love is a dangerous game to play ✻ lewis

 :: the city of cap harbor :: The Blue Lagoon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 07/10/2017
›› Commérages : 251
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Karla sexy Souza
›› Schizophrénie : devon oakley (sebastian stan) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (patrick j. adams) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Maggie Rixon (Jessica Chastain) ✻ Luke Holloway (Jon Bernthal).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

love is a dangerous game to play ✻ lewis ✻ ( Jeu 15 Mar - 18:21 )


Lewis & Jocelyn

THERE'S NO ONE IN TOWN I KNOW. YOU GAVE US SOME PLACE TO GO. I NEVER SAID THANK YOU FOR THAT. I THOUGHT I MIGHT GET ONE MORE CHANCE. WHAT WOULD YOU THINK OF ME NOW. SO LUCKY, SO STRONG, SO PROUD ? I NEVER SAID THANK YOU FOR THAT. NOW I'LL NEVER HAVE A CHANCE. MAY ANGELS LEAD YOU IN. HEAR YOU ME MY FRIENDS ON SLEEPLESS ROADS, THE SLEEPLESS GO. MAY ANGELS LEAD YOU IN.



Jocelyn devait bien avouer qu'elle ne cessait de penser à Lewis, depuis qu'elle l'avait revu. Le revoir l'avait totalement perturbée. La jeune femme s'était rappelé des souvenirs qu'elle avait pensé oubliés. Surtout des choses qu'elle pensait avoir réussi à refouler au plus profond d'elle. Mais tous ces souvenirs lui avaient explosé en pleine figure et elle ne pouvait s'empêcher de penser à ses parents depuis qu'elle l'avait revu. Et ça la mettait en colère. Elle était grande maintenant, elle pouvait s'assumer. Elle n'avait pas envie de se sentir comme une petite fille qui avait encore besoin de ses parents. Ce n'était pas le cas. Cet homme et cette femme avaient détruit la plus grande partie de sa vie. Et elle était bien plus heureuse depuis ces deux dernières années, où elle n'avait plus de contact avec eux. Alors qu'est-ce qui la perturbait autant ? Peut-être d'avoir prit à la figure les sentiments qu'elle avait pour Lewis depuis longtemps et contre lesquels elle s'était toujours battue. Elle n'avait jamais été amoureuse de Lewis, loin de là. Mais il avait toujours été important dans sa vie. Il avait été son ami. Il avait été son confident, quand bien même ils n'étaient souvent pas d'accord l'un avec l'autre. Mais il y avait une véritable forme de respect et d'attachement entre eux. Mais elle avait pensé qu'après deux ans sans le voir, ces sentiments auraient disparu. Elle avait été forcée de constater que non et cela la mettait en colère, parce qu'elle n'était pas certaine de pouvoir lui faire confiance. Elle ne croyait pas aux coïncidences et même si elle ne se mettrait pas à faire la cinglée paranoïaque en essayant de voir si Lewis lui mentait, elle avait un mauvais pressentiment. Et puis il y avait eu ce baiser et tout ce qu'elle avait ressenti quand ils s'étaient embrassé. Ce n'était pas la première fois qu'ils se tournaient autour de la sorte. Mais c'était la première fois qu'ils franchissaient le pas de s'embrasser. Et Jocelyn s'en voulait parce que dans le fond, elle savait qu'elle aurait voulu plus. Lewis avait toujours été attirant. Il y avait toujours eu une sorte d'attirance chimique et électrique entre eux. Elle n'avait jamais pu l'expliquer. Mais au moins, elle avait toujours réussi à lui résister. Parce qu'elle était mariée. Parce qu'elle était perdue dans ce qu'elle ressentait. Mais aujourd'hui c'était différent. Aujourd’hui, c'était une femme libérée, une femme qui s'assumait et qui assumait ce qu'elle désirait. Elle n'avait plus rien à voir avec la femme coincée qu'elle avait été par le passé. Mais elle s'en voulait, parce qu'il y avait Asher. Et Asher se comportait bien avec elle. Il était l'un des rares homme à la traiter correctement. Mieux que Lewis ne la traiterait jamais d'ailleurs. Parce que pour lui, elle ne devait rien être de plus qu'un trophée qu'il voulait posséder. Or, Asher était quelqu'un de bien et elle voulait être avec quelqu'un de bien, avec quelqu'un qui la respectait. Sans compter qu'il avait souffert par le passé, autant qu'elle. Probablement même plus encore. Alors elle ne voulait pas être responsable d'une douleur supplémentaire dans la vie du jeune homme. Et pourtant, elle ne cessait de penser à Lewis et au baiser qu'ils avaient échangé. Aux baisers, au pluriel même. Elle s'était sentie vibrer sous ses lèvres, elle s'était sentie vivre dans ses bras et elle s'était enflammée à ce simple contact. Et elle savait que si elle n'avait pas réagit, elle serait allée plus loin encore. Elle ne voulait pas en parler à Asher. Alors elle vivait avec sa culpabilité. « Jocelyn, tu es vraiment la reine des garces », souffla-t-elle en se regardant dans le miroir. Voilà, au moins ça avait le mérite d'être clair. A vrai dire, elle était plus qu'une garce. Elle savait qu'elle était devenue une fille facile, parce qu'elle estimait avoir des années à rattraper et elle ne s'était pas privée de les rattraper justement. Mais cette fois, elle dépassait les bornes, au vu de son comportement. Et ce n'était pas la femme qu'elle avait envie d'être. Mais Jocelyn n'était pas du genre à se prendre la tête. Quand bien même elle ruminait, il y avait une autre façon qu'elle préférait utiliser pour se changer les idées : faire la fête. Car même si elle évitait maintenant de ramener un homme chez elle chaque fois qu'elle sortait, elle aimait toujours sortir et faire la fête. Alors, vêtue d'une jolie robe rouge et de hauts talons, la jeune femme se rendit au Blue Lagoon, bien décidée à danser, à boire et à tout faire pour oublier ce qui la tracassait. On était vendredi de toute façon, elle pourrait décuver le lendemain matin sans se sentir coupable. Alors, à peine arrivée, la jeune femme commanda une vodka pomme qu'elle vida presque instantanément. Puis elle se commanda un deuxième verre qu'elle emmena sur la piste de danse sur laquelle elle se déhancha en rythme avec la musique. La jeune femme n'avait besoin de personne pour s'amuser. Elle n'avait pas besoin de quelqu'un pour lui tenir compagnie. Pourtant, lorsqu'un jeune homme lui tendit la main, elle la saisit. Il n'y avait rien de mal à danser avec quelqu'un, tant que c'était en tout bien tout honneur. Mais ce n'était plus en tout bien tout honneur puisqu'il posa ses mains sur ses hanches. La jeune femme le repoussa. « Lâche moi », ordonna-t-elle. Le jeune homme se contenta de lui adresser un sourire sans la relâcher. La jeune femme lui mit un coup dans le torse pour faire un pas en arrière. « Lâche moi je t'ai dis », répéta-t-elle, d'un ton plus ferme que la première fois qu'elle l'avait dit. La jeune femme fronça les sourcils et se libéra de son éteinte. Mais, alors qu'elle s'apprêtait à retourner vers le bar pour se commander un nouveau verre, elle sentit des doigts se refermer sur son poignet, un peu trop fort, la faisant grimacer de douleur. « Tu m'allumes et tu te barres ? », s'énerva-t-il. Génial. La jeune femme était encore tombé sur un boulet. C'était bien sa chance.



WORLD WITHOUT YOU
Do you know what it feels like to fall in your arms? Do you know what it feels like to love you ? I can taste every tear drop you've given me this far don't forget who it is that you are.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 19/01/2018
›› Commérages : 50
›› Pseudo : HARLEEN. / Marion
›› Célébrité : Charlie Weber
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), carter rashmi (nett), bird roth-spiegelman (l. collins), anya arsenault (e.rossum), lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

Re: love is a dangerous game to play ✻ lewis ✻ ( Ven 16 Mar - 13:37 )

❝ hearts are made fr breaking and for pain.
LEWIS & JOCELYN ♥


Lewis n'avait jamais pensé revoir Jocelyn Ahern-Fields et pourtant, ça c'était passé. Mais de ce rendez-vous, de cet entretien express dans le bureau, il en avait retenu que de la colère et de la frustration. Certes, ils s'étaient embrassés, mais il avait eu envie de plus et cette perspective lui avait traversé l'esprit, mais c'était ce qu'il détestait. Parce que malgré le fait qu'il avait toujours eu envie de l'avoir dans son lit, il s'en voulait parce qu'il la respectait. Il la respectait tellement que se dire qu'il allait se la taper comme il pourrait le faire avec une fille lambda, ça le mettait en colère, mais en même temps, il était en colère parce qu'il ne s'était rien passé. Depuis la dernière fois, il ressentait que de la colère et de la frustration. Le whisky se vidait trop rapidement, bien trop rapidement. Et pourtant, la boule de colère était toujours là, encore et toujours et il ne sait pas comment la faire passer, peut-être qu'il devrait vraiment finir par aller dans une salle de sport, mais non. Il n'avait pas le temps, alors peut-être que ce soir, il pourrait sortir. Il envoyait quelques messages a des amis qui n'étaient jamais vraiment contre une sortie. Ce soir, ce sera le blue lagoon, et en attendant, il se remet au travail, espère intérieurement que Jocelyn ne passera pas la porte parce qu'il  n'avait pas envie de la voir, surtout qu'elle n'avait toujours pas prit le temps de lire son dossier de divorce, maintenant qu'il avait mit la machine en marche, il avait hâte de divorcer, i avait hâte d'être officiellement divorcé, ça va plus vite à dire et au moins, les femmes n'auraient pas peur que l'ex-femme débarque après une nuit. Et non, elle ne débarquerait pas parce qu'elle n'avait pas envie de le revoir, elle le lui avait bien fait comprendre quand elle lui avait demandé de signer ses putains de papiers de divorce parce qu'elle en avait assez qu'il ne les signe pas. Il supprimait les messages à chaque fois, il les supprimait tout le temps. Mais ils restaient là comme   cette fameuse lettre qui tournait encore et toujours. Les mots assassins, il l'avait aimé cette femme, il l'aimait toujours un peu, après tout, elle avait failli lui donner un enfant, et même s'il n'avait jamais pensé devenir père, cela lui avait fait du mal de savoir que cet enfant ne viendrait pas au monde. Il avait peut-être tout les torts du monde, mais pourtant, personne ne voulait comprendre que c'était le travail qui l'avait sauvé, et elle, elle l'avait achevé mais il n'avait jamais rien montré. C'était sûrement pour cela qu'il ne voulait pas signer les papiers du divorce, parce que ce serait tiré un trait sur cet enfant qui n'est pas né, ce serait tiré un trait sur cette histoire qui lui a fait vivre beaucoup plus de belles choses que de malheur. Et signer ces papiers se seraient signé la fin de cette belle histoire. Et au fond de lui, Lewis ne voulait pas. Même s'il ne voulait plus rien avoir à faire avec son ex, il ne voulait pas se dire que tout était terminé. Mais il le fallait pourtant, et malgré tout, il avait hâte de signer les papiers. Ses mains glissaient sur le clavier alors qu'il programmait les mises à jours prévus du week-end, il les programme pour avoir un compte-rendu au cas où il y est un souci et qu'il puisse retourner au bureau au cas où. Puis une fois que tout cel était terminé, il rentrait chez lui pour se changer. Une douche plus tard, il enfilait une chemise, une veste de costume et un jean noir, des chaussures habillées et il rejoignait ses amis dans un bar pour commencer par une bière, il n'y avait aucune femme qui l'intéressait, malheureusement et il se contentait de regarder ses amis qui, eux, trouvaient chaussure à leur pied. Fort heureusement, ils se décidaient à changer de bar et ils finissaient en boîte de nuit, il était tard, il n'avait pas envie de rester tard mais pourtant, il n'avait pas non plus envie de rentrer seul ce soir, alors ça prendrait le temps qu'il faudra, mais il ne rentrerait ni tard,  ni seul. Il s'en faisait la promesse intérieure. Ils s'installaient dans les canapés de la boîte de nuit, commandant une bouteille de champagne, comme les gros beaufs qu'ils étaient mais Lewis n'est pas un beauf faut pas abuser. Son regard se posait un peu partout dans la salle, et il aurait pu la reconnaître entre mille, sa robe, ses cheveux et même de dos. Il pouvait la reconnaître. Il se pincait la lèvre et ne prêtait pas attention à elle, mais pourtant, il la surveillait du coin de l'oeil. Jocelyn qui dansait, Jocelyn qui souriait, Jocelyn qui dansait avec un autre type et ses poings se serraient automatiquement quand il voyait les mains du type qui glissait sur sa taille comme si la brune lui appartenait. Jocelyn n'appartient à personne, ce type devrait le savoir « Eh mec, t'es ailleurs ? » Lewis tourne la tête vers son ami qui lui tend un verre qu'il vide cul sec sous le regard étonné des hommes qui l'accompagnent. Il pose une main sur l'épaule de son ami et il se lève d'une traite avant de se rapprocher discrètement ou pas de Jocelyn et du type aux mains pressantes. Quand il voit que l'homme attrape le poignet de son ami, il saisit l'épaule du jeune homme pour le forcer à se retourner et son poing se retrouve dans sa mâchoire. Voilà ce qu'il attendait depuis longtemps, pouvoir se battre. Les coups de poings pleuvaient, et il le forçait à sortir pour finir par lui mettre un coup de tibia dans les côtés « Quand une fille te demande de la lâcher, tu la lâches maintenant trace ta route ou j'te crève. » Et il respirait bien trop fort, le vigile était étonné de le voir se battre, lui qui le trouvait si calme mais il avait compris que Lewis avait prit la défense de quelqu'un. Quand il se retournait finalement, il apercevait Jocelyn qui se tenait là, derrière lui. Et il se retournait de ne pas lui sauter dessus, parce que maintenant, c'était ça qu'il lui fallait. Il secouait sa main qui lui faisait un mal de chien, et il la regardait « Quoi ? Tu vas m'en vouloir de lui avoir cassé la gueule ? » lui demandait-il avec un ton mauvais « Tu voulais peut-être te le taper ? Tu veux que je le rappelle et que je m'excuse de lui avoir cassé la gueule ? » Puis il se rendait compte qu'il ne devait pas lui parler de la sorte, que ce n'était pas de sa faute à elle, s'il était en colère, elle n'y était pour rien. Il se rapprochait alors à une distance raisonnable pour lui « Excuse moi, ça va ? » Parce qu'elle avait quand même été importunée par ce type, et peut-être qu'elle ne le vivait pas bien, mais Lewis il était toujours comme ça, toujours à surréagir, et ce n'était certainement pas une idée de réagir comme ça. Pas du tout.

©️ MADE BY LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 07/10/2017
›› Commérages : 251
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Karla sexy Souza
›› Schizophrénie : devon oakley (sebastian stan) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (patrick j. adams) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Maggie Rixon (Jessica Chastain) ✻ Luke Holloway (Jon Bernthal).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: love is a dangerous game to play ✻ lewis ✻ ( Lun 19 Mar - 15:42 )


Lewis & Jocelyn

THERE'S NO ONE IN TOWN I KNOW. YOU GAVE US SOME PLACE TO GO. I NEVER SAID THANK YOU FOR THAT. I THOUGHT I MIGHT GET ONE MORE CHANCE. WHAT WOULD YOU THINK OF ME NOW. SO LUCKY, SO STRONG, SO PROUD ? I NEVER SAID THANK YOU FOR THAT. NOW I'LL NEVER HAVE A CHANCE. MAY ANGELS LEAD YOU IN. HEAR YOU ME MY FRIENDS ON SLEEPLESS ROADS, THE SLEEPLESS GO. MAY ANGELS LEAD YOU IN.



Jocelyn avait l'habitude d'attirer les hommes bizarres. Ce n'était pas comme si ce n'était pas habituel. En fait, c'était peut-être ça le fond du problème : c'était habituel. La jeune femme se disait parfois qu'elle avait passé l'âge de faire la fête toutes les semaines et qu'elle devrait peut-être un peu se calmer. Et puis, elle traînait chez elle, elle s'ennuyait et elle enfilait une robe et se maquillait pour sortir jusqu'au bout de la nuit. Ce n'était pas la première fois que la jeune femme se retrouvait avec un homme en train de l'importuner. La jeune femme s'apprêtait à se débattre pour récupérer son poignet quand elle vit face à elle un visage qu'elle connaissait bien. Un visage qu'elle avait vu pour la dernière fois dans son bureau, quelques jours plus tôt. Un visage qu'elle n'était cependant pas prête à revoir tout de suite et encore moins dans ces conditions. « L-Lewis ? », bredouilla-t-elle. Mais qu'est-ce qu'il foutait ici putain ? La jeune femme se posa vaguement la question de savoir s'il la suivait. Oui, c'était totalement paranoïaque comme question, mais encore une fois, elle tombait sur lui par pure coïncidence et elle ne croyait pas aux coïncidences. Et elle ne les aimait pas non plus d'ailleurs, pendant qu'elle y était. Mais la jeune femme n'eut pas le temps de se poser des questions bien longtemps. Avant même qu'elle n'ait eu fini de parler, Lewis s'était déjà jeté sur ce parfait inconnu pour lui assener un violent coup de poing en pleine figure. Bon, elle n'allait pas dire que cet espèce d'enfoiré ne l'avait pas mérité, mais ce n'était pas un peu disproportionné comme réaction ? Enfin, si ça permettait à ce gros porc de lui foutre la paix, Jocelyn n'avait rien contre. Mais ce n'était pas un seul coup de poings. Les coups pleuvaient et la jeune femme sentait bien que la situation allait dégénérer. « Lewis arrête ! », s'exclama-t-elle. Mais apparemment, il ne l'écoutait pas. C'était comme si elle était invisible. Le jeune homme frappait et frappait encore, jusqu'à traîner l'homme hors du Blue Lagoon. Évidemment, les gens présents dans le club ne manquèrent pas de rediriger toute leur attention sur eux. Gênée par cette attention déplacée et dont elle ne voulait pas, la jeune femme finit par suivre Lewis vers l'extérieur du bar où il chassait l'abruti qui avait osé l'importuner. La jeune femme adressa un coup d’œil désolé au vigile, parce qu'elle avait bien conscience que tout ceci était de sa faute. Enfin de sa faute … Ce n'était pas complètement de sa faute si ce con ne comprenait pas ce que non voulait dire. Mais sur le principe, la jeune femme avait totalement conscience d'être responsable de ce qui arrivait. Surtout quand elle voyait Lewis dans cet état. Elle avait l'impression qu'il était au bord de l'explosion. Elle voyait sa poitrine se soulever lourdement. Elle voyait chacun de ses traits tendus. Elle voyait la colère dans ses yeux. Elle aurait aimé pouvoir dire quelque chose pour le calmer à vrai dire, mais la jeune femme se contenta de poser ses yeux sur lui, attendant qu'il dise quelque chose. Elle devait peut-être le remercier dans le fond. Mais lorsqu'elle entendit son ton sec et cassant, la jeune femme fronça les sourcils. « Est-ce que je t'ai reproché quoi que ce soit ? », demanda-t-elle, sur un ton tout aussi cassant. Mais putain. Cet homme avait le don de la mettre en colère à chaque fois qu'il ouvrait la bouche. La jeune femme fronça les sourcils, prête à lui en coller une s'il lui parlait encore une fois sur ce ton. Ce qu'il fit quand il rouvrit la bouche et elle dû prendre sur elle pour ne pas lui coller sa main dans la figure quand elle l'entendit parler. « Va te faire foutre Ehrensvard ! », lui cracha-t-elle au visage. Dire qu'elle avait cru qu'elle pourrait le remercier. Dire qu'elle avait cru surtout qu'il avait fait ça parce qu'il s'inquiétait pour elle. Une fois encore, elle se trompait totalement. Elle avait bien envie de le planter là maintenant et de retourner à l'intérieur pour recommencer à s'amuser. Qu'il aille au diable. La jeune femme ne put s'empêcher de faire un pas en arrière lorsqu'il se rapprocha d'elle. Elle avait toujours envie de le gifler pour la façon dont il lui avait parlé. Mais consciente que cela ne servirait à rien, la jeune femme préféra se calmer. « Oui ça va », répondit-elle finalement, sur un ton plus calme. Mais la jeune femme ne manqua pas tout de même de lui adresser un regard mécontent. « J'aurais réussi à me débarrasser de lui sans que tu n'aies besoin d'en venir aux mains tu sais », ajouta-t-elle simplement. Ce n'était pas la première fois qu'elle se mettait dans ce genre de situation et elle s'en était toujours plutôt bien sortie. Elle n'allait pas en vouloir à Lewis d'être venu à son secours, bien au contraire. Mais il n'était pas nécessaire non plus de réagir avec tant de violence. Jocelyn avait une vision très peace and love de la vie. La bagarre, la violence, ce n'était pas pour elle. La jeune femme finit toutefois par soupirer. « Allez viens, on retourne à l'intérieur et je t'offre un verre », proposa-t-elle. A vrai dire, la jeune femme ne savait pas quoi faire d'autre. Il n'aurait pas un vrai merci en guise de remerciement, ça il pouvait l'oublier. Mais se souvenant de ce qu'il avait dit la dernière fois qu'ils s'étaient vu à propos de boire un verre tous les deux, la jeune femme se retourna vers lui. « Mais tu gardes tes mains dans tes poches », le prévint-elle avec un sourire amusé. Sur ces mots, elle ouvrit la porte du Blue Lagoon et retourna dans la chaleur réconfortante. Elle se dirigea vers le bar pour commander deux verres. Et maintenant, qu'est-ce qu'ils étaient supposé faire ? Elle se le demandait bien. Tout sauf reparler de ce baiser qu'ils avaient échangé.



WORLD WITHOUT YOU
Do you know what it feels like to fall in your arms? Do you know what it feels like to love you ? I can taste every tear drop you've given me this far don't forget who it is that you are.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 19/01/2018
›› Commérages : 50
›› Pseudo : HARLEEN. / Marion
›› Célébrité : Charlie Weber
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), carter rashmi (nett), bird roth-spiegelman (l. collins), anya arsenault (e.rossum), lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

Re: love is a dangerous game to play ✻ lewis ✻ ( Sam 7 Avr - 16:17 )

❝ hearts are made fr breaking and for pain.
LEWIS & JOCELYN ♥


Il n'attendait que ça de pouvoir se battre Lewis, à croire qu'il aurait pu provoquer une bagarre générale juste pour pouvoir laisser sortir cette boule de haine et de colère qui avait grossi en lui au fur et à mesure que les jours et les semaines étaient passés. Il se fichait un peu des conséquences sur le moment, mais après il regrettait amèrement de s'être battu parce qu'il n'a plus quinze ans et il se remet souvent trop difficilement des bagarres. La dernière fois, il avait mis au moins un mois à se remettre parce qu'il avait eu la bonne idée de se fêler une côte. Et autant dire qu'il n'avait pas envie que ça recommence alors il faisait presque attention de ne tomber que sur des types un peu trop bourré ou même des gringalets. Eux par contre, il évitait d'y aller trop fort parce qu'il pourrait les tuer s'il est vraiment énervé. Alors quand il voyait ce type qui importunait Jocelyn, il y voyait là, une bonne raison pour laisser cette déferlante de haine sortir de son organisme. Et quand la jeune femme l'appeler ou tenter de le faire arrêter, il n'entendait rien. Juste un voile devant les yeux qui lui brouillait la vue et qui le faisait continuer à frapper le type encore et encore jusqu'à ce qu'il en est assez et jusqu'à ce qu'il se sente libéré. Ou presque. Sa main lui faisait un mal de chien mais il se focalisait sur le fait qu'il devait se calmer sinon il allait certainement recommencer et là, le type finirait six pieds sous terre s'il revenait. Ce qui  n'était pas franchement le moment parce qu'il n'avait pas vraiment envie de finir sa vie en prison pour homicide involontaire. Et même s'il finissait en garde à vue, il était persuadé que Jocelyn ne l'aiderait pas à se sortir du pétrin dans lequel il s'était mis parce qu'elle lui dirait certainement que c'était bien fait pour lui, qu'il n'avait qu'à pas se battre. Ce à quoi il répondrait qu'il n'avait qu'à pas l'importuner. Lewis avait toujours une répartie assassine et Jocelyn en avait bien trop souvent fait les frais, et maintenant, il s'en voulait. Parce qu'il jouait au con avec elle mais c'était simplement parce qu'il n'arrivait pas à lui faire comprendre les choses autrement qu'en la faisant sortir de ses gonds parce qu'il la trouvait belle quand elle était énervée et il n'avait pas envie de lui avouer. Enfin, en même temps lui avouer cela alors que c'était Hiroshima dans la tête de la brune ce n'était pas forcément une bonne idée Et Lewis est le pro des mauvaises idées « Non tu ne m'as rien reproché, mais je te vois venir avec tes gros sabots. » expression non utilisée depuis la guerre 14-18 et il lève les yeux au ciel en soupirant lourdement. Et quand il enchaînait, il se rendait compte qu'il abusait peut-être un peu, mais il ne disait rien. Il se contentait de serrer les dents surtout quand elle l'envoyait se faire foutre « Avec plaisir Ahern-Fields ! » Il se retenait même de lui faire un doigt d'honneur, il avait quand même un peu de respect pour elle, même si Lewis et le respect n'étaient pas vraiment amis quand il était énervé de la sorte. Et pourtant, au fond de lui même si tu creuses bien il s'en voulait parce qu'il n'aurait pas dû lui parler ainsi. Alors c'est certainement pour ça qu'il lui demande par la suite comment elle se sent, peut-être pour se sentir un peu moins connard et imbu de sa personne lui-même. Peut-être. Il ne savait pas vraiment. Il faisait les gros yeux suite à son regard un peu méchant avant de sourire en coin « Oui, mais il n'aurait sûrement pas compris et il aurait voulu recommencer avec une autre fille, alors autant dire que j'ai dû sauver la vie à plus d'une fille. C'est mon côté super-héros. » Il haussait les épaules en riant avant de la regarder un peu plus en détail, son regard passant sur sa tenue et un nouveau sourire en coin se dressait sur ses lèvres. Il se retenait de lui dire qu'elle était belle, elle devait le savoir et lui, il passerait pour un type énamouré, ce qu'il n'était pas le moins du monde. Il ne fallait pas abuser. Quand elle lui propose finalement un verre, il pourrait avoir les yeux qui brillent s'il n'était pas à ce point en colère, mais il se contentait de secouer la tête positivement. Au moins, il demanderait des glaçons au barman pour sa main abîmée et qui lui faisait un peu trop mal en vérité. Mais il savait que cela n'était pas cassé parce qu'il aurait les doigts beaucoup plus enflés que ça. « Oui oui. » Il n'avait pas vraiment imprimé ce qu'elle avait dit mais mains et poche avaient fait le chemin de l'oreille au cerveau. Bien évidemment qu'il savait se servir de ses mains et qu'il pouvait les tenir hors de ses pocches même s'il n'était pas italien, cliché bonjour, il la suivait et se faufilait jusqu'au bar où il s'installait sur un tabouret, cherchant ses amis qui étaient visiblement bien occupé à draguer des nanas peroxydées, ce qui le fit lever les yeux au ciel mais il s'en fichait, au moins, ils n'avaient pas mis le grappin sur Jocelyn la rime c'est cadeau. Le silence entre les deux êtres était coupé par la musique bien trop forte qui émanait des enceintes. Alors qu'elle était debout et lui assis, il enfonçait ses mains dans les poches de Jocelyn pour l'attirer tout contre lui, il était un peu saoul, il ne fallait pas vraiment lui en vouloir mais si c'était ce qu'elle voulait, il lui donnait ce qu'elle désirait. Il rapprochait alors sa bouche de l'oreille de Jocelyn pour lui murmurer « J'aime beaucoup ta robe. » Et il retirait ses mains des poches de la demoiselle pour glisser subtilement une main le long de sa taille, avant de continuer ses murmures « Cette veste serait beaucoup mieux sur le sol de mon appartement. » Et il se reculait, l'air de rien avant d'héler le barman pour lui demander un torchon et des glaçons avant de finir par entourer sa main qui commençait à devenir un peu plus bleue. Et il regardait Jocelyn qui venait de le fusiller du regard « Qu'est-ce que j'ai dit encore ? » Encore un truc de travers sûrement. C'était même sûr.

©️ MADE BY LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 07/10/2017
›› Commérages : 251
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Karla sexy Souza
›› Schizophrénie : devon oakley (sebastian stan) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (patrick j. adams) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Maggie Rixon (Jessica Chastain) ✻ Luke Holloway (Jon Bernthal).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: love is a dangerous game to play ✻ lewis ✻ ( Lun 9 Avr - 19:38 )


Lewis & Jocelyn

THERE'S NO ONE IN TOWN I KNOW. YOU GAVE US SOME PLACE TO GO. I NEVER SAID THANK YOU FOR THAT. I THOUGHT I MIGHT GET ONE MORE CHANCE. WHAT WOULD YOU THINK OF ME NOW. SO LUCKY, SO STRONG, SO PROUD ? I NEVER SAID THANK YOU FOR THAT. NOW I'LL NEVER HAVE A CHANCE. MAY ANGELS LEAD YOU IN. HEAR YOU ME MY FRIENDS ON SLEEPLESS ROADS, THE SLEEPLESS GO. MAY ANGELS LEAD YOU IN.



Jocelyn n'avait jamais été une très grande amatrice des bagarres. A vrai dire, elle était persuadée que certes, un bon coup de poing dans la gueule ou un coup de pied dans les couilles ça défoulait bien, mais ça ne réglait jamais aucun problème. Alors oui, dans le fond, elle savait que cet espèce d'abruti le méritait et à vrai dire, sa fierté de femme était bien contente que Lewis ait volé à son secours – même si elle était loin de correspondre à la description exacte d'une demoiselle en détresse. Mais malgré cette petite fierté, elle n'était pas pour les bagarres. Oui elle aimait se dire qu'il avait agi par jalousie. Mais dans le fond, qu'est-ce que ça changeait, qu'il soit ou non jaloux ? Rien du tout. Toutefois, maintenant que l'importun était parti, elle s'inquiétait pour l'homme qui était venu à sa rescousse. C'était sans doute une très mauvaise idée, cela dit. Elle aurait dû le laisser planté là, au même titre que l'abruti. Au moins, ils auraient formé un duo d'abrutis tous les deux. CQFD. Parce que maintenant qu'elle l'avait suivi et qu'elle s'était inquiétée pour lui – et un peu pour l'autre aussi, parce qu'elle ne doutait pas que Lewis était parfaitement capable de lui démonter totalement la gueule – elle avait le droit à l'une des répliques assassines de Monsieur trou du cul en personne. Ce mec, quand il le voulait, il pouvait être une vraie crème. Mais comme il ne le voulait pas souvent, il pouvait aussi se comporter comme le plus grand des enfoirés. Jocelyn avait bien envie de lui en coller une, mais elle était à peu près certaine qu'il devait assez souffrir, avec sa main. N'empêche qu'elle aurait quand même dû lui mettre une baffe. A force, il pourrait appeler allô homme battu. Le pire, c'est que pour une fois, Jocelyn n'avait rien dit. L'avocate s'était simplement contentée d'être là. Il la voyait venir avec ses gros sabots ? Ben elle, elle l'emmerdait voilà. « Depuis quand tu es devenu un vieux con Ehrensward ? », demanda-t-elle en fronçant les sourcils. Oui, un vieux con, parfaitement. Parce que bon, ses expressions qui dataient de l'avant-guerre, ça allait cinq minutes quoi. « Je n'allais rien dire, mais puisque tu insistes, tu es un abruti », siffla-t-elle entre ses dents. Et encore, elle avait d'autres noms d'oiseaux sur le bout de la langue, mais si je les listais tous, il faudrait mettre une alerte dans ce rp. Pour l'instant, elle se contentait de le traiter d'abruti. Parce qu'abruti, ça lui allait bien comme insulte. Elle n'avait pas grand-chose d'autres à dire et à vrai dire elle aurait très bien pu le laisser planté là. Mais comme une fois encore il dépassait les bornes, elle l'envoya se faire foutre. Avec plaisir hein ? La jeune femme fronça les sourcils. « Crétin », rétorqua-t-elle. Ça aussi ça lui allait bien. Pourquoi ses parents l'avaient appelé Lewis alors que crétin, ça lui allait mieux au teint. La rime c'est cadeau. Et pour illustrer ses dires, la jeune femme le gratifia même d'un joli doigt d'honneur. C'était impoli et sa mère aurait sans doute été scandalisée qu'elle agisse de la sorte. Mais bon sa mère n'était pas là et Lewis l'avait bien mérité dans le fond. La brune se radoucit cependant, quand il lui demanda si elle allait bien. Elle avait connu mieux c'était certain, mais elle ferait aller. Elle n'avait pas trop le choix de toute façon. Mais comme Jocelyn était Jocelyn, elle tint à lui rappeler qu'elle aurait pu s'en sortir toute seule. #Girl power. « Super héros », répliqua-t-elle en ricanant. La jeune femme le dévisagea, plantant son regard dans le sien. « Tu veux dire que tu aurais fait ça pour n'importe quelle fille ? », demanda-t-elle, provocatrice. Oui, la jeune femme le cherchait. Et comme il était énervé, elle savait qu'elle allait le trouver. Mais elle s'en fichait, à vrai dire, ça l'amusait. « Tu peux avouer que tu as fait ça par jalousie », fit-elle avec un sourire sarcastique. Bon, si lui l'envoyait chier maintenant en revanche, la jeune femme allait se montrer beaucoup moins sympathique. Facilement vexable notre Jojo nationale ? Absolument. Mais la question n'était pas de savoir s'il allait la vexer ou non. La jeune femme finit par décider de lui offrir un verre pour le remercier. Quand bien même elle n'était pas fan des bagarres, il lui avait ôté une belle épine du pied. Ils finirent donc par se faufiler un chemin vers le bar et par commander leurs verres. La jeune femme était d'ailleurs debout, penchée par dessus le comptoir pour interpeller le barman quand le jeune homme glissa ses mains dans ses poches. Mais … Que ? La jeune femme haussa les sourcils, posant ses mains sur ses épaules tandis qu'il l'attirait contre lui. Son compliment la fit sourire. Et ses lèvres si près de son oreille la firent frisonner. Pourquoi diable cet homme avait cet effet sur elle ? Elle aurait pu laisser tomber toutes les bonnes manières à cause d'un compliment. « Merci je pourrais te la prêter si tu veux », le taquina-t-elle. Oui, elle avait envie de l'embêter un peu. C'était de bonne guerre, puisqu'il lui faisait perdre les pédales, une fois encore. Ses hormones ne pouvaient-elles pas se calmer un peu?. Ce n'était pas pour tout de suite en tout cas, tandis que, ses mains sur sa taille, il en rajoutait une couche. « Je trouve pourtant qu'elle est très bien où elle est », répondit-elle en haussant les sourcils. La jeune femme aurait pu continuer à le provoquer encore, s'il ne l'avait pas totalement refroidie en remettant de la distance entre eux, pour demander des glaçons au barman. La jeune femme le fusilla du regard. « C'est vraiment les montagnes russes émotionnelles avec toi », râla-t-elle. Autrement dit, Jocelyn était frustrée. Mais maintenant il pouvait aller voir ailleurs si elle y était. La jeune femme s'installa sur le tabouret et remercia la barman quand il ramena son verre. « En plus je t'avais dit de garder tes mains dans tes poches », ajouta-t-elle, de mauvaise humeur. Le barman revint une nouvelle fois avec les glaçons dans une serviette. Mais Jocelyn l'intercepta avant qu'il n'arrive à Lewis. Elle attrapa un glaçon et le fourra dans la chemise de Lewis. « Considère ça comme ma vengeance », ricana-t-elle. Puis elle lui donna enfin le torchon plein de glaçons. « J'espère que ça fait mal », acheva-t-elle. Mauvaise tête Jocelyn ? Si peu.



WORLD WITHOUT YOU
Do you know what it feels like to fall in your arms? Do you know what it feels like to love you ? I can taste every tear drop you've given me this far don't forget who it is that you are.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 19/01/2018
›› Commérages : 50
›› Pseudo : HARLEEN. / Marion
›› Célébrité : Charlie Weber
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), carter rashmi (nett), bird roth-spiegelman (l. collins), anya arsenault (e.rossum), lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

Re: love is a dangerous game to play ✻ lewis ✻ ( Dim 22 Avr - 20:57 )

❝ hearts are made fr breaking and for pain.
LEWIS & JOCELYN ♥


Lewis ne se battait pas vraiment, ou alors, c'était très rare. Peut-être que c'était d'ailleurs pour cela qu'il  avait réagi si vite. Il préférait penser cela plutôt que se dire que c'était parce que Jocelyn avait des ennuis, ou parce que c'était Jocelyn et pas une autre fille. D'ailleurs, il se demandait bien comment il aurait réagit si jamais cela avait été une autre fille. Peut-être qu'il aurait simplement dit au type d'aller mettre ses mains ailleurs. Simplement ça. Alors que bon sang, là, il avait surréagit, il s'en rendait bien compte maintenant et surtout, il était passé du type énervé au vieux con vu la façon dont il avait parlé à Jocelyn. Jamais Ô grand jamais, il ne lui avait parlé comme ça et il laissait traîner dans un coin de sa tête que ça ne recommencerait plus. Jamais. « Je sais pas, mais je conçois que je suis un vieux con. Et je me suis déjà excusé. » C'était rare pour quelqu'un de tirer des excuses à Lewis, alors il ne s'excuserait certainement pas deux fois, Jocelyn ou non. Une fois c'était assez suffisant. C'est fou comme ces deux-là ont le pouvoir de s'énerver l'un l'autre en si peu de temps, on aurait pas le temps de dire le mot anticonstitutionnellement qu'ils se taperaient déjà dessus ou il serait en train de retirer leurs vêtements Quand elle l'insulte de crétin, il lève les yeux au ciel en riant un peu. Il se trouvait vieux, mais il avait l'impression qu'elle avait quinze ans en l'insultant de crétin, cependant, il se retenait bien de lui dire, parce qu'il risquerait vraiment de s'en prendre une et spoiler alert : il ne l'aurait pas volé. Et le suédois arborait une tête choqué quand elle lui fit un doigt d'honneur, mais une fois encore il ne disait rien. Après tout, il ne l'avait pas volé non plus. Il aurait bien fait une remarque sur la réaction qu'aurait eu ses parents mais parler des parents de l'avocate c'était déclencher une guerre sans fin ou alors, elle partirait simplement et lui, il resterait là comme un con, et il n'avait pas envie de rester seul, ni même de retourner voir ses amis qui semblaient avoir trouvé de bonnes occupations qui correspondaient à deux blondes et une rousse avec des jambes interminables. Alors Lewis était tranquille. A moins qu'ils aient abandonnés leurs cibles pour rester entre potes ? Quoiqu'il en soit, Lewis n'avait pas envie de les entendre lui dire que ce n'était pas bien ce qu'il avait et qu'ils ne comprenaient pas sa réaction.  Les yeux de Jocelyn dans les siens, il fallait avouer que Lewis était un peu perturbé et il déglutit discrètement pour tenter de se calmer, et que son cœur reprenne un rythme décent. Il ne savait pas vraiment si c'était la colère ou Jocelyn mais son cœur battait trop peu régulièrement pour que ce soit normal. « Je l'aurais fait pour n'importe quelle fille. » répondit-il alors d'une voix qu'on pourrait qualifier de robotique. Et un rictus mi-amusé, mi-mauvais épouse ses lèvres quand elle lui demande s'il a agit par jalousie. Au fond de lui, oui, il avait fait cela par jalousie. Lewis avait toujours été un peu jaloux des petits amis de Jocelyn mais il n'avait jamais rien dit. Ou du moins il avait toujours fait en sorte de montrer ce qu'il ressentait mais jamais un mot ne franchissait ses lèvres. Mais parfois, il y avait tout de même quelques remarques cinglantes qu'il ne pouvait s'empêcher de faire. « Oui j'étais jaloux. T'es contente ? » Si ça n'avait tenu qu'à lui, Lewis l'aurait emmené dans son appartement pour boire ce verre. Après tout, ils avaient assez tourner autour du pot pour lui. Mais non, il la suivait presque docilement à travers le bar et il tentait de ne pas en coller une à chaque type qui se retournait sur le passage de Jocelyn. De toutes façons c'est lui qui se ferait tabasser vu l'état actuel de sa main droite, il ne pouvait plus faire grand chose à part prier qu'il n'avait pas quelque chose de cassé. Lewis ne comprenait pas non plus pourquoi elle vouait qu'il mette les mains dans les poches de sa veste mais s'il pouvait la rendre heureuse alors il le ferait volontiers et tout porte à croire qu'il n'avait pas compris au vue de sa réaction. « Je suis persuadé qu'elle m'irait mieux à moide toutes façons. » personnellement, je trouve pas mais voilà. Et Lewis aimait la provoquer, parce qu'il savait qu'elle était enclin à cela. Et il avait très envie de lui faire comprendre qu'il avait envie qu'elle vienne chez lui ce soir, et que ça ne serait certainement pas pour jouer au Scrabble. Et là Lewis ne comprenait pas vraiment ce qu'il se passait parce qu'il venait de s'en prendre plein la figure pour une raison qui lui était totalement inconnue « Quoi ? » Il clignait un peu des yeux et ne comprenait pas, mais il buvait tout de même une gorgée de son whisky « Ahhhh c'est pour ça que tu fais la gueule d'un coup ? » Pour une histoire de poches ? Elle n'était quand même pas sérieuse... si ? Lewis était complètement perdu sur le coup. Quand elle lui glissait un glaçon dans sa chemise, il se levait d'un bond et gesticulait comme un abruti avant de shooter dans le petit carré assez violemment. Puis il attrapait le torchon plein de glaçon qu'elle lui tendait en serrant un peu la mâchoire « T'es sérieuse ? Qu'est ce qui t'arrive là ? T'es enceinte ou quoi ? » Il soupirait et entourait sa main blessée du torchon en grimaçant. Ca faisait encore plus mal. Il soupirait et vidait son verre d'une traite, laissant un silence gênant s'installait entre eux. Puis tout se mettait en place dans sa tête, il comprenait enfin ce qu'elle avait et il se mettait à rire un peu avant de la regarder, de la détailler même. Et il ôtait le tissu gelé de sa main avant de lui attraper le bras pour la coller contre lui. « J'ai compris. » Et ses mains reprennent leur place initiale sur la taille de Jocelyn et ses lèvres se déposent sur celles de la brune. C'est un baiser presque trop passionné qu'il lui offre avant de se reculer après d'interminables secondes et il lui murmure au creux de l'oreiller, encore une fois « J'habite pas loin. » Et son regard se perd dans celui de l'avocate. Il lui donne le plein pouvoir de faire ce qu'elle veut, lui piétiner son désir à coup de talons aiguilles ou d'enfin lui donner ce qu'il veut, depuis tout ce temps. Mais tout est une question de respect et de consentement. S'il l'obligeait à venir chez lui, le fait qu'il se soit battu avec ce type aurait été tellement illogique, mais ça aurait surtout été tellement lui.

©️ MADE BY LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
WHAT IS A FAMILY ?

❝ Family don't end with blood ❞
‹ WHAT IS A FAMILY ?
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 07/10/2017
›› Commérages : 251
›› Pseudo : silver ✻ cindy
›› Célébrité : Karla sexy Souza
›› Schizophrénie : devon oakley (sebastian stan) ✻ Maximilian Adenauer (Mats Hummels) ✻ aurora callahan (jenna-louise coleman) ✻ julian finch (jake mcdorman) ✻ georgiana lewandowski (gemma arterton) ✻ evan pryce (patrick j. adams) ✻ Javier Rodríguez (Charlie Cox) ✻ Maggie Rixon (Jessica Chastain) ✻ Luke Holloway (Jon Bernthal).
›› more about me

A DROP IN THE OCEAN
›› family portrait :

Re: love is a dangerous game to play ✻ lewis ✻ ( Ven 4 Mai - 20:18 )


Lewis & Jocelyn

THERE'S NO ONE IN TOWN I KNOW. YOU GAVE US SOME PLACE TO GO. I NEVER SAID THANK YOU FOR THAT. I THOUGHT I MIGHT GET ONE MORE CHANCE. WHAT WOULD YOU THINK OF ME NOW. SO LUCKY, SO STRONG, SO PROUD ? I NEVER SAID THANK YOU FOR THAT. NOW I'LL NEVER HAVE A CHANCE. MAY ANGELS LEAD YOU IN. HEAR YOU ME MY FRIENDS ON SLEEPLESS ROADS, THE SLEEPLESS GO. MAY ANGELS LEAD YOU IN.



Il fallait croire que se prendre la tête avec un Ehrensward était une passion chez la jeune femme parce qu'elle semblait aimer un peu trop ça. En même temps, cela faisait des années qu'ils se prenaient la tête tous les deux. Enfin du moins, ça avait fait des années. Parce qu'ils avaient été séparés pendant deux ans, entre temps. La jeune femme n'aurait su vraiment dire si Lewis lui avait manqué ou non. C'était compliqué d'avoir un avis sur le sujet. Parce que dans un sens, il lui cassait un peu les pieds et ça avait toujours été le cas. Surtout quand il se mettait à lui faire des blagues lourdes. Et puis il lui rappelait son passé. Mais d'un autre côté, il avait toujours été là pour elle. Il ne l'avait jamais jugé, il avait toujours été un soutien sans faille. Même encore ce soir. Si elle n'était pas pour la bagarre, si elle n'était pas non plus pour les conflits, elle était bien contente qu'il ait prit sa défense. Mais le fait qu'il se comportait un peu comme un con, ça gâchait tout. Maintenant qu'il avait foutu son poing dans la gueule de l'autre abruti, la jeune femme devrait peut-être lui foutre son poing dans la gueule à son tour ? C'était une bonne idée selon elle. « Tu peux t'excuser vingt fois tu seras toujours un vieux con », rétorqua-t-elle. Oui, Jocelyn boudait. En vérité, quand il s'agissait du jeune homme, elle boudait souvent. Mais elle était aussi incapable de lui en vouloir très longtemps. Il fallait bien le dire, Lewis avait ce petit quelque chose qui faisait qu'elle était incapable de rester en colère trop longtemps contre lui. C'était peut-être sa tête de con qui le rendait plus facilement pardonnable finalement. Quoi que, la jeune femme allait sûrement changer d'avis. Parce que chaque fois qu'il ouvrait la bouche, il trouvait le moyen de l'énerver un peu plus. Et elle était certaine qu'il le faisait exprès. Ce n'était même pas un doute, c'était une certitude. Alors comme ça il aurait joué les chevaliers servants pour n'importe qui ? Qu'à cela ne tienne. Jocelyn allait vraiment lui en coller une à force. « Ben très bien, retourne à l'intérieur sauver d'autres filles dans ce cas », râla-t-elle. A vrai dire, pourquoi est-ce qu'elle était vexée exactement ? C'était stupide. Lewis faisait bien ce qu'il voulait, n'est-ce pas ? N'est-ce pas ? A vrai dire, elle aimait bien qu'il joue les chevaliers avec elle. Non pas qu'elle s'attendait à ce qu'il soit un prince charmant avec elle ou une connerie du genre, loin de là. Mais la jeune femme trouvait ça plaisant que quelqu'un face attention à elle. A sa façon un peu tordue, Lewis avait toujours prit soin d'elle, il avait toujours fait attention à elle. Et c'était agréable. Le fait qu'il la compare à toutes les autres filles, ça la vexait la jeune femme. Mais lorsqu'il finit par avouer qu'il était jaloux, le visage de la brune se fendit d'un immense sourire. « Très contente oui », confirma-t-elle avant de passer sa langue sur ses lèvres. A quoi ça rimait, ce petit jeu qu'ils jouaient tous les deux ? Elle avait l'impression d'être la reine des abrutis. Elle avait un petit ami et pourtant elle passait son temps à flirter avec un homme qu'elle avait passé toute sa vie à repousser. Et elle se réjouissait parce qu'il était jaloux. Elle était contradictoire complètement à côté de la plaque. Au final, c'est elle qui méritait des claques pour lui remettre les idées en place. Sur ces mots, enfin satisfaite et elle était visiblement difficile à satisfaire la jeune femme l'entraîna à l'intérieur. Il méritait bien un verre après tout ça. Elle espérait en tout cas qu'il n'avait pas la main cassée. Enfin ça avait l'air d'aller. Il ne souffrait pas suffisamment pour se retenir de faire des blagues nulles. « Donc, tu es en train de m'avouer que c'est ton délire, de t'habiller en robe ? », se moqua-t-elle. Oui, elle se foutait clairement de sa gueule. Il en avait de drôles d'idées en tout cas. La jeune femme aurait payé très cher pour voir ça, si tel était le cas. Quoi que non, ça lui aurait enlevé tout son charme et elle n'aurait plus jamais voulu de lui après. Enfin, la jeune femme perdit rapidement son sourire, lorsque le jeune homme s'efforça de réchauffer l'atmosphère pour la refroidir aussitôt. Cet homme allait la rendre dingue bientôt et pas que de son corps. Et le pire, c'est qu'il ne semblait pas comprendre la raison de sa réaction. « Tu fais vraiment exprès de ne jamais rien comprendre ou ce n'est qu'une impression ? », demanda-t-elle, franchement exaspérée. La jeune femme aurait sans doute dû le laissé planté là et s'en aller. Ça aurait été un gain de temps et d'énergie. De toute façon, ils allaient bientôt se disputer de nouveau, elle le sentait. Ça faisait plus de trois minutes qu'ils ne s'étaient pas engueulés, c'était trop pour eux. A titre de vengeance, elle s'empara d'un glaçon dans la poche de glace et éprouva un certain plaisir à le voir gesticuler comme un abruti après qu'elle ait glissé celui-ci dans sa chemise. Elle ne se retint pas de rire, même si elle se doutait que ce n'était drôle que pour elle. « Peut-être bien que je suis enceinte va savoir, mon copain et moi on adooooore s'envoyer en l'air », fit-elle pour le provoquer. Bon techniquement, ce n'était pas faux, elle avait bien un petit ami. Mais curieusement, elle n'avait pas envie que Lewis le sache. Elle avait envie qu'il la pense célibataire. Disponible. Bref, c'était une garce oui. Un silence s'installe entre eux et Jocelyn en profita pour ruminer. Jusqu'à ce qu'il n'attrapa son bras, lui arrachant un petit cri de surprise, tandis qu'il l'attirait contre lui. Le bougre. La jeune femme fronça les sourcils. « Ah enfin ! J'ai bien cru que j'allais devoir t'expliquer », soupira-t-elle avant de lever les yeux au ciel. Mais la jeune femme eut bien vite fait de fermer sa bouche. Et pour cause, les lèvres du jeune homme se posèrent sur les siennes. Le cœur de la brune rata un battement. Elle avait envie de lui en coller une là tout de suite, de lui faire subir la montagne russe sentimentale. Mais son corps refusait de le repousser. Elle était attirée par lui comme un aimant. La jeune femme glissa ses doigts dans ses cheveux, enivrée par ce baiser passionné. Lorsque leurs lèvres se séparèrent la jeune femme était à bout de souffle. Et il y eut ces mots prononcés dans le creux de son oreille. La jeune femme sentit un frisson la parcourir toute entière. Fronçant les sourcils, elle le dévisagea, visiblement moqueuse. « Tu crois vraiment que je suis ce genre de femme ? », demanda-t-elle en penchant la tête sur le côté. « Tu penses vraiment qu'il me suffit d'un verre pour suivre un inconnu chez lui ? », ajouta-t-elle en souriant. Bon, Lewis n'était pas vraiment un inconnu. Mais elle avait juste envie de le faire marcher. La jeune femme posa ses mains sur son torse et les glissa discrètement sous son haut. « Qui te dit que ça va être aussi facile ? », demanda-t-elle, avant de caresser sa peau à la limite entre son torse et la naissance de son pantalon. « J'ai peut-être envie que tu me sortes le grand jeu et que tu me séduises pour une fois », ajouta-t-elle en basculant ses mains dans son dos. A vrai dire, elle se fichait de la discrétion. Elle avait juste envie de le faire marcher. Elle savait qu'elle n'aurait pas dû aller si loin. Une petite voix dans sa tête lui rappelait qu'elle ne devait pas. Mais elle en avait terriblement envie. Et ne disait-on pas que le meilleur moyen de résister à la tentation, c'était d'y céder ? C'était en tout cas la conclusion à laquelle la jeune femme était arrivée quand elle glissa ses lèvres dans le cou du jeune homme. « Tu es sûr que tu n'habites pas loin ? », susurra-t-elle à son oreille, provocatrice. Elle allait s'en mordre les doigts elle en était certaine. Mais flirter avec l'interdit, c'était tellement excitant.



WORLD WITHOUT YOU
Do you know what it feels like to fall in your arms? Do you know what it feels like to love you ? I can taste every tear drop you've given me this far don't forget who it is that you are.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.

❝ Family don't end with blood ❞
‹ OUR FAMILY IS A HAPPY ONE.
Voir le profil de l'utilisateur

›› It's my life
›› Cap Harbor since : 19/01/2018
›› Commérages : 50
›› Pseudo : HARLEEN. / Marion
›› Célébrité : Charlie Weber
›› Schizophrénie : arya cohen (m. robbie), darcy o'faolain (e. clarke), adrian dawkins (j. allen white), carter rashmi (nett), bird roth-spiegelman (l. collins), anya arsenault (e.rossum), lola fitzsimmons (e. watson)
›› more about me

Re: love is a dangerous game to play ✻ lewis ✻ ( Lun 7 Mai - 12:55 )

❝ hearts are made fr breaking and for pain.
LEWIS & JOCELYN ♥



Cette soirée devenait une ode au n'importe quoi. D'abord, il s'était battu, alors qu'il ne se bat pas et ensuite, il lui avait avoué qu'il était jaloux, mais le pire dans cette histoire était certainement la réaction de Jocelyn, ou du moins ses réactions. Si elle était passé du « j'aurais pu m'en sortir moi-même » à la tigresse qui manque de lui crever un œil parce qu'il a eu la bonne idée de lui dire qu'il aurait fait la même chose si c'était une autre fille... On tombait sur la tête. Lewis ne savait pas vraiment quoi répondre et il se sentait un peu con sur le moment. Peut-être parce qu'il était con quand on y pense, il refute toujours les accusations mais il est vraiment con. Parce qu'il n'a pas su retenir sa femme, parce qu'il n'a pas su l'aimer comme il était censé le faire, parce qu'il n'a pas réussi à dire à Jocelyn ce qu'il avait voulu lui dire alors qu'elle était encore chez ses parents, ou même parce qu'il la respectait tellement que ça en devenait stupide. Parce qu'il avait un respect tellement profond pour cette demoiselle qu'il se demande souvent comment il va faire pour se sortir du pétrin dans lequel il va forcément se mettre quand elle apprendra qu'il lui a menti et qu'il travaille bien encore pour ses parents, et pire encore, qu'il a fait exprès de se faire embaucher dans le département informatique du cabinet où elle travaille pour pouvoir mieux la surveiller. Autant dire qu'il est dans la merde et spoiler alert : il en est pleinement conscient. « Arrête d'être jalouse. » rétorque t-il alors qu'elle démontre une fois de plus l'étendue de son sale caractère. Il n'avait plus envie de sauver d'autres filles puisqu'il avait en quelques sortes remporté le gros lot en finissant sa soirée avec la brune, pourquoi voudrait-il aller voir ailleurs ? Puis il n'avait jamais vraiment été voir ailleurs quand il était en soirée avec elle, le peu de fois où il y était d'ailleurs, il ne restait qu'avec elle, quand bien même il aurait pu avoir les nanas qu'il voulait, il restait avec Jocelyn ça fait très toutou à sa mémère. Il n'y a que quand il s'était rendu compte que c'était foutu, qu'il avait rencontré sa femme et on sait tous comment ça s'est terminé mal. Vive le divorce. Et c'est exactement à ce moment-là, qu'il s'est demandé s'il n'était pas dans la merde. Parce qu'il est là, l'aveu, à ce moment précis. Et maintenant, il sait qu'elle ne va pas oublier ce qu'il vient de lui dire et qu'elle va s'amuser de ça, il en est persuadé le suédois et ça le gonfle d'avance « Ravi que la nouvelle te plaise » finit-il par conclure en soupirant. Après tout, il vient de jeter les armes et il lui donne le pouvoir de le faire chier, il lui donne le pouvoir de faire ce qu'elle veut de lui, le rendre fou ou au contraire, lui donner ce qu'il veut ce qu'ils veulent depuis longtemps. Mais si cet aveu conduit à un verre Lewis est plutôt content, il faut dire que toute cette adrénaline lui avait donné soif et puis, s'il a un verre dans les mains, il arrêtera peut-être de dire des conneries ce qui n'est pas sûr du tout quand on connaît l'animal Et la trève de la connerie n'aura pas duré bien longtemps quand on voit ce qu'il dit à la brune et quand on sait qu'il lui donne une nouvelle fois matière à se foutre de sa gueule assommez le, ça ira plus vite « T'as juste mal compris Ahern-Fields »se défend t-il en riant un peu. Ce n'est pas son délire du tout, mais pourtant, il l'avait bien insinué cet imbécile. Et il n'avait plus le temps, il en avait assez de jouer, de charmer, de prétendre qu'elle ne l'attirait pas. Il en avait assez et il avait envie de rattraper toutes ses années perdues. Mais visiblement, cela ne plaisait pas à l'avocate, surtout que s'il ne s'arrêtait pas, il aurait pu l'emmener dans un recoin pour lui faire tout ce qu'il avait envie de lui faire, parce que ça avait duré trop longtemps tout ça et ils auraient fini au poste pour attentat à la pudeur, ce qui n'aurait pas franchement été malin. Et il avait mal l'imbécile. Mais quand elle se décidait à se venger en glissant un glaçon dans sa chemise, il avait juste envie de la planter là et de la laisser toute seule. Mais l'idée qu'elle finisse avec un autre lui revenait en mémoire et il abandonnait cette idée, restant là, comme le bon abruti qu'il est. Un rire jaune sort de ses lèvres quand elle lui parle de son copain. Est-ce qu'elle a vraiment un copain ? Non. Sinon elle n'agirait pas comme ça avec lui... Si ? et naïf en plus « L'excuse du mec... Je pensais pas que tu l'utiliserais un jour. Surtout sur moi. » répond t-il alors avant de lever les yeux au ciel. Si elle avait un mec, elle lui aurait dit bien avant, il en était persuadée et puis, elle se serait sûrement vanter. Et puis, maintenant il est perdu le con mais ça ne l'empêche pas de déposer ses lèvres sur celles de Jocelyn pour la faire taire ou lui faire comprendre qu'il en a marre de jouer, qu'il veut jouer à autre chose maintenant. Qu'il est fatigué de courir après elle. Et les mots ont plus de puissance que les gestes, il le sait Lewis, c'est d'ailleurs comme ça qu'il a fait craquer sa femme. « Parce que je suis un inconnu ? » lui demande t-il à bout de souffle, c'est presque comme un murmure mais il sait qu'elle l'a entendu. Et elle doit se douter de ce qu'il vient de lui dire. Il plante son regard dans celui de Jocelyn et quand il pose ses mains sur son torse, il la regarde toujours, même quand elle vient le titiller, quand elle glisse ses mains en dessous de sa chemise, ce qui lui fait se contracter un peu. Elle va le rendre fou. Ivre de désir. « Arrête... » l'intime t-il parce qu'il fait preuve de self contrôl, mais ça risque peut-être de ne pas durer longtemps, peut-être qu'elle va vraiment le rendre fou si elle continue, et là, il ne pourra plus se contenir. « Jo... » cela faisait une éternité qu'il ne l'avait pas appelé comme ça, c'était son surnom à elle, quand il avait envie de lui montrer qu'il n'était pas que le con qu'il prétendait être tout le temps. Il sentait son cœur qui s'affolait bien trop et il soufflait, encore, toujours, lentement pour ne pas perdre sa contenance. Et les lèvres qui papillonnent sont le summum de ce qu'il pouvait supporter. Il grogne un peu l'animal avant de se mordre la lèvre et de la repousser lentement, saisissant la main de la brune et entrelaçant leurs doigts, il l'attirait à l'extérieur, marchant rapidement, se foutant un peu qu'elle ne puisse pas suivre la cadence, mais quand il voyait qu'elle avait vraiment du mal, il l'embrassait pour lui montrer qu'elle avait été trop loin mais que ça allait aller plus loin encore. Ce n'est qu'une fois arrivé devant son immeuble et qu'il a poussé la porte qu'il la plaque doucement contre le mur pas de violence c'est les vacances et ses mains se font baladeuses à son tour, sa poitrine dans un premier temps que les doigts viennent doucement titiller avant qu'il ne glisse sa main sous sa robe avant de lui murmurer au creux de l'oreille « T'as encore le choix de partir. » Les mains sont toujours baladeuses quand il continue « Mais si tu pars, crois moi que tout cela ne se reproduira pas de sitôt. Et on sait toi comme moi que tu n'as pas envie de partir, mais je te laisse encore le choix. » Et sa main revient à sa place initiale alors qu'il mordille un peu son cou en souriant, là tout contre sa peau.

©️ MADE BY LOYALS.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ Family don't end with blood ❞

›› It's my life
›› more about me

Re: love is a dangerous game to play ✻ lewis ✻ ( )

Revenir en haut Aller en bas

love is a dangerous game to play ✻ lewis

SCREW DESTINY :: the city of cap harbor :: The Blue Lagoon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( )



Outils de modération