This = Love [Eliza]

 :: cap harbor is my home :: Southport Road
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 28/01/2018
›› Commérages : 87
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Leighton Meester
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ❋ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ❋ Helena Lewandowsky (Elodie Yung) ❋ Pio Esposito (Aaron Tveit) ❋ Martin Palmer (Ben Barnes)
›› more about me

This = Love [Eliza] ✻ ( Sam 3 Fév - 11:27 )












Nous étions à J-25 de l'un de mes défilés les plus important de l'année. Le 27 Février, la Fashion week de Paris commençait. Comme à chaque fois qu'une grosse échéance approchait, je ne me sentais pas prête, j'avais l'impression d'avoir tout à faire du début jusqu'à la fin, alors que si je prenais assez de recul, je savais qu'on était largement dans les temps. Pourtant je ne voulais pas relâcher cette pression qui nous prenait en tenaille. Dans l'atelier, j'étais avec l'une de mes couturières en train de retravailler l'un de mes modèles. « J'ai vraiment besoin de votre avis Caroline, j'ai l'impression qu'il y a quelque chose en trop, mais qu'en même temps il me manque quelque chose pour faire de cette robe quelque chose de fabuleux » Caroline était la première personnage que j'avais embaucher quand j'avais ouvert mon atelier et je lui faisais une confiance aveugle. Elle était aussi l'une des rares personnes à pouvoir me dire le fond de sa pensée sans que je me sente agressée. Son avis était aussi important pour moi que l'air que j'étais en train de respirer. Une personne imperméable à la mode me dirait que ma robe était parfaite telle qu'elle était, mais j'avais ce petit sentiment en moi, cette voix qui me disait qu'il y avait quelque chose qui clochait, seulement je n'arrivais pas à voir quoi. « Je crois que la ceinture est de trop. Il faut cintrer la robe, mais avec une couture, pas une ceinture et fluidifier le bustier » Je demandais à la jeune femme qui nous servait de modèle, de faire comme Caroline venait de dire et là j'arrivais à voir mon œuvre dans son ensemble. Elle avait parfaitement raison et je ne pouvais m'empêcher de lui sauter au cou. « Caroline vous êtes géniale ! » Et encore je pesais mes mots, je ne comptais plus les heures supplémentaires qu'elle faisait juste pour m'aider dans mon travail. « Promettez-moi de ne jamais me quitter. Ou alors seulement pour être à votre compte et si c'est le cas vous pouvez compter sur moi pour vous aider » C'était la moindre des choses que  je pourrais faire si un jour elle décidait de voler de ses propres ailes. Je me sentirais presque comme une maman oiseau à regarder ma petite faire sa propre vie. « Je suis bien avec vous Madame Emmy, je n'ai aucune raison de partir » Oui, mais des fois les sirènes de la gloire pouvaient être plus intéressante que ma propre personne. En tout cas j'avais l'impression que nous avancions du bon pas et je me sentais vraiment heureuse. Tellement contente que j'accordais la soirée à tout le monde. La grande majorité de ma collection était terminé, et le reste devait être prêt pour le 16 Février. Même si le temps nous courrait après, tout le monde avait bien le droit de prendre un peu de repos. J'insistais bien pour que tout le monde se repose et qu'on se retrouvais demain matin à 10h. De toute façon avant ils trouveraient porte close.
Si j'avais renvoyé tout le monde à la maison, pour moi ce n'était pas le même son de cloche. Je voulais que tout soit vraiment parfait, alors je revoyais en détail tout ce qu'on avait déjà fait. Pour la plupart des vêtements déjà créée, il ne restait plus que des détails à revoir. Je me sentais tellement angoissée et en même temps j'avais tellement hâte. Ce n'était pas mon premier défilé, mais j'avais l'impression de jouer ma vie à chaque fois. La seule chose dont j'étais sûre pour l'instant c'était les mannequins qui allaient m'accompagner et surtout les cosmétiques que j'allais utiliser. Même si à chaque fois c'était le même numéro avec les organisateurs qui voulaient absolument mette en lumière les produits cosmétiques de l'un des donateurs. Mais ma position restait la même au fil des années. C'était ma sœur qui me représentait et personne d'autre.

Quelques heures après le départ de tout le monde, je me sentais satisfaites de ce que je venais de faire et changer, surtout je commençais à avoir très faim. Sans réfléchir plus longtemps, je rangeais toutes mes créations et quittait mon atelier pour me rendre au traiteur indien le plus proche. Pas mal de dollars en moins dans mon portefeuille, je me dirigeais joyeusement vers chez Eliza. Ce soir j'avais envie de partager un moment fusionnelle avec ma sœur. On se voyait régulièrement, mais c'était souvent en coup de vent et ce soir j'avais envie et besoin de plus qu'une conversation de couloir. Aussi j'espérais qu'elle n'avait rien prévu avec ses amies. En tout cas la voiture était dans on allée donc c'était plutôt bon signe. Pour la prévenir de mon arrivée, je frappais quand même à la porte avant de renter directement. « Eliza c'est moiiiiiii !! J'ai apporté à manger et j'ai plein de chose à te raconter et je sens que toi aussi. » Je parcourais les différentes pièces pour savoir où se trouvait ma sœur avant de finalement la trouver dans le salon. Le posais mes sacs par terre pour prendre Eliza dans mes bras. « J'ai pas apporté de vin, mais j'ai été chez le traiteur indien. J'ai pris que des plats végétariens » Si j'aimais manger de la viande, m'en priver le temps d'une soirée n'était pas un effort surhumain bien au contraire. Surtout si je pouvais faire plaisir à ma sœur. « C'est un nouveau parfum que tu as ? En tout cas tu sens très bon. » Puis en regardant bien ma sœur, j'avais l'impression qu'il y avait quelque chose de changer en elle. Je la trouvais plus pétillante. « Tu vas bien ? » Avec la fashion week qui arrivait, j'avais plein de chose à lui demander et surtout à organiser pour avoir toute la gamme de ses produits, mais ce soir je voulais juste profiter d'un moment avec elle. Le boulot pouvait attendre.




lumos maxima


Dernière édition par Emmy Nelson-Riley le Mer 14 Fév - 19:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 25/09/2017
›› Commérages : 412
›› Pseudo : endlessly epic
›› Célébrité : Natalie Portman
›› Schizophrénie : Joan Pryce (Italia Ricci) ∗ Asher James (Taron Egerton) ∗ James Campbell (Chris Hemsworth)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: This = Love [Eliza] ✻ ( Sam 10 Fév - 15:06 )



✻ ✻ ✻
I wanna tell you something, but… I don’t really wanna talk about it because I’m not sure how I feel about it, and… I don’t wanna be told how to feel.

Assise derrière son bureau, elle regarde distraitement et discrètement Julian organiser son emploi du temps. C’est plus fort qu’elle, la PDG ne peut s’empêcher de repenser à ce qu’ils ont failli faire sur son bureau. Si Emilia ne les avait pas interrompus, ils seraient sans aucun doute allés jusqu’au bout de leur action. Eliza avait indéniablement et terriblement envie de lui. Ça lui est tombé dessus d’un coup, sans prévenir. Elle se souvient avoir apprécié chacun de ses baisers, chacune de ses caresses. C’était agréable, plaisant. Eliza n’a jamais autant voulu un homme que ce soir-là. Ce qui explique sa grande frustration. Elle regrette de ne pas avoir ignoré l’appel de sa sœur, elle regrette de l’avoir laissé en plan sans lui donner la moindre explication. Elle regrette d’être partie comme une voleuse, sans prendre la peine de lui adresser la parole le lendemain. Eliza est aussi maladroite que gênée. Au plus profond d’elle-même, elle sait qu’elle devrait lui parler. Même si elle n’a aucune idée de ce qu’elle pourrait lui-même, ça lui parait évident. Pourtant, elle ne bouge pas. Elle reste là, dans son bureau, à l’observer telle une psychopathe. Ne pas savoir quoi lui dire la bloque. Elle est effrayée à l’idée de passer pour une idiote. S’excuser ? Hors de question. Elle avait tous ses esprits lorsqu’elle a commencé à lui faire des avances, parfaitement consciente de ce qu’elle était en train de faire. Elle n’est pas désolée d’avoir fait tomber le million de barrières qui les séparaient. En revanche, elle pourrait s’excuser d’être partie à la volée. Mais doit-elle vraiment être désolée d’avoir voulu être présente pour sa sœur ? Emilia passera toujours avant tout le reste. Alors pour ça non plus, elle ne veut pas s’excuser. Au final, que peut-elle lui dire ? Il n’y a rien qui lui paraisse sensé. Et avoir l’air stupide est bien la dernière chose qu’elle veut.

Eliza reprend ses esprits lorsqu’elle le voit se lever. Elle reporte son attention sur les papiers disposés devant ses yeux, faisant mine d’être plongée dans un grand instant de réflexion. Comme d’habitude, Julian frappe contre la porte ouverte et entre pour déposer un document sur son bureau. « Vous pourrez signer ça ? » Demande-t-il après plusieurs longues secondes de silence. S’il s’attend à ce qu’elle aborde le sujet de leur dérapage, il se met le doigt dans l’œil. « C’est pour une stagiaire. » Eliza s’empare du document, le signe et le lui redonne, tout en lui adressant un sourire un peu furtif. « Bon. » Qu’il fait en haussant les sourcils. Julian ne perd pas plus de temps et finit par comprendre qu’il ferait mieux de s’enfuir. L’espèce d’une seconde seulement, elle se surprend à vouloir le retenir. Mais elle est perdue, Eliza. Totalement perdue. D’un côté elle voudrait réellement pouvoir reprendre les choses où ils les ont stoppées et de l’autre, elle se dit que c’est son assistant. Leur relation doit rester professionnelle. Bêtement, elle prie pour que l’ignorance soit la solution à son problème. Alors toute la journée, elle veille à n’avoir aucun contact avec Julian, allant jusqu’à ignorer ses mails. Lorsque sa journée se termine enfin, elle quitte son bureau à la hâte et fonce tête baissée vers l’ascenseur. Bien qu’elle sente le regard de Julian sur elle, elle agit comme si de rien n’était. Son soulagement est immense lorsqu’elle met enfin les pieds dehors. Et en même temps, elle se dit que demain sera exactement le même cirque. A ce stade, elle ne saurait dire ce qui lui passe par la tête. Elle qui pensait ne rien regretter en vient à se demander si elle n’aurait pas fait une erreur. Eliza déteste se poser un million de questions, elle est habituée à ce que tout soit parfaitement clair dans son esprit. Aujourd’hui, elle se sent plus déstabilisée que jamais.

Dès lors qu’elle franchit la porte de sa grande maison, elle retire ses talons, sa veste, dépose son sac dans un coin et part s’échouer sur son canapé. La tête dans les coussins, elle refuse de bouger. Ce n’est qu’au bout de trente longues minutes, après avoir traîné sur Instagram, qu’elle daigne bouger. La brune se réfugie sous une douche bouillante et enfile des vêtements amples et confortables. Maintenant qu’elle est en tenue de combat, elle retourne prendre possession du canapé, s’enroulant dans un plaid bien chaud. C’est toujours quand Eliza est déterminée à passer la soirée seule que sa sœur débarque à l’improviste. « Je suis dans le salon. » Dit-elle en surveillant l’arrivée de la jeune femme. Etrangement, elle est heureuse de voir Emmy. Comme si finalement, passer une soirée avec sa petite sœur est tout ce dont elle a besoin actuellement. « Ouuuh, t’en fais pas pour le vin. Je dois avoir ce qu’il faut. » Elle prend Emmy dans ses bras et dépose un énorme baiser sur le haut de son crâne. « Mh, non. J’ai juste pris ma douche. Mais merci, j’accepte le compliment ! » Tandis qu’elle se relève du canapé, elle invite sa sœur à prendre place. Pendant ce temps, la brune part en quête de vin dans la cuisine, et revient à peine deux minutes plus tard, une bouteille dans une main et deux verres dans l’autre. « La journée était un peu fatigante mais ça va. » Répond-t-elle en souriant. Elle meurt d’envie de lui parler de Julian, c’est évident. Mais elle choisit d’attendre un peu. Attendre quoi ? Elle ne sait pas trop. « Et toi ? Qu’est-ce que tu as à me raconter ? T’as un nouveau petit-ami ? » Eliza lui lance un clin d’œil, amusée. Sa sœur est une grande romantique, une véritable fleur bleue. Elle tombe si facilement dans les bras d’un homme que c’en est parfois inquiétant. Avec le temps, Eliza a appris à en rire. Parce qu’on ne va pas se mentir, Emmy est parfois tombée sur de sacrés phénomènes. Sa sœur aînée ne rate jamais l’occasion de se moquer gentiment d’elle. Un peu comme ce soir.


    The edge of Glory ∗ There ain't no reason you and me should be alone, and I got a reason that you're who should take me home tonight. I need a man that thinks it's right when it's so wrong. Right on the limits where we know we both belong tonight.
    ©️ endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 28/01/2018
›› Commérages : 87
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Leighton Meester
›› Schizophrénie : Paul McMahon (Robbie Amell) ❋ Sarah Miller (Zooey Deschanel) ❋ Helena Lewandowsky (Elodie Yung) ❋ Pio Esposito (Aaron Tveit) ❋ Martin Palmer (Ben Barnes)
›› more about me

Re: This = Love [Eliza] ✻ ( Mer 14 Fév - 19:01 )












Dès que j'en avais l'occasion j'adorais passer du temps avec Eliza. Plus que ma sœur elle était aussi ma meilleure amie et je n'avais aucun secret pour elle. Depuis que l'année 2018 avait commencé, je trouvais que les moments passées ensembles étaient rare et donc aujourd'hui je décidais de le créer. J'avais peut-être une collection à créer et à finir, j'avais peut-être un prince à habiller mais ce n'était pas grave. Il fallait que je m'accorde une pause et surtout que j'accorde une pause à ceux qui travaillaient avec moi. Caroline et les autres avaient protestés pour la forme, mais ils étaient bien content de pouvoir rentrer tôt. Surtout que les derniers jours avant la fashion week cela n'allait sûrement pas se passer de la sorte. Cumuler plusieurs projet ce n'était pas ce qui me faisait le plus peur, je savais que je pouvais gérer et surtout je savais que je pourrais compter sur Caroline, mais comme avant chaque défilé, j'avais peur que les critiques n'apprécient pas, j'avais peur de faire un flop intersidéral. Enfin pour l'instant je ne préférais pas trop y penser et je me concentrais uniquement sur la soirée que j'allais passer avec Eliza. Rien que cette pensée suffisait à faire naître un sourire immense sur mon visage.
Je faisais un détour par le traiteur indien pour commander une tonne de nourriture. J'en avais sûrement pris beaucoup trop, mais ce n'était pas grave, Eliza et moi auront toute la soirée pour papoter et picorer tout ça. J'avais beaucoup de choses à lui raconter et j'étais sûre qu'elle aussi en avait autant. Je me sentais déjà heureuse de cette soirée à venir alors qu'elle n'avait même pas commencer.

En arrivant chez Eliza, je rentrais chez elle le plus naturellement possible, criant pour savoir où elle se trouvait et en précisant que j'avais plein de choses à lui raconter. « Je suis dans le salon. » Je me dépêchais de la rejoindre dans le salon. « Ouuuh, t’en fais pas pour le vin. Je dois avoir ce qu’il faut. » Ca je n'en doutais pas une seconde et je n'attendais pas plus longtemps pour aller dans ses bras. Voilà, maintenant je me sentais au top. Surtout qu'Eliza sentait incroyablement bon et je ne me privais pas le lui dire. Si c'était un nouveau parfum, elle devait absolument continuer à le mettre, il lui allait à merveille. « Mh, non. J’ai juste pris ma douche. Mais merci, j’accepte le compliment ! » Cela venait peut-être de son gel douche, ou alors l'un de ces produits de beauté. C'était exquis en tout cas. « Tu devrais envoyer un échantillon à un professionnel pour t'en faire un parfum. Un parfum unique comme toi » D'ailleurs ça me donnait même une idée. « Tu devrais sortir un parfum qui porterait ton nom, il serait le produit phare de ton entreprise » Je trouverais ça génial en tout cas, mais je n'avais pas ses talents en matière de cosmétique donc je la laissais gérer ça.
Eliza m'abandonnait quelque secondes le temps de revenir avec une bouteille de vin et des verres et j'en profitais pour lui demander comme elle allait. « La journée était un peu fatigante mais ça va. » J'aurai peut-être du lui téléphoner pour savoir si elle voulait que je passe ou pas. Cela aurait été plus logique. La prochaine fois peut-être que je ferais ça si j'y pensais. « Tu as bientôt le lancement d'un nouveau produit ? » Je savais qu'elle faisait souvent ce genre d'événement. « Promis je vais essayer de pas partir trop tard pour que tu puisse te reposer » Je savais que c'était une promesse dure à tenir pour moi parce qu'une fois que je commençais à parler, j'avais beaucoup de mal à m'arrêter. J'étais un véritable moulin à parole. Je crois que je pourrais parler à un sourd sans même m'en rendre compte. J'espérais que cela ne m'arriverait jamais, parce que je me sentirais vraiment très mal à l'aise. « Et toi ? Qu’est-ce que tu as à me raconter ? T’as un nouveau petit-ami ? » Malheureusement non, j'aurai adoré pouvoir venir ici en criant que je n'étais plus célibataire mais ce n'était pas le cas et c'était le comble pour une personne comme moi qui était une amoureuse de l'amour. « Non, même pas une petite aventure de quelques mois. Tu te rends compte que j'ai rompu avec Ian depuis 2 mois et depuis je n'ai eu personne dans ma vie » Je savais qu'Eliza et moi avions une vision très différentes des relations avec les hommes. Malgré toutes les déconvenues que j'avais vécue, je restais une éternelle romantique et chaque fois que je rencontrais quelqu'un j'étais persuadé que c'était l'homme de ma vie. Jusqu'à ce que je me rende compte d'un détail de sa personnalité ou de sa vie qui soit rédhibitoire pour continuer la relation. Cela pouvait arriver au bout d'un mois, comme cela pouvait arriver après plusieurs années. En tout cas être célibataire me rendait un tout peu triste, mais pas très longtemps heureusement pour moi. « Mais j'ai une nouvelle encore plus géniale à te raconter » Tellement génial que j'avais du mal à tenir en place même pour le lui raconter. « Je vais habiller le Prince Harry pour son mariage » J'avais envie de sauter partout, de crier ma joie, mais je me contenais en sautillant juste sur place dans le canapé. « Techniquement c'est pas encore certain, mais ce n'est qu'un petit détail » Un détail qui tenait en 5 costumes possibles qu'il allait apprécier ou pas.




lumos maxima


† Everybody's gonna love today
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: This = Love [Eliza] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

This = Love [Eliza]

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Southport Road
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération