※ big players make big play. (paul)

 :: the city of cap harbor :: Pacific Academy School
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 19/02/2018
›› Commérages : 95
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : Joe Sexy Keery
›› Schizophrénie : rachel campbell ✻ riley emerson-oakley ✻ liv burrows ✻ ophelia rhodes ✻ jay thompson ✻ lissa valentine ✻ mila matthews ✻ lauren campbell ✻ erin pierce

※ big players make big play. (paul) ✻ ( Lun 5 Mar 2018 - 16:58 )



big players make big play.
liam washington & paul mcmahon ※ liam & paul

“ the game isn't over until the clock says zero. ” ― IDK

C'est la troisième fois que Liam louche sur l'adresse de livraison du colis qu'il doit déposer. Elle lui rappelle grandement quelque chose, mais il n'arrive pas à remettre le doigt dessus. Pourtant une fois devant l'immense bâtisse, ses souvenirs refond surface. C'était simplement l'adresse de son ancien lycéen. Cette adresse qu'il a écrit de nombreuses fois durant toute sa scolarité. Ce lycée où il a passer plusieurs années de sa vie, autant en salle de classe qu'en retenue et même qu'à airer dans les couloirs. Être de retour ici, dans les mêmes couloirs qu'il a autrefois foulé ça lui fait un peu bizarre. Et cela lui fait encore plus bizarre de se rendre dans le secrétariat du lycée et de tomber nez à nez avec la responsable pédagogique. Elle n'a pas encore prit sa retraite ? Déjà qu'elle était à un âge près de l'ère des dinosaures, maintenant elle doit avoir quoi ? 150 ans ? Au moins. Comme il s'y attend, elle le reconnaît et ils finissent par échanger quelques mots, mais surtout le pourquoi du comment il était ici. Liam confie le colis qu'il a dans les mains, en échange d'une signature et fait demi-tour afin de continuer sa tournée. Sauf qu'une fois dans l'allée principale, il ne peut s'empêcher de faire un détour jusqu'à son casier. Il teste même l'ancienne combinaison de celui-ci et il découvre qu'elle n'a pas changé, juste l'intérieur du casier qui est totalement différent. Il ne se gêne pas pour envoyer un snap à Sebastian pour qu'il partage le moment avec lui. Finalement sa prochaine livraison attendra un peu, d'autant plus qu'il ne porte pas dans son cœur la personne qui doit la réceptionner, alors raison de plus pour flâner au lycée un moment de plus. Ses pas le mène naturellement dans ce gymnase qu'il a arpenter trop de choix pour les compter. Liam est même surprit de voir le terrain vide. Il profite de l'instant pour prendre une balle à terre, faire quelques dribbles et tenter un panier à trois points. Si le premier est un epic fail, le second est un succès. Il s'applaudirait presque sauf que quelqu'un le fait à sa place. Curieux, Liam tourne la tête vers l'homme en question. Vu sa tenue, il est certain qu'il bosse ici. « Le Coach Baker a prit sa retraite ? » Liam ça le surprend un peu, mais vu son âge il pouvait comprendre. D'ailleurs ce nouveau, il devait avoir quel âge ? Juste quelques années de plus que lui à tout casser. « J'ai déjà vu votre visage quelque part ... » Sauf que Liam ne se souvient plus d'où. Alors il fait l'impoli et continue de le fixer, tentant en vain de se souvenir. « Je traînais dans le coin, j'ai vu ce ballon qui m’appelait et j'ai pas pu résister. » Liam préfère s'expliquer avant que de crouler sous les questions. « Mais je sais d'où je te connais. » Le vouvoiement c'est pas trop son truc. « C'est pas ton maillot qui est accroché derrière ? » Ce n'était pas le célèbre McMahon qui se tenait devant ses yeux ? Celui qui était une légende dans cette école. Celui dont son coach n'arrêtait pas de lui rabâcher les oreilles. Celui qui avait du percer en NBA ? Mais qu'est qu'il fait ici ?


baby, i know that you like me, you my future wifey. text me, call me, i need you in my life, all that, everyday I need ya and everytime i see ya my feelings get deeper. i miss ya, i miss ya.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 26/06/2017
›› Commérages : 592
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Robbie Amell
›› Schizophrénie : Sarah Miller (Zooey Deschanel) ▪️ Helena Lewandowski (Elodie Yung) ▪️ Pio Esposito (Aaron Tveit) ▪️ Martin Palmer (Ben Barnes) ▪️ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester) ▪️ Oscar Pierce (Matt McGorry) ▪️ Grayson Shield (James McAvoy)

Re: ※ big players make big play. (paul) ✻ ( Jeu 8 Mar 2018 - 10:22 )












Pour la énième fois de la semaine le Principal Harper m'avait convoqué dans son bureau. Depuis que Joan travaillait sur le projet des 100 ans du lycée j'avais l'impression de passer plus de temps dans le bureau d'Harper que dans le mien à essayer de convaincre les recruteurs de venir. C'était usant et j'avais hâte que cela se termine. Surtout que ma curiosité n'était absolument pas satisfaite parce que Joan ne voulait pas me montrer ce qu'elle était en train de faire. C'était incroyablement frustrant et selon elle je n'avais pas le droit à un traitement de faveur sous prétexte que j'étais son meilleur ami et que je lui apportais des gâteaux. Pourtant je trouvais que c'était des bonnes raisons. Du coup j'avais essayé du côté du principal,  mais encore une fois ce fut un échec. Cette fois encore il m'avait demandé de venir pour que je lui donne des nouvelles de Joan. Je ne comprenais pas pourquoi il ne voulait pas prendre son téléphone lui même. Selon moi il essayait seulement de savoir si elle avait fini par vendre la mèche ou pas. Qu'il se rassure, quand Joan avait décidé de ne pas craquer, elle ne craquait pas. Sa vérification faite, il me donnait congé et enfin je pourrais faire ce pourquoi il m'avait engagé. Pourtant mon attention fut attiré par quelque chose d'autre. Quelqu'un était dans la salle de basket.
Intrigué par les bruits que j'entendais dans le gymnase, je décidais d'y aller pour voir qui était en train de s'entraîner. C'était quelqu'un que je ne connaissais pas et je le regardais en silence appuyé contre la porte. Pourtant après son magnifique panier à 3 points je signalais ma présence en l'applaudissant. Certains de mes joueurs pourraient en prendre de la graine de l'enchaînement qu'il venait de faire. « Bravo pour ce mouvement, en match et avec les bons équipiers, c'est imparable » Moi-même je l'avais fait régulièrement quand j'étais à Cleveland.« Le Coach Baker a prit sa retraite ? » Malheureusement oui et lui succéder n'était pas une chose facile. Il était comme le coach Durham dans les Frères Scott, une institution du lycée. « Oui l'année dernière » Malheureusement il avait terminé sur une défaite et pourtant ce jour là c'était lui le plus souriant. Je n'arrivais toujours pas à comprendre. « J'ai déjà vu votre visage quelque part ... » S'il s'intéressait un peu au basket oui il devait me connaître. Alors qu'il continuait à me fixer, je le regardais en souriant ne l'aidant absolument pas à se souvenir. Je n'avais pas assez la grosse tête pour cela. « Je traînais dans le coin, j'ai vu ce ballon qui m’appelait et j'ai pas pu résister. » Je haussais les épaules et levais les mains l'air de dire, ''tu fais ce que tu veux'' « Je suis pas venu faire le vieux grincheux, j'étais simplement curieux de savoir qui était en train de s'entraîner » J'avais eu le faible espoir que ce soir l'un de mes joueurs, venu s'entraîner aux lancers francs, ou réviser une tactique qu'on venait de mettre en place, mais j'étais bien trop optimiste. « Mais je sais d'où je te connais. » Avait-il eu une révélation ? « Ah bon ? » Par contre je devais avouer que moi je le connaissais absolument pas. Peut-être un ancien du lycée comme moi. « C'est pas ton maillot qui est accroché derrière ? » Je levais les yeux vers ce maillot. « Si c'est bien le mien. » Quand j'étais arrivé au lycée en tant que coach j'avais demandé au principal de l'enlever, mais il avait refusé ma requête estimant que c'était motivant pour les jeunes et puis je n'étais pas le seul accroché. Heureusement d'ailleurs. « Heureusement mon numéro n'a pas été retiré du banc » Cela arrivait souvent quand un joueur marqué l'histoire de son équipe, mais je ne pensais pas mériter autant d'honneur. « Mais tu es qui au fait ? J'imagine un ancien du lycée, mais je ne crois pas qu'on fasse partie de la même génération » Je n'irai pas jusqu'à dire que j'étais un vieux croulant, mais il devait avoir tout juste vingt-ans ce jeune non ?




lumos maxima


Talking to the moon.
Dans chaque vieux, il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé. .@ ALASKA.


Dernière édition par Paul McMahon le Ven 13 Avr 2018 - 14:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 19/02/2018
›› Commérages : 95
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : Joe Sexy Keery
›› Schizophrénie : rachel campbell ✻ riley emerson-oakley ✻ liv burrows ✻ ophelia rhodes ✻ jay thompson ✻ lissa valentine ✻ mila matthews ✻ lauren campbell ✻ erin pierce

Re: ※ big players make big play. (paul) ✻ ( Lun 9 Avr 2018 - 15:57 )



big players make big play.
liam washington & paul mcmahon ※ liam & paul

“ the game isn't over until the clock says zero. ” ― IDK

Liam n'aurait jamais cru qu'un jour, il remettrait les pieds dans son ancien lycée. Quand Joey était encore lycéenne, il a eut quelques occasions de s'y rendre, mais maintenant qu'il était sur le marché du travail, il n'aurait pas cru que justement son travail l'aurait pousser à venir jusqu'ici. Liam ne pouvait pas simplement passer dans le coin et ignorer les environs. Il était juste curieux de savoir ce qui avait pu changer depuis sa dernière année de lycée. Puis, il fallait bien qu'il envoie des snaps à Sebastian, il ne l'avait pas encore fait de la journée. Après avoir fait un détour vers son cassier, il retrouve le gymnase où ses pieds ont tant de fois arpentaient le sol. C'est un automatisme quand il se retrouve avec un ballon entre les mains, il est obligé d'essayer de marquer. Tiens, il devrait suggérer à Sebastian et Andrea de s'faire un basket ce week-end ou un soir après le boulot, maintenant que les journées paraissent un peu plus longue. Si Liam pensait passer inaperçu, c'était loupé. Quelqu'un venait de voir son panier et on l'applaudit même. Il va prendre la grosse tête le garçon. « Bravo pour ce mouvement, en match et avec les bons équipiers, c'est imparable. » Il le prend pour un élève du lycée ? « Merci du conseil. » Que pouvait-il de plus ? Puis c'était qui ce mec ? Il est où le coach Baker ? « Oui l'année dernière. » Nooooooon ! Mais comment Liam n'a pas été au courant de cette nouvelle, ça lui brise un petit peu le cœur en deux. « Triste, il faisait partit un peu des murs ce vieux. » Liam l'a toujours connu, donc ça lui fait un peu étrange de voir une autre tête à la tête justement de l'équipe de basket, surtout une tête aussi jeune. Enfin en soit, le jeune deviendra vieux aussi un jour. Surtout qu'il lui dit un truc, quoi ? Il n'arrive pas encore à mettre la main dessus. « Je suis pas venu faire le vieux grincheux, j'étais simplement curieux de savoir qui était en train de s'entraîner. » Il va le décevoir mais ce n'est pas un joueur de son équipe. Enfin autrefois Liam avait porter les couleurs de cette école, mais plus maintenant. « Ah désolé c'est juste moi. » En soit ça ne va pas aider le coach, mais qu'importe. Comme Liam venait d'avoir l'illumination ! Il savait d'où il connaissait cet homme ! C'était lui le McMahon, le vrai et l'unique. « Si c'est bien le mien.  Heureusement mon numéro n'a pas été retiré du banc. » Oui bon garçon, on est à Cap Harbor pas à Chicago ou ailleurs, donc faut redescendre un peu sur terre. « Attend, attend. Il y a un truc que je comprends pas. » Liam fixe l'homme face à lui d'un air assez sérieux. « Si c'est ton maillot accroché là, qu'est que tu fous ici ? » Franchement Liam, il ne comprend pas trop. « Je croyais que tu jouais en NBA ? » Ou alors le coach Baker n'a toujours raconté que des bobards aux joueurs de l'équipe pour qu'ils se motivent plus durant les matchs. « Mais tu es qui au fait ? J'imagine un ancien du lycée, mais je ne crois pas qu'on fasse partie de la même génération. » C'est logique, le garçon il doit avoir au moins dix ans de plus que Liam si ce n'est pas plus. « Liam, j'ai du faire une livraison au lycée et j'ai eut un brin de nostalgie. » Qui l'a pousser à venir taper dans le ballon. « Ouai non je crois pas qu'on a le même âge. » Ou alors il fait vraiment plus vieux que son âge le Paul. « J'ai quitté le lycée, il y a plus de cinq ans voire six, voire sept. » Désolé mais Liam et les mathématiques ça n'a jamais été une grande histoire d'amour.


baby, i know that you like me, you my future wifey. text me, call me, i need you in my life, all that, everyday I need ya and everytime i see ya my feelings get deeper. i miss ya, i miss ya.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 26/06/2017
›› Commérages : 592
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Robbie Amell
›› Schizophrénie : Sarah Miller (Zooey Deschanel) ▪️ Helena Lewandowski (Elodie Yung) ▪️ Pio Esposito (Aaron Tveit) ▪️ Martin Palmer (Ben Barnes) ▪️ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester) ▪️ Oscar Pierce (Matt McGorry) ▪️ Grayson Shield (James McAvoy)

Re: ※ big players make big play. (paul) ✻ ( Ven 13 Avr 2018 - 14:35 )












En enntendant du brit dans le gymnasme, je pensais vraiment que c'était l'un de mes joueurs qui essayait de s'entraîner pour nous donner encore plus de chance de gagner le championnat, mais malheureusement ce n'était pas le cas. Pour autant je savais reconnaître un bon mouvement quand j'en voyais un et je n'hésitais pas à le dire à ce gars qui était en train. « Merci du conseil. » Ce n'était pas vraiment un conseil, juste une constatation. En tout cas il n'était pas étranger au lycée parce qu'il connaissait le coach Baker, qui avait malheureusement pris sa retraite l'année dernière. « Triste, il faisait partit un peu des murs ce vieux. » Je ne pouvais que comprendre son sentiment. J'avais essayé de le convaincre de rester une ou deux années de plus, mais il avait estimé qu'il avait fait son temps. « C'est surtout dommage pour les nouvelles générations qui ne pourront pas profiter de ses conseils » Evidemment j'étais le nouveau coach et donc c'était mon rôle, mais je n'avais pas la même aura que lui. Peut-être quand je serais vieux. Je l'espérais en tout cas. En tout cas je n'étais pas encore assez vieux et grincheux pour lui faire la morale de s'entraîner alors que techniquement il n'avait pas le droit. Cette salle était ouverte à tout le monde après tout, même si j'aurai aimé voir mon joueur vedette sur le parquet plutôt que cet inconnu. « Ah désolé c'est juste moi. » Je haussais les épaules. C'était pas bien grave. Tout comme ce n'était pas grave si on ne me reconnaissait pas, même si après quelqu'un instant à me fixer intensément il avait réussi à faire le lien avec mon maillot accroché au mur. « Attend, attend. Il y a un truc que je comprends pas. » Je fronçais les sourcils en attendant. Qu'est ce qu'il ne comprenait pas ? « Je croyais que tu jouais en NBA ? » Je souriais un peu, nostalgique de cette époque. « J'y ai joué, j'ai juste arrêté il y a 2 ans. J'ai quitté Cleveland pour revenir ici » J'avais bien conscience que c'était bien trop jeune pour arrêter, surtout quand on avait la chance de jouer avec Lebron James ou Kevin Love. « J'ai du faire un choix et voilà » Ce n'était pas forcément un choix que je regrettais, mais je n'avais pas eu le choix parce que les blessures ne voulaient pas me quitter et que tout le monde savait que je n'allais jamais retrouver mon meilleur niveau.
Si lui m'avait reconnu, malheureusement je ne pouvais pas en dire autant, mais si il connaissait le coach Baker alors c'était forcément un ancien du lycée. « Liam, j'ai du faire une livraison au lycée et j'ai eut un brin de nostalgie. » Oh d'accord, tout s'expliquait maintenant. « Oui quand on revient ici on ne peut pas s'empêcher de déambuler dans les couloirs » En tout cas la première fois que j'avais remis un pied ici c'était ce que j'avais fait en souvenant de tous les souvenirs que j'avais dans cet endroit. « Ouai non je crois pas qu'on a le même âge. » Moi qui espérait faire beaucoup plus jeune que mon âge c'était loupé. « J'ai quitté le lycée, il y a plus de cinq ans voire six, voire sept. » Il pouvait pas être un peu plus précis ? « C'est une sacré fourchette que tu me donne là » lui dis-je en rigolant. Je me rapprochais prenant le ballon à mon tour pour dribbler un peu. Même dans un ballon il avait des tonnes de souvenirs. « Tu faisais aussi partie de l'équipe de basket? » Même sans faire de basket, tout le monde ici connaissait le coach Baker, mais il semblait plus doué que la moyenne. Ou alors il faisait seulement du street basket. « Si tu as le temps on peut se faire un petit match. » Je regardais ma montre, mais oui effectivement j'avais un peu de temps devant moi. « L'entraînement ne commence que dans 20 minutes »   S'il voulait rester aussi, il pouvait.




lumos maxima


Talking to the moon.
Dans chaque vieux, il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé. .@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 19/02/2018
›› Commérages : 95
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : Joe Sexy Keery
›› Schizophrénie : rachel campbell ✻ riley emerson-oakley ✻ liv burrows ✻ ophelia rhodes ✻ jay thompson ✻ lissa valentine ✻ mila matthews ✻ lauren campbell ✻ erin pierce

Re: ※ big players make big play. (paul) ✻ ( Dim 27 Mai 2018 - 13:00 )



big players make big play.
liam washington & paul mcmahon ※ liam & paul

“ the game isn't over until the clock says zero. ” ― IDK

Liam, il garde un très bon souvenir de son époque lycée. Autant que le temps qu'il a jouer dans ce gymnase. Il était loin d'être un pro dans le domaine, mais il savait jouer. Et d'une certaine façon cela avait été bénéfique pour lui, ça avait été un échappatoire quand ses parents avaient perdu la vie. Quant à en faire son métier ? Absolument pas. Manger, boire, dormir basket ça n'était pas son dada. Et en réalité, il ne savait toujours pas ce qu'était son dada. Liam aurait du s'douter en traînant dans le gymnase, il n'allait pas rester seul bien bientôt. S'il s'attendait à voir le coach, il était un peu déçu de voir que le Coach Baker avait prit sa retraite et qu'un petit jeune avait prit sa place désormais. Alors, Liam il trouve ça triste. « C'est surtout dommage pour les nouvelles générations qui ne pourront pas profiter de ses conseils. » Un peu. Mais il parait qu'en vieillissant la sagesse arrive donc le nouveau, il aura qu'à attendre d'être vieux même s'il n'est pas tout jeune non plus. « Faut avoir confiance en soi, j'suis sûr que tu feras un bon coach aussi. » Liam est gentil aujourd'hui, il est même d'humeur à faire des compliments donc autant en profiter ce n'est pas tous les jours que ça va se reproduire. Mais ce mec face à lui, ce nouveau coach, Liam il connait sa tête. C'est lui le grand McMahon dont le Coach Baker n'arrêtait jamais de parler. Mais ce que Liam ne comprend c'est qu'est qu'il fout à Cap Harbor alors qu'il devrait jouer en NBA. « J'y ai joué, j'ai juste arrêté il y a 2 ans. J'ai quitté Cleveland pour revenir ici. » Sérieux ? « Whaaat ? T'as tout quitté pour revenir te perdre dans ce bled paumé ? » Liam n'est pas originaire de Cap Harbor et il n'a jamais vraiment apprécier cette ville. Ceci dit, il est impensable pour lui aujourd'hui de construire sa vie ailleurs. « Mais pourquoi ? » Oui, Liam il veut savoir. Il a décidé d'être curieux. « J'ai du faire un choix et voilà. » Ah bah vive le choix de merde. « Pas de regrets ? » Liam lui en tout cas il regretterait il aurait même honte d'être passer de la lumière à l'oubli en une fraction de seconde. Mais Liam ne se vexe pas quand le nouveau coach lui demande son nom. En réalité c'est William, mais personne ne l'appelle ainsi puis il oublie même souvent que c'est son prénom. Liam c'est plus sympa. « Oui quand on revient ici on ne peut pas s'empêcher de déambuler dans les couloirs. » La preuve ! Qu'est-il en train de faire en ce moment même ? « Ce lycée rappelle tant de souvenirs. » Mauvais ou bons, Liam en a pleins dans la tête. Et il est possible qu'en rentrant ce soir, il sorte les albums de fins d'années pour les regarder avec Seb. « C'est une sacré fourchette que tu me donne là. » C'est juste quelques années, à une ou deux de près. « Désolé mais les maths ça n'a jamais été mon truc. » Surtout que Liam ne pouvait pas se voir le prof, alors ça n'arrangeait rien. « J'vais faire vingt-cinq ans cet été. » Le sept juillet comme ma maman. Liam a côté de Paul, c'est un bébé. « Tu faisais aussi partie de l'équipe de basket ? » Yep. Il hoche même la tête pour l'affirmer. « Si tu as le temps on peut se faire un petit match. » Baaaah, il va prendre du retard dans son boulot. « L'entraînement ne commence que dans 20 minutes. » Oh et puis merde, les clients ils attendront une demi-heure de plus. « J'suis chaud. » Il frotte ses mains entre elles, sautille un peu sur place et fait craquer sa nuque. « Honneur à la légende. » dit-il en se mettant à rire, puis en position de défense afin de l'empêcher de marquer.


baby, i know that you like me, you my future wifey. text me, call me, i need you in my life, all that, everyday I need ya and everytime i see ya my feelings get deeper. i miss ya, i miss ya.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 26/06/2017
›› Commérages : 592
›› Pseudo : Flo Sauvage
›› Célébrité : Robbie Amell
›› Schizophrénie : Sarah Miller (Zooey Deschanel) ▪️ Helena Lewandowski (Elodie Yung) ▪️ Pio Esposito (Aaron Tveit) ▪️ Martin Palmer (Ben Barnes) ▪️ Emmy Nelson-Riley (Leighton Meester) ▪️ Oscar Pierce (Matt McGorry) ▪️ Grayson Shield (James McAvoy)

Re: ※ big players make big play. (paul) ✻ ( Mer 13 Juin 2018 - 21:44 )












Même si je savais que je faisais du bon boulot, le coach me manquait. J'aurai vraiment aimé pouvoir le convaincre de continuer avec moi encore un peu, qu'il puisse aider les jeunes, mais il avait refusé. Il était convaincu d'avoir fait son temps et que maintenant c'était à moi de faire mes preuves. « Faut avoir confiance en soi, j'suis sûr que tu feras un bon coach aussi. » Et il disait ça juste parce que je présentais bien ? En tout cas c'était sympa de ma part et j'acceptais volontiers ce compliment. « Je te remercie, en tout cas on est en finale du championnat donc je ne dois pas être mauvais » C'était d'ailleurs bien pour cela que j'aurai préféré trouver l'un de mes joueurs sur le terrain. Cette finale on allait pas la gagner en se tournant les pouces. En tout cas il n'avait pas fallut beaucoup de temps à ce garçon pour qu'il me reconnaisse.  Oui j'étais bien Paul McMahon, oui j'avais joué en NBA, mais ce temps était malheureusement révolu pour moi. « Whaaat ? T'as tout quitté pour revenir te perdre dans ce bled paumé ? » Je rigolais à sa façon de voir les choses. « Cap Harbor n'est pas totalement paumé, mais oui c'est un peu l'idée » Pas le choix le plus facile à faire, mais maintenant que c'était fait il n'y avait plus de retour en arrière possible. « Pas de regrets ? » Je réfléchissais sérieusement à la question avant de la répondre. « J'aurai toujours des regrets. Parce que j'ai du arrêter à cause des blessures et de mon corps en carton » Si j'avais eu le choix, je serais à Cleveland pour finir ma carrière en beauté. « Mais au moins maintenant je suis utile à la nouvelle génération et je peux les préparer au mieux pour le haut niveau » Il fallait voir le bon côté des choses. Et puis ma mère n'avait pas caché son bonheur de me voir revenir, et elle n'était pas la seule. Moi même j'étais heureux d'avoir pu retrouver tout le monde et toute la petite bande.
En tout cas si lui m'avait reconnu, moi ce n'était pas vraiment le cas pour moi. Je me doutais qu'il devait être un ancien élève, mais je n'arrivais pas à savoir de quand. En tout cas, il avait eu raison de venir au gymnase. Moi ça me perturbé absolument pas, mais je savais que le coach de natation n'aimait pas trop qu'on traîne dans sa cour des miracles. « Ce lycée rappelle tant de souvenirs. » Je pouvais facilement le comprendre, c'était l'une des choses qui avait fini de me décider quand on m'avait proposé le poste. Ca et évidemment le challenge de faire quelque chose de l'équipe. Équipe dont Liam ne faisait pas partie, mais même avec ce qu'il me disait je ne pouvais pas juger de son âge, il me donnait une tranche beaucoup trop grande. « Désolé mais les maths ça n'a jamais été mon truc. » Tout le monde ne pouvait pas se destiner à une carrière de scientifique. « Si tu as eu Andrews comme prof, je peux le comprendre » A mon époque il pouvait déjà concurrencer avec l'âge d'un dinosaure et ses cours étaient les plus horribles du monde. Si Liam avait eu le malheur de l'avoir, je comprenais son désamour des maths. « J'vais faire vingt-cinq ans cet été. » Est ce que je me prenais une claque dans la figure ? Un peu quand même, même si l'écart n'était pas si important que ça, cela faisait toujours drôle. « Je suis de la vieille génération alors » que je lui disait en rigolant. Si il disait que oui, je lui balançais à la figure. Mais parce que j'étais quelqu'un de pacifiste et parce qu'il avait fait partie de l'équipe lui aussi, je lui proposais plutôt un match en attendant que mes joueurs arrivent pour l'entraînement. « J'suis chaud. » Voilà qui faisait plaisir à attendre. « Honneur à la légende. » C'était une façon de me mettre la pression ? « Légende je sais pas, mais j'ai encore de beau reste » Dont je lui faisais la démonstration rapidement en le faisait reculer, avant de moi même faire un pas en arrière pour shooter en extension à la ligne des 3 points. « Je pense que j'ai encore de quoi rivaliser avec les jeunes » La compétition me manquait plus que je n'aurai plus le dire, me retrouver moi-même sur un terrain était une sensation vraiment agréable et surtout Liam se débrouillait vraiment pas mal. Ce n'était pas pour rien que 20 minutes plus tard, nous étions à égalité. Petit à petit mes joueurs avaient fait leur entrée dans le gymnase et s'était installé dans les gradins pour regarder notre petit duel. « Tu vas quand même pas me laisser perdre devant mes joueurs » Même si c'était moi qui avait le dernier ballon en main, je ne savais pas ce qui pouvait arriver.




lumos maxima


Talking to the moon.
Dans chaque vieux, il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé. .@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.
avatar
‹ THEY DRIVE ME CRAZY BUT I LOVE THEM.


Voir le profil de l'utilisateur

❝ Family don't end with blood ❞
›› Cap Harbor since : 19/02/2018
›› Commérages : 95
›› Pseudo : .truelove (sonia)
›› Célébrité : Joe Sexy Keery
›› Schizophrénie : rachel campbell ✻ riley emerson-oakley ✻ liv burrows ✻ ophelia rhodes ✻ jay thompson ✻ lissa valentine ✻ mila matthews ✻ lauren campbell ✻ erin pierce

Re: ※ big players make big play. (paul) ✻ ( Mar 10 Juil 2018 - 16:01 )



big players make big play.
liam washington & paul mcmahon ※ liam & paul

“ the game isn't over until the clock says zero. ” ― IDK

Prendre la place de quelqu'un d'autre ça n'est jamais facile. Et pourtant, Liam était certain pour une raison inconnue que ce Paul, ce nouveau coach avait les épaules pour succéder à l'ancien coach. Puis un jour, ça serait certainement dure de lui dire adieu comme ça a du être difficile pour le coach Baker. « Je te remercie, en tout cas on est en finale du championnat donc je ne dois pas être mauvais. » Effectivement, il doit même être le bon le cochon. « T'es un peu le Lucas Scott de Cap Harbor. » Liam a des références de dingue en matière de séries. La faute à ses deux sœurs. Elles étaient chacune amoureuses de l'un des frères Scott qu'il a fallut grandir avec et se taper les neuf saisons. Sauf qu'il n'est pas Lucas Scott mais bel et bien le Paul McMahon. Le choc ! Liam ne s'y attendait pas. Il se demande même s'il ne devrait pas lui demander un autographe avant de se questionner sur sa présence dans les parages. « Cap Harbor n'est pas totalement paumé, mais oui c'est un peu l'idée. » Un peu quand même. « A chaque fois que je dis que j'habite Cap Harbor, on me regarde toujours d'une façon étrange. Charlotte ça passe déjà un peu mieux. » Liam n'est pas un réel admirateur de cette ville. Il aurait préféré continuer sa vie à Nashville, mais le destin en avait choisit autrement ou du moins ses parents. « J'aurai toujours des regrets. Parce que j'ai du arrêter à cause des blessures et de mon corps en carton. » Arf, ça c'est pas cool. « Mais au moins maintenant je suis utile à la nouvelle génération et je peux les préparer au mieux pour le haut niveau. » Pour atteindre la finale c'est qu'il en fallait dans le pantalon et Liam était presque assez admiratif de cette progression. « Finalement t'es peut-être plus un Nathan Scott. » L'histoire de la blessure, de la fin de sa carrière ça y ressemblait fortement. « C'était vraiment si moche que tu as du arrêter ? » Liam ça le rend un peu triste au final cette histoire. Certes il n'a jamais été si doué dans le basket pour en faire son métier, mais s'il aurait pu et qu'il avait du arrêter à cause d'une blessure, il aurait été anéanti. « Ça ne te manque même pas un petit peu cette adrénaline, cette excitation qu'on ressent au début de chaque match ? » Alors oui entraîner ça devait reproduire des sensations similaires, mais de passer de pro à amateurs, ça devait laisser un bref goût amer en bouche. Si Liam était livreur ça n'était pas pour autant qu'il avait un amour inconditionnel pour les maths. C'était même le contraire. « Si tu as eu Andrews comme prof, je peux le comprendre. » Whaaaat ? Il l'avait eut aussi ? « Il est encore vivant ce dinosaure ? » Si déjà à son époque il avait l'air de venir de l’ère préhistorique, il avait quel âge ce prof ? « Une année avec lui m'a suffit pour être dégoûter à vie des maths. » Littéralement. Malgré ça, Liam savait toujours compter sur ses doigts et il était assez intelligent pour savoir qu'il allait faire 25 ans prochainement (c'était d'ailleurs il y a deux jours comme ma maman, sauf que ma maman elle a pas fait 25 ans). « Je suis de la vieille génération alors. » C'est pas non plus un papi. Enfin il avait peut-être quelques cheveux blancs, comme sa sœur. « Tu dois avoir le même âge que ma sœur, elle est célibataire d'ailleurs. » Quoi ? Il disait ça en toute innocence. Puis Beth elle est canon, même si elle est casse pied alors si elle pouvait casser les pieds à un autre c'était tout bénef. Puisqu'ils étaient sur un terrain, il serait dommage de ne pas en profiter pour faire un petit match, en tout bien tout honneur. « Légende je sais pas, mais j'ai encore de beau reste. » Et vu la démonstration qu'il était en train de lui faire, sans aucun doute qu'il méritait son titre. Liam l'applaudit même. Mais malgré ça, ça n'était pas pour autant que Liam allait se laisser faire et le laisser gagner, bien au contraire. Ils étaient au coude-à-coude. Même si c'était serrer entre eux, Liam parvenait quand même à se défendre. Liam n'avait même pas vu l’horloge qui tourne que déjà les joueurs étaient dans les gradins. « Tu vas quand même pas me laisser perdre devant mes joueurs. » Cela lui ferait vraiment une mauvaise pub. « J'ai jamais dis que ça serait facile. » Liam il n'aime pas faire de cadeau. Malgré tout s'il parvient à récupérer le ballon des mains de Paul et qu'il tente de marquer, cela se solde par un échec. Et finalement c'est le coach qui remporte la manche. Liam est mort, il a besoin d'une bonne douche. « C'était peut-être un cadeau ou non. » Cette victoire et Liam ne dira jamais la vérité. N'étant pas un mauvais joueur, Liam serre la main du coach. « C'était un beau match. » S'il était prêt à partir continuer sa tournée, il a encore quelques minutes à tuer. « J'exige une revanche. Pas maintenant, mais un jour. » Surtout que maintenant il allait devoir s'occuper des jeunes présent dans les gradins. Le jeune Washington sort de sa poche, un morceau de papier ou il inscrit son numéro de téléphone. « Si jamais tu t'ennuies et que tu as envie de te défouler avec un ballon, appelle moi. » Et ça n'était en aucun cas une technique de drague. Et c'est sur ces quelques paroles qu'il quitte le terrain de basket, prêt à continuer sa tournée qui avait déjà prit un petit retard à cause de cette rencontre, non loin d'être déplaisante.


baby, i know that you like me, you my future wifey. text me, call me, i need you in my life, all that, everyday I need ya and everytime i see ya my feelings get deeper. i miss ya, i miss ya.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



❝ Family don't end with blood ❞

Re: ※ big players make big play. (paul) ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

※ big players make big play. (paul)

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: Pacific Academy School
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération