When Tony meet Maggie

 :: the city of cap harbor :: Woodbridge Avenue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 917
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Tim Mancini, l'ex-flic proprio d'un stand d'arme aka Jon Hamm - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Nawid (sous les traits d'Oscar Isaac)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

When Tony meet Maggie ✻ ( Mer 14 Fév - 23:31 )

When Tony meet Maggie
Maggie & Tony
Bon. Alors.
Je sais pas comment commencer cette connerie. Mais c’est grave parti loin en fait. Ca a commencé deux, trois jours plus tôt. J’sais plus, je compte pas les jours moi, alors j’ai pas la notion et tout ce qui suit. Donc, la connerie porte un nom: Tina la Teigne. Ceci dit, elle m’appelle le crouton, c’est pas aussi joyeux que ça, mais en fait c’est affectueux. C’est quand même rigolo de voir d’où on est parti. On était dans le genre à vouloir prendre des pelles et à se décapiter avec, sauf que… Là, on a terminé par tomber dans la même tombe, puis bah… On a réussi à sortir et ça ne s’est pas arrangé. Dans tous les cas, ces épreuves ont fait que on est un peu comme des potes.

Du jour au lendemain, je sais pas comment elle a eu mon numéro. Alors c’est sûrement Harley. Donc. Enfin ! Elle m’envoie un sms pour me dire que je pue, elle pue la mort et Alzheimer, ce qui n’est pas mieux. Enfin bref, nos échanges ont fait que, on a fini par se donner des défis aussi cons les uns et les autres. Elle voulait que j’arrête d’être aussi cassant, méchant et tout ce qui s’ensuit. Sauf que je ne suis pas méchant. Je suis juste méchant. Ouais, y a une grosse différence entre méchant et méchant, mais bon, je ne vais pas vous l’expliquer. Sinon ce texte se transformera en une thèse et je ne suis pas le seul à être fatigué. Enfin…

Dans tous les cas, Tina, aka La Teigne…. Elle m’a donné un sacré défi à relever là ! Je suis allé chez elle, je suis resté quelques temps, j’ai découvert sa maison, les gosses, surtout le bébé là. Enfin, je ne l’ai pas vue, et directement, elle m’a passé les anciens affaires de son ex-mari. Et franchement, c’est parfaitement à ma taille. Je crois que je ne l’ai pas assez remerciée pour les costumes. Je me sens … Tout à fait, mais alors là, à 100% différent. J’avais retrouvé de l’assurance et tout ça, j’étais bien prêt à accoster une fille et au final, avec un bouquet de fleurs, je l’ai fini par donner à une vieille.

Ouais hein. C’est déprimant. Mais en fait pas trop. Ca lui a fait sa soirée. J’ai juste continué mon chemin comme si rien n’était.

En fait, je suis tombé sur une belle nana, j’ai voulu lui parler et elle m’a vite évitée pour aller retrouver son copain. C’est souvent ce genre de situation là, j’ai rien compris à la vie à ce moment-là. C’était le 14 février, tous les célibataires sont interdits de sorties ou quoi ?! M’enfin bref, peut-être que si je retournais dans le bar… Du moins, c’était ce que je me suis dit. Alors, je suis retourné, je suis ressorti les mains vides, dans les poches, avec un sacré air blasé. Être méchant ça me manque, j’en ai marre d’être gentil et de faire comme si rien n’était. C’est grave pas moi. Rah, elle me fait grave chier la Teigne.

Je sifflote dans les rues, sur le chemin de la maison … Provisoire. Je marche tranquillement, j’enverrai un SMS à Tina pour lui dire que franchement, son défi, c’est très merdique et trop gnian gnian. Dire que je pensais que le post instagram où je dois déclarer tout mon amour à tout le monde était dur… MAis là. Bon, ceci dit, ça m’a permit de gagner quelques vêtements en plus. D’ailleurs, Rory serait surprise, bouche bée en me voyant ainsi. Je pouffe de rire en imaginant déjà no…

BOUM

” Hey !” Merde c’est quoi ce bordel ? Je me suis fait bousculer ou quoi ?! “ C’est quoi vo…” Nope. Petit rappel. Je dois rester gentil pendant une semaine. Raaah putain, Tina fait chier. Je soupire en laissant retomber les bras, la personne n’a pas l’air d’être sobre et … calme. “ Euh… ? Madam...esoiselle ?” J’ai raté la prononciation ? Rien à faire, pas sûr qu’elle comprenne. Je me baisse pour ramasser les affaires que j’ai dû faire tomber lors qu’on s’est percuté. C’est dingue, je ne l’ai pas vue venir alors que… Ah oui, merde. Le schéma classique merdique. Le coin de la rue. On ne se voit pas venir et boum. Je ramasse ses affaires, parce que je suis gentil et pas trop moi et j’ai besoin que la fin de la semaine arrive… Au plus vite. " Ca va ? T'as une sale tête... T'es arrivé quelque chose ? On sait jamais avec les types tarés qu'on croise dans cette rue..."



electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/02/2018
›› Commérages : 269
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jessica awesome Chastain
›› Schizophrénie : devon oakley (sebastian stan) ✻ maximilian adenauer (mats hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (patrick j. adams) ✻ jocelyn ahern-fields (karla souza) ✻ javier rodríguez (charlie cox) ✻ luke holloway (jon bernthal).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Sam 17 Fév - 15:15 )


Anthony & Maggie

Hear that lonesome whippoorwill. He sounds too blue to fly that means he's lost the will to live. I'm so lonesome I could cry. Did you ever see a night so slow as time goes draggin' by the moon just went behind the clouds.



Maggie détestait la Saint Valentin. Selon elle ce jour était simplement destiné à rappeler aux célibataires qu'ils n'avaient personne avec qui partager leur vie. Elle en tout cas, depuis son divorce, c'était ainsi qu'elle le voyait. Comment aurait-il pu en être autrement ? Après tout, chaque fois qu'elle rentrait chez elle, elle se souvenait qu'il n'y avait plus personne pour l'attendre à la maison. Qu'elle ne risquait pas de trouver un bouquet de rose à la maison. Et en plus, ce soir, sa fille n'était pas chez elle. Elle n'avait rien d'autre à faire que de regarder Bridget Jones en mangeant de la glace et en se lamentant sur son sort. En fait, à bien y réfléchir, elle aurait pu tenir elle-même le rôle de Bridget Jones. On aurait même pu s'inspirer de sa vie pour créer son histoire. La jeune femme regarda longuement son pot de glace. Et puis merde. Qu'est-ce qui l'empêchait exactement de sortir ? Ce n'était pas parce que c'était la fête des amoureux qu'elle était obligée de rester chez elle à se morfondre. Sa décision était prise, ce soir, elle s'amuserait. Ou du moins, elle irait déprimer ailleurs que chez elle en pleurant devant une comédie romantique. Et elle n'avait pas lésiné sur les détails. Ses longs cheveux roux étaient joliment bouclé, elle avait sorti son encre à lèvres rouge, des grandes occasions et elle avait revêtu sa plus jolie petite robe noire. La jeune femme était fin prête à passer une belle soirée. Mais rien ne marchait jamais comme elle le voulait et elle aurait sans doute dû le savoir.  A peine s'était elle installée au comptoir du bar, qu'elle s'était rendue compte qu'elle ne mettrait pas la main sur un charmant homme célibataire ce soir. A la place, elle avait un peu trop forcé sur la bouteille, du vin blanc d'abord, du whisky ensuite. Et puis elle avait dragué le serveur, qui devait avoir la moitié de son âge. Bon, peut-être un peu plus quand même. C'était une femme seule, une femme désespérée. Rien de bien surprenant à ce que sa fille préfère passer du temps avec son père. Elle était ennuyante à mourir. Sa vie était d'une tristesse sans nom. Même sa fille ne voulait plus d'elle. Quand Maggie était triste, elle buvait. Manque de chance, elle avait l'alcool triste. Deux heures plus tard, elle était donc dans un état d'ébriété plus que conséquent et elle n'avait plus qu'une envie, c'était de rentrer chez elle pour passer la nuit à pleurer. Pleurer parce qu'elle avait perdu son mari. Perdu parce qu'elle avait perdu sa fille. La jeune femme paya ses consommations et quitta le bar. Son cœur battait la chamade. Peut-être qu'elle aurait du rester chez elle finalement. Ou peut-être qu'elle aurait dû s'aider d'une petite substance qui lui aurait permis d'être plus heureuse. Une fois dans la rue, elle se rendit compte que l'air frais ne lui faisait pas du bien. Au contraire, elle avait l'impression que sa tête tournait et qu'elle allait s'écrouler d'une seconde à l'autre. Elle repéra sa voiture et tenta de l'ouvrir. Sans succès. Visiblement ce n'était pas sa voiture. Elle n'aurait de toute façon pas dû s'essayer à la conduite dans son état, mais peu importe. Qui aurait pleuré sa mort de toute façon ? Sasha aurait eu Mackenzie pour se consoler. Et vice versa. A la perspective que sa famille n'avait même pas besoin d'elle, une larme solitaire roula sur sa joue et sa vision se flouta. Elle errait sur les trottoirs. Où est-ce qu'elle avait bien pu foutre sa voiture ? Et pourquoi est-ce qu'elle avait acheté une voiture noire ? Soudain, elle heurta quelque chose. Elle pensait que c'était un poteau. Mais les poteaux, ça ne parle pas. « Désolée », bredouilla-t-elle. Voilà que maintenant en plus, elle agressait les gens. Sans le vouloir vraiment. Elle ne voulait pas faire de mal à qui que ce soit. Mais elle foutait tout en l'air. Elle foutait toujours tout en l'air. La jeune femme, en le percutant, à perdu ses clés, mais elle ne s'en est même pas rendu compte. Elle n'était même plus très certaine de savoir où elle était. Lorsqu'il les lui rendit, elle fut même incapable de lui répondre. « Je suis désolée », répéta-t-elle bêtement. Est-ce qu'elle allait bien ? A vrai dire, elle ne se rappelait même plus de ce que ça voulait dire, aller bien. Elle était seule, elle avait froid. Et elle avait perdu sa putain de voiture. « Je … Je vais bien », bredouilla-t-elle. Mais elle n'allait pas bien. Pas bien du tout. Une voiture noire était à côté d'eux. Elle appuya sur le bouton d'ouverture centralisée. Rien. Toujours pas sa voiture. « Je vais bien », répéta-t-elle. Est-ce qu'elle essayait de se convaincre elle-même ou de convaincre l'inconnu ? Qu'importe. Sa propre fille se fichait d'elle, qu'est-ce qu'un inconnu pouvait en avoir à faire de ses états d'âmes ? « J'ai perdu ma voiture », souffla-t-elle finalement. Elle ne le regardait même pas. Elle fixait un point lointain dans la rue. Et soudain, elle se mit à pleurer. « Et j'ai perdu ma fille », ajouta-t-elle. Et sans qu'elle ne comprenne comment ou pourquoi elle agrippa la veste de l'inconnu et posa sa tête sur son épaule pour y pleurer à chaudes larmes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 917
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Tim Mancini, l'ex-flic proprio d'un stand d'arme aka Jon Hamm - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Nawid (sous les traits d'Oscar Isaac)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Sam 17 Fév - 23:15 )

When Tony meet Maggie
Maggie & Tony
Je suis désolée
À la façon dont elle le disait, ça n'a pas l'air d'être la forme et pourtant, moi je m'en serai foutu sauf que voilà. Je suis dans le défi où je dois faire le gentil et franchement, si je me porte bien là maintenant... C'est parce que je ne me suis jamais mêlé des problèmes des autres. Et je ferais mieux de ne pas m'en mêler. Je vais juste ramasser ce qu'elle a fait tomber, le lui rendre et s'assurer que tout va bien puis elle va forcément dire que tout va bien, je pourrai partir tranquillement et tout ça. Voilà. Qu'on ne m'emmerde pas ! Parce que franchement...! En plus elle est plus bourrée que moi (qui ait été sage sur ma consommation pour une fois)... Je devrais éviter de me retrouver avec une inconnue bourrée, ce n'est pas mon genre. Elle n'arrête pas de répéter qu'elle est désolée, alors je lui demande si elle va bien. Je ne vois pas forcément son visage, ses yeux sont rivés sur terre et elle n'est pas à l'aise du tout. Pourtant, je n'ai pas été aussi brutal que ça, enfin... Si elle se met dans un tel état alors que je suis gentil, ça ne va pas le faire.

Ma conscience me dit de dégager. J'aurai pas dû lui demander si ça allait bien.

Je la regarde biper sur la clef vers la voiture juste à côté de nous. Eh, quand même pas...? Elle va pas conduire dans cet état-là ? Je me penche un peu sur le côté pour voir la voiture qui ne semble pas réagir. Ah, elle a dû se gourrer de bagnole, dans le fond, peut-être tant mieux pour elle. Faudrait pas qu'elle fasse une connerie comme celle-ci, surtout que c'est le genre de connerie qui m'a bien valu 10 ans de prison. Mais si je l'en empêche, elle va hurler à l'agression, alors je vais éviter. " Eh..." réagissais-je un peu décontenancé... Alors là, m'en faut peu pour être décontenancé face à elle qui ne semble pas être si bien que ça.

Pour la première fois, je vois son visage lointain, comme si elle cherchait quelque chose... Ah oui, sa voiture. Vrai. " Ben écoute, je peux t'aider à la retrouver..." Cela ne devrait pas être compliqué, faut prendre la clé, biper dans le vide et crier euréka quand on la voit réagir ou pas si c'est une voiture que quelqu'un d'autre a bipé en fait. Je la regarde dans l'espoir qu'elle réagisse, mais l'obscurité ne m'y aide pas. Cependant je peux imaginer son visage quand elle me dit cette phrase sortie de nulle part, d'une rousse bourrée qui a perdu sa voiture. Seulement elle me sort de but en blanc autre chose, cette nouvelle qui m'aurait figé quelques secondes.

Ma conscience elle me dit: je te l'avais dit, cordialement.
Et moi je lui réponds que je l'emmerde.

Elle a perdu sa fille. Je ne sais pas comment, ni pourquoi et tout ce qui suit. La seule chose que je sais, c'est qu'il ne vaut mieux pas la laisser seule, je sais ce que ça fait de vouloir faire des conneries après ça. Moi-même, je n'ai pas perdu ma fille, mais c'était presque ainsi pendant vingt ans. J'ai vécu vingt ans dans l'incertitude de la revoir et d'avoir malgré tout un lien avec elle. Mais elle, elle a perdu sa môme. Je ne la repousse pas au contraire quand elle finit par chercher du réconfort. Je serre la mâchoire et je lui en donnais en la serrant dans mes bras au milieu de la rue. Je la laissais pleurer le temps qu'elle voulait, ça pourrait durer toute la nuit. Je lui caressai le dos pour la consoler . " Hey... Miss ?" fis-je après quelques minutes. Je pose ma tête contre la sienne, histoire qu'elle m'entende un peu et aussi lui dire que je suis là. " Je vais t'aider à retrouver ta voiture. D'accord ? Est-ce que tu peux marcher ?" Sinon elle allait devoir s'agripper à mon épaule.

Ouais, apparemment je ne vais pas la laisser tomber. Je ne peux pas faire ça.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/02/2018
›› Commérages : 269
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jessica awesome Chastain
›› Schizophrénie : devon oakley (sebastian stan) ✻ maximilian adenauer (mats hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (patrick j. adams) ✻ jocelyn ahern-fields (karla souza) ✻ javier rodríguez (charlie cox) ✻ luke holloway (jon bernthal).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Dim 18 Fév - 19:14 )


Anthony & Maggie

Hear that lonesome whippoorwill. He sounds too blue to fly that means he's lost the will to live. I'm so lonesome I could cry. Did you ever see a night so slow as time goes draggin' by the moon just went behind the clouds.



Boom. Boom. Boom. Son coeur battait à tout rompre dans sa poitrine. La jeune femme avait l'impression d'étouffer. Comme si on avait posé un objet lourd sur sa cage thoracique, qui l'empêchait de respirer. Respirer était difficile. Garder ses esprit l'était encore plus. Elle avait l'impression de s'enfoncer dans un gouffre sans fond. Elle avait l'impression qu'il n'y avait plus d'échappatoire possible. Depuis sa fausse couche, chaque jour était un combat. Elle avait espéré qu'un jour, ça finirait par aller mieux, mais elle attendait toujours. Inlassablement. Encore et encore. Et le bonheur et l’apaisement n'arrivaient pas. Elle se sentait mieux quand sa fille était à ses côtés, mais ce n'était que passager. Chaque fois qu'elle repartait chez son père, elle se sentait plus seule qu'avant encore. D'autant plus que ces derniers temps, Mackenzie passait pas mal de temps avec son père en dehors de son temps de garde. Et Maggie avait de plus en plus l'impression que pour une raison qu'elle ne comprenait pas, sa fille la rejetait. C'était tout ces détails qui faisaient qu'elle s'était retrouvée dans la rue, ivre morte. Et c'était cette raison aussi qui l'avait poussé à se mettre à pleurer dans les bras d'un parfait inconnu. En temps normal, la jeune femme aurait eu un minimum de retenu. On ne pouvait pas pleurer ainsi, dans les bras de quelqu'un qu'on ne connaissait pas. Pour ce qu'elle en savait, il aurait pu être un tueur en série. Mais surtout, elle avait pour habitude de pleurer seule dans son lit et de paraître aussi forte qu'un bloc d'acier quand elle était en contact avec les gens. Avec n'importe qui. Même devant son frère, Maggie ne se laissait pas aller. Elle aurait peut-être dû l'appeler pour lui dire de la chercher. Mais elle avait laissé son téléphone dans sa voiture. Et elle ne trouvait plus sa putain de voiture. La véritable surprise, c'était peut-être que cet inconnu lui ait rendu son étreinte. Enfin son étreinte … Elle était toujours accrochée à sa veste comme si sa vie en dépendait. Comme si elle allait couler si elle le relâchait. Pour une raison qu'elle ne comprenait pas, elle se sentait progressivement s'apaiser devant ce contact surprenant, mais qui lui faisait du bien. Peut-être parce que personne n'avait pris la peine de la serrer dans ses bras depuis très longtemps. Peut-être parce qu'il avait su lui donner ce dont elle avait besoin au moment où elle en avait le plus besoin. La jeune fit par réussir à arrêter de pleurer. Peut-être parce qu'elle sentait sa joue contre le sommet de son crâne. Elle n'avait même pas vu son visage et pourtant, cet homme la soutenait plus que personne n'avait pu la soutenir ces huit dernières années. « Oui ? », murmura-t-elle quand elle fut certaine de réussir à parler. Elle aurait voulu rester cachée dans ses bras encore longtemps. Parce que maintenant, elle avait honte. Elle imaginait sans peine ses yeux rougis et bouffis, son mascara sur ses joues. Et elle était certaine que la chemise blanche de l'homme devait être tâchés eux aussi. Pourtant, elle releva le visage vers lui, se libéra de son étreinte et sécha ses larmes du revers de la main. Elle devait garder la tête haute. « Merci », répondit-elle. Quant à savoir si elle pouvait marcher, ce ne serait sans doute pas sur ces talons. Elle se pencha donc pour les retirer, se retrouvant pieds-nus sur le bitume. C'était froid. Mais curieusement, au moins, ça allait pouvoir lui remettre les idées en place. « Ça devrait aller maintenant », souffla-t-elle. Mais elle ne savait même pas par où aller. Revenir sur ses pas peut-être ? Mais quelle idée vraiment elle avait eu d'acheter une voiture noire ? « Je sais plus où j'ai laissé ma voiture. Près du bar. Mais je sais plus si c'était à droite ou à gauche », indiqua-t-elle. Apparemment, ce n'était pas à droite, puisqu'elle ne l'avait toujours pas trouvé. Mais elle avait déjà du mal à trouver sa voiture sur un parking quand elle était sobre, alors dans cet état … «  Vous n'êtes pas obligée de m'aider, si vous voulez partir vous pouvez », déclara-t-elle soudain en reniflant. Déjà qu'elle l'avait percuté, qu'elle avait bousillé sa chemise, elle n'allait pas encore en plus l'obliger à chercher sa voiture dans tout Cap Harbor.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 917
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Tim Mancini, l'ex-flic proprio d'un stand d'arme aka Jon Hamm - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Nawid (sous les traits d'Oscar Isaac)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Dim 18 Fév - 20:14 )

When Tony meet Maggie
Maggie & Tony
J'espère que je ne vais pas me faire tuer.
J'espère que les tâches de larmes s'en iront vite fait de ma chemise, mais j'ai bien peur que son maquillage s'y soit mêlé. Je ne me rappelle plus si ça part assez facilement ces trucs dans la machine. Mais bon, c'est pas ma priorité, je n'y pense pas et l'important, c'est de s'assurer que tout ira bien pour elle et qu'elle sera capable de repartir. Sauf que dans le fond, je n'ai pas cette impression, si elle ne retrouve pas sa voiture, je n'peux pas imaginer dans quel état elle conduirait et qu'elle serait vraiment prête à foncer directement dans le mur. Enfin, si elle a des idées suicidaires... Parce que bon, ça se voit qu'elle a l'alcool triste et dépressif à fond. Je la laisse prendre de la distance et l'observe du mieux que je peux malgré l'obscurité et la faible luminosité de la lampe pas loin de nous. Je réponds à peine à son remerciement, y avait rien à dire, j'ai juste à peine souri, un petit sourire rapide.

J'hausse les sourcils après avoir posé la question si elle peut marcher, j'avoue que je ne m'y attendais pas à celle-là, mais elle a bien raison. Les talons c'est pas pratique pour marcher en étant bourré. " Ouais pour l'instant, reste à voir que tu vas tomber malade à marcher les pieds nus comme ça." soupirai-je en croisant les bras, je remarque immédiatement la différence de taille, elle est encore plus petite et ça m'amuse un peu. Enfin, je n'ai l'air d'être amusé, plutôt concerné en fait, mais je n'y peux rien. C'est pas tous les jours qu'une inconnue cherche sa voiture dans le vide, balance qu'elle a perdu sa fille et pleure dans mes bras et que... Bah... Je ne l'ai pas repoussée en plus. Je l'ai pris dans mes bras en espérant lui prendre toute sa peine et ça a l'air de lui avoir fait du bien. Sauf que moi, ben merde... Je me sens comme si mon moral est à zéro d'un coup et que j'aurai bien besoin d'un verre maintenant. Enfin, pour l'instant, c'est pas la question.

" Ok... Tu te rappelles au moins du bar ? À quoi ça ressemblait ? Un nom ?" Je suis un habitué des bars, alors je saurais reconnaître parmi tant d'autre dans cette ville. Par contre, si c'est un bar où je me suis fait jarter, ça va pas le faire... Enfin bref, je ne vais quand même pas y entrer c'est sûr. Tout ce que j'ai à faire, c'est l'aider à trouver sa fichue voiture dont je n'ai pas la moindre idée de à quoi elle ressemble sa voiture. Elle me dit que je ne suis pas obligé de l'aider et que je pourrai partir. Ceci dit, je l'aurai fait là, mais sauf que je suis quand même devant elle, toujours. Je soupire avec un air à moitié dépité. " A quoi elle ressemble ta voiture ?" Je fais comme si je n'avais pas entendu dire que je peux partir, donc ouais. Je suis bien prêt à l'aider malgré tout. Je mets la main dans la poche et regarde des deux côtés. " Alors, c'est pas ici dans tous les cas, t'as dû te tromper de côté. Allez. On va refaire le chemin, de toute façon, c'est là où j'vais." fis-je en faisant un signe de tête pour entamer la marche. " On fera tout Cap Harbor pour retrouver ta voiture même. Ce sera fun..." dis-je avec un drôle de sourire alors qu'on se met enfin à marcher.... Doucement...! Je sors un paquet de cigarette pour mettre une à la bouche et lui en propose. " C'est quoi ton nom ? J'ai pas envie que tu te mettes à m'appeler l'inconnu à la veste ou le mec à cigarettes. J'suis Anthony en fait, mais on m'appelle Tony. Me demande pas pourquoi." Et plus je m'approche de la lumière du lampadaire, je soupire en remarquant la tache noire sur ma chemise en même temps après avoir allumé la cigarette.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/02/2018
›› Commérages : 269
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jessica awesome Chastain
›› Schizophrénie : devon oakley (sebastian stan) ✻ maximilian adenauer (mats hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (patrick j. adams) ✻ jocelyn ahern-fields (karla souza) ✻ javier rodríguez (charlie cox) ✻ luke holloway (jon bernthal).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Dim 18 Fév - 22:22 )


Anthony & Maggie

Hear that lonesome whippoorwill. He sounds too blue to fly that means he's lost the will to live. I'm so lonesome I could cry. Did you ever see a night so slow as time goes draggin' by the moon just went behind the clouds.



Il est rare de voir un simple inconnu faire preuve de gentillesse. A vrai dire, cet homme aurait eu toutes les raisons du monde de s'en aller, de la planter là et de la laisser se débrouiller. Elle se comportait de façon étrange, elle était ivre morte et en plus, elle venait de bousiller sa chemise. Sans parler du fait qu'ils ne se connaissaient absolument pas et que malgré tout, la rousse avait réussi à pleurer dans ses bras. Mais il y avait une certaine gentillesse qui se dégageait de cet homme et cette gentillesse la poussait à lui faire confiance. Ce qui était totalement ridicule en soit. Depuis des générations, des mères se battaient pour faire comprendre à leurs enfants qu'il ne fallait jamais rien faire avec des inconnus. Et elle, elle se jetait dans les bras d'un homme qu'elle n'aurait même pas regardé, si elle ne l'avait pas percuté de plein fouet. En général, elle ne faisait jamais ça. Elle avait déjà besoin de parler des heures avec un homme avant qu'elle n'accepte de boire un verre avec. Et maintenant, de la façon la plus étrange du monde, elle faisait des câlins à des hommes au hasard dans la rue. Tout allait bien. Elle avait juste besoin de retrouver sa voiture, de rentrer chez elle, de prendre une douche chaude pour se remettre les idées en place et de se mettre au lit. En attendant, le froid du bitume sur ses pieds nus la ferait peut-être décuver plus vite. Ou alors, elle allait choper la crève ce qui était hautement plus probable. La jeune femme émit un son à mi-chemin entre le soupir et le ricanement, tout en haussant les épaules. « Au moins, j'aurais une bonne excuse pour passer la prochain jour au fond de mon lit », déclara-t-elle simplement. De toute façon, personne ne risquait de se préoccuper d'elle. Mackenzie était chez son père, ils allaient sans doute avoir autre chose à faire que de se soucier d'elle. Et comme elle était en train de prendre la honte de sa vie, elle pourrait même dissimuler sa honte sous ses couvertures. C'était un bon plan oui. Elle voulait être malade. La jeune femme releva ses yeux vers le jeune homme. Il avait vraiment un visage agréable à regarder. Du genre, elle aurait totalement pu l'aborder dans un bar, pour discuter autour d'un verre. D'autant plus qu'il était grand et que ça lui donnait un air franchement rassurant. Elle avait l'impression d'être un petit lutin à ses côtés. Et ça la fit sourire, bien qu'elle ne dit pas un mot. Elle n'était pas certaine de pouvoir formuler des pensées cohérentes de toute façon. Elle n'était même plus certaine de savoir comment elle s'appelait. « Le Silver … quelque chose. Il y avait un grand comptoir. Des tables de billard … », expliqua-t-elle, d'un ton hésitant. Elle avait complètement oublié le nom de ce foutu bar. Elle aurait du le noter quelque part. Ou l'imprimer dans son esprit. Mais elle n'était pas une habituée des bars de Cap Harbor. Généralement elle cuvait son vin toute seule, chez elle. « C'est une audi. Noire », répondit-elle. Soit la voiture la plus banale de la planète. Enfin quoi que … il n'y avait pas tant de voitures allemandes que ça dans ce pays. Ils ne devraient pas trop peiner à la trouver, si elle parvenait à marcher dans la bonne direction. Et ce n'était pas cette direction, visiblement. La jeune femme hocha positivement la tête et ne répondit pas. Elle devait se concentrer pour marcher. Elle ne pouvait pas non plus marcher et parler en même temps. C'était au-delà de ses forces. Tandis qu'elle fixait le sol pour tenter de marcher droit, elle se rendit compte que le monde tout entier vacillait. Alors que le jeune homme parlait à nouveau, elle s'arrêta net. Elle n'allait pas vomir quand même ? Pas tout de suite. Mais peut-être pas loin. « J'avais très envie de jouer à un jeu ce soir, ça tombe bien », souffla-t-elle avec un sourire amusé, d'une voix rendue rauque par l'alcool. Lorsqu'il lui proposa une cigarette, la jeune femme accepta. Parce que ce soir, c'était la soirée de tous les excès. Elle le remercia et fit un pas en avant, pour qu'il lui allume sa cigarette. « Mary-Margaret. Mais tout le monde m'appelle Maggie », répondit-elle à son tour. Elle sautillait sur place, parce qu'elle commençait à avoir froid aux pieds. Quelle idée à la con aussi, de s'être mise pieds nus. La jeune femme prit une taffe de sa cigarette en le dévisageant. « Si j'avais du penser à un surnom, j'aurais plutôt pensé au chevalier des temps modernes, au sauveur de ces dames ou une connerie comme ça », ajouta-t-elle. Et sur ces mots, elle voulut refaire un pas en avant. Mauvaise idée. Elle tangua dangereusement et elle se rattrapa au bras de l'inconnu. « Le sol n'est pas stable », argumenta-t-elle, pour se justifier. Ce n'était pas de sa faute si les rues de Cap Harbor n'étaient pas droites, franchement. « Tu dois me prendre pour une drôle de personne », soupira-t-elle finalement en reprenant sa route. Cette fois, les rues ne semblaient pas tanguer. Et c'était tant mieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 917
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Tim Mancini, l'ex-flic proprio d'un stand d'arme aka Jon Hamm - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Nawid (sous les traits d'Oscar Isaac)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Lun 19 Fév - 1:38 )

When Tony meet Maggie
Maggie & Tony
Le prochain jour au fond de son lit ?
Sur ces mots, j'arque un sourcil et soupire par la suite. Ben merde. Je suis vraiment tombé sur une demoiselle à l'alcool triste en fait. Limite une dépressive... En même temps, ce n'est pas si étonnant que ça. Quand on perd sa fille, c'est comme perdre une partie de soi et que c'est avec cette partie que nous sommes vivant. Elle n'en a plus, ça lui a été arraché et elle n'a pas d'espoir de le retrouver et ça, c'est terrible. Je me considère chanceux qu'Harley me donne une seconde chance mais voilà... Elle n'en a pas, ce n'est plus possible. "Ouais bah écoutes miss. Si tu chopes la crève ok. Mais passe pas la semaine dans le lit, crois moi, ça empirera les choses." Et je sais de quoi je parle. Quoique, dans mon cas, j'ai jamais eu le luxe d'avoir un vrai lit en fait. Je fronce les sourcils face à son sourire et la regarde avec un air de lui demander ce qu'il y a de si drôle dans ce que j'ai dit, au final je n'ai pas pu m'empêcher de sourire un peu comme un idiot. " Quoi?" Faut croire que l'alcool, ça n'aide pas en fait. Ceci dit, je lui ai demandé comment s'appelait le bar et je me gratte le front en même temps que je réfléchis avant que je réalise. " Ah oui je connais. J'y passe de temps en temps pour les parties de billards quand l'Italien n'est pas dans le coin. Ce petit con n'arrête pas de gagner bourré ou pas, il m'énerve." Ouais, il a un peu la grande gueule et ceci dit, on me dit qu'on ne le voit plus trainer dans le coin. Tant mieux dans ce cas-là. Mais bon, je n'ai pas envie de jouer au billard et c'est pas le moment pour ça ceci dit. " Tu sais ce qui est con quand même... ? C'est que moi aussi j'ai oublié le nom de ce bar." Je ricane un peu dépité par ma réflexion au final, mais au moins, je sais où c'est et c'est ce qui compte.

Une audi noire. "Okaaay...Une audi noire à trouver dans le noir, tu t'es pas choisie la mission simple toi." Une audi noire à chercher dans le noir, ouais tout va bien. Pas étonnant qu'elle galère la pauvre. Mais bon, si c'est une audi, ça ne devrait pas être compliqué à trouver ceci dit. Au final, on se met à marcher, mais doucement pour l'instant, que je vois si elle arrive à suivre le rythme. " Ça tombe bien ouais, moi qui me disais que ma soirée allait être chiante." Et je suis bien sincère quand je dis ça. Je lui propose la cigarette que je lui allume sans plus attendre. Je range le tout tout en lui demandant son nom. " Mary-Margaret ? Ben putain, c'est pas un nom commun." J'ai dû accélérer un peu la cadence maintenant qu'elle sautillait et prenait l'avance. " Héhé. Sauf que j'ai pas de voiture comme monture. Une moto seulement...Et j'suis pas le genre de sauveur. Je suis le genre gros chieur des gens. J'agace tout le monde de base. Sauf ce soir apparemment. Ptête Saint Valentin de merde." J'essayais de suivre ses paroles aussi, mais dès que j'ai vu un truc devant et sur ce quoi elle allait marcher, j'hésite pas à la pousser un peu sans rien dire et au final, elle finit par se rattraper à mon bras. Merde, je l'ai pas aidée non plus. " Le sol est remplie de merde surtout. Devant toi t'as des morceaux de verre d'une bouteille..." raah. Je la tire un peu pour l'aider à se redresser et au final, elle s'accroche à moi. C'est ptête mieux comme ça. De l'autre main, je récupère ma cigarette et fume un peu "Ceci dit, les sols n'ont jamais été stables ici..." C'est pas mon côté ex-bourré qui parle, c'est mon côté SDF. "Pourquoi tu sautillais comme Dora là ?" Me demandez pas d'où j'ai obtenu la référence, c'est le truc que j'ai vu chez Tina. Je sais pas pourquoi elle fait voir ces merdes aux gosses. " Franchement...? Tout le monde n'est pas normal dans cette ville. Si tu m'aurais vu bourré, j'serai bien parti pour appeler après les petits cailloux... On m'a raconté que j'ai fait ça une fois." Ouais un peu de quoi rire pour la dérider et la faire quitter de l'alcool triste et de la psuedo-dépression. On marche doucement et j'étais ses yeux sur le sol veillant à ce qu'elle ne se prenne pas un truc dans le pied. Sérieusement, je fais tout ça pour quoi ? Ça ne me ressemble pas du tout. " Maggie ?" J'attends que j'ai son attention alors que j'expirai la fumée de cigarette. " Est-ce que tu sais quelle est ton adresse au moins... Parce que c'est cool si on trouvera la voiture, mais ce serait cool que t'ai une destination. J'suis pas sûr que je te laisserai conduire. Tu marches pas..... woh." Je m'interrompts pour la remettre sur le droit chemin, j'ai eu la sensation qu'elle était en train de chuter et là, on commence à voir le bar. "Okok.. On arrive presque au bar, on va aller là où t'aurais dû tourner la gauche ok..?" Pitié, que je n'ai pas à la porter dans mes bras ou mon dos. " Et si t'as envie de gerber tu me préviens..."
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/02/2018
›› Commérages : 269
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jessica awesome Chastain
›› Schizophrénie : devon oakley (sebastian stan) ✻ maximilian adenauer (mats hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (patrick j. adams) ✻ jocelyn ahern-fields (karla souza) ✻ javier rodríguez (charlie cox) ✻ luke holloway (jon bernthal).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Lun 19 Fév - 18:52 )


Anthony & Maggie

Hear that lonesome whippoorwill. He sounds too blue to fly that means he's lost the will to live. I'm so lonesome I could cry. Did you ever see a night so slow as time goes draggin' by the moon just went behind the clouds.



Elle n'aurait jamais du boire autant. Elle n'avait plus vingt ans, elle aurait du le savoir. Et puis, elle devait bien savoir qu'elle avait l'alcool triste. Ce n'était pas la première fois qu'elle se retrouvait à déprimer et à remettre toute sa vie en question parce qu'elle avait trop bu. Ça lui arrivait souvent, quand Mackenzie n'était pas là. Mais en général, elle se vautrait sur son canapé, pleurnichait devant un film d'amour et ça allait mieux le lendemain. C'était bien parce que cette soirée était si particulière qu'elle s'était mise dans cet état. Mais dans le fond, la jeune femme était réellement malheureuse. L'alcool n'aidait pas. Mais on ne pouvait pas dire que sa vie lui procurait forcément de la joie. Elle avait l'impression d'être égoïste de penser cela. Après tout, c'était elle qui avait voulu le divorce, c'était à cause d'elle qu'elle ne voyait Mackenzie qu'une semaine sur deux. Mais les circonstances avaient été particulières et la vie c'était acharnée contre elle. Franchement, une semaine dans son lit ne lui aurait pas fait de mal. « Ça n'a jamais tué personne de passer du temps dans son lit », rétorqua-t-elle en secouant la tête de gauche à droite en lui jetant un regard étrange. Du moins, elle n'en avait jamais entendu parler. La jeune femme, tout sourire, le dévisageait du haut de sa petite taille. C'était drôle. Mais elle ne devait pas le fixer trop longtemps, sinon elle allait finir par avoir le vertige. « T'es grand. J'ai l'impression d'être une toute petite fille à côté », répondit-elle en riant. Enfin peut-être pas une petite fille. Son visage et son corps portaient tous les deux les marques du temps. Depuis qu'elle était maman, elle avait creusé sa ride du souci. Et son corps portait encore les marques de ses grosses. Mais à part ça, elle avait vraiment l'impression d'être une petite fille. L'alcool aidait à cela, sans doute. Maggie le dévisageait et se mit à ricaner. « On est mauvais perdant ? », souffla-t-elle, un brin moqueuse, avant de lui mettre un coup de coude dans les côtes. Un peu trop fort peut-être, le coup de coude. « Oops, pardon », s'exclama-t-elle. En tout cas, elle n'avait pas vu d'italien ce soir. C'était dommage. Il passait que les italiens étaient de gros dragueurs. Peut-être qu'il aurait rendu sa Saint-Valentin plus intéressante. La jeune femme ne pu s'empêcher de rire quand il lui avoua que lui non plus ne connaissait pas le nom du bar. Ils formaient une belle bande d'abrutis.

Bon, maintenant il était question de retrouver la voiture de la rousse. Et ça n'allait pas être chose facile. Quoi ce n'était pas facile de trouver une audi noire ? C'était très facile même. Il suffisait d'apprendre sur la clé et d'attendre que ça fasse bip bip. « Je croyais que ce serait drôle ? », protesta-t-elle. Ben oui, c'était un jeu non ? Certains jouaient à où est Charlie et eux ils allaient jouer à où est la voiture de Maggie. Et ça risquait de prendre plus de temps que prévu. Au moins, leur soirée de Saint Valentin serait moins ennuyante. « Je suis ravie d'avoir pu égailler ta soirée », rétorqua-t-elle. Puis lui aussi égailler la sienne. Elle aimait bien voir son sourire. Elle avait l'impression que c'était comme de la lumière, qu'il illuminait sa soirée, pour chasser les gros nuages noirs. Elle avait envie de sourire elle aussi. Cigarette aux lèvres, elle se présenta. Comment ça, un prénom pas commun ? « Mais de là d'où je viens, c'est carrément banal », s'offusqua-t-elle. Quoi, il n'avait pas encore entendu son accent british ? Enfin, généralement, on trouvait plutôt des Mary ou des Margaret. Mais bon, ses parents n'avaient pas réussi à se mettre d'accord et elle, elle devait subir. « Je te crois pas. En tout cas ce soir, tu es mon sauveur », rétorqua-t-elle. Enfin dans d'autres circonstances, peut-être qu'elle aurait aimé faire un tour en moto. Mais pas ce soir. Pas avec sa petite robe qui ne couvrait pas assez ses jambes et ses pieds nus. Et d'ailleurs, à peu de choses près, la jeune femme faillit marcher dans du verre. « Maggie ne veux pas marcher dans du verre », répondit-elle en secouant la tête de gauche à droite. Elle n'avait surtout pas envie d'avoir mal et de finir aux urgences. Ni de se priver de ses belles chaussures pendant longtemps. Elle ferait bien mieux s'accrocher à lui. Quoi que. Elle avait froid aux pieds et elle sautillait comme une andouille. « Pieds. Froids », murmura-t-elle pour toute réponse. Mais attendez, comment est-ce qu'il connaissait Dora lui ? « Dora ? », demanda-t-elle soudain en haussant les sourcils. Elle voulait des explications là, tout de suite. « Ils t'ont répondu les cailloux ? », questionna-t-elle après qu'il ait raconté son histoire. Elle trouvait ça franchement plus inquiétant que les cailloux aient répondu plutôt que l'inverse. La jeune femme était occupée à regarder parterre et à compter ses pas quand elle entendit sa voix. Elle releva la tête d'un geste brusque, mettant ses cheveux partout dans sa figure. Elle souffla dessus pour les dégager. Où elle habitait ? « Euh … Dans Southport Road », s'exclama-t-elle avec enthousiasme. Elle avait le droit à un cadeau pour avoir donné la bonne réponse ? « Au 2022 », ajouta-t-elle. Enfin, elle croyait. Trop de deux dans son adresse. Elle avait peut-être mélangé. Mais elle ne jugea pas nécessaire de le lui dire. « Hey mais je viens de donner mon adresse à un inconnu. Tu vas pas me faire de mal hein ? », balbutia-t-elle. Trop de mots dans cette phrase, ça commençait à devenir beaucoup trop compliqué de parler. Ils arrivèrent devant le bar, enfin. La jeune femme ne marchait toujours pas droit et sautillait plus qu'elle ne marchait, comme une enfant. Elle termina la cigarette et jeta le mégot. Puis elle aperçut un lampadaire, prit la main de Tony et le tira. « J'ai toujours voulu faire ça », s'extasia-t-elle avec un peu trop d'enthousiasme. Elle relâcha la main d'Anthony et s'accrocha au lampadaire pour tournoyer autour. « I''m singiiiiiing in the raiiiiin », chanta-t-elle à tue-tête. Mais à force de tournoyer, ce qui devait arriver arriva. La jeune femme se ratatina lamentablement sur les fesses. « Aïe », chouina-t-elle. Ca faisait mal. Heureusement qu'elle n'était pas tombé de bien haut. « Même pas mal ! », ajouta-t-elle. C'était une warrior, elle n'allait pas avoir mal pour si peu. La jeune femme profita de sa position assise pour reprendre ses esprits. Quoi qu'elle n'était plus certaine de réussir à se relever. Et puis soudain … Une audi. Noire. Miracle. « Oooooh regarde ! Ma voituuuure », s'exclama-t-elle, sur le même ton qu'une enfant aurait découvert ses cadeaux de noël.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 917
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Tim Mancini, l'ex-flic proprio d'un stand d'arme aka Jon Hamm - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Nawid (sous les traits d'Oscar Isaac)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Lun 19 Fév - 22:21 )

When Tony meet Maggie
Maggie & Tony
" Tu serais surprise de savoir que si."
J'arque un sourcil, un peu interrogateur face au regard étrange, limite... Flippant. Mais au final, ça ne dure pas longtemps que je souris amusé par sa façon de me regarder comme si elle m'analysait ou remarquait un détail qui l'impressionnait. Je ne m'attendais pas à ce que ce soit au sujet de ma taille... Quoique... Si en fait. J'aurai dû m'en douter parce qu'elle est vraiment plus petite depuis qu'elle a enlevé les talons là. Je pouffe de rire à sa réflexion qui me fait vraiment sourire. " Quand même pas allons...!" fis-je sans m'en empêcher. Elle me fait marrer avec ses réflexions alors que j'aurai bien pu prendre un air exaspéré, mais en fait nan. J'ai juste pouffé de rire, ricané et j'en garde encore le sourire. L'alcool me fait cet effet là ou c'est elle ou c'est l'alcool à elle ? " Mauvais perdant ? Ouais, des f... AIEEUUUUH" Putain elle a mis une certaine force dans son coup et en plus moi j'ai pas pu me retenir. Rah...! Enfin, elle s'excuse." Bon, c'est parce que tu t'excuses alors je pardonne... Mais aieuh quand même." Une pause alors que je me frottais ma côte, ptain si j'ai un bleu... Boah au moins j'aurai un souvenir de sa part. Je reprends sa question ceci dit " Pour te répondre euh... 'fin de base je m'en fous de pas gagner, mais ce mec, dès qu'il est dans les parages, il te laisse pas gagner une seule fois. Un moment donné, je deviens mauvais perdant." soupirai-je avant d'hausser les épaules avec un air qui se voulait indifférent. " De toute façon j'assume." Et les gens qui me connaissent vraiment auraient tous éclatés de rire sans aucun scrupule. Je suis mauvais perdant, j'assume pas et je nie l'être.

C'est parti à la recherche de la voituuuuuuure ! Enfin, je déconne, mais ça va être drôle, sauf que ça va pas être une tâche facile en fait. " Bah ce sera drôle en fait. Mais... Ouais, ce sera drôle. Juste chercher dans le noir, faudra pas toucher une voiture qui a un système anti-alarme." Dans tous les cas, ça promet bien de m'occuper pour toute la nuit, quoique, j'aimerai bien dormir un peu quand même ! Au moins, on a le mérite de s'égayer la soirée. Je trouve que Mary-Margaret c'est pas commun et elle trouve que c'est tout à fait normal. Ouais bah écoute, moi j'ai fait vingt ans de prison là, excuse moi d'avoir croisé que des Roger ou des Ducons ou des Connards ou des Salopiauds ou encore des Pédés hein. " Ah ouais, parce que t'viens pas d'ici toi ?"

"Tu serais surprise en fait..." Une pause je fais un geste vague de la main. "Tu verras. Si jamais on se revoit un de ces quatre et quand tu seras pas bourrée." Ceci dit, si elle me connaissait vraiment sous le bon jour, je suis pas sûr qu'elle voudrait rester avec moi. De toute manière, je suis une sale racaille, une sale personne dans le fond, même si tout le monde autour de moi m'apprécie. J'ai pas une très grande estime de moi-même, c'est hallucinant, pourtant c'est vrai. " Oui bah Maggie ne marchera pas dans du verre. Tony va aider Maggie." lui dis-je sous le même ton, bon j'avoue que je me fous un peu d'elle parce que je ricane comme un con. Putain, une inconnue sous le nom de Maggie qui réussit à m'arracher plusieurs rictus, faut le faire. " Bah pourquoi t'as pas mis des chaussettes ?! Tu m'étonnes que t'ai froid aux pi !" Une pause avant d'être perturbé et je fronce les sourcils. " Quoi Dora ? Qu'est-ce qu'elle a Dora ?" Je suis perdu là. Attends, j'ai parlé de Dora... " AAAH CETTE DORA ! Ouais non attends. Cette Dora, c'est Dora l'exploratrice que j'ai vu à ... Attends, c'est pas ce que tu crois. C'est une amie à ... Enfin, c'est pas vraiment une amie... Une chieuse. Ouais, une vraie chieuse. Je suis passé chez elle pour récupérer quelques affaires et elle passait Dora l'exploratrice pour son gosse. De quoi le rendre stupide perso..." Sérieux, moi et mes références... Je soupire un peu embarrassé. " En fait, je vais me la fermer." Et je dis ça aussi pour les cailloux. Je ne vais pas lui répondre si j'ai entendu les cailloux me répondre. Je n'en ai pas la moindre idée, j'ai pas un bon souvenir.

Je finissais ma cigarette pendant qu'elle s'amusait à sautiller à mon bras, je la regarde faire son mouvement très élégant et ça me fait sourire encore une fois de plus avant de figer mon visage. Putain ? Sérieux ? Encore une de Southport Road ? Décidément, j'ai le don de me faire des potes friqués en fait...! "Eeeet...?" fis-je avec un air encourageant, comme si j'étais le maitre de l'école qui écoutait la réponse à la petite. " Sûre ?" Bon ok, ça fait flipper parce que j'devrais avoir l'air de psychopathe puisqu'elle me demande si j'allais lui faire du mal. Je soupire et lève les yeux au ciel. " Primo. Je ne suis pas un inconnu, je me suis présenté rappelle-toi. Secundo. Je ne fais jamais de mal à qui ce que ce soit. Tertio... Je crois savoir comment aller chez toi. J'ai une amie qui vit dans le même quartier que toi..." Une amie ? Ouais, je parle bien de la meuf qui a un chien boule de poil hérisson blanc.

WOH là ! Je me fais tirer alors que j'ai à peine fini ma cigarette et fronce les sourcils pour poser une question comme un con. " Faire quoi ?" Et hop, elle me lâche pour aller trouver son nouveau pote, le lampadaire. " Ah ... Je connais que la chanson du good morning...? Good morning ! Good morning !" Et voilà qu'on se met à chanter les chansons de chantons sous la pluie alors qu'il pleut pas. On part sérieusement en couille nous deux ! " HÉ LÀ !" Elle tombe alors que j'ai essayé de la rattraper et au final, elle me balance qu'elle n'a pas mal. " Pffff......" Je me mords les joues pour ne pas éclater de rire parce que putain... Je n'en peux plus de nous deux. Je ne me retiens pas longtemps que finalement. " Oussa ?!" Je me retourne vers les voitures et je vois l'audi. " Oh bah ! La voilà cette voiture !" Je me dirige vers cette voiture tout content mais surtout pour vérifier si c'est bien de l'audi dont elle parle. Je fais un petit sifflement admiratif. " Eh ! Pour une bourrée, tu te débrouilles pas mal pour reconnaître ta voiture parce que moi j..." Je n'ai pas pu finir ma phrase que j'ai eu le malheur de toucher la voiture, que l'alarme fut activée. Je sursaute au bruit et aux lumières qui s'allument. " Maggie ! Bipe ta voiture !" Je ne crois pas qu'elle ait compris vu qu'elle devrait être en train de se foutre de ma gueule " MAGGIE ! BIPE TA PUTAIN DE VOITURE ! " Si elle me balance qu'au final qu'elle s'est trompée de voiture et que c'est l'audi de quelqu'un d'autre, je la tue. Au final, l'alarme s'éteint, je soupire en mettant la main sur mon coeur. "Putain, je la hais cette voiture en fait." En plus si je vais la conduire, on va pas être amie elle et m... Ah... Ouais en fait. Faudrait pas que je lui précise que j'ai pas le permis de conduire pour la voiture et qu'on me l'a retirée parce que j'ai fait un accident mortel... Et surtout... Oh putain. Ça ne va pas le faire. J'suis pas à l'aise en voiture.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/02/2018
›› Commérages : 269
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jessica awesome Chastain
›› Schizophrénie : devon oakley (sebastian stan) ✻ maximilian adenauer (mats hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (patrick j. adams) ✻ jocelyn ahern-fields (karla souza) ✻ javier rodríguez (charlie cox) ✻ luke holloway (jon bernthal).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Mar 20 Fév - 12:03 )


Anthony & Maggie

Hear that lonesome whippoorwill. He sounds too blue to fly that means he's lost the will to live. I'm so lonesome I could cry. Did you ever see a night so slow as time goes draggin' by the moon just went behind the clouds.



Si en début de soirée, Maggie avait sentit la tristesse l'envahir de toute part, ce n'était plus le cas maintenant. Peut-être que cet homme agissait sur elle comme un antidépresseur. Elle n'en savait rien. Tout ce qu'elle savait en revanche, c'est qu'elle rigolait pour rien. Peut-être que l'alcool triste avait fini par devenir de l'alcool qui rend débile, à un moment, sans qu'elle ne s'en rende compte. En tout cas, à défaut de se sentir débile, elle se sentait petite. Et ça la faisait rire plus qu'autre chose. Un avis que Monsieur Anthony ne semblait pas partager. C'était pourtant plus évident. Il suffisait de les regarder tous les deux. La jeune femme, en guise de réponse, lui adressant un grand sourire innocent et battit des cils à de nombreuses reprises. Puis, elle lui balança un coup de coude complice, sans mesurer sa force. Mince, apparemment, elle lui avait fait mal. Et même si elle était désolée, et qu'elle s'excusa, ça la faisait aussi marrer. « Je te prenais pour un gros costaud moi, je n'avais pas remarqué que tu étais en sucre », souffla-t-elle. Est-ce qu'elle se moquait de lui ? Un peu probablement. Même probablement plus qu'un peu. Mais la jeune femme était partie dans un autre monde, de toute façon. Et pour une fois que ses problèmes semblaient s'envoler et qu'elle commençait à s'amuser, elle n'allait pas s'en plaindre. La jeune femme se planta devant lui et posa les deux mains sur son torse, pour le tapoter gentiment. « Ton discours il pue la mauvaise foi », se sentit-elle obligée de préciser en lui lançant un regard désolé. Puis elle se mit à rire, comme si on venait de lui faire une bonne blague. Peut-être qu'elle entendait des voix dans sa tête, allez savoir. « Moi je crois que je devrais t'affronter dans une partie de billard, ce serait très drôle », ajouta-t-elle en haussant les épaules. Parce qu'elle avait très envie de le voir mauvais perdant, là tout de suite. Mais c'était sans doute une très mauvaise idée. Parce que déjà, elle ne savait pas jouer au billard. Et comme elle n'arrivait même plus à marcher droit, ce serait sans doute la pire idée du monde. De toute façon, deux secondes après, la jeune femme avait déjà oublié cette histoire de billard. Ils jouaient à un nouveau jeu, qui s'appelait où est la voiture de Maggie. Et Maggie elle était très nulle à ce jeu, auquel elle avait déjà essayé de jouer toute seule, sans succès. La jeune femme ricana. « Ou alors, on pourrait déclencher toutes les alarmes de toutes les voitures », s'exclama-t-elle. C'était sans doute la pire idée de la soirée et pourtant à elle, ça lui paraissait être la meilleure idée du monde. Ça ferait comme un espèce de concert de rue. Elle était sûre que les habitants du quartier allaient adorés être dérangés en pleine partie de baise de Saint Valentin. Ce serait sa petite vengeance personnelle de cette journée de merde. La jeune femme se figea soudain sur place. Heureusement qu'il marchait à côté d'elle sinon il l'aurait sans doute percuté de plein fouet. « Non je ne viens pas d'ici. Et d'ailleurs si la reine d'Angleterre elle me voyait, elle aurait sans doute très très honte de moi », marmonna-t-elle en lui tapotant le bras. En même temps, elle au moins elle n'avait pas fini à poil dans les magazines, comme le prince Harry.

« Monsieur le sauveur des femmes perdues, est-ce que vous êtes en train de dire que vous voulez me revoir ? », s'exclama-t-elle, en criant pratiquement, faisant se retourner des passants sur le chemin. Elle leur adressa un signe de la main et un grand sourire. Apparemment elle n'était pas très discrète. Oops. Toujours était-il que dans son esprit son sauveur était en train de vouloir la revoir. Mais elle n'était pas d'accord pour l'instant. Parce qu'avant la fin de la soirée il en aurait sûrement marre d'elle. Et en fait, s'il voulait qu'elle mette des chaussettes, il ne méritait sans doute pas qu'elle veuille le revoir. « T'es bien un homme toi pour croire qu'on peut mettre des chaussettes dans des chaussures à talons », s'exclama-t-elle, choquée. On est pas en Allemagne ici pardi ! La jeune femme voulut le frapper sur le front, mais elle n'arrivait pas à lever le bras aussi haut, donc elle frappa son front à la place. Complètement dingue ce mec. En plus, il lui parlait de Dora. Maggie le fixa longuement, comme si elle parlait à un profond débile mental. « Tu peux avouer que tu regardes Dora tu sais, tout le monde à le droit d'avoir des goûts de merde », souffla-t-elle. Elle compatissait même à ses goûts de merde. Elle, elle avait généralement eu des goûts de merde pour les hommes, avant sa rencontre avec Sasha et après sa rupture. Chacun ses tares. Toujours est-il qu'au moins, elle se souvenait de son adresse et c'était déjà pas mal. Elle espérait juste qu'il n'allait rien lui voler. Genre il allait trouver sa voiture, la voler et aller cambrioler sa maison. Mais bon, il ne pouvait rien faire, c'était elle qui avait les clés. #Naïveté. « Ah t'as une amie qui vit dans ce quartier ? Ca doit être une belle connasse alors », répondit-elle simplement en zappant tout le reste, parce qu'au moment de répondre, elle avait déjà oublié le primo et le secundo. La jeune femme s'était installée dans ce quartier parce qu'elle avait trouvé une belle maison. Mais la plupart de ses voisins étaient pétés de thunes et ne se prenait pas pour de la merde. Elle, elle était juste pétée de thunes, ça s'arrêtait là.

Dans son enthousiasme désormais débordant, la jolie rousse avait tiré son compagnon de soirée pour danser autour d'un poteau. Sauf que s'il chantait chantons sous la pluie avec elle, alors qu'il ne pleuvait même pas, elle dansait toute seule. Et la chute arriva bien trop rapidement à son goût. En plus, la terre n'arrêtait pas de tourner maintenant. Le jeune homme se fout d'elle, ce qui n'a rien de surprenant, mais elle s'en fiche. Elle vient de voir sa voiture. Normalement, c'est la sienne. Et elle la montre du doigt à Tony pour qu'il la voit aussi. L'homme lui parle, mais soudain, elle ne l'entend plus. Il vient de déclencher l'alarme et elle vient de s'imaginer tous les couples en plein dîner romantique en train de sursauter comme des malades. Un peu comme il venait de le faire. Et forcément, la jeune femme se marrait, à en avoir mal aux côtes. Mais devant son air contrarié, elle finit par capituler. « Ca va ça va, pas la peine de crier », répondit-elle. Elle avait même été tentée d'ajouter vieux crétin, mais elle se retint. Elle appuya sur le bouton d'alarme de sa voiture et se releva, avec grand difficulté. Maintenant voilà qu'il critiquait sa voiture. Le bougre. « Tu sais rouler au moins ? », demanda-t-elle. Puis elle s'approcha de lui. « J'ai retrouvé tes cailloux », commenta-t-elle en frottant sa robe, couverte de poussière et de petits cailloux. « T'es sûr d'être sobre au moins ? », ajouta-t-elle en s'approchant pour le renifler. Elle sentit bien une odeur d'alcool, mais elle était incapable de savoir si c'était elle qui puait l'alcool ou si c'était lui. Sans doute lui. Elle, elle n'avait pas bu, voyons. « Tu sais quoi, je vais appeler un taxi », finit-elle par dire, comme elle n'arrivait pas à se décider. La jeune femme composa le numéro d'un taxi qu'elle avait enregistré dans son téléphone et lui demanda de venir devant le bar. Maintenant, ils n'avaient plus qu'à attendre. La rousse le dévisagea longuement, hésitante, avant de s'accrocher à son bras pour lui faire un câlin. Au bras, elle faisait un câlin, pas à lui. « Tu sais quoi ? Après ce soir tu seras mon meilleur ami pour la vie », souffla-t-elle en fermant les yeux. Bon mettant, il n'y avait plus qu'à prier pour que le taxi se dépêche, parce qu'elle était totalement capable de dormir ainsi contre son bras.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 917
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Tim Mancini, l'ex-flic proprio d'un stand d'arme aka Jon Hamm - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Nawid (sous les traits d'Oscar Isaac)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Mar 27 Fév - 18:03 )

When Tony meet Maggie
Maggie & Tony
« Pf, je suis un gros costaud eh. J’exprimais ma surprise c’est tout. Genre, les excuses de suite quoi. » fis-je de mauvaise foi. Non pas du tout, je ne suis jamais de mauvaise foi d’ailleurs. Je suis parfaitement normal de toute façon. Et pourtant, elle continue à pointer que mon discours pue la mauvaise foi alors que j’exprime que je suis pas un mauvais perdant. C’est vrai putain quoi ! Je la regarde avec l’air pas amusé du tout, mais elle me lance un tel regard que je soupire et détourne le regard avant de l’entendre rire. « Un autre soir. Les tables sont toutes prises à cette heure. » fis-je en lui tapotant gentiment l’épaule, signe qu’on devrait se bouger. De toute façon, je pense qu’elle aurait abîmé la table et se serait endormie dessus, voire avoir même tout dégueulé d’un coup. De toute façon, y a déjà un autre jeu plus marrant: où est la voiture de Maggie. « C’est une solution, mais je doute que ça plaise aux autres. Pis j’pense pas que toutes les voitures sont équipées d’un système alarme. » fis-je tout à fait indifférent. J’hausse les épaules avant de toucher une voiture en tapant gentiment sur le capot. « Ah ben… Bon bah, je disais pas de conneries. Les voitures ont pas tout un système alarme. » Ouais, attends, j’ai pas réfléchi à ce geste, mais j’avais réfléchi aussi… Sans réfléchir… Enfin, j’ai réfléchi pas réfléchi quoi. Un peu compliqué pour ma tête mais ça a fait le processus en me disant que vu que c’était la soirée st-Valentin, je les imaginais en train de boire tranquille un verre, pis d’autres en train d’être au point là, et tout ça gâché par un klaxon. Ce serait marrant. Sur cette pensée, je me mets à ricaner. «  Aaaah t’es English toi… » Une pause, je me désigne de la main sur mon torse. « J’suis Texan. » Une Anglaise et un Texan ouais… « T’as pas l’accent Anglais en fait. Ou alors j’ai ptête pas d’oreille au final. » En même temps, je fais pas attention à tout ce que j’entends en fait.

Alors pour la discrétion, c’est pas Maggie qui va être la reine. Elle a haussé la voix pour me poser la question pas discrète du tout, que tout le monde se retourne. Je leur souris ceci dit avant de continuer la marche avec elle.  « Ch’ais pas. J’ai le don de croiser les gens que j’ai déjà rencontré plusieurs fois en moins d’un an. Alors on va sûrement se croiser encore. » Une pause et je soupire. « Ou tout simplement s’échanger nos numéros. » Ce qui est con, c’est que j’ai la flemme actuellement de sortir mon téléphone en fait. Et puis on marche, et je suis assez occupé à la tenir debout et à lui éviter de marcher dans les bouts de verre. Elle se frappe le front là ? mais… ? «  Putain, mais… Vous les femmes et les talons. J’comprends pas le principe. Ça vous bousille les genoux en plus d’avoir des ampoules et de puer aux pieds ! » Ouais, j’suis bien un mec là, les talons, c’est un outil à torture et surtout, c’est pour des petits pieds… Je fronce les sourcils et regarde ses pieds, ouais bon, elle a des petits pieds. Je n’aime pas sa façon de me regarder après que j’ai lâché la comparaison avec Dora et je lève les yeux au ciel. « Mais ‘taaain… J’ai pas la télé en plus chez moi ! Je connaissais même pas Dora depuis ce midi okay ? » J’ai pas de goûts de merde en plus ! Enfin si, mais on s’en fout, j’ai quand même pas des goûts de merde ! Enfin… Ouais, j’arrête. Mieux vaut poser des questions plus intelligentes au lieu de débattre sur le fait que je regarde Dora l’exploratrice. « Mh… Ouais, c’est une connasse, mais qui étonnamment… Elle a un bon fond. Mais donc, si je suis ton raisonnement, t’es aussi une connasse ? » Je soupire et détourne le regard dépité.  « Putain, pourquoi je ne rencontre que des connasses en fait ? »

J’ai déclenché l’alarme et ça me rend vite sourd. Putain, qu’est-ce que c’était bruyant ce truc. Au final après quelques longues secondes, Maggie a enfin éteint l’alarme pour ouvrir la voiture. C’était pas trop tôt merde !! Je soupire et quand elle me pose la question, je n’ai pas pu répondre qu’elle parle de suite des cailloux.  « Nan, ce ne sont pas mes cailloux. Je les cherchais dans un jardin. » Oui ça je m’en rappelle, je cherchais auprès d’elles dans un jardin. Je marche vers elle, inquiet qu’elle ne se tienne pas sur les genoux. « Oui ch’uis sobre… J’ai … » Euh… Je sais pas combien de verre j’ai bu en fait, mais je sais que je suis pas autant bourré qu’avant. Je fronce les sourcils en la voyant bien trop proche que j’ai dû poser les mains sur ses épaules. « Tu te crois être un chien maintenant ? P’tain l’alcool ne te réussit pas. » Et au final, elle pense appeler un taxi. « … T’aurais pu le faire dès le début ceci dit… » Moi je râle, oui bien sûr que je râle. Je soupire et croise les bras pour m’asseoir un peu contre la voiture, je la regarde…Enfin je l’analyse. Pas mariée, seule… Et elle a perdu un enfant. Ça m’étonnerait pas qu’elle soit divorcée et sur le point de sombrer comme pas possible. Ma situation est différente de la sienne, mais ça n’empêche pas le fait que je comprenne ce qu’elle est en train de vivre et c’est loin d’être amusant dans le fond.

Maintenant, je vais attendre avec elle, un peu dans le froid. Je ne bouge pas de la voiture et je la laisse attraper mon bras, sauf que je ne m’attendais pas à ce qu’elle le serre très fort… Méga fort même. Mais dit, elle est en train de faire un câlin ou bien ? Je ricane quand elle me dit que je serai son meilleur ami. Ca tombe bien, j’ai pas une meilleure amie et je doute qu’elle voudra le rester si elle savait mon histoire… Après tout, les meilleurs amis ça se sait tout. Je garde le petit sourire tout en la tapotant légèrement de mon bras libre. Puis c’est comme ça, pendant quelques minutes et j’ai eu le temps de réfléchir à ce qu’elle m’a dit, à ce que j’ai fait et au final, comme si je n’en pouvais plus du silence.  « Je ne sais plus conduire les voitures. » lui dis-je d’un coup sans toutefois la regarder. J’hausse les épaules alors que j’avais au final ma main sur la sienne qui tenait toujours mon bras dans son étreinte. « J’ai eu un accident de voiture qui a tué un gosse parmi les victimes et après ça, ça a détruit toute ma famille. J’ai même perdu ma fille pendant des années et j’ai cru que je ne la rencontrerai jamais… Alors dans le fond, j’me dis que la vie peut nous surprendre et qu’à ce moment-là, on saura se relever et avancer. » Sur ces mots, je me tais et la regarde avant de froncer les sourcils avec un petit sourire au coin. Non mais… « Maggie ? Tu dors ? » J’y crois pas. Elle dort…! Elle dort sur mon bras et j’espère qu’elle va pas y laisser la bave, parce que déjà le mascara c’est bon quoi ! Je vois le taxi arriver et je fais un petit signe de la main ! « Bon Maggie, on se réveille là. » … Toujours pas. « Bon ben… » Je me mets à marcher et le pire, c’est qu’elle marche avec moi en dormant quand même. Le chauffeur nous regarde bizarrement. « Je … Euuh… Elle est juste fatiguée… Eeuh… C’est 2002 … Non 2022 Southport Road s’il vous plait. » Je soupire au moment où on monte dans la voiture.  « Bon Maggie faut se réveiller là ! » et sur ces mots, je mets le doigt sur sa côte pour la chatouiller et qu’elle se réveille au final.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/02/2018
›› Commérages : 269
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jessica awesome Chastain
›› Schizophrénie : devon oakley (sebastian stan) ✻ maximilian adenauer (mats hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (patrick j. adams) ✻ jocelyn ahern-fields (karla souza) ✻ javier rodríguez (charlie cox) ✻ luke holloway (jon bernthal).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Dim 4 Mar - 19:21 )


Anthony & Maggie

Hear that lonesome whippoorwill. He sounds too blue to fly that means he's lost the will to live. I'm so lonesome I could cry. Did you ever see a night so slow as time goes draggin' by the moon just went behind the clouds.



Dans le fond, Maggie préférait ne pas insister sur la solidité de son partenaire de soirée, ni sur sa mauvaise foi. Elle avait peur qu'il finisse par la laisser plantée là, toute seule. Mieux valait donc changer de sujet. Et elle avait besoin d'aide pour trouver sa voiture. « Eh bien, toutes les voitures devraient en être équipé », protesta-t-elle. Déjà pour la sécurité. Et parce qu'elle avait envie de déranger tous les couples du quartier. Et pourquoi pas les couples avec des bébés aussi pendant qu'on y était. Un brin égoïste la petite Maggie ? En tant normal non, mais ce soir, c'était la Saint Valentin alors elle faisait une exception. La jeune femme, plantée devant lui, le dévisagea longuement avant de secouer la tête. « T'as pas une tête de texan », répondit-elle. Enfin en même temps, est-ce que ça voulait vraiment dire quelque chose, avoir une tête de texan ? Elle n'en était pas sûre et certaine. Elle aurait même tendance à dire qu'il n'y avait pas de tête de. Mais bon. Peut-être que s'il mettait un chapeau … « T'es sourd comme un pot surtout », répliqua-t-elle en croisant les bras. D'où elle avait perdu son accent anglais ? Tout le monde lui disait qu'elle avait un accent anglais. Ce soir, elle avait juste un accent alcoolisé et un partenaire de soirée sourd comme un pot, voilà tout. Mais la jeune femme ne bouda pas bien longtemps. Sans la moindre discrétion elle chercha à savoir s'il voulait la revoir. Peut-être qu'il était dingue au point d'en avoir envie, allez savoir. « Désolée, je crois pas être capable de me souvenir de mon numéro », répondit-elle en secouant la tête. « Mais tu pourras me l'écrire si tu veux », proposa-t-elle. Bon, elle n'avait pas de papier. Mais il pourrait lui écrire sur la main. Ou sur le bras. Ou ailleurs selon comment se finissait la soirée. Enfin quoi que … S'il pensait que des talons ça pouvait se porter avec des chaussettes, peut-être qu'en fait, elle devrait lui fausser compagnie. « Déjà, je pue pas des pieds ! », s'exclama-t-elle. Elle tenta une nouvelle fois de le frapper à l'épaule, mais cette fois, elle ne frappa que dans le vide, manquant totalement sa cible. « Et en plus, les talons, ça permet à ces messieurs de mieux pouvoir mater nos fesses, alors pas de commentaires désobligeants, monsieur le goujat », ajouta-t-elle d'un air entendu. Son air entendu aurait peut-être eu plus d'effet si elle avait réussi à le regarder dans les yeux. Mais il était trop grand pour elle. Autant reprendre sa route du coup. Et ne pas débattre plus longtemps sur Dora. La jeune femme lui adressa simplement un regard pour lui faire comprendre que de toute façon, elle ne le croyait pas, voilà, elle était sûre qu'il aimait Dora. Mais la jeune femme s'arrêta une nouvelle fois en plein milieu du chemin. Est-ce qu'elle était une connasse ? Elle réfléchit un moment avant de répondre. « Non. Moi je fais plutôt tâche dans le décor. On dirait Bob le bricoleur au pays des riches », affirma-t-elle finalement. Surtout quand elle enfilait sa salopette pour aller faire du jardinage. Si ses voisins la voyaient, ils feraient sans doute un malaise.

Maintenant qu'ils avaient retrouvé la voiture, ils faisaient quoi exactement ? Le plus logique aurait été que Anthony conduise sa voiture. Mais apparemment ce n'était pas au programme. Est-ce qu'il avait bu ? Peut-être qu'en fait elle n'était pas la seule à être complètement cuite ce soir. Et lui, il se faisait passer pour sobre. Le bougre. Bref, la jeune femme décida qu'il était mieux d'appeler un taxi. Elle aurait pu le faire depuis sa sortie du bar cela dit mais … Non. Tout simplement non. « Ben non », souffla-t-elle en levant les yeux au ciel, dans un geste qui aurait tout aussi bien pu vouloir dire mais t'es con ou quoi ?. « En plus si j'avais fait ça, on n'aurait pas vécu cette fabuleuse aventure », ajouta-t-elle. Bon, une aventure, d'accord, mais fabuleuse, peut-être pas. En tout cas, il ne leur restait plus qu'à attendre le taxi. Et maintenant qu'elle était pieds-nus, dans sa petite robe, Maggie avait froid. Elle enserra donc le bras de l'homme et chercha de la chaleur contre lui. Et puis, elle décréta aussi que c'était son meilleur ami pour la vie. En même temps, ce ne serait pas dur, des amis, elle n'en avait pas des masses. Pendant plusieurs minutes, la rousse ne dit plus rien. Elle se contentait de rester là, appuyée contre son bras. Et puis, elle entendit sa voix résonner dans ses oreilles, pour lui raconter son histoire. Il ne conduisait plus. A cause d'un accident de voiture qui avait fait des victimes, dont un enfant. C'était triste. Elle imaginait sans peine la culpabilité qu'il pouvait ressentir. Elle aussi elle avait tué un enfant. Le sien. Elle connaissait la culpabilité qu'on ressentait dans ces moments. Et puis, lui aussi avait détruit sa famille. Ils avaient plein de points communs. Mais la jeune femme ne savait pas quoi lui dire. Elle aurait voulu trouver les mots justes pour le réconforter. Ou lui faire un câlin, sans que ça ne paraisse trop bizarre. Mais rien ne lui venait. Les idées ne parvenaient pas à se frayer un chemin dans son cerveau alcoolisé. Alors elle ferma les yeux et fit semblant de dormir. Elle lui en reparlerait plus tard, si elle s'en souvenait, si elle en avait la force. La jeune femme gardait les yeux fermés, même s'il lui parlait. Elle avait faillit lui répondre oui, quand il lui avait demandé si elle dormait. Mais elle parvint avec difficulté à garder le silence. Mais quand il se mit à marcher, son réflexe fut de marcher avec lui. Merde. Est-ce qu'il allait la griller ? Apparemment pas. Maintenant avec de la chance, il allait la mettre dans le taxi et elle allait pouvoir continuer à faire semblant de … « Ah ! », s'exclama-t-elle, quand il se mit à la chatouiller. Ah non, ça ce n'était pas sympa. Pas sympa du tout. Elle avait tellement sursauté qu'elle était bien réveillée maintenant. La jeune femme fronça les sourcils et lui adressa un regard assassin. « C'est pas une façon de réveiller les filles ça ! », souffla-t-elle. La jeune femme, bougon, s'apprêtait à monter dans le taxi quand une idée lui vint en tête. « Attend ! », s'exclama-t-elle. Et elle reparti vers une voiture, une autre grosse berline. Pas la sienne. Mais une garée juste devant. Elle mit un coup dans la portière et l'alarme s'activa. Puis elle revint vers le taxi en courant et se jeta presque dedans en gloussant. « Viiiiite », souffla-t-elle à l'attention de Tony en faisant des grands gestes de la main. Voilà, elle avait gâché l'une ou l'autre Saint-Valentin et elle en était très contente. La jeune femme, presque instinctivement – ou peut-être parce qu'elle était trop fière pour avouer qu'elle avait froid – se blottit contre le brun, dont elle avait déjà bousillé la chemise. Elle hésita un instant avant de prendre la parole. « Je suis désolée pour ce qui t'es arrivé. C'est moche de payer au prix fort le fait d'avoir fait une connerie », souffla-t-elle. Elle ne savait pas quoi lui dire d'autre. Peut-être que sobre, elle aurait eu une idée de génie, mais là, ce n'était pas le cas. « Tu l'as retrouvée ? Ta môme ? », demanda-t-elle finalement, en relevant son visage vers lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 917
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Tim Mancini, l'ex-flic proprio d'un stand d'arme aka Jon Hamm - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Nawid (sous les traits d'Oscar Isaac)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Lun 12 Mar - 11:16 )

When Tony meet Maggie
Maggie & Tony
J'ai pas une tête de Texan ?
Non mais elle me balance ça en plus d'être sourd comme un pot. Non mais non, je suis juste bourré et je fais pas gaffe aux détails moi. Je suis aussi fatigué, blasé, mais fatigué. Non mais elle verra mon côté Texan, il est quand même hors de question que ça ait disparu parce que j'ai quitté le Texas après mes dix ans...! L'accent ne s'en va jamais en fait. Je n'ai fait que grogner quand elle m'a fait ces remarques. Elle est juste bourrée et pis voilà. Parce que ne pas se souvenir de son numéro, faut le faire aussi: on est bourré de plus de cinq verres pour ne plus savoir son numéro, en plus de ne pas retrouver sa voiture. Mais est-ce qu'elle sait au moins rentrer chez elle ? Bonne question...! Ce qui est sûr quand même, c'est qu'elle a de bons arguments des fois parce que quand j'ai parlé de ses talons, elle a rétorqué quelque chose qui m'a laissé sans voix. " ... Damn. Je reconnais que tu m'as scotché avec ces arguments. Même si..." J'ai haussé les épaules, parce que j'allais dire talons ou pas, je regarderai quand même de temps en temps les fesses, mais bon. C'est pas la première chose que je regarde, mais bon, moi aussi suis un peu bourré et je suis fatigué pour devoir tout expliquer, argumenter, tout ça quoi...! Je soupire et fais un geste vague de la main pour lui dire de laisser tomber. Mais nan, elle m'a bien fait chier avec Dora, puis ça résulte par le fait qu'elle ne me croit pas. Je lui lance un regard blasé avant de vouloir changer de sujet sur où est ce qu'elle vit quoi. Encore une fois, elle me tire sur le bras pour que je m'arrête et fronce les sourcils, attendant sa réponse. Elle a sûrement quelque chose à me dire sur le coup là. " ... Bob le bricoleur au pays des riches ? " Je souris un peu et hoche la tête avec un air de lui dire que je commence sérieusement à l'apprécier. " Eh ben merde... Qu'est-ce que tu fous dans ce quartier ? T'as gagné au loto alors t'as décidé de tout claquer dans une belle maison ?"

Et le pire, c'est qu'elle pouvait appeler le taxi dès le début. Non mais, la fille je vous jure. Elle pense qu'elle a des joker dans ses cartes, mais seulement au dernier moment quoi. Je ne m'y attendais pas du tout ! Je soupire face à sa réaction et lève les yeux au ciel avant de ricaner, je me penche un peu en arrière, les mains dans les poches. " Fabuleuse aventure ? Hahahaha ! Ouais, j'avoue que c'est le pied de faire ta rencontre. C'est pas tous les jours que ça m'arrive. Mais c'est pas moi qui vais tomber malade, ni avoir mal à la tête et qui va vite regretter demain de ne pas avoir appelé le taxi tout de suite au lieu de te "ridiculiser" devant moi." J'hausse les épaules avec un petit sourire " Même si tu t'es pas trop mal ridiculisée je trouve."

On attend tranquillement le taxi, j'étais déjà coupé de tout mouvement qu'elle se serre déjà contre mon bras et qu'elle décrète que je reste son meilleur ami après la soirée. Je me demande si elle se souviendra de cela... Dans le fond, j'espère que oui. Je ne sais pas trop comment l'expliquer, peut-être parce qu'elle vit dans un quartier de riche, mais qu'elle n'a pas forcément sa place là-bas ? Peut-être parce qu'elle a perdu son gosse et que je la comprends bien sur ce point là ? Aucune idée. Peut-être tout ça quoi... Je reste silencieux, elle aussi, j'attends le taxi qui doit prendre son temps pour arriver. Puis comme quoi, l'alcool et le silence m'aide. J'ai lâché le morceau, sans que je m'y attende dans le fond. Pendant que je parlais, je me demandais ce que je foutais, mais en même temps, ça me faisait du bien, puis c'était une manière de lui dire que ... Ouais, elle est pas forcément seule dans ce genre de sentiment piège. Je le disais ça, comme ça, ça s'est bien passé y a des années et j'ai pas forcément besoin qu'on me console ou quoi. J'ai l'habitude et j'ai bien vécu avec pendant vingt ans. C'est long vingt ans, mais j'ai des fois l'impression que c'est court... Je sais pas pourquoi je dis ça en plus. En plus je ne m'attendais pas à des réponses, mais je ne m'attendais pas à ce qu'elle dorme en fait... Encore moins qu'elle marche en dormant. Donc elle somnole, mais qu'elle ne rêve pas trop pour que je la foute dans le taxi sinon elle va me juger que j'ai les mains baladeuses, alors je vais nous éviter cette scène. Donc voilà, je la chatouille, elle réagit, se réveille et je ricane. " T'attendais quoi toi ? J'suis pas un prince charmant non plus eh." et je n'arrête pas d'en rire. Seulement ça dure pas longtemps que je fronce les sourcils à me demander ce qu'elle veut faire là. " Quoi ? T'as oublié un truc dans ta voit..." Je ne termine pas ce que j'ai à dire que je comprends de suite ce qu'elle compte faire. " Oh merde." Et j'éclate de rire en la voyant donner un gros coup de pied bien placé et que l'alarme surgit. Je fais des grands gestes pour qu'elle monte dans le taxi, sous le regard interloqué et amusé du chauffeur. Je suis peut-être pas un prince sur son cheval blanc, mais je laisse toujours les demoiselles entrer en premier dans la voiture et c'est ce que je fais. Je monte vite fait après elle et tapote le siège de devant. " go go go !" Et le chauffeur ne tarde pas à démarrer au final ! " Putain" et je mets à rire alors qu'on voyait un mec sortir du restaurant tout en courant sa voiture. " T'as attrapé un gros poisson...!" Après ça, je m'installe correctement et lâche un soupir alors que le chauffeur savait où aller. Au final, je la retrouve contre moi et fronce un peu les sourcils, surpris par ce contact: sûrement parce qu'elle est encore un peu ivre, mais surtout qu'elle a froid, ça ne m'étonne pas. En plus d'être pieds nus et qu'elle ... " Eh... Mais... Où sont tes chaussures ?" Je les cherche du regard avant de soupirer. Elle a dû les oublier près de sa voiture, lorsqu'elle chantait la chanson sous la pluie. " Bon sang..." grognai je alors que je pose ma main sur son bras, je remarque vite qu'elle est gelée. Forcément...! La chaleur du taxi va sûrement l'aider à se réchauffer ouais. Je passe quand même mon bras autour d'elle pour lui donner un peu plus de chaleur. Puis on reste silencieux un petit moment avant qu'elle ne brise le silence. Ah mais ouais, j'avais raison. Elle somnolait, donc elle écoutait bien ce que je disais. " Ouais, mais un moment, faut finir par les assumer... C'est ce dont j'ai appris après tout ça." Et j'essaye de réparer dès que je peux, mais ce n'est quand même pas évident au final. Surtout quand ce sont des personnes décédées, dont un qui est apparemment toujours en deuil, qui m'a coupé le compte bancaire... ! " Harley ? Oui. On n'a pas eu les retrouvailles les plus glorieuses au monde, mais on s'est retrouvés. On rattrape un peu le temps perdu en même temps que nous nous partageons les moments ensemble."

Au final, nous sommes arrivés et je donne au chauffeur les vingt dollars dont il avait demandé et nous a remercié avant que je ne sorte et aide Maggie à sortir. Par contre, je n'ai pas attendu pour retirer ma veste et la mettre sur ses épaules avec un petit soupir. " Pas question que t'attrapes la crève demain. Allez." On monte l'allée jusqu'à la porte de sa maison et j'attends qu'elle sorte les clefs pour finalement entrer, sauf que j'étais loin de me douter que ce genre d'aventure n'est pas terminé.

electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/02/2018
›› Commérages : 269
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jessica awesome Chastain
›› Schizophrénie : devon oakley (sebastian stan) ✻ maximilian adenauer (mats hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (patrick j. adams) ✻ jocelyn ahern-fields (karla souza) ✻ javier rodríguez (charlie cox) ✻ luke holloway (jon bernthal).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Mer 14 Mar - 20:23 )


Anthony & Maggie

Hear that lonesome whippoorwill. He sounds too blue to fly that means he's lost the will to live. I'm so lonesome I could cry. Did you ever see a night so slow as time goes draggin' by the moon just went behind the clouds.



Ses arguments ils étaient imparables. En même temps, Maggie n'était pas un requin du marketing pour rien. Et d'ailleurs elle était certaine que … Attendez. « Il n'y a pas de mais. Je suis sûre et certaine que vous avez maté mes fesses en plus », le gronda-t-elle. Soit ça. Soit il était aveugle. Soit il était gay. Oui, la rousse réussissait en général à contrôler son côté un peu trop narcissique. Sauf quand elle avait bu. Là, elle avait la sensation d'être le maître du monde. L'alcool ça fait des dégâts sur les cerveaux, qu'importait la génération. En tout cas, l'alcool avait l'air de faire un très mauvais effet à la belle Maggie. Plus les minutes passaient, plus elle déraillait. Mais étrangement, elle se sentait aussi plus libre. Ça ne devait pas être le cas du pauvre Anthony, qu'elle n'arrêtait pas de tirer par le bras parce qu'elle ne pouvait pas parler et marcher en même temps. S'il avait une luxation de l'épaule, il ne fallait pas chercher longtemps d'où ça pouvait venir. « Nah, j'suis un requin du marketing alors j'ai un compte en banque bien rempli mais j'fais tâche quand même dans le décor », affirma-t-elle. Bon, quand elle se préparait pour le travail, elle avait surtout l'air d'une petite bourgeoise anglaise à vrai dire. Mais ce n'était pas toujours le cas. Parce que quand elle décidait de se mettre à l'aise chez elle, ce n'était pas dans un tailleur Chanel avec une paire de Louboutins. C'était plutôt dans un vieux t-shirt trois fois trop grand avec le pantalon le plus moche et le plus confortable possible. Pas la peine de mentir on a tous ces vêtements dans notre placard. Bon, maintenant que ceci est dit, la jeune femme prenait parfaitement conscience qu'elle aurait pu appeler un taxi depuis le début. Mais bon, il fallait quand même admettre que ça aurait été beaucoup moins drôle. « Je vais prendre ça pour un compliment », souffla-t-elle après avoir longuement réfléchit à ce qu'il venait de dire. Bon, elle ne savait pas trop si c'était un compliment en fait. Il avait dit qu'elle s'était ridiculisée. Mais qu'elle s'était aussi bien ridiculisée. Et comme elle n'avait pas compris la moitié elle avait décidé que c'était un compliment et voilà tout. « Pa la peine de nier que ta soirée aurait été d'une tristesse sans nom sans moi », déclara-t-elle finalement. Ou peut-être pas. Peut-être que son but était de se rendre dans un bar pour draguer de la minette et qu'elle avait cassé son plan. Et si c'était le cas bah … Elle était encore plus fière d'elle.

En attendant, la jeune femme avait officiellement décrété que le jeune homme était son meilleur ami pour la vie. Elle ne savait même pas s'ils allaient se revoir un jour ni s'il n'allait pas juste la foutre dans ce taxi avant de partir. Il aurait pu cela dit. Mais il avait quand même la gentillesse d'attendre avec elle. Et de lui parler. La jeune femme, ne sachant quoi dire, fit semblant de dormir. Du moins jusqu'à ce qu'elle doive marcher vers le taxi. Merde, comment on faisait exactement pour marcher bourré les yeux fermés ? Heureusement, comme elle était collée à Tony, elle avançait en même temps que lui. Jusqu'à ce que … Ah ! Le salop ! C'était bas ça. « Nah. Le prince charmant il n'a pas de barbe. Et il ne pue pas l'alcool », répondit-elle. Juste comme ça, au passage. Le prince charmant, il est rasé de près et il se promène en collant sur son cheval. Et il a de beaux cheveux et … Il n'est pas texan. Encore moins un texan sans chapeau. Mais la jeune femme ne préféra pas débattre plus longtemps. En vérité elle avait une autre idée derrière la tête. La jeune femme donna un coup dans une voiture pour activer l'alarme et s'enfuit en courant et en riant de bon cœur. Dire qu'au début de la soirée, la jeune femme était au fond du trou et que maintenant, elle laissait éclater sa joie sans le moindre problème. La rousse courut ensuite vers le taxi et manqua de se cogner la tête contre la vitre en sautant dedans. Rejointe par Tony, elle frappa dans ses mains pour donner le signal de départ au chauffeur qui semblait plutôt amusé. Le taxi démarra, mais ils eurent le temps de voir le propriétaire du véhicule ce qui la fit rire de plus belle. « Oopsie », souffla-t-elle en levant les mains innocemment. La jeune femme ne manqua pas alors de se mettre à l'aise. Traduction, elle ne manqua pas d'utiliser Anthony comme un coussin. En même temps, ce n'était pas de sa faute s'il était confortable. Et le jeune homme ne manqua pas de passer son bras autour de ses épaules, ce qui l'encouragea à se blottir contre lui d'avantage. Elle aurait pu s'endormir comme ça, mais il lui parla de ses chaussures et … Oh putain ! Elle les avait oublié. Heureusement ce n'était pas sa paire préférée. « Bah, avec de la chance, elles seront encore là demain », répondit-elle en haussant les épaules. Dans ses rêves peut-être. Elles auraient peut-être fini dans une poubelle ou chez une nouvelle propriétaire. Au moins elle aurait une bonne excuse pour en acheter une nouvelle paire. A vrai dire, elle avait froid, mais elle ne sentait presque pas le froid, grâce à l'alcool qui lui donnait l'impression d'avoir chaud. La rousse resta silencieuse un long moment avant de se décider à lui reparler de ce qu'il lui avait dit à l'extérieur. « Je suis contente que tu aies retrouvé ta fille », finit-elle par dire en lui adressant un sourire.

A peine le taxi arrêté, la jeune femme se précipita d'ouvrir la porte pour sortir, sans se préoccuper de régler la note. Mais elle avait du mal à mettre les pieds par terre et elle fut bien contente que le jeune homme vienne l'aider. Il posa même sa veste sur ses épaules. La jeune femme aurait pu trouver ce geste aussi galant que romantique, si elle avait été en état de se préoccuper de ce genre de détail. Mais à la place, elle passa les bras dans les manches et se précipita, toujours pieds-nus, dans l'allée qui menait à la maison. La lumière du porche s'alluma et elle chercha les clés dans son sac. Mais elle avait beau tenter d'insérer les clés dans la porte, elle refusaient d'entrer. « Tony, je crois que quelqu'un a changé la serrure de ma maison », souffla-t-elle d'abord en haussant les sourcils. Mais elle réitéra son geste jusqu'à ce que la lumière ne s'allume à l'intérieur. Là, elle eut un mouvement de recul et elle s'accrocha une nouvelle fois au bras du jeune homme. « Tony je crois qu'il y a quelqu'un dans ma maison », murmura-t-elle à son oreille. Enfin … Elle croyait murmurer en tout cas. La porte s'ouvrit soudain sur un homme d'au moins la cinquantaine, visiblement mécontent d'avoir été réveillé. Elle n'était pas chez elle ? La jeune femme regarda le numéro sur la porte. Ah non, ce n'était pas chez elle. Oups. « Qu'est-ce que vous fichez ici ? », brailla l'homme. La jeune femme lui adressa un sourire désolé. « Tony je crois que ce n'est pas ma maison », murmura-t-elle à nouveau. Encore un murmure très approximatif, parce que l'homme croisa le regard de Tony, plutôt stupéfait. Maggie lui adressa un signe de la main. « Bonjour monsieur, bonne nuit monsieur », brailla-t-elle en agitant sa main devant elle. Elle attrapa soudain la main de Tony et noua ses doigts au sien pour le traîner derrière elle. Puis elle s'arrêta au bout de l'allée, sans prendre conscience de son geste et de sa main libre elle se frappa le front. A force de faire ça elle aurait sûrement un bleu demain. « Ben oui je suis bête. J'habite au 2202 », s'exclama-t-elle. Soit à deux cents maisons d'ici. « Je me disais bien que cette maison était trop moche pour être la mienne », ajouta-t-elle. Elle joua négligemment avec une mèche de ses cheveux puis se retourna vers son décrété meilleur ami. « C'est par où le 2202 ? », demanda-t-elle. Elle, elle n'avait déjà pas le sens de l'orientation sobre alors bon, dans cet état il ne fallait rien lui demander.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 917
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Tim Mancini, l'ex-flic proprio d'un stand d'arme aka Jon Hamm - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Nawid (sous les traits d'Oscar Isaac)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Sam 17 Mar - 19:39 )

When Tony meet Maggie
Maggie & Tony
Oopsie.
J’hoche la tête avec l’air de confirmer et marmonna à peine un oopsie aussi. Encore un peu, dans la position où nous trouvions, on aurait très bien pu dormir comme ça, sauf que moi le sommeil ne me vient pas de suite, parce que je n’étais pas trop fatigué et que j’étais aussi sous l’effet de l’alcool. Sauf que mon regard vire sur ses pieds et je réalise qu’elle n’a plus ses chaussures, je soupire et laisse retomber ma tête contre le dossier du siège. «  En attendant tu seras bonne à choper une crève. » soupirai-je encore une fois de plus et je n’ai pas envie qu’elle tombe malade sur le coup parce qu’elle a décidé de partir pied nu jusqu’à chez elle. En même temps, c’est de sa faute, elle a voulu jouer pimbêche avec les talons et c’est vrai que vu comme ça, elle n’a pas l’air d’être Bob le bricoleur. Puis le silence est retombé entre nous, on était tranquille jusqu’à ce qu’elle me pose la question sur ma fille, je n’ai pas pu m’empêcher de sourire sur le coup parce que oui, parler d’Harley c’est comme réveiller un peu l’espoir qui est en moi. Dire qu’avant j’étais vide et là, je suis un peu plus plein qu’avant et je me retrouve avec un but dans ma vie: me reprendre, me reconstruire et je pense que c’est ce qu’Annabel aurait voulu aussi. Ma voix ne sortait pas de ma gorge, comme quoi, l’alcool me bouchait un coup et que tout ce que je pouvais faire c’était juste bouger les lèvres pour former un mot: merci. Et dire que je ne dis pas merci à tout le monde, voire quasiment jamais.

Puis voilà, on arrive enfin ! Du moins, c’est ce que j’ai cru. On arrivait chez elle, elle n’avait plus de chaussures, elle crevait de froid et je lui passais ma veste qui de base, n’était pas la mienne mais celle du mari de Tina, qui est aujourd’hui décédé. Si ce n’est pas triste tout ça…! Quel duo de bras cassés que nous sommes. Je me mets à la suivre, les mains dans les poches de … Ah merde, ouais, je lui ai donné ma veste… Ouais, bon bah, les mains dans les poches de mon pantalon et je traine un petit peu derrière elle jusqu’à qu’elle essaye d’ouvrir. «  T’as abusé à ce point le bon verre d’alcool… » J’allais lui demander de me passer ses clefs pour que j’ouvre avec elle parce que franchement, on peut pas changer la serrure du jour au lendemain. « Passe moi la clef roh, c’est pas comme ça qu’on ouvre ! » soupirai-je avant de me figer quand j’entends du bruit dans la maison à mon tour, mais aussi que la lumière s’allume. «  Ouais, t’hallucines pas, je vois qu’il y a quelqu’un dans ta maison. » Et sur ces mots-là, la porte s’ouvre, je plisse les yeux face à la lumière et arque un sourcil en voyant le mec cinquantenaire. «  Ben merde alors. Je croyais que t’avais passé l’âge d’être attendue par ton padre » Et voilà qu’il nous balance ce qu’on fiche ici. «  Ah c’est pas ton papa. » « Tony je crois que ce n’est pas ma maison. »  « Bien joué Sherlock… » Et sur ces mots-là, je soupire et fais un sourire presque pincé au mec qui me regarde surpris. « Ne vous inquiétez pas, on s’est trompé de ma… » Et j’ai pas eu le temps de finir que je me fais emporter. Ouais, emporté, littéralement. Les doigts entre les miens, la main dans la mienne et on s’éloigne. «  Bon tu m’expliques ? » Si elle est SDF aussi, c’est mal parti quoique… Non, elle s’est trompée de numéro en fait. «  T’es sûre ? C’est pas le 2220 ? 2002 ? 2020 ? 2222 ? » Une pause, je vois son regard perdu et je soupire, les yeux au ciel. « T’as pas ta carte d’identité sur toi, y a écrit ton adresse à domicile, ce serait plus simple et ça me rassurerait de ne pas marcher pour rien à deux cents maisons plus loin. » Et elle parle de cette maison qui est trop moche, j’hausse les épaules au final «  Je trouve que les maisons sont toutes les mêmes perso… » Et c’est vrai, je trouve que les riches n’ont pas d’originalité et sérieusement, ce n’est pas surprenant que je m’étais planté de piaule de Rory, je ne l’avais pas retrouvé du premier coup parce que tout était pareil quoi. Allez quoi…! «  Eeeuh… Par là! » fis-je en montrant du doigt la direction et sans plus attendre son approbation, je la tire un peu de la main pour y aller et c’est en marchant ainsi que j’ai réalisé qu’on avait la main dans l’autre et franchement ça ne me dérangeait pas plus que ça. De plus elle était ralentie parce qu’elle marchait pied nus. « Ah nan, merde. Demi-tour, c’est l’autre sens. » fis-je en réalisant les numéros qui descendaient. On râle tous les deux, je soupire et au final on marche doucement. «  Dis…? Maggie ? » fis-je en interrompant finalement le silence alors que je récupère de la poche de la veste qu’elle porte, mon paquet de cigarette et en commence à fumer une. « Tu n’as personne d’autre qui pourrait être là pour toi demain ? Je veux dire… Tu vas douiller sévère, pas seulement à la gueule de bois, mais aussi tu vas choper la crève. Je serai bien tenté de passer mes chaussures mais pour deux raisons, je ne le ferai pas. » Et je finis avec un petit sourire.

Au final, ça commence à pleuvoir, c’est des petites gouttes, mais je sens que ça va être de grosses à venir.

«  … Oh putain, mais c’est pas vrai. » Une pause et je grogne très agacé. Qu’est-ce que je DÉTESTE la pluie merde. « Écoute. Tu sais ce qu’on va faire ? On va jouer à la course. Désolé, faut courir avant qu’on soit trempé comme des chiens et ce serait le pompom de la soirée. »
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/02/2018
›› Commérages : 269
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jessica awesome Chastain
›› Schizophrénie : devon oakley (sebastian stan) ✻ maximilian adenauer (mats hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (patrick j. adams) ✻ jocelyn ahern-fields (karla souza) ✻ javier rodríguez (charlie cox) ✻ luke holloway (jon bernthal).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Sam 17 Mar - 22:25 )


Anthony & Maggie

Hear that lonesome whippoorwill. He sounds too blue to fly that means he's lost the will to live. I'm so lonesome I could cry. Did you ever see a night so slow as time goes draggin' by the moon just went behind the clouds.



Maggie avait froid. Mais en même temps, si elle avait froid, c'était un peu de sa faute. Déjà, sa robe n'était pas du tout adaptée à la saison. Du moins, elle était adaptée pour un rapide aller retour entre la voiture et le bar, puis le bar et la voiture, mais elle n'était pas faite pour traîner dehors par un temps pareille. C'était une robe pour être sexy, pas pour être pratique. Ni pour être une pimbêche, n'en déplaise à monsieur Tony le ronchon. Tony le ronchon qui ne cessait de lui répéter qu'elle allait tomber malade. « Tu as obtenu ton doctorat en médecine sur Doctissimo ? », demanda-t-elle, taquine. Bon en même temps, beaucoup de gens sont devenus médecins grâce à Doctissimo. Cindy elle en croise tous les jours de ces gens là.. La jeune femme finit par ramener ses pieds sous ses fesses. Voilà. « Voilà, je peux plus attraper froid comme ça », ajouta-t-elle. Logique imparable. Bon un jour ou l'autre elle allait devoir sortir de ce taxi. Mais pas tout de suite. Pour l'instant, elle profitait de la chaleur de l'homme à côté d'elle. Ça faisait longtemps qu'elle n'avait plus été dans les bras d'un homme, de façon innocente et c'était franchement réconfortant. Elle aurait presque pu s'endormir comme ça, si le trajet n'avait pas été si court. Bordel de merde. Maintenant il fallait ressortir dans le froid. Et une fois dehors, ce n'était pas avec la veste de Tony qu'elle risquait d'avoir chaud. Certes, c'était assez grand pour lui faire une robe, mais ça ne tenait pas très chaud, sans compter qu'elle avait toujours les jambes nues. Les pieds aussi d'ailleurs. Mais elle s'en fichait, puisqu'elle était chez elle. Enfin, elle n'avait pas le souvenir d'avoir installé cet affreux tapis devant sa porte, mais bon, quand même, elle était chez elle. Sauf que quelqu'un avait visiblement changé les serrures pendant son absence et que la clé ne voulait pas rentrer. « Non je ne vais pas te donner la clé Monsieur, c'est ma clé et de toute façon je te dis qu'on a changé la serrure donc toi non plus tu ne pourras pas rentrer la clé dedans », souffla-t-elle. CQFD. Ce n'était quand même pas compliqué à comprendre. Serrure. Avoir. Été. Changée. Elle pouvait parler le petit nègre s'il comprenait mieux. « C'est pas à cause du vin si ça s'ouvre pas. Je sais même encore compté. 1. 2. 3. 6. Tu vois. Donc je suis pas bourrée », ajouta-t-elle avec conviction. Bon il y avait peut-être quelque chose entre le 3 et le 6 mais bon peu importait. Surtout maintenant qu'elle avait la certitude qu'il y avait des voleurs chez elle. OH MON DIEU. C'était comme dans les films. Les voleurs avaient profité de son absence pour changer la serrure et maintenant elle ne pourrait plus jamais de sa vie rentrer chez elle. Mack et elle allaient devoir vivre dehors. Elle espérait qu'elle pourrait au moins récupérer sa tente dans le jardin. Enfin apparemment elle n'aurait peut-être pas besoin de faire ça. Elle n'était pas chez elle c'est ça ? Hein. Mais … Mais non c'était pas chez son padre ici. Il était bête le Tony. « Mais c'est pas mon père ! Il est trop jeune pour être mon père. D'ailleurs il doit avoir ton âge », fit-elle remarquer, pas du tout discrète. Tony avait bien la cinquantaine non ? Si ce n'était pas le cas, bien tant pis, il allait bouder, ce n'était pas bien grave. Elle trouverait un moyen de le faire arrêter de bouder quand ils auraient quitté cette maison bizarre. Après tout, ils étaient meilleurs amis pour la vie non ? Bon d'ailleurs, maintenant qu'ils étaient arrivé à la conclusion que ce n'était pas sa maison, peut-être qu'ils pourraient partir. En tout cas, Maggie avait décidé que oui et elle tira Anthony par la main. Il avait qu'à moins parler aussi. La jeune femme réfléchissait désormais au numéro de sa maison. 2202 ! Elle habitait au 2202. Oh, tiens la carte d'identité. « Oh mais c'est pas bête ça ! », s'exclama-t-elle. Voilà que Tony avait une bonne idée. C'était la première de la soirée. Aheum. La jeune femme ouvrit son sac à main, rangea ses clés et sorti sa carte d'identité. Les chiffres dansaient un peu la salsa, mais elle lisait bien le 2202. « T'as vu ! 2202 », brailla-t-elle en lui collant la carte d'identité sous le nez, si près que de toute façon il ne risquait pas de voir grand-chose. Sur ces mots, elle rangea la carte, reprit sa main et s'engagea dans la direction qu'il avait indiqué. Tandis qu'ils commençaient à marcher, la jeune femme fit trente six milles remarques sur les fleurs, les nains de jardins, la pelouse. Tout pour les retarder. Mais ah ! Ils n'allaient même pas dans la bonne direction. « Il est vraiment merdique ton sens de l'orientation. Normalement le prince charmant il a pas besoin d'un GPS », s'exclama-t-elle. Enfin si un peu, parce qu'il y a peu j'ai dis que le mien s'était perdu pour cette raison, mais bon. Ils repartirent donc dans l'autre sens. Un pas. Oh un chat ! Deux pas. Elle était vraiment mal entretenue cette pelouse. Trois pas. Oh un … « Hein ? », demanda-t-elle soudain. Quoi ? Elle parlait trop ? Peut-être. Oh et puis pourquoi il lui faisait les poches ? Il avait décidé de la tripoter là maintenant c'est ça ? Ce n'est pas qu'elle était contre, mais elle avait froid. « Non, y a personne », fit-elle en secouant la tête une fois qu'elle eut comprit qu'il ne voulait qu'une cigarette. Mack était chez son père, donc elle serait seule. « Enfin si y a mon chien, mais il bouffera le bol de soupe avant de me le ramener au lit », constata-t-elle en levant les yeux au ciel. Ce chien était le pire des morfale. « La première, c'est qu'elles sont trop grandes tes chaussures. Et la deuxième c'est que tu pues des pieds ? », demanda-t-elle innocemment. Encore une révélation qui prouvait qu'il n'était pas un prince charmant. Mauvais sens de l'orientation, alcoolisé, pas de cheval blanc et il puait des pieds. Ça commençait à faire beaucoup. « Mais t'inquiète, je vais biiiiiien », souffla-t-elle. Enfin elle allait bien. Non. Pas trop. C'était une goutte de pluie qu'elle avait senti là ? Une. Deux. Oh putain. Il pleuvait. La jeune femme se mit à ricaner. « Je crois qu'on est maudits », affirma-t-elle en hochant la tête. C'était même sûr et certain à ce stade. « Ma maman m'a toujours dit qu'une fille ne devait pas courir », affirma-t-elle à nouveau. Enfin, un truc comme ça. Peut-être que c'était une histoire à propos de partir à point. Enfin bon, Maggie le dévisageait, perplexe. « Pourquoi tu parles de pompon ? Tu veux que je sois ta pompom-girl ? », demanda-t-elle en penchant la tête. Et encore une fois elle parlait au lieu de marcher. N'empêche que, elle n'avait jamais été pompom-girl ça pourrait être drôle. Sauf que les gouttes de pluie devinrent plus nombreuses et que la jeune femme se retrouva vite trempée et ça lui donnait tout de suite moins envie de remuer son popotin en faisant des figures acrobatiques. « Viiiiite il pleut », s'exclama-t-elle soudain. Oui parce que maintenant c'était sa faute à lui s'ils n'allaient pas assez vite. La jeune femme se mit à sautiller dans la direction indiquée. « I'm siiiiiinging in the raiiiiin », chantonna-t-elle en sautillant et en dansant. Bon au moins, cette fois, la chanson était appropriée. Elle chanta un bon moment avant de voir sa maison. « Oh regarde, c'est chez moi ! », affirma-t-elle. Elle reconnaissait la maison. Et cette fois elle était sûre de chez sûre. Elle reconnaissait le mur là, le gris clair. Et elle se tourna vers Tony pour fêter la bonne nouvelle avec lui. Sauf qu'elle distinguait mal sa silhouette à travers les gouttes. Par contre elle avait bien remarqué la transparence de sa chemise blanche, trempée et elle ne se priva pas pour mater. « Tu sais quoi tu devrais enlever ta chemise, je suis sûre que j'adorerais ce qu'il y a en dessous », déclara-t-elle aussi naturellement que si elle lui avait demandé l'heure. Le pire c'est qu'elle ne le draguait même pas, elle n'avait juste plus aucun filtre. « I'm siiiiiiiinging in the raiiiin », recommença-t-elle à chanter en approchant de sa maison. Elle finit par monter l'allée, par ouvrir la porte – qui ne résista pas cette fois, puisqu'on n'avait pas changé les serrures – et se faufila à l'intérieur. « Viens vite au chaaaaaaud », s'exclama-t-elle en faisant des grands gestes de la main.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 917
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Tim Mancini, l'ex-flic proprio d'un stand d'arme aka Jon Hamm - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Nawid (sous les traits d'Oscar Isaac)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Dim 18 Mar - 14:20 )

When Tony meet Maggie
Maggie & Tony


Doctissimoikoi ? » fis-je en fronçant les sourcils. Mais c’est quoi ce truc ? On peut obtenir un diplôme de médecine rien qu’avec ce truc ? On dirait que c’est la voie de facilité… Enfin bref, à voir son regard choqué, je me dis que je dois avoir fait un truc qui ressemble à une gaffe. Oups… Enfin, je ne m’y connais rien non plus parce que merde quoi, j’ai pas le temps de me former à tout et de tout rattraper aussi hein ! Enfin bref, je la regarde réagir tout de même pour éviter d’attraper la crève, elle range ses jambes et vu comment elle m’a répondue, je soupire et lève les yeux au ciel. « Mais oui… Mais oui… » fis-je en tapotant gentiment sur son bras où ma main était posée. J’essayais au mieux de la réchauffer mais ce n’était pas gagné, parce que le trajet était vite court et elle était toute gelée. Je ne sais pas comment elle fait pour rester pimpante de forme.

Dans tous les cas, c’était bientôt fini, on était devant sa porte. Du moins, c’était censé être sa porte, je lui ai proposé d’ouvrir à sa place et je soupire à sa réponse, je lève la main dans un geste vague qui fait que je dis: ok, merde, je te zute, tant pis. Enfin voilà quoi. En gros, je la laisse faire, se débrouiller comme une grande. «  Le 4 et le 5 ? Ils te boudent maintenant parce que tu les as oublié… » fis-je plus sérieusement alors qu’elle semblait être méga convaincue par le fait qu’elle savait compter totalement et encore, fallait qu’elle compte jusqu’à dix et ce n’était pas gagné en fait. Ce genre de situation m’a un petit agacé, en plus je manque de patience, il fait froid, j’aimerai bien retrouver ma veste, le chaud même et que je puisse fumer une cigarette, que je puisse manger ou boire de l’eau. Ça m’aiderait totalement. En gros, qu’on rentre quoi ! Au final y a quelqu’un à l’intérieur et j’ai pas trop compris pourquoi, du coup pour détendre un peu la situation: c’est son père. Par contre sa réponse m’a direct refroidi. « Meh. J’ai 47 ans. Je doute que ton père ait cet âge, à moins que t’ai la vingtaine, début trentaine ? Il t’as eu quand il était ado ou quoi ?» Quoi ? Elle s’est pas gênée pour mon âge, je ne vais pas me gêner pour son père non plus eh.

Et au final, ce n’était pas sa maison et comme je ne sais pas si elle se souvient vraiment de son numéro, ou c’est juste un numéro balancé au hasard…! Au moins, tout ce que j’ai besoin, c’est d’une fichue confirmation et j’ai demandé sa fichue carte d’identité et elle me la donne. Enfin me la donner, elle me balance le numéro, 2202 et j’ai eu un mouvement de recul pour que je puisse lire, parce que là je vois absolument rien. « Mais raah. » grognai je en prenant son poignet pour éloigner cette carte et au final, je réussis à lire le numéro. Au final, c’était bon, maintenant je sais où aller… Ou presque. Je m’étais trompé de direction et au final, comme je me suis attendu: mademoiselle Maggie pas contente a fini par râler. « Le prince charmant existe seulement dans les livres ou les dessins animés. Les princes charmant sont ceux qui ont encore les couilles de vouloir te ramener jusqu'à bon port. Et excuse moi d’essayer de m’orienter dans le noir aussi. » Ouais, je commence à être fatigué, je commence à en avoir marre. Je ne sais pas si elle a quelqu’un chez elle ou quoi, si je dois m’attendre à son papa V.2 aussi ou du genre. Je ne sais rien en fait. Je la connais depuis quelques heures et moi tout ce que je veux, c’est m’allonger un peu, manger aussi, boire. Enfin tout ça. Mais elle n’a personne, pas un membre de famille pour veiller sur elle après tout ce lui est arrivé ? Elle est vraiment seule à ce point-là ? Quoique non, elle a un chien. Ah ouais, c’est cool.  « Du moment où ça mord pas mon cul, ça devrait le faire. » Et après, je finis par m’inquiéter à nouveau au fait qu’elle commence à avoir froid à nouveau. En même temps c’est pas étonnant vu depuis combien de temps on marche. Je ricane de rire « Mmmh Presque ! Elle sont trop grandes pour tes petits pieds, tu ne ferais que te faire mal et dire bonjour au sol.» Et quant à la seconde raison ? Elle me regarde et j’hausse les épaules. « Je ne pue pas des pieds si tu te demandes. En fait, la seconde raison c’était parce que je veux pas marcher pieds nus. » Eh hop, désolé de décevoir. Je suis absolument pas un prince charmant eheh.

En plus il pleut, mais il pleut bordel. J’ai horreur de la pluie. Je ne supporte pas ça et ça me met vraiment de mauvaise humeur. Et elle ? Non, elle est contente, elle adore la pluie, c’est pas pour rien qu’elle a chanté plus tôt I sing in the rain quelque chose comme ça. « Ah mais grave. On doit avoir fâché Cupidon pour avoir déclenché l’alarme dans la voiture et du coup, voilà sa vengeance. » Je la regarde et je sens qu’elle va me dire que Cupidon n’est pas le dieu de la pluie. Il n’est rien du tout. Juste un mec qui a un arc et des flèches. Je préfère largement courir et arriver sous un abri avant d’être totalement trempé et être comme un pauvre petit chien. Sauf que voilà, elle veut pas courir, je grogne et lève les yeux au ciel. « Bah désolé de te dire: mais ta maman n’est pas là et Tony veut courir parce qu’il n’aime pas la putain de pluie. » Et voilà qu’elle parle de devenir pompon girl, je la dévisage avec un air perdu et souris un peu en coin. « J’adorerai voir ça un jour, mais… Là, c’est absolument pas le moment. » Et voilà que la pluie s’intensifie et je soupire comme un chien de mauvaise humeur au final. Allez, c’est parti, je me mets à me comparer comme un chien là. Elle finit par accélérer la marche. « Eh! » Je me mets à marcher à son rythme aussi, sauf que je ne sautille pas comme elle. « Ouais la sauterelle. On accélère. » Et j’espérais qu’elle arrêtait, mais nan. Elle continue encore et encore, elle le chante en boucle et ça commence à me souler. Jusqu’à qu’elle balance que c’est chez elle. «  Ah ? T’es sûre ?! » Je passe la main dans mes cheveux pour les repousser en arrière, je vois que je suis vraiment trempé jusqu’aux os. Damn. Et elle ne tarde pas pour le remarquer aussi. « Oh ouaaaais. Quelle bonne idée…! Tu vas directement dormir toi. » Elle est vachement bourrée à ce point, je ne vais quand même pas aller jusque là. Et voilà qu’elle remet à chanter cette chanson, je lève les yeux au ciel et grogne. «  Putain, mais putain. » Et si j’ai cette chanson encore en tête, je vais lui en vouloir à mort, parce que merde. J’ai pas envie de chanter ça pendant des jours… Mais je suis bien parti par sa faute. Je finis par entrer au final quand elle m’invite, en même temps elle a toujours ma veste, je ne compte pas partir sans eh ! Une fois entré, je finis par fermer la porte derrière, avant de l’ouvrir à nouveau pour récupérer les clefs qu’elle a laissé sur la serrure. « Ah putain oui. Fait chaud ici. » soupirai-je au final avant de la regarder et laisser le silence se faire. Je frisonne face à l’eau qui coule encore, je soupire et passe à nouveau la main dans les cheveux. Avant de sentir une présence autour de mes jambes, ça doit être le chien là. Bon ça va, il n'a pas l'air d'être méchant. « Bon sang ouais… Faudrait que t’ailles dormir toi. Je vais plutôt prendre une douche et … Damn. Me sécher surtout. » soupirai-je en montrant ma chemise et qu’au final je finis par la déboutonner, y a toujours cette fichue tâche de mascara. Je continue toujours à la déboutonner alors que je croise son regard, elle n’a toujours pas bougé de là. Je souris un peu et lui pointe du doigt comme pour attirer son attention, surtout relever son regard là. Ça fait plaisir au fond de moi, mais…  « Eh. Qu’on soit d’accord de suite. Ce ne sera pas ce soir. Je ne fais pas les femmes bourrées qui chantent sous la pluie. Sinon j’aurai été d’accord… » Je pose la main sur son épaule. «  Je vais t’aider, allez. Ta chambre est à l’étage j’imagine… »
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/02/2018
›› Commérages : 269
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jessica awesome Chastain
›› Schizophrénie : devon oakley (sebastian stan) ✻ maximilian adenauer (mats hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (patrick j. adams) ✻ jocelyn ahern-fields (karla souza) ✻ javier rodríguez (charlie cox) ✻ luke holloway (jon bernthal).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Lun 19 Mar - 20:17 )


Anthony & Maggie

Hear that lonesome whippoorwill. He sounds too blue to fly that means he's lost the will to live. I'm so lonesome I could cry. Did you ever see a night so slow as time goes draggin' by the moon just went behind the clouds.



Bon. Ils étaient devant la maison. Ils allaient pouvoir se mettre au chaud et ça allait leur faire le plus grand bien. Enfin à condition bien entendu que la jeune femme ne réussisse à ouvrir la porte. Mais comme les clés ne voulaient pas rentrer dans la serrure, ça allait être compliqué. Ce n'était pas de sa faute en même temps, puisque ce n'était pas la bonne serrure. Bon, en fait, elle était surtout persuadée qu'on avait changé sa serrure mais bon. Enfin bon, si elle n'arrivait pas à ouvrir, ce n'était pas parce qu'elle était bourrée. La preuve, elle savait encore compter. A moins que … « Le 4 et le 5 ? Mais ils sortent d'où eux ? Je les connais pas », répondit-elle en haussant les épaules. En même temps, connaître des chiffres, personnellement, comme si c'était de vieux amis, c'était un peu bizarre. Enfin. Là n'était pas la question. Finalement, un homme ouvrit la porte, mettant fin à leurs chamailleries. Donc, ce n'était vraiment pas de sa faute si les clés ne rentraient pas dans la serrure puisque ce n'était pas la bonne porte. Prend ça dans tes dents, Tony. Elle n'était pas trop bourrée pour ouvrir la porte. C'était juste qu'un cinquantenaire vivait ici. L'âge qu'elle estimait être celui de Tony aussi. « Quarante-sept, cinquante, c'est pareil », fit-elle en haussant les épaules. Oh, il n'allait pas se vexer quand même ? Elle n'avait pas dit qu'il était vieux. Puis s'il le voulait, elle pourrait lui dire qu'elle le trouvait plutôt sexy pour un vieux. « Puis moi j'ai vingt-cinq ans, ça ne se voit pas ? », demanda-t-elle. Ben oui quoi. Elle avait arrêté de compter après vingt-cinq. Bon, ce qui était un peu étrange, c'est qu'elle avait une fille de quinze ans. Il faudrait peut-être qu'elle augmente son âge de cinq ans maintenant. Enfin bon. Ils n'allaient pas parler de leur âge encore trois heures. Il fallait qu'ils s'en aillent. Et maintenant qu'ils étaient tous les deux d'accord sur l'adresse où aller, ils pouvaient se mettre en chemin. Main dans la main, si ce n'était pas trop mignon. Enfin la jeune femme n'avait pas réellement conscience d'être main dans la main avec lui. C'était presque un geste totalement naturel pour elle. Elle marchait joyeusement. Le contre coup de la fatigue finirait par arriver, elle s'en doutait, mais pour l'instant elle était d'humeur joyeuse. Ce qui ne l'empêcha pas de ronchonner quand elle se rendit compte qu'ils marchaient dans la mauvaise direction. La jeune femme sentit son agacement, mais au lieu de s'en sentir désolée, la jeune femme s'extasia une nouvelle fois en tirant sur sa main pour l'arrêter. « Ooooh tu es mon prince charmant c'est trop mignoooon », fit-elle en plantant lourdement ses lèvres sur sa joue. Beurk. Il était tout barbu, et ça piquait ses douces lèvres, mais bon, tant pis. Elle planta même un deuxième bisou sur sa joue, avant de reprendre sa marche, sans lâcher sa main. C'était d'ailleurs la seule partie de son corps qui était à peu près chaude. La jeune femme secoua la tête et se moqua un peu quand il parla de son chien. « Non, non, il est gentil et bien élevé. Il s'appelle Thor, mais il ne va pas te pourchasser avec un marteau », répondit-elle en riant. Oui, Maggie était une fan de Marvel. Comme Aurora. Comme Cindy surtout. Tony va finir par se sentir pourchassé par des fans de Marvel. « Au pire, tu pourras toujours me porter sur ton dos si je me fait mal », répondit-elle en levant les yeux au ciel. A vrai dire, elle commençait à avoir mal aux pieds, à force de marcher sur des petits cailloux. Mais elle évitait de se plaindre, parce qu'elle sentait qu'il allait vraiment s'agacer. « Je suis sûre que tu veux juste pas avouer que tu pues des pieds », le contredit-elle en lui tirant la langue.

Et voilà qu'il pleuvait maintenant. Maggie avait toujours aimé la pluie. Ça lui rappelait son Angleterre natale. Mais en général, elle préférait quand il pleuvait et qu'elle était chez elle, bien au chaud. Si c'était déjà presque certain qu'elle serait malade le lendemain, là c'était une certitude. Elle allait mourir d'une pneumonie et ce serait la fin du Maggony. La jeune femme médita les paroles de l'homme qui l'accompagnait avant de hausser les épaules. « Ou alors, Cupidon il sait exactement ce qu'il fait », fit-elle, méditative. Ben oui, peut-être qu'ils ne savaient pas encore, mais que Cupidon il les poussait dans les bras l'un de l'autre. Alors hein, le Tony, il avait quoi à répondre à ça ? La rousse le dévisagea, pas du tout discrètement, pour guetter sa réaction. Mais Tony, il râle et Maggie, elle lève les yeux au ciel. « Tony il râle un peu trop au lieu de profiter de la vie », constata-t-elle. Bon, elle, elle profitait de la vie, mais quand elle aurait des courbatures, la toux, de la fièvre et peut-être même une quelconque infection, elle se dirait qu'elle aurait peut-être dû courir aussi. « C'est pas grave, si on remet ça à plus tard, ça me laissera le temps de m'acheter une tenue », fit-elle en toute innocente. Ben quoi ? Non, Maggie n'était pas du tout une coquine, non non. D'ailleurs, elle n'était même pas intéressée par Tony. Elle sautillait sous la pluie, chantait à tue-tête. Pour le coup, ça lui vaut même le surnom de sauterelle et la rousse sourit. « C'est mignon une sauterelle », protesta-t-elle. Enfin ça faisait surtout un bruit un peu insupportable, mais ce n'était pas bien grave. Maggie aussi devait faire un bruit insupportable en chantant puisqu'elle ne savait pas chanter, mais elle s'en fichait, elle était contente et puis, elle avait enfin retrouvé sa maison. La jeune femme courut à l'intérieur et invita Tony à le rejoindre. Thor aboya, bien évidemment et Maggie siffla pour le faire taire. Mais elle lui gratta le sommet de la tête ce qui ravit le chien qui retourna se coucher sur le canapé. « Mais ! Arrête de vouloir me mettre au lit. T'es pas mon père », ronchonna-t-elle avant de lui tirer la langue. La jeune femme se passa les mains sur le visage et frissonna, en raison du choc de température. La jeune femme s'apprêta à continuer de râler, quand elle le vit déboutonner sa chemise. Oh ! Qu'est-ce qu'il faisait lui là ? La jeune femme fixa son regard sur ses doigts, bouche-bée. Mais. Il n'allait pas se foutre à poil devant elle quand même ? La jeune femme ne se priva toutefois pas de mater son torse nu, en parti recouvert par sa chemise ouverte. Mais elle sortit de sa contemplation quand il reprit la parole. La jeune femme ne put s'empêcher de ricaner nerveusement avant de s'approcher de lui. « Je te trouve bien prétentieux », souffla-t-elle. La jeune femme posa ses mains sur son torse nu et apprécia la chaleur contre ses mains gelées. Elle se hissa sur la pointe des pieds, réduisant l'écart entre leurs visages à quelques centimètres. On aurait pu croire qu'elle allait l'embrasser mais non. La jeune femme se contenta de sourire, moqueuse. « Qui t'as dit que j'avais envie de coucher avec toi ? », souffla-t-elle, si proche de son visage qu'elle pouvait sentir son souffle sur le sien. La jeune femme recula et lui sourit, taquine. Elle avait bien envie de l'embêter. « Allez Toninou, je vais te montrer la salle de bain », souffla-t-elle en attrapant sa main. Bon. Maintenant ça allait être drôle parce qu'ils allaient devoir monter les escaliers. La jeune femme s'accrocha à son bras pour monter en évitant de tomber en arrière. Une fois en haut, elle ouvrit la porte de la salle de bain et sortit deux serviettes dont une qu'elle lui jeta dessus. « Tu peux prendre une douche si tu veux », proposa-t-elle. Puis, se rendant compte de ce qu'elle venait de dire, elle se reprit. « Enfin, quand je serais sortie hein, je ne vais pas te mater tout nu », souffla-t-elle en se montrant rassurante. Mais là tout de suite, elle voulait surtout se sécher. La jeune femme passa d'abord la serviette dans ses longs cheveux roux, puis elle essaya de retirer sa robe. Mais comme elle n'arrivait pas à attraper la tirette, elle tournait sur elle même comme un chien qui essayait d'attraper sa queue. Elle finit par laisser tomber en soupirant. « Tu peux m'aider ? », demanda-t-elle en soupirant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 917
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Tim Mancini, l'ex-flic proprio d'un stand d'arme aka Jon Hamm - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Nawid (sous les traits d'Oscar Isaac)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Jeu 22 Mar - 12:00 )

When Tony meet Maggie
Maggie & Tony
Je la regarde, les yeux un peu plissé.
J'ai l'air un peu con là comme ça, mais en fait, je suis surtout largué. Je la regarde pas sûr de suivre sa connerie des vingt-cinq ans et au final je soupire que j'en tapote gentiment son épaule. " C'est dur de vieillir je sais..." répondis-je. Voilà, c'est soit ça, soit elle a vraiment vingt cinq ans et qu'elle est une surdouée et mère jeune, soit ... Baah, elle est bourrée et a perdu le compte. Enfin, quarante-sept y a une grande différence pour moi, mais j'essaye de m'y faire. Sauf que putain, j'ai du mal à réaliser que je sois un peu vieux comme ça et me rendre compte que j'ai perdu plus de vingt ans, ça fait très mal au cul sérieusement. C'est vingt années de vie foutues en l'air et je me demande ce que j'aurai pu faire pendant toutes ces années en dehors de voir Harley grandir, être aux côtés d'Ann qui serait morte d'une façon ou d'une autre... Est-ce que j'aurai continué avec la drogue ? L'alcool ? Sûrement... Je continue déjà à nouveau l'alcool et j'ai foutu en l'air mon abstinence, mais c'est juste un verre de temps en temps et je me refuse d'aller conduire ou quoi.

Bon de toute manière, le fait que je ne conduise pas, qu'on a plus de taxi m'emmerde parce que je me retrouve à marcher avec elle pour trouver la bonne maison. Quoique, sa compagnie n'est pas trop désagréable, mais je suis crevé et ça commence à m'agacer, des fois écouter la chanson, c'est un peu pénible et là elle râle parce que je m'étais planté de chemin. Ouais, les erreurs ça arrive aux humains ! Je lève un peu les yeux au ciel et retiens un long et profond soupir quand je m'arrête pour me retourner à demi vers elle. Je n'avais pas vu venir par contre et je n'aurai jamais cru que ça me calmerait sur le coup. On ne m'a jamais fait ça, enfin... Si, mais pas comme ça quoi. Genre. Je suis son prince charmant sans l'être mais qui mérite des bisous. Et elle fait ça, mine de rien et franchement, ouais. Je suis devenu tout calme d'un coup et elle me parle de son chien. " Mmmh... À mes souvenirs, dans Ragnarok, il lui suffisait de penser à son père pour réveiller ses éclairs. Donc il n'a pas vraiment besoin de son marteau." Quoi ? Non je n'ai pas trahi DC Comic, j'ai dû regarder ce film avec Rory parce qu'elle tenait tellement à me refaire la culture Marvel contre mon gré, c'était soit ça ou soit les films d'amour à culcul la praline. Alors le choix est vite fait et je me suis tapé presque tous les films Marvel et j'en suis aux séries là. " Ah ben ouais. Ce serait une solution." fis-je en haussant les épaules surtout qu'on est pas forcément loin et que ça pourrait le faire... sauf qu'avec sa robe... Ouais non, c'est pas une bonne idée en fait. " Je pue pas des pieds." Elle me tire la langue, je réplique par un doigt d'honneur de ma main libre sans lui daigner un regard. Je m'en fous que ça la choque dans le fond.

" Dans tous les cas, Cupidon est un vrai emmerdeur." soupirai-je avant de croiser son regard et réaliser quelques secondes plus tard, pour ensuite titler. Tout un processus chez moi parce que je suis fatigué  et je fais moins gaffe aux mots maintenant. Maggie a le plaisir d'observer et j'hoche la tête. " Emmerdeur à cause de la pluie... Hein... j'veux dire... J'avais pas vu venir en fait. C'est intelligent ce que tu dis. Cupidon qui met ensemble deux rageux de la St-Valentin. On aura tout vu." Je devrais me taire. J'aime pas comment elle me regarde fixement comme ça et je serre sa main pour la faire revenir sur terre. Eh. Faut marcher la miss. Et voilà que je suis considéré comme le grincheux. Je soupire, nullement surpris de sa remarque. " Ouais, Tony a un peu trop profité de la vie qu'il en a perdu vingt ans." soupirai-je avant d'ajouter. " Et c'est pas Tony qui sera malade demain !" Et sur ces mots, je lui tire la langue à mon tour comme un gamin.

Je ricane à l'idée qu'elle veuille acheter une tenue de pom-pom girl et je sais que dans le fond, elle aura oublié ça. C'est forcément obligé. Et je vais prendre le plaisir de lui rappeler ça pour la charrier... Enfin si on se revoit et si je n'oublie pas de lui laisser mon numéro de téléphone bien sûr. N'empêche, y a des moments où elle m'amuse assez, d'autres où elle me casse les pieds, mais c'est pas dans la limite de l'insupportable. Sérieux, j'ai un don pour me faire des amis chez les riches ou quoi ? Après c'est pas plus mal et puis elle, elle est Bob quoi. J'aime bien les Bob. Au final, on finit par devoir marcher plus vite, elle sautille et moi je soupire parce qu'il pleut et ça me fait grave chier. Je supporte pas la pluie là. Bon bah si la sauterelle lui plait, tant mieux !

Quand on est finalement entré, je suis trempé jusqu'aux os et j'ai du mal à supporter cette sensation de collé. Mais aussi je suis accueilli par un chien qui n'arrête pas d'aboyer, peut-être parce que je suis là et qu'il ne me connait pas. Alors voilà. Et moi je lui balance qu'elle devrait aller se coucher parce que voilà, après chantons sous la pluie, j'appréhende la suite et j'ai pas assez d'énergie pour supporter ça. " Non, c'est vrai... Mais tu sais dans le fond que j'ai raison." grognai-je en lui tirant la langue en retour. Si j'ai déboutonné ma chemise, c'est parce que je n'aimais pas la sensation du tissu collé sur moi, mais surtout parce que je commençais à avoir froid et j'aimais bien la chaleur accueillante dans cette maison. Seulement, j'avais zappé durant les secondes qui ont suivi que j'étais observé. J'ai été direct sur le fait d'une possible aventure, parce que ouais. Tous les deux bourrés (moi moins qu'elle c'est sûr) et chez elle, c'est pas une bonne idée. J'arque un sourcil quand elle me dit me trouver prétentieux. " Juste prévenant..." marmonnai-je avec un léger sourire. En revanche, je réagis drôlement à ses mains glacées sur mon torse que j'ai eu un léger mouvement de recul malgré moi. Il m'a fallu quelques secondes pour m'habituer à ces mains parce qu'après je les ai vite oubliée et ne m'étais même pas rendu compte que j'ai posé les miennes sur ses bras. Elle est devenue plus proche de moi que nos respirations pouvaient ne faire qu'une et je plisse les yeux un peu interrogateur avant de ricaner   " Toi."  lui répondis-je assez amusé et elle finit par instaurer la distance. Je ne change pas pour autant mon regard, amusé. Sauf que ce regard fait vite de changer depuis que j'entends ce surnom Toninou...!  Décidément, tout le monde s'y met. Je me demande si elle est capable de monter les escaliers toute seule comme une grande. Dans tous les cas, j'y vais avec elle.

La salle de bain est plutôt pas mal, assez spacieuse comme j'aurai pu m'attendre. Je réceptionne la serviette de bain tranquillement avant d'être surpris par ses paroles. Je la regarde interrogateur par rapport à ce qu'elle vient de me dire, puis elle se rectifie très rapidement. " Hun hun..." soupirai-je avant de défaire la serviette pour me la passer sur le visage, puis dans mes cheveux. Je la regarde retirer sa veste et j'allais lui dire que je devais la laisser si elle voulait prendre sa douche... Sauf que tout ce que je vois... Je ne peux pas m'empêcher de ricaner. C'est tout un sketch quand je la vois essayer de défaire l'ouverture de sa robe. Je pointe du doigt pour essayer de lui parler. " Eh...Maggie." Ouais voilà, je suis là, je peux l'aider, mais elle me donne déjà le tournis à tourner comme ça et je soupire longuement. Au final, elle a pu s'arrêter et je la regarde avec l'air de lui demander si elle a finalement fini comme ça. " A se demander comment tu as réussi à la mettre toute seule si t'arrives pas à la retirer toute seule. C'est connu. Vous les femmes, vous aimez vous compliquer la vie." soupirai-je en avançant et en faisant un léger geste de la main pour lui demander de se retourner. Je pose la main sur son épaule et je défais sa fermeture, alors que mon regard s'attarde sur son dos. Je reste étrangement silencieux que je déglutis difficilement. " Voilà." Une pause. " Je vais te laisser la salle de bain. Moi, je vais ... Me faire du café." Et chercher de quoi bouffer surtout, j'ai faim. Sur ces mots, la serviette sur l'épaule, je prends de la distance et m'en vais. Je respecte son intimité et j'ai pas envie qu'une gêne s'installe entre nous deux. Je n'écoute pas ce qu'elle me dit que je ferme la porte. Je soupire et finalement je descends les escaliers tout en mettant un peu de lumière parce que marcher dans le noir c'est chaud. Je surprends dans mon exploration quelques photos, une fille rousse... J'arrive dans la cuisine et c'est un bordel monstre. En fait, tout est en bordel monstre et c'est digne d'une maison d'une grosse déprimée et je suis pas sûr que le chien ait mangé, mais j'vais éviter de le nourrir parce que vu comment le molosse m'observe, c'est pas rassurant. J'ai fini par faire le café, j'en ai fait assez pour nous deux au final. Trouvé du jambon que j'ai mangé rapidement et je me suis baladé un peu dans la maison comme Dora l'exploratrice... Rah putain, Tina m'a bien fait chier avec cette série là. Du coup je passe pour un fan de cette émission de merde auprès de Maggie. J'aurai jamais cru ça. Au final, je finis par remonter les escaliers et toque à la porte de la salle de bain. " C'est bon ? Je viens checker pour savoir si tu t'es pas noyée dans la douche ou quoi." Mais que je puisse la prendre aussi, parce que je commence à cailler et j'ai besoin de faire sécher au moins le pantalon.
electric bird.



let's go for a ride
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/02/2018
›› Commérages : 269
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jessica awesome Chastain
›› Schizophrénie : devon oakley (sebastian stan) ✻ maximilian adenauer (mats hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (patrick j. adams) ✻ jocelyn ahern-fields (karla souza) ✻ javier rodríguez (charlie cox) ✻ luke holloway (jon bernthal).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Dim 25 Mar - 17:29 )


Anthony & Maggie

Hear that lonesome whippoorwill. He sounds too blue to fly that means he's lost the will to live. I'm so lonesome I could cry. Did you ever see a night so slow as time goes draggin' by the moon just went behind the clouds.



Genre. Genre c'était dur de vieillir. Elle n'était pas vieille d'abord. Et même si elle mentait sur son âge, elle était toujours plus jeune que lui. La preuve, il avait plein de cheveux gris. Et de poils de barbes gris. Et … Bref. Il était plus vieux qu'elle. Alors la jeune femme lui fit un doigt d'honneur avant de se mettre en route. De toute façon, ils allaient devoir attendre des heures s'ils devaient attendre un taxi, alors autant se mettre en route. Et Maggie, elle était joyeuse, contrairement au vieux grincheux, à qui elle était reliée par la main. Si c'était pas beau ça. Certes, elle commençait à fatiguer et à vraiment avoir froid, mais elle était joyeuse quand même. Parce que pour la première fois depuis bien trop longtemps, elle s'amusait. Et même si monsieur bougon les a mit sur le mauvais chemin – elle au moins, elle avait tout de suite annoncé la couleur sur son sens de l'orientation inexistant – elle était quand même de bonne humeur. Bon, si elle n'avait pas été alcoolisée, elle aurait pu lui dire qu'elle avait un GPS sur son téléphone. A la place, elle se contente de le papouiller parce qu'il est son prince charmant. C'est lui qui l'a dit. Enfin, plus exactement, il a dit que de nos jours, le prince charmant était l'homme qui la ramenait chez elle, malgré les multiples péripéties qu'ils rencontraient en chemin. Elle, elle avait juste décidé d'interpréter le tout. Ou alors elle cherchait une raison de lui faire des papouilles, allez savoir. Toujours est-il qu'elle était bien décidée à rentrer, à se mettre au chaud chez elle. La jeune femme écouta ses explications, puis elle le regarda comme s'il était un peu demeuré. « Ouais, peut-être … Mais là on parle d'un chien. La seule chose qu'il pourrait faire, c'est vous mordre. Ou vous pisser dessus », rétorqua-t-elle. Charme du soir, bonsoir. En même temps, c'était vrai. Et Thor avait déjà pissé sur des gens qu'il n'aimait pas. Et sur Nawid la première fois qu'il l'avait vu. La jeune femme se tourna vers lui et lui adressa un sourire. « On pourrait, mais je suis sûre que vous n'avez pas ce qu'il faut pour le faire », fit-elle en palpant son biceps. La vilaine sous entendait ni plus ni moins qu'il n'avait pas assez de force pour la porter jusqu'à chez elle. En même temps, le pauvre, il y avait encore un bout de chemin à faire et elle n'était pas légère comme une plume non plus. Elle aurait bien aimé cela dit. Ou elle aurait bien aimé ne pas avoir oublié ses chaussures. Enfin de toute façon elle n'aurait pas marché avec, elle avait mal aux pieds. « Je vais pas aller vérifier si vous puez des pieds ou non », conclut-elle pour mettre un terme à leurs chamailleries. N'empêche qu'elle avait raison et elle en était sûre : il ne voulait pas lui prêter ses chaussures parce qu'il puait des pieds, voilà tout. Tout comme elle avait raison pour Cupidon. Et elle fronça les sourcils quand il déclara que Cupidon était un emmerdeur. Ben qu'il dise tout de suite qu'il regrettait de l'avoir rencontré, elle ne lui dirait rien. Enfin. Il se rattrapa et elle lui adressa un sourire. « En même temps, tu aurais difficilement pu trouver meilleure compagnie en cette magnifique soirée », fit-elle en ricanant. La jeune femme était même très certaine de ce qu'elle disait. Est-ce qu'une autre femme dans cette ville, voir même ailleurs sur cette planète aurait réussi à lui faire vivre une première soirée aussi pleine d'aventure et de rebondissement. Sans doute pas. Et tant mieux pour lui en fait. « Y a plein de façons de profiter de la vie, Tony le grincheux », rétorqua-t-elle en souriant. Même si elle allait probablement le regretter demain, la jeune femme savourait la sensation de la pluie sur son visage. Elle était certaine qu'elle devait être affreuse, avec du maquillage partout, mais elle appréciait cette sensation de liberté retrouvée.

Toutefois, ils finirent enfin par retrouver la maison et Maggie soupira de plaisir en sentant la chaleur de l'intérieur. Elle était même plus que ravie de retrouver son Thor, même si le fait qu'il se frotte contre ses jambes mouillées faisait coller ses poils partout. Beurk. Elle avait vraiment besoin de se sécher. Mais avant, elle préféra réprimander son nouveau papa de la soirée. Eh. Elle avait déjà un papa. Et en plus, il était plus vieux que lui. Alors chut. « Maiiiiiiiis j'ai pas envie de dormir », chouina-t-elle. Bon, il y avait de fortes chances pour qu'elle s'endorme à l'instant où elle poserait sa tête contre l'oreiller, mais tant qu'elle restait debout, elle n'allait pas s'endormir. En plus, si Tony ne disait rien de trop gênant, elle n'aurait pas non plus besoin de faire semblant de dormir debout, donc tout le monde y gagnait. Tout le monde y gagnait, pas vrai ? Elle n'était plus sûre. Elle était perturbée par la vue de cet inconnu qui déboutonnait sa chemise et qui lui foutait son torse musclé sous les yeux. Mais … Elle aurait pu continuer à le mater longtemps, s'il ne l'avait pas recadré. Alors là. Elle se prenait un vent alors qu'elle ne s'était même pas montrée entreprenante avec lui. La vie était beaucoup trop cruelle. Et pour le coup, la jeune femme avait bien envie de l'emmerder aussi. Ce qu'elle fit en prétendant qu'il était un peu trop présomptueux. Le tout, sans se priver de tâter ses abdos avec ses mains froides. Non, elle ne perdait pas le Nord. « Pffff », fit-elle en le regardant dans les yeux, un sourire moqueur sur les lèvres. « Je suis sûre que c'était juste une façon de dire que vous étiez partant mais que vous vouliez prétendre être un gentleman », rétorqua-t-elle en levant les yeux au ciel. Bon en même temps, il l'avait accompagné pour chercher sa voiture, il avait prit le taxi avec elle, il lui avait donné sa veste et il ne l'avait pas laissée avant qu'elle ait vraiment retrouvé sa maison. On pouvait dire qu'il remplissait toutes les cases du gentleman. Mais au lieu de lui dire ça, la jeune femme préféra le taquiner en s'approchant dangereusement de son visage … juste avant de le recadrer à son tour. « Moi », fit-elle en battant des cils et en feignant l'innocence. Elle s'amusait un peu trop avec cet homme, mais c'était drôle en même temps. Dire qu'elle n'aurait sans doute pas eu le courage de l'approcher dans d'autres circonstances. Enfin bon. Ils avaient besoin de se sécher et de se réchauffer maintenant. La jeune femme s'accrocha donc à son bras pour monter à l'étage et lui balança une serviette. Elle mit ensuite sa veste à sécher sur le sèche-serviettes électrique et essaya d'enlever sa robe. Problème : elle n'y arrivait. Solution : il était là pour l'aider. En plus, elle avait le tournis à force de tourner sur elle-même comme ça là. « Baaah quand je l'ai mise, c'était plus facile, parce que j'avais pas bu et qu'elle n'était pas trempée », répondit-elle en levant les mains au ciel. Ben oui quoi, c'était logique, il était à côté de la plaque ou quoi ? La jeune femme s'arrêta cependant de bouger pour qu'il puisse ouvrir la tirette de sa robe. Ses mains dans son dos la firent frissonner, mais elle préféra se dire que c'était simplement parce qu'elle avait froid. « Merci », fit-elle, soudain gênée par les petits picotements qu'il avait fait naître sur sa peau. Elle hocha la tête quand il indiqua qu'il allait se faire du café et ne vérifia même pas qu'il avait bien disparu avant de retirer sa robe et de la mettre dans la baignoire. Ses autres affaires mouillées finirent au même endroit avant qu'elle ne file sous la douche, laissant longuement l'eau chaude la réchauffer. Elle sentait de désagréables picotements dans ses orteils quand le sang se remit à affluer dans ses pieds gelés. Elle ne traîna pas trop longtemps cependant, consciente qu'elle n'était pas la seule à avoir froid. Après avoir bien frotté son visage pour se défaire des dernières traces de maquillage, elle sortit, se sécha et passa vite fait un coup de sèche cheveux dans sa tignasse, parce qu'elle détestait se coucher avec les cheveux trempés. En entendant la voix de Tony, elle ouvrit la porte. Un peu trop vite. Elle avait oubliée que son corps n'était recouvert que d'une serviette. « Tu peux y aller », fit-elle en le contournant, maintenant sa serviette contre elle parce qu'elle était capable de la faire tomber. « Je dois encore avoir des affaires de mon ex-mari qui traînent quelque part, je te les poserais sur la poignée de la porte », ajouta-t-elle avant de s'enfuir comme une voleuse vers sa chambre. La jeune femme enfila son sous-vêtement avant d'essayer de mettre son pyjama. Sans succès. Elle n'arrivait pas à fermer les boutons. Finalement, elle s'énerva et laissa tomber, préférant opter pour un t-shirt un peu trop grand, qu'elle mit à l'envers. Au moins, il recouvrait le haut de son corps, c'était déjà pas mal. Elle fouilla son armoire à la recherche des affaires de Sasha qu'elle n'avait pas eu le courage de jeter et s'empara d'un t-shirt et d'un pantalon de pyjama qu'elle posa, comme convenu, sur la poignée de la porte. Puis son estomac lui rappela qu'elle avait picolé sans manger et elle redescendit prudemment dans la cuisine. Oh, il avait fait du café ! Merveilleux. Elle s'en servit une tasse, fouilla son frigo à la recherche de saucisson déjà tranché qu'elle disposa sur une assiette et remonta dans sa chambre, se vautrant sur le ventre, en grignotant son saucisson. Lorsque la porte de la salle de bain s'ouvrit, elle se mit à brailler. « Toooooony viiiiient. J'ai du saucisson », gueula-t-elle à son attention. Elle était sympa, elle partageait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 917
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Tim Mancini, l'ex-flic proprio d'un stand d'arme aka Jon Hamm - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Nawid (sous les traits d'Oscar Isaac)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Dim 25 Mar - 22:23 )

When Tony meet Maggie
Maggie & Tony
" Me pisser dessus ? Carrément ?" Et à voir sa confirmation, comme quoi elle est sérieuse. Je détourne la tête et ricane à un point que mes épaules bougent parce que je meurs de rire. " Ben putain." Inutile de lui dire que les chiens agissent en fonction de leur maitres quand même...! Ouais, en gros, c'est l'éducation de Maggie, faut croire qu'en fait... Ouais au final, ouais non. Je sais plus. Je sais plus à quoi je pense parce que ouais... Je crois que... Ouh là, je suis perdu dans mes pensées. Attendez. Ah oui, je disais... Les chiens sont le résultat de l'éducation des maîtres quoi, en gros, Maggie n'a pas assez d'autorité pour Thor s'il se met à pisser sur les gens quoi. Voilà. Pfff. Elle me palpe et je la regarde un peu vexé. " Ouais, c'est surtout que t'as pas la tenue pour. Sinon je l'aurai fait." Moi fier ? Non pas du tout voyons. Juste que je connais mes capacités quoi et qu'on me dise que je suis pas capable, c'est chiant. On m'a toujours fait ce coup quand j'étais jeune. Ouais je suis trop sérieux là du coup et ça me soule, faut pas que je sois trop sérieux et que je gâche tout comme j'ai l'habitude de faire quoi...! " Tant mieux parce que je pue pas des pieds moi." Et puis wala. Fin du débat, fini. The End.

Ou pas. Puisqu'on est toujours là, ensemble parce que Cupidon a décidé ainsi, même si c'est un sacré emmerdeur dans le fond quand même !!! " J'avoue que je préfère largement ta compagnie et tes drôles aventures qu'une bouteille..." fis-je en hochant la tête avec un petit sourire et ouais, je viens tout juste de lui gonfler à nouveau ses chevilles là. Ouais, elle n'est pas un peu narcissique quand même ? Mais ça n'empêche pas que je râle quand même pour les choses qui m'énervent et je n'hésite pas à le dire honnêtement. Seulement je m'attendais pas à ce qu'elle me dise ça. Y a plein de façon de profiter de la vie, Tony le grincheux. Non pas pour le surnom qu'elle vient de me donner, je m'en fous complètement. C'est le fait qu'elle me dise qu'il y a plein de façon de profiter de la vie. J'avoue... Je n'ai pas profité comme il le fallait et sans faire exprès, je suis plongé dans un gros silence jusqu'à qu'on arrive chez elle.

Fallait quand même mettre les choses au clair et c'est passé de peu, on aurait bien failli partir en vrille, mais elle avait apparemment un peu de retenu, donc ça devrait aller au final. " Mais je suis un gentleman... Tu serais surprise de savoir ce que les autres diraient: je suis loin d'en être un de base." ricanai-je dans le fond. C'est vrai. Je ne me suis jamais montré ainsi, j'ai toujours été direct, sans tourner autour du pot et pourtant... Me voilà là, maintenant. Ouais, je crois que c'est parce que j'ai vieilli. Bordel, de merde. J'ai vieilli...! J'ai énormément de retenu et j'ai évité de franchir le peu d'espace qui était entre nous, j'ai bien fait et encore, on s'échange le regard... Je sais pas, j'étais à fond dedans, tout comme j'étais sensible à son contact. Je souris grandement quand elle répond. "Oui toi." Toi, moi, oui toi, oui moi. Je sens qu'elle va dire oui moi. Je le sais, mais je m'en fous. C'est quand même marrant au final, je trouve les choses marrantes maintenant...!

On est monté dans la salle de bain et j'ai enfin la serviette, je peux au moins m'essuyer la tête et les cheveux, je déteste l'eau de pluie et je suis trempé, j'ai froid et ça me fait chier. Je suis un peu de mauvaise humeur, mais Maggie sait au moins me faire sourire avec son petit sketch là pour retirer sa robe. Je soupire et me permets de faire la remarque. " Ouais tu t'es compliquée la vie quoi." ricanai-je de plus belle. Elle me fait marrer avec ses réactions quand même. Elle agit comme si tout lui était évident pour elle et que ça devrait l'être pour les autres, sauf que moi, je ne suis pas un autre merde, je suis Tony. Je l'aide quand même, parce que sinon elle va finir par se cogner, se faire mal, pisser du sang de la tête et mourir d'une hémorragie et ce serait une fin de merde. Ouais j'imagine trop des choses j'avoue. Enfin voilà. Hop. Je vais la laisser toute seule avec elle-même. Je devrais me calmer un peu, mais woh, le dos. C'est juste un dos. Son dos même.

Je me change vite les idées tout en visitant la maison, faisant connaissance avec le chien, tout en gardant la note qu'il pourrait me pisser dessus... Mais il ne le fait pas, brave bête. J'ai toujours un bon feeling avec elles en fait. Je veux dire, les chiens hein, c'est peut être parce que j'ai vécu dans les rues, alors j'ai été très souvent en contact avec elles et j'ai toujours su les mettre en confiance. Je fais quand même un peu de café pour nous deux, si jamais, une fois sortie de la douche, elle en aurait besoin. J'ai passé quelques longues minutes à attendre, à frissonner de froid malgré la chaleur dans cette maison et encore tout me colle. Je finis par retirer les chaussures que j'ai pu laisser près des escaliers. Puis je monte à nouveau dans l'espoir que Maggie n'est pas en train de crever sous la douche et qu'elle commence à avoir une peau toute fripée comme une vieille mémé. J'ai cru entendre le sèche cheveu quand même, je pourrai m'en servir tien pour le pantalon... Je ne m'attendais pas à la retrouver vêtue d'une simple serviette. Mais je m'attendais à quoi d'ailleurs ? Qu'elle soit toute nue ? Qu'elle remette sa robe trempée ? Tsss. Je la regarde passer près de moi et marmonne un ok, avant d'entrer dans la salle de bain dont elle est un peu glissante quand même. " ça marche !" fis-je avant de fermer la porte avec un petit sourire amusé. C'est ma journée en fait. J'ai pris les vêtements de l'ex-mari de Tina, maintenant je vais prendre les vêtements de l'ex-mari de Maggie. Non mais en fait, je suis le mec poubelle qui reprend les affaires des ex. Merde, j'ai foutu quoi de la serviette ? Roh putain, je l'ai oubliée en bas... J'ai la flemme de redescendre les escaliers, bon et puis j'ai vu où elle les trouve, donc voilà. Hein. Elle va pas râler, parce qu'en plus je lui ai fait du café allez.

Je prends tranquillement ma douche, bénissant l'eau chaude. Putain, ça fait grave du bien et ça m'aide à me réchauffer totalement, j'y passe même la tête en dessous et en profite pour rester un petit moment avant de décider de sortir, puis récupérer les affaires qu'elle avait laissé à la porte. Je m'habille et étends mes affaires trempés sur le radiateur. Je sors tout frais et beaucoup mieux, moins fatigué sur le coup, mais je sens que ça va me venir comme un coup de massue, même si ça m'étonne dans mon cas. Juste, à peine sorti, on m'appelle et rien que d'entendre saucisson. Hein..? J'avais pas vu de saucisson moi ! Bon, allez, c'est sympa. Je dis pas non au saucisson. " J'arrive !" braillai-je sur le chemin et j'arrive dans sa chambre. Je la retrouve sur le lit, les pieds joins, juste un tee-shirt qui faisait d'office de pyjama... Robe-pyjama. " Yum !" Et sans hésiter je prends une petite rondelle avant de m'asseoir sur bord du lit. " Merci pour ces vêtements..." fis-je en mastiquant le saucisson avant de reprendre la parole. " Par contre, faut pas laisser tes pieds comme ça, ça va s'infecter. T'as fait ce qu'il fallait?" fis-je en les désignant parce que les coupures, c'est pas beau et c'est pas comme si je l'avais pas prévenue en même temps, je viens de lui démontrer que je regardais ses jambes. Excuse-moi, c'est la première chose que je vois et au moins, j'ai pas regardé ailleurs, c'est déjà ça. Ouais d'ailleurs, faut que je change de sujet, ce serait mieux...! " C'est quoi cette maison...? Je veux dire, elle est trop grande pour toi toute seule. J'ai vu des photos aussi... C'était ta fille?"
electric bird.



let's go for a ride
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/02/2018
›› Commérages : 269
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jessica awesome Chastain
›› Schizophrénie : devon oakley (sebastian stan) ✻ maximilian adenauer (mats hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (patrick j. adams) ✻ jocelyn ahern-fields (karla souza) ✻ javier rodríguez (charlie cox) ✻ luke holloway (jon bernthal).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Lun 26 Mar - 20:21 )


Anthony & Maggie

Hear that lonesome whippoorwill. He sounds too blue to fly that means he's lost the will to live. I'm so lonesome I could cry. Did you ever see a night so slow as time goes draggin' by the moon just went behind the clouds.



Maggie haussa les épaules. Oui, son chien pissait sur les gens qu'il n'aimait pas. Elle avait pourtant tenté de faire son éducation, mais sans succès. « Ça pourrait être pire, il pourrait mordre. Le vétérinaire dit qu'il essaye de montrer que c'est lui le boss à la maison », répliqua-t-elle en haussant les épaules. Bah en même temps, il n'y avait pas d'homme dans cette maison et c'était toujours sur des hommes que la brave bête décidait de pisser. Au final, peut-être qu'elle l'avait dressé pour faire ses besoins sur les mufles, allez savoir. Le rire de la jeune femme se joignit tout de même au jeune homme, parce que dans le fond, c'était plutôt drôle. Même si tout le monde ne trouvez pas ça forcément très drôle. Demandez à Nawid, il vous dira. Enfin bon. Là n'était pas la question. La question était de savoir si Tony était capable de la porter sur son dos. La jeune femme gloussa. « Oh, je vois que monsieur est vexé », fit-elle en ricanant. C'était mignon dans le fond. Pauvre garçon. On aurait dit qu'on lui avait volé sa sucette. « Promis je vous donnerais l'occasion de prouver que vous êtes grand beau et fort », ajouta-t-elle en se moquant. Bon, à force de le taquiner et de l'embêter, il allait peut-être finir par la laisser plantée là finalement. Elle allait peut-être devoir arrêter de l'embêter un petit moment, elle ne voudrait pas qu'il la laisser ici toute seule. Mais à peine parlé de pieds qui puent que la volonté de la jeune femme s'envola aussitôt. « C'est ce qu'on dit hein », souffla-t-elle. La jeune femme restait persuadée qu'il puait des pieds et puis c'est tout. Elle n'avait pas de preuve, mais elle était certaine d'avoir raison. Et de toute façon, parce qu'elle était elle, c'était obligé qu'elle ait raison. Tout comme elle avait raison concernant Cupidon. C'était même complètement évident. Ils s'étaient bien trouvé pour la soirée. « Awwwwwh trop mignon », fit-elle avant de lui pincer la joue affectueusement. En même temps, elle, elle avait choisi la bouteille avant de le choisir lui. Mais bon, sinon, elle l'aurait préféré lui à la bouteille. Promis juré, elle l'aurait préféré lui. Enfin, sans la bouteille, ils ne se seraient même pas croisés. Mais bon, ça c'est une autre question. La jeune femme n'était pas là pour débattre de ça maintenant.

Bon. Maintenant qu'ils étaient au chaud, ça allait mieux. Enfin ça allait mieux … Maggie n'avait pas l'habitude de se prendre des vents. Mais alors se prendre un vent alors qu'elle n'avait même pas encore tenté de le séduire, c'était une grande première. Bon, elle devait bien avouer qu'il était séduisant. Bel homme, plutôt grand, avec de la barbe, comme elle les aimait. Dans d'autres circonstances, peut-être qu'elle aurait bien aimé qu'ils aillent plus loin justement. Mais pour l'heure, elle avait la tête ailleurs. La tête au fond d'un verre de vin pour être exacte. Donc s'envoyer en l'air avec un inconnu, ce n'était pas dans ses projets pour l'instant. Bon, elle était quand même satisfaite de savoir que c'était un gentleman. Mais maintenant, la jeune femme était curieuse. « Ça veut dire qu'en temps normal, vous n'auriez pas été un gentleman et que vous auriez voulu coucher avec moi ? », demanda-t-elle, ses mains froides sur son abdomen. Oui, Maggie était relativement spontanée et disait les choses comme elles venaient, sans trop réfléchir. Ça pouvait en surprendre plus d'un, mais la jeune femme était très cash et c'était son caractère. Et puis bon, elle était curieuse, elle avait le droit de savoir non ? La jeune femme, taquine, avait dû lutter de toutes ses forces pour ne pas rompre le peu de distance entre eux. C'était tentant. Mais ce n'était pas le bon moment. La jeune femme le dévisagea avec son petit sourire amusé et son regard innocent. Oui, elle. Elle aimait bien le taquiner. Ce qui était plutôt amusant quand on considérait qu'ils se connaissaient à peine. Mais bon, elle avait déjà décrété que c'était son meilleur ami pour la vie donc elle allait le connaître bientôt. Sorry not sorry Nawid qui s'est fait piquer sa place de BFF.

Mais bref, il était maintenant temps de se déshabiller et de prendre une douche. Enfin pas en même temps quand même faut pas abuser. Enfin, à ce rythme, Maggie allait quand même finir par finir à poil devant lui à ce rythme, puisqu'elle n'arrivait pas à enlever sa robe toute seule, même si elle l'avait mise toute seule. « Non je ne me suis pas compliquée la vie, je me suis faites belle », souffla-t-elle en levant les yeux au ciel. Est-ce qu'il était gay ? Ou un vieux célibataire ? Non parce qu'il ne comprenait visiblement rien aux femmes. Mais au moins, il savait ouvrir une robe et c'était déjà une bonne chose. Enfin une bonne chose … Maggie, ça l'avait troublé. Un peu trop troublé même. Autant dire que c'était très bien que Tony quitte la salle de bain, parce que sinon c'était une douche froide dont elle aurait eu besoin pour se remettre les idées en place. A la place, la jeune femme se réchauffa sous le jet d'eau et échangea sa place avec Anthony, à qui elle prépara des vêtements. Une fois fait, la jeune femme passa par la cuisine, pour chercher du café et du saucisson à monter dans sa chambre. La jeune femme, vautrée sur son lit, attendit que Tony sorte de la salle en mangeant de la charcuterie.S'il ne se dépêchait pas, elle allait tout manger de ce pas. Mais le jeune homme sorti bientôt et elle l'interpella. Elle n'était pas encore prête à se mettre au lit. Elle avait peur d'être seule. Maintenant que les effets de l'alcool commençaient à redescendre, elle avait peur de se laisser envahir par son habituelle tristesse. Alors elle lui adressa un sourire quand elle le vit apparaître dans l'encadré de la porte et elle mit l'assiette de saucisson entre elle, au milieu du lit et lui assit sur le bord du lit. Elle partageait son saucisson avec lui, elle espérait qu'il se rendait compte de l'honneur qu'elle lui faisait, elle ne faisait pas ça pour tout le monde. « Y a pas de quoi. D'ailleurs la chambre d'amis est en face de la mienne », fit-elle. Bon, il ne lui avait pas demandé s'il pouvait dormir ici, mais ça paraissait logique. Il n'avait même pas ses vêtements. Bon, c'était peut-être inconscient, c'était peut-être un voleur ou un assassin. Mais curieusement, Maggie lui faisait confiance. « J'ai bien nettoyé mes petits petons sous la douche », fit-elle en hochant la tête à l'affirmative. Bon, demain, il faudrait peut-être qu'elle fasse un bain de pieds antiseptiques mais pour l'instant, ça ferait l'affaire. La jeune femme, légèrement fatiguée, ne pensant même pas à le taquiner sur le fait qu'il matait ses jambes. A la place, elle fourra un autre morceau de saucisson dans sa bouche. En deux phrases, il avait réussi à lui rappeler sa solitude et sa tristesse. « Ché ma chille, elle vit ichi », fit-elle, la bouche pleine. Elle mastiqua le reste de son morceau de saucisson, l'avala et soupira. « Je sais, je t'ai dis que j'ai perdu ma fille. Je t'ai pas menti », souffla-t-elle. Enfin, pas tout à fait. La jeune femme roula sur le lit pour se mettre sur le dos. Elle attrapa la tasse de café et la posa sur son ventre pour se réchauffer. Ce qui était inutile puisque son t-shirt ne couvrait pas grand-chose de ses jambes, donc elle continuerait à avoir froid. Consciente qu'elle lui devait des explications, la jeune femme fixa le plafond. « J'ai la sensation de la perdre. Elle s'éloigne. Elle passe de plus en plus de temps chez mon ex-mari alors qu'elle devrait être chez moi. Elle aurait dû être là ce soir, c'est pour ça que j'ai disjoncté je crois. Et puis, elle grandit tellement … », expliqua-t-elle. Oui, elle avait l'impression que bientôt, elle allait perdre son bébé. Son grand bébé. La jeune femme fronça les sourcils pour ne pas pleurer. « Il y a prêt de neuf ans, mon ex-mari et moi avons essayé d'avoir un deuxième enfant. J'ai fait une fausse couche au cinquième fois. C'était ma faute. J'avais un rendez-vous important, je me suis précipitée dans les escaliers au lieu de tranquillement l'ascenseur. Je voulais toujours tout faire vite. J'ai raté une marche et … Enfin voilà. J'ai tué notre bébé. Et notre couple n'y a pas survécu. A cause de moi. Je ne pouvais plus supporter d'être dans la même pièce que lui », ajouta-t-elle. Elle n'avait jamais raconté cette histoire à voix haute à quelqu'un d'autre qu'à son psy. En repensant à cette histoire, la jeune femme porta sa main à son ventre. Elle avait adoré être enceinte. Mais son ventre ne porterait plus jamais la vie à cause de ses erreurs.



NO TIME FOR LOVE
I'm at home, on my own. Check my phone, nothing, though. Act busy, order in. Pay TV, it’s agony. I may cry ruinin' my makeup. Wash away all the things you've taken and I don't care if I don’t look pretty. Big girls cry when their hearts are breaking.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 917
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Tim Mancini, l'ex-flic proprio d'un stand d'arme aka Jon Hamm - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Nawid (sous les traits d'Oscar Isaac)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Lun 26 Mar - 22:30 )

When Tony meet Maggie
Maggie & Tony
« Ça veut dire qu'en temps normal, vous n'auriez pas été un gentleman et que vous auriez voulu coucher avec moi ? » Un silence vint après qu’elle ait posé la question, j’avais cet air songeur et sans dire un mot, j’hausse doucement les épaules avec un regard qui balançait déjà la réponse à mon avis: ben ouais. Sauf que voilà. « On va dire que j’suis pas un gentleman tout court. J’suis connu pour ne pas être commode du tout. Et j’arrête pas de faire chier les gens. » Ouais, je suis connu pour être le mec qui se la ferme jamais. Y en a une qui pourrait le confirmer, en plus c’est sa voisine quoi. Elles seraient ravies de discuter de moi dans mon dos, je serai ravi de savoir que je suis leur sujet principal. Eheheh. Ouais allez, on va pas trop s’emballer hein. Elle aussi ne devrait pas s’emballer, on se fait tous les deux violence j’ai l’impression pour ne pas franchir le peu de distance qui nous reste en fait. On essaye d’être tenable et on réussit plutôt bien, c’est elle qui prend la distance quoi. On se marre tous les deux en fait. On se supporte aussi. Et on s’aide. Enfin, je l’aide surtout, c’est moi qui l’aide à monter les escaliers jusqu’à la salle de bain, je l’ai aidée à retirer la robe parce que mademoiselle s’est fait belle et pas compliqué la vie. Ce dont je répondais par une légère moue réprobatrice en fait. J’savais retirer la robe, c’est sûr, j’excelle dans cet art et je devrais pas franchir la limite. De toute manière, c’est pas pour rien qu’on s’est fait violence plus tôt, on devrait éviter de craquer et encore, on est bourré et c’est la pire idée du siècle.

Alors voilà. Maggie prend la douche pendant que Tony joue à la Dora l’exploratrice. Puis c’est Tony qui prend la douche pendant que Maggie fait je ne sais pas quoi. Ouais, je parle de moi à la troisième personne. Ohé, je suis fatigué j’vous rappelle et je balance toujours des conneries… Même quand je ne suis pas bourré en fait. Je devrais dormir un peu, mais mon petit doigt me dit que ce n’est pas pour dans cinq minutes en fait et je m’en doutais quand elle m’a interpellé. Je peux pas dire non à un saucisson merde. C’est trop bon quoi. En fait, c’est vraiment bon. J’hoche la tête à l’information pour la chambre d’ami. J’ai été plutôt surpris que j’ai finalement un toit sous la tête et pour une fois, je n’ai pas eu besoin de le demander, bon après, c’était forcément logique vu que je n’ai pas de vêtements pour l’instant et que j’attends que ça sèche. Même la marque du mascara est parti en plus. C’est fou que la pluie puisse aider là-dessus. Bon au moins, elle se fait pardonner ce temps de merde…! «  Ouais… » fis-je quand elle parle de la douche, ça peut le faire, mais bon, qu’elle râle pas des douleurs demain matin.

Je mange tranquillement le saucisson avec elle et forcément, je n’ai pas pu m’empêcher d’aller directement à la source du problème. Elle semble s’être calmée, la douche l’a calmée, tout comme ça m’a calmé aussi. Franchement, c’est bien de se bourrer la gueule, mais ça nous rend encore plus triste qu’avant et c’est difficile de s’en sortir qu’on a envie de re-boire à nouveau pour ressentir la joie en fait. Rien que cette pensée me donne envie de retoucher au verre. Je fronce les sourcils quand elle me parle la bouche pleine. «  Ouais bah écoute, je ne suis pas sûr que je parle la langue de la tribu bouche pleine de saucisson. » Mais où-est ce que j’ai sorti cette connerie là ? Aucune idée en fait…! Mais bon, je me tais pour le reste de la conversation qui est devenue toute sérieuse d’un coup. Je la regarde un peu soucieux pour elle, parce que je ne retrouve pas son regard. Je mange un peu ce qui reste du saucisson.



Pas de mots drôle me vient en tête, ça n’aurait pas été approprié de toute manière. Le silence est là pour quelques petites minutes avant que je ne décide de poser la main sur son bras. « Eh Maggie… Je suis désolé pour ce qui s’est passé. La vie est une merde quand elle s’y met. Mais elle ne peut pas t’enlever une évidence: tu reste toujours une mère pour ta fille et tu es toujours là pour elle. Ne pense pas au passé, pense au futur. Si ça ne t’arrange pas qu’elle passe davantage du temps avec son père, faut le lui faire comprendre. Tant pis si ça ne lui fait pas plaisir, elle comprendra dans le temps que tu fais ça parce que tu tiens à elle. Parce que si tu laisses faire comme ce soir, ça ne te bousillera pas seulement. Ça bousillera ta relation avec elle, parce qu’elle va forcément se dire que tu n’as pas envie de passer du temps avec elle que tu la laisses aller chez son père. Empêche la de s’éloigner. » Une pause alors que je réalise à peine que maintenant que je lui ai caressé le bras du bout de mon pouce tout du long, je cherche encore quelques mots avant d’ajouter alors que je fuyais un peu son regard. « Cet accident, cette fausse-couche, ce n’est pas de ta faute. Je sais que c’est facile d’écouter ça que d’y croire. Je passe onze, bientôt douze ans de ma vie à me dire que j’ai tué ma compagne à force de lui avoir fait consommé de la drogue alors que je savais qu’elle n’avait pas la santé pour supporter tout ça alors que ce n’est pas de ma faute, elle savait les risques… Mais quand même…! Je sais que ce n’est pas la même chose, mais… Je veux dire… Quand on profite trop de la vie à notre façon, y a toujours un moyen qu’elle nous baise et nous enfonce, c’est tout un putain de combat pour résister et on n’y arrive pas forcément.»
electric bird.



let's go for a ride
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 14/02/2018
›› Commérages : 269
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Jessica awesome Chastain
›› Schizophrénie : devon oakley (sebastian stan) ✻ maximilian adenauer (mats hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (patrick j. adams) ✻ jocelyn ahern-fields (karla souza) ✻ javier rodríguez (charlie cox) ✻ luke holloway (jon bernthal).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Mer 28 Mar - 11:31 )


Anthony & Maggie

Hear that lonesome whippoorwill. He sounds too blue to fly that means he's lost the will to live. I'm so lonesome I could cry. Did you ever see a night so slow as time goes draggin' by the moon just went behind the clouds.



Pourquoi est-ce qu'elle avait posé cette question déjà ? La jeune femme se le demandait. Enfin, c'était plutôt facile de trouver la réponse : parce qu'elle voulait savoir et satisfaire sa curiosité qui résistait à toutes épreuves. Mais à vrai dire, elle n'avait pas vraiment besoin de réponse. Son regard parlait pour lui. Et pour un peu que la jeune femme n'eut pas été capable de faire preuve d'un peu de retenu, elle se serait probablement jetée sur lui. Mais ils étaient tous mouillés et forcément, ce n'était pas aussi sexy que ça en avait l'air. Alors d'accord, la pluie avait laissé apercevoir la musculature du jeune homme à travers sa chemise blanche, mais ça s'arrêtait là. Ce n'était pas encore suffisant pour émoustiller la rousse, qui commençait à trembler de froid. Enfin voilà. Tout ça pour dire que si les circonstances avaient été différentes, la jeune femme aurait été flattée par le regard qu'il portait sur elle. Peut-être même qu'elle se serait laissée aller à chercher du réconfort dans ses bras. Au lieu de quoi, la jeune femme avait jugé plus utile d'aller prendre une douche. Chacun leur tour. Parce qu'ils avaient grandement besoin de se réchauffer, avant de réellement finir avec une pneumonie. Et Maggie ne se fit pas prier, au passage. A peine entrée sous la douche, bien au chaud, qu'elle avait déjà oublié ce petit moment de flottement où elle aurait pu l'embrasser. Rien n'était meilleur qu'une douche bien chaude. Sauf le saucisson peut-être. Le saucisson, c'est meilleur que tout, aux yeux de la jeune femme. Alors, vautrée sur son lit, elle grignotait, sirotant son café. Certes, boire du café avant d'aller dormir, ce n'était pas la meilleure idée du siècle, mais la caféine n'avait plus aucun effet sur elle depuis bien longtemps, puisqu'elle en consommait par litre tous les jours. Il paraît qu'il faut boire un litre et demi d'eau par jour. Eh bien Maggie elle boit un litre et demi de café par jour. Enfin bon, la porte de la salle de bain s'ouvrit et elle interpella vivement Tony. Parce qu'elle était sympa au point de partager son saucisson avec lui. Elle ne faisait pas ça avec tout le monde. Juste avec les hommes qui la ramenaient chez elle, quoi. Enfin, juste avec lui, du coup. Même que Maggie était tellement reconnaissante qu'elle lui indiquait où était la chambre d'amis, pour qu'il puisse se reposer lui aussi. N'était-elle pas trop mignonne ? Elle elle était d'avis que si. Donc elle avait forcément raison. Mais la bonne humeur de la jeune femme s'envola aussi vite que Tony posait ses questions. Oh, elle ne lui en voulait pas. Il avait parfaitement le droit d'être curieux, après qu'elle l'ait entraîné dans ses embrouilles toute la soirée. Mais elle n'était pas certaine de vouloir parler de tout ça. Mais elle lui devait bien la vérité. Il avait été plus qu'un prince avec elle ce soir. Peu de gens auraient fait ce qu'il avait fait pour elle. Personne qu'elle connaissait ne l'aurait fait en tout cas. La jeune femme ne put s'empêcher de rire, face à sa remarque. « C'est dommage, je comptais te parler comme ça toute la soirée », fit-elle, moqueuse. Mais sa bonne humeur, son sourire, tout disparu. La jeune femme afficha une mine aussi grave que sérieuse. Elle parlait rarement de son passé, de ce qu'il s'était passé avec Sasha et encore moins de ce qu'elle ressentait actuellement, alors qu'elle faisait semblant d'être forte comme un roc. Mais elle lui parla. Et il écouta. En tout cas, la jeune femme se sentait écoutée. Ce qui en soit était déjà beaucoup, n'est-ce pas ? En tout cas, c'est l'impression que la jeune femme eut en sentant sa main sur son bras et ce simple contact suffit déjà à chasser une partie de la tristesse qui avait commencé à l'envahir. « Tu crois qu'elle pourrait penser que je m'en fiche ? », demanda-t-elle. Elle n'avait jamais vu les choses sous cet angle là. Pas du tout, même. A vrai dire, elle imaginait que Mackenzie avait besoin de la présence d'un homme dans sa vie, pour une raison que Maggie ne comprenait pas forcément. Mais elle n'avait jamais pensé qu'en laissant faire, Mack pourrait croire qu'en fait, Maggie s'en fichait. Mais en soit, ça se tenait. « J'imagine que tu as raison. J'ai tellement tendance à vouloir éviter le conflit que j'en oublie parfois ce que je voudrais moi. Et ce que je voudrais, c'est retrouver ma fille », ajouta-t-elle avec un sourire triste. Ce n'était peut-être pas une bonne chose de faire des projets en étant saoul, toujours est-il que la jeune femme prit à cet instant la décision de parler avec Sasha. Et avec Mackenzie. Elle devait rappeler à l'un qu'un accord juridique leur avait confié la garde de leur fille une semaine sur deux. Et à sa fille, elle devait rappeler qu'elle l'aimait et qu'elle aussi voulait passer du temps avec elle. Restait à savoir si elle aurait toujours la même force de caractère, demain au réveil. Peut-être pas. Parce que comme bien souvent, la jeune femme se laissait envahir par la tristesse, à travers les mots de Tony. Et ce bien que ses mouvements de la main contre son bras calmaient quelque peu son état de stress. « Quelque part au fond de moi, je sais que c'était un accident et que ce n'était pas de ma faute. Mais j'étais sa maman. Une maman est supposée protéger ses enfants, pas leur faire du mal », répondit-elle. C'était ça, dans le fond, qu'elle n'arrivait pas à accepter. Elle avait tellement voulu ce deuxième enfant. Et parce qu'elle avait été bête, à cause d'une seule bêtise, cet enfant n'avait même jamais vu le jour. A cinq mois, elle avait été installée dans une salle d'accouchement, pour donner naissance à un bébé mort. Soudain, la jeune femme se tourna à nouveau vers Tony, pour s'asseoir près de lui. Cette fois, ce fut à elle de poser sa main sur son bras. Son histoire à lui aussi la touchait. Peut-être un peu trop, parce qu'elle avait déjà la sensation d'être proche de lui alors qu'elle le connaissait à peine. « Ce n'était pas de ta faute. Tout le monde à son libre arbitre. On ne peut pas changer le passé, mais on peut changer l'avenir. Il ne tient qu'à toi d'avoir un futur meilleur », répondit-elle, visiblement rendue philosophe après cet excès d'alcool et de froid. La jeune femme, se voulant réconfortante, posa sa joue contre l'épaule du jeune homme et resta silencieuse. Elle ignorait combien de temps. Peut-être une minute. Peut-être dix. Mais quand elle se décida enfin à bouger, elle somnolait et la fatigue commençait à avoir raison d'elle. Elle étouffa un bâillement et se rallongea, posant cette fois sa tête sur les oreillers. Mais à peine eut-elle esquisser ce geste, qu'elle se laissait envahir par ce sentiment familier d'angoisse qui ne la quittait pratiquement jamais. « Tony », souffla-t-elle d'une voix un peu endormie. Elle chercha son regard, bien qu'elle devait lutter pour garder les yeux ouverts. « Tu veux bien rester jusqu'à ce que je m'endorme ? », demanda-t-elle, d'une voix douce et innocente. Ça ne durerait probablement pas bien longtemps. Mais la jeune femme, pour une raison qu'elle n'arrivait pas à expliquer, se sentait étrangement réconfortée par sa présence à ses côtés.



NO TIME FOR LOVE
I'm at home, on my own. Check my phone, nothing, though. Act busy, order in. Pay TV, it’s agony. I may cry ruinin' my makeup. Wash away all the things you've taken and I don't care if I don’t look pretty. Big girls cry when their hearts are breaking.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 15/09/2017
›› Commérages : 917
›› Pseudo : Harmajabb-Mr.Turtle J'ai deux pseudos, mais vous me retrouverez plus souvent sous le nom de Harmajabb, même sur Twitter d'ailleurs
›› Célébrité : JDM - aka god of the Walking dead and supernatural
›› Schizophrénie : Simone Esposito le plus beau pompier de Cap Harbor (normal en plus d'avoir la gueule de Ryan -BG- Gosling — Tim Mancini, l'ex-flic proprio d'un stand d'arme aka Jon Hamm - Brianna Holloway, aka la sale gosse insupportable qui n'hésite pas à dire franchement ce qu'elle pense et est complètement une sale peste. - Eliott James aka le blasé de la vie (connu étant Mr. Darcy, oui Colin Firth quoi) et pour finir sans autant pour finir, Nawid (sous les traits d'Oscar Isaac)
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( Mer 28 Mar - 23:34 )

When Tony meet Maggie
Maggie & Tony
« C’est dommage, y a pas assez de saucisson pour parler comme ça toute la nuit. » fis-je tout triste. Ouais, j’exagère mon expression de tristesse en fait, mais sur ces mots et cette expression je finis par prendre les bouts de saucisson et je les mange un par un avec un petit sourire moqueur. Ouais voilà, y en a presque plus ! MOUHAHAHAHAHA ! Je suis diabolique (et fatigué tout comme la joueuse). Au moins, ça a permis de détendre l’atmosphère et nous redonner un petit sourire, mais ça n’évacue quand même pas la peine qui vient nous gifler en pleine figure à nouveau, parce qu’elle reste là, dans le coin, à nous attendre bien qu’on essaye de faire un détour pour s’amuser. Rester dans la joie et être ensemble. L’histoire de Maggie est terrible dans le sens où elle a tout perdu. Du jour au lendemain, alors qu’elle formait une famille heureuse avec son mari, là elle a tout perdu… Et c’est la pire chose. Bon, elle n’a pas tout perdu, elle a de l’argent, sa tenue Bob, sa maison bien trop grande pour elle, le saucisson… Ah non merde, le con, j’ai tout mangé. Enfin bref, vous m’avez compris.

J’écoute néanmoins son histoire, je montre ma présence en un simple contact, mais qui avait toute son importance. Et je ne sais pas comment j’ai fait, mais j’ai réussi à sortir toutes les paroles pour lui dire ce que j’en pense vraiment. Le pire, c’est que j’ai pas été rentre-dedans quoi, j’ai pas dit qu’elle doive se bouger le cul de façon méchante… En fait, je crois que je l’ai dit assez doucement, de façon à ce qu’elle comprenne, sans vouloir la brusquer et ça… Je ne l’ai pas fait en dehors de Harley, depuis Annabel en fait. Et cette comparaison me frappe d’autant plus à la figure que quelque chose reste bloqué au fond de ma gorge. « Tu sais Maggie… Ce sont les ados hein… Ils croient que les parents sont contre eux en règle général. » Et comment je sais que c’est une ado ? Ben les photos pardis… Au pire, pré-ado, mais le fait qu’elle passe du temps avec son père, c’est logique que ce soit une ado (ceci était la minute Sherlock Gresham). Je soupire et passe la main libre dans mes cheveux, hausse une épaule et montre la main dans l’air. Alors que de l’autre main où je lui caressai son bras, je le poussais gentiment pour la faire réagir un peu. La faire bouger avant de la remettre, mais en bougeant à peine le pouce maintenant.  « Ouais et bien, fonce Maggie. Va retrouver ta fille. Enfin fonce pas maintenant, mais tu m’as compris. Ne pense pas toujours aux autres, pense déjà toi, c’est ça le plus important. Tu emmerdes les autres à 75%. » Et depuis quand je m’improvise psychologue ? Boaf, ça arrive aux gens de devoir conseiller les autres parce qu’il est vrai qu’avoir un point de vu extérieur peut vraiment aider. Mais il faut quand même que Maggie ait à l’idée que ce n’est pas de sa faute, je le sais ça, et bon, c’est sûr que sa situation ne se compare pas où j’ai poussé Annabel à consommer alors qu’elle n’en pouvait plus.  « Tu ne lui as pas fait du mal volontairement Maggie. C’était un accident… » Et j’ai réalisé que c’était son gros problème, elle avait tué un enfant dont elle était censée donner vie, censée de le protéger jusqu’à sa naissance et perpétuer cette protection. Et si elle a raté cela, à un nouveau-né… Serait-elle capable de protéger sa fille ? Serait-ce la raison du pourquoi elle a décidé de se laisser faire et de la laisser aller voir son père ?

Au final, le silence s’installe, ce n’est pas un silence agréable, mais ça m’embête pas. J’ai l’habitude de ça. Je me retrouve souvent avec moi-même, face à mes pensées sombres sur tout ce que j’ai fait dans le passé, sur tout ce que j’aurai pu éviter niveau conneries. Je me rappelle souvent avant de m’endormir, je disais mentalement pardon aux victimes et aux personnes à qui j’ai pourri la vie. Je vis dans le regret et je me cache plutôt dans le sarcasme, à faire chier les autres et à agir comme si je n’avais rien à perdre. Alors que j’ai tout à perdre: ma fille, ma liberté, le lit. Je garde toujours la main sur son bras ou sa main, je ne sais plus, je ne réalise pas, en fait peut-être que je n’ai plus le contact. Je l’ai sûrement perdu. J’étais parti dans mes pensées, dans cet abus qu’Anna a dû faire face et repenser à ce passé ne m’aide pas tant que ça. C’est sa main sur mon bras qui me fait revenir à la réalité, instinctivement mon regard se tourne vers elle et je retrouve ses yeux. « Mais le passé nous définit Maggie, il fait ce que nous sommes et c’est sur ça que les autres s’arrêtent. Ils restent sur le passé. » Marmonnai-je avant de baisser mon regard, puis fixer le vide. Ma main se pose sur son genou, alors qu’elle avait la sienne sur mon bras. Et étrangement, sans savoir comment expliquer, sûrement ai-je hésité au début, mais j’ai posé ma joue contre ses cheveux et on est resté comme ça, en silence pendant quelques minutes. Je ne sais pas combien de temps, mais ça a duré quelques minutes. Ce silence et ce contact profond nous calme et je me sentais moins seul sur le coup. Mais la fatigue nous tombe d’un coup aussi. Je la laisse s’éloigner pour qu’elle se rallonge et au final, j’allais me lever quand elle m’appelle. « Mh? » fis-je en tournant mon regard vers elle. J’ai été un peu surpris par sa demande. Mon côté pas surpris en revanche, se dit que c’est dû à notre contact ensemble, le fait qu’on se soit dit que nous étions là pour l’un et pour l’autre alors que nous étions de parfaits inconnus fait qu’elle a besoin que je reste là. Du moment où elle n’est pas seule et qu’elle est rassurée. J’hoche la tête sans dire un mot et je ne bouge pas, je me réinstalle surtout et débarrasse l’assiette par terre pour éviter qu’elle la fasse tomber. Je vérifiais pour le café. Puis je restais là, à ses côtés, à la regarder dormir. Quand je suis sûr qu’elle dormait pour de bon, je posais la main sur son épaule. Tu es une battante Maggie, la vie ne t’en a pas fait voir de belles, mais ne reste pas dans le passé trop longtemps.

Et il faudrait que j’arrête d’être dans le passé.
Je crois même que c’est la première nuit où je me suis endormi sans m’excuser.
electric bird.



let's go for a ride
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: When Tony meet Maggie ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

When Tony meet Maggie

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Woodbridge Avenue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération