Kings of the world [Simone]

 :: postcard for far away :: Lieux divers :: Around the world
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 48
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans
›› more about me

Kings of the world [Simone] ✻ ( Dim 28 Jan - 19:06 )

Kings of the Worlds
Simone & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

Première escale en Europe et on repartait pour plusieurs heures de vol ! L’avion s’était à peine stabilisé dans les airs après le décollage que Lucas avait déjà dégainé la GoPro pour se filmer en selfie, ravi comme un gosse : c’était la dernière ligne droite ! « Tenez vous bien les suckers » Non, il n’insultait personne, c’était le surnom affectif qu’il donnait à ses followers, en adéquation avec le principe même de sa chaîne Youtube : l’échec majestueux, la chute classieuse, la galère atomique. C’est de ça dont les gens se sentaient le plus proche, des bolosses qui se foirent et qui rament pour mener leurs projets à termes, non des types parfaits à qui tout réussit et qui semblent venir d’une autre planète. D’ailleurs, il se considérait lui-même comme Maître Jedi Sucker, donc bon. « Des mois que j’en parle, ça va enfin arriver. Ce putain de Mont Everest qui me fait de l’œil depuis toujours, je vais enfin me le taper » dit-il en levant le poing devant la caméra, le ton emprunt de colère et de ressentiment comme si l’Everest s’était effectivement foutu de sa gueule pendant des années en lui montrant son cul. « Je suis donc dans l’avion en direction de Katmandou, avec Simone » il recula la main, passant le bras vers l’allée centrale afin de faire un plan sur eux deux. Ce qu'il y avait d'amusant à la situation, c'est qu'il le mentionnait chaleureusement comme s'ils étaient amis de longues dates... alors qu'ils n'étaient que de simples connaissances qui s'entendaient bien, et qui étaient des aventuriers avec les yeux plus gros que le ventre. « … qui m’accompagnera pour le voyage. Regardez-moi un peu cette belle gueule » dit-il en posant deux doigts sur l’écran, qu’il écarta pour faire un zoom grotesque sur la tronche de son camarade. « Il fait le fier, mais dans quelques jours, il viendra chouiner pour que je change sa couche » Il dézooma et ramena la caméra vers sa propre face en affichant un sourire de publicité. « Et oui, ce sera filmé », promit-il avant d’éteindre l’appareil. Il le rangea dans sa poche, adressa un clin d’œil charmeur à l’adorable gamine népalaise sur l’allée d’à côté qui l’observait avec curiosité, et se tourna ensuite vers son camarade de fortune comme si de rien n’était. « Révision mon cher Sim’ : on a déjà escaladé le Kilimanjaro et le Denali. Dans quels pays se situent ces montagnes ? », interrogea t-il d’un ton professionnel – question pour un champion. Bon, à dire vrai, tout ceci n’était que pour le principe. Lucas le reconnut lui-même : « Je doute qu’ils vont s’emmerder à vérifier si ce que tu dis est vrai, l’important est d’être crédible… et en excellente condition physique. Il y aura d’ailleurs des examens médicaux. Rien que d’y penser, ça me fatigue… », soupira t-il avec un air blasé.

Lucas fouilla les deux poches de sa veste et en ressortit le dépliant retraçant leur excursion : « Notre guide principal nous attendra à la capitale, c’est là qu’on préparera l’expédition et qu’on achètera le matériel. On y restera trois jours. Après, on se rendra au camp de base de l’Everest à la marche et, non pas que j’tienne à te faire flipper, mais ce camp se trouve à un peu plus de 5 000 mètres d’altitude » dit-il en scrutant sa réaction du coin de l’œil avec un petit sourire malin. « Cela représente huit jours de marche avec des nuits courtes et quasiment pas de pause », précisa le petit bâtard. En fait, il y avait encore beaucoup d’autres détails qu’il avait omis de préalablement communiquer à Simone – des détails qui avaient pour certains une foutue importance. Mais c’était trop tard, n’est-ce pas ? Connaissant le rital et son caractère, il ne lâcherait pas le morceau aussi facilement. Ce n’était pas ce que Lucas voulait de toute façon. Ce qu’il voulait, au fond, même s’il était un gros merdeux qui aimait bien foutre les boules aux gens, c’étaient qu’ils arrivent au bout tous les deux. Avec son expérience poussée dans l’alpinisme, Lucas avait une certaine conscience des risques sur l’aventure qui les attendait. Certes, c’était faisable pour un homme de la condition de Simone, il n’empêche que beaucoup de critères entraient en compte. Certains hommes avaient beau cumulé dix ans d’alpinisme, cela n’empêchait en rien certains de se faire cueillir par une avalanche, ou de perdre connaissance à cause du manque d’air, ou de perdre la raison à un moment donné, ou de simplement ne plus avoir la force de continuer. Il n’empêche que c’était une expérience à vivre, un passage obligatoire dans la vie de Lucas, qui se foutait complètement des risques soit dit en passant. Il voulait arriver là-haut, prendre une putain de photo avec son brave camarade et surtout, laisser la marque du passage d’un Wilde au sommet du monde. « Si tu veux mon avis, t’as intérêt de gagner des heures de sommeil tout de suite » C’est ce que lui-même finit par faire. Trop habitué à se préparer à ce genre de  conditions extrêmes, Lucas semblait disposer d’un bouton Off. Voilà que quelques minutes plus tard, il se retrouvait à dormir la tronche contre le dossier devant lui, puis la tête sur l’épaule de Simone, puis à nouveau la face contre le dossier.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 11/10/2017
›› Commérages : 88
›› Pseudo : Léa - Harmajabb - Mr.Turtle
›› Célébrité : Ryan Gosling
›› Schizophrénie : Anthony Gresham (Jeffrey Dean Morgan) & Timothy Mancini (Jon Hamm) & Brianna Holloway (Millie Bobby Brown)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Kings of the world [Simone] ✻ ( Jeu 8 Fév - 13:57 )

King of the world
Lucas & Simone
Je suis donc dans l’avion en direction de Katmandou, avec Simone
Voilà l'histoire de ma vie qui va très prochainement prendre fin. Quelle idée j'ai eu...! Et le plus drôle, c'est que je ne le regrette pas du tout, au contraire, je suis plutôt content et affligé par moi-même que j'ai décidé de suivre le délire. Je me retourne, les yeux ronds un peu surpris par le téléphone que mon ami... Enfin, un pote quoi, on se connait pas tant que ça, mais on fait comme si on était des potes de longues dates. C'est dingue à dire, mais c'est ma version de moi ce Lucas. Pas par rapport au physique, mais par rapport à notre manière d'être. Quoique, je suis plutôt brutal et je ne prends pas les choses doucement. " Parle pour toi. Tu seras tellement occupé à faire attention à moi que tu finiras par chouiner en premier." réponds-je nullement décidé à me laisser faire. Je souris à la caméra avant que Lucas ne la retourne pour parler à son tour. Ha bah oui, ce sera filmé et ce sera moi qui vais le filmer. Il ne sera pas capable de tenir la caméra ceci dit. En fait, je dis ça, je fais le malin, mais je n'ai jamais fait d'alpinisme de toute ma vie. Je n'ai pas la moindre idée de comment on fait et tout ce que je sais, c'est que je joue ma vie avec. Déjà, je joue ma vie en sauvant des gens du feu alors, on va dire que j'ai l'habitude... À part que cette fois-ci, c'est avec la glace. Il y a une grave différence là. Je soupire et me remet à la lecture d'un bouquin de langue, parce que ouais, je suis sûr qu'on va pas forcément parler Anglais là-bas...! " Eeeuh... Le Kilimanjaro, c'est l'Afrique, donc la Tanzanie et eeuh... Le Denali, en Alaska. " réponds-je sans relever mon regard du bouquin. " Mais ils vont vraiment vérifier ?" Lui demandais-je tout en relevant le regard les sourcils froncés. Bon jouer le jeu du grimpeur expérimenté, en plus d'être en bonne condition physique et avoir une bonne santé, c'est bon, c'est déjà gagné d'avance. Tout ce qui me manque c'est la fichue expérience que je n'ai pas et encore, je n'ai rien dit à ma famille. Même pas à Pio quoique... Je lui ai avoué que je suis parti au Népal pour faire du tourisme. Sans plus, sans moins.

Je l'écoute balancer le plan des trois jours, puis le temps qu'on aille au camp de base ... Qui est à cinq milles mètres. Mon visage se fige au nombre et mes sourcils se sont haussés de surprise malgré moi. Putain. CINQ MILLES. Ok. Je suis un expert, j'ai fait le kilimanjaro et le Denali alors les cinq milles mètres sont censée être du pipi de chat. " On fait comment pour bouffer eh ? On mange en marchant ?" parce que oui, la bouffe, c'est important même si je m'attends à ne pas retrouver un bon burger avec du bon cheddar et toutes les autres cochonneries qui suivent. Ou encore la pizza. Je sens que je vais être tellement HEUREUX de la retrouver après avoir fini. " Mec. Je te préviens, tout de suite, que si tu me fais un coup bâtard je ne sais pas quoi, parce que je regarde tes vidéos sur YouTube. Je sais que c'est ton genre. Je me vengerai." Lui dis-je en le pointant du doigt.

Sauf que voilà, il n'a pas peur de ma menace et me dit que le mieux c'est de dormir de suite. " Bholi " lui dis-je en Népali avec un petit sourire. Enfin, j'ia l'air classe à apprendre une autre langue, mais comme un con, je vais tout oublier dans l'heure qui suit. Je me remets à lire et à baragouiner le Népali avant que je le vois en train de dormir à toutes les positions improbables. " Ah bah dis..." Et forcément, amusé par toutes ses positions abracadabrantes, je m'amuse à faire des selfies, à le prendre en photo et ça m'aide à avoir de la matière pour me venger.

Et au final, je me suis endormi.

Il a fallu qu'on soit à l’atterrissage pour qu'on se réveille et qu'on descende de l'avion. On avait un peu de mal avec le décalage horaire parce que bordel, il doit faire nuit à CH et là, le soleil pète et encore, je ne suis pas habitué à entendre une langue étrangère. C'est très perturbant parce que j'vais en Italie ou dans des pays où on parle principalement Anglais ou Italien. J'aime pas être dans une situation d'incompréhension totale. Alors je laisse le grand gars qu'est Lucas se débrouiller, il connait le chemin mieux que moi et même la langue je pense. " Ben merde... T'sais à quoi il ressemble notre guide ? J'ai pas sa photo moi." On est allé cherché nos bagages et au final, on a retrouvé le guide qui parle l'Anglais à mon grand soulagement. Donc on a pu tenir une conversation. " Woah. Vous êtes vraiment des alpinistes ! Vous avez fait quoi comme montagnes ?" " Le Kilimanjaro et..." Sous le coup de stress j'oublie le nom de notre très chère montagne en Alaska. Bordel.

electric bird.




Mais oui mais oui Simone...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 48
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans
›› more about me

Re: Kings of the world [Simone] ✻ ( Lun 12 Fév - 13:08 )

Kings of the Worlds
Simone & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

Simone eut le droit à un petit ébouriffement de cheveux attendri pour son intervention devant la caméra. Mais oui que je vais m’occuper de toi, songeait Lucas. A son test, le bon élève fit un sans faute, ce qui lui valut le hochement de tête approbateur et fier de Lucas. « Mais ils vont vraiment vérifier ? » « Je me mets à la place d’un guide dont l’objectif est d’emmener nos culs à 8800 m d’altitude… disons que je m’intéresserais un minimum à ceux que j’accompagne, en effet. Je doute qu’on nous fasse un QCM à points négatifs ceci dit, donc pas la peine de se faire dessus. » C’est la première fois que Lucas faisait une haute (très haute) montagne sans son régiment, donc il ne connaissait pas exactement les formalités pour les… touristes alpins. « On fait comment pour bouffer eh ? On mange en marchant ? » Lucas haussa les épaules « Er… tu manges pendant le peu de pauses dont je t’ai parlé. Mais tu peux aussi le faire en marchant si le cœur t’en dit. » « Mec. Je te préviens, tout de suite, que si tu me fais un coup bâtard je ne sais pas quoi, parce que je regarde tes vidéos sur YouTube. Je sais que c'est ton genre. Je me vengerai. » Lucas resta un bref instant figé, surpris de la révélation. « Tu regardes mes vidéos ? », s’étonna t-il avec un haussement de sourcils stupéfaits. La menace venait de tomber à l’eau. Lucas ressemblait désormais à un môme qui découvre ses cadeaux de Noël. D’ailleurs il se mit à rire comme un gosse en tapant du plat de la main le siège de devant comme s’il venait d’entendre la blague du siècle. La blague du siècle, c’est qu’il n’avait pas prévu d’être parfaitement intègre avec ce bon vieux Simone, en effet. Mais quel intérêt de faire une chaîne vidéo de troll si l’on n’est pas soi-même un troll ? A cela, Lucas avait une excuse, une vraie excuse, qui n’était pas du baratin. Il calma son rire pour la dire : « Détends-toi vieux » il posa une main sur son épaule « Garde à l’esprit que mon but, c’est que tu atteignes ton objectif. Je suis de ton côté. » Simone ne dut pas être parfaitement convaincu… il prit vicieusement quelques clichés de Lucas alors que celui-ci avait piqué du nez le premier. Ce qu’il ne savait pas, c’est que Wilde fut le premier réveillé, et qu’il eut la même idée. Ainsi prit-il un selfie en faisant le V de la victoire de deux doigts, avec un Sim’ dans le coma juste à côté de lui. Après quoi les deux bâtards descendirent de l'avion. « Ben merde... T'sais à quoi il ressemble notre guide ? J'ai pas sa photo moi. » « Si je savais… ! Je ne l'ai pas non plus » rétorqua Lucas, super rassurant comme mec. Après avoir récupéré leurs bagages, ils ne purent cependant pas le rater puisque l’homme en question avait une pancarte avec leurs noms affichés dessus.

Ils avaient de la chance que celui-ci parle anglais, ce ne serait probablement pas le cas des autres sherpas qui les accompagneraient. Le guide était sympa, ça se voyait dans son regard, mais il avait ce côté un peu militaire dans la poignée de main qui indiquait clairement que les deux garçons allaient se faire aboyer dessus s’ils avaient le malheur d’être à la traine. A la question sur les montages, Lucas tourna la tête vers son camarade. « Le Kilimandjaro et… » « Le Denali ! » acheva tranquillement Wilde en passant un bras autour de ses épaules comme s’ils étaient de vieux potes qui avaient accompli tous ces exploits ensemble. En espérant qu’il n’ait pas à finir toutes ses phrases ceci dit, auquel cas ils allaient passer pour Dumb et Dumber. « Simone a aussi fait le Mont Blanc », dit-il en désignant son camarade d’un signe de tête, avant d’ajouter avec naturel « Mais je suppose que cette promenade de campagne ne compte pas vraiment » Il se marrait intérieurement de faire passer Simone pour le grand expert de la situation. Et c’était d’ailleurs plus crédible, de vanter un ami, que de se vanter soi-même. Le jeu prit, en tout cas. Les trois hommes empruntèrent le mini bus pour leur hôtel. Emerveillé comme à chaque fois qu’il découvrait une nouvelle ville, Lucas filma ce qu’il se passait au dehors, surtout une fois arrivé au centre-ville. Le quartier commerçant dans lequel il circulèrent lui évoquait une version réduite de Chinatown, avec en prime les tissus et vêtements artisanaux qui étaient exposés et portés uniquement par des vendeurs, ainsi qu'une petite poignée de population perdue entre de nombreux touristes en chemise, bermuda et basket – lui qui espérait croiser des espèces de Shaolin s’avoua un peu déçu. Le soir tombait lorsqu’ils arrivèrent à l’hôtel. Lucas déposa ses bagages dans sa chambre avant de rejoindre sans plus tarder celle de Simone. Il trouvait ça chiant qu’ils ne partagent pas la même. Non pas qu’il eut quelques idées déplacées (enfin si, un peu... comme toujours), mais la proximité était plus convivial à son sens. Squattant le lit du blond sur lequel il s’assit en tailleur, Lucas releva la main qui tenait sa caméra pour faire un plan sur le livre de langue de Simone posé sur la table de chevet. « La seule chose que ce mec saura dire une fois là-haut, c’est ‘quand est-ce qu’on mange ?’. Est-ce que ça valait l’achat d’un bouquin entier plutôt qu’une simple recherche Google ? J’me demande… » se moqua gentiment Wilde avant d’amener la caméra sur Simone. « Alors Momonn, dis-moi toutes les raisons pour lesquels tu veux monter au sommet du monde ». Dans l’espoir qu’il soit assez exhaustif sur les raisons en question, il y avait des chances que Lucas ait besoin de les lui rappeler dans des moments critiques.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 11/10/2017
›› Commérages : 88
›› Pseudo : Léa - Harmajabb - Mr.Turtle
›› Célébrité : Ryan Gosling
›› Schizophrénie : Anthony Gresham (Jeffrey Dean Morgan) & Timothy Mancini (Jon Hamm) & Brianna Holloway (Millie Bobby Brown)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: Kings of the world [Simone] ✻ ( Lun 12 Fév - 23:21 )

King of the world
Lucas & Simone
Je me laisse ébourrifer mes jolis cheveux, de toute façon je sais qu'ils vont se remettre à leur place... Ou pas. Je soupire et les remets vaguement en place, de toute façon on va dormir sûrement et ça va être la grosse merde, alors autant les laisser décoiffé. Bon au moins, ce qui est sûr, c'est que je ne me plante pas dans les montagnes et les pays ! J'allais dire une connerie mais je me suis retenu parce que j'ai beau avoir été le mauvais élève dans le passé, j'ai appris à écouter un peu d'une oreille passive. Ce qui m'embête un peu, c'est devoir mentir aux guides officiels quand même, devoir prétendre d'avoir fait des choses alors que pas du tout, mais alors là... PAAAAS DU TOUT. Je sens que ça va chier un moment donné.

M'enfin, je m'en fiche un peu de tout ça, tant qu'on peut manger. La bouffe, c'est important, c'est très important pour moi même. En fait, la bouffe, c'est ma seconde femme. Voilà. C'est dit, c'est clair. En gros, on mange durant les courtes pauses, pas le temps de digérer, pas le temps de dormir, pas le temps de faire une pizza. Ceci dit, je doute qu'on puisse faire une pizza dans les montagnes, avec de la neige partout... Enfin, je devrais arrêter de déconner, mais c'est pas de ma faute parce que je suis stressé. Et y a de quoi merde. J'ai jamais fait alpinisme et je suis taré d'avoir dit que je le ferai. M'enfin, ça va changer du feu, c'est sûr.

Je lui parle de ses vidéos et il est super surpris. Je le regarde surpris de le voir surpris. M'en faut peu pour être surpris en fait. Putain. " Tu regardes mes vidéos?" " Baaah... Ouais ?"  Qui ne le ferait pas ? De toute façon, durant la soirée, j'ai entendu son nom et tout, j'ai appris qu'il faisait des vidéos, alors forcément que je me renseigne un peu sur qui est mon meilleur pote. Parce que merde, faut qu'on soit assez crédible, cela veut dire que je doive bien le connaître et c'est ce que j'ai fait. Je me demande si ce mec a regardé mon instagram, j'y poste presque toute une vie dessus en fait. Y a eu ce silence, on ne se dit rien, on se regarde juste... Comme si on attendait que quelque chose se passe. Et voilà que mon gars se met à réagir en éclatant de rire, moi aussi je me mets à ricaner un peu. " Ouais, avec des petites blagues à côté. Crois-moi, j'vais pas me laisser faire. T'verras." lui répondis-je avec un petit rire et un sourire. Je le tapote à son bras avant qu'on ne décide de devoir se reposer. Quoique, je me suis amusé à le prendre en photo en train de dormir.

* * *

« Ben merde... T'sais à quoi il ressemble notre guide ? J'ai pas sa photo moi. » « Si je savais… ! Je ne l'ai pas non plus » Je le regarde sur ces mots avec un air de lui demander s'il n'est pas en train de plaisanter avant de le taper au bras. " Duuude ! T'es sérieux ?" Ouais, j'avoue que je flippe un peu, mais je trouve ça drôle d'être dans un pays où on ne comprend pas la langue et qu'au final, on n'a pas de guide. Quoique... Enfin, non. Oubliez ce que j'ai dit. Eh. Il est là, avec la pancarte. " Eh, il est gentil le guide. Il nous a fait une jolie pancarte." En plus ce mec, il parle Anglais. Le bonheur ! Bon j'imagine qu'il maitrise le minimum, parce que je ne le vois pas aller pousser plus loin dans la langue. Ça m'étonnerait pas qu'il dise des gros mots au final. Mais bon, ça ne lui donne pas un air tout sympa au final, parce que j'imagine que c'est le genre de mec qui voudra qu'on arrive dans les premiers par rapport aux autres. Y aura sûrement des Japonais. J'ai toujours rêvé de parler Japonais, c'est rigolo.

Le Denali. Merde. Voilà, c'est ça. " Oueeeep!" Je fais une tape à l'épaule de mon bro' que j'entoure ses épaules de mon bras aussi. Là, comme ça, on est des vrais potes, je vous jure. On a dû faire théâtre d'improvisation dans une autre vie, c'est fou. " Ouais. Parce que c'était à côté et c'était l'une de mes premières montagnes, je suis Italien en fait avant d'être Américain !" Ouais en gros, j'ai la double nationalité.  « Mais je suppose que cette promenade de campagne ne compte pas vraiment » Je me mets à ricaner et le désigne d'un signe de menton. " Peut-être, mais toi, t'as fait le mont Kenya. Pas mal non plus eh... Dans le genre campagne." Ricanais-je au final. Je lui tapote l'épaule alors que le guide nous demande de le suivre parce qu'il faut pas perdre du temps. Alors nous le perdons pas.

Je prends mon téléphone et fais des photos avec. Je prends Lucas ainsi, quand il n'y fait pas attention, mais j'imagine qu'il sait que je suis en train de le cribler. Mais je profite aussi pour regarder de mes propres yeux et j'aime bien ce que je découvre. C'est tout un autre monde et c'est assez impressionnant. Y a tout types de personnes, tout habillés différemment. C'est fou ça. On avait fait la visite alors qu'on est crevé, que j'ai surtout faim, très faim et je pue.

On n'a pas trop tardé à aller à l'hôtel et si j'ai pu prendre la douche assez rapidement, parce que c'est pas comme les douches qu'on connait, mais au moins, je ne pue plus et j'aborde un sweat alors qu'il est dans ma chambre. Je ne tique pas à sa présence et au fait qu'il filme. Alors que j'avais forcément ce qu'on dirait du pain à la main, oui toujours en train de bouffer je sais... J'avais faim moi. " Qu'est-ce que tu fous avec mon bouquin ? Tu cherches à faire une vidéo artistique ou bien ? Ou tu cherches à apprendre la langue ? Le bouquin va pas te bouffer et t'arriveras pas à lire avec." te dis-je et au final, en réponse tu me diriges la caméra et me pose la question qui me fait sourire comme un idiot. " Prouver à tous les idiots, que même un con comme moi sans aucune expérience d'alpinisme peut réussir à escalader l'Éverest et à affronter le froid. En gros, c'est pas parce que je suis un pompier que j'ai peur du froid." Une pause avant de perdre un peu mon sourire et être un peu plus sérieux. " Je cherche surtout à vivre. 'Fin, je ne sais pas si tu me suis. C'est genre, t'as la vie qui te prend tellement plus qu'elle ne t'en donne et pourtant, t'as envie vouloir en profiter. À profiter tout ce qu'elle t'offre. Et le fait que je fasse l'Everest, c'est la plus grosse surprise parce que je ne m'attendais pas, mais en même temps... C'est le défi de dingue et qui fait même partie de ma dream list quand j'étais môme." Je pouffe de rire et fais un geste vague de la main avant de faire un signe du menton. " Ouah, je deviens philosophe. La caméra me fait ce coup-là. Enfin bref. Mais toi ? Pourquoi t'fais de l'alpinisme... Mais surtout, tenir une chaine Youtube en fait ?"

Je regarde autour de moi et soupire. " C'est nul qu'on soit chambre à part, on va pas pouvoir faire les cons... Ceci dit, c'est mieux s'il faut qu'on soit en forme pour à venir." lui dis-je alors que je balance un oreiller en sa direction ainsi que sa caméra. Faudrait que je m'habitue à la bouffe d'ici. 'Fin faut pas que je tombe malade non plus, ce serait trop con.
electric bird.




Mais oui mais oui Simone...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ I'M A SPECIAL KIND.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 23/01/2018
›› Commérages : 48
›› Pseudo : S / Daria
›› Célébrité : Chris Evans
›› more about me

Re: Kings of the world [Simone] ✻ ( Sam 17 Fév - 13:11 )

Kings of the Worlds
Simone & Lucas
J'ai fait la magique étude, du Bonheur que nul n'élude
••••

Les garçons avaient l’air de deux chinois à tout immortaliser avec leur portable depuis le véhicule. Avant d’arriver, Lucas demanda : « Tu m’enverras ce que tu gardes de l'expédition, et je ferai de même ». Il aurait de sacré surprises, notamment quand il verrait sa tronche écrasé contre le siège d’en face quand il dormait dans l’avion. Simone croyait détenir une pièce à conviction, mais Lucas était tellement fan d’autodérision qu’il la publierait lui-même si le blond ne s’en chargeait pas. A l’hôtel, après que Wilde se fut frayé un chemin jusqu’à son camarade pour se foutre de sa gueule et son bouquin, Monsieur râla de ne pas être le centre de l’attention, mais là, une seconde ! Lucas lui donna la vedette, l’interviewant même telle une star sur ses motivations pour l’ascension de l’Everest. Le regard de Wilde se fit désapprobateur lorsque Simone se traita de con. L’autodérision, oui, se rabaisser non, surtout pas quand on était un brave gars comme cet Esposito. « Je ne voyage pas avec les cons, c'est que tu ne dois pas en être un », rétorqua t-il alors que son camarade faisait une pause « Autre chose ? » L’expression de Simone s’était un peu fermée, annonçant qu’il allait sans doute dire un truc personnel, ou du moins qui lui tenait à coeur. Lucas resta attentif. « Je cherche surtout à vivre. 'Fin, je ne sais pas si tu me suis. C'est genre, t'as la vie qui te prend tellement plus qu'elle ne t'en donne et pourtant, t'as envie vouloir en profiter. À profiter tout ce qu'elle t'offre. » « Bien sûr que je te suis, frère. » Tout ce que Lucas faisait, c’était avant tout pour vivre à fond. C’était un peu comme préparer une belle mort, celle de partir sans un regret. Lucas était très touché que Simone parle à cœur ouvert… même s’il ne pouvait s’empêcher d’imaginer un drapeau américain derrière lui ainsi qu’une musique qu’on entendait dans les discours patriotes de film de guerre, en arrière fond. Il ferait ça au montage, tiens. « Et le fait que je fasse l'Everest, c'est la plus grosse surprise parce que je ne m'attendais pas, mais en même temps... C'est le défi de dingue et qui fait même partie de ma dream list quand j'étais môme. » Ça c’était grave cool. « Ça me fait plaisir qu’on réalise ton rêve de môme ensemble ! », assura chaleureusement Lucas. La séquence émotion fut coupée par le petit rire de Simone, qui considérait être parti trop loin. « Ouah, je deviens philosophe. La caméra me fait ce coup-là. Enfin bref. Mais toi ? Pourquoi t'fais de l'alpinisme... Mais surtout, tenir une chaine Youtube en fait ? » « Je pourrais poursuivre dans la philosophie et te dire que l’alpinisme, c’est le schéma de la vie dont on rêve tous : atteindre le sommet. Te marres pas, tu comprendras de quoi je parle une fois là-haut, le putain d’accomplissement que c’est. La fierté… la liberté, surtout. » Se retrouver au sommet d’une chaine de montagne après des jours de travail et de galère, ça donnait le sentiment d’être… le roi du monde. Non, ce RP n'est pas un remake original de Titanic, quoique « Je fais ça pour le challenge aussi, bien sûr. A chaque fois, je vais toujours plus haut, et bientôt, je serai sur le toit du monde. Pour toi c’est différent. Tu t’attaques directement au gros morceau sans jamais rien avoir branlé avant. Ce qui fait de toi le roi de la fils de putterie dans le milieu, surtout si t’y parviens… et je te le souhaite ! » Sur ce, Lucas éteignit sa GoPro. Pour sa future vidéo, il préférait se concentrer plus sur son camarade que sur lui-même. « Chaque expérience est unique et ça… » il leva un peu la main pour présenter la caméra « C’est un souvenir qui restera intact, même avec le temps. Je me donne du mal pour que chaque seconde soit unique, ce n’est pas pour en perdre des miettes. Quant à la chaîne Youtube... » Lui aussi s’interrompit un court moment, son regard s’échappa vers la fenêtre tandis qu’il repensait aux premières raisons qui l’avaient poussé à poster sur internet. La première, c’était parce que sur le net, rien ne se perdait justement – pour certain, c’était une fatalité, pour lui, c’était au contraire une opportunité. Cette raison ayant déjà été annoncé, il parla de la suivante.

« Je l'ai crée dans un but de partage. C’est une bonne alternative au fait que je ne puisse pas emmener tout le monde en voyage. Si je montre essentiellement mes ratages et mes conneries, c'est parce que c’est à ça qu’on peut tous facilement s’identifier » Aussi spécial et un brin orgueilleux qu’il pouvait être, Lucas n’avait clairement pas fait ça pour la notoriété (car il n'était pas naïf). A la base, il s’imaginait que ses vidéos devraient toucher à peine une centaine de personnes au maximum, ce qui lui semblait amplement suffisant, surtout si ces gens passaient un bon moment. Il était loin d'imaginer que ça prendrait une ampleur telle qu'il pourrait monétiser sa chaine. Pour ce coup, il placerait les fails de Simone à l’honneur, c’était même l’intention de la vidéo qu’il ferait sur l’Himalaya : l’ascension du type sans expérience qui débarquait comme un touriste… et qui allait réussir. Ça allait faire un carton, à coup sûr. D’autant que ce petit Simone était très attachant, Lucas était son premier fan. « C'est nul qu'on soit chambre à part, on va pas pouvoir faire les cons... Ceci dit, c'est mieux s'il faut qu'on soit en forme pour à venir » Lucas se reçut un oreiller sur la tronche et il posa la caméra sur le livre de Sim pour accepter la déclaration de guerre. Etant sur le lit, il avait matière à riposter et lui renvoya le même projectile, en plus du second oreiller avec plus de force en se marrant comme un gosse. « Nous ne sommes pas obligés de faire chambre à part, darling », sussura t-il entre les deux lancers. Puis, Lucas se rassit convenablement sur le lit, celui-ci était à mi-chemin entre le matelas simple et le double: c'était soit prévu pour un obèse, soit prévu pour un type qui aimait dormir en étoile de mer. « Il n’est pas si étroit ce lit, on pourrait se serrer » Un petit sourire mi-enjôleur mi-amusé releva le coin de ses lèvres. « Dans les deux sens du terme si affinité… tu sais combien les petites séances sportives au pieu favorisent le sommeil. » Evidemment, il n’avait pas pu s’en empêcher. « Viens donc m'éjecter de là, si tu l’oses. » nargua t-il d’ailleurs.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: Kings of the world [Simone] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

Kings of the world [Simone]

SCREW DESTINY :: postcard for far away :: Lieux divers :: Around the world
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération