If I did have a tumor, I'd name it Timothy [Tim]

 :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 17/02/2018
›› Commérages : 26
›› Pseudo : Daria - S
›› Célébrité : Sarah M. Gellar
›› Schizophrénie : Lulu

If I did have a tumor, I'd name it Timothy [Tim] ✻ ( Mer 21 Fév - 13:52 )

If I did have a tumor, I'd name it Timothy
Tim & Ju
Il faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple.
••••

Malgré les horaires assez chaotiques de Julie, qui variaient d’une semaine à l’autre, la belle avait trouvé un nouvel équilibre dans sa vie grâce à l’aide de son frère… qui n’était pourtant pas la personne la plus équilibrée au monde. Enfin, il était juste mythomane et revenait d’une mission à New-York qui l’avait moralement épuisé, mais ça aurait pu être pire. Et puis, il avait l’air d’aller mieux… moralement parlant, du moins. Les bobards ne semblaient pas se soigner aussi facilement cela dit. Malgré cet inconvénient, la blondinette avait tout de même choisi de lui faire confiance en lui confiant d’ailleurs souvent Eddie. Oui, elle lui “confiait”. Le garçon avait beau avoir quinze ans et se montrer débrouillard, non seulement il n’était pas majeur, mais en plus, il serait toujours son bébé. Elle avait cependant quelques réserves (il y a là un euphémisme) sur l’intérêt que son fils commençait à porter aux armes à cause de son oncle et de cette passion familiale empoisonnante. Julie avait défendu à Tim d’initier Eddie au tir, et avait même peur que cela se fasse dans son dos. Cependant, son frère avait bien conscience que s’il franchissait le pas, leur relation risquait gros. Ferait-il un tel affront ? Elle espérait de tout coeur que non. En tout cas, Eddie avait dormi chez lui, comme sa mère était absente la nuit, et Julie eut bien le temps de cogiter à ce sujet puisqu’elle en avait pour deux heures de route. Le soir précédent, on avait eu besoin de ses services à l’hôpital de Greensboro pour une opération tumorale assez tendue, oú elle fit également une nuit de garde jusqu’au réveil du patient. La région manquait cruellement de neurochirurgien, mais si Julie avait davantage une vue d’ensemble, elle se rendrait compte que c’était le continent entier qui en manquait. Et voilà qu’elle se retrouva coincée dans les bouchons de bon matin, un paquet de chips acheté l’avant-veille calé sur ses genoux, à écouter un vieux CD de Nina Simone qui tournait pour la 3ème fois consécutive. À 10h, elle se dit qu’Eddie devait être réveillé et en profita pour l’appeler, mais ça sonna dans le vide. Certes on était dimanche, mais il y avait un peu d’abus ! Une heure et quelques coups de klaxon agacés plus tard, elle arriva finalement à Cap Harbor et fit plusieurs courses avant de rentrer chez elle, une jolie maison avec jardin à Belle Heaven Street. La première chose qu’elle fit en ouvrant la porte fut d’annoncer son arrivée en appelant son fils. Pas de réponse. Julie jeta un coup d’oeil sceptique à sa montre avant de ranger ses courses. Étrange, il était midi passé. Son garçon était toujours chez Tim ? Après un brin de rangement, la belle appela celui-ci pour vérifier et leva les yeux au ciel en raccrochant bredouille. C’était à se demander qui était le plus bras cassé en technologie dans cette famille ! Julie choisit de se rendre chez son frère pour voir si tout s’était bien passé, peut-être était-ce une forme de paranoïa… Aussi, pour le remercier d’avoir gardé son fils, elle fit également les courses pour son frère avant de se rendre chez lui. Elle toqua et entra directement, sans attendre de réponse. C’est qu’elle zappait souvent que son frère n’habitait pas seul et qu’elle aurait dû donc trouver une façon moins abrupte de rentrer cher lui.

« Tim ? Bonjour ! » salua t-elle en fermant la porte d’un coup d’épaule, comme elle avait les deux mains prises. Rien, elle n’avait pas parlé assez fort ? « Tim, du nerf ! » râla t-elle, peu soucieuse qu’on soit dimanche et que les gens allaient donc à leur rythme en ce jour sacré. Se dirigeant directement vers la cuisine, Ju’ sortit les courses de ses sachets et remplit les placards, se félicitant d’avoir bien retenu ce qui allait être en rupture de stock la dernière fois qu’elle était venue. Sacrée fée du logis quand elle voulait. Un sourire radieux étira ses lèvres lorsque son frère entra dans la pièce, illuminant ses traits au point presque de faire oublier son teint pâle et ses petites cernes. « Tu vas bien ? » Elle termina d’organiser ses courses. « Impossible de joindre Eddie, je me demande pourquoi je lui paye un abonnement ! » Julie ferma enfin le frigo et posa un coude sur le plan de travail tout en regardant son ainé. Son sourire s’était atténué et un petit air inquisiteur avait pris place sur son visage, accentué par son menton qu’elle releva un peu tout en l’interrogeant : « Il a commencé son DM de maths ? C’est à rendre pour mercredi mais il m’avait l’air long et fastidieux, alors je lui ai conseillé de s’y prendre à l’avance… » Soudain, elle fronça légèrement les sourcils d’incompréhension en jaugeant son frère. Quelque chose ne collait pas, c’était un peu comme si elle venait de demander un truc auquel il ne s’était pas attendu – alors qu’il aurait dû s’y attendre. « C’est quoi cette tête ? » enchaina t-elle suspicieusement.


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 31/12/2017
›› Commérages : 111
›› Pseudo : Harmajabb Mr.turtle
›› Célébrité : Jon hamm
›› Schizophrénie : Anthony Gresham aka Jeffrey Dean Morgan ; Simone Esposito aka Ryan Gosling; Brianna Holloway aka Millie Bobby Brow, (omg une FILLE!!!), Eliott James aka Mr.Darcy (Colin Firth quoi), Nawid Sadki aka Poe (Oscar Isaac wesh); Owen Wilde aka Hulk (Mark Ruffalo)

Re: If I did have a tumor, I'd name it Timothy [Tim] ✻ ( Mer 28 Fév - 17:21 )

If I did have a tumor, I'd name it Timothy
Julie & Tim
Dimanche...
La journée parfaite pour dormir, trainer au lit et ne pas faire grand chose. La journée parfaite pour être un légume et ne pas être obligé à se montrer totalement présentable. La journée parfaite à bouffer des cochonneries tout en regardant des programmes débiles ou encore des films tient. C'est pas mal les films ça. Sauf que, j'aurai dû m'en douter mais les dimanches ne se passent jamais comme prévu: suffit d'entendre une voix en bas. Je relève ma tête de l'oreiller, les yeux plissés, dérangé par la lumière. Je cherche la présence, mais nan, y est pas là. Qu'est-ce qu'elle fout ? Tim, du nerf ! Mh ?! C'est même pas la voix de Sammy ça, c'est la voix de Julie...! Je soupire et me roule hors du lit avant de réussir à me redresser. Je passe la main sur mon front et mes cheveux. Je finis par ramasser ma chemise de pyjama et l'enfile pour être un minimum présentable. " Oui c'est bon j'arrive merdia...!" grognai-je. Je déteste qu'on me force à me réveiller sérieusement, surtout que je galère à marcher. Moins qu'avant, mais je galère quand même. Puis j'ai le droit d'être lent parce que c'est dimanche merde ! Sauf que Julie, elle ne connait pas ça, je ne sais pas comment elle fait, mais ça me rend fou. Je soupire et traine les pieds jusqu'à la cuisine où j'entends du bruit pas possible. J'entre la main dans les cheveux encore, pas totalement réveillé, j'essaye quand même de faire un sourire. "   Buongiorno..." Je soupire et traine les pieds jusqu'à la machine à café que je prépare. " Pfff... Pas top." Ouais hein, pas top dans le sens où je ne sais pas où est passé Sammy, qu'on m'oblige à me lever malgré ma seule grasse matinée, que je ne me sente pas de si bonne humeur, mais aussi parce que j'ai pas beaucoup dormi de la nuit. J'arque un sourcil. " Eh, t'es allée faire les courses à ma place ?" Mais... C'est ouvert un dimanche matin ? Je fronce les sourcils, un peu surpris et regarde le téléphone qui est en train de charger, j'appuie sur le bouton et regarde la date. Merde. On est samedi. Putain, j'ai cru qu'on était dimanche.  

Je n'aime pas le décalage en fait, je suis trop décalé et je ne sais pas comment. J'essaye de rester attentif à ce que Julie est en train de me dire, Eddie est injoignable...? Je fronce les sourcils alors que je me concentre sur le café pour deux personnes. J'attends que la préparation se fasse. Je me suis vite senti perdu quand elle me parle du DM de maths, y avait un truc à faire avec Eddie ? Merde. J'ai rien fait de tout ça...! " La tête mal réveillée Julie. Tu viens juste de m'arracher des bras de Morphée y a même pas dix minutes, forcément que je tire une mauvaise tête. Pourquoi cette question ? Et son DM de maths ? C'est assez simple pourtant, juste que ça prend du temps et franchement, y a mieux à faire que de se casser la tête sur les identités remarquables. Il a tenu à les faire avec ses amis, c'est à dire Ivan, Bria et Mack." dis-je sans hésiter une seule seconde, j'espère que ça passera crème... Pourquoi je ne me souviens pas totalement de ce qui s'est passé hier en fait ? Eddie était avec moi ? Ouh là. Et elle est où Sammy d'ailleurs ?

electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 17/02/2018
›› Commérages : 26
›› Pseudo : Daria - S
›› Célébrité : Sarah M. Gellar
›› Schizophrénie : Lulu

Re: If I did have a tumor, I'd name it Timothy [Tim] ✻ ( Jeu 8 Mar - 22:50 )

If I did have a tumor, I'd name it Timothy
Tim & Ju
Il faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple.
••••

Bon gré mal gré, Tim avait bougé ses fesses en affichant une tête de déterrée, peu volontaire et peu aimable qui n’impressionna en rien Julie. Elle était rodée avec son caractère de mal luné chronique. « Eh, t'es allée faire les courses à ma place ? » Comme si c’était un exploit ! Pourquoi s’étonnait-il que sa sœur se montre serviable ? Elle en serait presque vexée. Aux yeux de Julie, c’était suffisamment normal pour ne même pas attendre de remerciement en retour. Tim gardait son fils après tout… croyait-elle ! « Ma … cosa ! » rétorqua Julie pour lui signifier qu’il était absurde à s’étonner. Elle n’avait pour autant pas perdu son sourire La blondinette se mordilla la lèvre inférieure en se retenant de répondre « Oui, ça se voit » lorsqu’il mentionna sa tête dans le mal, pour répondre à sa question. Elle se contenta juste d’un regard réprobateur lorsqu’il lui fit savoir qu’il s’était réveillé dix minutes plus tôt. Sérieusement, il avait vu l’heure un peu ? Puis elle fronça un peu les sourcils, affichant une moue sceptique quand il lui annonça qu’Eddie était en compagnie de ses amis. Il était parti avec eux alors ? Ce matin ? Cela signifierait qu’il avait quitté la demeure quand Tim dormait encore, ce qui était n’importe quoi. La moindre des choses aurait été de dire au revoir à son oncle. Il n’empêche que si l’oncle comptait dormir jusqu’à 18h, c’était peut-être un peu compliqué !

Julie ouvrit la bouche pour réprimander son frère de sa négligence, mais la referma quand son instinct lui sonna l’alerte. C’était peut-être le regard de Tim, son intonation, ou alors son attitude, mais en tout cas, quelque chose l’avait trahi. Ou alors c’était juste Julie qui avait un sixième sens. « Mais… tu mens ! » s’offusqua t-elle en écarquillant les yeux de stupeur. Non elle ne s’étonnait pas qu’il baratine, elle s’étonnait qu’il baratine au sujet de son fils ! C’était très grave ! « Pourquoi est-ce que tu mens Tim ? » Soit son syndrome reprenait et il mentait sans raison particulière – Eddie dormait peut-être encore, auquel cas son frère lui faisait une forme de blague. Ou bien… il ne savait pas où Eddie se trouvait, alors il lui inventait un endroit. Julie pencha pour cette dernière théorie, qui était d’ailleurs effrayante car Eddie ne répondait pas au téléphone ! « Où est mon fils ? » exigea Julie en appuyant sévèrement les poings sur les hanches. Est-ce que son irresponsable de frère le saurait ? « Non ci credo ! » pesta t-elle dans sa barbe en contournant Timothy. Elle sortit de la cuisine et appela depuis le séjour : « Eddie ? Eddie ?! … » Il n’y eu aucune réponse, bien évidemment. Julie jeta un regard noir derrière elle, à son frère, et alla dans la chambre où dormait habituellement son fils. Le lit était fait, impeccable. Tim n’avait pas pu le faire puisqu’il venait de se réveiller, quant à Eddie, le jour où il daignerait faire son lit, il pleuvrait des vaches et des poules en Amérique. La blondinette furieuse revint vers son frère. « Il n’a PAS dormi ici ?! Tim ! » s’ensuivit une mélopée d’insultes italiennes dont elle le mitrailla sans vergogne, avant de reprendre dans un anglais qui sonnait comme de l’italien tant elle y mettait l’intonation : « Comment peux-tu me mentir sur ça stronzo ! Sais-tu où il a dormi ? Il n’est pas chez moi non plus ! »


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 31/12/2017
›› Commérages : 111
›› Pseudo : Harmajabb Mr.turtle
›› Célébrité : Jon hamm
›› Schizophrénie : Anthony Gresham aka Jeffrey Dean Morgan ; Simone Esposito aka Ryan Gosling; Brianna Holloway aka Millie Bobby Brow, (omg une FILLE!!!), Eliott James aka Mr.Darcy (Colin Firth quoi), Nawid Sadki aka Poe (Oscar Isaac wesh); Owen Wilde aka Hulk (Mark Ruffalo)

Re: If I did have a tumor, I'd name it Timothy [Tim] ✻ ( Ven 9 Mar - 13:15 )

If I did have a tumor, I'd name it Timothy
Julie & Tim
On est samedi.
C'est tout à fait normal que les magasins soient ouverts. Juste que j'ai cru qu'on était dimanche et donc, ça m'aurait surpris que Julie ait fait les courses, parce que sinon, c'est dans ses habitudes mais... Comment ça se fait que j'ai cette impression qu'on a avancé une journée...? C'est peut-être dû au fait que je ne travaille pas en ce moment et que des fois c'est Sammy qui s'occupe de tout, tandis que je reste chez moi comme un lion en cage, ça m'a fait perdre la notion des jours. Ou encore j'ai un peu trop abusé la dose des médicaments...Rah ! Face la réaction de ma soeur, je soupire et hausse les épaules, fais signe qu'elle devrait oublier. " Grazie " au passage tient, avec un petit sourire en coin. Parce que j'avais pas remarqué que nous allions commencer à être en pénurie de nourriture. " Café ?" lui demandai-je à moins que ce soit trop tard ? Je regarde l'heure et trouve qu'au final, il n'est jamais trop tard pour un café tient. Je ricane un peu, peut-être trop nerveusement quand elle me dit que ça se voyait trop que j'avais une tête d'un gars qui vient à peine de se réveiller.

Sauf que le sujet qui fâche, ben, Julie l'a tout juste abordé. Je me rappelle de peu de choses d'hier et c'est un peu flippant. Je soupire en voyant sa tête, je la sens venir cette réprimande. Sauf que je reste surpris par le fait qu'elle me dise que je lui mens, j'en hausse les sourcils. " Non non. Je te jure que je ne te mens pas." J'ai juste dit ce que je pense me souvenir. Enfin, c'est ce que je pense, donc penser, c'est pas mentir ? Je soupire et passe la main dans mes cheveux, assez embêté parce que je reconnais déjà la tension et elle est loin d'être agréable. On va encore se gueuler dessus. " Il est avec ses amis." fis-je cette fois-ci plus sûr. Si Julie n'a pas de nouvelles d'Eddie, c'est qu'il doit être avec ses amis en ce moment, sûrement chez Bria ou chez Mack... Enfin, chez le père ou la mère ? Aucune idée... Décidément, les parents divorcés, ça n'aide carrément pas, mais alors là, pas du tout. Qu'est-ce qu'ils me font chier eux. Et forcément, elle ne m'a pas écouté qu'elle est partie à sa recherche, je lâche un juron en Italien aussi et finis de préparer le café pour nous deux. Quoique, on n'aura pas l'occasion d'en boire en fait.

Elle ne va pas le retrouver ici. J'en profite pour me rappeler ce qui s'est passé hier, je me rappelle que c'était une journée normale comme une autre. J'étais en train de faire mes comptes, me prendre la tête avec Sammy, Eddie était venu oui, mais il n'était pas resté si longtemps que ça parce qu'on était en pleine prise de tête... Il avait dit qu'il était parti pour faire quelque chose avec quelqu'un. Mais qui...? Je soupire et me retourne à peine que Julie est déjà là avec une flopée d'insultes italienne qu'elle m'envoie en pleine figure. Je n'étais pas mieux parce que je réagissais en lui disant de se calmer en Italien et ça faisait une super orchestration, une belle sonorité de la violence de notre langue. " Julie, calmati, per favore...!" soupirai-je en montrant mes mains " Eddie n'a pas dû aller bien loin...! Il a dû partir dormir chez un de ses amis, sûrement chez Mack" Parce que le père de Bria, Mike est une vraie ordure et ne laisserait plus jamais Eddie avec Bria. Ivan n'avait pas des parents assez facile... Donc je pense à Mack dont son père était plutôt cool, sa mère aussi. Elle est même pas mal tient... Enfin... Je reprends vite fait. " Il voulait travailler avec un de ses amis, je suis sûr de ça, parce qu'il était arrivé au mauvais moment hier, je me disputais avec Sam. Et comme il voyait que je n'étais pas disponible pour son devoir de maths, enfin disponible tout court... J'ignorai surtout qu'il venait !"
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 17/02/2018
›› Commérages : 26
›› Pseudo : Daria - S
›› Célébrité : Sarah M. Gellar
›› Schizophrénie : Lulu

Re: If I did have a tumor, I'd name it Timothy [Tim] ✻ ( Mer 21 Mar - 22:49 )

If I did have a tumor, I'd name it Timothy
Tim & Ju
Il faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple.
••••

« Du café ? » Julie haussa les épaules, avec un tout petit ‘oui’ de la tête, au moment de l’accalmie avant la tempête. Son frère venait de se comporter comme le roi des irresponsables. La présence d’Eddie, il la supposait quelque part. Supposait. La blondinette était déjà suffisamment à bout de nerf d’avoir passé plusieurs nuits courtes dont une complètement blanche, là on lui annonçait calmement qu’on ne savait pas où était son fils. Et quand elle apprit que ce dernier n’avait même pas passé la nuit chez son oncle rien qu’en regardant le lit insolemment impeccable… Ce fut l’explosion. Julie aimait son frère et voulait sincèrement l’aider et l’accompagner dans sa thérapie de mythomane… mais s’il arrivait à baratiner sur des sujets aussi importants, on marchait sur la tête ! Là, on venait même de tomber dans la crevasse du désespoir. En pleine engueulade, Tim jugea bon de lui dire de se calmer, ce qui était entre autre la dernière chose à dire à une femme stressée et irritée. « Sono calma ! » rétorqua t-elle en criant presque, avec un grand mouvement de bras nerveux comme si elle avait envie de frapper quelque chose. Le petit bout de femme avait les poings serrés. « Eddie n'a pas dû aller bien loin...! Il a dû partir dormir chez un de ses amis, sûrement chez Mack » « Pourquoi personne ne m’a prévenue ? Vous n’avez pas honte ?! » Julie sortit pour la énième fois son portable de sa poche en pestant. « J’appelle la maman de Mackenzie ! », dit-elle entre deux jurons italiens. La blondinette fouilla son répertoire les sourcils froncés, elle était peu convaincue de cette initiative à la base, et elle comprit rapidement pourquoi. « Je n’ai PAS son numéro » réalisa t-elle en écarquillant les yeux d’exaspération (exaspération contre elle-même cette fois) « Merda. » Elle releva un regard noir vers son frère. « Heureusement pour Eddie que c’est de ta faute. S’il était allé chez ses copains sans l’autorisation de personne, il aurait été puni jusqu’à ses trente ans ». Julie fut soudain très incertaine de ses paroles. Etait-ce la faute de Tim ? Ou était-ce Eddie qui était parti comme un voleur avec ses copains sans demander l’autorisation de son oncle ? « Parce que c’est de ta faute, n’est-ce pas ? Tu l’as laissé partir et tu as oublié de me le faire savoir, c’est bien ça qu’il s’est passé ? Et ne fais pas semblant de ne pas te souvenir ! » ordonna t-elle en pointant un index sévère sur lui. L’oubli, c’était le symptôme même de la mythomanie, et c’est comme ça que Julie la repérait : Tim se vidait la tête sur une situation et ça laissait libre court à son imagination pour inventer une réalité alternative. Donc oui, c’était de la mythomanie et non des troubles de la mémoire. Il avait une thérapie spécialement pour soigner ça, il n’avait donc pas intérêt de lui refaire le coup ! « Il voulait travailler avec un de ses amis, je suis sûr de ça, parce qu'il était arrivé au mauvais moment hier, je me disputais avec Sam. Et comme il voyait que je n'étais pas disponible pour son devoir de maths, enfin disponible tout court... J'ignorai surtout qu'il venait ! »

« Je ne comprends pas… est-ce que dans ta colère, tu l’as viré d’ici ? » Alors qu’il se justifiait, Julie poussa un long soupir. Effectivement, son fils était quelque part chez un ami (où pourrait-il être d’autre ?) et il allait bien, il n’avait pas bu de l’alcool, il ne s’était pas drogué, et il n’avait pas fait d’autres trucs bizarres dans la nuit. Il était juste avec ses copains. C’est ce dont elle essayait de se convaincre. Allant chercher son café dans la cuisine, Julie retourna dans le séjour en buvant quelques gorgées. Elle posa ensuite la tasse sur la table basse et se laissa tomber sur le canapé, complètement dépité. « Je vais attendre que Eddie rappelle. Si à quinze heures je n’ai pas de nouvelles, je me rendrais chez les parents de ses amis » raisonna t-elle en se massant la tempe de deux doigts. « S’il a fait des bêtises, tu en prendras pour ton grade, sache-le », menaça t-elle en lui jetant un regard de travers. La blondinette se pencha, prit sa tasse et la ramena contre elle. Le regard un peu perdu, elle se demandait si tout ceci n’était pas aussi un peu de sa faute à elle. « Dis Tim. Tu.. tu en as marre de devoir garder Eddie ? Si c’est le cas il faut me le dire… j’aimerais au moins savoir si je peux encore compter sur toi. » Plutôt que de le laisser se carapater on ne sait où sans prévenir personne.


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 31/12/2017
›› Commérages : 111
›› Pseudo : Harmajabb Mr.turtle
›› Célébrité : Jon hamm
›› Schizophrénie : Anthony Gresham aka Jeffrey Dean Morgan ; Simone Esposito aka Ryan Gosling; Brianna Holloway aka Millie Bobby Brow, (omg une FILLE!!!), Eliott James aka Mr.Darcy (Colin Firth quoi), Nawid Sadki aka Poe (Oscar Isaac wesh); Owen Wilde aka Hulk (Mark Ruffalo)

Re: If I did have a tumor, I'd name it Timothy [Tim] ✻ ( Jeu 22 Mar - 11:14 )

If I did have a tumor, I'd name it Timothy
Julie & Tim
Si elle est calme...
Ce dont je doute fortement. Je lâche un très gros soupir et montre juste mes mains pour lui dire que je ne ferai rien contre elle. Je la connais et des fois, il nous arrive de se battre comme des gamins, sauf qu'on n'en est plus et nous sommes des adultes responsables l'un et l'autre. Ce qui n'est apparemment pas gagné avec moi. Je suis un cas particulier depuis environ quatre ans. Je ne suis plus le même gars depuis ma mission d'infiltration et je doute que je redeviendrais le même gars qu'avant. Et forcément, je parle de Mack, elle n'est pas contente. Je lâche un autre soupir et lève les mains avant de les laisser retomber sur le long de mon corps. Je lève les yeux au ciel sachant que ça va énerver Julie si je fais ça. Au moins elle a un trait en commun avec Sammy, je les énerve toutes les deux quand je fais le blasé de la situation. " Comment c'est possible que t'as pas son numéro alors que moi ..." fis-je en cherchant mon téléphone du regard. " Merda, où est ce que je l'ai foutu ce téléphone à la con." marmonnai-je en Italien avant de me retourner assez agacé par moi-même vers elle. J'ai paumé mon téléphone et y a le numéro de Maggie dedans. Je me rappelle de l'avoir eu parce que j'avais confié Eddie pour la première fois. " Encore, il n'aura pas besoin de ton autorisation pour sortir et voir ses amis quand il aura atteint sa majorité..." Et je n'ai pas pu m'empêcher de dire ça, mais je sais que je dis la vérité dans le fond, c'est la dure réalité de la vie qu'elle doit faire face un jour, autant la préparer maintenant. Parce que franchement, c'est ma façon de lui dire qu'elle exagérait assez au risque de l'énerver davantage. De toute façon, elle est énervée, moi aussi. C'est pas le genre de matinée qui m'aidera à me mettre de bonne humeur, parce qu'en plus je sais pas ce qui s'est passé hier soir. Hier tout court en fait et ça me fait chier. Mais je ne nie pas le fait que ce soit de ma faute et finalement, je me pince les lèvres face aux questions pressantes de Julie. Je lâche un très gros soupir et réfléchis à ce qui s'est passé hier. Je passe la main sur mon front, le bras croisé contre mon torse.

" Mais je n'étais pas en colère...! J'étais juste ..." Et là, je cherche mes mots. Je suis figé comme un débile là-dessus et cherche toujours le mot avant de lâcher un soupir et lever la main de dépit avant de la faire retomber toute seule. " ... En colère ouais. Il était arrivé au mauvais moment. Du coup, il a dû se dire que bon, c'est pas pour ce week-end." Je me gratte les cheveux et soupire quand elle s'en va dans la cuisine... Sûrement attirée par l'odeur du café. J'en profite pour aller m'affaler sur mon fauteuil et étendre la jambe sur la table. Après tout, je suis chez moi, je peux bien me le permettre. Urgh... J'aimerai bien retourner dormir encore un peu, j'ai l'impression qu'un éléphant m'est marché dessus. " Je m'en occuperai. Tu n'es pas obligée de rattraper mes gaffes derrière. Il faut que je m'excuse en plus pour ce qui s'est passé hier..." soupirai-je avant de lui lancer un regard plutôt sérieux quand elle me balance la menace. Comme si j'en prends pas déjà assez là maintenant ! Le silence s'installe, je lutte pour ne pas bailler et me mets à réfléchir à ce qui s'est passé plus précisément avant d'hocher la tête. Ouais, il devrait être chez Maggie en ce moment-même. Je fronce les sourcils à sa question avant que je ne soupire et lève les yeux au ciel. Je laisse retomber ma tête contre le fauteuil. " Julie... Ça ne me dérange pas de garder Eddie de temps en temps. Mais... Depuis que Sammy vit ici, c'est un peu plus compliqué. On se prend assez souvent la tête en ce moment, on se retrouve et il nous faut du temps pour nous nous accorder un peu. Et Eddie est arrivé un peu au mauvais moment hier" Une pause et je la regarde. " Ce qui s'est passé hier, c'est la première fois, il n'y aura pas une seconde... D'ailleurs, ça s'est passé comment tes interventions ?"
electric bird.



Sometimes you piss me off

Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 17/02/2018
›› Commérages : 26
›› Pseudo : Daria - S
›› Célébrité : Sarah M. Gellar
›› Schizophrénie : Lulu

Re: If I did have a tumor, I'd name it Timothy [Tim] ✻ ( Lun 16 Avr - 11:28 )

If I did have a tumor, I'd name it Timothy
Tim & Ju
Il faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple.
••••

Alors qu’elle élevait la voix, Tim joua la carte du blasé. RAH ! Pas étonnant qu’il s’était prix une balle celui-là… !  Non c’était horrible de penser ainsi. Jamais son frère n’avait mérité ça . Il méritait juste des claques. Des grandes claques. « Mais je n'étais pas en colère...! J'étais juste ... » Julie haussa un sourcil inquisiteur. Oui, et la suite ? « ... En colère ouais » Elle fit les gros yeux. « Il était arrivé au mauvais moment. Du coup, il a dû se dire que bon, c'est pas pour ce week-end. » « C’est lui qui s’est dit ça tout seul, ou c’est toi ? » pointa t-elle en le dardant d’un regard sévère. Elle ne pouvait pas rester dans cet état sinon elle allait faire une rupture d’anévrisme. Avec son pique de colère et de stress un peu trop fort, Julie s’efforça de relativiser en allant chercher son café. Quand elle se rassit sur le canapé, sa tension semblait avoir un peu chuté. Tim posa les pieds sur la table basse. Julie y jeta un petit regard réprobateur mais ne dit rien. Il était chez lui. Elle l’accabla encore un peu, mais présenta posément ce qu’elle comptait faire.

« Je m'en occuperai. Tu n'es pas obligée de rattraper mes gaffes derrière. Il faut que je m'excuse en plus pour ce qui s'est passé hier... » Elle eut un sourire discret et porta à nouveau sa tasse à ses lèvres pour siroter quelques gorgées. Tim avait fait de gros efforts. Il avait essayé de dire la vérité (malgré quelques pulsions mythomanes qui avaient refait surface), il ne s’était pas entêté à mentir. Il avait même reconnu son tort et comptait s’excuser. Il faut dire que … Julie n’y était pas pour rien. Chaque fois qu’elle brandissait la croix et la bannière, ça finissait par payer. Elle était néanmoins soucieuse que Tim se soit lassé de son rôle d’oncle sans qu’elle ne le voit venir. Il la rassura à ce sujet, bien qu’elle pinça un peu les lèvres à l’évocation de Sam. Parce que si cette femme était la seule cause pour laquelle son frère se montrait irresponsable avec Eddie… disons que ça n’aidait pas vraiment la blondinette à l’apprécier. Tim eut la sympathie de s’intéresser à ses interventions.

« Oui, ça s’est bien passé, je te remercie » Si ça s’était mal passé, elle serait vraisemblablement en train de déprimer. Quand on touche à la boite crânienne, cela implique la possibilité de ruiner une vie au moindre faux pas. Julie observa le fond de sa tasse, s’amusant à faire un peu tournoyer le liquide dans le fond. Le geste était presque apaisant. « C’est toujours très délicat, comme tu le sais. Et personne n’est à l’abri d’une faute professionnelle. Je redoute le jour où ça va me tomber dessus, il m’arrive souvent d’opérer alors que je ne suis pas très en forme, j’ai l’impression que c’est irresponsable… je ne sais pas… mais on n’est pas très nombreux dans le métier, et je fais toujours de mon mieux » Elle haussa les épaules et balaya le sujet d’un geste de la main un peu stressé.

Julie releva les yeux et observa son frère avec insistance. « Tu trouves… que c’est une bonne idée de vivre avec Sam ? Tu sais ce que je pense d’elle et je ne suis pas étonnée que votre relation ne soit pas très… saine. Ce qu’elle t’a fait est très grave. Tu en as encore des séquelles, je te signale » Elle poussa un lourd soupir. « Je sais bien que tu as des torts, mais sa réaction était démesurée. Je te l’accorde, mes réactions à moi le sont aussi, parfois, mais au moins, je ne pointe d’arme sur personne » termina t-elle avec une légère grimace révoltée. « Tu comprends pourquoi j’insiste pour qu’Eddie s’en tienne éloigné ? Je parle des armes. Mais… en fait je suis également en train de me demander si c’est une bonne idée qu’il vienne alors qu’elle habite ici… en plus, tu viens juste de me dire qu’il est parti à cause d’une dispute avec elle. Si Sam n’était pas là, rien de tout ça ne serait arrivé », raisonna t-elle avec prudence. Elle ne pouvait pas s’empêcher de donner son avis Julie, même quand il ne faisait pas forcément plaisir. Qu’à cela ne tienne, la belle ne se souciait pas seulement du bien de son fils, mais aussi de celui de son frère. « Cette Sam ne te tire pas vers le haut, et elle ne fait pas de toi quelqu’un de meilleur… »


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 31/12/2017
›› Commérages : 111
›› Pseudo : Harmajabb Mr.turtle
›› Célébrité : Jon hamm
›› Schizophrénie : Anthony Gresham aka Jeffrey Dean Morgan ; Simone Esposito aka Ryan Gosling; Brianna Holloway aka Millie Bobby Brow, (omg une FILLE!!!), Eliott James aka Mr.Darcy (Colin Firth quoi), Nawid Sadki aka Poe (Oscar Isaac wesh); Owen Wilde aka Hulk (Mark Ruffalo)

Re: If I did have a tumor, I'd name it Timothy [Tim] ✻ ( Jeu 19 Avr - 22:38 )

If I did have a tumor, I'd name it Timothy
Julie & Tim
C’est lui qui s’est dit ça tout seul ou c’est toi?
Je la regarde un peu perdu et lève la main en signe d’incompréhension du style, je ne sais pas moi, je n’entre pas dans la tête d’Ed’ ! Mais bon, il nous faut se calmer, ce n’est pas comme ça qu’on va vite le retrouver et je suis sûr qu’il est parti voir des amis. D’abord, la priorité numéro une, c’est de calmer ma soeur et la conforter pour lui dire que je m’en occuperai de tout ça. Qu’elle se repose parce que bon, elle a passé beaucoup de temps à sauver les vie et elle ne va pas se mettre en mission commando pour chercher son fils. On se calme, on s’assied à nos places respectives dans le salon et forcément, je mets les pieds sur la table et j’affronte son regard avec l’air de lui dire  Quoi ? c’est chez moi. Autrement dit, je fais ce que je veux. Mais bon, j’ai beau faire ce que je veux, je reste quand même responsable comme je peux. Et là, j’ai décidé que Julie ne fasse rien et que c’est moi qui m’en occupe, de trouver Eddie, de m’excuser et de le ramener à la maison… Enfin, je pense que je n’arrêterai pas de le chercher, même s’il faut que ça dure toute la nuit aussi. Parlant de la nuit, je lui demande comment ses interventions de nuit s’étaient passées. Je passe la main sur mon front et je l’observe, ses traits sont vachement tirés, elle ne prend pas le temps de se reposer je trouve. Est-ce qu’elle se détend ? Pas vraiment… Faut l’avouer qu’Eddie et même moi, on ne l’aide pas du tout en fait. Nous sommes de sacrés gamins et le pire c’est que moi je suis censé être le frère responsable. J’hoche la tête pour l’encourager à continuer, qu’elle parle en fonction de ce qu’elle ressent. « Mais vous êtes tous humains. Vous n’êtes pas des machines à opérer les … Euh… Je ne sais pas ce que vous trifouillez dans la tête des autres. Enfin si je sais, mais j’ai pas les termes là maintenant. Il y aura forcément un moment où sous le coup de la fatigue, tu vas faire une erreur et le pire, c’est qu’ils pourraient te virer pour ça et te retirer le droit de pratiquer parce qu’ils n’ont pas pu trouver un autre neurochirurgien ici. » Je soupire et regarde le plafond avant d’hausser les épaules et reprendre. « Ou même te garder malgré l’erreur que t’as fait parce qu’ils seront encore plus en manque de neurochirurgien. » Ce serait très bête ça par contre…Enfin, ce serait mieux que Julie ne se surmène pas trop, ce n’est pas parce qu’elle balaye d’un geste de la main ce sujet que je n’en parlerai pas, je vais finir par insister moi aussi. On a tous les deux un caractère de merde avec bien de problèmes assez sérieux.

Je m’attendais presque à ce qu’elle me parle de Sammy. Je l’avais regardée au début avant de laisser retomber ma tête contre le dossier du fauteuil pour regarder le plafond. « Séquelles qui sont survenues quand elle a été arrêtée… J’allais bien ! Puis elle n’a nulle part où aller…! » fis-je d’une voix un peu lasse avant de redresser ma tête pour la regarder assez sérieusement avant de me figer quand elle me parle qu’elle ne puisse pas pointer l’arme. « En même temps, l’idée d’en toucher une t’horripile. Le jour où tu toucheras une arme, il pleuvra des vaches comme t’aimes bien dire. » Quoi ? C’est vrai et puis c’était un accident, ça c’était encore vrai. J’ai beau lui dire ça, elle ne voit pas de cet oeil-là. Sammy n’aurai jamais voulu me tuer et le coup était parti parce que le cran de sécurité n’avait pas été activé tout simplement. Par contre, je perds vite ma répartie pour la suite, tout ce qu’elle me dit est qu’elle veut éloigner Eddie tant que Sammy serait là. En même temps, c’est compréhensif, je comprends où est-ce qu’elle veut en venir là, elle ne sent pas que Eddie est en sécurité avec Sammy en fait. Elle appréhende le fait qu’il aille chez moi sachant qu’elle est là. Je sais que Julie ne l’apprécie pas forcément. Je ne dis rien, la main devant la bouche en train de réfléchir aux paroles. Comme je l’ai dit plus haut, j’ai perdu ma répartie et je l’aurai toujours perdue si elle n’avait pas ajouté que Sammy ne faisait pas de moi quelqu’un de meilleur. Je fronce les sourcils et la regarde. « Quelqu’un de meilleur ? Depuis quand j’ai été quelqu’un de meilleur Julie ? » fis-je immédiatement tout en la regardant et je reprends vite fait sans lui laisser le temps de prendre la parole. « Nous sommes les parfaits opposés, c’est peut-être pour ça qu’on se prend souvent la tête mais qu’on fonctionne bien en équipe par moment. Tu sauves les vies, je les enlève, même si maintenant je me suis calmé et que j’entraine les gens à la place. Tu as toujours détesté la mort, j’apprécie ça. Je suis peut-être mort après tout ce j’ai fait et il m’est difficile d’être vivant sur le coup… » fis-je alors que j’enlève les pieds de la table pour me redresser totalement de mon fauteuil avec un air encore plus que sérieux. « Tu ne peux pas dire de ça de Sammy. Tu ne la connais pas comme je la connais, je comprends tes craintes envers elle, mais tu vois ce que tu veux voir mais tu ne vois pas ce que tu devrais voir… Tout comme je la vois.»
electric bird.



Sometimes you piss me off

Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 17/02/2018
›› Commérages : 26
›› Pseudo : Daria - S
›› Célébrité : Sarah M. Gellar
›› Schizophrénie : Lulu

Re: If I did have a tumor, I'd name it Timothy [Tim] ✻ ( Sam 19 Mai - 13:38 )

If I did have a tumor, I'd name it Timothy
Tim & Ju
Il faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple.
••••

« Système nerveux », indiqua t-elle quand il fut en quête de mots pour qualifier son domaine d'expertise. Julie l’observa ensuite d’un air un peu circonspect. Son frère émettait l’hypothèse qu’elle puisse faire une erreur qui la fasse renvoyer et interdire d’exercer, à cause des heures supplémentaires inévitables, de la fatigue. Même si cela pouvait effectivement se produire, elle aurait bien aimé qu’il se montre un peu plus optimiste, du genre « Non Julie ça ne t’arriverait jamais à toi ». Mais bon, c’était Tim, il avait la délicatesse d’un hippopotame en tutu, ça ne la surprenait pas vraiment. Et puis, elle l’aimait comme ça. Cette maladresse était toujours plus sympathique que sa malhonnêteté. « Vraiment encourageant, merci Tim » ironisa t-elle avec un petit sourire exaspéré. Elle se doutait également que ne pas se montrer tendre était également un moyen de l’inciter à réagir, le message était clair : tu travailles trop.

« Séquelles qui sont survenues quand elle a été arrêtée… J’allais bien ! Puis elle n’a nulle part où aller…! » Evidemment Tim prit la défense de Sam. C’était tout à son honneur puisque la cible était absente : qu’à cela ne tienne, ça ne signifiait pas pour autant que Julie n’oserait pas lui dire tout ça en face. « Ah d’accord, elle n’a nulle part où aller, alors elle se rend chez l’homme sur qui elle a tiré pour avoir un toit. C’est ça que tu es en train de me dire ? Qu’elle se sert de toi ? » Elle s’attarda d’ailleurs sur le tir en question, sous-entendant clairement que Tim fréquentait une sorte de psychopathe. Tout le monde piquait des crises de colères certes, elle la première, mais de là à tirer sur les autres ! « En même temps, l’idée d’en toucher une t’horripile. Le jour où tu toucheras une arme, il pleuvra des vaches comme t’aimes bien dire. » Julie leva les yeux au ciel avant de revenir au sujet principal : cette femme bizarre qui partageait son domicile. « Quelqu’un de meilleur ? Depuis quand j’ai été quelqu’un de meilleur Julie ? » « Oh arrête ! Tu… » Il lui coupa la parole. « Nous sommes les parfaits opposés, c’est peut-être pour ça qu’on se prend souvent la tête mais qu’on fonctionne bien en équipe par moment. Tu sauves les vies, je les enlève, même si maintenant je me suis calmé et que j’entraine les gens à la place. Tu as toujours détesté la mort, j’apprécie ça. Je suis peut-être mort après tout ce j’ai fait et il m’est difficile d’être vivant sur le coup… » Julie laissa mollement retomber ses mains. C’était dur d’entendre ça son frère, qu'il se considérait mort. Le regard de la blondinette s’adoucit, elle se pencha vers lui et posa une main sur son bras. « Ne dis pas ça Tim, tu respectes la vie... pas celle des animaux certes, mais la nôtre » Ils s'opposaient sur bien des choses, mais se ressemblaient sur d'autres aussi. Peut-être était-elle un peu trop optimiste sur qui était vraiment son frère, mais Julie était persuadée qu'il n'était pas perdu. Tim n'était pas aussi mauvais qu'il avait tendance à le croire. Après tout, il y avait des circonstances atténuantes, les deux avaient grandi dans un milieu favorable à la violence. Julie faisait partie des rares à ne pas s'être laissée influencer par ses aînés, et à avoir voulu combattre ce qu'on leur avait inculqué. « Je ne peux pas prétendre comprendre comment tu te sens je sais juste qu’il te faut du temps. Tu devais repartir à zéro. On s’était mis d’accord. Tu étais censé laisser le passé derrière, et par passé, j’entends également Sam. Sa présence t’empêche d’avancer et de tourner la page. »

Julie se redressa et croisa les bras sur sa poitrine. « De toutes les filles sur lesquelles tu pouvais tomber, tu t’es entiché d’une porteuse d’arme, qui par-dessus le marché ne sait même pas s’en servir, si je dois en croire cette histoire d’accident ! C’est trop difficile de fréquenter des gens normaux ? » « Tu ne peux pas dire de ça de Sammy. Tu ne la connais pas comme je la connais, je comprends tes craintes envers elle, mais tu vois ce que tu veux voir mais tu ne vois pas ce que tu devrais voir… Tout comme je la vois » Qu’il arrête, elle avait bien compris qu’il était amoureux et que ça lui enlevait toute capacité de réflexion !  Face à cela, Julie ne pouvait pas grand chose. Elle posa sèchement sa tasse sur la table, et exprima son agacement avec des gestes de main à l’italian manner typique. « Tu ne vois rien du tout, tu es aveuglé et influencé, testardo. Et si cette femme est violente en surface, à quoi ça peut me servir de savoir qu’elle est gentille dans le fond ? Et est-ce qu’elle est sincère avec toi, au moins ? Est-ce que tu en as la certitude ? Je ne sais même pas pourquoi je te dis tout ça, tu n’en fais qu’à ta tête, ça m’agace ! ». L’hôpital se foutait de la charité en l’occurrence, Julie était tout aussi têtue que Tim. « Sache seulement que ça m’inquiète de laisser Eddie avec vous deux. Je préfère que tu viennes chez moi pour le garder seul, la prochaine fois… si tu es disponible bien sûr. Tu peux faire ça ? »


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 31/12/2017
›› Commérages : 111
›› Pseudo : Harmajabb Mr.turtle
›› Célébrité : Jon hamm
›› Schizophrénie : Anthony Gresham aka Jeffrey Dean Morgan ; Simone Esposito aka Ryan Gosling; Brianna Holloway aka Millie Bobby Brow, (omg une FILLE!!!), Eliott James aka Mr.Darcy (Colin Firth quoi), Nawid Sadki aka Poe (Oscar Isaac wesh); Owen Wilde aka Hulk (Mark Ruffalo)

Re: If I did have a tumor, I'd name it Timothy [Tim] ✻ ( Lun 21 Mai - 19:30 )

If I did have a tumor, I'd name it Timothy
Julie & Tim
Vraiment encourageant, merci Tim. »
Sur ces mots, je ricane un peu et hausse les épaules. « Toujours là pour te soutenir soeurette. » Ce qui est vrai. Je me suis montré assez présent pour elle quand je pouvais et j’ai fait ce que j’ai pu pour l’aider. Même si j’ai fait le mort pendant huit ans avant de revenir en un sale état. Je suis sur la voie de guérison, c’est ce que Julie pense et je comprends très bien sa crainte de voir Sammy dans les alentours, ça ne va pas arranger les choses. J’ai très bien compris son point de vue, mais si je me suis retrouvé dans un état de dépression, c’est parce que je l’avais perdue et j’étais mal dans l’idée que je ne la reverrai plus jamais. Je soupire et démontre parfaitement mon air blasé face aux arguments de Julie qui étaient d’un ridicule. « C’était un putain d’accident Julie. Je vais te le répéter combien de fois que ça entre dans ta fichue tête. Faudrait arrêter de faire la passoire par moment, parce que c’est chiant là » Oui passoire qui fait passer les spaghettis d’informations d’une oreille à une autre. De toute façon, Julie n’entend ce qu’elle veut entendre quand ça concerne Sammy. Je sais que je me suis servi d’elle pendant des années d’infiltration, sans qu’elle sache que je suis un flic. Franchement, ça m’est égal que Sammy se serve de moi en ce moment, même si dans le fond, c’est pas ce qu’elle fait. Elle n’a nulle part où aller, elle est menacée si elle restait à New-York et je dois m’attendre à ce que nous recevions certaines visites…

Enfin, c’est sûr que Julie la voit comme une mauvaise personne. Je suis attiré par la mauvaise personne qu’est Sammy, sauf que non. Elle n’est pas ainsi, elle est toute une autre personne et elle est plus fragile, plus sensible qu’on ne le croirait. Mais bien sûr, Julie a une opinion très fermée concernant Sammy et part sur le principe que c’est une mauvaise personne. Elle pense que je suis quelqu’un de meilleur qu’elle, c’est sûr. Peut-être qu’elle a raison dans le fond, mais à mes yeux, je ne le suis pas. Je suis le frère qui l’a abandonnée quand elle avait besoin de moi, je suis le gars qui a tué en toute impunité. Je n’ai jamais été en prison alors que j’aurai pu. Mais depuis que je suis arrivé à Cap Harbor, j’étais bien dans ma dépression à refuser la main tendue de Matthias Di Lazio, à vivre exactement les mêmes quotidiens… C’en est très chiant même. C’est vraiment vivre comme un mort, essayant de se remettre de ce qu’il a fait comme conneries quand même. Le fait que j’étais dans ce gang me permettait de garder la tête hors de l’eau et à ne pas me retourner pour regarder ce que j’ai fait comme conneries. La main de Julie me fait un peu revenir à la réalité et je croise son regard. Au moins, Julie était celle qui a le plus réussi de nous deux et elle était celle qui a réussi à ne pas succomber dans la violence. « J’ai tué treize personnes Julie. » fis-je assez gravement malgré le petit sourire. Ce sourire pour lui dire que tout allait bien, que ça me faisait rien de le dire à voix haute, je l’ai déjà réalisé auparavant. « C’est loin de respecter la vie des humains aussi. Même si les circonstances ont fait que j’ai dû les tuer. Pourtant, tu vois la bonne personne que je suis alors que… Je ne sais pas. Un de mes voisins m’aurait considéré comme un assassin, un psychopathe ou je ne sais quoi comme étiquette. » soupirai-je alors que je posai ma main sur la sienne pour la serrer un peu. Tout allait bien, hein… Ou pas, puisqu’elle revient encore une fois à la charge sur Sammy. Mais est-ce qu’elle va la laisser tranquille non ? Je lève les yeux au plafond et me pince intérieurement la lèvre inférieure, je me faisais violence pour ne pas l’interrompre et c’est à peine qu’elle ait eu le temps de terminer que je rebondis, sachant pertinemment quoi dire. « La Sam du passé, la Sam trafiquante m’aurait empêché d’avancer. Elle n’est plus rien de tout ça maintenant. Elle a changé et elle est dans le futur, tout comme moi. Je ne suis pas dans le passé Julie. » Non, je suis dans le futur et je le sens venir à des miles de là qu’elle va lever les yeux au ciel ou juste se redresser et croiser les bras… Et c’est ce qu’elle fait. Allez, je ne suis pas son frère pour rien. Enfin, j’essaye de la raisonner, de lui dire qu’il n’y a aucune raison de se méfier de Sammy… Sauf qu’elle ne veut pas écouter, elle s’est mise en mode passoire qui laisse passer les spaghettis d’informations à travers. C’est pas possible ! « On peut parler de la tienne aussi hein ?! » Réagissai-je en me redressant avec les yeux ronds. Oui voilà, c’est parti. Elle m’a énervé. « Sammy peut être violente par moment, c’est parce qu’elle a grandi ainsi, dans un univers de violence et elle n’y peut rien. On ne choisit pas l’environnement où on grandit, on le sait très bien ça. Elle peut se battre, c’est sûr, mais c’est pour se défendre et ce n’est pas une tueuse. Ça je peux te le garantir. J’en ai vu des tueurs et des gens qui ne vivent que pour ça, elle n’est pas ce genre de personne. Elle cherche à avoir une place dans ce monde, elle essaye de tourner la putain de page et ce n’est pas des gens ayant des avis fermés comme toi qui vont l’aider. T’aides bien des gens toi ! Ça m’énerve de voir que tu vas pas au delà des patients quoi ou encore des gens que tu croises dans les rues.» Je soupire et finis par me lever du siège pour aller dans la cuisine, mais je m’arrête au milieu du chemin. « Pour répondre à la question, oui, elle est sincère. Et je suis certain, plus que l’était Eddie quand il a enfin trouvé la solution à deux inconnus. » Et encore, j’ai failli lui parler de son ex-mari, mais je me suis contrôlé à ce moment-là parce qu’elle ne l’aurait pas bien pris et ce serait vraiment parti en vrille. Ce n’est pas ce que je veux. Je n’ai pas envie de perdre contact avec Julie de cette façon, encore moins avec Eddie. Julie était de cet même avis puisqu’elle propos un autre compromis. Je relève les yeux au plafond, les mains sur mes hanches, je réfléchis avant de balancer tout en la regardant. « Et bien sûr, port d’arme interdit chez toi…! Mais ouais, je pourrai faire ça. Si c’est ce qui t’arrange le plus. » Une pause avant que je n’ajoute quelque chose de plus tout en plissant les yeux  « Même si quelque part, au fond de moi, j’appréhende de vous laisser toutes les deux dans la même pièce… Il faudrait que tu rencontres Sammy et que vous discutiez toutes les deux. » Du beau temps ? De comment faire la cuisine ? Ou encore du port d’arme, je m’en fiche. Du moment qu’elles discutent et que je me sentirai moins tiré des deux côtés parce que c’est loin d’être agréable c’est sûr. « C’est quand la dernière fois que tu as mangé ? Parce que je parie que tu n’as pas touché à la nourriture depuis un bon moment quand même… »

electric bird.



Sometimes you piss me off

Revenir en haut Aller en bas
‹ I'M A SPECIAL KIND.
avatar
‹ I'M A SPECIAL KIND.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 17/02/2018
›› Commérages : 26
›› Pseudo : Daria - S
›› Célébrité : Sarah M. Gellar
›› Schizophrénie : Lulu

Re: If I did have a tumor, I'd name it Timothy [Tim] ✻ ( Mar 5 Juin - 21:59 )

If I did have a tumor, I'd name it Timothy
Tim & Ju
Il faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple.
••••

« C’était un putain d’accident Julie. Je vais te le répéter combien de fois que ça entre dans ta fichue tête. Faudrait arrêter de faire la passoire par moment, parce que c’est chiant là » « Un accident causé par quelqu’un avec un pistolet à la main ! » rétorqua t-elle en criant presque, les poings serrés. C’était lui la passoire, nom d’un chien, il s’en fichait complet ! Mais aussi, quelle idée d’en attendre autrement de quelqu’un comme Tim. Une arme à la main, pour son frère, ce n’était pas plus insolite qu’une baguette de pain. « J’ai tué treize personnes Julie. C’est loin de respecter la vie des humains aussi. Même si les circonstances ont fait que j’ai dû les tuer. Pourtant, tu vois la bonne personne que je suis alors que… Je ne sais pas. Un de mes voisins m’aurait considéré comme un assassin, un psychopathe ou je ne sais quoi comme étiquette. » « Aucun de tes voisins ne te connait aussi bien que moi. Tu as tué non pas par plaisir mais parce que tu le devais, et tu le regrettes  ! C’est pour ça que c’est dur aujourd’hui, et c’est ce qui fait de toi un homme vivant » Son frère était presque doux sur ce sujet, mais dès qu’il en vint du scepticisme de Ju’ envers Sammy, ça éclata de nouveau. La blondinette comprit parfaitement le message : il y a des circonstances atténuantes au comportement de Sam et si tu me laisses une chance, elle aussi devrait avoir le droit d’en avoir une. C’était assez juste, mais la Sam en question s’en était prise à son frère et ce n’était pas aussi simple de complètement ignorer ce détail comme le faisait Tim.   Si tu me voyais sympathiser avec un homme qui m’a involontairement blessée en me menaçant, j’espère bien que tu ne verrais pas ça d’un bon œil. » A bon entendeur, ok je me mets à ta place, mais mets-toi un peu à la mienne aussi ! La famille, c’est sacré. Julie aurait plus facilement tendance à pardonner à quelqu’un qui s’en était pris à elle, plutôt que quelqu’un qui s’en était pris à son frère. « Pour répondre à la question, oui, elle est sincère. Et je suis certain, plus que l’était Eddie quand il a enfin trouvé la solution à deux inconnus. » Julie poussa une petite exclamation de panique quand il parla de deux inconnus. « Eddie n’a toujours pas fait son devoir de maths ! » se rappela t-elle. Pic de stress. Julie secoua la tête et regarda sa montre. « Bon, c’est pour mardi » raisonna t-elle en essayant de se détendre. De quoi on parlait déjà ? Ah oui, Sam. Julie se pinça l’arrête du nez et poussa un long soupir, les yeux clos. Elle laissa ensuite tomber sa main sur sa cuisse et releva un regard plus raisonnable vers Tim. « Je ne doute pas que tu la connaisses mieux que moi » reconnut-elle à contrecœur.

C’est ce qui permit le début des concessions. Tim accepta de venir chez elle pour garder Eddie à l’avenir et il proposa en retour… le choc des blondes.  « Même si quelque part, au fond de moi, j’appréhende de vous laisser toutes les deux dans la même pièce… Il faudrait que tu rencontres Sammy et que vous discutiez toutes les deux. » Julie leva un peu le nez de méfiance. Elle redressa ensuite l’épine dorsale avec un petit air dédaigneux, avant de répliquer : «  Je veux bien la rencontrer, à condition que tu la fouilles avant qu’elle ne passe la porte de chez moi ». Il s’agissait d’une mi-pique, mi-vérité. Au moins, l'affaire était réglée ! « C’est quand la dernière fois que tu as mangé ? Parce que je parie que tu n’as pas touché à la nourriture depuis un bon moment quand même… » Il avait raison, mais ça lui importait peu à Julie. Elle se leva d’un bond. « Zut il est quel heure ? Tu dis ça parce que j’ai mauvaise mine ou parce que tu as faim ? » Elle se précipita vers la cuisine et ouvrit les placards. « Je peux  te préparer des fusili al pesto, penne alla norma ? Lasagne ? » Son portable sonna enfin et la blondinette soupira de soulagement en voyant le nom d’Eddie s’afficher. En décrochant, elle le gronda la première minute, le temps qu’elle réalise qu’Eddie était vraiment parti parce que ça chauffait entre Tim et Sam et qu’il ne se sentait pas à sa place, puis se radoucit un peu. « Rentre à la maison, et fais tes devoirs. Je suis chez Tim, je vais te ramener à manger » Tim avait d’ailleurs intérêt à surveiller sa sœur car celle-ci avait tendance à beaucoup trop saler et poivrer quand elle était irritée. Du coup, elle salait beaucoup… presque tous les jours. Julie raccrocha. « Tu sais où est Sammy ? » Elle avait dû quitter le domicile après la dispute, c’est ce que pensait Julie, qui eut aussitôt son petit air critique. « Elle a le départ facile dis donc… pour quelqu’un qui ne sait pas où aller. »


••••

by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 31/12/2017
›› Commérages : 111
›› Pseudo : Harmajabb Mr.turtle
›› Célébrité : Jon hamm
›› Schizophrénie : Anthony Gresham aka Jeffrey Dean Morgan ; Simone Esposito aka Ryan Gosling; Brianna Holloway aka Millie Bobby Brow, (omg une FILLE!!!), Eliott James aka Mr.Darcy (Colin Firth quoi), Nawid Sadki aka Poe (Oscar Isaac wesh); Owen Wilde aka Hulk (Mark Ruffalo)

Re: If I did have a tumor, I'd name it Timothy [Tim] ✻ ( Lun 11 Juin - 1:24 )

If I did have a tumor, I'd name it Timothy
Julie & Tim
“ Qui s’est passé au stand de tir ! L’intérêt de tenir une fichue arme Julie ! Mais pourquoi tu n’écoutes rien, t’es pas possible. soupirai-je en Italien à la fin assez fatigué de devoir débattre sur Samantha et l’accident. Bon j’avoue que je suis assez surpris que j’ai pu mentir avec brio sur le fait que c’était un accident et non sur le fait qu’elle avait voulu me tuer en fait. Enfin, je ne pense pas que je vais devoir considérer cela comme un mensonge parce que c’était totalement vrai: c’était un fichu accident. Elle ne l’avait pas fait exprès en fait. Si elle l’avait fait exprès, elle m’aurait tué, tout comme j’aurai tué treize personnes en réalité. Je soupire et penche un peu la tête des deux côtés, presque convaincu que j’avais surtout tué par légitime défense, j’ai même été un bouclier pour Sammy. J’ai tout fait pour éviter qu’elle ne tue pour la première fois, parce que oui… Je me rappelle ce que ça fait de tuer pour la première fois et il est assez difficile de s’en remettre avant de pouvoir totalement tourner la page et continuer à tuer jusqu’à ce que le poids devienne insupportable. Enfin, je pensais qu’elle allait être tranquille, sauf que ben non, elle rebondit sur Samantha. Elle est sacrément bien décidée de vouloir l’attaquer dans son dos aujourd’hui ! Qu’est ce qui lui est arrivé ? Elle a perdu un patient ou quoi ? Ah non, elle a perdu Eddie… Enfin, on a perdu Eddie… Je fronce les sourcils quand elle me lance un exemple et la regarde avec l’air de me demander si ça lui est vraiment arrivé ? “ Ok, tu marques un point…! Je ne suis pas sûr que ce type soit vivant après qu’il t’ai fait ça.” Une pause avant de soupirer. “Je rigole hein… A moitié.” Oui, c’est sûr que je me serai débrouillé pour qu’il ne se rapproche plus jamais de Julie et j’espère pour elle qu’elle ne s’est pas fait agressée et que si c’était le cas, elle me l’aurait dit. Enfin bref, je lui montrais que je faisais confiance à Sammy, je faisais confiance à sa capacité à vouloir tourner la page, plus sûr qu’Eddie ne l’était quand il trouvait la solution à l’équation à deux inconnues. Julie panique vite fait quand elle remarque que son devoir n’a toujours pas été fait. “ Merde.” fis-je en réalisant que j’étais censé l’aider. Je soupire et passe la main sur mon front avant de la passer devant mes yeux. “Je peux venir aider lundi soir s’il n’a toujours pas trouvé comment faire…” proposai-je. Enfin, du moment où je ne reste pas jusqu’à 23h quand même, sinon je connais quelqu’un qui irait bouder même si elle va essayer de comprendre d’un autre côté que la famille est importante pour moi. Dans tous les cas, je remarque la fatigue de ma soeur, mais surtout qu’elle est surmenée. J’ai pas l’impression que les choses s’arrangent pour elle… Et je ne dois sûrement pas l’aider quand j’évoque l’idée de rencontre avec Sammy pour qu’elle arrête enfin ses conneries et qu’elle voit Sammy d’un autre oeil. Je lève les yeux au ciel et grogne à sa condition. C’était ma manière de dire ok, je vais faire ce que je peux… Dissuader Sammy de prendre une arme, ça ne va pas être facile, mais ce n’est pas impossible… Juste pas facile… Si elle refuse, je peux toujours très bien lui laisser l’arme, mais sans balles. Il m’arrive d’être mesquin des fois.

Il est quelle heure ? Je regarde ma montre qui n’était évidemment pas à mon poignet et hausse les épaules. Aucune idée. “Tu as surtout une mine affreuse et je suis toujours surpris que tu sois encore capable de tenir debout… Je me demande si tu ne prends pas un stupéfiant pour tenir ?” fis-je un peu interrogateur avant de la suivre dans la cuisine et c’est aussi à se demander d’où elle tient l’énergie…? Moi je suis déjà vidé dès le samedi matin bon sang. On est le matin d’ailleurs ? Ah oui… “Il était onze heures et quelques quand j’ai vu l’heure sur le four la dernière fois.” Et la dernière fois ? Quand j’ai retrouvé ma soeur en train de ranger les courses. “ Allez, penne alla norma ça faisait très longtemps que j’en ai pas mangé.” Une pause et je me dirige vers le plan de cuisine “Je vais t’aider.” fis-je en prenant les devants alors que Julie téléphone avec Eddie. Je grimace un peu en entendant Julie gronder son fils, j’imagine qu’il a dû aller chez ses amis et ça confirmait parfaitement ma théorie, ce qui me soulage un peu et ça veut dire que je n’ai pas à sortir pour retourner toute la ville pour le retrouver. Je coupais les aubergines en fines rondelles tranquillement alors qu’elle me pose la question sur où était Sammy. Je fais une petite moue pour affirmer que j’ai une idée d’où elle était avant de tourner mon regard blasé vers Julie. “Sérieusement ?” Je soupire à nouveau agacé. Il faut que je prenne sur moi, c’est ma soeur, je ne peux pas engueuler ma soeur. “ Sammy est revenue hier soir après une balade pour se calmer.” Bah quoi ? Les gens énervés marchent pour se calmer, c’est ce que Sammy fait pour se calmer, même si elle n’hésiterai pas à frapper les arbres ou les pauvres objets qui passent en premier. Je soupire alors que je finis de couper les aubergines. ” J’ai cru au réveil qu’on était dimanche, mais au final comme nous sommes samedi et qu’elle a dû me voir dormir assez profondément… Mais surtout pour que j’arrête de courir dans tous les sens malgré la blessure, elle a dû ouvrir le stand sans moi et assure quelques cours…Je lui fais confiance, elle était mon élève avant...” et accessoirement elle se défoule, ça l’aide à se calmer et à rester au contact des armes.. Cela devait lui faire du bien. “ Tu sais Julie ? Tu ne devrais pas trop te soucier de moi avec Sammy, vraiment. Tu cours déjà après Eddie et c’est assez épuisant. Alors s’il te plait, ne te rajoute pas une couche en te souciant pour moi par rapport à Sammy. Je gère… Occupe toi surtout de toi. De te détendre, de prendre le temps de manger à des heures convenables et aussi à sortir un peu prendre le soleil…”

electric bird.



Sometimes you piss me off

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: If I did have a tumor, I'd name it Timothy [Tim] ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

If I did have a tumor, I'd name it Timothy [Tim]

SCREW DESTINY :: cap harbor is my home :: Haywood Hill Residence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération