait pas compte. « Choisir de divorcer quand on a une p’tite... c’est que ça ne devait vraiment plus aller... » murmura t-il en saisissant une frites. Il n’avait pas osé tomber dans l’indiscrétion de l’interroger directement. Il n’empêche que le commentaire de Lucas était une invitation cordiale à en parler, s’il n’y voyait pas d’inconvénient. Wilde ne s’était jamais engagé de sa vie jusque là, c’est parce qu’il avait conscience que le jour où ça arriverait, ce serait à la vie à la mort, au même titre que quand il choisissait un ami. Après, le problème ne serait pas de garder sa femme, mais plutôt de se faire garder. On n’était pas à l’abri de se faire jeter un jour ou l’autre, malgré tous les efforts qu’on pouvait mettre afin de sauver une relation. Alors il était curieux sur Sasha. Est-ce qu’il s’était battu, lui ?

Tandis qu’ils terminaient leur repas (Le Usain Bolt de la gloutonnerie qu’il avait en face avait évidemment fini le premier), Lucas s’essuya minutieusement les mains avant de récupérer sa carte bleu de sa poche. L’air de rien, avant d’espérer aller plus loin dans leur aventure, ne fut-ce que pour faire le plein… ils avaient un passage crucial à faire aux chiottes.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: To infinity and beyond ! [Sasha] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

To infinity and beyond ! [Sasha]

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers :: Around the world
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération